Navigation – Plan du site
Cris et images de la langue

Chants et cris d’animaux : corpus d’onomatopées et de verbes français et italiens

Sophie Saffi
p. 173-190

Résumé

Est proposé un tableau réunissant les verbes et les onomatopées associés aux chants et aux cris d’animaux en français et en italien. Il est accompagné de quelques propositions de pistes de réflexion et de recherche.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

animal, linguistique

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour proposer un ajout ou un commentaire, s’adresser à :
  • 2  Yannick Gouchan, «“Gente piccola e vocale” : la présence des oiseaux dans la poésie de Pascoli » i (...)
  • 3  Yannick Gouchan, op. cit., pp. 389-390, note 37 : Gianfranco Contini, “Il linguaggio di Pascoli” i (...)

1Nous proposons dans les pages suivantes un tableau réunissant les verbes et les onomatopées associés aux chants et aux cris des animaux en français et en italien. Les items sont classés par ordre alphabétique du nom de l’animal en français. Ce tableau – que nous espérons le plus exhaustif possible1 – a été réalisé en 2005, en croisant les informations trouvées sur le site Sound of the World’s Animals de Catherine N. Ball, Georgetown University ; dans l’article de Anabela Ferreira, O grito do Ipiranga espressioni, interiezioni e onomatopee a confronto sur le site SYLLABOS.COM (il portale linguistico italiano) ; sur le site I versi degli animali, digilander.libero.it ; sur le site I suoni emessi dagli animali du Centro Studi Italiani  (centrostuditaliani.org ou locuta.com); sur le site WWF - Impara con noi – Versi di animali (animalplanet.it) ; sur le site Verso degli animali (it.wikipedia.org) ; sur le site Tous les noms de cri des animaux (animaux-nature.com) ; dans le dictionnaire d’Orlando De Rudder, Ces mots qui font du bruit ! Dictionnaire des onomatopées, interjections et autres vocables expressifs de la langue française, JC Lattès, 1998, 344 p. ; dans l’ouvrage de Pierre Enckell et Pierre Rézeau, Dictionnaire des onomatopées, Paris, PUF, 2003, 579 p. ; ainsi que certaines onomatopées pascoliennes2. À propos des onomatopées chez Pascoli, il faut distinguer deux types. Le premier type d’onomatopées regroupe celles qu’il ‘invente’ ou du moins qu’il transforme pour établir un pont entre son et sens3. Le second type est constitué par les onomatopées qu’il reprend aux ornithologistes et qui bénéficient donc soit de la caution scientifique soit d’être attestée en langue parlée régionale :

  • 4  Yannick Gouchan, op. cit., p. 388. La note 11 de la page 379 donne les sources scientifiques de Pa (...)

En ce qui concerne les onomatopées, représentations directes de la vie ornithologique dans le texte, Pascoli n’invente presque rien, car il puise la plupart des retranscriptions de bruits dans les ouvrages scientifiques, et aussi dans la langue populaire de Castelvecchio […]4

2Nous n’avons retenu que les onomatopées appartenant au second type et elles étaient pour la plupart redondantes avec ce qui avait déjà été collecté.

3Les chants des oiseaux peuvent sembler artificiellement surreprésentés, c’est le résultat de l’activité sur la toile des passionnés d’ornithologie francophones. Vous avez accès, sur le site ornitho-digiscoping.tramelan.ch, à la traduction en sept langues de : Lars Svensson, K. Mullarney, D. Zetterstöm, Peter J. Grant, Le guide ornitho. (édition française : Lausanne-Paris, Delachaux et Niestlé, 1999, 400 p.), la liste n° 11 présente les dénominations italiennes, scientifiques (latines) et françaises (même chose sur les sites cso.cz pour Česká spolčnost ornitologická, bsc-eoc.org pour Avibase – listes d’oiseaux mondiales). Il existe une littérature pour les amateurs de chants d’oiseaux : C. Bossus et F. Charron, Guide des chants d’oiseaux d’Europe occidentale, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 2003, 1 livre + 2 CD; Rob Hume, Peter Hayman, La nuova guida del birdwatcher, Roma, Muzzio, 2003, pocket guide, 272 p., isbn 88-7413-087-2, édition italienne de The New Birdwatcher’s Pocket Guide to Britain and Europe, London, Octopus, 2002.

