Navigation – Plan du site
Animaux humains, humains inhumains. Le monde des contes et des fables

Les animaux dans Pinocchio

Claude Imberty
p. 83-109

Résumé

Les Aventures de Pinocchio sont un livre dans lequel on reconnaît plusieurs genres : le conte de fées, le roman picaresque, et le roman de formation. On peut aussi trouver dans l’ouvrage de Collodi des thèmes qui relèvent du vérisme comme celui de la faim. Celle-ci, commune aux hommes et aux bêtes, permet à l’auteur d’introduire les animaux dans un récit où la condition humaine, comme dans l’œuvre de Verga, est caractérisée par la lutte pour la survie. Pour cette raison les animaux sont présents non seulement comme personnages mais très souvent aussi comme comparants. Une place importante est celle de l’âne qui, comme chez Verga, occupe le degré le plus bas de l’échelle sociale. La fée, introduite tardivement, a pour fonction d’éduquer Pinocchio. Sa présence, toujours discrète, se manifeste souvent à travers l’intervention d’animaux auxiliaires comme le Grillon Parlant, le Perroquet, le Pigeon, le Dauphin ou la Limace. Personnage ambigu, à la fois petite sœur et marâtre, elle fait subir à son protégé toute une série d’épreuves. Typique de la mentalité du XIXe siècle, elle enseigne à la marionnette que la société est fondée sur le travail.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Édition de référence : Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, in Opere, a cura di Daniela March (...)

1On peut décrire l’action des Aventures de Pinocchio comme un long voyage : celui que doit faire la marionnette afin de retrouver Geppetto1. Le pantin vagabonde entre trois pôles : la maison paternelle, l’habitation de la Fée et l’école où il doit se rendre s’il veut devenir un petit garçon. En fonction des circonstances, il s’éloigne ou se rapproche de l’un de ces trois lieux. Cette indécision est celle de l’enfant qui hésite à grandir. Pinocchio affirme son indépendance, mais, parce qu’il a besoin d’être consolé, il aspire à revenir au foyer ou à revoir sa protectrice. Bien qu’il affirme vouloir aller à l’école, il trouve toujours un prétexte pour prendre le chemin de la ville ou de la campagne. Ainsi, Pinocchio est-il toujours sur les routes, à la merci du hasard ou des rencontres, selon un procédé narratif qui est le propre des romans picaresques dans lesquels le récit résulte d’un effet de retardement qui empêche le protagoniste de rejoindre l’un ou l’autre des lieux qui constituent le terme possible de son errance. Dans Les aventures de Pinocchio, en outre, il y a une double quête puisque l’enfant est à la recherche de son père pendant que le père, lui aussi, parcourt le monde pour retrouver celui qu’il a créé. Les retrouvailles sont manquées, les itinéraires se rapprochent quelquefois mais divergent plus souvent. Il y a donc toujours des obstacles qui empêchent la réussite de l’entreprise et remettent à plus tard la conclusion du récit.

  • 2  Bruno Traversetti parle de « sorta di Bildungsroman in minore » (Bruno Traversetti, Introduzione a (...)
  • 3  Cf. Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne, Caen, Presses (...)
  • 4  Le récit avait pour titre Storia di un burattino. Il se composait de quinze chapitres seulement. I (...)

2On peut aussi remarquer que le schéma narratif est conforme à celui des romans de formation2. Collodi enseigne à sa marionnette (et à ses lecteurs) que la vie des adultes est dure et qu’il faut travailler beaucoup pour espérer conduire une vie seulement modeste. Bien qu’il soit conseillé par la Fée ou par d’autres, Pinocchio s’éduque lui-même et ne semble se fier qu’à son expérience. Il tire lui-même les leçons de ses échecs, se promet d’être plus prudent ou plus avisé et comprend à la fin de ses aventures que le travail et la solidarité sont deux valeurs nécessaires. Il y a donc plusieurs modèles et plusieurs genres3 à l’origine des aventures de Pinocchio. Et quoique l’histoire relève notamment du conte de fées puisque la métamorphose de Pinocchio en garçonnet est due à l’intervention merveilleuse de la « petite fille aux cheveux bleus », le récit est fortement marqué par le réalisme. Il suffira de rappeler que les premiers épisodes de Pinocchio furent publiés à partir du 7 juillet 1881 sur le Giornale per i bambini de Ferdinando Martini4 et que c’est en 1881 que parurent Les Malavoglia. S’il est vrai que le style de Collodi n’est pas purement vériste, en revanche les thèmes qu’il aborde le sont ; et en particulier celui de la faim.

Les hommes, les bêtes, qui mange qui : ou le thème de la faim

  • 5  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, p. 374. « Ma l’appetito nei ragazzi cammina presto; e di (...)
  • 6 Ibidem, p. 448 : « ha una boccaccia così larga e profonda che ci passerebbe comodamente tutto il tr (...)
  • 7  Cette notation permet de définir approximativement la durée de l’action romanesque : un peu plus d (...)
  • 8  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 512 : « […] dopo aver inghiottito me, inghiottì (...)
  • 9  Ce qui est un exemple canonique de « mise en abyme ».
  • 10  Geppetto se comporte comme les parasites qui mangent la nourriture du corps dont ils sont les hôte (...)
  • 11  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 510 : « […] un vecchiettino tutto bianco, come (...)
  • 12 Ibidem, p. 509 : « quando si nasce Tonni c’è più dignità a morir sott’acqua che sott’olio ».

3C’est par ce dernier mot que nous voulons introduire le thème des animaux. Car la faim est commune aux humains et aux bêtes. Elle est omniprésente dans le récit, elle est la cause de nombreuses mésaventures. Elle est aussi quelquefois bonne conseillère puisque c’est elle qui, dans le dernier chapitre, fera admettre au pantin la nécessité du travail. Collodi a su la mettre en scène dans des épisodes particulièrement efficaces comme celui au cours duquel Pinocchio, au chapitre VII, ne veut d’abord manger que des fruits épluchés puis se résigne à avaler la pelure et les trognons afin de tromper son appétit. Comme le remarque Collodi au chapitre V, l’appétit des enfants va vite ; car au bout de quelques minutes il se transforme en faim et la faim en faim de loup à savoir une faim à couper au couteau5. Mais le besoin de manger est tout aussi bien représenté à la fin du livre par l’énorme bouche du Requin qui aurait pu contenir un train entier avec la locomotive fumante et les wagons6. Le monstre se nourrit principalement de poissons mais il dévore aussi les hommes et peut même avaler un navire tout entier. C’est d’ailleurs grâce à cette circonstance que Geppetto a pu survivre deux années dans les entrailles de la bête7. Car il a trouvé dans l’épave du bateau suffisamment de conserves de viande, suffisamment de pain grillé, de fromage et de raisins secs pour pouvoir s’alimenter8. L’épisode est d’autant plus significatif qu’il met en scène un exemple de « faim dans la faim »9. En effet, la première préoccupation de Geppetto « mangé » est de se procurer de la nourriture. Cependant, les provisions commençant à manquer au bout de vingt-quatre mois, le vieux menuisier est obligé d’engloutir des poissons vivants, ceux-là mêmes que le Requin avale10. Et quand Pinocchio retrouve enfin son père dans le ventre du monstre, il voit un petit vieillard aux cheveux blancs comme s’il était fait de neige ou de crème fouettée, en train de mâchonner de petits poissons vivants qui réussissent parfois à s’échapper de sa bouche11. Il y a un contraste frappant entre la fragilité du débonnaire Geppetto (pur comme la neige et bon comme un gâteau) et le spectacle cruel de la langue et des dents qui déchiquettent les poissons frétillants. Ainsi la faim fait-elle de Geppetto un ogre. Quant aux petits poissons, ils cherchent à s’échapper de la bouche du mangeur comme le feront eux-mêmes Geppetto et Pinocchio en sortant de la gueule du Requin. La conclusion est que les hommes dévorent tout autant que les animaux. C’est en tout cas la conviction du Thon « philosophe » ingurgité en même temps que Pinocchio. Alors que le pantin ne se résigne pas à être « digéré » et se demande comment sortir de l’estomac du monstre, le Thon accepte le sort qui l’attend en observant que lorsqu’on est un Thon, il est plus digne de mourir dans l’eau que dans l’huile12, ce qui signifie qu’il vaut mieux être mangé par un de ses pairs que par un être humain.

  • 13  Cf. P. Paolini, Collodi traduttore di Perrault, « Studi collodiani », Atti del 1° Convegno Interna (...)
  • 14  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio,cit., p. 390 : « […] un omone così brutto che metteva pau (...)
  • 15 Ibidem, p. 391 : « […] il povero Pinocchio […] divincolandosi come un’anguilla fuori dell’acqua, st (...)

