Navigation – Plan du site
Bien se conduire ? Pas si facile...

Sur l’« erreur » de Godefroi (Jérusalem délivrée, chant XI)

Alain Godard
p. 37-55

Résumé

L’enchaînement événementiel du chant XI fait de l’initiative de Godefroi – revêtant des “armes légères” – la cause principale de l’échec de la tentative d’assaut. Néanmoins, même en ces circonstances, rien ne saurait être reproché au héros. Il se comporte ici aussi en pieux capitaine qui, tout en ignorant ce qu’a décrété la Providence, donne le pas à ses engagements envers Dieu.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Torquato Tasso, Gerusalemme liberata, a cura di Lanfranco Caretti, Torino, Einaudi, 1971 ; III, 58 (...)
  • 2  Exigences qui l’amènent d’emblée à doubler la durée de la croisade : « Già ’l sesto anno volgea, c (...)
  • 3  Le fait que, pour les deux jours de combat (14 et 15 juillet) qui permirent aux croisés d’entrer d (...)

1Alors que les croisés de l’Histoire s’emparent de Jérusalem à leur première tentative d’assaut, ainsi que le relate Guillaume de Tyr, la principale source historique du Tasse, le poète, quant à lui, donne à voir deux assauts, celui nécessairement voué à l’échec du chant XI et celui, victorieux, du chant XVIII. Il a probablement retenu que les efforts et les préparatifs de son capitaine, qui, dès l’arrivée de l’armée devant Jérusalem, scrute les défenses de la ville, en repère les points faibles et fait aussitôt construire les machines de guerre1, devaient trouver sans trop tarder un aboutissement dans le cours de l’action, en dépit de la violente contre-offensive des forces du mal qui s’enclenche au début du chant IV, et de la stratégie de dévoiement et de désagrégation qu’elles mettent en œuvre. Et sans doute le Tasse a-t-il aussi estimé que les exigences de l’amplification épique2, amenant à souligner fortement l’importance de l’obstacle à vaincre, ne toléreraient guère que les croisés du poème enlèvent la ville, comme ceux de l’Histoire, à leur première tentative, et que, par là, la prise de la ville sainte méritait bien qu’il y consacre deux des chants de son œuvre3.

  • 4  L. Caretti, Introduction au chant XI, Gerusalemme liberata, cit., p. 324 : « Lo scontro che segue (...)
  • 5  Riccardo Bruscagli, L’errore di Goffredo (G. L. XI), in « Studi tassiani », XL-XLI, 1992-1993, p. (...)
  • 6  « La gente franca impetuosa e ratta », dit le Tasse (33, v. 1).
  • 7  Seul, semble-t-il, le trop audacieux Alcaste voudra prématurément tenter l’escalade ; il sera jeté (...)
  • 8  Il s’agit de la machine de guerre que Clorinde et Argant parviendront à incendier au chant suivant
  • 9  Dans un affrontement où n’interviennent ni le Ciel ni l’Enfer, les rôles, en tant que défenseurs d (...)

2Avec son chant XI, le Tasse introduit un affrontement guerrier qui se distingue d’emblée des faits d’armes précédemment montrés, heurts de cavalerie, duels ou attaques nocturnes4 ; cette fois les croisés visent à prendre Jérusalem, et, significativement, dans l’économie du chant, la narration des combats se trouve précédée par la longue évocation de la solennelle procession propitiatoire par laquelle le camp chrétien au grand complet gagne le mont des Oliviers, où finalement sera célébrée la messe. Comme l’écrit Riccardo Bruscagli, il s’agit pour la première fois d’un chant « tutto devoluto all’epos storico-religioso della crociata »5. Placé sous ses auspices, et sous le commandement de Godefroi qui a choisi de faire porter l’assaut contre le secteur nord-ouest des murailles, la partie la plus vulnérable, l’attaque chrétienne se développe et progresse avec impétuosité6, certes, mais aussi de manière ordonnée et méthodique, dans le respect des modes et des temps que requiert une tentative d’assaut7. En dépit de la résistance des assiégés, tandis que les frondeurs et les archers de l’armée abattent nombre de défenseurs sur les remparts (32), les fantassins, en s’abritant sous leurs boucliers ou derrière des mantelets, atteignent le fossé et s’emploient à le combler. Dès lors les assaillants peuvent tenter de dresser des échelles ou d’attaquer le mur avec des béliers (39). Puis la grande tour mobile en bois est amenée contre la muraille8 ; tout en protégeant les combattants qu’elle contient, elle leur permet à la fois de faire pleuvoir un déluge de flèches et de traits sur les défenseurs des remparts, et d’attaquer avec un puissant bélier la base de la muraille ; une brèche est vite ouverte (46-51). À ce moment, la résistance païenne laisse voir des signes de faiblesse ; déjà bien des défenseurs encore survivants ont fui, abandonnant leur poste, en sorte que seuls « pochi arditi » demeurent aux côtés de Soliman, Argant et Clorinde, qui ont vu immédiatement le danger et se sont portés devant la brèche9. Godefroi, présent sur les lieux, aperçoit au-delà de la trouée les trois combattants païens, il s’apprête à charger (« e già sentiasi il core / tutto avvampar di generoso ardore », 52, vv. 7-8) ; il demande à Sigier de lui donner un bouclier moins lourd que le grand et pesant écu qui l’a protégé jusqu’alors, puisqu’il a choisi de revêtir pour l’assaut des armes légères de fantassin.

– Ora mi porgi, o fedel mio scudiero,
cotesto men gravoso e grande incarco,
ché tenterò di trapassar primiero
i dirupati sassi il dubbio varco ;
e tempo è ben che qualche nobil opra
de la nostra virtute omai si scopra. –
(53, vv. 3-8)

  • 10  « Che di tua man, Clorinda, il colpo uscisse, / la fama il canta, e tuo l’onor n’è solo » (54, vv. (...)
  • 11  Cf. R. Bruscagli, op. cit., p. 213.

3À peine a-t-il dit ces mots et changé de bouclier qu’une flèche, que la « fama » attribuera à Clorinde10, l’atteint à une jambe. La blessure et la douleur arrêtent l’élan du capitaine, il doit même, en cédant le commandement à Guelfe, quitter le combat et regagner le camp pour y être soigné (56). Cette donnée va permettre au Tasse d’introduire le récit de la guérison miraculeuse dont sera bénéficiaire le héros (68-75), en suivant de fort près, pour ce faire, l’épisode de la blessure et de la guérison surnaturelle d’Énée au chant XII de l’Énéide11.

