Navigation – Plan du site

Introduction

Brigitte Urbani
p. 5-14

Entrées d’index

Mots-clés :

jardin
Haut de page

Texte intégral

  • 1  À l’heure où nous écrivons a lieu, à l’Institut culturel italien de Paris, toute une exposition co (...)

1Ce numéro de la revue « Italies » s’insère avec plaisir dans le mouvement qui, ces toutes dernières années, a lancé à nouveau, dans leur réalité effective comme dans leur représentation littéraire et artistique, la “mode” des jardins, et souhaite apporter sa contribution à l’exploration de cette éternelle parcelle, petite ou grande, de fraîcheur, de verdure, de fleurs, ou plus prosaïquement de légumes ou de fruits1. Ont participé à son élaboration des enseignants et des chercheurs du département d’italien de l’Université de Provence, des collègues des Université de Dijon (Claude Imberty), Lyon III (Jean Gonin, Michel Feuillet), Nancy (Elsa Chaarani), Nantes (Catherine de Lanfranchi), et des chercheurs ou universitaires italiens de Pesaro (Marzia Pieri), Pescara (Marilena Giammarco), Rome (Antonio Lanza), Turin (Renata Lodari), qui ont répondu à notre invitation.

Quelques repères bibliographiques

  • 2  Gianni Venturi, Ricerche sulla poesia e il giardino, in Storia d’Italia. Annali, 5, Il paesaggio, (...)

2Le thème du jardin, en effet, est loin d’être anecdotique ou marginal. « Il giardino come storia di un’idea e di un topos, addirittura come “teatro del mondo” », écrit Gianni Venturi, « sembra confondersi con l’essenza stessa della letteratura, cornice o protagonista di storie, di simboli ed emblemi, di utopie religiose o amorose »2. Et il s’agit d’un thème typiquement italien : l’appellation de “jardin à l’italienne” qui, de Florence, se répandit dans toute l’Europe, le prouve. Comme plusieurs des articles ici rassemblés le rappelleront, le jardin s’inscrit très fortement au sein des contextes politiques, sociaux, culturels, et il est le reflet de notre manière d’être et de percevoir le monde.

  • 3  François Roche, Rome côté jardin, Arles, Actes Sud, 2003, 266 p.

3Fabuleux jardins orientaux de l’Antiquité lointaine, jardins mythiques des épopées gréco-latines ou encore jardin d’Éden où Adam et Ève furent heureux avant le péché, tous appartiennent à notre imaginaire, revêtant dans notre esprit les contours idylliques d’oasis ensoleillées aux fraîches fontaines, aux allées fleuries et aux arbres chargés de fruits et d’oiseaux. C’est à partir de ces images idéalisées que les riches patriciens romains se firent construire de splendides villas autour de Rome, en Toscane, dans la baie de Naples. Le récent ouvrage de François Roche, Rome côté jardin3, tente de reconstituer, entre autres, ces immenses domaines, disparus en tant que tels – car l’art des jardins, art fugace par excellence, ne laisse pas de traces pérennes – mais que l’imagination peut recréer à partir des vestiges architecturaux, comme par exemple ceux du Palatin ou de l’immense domaine de la villa d’Hadrien. Des jardins confiés à des architectes, dont les propriétaires étaient jaloux et fiers, et qu’ils ne manquaient pas de faire parcourir à leurs invités de marque.

  • 4  Sur Pratolino, cf. Rosa Maria Frigo, Le jardin d’eau dans les relations de voyage du XVIe siècle, (...)