4Traducteur en 1875 d’une anthologie de contes de Charles Perrault et de Madame d’Aulnoy13, Collodi a mis dans son Pinocchio deux figures d’ogre. Ou plus exactement il a introduit deux personnages dans lesquels le lecteur reconnaît facilement le modèle d’après lequel ils ont été créés. Cette façon de procéder est significative de l’écriture de Collodi qui utilise métaphoriquement les éléments typiques du conte en les insérant dans un contexte plus réaliste que fantastique. Le premier personnage imaginé d’après les représentations traditionnelles de « l’ogre » est le montreur de marionnettes, Mangiafoco, dont le nom, certes, renvoie à la réalité des spectacles ambulants, mais aussi à celle des rôtisseries qui aiguisent l’appétit des gens en montrant la préparation des viandes. Le personnage, selon l’auteur, est un homme laid qui effraie tous ceux qui le regardent. Outre qu’il a la voix caverneuse des ogres, il a aussi une barbe noire qui lui descend jusqu’aux pieds, des yeux rouges et une bouche aussi grande qu’un four14. Il a besoin de bois pour faire cuire un mouton et il pense que Pinocchio ferait un excellent combustible. À la perspective de brûler, la marionnette se tortille comme une anguille hors de l’eau15 et crie désespérément en appelant son « papa ». L’ogre, malgré son apparence, est un sentimental. Le mot de « papa » l’émeut, et, ayant appris la pauvreté de Geppetto, il donne à Pinocchio des pièces d’or ; puis il se résout tristement à manger le mouton à moitié cru.

  • 16 Ibidem, pp. 466-467 : « in mezzo a un brulichío di pesci d’ogni forma e grandezza, che scodinzoland (...)

5Le deuxième exemple d’ogre est le pêcheur troglodyte. Il a pris Pinocchio au fond de son filet dans un grouillement de poissons de toutes les formes et de toutes les tailles qui se débattent frénétiquement en agitant leurs queues16. Plus que le montreur de marionnettes, le pêcheur est animalisé au moyen d’une série de comparaisons :

  • 17 Ibidem, p. 467.

E nel tempo stesso [Pinocchio] vide uscire dalla grotta un pescatore così brutto, ma tanto brutto, che pareva un mostro marino. Invece di capelli aveva sulla testa un cespuglio foltissimo di erba verde ; verde era la pelle del suo corpo, verdi gli occhi, verde la barba lunghissima che gli scendeva fin quaggiù. Pareva un grosso ramarro ritto su i piedi di dietro.17

  • 18 Ibidem, p. 467 : « una manona così spropositata, che pareva una pala da fornai ».
  • 19  Collodi est l’auteur de livres avec lesquels il voulait enseigner aux enfants la géographie de l’I (...)
  • 20 Ibidem, p. 470 : « Allora il cane che, quando aveva fame davvero, non era avvezzo a lasciarsi posar (...)
  • 21  À noter que lorsqu’il aura été transformé en âne puis jeté à la mer pour y être noyé, Pinocchio se (...)

6Sentant que le filet est très lourd, le pêcheur se réjouit à l’avance du repas copieux qu’il va faire. Avec sa main aussi grosse que la pelle d’un boulanger18, il attrape successivement des rougets, des merlans, des mulets, des soles, des araignées de mer, des anchois. Le but de cette liste est d’enrichir le vocabulaire des jeunes lecteurs19, mais l’énumération donne aussi la mesure de l’appétit de l’ogre qui, découvrant Pinocchio, se demande quelle sorte d’animal il est. Après quelque réflexion, il décide que le pantin est un crabe. La faim du pêcheur est encore suggérée par le plaisir qu’il prend à cuisiner les poissons qu’il fait frire après les avoir passés dans la farine. L’odeur de l’huile attire le chien Alidor (Ailes d’or), celui-là que Pinocchio avait secouru quelques instants auparavant. Le molosse, qui avait faim pour quatre, essaie d’abord de s’attirer les bonnes grâces du pêcheur en gémissant et en remuant la queue. Mais l’ogre ayant voulu le chasser d’un coup de pied, le chien qui, quand il avait vraiment faim, nous dit Collodi, n’était pas d’humeur à se laisser agacer par les mouches, se met à gronder contre le pêcheur en découvrant ses crocs terribles20. Ainsi l’ogre et le chien sont-ils tenaillés par une faim identique. Quant à Pinocchio qui, lui aussi, a toujours le ventre creux, il se trouve, comme les poissons, dans la position d’être mangé21.

7Les ogres ont une prédilection pour la chair crue. Le pêcheur troglodyte est moins primitif que son modèle puisqu’il aime cuisiner et se propose même d’assaisonner Pinocchio à la tomate. La cuisine est un thème complémentaire de la faim et le menu que commandent le Chat et le Renard quand ils dînent à l’auberge de l’Écrevisse Rouge rappelle l’importance des banquets dans la société du XIXe siècle où les excès de nourriture les jours de fête compensaient la frugalité des repas quotidiens :

  • 22 Ibidem, p. 401. Daniela Marcheschi signale que la recette du lièvre « dolce e forte » se trouve dan (...)

Il povero Gatto sentendosi gravemente indisposto di stomaco, non potè mangiare altro che trenta triglie con salsa di pomodoro e quattro porzioni di trippa alla parmigiana : e perché la trippa non gli pareva condita abbastanza, si rifece tre volte a chiedere il burro e il formaggio grattato !
La Volpe avrebbe spelluzzicato volentieri qualche cosa anche lei : ma siccome il medico le aveva ordinato una grandissima dieta, così dovè contentarsi di una semplice lepre dolce e forte con un leggerissimo contorno di pollastre ingrassate e di galletti di primo canto. Dopo la lepre si fece portare per tornagusto un cibreino di pernici, di starne, di conigli, di ranocchi, di lucertole e d’uva paradisa ; e poi non volle altro. Aveva tanta nausea per il cibo, diceva lei, che non poteva accostarsi nulla alla bocca.22

  • 23 Ibidem, p. 450 : « – E insieme col pane ti darò un bel piatto di cavolfiore condito coll’olio e col (...)
  • 24  En plus des repas il y a les thés et les goûters qui sont réservés à la classe bourgeoise. Ainsi, (...)

8Les plats, on l’aura remarqué, sont surtout à base de poisson et de viande. Même la garniture se compose de volailles. Le fromage, les tomates et le raisin ne servent qu’à relever le goût. Les légumes sont en revanche typiques des repas ordinaires. Ainsi lorsque la Fée retrouve Pinocchio dans l’île des Abeilles industrieuses, elle promet de lui donner à manger s’il accepte de porter une lourde cruche remplie d’eau. Elle lui propose d’abord du pain, puis, Pinocchio trouvant ce salaire insuffisant, elle lui laisse espérer une belle assiette de chou-fleur assaisonné d’une sauce à l’huile et au vinaigre23. Comme Pinocchio fait encore la moue, elle finit par vaincre sa paresse en évoquant un bonbon au rossolis. Bien évidemment ce n’est pas la confiserie qui doit apaiser la faim de Pinocchio, mais le pain et le plat de légumes qui constituent l’aliment principal des Italiens à la fin du XIXe siècle24. La viande (c’est-à-dire principalement les volailles et le gibier), ou le poisson ne sont présents sur la table qu’à l’occasion de solennités.

  • 25  On pourrait citer ici le cas de Melampo, le chien de garde qui ne bronche pas quand les fouines pé (...)

9On vient de voir rapidement la place importante qu’occupent la faim et la nourriture dans Les aventures de Pinocchio. La lutte pour la survie oppose les hommes entre eux, les animaux entre eux et les hommes aux animaux. Comme dans tout conflit, il y a parfois des alliances25. C’est en tout cas une destinée partagée que celle qui réunit les humains et les bêtes dans une même condition de créatures toujours affamées.

  • 26  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 486 : « i ciucchini galoppavano, il carro corre (...)
  • 27 Ibidem, p. 369 : « Pinocchio andava a salti come una lepre ».
  • 28  L’expression est utilisée trois fois. Une fois elle est rapportée à Pinocchio lorsqu’au chapitre I (...)
  • 29 Ibidem, p. 430 : « [Pinocchio] correva a salti come un cane levriero ».
  • 30 Ibidem p. 421 : « [Pinocchio] cominciò a correre come un capriolo ».
  • 31 Ibidem, p. 469 : « Perché [Pinocchio] si divincolava come un’anguilla ».
  • 32 Ibidem, p. 370 : Geppetto arrêté par les carabiniers « piangeva come un vitellino ».
  • 33 Ibidem, p. 444 : « Pinocchio, essendo tutto di legno […] nuotava come un pesce ».
  • 34 Ibidem, p. 378 : « [Pinocchio] tornò a casa bagnato come un pulcino ».
  • 35 Ibidem, p. 394 : « Pinocchio corse subito, arrampiccandosi come uno scoiattolo […] ».
  • 36 Ibidem, p. 450 : « Quando Pinocchio ebbe bevuto come una spugna ».
  • 37  Cf. supra note 4. Étant donné l’importance du thème de la faim, on peut être surpris de ne pas tro (...)
  • 38 Ibidem, p. 492 : « – Come stai, mio caro Lucignolo ? – Benissimo : come un topo in una forma di cac (...)
  • 39 Ibidem, p. 506 : « [Pinocchio] rizzava le gambe fuori dell’acqua e faceva capriole e salti, come un (...)
  • 40 Ibidem, p. 418 : « correre e ruzzare [...] vispo e allegro come un gallettino di primo canto ».
  • 41 Ibidem, p. 518 : « cammineremo pian pianino come le formicole » dit Pinocchio en offrant son bras à (...)
  • 42 Ibidem, p. 524 : « La Lumaca, contro il suo costume, cominciò a correre come una lucertola nei gran (...)

