Navigation – Plan du site
Patrie de toujours...

« Fare gli Italiani » : Il bel paese d’Antonio Stoppani

Sandro Baffi
p. 277-299

Résumé

Il bel Paese d’Antonio Stoppani fait partie de ces livres qui ont formé la conscience nationale et morale de plusieurs générations d’Italiens. Son succès est attesté par la diffusion même de l’expression « il bel Paese » comme synonyme d’Italie. Stoppani propose une description de la géologie et de la géographie de l’Italie afin de donner aux jeunes Italiens une connaissance scientifique de leur pays. C’est aussi une description du caractère des Italiens, dans leur diversité, avec leurs travers : méconnaissance de leur propre pays, sentiment d’infériorité, xénophilie, manque d’attention aux réalités scientifiques et économiques, défaut de volonté. Stoppani propose implicitement un modèle de langue, de culture, de civilisation : les références littéraires, scientifiques et religieuses sont porteuses de valeurs esthétiques, civiques et éthiques.

Il bel Paese est le témoignage d’un sentiment national in fieri. Il reflète une attitude volontariste et confiante : les difficultés existent, elles relèvent de réalités objectives mais aussi et surtout d’un manque de connaissances et de volonté. Il faut que les Italiens connaissent leur pays, qu’ils apprennent à s’accepter et à se comprendre mutuellement, qu’ils retrouvent une fierté que la géographie et l’histoire justifient, qu’ils prolongent l’héritage culturel et spirituel qui leur a été légué. C’est ainsi qu’ils sauront construire une identité nationale forte, au-dessus de leur identité régionale qu’ils n’ont pas à renier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « “Fatta l’Italia bisogna fare gli Italiani” : questa frase, che sarebbe entrata negli stereotipi (...)
  • 2  Pour une approche générale du problème, cf. Mariella Colin, L’éducation du sentiment national en I (...)

1Au lendemain de l’Unité italienne s’ouvrait le vaste chantier de la formation d’une conscience et d’une identité nationales. Même si elle ne fut prononcée que quelques décennies plus tard, la phrase célèbre qui traduit ce programme, « Fatta l’Italia bisogna fare gli Italiani », attribuée indûment à D’Azeglio, exprime bien la nécessité et l’urgence d’une action de formation d’une conscience nationale1. Parmi les hommes politiques, les écrivains, les éducateurs qui essayèrent de remédier à l’absence ou à la précarité d’un sentiment national italien2, la figure d’Antonio Stoppani occupe une place de choix, qui cependant a été oubliée au cours des dernières décennies.

2Tous les Italiens connaissent l’expression Il bel Paese, devenue synonyme d’Italie, mais ils sont peu nombreux à savoir aujourd’hui que sa consécration vient du succès d’un ouvrage dont c’était le titre et qui a connu une grande diffusion entre la fin du XIXe et le milieu du XXe siècle.

  • 3  On peut voir dans cette idée la reprise d’une exhortation de Gioberti : « Né, certo, alcun popolo (...)

3Il bel Paese d’Antonio Stoppani fait partie de ces livres qui ont formé la conscience nationale et morale de plusieurs générations d’Italiens. Il répond à un projet bien précis ; Stoppani s’en explique dans l’introduction : la « sapienza » (c’est-à-dire la sagesse et le savoir) d’une nation passe d’abord par la connaissance de son propre territoire, de son histoire, de ses institutions, de tout ce qui la compose. En s’adressant « Agli Institutori », il rappelle le précepte inscrit sur le fronton du temple de Delphes pour affirmer que ce qui est la base de la sagesse des individus, vaut aussi pour les nations3 :

  • 4  Antonio Stoppani, Il bel Paese, p. 1. Les citations sont tirées de la reproduction anastatique de (...)

Si può egli applicare alle nazioni quell’adagio nosce te ipsum (conosci te stesso), che la sapienza dell’antichità ha posto come base della sapienza dell’individuo ? L’autore di questo libro crede talmente di sì, che riterrebbe tempo gettato quello che si impiegasse a dimostrarlo. La cognizione della sua storia, delle sue costituzioni, delle sue leggi, de’ suoi diritti, de’ suoi doveri, delle sue forze, del suo essere insomma, forma la sapienza di una nazione.4

4Une véritable littérature populaire peut aider à cette mission. Certes, les sciences morales et politiques ont la primauté, mais les sciences naturelles sont aussi indispensables dans la mesure où ces connaissances font défaut en Italie.

  • 5  Ibidem, p. 2.

Nelle condizioni politiche che resero per tanto tempo gli Italiani stranieri all’Italia, precisamente in un tempo in cui le scienze naturali (nominatamente la geologia e la fisica terrestre) ebbero tanto incremento al di fuori, siamo arrivati a tale che gl’Italiani conoscono assai meglio la costituzione fisica dell’altrui che del proprio paese. Non è necessario trattare col volgo per persuadersene ; mentre le stesse persone colte e meglio educate si trovano sovente in difetto delle nozioni più elementari circa le condizioni fisiche, i fenomeni geologici, le naturali bellezze, le ricchezze scientifiche e le riprese industriali del paese, appena abbiano bisogno di oltrepassare i confini della regione da cui traggono un nome, che troppo spesso si suole sostituire a quello d’Italiano.5

  • 6  Les modèles de Stoppani sont Rambert (Les Alpes Suisses), Berlepsch (Les Alpes), Tschudi (La vita (...)

