Navigation – Plan du site
Volatiles nobles et moins nobles

Poule sacrée, poule profane : Divination et Comédie dans un pamphlet de la guerre de Piémont (1600)

Dénes Harai
p. 349-372

Résumé

Cet article étudie un pamphlet qui soutenait avec originalité la politique de Henri IV contre Charles-Emmanuel Ier, duc de Savoie. L’écrit en question est l’Augure prodigieux tiré d’une poule par le Sénat de Chambéry sur la fin de juillet mil six cens. Œuvre d’un atelier littéraire bressan, ce pamphlet assigne un rôle surprenant à la figure de la poule grâce à l’interaction de la divination antique et de la comédie italienne de la Renaissance. En relation avec l’histoire diplomatique et militaire, l’analyse de la “poule savoyarde” permet d’appréhender la guerre de Piémont sous un jour nouveau, celui de la culture.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

guerre, histoire, pamphlet, poule

Géographique :

Savoie

Chronologie :

XVIe, XVIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jacques Pinaux, La métaphore animale dans quelques pamphlets du XVIe siècle, dans Robert Aulotte ( (...)

1Au XVIe siècle, la guerre faisait l’objet pour la première fois d’une propagande au sens moderne du terme, grâce à la publication massive de pamphlets et d’estampes qui continuaient le conflit des armes par des mots acérés et des images saisissantes regorgeant de motifs animaliers. Instruments de métaphore et d’allégorie, ces derniers étaient généralement destinés à déshumaniser l’adversaire en le dotant d’un aspect et d’un comportement d’animal répugnant1. Par conséquent, les animaux choisis par les pamphlétaires sont des bêtes féroces et nuisibles qui devaient inspirer aux lecteurs effroi et dégoût. Les auteurs ne faisaient élection d’animaux “paisibles” que pour pouvoir montrer avec plus de facilité l’extrême complexité des conflits européens ou pour dédramatiser la guerre en tournant en dérision l’image de l’adversaire. Si le rôle rhétorique et politique des “mauvaises bêtes” est bien connu dans la littérature politique moderne, la présence relativement rare des animaux “paisibles” n’a pas été remarquée par l’historiographie. Cette étude propose l’analyse des raisons politiques et des modalités littéraires d’une telle présence en prenant l’exemple d’un pamphlet de la guerre de Piémont.

  • 2  Publié en 1600 par Anthoine Le Blanc à Grenoble [BibliothèqueNationale de France, 8-Ye-5840], ensu (...)
  • 3  La date de parution est antérieure à la déclaration de guerre d’Henri IV au duc de Savoie (11 août (...)

2Il s’agit de l’Augure prodigieux tiré d’une poule par le Sénat de Chambéry sur la fin de juillet mil six cens2. Soutenant la politique italienne d’Henri IV, cet écrit anonymerevêt la forme d’un poème de six pages qui totalise soixante dix-sept vers. L’Augure prodigieux est la pièce éponyme d’un recueil de quatre pamphlets comprenant L’Opportuné du duc de Savoie, l’Exposition sur le centaure savoisien autour duquel se void encore Opportuné et l’Entrée du duc de Savoye à Lyon et son allée en Cour. Ces titres suffisaient pour annoncer aux lecteurs de l’époque que le contenu du recueil n’est pas le même que celui des “récits véritables”. En effet, ces pamphlets ne décrivent pas les évènements politiques et militaires de 1600 mais les commentent de façon humoristique en caricaturant le duc de Savoie, Charles-Emmanuel Ier (1562–1630), à la veille de la guerre contre la France3.

  • 4  René de Lucinge, Les occurrences de la paix de Lyon (1601), Alain Dufour (éd.), Genève, Droz, coll (...)
  • 5  Ibidem, p. 26. Jules Baux, Histoire de la réunion à la France des provinces de Bresse, Bugey et Ge (...)
  • 6  Henri Lancelot-Voisin de La Popelinière, L’histoire de la conqueste des païs de Bresse et de Savoy (...)
  • 7  Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, Londres, 1734, t. 13, p. 518.
  • 8  La Popelinière, op.cit., p. 64.

3Le casus belli était l’occupation savoyarde du marquisat de Saluces (1588). L’enjeu était financier et stratégique : d’une part, l’occupation savoyarde du marquisat fit perdre à Henri IV 400.000 écus de revenus, d’autre part l’ambition italienne de la politique française exigeait la possession du marquisat qui était pour les Espagnols « l’avant-mur de leur Milan » et « la porte de toute l’Italie »4. Le traité de Paris du 27 février 1600 mit fin aux hostilités discontinues depuis 1591 en offrant le choix au duc de Savoie entre la restitution du marquisat ou sa compensation par la cession à la France de « la Bresse et du Val de Pérouse y adjacente en Piémont »5. La date limite de la réponse du duc fut fixée au 1er juin 16006, puis reportée au 1er août7 et finalement au 10 août8. C’est à ce moment que prend place l’Augure.

L’atelier littéraire de Claude Vezu et la parodie de la divination

  • 9  L’Oracle de Savoye contenant les prédictions véritables faictes au duc de Savoye sur l’Estat de la (...)

4Comme les autres pièces du recueil, ce pamphlet anti-savoyard n’est pas signé. Cependant, en le situant dans un contexte littéraire plus large, on peut identifier l’atelier dont il fut issu. À l’été 1600, l’Augure n’est pas le seul écrit anonyme qui utilise le motif divinatoire à propos de la guerre de Piémont. En août, l’imprimerie lyonnaise de Claude Gilet publie L’Oracle de Savoye contenant les prédictions véritables faictes au duc de Savoye sur l’Estat de la France9. On est en droit de rapprocher ces deux publications de l’atelier du seul auteur politique du temps qui se montre partisan de la victoire française contre le duc de Savoie et qui fait usage d’un discours divinatoire parodié.

  • 10  Giacomo Marchisetti, Oraison panegeryque de la paix au très-chrestien roy, Henry IV roy de France (...)
  • 11  Paris, Fleury Bourriquant, 1607, in-8°, 16 p., [BNF, Ye-34672].

5L’auteur en question est Claude Vezu qui se dit « Bressan ». C’est au lendemain de la paix de Lyon qu’il apparaît pour la première fois sur la scène publique avec sa traduction de l’Oraison du théologien pisan Giacomo Marchisetti10. La traduction est suivie d’une Élégie au roy sur la paix, d’un Sonnet au roy, de deux sonnets et d’un quatrain à la reine Marie de Médicis. Vezu n’y décrit aucune divination car l’événement n’aurait pu s’y prêter que difficilement. L’auteur bressan réapparaît six ans plus tard avec les Augures et présages heureux veus à la naissance de Monseigneur le duc d’Orléans présentés au Roy à Fontainebleau11. Cet écrit est précédé d’un sonnet de Guillaume de Verdun qui présente Vezu sous les traits d’un devin professionnel.

Des augures des Cieux tu es le vray sonneur

Car Dieu qui dessus toy ceste doctrine eslance

De l’expliquer au vray il t’a donné puissance

  • 12  Ibidem, p. 4.

