Navigation – Plan du site
L'Italie en marche. Massimo d'Azeglio et autres personnalités

« Aux armes citoyens ! » Patriotisme et capacités militaires chez Manzoni

Michel Beynet
p. 145-164

Résumé

Si le patriotisme de Manzoni (et sa francophilie) sont fort connus, un aspect important de ce patriotisme (et de cette francophilie) semble avoir été négligé par la critique : les capacités militaires sont, pour Manzoni, une composante capitale de la nation et du patriotisme. Certes, le patriotisme de Manzoni se veut, comme toutes ses idées politiques, strictement respectueux de la morale, et donc foncièrement opposé à tout nationalisme. Mais si Manzoni est indiscutablement pacifiste, son pacifisme n’a rien d’utopique, et certaines de ses formules sur la nécessité de la force pour faire régner le droit, rappellent curieusement un certain Machiavel dont par ailleurs il rejette avec force l’amoralisme politique. L’importance capitale d’une véritable armée pour pouvoir parler de nation et de patriotisme s’exprime avec une remarquable constance dans l’œuvre de Manzoni, aussi bien dans ses œuvres en prose politico-historiques que dans ses poésies et dans ses tragédies. Manzoni est si intimement convaincu des valeurs morales qu’implique l’armée qu’il va paradoxalement jusqu’à admettre que même les guerres de conquête, injustes par définition, nécessitent des vertus civiques qui font défaut aux peuples pacifiques, en particulier au peuple italien. Mais si les traditions militaires de la France (et du Piémont) sont de toute évidence des modèles pour Manzoni, on peut à juste titre se demander si ces modèles pouvaient être transposés à l’Italie, dont l’histoire (les histoires) avai(en)t été totalement différente(s).

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Michel David, Manzoni et l’idéologie, in « Revue des Études italiennes », janvier-décembre 1986, p (...)
  • 2  Ibidem, p. 58.
  • 3  Venant d’un homme aussi mesuré que Michel David, la formule assassine qui conclut les pages qu’il (...)

1Dans le fort intéressant article qu’il consacre aux rapports de Manzoni avec la France1, Michel David se livre au difficile exercice qui consiste à passer en revue et à évaluer l’apport des principaux spécialistes manzoniens à ce problème. Dans une formule qui résume son analyse des pages que le romaniste Mario Picone a consacrées à cette question, et plus particulièrement à ce qui oppose la francophilie de Manzoni à la francophobie d’Alfieri, Michel David écrit cette phrase : « La France n’est plus l’anti-nation, mais la Nation par excellence, pour Manzoni »2. N’était-ce l’immense respect que j’éprouve à l’égard de Michel David – qui a d’ailleurs la modestie de préciser qu’il n’est pas spécialiste de Manzoni, et que les arguties de certains spécialistes essayant de soupeser le poids respectif des influences italiennes et françaises sur Manzoni, semblent agacer autant que moi-même3 – je serais tenté de dire : « certes, mais n’est-ce pas assez évident pour qu’il soit besoin de le dire ? »

2Sans vouloir le moins du monde critiquer les spécialistes de Manzoni, qui ont naturellement tendance, comme tous les spécialistes, à approfondir et nuancer indéfiniment les aspects de leur sujet qui prêtent à discussion, et en oublient d’autres moins discutables, certes, mais non moins intéressants, il me semble que le fait de n’être pas spécialiste d’un auteur représente parfois un avantage. J’ai en effet été frappé par un aspect – dont la critique ne parle guère, c’est le moins que l’on puisse dire, mais que je crois pourtant assez visible et important – de cet écrivain très chrétien et très patriote : il s’agit de la place qu’il accorde aux qualités militaires parmi les éléments constitutifs de la nation et de la patrie. Et entre autres, le fait qu’il considère la France – nation, comme chacun sait, ne manquant pas de traditions militaires, traditions qui se sont particulièrement illustrées à l’époque de Napoléon – comme la « Nation par excellence », pour reprendre les termes de Michel David.

  • 4  Ce que l’on pourrait traduire par : « Qu’il ait tort ou raison, c’est mon pays » (donc je le défen (...)

3Il suffit pour s’en convaincre de relire ce qu’il écrit dans La Rivoluzione francese del 1789 e la Rivoluzione italiana del 1859.Parmi les rares aspects positifs que Manzoni veut bien accorder à cette révolution française à ses yeux maudite, il retient deux moments où, écrit-il, « put se former et se manifester, d’une façon plus claire et plus sûre, un sentiment vraiment national ». De ces deux moments, l’un est purement politique, c’est « cette passion si vive et si puissante du bien public, qui précéda et accueillit la réunion des États généraux ». L’autre, qui intéresse davantage notre propos, c’est, nous allons le voir, ce patriotisme instinctif qui a poussé les Français à défendre leur patrie sans se poser de questions sur son bon droit, ce patriotisme qui fait dire aux Anglais : « Right or wrong, my country »4. C’est précisément ce que retient Manzoni chez

  • 5  Alessandro Manzoni, La Rivoluzione francese del 1789 e la Rivoluzione italiana del 1859, Torino, F (...)

cette si grande multitude de citoyens qui accourt aux armes [c’est moi qui souligne], sans se demander ni de qui venait l’appel, ni par qui la France était gouvernée, ni si elle était gouvernée, mais en pensant seulement que c’était la France, et qu’elle était en danger.5

  • 6  La faiblesse du sentiment d’identité nationale dans la culture italienne est l’une des conclusions (...)

