Navigation – Plan du site
L'Italie en marche. Massimo d'Azeglio et autres personnalités

L’idée de nation dans I miei ricordi de Massimo d’Azeglio

Laura Guidobaldi
p. 87-102

Résumé

L’idée de nation, d’après Massimo d’Azeglio, est directement liée aux fondements chrétiens qui accordent à tout individu et aux nations les mêmes droits naturels, qui sont la forme juste et ordonnée des associations humaines. L’indépendance et l’identité italiennes sont des conditions essentielles de vie, mais possibles seulement si les individus ont acquis une valeur morale. À ce propos, l’émancipation des Italiens constitue le principal souci de l’auteur, l’élément qu’il considérait comme le point de départ du “renouvellement” de la nation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Massimo d’Azeglio, I miei ricordi, a cura di A. M. Ghisalberti, Torino, Einaudi, 1971, 457 pages. (...)
  • 2 Ibidem, p. 136.
  • 3 Ibidem, p. 137.
  • 4  Il était contre la rapidité avec laquelle les événements qui ont porté à l’unification de l’Italie (...)
  • 5  D’Azeglio ne termina pas son ouvrage : il mourut en janvier 1866.

1Dans un passage de I miei ricordi1, Massimo d’Azeglio (1798-1866) évoque un moment d’indignation lorsqu’une Anglaise posa à l’adolescent qu’il était une question sur le concept de “patrie”. La réponse pleine d’amertume – « l’hanno forse gl’Italiani ? »2 –, résume de manière très claire la souffrance et l’humiliation d’une génération entière, écrasée par la domination étrangère en Italie. Ce sentiment d’avilissement, « questo penoso pensiero », écrit-il, « svanì quasi del tutto dal ’48 al ’59. Dal ’60 in qua s’è in parte ridestato e prende forza di nuovo sull’animo mio […] »3. Les événements survenus au début des années soixante avaient considérablement perturbé l’auteur qui les estimait prématurés pour un pays qui n’avait pas atteint sa maturité et qui ne constituait pas encore une véritable nation4. Dans son autobiographie rédigée entre 1863 et 1865 et restée inachevée5, l’optimisme et le dynamisme qui avaient précédemment caractérisé d’Azeglio, laissent place à un pessimisme aigre et polémique. On y retrouve le désir fort de se raconter, mais surtout le besoin de s’adresser aux jeunes Italiens, à ces Italiens qui auront la tâche de poursuivre l’œuvre du Risorgimento.

  • 6  Op. cit., p. XXVII.

2Massimo d’Azeglio fut un grand patriote, passionnément dévoué à son pays et, de 1845 jusqu’à la fin de sa vie, il s’engagea dans l’action des modérés. Faisant preuve d’un éclectisme absolu, il fut officier de cavalerie, peintre, romancier, soldat, écrivain politique et infatigable voyageur, rompu à tous les milieux et grand connaisseur de l’Italie. Il avait une culture d’une richesse et d’une ampleur extraordinaires, « cominciando dai sovrani sino agli assassini di strada »6, qui fut notamment à l’origine de son esprit nationaliste. Tout cela constitua une summa d’expériences qui atteignit son apogée lorsqu’il fut nommé Président du Conseil des Ministres du Royaume de Sardaigne, de 1849 à 1852, c’est-à-dire jusqu’à l’arrivée de Cavour, son successeur (plus spregiudicato et plus “politique” que lui). Il se consacra alors à son activité de peintre, tout en restant disponible pour des missions diplomatiques en Italie et à l’étranger.

  • 7  Rinaldo Rinaldi, L’impossibilità dell’esempio. Note sui “Miei Ricordi” di Massimo d’Azeglio, in At (...)

3Dès les premières pages l’ouvrage décrit la reconstruction d’une famille qui était en train de disparaître et dont l’auteur est le dernier survivant. Les événements personnels et les vicissitudes familiales y sont étroitement liés et constituent les bases du projet pédagogique de d’Azeglio. Il s’emploie, en effet, à souligner l’adéquation croissante entre son propre parcours existentiel et les voies préalablement tracées par sa famille. Sa mère et son père représentent ainsi les premiers exemples de vie morale à offrir à la nouvelle génération italienne : « […] proponendo l’esemplarità pedagogica nazionale del suo libro d’Azeglio propone infatti la continuità del modello familiare nelle fibre del politico »7. La personnalité de son père, décrite dans les chapitres I et II, était l’emblème de cette politique familiale :

  • 8  Op. cit., p. 31.