Pour te rendre à jamais de la Parque vaincqueur.12

  • 13  Son travail consista à « escrire et dresser les procès verbaux des prisées, estimations et visitat (...)
  • 14  Même les recherches consacrées aux oubliés de l’histoire bressane ignorent l’existence de cet aute (...)

6Depuis mai 1575, de Verdun travaillait à Paris comme « clerc et greffier de l’écritoire »13. On ne dispose quasiment d’aucune information biographique sur Claude Vezu à l’exception de son identité bressane et de son attachement au roi de France14 :

Heureux et bien heureux François,

Bressans heureux, qui changez d’estre,

Pour servir au Roy vostre Maistre,

  • 15 Vezu, Augures et présages heureux…, p. 8.

Et non au Prince Piedmontois.15

7Les deux écrits signés de Vezu sont en français et célèbrent la victoire d’Henri IV sur la Savoie. Peut-on alors faire un lien, vers 1600, entre Vezu et les publications anti-savoyardes anonymes aux motifs divinatoires ? Un tel rapprochement peut se justifier par l’étude des occurrences de la prédiction et de ses variantes (prédire, annoncer).

  • 16 Op. cit., pp. 3, 8, 9.
  • 17 Op. cit., pp. 6, 7, 10, 13, 14.
  • 18  Op. cit., pp. 5, 10, 13.

Augure prodigieux

(juillet 1600)

Oracle de Savoye

(août 1600)

Augures et présages heureux (1607)

416

1017

418

  • 19  Émile Pascalein, Itinéraires et séjours d’Henri IV en Savoie dans l’année 1600, dans « Revue savoi (...)

8La forte concentration du motif divinatoire dans l’Oracle n’est pas surprenante. Contrairement à l’Augure et aux Augures et présages, ce pamphlet fut publié en temps de guerre, après le 16 août 160019, au moment de la défaite savoyarde à laquelle Charles–Emmanuel Ier ne s’attendait pas malgré les prédictions mystérieuses de ses devins. En premier lieu, c’est l’uniformité des prédictions qui rattache tous les pamphlets au même atelier.

Son Fol luy dit un jour : Tient bon, car je prévoye,

Que le Duc de Savoye un jour doit estre Roy :

Croy-moy et s’il n’est vray, fay que pendu je soye,

Au cas que l’on ne voye et la France et la Savoye

Unis et n’estre qu’un. Or, attens ce temps-là.

Ce Duc, ambitieux, oit volontiers cela […]

Est content de fausser sa Foy

Pour cuider parvenir un jour à estre Roy.

Or, n’est-il Roy, ny Duc ; son païs est en proye :

Car on voit aujourd’huy le Roy Duc de Savoye.

  • 20  L’Opportuné du duc de Savoye dans l’Augure prodigieux…, pp. 8-9.

Si Roy et Duc n’est qu’un ; le Duc, donc, Roy sera.20

Or, s’approche ce temps : Car, en l’an mil six cens

Et pour tout le mois d’Aoust, s’assembleront des gens,

Qui, esmeus aux combats, ne cherchant que la guerre,

Par des bruits foudroyant feront trembler la terre,

Et un païs sera du tout en désarroy :

  • 21  Prognostication faite au duc de Savoye par son devin pour le mois d’Aoust de l’année 1600 dans L’O (...)

D’autant qu’en France, lors, n’y aura point de Roy.21

Aussi, le Duc par un matin

Parlait à son Devin

Luy demanda s’il fait bien

De ne tenir sa promesse au Roy

Et de ne rendre le marquisat.

Son devin luy disait : Monseigneur,

Vous êtes seigneur de grand honneur,

Je trouve par mon Astrologia,

Que la France de Roy n’aura pas

  • 22  Le plaisant discours d’un médecin savoyard emprisonné pour avoir donné advis au duc de Savoye de n (...)

Pour tout ce mois d’Août.22

  • 23  Chambéry, [s.n.], 1603. Ce pamphlet fut traduit par Aimé Constantin et réimprimé à Annecy par Fran (...)
  • 24  Ibidem, p. 7.

9Cette dernière version de la prédiction est en patois savoyard et illustre une propagande régionale dont se chargeait un atelier d’écriture bressane où Vezu jouait un rôle déterminant. Cet atelier aux gages d’Henri IV s’activait trois ans plus tard, lorsqu’il fallait dénoncer l’entreprise savoyarde manquée sur la ville de Genève (1602) : La plaisante pronostication faite par un astrologue de Chambéry avec la moquerie savoyarde23 porte les caractéristiques de l’écriture de Vezu. Premièrement, comme dans l’Augure et Le plaisant discours, on retrouve Chambéry comme capitale de la divination24. On constate aussi la coexistence d’une divination astrologique et d’une divination par les oiseaux.

Il y a déjà plus de trois mois

Qu’au soir, je vois chaque fois

Les poulets se lamenter

Contrairement à l’accoutumé

Puis, vous auriez vu dans la journée

Les corbeaux, les geais et les pies s’attroupées

Après avoir fait leurs voltes dans l’air

Et s’être mis en colère ;

Vous les auriez vus entremêlés,

Puis ils se battaient en tel désarroi

  • 25  La plaisante pronostication…, pp. 5-6.

Que c’était merveille que de les voir.25

  • 26  Augure…, p. 5.
  • 27  Augures et présages…, p. 5.

10Ici, les oiseaux sont des présages, à la différence de l’Augure où la poule est une allégorie comique de la Savoie qui contraste avec l’image sérieuse de la France. Celle-ci est construite de manière homogène dans tous les pamphlets grâce aux termes rattachés à la « France ». Ainsi, voit–on défiler les valeurs idéales du royaume et du roi : confiance, assurance, créance, prudence, puissance, excellence. Quant à Charles-Emmanuel Ier, il est représenté comme un prince superstitieux et crédule qui aurait vu dans l’absence d’Henri IV au mois d’août le présage de son accession à la couronne de France. En choisissant la poule comme porteuse de présages, l’atelier de Vezu remet le duc à sa juste place. Pour bien mesurer l’importance de ce geste, il faut mettre l’Augure en parallèle avec les Augures et présages de 1607. En effet, la poule est montrée ironiquement comme un « divin oiseau » qui « tremoule piteusement ses ailes » et apporte un « hideux présage »26 contrairement à l’aigle des Augures et présages qui est « l’oiseau de Jupiter, augure véritable » des rois appelés à l’Empire27. La divinité est donc l’apanage des oiseaux qui appartiennent à la mythologie royale antique. Par conséquent, la poule enlève d’emblée toute sacralité à l’Augure. En annonçant un contenu fabuleux, celui-ci introduit le lecteur dans un univers fondé sur la dialectique des oppositions qui construisent et déconstruisent tour à tour l’action et les acteurs d’une histoire divinatoire simulée.

11Structurellement, le pamphlet se compose de quatre parties inégales. Le prologue explique le besoin de lire l’avenir savoyard dans l’apparition d’une poule au Sénat de Chambéry (vers 1-8). Le développement du présage occupe la place centrale du pamphlet (vers 9-42) à laquelle succède l’interprétation du présage (vers 43-66). Le pamphlet se termine par un épilogue qui clôt le processus divinatoire (vers 67-77). S’agissant d’un écrit de propagande, il convient de commencer l’analyse par le message politique véhiculé dans l’exégèse. Ce dernier est en effet la première étape dans la conception de l’idée du texte et en détermine la mise en forme qui joue un rôle capital dans l’affirmation du message politique.