4Que Manzoni, dont on sait à quel point il est persuadé que la Révolution française a été injuste et inutile, puisse considérer comme l’un de ses rares moments positifs le 11 juillet 1792, quand l’Assemblée législative déclare : « Citoyens, la patrie est en danger », voilà qui, semble-t-il, mérite de retenir l’attention de ceux qui, comme moi, s’interrogent sur la faiblesse du sentiment national italien6. Car la similitude des termes qu’il emploie montre à l’évidence que le doux Manzoni fait référence non seulement au très célèbre appel de l’Assemblée, mais aussi au non moins célèbre refrain des sanguinaires couplets qui allaient devenir, comme chacun sait, notre hymne national (en cela si différent de l’hymne national italien !), refrain que chantait le bataillon marseillais appelé à Paris et qui devait participer à l’insurrection du 10 août, suite logique de l’appel du 11 juillet.

5S’il peut sembler paradoxal d’associer au nom du très pacifiste Manzoni le refrain d’un hymne national particulièrement belliqueux, le paradoxe n’a donc rien d’une simple provocation. Et que l’on ne s’y méprenne pas : mon intention n’est pas de suggérer une nouvelle version de Manzoni, en l’accusant d’hypocrisie, de militarisme et de nationalisme larvés, d’en faire en quelque sorte une version honteuse de la fameuse alliance du trône et de l’autel. S’il m’est permis, pour être bien clair, de me situer par rapport à Manzoni, je n’éprouve aucune sympathie particulière pour ses idées politiques et religieuses, mais j’ai le plus grand respect, voire quelque admiration, pour son honnêteté intellectuelle et pour la cohérence de sa pensée, qui, jointes à l’amour passionné qu’il éprouve pour son pays, le conduisent parfois à d’inévitables contradictions, comme nous aurons l’occasion de le voir.

Un patriotisme exempt de tout nationalisme

6Que le patriotisme de Manzoni ne puisse en aucun cas être accusé de nationalisme et de militarisme, il suffit pour s’en convaincre de relire sa réponse au Misogallo d’Alfieri, réponse qu’il n’est pas inutile de citer, bien qu’elle soit très connue, précisément parce qu’elle exonère Manzoni de tout nationalisme, sans pour autant être exempte in nuce de ces contradictions dont nous venons de parler. Alfieri avait écrit :

Les haines d’une nation à l’égard d’une autre, n’étant jamais et ne pouvant être que le fruit nécessaire des préjudices reçus ou craints, ne peuvent par conséquent jamais être injustes ni basses. Au contraire, ces haines, qui sont une très précieuse partie du patrimoine, ont fait ces véritables prodiges politiques qui ensuite ont été si admirés par l’Histoire.

7À cet Alfieri qui croit pouvoir fonder le sentiment national italien sur la francophobie, Manzoni répond avec fougue :

  • 7  A. Manzoni, Osservazioni sulla morale cattolica,“Abbozzi” de l’édition 1819, in Opere inedite o ra (...)

Non [...] l’histoire ne doit pas admirer ce qui mérite d’être exécré, les luttes perpétuelles de l’homme contre l’homme. Qu’importent au monde les prodiges politiques ? Certes, le mépris de la mort, la constance d’un sentiment quand pour lui on sacrifie ce que la vie offre de plus flatteur, la concorde constante d’une société humaine dans la poursuite d’un but, alors que les intérêts partiels tendent à les séparer, sacrifier les choses les plus chères à une idée, à un engagement de solidarité, y compris de la part d’un individu qui ne peut en tirer avantage, d’un individu qui n’a d’autre récompense que le sentiment d’avoir été fidèle à cet engagement, ces choses tiennent du prodige parce que ce sont choses difficiles et rares ; mais la difficulté est-elle le but des sociétés politiques ? Et l’admiration ne doit-elle pas être réservée à ceux qui surmontent les difficultés pour une noble cause ? [....] Les préjudices réciproquement reçus ou craints produisent dans les nations la soumission ou la résistance, deux tristes fruits de l’injustice.
Mais la juste résistance élève les esprits, produit le plus noble témoignage que l’homme puisse apporter à la vérité et à la justice, celui de son propre sang [...]. La résistance est parfois un mal inévitable parce que sans elle on ne peut obtenir la justice, mais qui peut nier que ce soit un mal, qui peut nier que la justice est plus désirable quand ce n’est pas une conquête de la force, mais le consentement mutuel des deux parties ? [...] Il faut sentir et répéter que le fait d’être des hommes implique des ressemblances beaucoup plus fortes que les différences entre nations.7

8Citation particulièrement intéressante, et pas seulement pour sa très belle conclusion, mais parce que l’on y trouve ce qui fait, à mes yeux tout au moins, l’intérêt de cet aspect de Manzoni que cet article veut mettre en lumière, c’est-à-dire une honnêteté intellectuelle qui lui fait reconnaître, à la guerre que pourtant il exècre, c’est-à-dire à toute guerre, même à la guerre injuste qu’il exècre plus particulièrement – et donc aux capacités militaires – les vertus morales du sacrifice des intérêts individuels à l’intérêt général, à une idée partagée, à la fidélité à un engagement, bref, à ce qui fait l’essentiel du civisme. Bien entendu, le danger du fanatisme n’est pas loin car, l’histoire l’a montré, il n’est que trop facile de persuader les hommes qu’ils se battent pour une “noble cause”. Manzoni ne l’ignore probablement pas, mais il n’en dit rien : les contradictions sont en germe, je l’ai dit et nous y reviendrons.

9Mais les idées politiques de Manzoni (comme d’ailleurs ses idées littéraires) étant, je l’ai également dit, d’une remarquable cohérence, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur les principes de base de ces idées pour comprendre et apprécier à sa juste valeur l’importance qu’il donne aux capacités militaires dans la citoyenneté.