[…] noi suoi figliuoli […], per quanto siamo tutti rimasti addietro le mille miglia da nostro padre, quanto a virtù di sacrificio ed altezza di sentire, pure, se in vita nostra ci venne mai fatto d’operare cosa che fosse buona ed onorata, tutto lo dobbiamo ai suoi belli ed onorati esempi.8

  • 9  Ibidem.

4En outre, plusieurs “maîtres” dominent les pages des chapitres suivants : il s’agit de guides spirituels. Ainsi, à l’enseignement paternel il fait suivre celui de son frère Prosper, jésuite, véritable modèle de foi religieuse et de force de volonté. Plus tard, dans les années de l’adolescence, se détache l’image de l’ami Bidone qui incarne l’activisme moral et le volontarisme constructif. D’une manière générale, les personnages qui peuplent la première partie de l’autobiographie personnifient à tour de rôle la persévérance et la résistance. La deuxième partie entraîne le lecteur dans la multiplicité des relations humaines ; dans les derniers chapitres, d’Azeglio ne nous montre plus des maîtres à penser mais seulement des amis. La parabole pédagogique est achevée. Par cette démarche, l’autobiographie se présente comme un grand exemplum individuel et national : la représentation de l’enfance et l’évocation de l’éducation familiale se conjuguent pour donner une définition de la formation de d’Azeglio. En même temps, celui-ci souhaite que les jeunes Italiens, piliers de la future nation italienne, puissent se former par l’exemple de grands personnages : « Prego il lettore di venirsi ricordando degli uomini che in vita sua ha conosciuti, e vedere quanti n’ha trovati di simil tempra. […] »9. L’œuvre construit le mythe de la conquête privée et publique d’un caractère, même si elle est rédigée au cours des “années tristes”, le temps de la déception pour son auteur. I miei ricordi a été rédigé une fois la parabole risorgimentale achevée et les étapes politiques accomplies. Il en ressort une amertume vis-à-vis du présent, de la dégradation des valeurs fondamentales du Risorgimento, qui souligne la décadence des temps. Giorgio Barberi Squarotti, dans son essai consacré à l’œuvre autobiographique de d’Azeglio, écrivait :

  • 10  Giorgio Barberi Squarotti, Il palinsesto dell’autobiografia : Pellico, d’Azeglio, inAtti del conve (...)

Ciò che non ha spazio è la politica, anche ne I miei ricordi […]. La politica è rigorosamente sottomessa dal d’Azeglio a motivazioni superiori di comportamento e di pensiero, e, […] non ha possibilità di ammissioni nell’ambito della letteratura, che è il luogo dell’obiettività, dell’imparzialità, dell’ironia, […].10

5D’Azeglio efface l’autobiographie de l’“après” en supprimant l’action politique “exorcisée” à partir des années quarante. Il fait preuve d’un certain détachement à l’égard des événements, motivé par son regard a posteriori de moraliste. L’autobiographie, en revanche, veut être une leçon pour le futur, non pas un retour documentaire sur le passé, parce que justement sa fonction pédagogique tend vers la création de la conscience des Italiens à laquelle aspire l’auteur. Il faut toutefois tenir compte du caractère inachevé de l’œuvre et il n’est pas sûr que d’Azeglio aurait négligé, dans son récit, les événements politiques survenus après 1848, s’il avait survécu. On est porté à croire qu’il aurait peut-être souhaité que les lecteurs connaissent son rôle au sein du Risorgimento. Mais cela reste une supposition. Il y a, malgré tout, quelques pages consacrées aux événements de l’histoire italienne et à des considérations d’ordre politique, tout comme d’autres pages développent des théories d’ordre philosophique et religieux. On peut en déduire que l’auteur, involontairement, est tenté d’exprimer son opinion sur les gouvernements, et l’ouvrage est ainsi effleuré par un léger souffle politique. Cela dit, son autobiographie est une œuvre écrite pour l’Italie, pour les Italiens et pour leur réhabilitation morale et civique.

  • 11  Marcus De Rubris, Bisogna far gl’Italiani. Aforismi di Massimo d’Azeglio, Firenze, Vallecchi, 1925 (...)
  • 12  Ibidem.