  • 12  « E si partia […] ; / ed ascendendo in un leggier cavallo, / giunger non può che non sia visto al (...)
  • 13  Les dernières strophes du chant (83-86) s’arrêtent sur Godefroi ordonnant de recueillir les blessé (...)
  • 14  T. Tasso, Lettere poetiche, a cura di Carla Molinari, Parma, Guanda, 1995, lettre XII, 19-20, pp. (...)

4Avec le départ de Godefroi, dont s’aperçoivent les combattants des deux camps, l’attaque chrétienne s’enraye12. Les païens qui avaient fui reviennent défendre le rempart, secondés désormais par les femmes de Jérusalem, tandis qu’au pied de la muraille, Guelfe, Raymond et Eustache sont l’un après l’autre jetés à terre, frappés ou blessés (58-60). Argant exploite aussitôt le flottement qui s’est introduit dans les rangs chrétiens. Raillant sarcastiquement les croisés, il tente une sortie à travers la brèche et convie Soliman à le suivre. Les deux champions parviennent jusqu’à la grande machine et s’apprêtent déjà à y mettre le feu ; il faudra que Tancrède quitte l’endroit où il combattait pour le leur interdire et les contraindre à battre en retraite (61-67). Le retour au combat de Godefroi redonne son élan et sa vigueur à l’attaque. Mais il est désormais trop tard et, alors que le capitaine affronte Argant, « […] fuor uscì la notte e ’l mondo ascose / sotto il caliginoso orror de l’ali » (82, vv. 3-4). Sagement Godefroi donne l’ordre à ses troupes de cesser le combat et de se replier13. La tentative d’assaut s’achève sur un échec : certes, l’armée croisée a prouvé une nouvelle fois qu’elle l’emportait sur les forces adverses par sa discipline et son efficacité, mais elle n’a pu faire prévaloir cette supériorité et atteindre son objectif ; et, comme l’écrit le Tasse lui-même, « colui ch’è attore assai perde quando non vince »14.

  • 15  Le fait en soi que le capitaine paye de sa personne et combatte au premier rang n’est pas en cause (...)
  • 16  « tu riprendi, signor, l’usata salma / e di te stesso a nostro pro ti caglia. / L’anima tua, mente (...)

5Au cours du chant XI, le lecteur est invité à voir la cause principale de l’échec des croisés dans l’absence à un moment décisif de Godefroi, et, au-delà, dans son choix d’un équipement le protégeant mal des traits et des flèches15, et ce d’autant plus qu’un passage de cinq strophes a attiré l’attention sur cette donnée (20, v. 3-24). Raymond, apercevant Godefroi « in arme speditissime e leggiere », s’étonne et ironise (« Deh ! che ricerchi tu ? privata palma / di salitor di mura ? ») ; il lui recommande finalement, compte tenu de l’importance que revêt pour tous la personne du commandant en chef, de ne pas s’exposer imprudemment, et de revêtir son armure habituelle16. Le héros répond :

– Or ti sia noto
che quando in Chiaramonte il grande Urbano
questa spada mi cinse, e me devoto
fe’ cavalier l’onnipotente mano,
tacitamente a Dio promisi in voto
non pur l’opera qui di capitano,
ma d’impiegarvi ancor, quando che fosse,
qual privato guerrier l’arme e le posse. (23)

  • 17  Compte tenu de cette formule « principe dell’oste », le mot « capitano » précédemment employé par (...)

6Et, donc, ajoute Godefroi, une fois qu’il se sera acquitté de tout ce qui lui incombe en tant que « principe de l’oste »17, « ben è ragion (né tu, credo, il disdici) / ch’a le mura pugnando anch’io m’accoste, / e la fede promessa al Cielo osservi : / egli mi custodisca e mi conservi » (24, vv. 5-8).

  • 18  Fredi Chiappelli, Il conoscitore del caos : una « vis abdita » nel linguaggio tassesco, Roma, Bulz (...)
  • 19  Cf. le « ben è ragion […] / ch’a le mura pugnando anch’io m’accoste ».
  • 20  F. Chiappelli, op. cit., p. 107. « Dal punto di vista della legittimità della intentio, lo sfondo (...)
  • 21  Ibidem, p. 100.
  • 22  Ibidem, p. 107 et pp. 111-112.

7Dans Il conoscitore del caos, Fredi Chiappelli avait voulu montrer que, pendant un temps de l’action, correspondant avant tout aux chants X et XI, le personnage de Godefroi connaît une crise latente et n’est plus le capitaine à l’abri de toute erreur qu’il est dans les premiers chants, et qu’il sera à nouveau après le retour au combat de Renaud18. La crise du héros atteint son acmé au chant XI et éclate au grand jour, en s’inscrivant dans la trame événementielle, avec le choix des armes légères que sanctionneront bien vite la blessure et ses conséquences. Godefroi, en tentant de concilier l’engagement de son « voto » initial de croisé avec un désir de “s’approcher” lui aussi en combattant des murs de Jérusalem19, transgresse la forme canonique du vœu, laquelle exige que celui qui le formule renonce à toute intention précédente qui contrarierait l’engagement du vœu20. Dans le cours du chant XI, relève Chiappelli, apparaissent bien des symptômes de la crise en acte qui affecte Godefroi. L’esprit tout obnubilé par ses préparatifs guerriers, il n’ordonne pas de lui-même une cérémonie sacrée pour le jour précédant l’assaut ; Pierre l’Ermite doit intervenir, « venerabile e severo », pour lui faire la leçon et le rappeler à son devoir. « Tu muovi, o capitan, l’armi terrene, / ma di là non cominci onde conviene. // Sia dal Cielo il principio » (1, v. 7 ; 2, v. 1)21. Dans les propos que le héros tient devant Raymond, puis devant Sigier, perce, selon Chiappelli, un souci obstiné d’autojustification et d’affirmation ostentatoire de soi, qui, dans le second cas, à peine Godefroi aura-t-il fini sa phrase et changé de bouclier, lui vaudra d’être blessé par la flèche de Clorinde22.

  • 23  Ibidem, pp. 121-137.