4Nous n’avons pas considéré les mimologismes, ces imitations artistiques du chant des oiseaux à l’aide de petites phrases, dont on peut trouver de nombreux exemples à l’adresse suivante : http://ornithologie.free.fr/​miroiseur/​onomatopee.html, et qui aident les amateurs d’ornithologie à mémoriser les chants des oiseaux. Cependant, cette expression d’une culture populaire rurale n’est pas à négliger pour une recherche approfondie des liens et des strates intermédiaires entre phonologie et sémantique.

5Dans la catégorie des cris, les animaux domestiques remportent la palme : le chien, le chat et le cochon collectionnent les onomatopées, mais le chien l’emporte au nombre de verbes.

  • 5  NicolaZingarelli, Vocabolario della lingua italiana, Bologna, Zanichelli, 2003, 2176 p.

6Aux cris et aux chants, nous avons ajouté les verbes et les onomatopées qui disent le bruit des ailes des insectes, des muqueuses (cheval) et de la carpe qui gobe un insecte. Nous n’avons pas retenu les verbes italiens bruire « bruire » et bubbolare « gronder » proposés par le Centro Studi Italiani (respectivement pour le tigre, l’ours, le lion, et pour le hibou, le chat-huant) à cause de leurs définitions dans le Zingarelli5 qui ne renvoient pas aux animaux mais au bruissement des feuilles pour le premier et au tonnerre pour le second. Si ces verbes ont étymologiquement un rapport avec le cri des animaux, ils sont aujourd’hui principalement employés pour décrire les bruits d’éléments naturels inanimés.

  • 6 Chiocciàre : Mandar fuori una certa voce rauca e in gola, e dicesi della gallina quando cova, o vuo (...)
  • 7  Caqueter : [Indirectement attesté par son dér. m. fr. caqueteresse 1320 adj. et subst. fém. « (fem (...)
  • 8  Glousser : Ca 1350 clocier (G. LI MUISIS, I, 181 ds T.-L.); 1690 d’une pers. (FUR.). Du lat. vulg. (...)
  • 9 Chiurlàre : Il cantare degli assiuoli (assiolo  petit duc) e di altri uccelli notturni. Non da URLÀ (...)
  • 10  Origine des mots. Exploration du dictionnaire, p. 2. Sur le site : http://www.ac-versailles.fr/ped (...)
  • 11  Alvaro Rocchetti, Sens et forme en linguistique italienne : études psycho-systématiques dans la pe (...)
  • 12 Bramìre : Emettere bramiti. Bramìto : Urlo, rido di fiere affamate. Dal provenzale et spagnolo bram (...)

7Les verbes présentés ont souvent une origine onomatopéique, directe (par exemple en italien : chioccare, chiocciare, chioccolare6; et en français : caqueter7, glousser8) ou indirecte, le verbe étant issu du nom de l’animal lui-même, dérivé de l’onomatopée de son cri (par exemple, en italien : chiurlare < chiurlo < chiù9et en français : le verbe de la langue non soutenue et assez rare, cacaber ‘pousser un crie en parlant de la perdrix’, issu du grec kakkabizein, dérivé de kakkabé, ‘perdrix’, par l’intermédiaire du latin cacabare qui pourrait être dérivé d’une onomatopée, ou encore : le verbe cacarder ‘crier en parlant de l’oie’, attesté depuis 1613, de l’onomatopée du cri10). L’analyse de ce tableau requerra une étude étymologique approfondie préalable, accompagnée de questionnements ouverts et sans préjugé sur les liens entre phonologie, lexicalisation et grammaticalisation. Ainsi, l’étude de la distribution des verbes sur les deux premiers groupes (fr. -er/-ir ; it. -are/-ire), en s’appuyant sur l’hypothèse de l’opposition ‘non antériorité’ vs. ‘antériorité’11, devrait apporter des informations sur l’évolution de la perception et de la représentation des chants et des cris concernés (par ex. : l’it. bramire / bramare)12.

