Navigation – Plan du site
Regards sur soi... et sur les autres

La Révolution Française vue de Venise par un ami de Casanova

Gérard Luciani
p. 657-678

Résumé

Cette évocation de la Révolution française telle qu’elle pouvait être observée depuis Venise durant les premières années (1790-1796) se fonde sur l’utilisation d’une correspondance dont ne subsiste qu’un volet, celui des lettres de Pietro Zaguri à son vieil ami Casanova. Elle obéit à l’intention de montrer quelles images pouvaient circuler de la Révolution dans les milieux conservateurs, parfois assez exactement informés, quand ils ne prenaient pas leurs désirs pour des réalités.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les éléments de cet article proviennent d’un ensemble de documents en cours d’impression pour les (...)
  • 2  Venise et la Révolution française, Les 470 dépêches des ambassadeurs de Venise au Doge, 1786-1795, (...)

1Dans les lettres de Pietro Zaguri à Casanova, la Révolution Française nous apparaît telle qu’elle est observée depuis Venise par un Patricien qui glane ses informations de seconde (ou troisième) main tant à travers la ville que dans les couloirs du Palais des Doges, au sein des magistratures auxquelles il participe1. Rien de comparable donc avec les rapports des ambassadeurs vénitiens à Paris2, fruits de l’observation directe d’un phénomène par des professionnels qui en font part à leur gouvernement.

2Très tôt Zaguri s’intéresse aux répercussions de la Révolution à l’Étranger, et d’abord aux Pays-Bas et en Belgique alors dominés par l’Autriche où se manifeste d’emblée une vive agitation, favorisée par la mésentente entre la Prusse, l’Autriche et la Russie. En un second temps – qui ne sera pas abordé ici – l’orage se tournera vers l’Italie, et Zaguri observera alors, dans l’espoir toujours déçu de voir l’Antéchrist terrassé, la marche des idées et des armées de la Révolution vers Venise.

  • 3  Les citations, en italien mêlé de dialecte vénitien ou encore de français (« noblesse oblige ! ») (...)

3La période évoquée commence en avril 1790, alors que Zaguri se prépare à revenir dans sa patrie depuis Constantinople où il avait suivi à titre privé l’ambassadeur vénitien. Elle prend fin en 1796, quand la tempête touche désormais l’Italie. Toutefois, plusieurs années durant, la Révolution ne constitue pas le seul objet d’une correspondance qui reprend par ailleurs l’allure des conversations de jadis. En prose, en vers, sous forme d’épigrammes ou de sonnets, avec les délais qu’imposent les postes du temps, Zaguri consulte l’exilé, qu’il pense mis au fait de l’actualité politique par ses relations haut placées (son protecteur le comte de Waldstein et son ami le prince de Ligne). Et en même temps il le tient informé des bavardages, de la chronique des faits, petits ou grands, qui scandent la vie de Venise assoupie dans sa sécurité illusoire3.

  • 4  Il écrit, à propos de Marie-Antoinette : « Povera Regina che amo » [Marr 3-31, Lettre sans indicat (...)
  • 5  En attendant de leur imposer (12 juillet 1792) un texte d’une importance décisive pour la suite de (...)

4D’emblée la correspondance de Zaguri, encore à Constantinople ou sur le chemin du retour, traduit une attitude franchement hostile à l’égard de la Révolution, assortie d’une sympathie indéfectible pour les institutions et les personnes (la Famille royale4 et les Princes, l’Église, la Noblesse) qui en sont victimes. Tout cela demeure cependant superficiel : ainsi aucune mention du décret (18 décembre 1790) pourtant capital puisqu’il enjoint aux Français à l’étranger de rentrer au pays, créant ainsi la catégorie des Émigrés. Il en va de même pour le décret (2 janvier 1791) qui impose aux ecclésiastiques le serment de fidélité à la Nation, à la Loi et au Roi5. Zaguri exprime avant tout une irritation viscérale devant la Révolution dont il montre du doigt ce qu’il appelle les contradictions, et qui selon lui en constituent l’essence.

5C’est ainsi qu’avant de quitter Pera (8 avril 1790), il relève un détail apparemment modeste : la contradiction entre l’attitude du Roi se tenant debout pour parler à l’Assemblée nationale constituante (4 février 1790), et la formule respectueuse traditionnelle avec laquelle lui répond le président : « Il Rè parlò nell’assemblea nazionale in piedi e seduto prima e poi sopra una sedia pari a quella del Presidente ed al suo lato in tempo che il Preside rispondendo gli disse : “Votre majesté”. Che abisso di contradizione ? ». Et Zaguri de spéculer sur les remèdes qu’exigerait un tel état de folie, comme sur les risques que comporterait une guerre, civile (“trop barbare”) ou étrangère (“trop fatale”), susceptible de tirer la France de son délire :

Esterna guerra quasi per tua salute ti si desidera, ogni civil guerra è troppo incivile se il cittadino distrugge, ma la esterna è troppo fatale, se lo stato col cittadin consuma e desola. Nell’una e nell’altra le speculazioni si confondono, le risorse si congelano, le speranze ultime a morir s’estinguono. I spettatori della tua convulsa civile impresa lo sono ancora della sua umiliante politica.

6Son hostilité croît devant les troubles graves qui se multiplient durant l’année 1790 à travers le Royaume de France (l’affaire des Suisses de Châteauvieux, les assassinats d’officiers, la mutinerie de la flotte de Brest). Il y voit encore les contradictions qu’il résume par le terme d’« ironie » tel qu’il marque la chute d’un de ses sonnets, datable de l’été 1790 :

  • 6  Marr 14 E 13.

Sopra la presente costituzione della Francia.
Uguaglianza fra gli uomini perfetta,
Volontà generale disponente,
Virtù sola pregiata ed eminente
Finanza sull’inganno non eretta
Autorità che il dritto ama, e rispetta
L’Evangelio nel Clero risorgente,
Sana Educazion Patria, e sapiente,
Libertade alle Leggi ognor soggetta,
Monarchia senza Imperio sostenuta
Popolo reggitor del proprio freno,
A matura rifforma opre veloci,
Nobiltà resa obbediente e muta,
Faran di Francia il Suol felice appieno,
Se d’Ironia non son guaste le voci.6

  • 7  Marr 3-38, Lettre datée Trieste li 8 8bre 1791.