Un simulacre de divination

  • 28  A. Bouché-Leclercq, Augures dans Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Ch. Daremberg, (...)
  • 29  Pontus de Tyard, Mantice ou Discours de la vérité de divination par astrologie, Lyon, Jean de Tour (...)

12L’Augure se déroule au Sénat de Chambéry qui était, avec celui de Turin, la première des cours de justice savoyardes. Quant à la nature de l’« augure », le titre ne donne pas de précisions mais laisse entendre qu’il s’agit de l’une des formes divinatoires possibles destinées à prédire l’avenir en interprétant les auspices d’oiseaux28. Le titre frappe par le rapprochement inattendu d’un lieu et d’une pratique que rien ne lie à première vue. En effet, le Sénat incarne les lois divines et humaines qu’anime la raison, tandis que la divination est vue comme une pratique superstitieuse déterminée par le hasard. En 1558, Pontus de Tyard précise même que la seule divination qui puisse être « recevable » doit s’affranchir de toute superstition et s’exercer « par cognoissance de quelque raison naturelle »29. Par conséquent, le Sénat du pamphlet, espace de raison, devient un espace de superstition. Mais cette transformation est également frappante du point de vue spatial. Le Sénat est un lieu couvert tandis que l’étude du vol d’oiseau demanderait un espace découvert.

  • 30  A. Bouché-Leclercq, Auspicia dans op. cit., pp. 583-584.
  • 31  Ibidem, pp. 555-556.
  • 32  Pontus de Tyard dit que « les augures et auspices, les considérations des entrailles sacrifiées et (...)

13Selon le droit augural de la Rome antique, le Sénat, comme toute assemblée délibérante, devait être réuni dans un temple qui était désigné par l’augure avant l’ouverture de la première séance30. Avec un bâton recourbé sans nœud appelé lituus, il délimitait une portion de la voûte céleste et une portion de surface terrestre qui lui correspondait. L’étude des auspices consistait à interpréter soit le vol d’oiseaux, soit l’appétit des oiseaux, le plus souvent celui des poules31. À la lumière des pratiques anciennes, le Sénat de Chambéry rappelle ainsi le modèle du sénat romain dont l’auteur entend souligner clairement le caractère superstitieux face à la raison française. Avant d’être soumise politiquement, la Savoie est montrée culturellement inférieure à la France car elle se fie encore à une pratique païenne dépassée32.

  • 33  Divination et controverse religieuses en France [actes de la journée d’études du 13 mars 1986], Pa (...)
  • 34  Paris, André Rosset, in-16°, [BNF, Arsenal, 8-H-6121].
  • 35  Lyon, Jean Marguerite, in-4°.
  • 36  Augure…, p. 4.

14Au cours du XVIe siècle, l’affirmation de la suprématie française était souvent véhiculée par une littérature divinatoire ou pseudo–divinatoire33. Les guerres contre les Habsbourg et leurs alliées contribuèrent à la multiplication des pamphlets qui utilisaient les motifs d’oiseaux en général et la référence divinatoire en particulier. Ainsi, on voit la parution de l’Aigle qui a fait la Poule devant le Coq à Landrecy (1543)34, du Signe et présage de l’oiseau dict Allerion qui frappé d’un coup de l’ennemy vint tomber au camp du Roy près Dijon (1595)35 et de l’Augure. Deux éléments réunissent tous ces pamphlet. Le premier est l’assimilation morale et comportementale de chaque oiseau à un État : l’Aigle désigne l’Empire, l’Alérion représente l’Espagne, le Coq exprime la France et la Poule au Sénat de Chambéry porte « dessus son front l’image de Savoye »36. Le deuxième point commun est l’affirmation de la suprématie du Coq. Celle-ci impose le rabaissement rhétorique de l’aigle à l’état de poule, celui du vaincu.

  • 37  Op. cit., p. 5.
  • 38  Ibidem.

15Dans l’Augure, la poule tient la place du duc de Savoie « comme le vaillant Coq tient la place du Roy ». L’augure se termine par le souhait de la victoire française et de la soumission savoyarde : « La Poule veut le Coq, aussi veut la Savoye, Pour jouir d’un tel Roy, aux François faire voye »37. L’auteur fait prononcer ces mots à un avocat, membre du Sénat, qui n’était pas « moins entendu à traiter des Augures que les procès cornus par fines conjectures »38. On aperçoit ici un autre rapprochement : celui du travail d’avocat et de la profession de devin. Dans les deux cas, les « fines conjectures » déterminent la qualité de l’interprétation des signes. Il est à noter que « l’augure tiré » par l’avocat ne sert point à prédire l’avenir, mais à aider les Sénateurs à se rendre compte de la réalité du présent :

[…] Messieurs, ce n’est merveille

Qu’une poule, aujourd’hui, du dormir nous esveille,

Où longtemps nostre Duc nous avoit endormis,

Disant, que quelque jour il nous seroit permis,

De jouir, avec luy, du butin de la France,

Car, pour vous dire vray, je n’y ay confiance,

Puisque le Ciel ayant pitié de ce païs

Et de nous (qui, bien tost, des armes envahis,

Maudiront ses dessins) a fait que ceste poule

Ses aisles, devant nous, piteusement tremoule,

Tenant place du Duc et de son desarroy,

Comme le vaillant Coq tient la place du Roy ;

Afin que ne soyons surpris en négligence

D’implorer d’un grand Roy la mercy et clémence,

Et qu’il use envers nous de la mesme faveur

Que jadis son Ancestre en sa juste fureur.

  • 39  Cette accusation est fréquente contre les Grands qui grignotent la souveraineté absolue du roi de (...)
  • 40  Augure…, p. 3.

16Malgré l’ironie générale du pamphlet, la poule devint ici un oiseau vraiment « divin » dans la mesure où sa présence est vue comme un signe céleste qui « éveille » et aide à retrouver la raison, après la démagogie du duc de Savoie, pour éviter les erreurs du passé. Ce passage est représentatif de la littérature royaliste de l’époque qui décrit les prétentions de Charles-Emmanuel Ier à la couronne de France comme les chimères d’une hypnose collective39. La poule fait office d’avertisseur avant l’invasion française et le début d’une guerre que le pamphlétaire veut décisive : la poule « se vint rendre au Parquet, sans evident passage, Auquel les Sénateurs, pour la dernière fois, Se devoient assembler sous leurs premières loix »40. L’augure perd également son caractère divinatoire à cause de la modification de son rôle.

  • 41  Ibidem, p. 5.
  • 42  Ernest Bosc, op .cit., p. 18.
  • 43  Augure…, p. 3.

17Ordinairement, le prince, après avoir délibéré de la guerre, demande l’avis des dieux en ayant recours à la divination. Or, dans l’Augure, le duc de Savoie est absent, et les sénateurs ne sollicitent aucune divination mais ils font interpréter ce qu’ils perçoivent comme des présages41. Le prince n’est plus l’instigateur mais le sujet d’une divination improvisée (apantomancie)42. La preuve en est que la poule parvient au Sénat par hasard, « venant du séjour où sont allés, mourans, ses ayeuls, tour à tour [cuisine], où bien du gelinier de quelque voisinage »43.