8Du point de vue phonologique, la comparaison des onomatopées et des systèmes phonologiques de plusieurs langues devrait être éclairante. Venant compléter cette vision ‘macro’, une approche ‘micro’ au sein d’une même langue aurait aussi son intérêt : parfois, un seul phonème suffit à l’existence d’une paire minimale, ainsi en français le crapaud coasse et le corbeau croasse, le corbeau peut aussi criailler et la corneille crailler.

  • 13  Dans son film Journal intime, titre original Caro Diario, de 1994, le personnage principal qu’il i (...)

9Il y a plusieurs pistes à explorer quant à la polysémie des verbes de cri et de chant car les paradigmes des noms d’animaux et des cris se croisent et interfèrent. Ainsi, faut-il être surpris de ce que la girafe “italienne” est rattachée soit aux ovins (belare) soit aux bovins (muggire) ? Voici encore de quoi rendre fou Nanni Moretti13 : en italien, l’orso ruglia (‘grogne’) mais aussi bramisce (‘brame’) comme les cervidés, et ringhia (‘gronde’) comme le chien. En français, le bélier bêle comme un ovin et blatère comme un chameau ou un dromadaire ; l’otarie et le phoque bêlent aussi. Un verbe peut concerner plusieurs animaux et plusieurs verbes un seul animal, l’étude comparée intra et inter langue(s) de ces distributions serait féconde.

10En attendant de futurs développements, nous vous invitons dès à présent à la consultation du corpus.

Nom de

L’animal

nome dell’

animale

verbe

conjugué

du cri

verbo

coniugato

del verso

L’onoma-

-topée

L’onoma

-topéa

L’abeille

L’ape

bourdonne,

vrombit

bombisce

Bzz,

dzz,

zzz

Bzz,

zzz

L’agneau

L’agnello

bêle

bela

Bêê

Bee

L’aigle

L’aquila

trompette,

glatit

grida

L’albatros

L’albatro

piaule

L’alouette

L’allodola

grisolle,

turlute,

tirelie

trilla

Tireli,

puit,

bi-tuit

L’âne

L’asino

brait

raglia

Hi-han

I-oo

La baleine

La balena

chante

canta

Baunnn

La bécasse,

la bécassine

La beccaccia,

il beccaccino

croule

Le bec-figue

Il beccafico

Bzi

La belette

La donnola

belote

Le bélier

Il montone

blatère

bela

La bergeronnette

La cutrettola

Srisri

Le bœuf

Il bue

mugit,

meugle, beugle

mugghia,

muggisce

Meuh,

beuh

Muu

Le bouc

Il caprone

béguète,

bêle

bela

Mêê

Bee

Le bouvreuil

Il ciuffolotto

Tsou tsou

La brebis

La pecora

bêle

bela

Bêê

Bee

Le buffle

Il bufalo

mugit,

meugle,

beugle

La buse, le milan

La poiana,

il nibbio

Pille,

piiy,

pi-u

Le butor

Il tarabuso

Rrououou

La caille

La quaglia

cacabe,

carcaille

(courcaille, couraille), margote,

pituite

fischia

Pit uit,

cat-caillou

La calandre

La caladra

cinguetta

Le canard

L’anatra

cancane, nasille

anatra

Coin-coin,

cancan

Le canari

Il canarino

chante

canta

Cuicui,

hui hui,

pi pi

Le caneton

L’anatroccolo

Coui coui

La carpe

La carpa

Glohh

(qui happe

une tipule)

Le cerf

Il cervo

brame,

rée (rait)

bramisce

Mmm

Le chacal

Lo sciacallo

jappe,

piaule,

aboie

ulula

Le chameau, le dromadaire

Il cammello

blatère

blatera

Brouuu

Le chardonneret

Il cardellino

Rerere

Le chat

Il gatto

miaule,

feule,

ronronne

miagola, ustola,

ronfa,

fa le fusa

Miaou

(cri normal) ;

ronron,

frr (ronronnement) ;

mrouin

(en chaleur) ;

crr-crr,

fff,

 fft,

frr,

khh,

rrr

(en colère)

Miao

Le chat-huant

Il gufo selvatico

hue

Ti ti ti ti ti ti

La chauve-souris

Il pippistrello

stridisce

Blop, tsk tsk

Le cheval

Il cavallo

hennit

nitrisce, sbuffa

Hi (hennissement) ;

frrr,

prrrou

pou-pou

(bruit de muqueuses)

  • 14  La cigale grise (Cicada orni) est baptisée « cancan » par les Provençaux car elle émet une success (...)