7On peut supposer que Zaguri n’ignore pas les problèmes nés de la réforme « humaniste » du statut des esclaves noirs (« les Nègres »), contre laquelle les Blancs locaux s’insurgent parce qu’elle rend impossible l’exploitation des colonies françaises des Antilles, en particulier de Saint-Domingue en pleine révolte. Cependant il en parle peu, évoquant à peine ces troubles divers qui frappent avant tout le commerce : l’Assemblée Nationale a vu ses mots d’ordre généreux comme son obligation de restaurer la discipline contrebattus par des surenchères incendiaires. Très vite la situation du commerce atlantique et plus généralement celle du Trésor – dont Necker a dressé en mars 1790 un tableau alarmant – est devenue catastrophique. Zaguri est surtout frappé par l’aspect général du bouleversement dont il convient, selon lui, de chercher la cause dans la Liberté exigée et proclamée. Ainsi, de passage à Trieste, en octobre, parlant du poème écrit sur ce sujet par Giovanni Pindemonte, ce mot l’amène-t-il à réfléchir à la situation présente : « La Francia mi richiama i Saturnali di Roma, o l’ultimo dì del Carneval pres[ente] di Venezia, cioè nell’effetto, che la causa è peggiore, e troppo evidente »7.

  • 8  Marr 14E6, Lettre datée Venezia 15 Genn° 1791.
  • 9  Marr 3-41, Lettre datée Venezia 1° Aprile 1791.

8En janvier 1791, après quelques succès des contre-révolu-tionnaires, les alarmes de Zaguri semblent presque s’effacer devant son goût, typique de l’époque, pour le mot d’esprit. Il en vient même à pécher par légèreté dans cette allusion à Marie-Antoinette dont il ne semble pas comprendre la situation déjà critique : « Vi ringrazio del Bonmò [bon mot]. Se la Francese Regina è gravida, lo sarà per ozio »8. Ou alors est-ce par volonté d’espérer, comme lorsqu’il s’accroche au moindre signe d’autorité que donne Louis XVI, qui aurait prodigué des conseils de fermeté à Bailly : « [ho inteso] che il Rè sgridò Mr.de [sic] Bailly maire de Paris dicendogli che il faut avoir de la douceur mais pas de la faiblesse vis a vis du peuple », qu’il commente immédiatement et sobrement par un « Bravo »9. Il a d’ailleurs le même mot pour féliciter Casanova de la justesse – au moins momentanée – de ses prédictions sur le côté inévitable de la chute de la Révolution : « Bravo, sempre voi, che annunziaste infallibile la contrarivoluzione, e non lontano il fallimento F[rancese ?]. Anch’io tengo dati e notizie che ne promettono la immancabilità ».

  • 10  Marr 3-42, Lettre datée Venezia 11 Giug° 1791.

9Et Zaguri se fait l’écho d’une rumeur qui pourrait passer véritablement pour prophétique. On sait le rôle parfois trouble qu’avait joué Mirabeau durant les débuts de la Révolution. La mort l’avait frappé (2 avril 1791) avant la découverte des documents prouvant qu’il s’était vendu à la Cour. Il allait cependant falloir attendre le décret de la Convention (27 novembre 1793) pour que son cercueil soit retiré du Panthéon. Or, dès le 11 juin 1791, Zaguri écrivait à propos du tribun détesté : « Si dice dissotterato Mirabeau, e ai Cani diffuse l’ossa liberalmente »10.

10Zaguri va connaître un bref moment d’espoir quand parvient à Venise la nouvelle de la fuite du Roi. La poste a été rapide : Louis XVI a été arrêté le 22 juin, et dès le 1er juillet, Zaguri – qui avait été informé du succès initial par un courrier spécial adressé à l’Empereur d’Autriche en visite à Venise – écrit à Casanova pour annoncer l’échec final de l’entreprise :

  • 11  Marr 3-47, Lettre datée Padova 1°Lug° 1791. Ce dernier détail se rapporte peut-être à l’affiche ar (...)

Noi siamo qui in angosce, dopo esser stati in beatitudine per la fuga del Rè di Francia, per cui l’Imperator, che è quì riceveva perfino le congratulazioni. Un corriere distrusse questa bella speranza, sostituendone la nuova amarissima del suo arresto presso ai confini con perfetto abbandono della sua guardia ; vero, che un dispaccio posteriore conforta un poco rapporto alla Persona del Rè, che per un Decreto dell’assemblea si sà dover essere rispettata…11

11Selon une démarche qui devient avec le temps plus systématique, Zaguri mêle aux « bruits » ses spéculations personnelles, qui ne manquent pas d’intérêt, et conclut par un de ses sonnets, où il peut glisser un de ces bons mots qui lui sont chers :

  • 12  Marr 3-43/44, Lettre datée Padova, 13 Lug° 1791.

Io osai sospettare, che il tradimento abbia questa Reale fuga diretta, e che i sommi Capi dell’assemblea ne fusser conscij per ravvivar la propria declinante riputazione, non che per installarsi ancora e per sussistere tiranneggiando col pretesto che in sì grande avvenimento non sia prudente l’assemblea mutarsi. […] Non so se abbiate avuto il Sonetto, ch’io feci intitolato : L’Europa in Marzo 91. Vedrete se siamo d’accordo all’undecimo verso di esso. […]
Vantan le sorti lor Svechi [Svedesi] e Danesi
D’ozio beato van gl’Itali aspersi
Su gli orli a servitù veggiam tenersi
Libertade mercando i Polonesi.
[…]
Soloni in Francia son mille e duecento
Cui, tolto il Rè, non obbedisce alcuno.12

  • 13  À moins qu’il ne s’agisse des opuscules qui parurent, après Varennes, et qui, sous le titre d’Avis (...)

12Quelques mois se passent, la Constitution de septembre 91 a été votée et l’Assemblée Constituante perd un peu plus de son autorité, au point que Calonne, immigré à Turin, publie en novembre son De l’État de la France présent et à venir qui conclut à la nécessité de dissoudre l’Assemblée. Mais on se demande quel revirement populaire survenu « due mesi prima », donc vers la mi-août13, justifie les réflexions de Zaguri dans une lettre du 12 octobre. Il se laisse entraîner dans une vision hypothétique et optimiste où éclate son mépris de la plèbe, le popolaccio, qu’il oppose à un Tiers-État auquel, selon l’usage vénitien, il accorde quelque considération :

  • 14  Marr 3-49, Lettre datée Venezia 12 Otte 1791.