  • 44  L’avocat évoque des « secrets que m’apprit autrefois ma grand’mère, / Touchant le vol aislé des an (...)
  • 45 Ibidem, p. 4.

18L’interprétation du vol d’oiseau contraste ici avec la divination chrétienne par la prière (recours aux saints) qu’elle remplace. Ce fait signale un retour vers une pratique superstitieuse dont le caractère ancestral est souligné par une transmission intergénérationnelle44. Le besoin de recourir à une telle pratique suggère l’image d’une assemblée désemparée ne sachant que se fier à une tradition païenne. Le présage n’a plus de signification augurale car il ne manifeste pas la volonté favorable ou défavorable des dieux mais il révèle directement les « mauvais dessins » du duc. La désapprobation divine de la politique savoyarde est donc inhérente au message de la poule que les sénateurs raisonnables ne peuvent qu’admettre sans hésitation. Toutefois, l’atelier de Vezu fait durer le simulacre de divination en précisant que plusieurs sénateurs « se fussent enquis de quel costé l’Oiseau son chemin avoit pris »45.

19L’importance des directions du vol d’oiseau était fondamentale pour l’interprétation des auspices dans les limites du temple. Scindé en quatre par un axe nord-sud et un axe est-ouest, le temple était l’observatoire de la direction du vol d’oiseau. Si la direction se situait à la droite de l’augure (dexter), l’auspice était favorable tandis que si elle se trouvait à sa gauche (sinister), l’auspice était défavorable. La caricature de la divination s’achève par sa suppression rhétorique dans les derniers mots de l’avocat :

Voilà ce que j’en puis dire pour le présent,

Estant ores troublé sur cest evenement :

Je n’ay eu le loisir de réduire en mémoire

Les secrets que m’apprit autrefois ma grand’mère,

Touchant le vol aislé des animaux de l’air :

  • 46 Ibidem, pp. 5-6.

Le Coq estant venu, nous en pourrons parler.46

20L’avocat dit avoir oublié la divination par vol d’oiseau mais il promet de réviser son “art” avant l’arrivée des Français. On voit ici que l’auteur du pamphlet fait toujours coexister le sérieux et le comique. L’oubli des « secrets touchant le vol ailé des animaux de l’air » souligne que l’importance de la poule ne réside pas dans son vol mais dans ses gestes accomplis sur le sol. La large place réservée à la description du présage en est la preuve : l’auteur consacre 34 vers sur 76 à présenter le parcours de la poule au Sénat. L’illusion de la divination est toujours maintenue. Cependant, il ne s’agit point de divination à partir de l’appétit d’une poule sacrée mais de la comédie d’une poule profane.

Un présage comique

21Le caractère comique de la poule réside dans sa mise en scène et dans celle de ceux qui l’observent.

[Elle] se cacha derrière un tapis estendu,

Qui estoit, quelque peu, par le milieu fendu :

Puis, attendant ainsi Messieurs de l’assemblée,

Sans estre aucunement de leur aspect troublée,

Sort la teste dehors par le trou du tapis,

Comme quelque Harlequin, Pantalon ou Zanis :

Puis voyant que chacun aux bancs prenoit sa place,

De mesme, en descendant, s’en vint, de bonne grâce,

Comme les caressant, promener au milieu,

Afin qu’on luy donnast parmy eux quelque lieu.

Lors le Sénat pensant que ce fust une beste

Qui pourroit, par son bruit, aux gens estre moleste ;

Commanda aux Huissiers la chasser loin de là :

Mais, elle s’arrestant, ne s’esmeut pour cela ;

Ainsi sautant lestement de terre sur la Chair,

Dans le Throsne du Duc son juchoir alla faire.

L’Huissier, persévérant à la mettre dehors,

Frappe de son baston et à droit et à tors,

Jusqu’à tant qu’on luy dit : Toubeau, ouvre la porte,

Afin que librement d’icy elle s’en sorte ;

Ce qu’il fit : mais l’Oiseau ne prenant ce chemin,

Son chemin vers le Ciel par la fenestre tint,

Sans qu’il ait eu soucy, dès ce jour, d’apparoistre,

  • 47 Ibidem, p. 4.

Ou bien aux Sénateurs de se faire cognoistre.47

22La disparition de la poule derrière le tapis mural puis l’apparition soudaine de sa tête évoquent les comédiens avant leur entrée en scène. La poule est comparée aux figures célèbres de la comédie italienne de l’époque, d’autant plus que ses mouvements sont montrés comme les résultats d’une mise en scène plus ou moins improvisée à la manière de la commedia dell’arte. L’auteur décrit une poule qui se sent comme dans son poulailler : elle n’est pas « troublée » et elle « ne s’émeut pas ». Elle maîtrise son spectacle, contrairement aux sénateurs et à l’avocat. L’occupation du trône ducal contribue à identifier la poule au duc, lequel n’est pas moins comique que son alter-ego animalier. Malgré les apparences, le duc est donc le protagoniste de l’Augure.

  • 48  Ibidem, p. 3.
  • 49  H. Hammann, Paroles ailées, dans « Revue savoisienne », 1872, t. 4, pp. 27-30.
  • 50  Marin Mersenne, L’usage de la raison, Paris, Adrian Taupinart, 1623, [réédition, Fayard, 2002], p. (...)

23La comédie de la divination par la poule remplace ironiquement la traditionnelle divination astrologique48. En effet, dans l’astrologie, à chaque individu et à chaque État correspondent des constellations astrales. La présence d’une poule ordinaire, incapable de se détacher durablement de la terre49, signifie l’absence de toute constellation céleste et suggère que la Savoie n’a pas de reflet sur le « lambris azuré »50. Mais cette explication ironique est en même temps une grave accusation de paganisme renforcée par la réactivation d’une divination classique dans la dernière strophe :

[L’avocat] Ayant dit, il se teut, puis chacun, de sa place

Se levant, s’en alla au Temple rendre grâce

De ce qu’ils avoient eu des Augures des Cieux,

  • 51  Augure..., p. 6.

Et un docte Advocat interprète d’iceux.51

  • 52  Cette religiosité païenne est vue comme une idolâtrie démoniaque dans l’Oracle de Savoye. La divin (...)

24Ici, la distinction claire entre le temple de l’augure, à l’intérieur du Sénat, et celui des Dieux, à l’extérieur du Sénat, permet la poursuite du rapprochement de l’espace de raison et de l’espace de superstition52. Le coup de maître rhétorique du pamphlétaire est la construction d’une histoire pseudo-divinatoire avec la récupération des mots et des rites de la divination classique. L’atelier de Vezu met en scène une divination qui n’en est pas une mais qui ne peut être dévoilée qu’à l’aide du modèle dont elle est issue.

  • 53  Hervé Drévillon, Lire et écrire l’avenir : L’astrologie dans la France du Grand Siècle (1610–1715)(...)
  • 54  La prétendue crédulité de Charles-Emmanuel eut pour effet la destruction de l’image idéale du prin (...)

25L’Augure appartient à la famille des parodies du discours divinatoire qui se multipliaient dans les premières décennies du XVIIe siècle, créant « un espace littéraire où les prophètes sont des bouffons et les prophéties n’ont pas à être crues »53. Or, la propagande française ne cessait de montrer à quel point le duc de Savoie croyait à la disparition du roi de France en août 160054.