La chèvre

La capra

bêle,

béguète

bela

Mêê,

mé,

bé,

hein hein he

Bee

Le chien

Il cane

aboie,

jappe,

hurle,

gronde,

clabaude,

(clatit, crie

pour le chien

de chasse)

abbaia,

guaiola,

guaisce,

latra,

mugola,

ringhia,

uggiola, ulula,

ustola

ouah ,

ouaf

 (wif pour le caniche),

aï aï,

aou,

bou bou,

grr,

hum,

kaï,

hou hou,

ouaou,

ouap,

rouaf,

rouah,

wouf,

wraou

(crier) ;

roun,

hou hou,

snif,

ffff

(flairer, renifler)

Bau bau,

babau

Le chiot

Il cucciolo

jappe,

glapit

Le choucas

La taccola

Crré,

tek,

cré-crrré cra-crrra crrr,

crrr tek,

rrrroui

La chouette

La civetta

chuinte,

ulule,

hue

stridisce, chiurla

Hou hou

Chiù

La cigale

La cicala

chante,

craquette,

stridule

frinisce

Cricri,

zzz,

can,14

tchi tchi tchi

La cigogne

La cicogna

claquette, craquette, glottone

Le cochon, le porc

Il maiale

grogne, couine, grouine

grugnisce, strogola

Groin groin, grouic,

couic oui,

rrrff rrrff,

crrro crrro (cri habituel) ;

grui i grui ii grui iii (cri de l’animal qu’on tue)

Le cochon d’Inde

La cavia

Couic

La colombe

La colomba

roucoule

Coucourou,

crou-crou,

glou glou,

rou rou

Le coq

Il gallo

chante, coquerine, coqueline

canta

Cocorico,

kéquéléké,

ro-co-co

coc-co-dê

Chicchirichì

Le coq de bruyère

Kourrouh

Le corbeau

Il corvo

croasse, criaille

gracchia

Croâ,

croa,

coua,

couac

Cra cra

La corneille

La cornacchia

graille, craille

gracchia

Croâ,

tiac

Cra cra,

kraa kraa kerk konk

Le coucou

Il cùculo

coucoule, coucoue

Coucou,

hou hou

Cucù

Le courlis

Il chiurlo

chiurla

Courli

Chiù

Le crapaud

Il rospo

coasse

Crr-crr,

bou bou,

flic flac,

ou,

tui to

Le criquet

La cavalletta

stridule

frinisce

Le crocodile

Il coccodrillo

lamente,

vagit

Le cul-blanc

Il culbianco

Tac

Le cygne

Il cigno

trompette, siffle

stride

Le daim

Il daino

brame

Le dauphin

Il delfino

émet des sifflements

Le dindon

Il tacchino

glougloute

gloglotta, goglotta

Glou glou,

pia-pia, saradjouglou

Gluglu

L’élan

L’alce

bramisce

L’éléphant

L’elefante

barrit,

barète

barrisce

Brrroa,

ourmph

Praahh

L’épervier

Lo sparviero

glapit,

piaule

L’étourneau

Lo storno

jase

Le faisan

Il fagiano

criaille

Cot cot

Le faon

Il cerbiatto

râle

Le faucon

Il falco

grida

La fauvette

La capinera

zinzinule, babille

cinghetta

Tuit

Tac tac

Le frelon

Il calabrone

ronza

Le furet

Il furetto

Coucourou,

brouf

Le geai

La ghiandaia

cacarde,

cajole,

jase

Krêêk,

tchaie,

tiac

La gélinotte

Il

francolino

di monte

glousse

La girafe

La giraffa

muggisce, bela

Mee

La grenouille

La rana

coasse

gracida

Coa-coa,

coac, croa,

brek brek, corex,

crr-crr,

grr,

kékéké,

ka-ak,

ti-tilu,

kéé-ex,

kidi-kidi,

dja-ah

Cra cra,

Gre gre (ranella)