Justice absolue et justice relative, réalisme et utopie

10La justice étant pour Manzoni le bien suprême, il en découlait fort logiquement que l’indépendance de l’Italie était à ses yeux une nécessité absolue. Comme il le dit avec force dans un texte de 1848, l’un de ses textes les plus directement politiques :

  • 8  A. Manzoni, Lettre à « La Concordia », Turin, 13 septembre 1848.

Je sais qu’il y a des gens habiles qui connaissent le monde, qui se mettent à rire de compassion quand en politique on parle de justice [...]. Malheureusement, à certaines époques, et peut-être à toutes les époques, certaines injustices semblent si naturelles qu’il ne vient même pas à l’esprit de ceux qui en profitent comme de ceux qui en souffrent qu’elles doivent cesser. Mais il vient un moment où telle ou telle injustice semble si clairement injuste, qu’elle ne peut résister contre le refus de tous les esprits, contre la réprobation de toutes les âmes, elle devient à la fois odieuse et ridicule et (que les habiles me pardonnent si je leur renvoie le mot qu’ils emploient comme la plus terrible des injures), elle devient une utopie. Or la domination de l’Autriche sur l’Italie est l’une de ces injustices pour lesquelles le moment est venu.8

11Que le très chrétien Manzoni donne à la notion de justice, et donc, dans le contexte de l’époque, à la notion d’indépendance nationale, la toute première place, n’a rien pour nous surprendre. La citation que nous venons de faire le situe bien évidemment aux antipodes de Machiavel, ou tout au moins, du Machiavel qui, dans Le Prince, affirme l’autonomie de la politique par rapport à l’éthique. Qu’il me soit encore permis de faire une citation très connue :

  • 9  A. Manzoni, Osservazioni sulla morale cattolica, cit., Chapitre III, Appendice. Le linguiste Georg (...)

Parmi les écrivains qui prirent l’utilité pour norme suprême de leur jugement en matière politique, Machiavel eut le triste privilège de donner son nom, en plus d’une langue, à une telle doctrine, et même à une seule et particulière application de celle-ci ; car les mots dérivés de ce nom furent destinés à signifier exclusivement l’usage de la perfidie et, au besoin, de la cruauté, afin de procurer l’utilité ou d’un ou de quelques-uns ou de beaucoup.9

  • 10  A. Manzoni, I Longobardi in Italia, Torino, Fogola, 1984, p. 125.

12Mais refuser le cynisme ne veut pas dire tomber dans l’utopie. Si Manzoni est intimement convaincu du caractère absolu de l’exigence de justice, il est tout aussi convaincu du caractère nécessairement relatif de la justice humaine : « la justice absolue [...] n’existe pas dans les affaires humaines »10, affirme-t-il par ailleurs.Et par conséquent Manzoni, le très chrétien et très pascalien Manzoni, justement parce qu’il est intimement convaincu de la faiblesse de l’homme, jouet de ses passions, est tout aussi intimement convaincu de la nécessité d’une force contraignante pour pouvoir obtenir cette justice relative, la seule à laquelle l’on puisse (et l’on doive) prétendre. Et donc, paradoxalement, Manzoni ne se trouve pas si éloigné qu’on pourrait le croire – malgré la citation que nous venons de faire – de Machiavel, du Machiavel qui, dans les Discours, se moque de Savonarole, « prophète désarmé », ainsi que du Machiavel si justement méfiant envers les armées de mercenaires. Comme le montre (jusque dans l’amère ironie de sa conclusion) cette autre citation extraite de I Longobardi in Italia :

  • 11  Ibidem, pp. 118-119. Dans son intéressante contribution au numéro spécial de la « Revue des Études (...)

Les nations de l’Empire romain étaient depuis longtemps démunies d’institutions militaires et de milices ; les forces armées étaient presque entièrement composées de barbares, et quand ceux-ci s’aperçurent qu’étant forts et armés, ils pouvaient être les maîtres, alors l’Empire se trouva, d’un même fait, exposé aux offenses et privé de défenses. Le caractère et la conduite des empereurs et des gouvernements étaient faibles comme l’État ; et il était normal qu’il en soit ainsi ; car une haute et permanente force morale privée de forces matérielles est un prodige aussi rare qu’inutile.11

13On voit donc que Manzoni est parfaitement convaincu de la nécessité d’une force contraignante pour faire régner la justice à laquelle tout homme a droit, et si l’indépendance nationale est bien la plus élémentaire justice pour un citoyen, l’armée est nécessairement le garant de cette justice élémentaire.

  • 12  Alessandro Manzoni, La Rivoluzione ..., cit., p. 111.

14L’indépendance étant pour Manzoni, nous l’avons dit, « ce suprême, j’aimerais pouvoir dire ce suprêmissime bien politique »12, il en découle tout naturellement pour lui que l’unité est la condition sine qua non de l’indépendance. Ce que dit fort clairement le célèbre vers du Proclama di Rimini :

Liberi non sarem, se non siam uni.