4Ce sont ces merveilleux jardins que les humanistes de la Renaissance cherchèrent à reconstituer pour faire revivre en leurs enceintes les riches heures de l’Antiquité. Reprenant à leur compte les principes de Vitruve, utilitas et venustas, ils en firent des morceaux de nature domestiquée, où parterres et plantations obéissaient à une géométrie rigoureuse, où l’usage de semper virens effaçait la marque trop évidente du passage des saisons, où les haies et les buissons, sculptés avec art, confirmaient le raffinement des propriétaires, où statues et fontaines joliment décorées de naïades et de tritons peuplaient les lieux de divinités antiques, où la passion des collections réunissait ensemble espèces végétales rares et exotiques et statues et bas-reliefs exhumés de récentes fouilles archéologiques. Ces jardins à l’antique qui, au cours des décennies qui suivirent, se multiplièrent dans toute l’Italie, atteignirent un tel degré de splendeur que des fortunes furent engagées pour leur conception et leur entretien, et que furent même organisées des “tournées” à travers les plus beaux jardins de la péninsule. Celui de la villa Lante, à Bagnaia, près de Viterbe, celui de la villa d’Este à Tivoli ou celui de Pratolino en sont de prestigieux exemples4.

  • 5  Michel Baridon, Les jardins, Paris, Robert Laffont, 1998, 1260 p.
  • 6  Cf. note 4.
  • 7  Éd. fr. : Paris, Arthaud, 1963, 259 p.
  • 8  Fribourg, Office du livre, 1987, 216 p.
  • 9  Paris, Éditions Pierre Terrail, 1992, 224 p.
  • 10  Paris, Éditions Pierre Terrail, 2002, 207 p.
  • 11  Éd. fr. Actes Sud, 1997 ; éd it. : Milan, Federico Motta ed., 1996.
  • 12  ...Guida completa, Firenze, Giunti, 2001, 189 p.
  • 13  Actes Sud, 2001, 167 p.
  • 14 Giardini e ville del Lago Maggiore. Un paesaggio culturale tra Ottocento e Novecento, a cura di Ren (...)
  • 15  Signalons, pour la qualité des textes et des images et pour l’admirable concision d’ensemble, le p (...)

5À côté de travaux scientifiques très poussés comme, en France, ceux de Pierre Grimal sur les jardins antiques et de Michel Baridon sur les jardins d’Europe5, et, en Italie, ceux de Gianni Venturi sur les jardins littéraires ou encore ceux des participants au riche et passionnant colloque de Vérone sur La letteratura e i giardini6, nombreux aujourd’hui, à l’ère de la photographie, sont les ouvrages abondamment illustrés d’images de rêve. Georgina Masson, dans un livre qui a fait date, Splendeurs des jardins d’Italie7, effectue un historique très clair, puis passe en revue les principaux jardins de toute l’Italie, signalant les spécificités de chacun. Günter Mader et Laila Neubert-Mader font de même dans Jardins italiens, un splendide volume aux superbes photos8. Plus spécifiquement consacrés à la Toscane sont le bel ouvrage de Sophie Bajard et Raffaello Bencini, Villas et jardins de Toscane9 – auteurs également d’un autre beau livre sur Rome. Palais et jardins10 – ainsi que les études réunies par Cristina Acidini Luchinat sous le titre Jardins des Médicis. Jardins des palais et des villas dans la Toscane du Quattrocento11. Signalons également un joli petit guide des Giardini di Firenze e della Toscana, par Mariachiara Pozzana12. Dans la même collection que le livre déjà cité sur les jardins de Rome, François Roche avait publié, deux ans auparavant, Florence côté jardin13. Tout récemment de belles éditions ont été consacrées aux jardins de l’Italie du Nord, comme l’ouvrage de Renata Lodari, Giardini e ville del Lago Maggiore14. Et nous ne citons là que ceux qui nous ont le plus marquée parmi la quantité de publications de ces dernières années, nées du regain d’intérêt pour les jardins, et qui tous ou presque offrent une riche bibliographie en la matière15.

  • 16  Gianni Venturi, op. cit., p. 666.
  • 17 Ibidem, p. 708.
  • 18 Ibidem, pp. 665-749. Gianni Venturi poursuit son étude chronologique du jardin littéraire dans Le s (...)