Le grillon

Il grillo

stridule,

grésille,

craquète

frinisce,

trilla

Cri cri

La grive

Il tordo

babille

zirla

Tchic,

tia-tia,

tzé-tzé-tzé

La grue

La gru

glapit,

trompette, craquète,

craque

stride

La guêpe

La vespa

bourdonne, vrombit

ronza

Bzz,

dzz,

zonzon,

zzz

Le hamster

Il criceto

Coui coui

Le hanneton

Il

maggiolino

Brr,

kroup

Le héron

L’airone

hue

Le hibou

Il gufo

hulule,

hue,

bouboule

pigola

Hou hou,

bou bou

Chiù

L’hippopotame

L’

ippopotamo

grogne

L’hirondelle

La rondine

gazouille,

trisse

garrisce,

zinzilula

Cuicui,

pst

Tsuitùu

La hulotte

L’allocco

hue,

hôle,

lamente

La huppe

L’upupa

pupule

Hulululu,

pou-pou-pou, prrrrou

La hyène

La iena

ricane,

hurle

ride

Ra ou,

ou ra,

craye

Le jars

L’oca maschio

jargonne, criaille

starnazza, schiamazza

Tch tch

Qua qua

Le lama

Il lama

hennit

Le lapin

Il coniglio

clapit,

glapit,

couine

ziga

Le lièvre

La lepre

vagit,

couine

Le lion

Il leone

rugit

ruggisce

Roâarr,

grr

Le loup

Il lupo

hurle

ulula

Houuu,

hou hou

La mangouste

Il mangostano

Kikiki

La marmotte

La marmotta

siffle

Hi i,

hi

Le martinet

Il rondone

garrisce

Srii srii

Le martin-pêcheur

Il martin pescatore

Titiht

La mauviette

Tan

Le merle

Il merlo

siffle,

flûte,

jase,

babille

chioccola, canta

Caracacaca, tari,

tarili,

tcha-tcha,

tseu-tseu-tseu

Chioc chioc, tcink tcink tcink

La mésange

La cincia

zinzinule

Turrruititittit

Zisteretetet

Le moineau

Il passero

gazouille,

pépie

cinguetta, pispiglia

Couic,

cuic,

cuicui,

brrr it,

psssit

La mouche

La mosca

bourdonne, vrombit

ronza

Bzz,

dzz,

zonzon,

zzz

La mouette

Il gabbiano

Aow,

cri,

croua,

hé-héhé,

krièk krièk,

ouèk ouèk,

kriou kriou

Le moustique

La zanzara

ronza

Bzz,

dzz,

zonzon,

zzz

Le mouton (voir aussi le bélier et la brebis)

Il montone

bêle

bela

Bêê,

bé,

Bee

L’oie

L’oca

cacarde,

criaille,

siffle

starnazza, schiamazza

Coin-coin

Qua qua

  • 15  Pipe : Ce mot, en basse latinité pipa, paraît avoir désigné d’abord un roseau, un appeau avec lequ (...)