6Pour d’Azeglio, un des principes essentiels au renouvellement du pays était la connaissance de l’Italie, connaissance qui seule pouvait apporter la compétence et l’expérience nécessaires à une amélioration. « L’Italia », disait-il, « ha sempre subito la fatalità d’esser poco studiata, e mi pare che questa fatalità ancora non cessi »11. Il connaissait fort bien son pays : aristocrate piémontais et homme aux larges horizons, il n’hésita pas à quitter son milieu et ses privilèges, à s’aventurer dans la campagne romaine pour y entreprendre la carrière de peintre, défiant ainsi toute norme sociale. Par son acte de spiemontesizzazione etpar ses voyages, il avait choisi d’être avant tout italien, devenant un grand spécialiste de Rome, de Naples, de la Sicile, de l’Italie centrale et du Nord. Une connaissance qui se développa sous toutes les formes : sociale, culturelle, ethnique, économique et politique. Au nom de cette expérience, il affirmait : « Mi lascio dar dell’asino su tutto […] ma sull’Italia no. L’ho tanto corsa studiata e rivoltata per tutti i versi, che – diavolo fello ! – non avessi proprio ad averla capita com’è ! »12.

7Un autre élément qui mérite d’être souligné est sa volonté de dire la vérité : le fil conducteur du livre est l’exigence forte d’exprimer, en toute occasion, l’état réel des choses, avec courage et sens moral.

  • 13  I miei ricordi, cit., p. 5.

Io ho sempre cercato nella mia vita politica di conoscere e seguire esclusivamente il vero ed il giusto, senza passione di parte e senza occuparmi se ciò piacesse o dispiacesse […] ; ho tanto cercato di scoprire ed applicare, quando potetti, le grandi leggi elementari che servono a fondare, mantenere e far prosperare le nazioni, senza occuparmi d’interessi, di passioncelle, di miserie volgari, […] ho speranza […] di lasciare a chi vien dopo qualche pagina che possa essere letta in circostanze ed in epoche ben diverse dalle presenti. Io vorrei, però, che queste pagine servissero […] anche all’età nostra.13

8Il s’ensuit une théorie qui constitue le point de départ de l’analyse sur la situation du pays et qui prend en considération les concepts de nation, de maturité et de sens civique d’un peuple :

  • 14 Ibidem.

L’Italia da circa mezzo secolo s’agita, si travaglia per divenire un sol popolo e farsi nazione. Ha riacquistato il suo territorio in parte. La lotta con lo straniero è portata a buon porto, ma non è questa la difficoltà maggiore. La maggiore, la vera, quella che mantiene tutto incerto […] è la lotta interna. I più pericolosi nemici d’Italia non sono i Tedeschi, sono gl’Italiani.14

  • 15  Teresa Targioni Tozzetti (1826-1880), appartenant à une illustre famille florentine de chercheurs (...)
  • 16  Marcus De Rubris, Confidenze di Massimo d’Azeglio. Dal carteggio con Teresa Targioni Tozzetti, Mil (...)
  • 17 Ibidem.
  • 18 Bisogna far gl’Italiani, cit., p. 85.
  • 19 Ibidem.
  • 20 I miei ricordi, cit., p. 6.
  • 21 Ibidem, p. 20.
  • 22 Bisogna far gl’Italiani, cit., p. 201.
  • 23  I miei ricordi, cit., p. 85.