8Dans la suite des pages qu’il consacre à Godefroi23, Chiappelli s’attache à montrer, par confrontation avec les représentations et données du chant XI, que Godefroi, dans les derniers chants du poème, a pleinement surmonté la crise qu’il a traversée. On ne peut que suivre Chiappelli dans cette démonstration et convenir avec lui que le Tasse, dans les chants où se dessine la victoire chrétienne, veille à conférer à son capitaine plus de prestance, plus de détermination et de majestueuse autorité encore qu’auparavant. Il ne s’ensuit pas nécessairement que le Godefroi du chant XI soit en crise et commette une erreur.

  • 24  Ibidem, p. 111.
  • 25  Pour ce que dit Godefroi dans les combats, le poète s’astreint, comme on sait, à des contraintes d (...)

9Chiappelli ne tient pas compte du fait que c’est au moment même où il reçoit d’Urbain II son épée de croisé que Godefroi s’engage « tacitamente » envers Dieu à combattre en tant que simple fantassin pour la libération de Jérusalem, et que par conséquent son vœu ne saurait être invalidé. Par ailleurs, on a parfois le sentiment que, dans son examen des faits, gestes et propos du Godefroi du chant XI, Chiappelli sollicite exagérément le texte, veut interpréter un adjectif qualifiant directement dans la strophe l’attitude du héros – en l’occurrence « generoso » dans « e già sentiasi il core / tutto avvampar di generoso ardore » – comme une appréciation subjective que le personnage porterait sur lui-même24, et que, de manière plus générale, il tend à substituer, à l’analyse de ce que le poète entend manifestement faire exprimer à son héros, une analyse qui porte en fait sur l’expression et la manière du Tasse, avec ses éventuels défauts et faiblesses25.

  • 26  R. Bruscagli, op. cit. (cf. note 5) ; ensemble de l’article, pp. 207-232.
  • 27  Ibidem, pp. 221-223. R. Bruscagli parle à ce propos de « utopia di Goffredo ».
  • 28  Ibidem, p. 223.
  • 29  Mentionné à une seule reprise dans les combats du chant XI, Tancrède sait – sans connaître cette f (...)
  • 30  R. Bruscagli, op. cit., p. 213.

10De son côté, dans son étude plus récente, L’errore di Goffredo26, Riccardo Bruscagli, s’il ne retient pas que Godefroi se montrerait constamment inférieur à lui-même au cours du chant XI, considère néanmoins que le protagoniste est victime d’une illusion et commet une erreur en croyant pouvoir en même temps s’acquitter de ses responsabilités de commandant et respecter son vœu personnel de croisé27. La blessure prend dès lors la valeur d’une réprobation de ce rôle « di privato combattente e di guerriero » qui ne lui appartient pas et qu’à tort il a voulu assumer28. En ce sens la responsabilité première de l’échec pèse au chant XI sur le capitaine et non sur les « compagni erranti »29. En somme, « è dal cuore stesso dell’epos, dal senso stesso della guerra santa, e dalla figura stessa del suo insospettabile garante […] che l’epos del canto XI sortisce il suo fallimento : sì che la tromba epica, che qui squilla davvero per la prima volta, esce da questa prova, in realtà, incrinata e arrocchita »30.

  • 31  Pour l’ensemble de la modification projetée, voir Lettere poetiche, cit., lettre XXII, 12-13, pp.1 (...)

11On peut remarquer en premier lieu que l’évocation par Godefroi du moment où il fit sa promesse à Dieu, en recevant son épée, à Clermont, des mains du « grande Urbano », ne manque pas de revêtir un relief particulier. Il est le seul passage de toute la Jérusalem qui donne à voirla scène fondatrice et emblématique d’un guerrier prenant la croix, tout en se référant, par là même, à l’origine ecclésiastique et pontificale de la croisade. Il s’agit de données sur lesquelles le Tasse, comme on sait, insistera bien davantage, et de diverses façons, dans la Conquistata, mais qu’en plein travail de révision de la Liberata, il envisage déjà d’insérer à un endroit plus stratégique du poème, au tout début de la narration du chant I, en sorte qu’à la place de la strophe commençant par « Già il sesto anno volgea ch’in oriente / passò il campo cristiano a l’alta impresa », on puisse lire : « Già il sesto anno volgea che ’l grand’Urbano, / Ch’ebbe le chiavi ond’il ciel s’apre e serra, / A concilio raccolse il pio cristiano / In Chiaramonte […] E cingendo la spada a’ duci a fianco / Diè loro purpurea croce, abito bianco »31.

  • 32  I, 21-28.

12Mais il faut surtout relever que Godefroi, en signifiant à Raymond qu’il entend respecter, au-delà de ses responsabilités propres de commandant, le vœu par lequel il s’est engagé devant Dieu, reste fidèle à lui-même, aux propos et aux attitudes que lui a prêtés le Tasse. Dès son premier discours, à Tortose, devant les grands de l’armée32, il rappelle que les victoires remportées ont été des dons du Ciel et que seule la mobilisation de tous les efforts pour l’accomplissement de la promesse faite à Dieu peut permettre d’éviter que ce dernier ne se détourne d’eux.

  • 33  « Non edifica quei che vuol gl’imperi / su fondamenti fabricar mondani », a-t-il dit précédemment (...)

Turchi, Persi, Antiochia (illustre suono
e di nome magnifico e di cose)
opre nostre non già, ma del Ciel dono
furo, e vittorie fur meravigliose.
Or se da noi rivolte e torte sono
contra quel fin che ’l donator dispose,
temo ce ’n privi, e favola a le genti
quel sí chiaro rimbombo al fin diventi. (I, 26)33

13Au chant II, face à Alète qui a su habilement représenter tous les dangers qui pèsent sur l’armée chrétienne et a recouru ainsi à d’insidieuses menaces, le capitaine répondra que les croisés n’ont pas été mus par d’« ambiziosi avari affetti », mais ont été guidés par la main de Dieu et qu’ils demeurent en cette main :

  • 34  Apparaissant au vers 7 de la strophe 83, la « main de Dieu » reste présente dans tout le groupe de (...)

quindi l’ardir, quindi la speme nasce,
non da le frali nostre forze e stanche,
non da l’armata, e non da quanto pasce
genti la Grecia e non da l’arme franche.
Pur ch’ella [la mano] non ci abbandoni e lasce,
poco dobbiam curar ch’altri ci manche.
Chi sa come difende e come fière,
soccorso ai suoi perigli altro non chere.
(II, 85)34

  • 35  Raymond, après la réponse de Godefroi, n’insiste pas et ne dit mot. En ce chant XI, il n’a pas gai (...)