15À ce vers semblent faire écho les vers de Marzo 1821 qui précisent le sens que donne Manzoni à cette nécessaire unité :

Una gente che libera tutta,
O fia serva tra l’Alpe ed il mare ;
Una d’arme, di lingua, d’altare
Di memorie, di sangue e di cor

16Vers qui, malgré leur clarté, méritent un commentaire. On ne peut en effet exclure que les conditions de l’unité soient énumérées dans le désordre, ou du moins, dans un ordre inspiré par des considérations purement esthétiques. Mais sachant à quel point Manzoni est un esprit rationnel, qui met le « santo vero » au-dessus de toute autre considération, on est bien obligé de penser que ce n’est pas un hasard si, parmi les conditions de l’unité, il met l’armée au tout premier rang, avant même la langue, à laquelle, on le sait, il était tout particulièrement (et à juste titre) attaché. Arrêtons là l’explication, les autres conditions de l’unité n’intéressant pas notre propos, et étant d’ailleurs beaucoup plus discutables, même à l’époque de Manzoni. Je pense, entre autres, à l’unité de religion, dont précisément le modèle français aurait dû montrer à Manzoni qu’elle pouvait conduire à une guerre civile, si elle était imposée par la force. Mais ce danger, il est vrai, n’existait guère pour l’Italie.

17Cette première place que Manzoni attribue aux capacités militaires est, bien entendu, confirmée par plusieurs autres textes, aussi bien littéraires que proprement politiques. Revenons tout d’abord au Proclama di Rimini de 1815 que nous avons déjà cité : l’invocation à la Rome antique fait bien évidemment partie des figures obligées d’un poème patriotique. Mais il n’est pas indifférent de noter que Rome y est définie comme « Questa antica gentil donna pugnace ». Nous verrons que cet adjectif « pugnace », de même que « battagliero » et « belligero », que l’on peut traduire tous trois par « combatif », apparaissent en diverses occasions dans l’œuvre de Manzoni, et toujours avec une connotation positive.

  • 13  Un historien aussi averti que Marc Bloch avoue être surpris de constater l’absence de véritable ép (...)

18Inversement, si dans Marzo 1821 que nous avons également cité, les vers où Manzoni exalte ceux qui combattent pour l’indépendance de l’Italie ne sont pas très convaincants (la veine épique ne sied guère à Manzoni, et l’on sait que les “révolutions” de 1821 n’avaient pas remué les foules)13, il nous semble en revanche plus intéressant de noter les accents de mépris qu’a Manzoni pour une Italie qui ne serait pas capable, comme cela a malheureusement été le cas, de conquérir par les armes son indépendance :

  • 14  Alessandro Manzoni, Marzo 1821, vv. 93-96, in Poesie e tragedie, Brescia, La Scuola, 1981, p. 302.

O risorta per voi la vedremo
Al convito dei popoli assisa,
O più serva, più vil, più derisa,
Sotto l’orrida verga starà.14

19Ce ton de mépris pour un peuple incapable de se battre pour son indépendance, ton assez rare chez Manzoni, nous le retrouvons dans la tragédie Adelchi :

  • 15  A. Manzoni, Adelchi, chœur de l’Acte III, in Poesie e tragedie, cit., p. 645.

Tornate alle vostre superbe ruine,
All’opere imbelli dell’arse officine,
Ai solchi bagnati di servo sudor.15

  • 16  Si j’évoque plusieurs fois Machiavel à propos de Manzoni, c’est paradoxalement à Mazzini – qui, no (...)
  • 17  Alessandro Manzoni, Adelchi,cit., v. 31 et v. 55.

20Il est tout à fait évident que pour Manzoni, un peuple « imbelle » est un peuple esclave, et il faut souligner le courage que supposait le fait de qualifier de « servo » un pays si fier, à juste titre, de son passé. Tout aussi évident le mépris de Manzoni pour un peuple qui croit naïvement (ou paresseusement) que le salut peut venir d’un peuple étranger16, qui, lui, est combatif, ce qui suppose, même s’il s’agit d’une guerre de conquête, et donc d’une guerre injuste par définition, une capacité certaine à accepter de nombreux sacrifices. Sacrifices que Manzoni énumère dans les vers qui précèdent ceux que j’ai cités, non sans admiration pour les envahisseurs qui ont consenti ces sacrifices, et qu’il appelle d’ailleurs : « Quei forti »17, ces hommes courageux.

21C’est presque le même ton d’ironie méprisante que l’on retrouve dans un texte plus proprement politique, la première ébauche de son introduction à La Rivoluzione francese del 1789 e la Rivoluzione italiana del 1859 : la condition de l’Italie avant l’indépendance, écrivait Manzoni,

  • 18  Id., Introductionà La Rivoluzione francese,première ébauche, in Dell’indipendenza d’Italia, Milano (...)

était un état de fait pour lequel un Italien devait faire un raisonnement pour faire comprendre aux autres et à lui-même que, en un certain sens, il avait une patrie lui aussi, sauf à ne pas savoir que répondre si on lui demandait : et quels moyens avez-vous pour la défendre, cette patrie ? Aucune nation, en fait, n’a dû, autant que l’Italie, éprouver pour elle-même et montrer aux autres, que l’un des moyens les plus sûrs pour avoir souvent la guerre chez soi, est de ne pas être capable de la faire.18

22La vérité oblige à dire que, si dans l’édition “définitive” de La Rivoluzione...l’idée selon laquelle sans armée il n’y a pas de vraie patrie, reste identique, l’expression perd toute ironie, et donc beaucoup de sa force :

  • 19  Ibidem, p. 33.