10La communauté de destin de l’homme et des animaux permet à Collodi de rendre plus plausibles et plus réalistes les conventions de la fable. L’écrivain utilise un autre moyen (relevant aussi de l’oralité) pour réduire l’opposition qui distingue l’être humain de la brute. Il s’agit de la comparaison qui, en soulignant des ressemblances entre les gens et les bêtes, met en communication les mondes animal et humain. La langue courante contient de nombreuses expressions qui caractérisent telle attitude ou tel comportement d’une personne en les rapportant à un animal. C’est le cas, par exemple, de la locution « dormir comme un loir »26 qui est utilisée deux fois par Collodi, la première à propos de Lucignolo lorsqu’il se trouve dans la voiture qui le conduit au Pays des Jouets et la seconde à propos du Requin quand il dort la bouche ouverte. On peut considérer comme des locutions toutes faites un certain nombre d’expressions telles que : « bondir comme un lièvre »27, « courir comme un cheval barbe »28, « sauter comme un lévrier »29, « courir comme un chevreuil »30, « s’agiter comme une anguille »31, « pleurer comme un veau »32, « nager comme un poisson »33, « être mouillé comme un canard »34, « grimper comme un écureuil »35, « boire comme une éponge »36, « manger comme des loups »37. D’autres fois, les comparaisons ont plus d’originalité. Ainsi on trouve la formule « être heureux comme une souris dans une meule de parmesan »38, « faire des cabrioles et des sauts comme un dauphin en veine de bonne humeur »39, « être vif et joyeux comme un tout jeune coq »40 ou encore « marcher tout doucement comme des fourmis »41. On signalera enfin que, quand la Limace veut se dépêcher, Collodi hésite à dire qu’elle galope comme un cheval et préfère utiliser une comparaison plus vraisemblable en spécifiant qu’elle court « comme un lézard »42.

  • 43  Être triste conviendrait mieux que pleurer puisque les animaux (sauf dans Pinocchio) gémissent mai (...)
  • 44  Dans les comparaisons, c’est presque toujours l’homme qui est « animalisé ». Toutefois, dans le de (...)

11La plupart des comparaisons portent sur des mouvements (courir, sauter, bondir, grimper, nager), sur les besoins essentiels du corps (dormir, boire, manger) ou sur un état de l’humeur (être heureux, pleurer). Dans tous les cas, les états ou les actions qui sont l’objet de la comparaison sont communs aux hommes et aux animaux43 et correspondent aux différentes séquences narratives du roman qui, toutes, racontent comment Pinocchio et Geppetto sont à la recherche l’un de l’autre (en courant, en nageant) et doivent pourvoir à leurs besoins. Mais il faut surtout remarquer que l’ensemble des locutions que nous avons citées crée un réseau d’analogies qui induisent le lecteur à admettre que l’on passe aisément de l’animal à l’homme, qu’il y a une part d’animalité dans l’être humain mais aussi beaucoup d’humanité (en bonne et en mauvaise part) chez les bêtes44. De cette façon, la coexistence de personnages hommes et de personnages animaux dans le récit semble naturelle et dispense l’auteur de trop recourir à l’artifice du merveilleux. Si on ajoute que, dans les contes, la fonction du personnage importe plus que sa « nature », on comprendra qu’on puisse lire Les aventures de Pinocchio sans s’étonner de la présence du monde animal, la logique et la cohérence de la fiction prévalant sur la forme (humaine ou non) des acteurs.

Animaux antagonistes et animaux auxiliaires

  • 45  Cf. G. Genot, Analyse structurelle de Pinocchio, Pescia, Fondazione Nazionale Carlo Collodi (Quade (...)
  • 46  Melampo, du grec Mélampous, « l’homme aux pieds noirs » parce que sa mère, lorsqu’il naquit, avait (...)

12Étant donné que le roman de Collodi peut être ramené au schéma traditionnel de la « quête », on étudiera les animaux selon qu’ils sont des antagonistes ou des adjuvants45. La plupart du temps, les animaux sont nommés d’après l’espèce à laquelle ils appartiennent. Ainsi a-t-on le Chat, le Renard, la Colombe, le Dauphin, le Serpent, le Perroquet, le Thon, la Limace, le Requin, le Grillon Parlant etc. Si les chiens ont un nom, c’est sans doute parce qu’ils sont au nombre de trois et qu’il convient donc de les distinguer. Le caniche de la petite fille aux cheveux bleus se nomme Médor, le mâtin qui sauve Pinocchio des griffes du pêcheur s’appelle « Ailes d’or » (Alidor) parce qu’il a remporté des courses, et le chien de garde qui s’est laissé corrompre par les fouines a pour nom Melampo, peut-être parce qu’il a les pattes noires46. Cependant, hormis les chiens, les autres animaux, comme nous l’avons dit, sont désignés par leur nom commun auquel Collodi met une première lettre majuscule. Cela revient à dire que dans l’espace fictionnel de Pinocchio, de même que les hommes appartiennent, comme il se doit, à une même catégorie et se distinguent entre eux par leur individualité (c’est-à-dire par leur « personnage »), de même tous les animaux appartiennent à une famille unique mais ont chacun une spécificité qui fait d’eux un Chat, un Dauphin, un Corbeau etc., c’est-à-dire un animal avec son caractère et sa personnalité propres. Le nom de l’animal est donc aussi celui d’un personnage.

  • 47 Ibidem, p. 428 : « due can mastini vestiti da giandarmi ».

13Chaque bête que Pinocchio rencontre peut ou bien retarder le moment de son retour ou au contraire l’aider à se tirer d’un mauvais pas. Nous commencerons par les animaux qui font obstacle à la réunion du pantin soit avec Geppetto soit avec la Fée. Le personnage le plus exemplaire à cet égard est sans doute le Serpent du chapitre XX. Pinocchio, qui avait promis de revenir chez la Fée au bout de quelques heures, est resté dehors toute une nuit pour semer ses pièces d’or dans le Champ des Miracles, puis il a été condamné par le juge et conduit en prison par deux mâtins habillés en gendarmes47. Il est libéré au bout de quatre mois et décide aussitôt de retrouver la maisonnette de la Fée. Le pantin s’adresse mille et un reproches, se rend compte qu’il a désobéi, se promet d’être sage. Mais voici qu’il trouve un Serpent en travers du chemin :

  • 48 Ibidem, p. 431.

Aveva veduto un grosso Serpente, disteso attraverso la strada, che aveva la pelle verde, gli occhi di fuoco e la coda appuntita, che gli fumava come una cappa di camino.
Impossibile immaginarsi la paura del burattino : il quale, allontanatosi più di mezzo chilometro, si mise a sedere sopra un monticello di sassi, aspettando che il Serpente se ne andasse una buona volta per i fatti suoi e lasciasse libero il passo della strada.48

  • 49  Cf. Pietro Clemente, Pinocchio e le fiabe di Perrault, « Studi collodiani » Atti del 1o Convegno I (...)
  • 50  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 432 : « ridi, ridi, ridi, alla fine dallo sforz (...)

14Dans le Serpent (qui a la peau verte et les yeux rouges comme Mangiafoco et le pêcheur troglodyte), il est facile de reconnaître l’image d’un dragon49. Voici donc Pinocchio en devoir de se comporter en nouveau Siegfried. Mais plus sagement, la marionnette se met à plus de cinq cents mètres de distance et attend que le Serpent s’en aille. Cependant l’attente dure une heure, deux heures, trois heures et le passage est toujours barré. Pinocchio s’adresse alors à la générosité du Serpent, explique qu’il doit rentrer chez lui car son « papa » l’attend. En d’autres termes il utilise une seconde fois les mots qui avaient attendri Mangiafoco. Mais tous les monstres ne se ressemblent pas et le Serpent paraît ne pas entendre ce que Pinocchio lui dit. En outre, il reste immobile et sa queue cesse de fumer. Quand le pantin veut enjamber le reptile, ce dernier se redresse d’un coup et la marionnette épouvantée tombe la tête enfoncée dans la boue. Le Serpent alors se met à rire, et il rit tant et tant, qu’à la fin, à force de trop rire, il se déchire une veine de la poitrine : et alors il meurt pour de bon50.