14De ce fait, Godefroi, en revêtant au chant XI un équipement de fantassin pour s’acquitter de son vœu de croisé, reste fidèle aux conceptions de pieux guerrier et capitaine qu’il exprime et professe constamment, et se comporte une nouvelle fois, en tant que chrétien, de manière irréprochable et exemplaire. En respectant sa promesse, il donne le pas à un engagement qui ne peut que l’emporter sur les impératifs d’une circonspection et d’une prudence toutes humaines. Ce faisant, il se place lui-même dans la main de Dieu ; et significativement, sa réponse à Raymond s’achève par un vers où, alors qu’il vient de se référer au « Cielo », s’exprime sa foi de chrétien : « egli mi custodisca e mi conservi » (24, v. 8). Un lien se crée entre ce vers et les deux derniers vers de l’intervention du comte (« L’anima tua, mente del campo e vita, / cautamente per Dio sia custodita », 22, vv. 7-8), mais dans ce que répond comme en écho Godefroi a désormais disparu le « cautamente » de Raymond35.

  • 36  Évoquant dans sa gloire le « Re del Ciel » (IX, 56, vv.1-6), le poète poursuit : « Ha sotto i pied (...)
  • 37  Si, au chant XI, le Tasse n’introduit aucun passage qui, en se référant à la volonté du Ciel, rend (...)
  • 38  Dans des écrits plus tardifs du Tasse, l’idée selon laquelle la valeur morale à accorder à un avis (...)

15Il reste que, dans l’évocation des combats, alors que la scène entre Raymond et Godefroi a eu pour effet d’attirer l’attention sur le choix des ‘armes légères’, la narration elle-même insiste sur la succession événementielle qui veut que le capitaine, parce qu’il est mal protégé, soit blessé par la flèche et qu’ensuite, en raison de son absence forcée, les croisés ne puissent l’emporter avant la venue de la nuit. Cet ordre événementiel repose à première vue, tel qu’il est rapporté, sur un enchaînement de hasards et de coïncidences fortuites. Mais, comme on le sait, dans un poème inscrit dans une perspective providentialiste, hasard, fortune ou fatalité, tels que les perçoivent les hommes, sont en fait instruments ou serviteurs qu’utilise la toute puissance divine pour parvenir à ses fins36. Au chant XI, tout se passe comme si Dieu avait non seulement mystérieusement voulu que l’assaut échoue37, mais en plus avait choisi à titre de moyen, pour atteindre cette fin, ce qu’a choisi de faire Godefroi. Avec cette configuration, le Tasse amène, certes, le lecteur à s’interroger un temps sur l’opportunité ou le bien-fondé du choix du héros, mais surtout confronte ce même lecteur à une situation suggérant l’idée qu’un acte ou une décision pleinement louables du point de vue chrétien ne sont pas nécessairement immédiatement rétribués par la providence si, en ses profondeurs insondables, elle a décrété qu’il en aille autrement, et que, par là, d’une façon plus générale, la valeur d’un acte ne saurait se mesurer exclusivement à son résultat38. Mais rien de tout cela ne peut peser sur le pieux capitaine qui, tout en continuant à bénéficier de la ‘faveur’ du Ciel, comme le prouve la guérison miraculeuse de sa blessure, ignore ce qu’a décrété la providence et ce qu’elle a ménagé pour lui dans le cours des combats de l’assaut.

  • 39  Le rôle d’homme inspiré par Dieu et informé, au moins partiellement, de ses desseins revient, comm (...)
  • 40  Pour le recours du Tasse, dans sa construction de Godefroi « élu de Dieu », à Dante, cf. Luisa Mul (...)

16Si le Tasse fait de Godefroi l’élu de Dieu, il ne fait pas de lui un protagoniste qui serait au départ pleinement informé des desseins de la providence39. Dépêché auprès de Godefroi, l’archange Gabriel lui enjoint de convoquer les princes de l’armée, lui apprend que Dieu l’a élu pour être leur chef (« Dio per lor duce già t’elegge, ed essi / sopporran volontari a te se stessi », I, 16, vv. 7-8)40 ; mais il ne lui dit pas que les croisés prendront Jérusalem, il l’invite seulement à espérer et à déployer un saint zèle :

– Dio messaggier mi manda : io ti rivelo
la sua mente in suo nome. Oh quanta spene
aver d’alta vittoria, oh quanto zelo
de l’oste a te commessa or ti conviene! –
(I, 17, vv. 1-4)

  • 41  II, 86 : « Ma quando di sua aita ella ne privi, / per gli error nostri o per giudizi occulti, / ch (...)
  • 42  IV, 69, vv. 1-6 : « Ben ti prometto ( e tu per nobil pegno / mia fé ne prendi, e vivi in lei secur (...)

17Dès lors, dans sa réponse à Alète, Godefroi n’exclut pas que les croisés, si la main de Dieu les abandonne – « per gli error nostri o per giudizi occulti », précise-t-il de manière orthodoxe –, puissent être totalement défaits et qu’ainsi l’armée chrétienne tout entière connaisse, en recueillant la palme du martyre, un sort analogue à celui du petit contingent danois de Sveno, tel que le rapporte le récit du chant VIII41 ; au chant IV encore, il mentionne par le biais d’une hypothétique au futur la prise de Jérusalem, quand il promet à Armide de s’employer alors, et seulement alors, à la rétablir dans ses droits42.

18Indépendamment du personnage de Godefroi, c’est par ailleurs de manière prudente et discrète que le Tasse introduit dans la première partie du poème des indications annonçant la victoire chrétienne, afin que, progressivement, dans le cadre du sujet historique qu’il a retenu conformément à sa conception de l’épopée, ce que propose le texte sur l’issue de l’action en vienne à correspondre à ce que sait le lecteur et que le poète énonce dans sa première strophe. Sur cette voie, le Tasse privilégie longtemps la formule a contrario du commentaire ou de l’épiphonème, confié explicitement au narrateur épique, soulignant combien seront illusoires et vains les espoirs ou les efforts impies et sacrilèges des adversaires. Quand, lors des premiers heurts de cavaleries du chant III, Clorinde jette à terre Gardo, « uom di gran possa », et que les païens veulent y voir un heureux présage, il est précisé que ces « lieti auguri » « fur vani » (15, v. 4). Au chant IV, la présentation initiale de Pluton s’accompagne, dès la deuxième strophe, de l’épiphonème suivant : « come sia pur leggiera impresa, ahi stolto !, / il repugnare a la divina voglia : / stolto, ch’al Ciel s’agguaglia, e in oblio pone / come di Dio la destra irata tuone » (2, vv. 5-8) ; un peu plus loin dans le chant, divers commentaires souligneront la vanité de la science et des efforts d’Idraote, magicien et astrologue, qui a cru comprendre que les croisés seraient finalement vaincus (20 et 21). Ce n’est qu’au cours de l’évocation des combats nocturnes du chant IX, au moment où saint Michel contraint la « schiera infernale » à se retirer, qu’apparaissent ouvertement des vers présentant la prise de Jérusalem comme un décret irrévocable de Dieu : « Fisso è nel Ciel ch’al venerabil segno / chini le mura, apra Sion le porte. / A che pugnar co ’l fato ? a che lo sdegno / dunque irritar de la celeste corte ? » (64, vv. 1-4).