La souveraineté dont ils [les gouvernements de l’Italie pas encore unifiée] avaient les avantages, avaient-ils la force nécessaire pour remplir l’un des premiers et des plus stricts devoirs, celui d’assurer à ceux qu’ils gouvernaient ces deux biens suprêmes de toute société civilisée, la sécurité et la dignité pour résister aux ambitions et aux cupidités des potentats étrangers ; pour pouvoir dire, en cas de besoin : ‘Qui ne veut pas la paix aura la guerre’.19

23On peut trouver un autre exemple tout aussi évident de l’estime qu’éprouve Manzoni pour les peuples qui savent se battre dans Il conte di Carmagnola. On sait que dans cette tragédie, Manzoni a tenté de faire de ce condottiero, d’abord au service de Milan, puis de Venise, et soupçonné de trahison par celle-ci, puis exécuté, une victime innocente de la raison d’État. Or, au Doge venu l’arrêter, Carmagnola rappelle qu’il n’est pas vénitien, mais piémontais :

  • 20  Id., Il conte di Carmagnola , Acte V, scène I, vv. 120-126.

Or sono
In vostra forza, è ver ; ma vi sovvenga
Ch’io non ci nacqui, che tra gente io nacqui
Belligera, concorde : usa gran tempo
A guardar come sua questa qualunque
Gloria d’un suo concittadin non fia
Che straniera all’oltraggio ella si tenga.20

24Si les sentiments patriotiques que Manzoni prête à Carmagnola semblent relever d’une générosité quelque peu naïve, il n’est cependant pas sans intérêt de noter les vertus qu’il attribue par sa bouche au belliqueux Piémont : l’unité et la solidarité envers ses citoyens, que ceux-ci se couvrent de gloire ou qu’ils subissent un revers. On sait que c’est en grande partie la présence d’une tradition militaire, qu’il était le seul État italien à avoir, qui légitime aux yeux de Manzoni son rôle dans le processus d’indépendance et d’unification de l’Italie. Le Piémont, cette petite partie de l’Italie, écrit-il,

  • 21  Id., Dell’indipendenza d’Italia..., cit., p. 5.

était en effet la seule à laquelle pouvait convenir le nom d’État, et s’appliquer le concept d’une force, plus ou moins grande, mais réelle, qui lui est attaché [...]. C’était le seul, parmi ces États, qui avait une vie propre, une politique à lui, le seul où le courage italien fût armé et discipliné, de génération en génération, en une véritable armée.21

25Ce qui ne manque pas de mettre quelque peu dans l’embarras Manzoni, qui, bien entendu, n’ignore pas qu’au cours de l’histoire, jusques et y compris pendant les guerres de libération nationale, le Piémont a pratiqué une politique constante visant son propre intérêt, qui ne coïncidait pas toujours, et pour cause, avec l’intérêt supérieur d’une Italie qui n’existait pas encore. La citation que je vais faire (et qui est simplement la suite de la précédente), me semble manifester cet embarras (et me fait irrésistiblement penser à l’embarras que, selon Manzoni, éprouvait un Italien d’avant l’unité « pour faire comprendre aux autres et à lui-même que, en un certain sens, il avait une patrie lui aussi »). Le Piémont était donc pour Manzoni, le seul État qui ait pu

  • 22 Ibidem, pp. 5-6.

agrandir son territoire, sous le gouvernement d’une maison italienne depuis des siècles, non cadette, ni créature de potentats étrangers, fameuse par sa tradition de courage et de constance, et même, si l’on veut, d’ambition, mais d’une ambition doublement bénéfique, parce que, avec ses nouvelles acquisitions, elle faisait participer un plus grand nombre d’Italiens à son indépendance, et en même temps, augmentait la seule force que l’on pouvait appeler italienne.22

26On m’accordera sans doute qu’à partir du moment où Manzoni parle de l’ambition “doublement bénéfique” du Piémont, son raisonnement devient nettement moins convaincant, pour ne pas dire spécieux. Mais ce n’est qu’un exemple parmi d’autres de ce que nous avons déjà remarqué à plusieurs reprises : Manzoni est tellement persuadé de l’importance des vertus militaires comme composantes de l’unité nationale qu’il accepte parfois d’être en contradiction avec ses propres principes (et d’accord avec Alfieri !) en reconnaissant que même les guerres injustes renforcent le sentiment d’identité nationale. Ce qu’il dit d’ailleurs fort explicitement dans I Longobardi in Italia :

  • 23  Id., I Longobardi in Italia, cit., p. 75.

L’une des choses qui d’une multitude d’hommes font une seule république est certainement la communauté des défenses et des offenses [c’est moi qui souligne], l’unité des rapports d’amitié et de guerre envers les populations gouvernées par un autre pouvoir.23

27Il est ici parfaitement clair que pour Manzoni une nation existe d’abord en s’opposant, on serait presque tenté de dire, n’existe qu’en s’opposant. On serait d’autant plus enclin à le croire, que dans le même ouvrage, Manzoni pousse jusqu’au paradoxe cette idée potentiellement dangereuse, il faut bien le reconnaître, et plutôt surprenante de sa part, selon laquelle, même injuste, la guerre, voire ce genre particulièrement immoral de guerre d’un groupe contre la société qu’est le crime organisé, implique des vertus morales :

  • 24  Ibidem, pp. 118-119.

Il y a des circonstances où, pour maintenir l’injustice, sont nécessaires quelques-unes de ces dispositions d’esprit qui sont généralement considérées comme des vertus. Depuis la république de Sparte jusqu’aux associations de délinquants, toutes les sociétés qui ont voulu jouir de certains biens ou de certains avantages aux dépens de l’ensemble des hommes n’ont pu maintenir parmi leurs membres les liens nécessaires, qu’au moyen du sacrifice des passions privées [...]. Être injuste envers tout le genre humain n’est permis à personne ; et sans un peu de vertu, on ne peut rien faire, en ce monde.24

28Manzoni pousse donc jusqu’au paradoxe l’une de ses idées les plus constantes. Paradoxe dangereux, certes, mais il convient de relativiser : il est bien évident, je crois l’avoir suffisamment montré, que Manzoni ne justifie aucunement l’injustice sous prétexte que même des buts injustes peuvent nécessiter quelques vertus.

