Navigation – Plan du site
Une arche à sauver

Le bestiaire d’Ippolito Nievo : l’animalité des humains, l’humanité des bêtes

Elsa Chaarani Lesourd
p. 427-454

Résumé

Il est visible dans le roman Le confessioni d’un Italiano que Nievo, cet écrivain à l’esprit franciscain, aimait sincèrement la nature et ses êtres vivants les plus proches de l’homme, les bêtes. On cherche à voir dans cet article comment Nievo montre que les frontières entre animalité et humanité sont souvent plus floues que les hommes aiment à le penser, ce qui rejoint les études les plus récentes du vingt-et-unième siècle sur l’intelligence animale. Ainsi Nievo semble-t-il avoir eu sur ce point une forme d’intuition de la modernité.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

animal, Nievo Ippolito, nature

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Dédicace

Je dédie ce texte à ma mère, Catherine Lesourd.

Texte intégral

1Pourquoi parler de l’animal dans l’œuvre de Nievo ? Le 9 mars 1855, Ippolito Nievo, bouleversé et écœuré par les horreurs commises par des êtres humains – la condamnation à mort de Pietro Calvi – se réfugie à Fossato, dans la maison de campagne de sa famille, et écrit à ses deux amis Arnaldo Fusinato et Andrea Cassa à la fois son désespoir et le réconfort que lui procure la campagne :

  • 1 Ippolito Nievo, Lettera del 9 marzo 1855 a Arnaldo Fusinato, in Lettere, cur. Marcella Gorra, Milan (...)

E qui, in campagna, nei tepori precoci del marzo, nel diurno colloquio dei villani e nella notturna compagnia della civetta, mi si è rifatto lo spirito. A forza di pensare fuori del mondo mi è germogliata l’idea d’un romanzo. Stamattina ci ripenso ; ma giuggiole ! per iscriver bene un romanzo bisogna essere botanici, paesisti, filosofi e per di più poeti.1

2À cette liste qui fait irrésistiblement songer à ce que sera trois ans plus tard l’auteur des Confessioni d’un Italiano, il aurait pu ajouter « il faut être zoologue », car le roman Le Confessioni se caractérise par un long défilé de personnages d’humains “zoomorphisés” et d’animaux parfois plus humains que les humains, comme on le verra dans ce travail. Mais ce qui est surtout frappant, dans la première partie de ce passage d’un texte autobiographique, c’est le tableau rapidement esquissé d’une nature où hommes et animaux semblent vivre dans une harmonie telle qu’elle a la propriété de se communiquer au citadin qu’est Nievo. C’est précisément à ce moment que Nievo décide de devenir – et devient effectivement – un écrivain champêtre, qui rédige des nouvelles rustiques, puis un roman rusticale qui s’intitulera, de façon significative, Il conte pecoraio. Cette décision est donc liée à des éléments proprement autobiographiques : amour réel et profond pour la nature, plaisir à la décrire, et intérêt pour les activités agricoles, éléments que l’on trouve déjà dans les lettres qu’il écrivit à dix-huit ans. Tout cela, ajouté à un goût prononcé pour les interminables promenades dans la campagne mantouane et frioulane, implique la présence d’animaux vus comme des compagnons indissociables de l’homme dans la nature.

  • 2 Ouvrages consultés : Élisabeth de Fontenay, Sans offenser le genre humain. Réflexions sur la cause (...)

3Parler des animaux chez Nievo confronte celui qui le fait à des questions si vitales pour l’homo sapiens que ce travail ne peut s’effectuer sans que l’on interroge quelques-unes des études les plus récentes sur la frontière entre intelligence humaine et intelligence animale, et sur le rapport entre les animaux et les hommes2.

4– Nous vivons, en effet, après la tragédie des camps de concentration nazis, par lesquels des êtres humains voulurent assigner de nouvelles limites à l’humanité, en créant délibérément des catégories de « sous-hommes » parmi leurs semblables. Mais, en tentant cette entreprise, les nazis ne parvinrent qu’à se montrer bien plus inhumains que ceux qu’ils voulaient déshumaniser.

  • 3 L’engouement pour les animaux de compagnie serait, selon Dominique Lestel, un remède à la solitude, (...)

5– Dans le même temps, les recherches sur l’intelligence animale prouvent que les frontières entre l’animalité et l’humanité sont de plus en plus floues, et tendent à reconnaître la réalité de la souffrance et du plaisir chez les bêtes. Toutefois, ce progrès dans la connaissance ne retient nullement les humains de réduire les animaux à se présenter, dans notre vie quotidienne, comme des paquets de viande emballés et étiquetés, produits à la chaîne dans des conditions que l’on pourrait qualifier d’inhumaines, et la présence envahissante des animaux de compagnie n’y change pas grand-chose3. Ainsi, sans même parler de l’inquiétante disparition de nombreuses espèces animales, tout se passe comme si les animaux avaient, eux aussi, été exclus par les hommes du règne du vivant.

6– Nous vivons, en outre, l’avènement d’une ère où les êtres humains partagent leur quotidien, non plus avec des bêtes, mais avec des machines si sophistiquées que, puisqu’ils n’en comprennent pas le fonctionnement en détail, ils les appréhendent souvent comme des concurrents dans la pensée. Que celui qui n’a jamais attribué de la mauvaise humeur à son ordinateur récalcitrant me contredise !

7Par conséquent, pour certains philosophes, eu égard à ce passé récent et au futur proche, il est urgent de repenser l’humanité dans l’animalité et non plus contre elle. Nous allons chercher à montrer que le regard amical de Nievo sur la gent animale peut nous y aider.

1/ Les animaux imaginaires ou l’animalité des humains

  • 4 Ippolito Nievo, Novelliere campagnuolo, Milano, Mondadori, 1994.

8Dans la récurrence des mots qui désignent les animaux, ce que l’on constate en premier, c’est le zoomorphisme des êtres humains. Dès les nouvelles du Novelliere campagnuolo, dans une nouvelle qui porte le nom d’une rivière, Il Varmo, la relation fusionnelle que deux petits enfants entretiennent avec la campagne pauvre et belle du Frioul les conduisent à mériter les surnoms de Favitta (Fauvette) et de Sgricciolo (Passereau), alors que la charmante protagoniste de L’avvocatino se nomme Colombe4.

  • 5 Édition de référence : Ippolito Nievo, Le Confessioni d’un Italiano, Parma, Guanda, désormais abrég (...)
  • 6 Dans toutes les citations des Confessioni, c’est nous qui soulignons. Pisana-papillon : « Volubile (...)

9Dans les Confessioni5, la représentation imagée des personnages humains s’effectue selon des clichés zoomorphiques simples mais efficaces, issus le plus souvent de la tradition populaire. On peut ainsi, en se fondant uniquement sur des citations tirées du roman, présenter les personnages des Confessioni sous la forme symbolique d’un bestiaire familier. Pisana enfant et femme en est le joli papillon errant d’homme-fleur en homme-fleur, et Carlo évolue du poulain sauvage de Fratta au cheval harnaché tirant courageusement le chariot de sa vie d’adulte et épousant une Aiglonne qui deviendra bien vite dominatrice. Lucilio occupe la place de l’aigle dans sa version positive, cet aigle à la vue perçante auquel on attribue une intelligence exceptionnelle. Dans ce bestiaire, en Martino est esquissé le chien fidèle du château, en Clara se dessine une simple et gracieuse moinelle semblable aux oiseaux qu’elle libère de leur cage, tandis que Padre Pendola nage entre deux eaux pour surprendre ses proies, et que Doretta, vipère déguisée en séduisante jeune fille, transforme un puissant Léopard en petit chien obéissant. Autour de Pisana ou de Doretta, les prétendants sont comme des mouches attirées par du miel, tandis que la marâtre de Carlo, la Comtesse de Fratta, utilise ses griffes de chatte pour maltraiter le cuir chevelu de l’orphelin qui lui a été confié6. On voit bien que ce zoomorphisme peut être dégradant, neutre ou laudatif, selon que les animaux choisis sont plus ou moins aimés ou révérés des humains.