9L’émancipation des Italiens constituait donc le principal souci de l’auteur, l’élément qu’il considérait comme le point de départ du “renouvellement” de la nation. On peut en trouver la confirmation dans une lettre adressée à Teresa Targioni Tozzetti15, dans laquelle il déclare qu’avec son dernier travail, il n’a d’autre but que de « servire all’educazione di questi Italianini in erba »16 : « Vedendo ora le cose nostre, […], mi son convinto che il primo bisogno dell’Italia è di migliorare prima di tutto gli Italiani […]. Gli Italiani grandi e grossi oramai si possono dar per ferro rotto. Ma gli Italiani piccini chi sa ? »17. Le pays, avant de se doter de députés, d’administrateurs, de financiers et de bons soldats avait d’abord besoin de former les hommes par une éducation solide. Les Italiens, d’après d’Azeglio, ont voulu créer une Italie nouvelle sans apporter de changements à leurs habitudes et à leur sens civique. L’Italie ne pouvait pas devenir une nation, avoir un ordre, être bien administrée, forte et libre à bon droit, tant que son peuple n’avait pas acquis le sentiment du devoir. Le principe du devoir, directement lié à celui du sacrifice, est fondamental selon lui pour renforcer une nation. « L’amor di patria, come ogni amor vero, è sacrificio ; non soddisfazione personale »18, écrivait d’Azeglio, en 1849 ; ensuite, en 1856 : « L’amor patrio è un dovere ; ed è precisamente l’opposto dell’amor di se stesso »19. Et enfin, dans son autobiographie il est persuadé que l’Italie, afin de devenir libre et indépendante, a besoin que « si formino Italiani che sappiano adempiere al loro dovere ; quindi che si formino alti e forti caratteri »20. Le devoir est sacrifice, il est parfois ennuyeux, méconnu et ingrat, mais indispensable car l’abnégation rend un homme fort et solide en le préparant aux difficultés de la vie. Il était essentiel de retrouver la dignité et le sentiment que l’on pouvait aspirer aux mêmes droits tout comme on était obligé d’accomplir les mêmes devoirs. Mais cette attitude n’était pas possible en Italie, car la certitude ne faisait pas partie des éléments constitutifs du caractère italien. « L’Italia », écrivait d’Azeglio, « è l’antica terra del dubbio »21, l’indécision, le chi sa se è vero constituaient depuis toujours la marque distinctive de la forma mentis italienne. Une telle habitude amenait les Italiens à se méfier de tout dogme et de toute règle. Le doute, l’indifférence et la dérision sont des traits caractéristiques dominants des Italiens, sentiments qui évoluent généralement vers le scepticisme. Le manque de connaissance, la faible prise de conscience d’un passé glorieux et l’absence de résolution entraînent une perte de force, d’ambition et de fierté dans les situations extrêmes ; ainsi, un peuple perd le respect qu’il doit imposer aux autres, et c’est l’une des raisons pour lesquelles l’Italie a toujours été une terre de conquête pour les étrangers. C’est à ce propos que d’Azeglio avait écrit, de manière dramatique, en 1848 : « Dio salvi l’Italia, non dagli stranieri, ma dagli italiani ! »22. La faiblesse de l’Italie était pour lui la conséquence d’une sorte d’apathie et du manque de fierté nationale de la part de ses citoyens. L’explication de ce phénomène réside dans le fait qu’au long des siècles, pendant que les Italiens des différentes régions s’affrontaient en raison de rivalités locales, des troupes étrangères profitaient de leurs faiblesses pour envahir les États italiens proches de leurs frontières. À cause de ces conflits internes, les conquérants étrangers trouvaient toujours un appui solide dans les différentes couches de la population locale. Ce fut le cas non seulement pour les Arabes au IXe siècle, pour les Allemands au XIIe siècle, pour les Espagnols en 1282, pour les Français en 1494, mais aussi pour Napoléon en 1796 et pour l’Autriche en 1813-1814. En effet, si les victoires de Napoléon furent possibles avec une armée aux effectifs limités, c’est en partie parce que les gouvernements italiens de l’époque étaient divisés et très affaiblis. Au lieu de se heurter à un mouvement de résistance, Napoléon pouvait même profiter d’un appui considérable de la part de beaucoup d’Italiens qui considéraient l’invasion comme une libération. Paradoxalement, plusieurs personnalités devinrent par la suite des protagonistes du Risorgimento, alors qu’elles appartenaient aux familles qui avaient acquis du pouvoir durant le règne de Napoléon. D’Azeglio associe au personnage du condottiere corse l’idée d’un « Fato al quale non si resiste »23, même s’il reconnaît qu’à la chute de son pouvoir

  • 24 Ibidem.

si perdeva un Governo che in fondo doveva, prima o poi, condurre al trionfo di quei principi che sono la vita delle società umane, per tornare ad un governo di balordi, ignoranti, pieni di fumi e di pregiudizi, […] a questo nessuno pensava allora ; e ci si fosse pur pensato, credo che tutti avremmo detto : Venga il diavolo ma fuori i Francesi !24

  • 25  Denis Mack Smith, Il Risorgimento italiano, Bari, Laterza, 1973, vol. I, p. XVI.
  • 26 Bisogna far gli Italiani, cit., p. 210.
  • 27 I miei ricordi, cit., p. 198.

10L’occupation française eut une incidence remarquable sur le patriotisme italien puisque les effets négatifs qui en découlèrent contribuèrent au développement de la conscience nationale. Des éléments qui étaient pourtant la négation même de toute conscience nationale favorisèrent aussi le processus d’unification italienne, en particulier les contrastes et les rivalités parmi les différentes entités régionales. Par exemple, l’aversion des Siciliens vis-à-vis de l’autorité napolitaine causa les insurrections de 1848 et de 1860. Sur un plan encore plus local, les hostilités entre les différentes villes conduisirent à l’affaiblissement de la cohésion régionale qui représentait un sérieux frein à la formation de l’État unitaire25. À ce propos d’Azeglio écrivait : « Dall’eccesso del concentrare nasce per necessità l’esagerazione dell’unificare ; e ambedue sono fatali nella questione dell’istruzione »26. Toutefois, si ces hétérogénéités ont favorisé d’une manière ou d’une autre l’essor de l’unité nationale du point de vue géographique, les différences restent encore bien profondes dans l’esprit des Italiens. Sur ce point, d’Azeglio rappelle : « Ricordo agli italiani che l’indipendenza di un popolo è conseguenza dell’indipendenza dei caratteri. Chi è servo di passioni municipali o di setta non si lagni d’esserlo degli stranieri ». Et encore : « L’indipendenza non vale d’averla su la lingua se non s’ha nel cuore, ed in tutto : anche nell’arte »27.