Cohérence et contradictions de Manzoni

  • 25  L’exemple le plus connu de ces impasses étant, bien entendu, la contradiction entre vérité et fict (...)
  • 26  Lettre à Gaetano Giudici, in Alessandro Manzoni, Lettere, Milano Rizzoli, 1985, p. 184.

29En donnant pour titre à mon article le début du refrain de La Marseillaise, je n’ignore pas que j’étais quelque peu provocant. Mais, je crois l’avoir montré, il ne s’agissait nullement d’une provocation gratuite. Je voulais à la fois dire que le modèle français allait bien au-delà de l’influence culturelle, certes fort importante, à laquelle semblent exclusivement s’intéresser les spécialistes, et montrer que Manzoni, certes l’un des esprits les plus cohérents qui soient, n’est pas à l’abri des contradictions. Je dirais même, n’était-ce la crainte d’énoncer un autre paradoxe, que ce sont ces contradictions qui font souvent l’intérêt de Manzoni, car ce sont les signes de son honnêteté intellectuelle, d’une volonté de cohérence qui peut aller jusqu’à l’impasse25, d’autant plus qu’en la matière, raison et passion sont inextricablement mêlées. Manzoni était d’ailleurs souvent le premier à reconnaître ces contradictions. Ainsi lorsque, à propos du Conte di Carmagnola, tragédie dont ce n’est pas une injure à son égard que de dire qu’elle manque singulièrement de souffle épique, il écrit : « Le chœur était évidemment fait dans l’intention de rendre méprisable cette guerre à laquelle je voulais pourtant intéresser le lecteur : y a-t-il contradiction entre ces deux intentions ? »26.Il y a contradiction, c’est certain, de même qu’il y avait contradiction dans le fait que Manzoni n’ait pu trouver dans l’histoire de l’Italie d’autre héros militaire qu’un condottiero qui ne méritait peut-être pas d’être condamné à mort par Venise pour trahison, mais qui, comme tout condottiero, méritait très probablement d’être soupçonné, puisque peu de temps avant, il avait servi ceux-là mêmes qu’il combattait.

  • 27  Id, Lettre à Lamartine du 6 avril 1848.

30Car si l’Italie n’a pas eu l’exclusivité des soldats mercenaires, force est de constater que les quelques soldats qui avaient mérité d’avoir leurs statues sur les places d’Italie étaient presque tous des condottieri, qui vendaient leurs capacités militaires au plus offrant, ce qui n’avait évidemment rien à voir avec les vertus de fidélité à un idéal et de sacrifice des intérêts individuels à l’intérêt général que Manzoni attribue au soldat. S’il est vrai, en effet, que pour Manzoni la France est « la Nation par excellence », l’Italie n’est pas la France, car, comme chacun sait, l’histoire de l’Italie et celle de la France, si elles se sont souvent rencontrées, n’ont à peu près rien de commun. Quand, répondant à Lamartine qui avait cru devoir faire l’éloge de la diversité italienne devant des patriotes italiens, Manzoni affirme : « il n’y a pas plus de différence entre l’homme des Alpes et celui de Palerme, qu’entre l’homme des bords du Rhin et celui des Pyrénées »27, on est malheureusement tenté de dire que Manzoni, se laissant emporter par sa passion patriotique, prend ses désirs pour la réalité. Manzoni oublie en effet, ou feint d’oublier, que la France s’est constituée au cours des siècles par une histoire commune autour d’une monarchie centralisatrice. Or, qu’y avait-il eu de commun au cours des siècles entre l’histoire du Piémont et celle de la Sicile ? Ce que Manzoni reconnaît d’ailleurs implicitement, lorsque, à tort ou à raison, il refuse la solution fédérale pour l’unité italienne :

  • 28  Id, Dell’indipendenza d’Italia, cit., p. 26.

Les volontés sont facilement et presque inévitablement divisées quand peuvent s’opposer les desseins. Et il ne faut pas s’étonner si les intérêts, les ambitions, les soupçons, qui rendent souvent les nations ennemies entre elles, règnent parmi les différentes parties d’une même nation, si ces parties forment comme autant de nations.28

31Cette nécessité pour un pays d’avoir eu une histoire commune pour pouvoir être une nation, nécessité qu’il ne reconnaît qu’à demi quand il s’agit de la forme à donner à l’État italien, Manzoni la reconnaît entièrement lorsqu’il s’agit de la langue italienne. Et là encore, comme par hasard, c’est la France qui sert de modèle, un modèle, Manzoni le reconnaît implicitement, que l’Italie ne peut malheureusement imiter :

  • 29  Id, notes sur l’unité de la langue italienne in : Il mestiere guasto delle lettere, a cura di G. V (...)

La France où, plus ou moins explicitement, mais par un concours de circonstances, la langue de Paris est reconnue comme la langue de la nation : coutume qui remonte à l’accession au trône d’Hugues Capet, vers la fin du Xe siècle, et qui était déjà consolidée et répandue au XIIe siècle, c’est-à-dire longtemps avant que chez nous, on commence à discuter sur notre cas.29

32Et si la langue de Paris a été reconnue comme langue de la nation, il est bien évident que la force y est pour beaucoup, ce que là encore Manzoni reconnaît :

  • 30  Ibidem, p. 213.