10Cependant, pour beaucoup de personnages, il s’agit non pas d’un zoomorphisme, mais de plusieurs zoomorphismes. Ainsi, la virilité frustrée de Lucilio, au moment du refus de Clara d’honorer sa promesse en se mariant avec lui, est évoquée par deux images animalières, le lion en cage et le taureau furieux :

Lucilio sbalestrò alla vecchia un’occhiata quale ne suol dardeggiare il leone tra le sbarre della sua gabbia. (CI, XII, p. 777)
Lucilio tornò a saltargli contro con un impeto di rimbrotti e d’imprecazioni, come il toro furibondo, che impedito di uscir dall’arena, si spacca il cranio contro lo steccato. (CI, XII, p. 781)

11De même Ascanio Minato, amoureux passager de Pisana, qui semble à la jeune fille apparemment courageux, mais qui se révèle en réalité poltron et stupide, fait l’objet d’une triple analogie dans le discours de celle-ci :

Il bell’ufficiale ruggí come un leone. Bugiardo !... con quel cuore di coniglio !... (CI, XIV, p. 875)
Ah ! lo conosci ?... Bene ! non potrai dire che non sia un bel giovine, d’aspetto maschio e generoso, benché lo abbia poi trovato al cimento un perfido, uno spergiuro, un disleale, un vero
capo d’oca col cuore di lepre... (CI, XIV, p. 871)

12Pisana ne le ménage pas : faux lion, vraie poule mouillée, il a en outre pour elle le cerveau d’une oie.

  • 7 Voir la citation à la page précédente. Ce qui confirme cette hypothèse, c’est que le mot « lion » e (...)
  • 8 L’image de la pecora (ou pecoro) est extrêmement répandue dans le roman.

13On ne s’étonnera pas de constater que, dans ce roman éminemment politique, ce zoomorphisme possède fréquemment un sens politique. Ainsi, l’image du lion en cage pour Lucilio a une autre signification : celle de la Vénétie et de son lion de saint Marc qui, à ce moment du roman, est sur le point d’être livrée aux Autrichiens par le traité de Campoformio7. Au contraire, les résignés et les tièdes forment un troupeau de moutons8 ou, en raison de leur veulerie, sont identifiés à des vers :

Da una cotal educazione circondata di esempi tristissimi, si formava quel gregge impecorito di uomini, che senza fede, senza forza, senza illusioni giungeva semivivo alle soglie della vita; e di colà fino alla morte si trascinava nel fango dei piaceri e dell’oblio. I vermi che li aspettavano nel sepolcro potevano servir loro da compagni anche nel mondo. (CI, VI, p. 426)

  • 9 « – Tornerò appena abbia odorato qualche cosa – risposi io con piglio autorevole, ché già fin d’all (...)

14Pas de différence entre eux et les vers qui mangeront leur cadavre, dit sévèrement Nievo. Quant aux vieux poltrons de Fratta, ils ne sont qu’une « assemblée de poules mouillées », en italien conigli, lapins, désignation qui affecte régulièrement les peureux9. Au contraire, les rebelles et les patriotes font l’objet d’un zoomorphisme laudatif quand ils sont comparés à des aigles comme Lucilio, ou à des lions pour leur courage, comme Donato Altoviti, le second fils de Carlo :

…al Quartier generale fui accertato che un giovine veneziano di quel nome erasi inscritto nella Legione imolese, che aveva combattuto come un leone nello scontro di Rimini, e che colà era rimasto ferito due giorni prima. (CI, XXI, pp. 1376-1377)

15Parfois le zoomorphisme est plus précisément politique encore, lorsque, sous le gouvernement de la Sérénissime, les Inquisiteurs tendent leur toile d’« araignée » pour attraper les proies que sont les rebelles :

Gl’Inquisitori, si può ben credere, guardavano con mille occhi questo vario brulichio di opinioni, di lusinghe, di passioni : ogni tanto un calabrone, che strepitava troppo, cadeva nell’agguato tesogli da qualche ragno. Il calabrone era trasportato in burchio a Venezia ; e passato il ponte dei Sospiri nessuno lo udiva nominare mai piú. (CI, VIII, p. 506)

16Ailleurs, Nievo ajoute à l’anthropomorphisme d’une entité supranationale, l’Europe, le zoomorphisme des nations ennemies de la Grèce :

Tutta Europa applaudiva all’eroiche vittorie della Grecia : come gli spettatori del circo che sicuri dai loro scanni battevano le mani al bestiario che usciva vincitore dal contemporaneo assalto d’un leone e di due tigri. Pochi aiuti d’armi e di uomini, pochissimi di danaro davan mano a quegli sforzi sovrumani : i governi d’Europa cominciavano a sogguardarsi l’un l’altro e a tremare di non poter rimettere le catene turche ai ribelli cristiani. (CI, XXI, p. 1358)

17Entre le vol hardi de l’aigle ou le courage du lion, et l’existence répugnante du ver ou le conformisme proverbial du mouton, la medietas de Carlo Altoviti fait l’objet d’une image originale, celle de l’escargot (ou de la limace selon la traduction de lumaca) :

Moderato di voglie di speranze di passioni, quando i miei mezzi privati cominciavano a mancarmi, il soccorso pubblico mi era venuto incontro. Senza protezioni, senza brogli, in paese forestiero, ottenere a ventisei anni un posto di segretario in un ramo così importante e nuovo della pubblica amministrazione, com’erano allora le Finanze, non fu piccola né spregevole fortuna : e non me ne contentava. Tutti mi verranno addosso con baie e con rimbrotti. Ma io lo confesso senza vergognarmene : ebbi sempre gli istinti quieti della lumaca, ogniqualvolta il turbine non mi portò via con sé. Fare, lavorare sgobbare mi piaceva per prepararmi una famiglia una patria una felicità ; quando poi questa meta della mia ambizione non mi sorrideva piú né vicina né sicura, allora tornava naturalmente col desiderio al mio orticello, alla mia siepe, dove almeno il vento non tirava troppo impetuoso, e dove sarei vissuto preparando i miei figliuoli a tempi meglio operosi e fortunati. (CI, XVIII, 1126-1127)

18Si Carlo défend sereinement sa position de héros moyen aux « instincts tranquilles d’escargot », qui veut, comme Voltaire, retourner à « son jardin », et « se préparer une famille, une patrie et un bonheur », c’est que Nievo désire suggérer à ses lecteurs un héroïsme adapté aux pères de famille. Ces derniers, selon les idées de Mazzini, partagent avec les mères les devoirs, fondamentaux pour la patrie, de l’éducation des nouvelles générations, « chaque fois que le tourbillon » de l’histoire ne les « emporte pas avec lui ». Au détour d’un texte politique écrit après l’armistice de Villafranca (juillet 1859) et donc après les Confessioni, intitulé Venezia o la libertà d’Italia, Nievo réitère cette opposition entre les aigles qui, ici, figurent les martyrs de Belfiore, et le « sol enlimacé de la réalité » :

  • 10 Ippolito Nievo, Venezia e la libertà d’Italia, in Due scritti politici, cur. Marcella Gorra, Padova (...)

La politica radeva servilmente il suolo allumacato della realtà, ed esse quelle anime indomabili tentavano con penne di aquila le altezze quasi empiree della libertà e della fede.10

19Un peu plus loin, il souhaite un équilibre entre la « réalité » pratique des escargots suggérés précédemment par « le sol enlimacé de la réalité » et la « théorie » des aigles héroïques :

  • 11 Ibidem, p. 97.