6Gianni Venturi, lui, s’est essentiellement attaché au « cangiante mutarsi del tema del giardino nella letteratura italiana »16 depuis le Moyen Âge (hortus conclusus, locus amoenus, jardin d’amour, jardin Renaissance, puis jardin maniériste et jardin baroque, etc.), surtout aux liens entre jardin et Histoire, le jardin devenant « fulcro del potere, luogo teatrale attorno al quale si aggrega la vita di corte »17, mais aussi, plus littérairement, au jardin comme « idea mentale » (Le songe de Poliphile), enjeu d’une rivalité entre nature et magie (jardins d’Armide, d’Alcine), nature et jeux verbaux (poésie baroque), et donc « universo di parole » plus que lieu véritablement plausible18.

7Quant aux actes du colloque de Vérone, où sont objets d’étude des textes littéraires de tous les pays d’Europe, y sont examinées toutes les acceptions du jardin littéraire, depuis le « jardin de pensée » de Charles d’Orléans jusqu’aux récits de voyages dans les jardins d’Italie en passant par les jardins de la mémoire de Rousseau et de Proust, les divers usages érotiques de la métaphore jardin-corps féminin ou les « incidences philosophiques et politiques de l’art des jardins ».

  • 19  Ils représentent toutes les villas possédées par les Médicis à la fin du XVIe siècle, avec, tout a (...)

8Si l’on revient à des considérations purement topographiques, il apparaît qu’en Italie, d’une manière générale, la villa et son jardin obéissent à une organisation rigoureuse de l’espace, en vertu du souci du « bello ordine » prôné entre autres par Leon Battista Alberti. Tout est organisé autour d’un axe principal – le chemin conduisant du portail d’entrée à la villa – axe lui-même coupé d’axes secondaires toujours rectilignes, menant à la villa elle-même, ou à un bassin, à une statue, à un belvédère, à une grotte, comme le démontrent les merveilleux tableaux en demi-lune, peints à la fin du XVIe siècle pour les Médicis par le peintre flamand Juste Utens19. Les parterres, ou plus généralement les plantations, ont des formes géométriques de base (carré, cercle, demi-cercle) qui peuvent se compliquer de dessins complexes comme ceux formés par les labyrinthes de verdure.

  • 20  Cette brève synthèse est dérivée tout particulièrement de l’ouvrage de Günter Mader et Laila Neube (...)

9Le jardin italien est une succession d’espaces, telles les pièces d’une maison, mais rarement ordonnés sur un plan tout horizontal : comme le jardin roman antique, il s’étale sur un flanc de colline, en espaliers, de façon à offrir une agréable perspective. La villa, souvent perchée sur une petite colline, est pourvue d’une terrasse et d’un escalier monumental qui ménagent l’intégration de l’édifice au paysage environnant, de même que d’autres escaliers permettent le passage d’un étage du jardin à un autre et assurent aux fêtes un bel espace théâtral. Ils sont ornés de parterres géométriques ; les arbres fruitiers sont alignés avec régularité. Immanquable est la limonaia ou orangerie, où sont disposés des orangers et des citronniers plantés dans des pots de terre. La pergola, zone de fraîcheur où la verdure fait un toit (vigne ou autres plantes grimpantes), est un élément obligé associant nature et architecture, de même que le sont les fontaines ornées de sculptures et les petits plans d’eau pourvus éventuellement d’un îlot en leur centre. Peuplés de statues, ils offrent souvent, en leurs recoins secrets, des grottes artificielles ornées de mosaïques de galets ou de coquillages. Enfin, ils comportent toujours un bosco, espace de nature sauvage où l’on vient chercher la fraîcheur, pan presque intact de la forêt non loin de laquelle a été édifiée la villa, qui forme un contraste étudié avec les plates-bandes géométriques de végétation et les plantations du jardin d’agrément proprement dit20.