Car c’est justement un fait qu’il ne faut pas oublier : le fait qu’il n’y a pas eu en Italie une capitale qui ait pu en quelque sorte forcer [c’est moi qui souligne] les différentes provinces à adopter son idiome.30

33Toutes les réflexions de Manzoni sur la langue, si intéressantes soient-elles, ne valaient rien, ou presque, s’il n’y avait pas un gouvernement assez fort et assez convaincu de l’importance d’avoir une langue commune pour l’imposer, comme les rois de France et les diverses républiques, depuis l’Édit de Villers-Cotterêt jusqu’à Jules Ferry, l’avaient fait pour imposer le français. C’est très probablement la raison pour laquelle Manzoni a détruit la plus grande partie de ses écrits en la matière.

34Et si Manzoni était certainement sincère quand il parlait avec mépris dans Adelchi d’un peuple incapable de se battre pour son indépendance, il était tout aussi sincère quand il faisait dire à Adelchi, au dernier acte de la tragédie :

  • 31  Id, Adelchi, Acte V, scène VIII, in Poesie e tragedie, cit., p. 729.

Godi che re non sei ; godi che chiusa
All’oprar t’è ogni via : loco a gentile
Ad innocente opra non v’è : non resta
Che far torto o patirlo. Una feroce
Forza il mondo possiede, e fa nomarsi
Dritto.31

  • 32  Arnaldo di Benedetto, Manzoni : lo scetticismo e la forza, in « Revue des Études italiennes », Jan (...)

35Il faut, bien sûr, remettre cette citation dans son contexte : Adelchi vaincu et mourant n’est pas exactement le porte-parole de Manzoni. Il n’en reste pas moins que ces vers ne sont évidemment pas une incitation à lutter pour la justice relative à laquelle peuvent et doivent aspirer tous les hommes, mais une incitation à la renonciation, ce qui à l’évidence est en contradiction avec la citation du chœur d’Adelchi que j’ai faite au début de cet article. Et ce qui correspond parfaitement à l’une des critiques majeures que fait Machiavel au christianisme, c’est-à-dire, d’inciter à la renonciation au profit de la contemplation. Comme pour Il conte di Carmagnola, Manzoni aurait pu à bon droit se demander à propos de Adelchi s’il pouvait intéresser le lecteur à un pouvoir politique et à la capacité militaire qui lui est fatalement liée, tout en suggérant, par la bouche de son héros, qu’en définitive il est préférable de renoncer à un pouvoir injuste par définition. Et Arnaldo Di Benedetto a tout à fait raison d’écrire : « Il n’y a pas une ombre d’espoir en ce monde dans les tragédies de Manzoni »32.

Conclusion

  • 33  Si tant est que ces capacités militaires n’aient pas, elles aussi, relevé du “wishful thinking”, c (...)

36Je l’ai souvent dit, Manzoni n’est pas exempt de contradictions qui sont d’honnêtes contradictions en ce sens, entre autres, que le modèle français qui lui tient tellement à cœur ne pouvait bien évidemment être transposé à l’Italie. Si Manzoni a donc eu le courage de dire très clairement, je crois l’avoir montré, qu’une armée forte était l’une des bases de l’Italie indépendante, il ne pouvait ignorer que les traditions militaires du Piémont33 ne pouvaient s’étendre par un coup de baguette magique au reste de l’Italie. Il avait en outre une conscience aiguë du fait que force et justice sont difficilement compatibles, comme sont difficilement compatibles politique et vérité. C’est sans doute pourquoi Manzoni, qui s’est beaucoup intéressé à la politique, est resté ce que Raymond Aron appelle un spectateur engagé, ce qui est d’ailleurs à mon sens le rôle d’un intellectuel. C’est aussi sans doute pourquoi les spécialistes de Manzoni se sont bien davantage intéressés à ses idées religieuses qu’à ses idées politiques, et ils n’ont pas tout à fait tort, bien que les deux soient intimement liées. Car si Manzoni a eu le courage de dire que sans armée, il n’y a pas de patrie, il reste vrai qu’il était trop profondément imprégné de christianisme pour être très convaincant lorsque, dans ses tragédies, il mettait en scène la guerre. Il n’en reste pas moins qu’il a eu le courage, remarquable pour un chrétien et, plus généralement, pour un intellectuel humaniste, de dire clairement que la capacité à faire la guerre est l’un des éléments essentiels de la patrie et qu’un vrai patriote ne saurait l’ignorer.

Haut de page

Notes

1  Michel David, Manzoni et l’idéologie, in « Revue des Études italiennes », janvier-décembre 1986, pp. 42-76.

2  Ibidem, p. 58.

3  Venant d’un homme aussi mesuré que Michel David, la formule assassine qui conclut les pages qu’il consacre à l’apport de Bruna Fazio Almayer (p. 42 de l’article cité) me semble traduire parfaitement cet agacement.

4  Ce que l’on pourrait traduire par : « Qu’il ait tort ou raison, c’est mon pays » (donc je le défends).

5  Alessandro Manzoni, La Rivoluzione francese del 1789 e la Rivoluzione italiana del 1859, Torino, Fogola, 1990, pp. 39-40.

6  La faiblesse du sentiment d’identité nationale dans la culture italienne est l’une des conclusions auxquelles aboutit ma thèse : L’image de l’Amérique dans la culture italienne de l’entre-deux-guerres, Université de Provence, 1990, p. 1149. Si je recommençais aujourd’hui cette thèse, je développerais sensiblement cette conclusion.

7  A. Manzoni, Osservazioni sulla morale cattolica,“Abbozzi” de l’édition 1819, in Opere inedite o rare, Milano, Richiedi, 1885, pp. 366-370.