Il senno Italiano tornò alla retta stima della realtà e al suo valor naturale durante la guerra di Crimea ; e l’ardimento quasi titanico del gran ministro d’un piccolo paese [Cavour] che sollevò subitamente i fatti a tentare un’eccelsa teoria, valse agli Italiani più che un secolo di storia. L’esempio era grande e fu imitato dalle menti nazionali; quella [la realtà] montò di un gradino, questa [la teoria] ne scese due, e tutte tutte si trovarono unite in questa fede che la formazione d’un forte Regno dell’Alta Italia avrebbe più che ogn’altro fatto politico giovato al nostro risorgimento.11

20Il faut donc atteindre un équilibre entre les escargots qui cheminent sur le sol de la réalité quotidienne et qui doivent « monter d’un degré », et les aigles qui atteignent les hauteurs théoriques de l’héroïsme et qui doivent « en descendre deux ».

21Dans le roman, le cheval occupe une place considérable puisqu’il était à l’époque très présent dans la vie quotidienne en tant que moyen de transport. Parmi les notations zoomorphiques sur les personnages, il possède un statut particulier, entre l’anthropomorphisme et le zoomorphisme. On peut le constater par ces phrases, qui se situent juste avant Campoformio, au moment où une éphémère municipalité révolutionnaire est proclamée à Venise :

E fu un tal fremito di gioia e d’entusiasmo che io pure mi sentii scorrere per le vene come una striscia di fuoco. […] Io era fuori di me addirittura senza saperne il perché : tale deve sentirsi un cavallo generoso al sonar della tromba. (CI, XI, pp. 738-739)

22Carlo personnage est comparé à un cheval (comparaison fréquente pour ce personnage du roman), et simultanément, le cheval fait l’objet d’un anthropomorphisme, puisque le narrateur lui attribue le sentiment qu’éprouverait « un cheval généreux au son de la trompette ». Car le chevalier et son cheval ne font qu’un, si bien que le cheval possède souvent les qualités ou les défauts du maître. Celui du docteur Sperandio est aussi ridicule que son maître, celui de Partistagno est prétentieux, et celui de Carlo, au chapitre X, change selon les moments. Lorsque Carlo se trouve au milieu de la foule rebelle, le cheval lui confère l’aura du héros :

Io pure dall’alto del mio cavalluccio mi diedi a strepitare con quanto fiato aveva in corpo ; e certo fui giudicato un caporione del tumulto, perché tosto mi si radunò intorno una calca scamiciata e frenetica che teneva bordone alle mie grida, e mi accompagnava come in processione. Tanto può in certi momenti un cavallo. […] Lo ripeto, il mio cavallo ci ebbe un gran merito, e fors’anco il bell’abito turchino di cui era vestito ; la gente, checché se ne dica, va pazza delle splendide livree, e a tutti quegli uomini sbracciati e cenciosi parve d’aver guadagnato un terno al lotto col trovar un caporione così bene in arnese, e per giunta anco a cavallo. (CI, X, p. 645)

  • 12 CI, X, pp. 640-670, passim.
  • 13 « Era la prima volta che montava a cavallo ; e di tratto in tratto aveva coraggio di ridere !...

23Mais dès que se fait entendre à nouveau la voix distanciée de l’octogénaire qui regrette son erreur de jeunesse – sa trop grande confiance envers les Français – le cheval devient une « rosse », (« ronzino »)12. C’est le cas plus loin, lorsque l’animal est revenu de son propre chef à Fratta sans son maître (nous aurons l’occasion d’en reparler). C’est donc comme si le cheval était un prolongement ou un attribut de son maître. Si l’action est héroïque, le cheval qualifie cet héroïsme. Quiconque a lu les Confessioni ne peut oublier cette chevauchée héroïque qui réunit Lucilio, Carlo et Pisana, alors que cette dernière vient de sauver son bien-aimé des griffes du dangereux bandit Mammone. La femme infidèle et oublieuse est devenue une fidèle héroïne, dont le « parjure » envers Mammone, qu’elle a séduit pour lui arracher Carlo, est qualifié de « généreux » ; tout cela au moment où elle monte pour la première fois à cheval13.

24Enfin le zoomorphisme des personnages humains suscite fort souvent le sourire du lecteur. L’ironie et la satire sont au rendez-vous, comme lorsque Nievo évoque Antonio Provedoni, père de famille obséquieux envers la noblesse, qui pourtant donne à ses enfants des noms de bêtes prédatrices peu propices à leur enseigner cette soumission :

Il buon decano di Cordovado s’era diportato in tale faccenda con assai poco accorgimento. I nomi de’ suoi figli erano tutti piú o meno eroici e bestiali, lontani affatto dal persuadere la pratica di quelle virtù tolleranti, mute e compiacenti che egli sapeva convenir meglio agli uomini del suo ceto. Il primo si chiamava Leone, il secondo, come dissimo, Leopardo : gli altri via via Bruto, Bradamante, Grifone, Mastino ed Aquilina. Insomma un vero serraglio ; e non capiva il signor Antonio che con cotali nomi alle spalle la solita dabbenaggine paesana diventava burlesca e impossibile. Se allora come ai tempi dei latini s’avesse osato adoperare il prenome di Bestia, certo il suo primogenito lo avrebbe ricevuto in regalo : tanto era egli frenetico per la zoologia. Ma nell’impossibilità di porre in opera il nome generico, lo avea supplito con quello forse piú superbo e minaccioso del re degli animali, secondo Esopo. Leone peraltro non si mostrava meno pecora di quanto richiedessero i tempi, o almeno almeno gli esempi paterni. Egli era venuto su sopportando molto, e sospirando alquanto ; e poi come suo padre, s’era messo a prender moglie e a far figliuoli, e n’avea già una mezza dozzina, quando Leopardo cominciò a bazzicar colle donne. (CI, IV, pp. 243-244)

  • 14 « I piú piccoli dei fratelli Provedoni, Bruto, Grifone, Mastino, erano tre bravi ed operosi garzoni (...)
  • 15 L’ironie fonctionne aussi, dans une mesure plus réduite et moins immé-diate, pour deux autres des e (...)

25La satire de la soumission des personnages de Fratta emplit cette page, en même temps que l’ironie : malgré son nom de fauve, Leone (mais ce sera aussi le cas pour Mastino et Griffone14) fait preuve d’un esprit étonnamment moutonnier15.

26On pourrait citer de nombreux exemples de ce zoomorphisme dégradant qui devient satirique ou humoristique : n’en retenons que trois. Le glorieux Partistagno, définitivement rejeté par Clara, finit par épouser une femme qui ressemble à sa jument préférée :

Il Partistagno invece rimise il piede in Venezia colonnello degli ulani ; aveva sposato una baronessa morava, diceva, perché somigliantissima ad una sua cavalla prediletta. (CI, XIX, pp. 1237-1238)
La sera prima di partire vidi in Piazza il colonnello Partistagno colla moglie ; in verità aveva proprio ragione : quella sua baronessa
somigliava proprio una cavalla ; tanto aveva lunghe le braccia le gambe il muso. (CI, XIX, p. 1251)

27C’est là clairement un élément de la satire : non de la femme, mais de ce personnage ridicule et détestable qu’est Partistagno. Dans le deuxième exemple, c’est Carlo lui-même qui se compare avec humour à un pachyderme, lorsqu’il décrit ses sensations au moment où il devient aveugle :

In tre mesi diventai quasi cieco : vedeva le cose azzurre verdi rosse, non mai del color naturale ; perdeva ogni giorno piú il criterio delle proporzioni ; alle volte il mio camerotto mi sembrava una sala sconfinata e la mia mano la zampa d’un elefante. I carcerieri poi mi sembravano addirittura rinoceronti. (CI, XX, pp. 1267-1268)

  • 16 « – Cosí – mi disse stendendo verso di me una mano che mi fece raggruzzolar tutto per i brividi che (...)