Vedete popolo sempre uno in ogni paese ; parlo del popolaccio (che non rumina mai se non una cinquina o sestina d’idee al più : mangiar, bere, spender poco, guadagnar molto, rubar sempre, godersi in fine senza spesa nè opera, nè travaglio) questo popolo, che volea morto il Re, arcimorta la Regina, due mesi fa versa dirotti gli applausi e gli evviva al solo vederli comparire. Se potesse in questo momento aspirare ed inghiottire per un sol tratto Luigi XVI parte di quell’anima, che informava il corpo di Luigi XIV, del grande Enrico, ed anche del vivente Sveco Sovrano [GustavIII] si troverebbero i Francesi quelli ch’erano, e più di prima forse Monarchici senza avvedersene.14

13Il enchaîne directement sur des informations sur la situation du Trésor français (toujours incertaine), alors que le bilan de Montesquiou-Fezensac, rapporteur du Comité des Finances, est incomplet puisqu’il ne fait pas apparaître

[…] due partite : la prima delle somme di cui la rapida fortuna innalzossi di tanti membri della Assemblea, la seconda di tante somme, che passarono occulte a saziar bocche, e a rinfodrar spade minaccianti sollevazioni […].

  • 15  Marr 3-51, Lettre datée Venezia 2 Xbre 1791.

14Moins de deux mois plus tard, c’est encore cet aspect financier qu’il évoque avec la création (août 1790) des Assignats. Le sujet, qui revient régulièrement dans les rapports des Ambassadeurs vénitiens à Paris, apparaît chez Zaguri en décembre 179115. 1792 s’ouvre sur des rumeurs de guerre dans les Pays-Bas autrichiens, en Belgique, et aussi en Alsace. Zaguri sent la victoire assurée pour les armées de l’Empereur : il exulte, en faisant état des préparatifs visant à fortifier le territoire français :

  • 16  Marr 3-39 et 3-8, Lettre datée Vena à 14 Gen° 1791 mv [donc 1792].

27 M[ila] uomini sono comandati di marchiar [sic.] verso l’Alsazia e sarà dichiarato dall’Imperatore a nome di tutto il corpo Germanico che possano stracciar la loro Constituze in quella parte che lo riguarda. e i Francesi ignorantissimi vorranno far testa petulante, e se ne pentiranno tardi.
Mandati questi 27 M. uomini, ve ne saranno nel Brabante circa 80 M. in quelle parti all’Imperatore ap-[partenenti] […] Andiamo in Francia. Corre una relaz[ione] fatta in Assemblea, e che dev’esser confermata dal ministro della Guerra, che tutti i confini della Francia, quasi nessun punto della sua circonferenza immensa trascurato, ma tutti appositamente nominati sono fortificati, armati, provvisti ; che quindi è impenetrabile come una nuova Gibilterra.16

  • 17  Marr 3-53, Lettre datée Venezia à 28 Gen° 1792.

15À en croire une lettre de peu postérieure, Zaguri garde confiance dans l’effondrement imminent de la « monstrueuse Assemblée révolutionnaire », mais ne peut s’empêcher de relever que celle-ci a des sympathisants, et jusque dans Venise, situation qui va se con-firmer de plus en plus, et qui suscite son exaspération et sa crainte : « Le cose Francesi attendono il lor sviluppo, o almeno i principj della lor crisi dalla fine del mese di febbraro o principj di marzo, com’io sempre credetti, ma non può negarsi che non prenda radici il gusto scellerato della anarchia e della licenza. In Venezia più che non credete sono Assembleisti »17.

  • 18  Marr 3-71 Lettre datée Veneza à 21 Aple 1792.

16Il saisit avidement les occasions qui se présentent de rencontrer à Venise des émigrés : ainsi du duc de Duras dont l’aventure, survenue alors qu’il accompagnait Louis XVI quand celui-ci avait été empêché (19 avril 1791), d’aller faire ses Pâques à Saint-Cloud, est évoquée au passage avec une sorte de fascination gourmande : « E [sic] stato qui quel Marchese [sic] Duras ch’era alla portella della Carrozza del Re di Francia […] e che fu strappato per lanternarlo o trucidarlo dal popolo ; ma ricuperato a gran ventura dalle guardie del Corpo del Re »18.Mais c’est encore sur le sujet des contradictions nées du changement de régime que Zaguri compose un sonnet qu’il envoie à Casanova dans une lettre non datée (avril-mai 1792). Notons au v. 8 ce qui nous semble une allusion aux assignats :

  • 19  Marr 4-5, Lettre s.d., mais datée par Molmenti aprile-maggio 1792.

Dritto dell’Uom che la natura obblia
Libertà che al furor tanto s’appressa,
Esule onor, religione oppressa,
E sul Trono sedente l’Anarchia.
Procelloso governo e tirannia,
Impunita la colpa e non repressa,
Minacciata la strage e alfin permessa
Dell’Erario la fede all’Agonia.19

17Après ce tableau que Zaguri juge encourageant, une lettre (12 mai 1792) fait état de la déclaration de guerre survenue (20 avril) contre l’avis du Roi et de quelques-uns de ses conseillers, et ironise sur la décision des Révolutionnaires de célébrer le Triomphe avant la Victoire. Ce texte mérite analyse :

  • 20  Marr 3-77, Lettre datée « Venea 12 Magg° 1792 ». On notera qu’ici Zaguri distingue bien les armées (...)

Quanto alla Francia […] Questi Francesi romanizzano : hanno già decretato il Trionfo innanzi la Vittoria […]. Scrive il Pisani [ambassadeur vénitien à Paris] che almeno per un mese è impossibile absolutam[ente], che le Truppe regolate siano in Marchia [sic], nè facciano operazioni non incursorie, quindi i velocissimi apprestamenti Prussiani, non che i Germani saranno a tempo di visitarli in faccia.20

  • 21  Venise et la Révolution française, cit., p. 712.

18Zaguri commet ici une confusion : le « triomphe » sur lequel il daube n’est autre qu’« un char triomphal portant les statues de la Renommée et de la Liberté pour célébrer le retour des galères des soldats de Châteauvieux »21 qui n’a rien à voir avec une campagne non encore engagée. Suivent quelques mots à propos de rumeurs de menaces d’invasion française en Italie : pour la première fois Zaguri aborde ce thème, qui reviendra par la suite.