15Bien qu’il soit connu, nous avons voulu résumer l’épisode car il montre que Collodi tourne en dérision les légendes et les contes de fées. Pinocchio n’est pas un héros ni même un don Quichotte. Mais cela n’a pas d’importance car les monstres qu’il rencontre se dissipent comme des bulles de savon : Mangiafoco éternue et s’émeut, le Serpent meurt de rire et le Requin, qui est asthmatique et fatigué, dort la bouche grande ouverte laissant ainsi s’échapper tous ceux qu’il a avalés. Collodi veut enseigner aux enfants que ce ne sont pas les ogres et les dragons dont parlent les contes de fées qui sont le plus à redouter. À ses yeux, il y a, pour ses lecteurs, des dangers bien plus graves : ce sont la paresse, la désobéissance, les mauvaises rencontres, la crédulité, le non respect de la propriété, le manque de compassion. C’est pourquoi le roman d’aventures et le roman de formation intéressent l’écrivain plus que les histoires de monstres, de magiciens et de fées.

  • 51  Cf. Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne, cit. pp. 80-8 (...)

16Le Chat et le Renard, par leur fonction dans le récit, relèvent du picaresque51. On reconnaît en eux ces vagabonds qui se font mendiants, escrocs ou voleurs selon les circonstances. Ils vont au hasard des routes pour détourner les voyageurs de leur but et retarder ainsi la conclusion de l’histoire. Dans le roman de Collodi, qui est aussi un Bildungsroman, le Chat et le Renard détournent Pinocchio du « droit chemin », qui est celui du travail et de l’obéissance, en proposant à la marionnette de multiplier ses pièces d’or. Collodi condamne ainsi le gain facile et les richesses acquises par la spéculation. Homme du XIXe siècle, il est convaincu comme Marx (mais aussi comme les économistes classiques) que l’accumulation du capital est fondée sur le travail. Le « champ des miracles » (le placement de l’argent) n’est pour lui qu’une duperie qui permet à d’habiles bonimenteurs de spolier les esprits crédules. C’est ce que dit le Perroquet jadis trompé comme Pinocchio :

  • 52  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 427.

Sì, parlo di te, povero Pinocchio, di te che sei così dolce di sale, da credere che i denari si possano seminare e raccogliere nei campi, come si seminano i fagioli e le zucche. Anch’io, l’ho creduto una volta, e oggi ne porto le pene. Oggi (ma troppo tardi !) mi son dovuto persuadere che per mettere insieme onestamente pochi soldi, bisogna saperseli guadagnare o col lavoro delle proprie mani o coll’ingegno della propria testa.52

17L’auteur des Aventures de Pinocchio ne croit pas à l’utopie d’un monde où les richesses se créeraient d’elles-mêmes et cette utopie, dans le roman, se transforme en dystopie, celle de la ville d’Attrape-nigauds dans les rues de laquelle Pinocchio

  • 53 Ibidem, p. 424.

vide tutte le strade popolate di cani spelacchiati, che sbadigliavano dall’appetito, di pecore tosate che tremavano dal freddo, di galline rimaste senza cresta e senza barbigli, che chiedevano l’elemosina d’un chicco di granoturco, di grosse farfalle, che non potevano più volare, perché avevano venduto le loro bellissime ali colorite, di pavoni tutti scodati, che si vergognavano a farsi vedere, e di fagiani che sgambettavano cheti cheti, rimpiangendo le loro scintillanti penne d’oro e d’argento, oramai perdute per sempre.53

  • 54  Pinocchio est lui aussi puni de sa crédulité. Non seulement parce qu’il perd les quatre pièces d’o (...)
  • 55  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 424 : « In mezzo a questa folla di accattoni e (...)

18La métaphore a une signification évidente : tous les animaux (dont le Perroquet lui-même) ont été « plumés » ou « tondus » alors qu’ils croyaient faire fortune. Les uns (les chiens et les brebis) sont les éternels perdants de la société, alors que les autres, orgueilleux des richesses que leur a données la nature (les paons, les faisans, les papillons), et désireux posséder toujours plus, se sont ruinés en confiant leurs parures à des marchands d’illusions54. Parmi ces derniers, on remarque tout naturellement des renards, des pies voleuses et des oiseaux de proie55.

  • 56  Le mot italien est « barbagianni » qui signifie tout à la fois « chat-huant » (sens propre) et per (...)
  • 57  Cf. Dott. Marco Venanti, L’igiene pratica della scuola, Firenze, Bemporad & Figlio, 1897. Dans la (...)

19L’enseignement est fondé sur la répétition. Collodi a critiqué une première fois les utopies qui laissent croire qu’il puisse y avoir des sociétés dont les biens ne soient pas produits par le travail et il a dénoncé dans ce but le pays des « Attrape-nigauds » où se précipitent toutes les « linottes »56. Il développe à nouveau le thème de l’abondance facile en décrivant longuement le « Pays des Jouets » qui est le nom que prend, pour les enfants, le Pays de Cocagne. C’est là qu’ont lieu les métamorphoses en ânes de Pinocchio et de Lucignolo. On peut remarquer qu’une fois encore Collodi ne fait pas appel aux procédés du conte féerique pour expliquer la transformation de personnages en animaux. Ce n’est pas un mauvais génie qui change le pantin en baudet. La mutation a des causes moins extraordinaires. Elle est d’abord suggérée par la métaphore qui fait du mot âne un synonyme de « personne sotte et ignorante ». Mais elle est également rendue plausible par le fait que, dans les écoles, cette métaphore était rendue littérale par la pratique du bonnet d’âne qui déguisait l’enfant en bourricot57. Dans son récit, Collodi ne fait qu’amplifier l’effet de la comparaison. Il est d’ailleurs amusant de voir que, quand Pinocchio et Lucignolo sont victimes de « la fièvre de l’âne » et que leurs oreilles commencent à pousser, ils essaient de cacher leur disgrâce, en se mettant sur la tête « un bonnet de coton », celui-là même que devaient porter les mauvais élèves.

  • 58  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 449 : « – Mi meraviglio ! – rispose il burattin (...)
  • 59  La nouvelle de Giovanni Verga fut publiée dans le « Fanfulla » en août 1878.
  • 60  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 497 : « – Credi forse, mio bel ciuchino, che io (...)
  • 61  Mangiafoco aussi, pour se faire obéir des marionnettes, utilise un fouet redoutable qui est fait d (...)
  • 62  Il s’agit en fait d’un accident du travail !
  • 63  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 502 : « – Che vuoi che mi faccia d’un somaro zo (...)

20Les différentes significations du mot âne sont toutes présentes dans Les aventures de Pinocchio. Quand, dans l’île des Abeilles industrieuses, un charbonnier dit au pantin qu’il lui donnera un sou à condition qu’il l’aide à tirer une charrette, Pinocchio répond avec orgueil qu’on ne l’a jamais pris pour un âne ni jamais attelé58. Outre l’ignorance, la tradition attribue à l’âne l’humilité. À la merci du maître qui lui donne des coups, il est voué aux tâches les plus dures. On pense bien sûr aux ânes qui travaillaient dans les carrières ou dans les mines. Ils dormaient dans les galeries et n’étaient remontés à la lumière du jour qu’après qu’ils étaient morts. Battus, couverts de plaies, même vieux ou malades, ils devaient effectuer les tâches pour lesquelles on les avait achetés. Le destin de l’âne gris maltraité par Rosso Malpelo59 ressemble à celui du malheureux ânon attelé à la diligence qui emmène les enfants au Pays des Jouets. Parce qu’il a voulu dissuader Pinocchio de partir, il est cruellement puni par le cocher qui lui mord les deux oreilles jusqu’à les couper net. Dès que Pinocchio est à son tour métamorphosé en âne, il se rend compte du sort que les hommes réservent aux bêtes de somme. Il n’a à manger que les quantités minimales nécessaires à sa survie. Le directeur du cirque lui dit crûment qu’il l’a acheté pour qu’il travaille et qu’il lui fasse gagner beaucoup d’argent60. Et le dressage se fait à coups de cravache61. Quand Pinocchio est blessé au cours d’un spectacle62, il ne peut plus rien rapporter à son propriétaire qui considère qu’un animal estropié est une bouche que l’on nourrit gratuitement63. Il décide donc de vendre Pinocchio, mais celui-ci n’a plus aucune valeur sur le marché du travail. Le voici donc cédé à bas prix, uniquement pour sa peau, avec laquelle le nouvel acquéreur a l’intention de fabriquer un tambour. Au dernier chapitre, on apprend que la vie de Lucignolo n’a pas été moins cruelle : acheté par un maraîcher pour actionner la pompe d’un puits, il meurt de fatigue en suscitant l’irritation du paysan qui se plaint que cette mort lui fait perdre son argent.