28Le troisième exemple est un curieux cas de vengeance narrative : lors de la scène du chapitre III, où Carlino s’était égaré jusqu’à la mer et avait refusé, pour protéger Spaccafumo, de dire comment il était rentré à Fratta, la comtesse l’avait traité de « vilain crapaud ». Bien des années plus tard, l’orphelin devenu octogénaire se venge quand il écrit ses mémoires, en faisant le portrait satirique de la comtesse, dont les mains « griffues comme les pattes d’une chatte » ont des « doigts de singe », dont le nez est semblable au bec d’un « épervier », et qui devient de plus en plus « jaune et crochue » tandis que les années passent !16

2/ Les animaux réels : l’homme carnivore et l’humanité des bêtes

L’homme carnivore

29Avant d’aborder la question de l’humanité des bêtes, il nous faut parler d’un motif important du roman : l’homme mangeur d’animaux. Le personnage qui porte ce motif le plus constamment dans le roman est évidemment Monsignor Orlando, le frère prélat du Comte de Fratta, que son père avait destiné à la carrière des armes et dont toute l’expérience existentielle se résume aux plaisirs de la bonne chère : sa vie, en effet, n’est qu’une longue suite de poulardes, de chapons et de canards cuisinés. Lors du siège de Fratta, il se préoccupe surtout de la viande et du poisson qu’il aura dans son assiette :

– Eccoci provveduti per tutta la settimana – riprese il Conte – giacché pei due giorni di magro provvederà la peschiera.
Monsignor Orlando sospirò angosciosamente ricordando le belle orade di Marano e le anguille succolente di Caorle. Ohimè, cos’erano a paragone di quelle i pesciolini pantanosi e i ranocchi della peschiera ?
(CI, IV, p. 307)

30C’est aussi le cas d’un autre ecclésiastique, Monsignor di Sant’Andrea, confesseur et amant de la Comtesse, et père présumé de Pisana :

la Contessa, che gli lesse questo scontento in viso, s’affrettò ad assicurarlo che per lui [Monsignor di Sant’Andrea] si avrebbe messo a bollire una pollastra. La fisonomia del canonico si rischiarò tutta d’una santa tranquillità ; e con un buon pollaio anche una settimana d’assedio gli parve un moderatissimo purgatorio. (Ibidem)

  • 17 « Fece un rapido esame, se avesse peccato contro qualche potente, contro qualche vendicativo ; ma, (...)

31Ici, comme chez Manzoni à propos de don Abbondio, le vocabulaire de la religion est ironiquement détourné de sa signification première17.

  • 18 CI, XVIII, pp. 1093-1095.

32Le motif comique du personnage affamé reparaît au moment du siège de Gênes, quand Pisana, Carlo et Lucilio ont retrouvé Sandro, un des compagnons de jeu des deux premiers à Fratta, devenu colonel en raison du massacre de son régiment. Ce motif, qui remonte à la Commedia dell’arte, est incarné par Sandro, prêt à tout pour avoir de quoi se nourrir. Il tue d’abord son cheval et veut faire profiter ses amis de cette viande salée, puis il séduit la logeuse de Carlo pour lui subtiliser son chat que son ordonnance égorge pour en faire un ragoût18.

33Ce qui est frappant, aussi bien dans le cas d’Orlando que dans celui de Sandro, c’est que le motif comique n’a rien à voir avec l’animal sacrifié, mais avec la voracité de l’homme. Dans le cas d’Orlando, cette voracité ridicule coïncide avec son absence d’idéalisme. En bon cousin de Don Abbondio, il est devenu prêtre pour mener une vie tranquille et pouvoir s’adonner sans retenue à sa passion de la bonne chère. Orlando ne voit donc dans les animaux que de la viande, il les réifie par son regard vorace :

Solamente Monsignor Orlando, che pur non era un eroe, s’arrischiò di mostrare qualche inquietudine sulla difficoltà di procacciarsi la solita quantità di manzo e di vitello per l’indomane. (CI, V, p. 306)

34Nul doute que s’il avait eu à subir un siège réel, il aurait ressemblé à ce personnage du film de Charlie Chaplin, La ruée vers l’or, qui transpose à l’homme cette vision de l’animal, en voyant Charlot sous la forme d’un poulet géant !

35Nievo annonce cette image chaplinesque grâce au personnage déjà cité de Partistagno. À celui-ci, au début du roman, le comte et la comtesse de Fratta ont promis la main de leur fille Clara :

In quel frattempo veniva a Fratta, secondo il solito, e guardava la Clara come la castalda usa guardare il pollo d’India da lei tenuto in pastura pel convito pasquale. (CI, VII, p. 483)

36Ce qui est comique ici, c’est non seulement de voir en un être humain une volaille en imaginant le bon repas que cela fera, mais encore d’y ajouter, comme Nievo le fait, une seconde transposition, incongrue et burlesque, celle de la gourmandise comme métaphore du désir amoureux.

L’humanité des bêtes ou l’anthropomorphisme laudatif des animaux

37Nievo fait accéder des animaux au statut de personnages à part entière de son roman, car il semble considérer, comme on le verra dans les réflexions de l’octogénaire, que les animaux sont souvent dignes des humains ou même supérieurs à eux. En premier lieu, les humains sont souvent mis sur le même plan que leurs « frères » animaux, selon le propos du protagoniste au début du chapitre II :

Io sono fratello di latte di tutti gli uomini, di tutti i vitelli e di tutti i capretti che nacquero in quel torno nella giurisdizione del castello di Fratta ; ed ebbi a balie oltre tutte le mamme, le capre e le giovenche, anche tutte le vecchie e i vecchi del circondario. (CI, II, pp. 94-95)

38Plus loin, on peut lire :

Quanto a me, rosicchiava gli ossi in cucina coi cani, coi gatti e con Martino. Nessuno s’era mai sognato di dirmi dove fosse il mio posto e quale la mia posata; sicché il posto lo trovava dovunque e invece di posata adoperava le dita. (CI, II, pp. 117-118)

39On pourrait croire que cette situation d’égalité avec les animaux est réservée à Carlino, orphelin méprisé, considéré comme tout juste bon à être éduqué par un vieux serviteur. Il n’en est rien : à Fratta, en effet, même les mouches et les chats comprennent la hiérarchie ridicule imposée par le Comte. Les unes se taisent quand il parle et les autres respirent quand il sort :

Quando il signor Conte parlava, tacevano anche le mosche ; quando avea finito di parlare, tutti dicevano di sì secondo i propri gusti o colla voce o col capo ; quando egli rideva, ognuno si affrettava a ridere ; quando sternutiva anche per causa del tabacco, otto o nove voci gridavano a gara : – viva; salute; felicità ; Dio conservi il signor Conte ! – quando si alzava, tutti si alzavano, e quando partiva dalla cucina, tutti, perfino i gatti, respiravano con ambidue i polmoni, come si fosse lor tolta dal petto una pietra da mulino. (CI, I, pp. 16-17)

  • 19 « Una rondine aveva appostato il suo nido proprio a quel travicello sotto il quale Martino usava ap (...)

