Navigation – Plan du site

Présentation

Brigitte Urbani
p. 5-10

Texte intégral

1Ce double volume en hommage à José Guidi est un témoignage d’amitié et de respect envers le collègue, l’enseignant et le chercheur qu’il fut, sa carrière durant. C’est pourquoi il rassemble des contributions émanant de membres du département d’Italien d’Aix-en-Provence et de jeunes docteurs ou doctorants aixois, mais aussi d’enseignants-chercheurs des Universités de Paris III, Paris IV, Paris X, Caen, Clermont-Ferrand, Lyon, Grenoble, Pise qu’il a côtoyés dans le cadre de ses travaux sur la Renaissance ou sur le théâtre du XVIIIe siècle, de l’Université de Montpellier que commissions de spécialistes et soutenances de thèses relient de longue date à la nôtre, et enfin, de collègues italiens qu’un contrat de lecteur ou de Professeur associé ont amenés à faire en Provence un séjour prolongé, pendant lequel s’est forgée une solide amitié.

2Un très beau parcours que celui de José Guidi, ancien élève de la prestigieuse École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, qui, après avoir cumulé une Licence de Lettres classiques et une Licence d’Italien, choisit de se consacrer au « Bel Paese », amorçant, après sa réussite à l’Agrégation, une carrière d’enseignant-chercheur à Aix-en-Provence. Assistant, puis Maître-Assistant, selon les grades alors en vigueur, il dut, après la soutenance de sa thèse de Doctorat d’État, quitter la Provence pour l’Université de Toulouse où il fut recruté comme Professeur – la mobilité était alors une obligation pour qui voulait changer de grade – et exerça pendant trois années, avant de revenir dans notre bonne Faculté aixoise.

3L’enseignement de José Guidi a accompagné et élargi ses domaines de recherche, sa recherche a approfondi son enseignement, ses goûts personnels ont ouvert et alimenté des pistes. D’où un large éventail d’intérêts scientifiques. D’abord la Renaissance, bien sûr, avec, plus particulièrement, Baldassare Castiglione à qui il a consacré ses travaux les plus longs et importants, faisant du célèbre nonce apostolique l’objet de son Doctorat d’État, Machiavel sur qui il dirige encore des thèses en tant que Professeur émérite, et le Tasse autour duquel il a contribué à organiser en 2002 le beau colloque sur Les belles infidèles de la ‘Jérusalem délivrée’. Puis le XVIIIe siècle, et notamment Goldoni, les frères Gozzi et l’Illuminisme lombard. Et enfin le XXe, à l’intérieur duquel se détachent des pôles à l’intérieur desquels il est un spécialiste reconnu : Pasolini avant tout dont il fut le premier en France à traduire l’œuvre poétique, mais aussi Pavese. Ajoutons que, responsable d’un des cinq ateliers de notre Centre de recherches aixois, José Guidi a, au cours des dernières années de sa carrière, assuré la direction de notre Équipe de recherche (E.A. 854).

4Les différents articles de ce double volume s’articulent autour d’un thème fédérateur volontairement large, sans limites chronologiques ni génériques, permettant à chacun de donner un tour personnel à son travail. Le titre, dialectique, reproduit en miroir les tendances de deux des pistes de prédilection de notre collègue : car le Libro del cortegiano évoque naturellement à l’esprit les « bonnes manières », tandis qu’une certaine opinion publique accusa autrefois Pasolini le rebelle de « mauvaise conduite ». Quelques participants, spécialistes du sujet, en ont profité – et nous leur en savons gré – pour écrire une étude sur Castiglione ou sur Pasolini. Les autres ont décliné à leur façon les concepts de bonnes et de mauvaises manières. Le résultat est un ensemble à la fois éclectique et cohérent, où l’on passe de la politesse aux accès de fureur ou de rire, des extravagances personnelles au souci de faire le bon choix, de l’image que les autres ont de nous à celle que nous voulons leur offrir : un simple coup d’œil à la table des matières en donne un avant-goût.

5Dans cette extrême diversité, les bonnes manières régies par les codes universitaires imposaient néanmoins la construction d’un plan à l’intérieur duquel disposer ces louables intentions, ces excentricités, ces écarts de conduite. Le refus d’obéir à des répartitions trop disciplinées (sujet oblige) a écarté les regroupements chronologiques ou en fonction d’auteurs et de courants. Nous avons préféré un sympathique mélange à l’intérieur de rubriques dont le titre est placé sous le signe de petits clins d’œil.