Fous et bouffons : miroirs d’un prince peu commun

  • 55  Claude Michaud, Henri IV, le pape Clément VIII et les Turcs, dans Daniel Tollet (dir.), « Guerres (...)

26Les pamphlets décrivent les devins du duc comme des fous et les prédictions comme des folies. L’absence de raison est manifeste. Même plus de vingt ans après la paix de Lyon, négociée par l’entremise du cardinal Aldobrandini pour l’unité des forces chrétiennes contre les Turcs55, la propagande française reproche au duc sa légèreté.

Mais, à peine l’Estat est tout ravy de joye

De ceste heureuse paix, que Mars dans la Savoye

Fait sonner la trompette, estend ses estendars,

Et estonne la Bresse au bruit de ses soldats,

Bourg, Conflans, Chamberry, Montmeillan, Charbonnière,

Le Prince Savoyard réduit dedans Thurin,

Souspirant d’avoir creu de léger un devin,

Puis un traicté de paix fut fait par l’entremise

  • 56  La Franciade ou Histoire générale des Roys de France… mis en vers François par le sieur Geuffrin, (...)

D’un Prélat, délégué du Prince de l’Église.56

27Cette légèreté aisée est également dénoncée dans le camp savoyard comme l’explication de la défaite. René de Lucinge, ambassadeur du duc de Savoie en France, négociateur des traités de Paris et de Lyon, rapporte « un plaisant trait » à la veille de la guerre de Piémont qui en est un bon exemple.

  • 57  René de Lucinge, op. cit., p. 34.

L’un des conseillers de ce Prince asseuroit, en son piémontois : « Questi burbi Franios non incabarjan venir à le arme ». Le Prince repart, luy disant comment ille sçavoit. Cettuy-cy, pour toute formelle response, luy dit en mettant le bout du doit indice contre le front : « non so, ma io ho qualque cosa qui dintro che me lo disse » – comme si on disoit en langue françoise : « ces marauts François ne s’oseront jeter à la guerre » et quand on l’en quiert d’où il le sçayt, il dit avec la contenance susdite qu’il ne sçait, mais qu’il avoit quelque chose léans qui l’en asseuroit. Il méritoit les estrivières de fonder son opinion d’une matière si grave de laquelle dépendoit, et de la résolution d’icelle la ruine de la fortune et de l’Estat de ce Prince. Et la faire passer avec un geste d’arlequin et de bouffon, tandis que les bons serviteurs pleuroyent les malheurs que cette guerre devoit engendrer et faire naistre. C’est un des plus suffisant, et duquel le Prince se sert plus communément en toutes ses affaires, et est de plus de la Robbe.57

  • 58  Pierre Victor Palmat Cayet, Chronologie novenaire, « Nouvelle collection des mémoires pour servir (...)

28L’approbation des songes et des prédictions montre l’irresponsabilité du duc qui « ne considérait pas la malice, vanité, mensonge et toujours douteuse incertitude de ces divinations »58. De même, l’atelier de Vezu convoque la folie des prédictions pour souligner le caractère aveuglement prétentieux de Charles-Emmanuel.

Ne vous fiez pas à cette folie

Vous vous en pourrez être repenti

Croyez-moi, je vous en prie : Monseigneur,

  • 59  Le plaisant discours…, p. 5 : « Ne fade pas cela foli / Vo vo en porria repanti / Creide me, jo vo (...)

Un Roy est bien autre qu’un Duc.59

  • 60  Charles Buet, Les ducs de Savoie aux XVe et XVIe siècles, 1878, pp. 340-341. Lucien Bély, La socié (...)
  • 61  La Popelinière, op. cit., p. 59.
  • 62  Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, Londres, 1734, t. 13, p. 517. Selon le philosophe m (...)
  • 63  Ferdinando Gabotto, Un principe poeta : Carlo Emanuele I di Savoia dans « Carlo Emmanuele I, duca (...)
  • 64  Chambéry, Claude Pomar, 1589, 120 p., in-4°. Paul Guichard, La poésie franco-savoyarde au temps de (...)

29L’ambition royale de Charles-Emmanuel n’était pas sans fondement historique. Depuis le début du XVIe siècle, les ducs de Savoie revendiquaient légitimement, mais en vain, le royaume de Chypre occupé par Venise, puis par l’Empire ottoman60. Cela n’empêcha pas la propagande d’Henri IV de considérer cette ambition comme une menace dirigée contre le royaume de France et « l’Empire des Chrestiens »61. Ainsi, l’atelier de Vezu fit descendre la crédulité de Charles-Emmanuel de son ambition démesurée que Jacques-Auguste de Thou qualifie de « naturelle »62. Mais la crédulité suppose aussi que le duc de Savoie devait posséder une fantaisie plus importante et une imagination plus étendue que ne laisse apparaître l’analyse de ses écrits poétiques63. Par ailleurs, les oracles et les songes firent partie intégrante de l’écriture curiale savoyarde comme en témoigne Les Gordians et Maximins ou l’Ambition d’Antoine Favre (1557-1627), « œuvre tragique » dédiée à Charles-Emmanuel64. Leur présence est imposée même par le retour de l’histoire romaine et de l’Étrurie antique qui est un leitmotiv littéraire chez Claude Vezu. Ce dernier lie l’image du duc crédule avec celle du duc risible dans laquelle l’incapacité politique s’accompagne d’une attitude bouffonne.

  • 65  Armand Baschet, Les comédiens italiens à la cour de France sous Charles IX, Henri III, Henri IV et (...)
  • 66  Ibidem, p. 277. Lettre du 5 novembre 1619.
  • 67  Lyon, 1600, [BNF, Res, Y2 922]. Armand Baschet, op. cit, p. 117.
  • 68  Marie-Anne Maurice, Diriger une compagnie théâtrale au début du XVIIe siècle à Paris : Organiser, (...)
  • 69  Charles Mazouer, op. cit., p. 28.
  • 70  Lucette Desvignes, Prénom, Arlequin, nom de famille, Peuple dans Michel Baridon, Norbert Jonard (d (...)

30Les types fixés de la commedia dell’arte – Arlequin, Pantalon – en étaient les représentants par excellence. Dans l’Augure,le recours à ces personnages s’explique d’autant plus facilement que la cour de Charles-Emmanuel était une scène habituelle des comédiens italiens en route vers la France. En juillet 1600, la troupe des Accesi, sous la direction de Tristano Martinelli interprétant le rôle d’Arlequin, jouait devant le duc à Turin avant de se rendre à Lyon et à Paris65. Apprécié de Charles-Emmanuel, Martinelli se moque néanmoins du duc en l’appelant « son petit cousin » dans sa correspondance avec le duc de Mantoue66. On ne s’étonne pas que le comédien italien se permette de glorifier, non sans humour, la valeur militaire du roi de France au détriment de celle du duc de Savoie. Dans ses Compositions de rhétorique (1600) dédiées à Henri IV, Martinelli montre le roi comme « dépensier libéral de canonnades et terreur du Savoyard »67. Après le mariage d’Henri IV avec Marie de Médicis, la fréquente présence des comédiens italiens continuait à rafraîchir une vie théâtrale française de plus en plus effervescente68 et à faire définitivement du personnage d’Arlequin une métaphore politique négative souvent sollicitée par les pamphlétaires69. Lucinge y a recours aussi bien que l’atelier de Vezu. Le personnage d’Arlequin est « naïf, inculte et étourdi, sans instinct de la diplomatie ni de la stratégie »70. Ce portrait correspond à celui que la propagande française voulait donner du duc de Savoie. Le point commun d’Arlequin et de la poule est leur infériorité constante dans les situations où ils se retrouvent. Dans la vision française, cette infériorité de Charles-Emmanuel est le résultat de sa crédulité et de sa mauvaise analyse politique.