40Certes, cette phrase contribue à la satire du méprisable roitelet de Fratta, mais elle indique aussi une sorte de communauté entre hommes et bêtes, que seuls certains personnages comprennent : Carlo et Pisana, qui vivent pour ainsi dire dans la nature, Clara en raison de sa passion pour les oiseaux, et le vieux Martino, dont la chambre sera choisie par les hirondelles qui y feront leur nid19. Ce sont là des personnages qui sont tous imprégnés du progressisme du roman. Car à Fratta, hommes et bêtes peuvent être considérés indifféremment comme des interlocuteurs valables à qui l’on s’adresse avec amitié :

Quando poi gli veniva fatto di metter piede al di là del ponte levatoio, nessun uomo, credo, si sentiva piú felice di lui; ed era questo il compenso de’ suoi martirii. Saltava correva si stropicciava le mani il naso i ginocchi ; prendeva tabacco, bisbigliava giaculatorie, passava il bastoncino da un’ascella all’altra, parlava, rideva, gesticolava con tutti, e accarezzava ogni persona che gli capitasse sotto mano, fosse un ragazzo, una vecchia, un cane o una giovenca. (CI, I, p. 75)

  • 20 Pour cette citation, voir supra note n°5.

41Dans ce petit monde frioulan, une « personne » peut très bien être un chien ou une génisse ! Or, le personnage qui pratique cet égalitarisme surprenant fait partie des progressistes, personnages positifs pour Nievo : c’est le chapelain, ami du sympathique Spaccafumo. Ce motif de la fraternité ou de l’amitié entre hommes et bêtes doit être rattaché à l’esprit franciscain hautement valorisé par Nievo par l’intermédiaire du gracieux personnage de Clara, dont le prénom est en soi un indice, puisqu’il rappelle la version médiévale du prénom de sainte Claire. Clara est elle-même comparée à une « moinelle »20, et elle entre dans le monde intime des oiseaux d’une manière qui rappelle le célèbre sermon aux oiseaux de François d’Assise. Une phrase est révélatrice de cet esprit franciscain :

Tutti gli esseri del creato erano suoi amici e la natura non ebbe mai figliuola piú amorosa e riconoscente. L’andava tant’oltre che non voleva veder per casa trappole da sorci, e camminando in un prato si distoglieva per non calpestar un fiore, o una zolla d’erba rinverdita. (CI, II, p. 140)

42Comment ne pas penser ici au Cantique des créatures de François d’Assise ? Or, il est évident que Nievo approuve ce franciscanisme de Clara jeune fille, personnage vu comme positif tant qu’elle ne s’est pas elle-même enfermée dans une cage de vertu dont elle ne pourra plus sortir.

43Mais ce n’est pas tout : Nievo crée, dans son roman, deux personnages animaux, le chien de chasse de Sandracca, qui se nomme Marocco, et un vieux chat de gouttière, qui n’est jamais nommé, situation qu’il partage avec la mère de Carlino, dont le lecteur ignore le prénom. Voici la description du vieux chat :

Un vecchio gattone soriano, grave come un consigliere, s’era legato di strettissima amicizia con Marocco : dormivano insieme in comunanza di paglia e di pulci, passeggiavano di conserva, mangiavano sullo stesso desco, e s’esercitavano alla stessa caccia, a quella dei sorci. Ma con molta discretezza e affatto signorilmente ; si vedevano in essi i cacciatori dilettanti che si movevano per ingannar l’ora, e cedevano la preda al servidorame degli altri gatti e gattini della cucina. (CI, VIII, p. 518)

  • 21 « C’était un chat, vivant comme un dévôt ermite, / Un chat faisant la chattemitte, / Un saint homme (...)

44Certes le portrait de ce chat est anthropomorphique, à la façon du « saint homme de chat » de La Fontaine21 : il est « grave comme un conseiller » et la communauté des chats de Fratta se trouve divisée entre ce chat aux mœurs aristocratiques et la « domesticité des autres chats et chatons de la cuisine ».

45Cependant, ce qui s’amorce ici, c’est la véritable histoire d’amitié qui lie le chat au vieux chien Marocco. Ce dernier, en effet, connaît une fin tragique, qui le rapproche considérablement d’un personnage humain respectable et aussi innocent que lui : la vieille comtesse Badoer. Marocco, comme elle, sera assassiné dans le château de Fratta déserté par l’« assemblée des poules mouillées » et par Carlo, qui s’est laissé dévoyer par les Français. Moins lâche que son maître, Marocco n’a pas voulu l’accompagner dans sa fuite :

Non contando il ronzino di Marchetto che lasciò il tafferuglio per tornarsene a casa come doveva far io, ci fu il cane del Capitano, il vecchio Marocco, che sdegnò di accompagnarsi al padrone nella sua fuga verso Lugugnana. Ed egli rimase vagante pel deserto castello, fiutando qua e là come in cerca d’un’anima migliore della sua; ma non gli venne fatto di trovarla : e un francesino scapestrato si divertí a forarlo parte a parte colla baionetta nel bel mezzo del cortile. (CI, X, p. 677)

46Les animaux, dont Marocco, sont ici explicitement comparés aux hommes et la comparaison n’est pas à l’honneur de ces derniers. Le chien, en effet, n’a trouvé aucune âme « meilleure que la sienne » et il est gratuitement assassiné par « un voyou de petit Français » : le suffixe de francesino est diminutif au plein sens du terme. En outre, la mort tragique de Marocco entraînera celle de son ami intime, le fidèle chat de gouttière, si désespéré qu’à l’instar de la Fiordiligi ariostesque il se laissera mourir sur la tombe de son ami chien :

Sul cadavere già verminoso di Marocco aveva preso stanza il gattone soriano, suo compagno di tanti anni, e non c’era verso di poternelo snidare. Carezze minacce e strappate non valsero, tantoché me ne impietosii, e presi anche in qualche venerazione quel povero morto che avea saputo destare in un gatto una sì profonda amicizia. Lo feci staccare a forza, e comandai che Marocco fosse seppellito là dove aveva ricevuto il funesto premio della sua fedeltà. Il contadino gli affondò per tre braccia la buca e poi gli buttò sopra la terra e credette di aver fornito la bisogna. Ma per mesi e mesi continui bisognò ogni mattino rimettere quella terra al suo posto perché il gatto fedele occupava le sue notti a rasparla fuori per riposare ancora sugli avanzi dell’amico. Cosa volete ? io rispettai il dolore di quella bestia, né mi bastò il cuore di trafugargli quelle spoglie tanto dilette a lui e così lungamente incomode all’olfatto dei castellani. Le feci coprire con una pietra. Allora il gatto vi posò sopra giorno e notte lamentandosi continuamente, e girando intorno al sepolcro con un miagolio melanconico. Là visse ancora qualche mese, e poi morí ; e lo so di sicuro perché non mancai poscia d’informarmi come fosse finita quella tragica amicizia. (Ibidem)

47Incontestablement, la disparition de la vieille comtesse Badoer et celle du vieux et fidèle Marocco, deux morts inutiles pour les Français, deux êtres torturés ou trucidés par pur plaisir de faire souffrir, marquent la mort de tout un univers, celui de Fratta. Toutefois, cet univers d’Ancien Régime a emporté dans sa disparition un certain rapport affectueux et quasi égalitaire entre les meilleurs des hommes – les plus humbles, comme le Chapelain et Spaccafumo – et les bêtes.

  • 22 « Et les vrais amis, alors ? Ce serait donc ceux qui pratiquent le génitif objectif, parlent des bê (...)