6La première section, Bien se conduire ? Pas si facile…, regroupe un éventail de situations délicates ou de personnages aux prises avec une fonction ou une position sociale admettant difficilement les erreurs. Matteo Palumbo, avec la ville de Naples, ses divertissements et les pièges qu’autrefois elle tendait aux voyageurs imprudents, en offre une bonne entrée en matière. Avec Alain Godard, nous quittons le Trecento pour un registre plus sérieux puisqu’il s’agit des graves choix que doit effectuer un chef d’armée tel que Godefroy de Bouillon, au risque de se tromper, tout héroïque et pieux qu’il soit. L’égarement d’un roi est certes fort blâmable, même si on ne peut l’accuser à découvert ; c’est ce que révèle l’analyse effectuée par René Stella d’une nouvelle de Boccace. Une reine aussi a des devoirs, et si elle ne se soumet pas aux lois de la cité, elle est taxée d’inconduite, comme le montre Angela Biancofiore avec Médée de Pasolini. D’où, chez certains (chez tout le monde ?) un double langage, celui de la façade irréprochable à présenter en public, et celui qui éclate dans le privé, par exemple dans certaines lettres personnelles non destinées (initialement) à la publication, de Massimo d’Azeglio présentées par Laura Guidobaldi. La morale sociale, qui tolère mal les écarts de conduite, impose des devoirs aux jeunes épouses, même si elles sont assez mal mariées : Emmanuelle Genevois nous offre dans ce sens sa traduction inédite d’une charmante nouvelle de De Amicis toute pleine de la fraîcheur du sport. Quant aux enseignants, ne sont-ils pas censés être, de par leur fonction même, des modèles de bon comportement ? Hélas, ce n’est pas vraiment le cas du professeur que met en scène Marco Ferreri dans le sketch filmique analysé par José Pagliardini, ni des sombres universitaires, caricatures de méchants mandarins, décrits dans quatre nouvelles de Tabucchi examinées par Perle Abbrugiati. Avec Magali Vogin, nous revenons à Pasolini et au triomphe de la mauvaise conduite au sein de  la respectable famille qui évolue dans Théorème. Puis, avec Judith Obert, à travers les familles napolitaines du XXe siècle décrites par Raffaele La Capria, nous revenons à la ville qui a ouvert cette rubrique : Naples continue à offrir aujourd’hui, du moins dans l’imaginaire littéraire, un « galateo de mauvaises manières ». Sans doute José Guidi ne dira-t-il pas le contraire, à en juger par la phrase de dédicace en exergue dans l’article initial.

7La deuxième section, Extravagances d’artistes ?, démontre justement que les prétendues extravagances sont au contraire le signe de la différence de l’artiste, du côté provocateur de sa personnalité et de son engagement. Extravagant, excessif, et même « mauvais garçon », Caravage le fut, du moins selon la légende transmise par ses biographes : l’étude de Myriam Carminati, qui compare sa Conversion de saint Paul à celle, bien antérieure, du Parmesan, l’explique en des termes qui soulignent plus la nouveauté introduite par le peintre rebelle que les consignes de la morale tridentine. Certes, Michelle Bianchini met en relief le souci de Vasari de revendiquer la noblesse de la profession d’artiste ; d’où dans les pages des Vite, l’invitation réitérée à se montrer « costumato e virtuoso ». Mais est-ce possible quand le peintre ou le sculpteur, loin d’être un simple décorateur, est profondément engagé dans le contexte politique et social de son époque ? D’où, comme l’expose Brigitte Urbani, des œuvres qui en leur temps firent scandale, comme certaines représentations laïques de la Crucifixion au XXe siècle par Guttuso ou Manzù. Et dans la ligne de Guttuso – et avant lui de Caravage – comment ne pas placer le cinéma (et les romans) de Pasolini, dénonciateur des fausses valeurs s’il en fut, comme l’explique Lisa El Ghaoui ?