Jardins de Toscane

10Aujourd’hui, en Toscane et ailleurs, on essaie de reconstituer dans leur authenticité les beaux jardins du passé, en lesquels on reconnaît une part précieuse du patrimoine. À Florence et autour, les jardins des demeures médicéennes sont à nouveau garnis de grands pots de terre cuite plantés d’orangers et de citronniers ; à nouveau des pergolas sillonnent l’espace ou longent les murs des demeures ; contre des haies de verdure sombre ou de l’eau des fontaines se détachent des statues de marbre blanc. Le jardin de Boboli, le plus célèbre, le plus beau, derrière le majestueux palais Pitti, avec ses deux grands “circuits”, cinquecentesco et seicentesco, ses différents niveaux et ses théâtres de verdure, ses grottes, ses statues, sa grande vasque avec îlot, sa longue allée bordée de cyprès, sa limonaia… est le prototype le plus parfait du jardin italien.

11Mais tant d’autres sont à retenir. Même si aujourd’hui, à Careggi par exemple, égaré au milieu des édifices de la zone où s’étend le plus grand hôpital de Florence, le visiteur se sent d’abord perdu, peu après, quand d’aimables personnes en blouse blanche lui ont indiqué l’emplacement de la villa de Cosme l’Ancien, légèrement à l’écart par rapport à l’ensemble, et lorsqu’il a gravi le chemin bordé d’arbres conduisant au sobre bâtiment ocre conçu par Michelozzo, il ne peut, malgré les quelques voitures garées sur la petite esplanade, s’empêcher d’être saisi d’émotion en regardant, à travers la grille (car le jardin est en cours de restauration), le joli décor dans lequel se tinrent les discussions philosophiques du cercle néoplatonicien de Marsile Ficin. Et la même émotion l’envahit quand, guidé par une sympathique concierge très fière de l’accompagner dans quelques belles salles devenues des bureaux et des lieux de réunion, il franchit une porte surmontée d’un beau blason aux boules orangées (« sono arance ! ») donnant accès à une gracieuse loggia peinte à fresques d’où il surplombe ce célèbre jardin.

12De même, la villa de Castello – qui abrita autrefois le Printemps et la Naissance de Vénus, et dont le jardin fut orné du puttino de Verrocchio et peut-être du David de Donatello – n’est plus dans la campagne mais bien dans la banlieue citadine, à l’intérieur d’une zone bâtie de villas modernes. On ne la visite pas, mais on a accès au grand jardin, à sa charmante fontaine, puis aux espaliers garnis d’orangers en pots, et enfin, par un chemin montant sur la droite, au bosco dense de chênes verts au milieu desquels un Gennaio au puissant dos michelangiolesco surgit d’un bassin d’eau dormante. À quelques minutes à pied de là, voici la villa La Pietraia, avec sa terrasse et ses deux grands bassins, depuis lesquels le jardin descend en degrés réguliers, au-dessus de Florence. En se rendant de l’une à l’autre, on sera passé devant la majestueuse enceinte du jardin de la villa Corsini dont on aura aperçu l’extrémité des grands arbres.

13Quant au si beau jardin, autrefois peuplé d’automates et théâtre de fêtes somptueuses, de la villa de Pratolino, si le visiteur mal informé ignorait qu’il n’ouvrait au public que le dimanche, il imaginera à partir de photos l’immense zone accidentée en laquelle se dresse, étrange divinité tutélaire dans une végétation demeurée sauvage comme à Bomarzo, le grand Appennino de l’élève de Giambologna, Antonio Novelli, ce même sculpteur qui éleva le gigantesque Polyphème tout blanc, occupé à boire à la régalade, planté au beau milieu de la pelouse verte de ce qu’il reste, près de la gare Santa Maria Novella, des Orti Oricellari.