  • 43  « Or cominci novello ordin di cose, / e gli si volga prospero e beato » (XIII, 73, vv. 5-6).
  • 44  Dans le développement d’ensemble de l’action, le motif du rappel de Renaud est d’abord introduit s (...)
  • 45  Dans la période de la révision, parvenir à une ‘bonne’ définition, à la fois claire et ne sentant (...)
  • 46  Par ailleurs, dans le cours du songe, Hugues, avant de mentionner Renaud, a fait entendre à Godefr (...)

19Le capitaine, quant à lui, recevra l’assurance que les croisés conquerront Jérusalem seulement dans le cadre du songe qui lui est accordé au début du chant XIV, après que Dieu lui-même, au chant précédent, a décidé d’un nouveau cours favorisant désormais le « campo amato »43. Lors du songe, le bienheureux Hugues de Vermandois, qui est apparu à Godefroi et vient de lui révéler qu’il sera bientôt accueilli lui aussi parmi les élus, ajoute : « Da te prima a i pagani esser ritolto / deve l’imperio de’ paesi santi, / e stabilirsi in lor cristiana reggia / in cui regnare il tuo fratel poi deggia » (8, vv. 5-8). Au cours du dialogue (5, v. 7  ; 19, v. 4), la surprise et les interrogations initiales de Godefroi, l’invite du bienheureux à contempler l’étroitesse de la terre, puis l’énoncé des conditions à remplir pour la victoire – la nécessité de faire revenir Renaud au combat44, avec la définition didactique, entre abstraite et imagée, des relations entre le héros ‘nécessaire’ et le capitaine45 – ont aussi pour effet, au-delà de leur valeur en soi ou de leur importance pour l’action à venir, de faire passer au second plan ce qu’aurait autrement de trop attendu et évident l’annonce de la victoire chrétienne46.

20Le fait que, dans la Jérusalem telle que nous la lisons, le capitaine ne reçoive que très tardivement, au chant XIV, la pleine assurance de la réussite de son action et de la croisade, pour être aussitôt confronté, d’ailleurs, au délicat problème du rappel de Renaud, est un des éléments qui contribuent à faire avant tout de Godefroi un héros qui, tout élu de Dieu et favorisé par le Ciel qu’il soit, exerce librement ses responsabilités d’homme et de chrétien, figure s’éloignant nettement en ce sens de l’Énée virgilien.

  • 47  (Gerusalemme liberata, a cura di Lanfranco Caretti, Milano, Mondadori, 1979, Appendice I, « Ottave (...)
  • 48  Cf., sur ce point, R. Bruscagli, op. cit., p. 217. Erreur si étrange qu’on peut exclure que le Tas (...)

21Avant les remaniements auxquels procède le Tasse dans la période de révision, Godefroi était déjà informé de la victoire future et de la nécessité du rappel de Renaud dès la fin du chant X. Dans ce chant, en effet, trouvait place – après le récit, par Guillaume d’Angleterre, des mésaventures des champions d’Armide et de leur délivrance par Renaud, donnée établissant que le héros est bien vivant, et après le passage où Pierre l’Ermite exalte la vocation de défenseurs de l’Église de ce même Renaud, et de tous ses descendants, les Este – l’évocation du songe et du conseil qui décide du rappel de Renaud. Dans son intervention alors plus longue de prophète inspiré, Pierre requérait explicitement le retour au combat de Renaud : « Qui, qui (Dio qui lui chiede) il rimenate : / invitti senza lui son gli avversari » ; et Godefroi, avant que ne vienne la nuit du songe, était représenté dans cette attitude : « Sol tace il pio Goffredo ; e non che spiaccia / a lui che si richiami il cavaliero, / ma volge a i modi, e come ciò si faccia / con maggior dignità, dubbio il pensiero »47. Nul doute qu’ensuite le songe de la première rédaction, dont ne subsiste aucune trace, n’ait confirmé les obligations auxquelles doit souscrire Godefroi. Dans cette version, le capitaine, pour le coup, commettait une singulière bévue en décidant au chant suivant de tenter l’assaut, alors qu’il venait d’être dûment averti qu’en l’absence de Renaud, les ennemis ne pouvaient être vaincus48.

  • 49  Stefano Jossa, L’eroe e la macchina. La fondazione del « poema » nella letteratura di metà Cinquec (...)
  • 50  Nous lisons le Costante de Francesco Bolognetti in Parnaso italiano, Venezia, Giuseppe Antonelli e (...)
  • 51  Significativement, le Tasse ne recourt dans la Jérusalem aux procédés du redoublement ou ‘duplicat (...)

22Le Tasse, par ailleurs, s’il insère lui aussi l’action de sa Jérusalem dans une perspective providentielle, sait se garder des solutions sans doute idéologiquement tentantes mais finalement fâcheusement systématiques auxquelles ont recouru, parmi ses devanciers sur la voie d’un poème épique moderne, Trissino avec son Italia liberata dai Goti et Francesco Bolognetti avec son Costante. Trissino et Bolognetti, en dépit de ce qui différencie leurs œuvres, se sont tous deux appliqués, comme le mettent en évidence des études récentes de Stefano Jossa49, à inscrire leurs poèmes dans une ‘machine’ téléologique si stricte que non seulement le triomphe des protagonistes – respectivement Bélisaire, alter ego de Justinien, et Costante, ancêtre de Constantin – mais aussi tout ce qui diffère et retarde le temps voulu cette issue, répondent à un projet divin annoncé au départ aux héros, puis réitéré et explicité à leur bénéfice par le biais de multiples prodiges et interventions surnaturelles50. Dès lors une contradiction patente et sans cesse renouvelée s’installe entre les réactions et les préoccupations des protagonistes – même si ce sont, comme il se doit, des réactions de héros toujours exemplaires –, et les continuelles assurances et réassurances qu’ils reçoivent quant au triomphe final et nécessaire de la mission dont ils sont investis51.