L’oiseau

L’uccello

chante,

pépie,

gazouille,

babille,

ramage,

siffle

Canta

Cui-cui,

couic,

cuic,

pi-ouit,

piou-piou,

pi pi,15

tui-tui,

tiou,

ré,

toti,

cuip-dièb

Cip cip

L’otarie

L’otaria

bêle,

grogne,

rugit

L’ours

L’orso

gronde,

grogne,

hurle,

grommelle

bramisce, ringhia,

ruglia

Hou hou,

groonnn, grrroomm

Grrww

La panthère

La pantera

rugit,

feule, miaule

Rou rou iou

Le paon

Il pavone

braille, criaille

paupula

Léon

Le passereau

Il passero

gazouille, pépie

cinguetta, pispiglia

Tellterell-telltell

Le perdreau

Il perniciotto

Pi-ouit,

Ca ca ca ca,

tcheukeu-tcheukeu

La perdrix

La pernice

cacabe,

glousse

Cot cot cot codek, quiquiriez,

tirouit

Le perroquet

Il pappagallo

ase,

craque

ciarla, parla

Crô,

prrr prrr

La perruche

La cocorita

jabote

Prrri

Le phoque

La foca

bêle,

grogne,

rugit

La pie

La gazza

créquèle,

jacasse,

jase,

cajole

Cacacacacaca, gerrregégé,

hê-ê-ek

Le pigeon

Il piccione

roucoule,

caracoule

tuba, gruga

Coucourou,

crou-crou,

glou glou,

rou rou

Le pingouin

Il pinguino

jabote

Le pinson

Il fringuello

siffle,

ramage

chioccola

Chu chu

Chioc-chioc,

Sii sii

La pintade

La faraona

cacabe,

criaille

Ka ka ka ka kaaaack

Le pivert

Il picchio verde

Tac-tac,

toc-toc,

tic,

tiou

Le poisson coassant de la baie de Chesapeake

Bub-bub-bub

La poule

La gallina

caquette, crételle (quand elle vient de pondre), glousse

chioccia

Cot cot,

codett,

cot cot codec (qui va pondre) ;

cloc (qui picore) ;

cot cot (qui caquette) ;

crôô crôô,

pwat pwat

(qui glousse) ;

ca ca ca ca, roucoucou  

(qui a peur)

Le poulet

Il pulcino

piaule

pigola

Pipiti qui qui piti piquiti

Pio pio

Le poussin

Il pulcino

piaule,

piaille

pigola

Piou-piou

Pio pio

Le ramier

La palomba

roucoule, caracoule

tuba

Le rat

Il topo

couine, chicote

squittisce, zirla

Crr-crr

Squitt squitt, squiit squiit,

cik cik

Le renard

La volpe

glapit,

jappe,

trompette, aboie

guaisce, guaiola, gagnòla

Hihihi

Le rhinocéros

Il rinoceronte

barète,

barrit

Le rossignol

L’usignolo

chante, gringotte, rossignole

cinguetta, canta, gorgheggia

Tireli, tio

Le rouge-gorge

Il pettirosso

siffle

chioccola, chiccola

Tsk tsk

Tin tin

La rousserole

La canneraia

Karabi

Le sanglier

Il cinghiale

grommelle, nasille

grugnisce

Groin-groin,

rron rron

La sarcelle

L’alzavola

cigola

La sauterelle

La cavalletta

stridule

frinisce,

stridisce

Le serin

Il verzellino, serino d’Italia

Piau piau,

ri pi pi pi ririri pit pit,

tilétititititi

Le serpent

Il serpente

siffle

sibila

Sss,

bzz

Sss

  • 16  Ouistiti : n. m. 1767. Buffon considérait ce mot comme une onomatopée imitant le cri de l’animal. (...)

Le singe

La scimmia

crie,

hurle,

piaille

guaiola, grida,

abbaia

Ouh ouh ah ah (singe) ;

rhaah,

kek-ak (gorille) ;

chrrr (ouistiti)16

La souris

Il topo

couine,

chicote

squittisce, zirla

Couic, piit, tri tri

Squitt squitt,

squiit squiit,

cik cik

Le taureau

Il toro

beugle,

meugle,

mugit

Meuh

Muu

Le termite

La termite

Cric crac,

crr-crr

Le tigre

La tigre

feule,

miaule,

rauque,

râle

La tourterelle

La tortora

roucoule,

caracoule, gémit

tuba

Coucourou,

crou-crou

La vache

La mucca

mugit,

meugle, beugle

muggisce

Meuh

Muu

La vrillette

Il tarlo

Crac crac,

gre gre,

crr-crr,

toc

Le zèbre

La zebra

hennit

Haut de page

Notes

1  Pour proposer un ajout ou un commentaire, s’adresser à :

saffisophie@aol.com

2  Yannick Gouchan, «“Gente piccola e vocale” : la présence des oiseaux dans la poésie de Pascoli » in Italies, Arches de Noé, vol. 10, tome 1, 2006, pp. 373-399. Pour l’étude de l’onomatopée pascolienne et son passage en français, on peut consulter : Antonella Mauri, Traduction et réception de Giovanni Pascoli en France, Université de la Sorbonne Nouvelle, 2000 (dactyl.), et Olivia Galisson, Les problèmes de traduction de l’œuvre poétique italienne de Giovanni Pascoli, Université de la Sorbonne Nouvelle, 2002 (dactyl.), sous la direction de Jean-Charles Vegliante, CIRCE (Centre interdisciplinaire de recherche sur la culture des échanges).