14Hors de Florence, sur la route de Pistoia, on se rendra ensuite à Poggio a Caiano. La villa, extérieurement, est demeurée intacte, parée de la belle frise robbiana en terre cuite vernissée qui ceint horizontalement sa façade. Si la Charte de Venise exige que l’on maintienne les monuments sous l’aspect de leur dernière fonction historiquement représentative, et si donc, hélas, c’est le souvenir de Victor-Emmanuel et non des Médicis qui flotte dans les somptueuses salles meublées de l’édifice – car la villa devint résidence royale pendant la courte période où Florence fut capitale de l’Italie – le jardin, lui, a retrouvé son aspect “Renaissance”, avec, sur le devant, ses buis taillés en boule, ses parterres symétriques, son bassin ; puis, sur le côté, la vaste zone des orangers et des citronniers en pots ; et enfin, par derrière, le bosco planté de grands arbres d’espèces très différentes, déployant une riche gamme de feuillages et de verts, à travers lequel chemine un sentier ombragé d’où surgissent les vestiges d’une fontaine, d’une volière…

  • 21  Et pas seulement la Toscane. Cf., par exemple, même s’il se rapporte au siècle dernier et si ses c (...)

15Toute la Toscane, d’ailleurs, est un immense jardin21, surtout au printemps, quand les collines sont recouvertes de merveilleux tapis de verdure au sommet desquels se détachent des rangées de cyprès, quand les bas-côtés des chemins explosent littéralement de pâquerettes au cœur jaune doré, de bourraches bleues, de coquelicots vermeils, de boutons d’or, de muscaris violets, d’ornithogales blanches, d’astragales roses, quand les oliviers émergent d’un haut tapis de soucis sauvages du plus bel orangé mêlé au jaune pâle des fleurs de sénevé, quand les sous-bois sont émaillés de cyclamens rose foncé, quand les orchidées déclinent leurs multiples espèces, de l’ophrys aux multiflores, à tel point que l’on croirait marcher dans une fresque d’Ambrogio Lorenzetti ou de Benozzo Gozzoli, ou piétiner le parterre fleuri du plus beau des tableaux de Botticelli. Tant est frêle, en Italie, la limite entre art et nature, entre nature et art.

Les contributions

16Les études rassemblées dans ce volume appartiennent à des registres très divers, puisqu’elles touchent à la linguistique, à l’art des jardins, à la littérature, à l’histoire de l’art, à l’histoire tout court. Elles ont été regroupées à l’intérieur de trois rubriques qui scandent le passage du jardin réel au jardin mis en images puis verbalisé.

17La première section, Jardins réels, examine d’abord d’un point de vue étymologique et phonologique les termes jardin et giardino (Sophie Saffi). Ensuite sont visités deux authentiques jardins d’Italie (Renata Lodari) et de France (Catherine Lanfranchi), le jardin à l’italienne résultant d’une exportation en île de France et en Val de Loire des beaux domaines découverts au cours des guerres d’Italie. Enfin, par le biais de lettres pittoresques, nous pénétrons dans le Rocolo, le fameux jardin de la famille d’Azeglio (Colette Gros).

18La deuxième section, Jardins en images, opère un saut iconographique et thématique, depuis les représentations de l’Annonciation des ’300 et ’400 (Michel Feuillet) jusqu’aux fantasmes mis en images au cours des dernières années du XXe siècle par Renato Guttuso à partir du plus célèbre des tableaux de la Renaissance (Brigitte Urbani).