21Nous voudrions enfin souligner l’aspect inquiétant du conducteur de la diligence qui ramasse sur les routes les enfants malheureux. C’est, nous dit l’auteur,

  • 64 Ibidem, p. 483. Dans la même page le cocher est également décrit comme « un brutto mostriciattolo c (...)

un omino più largo che lungo, tenero untuoso come una palla di burro, con un visino di melarosa, una bocchina che rideva sempre e una voce sottile e carezzevole, come quella di un gatto che si raccommanda al buon cuore della padrona di casa.
Tutti i ragazzi, appena lo vedevano, ne restavano innamorati e facevano a gara per montare sul suo carro.64

  • 65 Ibidem, p. 496 : « E così in pochi anni aveva fatto fior di quattrini ed era diventato milionario »

22Dès que les enfants ont été transformés en baudets, l’homme au visage poupin les vend sur les foires. Grâce à son commerce, il a amassé une belle fortune et, en l’espace de quelques années, il est devenu millionnaire65. Dans le monde pauvre de Pinocchio l’adjectif millionnaire (compte tenu surtout de la valeur de la lire à la fin du XIXe siècle) ne peut pas manquer d’être relevé. Doit-on voir dans ce personnage un capitaliste sans scrupules, un marchand d’esclaves ou l’organisateur d’un trafic d’enfants ? On ne saurait le ranger précisément dans aucune de ces catégories, mais il a quelque ressemblance avec toutes.

23C’est le mérite de Collodi que d’avoir mis en relation les deux sens du mot âne. La destinée de ceux qui sont des ânes à l’école est de devenir plus tard les ânes dont la production et le capital ont besoin, c’est-à-dire les manœuvres ou les ouvriers agricoles qui doivent travailler pour un salaire dérisoire. L’exploitation économique des plus faibles est représentée aussi efficacement dans Pinocchio que dans les nouvelles de Verga.

  • 66  La troisième année, fortement recommandée, n’était pas obligatoire.
  • 67  L’enseignement des devoirs est mentionné explicitement dans la loi Coppino.

24À dire vrai, les deux années d’instruction primaire obligatoires instituées par la loi Coppino en 187766 ne changèrent pas radicalement le destin des enfants pauvres. À la différence d’Enrico Bottini, le protagoniste de Cuore, Pinocchio n’est pas destiné à devenir ingénieur. Ses deux années d’école lui permettront au mieux d’entrer en apprentissage dans de bonnes conditions. D’ailleurs la finalité de l’institution scolaire est d’enseigner la morale autant que la lecture et de rappeler aux enfants qu’ils ont des devoirs envers les adultes67.

  • 68  La morale elle-même « aide » l’enfant à trouver une place dans la société.
  • 69  Sur la composition très complexe de Pinocchio cf. Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’e (...)
  • 70  Pietro Clemente, Pinocchio e le fiabe di Perrault, cit., p. 201.
  • 71  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, éd. cit., p. 421 : « – Ti voglio bene anch’io – disse la (...)
  • 72 Ibidem, p. 452 : « – Ti ricordi ? Mi lasciasti bambina e ora mi ritrovi donna ; tanto donna, che po (...)
  • 73 Ibidem, p. 413 : « cento pariglie di topini bianchi ».
  • 74 Ibidem, p. 372 : « – Guai a quei ragazzi che si ribellano ai loro genitori e che abbandonano capric (...)

25Les préceptes moraux, dans Les aventures de Pinocchio, sont formulés par les adjuvants, c’est-à-dire par la Fée et les animaux qui lui sont associés68. On sait que la petite fille à la chevelure bleue fut inventée afin que le roman puisse avoir une suite après le chapitre XV qui racontait la mort de Pinocchio pendu au grand Chêne par les voleurs69. La fonction de la Fée est donc de donner une issue à une situation narrative autrement sans solution. Cependant c’est avec une certaine parcimonie que Collodi a recours aux effets surnaturels pour renouveler son récit : il n’utilise pas les objets magiques consacrés par la tradition orale. La Fée a d’ailleurs une présence discrète. Peut-être inspirée par L’uccello turchino, comme le suggère Pietro Clemente70, elle est (sauf au chapitre XVI où elle apparaît) une créature ténue, une couleur bleue dans le texte plutôt qu’un véritable personnage. Au demeurant il semble que l’auteur ait hésité sur son identité exacte. D’abord présentée comme une petite fille, elle propose à Pinocchio qu’il soit son petit frère et qu’elle-même soit sa petite sœur71. Mais à partir du chapitre XXIV, alors que quatre mois environ se sont écoulés, quand Pinocchio la retrouve dans l’île des Abeilles industrieuses, elle a grandi suffisamment pour pouvoir être la mère de la marionnette72. Est-ce parce qu’elle est une fée ou simplement parce qu’elle est une petite fille sage ? Elle est en tout cas écoutée des animaux qui se mettent à son service. Au chapitre XVI, elle demande au Faucon de casser avec son bec la corde qui serre le cou de Pinocchio et de poser ce dernier sur l’herbe. Puis, frappant deux fois dans ses mains, elle fait venir un Caniche savant (il marche sur ses pattes de derrière), lui commande de faire atteler un carrosse et d’aller chercher la marionnette qui gît sous le Chêne. Le carrosse, fait de biscuits de Savoie et de crème fouettée, est tiré par un attelage de souris blanches73. Les médecins qui veillent au chevet de Pinocchio sont au nombre de trois : un Corbeau, une Chouette et un Grillon Parlant qui, conformément à la tradition comique, ont des avis contradictoires sur l’état du malade. Quant au Grillon Parlant, il s’agit de celui qui, dès le début du roman, prédit que les enfants désobéissants ne connaîtront que le malheur74. Puis comme Pinocchio refuse de prendre le médicament que lui a préparé la Fée, celle-ci, pour le convaincre d’obéir, fait entrer dans la chambre quatre lapins noirs portant sur leurs épaules un cercueil.

26Les chapitres XVI et XVII servent de transition. Ils doivent relancer l’histoire interrompue. Ce sont aussi les pages du livre où le merveilleux est le plus manifeste : la Fée agit comme dans les contes populaires. Elle a des liens de complicité avec les animaux qui s’empressent de réaliser ses désirs. Mais après cet épisode qui suture les deux premières parties du roman, Collodi opte à nouveau pour le genre picaresque en reprenant la séquence du Chat et du Renard qui, cette fois, conduisent Pinocchio au « Champ des miracles ». Assez curieusement on trouve, à la fin du chapitre XVII, un résumé de tous les épisodes précédents. Il est fait par Pinocchio lui-même devenu le narrateur de ses propres aventures qu’il raconte à la Fée. Collodi rafraîchit ainsi la mémoire de ses petits lecteurs après qu’a été interrompue pendant cinq mois la parution du feuilleton. Le procédé est repris à l’avant-dernier chapitre quand la marionnette fait à nouveau le récit de tous ses malheurs à l’intention de Geppetto retrouvé dans l’estomac du Requin. Cette pratique du résumé est assurément pédagogique. Mais on peut penser que l’auteur aussi éprouve le besoin de faire pour lui-même une synthèse de son travail antérieur avant de reprendre son histoire ou de la conclure.

  • 75  Elle est souvent confondue avec le ver luisant.
  • 76  La tosse asinina est, en italien, la coqueluche.

27À partir du moment où la veine réaliste est retrouvée, le personnage de la Fée doit évoluer. Sa présence est discontinue. De surcroît la Fée se cache sous des formes diverses et c’est sa parole qui compte plus que son apparence. Elle admoneste Pinocchio, lui fait des recommandations, lui rappelle ses promesses, n’hésite pas à le punir en disparaissant ou en le faisant patienter et elle ne se manifeste que quand le pantin a eu des paroles sincères de repentir. C’est ainsi qu’interviennent les animaux adjuvants qui, ayant la même fonction que la Fée, peuvent être considérés comme ses agents ou comme ses avatars. Le Grillon Parlant a été imaginé bien avant le personnage de la petite fille aux cheveux bleus. Mais c’est tout naturellement qu’il trouve sa place parmi les bêtes auxquelles la Fée fait appel pour qu’elles la secondent dans le but qu’elle s’est donné d’instruire Pinocchio. Le Grillon est d’abord caractérisé par sa parole qui fait de lui un éducateur. Au Grillon on peut associer quelques oiseaux comme le Merle blanc qui, au chapitre XII, met en garde le pantin contre l’entreprise du Chat et du Renard et qui est croqué pour avoir osé dire la vérité. Une autre créature parlante est, bien sûr, le Perroquet qui révèle à Pinocchio la tromperie dont il est la victime. On ajoutera à la liste des animaux raisonneurs la Luciole75 qui rappelle qu’on ne doit jamais rien voler (ch. XXI). Il y a enfin la petite Marmotte qui explique au pantin que la « fièvre de l’âne »76 qu’il a contractée est une maladie qui touche

  • 77  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 490.

tutti quei ragazzi svogliati che, pigliando a noia i libri, le scuole e i maestri, passano le loro giornate in balocchi, in giochi, e in divertimenti [e finiscono] prima o poi col trasformarsi in tanti piccoli somari.77

  • 78  Tué d’un coup de marteau au chapitre IV, le Grillon réapparaît sous forme d’ombre au chapitre XIII (...)
  • 79  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 442 : « Era più grosso di un tacchino ».
  • 80  Il explique à Pinocchio que quand on a vraiment faim on peut tout manger y compris des vesces. Et (...)