19Les événements s’accélèrent : neuf jours plus tard nouvelle lettre de questions à Casanova, et d’abord sur ce point essentiel qu’est la qualité de l’entente entre les Alliés : « Mi preme sapere come il Re di Prussia si porta in proposito di risoluzione contro i Francesi. Quali Generali sono partiti. Quante Truppe Prussiane passeranno al [sic.] Reno. Come si combineranno colle tedesche [impériales]. Chi sarà il Comandante in capite ? » Zaguri aborde ensuite un sujet qui se révélera d’importance : « Ditemi in fine qual uso si farà degli Emi-grati in guerra ».

  • 22  Marr 3-76, Lettre datée Veneza 21 magg° 1792.

20Pour finir il en vient à évoquer comment le duc de Choiseul-Gouffier, ambassadeur de France à Constantinople auquel il s’était lié de sympathie lorsque lui-même y séjournait, a rejeté la proposition qui lui était faite d’occuper le Ministère des Affaires Étrangères ou à défaut l’ambassade à Londres. Là, nous retrouvons les bons-mots chers à Zaguri : « Si temeva che non restasse per la libertà con cui rispose al Re, ringraziando, ma operò divinamente. Dicono che dicesse questo Bon-mot : Que s’y il avoit un ambassadeur à Pekin il brigueroit cette charge pour être quelques milliers de legues [lieues] plus loin de la France »22.

  • 23  Marr 3-75, Lettre datée Treviso li 11 Luglio 1792.

21L’Histoire s’accélère : le 20 juin, la foule envahit sans trop de dommages les Tuileries, le 10 août elle recommence, massacrant les gardes du corps et les Suisses tandis que la famille royale quitte les Tuileries pour se réfugier auprès de l’Assemblée... Entre-temps, Zaguri avait fait part à Casanova d’un sursaut de Louis XVI : « Finalmente si vede che questo misero Re tiene presso di Lui chi gli sa scriver due righe ferme, e dignitose. Questo Manifesto è impresso dopo l’orribil scena delle 15 m[ila]. persone, che gli sforzarono gli appartamenti, e lo dileggiarono »23.

22En fait, désormais le Roi est suspendu et enfermé au Temple avec sa famille tandis que les changements s’accélèrent : le 22 septembre, Louis XVI est déclaré déchu et la République proclamée ; les mesures de surveillance policière se multiplient et l’ambassadeur Pisani quitte à grand peine Paris pour Londres. Or de ces événements capitaux, nulle mention n’apparaît dans les lettres de Zaguri qui s’arrête à des détails relativement secondaires. Ainsi de la proposition faite (27 août) à l’Assemblée de former un corps franc de 1200 personnes ayant pour mission, « armées d’une carabine rayée, de deux pistolets, d’un sabre et d’un poignard », de tuer généraux et rois ennemis. Dès le 1er septembre, Zaguri transmet la nouvelle assortie de ce commentaire : ces gens « meriterebbero [di essere] impalati alla Turca ». Et en post-scriptum, il évoque le massacre de la princesse de Lamballe au cours des tueries des 2, 3 et 4 septembre.

  • 24  Marr 3-74. Lettre datée Venezia 1 Sette 1792.

Che orrori in Francia ; rifugge la penna non che il cuore. Persone conosciute gentili, adorabili, Principa di Lambal sventrata dicono ecc. Regina e Rè sognanti ogni notte immaginando ogni minuto una novella morte di strazj Che furore. Ed Orleans [Philippe d’Orléans, le futur Philippe-Égalité] v’è l’Anticristo.24

23La suite voit des alternances de succès et d’échecs pour les armées françaises à Nice et en Savoie où elles sont reçues à bras ouverts par la population, détail qui scandalise Zaguri (lettre du 12/10). Celui-ci, à la suite d’incidents survenus à Smyrne avec un navire français, a évoqué pêle-mêle vraies et fausses nouvelles, qu’il accueille avec un étonnement horrifié et une crédulité empressée :

  • 25  Pour Custine.
  • 26  Il n’y avait que 3000 Autrichiens, qui furent faits prisonniers.
  • 27  C’est le contraire qui était arrivé alors.
  • 28  Le Britannique Joseph Priestley, partisan de la République française.
  • 29  Marr 3-72. Lettre datée Venezia 12 8bre 1792.

Nizza presa, Savojardi accettanti i Francesi à Braccia aperte. I magazzini di Spira presi da un certo Gustine25, e massagrati [sic.] quattro mila Austriaci, che li difendevano26. L’ordine di Malta distrutto. Il Principe di Brunsuwik [Brunswick]. tra Scialon [Châlon], e Parigi facendo rincular Dumourier e Chelerman27. Lettere [sic] di un certo Presley28 affisa sui Cantoni di Parigi, e impressa, che consiglia la Nazion Francese a mandar la Famiglia Reale fuor del Regno, piuttosto che trucidarla per non tirarsi addosso l’odio dell’Europa ; la Legge Agraria proposta, e doman-data al Comitato sono le Nuove, delle quali alcune aspettan conferma, ma delle quali molte son vere.29

  • 30  Marr 3-79. Lettre datée Venezia 24 9bre 1792.

24Les succès militaires des Français intéressent, voire impression-nent Zaguri. Ainsi de leur initiative de campagne hivernale, qu’il note au passage dans une lettre de novembre 1792 : « Il colpo sommo a mio parere unico decisivo dai Francesi fu quello di aver decisa la campagna d’inverno. Da questo atto comincio a stimarli »30.

25Un mois passe, au terme duquel il envoie à Casanova pêle-mêle nouvelles et réflexions : les Français connaissent des revers sérieux sur le front du Nord tandis qu’en France s’accumulent les méfaits, comme de maltraiter les prêtres non assermentés. Il ne reste à Zaguri qu’à espérer voir enfin, comme il l’avait déjà écrit (juin 1791), les restes de Mirabeau arrachés au Panthéon et jetés au vent :

  • 31  Marr 3-73. Lettre datée Vena 4 Xbre 1792.