  • 28 Bisogna far gli Italiani, cit., p. 189.
  • 29 Ibidem, p. 199.

11Dans diverses parties de l’Europe on expérimentait, après 1800, la recherche de l’identité nationale au cours du processus de découverte des traditions communes, du développement des langues et des littératures. L’Italie participa à ce processus, mais au début le mouvement fut modeste puisque l’évolution d’un sentiment national dépendait de l’instruction, de la diffusion de l’information, des communications entre les différentes régions et de la reconnaissance d’une littérature qui puisse être comprise et considérée comme spécifiquement italienne non seulement par une élite mais aussi par la population tout entière. À l’exception de rares cas, le mot “Italie” ne trouvait pas encore un vaste écho dans le cœur de la population, car les impulsions locales étaient si faibles que l’aide et l’exemple étrangers furent déterminants pour l’union italienne. L’indépendance s’obtient donc par la certitude d’appartenir à la même patrie, qui n’est pas seulement la terre où une population voit le jour, mais une terre qui unit un peuple par la langue, la tradition, la culture et l’histoire. Les Italiens, aux dires de d’Azeglio, n’avaient pas la capacité de s’unir, d’affronter une épreuve et surtout de s’affranchir de la peur. Mais cette quête est réalisable si l’unanimité existe, si l’ensemble des citoyens participe d’une même nature : « Siamo nazione, siamo Italiani, siamo noi una volta in ogni cosa, in ogni genere, sotto ogni forma […] »28, il s’agit du sentiment d’être, somme toute, ex pluribus unus. Face à l’adversité il serait souhaitable que tous les groupes politiques se donnent la main au service de la même cause. L’Italie est un pays trop divisé pour faire de tout cela son drapeau : elle est déchirée par ses dappocaggini et ses misères morales. Les différences et les disparités sont des facteurs aggravants qui provoquent un déséquilibre important ; en fait « da Trapani a Susa le differenze e le varietà sono purtroppo infinite in ogni genere »29 écrivait d’Azeglio. La diversité des individus est, certes, un facteur naturel et enrichit généralement un peuple, mais pas dans un pays où la différence est profonde dans tous les domaines, déstabilisant l’uniformité et l’équilibre de la nation. Chaque citoyen doit être, au contraire, un membre d’une même collectivité tout en gardant, bien évidemment, ses propres traditions régionales et culturelles. Nous pouvons vivre avec nos petites différences, mais rester unis par l’identité italienne. En Italie, depuis des siècles, la haine se manifeste jusqu’au sein d’un même parti et les hommes n’arrivent pas à rester ensemble, qu’ils aient des ambitions communes ou un unique emblème. Toutefois l’on peut penser que cette union est si difficile qu’elle ne peut guère être organisée ou gérée. Elle existe, tout simplement. Ou alors, si un peuple n’est pas encore prêt à conquérir son unité, il serait souhaitable qu’il se consolide, qu’il sente la valeur de la tradition, qu’il acquière petit à petit la conscience d’être une seule entité.

12L’Unité devait représenter surtout un fait moral et la “création” d’un citoyen nouveau. À la suite de ce phénomène, les Italiens se trouvèrent face aux difficultés de reconstruire une nation ; d’Azeglio, tout en étant très favorable à l’unification du pays, considérait que ce phénomène avait été improvisé et qu’il aurait fallu attendre quelques années avant de projeter le pays dans une situation somme toute prématurée. L’Italie avait besoin de se consolider au prix de sacrifices, mais la génération nouvelle n’était pas encore prête à de tels changements. L’ancienne génération se trouvait confrontée au vaste problème de créer au sein de cette organisation politique naissante une société nouvelle. L’obtention de l’Unité se heurte aussi à une série de déceptions et à des problèmes auxquels on ne trouve pas de solutions. L’un de ces problèmes, parmi d’autres, est la question méridionale avec sa redistribution des terres, ses taxes, son brigandage, sa guérilla mal organisée mais capillaire et de grande ampleur. Pour ces diverses raisons, Pasquale Villari écrivait, en 1880 :

  • 30  Pasquale Villari, Lettere meridionali ed altri scritti sulla questione sociale in Italia (Firenze, (...)