19La troisième partie, la plus fournie, Jardins littéraires, offre un parcours chronologique du Moyen Âge à nos jours, avec d’abord le Paradiso degli Alberti (Antonio Lanza) et le lumineux décor des Api de Giovanni Rucellai (Théa Picquet). Nous passons ensuite par Ferrare avec le jardin d’Aminta (Claude Imberty) et, plus généralement, au théâtre, avec les jardins des pastorales de la Renaissance et de l’âge baroque (Marzia Pieri). Un saut temporel nous conduit dans la Vénétie du XIXe siècle, vers le jardin intertextuel des Confessioni de Nievo (Elsa Chaarani). Enfin le XXe siècle fait parcourir au lecteur les jardins ligures de Montale (Jean Gonin), le jardin dannunziano fleuri de lilas de L’innocente (Marilena Giammarco), les jardins inquiétants de Buzzati (Perle Abbrugiati), le fascinant jardin ferrarais des Finzi-Contini (Sophie Nezri-Dufour), l’étrange jardin romain de Giorgio Vigolo (Judith Obert), le jardin prosaïque et concret d’Erri De Luca (Gabriella De Angelis).

20Mais toujours, nous allons au-delà du décor, au-delà du simple paysage végétal. Car nous y décryptons les hiéroglyphes de l’existence, l’empreinte de notre être au monde, de notre rapport à l’extérieur et à autrui.

Haut de page

Notes

1  À l’heure où nous écrivons a lieu, à l’Institut culturel italien de Paris, toute une exposition consacrée aux Giardini di Toscana, alimentée de conférences et de manifestations artistiques diverses.

2  Gianni Venturi, Ricerche sulla poesia e il giardino, in Storia d’Italia. Annali, 5, Il paesaggio, a cura di Cesare De Seta, Torino, Einaudi, 1982, p. 666.

3  François Roche, Rome côté jardin, Arles, Actes Sud, 2003, 266 p.

4  Sur Pratolino, cf. Rosa Maria Frigo, Le jardin d’eau dans les relations de voyage du XVIe siècle, in La letteratura e i giardini, Atti del convegno di Studi di Verona [Garda, 2-5 ott. 1985], Firenze, Olschki, 1987, pp. 227-240.

5  Michel Baridon, Les jardins, Paris, Robert Laffont, 1998, 1260 p.

6  Cf. note 4.

7  Éd. fr. : Paris, Arthaud, 1963, 259 p.

8  Fribourg, Office du livre, 1987, 216 p.

9  Paris, Éditions Pierre Terrail, 1992, 224 p.

10  Paris, Éditions Pierre Terrail, 2002, 207 p.

11  Éd. fr. Actes Sud, 1997 ; éd it. : Milan, Federico Motta ed., 1996.

12  ...Guida completa, Firenze, Giunti, 2001, 189 p.

13  Actes Sud, 2001, 167 p.

14 Giardini e ville del Lago Maggiore. Un paesaggio culturale tra Ottocento e Novecento, a cura di Renata Lodari, Torino, Centro Studi Piemontesi, 2002, 278 p.

15  Signalons, pour la qualité des textes et des images et pour l’admirable concision d’ensemble, le petit livre de Gabrielle Van Zuylen, Tous les jardins du monde, dans la belle petite collection “Découvertes Gallimard” (2002 [1994], 176 p.).

16  Gianni Venturi, op. cit., p. 666.

17 Ibidem, p. 708.

18 Ibidem, pp. 665-749. Gianni Venturi poursuit son étude chronologique du jardin littéraire dans Le scene dell’Eden (Ferrara, 1979).

19  Ils représentent toutes les villas possédées par les Médicis à la fin du XVIe siècle, avec, tout autour, leur jardin. Presque tous sont exposés au petit musée de “Firenze com’era” : à voir absolument !

20  Cette brève synthèse est dérivée tout particulièrement de l’ouvrage de Günter Mader et Laila Neubert-Mader, Jardins italiens, cité.

21  Et pas seulement la Toscane. Cf., par exemple, même s’il se rapporte au siècle dernier et si ses conclusions ne sont pas toutes positives, le bel essai de Giovanni Dotoli sur les Pouilles : Il viaggiatore francese nel giardino del Sud, in La letteratura e i giardini, cit., pp. 201-225.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°8, Jardins, 2004

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Introduction », Italies [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 26 janvier 2010, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/1028

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org