Lukner [Luckner] il Brunswick della Francia è battuto Tionville [Thionville] sarà od arsa o resa. Amenne. Mancano le voci all’eloquenza per parler delle Francesi esecrande abominazioni. Hanno massacrati, e tormentati i poveri preti non giurati perché non avevano giurato quella Costituze che non esiste più […]. Meriterebberro [di essere ?] infornati a lento, impalati a durazione, sfregati a tempo quei capi che suscitano ora o quei Costituzionanti che inventarono prima questa infernale machina [sic]. Io mi lusingo veder le ceneri di Mirabeau sparse in mezzo ai vortici di quell’aire che egli per due terzi almeno coll’opera sua avvelenò, e col letale suo fiato […].31

26Pendant ce temps, la situation de Louis XVI s’aggrave, après l’échec de Varennes. Constitutionnellement responsable de la con-duite de la guerre, les insuccès de celle-ci retombent sur lui. Finalement il a été décidé (3 décembre) que la Convention elle-même jugerait le Roi, une Commission établissant les questions à lui poser, ce qui est fait lors de sa comparution devant la Convention réunie le 11 décembre. C’est à ces questions que fait allusion le post-scriptum d’une lettre (Marr 3-60) non datée mais que l’on peut situer dans la seconde moitié de décembre :

L’interrogatorio del Rè fatto agli 11 ; da questi estratti Erodoadi, Caifassici, Pilatici […], Neronici, mi mette un tremulo raggio di lontanissima speme nel cuore, perchè quelle risposte non possono assolutamte esser date dal Re senza previa, ed anche diligen-tissima, e dotta istruzione ; si confermano da ogni Parte le nuove della tempesta orribile.

  • 32  Venise et la Révolution française,cit., Dépêche du 22 janvier 1793, p. 870.

27Les événements s’accélèrent sur tous les plans, ce que Zaguri considère comme encourageant : « Basta non temere questo è anno ultimo, o penultimo per i Francesi. Qui conturbat domum suam possidebit ventos ». Ainsi, en réponse à un décret de la Convention (19 novembre 1792) qui aurait constitué « un appel à la sédition dans les nations étrangères » avec promesse de « l’appui de la France à ces mouvements »32, le Parlement anglais vote (5 janvier 1793) un Bill de police restreignant la liberté de déplacement des étrangers. L’ambassadeur de France, Chauvelin, ayant demandé si la mesure s’appliquait à lui-même, reçut la réponse officielle refusant toute exception, et se prépara à quitter son poste, ce qui annonçait une rupture entre les deux pays. Cela éveille l’enthousiasme de Zaguri qui fait part à Casanova de la réponse belliqueuse qu’il a imaginée et dont nous respectons la forme « française » :

  • 33  Marr 3-35. Lettre datée Venezia il g° 24 di Genn° [1793].

M’avrebbe piaciuto che l’Inghilterra avesse risposto a quel Chauvelin che voleva subito la risposta per iscritto nella seguente maniera :
1 Voilà la premiere reponse par écrit a Vous, Chauvelin, en aurez une autre chez vous. La France en aura une troisiemme bientôt.
E restituerei la sua carta stessa.
2. A casa troverebbe ordine di partir dentro due dì e sarebbe fra tanto guardato à vista.
3. Con una sollecita presa, senza altra dichiarazione cominciarei la guerra.33

28Un mois plus tard, Zaguri envoie à Casanova une lettre où il con-sacre un sonnet d’inspiration classique au supplice du Roi. Comme à son habitude, il y mêle sans transition une rapide mention de la déclaration de guerre (1er février 1793) de la France à l’Angleterre et à la Hollande :

  • 34  Marr 3-54. Lettre datée Venezia 23 Febr° 1792 me v° [1793].

Finalme la guerra è dichiarata, ma dai Francesi, sul dilemma di Brissot principalme, che disse : “O vincerremo, e saremmo padroni del mondo ; o perderemmo, il che è impossibile che arrivi, e i nostri conquistatori ci stabiliranno il Codice”. […] Il Rè morì sul palco per quanto voi nol credevate, e tanti con voi, e adesso la Francia è divisa perfettame in due masse, una di Corsari, l’altra di assassini…34

29Joint à cette lettre, nous trouvons ce sonnet intitulé In Febraro 1793, où l’émotion ne suffit pas à remplacer l’inspiration pour imposer l’idée que la mort du Roi était l’aboutissement logique d’une suite de monstrueuses subversions :

  • 35  Denys, tyran de Syracuse.
  • 36  Mézence, légendaire roi étrusque de l’Enéide, tyrannique et cruel.
  • 37  Marr 3-6 Sonnet joint à la lettre Marr 3-54, datée Venezia, 23 febbraio 1793

Europa, e qual stupor se il più innocente,
E il più illustre dei Regi a morte pose
Per sete sol d’inique opre famose
De’ popoli il più ingiusto e sconoscente !
Qual stupor se le Leggi erano spente
Quel dì, che il sol di verità s’ascose,
Se perfidia il giudizio sottopose
Della calunnia all’infernal torrente !
Qual stupor se viltà bruttò la Francia ?
Se al Concilio l’error prestò la benda ?
Se Giustizia spezzò la sua bilancia ?
De’ Cannibali ognun latrò a vicenda
Cento Dionigi35 avean rossa la guancia,
Eran mille i Mezenzi36 all’opra orrenda.37

  • 38  C’est ainsi qu’il l’emploie à propos d’un certain Bellaspica, chanteur à Venise, que Casanova déte (...)

30Décidément, les révolutionnaires de France sont dignes de l’exécration du genre humain, et le titre de « sans-culottes » constitue pour Zaguri la pire des insultes38.

31En ce début de 1793 Zaguri relève une série de succès pour les Austro-Prussiens en Belgique et pour les Anglais venus renforcer en Hollande les troupes locales : c’est assez pour lui inspirer un chant d’espoir, mêlé d’ironie : « Ogni giornata di Marzo è segnata con Austriaci, e Prussiani Trofei, l’universale contento corrisponde a tanto esito ; Chi non legge il corrier di Parigi, e la Gazzetta di [S]Trasburgo, che vuol tutto diminuire, e donar calma al popolo, si toglie una fonte di riso, che inondar debba le Labbra… »

  • 39  Marr 3-81 Lettre datée Venezia 20 Marzo 1793.
  • 40  Venise et la Révolution française cit., p.1146.
  • 41  Marr 3-23. Fragment de lettre datée marzo 1793.

32Il s’y ajoute un élément intérieur important : l’amorce de la Contre-révolution à Lyon : « L’Albero della Libertà, la Statua di Rous[s]eau si sono infranti a Lione. L’esordio novantresimo non è spregevole »39. Emporté par son hostilité, Zaguri interprète dans le sens qui lui paraît le plus sensationnel des informations partiellement inexactes. Ainsi d’une rumeur de Loi agraire. Or si les Enragés de Jacques Roux et Varlet exigent des mesures favorables au petit peuple frappé par la crise économique, un décret de la Convention (18 mars 1793), « punit de mort tout partisan de la loi agraire ou de théories subversives sur la propriété »40… D’une lettre de Sanfermo, représentant vénitien à Bâle, il tire cette précision que, sans être décrétée, la loi agraire se vérifie en pratique aux dépens des Emigrés et des Prêtres : « Distribuendosi tutto […] al popolo che si vuol saziar di Campi e non di pane, e però d’un cibo futuro se non presente »41.