28Il se peut que les animaux disent leurs convictions ; on peut aussi supposer qu’ils sont porte-parole de la Fée ou du Grillon Parlant78, ou bien encore des métamorphoses de l’une ou de l’autre. Mais les animaux adjuvants interviennent aussi pour accélérer l’action. C’est le cas des Pics-verts qui raccourcissent le nez de Pinocchio quand il a eu l’imprudence de dire des mensonges. On peut citer aussi le Pigeon qui, plus gros qu’un dindon79, transporte aisément la marionnette sur la plage où Geppetto a construit une barque pour traverser l’océan. Le Pigeon est, à sa façon, un raisonneur80, mais il est surtout un acteur grâce auquel, après un voyage de mille kilomètres qui n’a duré que deux jours, Pinocchio arrive juste à temps pour assister depuis la rive au naufrage du bateau fabriqué par le menuisier. Lorsque, plus tard, la marionnette arrive sur la grève de l’île aux Abeilles, c’est le Dauphin qui lui indique comment trouver un village où manger. Enfin, comme nous l’avons déjà signalé en note, ce sont des poissons qui délivrent Pinocchio de sa peau d’âne quand il est jeté dans la mer et qui lui font retrouver sa nature de pantin de bois. Ainsi les animaux partenaires de la Fée ont-ils une double fonction : ils commentent les fautes morales de Pinocchio et l’assistent quand il est en danger.

  • 81 Ibidem, p. 475 : « Quella brava bestiola della Lumaca, a scendere dal quarto piano fino all’uscio d (...)
  • 82  Mariella Colin observe très justement que la Fée, avant d’être une protectrice, apparaît au chapit (...)

29La présence des bêtes sur le chemin de Pinocchio est-elle due au hasard ? On constate que les animaux interviennent toujours après que la marionnette s’est repentie de ses erreurs et a résolu d’améliorer sa conduite. Ainsi le Pigeon arrive-t-il au lieu où se trouve Pinocchio après que celui-ci a fait une bonne action en refusant d’être corrompu par les fouines et surtout après qu’il a pleuré sur la tombe de la Fée. Le Dauphin donne des informations utiles au pantin après que celui-ci s’est courageusement jeté dans l’océan tempétueux pour secourir Geppetto. Les poissons dévorent la peau d’âne après que Pinocchio a longuement souffert sous le fouet et a regretté d’avoir fait l’école buissonnière. Cela revient à dire que les animaux n’interviennent pas fortuitement dans le récit mais qu’ils agissent au nom de la Fée chaque fois que Pinocchio mérite d’être aidé ou réconforté. Il y a une relation évidente entre les apparitions très éphémères de la « Fatina » et l’action des oiseaux, poissons ou insectes qui se substituent à elle. On remarque à nouveau que Collodi limite ainsi la portée des effets merveilleux en confiant à des animaux (et non pas à une créature surnaturelle) le soin de secourir son protagoniste. On peut donc supposer que ceux-ci sont des avatars de la protectrice de Pinocchio. Bien que cette hypothèse ne puisse pas être prouvée, elle est néanmoins plausible. Dès lors on pourra se demander avec quelque raison si les animaux ne sont pas manipulés par la Fée qui, au fur et à mesure que le roman progresse, se révèle une tutrice exigeante dont les punitions sont parfois cruelles. N’oublions pas qu’elle laisse entendre que l’inconduite de Pinocchio l’a fait mourir de chagrin, et qu’elle met en scène sa mort en inscrivant son nom sur le marbre d’une tombe. Quand elle dépêche le Pigeon pour qu’il transporte le pantin au bord de la mer, c’est pour le faire assister à la disparition de Geppetto dans les flots. Autrement dit, la Fée fait croire à l’enfant qu’il est responsable du décès de ses deux parents. On se rappellera aussi que quand Pinocchio, après l’épisode du pêcheur troglodyte, se présente à la maison de la Fée, il trouve porte close et doit attendre neuf heures dans le froid81, le temps que la Limace descende du quatrième étage avec la clé. Et en guise de dîner cette dernière donne à Pinocchio des aliments aux couleurs attrayantes mais qui sont faits de carton et d’albâtre. La petite Marmotte, moins méchante, n’apporte cependant aucune consolation à Pinocchio quand il sent que ses oreilles s’allongent. Enfin, juste avant que le pantin, désormais métamorphosé en âne, ne se blesse gravement au cirque, il aperçoit, assise dans une loge, une dame élégante dans laquelle il reconnaît la Fée. Doit-on penser que celle-ci est à l’origine de sa blessure ? Il se peut que l’interprétation soit abusive. Pourtant à relier entre elles toutes les coïncidences, on peut légitimement se demander si la Fée n’est pas à l’origine des épreuves que subit son protégé et s’il n’y a pas quelque cruauté dans le cœur de celle qui s’était d’abord présentée sous les traits d’une petite sœur compatissante82.

  • 83  L’illustration de Mazzanti n’est pas tout à fait fidèle au texte. Car sur le dessin, le Requin ne (...)

30Quand Pinocchio, après avoir perdu son corps de baudet et avoir retrouvé sa forme originale nage en direction du large, il aperçoit un écueil au sommet duquel se trouve une Chevrette dont le poil étrangement bleu lui rappelle les cheveux de sa protectrice. Il va vers le rocher mais c’est à cet instant que surgit le Requin. La Chevrette qui voit la scène exhorte Pinocchio à se dépêcher, elle se penche au-dessus de l’eau en tendant une patte secourable, mais il est trop tard et le pantin est avalé83. Est-ce le hasard qui a amené le Requin dans les parages, ou est-ce la Fée qui a imaginé une ultime épreuve avant que le protagoniste ne soit récompensé ? Il n’est pas possible de répondre avec certitude à cette question. Ce qu’on peut en revanche affirmer c’est que la fée est, dans le texte, une représentation de la toute-puissance de l’auteur qui dispose à sa guise du destin de Pinocchio, tire les ficelles de sa marionnette, accélère l’action ou la retarde au gré de son imagination, fait souffrir son petit héros quand il n’obéit pas, mais, bien sûr, le sauve puisque tel est le désir des enfants lecteurs.

31Le monde des enfants est caractérisé par l’instabilité. Instabilité entre le langage et l’expérience, entre celle-ci et l’imagination, entre le dedans et le dehors. Les désirs sont projetés sur les objets qui sont ainsi animés, c’est-à-dire conçus par les enfants à leur image. Ceux-ci leur prêtent leurs sentiments, ils leur parlent de leurs aventures ou de leurs chagrins ; ce sont les animaux surtout qui bénéficient de cet anthropomorphisme (qu’ils soient réels ou sous forme de peluches) car pour les enfants ce sont des humains sous une autre forme, gentils ou méchants, affamés ou repus, embarrassants ou consolateurs. Le merveilleux de Pinocchio est fait de cette instabilité-là. Il n’y a pas de frontière nettement définie entre le pantin, les hommes et les animaux. Et c’est pourquoi le livre est aimé des enfants. Mais ces derniers ont également besoin de stabilité car un monde où les apparences peuvent changer d’un instant à l’autre est un monde angoissant. Pinocchio montre à ses petits lecteurs que la stabilité doit être recherchée du côté des parents, de l’école, de l’autorité ; qu’il faut admettre provisoirement les décrets parfois incompréhensibles et fréquemment déplaisants des adultes pour éviter les erreurs, les dangers, le mal qu’on peut se faire ou qu’on fait à autrui. Plus tard, avec la maturité, la raison fera ses choix. Mais en attendant il faut bien obéir. Et comme Collodi est un homme du XIXe siècle, il croit en la vertu du travail. Placé à peu près au centre du roman, le mythe de l’île où vivent des Abeilles industrieuses contient la morale (stable) des Aventures de Pinocchio : aucun désir ne peut être satisfait sans qu’on sache d’abord en mesurer et en payer le prix.