8  A. Manzoni, Lettre à « La Concordia », Turin, 13 septembre 1848.

9  A. Manzoni, Osservazioni sulla morale cattolica, cit., Chapitre III, Appendice. Le linguiste Georges Mounin observe curieusement (in Machiavel, Paris, Seuil, 1966, p. 171) que c’est la seule fois que Manzoni cite le nom de Machiavel, comme s’il avait honte de le nommer !

10  A. Manzoni, I Longobardi in Italia, Torino, Fogola, 1984, p. 125.

11  Ibidem, pp. 118-119. Dans son intéressante contribution au numéro spécial de la « Revue des Études italiennes » déjà cité, Arnaldo Di Benedetto écrit : « Emerge in Pascal ed emerge in Manzoni quella concezione pessimistica della società e dell’esercizio del potere che chiamerei, con consapevole paradosso, machiavellismo cristiano ». Et à l’appui de ce paradoxe, il cite lui aussi les deux dernières lignes, les plus machiavéliennes, de la citation que je fais moi-même.

12  Alessandro Manzoni, La Rivoluzione ..., cit., p. 111.

13  Un historien aussi averti que Marc Bloch avoue être surpris de constater l’absence de véritable épopée en Italie : « Plus singulier est le cas de l’Italie. Elle n’eut pas, elle semble ne jamais avoir eu d’épopée autochtone. Pourquoi ? » (Marc Bloch, La société féodale,Paris, Albin Michel, 1989, p. 155). La surprise de Marc Bloch semble révélatrice du fait qu’un historien français, si averti soit-il, tend à assimiler l’Italie aux autres nations d’Europe. Or, ce qui fait la spécificité de l’Italie, c’est que ce pays (exception faite du Piémont) n’a jamais eu de véritable société féodale, c’est-à-dire de société où la classe des seigneurs avait la guerre comme origine et comme raison d’être. Quels hauts faits d’armes pouvait exalter un pays qui, depuis la chute de l’Empire romain, n’avait connu que des invasions ? C’est d’ailleurs ce que sous-entend l’explication que suggère Marc Bloch : « Si le goût du passé n’y fit pas naître de chants, ne serait-ce point parce qu’il trouvait une satisfaction suffisante dans la lecture des chroniques latines ? ».

14  Alessandro Manzoni, Marzo 1821, vv. 93-96, in Poesie e tragedie, Brescia, La Scuola, 1981, p. 302.

15  A. Manzoni, Adelchi, chœur de l’Acte III, in Poesie e tragedie, cit., p. 645.

16  Si j’évoque plusieurs fois Machiavel à propos de Manzoni, c’est paradoxalement à Mazzini – qui, non sans quelque naïveté lui aussi, mais non sans quelque raison, pensait que l’Italie devait conquérir son indépendance par ses seules forces – que Manzoni fait penser ici.

17  Alessandro Manzoni, Adelchi,cit., v. 31 et v. 55.

18  Id., Introductionà La Rivoluzione francese,première ébauche, in Dell’indipendenza d’Italia, Milano, Casa di Manzoni, 1947, pp. 90-91.

19  Ibidem, p. 33.

20  Id., Il conte di Carmagnola , Acte V, scène I, vv. 120-126.

21  Id., Dell’indipendenza d’Italia..., cit., p. 5.

22 Ibidem, pp. 5-6.

23  Id., I Longobardi in Italia, cit., p. 75.

24  Ibidem, pp. 118-119.

25  L’exemple le plus connu de ces impasses étant, bien entendu, la contradiction entre vérité et fiction, qui selon certains critiques, expliquerait l’incapacité de Manzoni à écrire un autre roman que ses Promessi sposi. Je ne rejette pas cette explication, mais on est en droit de penser qu’une analyse plus approfondie ou un problème mieux posé lui auraient peut-être permis de surmonter ces contradictions. Quoi qu’il en soit, et pour s’en tenir à l’armée, l’intérêt de ces contradictions est moral plus qu’intellectuel : bien qu’il s’efforce constamment d’être rationnel, Manzoni ne peut s’empêcher – et on ne saurait le lui reprocher – d’éprouver pour l’Italie des sentiments passionnels.

26  Lettre à Gaetano Giudici, in Alessandro Manzoni, Lettere, Milano Rizzoli, 1985, p. 184.

27  Id, Lettre à Lamartine du 6 avril 1848.

28  Id, Dell’indipendenza d’Italia, cit., p. 26.

29  Id, notes sur l’unité de la langue italienne in : Il mestiere guasto delle lettere, a cura di G. Vigorelli, Milano, Rizzoli, 1985, p. 212.

30  Ibidem, p. 213.

31  Id, Adelchi, Acte V, scène VIII, in Poesie e tragedie, cit., p. 729.

32  Arnaldo di Benedetto, Manzoni : lo scetticismo e la forza, in « Revue des Études italiennes », Janvier-Décembre 1986, p. 115.

33  Si tant est que ces capacités militaires n’aient pas, elles aussi, relevé du “wishful thinking”, comme l’affirme à plusieurs reprises Gramsci (voir en particulier dans les Quaderni del carcere, Il Risorgimento, Torino, Einaudi, 1964, p. 144), et comme semblent l’avoir montré les désastreuses campagnes de 1866.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Aux armes citoyens ! » Patriotisme et capacités militaires chez Manzoni, in « Italies », 6/1, Variations autour des idées de patrie, État, nation, Hommage à Monsieur le Professeur Georges Virlogeux, Aix-en-Provence, 2002.

Référence électronique

Michel Beynet, « « Aux armes citoyens ! » Patriotisme et capacités militaires chez Manzoni », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/1567 ; DOI : 10.4000/italies.1567

Haut de page

Auteur

Michel Beynet

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org