Haut de page

Notes

1  Torquato Tasso, Gerusalemme liberata, a cura di Lanfranco Caretti, Torino, Einaudi, 1971 ; III, 58 et 74-76 ; VIII, 85. C’est cette édition du poème que nous utilisons pour les références et les citations.

2  Exigences qui l’amènent d’emblée à doubler la durée de la croisade : « Già ’l sesto anno volgea, ch’in oriente / passò il campo cristiano a l’alta impresa » (I, 6, vv. 1-2).

3  Le fait que, pour les deux jours de combat (14 et 15 juillet) qui permirent aux croisés d’entrer dans Jérusalem, Guillaume de Tyr insiste lui‑même dans son récit sur l’interruption de l’attaque à la fin de la première journée facilita probablement la tâche du Tasse pour représenter deux assauts distincts et successifs (Guillaume de Tyr et ses continuateurs, Texte français du XIII e siècle, revu et annoté par M. Paulin Paris, Paris, Firmin-Didot, 1879-1880, 2 tomes, tome I, livre Huitième, XIII-XVIII, pp. 281-289).

4  L. Caretti, Introduction au chant XI, Gerusalemme liberata, cit., p. 324 : « Lo scontro che segue non ha nulla a che vedere con i precedenti fatti d’arme : non si tratta infatti né di scaramuccia episodica né di agguato notturno, e neppure di duello isolato o di conflitto casuale, ma della oculata e tempestiva messa in opera di un piano strategico attentamente studiato e predisposto ».

5  Riccardo Bruscagli, L’errore di Goffredo (G. L. XI), in « Studi tassiani », XL-XLI, 1992-1993, p. 209.

6  « La gente franca impetuosa e ratta », dit le Tasse (33, v. 1).

7  Seul, semble-t-il, le trop audacieux Alcaste voudra prématurément tenter l’escalade ; il sera jeté au bas de son échelle par une pierre lancée par Argant (34, v. 5 ; 36, v. 2).

8  Il s’agit de la machine de guerre que Clorinde et Argant parviendront à incendier au chant suivant.

9  Dans un affrontement où n’interviennent ni le Ciel ni l’Enfer, les rôles, en tant que défenseurs de la ville, de Soliman, Argant et Clorinde – statuairement campés au départ (27) – sont particulièrement mis en valeur.

10  « Che di tua man, Clorinda, il colpo uscisse, / la fama il canta, e tuo l’onor n’è solo » (54, vv. 5-6).

11  Cf. R. Bruscagli, op. cit., p. 213.

12  « E si partia […] ; / ed ascendendo in un leggier cavallo, / giunger non può che non sia visto al vallo. // Al dipartir del capitan, si parte / e cede il campo la fortuna franca » (56, v. 6 ; 57, v. 2).

13  Les dernières strophes du chant (83-86) s’arrêtent sur Godefroi ordonnant de recueillir les blessés et de ramener jusqu’au camp les « bellici tormenti » ; mais la grande tour, en raison de la rupture de deux roues, s’immobilisera finalement entre la ville et le « vallo ».

14  T. Tasso, Lettere poetiche, a cura di Carla Molinari, Parma, Guanda, 1995, lettre XII, 19-20, pp. 100-101. Il s’agit d’une de ses lettres où le Tasse, tout en refusant que son armée chrétienne connaisse de véritables défaites comme le voudraient certains réviseurs, concède néanmoins qu’elle devra subir, du chant IX au chant XIII, de sérieux revers : « Patiran [i cristiani] grandissimo danno nell’assalir della città ; saran loro spezzate, bruciate le machine, impedita la via del farne dell’altre ; e saranno in somma in stato che, se non temeranno d’esser rotti in campo, dubiteranno almeno d’esser constretti partirsi vergognosamente dall’impresa » (ibidem, p. 100) ; voir aussi sur ce point ibidem, lettre VI, 2-4, pp. 45-46.

15  Le fait en soi que le capitaine paye de sa personne et combatte au premier rang n’est pas en cause. Godefroi est toujours montré ainsi, conformément à la définition que donne de lui Herminie à Aladin (III, 59).

16  « tu riprendi, signor, l’usata salma / e di te stesso a nostro pro ti caglia. / L’anima tua, mente del campo e vita, / cautamente per Dio sia custodita » (22, vv. 5-8).

17  Compte tenu de cette formule « principe dell’oste », le mot « capitano » précédemment employé par Godefroi (23, v. 6), qui ignorait à Clermont qu’il aurait sous ses ordres toute l’armée, semble ne pas avoir tout à fait ici son sens habituel dans le poème, mais servir aussi à désigner un chef, parmi d’autres, d’un des contingents de la croisade, et renvoyer ainsi à la situation du personnage de l’histoire.

18  Fredi Chiappelli, Il conoscitore del caos : una « vis abdita » nel linguaggio tassesco, Roma, Bulzoni, 1980, pp. 99-137.

19  Cf. le « ben è ragion […] / ch’a le mura pugnando anch’io m’accoste ».

20  F. Chiappelli, op. cit., p. 107. « Dal punto di vista della legittimità della intentio, lo sfondo dell’affermazione di Goffredo implica una formale violazione della struttura canonica del voto », écrit Chiapppelli, avant de se référer à Yves de Chartres « che pone come secondo punto della sua teoria del voto la seguente legge : “azioni che erano legittime prima di legarsi ad un voto potevano diventare illegali e illegittime dopo la promessa, se tendevano a viziare il voto” ».

21  Ibidem, p. 100.

22  Ibidem, p. 107 et pp. 111-112.

23  Ibidem, pp. 121-137.

24  Ibidem, p. 111.

25  Pour ce que dit Godefroi dans les combats, le poète s’astreint, comme on sait, à des contraintes difficiles et à la limite contradictoires : être clair et explicite eu égard à l’importance que revêt ce qu’indique ou ordonne le capitaine ; être concis comme il convient à un combattant dans la mêlée ; respecter malgré tout une « gravitas » s’écartant de la façon commune de dire. Le résultat – tel les vers où Godefroi demande à Sigier un autre bouclier (cf. supra) – peut sembler non exempt de défauts, surtout si l’on tend à considérer le passage hors du développement narratif.