48Dans un de ses textes, Élisabeth de Fontenay distingue les écrivains qui sont de « faux amis » des bêtes et qui, en les évoquant, conservent un regard anthropocentriste en ne parlant que des hommes, et les « vrais amis » des bêtes, qui savent parler des animaux22. Sans doute Nievo fait-il partie de ces derniers, car non seulement deux de ses personnages sont des animaux, mais il est également capable de regarder les bêtes sans anthropomorphisme, pour ce qu’elles sont. Cela apparaît nettement dans un tableau champêtre, dont on citera ici deux extraits :

Le anitre e le oche starnazzavano sulla riva ; a volte di conserva si lanciavano tumultuosamente nell’acque, e tornate a galla dopo il tonfo momentaneo prendevano remigando la calma e leggiadra ordinanza d’una flotta che manovra. Era un diletto vederle avanzare retrocedere volteggiare senzaché la trasparenza dell’acque fosse altrimenti turbata che per una lieve increspatura la quale moriva sulla sponda in una carezza piú lieve ancora. (CI, III, p. 184)

49Les animaux sont ici dépeints avec un plaisir évident et l’harmonie de la nature est visible, à travers le détail de la transparence de l’eau. Le plaisir éprouvé à les regarder n’est pas seulement le fait du narrateur, il vient aussi de cet écrivain si attaché à la campagne qu’était Nievo. Et il y a plus : l’auteur reconnaît aux bêtes, dans la première partie de l’extrait, une existence tout à fait autonome par rapport à l’homme, une existence qui n’est pas purement instinctuelle, comme les humains aiment à le croire pour marquer leur supériorité, une existence, enfin, faite de plaisir et même de joie. Un peu plus loin, Carlino enfant découvre, comme la Favitta du Varmo, l’activité d’un moulin :

S’udiva di dentro il rumor delle macine, e il cantar dei mugnai, e lo strepitar dei ragazzi, e fin lo stridore della catena sul focolare quando dimenavano la polenta. Io me n’accorgeva pel fumo che cominciava a spennacchiarsi dal comignolo della casa, precedendo sempre l’intervento di questo nuovo stridore nel concerto universale. Sullo sterrato dinanzi ai mulini era un continuo avvicendarsi di sacchi, e di figure infarinate. Vi capitavano le comari di molti paesetti delle vicinanze ; e chiacchieravano colle donne dei mulini mentre si macinava loro il grano. In quel frattempo gli asinelli liberati dalla soma gustavano ghiottamente la semola che loro si imbandisce per regalo nelle gite al mulino ; finito che avevano si mettevano a ragghiare d’allegria, distendendo le orecchie e le gambe ; il cane del mugnaio abbaiava e correva loro intorno facendo mille finte di assalto e di schermo. (CI, III, pp. 186-187)

50On excusera cette longue citation, indispensable pour comprendre qu’ici, hommes et bêtes constituent une communauté qui partage travail et plaisir. Les meuniers chantent, les femmes bavardent tout en moulant le blé pour en faire de la farine, les ânes étirent leurs jambes et braient « d’allégresse » après avoir eu leur part de semoule, tandis que le chien du meunier joue autour d’eux. Tableau idyllique et peu réaliste, diront certains ; cela est vrai seulement si l’on considère que le réalisme réside uniquement dans la présentation des aspects les plus abjects de la réalité ; or la réalité, selon Zola en personne, est faite aussi d’autre chose que des scènes de L’assommoir, motif pour lequel il voulut être également l’écrivain d’Une page d’amour. Ippolito Nievo, du reste, connaissait les paysans pour les avoir rencontrés et avoir partagé leurs veillées. Enfin, même si cette scène peut paraître peu réaliste, l’attachement des agriculteurs à leurs bêtes est encore une réalité aujourd’hui, comme on a pu le constater, lorsque pour éviter aux hommes de contracter l’encéphalite spongiforme, on n’a trouvé en France d’autre solution que l’extermination de troupeaux entiers. La compensation financière reçue par ces agriculteurs pour la perte de leurs animaux n’a pas calmé leur malaise, l’argent ne pouvant tout acheter. On retrouve encore une fois ce sentiment d’une nature où les bêtes sont un élément fondamental de cette impression d’harmonie lorsque Nievo décrit, à travers les yeux de Giulio, un paysage du Nouveau Monde :

Piante secolari, ognuna delle quali sarebbe una selva sui fianchi scarnati dell’Appennino ; vallate dove l’erba nasconde tutta una persona, e i tori selvatici fuggono cornando l’aspetto d’un uomo ; torrenti abbandonati in cascate di cui l’occhio misura appena l’altezza ; e le acque si disperdono in una lieve atmosfera nebbiosa che occupa tutta la valle e la immerge in un’iride incantevole ; le viscere della terra chiudono l’oro e l’argento ; i macigni si spaccano e ne escono diamanti ; il gran fiume si volve immenso e tortuoso come un gran serpente addormentato, fra rive ombrose di banani e di catalpe. La terra lussureggiante, il sole infocato, il cielo quasi sempre sereno, ma la fresca brezza delle Ande consola ogni giornata di qualche ora di primavera. (CI, XXIII, p. 1496)

51Enfin, Nievo va jusqu’à évoquer la supériorité des bêtes sur les hommes au moment du siège de Fratta. Le récit de l’amitié tragique entre Marocco et le chat de gouttière est encadré par plusieurs réflexions à ce sujet :

– A proposito – saltò su Monsignore – dopo la morte della mamma (un lungo sospiro) non mi son piú raso né il mento né la chierica. Faustina, dico, (anche costei era tornata) mettete su la cocoma dell’acqua !...
Cosí sentiva i proprii dolori e le pubbliche miserie monsignor Orlando di Fratta. Son io a dirlo che le bestie si mostrarono le piú sensibili fra tutti gli abitanti del castello in quella congiuntura : non eccettuato me medesimo cui un tardo e vano pentimento non varrà certo a purgare dall’odiosa smemorataggine di quella tremenda giornata. (CI, X, pp. 676-677)

52La supériorité de la bête sur l’homme est ici explicite, non seulement parce que le narrateur affirme que « les bêtes se montrèrent les plus sensibles parmi tous les habitants du château, [lui] compris », mais aussi parce que ce discours sur les animaux suit un passage où s’exprime tout l’égoïsme du carnivore Orlando, qui ne voit dans la mort de sa mère que les conséquences pratiques relatives à sa propre personne. Ce qui suit est la phrase déjà citée sur la « rosse » de Carlo, revenue fidèlement au château « comme [Carlo] devai[t] le faire [lui]-même », à laquelle s’ajoute celle-ci :

Era il ronzino di Marchetto, che sbrigliatosi nel parapiglia di Portogruaro era tornato a casa, piú fedele e piú coraggioso il povero animale di tutti quegli altri animali che si vantavano forniti di cervello e di cuore. (CI, X, pp. 666-667)

53Le récit de la mort des deux amis, chien et chat, se clôt par la conclusion suivante :

Diranno poi che i gatti non hanno la loro porzioncella d’anima ! Quanto ai cani la loro fama in proposito è bastevolmente assicurata. Il loro affetto ha posto tra gli affetti familiari ; l’ultimo posto certo, ma il piú costante. Il primo che fece festa al ritorno del figliuol prodigo, scommetto io che fu il cane di casa ! E quando mi si gracchia intorno sull’inutilità ed il pericolo di questa numerosa famiglia canina che litiga all’umana il nutrimento, e le inocula talvolta una malattia spaventosa e incurabile, io non posso far a meno di sclamare : – Rispettate i cani ! – forse adesso si può star in bilico, ma forse anche, e Dio non voglia, verrà un tempo che si giudicheranno migliori affatto di noi ! Di questi tempi ne furono altre volte nella storia dell’umanità. Noi bipedi tentenniamo fra l’eroe ed il carnefice, fra l’angelo e Belzebù. Il cane è sempre lo stesso ; non cambia mai come la stella polare. Sempre amoroso paziente e devoto fino alla morte. Ne vorreste di piú, voi che non avreste cuore di distruggere neppure una tribù di cannibali ?... (CI, X, pp. 676-677)

  • 23 Les nazis furent les premiers, mais ceux qui mirent en pratique, il y a peu d’années, la « purifica (...)
  • 24 CI, X, p. 669.