  • 71  Palma Cayet, op. cit., p. 115.

Il [le duc] donna par sa lenteur assez d’occasions au Roy de dire contre luy et ses devins qu’ils avoient bien dict et mal pensé, plus mal creu et encore plus mal effectué ses désirs, en ce que dès le 15 août, il n’y avoit eu aucun roy en France ; mais il en estoit volontairement sorty, pour commander à toute la Savoye et aux dépens du duc qui la devoit mieux garder.71

  • 72  La Popelinière, op. cit., pp. 105-107.
  • 73  Pierpaolo Merlin, Tra guerra e tornei : La corte sabauda nell’età di Carlo Emanuele I, Torino, Soc (...)

31Palmat Cayet reprend ici les mots de La Popelinière72 qui dominent la propagande française. Pour celle-ci, le duc de Savoie ne se comporte pas en prince idéal : à ses erreurs d’homme d’État s’ajoutent celles du chef de guerre. Et sur ce point-là la propagande ne fait que renforcer l’écho de l’écriture populaire anti-savoyarde. Contrairement à l’image héroïque que le duc se faisait construire par ses thuriféraires turinois73, le portrait d’un prince peureux se dessinait en Bresse.

Mardi, le duc de Savoie,

N’est-il pas plaisant ?

Il a fait faire une armée

De quatre-vingt dix paysans

Pata-pas, sauve, sauve, pata-pas, sauve de devant !

Il a fait faire une armée

De quatre-vingt dix paysans

Qui n’avoient point d’épée

Et qui mouroient de faim.

Pata-pas, sauve, sauve, pata-pas, sauve de devant !

Qui n’avoient point d’épée

Et qui mouroient de faim

S’ils avoient vu un limaçon

Ils auroient fuis comme courant.

Pata-pas, pata-pas, sauve, sauve, pata-pan

Pata-pas, sauve de devant !

Ils sont tous deux d’un bâton frappé

  • 74  Chanson sur Monsieur le duc de Savoye sur l’air « on dit que la bise souffle », [XVIIe siècle], BN (...)

C’est-à-dire, ils sont d’une même nature et d’une même inclination.74

  • 75  Augure…, p. 4.
  • 76  Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu : La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-ve (...)

32Peur d’un escargot, bâton au lieu de l’épée, paysans à la place des soldats : le duc de Savoie est investi du commandement d’une armée improvisée, indigne même de ce nom, dans laquelle il est abaissé au rang social et à la valeur guerrière peu enviable de ses subordonnés. L’atelier de Vezu semble avoir été inspiré par cette création populaire : au Sénat, on retrouve l’image du duc dans la poule que « l’huissier frappe de son baston et à droit et à tors »75. Le duc n’est plus un modèle mais un anti-modèle. « Portant sur son front l’image de Savoye », la poule offre à Charles-Emmanuel un miroir de prince négatif afin de le réveiller et de le faire revenir à la raison. Mais il s’agit là d’un retour purement hypothétique puisque la propagande française ne pouvait cesser d’opposer la superstition du duc de Savoie à la raison d’Henri IV76.

Conclusion

33L’Augure est représentatif de ces pamphlets qui récupèrent le vocabulaire de la divination antique tout en l’enrichissant de nouvelles significations. Ainsi, le présage de la poule ne concerne pas l’avenir mais le présent. Il n’est pas une prévision mais un souhait politique en voie de réalisation. Toutefois, les auspices sont indissociables de la sphère céleste qu’il s’agisse du vol des oiseaux ou de celui de la renommée. L’originalité de l’Augure demeure dans l’absence de vol d’oiseau qui est un auspice en soi. Lorsque la poule quitte le Sénat par la fenêtre, la direction de son départ n’est pas décrite. L’auteur laisse ainsi la responsabilité aux conseillers du duc de Savoie de choisir entre la guerre ou la paix, entre un avenir néfaste et un avenir faste en s’affranchissant du duc de Savoie dont la nature a été dévoilée par la poule.

  • 77  Jean-François Dubost, La France italienne (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Aubier, 1997.
  • 78  La Popelinière utilise l’image du Centaure pour opposer la « brutale stupidité d’un cheval » incar (...)
  • 79  Charles Mazouer, Le Théâtre d’Arlequin : comédies et comédiens italiens en France au XVIIe siècle, (...)
  • 80  L’allégresse de la France à son Altesse de Savoye arrivant à Fontainebleau, Lyon, Thibaud Ancelin, (...)

34L’élection de la poule comme emblème de la Savoie fut faite en fonction de l’affirmation de la nécessaire soumission de Charles-Emmanuel au roi de France. Le recours à la divination, comme cadre narratif et à la comédie comme mise en scène théâtrale n’est pas indifférent. Le duc de Savoie se voulait plus prince de l’espace italien que de l’espace français : sa capitale était Turin et il portait le titre de « prince et vicaire du Saint-Empire Romain Germanique, marquis en Italie, prince de Piémont ». Ce désir de conquête démesuré que les pamphlétaires français lui attribuaient au dépens de la France fait partie du topos de l’Italien envahisseur et envahissant dans la littérature moderne77. L’auteur met donc délibérément à contribution des références culturelles caractéristiques de l’espace italien en les organisant non pas pour détruire l’image du duc, à la manière de La Popelinière78, mais pour en rire. Ici, « l’humour exige une certaine sympathie, une certaine indulgence »79 pour un prince qui n’est pas totalement étranger car il a hérité de ses ancêtres « un naturel vrayment françois » et des « courtoisies purement françoises »80.

  • 81  Et c’est ainsi qu’elle peut aider à mesurer la fécondité de la mise à contribution historiographiq (...)

35Aux antipodes du coq français, la poule est l’allégorie de la Savoie et l’“héroïne” d’une comédie fondée sur la dialectique subtile du sacré et du profane. Elle apparaît à la fois comme une figure divine et comique qui dédramatise la guerre en la réduisant à une querelle domestique. Par sa mise en scène théâtrale et ses protagonistes protéiformes, la divination se situe entre le vrai et le faux, le sérieux et le comique, la raison et la superstition. Elle devient un spectacle profane dont la sacralité simulée ne fait que renforcer l’effet comique. En relation avec l’histoire diplomatique et militaire, l’analyse de la « poule savoyarde » permet d’appréhender la guerre de Piémont sous un jour nouveau, celui de la culture81.

