Navigation – Plan du site

Les Operette morali, livre définitif, livre insaisissable

Perle Abbrugiati
p. 5-8

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

1C’est autour des Operette morali de Giacomo Leopardi que se ramifie le numéro 7 de la revue « Italies », auquel ont bien voulu contribuer de grandes signatures de la critique léopardienne actuelle. Né comme la publication des actes d’une table ronde qui, le 16 janvier 2003, a réuni à l’Université de Provence Antonio Prete (Université de Sienne), Anna Dolfi (Université de Florence), Pascal Gabellone (Université de Montpellier), Giuseppe Sangirardi (Université de Dijon), Perle Abbrugiati (Université d’Aix-Marseille), ce recueil d’articles rassemble, outre les versions écrites de leurs communications, les études de collègues français et italiens qui s’y sont associés et que nous remercions chaleureusement : Denis Ferraris (Université de Paris III), Matteo Palumbo (Université de Naples), Antonella Del Gatto (Université de Chieti), Geneviève Granger-Mathieu (Montpellier).

2Tous se penchent sur l’un des livres les plus problématiques de la littérature italienne, les Operette morali semblant se prêter indéfiniment à l’étude mais échapper perpétuellement à toute définition. Ensemble éclaté mais cohérent, texte radical mais à la forme ouverte, œuvre plurielle mais tissée de leitmotive, composition sombre mais drôle, d’une logique froide et serrée mais d’une fantaisie foisonnante, dont l’effet se fonde à la fois sur la récurrence et sur la surprise, déclinant un discours métaphysique sur des tonalités musicales, les Operette morali sont un livre à la fois définitif et insaisissable, le lieu où se perçoit le mieux l’indissociabilité du philosophique et du poétique propre à Leopardi.

3La rigueur stylistique et argumentative est une constante de cette œuvre prismatique, tout autant que la pensée du Néant qui la fonde et émane inexorablement de l’humour noir qui la parcourt. Sa diversité est dans les formes – du dialogue à l’allégorie –, dans les personnages, dans l’incongruité des situations et la superposition des registres de langage ou de représentation. Les articles qui suivent prennent en considération ces constantes et cette diversité, comme des incontournables de la critique léopardienne, mais ils contribuent également à l’affirmation d’une complexité qui ne tient pas seulement au choc permanent de la forme et du fond. Une complexité de deux ordres.

4L’un est l’usage détourné fait de la culture, ainsi que le montrent bien les analyses d’operette fondamentales proposées par Matteo Palumbo et Antonella Del Gatto. Mythes et savoirs constituent, dans les Operette morali, la base d’une complicité humoristique entre auteur et lecteur se logeant dans l’écart entre des référents connus et leur réécriture, qui les resémantise et décape les valeurs. Leopardi sature sa prose de prérequis culturels et d’allusions savantes qui ont une fonction paradoxalement anti-érudite. Ils érodent les valeurs habituellement transmises par la culture, grâce à une appropriation et à une torsion des lieux communs culturels. Ils deviennent vecteurs d’anéantissement puisque la mise en scène de la pensée passe par la représentation qui leur est dévolue, et que cette représentation burlesque est elle-même un discours transgressif implicite sur nos ancrages mentaux à abolir. Une des ambiguïtés des Operette morali est bien dans l’instrumentalisation ironique de la culture.

5L’autre grande complexité de cette œuvre réside dans sa nature à la fois cohérente et autodestructrice. Les Operette morali sont un livre qui avance vers sa propre négation. Leur morcellement ne nuit en rien à l’élaboration par étapes d’une pensée qui se déploie. Pourtant, le point ultime de ce déploiement est la négation du bien-fondé de la pensée. L’inutilité de la philosophie est le point de fuite de la philosophie léopardienne. Le vrai, n’étant que Néant, nie la justesse de la quête du vrai. Le pourfendeur des illusions ne trouve in fine que l’illusion comme raison de vivre. La cohérence de l’argumentation éteint l’argumentation elle-même. Subtil équilibre de la construction d’une pensée destructrice, qui s’alimente du brio de la parole pour ne revendiquer que le silence.