54Ainsi Nievo reconnaît-il aux chats et aux chiens « une petite portion d’âme » et une forme de constance dans l’innocence (« le chien est toujours le même, comme l’étoile polaire, il ne change jamais ») qui les rend supérieurs aux êtres humains, lesquels sont en revanche capables d’osciller « entre l’ange et Belzébuth » : notons que Nievo a évité ici l’antithèse canonique entre l’ange et la bête, comme pour suggérer que le mal est davantage le fait de l’homme que de l’animal. Mais ce qui frappe surtout le lecteur du vingt-et-unième siècle désenchanté, c’est cette intuition que « peut-être viendra un temps où – Dieu nous en préserve ! – [les chiens] seront jugés meilleurs que [les hommes] ». Ce temps est venu : c’est le nôtre, celui où des hommes voulurent et veulent déshumaniser d’autres hommes23. Spaccafumo, quant à lui, personnage positif de Fratta, un des rares hommes, avec le chapelain, à rester pour affronter les Français de 1796 dans le château déserté24, a fait son choix : il préfère la compagnie des humbles, animaux et filles de cuisine, à celle des autres hommes, comme on voit lors du mariage de Carlo :

Egli viveva si può dire di elemosina, e per quanto Bruto lo invitasse a sedere alla mensa comune non ci fu verso di poterlo stanare dalla cucina, ove godette delle nozze coi gatti coi cani e colle guattere. (CI, XIX, p. 1223)

  • 25 CI, XXII, p. 1461.

55Du reste, la supériorité de l’animal est peut-être soulignée par le fait que le seul monument de Fratta resté intact soit la tombe de Marocco, comme Carlo vieillard le constate à la fin du roman25.

56La mort de l’univers de Fratta est montrée au chapitre X, et il est à noter que Carlo éprouve, tout au long de sa longue vie, de la nostalgie pour cet univers. Or, chaque fois que Fratta est évoqué, la présence d’un animal rappelle les jours heureux de l’enfance. C’est le cas au moment du célèbre « Addio giovinezza » qui ouvre le chapitre XII :

Si avea paura dei gatti che ruzzavano sotto la credenza, si accarezzava vicino al fuoco il vecchio cane da caccia, e si ammirava il cocchiere quando stregghiava i cavalli senza timore di calci. (CI, XII, p. 758)

57C’est le cas aussi lors de la dernière visite du vieux Carlo à Fratta :

Dopo il pranzo uscii soletto per rivedere almeno il sito dove già era stato il famoso castello. Non ne rimaneva piú traccia; solamente qua e là alcuni ruderi fra i quali pascolavano due capre, e una fanciulla canterellava lì presso spiandomi curiosamente e sospendendo di filare. (CI, XXII, p. 1461)

  • 26 Comme celle-ci, extraite de la lettre de Bruto à Carlo : « Le muraglie sono ancora ritte; la torre (...)

58Bien d’autres citations seraient possibles26.

Conclusion

59Grâce au zoomorphisme parfois laudatif, parfois dégradant, parfois teinté d’humour, de satire, ou d’ironie, Nievo caricature les personnages humains tout au long des Confessioni, au moyen d’un symbolisme populaire, simple mais efficace. Dans ce cas, les animaux sont imaginaires puisqu’ils font partie du réseau métaphorique ou analogique du roman. Les animaux réels sont fréquemment mangés par les hommes ; mais alors, on rit de la voracité humaine et jamais de l’animal. Enfin, Nievo observe les animaux. Il les anthropomorphise quelque peu, grâce à la fable du chat et du chien Marocco. Mais il sait aussi les regarder dans leur existence autonome de bêtes, pour ce qu’ils sont. Il contemple alors leur bien-être dans l’harmonie d’une nature en accord avec hommes et bêtes.

60À l’heure où certains enfants de l’école maternelle, selon une expérience récurrente faite par les instituteurs, dessinent un rectangle lorsqu’on leur demande de dessiner un poisson, à l’heure où les espèces animales disparaissent plus vite que n’apparaissent les mesures destinées à les protéger, la voix de l’octogénaire de Nievo semble avoir eu l’intuition de ce monde moderne où les hommes ont réduit les animaux à n’être qu’une « production » humaine, les excluant du monde des vivants ou les obligeant à partager de minuscules appartements dans l’univers concentrationnaire des métropoles enfumées. Encore une fois, Nievo semble nous mettre en garde contre les dérives en pointant les erreurs futures de la société humaine et, encore une fois, il ne s’est pas trompé.

Haut de page

Notes

1 Ippolito Nievo, Lettera del 9 marzo 1855 a Arnaldo Fusinato, in Lettere, cur. Marcella Gorra, Milano, Mondadori, 1981, n°193, p. 332. Voir aussi la lettre suivante à Andrea Cassa.

2 Ouvrages consultés : Élisabeth de Fontenay, Sans offenser le genre humain. Réflexions sur la cause animale, Paris, Albin Michel, 2008 ; Élisabeth de Fontenay, Marie-Claire Pasquier, Traduire le parler des bêtes, Paris, L’Herne, 2008 ; Dominique Lestel, Les amis de mes amis, Paris, Seuil, 2007 ; Christophe Mileschi, À quel prix y a-t-il un propre de l’homme ?, in Ethiques et modernité, Actes du colloque de décembre 2002, textes réunis et introduits par Philippe Alexandre et Ralf Zschachlitz, Nancy, P.U.N. 2006 ; Giorgio Agamben, L’aperto. L’uomo e l’animale, Torino, Bollati Boringhieri, 2002 ; Élisabeth de Fontenay, Alain Finkielkraut, Des hommes et des bêtes, Genève, Tricorne, 2000.

3 L’engouement pour les animaux de compagnie serait, selon Dominique Lestel, un remède à la solitude, non pas la solitude de l’individu, mais la solitude de l’espèce (op. cit., pp. 105-112).

4 Ippolito Nievo, Novelliere campagnuolo, Milano, Mondadori, 1994.

5 Édition de référence : Ippolito Nievo, Le Confessioni d’un Italiano, Parma, Guanda, désormais abrégé en CI, suivi du chapitre en chiffre romain et de la page.