[…] si la révolution avait duré un demi-siècle, à travers des aventures, des sacrifices, des défaites et des victoires, elle aurait créé une génération nouvelle, avec la grande éducation que donnent au peuple les douleurs subies par une noble cause. Mais, à notre patriotisme s’unirent les combinaisons diplomatiques, les aides étrangères, et la chance, si bien que, en peu de temps, avec peu de sacrifices, nous avons obtenu l’indépendance et l’unité politiques tant souhaitées. Et la vielle génération se trouve face au colossal problème de créer, au sein de cette nouvelle organisation politique, une société nouvelle.30

  • 31  L’Europe des nationalismes aux nations, cit., p. 10.

13Vingt ans plus tard, les soucis de d’Azeglio étaient évidemment toujours les mêmes, la situation n’ayant pas encore changé. Ses théories avaient eu, certes, des accents un peu trop caustiques et sombres, mais il eut le mérite de pressentir les difficultés auxquelles l’Italie devait faire face à la suite des événements cités ci-dessus et, notamment, la difficile quête d’une identité nationale. Les “Italiens” avaient conscience d’être un peuple très ancien ; ils avaient le sentiment d’une décadence responsable du fossé qui s’était creusé entre la gloire des origines et la situation présente, et l’impression d’exister vraiment depuis peu de temps. Les dirigeants cherchèrent une identité, alors que la réalité historique était parcourue de lignes de fracture. La classe dirigeante au pouvoir possédait une culture classique, adhérait à la monarchie et au Risorgimento unitaire. Pour réaliser cette Italie, les hommes devaient d’abord se doter d’un territoire national et ensuite organiser une vie politique pour tous31.

  • 32  I miei ricordi, cit., p. 19. D’Azeglio exprime aussi son admiration vis-à-vis du peuple anglo-saxo (...)

14Un peuple capable de mourir pour la patrie et pour la foi peut réussir la construction de son pays, alors que s’il ne possède aucune croyance et ne se sent aucune racine, il ne s’impliquera guère dans un processus de régénération nationale. La conviction, la fermeté et le courage sont, d’après l’écrivain, des caractéristiques propres aux Piémontais et, en effet, plusieurs pages de l’autobiographie évoquent le rôle du Piémont dans les enjeux de la lutte contre l’étranger. Turin demeure le lieu emblématique du mythe piémontais, de la force morale et détient le secret du rachat national : d’où son initiative de prendre la tête du mouvement d’émancipation de la péninsule. En outre, d’Azeglio ne manque pas de critiquer la classe aristocratique, surtout celle du XVIIIe siècle, considérée non pas comme tyrannique mais comme trop méprisante. Toutefois, il l’estime dynamique et rompue aux adversités, étant donné la fréquence avec laquelle elle devait affronter des guerres pour sauvegarder son territoire32. Cela prouve, pour l’auteur, que la subtilité de l’esprit ne suffit pas à former une nation, mais qu’elle doit être soutenue par la fermeté du caractère et l’inflexibilité du sens moral.

  • 33 Ibidem, pp. 32-33.

15De plus, en ce qui concerne son appartenance à la classe aristocratique, d’Azeglio déclare qu’il est « aristocratico per nascita » mais « democratico per scelta (ma, badiamo, della vera e santa e cristiana democrazia che tiene gli uomini eguali avanti alla legge politica, sociale, civile, ecc. come avanti alla legge religiosa […] »33, au point qu’il rejoint les principes de la chrétienté. Pourrait-on définir d’Azeglio comme un démocrate ? Absolument pas, sur le plan politique, étant donné son aversion pour les résolutions qu’adoptaient parfois les partis démocrates et républicains à son époque. Il était, en effet, l’adversaire des sectes et des révolutions mazziniane, qu’il considérait comme inutiles et dangereuses. Non, le concept de démocratie chez d’Azeglio est d’une ampleur beaucoup plus grande :

  • 34 Ibidem.

[…] l’Italia e l’Europa e il mondo giammai avranno riposo [...] finchè la vera democrazia non regnerà incontrastata sulle rovine de’ due privilegi, dell’antico e del nuovo […] finchè non sarà assimilata […] la persuasione non esservi né governo, né indipendenza, né libertà possibile senza la responsabilità legale d’ogni potere, d’ogni partito, d’ogni associazione, come d’ogni individuo, ridotta in fatto vero, reale, e rarissimamente, meno che si può, falsato da qualche eccezione.34

  • 35 Ibidem, p. 34.
  • 36 Ibidem, pp. 31-32, 221.