33Avril voit se succéder des événements considérables. La Convention considère avec suspicion ses généraux vaincus, et le mot trahison circule. C’est le cas pour Dumouriez qui, après des débuts brillants sur le front Nord, est battu. Ayant entamé des négociations secrètes avec l’ennemi, il finit par être déclaré traître à la Patrie, avant de passer aux Autrichiens, en compagnie du fils de Philippe-Égalité, futur Louis-Philippe. En mai, la Contre-Révolution prend de plus en plus d’ampleur dans l’Ouest, tandis que les Anglais envoient en Méditerranée une flotte considérable sous le commandement de Hood. Zaguri rassemble en une seule lettre ces nouvelles réconfortantes, vraies ou fausses, et les adresse en vrac à Casanova :

  • 42  Peut-être s’agit-il d’un corsaire français, qui – à la façon de Dumouriez – serait passé à l’ennem (...)
  • 43  Le perruquier breton Gaston Bourdic fut un des premiers chefs militaires des insurgés en basse Ven (...)

Crescono però in Brettagna, e nel Poitou i Ribelli dei Ribelli, che è quanto a dire i legitimi [sic] Realisti per quel trito che due negative fanno una affermativa. Non v’è più dubbio, che La gran Flotta non sia tutta sortita d’Inghilterra, che 100 000 Inglesi non siano sbarcati in Francia, che i Spagnoli non faccino grandi progressi, che una Fregata Francese non sia passata pei porti di Spagna42 dando se stessa in buona preda a la Doumurier [sic], e che un certo Gaston43 valoroso non sia il Generalissimo degli insurgenti, o Realista.

34Faisant bonne mesure, il ajoute des commentaires sur la prolifération des assignats, avant de passer à celui qui a remplacé Mirabeau dans sa détestation : Philippe-Égalité, dont le procès se tiendra en septembre-octobre :

  • 44  Marr 3-85 Lettre datée Venza 4.Giug° 1793.

Agli 800 milioni ultimi assegnati n’hanno aggiunto questi Baron fottuti altri due milliardi, e due cento mila d’altri. Vedremo il giudizio d’Orléans, a me piacerebbe che fosse mandato in una Galera, ove fossero raccolti due o tre cento peggiori, e più scellerati, Capo Vogatore, e con due catene, per dovervi stare finchè terminasse La rivoluzione, e poi bandito di Francia se ne andasse dove volesse.
“Un amant de L’Egalité
N’y peut rencontrer que des frères.”44

35Deux mois plus tard, Zaguri commente non sans verve le programme d’une fête révolutionnaire destinée à commémorer le 10 août 1792, qu’aurait établi le peintre David (qu’il qualifie d’ex-comédien) :

  • 45  Marr 3-84. Lettera datata Venezia 10 Agosto 1793.

Tavole della Legge portate intorno ; cioè Diritti dell’uomo, e dell’Uguaglianza ; Carro di due vecchi genitori portati o trascinati dai loro figli : sorgenti d’acqua lustrale ; aspersioni di essa sul terreno ; sorseggiata dai Commissarj dei Dipartimenti assieme colla bava dei Pre[de]cessori, che ne avranno gustato, poichè bevuta da un solo vase [sic] […] Discorsi infiammatorj, giuramento solenne, evviva, e salve d’artiglieria, uccelli a centinaja, che con in bocca piccoli motti di libertà, e d’ugua-glianza saranno lasciati gire al Cielo a portare le nuove, e finalme le tricolori banderuole su tutte le case, e un pranzo frugale sull’erba, o pure sul fango credo di tutte le migliaia di convitati, a spese però di ciascun individuo, che sarà anche il portatore del pranzo.45

  • 46  Marr 3-91. Lettre datée Venezia 9 Gen° 1794.

36Lorsque s’ouvre cette année 1794, Zaguri réfléchit aux effets des choix des révolutionnaires en matière de tactique : le recours à l’attaque en masse – qui n’exige pas du soldat la longue formation à la prussienne – assorti d’une massive préparation par l’artillerie, l’arme en faveur à l’époque. Et, même si sa notation est assortie d’une motivation discutable, elle n’en demeure pas moins intéressante : « Questo combatter per massa diventa veramente pericoloso. Tutti i Francesi vanno al Campo, perchè là solo v’è abbondanza e per il resto della Francia carestia »46.

37Deux mois plus tard, c’est l’habituel pêle-mêle de petites nouvelles, souvent exactes (comme les réactions favorables au décret du 4 février supprimant l’esclavage aux colonies), qu’il soumet à Casanova en un français dont l’inhabituelle correction fait honneur au secrétaire embauché ce jour-là :

Le nombre des prisonniers monte dans Paris à 5 418. Le departement du bas rhin a reçu l’injonction d’échanger 10 millions en espèces sonantes contre pareille somme en assignats, cette injonction qui ressemble si bien aux réquisitions des voleurs de grand’chemin force ces malheureux habitants de donner un argent qui leur est cher pour un papier qu’ils méprisent. Paris 14 fevr. Le 13 le président [de la Convention] a repondu aux sections de cette ville qui remercioient l’assemblée d’avoir bien merité de l’umanité en abolissant l’esclavage des nègres et de la patrie en declarant qu’il n’y auroit point de trève entre la liberté et le despotisme. […] A Lyon 80 mille ouvriers n’ont d’autre ressource, d’autre moyen de subsister que dans la démolition de cette ville autrefois si florissante.

  • 47  Marr 3-98. Lettre datée Venezia 29 maggio 1794.
  • 48 apparteneva (Molmenti)
  • 49  Marr 3-102. Lettre datée Venezia li 16 Xbre 1794.