3  Yannick Gouchan, op. cit., pp. 389-390, note 37 : Gianfranco Contini, “Il linguaggio di Pascoli” in Studi pascoliani, Faenza, 1958, p. 35, puis in Varianti e altra linguistica, Torino, Einaudi, 1970, p. 219. Dans cet essai fondamental pour la compréhension du langage de Pascoli, Contini analyse l’effet de sémantisation de l’onomatopée à travers deux mouvements : celui de la sémantique vers le son (par exemple « anch’io chio chio ; vide… videvitt ») ou du son vers la sémantique (par exemple « finch…finché »).

4  Yannick Gouchan, op. cit., p. 388. La note 11 de la page 379 donne les sources scientifiques de Pascoli.

5  NicolaZingarelli, Vocabolario della lingua italiana, Bologna, Zanichelli, 2003, 2176 p.

6 Chiocciàre : Mandar fuori una certa voce rauca e in gola, e dicesi della gallina quando cova, o vuol covare, o guida i pulcini. Spagnolo cloquear ; provenzale clorchà ; francese glousser ; dialetto vallone gloukser, borgognone claucé : dalla stessa radice dell’anglosassone CLOCCAN = inglese CLUCK, antico tedesco GLUCCAN, moderno GLUCKEN, olandese KLOKKEN, che valgono lo stesso e cfr. Pure col celto gallese CLOCIAN, col latino GLOCÍRE e GLOCITÀRE, e col greco KLÒZEIN (per KLÒgein), voci tutte formate per similitudine di suono, alla pari dell’anglosassone cluagga, clucga (inglese clock, francese cloche, dialetto piemontese cioca) campana, del greco klàzein = latino clàngere mandare un suono acuto, klaggé = latino clàngor grido, rumore acuto, del latino crociàre e crocitàre il cantare del corvo (v. Clangore e cfr. Chioccare). Chioccolàre : Dicesi di quel verso, che fanno talvolta i merli ed altri uccelli, che pare sia CHIOC-CHIOC, ed è quindi voce onomatopeica analoga a Chioccare e Chiocciare. (Les définitions et les notes étymologiques sont tirées du site : www.etimo.it qui propose une réédition du Vocabolario etimologico de Pianigiani ; et du dictionnaire de Nicola Zingarelli, Il nuovo Zingarelli, Vocabolario della lingua italiana, Bologna, Zanichelli, undicesima edizione, 1986.)

7  Caqueter : [Indirectement attesté par son dér. m. fr. caqueteresse 1320 adj. et subst. fém. « (femme) qui aime à bavarder » (Dit des Patenostres ds Nouv. Recueil Fabliaux, éd. A. Jubinal, t. 1, p. 243 – 1601, Charron ds HUG.)] ; ca 1450, caqueter « bavarder d’une façon indiscrète » (Mist. Viel Testament, XXIII, 16845, II, 333 ds IGLF) ; fin XVe s. quaquetter « (en parlant de certains oiseaux) faire entendre un cri particulier » (O. DE SAINT-GELAYS, Eneid., B.N. 861, fo 119 vo ds GDF. Compl.) ; spéc. 1690 « (de la poule) glousser au moment de pondre » (FUR.). Dér. du rad. onomatopéique kak- reproduisant le piaillement de certains oiseaux ; dés. -er. À rapprocher du b. lat. cacabare (cacaber*). (Les définitions et les notes étymologiques sont tirées du site du Trésor de la langue française informatisé, TLFi : http://atilf.atilf.fr/tlf.htm)

8  Glousser : Ca 1350 clocier (G. LI MUISIS, I, 181 ds T.-L.); 1690 d’une pers. (FUR.). Du lat. vulg. clociare (TLL s.v.), issu du lat. glocire « glousser » (d’où l’a. prov. glozir « glousser » XIIe s. ds FEW t. 4, p. 159a ; clocir, glozir XIIIe s. UC FAIDIT ds K. STICHEL, Beitr. zur Lexicogr. des Altprov. Verbums, 1890, p. 26), d’orig. onomatopéique.

