Navigation – Plan du site

Editorial

Présentation
Brigitte Urbani
p. 5-8

Entrées d’index

Mots-clés :

animal, animaux, bestiaire
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Rappel du sommaire d’Arches de Noé [1] : 1/ MÉnageries de tout poil – J. Lacroix : Le carnaval des (...)

1Ce douzième numéro de la revue « Italies » offre aux lecteurs la deuxième série de travaux sur les animaux dans la littérature et la culture italiennes annoncée dans le n°10 (2006) qui portait sur ce même sujet. Le thème des animaux s’est en effet avéré fort motivant puisque ce second volet rassemble encore plus de contributions que le premier. Non seulement il confirme que l’usage métaphorique ou allégorique des bêtes offre un éventail infini de possibilités, mais il aborde des domaines qui ne figuraient pas dans le premier, ceux de la linguistique ou des arts, par exemple. Il quitte même le cadre de la fiction pour prendre en considération des animaux réels, compagnons ou victimes des hommes1.

2Ce volume rassemble des travaux d’enseignants et de doctorants ou néo-docteurs italianistes de l’Université de Provence (Élisabeth Carrot-Maciejewski, Laura Guidobaldi, Carmela Lettieri, Cristina Lo Giudice, Théa Picquet, Sophie Saffi, Ilaria Splendorini, Brigitte Urbani), mais aussi d’enseignants et de doctorants ou néo-docteurs, italianistes ou comparatistes, de Caen (Magali Jeannin), Cagliari (Ornella Spano), Chambéry (Maryline Maigron), Dijon (Claude Imberty), Lille (Chiara Nannicini), Lyon 3 (Ismène Cotensin, Michel Feuillet), Nancy 2 (Elsa Chaarani), Paris 4 (Lise Bossi), Paris 7 (Charlotte Thimonnier), Paris 8 (Claudia Zudini), Paris 10 (Catherine Camugli-Gallardo), Saint-Étienne (Jean-François Lattarico) et Trieste (Enrico Lucchese).

3Les articles du n°10 d’« Italies » étaient regroupés sous quatre rubriques en fonction de catégories zoologiques à l’intérieur desquelles les relations à l’homme étaient constantes, les animaux apparaissant généralement comme révélateurs de crise, métaphores de la condition humaine, images de nos fantasmes. Cette dimension demeure présente, mais dans une mesure moindre, les animaux apparaissant comme mêlés à la vie de l’homme, dans laquelle ils introduisent une dimension réellement positive. Comme précédemment, à l’intérieur des rubriques, a été privilégié l’ordre chronologique. Mais alors que dans le numéro 10 le XXe siècle “dévorait” plus de la moitié de l’espace, dans celui-ci, la répartition dans le temps est homogène, puisque l’on remonte jusqu’à l’antiquité romaine, et que deux articles au moins assurent un lien entre passé lointain et présent.

4La première section, Animaux humains, humains inhumains, nous introduit dans Le monde des contes et des fables, un univers qu’il est impossible de limiter à l’intérieur d’une époque précise puisque les mêmes fables peuvent servir de point de départ à d’autres, selon un jeu dynamique de réécritures actualisantes. Sous le signe de l’humour voire du grotesque, nous partons de l’Antiquité pour effectuer, sous la peau de l’âne, un vaste parcours qui, depuis les réécritures de Lucien et d’Apulée, nous conduit à Dario Fo (Brigitte Urbani). Les animaux jouent un rôle déterminant dans les contes de Straparola où ils s’avèrent plus généreux que bien des humains (Théa Picquet). Au siècle du baroque, même les mouches peuvent être protagonistes du genre épique, comme le montre le poème burlesque de Lalli, la Moscheide (Jean-François Lattarico). Dans Pinocchio l’incroyable quantité de bêtes de toutes sortes vise à apprendre aux jeunes lecteurs que la vie n’est pas facile et qu’elle doit être fondée sur le travail (Claude Imberty). Car les contes véhiculent un enseignement actuel, comme le prouvent les réécritures effectuées par Calvino (Chiara Nannicini). Quant à l’invention de nouvelles fables au XXe siècle, de même que l’usage de récits régionaux, elle revêt souvent une portée critique, quand elle est, comme chez Sciascia, vecteur de satires politiques (Lise Bossi) ou, comme dans le théâtre de Marco Paolini, sociales (Carmela Lettieri).

5La deuxième section, Cris et images de la langue, introduit le domaine de la linguistique, soit par le biais d’un recensement du vocabulaire relatif aux cris des animaux (Sophie Saffi), soit par une étude analytique des expressions figées faisant intervenir nos amies les bêtes (Catherine Camugli-Gallardo) : des expressions en quantité telle que même un profane en linguistique a plaisir à les retrouver ici rassemblées, voire à les découvrir.