Haut de page

Notes

1  Édition de référence : Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, in Opere, a cura di Daniela Marcheschi, Milano, Mondadori, 1995.

2  Bruno Traversetti parle de « sorta di Bildungsroman in minore » (Bruno Traversetti, Introduzione a Collodi, Roma Bari, Laterza, 1993, p. 117).

3  Cf. Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2005, pp. 75-98 où Les aventures de Pinocchio sont définies comme « un conte à la croisée des genres ».

4  Le récit avait pour titre Storia di un burattino. Il se composait de quinze chapitres seulement. Il s’achevait donc avec la mort de Pinocchio tué par les brigands et ne comportait pas le personnage de la Fée. Sur la presse enfantine en Italie à la fin du XIXe siècle et sur le rôle de Ferdinando Martini, directeur du « Fanfulla della Domenica » cf. Mariella Colin, cit., pp. 57-59.

5  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, p. 374. « Ma l’appetito nei ragazzi cammina presto; e di fatti dopo pochi minuti l’appetito diventò fame, e la fame, dal vedere al non vedere, si convertì in una fame da lupi, una fame da tagliarsi col coltello ». Le texte reproduit dans les “Meridiani” est celui de l’édition critique établie en 1983 par Ornella Castellani Pollidori pour la Fondazione Nazionale « Carlo Collodi ».

6 Ibidem, p. 448 : « ha una boccaccia così larga e profonda che ci passerebbe comodamente tutto il treno della strada ferrata colla macchina accesa ».

7  Cette notation permet de définir approximativement la durée de l’action romanesque : un peu plus de deux ans.

8  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 512 : « […] dopo aver inghiottito me, inghiottì anche il bastimento… – Come ? Lo inghiottì tutto in un boccone ?... – domandò Pinocchio tutto meravigliato. – Tutto in un boccone: e risputò solo l’albero maestro, perché gli era rimasto fra i denti come una lisca. Per mia gran fortuna, quel bastimento era carico di carne conservata in cassette di stagno, di biscotto, ossia di pane abbrustolito, di bottiglie di vino, d’uva secca, di cacio, di caffè, di zucchero, di candele steariche e di scatole di fiammiferi di cera. Con tutta questa grazia di Dio ho potuto campare due anni [...] ». Il est évident que Collodi s’est inspiré ici du début des aventures de Robinson Crusoé qui survit lui aussi grâce aux vivres et aux semences que contiennent les cales du navire échoué.

9  Ce qui est un exemple canonique de « mise en abyme ».

10  Geppetto se comporte comme les parasites qui mangent la nourriture du corps dont ils sont les hôtes.

11  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 510 : « […] un vecchiettino tutto bianco, come se fosse di neve o di panna montata, il quale se ne stava biascicando alcuni pesciolini vivi, ma tanto vivi, che alle volte mentre li mangiava, gli scappavano perfino di bocca ».

12 Ibidem, p. 509 : « quando si nasce Tonni c’è più dignità a morir sott’acqua che sott’olio ».

13  Cf. P. Paolini, Collodi traduttore di Perrault, « Studi collodiani », Atti del 1° Convegno Internazionale, Pescia, 1974, Cassa di Risparmio di Pistoia e Pescia, 1976.

14  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio,cit., p. 390 : « […] un omone così brutto che metteva paura soltanto a guardarlo. Aveva una barbaccia nera come uno scarabocchio d’inchiostro, e tanto lunga che gli scendeva dal mento fino a terra [...] la sua bocca era larga come un forno, i suoi occhi parevano due lanterne rosse di vetro rosso, col lume acceso di dietro [...] ». On lit aussi que l’homme a « un vocione d’Orco ». L’expression « vocione d’Orco » est particulièrement significative dans la mesure où elle indique que le mot ogre n’a ici valeur que de comparaison.

15 Ibidem, p. 391 : « […] il povero Pinocchio […] divincolandosi come un’anguilla fuori dell’acqua, strillava disperatamente : – Babbo mio, salvatemi ! Non voglio morire, non voglio morire !... »

16 Ibidem, pp. 466-467 : « in mezzo a un brulichío di pesci d’ogni forma e grandezza, che scodinzolando si dibattevano come tant’anime disperate ».

17 Ibidem, p. 467.

18 Ibidem, p. 467 : « una manona così spropositata, che pareva una pala da fornai ».

19  Collodi est l’auteur de livres avec lesquels il voulait enseigner aux enfants la géographie de l’Italie : on rappellera deux titres : Il viaggio in Italia di Giannettino et La geografia di Giannettino.

20 Ibidem, p. 470 : « Allora il cane che, quando aveva fame davvero, non era avvezzo a lasciarsi posar mosche sul naso, si rivoltò ringhioso al pescatore, mostrandogli le sue terribili zanne ».

21  À noter que lorsqu’il aura été transformé en âne puis jeté à la mer pour y être noyé, Pinocchio sera dévoré par les poissons. Ainsi le squelette de bois du pantin sera-t-il délivré de la chair asinienne qui l’enveloppait. On notera encore que quand les assassins mettent le feu à l’arbre où Pinocchio s’est réfugié, ce dernier a peur « di far la fine del piccione arrosto » (Ibidem, p. 407).

22 Ibidem, p. 401. Daniela Marcheschi signale que la recette du lièvre « dolce e forte » se trouve dans La scienza in cucina e l’arte di mangiar bene d’Artusi.

23 Ibidem, p. 450 : « – E insieme col pane ti darò un bel piatto di cavolfiore condito coll’olio e coll’aceto – soggiunse la buona donna ».

24  En plus des repas il y a les thés et les goûters qui sont réservés à la classe bourgeoise. Ainsi, pour célébrer la transformation de Pinocchio en petit garçon, la Fée promet-elle de préparer une belle collation : « la Fata aveva fatto preparare dugento tazze di caffè-e-latte e quattrocento panini imburrati di sotto e di sopra. Quella giornata prometteva d’essere molto bella e molto allegra, ma … » (Ibidem, p. 476). L’argument des tartines doublement beurrées est décisif auprès des camarades de Pinocchio. Sur l’alimentation dans Pinocchio et au XIXe siècle cf. l’article très complet de Mariano Fresta, L’alimentazione in Pinocchio, Interni e dintorni del Pinocchio, atti del convegno « Folkloristi italiani del tempo del Collodi », a cura di Pietro Clemente e Mariano Fresta, Montepulciano, Editori del Grifo, 1986, pp. 133-143.

25  On pourrait citer ici le cas de Melampo, le chien de garde qui ne bronche pas quand les fouines pénètrent dans le poulailler. Il s’est en effet entendu avec elles pour qu’elles lui laissent un huitième de leur butin afin qu’il n’aboie pas.

26  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 486 : « i ciucchini galoppavano, il carro correva [...] Lucignolo russava come un ghiro ».

27 Ibidem, p. 369 : « Pinocchio andava a salti come una lepre ».

28  L’expression est utilisée trois fois. Une fois elle est rapportée à Pinocchio lorsqu’au chapitre III il s’enfuit de la maison de Geppetto (p. 369) ; une deuxième fois elle est utilisée à propos du Caniche de la Fée, quand, sur l’ordre de celle-ci, il se porte au secours de Pinocchio (« Il Can-barbone […] partì come un barbero ») (Ibidem, p. 413) ; puis la comparaison est réemployée quand Pinocchio exécute devant le public le numéro de cirque qu’il a appris (Ibidem, p. 500).

29 Ibidem, p. 430 : « [Pinocchio] correva a salti come un cane levriero ».

30 Ibidem p. 421 : « [Pinocchio] cominciò a correre come un capriolo ».

31 Ibidem, p. 469 : « Perché [Pinocchio] si divincolava come un’anguilla ».

32 Ibidem, p. 370 : Geppetto arrêté par les carabiniers « piangeva come un vitellino ».

33 Ibidem, p. 444 : « Pinocchio, essendo tutto di legno […] nuotava come un pesce ».

34 Ibidem, p. 378 : « [Pinocchio] tornò a casa bagnato come un pulcino ».

35 Ibidem, p. 394 : « Pinocchio corse subito, arrampiccandosi come uno scoiattolo […] ».

36 Ibidem, p. 450 : « Quando Pinocchio ebbe bevuto come una spugna ».

37  Cf. supra note 4. Étant donné l’importance du thème de la faim, on peut être surpris de ne pas trouver de loup dans Pinocchio si ce n’est sous la forme de deux comparaisons dont l’une au chapitre V et l’autre au chapitre XXXV où Pinocchio, racontant à Geppetto toutes ses aventures, dit que le Chat et le Renard, après qu’ils furent descendus à l’auberge, mangèrent « come lupi » (Ibidem, p 511). Comme le remarque Roberto Ferretti (Gli animali nella narrativa orale e in Pinocchio, Interni e dintorni del Pinocchio, atti del convegno « Folkloristi italiani del tempo del Collodi », cit., pp. 215-240), il n’y a pas d’animaux exotiques dans le roman de Collodi si on excepte le perroquet.