16Une idée sublime qui peut s’avérer n’être qu’une utopie ; mais le véritable sens de la démocratie de d’Azeglio est aussi perceptible dans la grande admiration et le profond respect qu’il éprouvait pour les personnes simples d’intemerata vita, « poveri, oscuri che trovano nel proprio cuore […] i germi dell’eroismo e compiono grandissimi sacrifici »35, prêtes à souffrir et à combattre pour une juste cause. À cet égard, l’auteur fait connaître à ses lecteurs le personnage de Pilade, le jardinier de son père, devenu un ami cher suite aux preuves de grande fidélité qu’il lui donna dans des moments difficiles. Les gens tels que ce montagnard sont considérés par d’Azeglio comme plus dignes d’estime que les hommes connus pour être des “grands”, ceux qui ont accompli des actes mémorables mais qui étaient dépourvus d’humanité et de charité. Il y a, chez notre auteur, un refus du “héros” en tant qu’homme représentatif et exemplaire selon la vision de l’historiographie et de la littérature, qui tendent à célébrer les chefs d’État, les empereurs et les généraux. Les grands hommes – et Pilade en est un – sont ceux qui forment une nation en faisant triompher le droit commun sur les privilèges. Citant George Washington36, d’Azeglio donne en exemple la formation de l’Amérique en tant que nation, l’Amérique des pères fondateurs et non pas, bien entendu, celle de la guerre civile. Les idéaux qui ont influencé la Révolution américaine, quinze ans avant celle des Français, étaient bien le droit commun et la démocratie. L’idée, conçue par le peuple, fut concrétisée par un petit groupe de leaders, qui devinrent les pères fondateurs. Des hommes tels que Thomas Jefferson, Benjamin Franklin et George Washington, étaient des personnalités caractérisées par une grande culture ; ils connaissaient parfaitement le grec et le latin, Platon et Aristote, Sénèque et Cicéron et, par conséquent, ils avaient clairement acquis les principes de la démocratie et ceux des droits humains et civiques. Ces hommes, soutenus par les paysans américains, ont joint leur grande force de caractère et leur charisme à leur culture, afin de mener à bien la guerre d’indépendance contre l’Angleterre. Ils la firent pour conquérir leur patrie et la Déclaration d’Indépendance matérialisa l’idée de liberté unie à celle d’égalité. Tous les hommes sont nés égaux, ils ont tous des droits incontestables, comme celui de la vie, de la recherche du bonheur et de la liberté. Le citoyen, de cette façon, est situé au centre des intérêts de la communauté entière. L’idée de nation, d’après d’Azeglio, est donc directement liée aux fondements chrétiens qui accordent à tout individu et aux nations les mêmes droits naturels, qui sont la forme juste et ordonnée des associations humaines. L’indépendance et l’identité italiennes sont des conditions essentielles de vie, mais possibles seulement si les individus ont acquis une valeur morale. La nation est une, constituée par les Italiens unis en toutes choses et surtout unis de toutes leurs forces.

  • 37  L’impossibilità dell’esempio, cit., p. 707.
  • 38  I miei ricordi, cit., p. 142.

17Dans la première partie de son autobiographie, d’Azeglio présente une conception de la famille qui contient déjà l’idée du devoir national, du contrat social, de structures politiques et de partage du pouvoir. La famille de d’Azeglio représente un petit “État” : on assiste ainsi à une « nazionalizzazione et politicizzazione del familiare »37. Il s’agit d’une partie centrée sur le “Je” et tout problème politique est rapporté aux dimensions de la vie privée et aux réactions de l’auteur. Le ton y traduit le sentiment de déception dont on a parlé au début de cette étude. Un ton qui est bien différent de celui des lettres de 1846-1847, par exemple. Ces années, en effet, sont celles des premiers essais politiques et de l’enthousiasme, les années de la propagande modérée, ce sont les années de l’optimisme triomphant. Les années de I miei ricordi sont, en revanche, celles de la solitude et de la polémique ; toutefois, même dans un moment si “noir” pour d’Azeglio, encore assombri par une série de deuils familiaux, on perçoit dans son autobiographie une ironie vive et un style vigoureux. C’est surtout dans la deuxième partie de l’ouvrage que l’on retrouve le d’Azeglio désenchanté mais brillant qui nous rappelle le peintre du séjour à Rome, dans les années vingt. Dans cette partie de son livre, il voulait projeter l’expérience du “Je” sur l’ensemble des Italiens, lui conférant une portée collective. Par ailleurs, il y raconte son séjour romain : le récit de ses divagations, ses impressions sur la vie artistique et sur les personnes rencontrées prennent le pas sur son propos initial. On sent alors le retour d’une sérénité légère : le pessimisme laisse la place à une vision agréable de sa jeunesse et de l’Italie. En effet, « la giovinezza dell’anima », écrit d’Azeglio, « è durata in me moltissimo, mentre invecchiava il corpo, e neppure ora la trovo spenta. […] ». Quant au cœur, « la speranza è l’aroma che meglio lo conserva giovane, e gli anni ne portano con sé parecchie ad ogni rinnovar di stagione »38.