6La troisième section, Métaphores animales et animaux symboliques, introduit – entre autres – dans l’Arche le domaine artistique puisque sont convoqués des peintres du Quattrocento, du Seicento, du Novecento. Le lecteur rencontrera d’abord les toutes petites bêtes qui semblent n’apporter qu’une note anecdotique dans des tableaux au sujet sacré tel que l’Annonciation : elles sont en réalité chargées de symbolique en relation avec la scène principale (Michel Feuillet). Il fera ensuite un détour par la littérature de la Renaissance avec deux romans dont le premier, Le Songe de Polyphile, bien connu pour les exégèses allégoriques qu’il a suscitées, est examiné ici sous l’angle original de la figure du loup comme image mnémotechnique (Magali Jeannin) ; le second, moins célèbre aujourd’hui, le Peregrino de Caviceo, utilise le registre animal comme instrument de satire sociale (Élisabeth Carrot-Maciejewski). Dans le sillage de Vasari, les auteurs de biographies d’artistes du XVIIe siècle usent abondamment du registre animal pour réprouver ou ridiculiser certains peintres (Ismène Cotensin). Plus près de nous Savinio, célèbre pour ses figures hybrides mi-humaines mi-bestiales, emploie largement les métaphores animales dans ses écrits (Claudia Zudini). Elsa Morante aussi y a recours, mais dans un objectif à valeur philosophique (Ilaria Splendorini). Enfin, l’étrange petit chien peint par Goya devient chez Tabucchi une figure encore plus énigmatique, en relation avec le style complexe de l’auteur de Tristano muore (Maryline Maigron).

7La quatrième section, Une arche à sauver, nous amène au cœur de préoccupations de type écologique. Dans un monde où la nature est en danger, les animaux peuvent nous donner une leçon d’humanité. Ces animaux, les hommes, très tôt, les ont utilisés à des fins barbares et les ont décimés pour le plaisir, comme en témoignent les venatio et les damnatio ad bestias de l’Empire romain (Cristina Lo Giudice) ; alors que l’animal peut être un fidèle compagnon de l’homme (Enrico Lucchese, Laura Guidobaldi), voire se comporter plus intelligemment que lui au sein d’une nature harmonieuse (Elsa Chaarani). La leçon que les bêtes (les daims entre autres) nous donnent par leur présence et leur vie “naturelle”, et par la justesse de leur « sentir », mérite d’être écoutée (Ornella Spano, Charlotte Thimonnier). D’où l’urgence de sauver cette arche en péril des eaux dangereuses de notre modernité.

8Joyeuse seconde navigation en bonne et pittoresque compagnie.

Haut de page

Notes

1  Rappel du sommaire d’Arches de Noé [1] : 1/ MÉnageries de tout poil – J. Lacroix : Le carnaval des animaux de Matteo Maria Boiardo : un bestiaire ludique et décoratif. J-L. Nardone : Sept planches d’iconographie animalière dans le Viaggio da Venetia al Santo Sepulcro (1519). G. Vittori : L’animal et le simulacre : l’ours et sa fonction dramatique dans La Chiappinaria de Giovan Battista della Porta. F. Eouzan : La zoocratie ou l’animal politique dans Gli animali parlanti de Giambattista Casti. F. De Poli : L’œil de l’iguane ou les fonctions de la figure animale dans Palomar. M. G. Vitali-Volant : Il bestiario araldico di Gianna Manzini. 2/ Amis de l’homme – C. Gros : Adapter l’épopée : l’exemple des chevaux chez Andrea da Barberino. D. Ferraris : La conscience d’Argo. Svevo au pays des chiens qui parlent. E. Comoy Fusaro : L’héroïsme impossible de Panzini. G. de Angelis : Gemiti e guaiti : bambini, animali, malati in un racconto di Clara Sereni. 3/ Crabes, araignÉes et autres vilaines bÊtesP. Abbrugiati : Duretenaille, Bouchedefer et Vadebiais : les trois visages dun crabe sans tête dans les Paralipomènes de Leopardi. S. Nezri-Dufour : Le bestiaire poétique de Primo Levi. S. Lazzarin : Vipistrello, colombre, animale giglio : vampiri linguistici del Novecento italiano. J. Obert : Le fil d’Arachné dans le labyrinthe des hallucinations de Landolfi. 4/ Volatiles nobles et moins nobles – H. Huc : La femme-oiseaux : représentation polymorphe de la Donna dans L’Acerba de Cecco d’Ascoli. D. Harai : Poule sacrée, poule profane : Divination et Comédie dans un pamphlet de la guerre de Piémont (1600). Y. Gouchan : « Gente piccola e vocale » : la présence des oiseaux dans la poésie de Pascoli. L. El Ghaoui : Rossignols, moineaux et corbeaux-parlants : la fonction des oiseaux dans l’œuvre de Pasolini.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°12, Arches de Noé [2], 2008.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Editorial », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 29 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/1186

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org