6 Dans toutes les citations des Confessioni, c’est nous qui soulignons. Pisana-papillon : « Volubile come una farfalla che non può ristar due minuti sulla corolla d’un fiore, senza batter le ali per succhiarne uno diverso, ella passava d’un tratto dalla dimestichezza al sussiego, dalla piú chiassosa garrulità ad un silenzio ostinato, dall’allegria alla stizza e quasi alla crudeltà. » CI, capitolo III, p. 182 ; Évolution de Carlo-cheval : « Non fui piú il puledro che scorazza pei paludi saltando fossati e sforacchiando fratte, ma il cavallo bardato che tira gravemente o la carrozza d’un cardinale o il carretto della ghiaia. Ma non vi spaventate; non mancheranno terremoti e rovesciate per tornare in libertà il cavallo e fargli riprendere una matta corsa attraverso il mondo. », CI, XIX, p. 1228 ; Lucilio-aigle : « Certo io non era in grado di batter l’ali dietro a quell’aquila, ma ne ammirava da terra il volo luminoso, consolandomi di vedere che altri saliva col ragionamento ov’io di sbalzo m’era stabilito colla coscienza. » CI, XXI, p. 1072 ; Martino-chien fidèle : « C’era anche un certo Martino, antico cameriere del padre di Sua Eccellenza, che bazzicava sempre per cucina, come un vecchio cane da caccia messo fra gli invalidi » CI, I, p. 66 ; Clara-moinelle : « Viveva nel castello semplice tranquilla e innocente, come la passera che vi celava il suo nido sotto le travature del granaio. », CI, II, p. 134 ; Pendola entre deux eaux : « Il padre invece nuotava sott’acqua, e così ingannava meglio i pesci e le anitre » CI, VIII, p. 556 ; Doretta-vipère : « Allora invece l’andava col capo chino a braccio della Doretta; e tutti sogghignavano loro dietro ; solito conforto dei mariti burlati. Ma aveva almeno la fortuna di non accorgersi di nulla, tanto quella vipera di donna gli teneva in servitù perfino l’intendimento. » CI, X, pp. 629-630 ; Leopardo-petit chien : « Leopardo andava dietro alla Doretta che volgeva a Venchieredo, come un cagnolino che tien dietro al padrone anche dopo esserne stato cacciato. » CI, IV, p. 261 ; Doretta et Pisana entourées de prétendants-mouches : « perché ce ne aveva veduti tanti dei mosconi intorno alla sua Doretta che uno di piú uno di meno non lo sgomentiva per nulla. » CI, IV, p. 269, et « Il povero giovine stava sempre fra la vita e la morte e dàlli una volta e dàlli due, s’era ridotto a tale che ad ogni mosca che ronzasse intorno alla Pisana sdilinquiva di paura. » CI, XI, p. 693 ; Griffes de chatte de la Comtesse : « Parla parla, sangue di galera ! – urlò la Contessa facendomisi questa volta addosso con ambe le mani uncinate come gli artigli d’una gatta. » CI, III, p. 203.

7 Voir la citation à la page précédente. Ce qui confirme cette hypothèse, c’est que le mot « lion » est employé très fréquemment dans le roman pour désigner Venise.

8 L’image de la pecora (ou pecoro) est extrêmement répandue dans le roman.

9 « – Tornerò appena abbia odorato qualche cosa – risposi io con piglio autorevole, ché già fin d’allora mi sentivo uomo in quell’accolta di conigli. » CI, V, 313. Mais l’image du coniglio est reprise plusieurs fois dans le roman.

10 Ippolito Nievo, Venezia e la libertà d’Italia, in Due scritti politici, cur. Marcella Gorra, Padova, Liviana, 1988, p. 96.

11 Ibidem, p. 97.

12 CI, X, pp. 640-670, passim.

13 « Era la prima volta che montava a cavallo ; e di tratto in tratto aveva coraggio di ridere !...

– Mi direte poi con quale stregheria giungeste ad ottener tanto dal signor Mammone ! –– le chiese Lucilio che a quanto pare in certa parte di quel mistero ne sapeva quanto me.

– Capperi ! – rispose la Pisana parlando come lo permetteva lo strabalzar continuo del cavallo. – Egli mi disse che son molto bella; io gli promisi tutto quello che mi domandò ; anzi giurai per tutte le medaglie che porta sul cappello. Alle due dopo mezzanotte doveva andarsene ad Andria a ricevere il prezzo della sua generosità ! Ah ! Ah ! – (Rideva la sfacciata del suo generoso spergiuro). » CI, XVII, pp. 1072-1073.

14 « I piú piccoli dei fratelli Provedoni, Bruto, Grifone, Mastino, erano tre bravi ed operosi garzoni, ubbidienti come pecore, e forti come tori. » CI, VIII, 520.

15 L’ironie fonctionne aussi, dans une mesure plus réduite et moins immé-diate, pour deux autres des enfants d’Antonio Provedoni, Aquilina et Leo-pardo. En vieillissant, Aquilina deviendra codina, réactionnaire, ce qui n’est certes pas une preuve d’intelligence pour Nievo, et sera alors la version symbolique négative de l’aigle, tandis que Leopardo fera mentir son prénom en se laissant réduire à l’état de caniche par sa femme Doretta.

16 « – Cosí – mi disse stendendo verso di me una mano che mi fece raggruzzolar tutto per i brividi che mi corsero giù per la schiena – cosí, brutto ranocchio, tu rimeriti la bontà di chi ti ha raccolto, allevato, nutrito, ed educato anche a leggere, a scrivere, e a servir messa ?.... » CI, III, p. 202 ; « Io tacqui; e poi strillai ancora un poco per un altro scrollo che la mi diede alla zazzera con quelle sue dita di scimmia ; e poi mi rimisi a tacere, ed anco a menare stupidamente lo spiedo, perché alla cuoca era venuto fatto di rificcarmene il manico in una mano. » CI, III, p. 203 ; « La era divenuta piú scura, piú cattiva di fisonomia; il naso le si era uncinato come ad uno sparviere, e gli occhi lampeggiavano di un certo fuoco verdognolo che non augurava nulla di buono, e nel vestire mostrava una trascuranza quasi schifosa. » CI, IX, 582 ; « Io passai di malissima voglia dai baci della Pisana a quelli della Contessa ancor piú gialla e uncinata che per l’addietro. » CI, XI, p. 682. Pour « les pattes de chatte », voir la citation supra à la note n°5.

17 « Fece un rapido esame, se avesse peccato contro qualche potente, contro qualche vendicativo ; ma, in quel turbamento, il testimonio consolante della coscienza lo rassicurava alquanto. » Alessandro Manzoni, I promessi sposi, [1840], Milano, Bompiani, 1990, chap. I, p. 12.

18 CI, XVIII, pp. 1093-1095.

19 « Una rondine aveva appostato il suo nido proprio a quel travicello sotto il quale Martino usava appendere il ramicello d’oliva alla domenica delle Palme. Alla pace era succeduta l’innocenza. » CI, XIX, p. 1205.

20 Pour cette citation, voir supra note n°5.

21 « C’était un chat, vivant comme un dévôt ermite, / Un chat faisant la chattemitte, / Un saint homme de chat, bien fourré, gros et gras, / Arbitre expert sur tous les cas. » Jean de La Fontaine, Le chat, la belette et le petit lapin, Fables, Paris, Michel de L’Ormeraie, réédition de l’édition de 1838, Tome 3, Livre VII, fable 16, p. 85.

22 « Et les vrais amis, alors ? Ce serait donc ceux qui pratiquent le génitif objectif, parlent des bêtes, sont du côté de la diegesis, de la narration et de la description, et qui n’essaient pas tant de les faire venir à nous que d’aller à elles, de pénétrer dans leurs mondes. » Élisabeth de Fontenay, Traduire le parler des bêtes, cit., p. 28.

23 Les nazis furent les premiers, mais ceux qui mirent en pratique, il y a peu d’années, la « purification ethnique » ont montré que le nazisme a fait des émules.

24 CI, X, p. 669.

25 CI, XXII, p. 1461.

26 Comme celle-ci, extraite de la lettre de Bruto à Carlo : « Le muraglie sono ancora ritte; la torre s’innalza ancora tra il fogliame dei pioppi e dei salici che circondano le fosse ; ma nel resto qual desolazione ! Non piú gente che va e viene e cani che abbaiano e cavalli che nitriscono, e il vecchio Germano che lustra gli schioppi sul ponte, o il signor Cancelliere che esce col Conte, o i villani che si schierano facendo di cappello alle Contessine ! Tutto è solitudine, silenzio, rovina. Il ponte levatoio è caduto fradicio ; e hanno empiuto la fossa con carri di rottami e di calcinacci tolti via dalla casa dell’ortolano che è cascata. » CI, XVIII, p. 1119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°12, Arches de Noé [2], 2008.

Référence électronique

Elsa Chaarani Lesourd, « Le bestiaire d’Ippolito Nievo : l’animalité des humains, l’humanité des bêtes », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 16 mars 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://italies.revues.org/1279 ; DOI : 10.4000/italies.1279

Haut de page

Auteur

Elsa Chaarani Lesourd

Université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org