Haut de page

Notes

1  Massimo d’Azeglio, I miei ricordi, a cura di A. M. Ghisalberti, Torino, Einaudi, 1971, 457 pages. Nous avons choisi cette édition en raison de sa précision ; elle est divisée en deux parties (I, 1-18 et II, 1-16).

2 Ibidem, p. 136.

3 Ibidem, p. 137.

4  Il était contre la rapidité avec laquelle les événements qui ont porté à l’unification de l’Italie s’étaient produits, un procédé jugé trop rapide et désordonné. De plus, il n’appréciait guère l’action de Mazzini et les révolutions. Le roi, le Statuto et le Parlement étaient, d’après d’Azeglio, les piliers de l’État constitutionnel sur lesquels la loi devait régner. Enfin, il n’acceptait pas l’idée que Rome devienne la future capitale, considérant ses antécédents comme incompatibles avec le XIXe siècle italien. À ce propos, je renvoie à l’ouvrage de Marziano Brignoli, Massimo d’Azeglio. Una biografia politica, Milano, Mursia, 1988, 355 pages.

5  D’Azeglio ne termina pas son ouvrage : il mourut en janvier 1866.

6  Op. cit., p. XXVII.

7  Rinaldo Rinaldi, L’impossibilità dell’esempio. Note sui “Miei Ricordi” di Massimo d’Azeglio, in Atti del convegno Piemonte e letteratura, S. Salvatore Monferrato, Regione Piemonte, 1981, vol. II, p. 707.

8  Op. cit., p. 31.

9  Ibidem.

10  Giorgio Barberi Squarotti, Il palinsesto dell’autobiografia : Pellico, d’Azeglio, inAtti del convegno Piemonte e letteratura, cit., p. 691.

11  Marcus De Rubris, Bisogna far gl’Italiani. Aforismi di Massimo d’Azeglio, Firenze, Vallecchi, 1925, p. 199.

12  Ibidem.

13  I miei ricordi, cit., p. 5.

14 Ibidem.

15  Teresa Targioni Tozzetti (1826-1880), appartenant à une illustre famille florentine de chercheurs et de médecins, femme de grande culture, amie de d’Azeglio, entretint avec ce dernier une importante correspondance épistolaire.

16  Marcus De Rubris, Confidenze di Massimo d’Azeglio. Dal carteggio con Teresa Targioni Tozzetti, Milano, Mondadori, 1930, p. 269.

17 Ibidem.

18 Bisogna far gl’Italiani, cit., p. 85.

19 Ibidem.

20 I miei ricordi, cit., p. 6.

21 Ibidem, p. 20.

22 Bisogna far gl’Italiani, cit., p. 201.

23  I miei ricordi, cit., p. 85.

24 Ibidem.

25  Denis Mack Smith, Il Risorgimento italiano, Bari, Laterza, 1973, vol. I, p. XVI.

26 Bisogna far gli Italiani, cit., p. 210.

27 I miei ricordi, cit., p. 198.

28 Bisogna far gli Italiani, cit., p. 189.

29 Ibidem, p. 199.

30  Pasquale Villari, Lettere meridionali ed altri scritti sulla questione sociale in Italia (Firenze, 1880, réed. 1978, pp. 183-184), cité par André Guillaume, Jean-Claude Lescure, Stéphane Michonneau, L’Europe des nationalismes aux nations, Paris, Sedes, 1996, pp. 9-10.

31  L’Europe des nationalismes aux nations, cit., p. 10.

32  I miei ricordi, cit., p. 19. D’Azeglio exprime aussi son admiration vis-à-vis du peuple anglo-saxon en raison de ses qualités de force morale et de détermination (p. 21).

33 Ibidem, pp. 32-33.

34 Ibidem.

35 Ibidem, p. 34.

36 Ibidem, pp. 31-32, 221.

37  L’impossibilità dell’esempio, cit., p. 707.

38  I miei ricordi, cit., p. 142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°6, Variations autour des idées de patrie, État, nation, 2002.

Référence électronique

Laura Guidobaldi, « L’idée de nation dans I miei ricordi de Massimo d’Azeglio », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/1556 ; DOI : 10.4000/italies.1556

Haut de page

Auteur

Laura Guidobaldi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org