Haut de page

Notes

1  Jacques Pinaux, La métaphore animale dans quelques pamphlets du XVIe siècle, dans Robert Aulotte (éd.), « Le Pamphlet en France au XVIe siècle », Paris, Centre V. L. Saulnier, Université Paris–Sorbonne, 1983, p. 39.

2  Publié en 1600 par Anthoine Le Blanc à Grenoble [BibliothèqueNationale de France, 8-Ye-5840], ensuite par Thibaud Ancelin à Lyon, 13 p., in-8°. On s’est servi de cette dernière édition pour la présente étude.

3  La date de parution est antérieure à la déclaration de guerre d’Henri IV au duc de Savoie (11 août 1600).

4  René de Lucinge, Les occurrences de la paix de Lyon (1601), Alain Dufour (éd.), Genève, Droz, coll. « Œuvres de René de Lucinge, sieur des Allymes », t. 2, 2000, p. 31.

5  Ibidem, p. 26. Jules Baux, Histoire de la réunion à la France des provinces de Bresse, Bugey et Gex sous Charles-Emmanuel Ier, Bourg-en-Bresse, Typographie de Milliet-Bottier, 1852, pp. 381-385.

6  Henri Lancelot-Voisin de La Popelinière, L’histoire de la conqueste des païs de Bresse et de Savoye par le Roy Très-Chrestien, Lyon, 1601, [BNF, 8-Lb35-773 (A)], p. 63.

7  Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, Londres, 1734, t. 13, p. 518.

8  La Popelinière, op.cit., p. 64.

9  L’Oracle de Savoye contenant les prédictions véritables faictes au duc de Savoye sur l’Estat de la France, au mois d’Aoust de l’an mil six cens, avec un discours notable sur ce subject, Lyon, Claude Gilet, 1600, 15 p., in-8°, [BNF, 8-Lb35-752].

10  Giacomo Marchisetti, Oraison panegeryque de la paix au très-chrestien roy, Henry IV roy de France et de Navarre, prononcée à Lyon en l’église métropolitaine de Saint-Jean, devant les très-Chrestiennes Majestez du Roy, et de la Royne : y assistant l’Illustrissime et Reverendissime M.P. Cardinal Aldobrandin, Légat du S.Siège Apostolique, et plusieurs Princes, Seigneurs et Officiers de la Couronne de France, le 18 jour de Janvier 1601, traduite par Claude Vezu, Bressan, Lyon, Claude Morillon, [1601], 25 p., in-8°, [BNF, 8-Lb35-768].

11  Paris, Fleury Bourriquant, 1607, in-8°, 16 p., [BNF, Ye-34672].

12  Ibidem, p. 4.

13  Son travail consista à « escrire et dresser les procès verbaux des prisées, estimations et visitations de tous édifices, murailles, bastiments, clostures ». Arrêt du 21 octobre 1608 ordonnant la réception de Pierre Amelot en un office de greffier de l’écriture à Paris, nonobstant l’opposition de ses collègues Cyprien Le Prévost, Guillaume et Jean de Verdun, [BNF, Ms. Fr., 18174, f° 8 r°-9 r°].

14  Même les recherches consacrées aux oubliés de l’histoire bressane ignorent l’existence de cet auteur : Joseph Brossard (attribué à), Inconnus ou oubliés : Notes bibliographiques et littéraires sur quelques originaux de la vieille terre de Bresse par un bibliothécaire, 1881, Archives Départementales de l’Ain, Ms. 94, pp. 44-45.

15 Vezu, Augures et présages heureux…, p. 8.

16 Op. cit., pp. 3, 8, 9.

17 Op. cit., pp. 6, 7, 10, 13, 14.

18  Op. cit., pp. 5, 10, 13.

19  Émile Pascalein, Itinéraires et séjours d’Henri IV en Savoie dans l’année 1600, dans « Revue savoisienne », 1895, 2e série, t. 11, p. 179.

20  L’Opportuné du duc de Savoye dans l’Augure prodigieux…, pp. 8-9.

21  Prognostication faite au duc de Savoye par son devin pour le mois d’Aoust de l’année 1600 dans L’Oracle de Savoye…, p. 13.

22  Le plaisant discours d’un médecin savoyard emprisonné pour avoir donné advis au duc de Savoye de ne croire son devin, 1600, [s.l.], [BNF, Ye-49602], p. 4 : « Aussi, lou Dou per un matin / E parlave à son Devin / Ly demanday ce fare bin / De ne teny v Ray promesa / Et de ne rendre lo Marqueza, / So Devin ly disay é Monsiou, / Vo esté seignou de grand honnou, / Ze trouvo per mon Astrologia / Qué poin en Fransy de Ray n’ara / Per tost cetuy may d’Aou. »

23  Chambéry, [s.n.], 1603. Ce pamphlet fut traduit par Aimé Constantin et réimprimé à Annecy par François Abry en 1884, [BNF, 8-Ye-817].

24  Ibidem, p. 7.

25  La plaisante pronostication…, pp. 5-6.

26  Augure…, p. 5.

27  Augures et présages…, p. 5.

28  A. Bouché-Leclercq, Augures dans Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Ch. Daremberg, Edm. Saglio (dir.), Paris, Hachette, t. 1, pp. 550-556. Ernest Bosc, Glossaire raisonné de la divination, de la magie et de l’occultisme, Paris, Librairie du XXe siècle, 1910, p. 10.

29  Pontus de Tyard, Mantice ou Discours de la vérité de divination par astrologie, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1558, pp. 3-4.

30  A. Bouché-Leclercq, Auspicia dans op. cit., pp. 583-584.

31  Ibidem, pp. 555-556.

32  Pontus de Tyard dit que « les augures et auspices, les considérations des entrailles sacrifiées et toutes ces superstitions que l’Étrurie nourissoit sont esteintes », op. cit., p. 4.

33  Divination et controverse religieuses en France [actes de la journée d’études du 13 mars 1986], Paris, Centre V. L. Saulnier, ENSJF, 1987.

34  Paris, André Rosset, in-16°, [BNF, Arsenal, 8-H-6121].

35  Lyon, Jean Marguerite, in-4°.

36  Augure…, p. 4.

37  Op. cit., p. 5.

38  Ibidem.

39  Cette accusation est fréquente contre les Grands qui grignotent la souveraineté absolue du roi de France en détournant ses « naturels sujets » de la voie de l’obéissance. On peut penser par exemple à la perception royaliste d’Henri de Rohan pendant les troubles des années 1620. Dénes Harai, Un pacificateur protestant pendant les guerres huguenotes : l’action d’Auguste Galland (1572–1641), commissaire royal de Louis XIII, en 1626, mémoire de D.E.A. sous la direction de Claude Michaud, Université de Paris 1, t. 1, p. 63.

40  Augure…, p. 3.

41  Ibidem, p. 5.

42  Ernest Bosc, op .cit., p. 18.

43  Augure…, p. 3.

44  L’avocat évoque des « secrets que m’apprit autrefois ma grand’mère, / Touchant le vol aislé des animaux de l’air », Augure…, p. 6.