8La troisième section, Ah ! L’étiquette !…, un point fort du second volume de ce numéro d’« Italies », opère un retour aux termes plus codifiés d’étiquette, de règles de savoir-vivre, même si sous certaines prétentions se cache quelque hypocrisie. Paul Larivaille, par exemple, examine le concept de « burla » chez Castiglione, et montre que ce terme relativement respectable recèle peut-être l’idée, censurée car malséante, de « beffa ». De même (ou à l’inverse), Danielle Boillet se penche sur la réception en son temps de l’Adone de Marino, dont le résultat fut la mise à l’index de l’ouvrage, pour cause de prétendue obscénité. Les règles du bon comportement en société sont soumises au contexte politique et culturel dans lequel naissent manuels et discours : c’est ce que prouvent les études de Théa Picquet sur le Galateo de Della Casa, et, dans un tout autre registre, d’Utzima Benzi sur les discours enflammés du prédicateur contre-réformiste Francesco Panigarola. Un bon comportement qui demeure le souci des philosophes des Lumières, malgré quelques critiques de leur part, comme le démontre le texte de Raymond Abbrugiati à propos du « Café », et, de façon plus absolue sans doute, celui des classes bourgeoises, comme en attestent les manuels de savoir-vivre des toutes premières années du XXe siècle, tel celui de Matilde Serao qu’examine Michela Toppano. Enfin, à un niveau strictement linguistique, Sophie Saffi, prenant appui sur un texte dont José Guidi appréciera le choix, Le Prince de Machiavel, se penche sur l’usage du Tu, du Voi et du Lei et sur les rapports hiérarchiques entre locuteur et interlocuteur, à une époque où l’usage du Lei n’est pas encore fixe.

9La quatrième section, Regards sur soi …et sur les autres, est toujours placée, bien sûr, sous la bannière de ce qui est bien et de ce qui est mal, mais en des formes encore différentes. Il y a d’abord les femmes qui, mal considérées au XVIe siècle quand elles s’exercent à des activités culturelles traditionnellement réservées aux hommes, tiennent néanmoins à donner d’elles une image respectable ou affirmer des droits, comme le démontrent les études de Silvia Fabrizio-Costa sur la comédienne Isabella Andreini et de Chiara Pisacane sur les poétesses Vittoria Colonna et Gaspara Stampa. Ensuite, Piero Floriani montre que Guichardin, malgré de radicales différences avec Castiglione, a toutefois lancé des regards sur le Cortegiano, comme semblent en témoigner des traces relevées dans les Ricordi. Dans la Divine Comédie, Dante porte un regard de juge sur l’humanité entière : Jean Lacroix traite cette démarche sous l’angle précis et original de la figure de l’oiseau, qui, d’« agent du Mal », devient « vecteur de redressement », puis « signe de transcendance ». Avec Gérard Luciani, c’est le regard porté par un conservateur, Pietro Zaguri, sur la Révolution Française qui nous est présenté. Enfin, l’ensemble du parcours se clôt avec Raul Grisolia sur la vision que Pasolini offre de la société romaine à travers quelques films célèbres comme Accattone, Mamma Roma ou La ricotta.

  • 1  Comme le mentionne chacun des numéros de notre revue, c’est à Raul Grisolia que nous devons l’imag (...)

10Ce double volume, qui s’était ouvert sur la « mauvaise conduite » d’habitants de la ville de Naples, s’achève sur une forme de « mauvaise conduite » à Rome. Mauvaise conduite ? Le regard porté sur leur ville par les auteurs (le premier vit à Naples, l’autre à Rome) conserve le recul critique du connaisseur et de l’analyste. Matteo Palumbo et Raul Grisolia, deux représentants culturels de l’Italie (l’universitaire et l’artiste1), deux amis de José Guidi – amitiés nouées dans le cadre de l’Université de Provence – encadrent les témoignages d’amitié et d’estime de collègues et de chercheurs jeunes et moins jeunes qui se déclinent au fil des pages.

11De José Guidi nous retiendrons aussi, outre les « bonnes manières » dont il fit lui-même preuvre, les moments de grâce où nous profitâmes des effluves d’une sélective et prodigieuse mémoire qui lui permit souvent de réciter d’un trait, avec émotion, de longs poèmes d’Apollinaire ou d’Aragon, ou de fredonner avec nous des textes de Brassens. « Souvenir, souvenir,… » dit un sonnet de Verlaine (…et – au pluriel – une chanson de jeunesse de Johnny Hallyday). Ce pouvait être un thème fédérateur pour ce volume. Mais sans doute aurait-il été moins original, moins attrayant.

Haut de page

Notes

1  Comme le mentionne chacun des numéros de notre revue, c’est à Raul Grisolia que nous devons l’image qui orne la couverture d’« Italies ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°11, Bonnes manières et mauvaise conduite, 2007.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Présentation », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/1026

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org