38La suite de 1794 est marquée par les conflits successifs entre Robespierre et divers groupes et par sa proposition décrétant que le peuple français « reconnaît l’existence de l’Être suprême et de l’immortalité de l’âme », tandis que sont exécutés 27 fermiers généraux : deux événements que Zaguri salue au passage par ces brèves mentions dont la seconde reste approximative : « …les guillotinés en dernier lieu mériteroient des larmes si la peur n’en eut [sic] tari la source. C’est avec un petit decret à mazzo que les françois ont passé de l’ombre de la religion catholique qui leur restoit encore à l’idolatrie »47. En revanche, il n’a pas un mot pour Thermidor. Sa correspondance est étrangement muette sur la situation intérieure de la France, jusqu’à quelques brèves notations, des bonnes nouvelles présentées sans émotion apparente au mois de décembre : « Il moderantismo si rinforza a Lione […] Il Dolfino e la sorella sono al Tempio tuttavia ma trasportati nell’appartam° che abitava il Co.Artois e vivano [sic] decenteme in quel pal° che appartenendo [?]48al Duca d’Angoulemmo.[?] »49

39Le lecteur a l’impression qu’après Thermidor et ses suites immédiates, plus rien ne se produit en France pour Zaguri qui s’arrête à des considérations étonnées sur le changement survenu dans le mode de gouverner après la fin de la Terreur : là où le seul argument du pouvoir était la guillotine, on se trouve devant une sorte de « désordre mou » dans tous les domaines, du ravitaillement à la sécurité. L’actualité lui fournit le cas d’Alvise Querini, élu ambassadeur de Venise à Paris, un poste dont le titulaire était traditionnellement désigné par le mot Nobile. Zaguri craint que ce mot ne lui crée des difficultés dans un pays qui avait banni tout titre honorifique. Il s’en ouvre à Casanova (10 avril 1795) : « Il passaporto del Querini col titolo di Nobile può far paura a chi deve spiegarlo a momenti in certi dipartimenti, dove questa parola è antigiacobina, e lo spirito è tuttavia giacobinissimo ». Tout semble le surprendre comme lorsqu’il évoque l’émeute parisienne de la faim du 7 mars, et l’insur-rection des sans-culottes qui (1er avril) ont envahi la Convention, et à la suite de laquelle Barère, Billaud-Varenne et Collot d’Herbois sont déportés à la Guyane : « Furono presi i capi, e deportati, moda nuova sostituita alla guillotina ».

  • 50  À Toulon, le 10 mars, une émeute de sans-culottes avait abouti au meurtre de sept émigrés emprison (...)
  • 51  Marr 3-105. Lettre datée sans indication de lieu 6.6.1795.

40Ensuite, le désordre se confirme : les contre-révolutionnaires ont soif de vengeance et Zaguri signale de nombreux meurtres de patriotes en Province tandis qu’à Paris la « jeunesse dorée » pourchasse les sans-culottes. En même temps dans les couches populaires monte le mécontentement que ne corrigent plus les mesures d’assistance de la Convention, qui avaient pu un instant pallier la situation. Le 6 juin 1795, Zaguri dresse ce tableau où reparaît sous sa plume le nom de l’Italie : « Nantes, Nimes e qualche altra Città è piena di Giacobini o Terroristi che massacrano senza pieta. Da Marsilia ove sono Moderatisti partono truppe contro Tolon immediatamente, e con gran fretta. L’armata d’Italia passò il Varo a gran premura, per farsi Mediatrice di queste combustioni ». Il se fait l’écho des trois journées du 20 au 22 mai, où l’on a vu une fois encore les Sans-culottes parisiens insurgés pour demander du pain : « In Parigi ai ventidue la fame era quasi all’estremo ; morivano Genti per via, e si ammazzano impunemente ; e in fatti per omicidj successivi, mai avrete inteso castighi di morte ad alcuno. Per altre Città di Francia Emigrati50 che ritornano, maltrattati, deportati, ed uccisi »51.

  • 52  Marr 3-106. Lettre datée Vena li 4 7bre 1795.

41Confirmation que le paysage politique français prend un aspect plus serein, Zaguri revient sur le voyage tant redouté de l’ambas-sadeur Querini pour rejoindre son poste à Paris, et qui s’était déroulé sans encombre. Mieux, le ‘Nobile’ Querini avait été fort bien reçu à l’Assemblée, dont le président l’avait assuré que Venise n’avait rien à craindre de la France52.

42La suite de la correspondance de Zaguri – dont la dernière lettre est datée du 4 mai 1798, alors que Casanova meurt le 4 juin à Dux qu’il n’a guère quitté depuis 1785 – témoigne du même intérêt pour la grande aventure révolutionnaire, intérêt parfois inégal, souvent limité au niveau du bavardage et de la conjecture. Faute parfois d’informations vraiment sûres, Zaguri ne retient que les méditations politico-sociales vagues, les petits faits de seconde zone, quand ce ne sont pas ses chers bons mots. Il est certain cependant que, le temps passant, l’objet en est de moins en moins la Révolution vue en France, puisque Zaguri peut observer le grand tremblement de terre qui affecte les terres italiennes, et s’approche inexorablement des frontières de sa patrie vénitienne.

  • 53  Marr 3-107. Lettre sans indication de lieu, mais datée 1° ottobre 1795.

43C’est ce que confirme une brève phrase ironique d’une lettre du 1er octobre 1795 : « Questi Francesi procedono [in Italia], e tanto si avvanzeranno, che le vostre nuove saranno più autentiche che le mie »53.

44Ensuite ce sera la mort sans bruit de la République de Venise, intégrée à l’Autriche, à l’immense satisfaction de Zaguri, enfin tranquillisé.

Haut de page

Notes

1  Les éléments de cet article proviennent d’un ensemble de documents en cours d’impression pour les Éditions Champion et, précisément, d’une partie de ce qui nous reste de la correspondance entre Pietro Zaguri, modeste patricien de Venise, et son ami Giacomo Casanova, exilé au château de Dux en Bohême. Les lettres de Casanova ont presque toutes disparu, mais on peut en reconstituer la teneur en lisant celles de Zaguri.

2  Venise et la Révolution française, Les 470 dépêches des ambassadeurs de Venise au Doge, 1786-1795, Paris, R. Laffont, Coll. “Bouquins”, 1997. Cette excellente traduction française, accompagnée de textes annexes et d’un bon appareil critique, reprend et complète parfois la méritoire édition italienne de M. Kovalevsky (I dispacci degli ambasciatori veneti alla corte di Francia durante la Rivoluzione, Torino, 1895).Par ailleurs il nous arrivera de nous référer au Dictionnaire historique de la Révolution Française d’Albert Soboul, Paris, Presses Universitaires de France, 1989.