38 Ibidem, p. 492 : « – Come stai, mio caro Lucignolo ? – Benissimo : come un topo in una forma di cacio parmigiano ».

39 Ibidem, p. 506 : « [Pinocchio] rizzava le gambe fuori dell’acqua e faceva capriole e salti, come un delfino in vena di buonumore ».

40 Ibidem, p. 418 : « correre e ruzzare [...] vispo e allegro come un gallettino di primo canto ».

41 Ibidem, p. 518 : « cammineremo pian pianino come le formicole » dit Pinocchio en offrant son bras à Geppetto vieilli.

42 Ibidem, p. 524 : « La Lumaca, contro il suo costume, cominciò a correre come una lucertola nei grandi solleoni d’agosto ».

43  Être triste conviendrait mieux que pleurer puisque les animaux (sauf dans Pinocchio) gémissent mais ne pleurent pas.

44  Dans les comparaisons, c’est presque toujours l’homme qui est « animalisé ». Toutefois, dans le dernier chapitre, il est dit que le Thon pleure comme un enfant (mais il est vrai qu’il est philosophe !) (« A questo tratto di spontanea e vivissima tenerezza, il povero Tonno, che non c’era avvezzo, si sentì talmente commosso, che vergognandosi a farsi veder piangere come un bambino, ricacciò il capo sott’acqua e sparì ». Ibidem, pp. 517-518).

45  Cf. G. Genot, Analyse structurelle de Pinocchio, Pescia, Fondazione Nazionale Carlo Collodi (Quaderno della Fondazione Nazionale Carlo Collodi, n° 5), 1970.

46  Melampo, du grec Mélampous, « l’homme aux pieds noirs » parce que sa mère, lorsqu’il naquit, avait par inadvertance laissé ses pieds exposés au soleil.

47 Ibidem, p. 428 : « due can mastini vestiti da giandarmi ».

48 Ibidem, p. 431.

49  Cf. Pietro Clemente, Pinocchio e le fiabe di Perrault, « Studi collodiani » Atti del 1o Convegno Internazionale, Pescia, 1974, cit., pp. 199-214. Selon P. Clemente, il pourrait s’agir du dragon de La gatta bianca.

50  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 432 : « ridi, ridi, ridi, alla fine dallo sforzo del troppo ridere, gli si strappò una vena sul petto : e quella volta morì davvero ».

51  Cf. Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne, cit. pp. 80-82. L’auteur cite Calvino pour qui Le avventure di Pinocchio sont le seul véritable roman picaresque de la littérature italienne. Cette remarque est reprise par Nicolas Cazelles dans la préface qu’il a écrite à sa nouvelle traduction des Aventures de Pinocchio, Actes Sud, 1995.

52  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 427.

53 Ibidem, p. 424.

54  Pinocchio est lui aussi puni de sa crédulité. Non seulement parce qu’il perd les quatre pièces d’or qu’il avait imprudemment plantées dans le champ, mais parce que le juge, « uno scimmione della razza dei Gorilla » le condamne à la prison. Il s’agit bien sûr d’une parodie de justice ou, si l’on veut, d’une « singerie » : au pays des « barbagianni » où les valeurs morales sont inversées, il est logique qu’on punisse les « victimes ». Mais il y a une ambiguïté dans le texte : on peut estimer en effet, avec le Perroquet, que Pinocchio mérite d’être puni pour sa sottise et sa crédulité d’enfant.

55  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 424 : « In mezzo a questa folla di accattoni e di poveri vergognosi passavano di tanto in tanto alcune carrozze signorili con dentro qualche volpe, o qualche gazza ladra, o qualche uccellaccio di rapina ».

56  Le mot italien est « barbagianni » qui signifie tout à la fois « chat-huant » (sens propre) et personne qui se laisse berner (sens figuré).

57  Cf. Dott. Marco Venanti, L’igiene pratica della scuola, Firenze, Bemporad & Figlio, 1897. Dans la préface de son ouvrage, le docteur Venanti estime que, parmi les punitions qu’il est bon d’infliger aux mauvais élèves, le bonnet d’âne ne doit pas être négligé.

58  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 449 : « – Mi meraviglio ! – rispose il burattino quasi offeso, – per vostra regola non ho fatto mai il somaro : io non ho mai tratto il carretto !... ».

59  La nouvelle de Giovanni Verga fut publiée dans le « Fanfulla » en août 1878.

60  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 497 : « – Credi forse, mio bel ciuchino, che io ti abbia comprato unicamente per darti da bere e da mangiare ? Io ti ho comprato perché tu lavori e perché tu mi faccia guadagnare molti quattrini ».

61  Mangiafoco aussi, pour se faire obéir des marionnettes, utilise un fouet redoutable qui est fait de serpents et de queues de renard entortillés.

62  Il s’agit en fait d’un accident du travail !

63  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 502 : « – Che vuoi che mi faccia d’un somaro zoppo ? Sarebbe un mangiapane a ufo. Portalo dunque in piazza e rivendilo ».

64 Ibidem, p. 483. Dans la même page le cocher est également décrit comme « un brutto mostriciattolo che aveva una fisionomia tutta latte e miele ».

65 Ibidem, p. 496 : « E così in pochi anni aveva fatto fior di quattrini ed era diventato milionario ».

66  La troisième année, fortement recommandée, n’était pas obligatoire.

67  L’enseignement des devoirs est mentionné explicitement dans la loi Coppino.

68  La morale elle-même « aide » l’enfant à trouver une place dans la société.

69  Sur la composition très complexe de Pinocchio cf. Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne, cit. p. 65 et sv.

70  Pietro Clemente, Pinocchio e le fiabe di Perrault, cit., p. 201.

71  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, éd. cit., p. 421 : « – Ti voglio bene anch’io – disse la Fata, – e se vuoi rimanere con me, tu sarai il mio fratellino e io la tua buona sorellina ».

72 Ibidem, p. 452 : « – Ti ricordi ? Mi lasciasti bambina e ora mi ritrovi donna ; tanto donna, che potrei quasi farti da mamma ».

73 Ibidem, p. 413 : « cento pariglie di topini bianchi ».

74 Ibidem, p. 372 : « – Guai a quei ragazzi che si ribellano ai loro genitori e che abbandonano capricciosamente la casa paterna ! Non avranno mai bene in questo mondo ».

75  Elle est souvent confondue avec le ver luisant.

76  La tosse asinina est, en italien, la coqueluche.

77  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 490.

78  Tué d’un coup de marteau au chapitre IV, le Grillon réapparaît sous forme d’ombre au chapitre XIII pour avertir Pinocchio de prendre garde au Chat et au Renard. On le retrouve (vivant cette fois) au dernier chapitre du roman : il est sur une poutre de la cabane où Geppetto malade a trouvé refuge.

79  Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, cit., p. 442 : « Era più grosso di un tacchino ».

80  Il explique à Pinocchio que quand on a vraiment faim on peut tout manger y compris des vesces. Et il conclut : « La fame non ha capricci né ghiottonerie ! » (Ibidem, p. 443).

81 Ibidem, p. 475 : « Quella brava bestiola della Lumaca, a scendere dal quarto piano fino all’uscio di strada, ci aveva messo solamente nove ore. Bisogna proprio dire che avesse fatto una sudata ! »

82  Mariella Colin observe très justement que la Fée, avant d’être une protectrice, apparaît au chapitre XV comme un personnage hostile « qui a un visage blanc comme une figure de cire ». (Cf. Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne, cit., p. 68). À cette remarque nous ajouterons celle-ci : tout à la fois « bonne mère » et « mauvaise mère », la Fée, pendant deux ans, refuse de voir en Pinocchio autre chose qu’un morceau de bois. En d’autres termes, elle tarde à le reconnaître en tant que sujet. Sur le rôle maléfique de la fée dans Les Aventures de Pinocchio, cf. la préface écrite par Jean-Michel Gardair (Collodi, Les Aventures de Pinocchio, Édition de Jean-Michel Gardair, Traduction de Nathalie Castagné (1985) revue par Jean-Michel Gardair, Préface de Jean-Michel Gardair, Paris, Gallimard, 2002.

83  L’illustration de Mazzanti n’est pas tout à fait fidèle au texte. Car sur le dessin, le Requin ne va pas à la rencontre de Pinocchio, comme l’écrit Collodi, mais le surprend par derrière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°12, Arches de Noé [2], 2008.

Référence électronique

Claude Imberty, « Les animaux dans Pinocchio », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://italies.revues.org/1404 ; DOI : 10.4000/italies.1404

Haut de page

Auteur

Claude Imberty

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org