26  R. Bruscagli, op. cit. (cf. note 5) ; ensemble de l’article, pp. 207-232.

27  Ibidem, pp. 221-223. R. Bruscagli parle à ce propos de « utopia di Goffredo ».

28  Ibidem, p. 223.

29  Mentionné à une seule reprise dans les combats du chant XI, Tancrède sait – sans connaître cette fois d’absence ou de distraction – s’opposer efficacement aux menées d’Argant et de Soliman.

30  R. Bruscagli, op. cit., p. 213.

31  Pour l’ensemble de la modification projetée, voir Lettere poetiche, cit., lettre XXII, 12-13, pp.187-188. C’est dans cette lettre de l’été 1575 à Scipione Gonzaga que le Tasse, pour mieux se garder du reproche que son poème porte en fait sur plusieurs héros ou protagonistes, envisage aussi de modifier les vers initiaux de proposition de l’œuvre, et soumet à son interlocuteur : « L’arme pietose e i cavalieri i’ canto, / Che de la croce si segnar di Cristo. / Quant’operar sotto Goffredo, e quanto / Seco soffrir nel glorioso acquisto » (Ibidem,2-3, pp. 181-182).

32  I, 21-28.

33  « Non edifica quei che vuol gl’imperi / su fondamenti fabricar mondani », a-t-il dit précédemment dans son discours (24, vv.1-2).

34  Apparaissant au vers 7 de la strophe 83, la « main de Dieu » reste présente dans tout le groupe des strophes 83-86 de la réponse de Godefroi.

35  Raymond, après la réponse de Godefroi, n’insiste pas et ne dit mot. En ce chant XI, il n’a pas gain de cause auprès de lui, contrairement aux épisodes des chants VII et XIX où, respectivement, il le dissuade d’affronter lui-même en duel Argant, et lui suggère les mesures à prendre pour faire échouer le traquenard ourdi par Ormond (XIX, 129).

36  Évoquant dans sa gloire le « Re del Ciel » (IX, 56, vv.1-6), le poète poursuit : « Ha sotto i piedi il Fato e la Natura, / ministri umili, e ’l Moto e Chi ’l misura, // e ’l Loco e Quella che, qual fumo o polve, / la gloria di qua giuso e l’oro e i regni, / come piace là su, disperde e volve, / né, diva, cura i nostri umani sdegni » (56, v. 7 ; 57, v. 4).

37  Si, au chant XI, le Tasse n’introduit aucun passage qui, en se référant à la volonté du Ciel, rendrait compte de l’échec de l’assaut, on peut néanmoins penser que l’explication sous-jacente, à laquelle est in abstentia renvoyé le lecteur, ne peut guère différer de ce que dit le narrateur épique à propos d’une phase de l’affrontement général du chant VII. Alors que les chrétiens ont pris un temps nettement le dessus et que Godefroi lui-même entend exploiter l’avantage, le narrateur intervient et commente : « E se non che non era il dí che scritto / Dio ne gli eterni suoi decreti avea, / quest’era forse il dí che ’l campo invitto / de le sante fatiche al fin giungea » (VII, 114, vv. 1-4). Dans le cadre d’un chant VII où les croisés n’ont pas pour objectif au départ de prendre Jérusalem, le commentaire a une simple fonction de scansion et d’intensification dramatiques relevant avant tout de l’« ornatus ». Il est à noter, par ailleurs, qu’avec la configuration narrative du chant XI, où l’ordre ultime des choses voue à l’échec une initiative pourtant irréprochable du héros, Godefroi est placé dans une situation qui, au bout du compte, n’est pas sans analogies avec l’appréhension subjective de leur propre situation à laquelle parviennent, par moments dans le poème, Soliman et Argant, qui, confrontés au destin ou à la fatalité qui obscurément les accable, revendiquent néanmoins la valeur et la dignité de leur engagement et de leurs efforts. Pour ce type de propos et d’attitude, il est possible de penser également à ce que dit Pluton : « Fummo, io no ’l nego, in quel conflitto vinti, / pur non mancò virtute al gran pensiero. / Diede che si fosse a lui vittoria : / rimase a noi d’invitto ardir la gloria » (IV, 15, vv. 5-8) ; sur ce dernier point, cf. Sergio Zatti, L’uniforme cristiano e il multiforme pagano, Milano, il Saggiatore, 1983, pp. 28-29.

38  Dans des écrits plus tardifs du Tasse, l’idée selon laquelle la valeur morale à accorder à un avis, à une décision ou à un acte ne dépend pas de l’issue ou de son résultat pourra prendre – compte tenu de l’intérêt qu’il porte depuis longtemps à l’œuvre de Machiavel – l’inflexion d’une polémique proprement ‘antimachiavellienne’. Ainsi condamnera-t-il ceux qui, à l’instar du Secrétaire florentin, ne prennent en compte dans leurs jugements que l’« utile » et, selon la formule du chapitre XVIII du Prince, l’« evento della cosa » (T. Tasso, Risposta all’Accademia della Crusca in difesa del suo Dialogo del Piacere onesto, in Le prose diverse, a cura di Cesare Guasti, Firenze, Le Monnier, 1875, vol. I, p. 400).

39  Le rôle d’homme inspiré par Dieu et informé, au moins partiellement, de ses desseins revient, comme on sait, à Pierre l’Ermite, même si le poète se garde bien de trop prodiguer ce personnage. Pour l’art et la prudence avec lesquels le Tasse use de son prophète, voir Matteo Residori, Il Mago d’Ascalona e gli spazi del Romanzo nella ‘Liberata’, in « Italianistica », XXIV, 2-3 (1995), pp. 453-471.

40  Pour le recours du Tasse, dans sa construction de Godefroi « élu de Dieu », à Dante, cf. Luisa Mulas, Il ‘De Monarchia’ fonte segreta della ‘Gerusalemme liberata’, in Regards sur la Renaissance italienne. Mélanges de Littérature offerts à Paul Larivaille, présentation de Marie-Françoise Piéjus, Paris, Université Paris X-Nanterre, 1998, pp. 275-286.

41  II, 86 : « Ma quando di sua aita ella ne privi, / per gli error nostri o per giudizi occulti, / chi fia di noi ch’esser sepulto schivi / ove i membri di Dio fur già sepulti ? / Noi morirem, né invidia avremo a i vivi ; / noi morirem, ma non morremo inulti, / né l’Asia riderà di nostra sorte, / né pianta fia da noi la nostra morte ».