3  Les citations, en italien mêlé de dialecte vénitien ou encore de français (« noblesse oblige ! ») dans le texte, respectent la forme originale de ces lettres, souvent rédigées sous la dictée par des secrétaires dont la qualité était assez irrégulière et dans des langues dont la correction laisse souvent à désirer. La plupart ont été publiées au début du siècle dernier par le grand historien de Venise qu’était Pompeo Molmenti. On s’est aperçu depuis que certaines de ses transcriptions étaient incorrectes, fondées qu’elles étaient sur une interprétation parfois arbitraire d’originaux décalqués (et non photographiés) dans les archives de Dux, par un Autrichien, Bernhard Marr (qui a laissé son nom à la catalogation) et dont la connaissance de l’italien ou du vénitien ne suffisait pas toujours à lui faire éviter des erreurs de lecture d’un texte souvent fort peu lisible.

4  Il écrit, à propos de Marie-Antoinette : « Povera Regina che amo » [Marr 3-31, Lettre sans indication de lieu, datée 24 Ape [1792], ou encore, au sujet du Comte d’Artois : « Il Principe [sic] nostro d’Artois… » [Marr 3-40, Lettre datée Venezia li 4 Marzo 1791].

5  En attendant de leur imposer (12 juillet 1792) un texte d’une importance décisive pour la suite de l’aventure, la Constitution civile du Clergé.

6  Marr 14 E 13.

7  Marr 3-38, Lettre datée Trieste li 8 8bre 1791.

8  Marr 14E6, Lettre datée Venezia 15 Genn° 1791.

9  Marr 3-41, Lettre datée Venezia 1° Aprile 1791.

10  Marr 3-42, Lettre datée Venezia 11 Giug° 1791.

11  Marr 3-47, Lettre datée Padova 1°Lug° 1791. Ce dernier détail se rapporte peut-être à l’affiche arborée en tête du cortège ramenant Louis XVI à Paris (« Quiconque applaudira le Roi sera bâtonné. Quiconque l’insultera sera pendu »), ou à une disposition antérieure garantissant l’inviolabilité de la personne du Roi, qui sera intégrée, deux mois après Varennes, au texte de la Constitution de 1791 (3 septembre). Elle spécifiait en particulier cinq cas entraînant de plein droit la déchéance du roi, parmi lesquels « la sortie du territoire contre la volonté du Corps législatif ».

12  Marr 3-43/44, Lettre datée Padova, 13 Lug° 1791.

13  À moins qu’il ne s’agisse des opuscules qui parurent, après Varennes, et qui, sous le titre d’Avis aux Français, constituaient des défenses de Louis XVI. (cf. Venise et la Révolution française,cit., p. 586 note).

14  Marr 3-49, Lettre datée Venezia 12 Otte 1791.

15  Marr 3-51, Lettre datée Venezia 2 Xbre 1791.

16  Marr 3-39 et 3-8, Lettre datée Vena à 14 Gen° 1791 mv [donc 1792].

17  Marr 3-53, Lettre datée Venezia à 28 Gen° 1792.

18  Marr 3-71 Lettre datée Veneza à 21 Aple 1792.

19  Marr 4-5, Lettre s.d., mais datée par Molmenti aprile-maggio 1792.

20  Marr 3-77, Lettre datée « Venea 12 Magg° 1792 ». On notera qu’ici Zaguri distingue bien les armées prussiennes de celles de l’Empire (Germani).

21  Venise et la Révolution française, cit., p. 712.

22  Marr 3-76, Lettre datée Veneza 21 magg° 1792.

23  Marr 3-75, Lettre datée Treviso li 11 Luglio 1792.

24  Marr 3-74. Lettre datée Venezia 1 Sette 1792.

25  Pour Custine.

26  Il n’y avait que 3000 Autrichiens, qui furent faits prisonniers.

27  C’est le contraire qui était arrivé alors.

28  Le Britannique Joseph Priestley, partisan de la République française.

29  Marr 3-72. Lettre datée Venezia 12 8bre 1792.

30  Marr 3-79. Lettre datée Venezia 24 9bre 1792.

31  Marr 3-73. Lettre datée Vena 4 Xbre 1792.

32  Venise et la Révolution française,cit., Dépêche du 22 janvier 1793, p. 870.

33  Marr 3-35. Lettre datée Venezia il g° 24 di Genn° [1793].

34  Marr 3-54. Lettre datée Venezia 23 Febr° 1792 me v° [1793].

35  Denys, tyran de Syracuse.

36  Mézence, légendaire roi étrusque de l’Enéide, tyrannique et cruel.

37  Marr 3-6 Sonnet joint à la lettre Marr 3-54, datée Venezia, 23 febbraio 1793

38  C’est ainsi qu’il l’emploie à propos d’un certain Bellaspica, chanteur à Venise, que Casanova détestait : « Creder altri onesto, che nacque sanscoulottes [sic] è lo stesso che avventurare al Lotto un terno… »

39  Marr 3-81 Lettre datée Venezia 20 Marzo 1793.

40  Venise et la Révolution française cit., p.1146.

41  Marr 3-23. Fragment de lettre datée marzo 1793.

42  Peut-être s’agit-il d’un corsaire français, qui – à la façon de Dumouriez – serait passé à l’ennemi (?).

43  Le perruquier breton Gaston Bourdic fut un des premiers chefs militaires des insurgés en basse Vendée.

44  Marr 3-85 Lettre datée Venza 4.Giug° 1793.

45  Marr 3-84. Lettera datata Venezia 10 Agosto 1793.

46  Marr 3-91. Lettre datée Venezia 9 Gen° 1794.

47  Marr 3-98. Lettre datée Venezia 29 maggio 1794.

48 apparteneva (Molmenti)

49  Marr 3-102. Lettre datée Venezia li 16 Xbre 1794.

50  À Toulon, le 10 mars, une émeute de sans-culottes avait abouti au meurtre de sept émigrés emprisonnés.

51  Marr 3-105. Lettre datée sans indication de lieu 6.6.1795.

52  Marr 3-106. Lettre datée Vena li 4 7bre 1795.

53  Marr 3-107. Lettre sans indication de lieu, mais datée 1° ottobre 1795.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°11, Bonnes manières et mauvaise conduite, 2007.

Référence électronique

Gérard Luciani, « La Révolution Française vue de Venise par un ami de Casanova », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 26 janvier 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/1014 ; DOI : 10.4000/italies.1014

Haut de page

Auteur

Gérard Luciani

Université Grenoble III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org