6À l’image des Operette morali, les textes qui suivent sont presque tous brefs et leurs auteurs les ont voulus denses. Antonio Prete met l’accent sur l’articulation fragile et épurée de la conscience de la finitude avec une écriture de la légèreté (Apparenza, finitudine, leg­gerezza). Anna Dolfi montre que l’avancée vers le silence des per­sonnages des Operette est une déclinaison littéraire d’un « taire » vers lequel tendent aussi bien le Zibaldone que les Pensieri, et qui est la seule résolution possible de toute contradiction (Sul principio di non contraddizione. Qualche nota aggiunta su una dialettica impro­gressiva). Pascal Gabellone, par une approche thématique, étudie la place accordée à l’Ennui (« La noia è come l’aria ». Expérience et pensée de l’Ennui chez Leopardi). Denis Ferraris, selon une logique également thématique qui complète bien la précédente, envisage les différentes fonctions de l’illusion, seul écran possible à l’Ennui (Leopardi. Du bon usage des illusions). Giuseppe Sangirardi, selon une optique plus marquée par la théorie de la littérature, enquête sur le statut accordé à la prose par Leopardi théoricien, et sur l’usage paradoxal qu’il en fait, dialectisant dans les Operette morali la prose et la poésie de façon plus complexe qu’il ne le fait dans ses écrits théoriques (Profilo di Leopardi prosatore). Moi-même je risque ensuite une synthèse des principes inspirateurs de l’œuvre léopardienne, où Leopardi apparaît guidé, tour à tour ou en même temps, par un principe de dérision, un principe de nostalgie et un principe de jeunesse (Leopardi entre désir de sens et désir de bonheur).

7Sont ensuite étudiés quelques textes précis. Matteo Palumbo se penche sur Copernico, un texte essentiel qui porte à son comble la théâtralisation des Operette morali, qui exaspère la critique de l’anthropocentrisme – déjà présente dans le Dialogo di un Folletto e di uno Gnomo, dans le Dialogo della Terra e della Luna et dans La Scommessa di Prometeo –, et qui présente aussi une fonction auto-référentielle dans la figure du savant opérant un tournant dans l’histoire de la pensée mais voué à l’incompréhension (Fisica e me­tafisica nel « Copernico »). Antonella Del Gatto, avec l’étude du Dialogo del Tasso e del suo Genio familiare, non seulement montre comment les thèmes de l’Ennui et de l’illusion, approfondis plus haut, s’entrelacent dans l’écriture, mais, par une fine analyse du texte confronté à sa source – Il Messaggiero du Tasse – nous met au cœur du processus par lequel Leopardi, tout à la fois, s’inscrit dans un continuum culturel et transgresse les référents qu’il s’approprie (Il Tasso rivoluzionario. Note intertestuali sulDialogo di Torquato Tasso e del suo Genio familiare). L’auteur de ces lignes tente aussi de donner une lecture moderne d’un des textes fondamentaux du recueil en s’intéressant au Dialogo della Natura e di un Islandese, occasion de faire une place au thème de la Nature – qui ne pouvait être absent de ce volume – mais aussi de poser la question du regard de Leopardi sur lui-même(Les décalages de l’Islandais. Histoire d’un grain de sable).

8Enfin, Geneviève Granger-Mathieu nous rappelle l’importance des Operette morali, non seulement dans l’œuvre de Leopardi, mais dans l’histoire de la prose italienne, puisque ces textes ont influencé bon nombre de prosateurs du XXe siècle. Geneviève Granger met en lumière à travers un exemple précis – les correspondances entre l’œuvre de Landolfi et les Operette morali – la fascination que ces textes exercent sur les auteurs contemporains (Les “Operette morali” de Tommaso Landolfi). Elle ouvre ainsi une voie à de nombreuses études encore à faire sur des textes du XXe et du XXIe siècle qui, des Cosmicomiche de Calvino à la prose de Tabucchi, révéleraient que Leopardi eut de nombreux émules.

9Ce volume intéressera donc, nous l’espérons, par le kaléidoscope méthodologique qu’il présente. Analyse stylistique, étude thémati­que, théorie littéraire, synthèse conceptuelle, analyse textuelle, étude comparative, s’y côtoient, s’y répondent. C’est grâce à ces méthodes croisées que, sans avoir bien sûr le caractère définitif de l’œuvre étudiée, il pourra aider à appréhender ce livre insaisissable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°7, Leopardi. Poésie d’une prose, 2003

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « Les Operette morali, livre définitif, livre insaisissable », Italies [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 02 avril 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/1249

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org