45 Ibidem, p. 4.

46 Ibidem, pp. 5-6.

47 Ibidem, p. 4.

48  Ibidem, p. 3.

49  H. Hammann, Paroles ailées, dans « Revue savoisienne », 1872, t. 4, pp. 27-30.

50  Marin Mersenne, L’usage de la raison, Paris, Adrian Taupinart, 1623, [réédition, Fayard, 2002], p. 13.

51  Augure..., p. 6.

52  Cette religiosité païenne est vue comme une idolâtrie démoniaque dans l’Oracle de Savoye. La divination préchrétienne est montrée comme l’œuvre d’une manipulation diabolique qui s’opère par de « pernicieuses impostures ». Selon l’Oracle, c’est la crédulité en la tromperie qui fait naître une superstition périlleuse aux affaires d’État. Ce texte commente une divination défavorable à la France. On ne s’étonne pas qu’il ôte toute crédibilité à la divination, à la différence de l’Augure qui décrit une pseudo-divination favorable à la France.

53  Hervé Drévillon, Lire et écrire l’avenir : L’astrologie dans la France du Grand Siècle (1610–1715), Paris, Seyssel / Champ Vallon, 1996, p. 86.

54  La prétendue crédulité de Charles-Emmanuel eut pour effet la destruction de l’image idéale du prince élaborée par les poètes de la cour de Turin (G.C. Molineri, I poeti italiani alla corte di Carlo Emanuele I, dans « Carlo Emmanuele I, duca di Savoia », Torino, Fratelli Bocca Editori, 1891, pp. 235-263).

55  Claude Michaud, Henri IV, le pape Clément VIII et les Turcs, dans Daniel Tollet (dir.), « Guerres et paix en Europe centrale aux époques moderne et contemporaine », Paris, Presses de l’Université de Paris–Sorbonne, 2003, p. 458.

56  La Franciade ou Histoire générale des Roys de France… mis en vers François par le sieur Geuffrin, controlleur au grenier à sel de Noyon, secrétaire de feu Monseigneur le Duc de Mayenne, Paris, chez Anthoine de Sommaville, 1623, pp. 161-162.

57  René de Lucinge, op. cit., p. 34.

58  Pierre Victor Palmat Cayet, Chronologie novenaire, « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l'histoire de France », Michaud, Poujoulat (dir.), t. 12, 1ère partie, Paris, Éd. du commentaire analytique du Code civil, 1838, p. 115.

59  Le plaisant discours…, p. 5 : « Ne fade pas cela foli / Vo vo en porria repanti / Creide me, jo vo en priou : Monsiou / On Ray é bin atrou qu’on Dou. »

60  Charles Buet, Les ducs de Savoie aux XVe et XVIe siècles, 1878, pp. 340-341. Lucien Bély, La société des princes (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 1999, pp. 179-180.

61  La Popelinière, op. cit., p. 59.

62  Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, Londres, 1734, t. 13, p. 517. Selon le philosophe montpelliérain François Bernier (1620-1688), on est ici en présence d’un symptôme typique de l’aspiration princière à une grandeur incessamment croissante et à une omnipotence pérenne (François Bernier, Abrégé de la philosophie de M. Gassendi, Lyon, 1684, t. 4, pp. 491-492). Cette thèse se trouve déjà chez de Thou qui rappelle que le duc ne se mettait pas en défense en août 1600 parce qu’il se laissait séduire par « l’insigne mensonge » des astrologues « en qui les princes ambitieux […] n’ont ordinairement que trop de confiance » (Jacques–Auguste de Thou, op. cit., 539).

63  Ferdinando Gabotto, Un principe poeta : Carlo Emanuele I di Savoia dans « Carlo Emmanuele I, duca di Savoia », Torino, Fratelli Bocca Editori, 1891, p. 188.

64  Chambéry, Claude Pomar, 1589, 120 p., in-4°. Paul Guichard, La poésie franco-savoyarde au temps de René de Lucinge dans « Cahiers René de Lucinge », 1994, n° 29, pp. 28-29.

65  Armand Baschet, Les comédiens italiens à la cour de France sous Charles IX, Henri III, Henri IV et Louis XIII, Paris, Plon, 1882, p. 109.

66  Ibidem, p. 277. Lettre du 5 novembre 1619.

67  Lyon, 1600, [BNF, Res, Y2 922]. Armand Baschet, op. cit, p. 117.

68  Marie-Anne Maurice, Diriger une compagnie théâtrale au début du XVIIe siècle à Paris : Organiser, innover, promouvoir. Valleran Le Conte, chef de troupes de théâtre à Paris (1598-1615), mémoire de Maîtrise sous la direction de Nicole Lemaître et Françoise Hildesheimer, Université de Paris 1 - Panthéon–Sorbonne, 2004, p. 47.

69  Charles Mazouer, op. cit., p. 28.

70  Lucette Desvignes, Prénom, Arlequin, nom de famille, Peuple dans Michel Baridon, Norbert Jonard (dir.), « Arlequin et ses masques » [actes du colloque franco-italien de Dijon, 5-7 septembre 1991], Dijon, Publications de l’Université de Bourgogne, 1992, p. 18.

71  Palma Cayet, op. cit., p. 115.

72  La Popelinière, op. cit., pp. 105-107.

73  Pierpaolo Merlin, Tra guerra e tornei : La corte sabauda nell’età di Carlo Emanuele I, Torino, Società Editrice Internazionale, 1991, p. 189.

74  Chanson sur Monsieur le duc de Savoye sur l’air « on dit que la bise souffle », [XVIIe siècle], BNF, Ms. Fr., 24458, f° 13 r°- v°.

75  Augure…, p. 4.

76  Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu : La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Paris, Champ Vallon, 1990, t. 2, pp. 566-585.

77  Jean-François Dubost, La France italienne (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Aubier, 1997.

78  La Popelinière utilise l’image du Centaure pour opposer la « brutale stupidité d’un cheval » incarné par le duc à la conduite héroïque de l’Hercule François qu’est Henri IV. L’auteur reproche également à Charles-Emmanuel d’avoir exercé et fait exercer des « inhumanités étranges contre toutes sortes de François » qui se trouvaient sur ses terres, op. cit., pp. 49-51.

79  Charles Mazouer, Le Théâtre d’Arlequin : comédies et comédiens italiens en France au XVIIe siècle, Schena editore / Presses de l’Université de Paris–Sorbonne, 2002, p. 267.

80  L’allégresse de la France à son Altesse de Savoye arrivant à Fontainebleau, Lyon, Thibaud Ancelin, 1599, p. 9. La mère de Charles-Emmanuel fut Marguerite, fille de François Ier, Georges Chapier, Dominique Labarrede Raillicourt, Les alliances matrimoniales entre les Maisons de France et de Savoie, Aurillac, Imprimerie Moderne, 1973, pp. 50-51.

81  Et c’est ainsi qu’elle peut aider à mesurer la fécondité de la mise à contribution historiographique de la divination, pressentie par Jules Michelet en 1857 (Jules Michelet, L’oiseau, Paris, Hachette, 1857, p. 318  : « Il serait bon peut–être d’examiner si l’on ne peut tirer aucun parti de la météorologie des anciens, de leur divination par les oiseaux »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°10, Arches de Noé [1], 2006.

Référence électronique

Dénes Harai, « Poule sacrée, poule profane : Divination et Comédie dans un pamphlet de la guerre de Piémont (1600) », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 17 septembre 2008, consulté le 27 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/1122 ; DOI : 10.4000/italies.1122

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org