42  IV, 69, vv. 1-6 : « Ben ti prometto ( e tu per nobil pegno / mia fé ne prendi, e vivi in lei secura) / che se mai sottrarremo al giogo indegno / queste sacre e dal Ciel dilette mura, / di ritornarti al tuo perduto regno, / come pietà n’essorta, avrem poi cura ».

43  « Or cominci novello ordin di cose, / e gli si volga prospero e beato » (XIII, 73, vv. 5-6).

44  Dans le développement d’ensemble de l’action, le motif du rappel de Renaud est d’abord introduit selon une variante de la formule a contrario : surveillant l’arrivée de Charles au début du chant VIII, le démon Astragor fait valoir à Alecto que, dans son récit, le survivant du contingent danois « paleserà gran cose ; onde è periglio / che si richiami di Bertoldo il figlio. // Sai quanto ciò rilevi » (VIII, 2, v. 7 ; 3, v. 1). Ensuite Pierre l’Ermite lui-même, vers la fin du chant X, fait entendre à propos du héros : « Onde piace là su che in questa degna / impresa, onde partí, chiamato vegna » (X, 77, vv. 7-8).

45  Dans la période de la révision, parvenir à une ‘bonne’ définition, à la fois claire et ne sentant pas trop l’application, des rapports entre Godefroi et Renaud est un des points qui préoccupent le Tasse ; c’est dans cette optique qu’il revoit le passage en cause du songe de Godefroi (cf. Lettere poetiche, cit., lettre XXXIII, 2-4, pp. 292-295).

46  Par ailleurs, dans le cours du songe, Hugues, avant de mentionner Renaud, a fait entendre à Godefroi que rien ne saurait lui être reproché dans l’accomplissement de ses responsabilités de capitaine (cf. XIV, 12).

47  (Gerusalemme liberata, a cura di Lanfranco Caretti, Milano, Mondadori, 1979, Appendice I, « Ottave estravaganti », X18, a-c, pp. 600-601)

48  Cf., sur ce point, R. Bruscagli, op. cit., p. 217. Erreur si étrange qu’on peut exclure que le Tasse ait voulu par là modifier la représentation d’ensemble qu’il entend donner de Godefroi ; on peut plutôt parler, sinon d’une incohérence, d’une contradiction ou d’une distribution encore fautive des séquences de l’action. C’est dans une lettre à Scipione Gonzaga de juin 1575 que le Tasse manifeste pour la première fois son insatisfaction à l’égard du dispositif de son chant X, et fait part de son intention de situer, au-delà de l’annonce, au chant XIII, de la « buona fortuna » chrétienne, les révélations du bienheureux Hugues, et donc l’ensemble du songe : « Mi dà fastidio, nella richiamata di Rinaldo, che egli si chiami innanzi al bisogno, onde vo pensando di trasferire il sogno di Goffredo, che è nel decimo, e tutto quel che segue della richiamata di Rinaldo, nel principio del decimoquarto » ; il ajoute dans la même lettre : « tutte quelle parole d’Ugone, che predicon la vittoria e ’l regno a Goffredo, saranno poste in più commodo luogo, dopo il principio della buona fortuna » (Lettere poetiche, cit., lettre XV, respectivement 11, pp. 131-132, et 13, p. 133). Dans une lettre plus tardive à Scipione Gonzaga, du 24 janvier 1576, évoquant ses difficultés pour « accoppiare insieme », dans les propos de Hugues, la « necessità o fatalità » de Renaud, et la « superiorità » de Godefroi, il indique expressément que son travail de refonte et de mise au point porte sur le chant XIV (ibidem, lettre XXXIII, 2-4, pp. 292-294). Dans sa lettre suivante du 11 février, toujours adressée à Scipione Gonzaga, alors qu’il se préoccupe de la durée du voyage pour le monde d’Armide, il mentionne brièvement, à titre de problème réglé et de donnée acquise, le transfert du songe de Godefroi (« In somma, essendosi posposta la richiamata di Rinaldo […] », ibidem, lettre XXXIV, 5, p. 308). Outre le déplacement du songe et du conseil, le remaniement amène le Tasse à raccourcir de trois strophes, au chant X, l’intervention de Pierre l’Ermite (ce seront les trois « ottave estravaganti » mentionnées), et à lui faire prédire en deux vers seulement, de façon indéterminée et nullement contraignante, le retour au combat de Renaud (cf., supra, fin de la note 44).

49  Stefano Jossa, L’eroe e la macchina. La fondazione del « poema » nella letteratura di metà Cinquecento, in Tempo e memoria. Studi in ricordo di Giancarlo Mazzacurati, a cura di Matteo Palumbo e Antonio Saccone, Napoli, Fridericiana Editrice Universitaria, 2000, pp. 75-98 ; Id., La fondazione di un genere. Il poema eroico tra Ariosto e Tasso, Roma, Carocci, 2002. Pour Trissino, voir aussi Sergio Zatti, L’imperialismo epico del Trissino, in L’ombra del Tasso, Milano, Mondadori, 1996, et Atti del convegno di studi su Giangiorgio Trissino, a cura di Neri Pozza, Vicenza, Accademia Olimpica, 1980.

50  Nous lisons le Costante de Francesco Bolognetti in Parnaso italiano, Venezia, Giuseppe Antonelli editore, 6 vol. (1835-1841), vol. V, 1841. Pour l’Italia liberata dai Goti, voir Opere di Giangiorgio Trissino, presso Jacopo Vallarsi, 2 tomes, tome I, Verona, 1729.

51  Significativement, le Tasse ne recourt dans la Jérusalem aux procédés du redoublement ou ‘duplication’ – afin que ce qui advient réponde exactement à ce qui a été providentiellement annoncé – si constants dans les œuvres de Trissino et de Bolognetti qu’au-delà du chant XIII, et pour ce qui a trait à la mission de Charles et Ubald pour la libération de Renaud. Pour cette caractéristique de la mission, cf. Alessandro Martinelli, La Demiurgia della scrittura poetica, « Gerusalemme liberata », Firenze, Olschki, 1983, p. 25 ; Matteo Residori, op. cit., p. 462.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°11, Bonnes manières et mauvaise conduite, 2007

Référence électronique

Alain Godard, « Sur l’« erreur » de Godefroi (Jérusalem délivrée, chant XI) », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 13 mars 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/1128 ; DOI : 10.4000/italies.1128

Haut de page

Auteur

Alain Godard

Université Grenoble III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org