9 Chiurlàre : Il cantare degli assiuoli (assiolo  petit duc) e di altri uccelli notturni. Non da URLÀRE come taluno pretende, ma da CHIÙRLO specie di civetta. Chiùrlo : Assiolo ; così detto per imitazione dal suo canto (CHIÙ) quindi voce onomatopeica, ond’anche Chiurlare, Chiucchiurlare.

10  Origine des mots. Exploration du dictionnaire, p. 2. Sur le site : http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/anti/gymling/dico1.htm

11  Alvaro Rocchetti, Sens et forme en linguistique italienne : études psycho-systématiques dans la perspective romane, Thèse de Doctorat d’État, Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 1980, p. 229 ; Sophie Saffi, Discussion de l’arbitraire du signe. Quand le hasard occulte la relation entre le physique et le mental in « Italies », Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°9 Figures et jeux du hasard, 2005, pp. 380-382.

12 Bramìre : Emettere bramiti. Bramìto : Urlo, rido di fiere affamate. Dal provenzale et spagnolo bramar gridare, ruggire ; francese bramer belare. Affine a BRAMÀRE, dallo stesso ceppo dell’antico alto tedesco BRËMAN ruggire, muggire, analogo al moderno BRUNET propiamente il grido del cervo in amore, BRUMMEN brontolare, al Greco BRÉMEIN rumoreggiare, rimbombare e al latino FRÈMERE fremere, con enere al sanscrito BHRAMARÀ ape : radice del sanscrito BHRAM produrre rombo o ronzìo, e propriamente olgere in giro, idee che si trovano accoppiate nel sanscrito BHRAMARAKA trottola e nell’anglosassone BRIM il frangersi delle onde sugli scogli (cfr. Brontolare e Fremere). Bramàre : Gli antichi dal lat. PER-AMARE amare ardentemente : meglio il Diez e l’Heyse dall’a.a.ted. BRĒMAN (PRĒMAN) che suppone in got. *BRAMÔN, *BRAMAN ruggire [affine al Greco BRÉMEIN...]

13  Dans son film Journal intime, titre original Caro Diario, de 1994, le personnage principal qu’il interpréte va retrouver un ami sur les îles Eoliennes. Notre clin d’œil renvoie à la séquence de la cabine téléphonique : « No, non so come fa la giraffa… »

14  La cigale grise (Cicada orni) est baptisée « cancan » par les Provençaux car elle émet une succession rauque et monotone de « can ! can ! can ! » (« Le Monde », 12 juin 1999, 14).

15  Pipe : Ce mot, en basse latinité pipa, paraît avoir désigné d’abord un roseau, un appeau avec lequel le chasseur imite les pipies des oiseaux pour les attirer et les prendre à ses gluaux ; de là les expressions de piper, pipée, pipeau, piperie, termes de chasse qui ont ensuite été employés dans le sens figuré avec une idée de tromperie. Pipe désignait aussi spécialement le petit tube avec lequel chacun des communiants aspirait le vin consacré. De là, nous avons conservé le nom de pipes aux tuyaux dont on se sert pour aspirer la fumée du tabac. Et comme les pipeaux étaient de forme oblongue, on a aussi donné le nom de pipes à ces tonneaux de forme oblongue qui nous viennent de l’Anjou et de la Guyenne. (Pierre Larousse, Jardin des racines latines, Paris, Librairie Larousse, coll. La lexicologie des écoles, cours complet de langue française et de style, sans date, p. 192).

16  Ouistiti : n. m. 1767. Buffon considérait ce mot comme une onomatopée imitant le cri de l’animal. On lit parfois qu’il provient d’une « langue indigène », mais il n’est jamais précisé de laquelle il s’agit (Orlando De Rudder, Ces mots qui font du bruit !, p. 242).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°12, Arches de Noé [2], 2008.

Référence électronique

Sophie Saffi, « Chants et cris d’animaux : corpus d’onomatopées et de verbes français et italiens », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://italies.revues.org/1240

Haut de page

Auteur

Sophie Saffi

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org