5Stoppani veut donc proposer, sur le modèle de ce qui s’est fait en Suisse6, une littérature scientifique vraiment nationale, « atta cioè a coltivare, anche dal lato del bello descrittivo e delle ricchezze scientifiche, il sentimento nazionale ». Dans ce but, il entreprend de faire la description, sous la forme d’un dialogue, de la géographie de l’Italie.

Il piano del libro è [...] semplicissimo. Senza obbligarsi ad una traccia regolare […] l’autore pigliando la veste di uno zio naturalista che racconta ai nipoti, percorre da un capo all’altro

  • 7  Ibidem, p. 4.

…il bel paese
Che Appennin parte e ‘l mar circonda e l’Alpe
,
descrivendone le naturali bellezze ; arrestandosi ai principali fenomeni di cui cerca di rendere intelligibili la natura e le cause.7

6Le critère fondamental est celui de la vérité, afin de « dilettare e istruire » ; le souhait de l’auteur : « che quanto è pascolo dell’intelletto, [diventi] possibilmente nutrimento del cuore e spinta al perfezionamento morale ». L’ouvrage porte le sous-titre « Conversazioni sulle bellezze naturali. La geologia e la geografia fisica d’Italia ».

Un auteur engagé

7Il bel Paese est l’œuvre la plus connue de l’abbé Antonio Stoppani (Lecco, 1824-1891). Prêtre, il fut professeur de géologie successivement à l’Université de Pavie, au Politecnico de Milan (dont il fut l’un des fondateurs), à l’Istituto di Studi Superiori de Florence et de nouveau au Politecnico. Parmi les nombreux aspects qui caractérisent son activité et ses écrits, nous voulons souligner ici son engagement politique et patriotique, car c’est cet engagement et ses compétences de géographe qui furent à l’origine de son projet.

  • 8  « Lo stesso fatto della partenza dei nostri alleati ha per sé qualcosa di rassicurante che ci appr (...)

8Stoppani participa aux guerres et aux mouvements qui allaient amener à l’indépendance de l’Italie. Pendant les cinq journées de Milan, en 1848, encore séminariste, il prit part à la mise au point et au lancement des ballons aérostatiques qui devaient permettre de faire connaître la révolte milanaise dans les campagnes environnantes. Il fut présent ensuite, comme infirmier, aux combats. Son enthousiasme et ses convictions apparaissent clairement dans un poème en octosyllabes dont il est l’auteur et qui fut publié par le « Bollettino di Lecco » du 4 mai 1848 sous le titre Il volontario italiano. Après qu’il eut été ordonné prêtre, son engagement politique lui valut, en 1853, d’être éloigné du Séminaire où il avait été nommé professeur. Il ne retrouva un emploi d’enseignant qu’en 1860, après le départ des Autrichiens. À cette occasion il eut également l’occasion de manifester ses convictions patriotiques dans un article publié par « Il Conciliatore », intitulé Addio all’Armata Francese : exprimant la gratitude du peuple italien envers l’armée française qui avait participé à la guerre contre l’Autriche, Stoppani insistait sur le sentiment de « dignité nationale », qui faisait que les Italiens avaient désormais à assurer tout seuls leur destin8. Il se porta aussi volontaire dans la Croix-Rouge pendant le conflit de 1866.

9Cet engagement se prolongea dans ses écrits et ses activités, à cause surtout de ses positions conciliatrices dans le différend entre l’Église et le nouvel État italien. Ses options politiques ainsi que ses idées scientifiques et théologiques lui attirèrent des soupçons des deux côtés, des désagréments, de très violentes attaques personnelles de la part des « intransigeants » catholiques et même un procès qui attrista les dernières années de sa vie.

Un succès d’édition et d’image

  • 9  Carlo Collodi, Il viaggio in Italia di Giannettino, vol. I, Italia superiore, Firenze, Paggi, vol. (...)
  • 10  Citons, parmi les plus connus, Le Tour de la France par deux enfants, de G. Bruno (1877), et Le me (...)

10Il faut tout d’abord souligner l’antériorité du Bel Paese par rapport à d’autres récits semblables qui deviendront des classiques du voyage de découverte et d’initiation, en particulier par rapport à Il viaggio in Italia di Giannettino, de Carlo Collodi, dont le premier volume, consacré à l’Italia superiore, ne paraîtra qu’en 18809. Il bel Paese est sans doute le premier d’une longue série de livres qui, prenant prétexte d’un ou plusieurs voyages et dans des registres fort différents depuis le scientifique jusqu’au merveilleux, seront en réalité des ouvrages didactiques destinés à faire connaître la géographie, l’histoire, les traditions d’un pays10.

  • 11  Sur la vexata quaestio de la première édition, cf. Anna Pastore, Il Bel Paese di Antonio Stoppani  (...)
  • 12  Stoppani s’en expliquera dans l’introduction à la 5e édition : « Nota pei Maestri e le Maestre di (...)
  • 13  À ce propos il faut rappeler La santità del linguaggio, discours lu devant l’Accademia della Crusc (...)
  • 14  Une publicité de l’éditeur Agnelli, en 1891, proposait une nouvelle édition économique de Il bel P (...)

11La publication en volume des vingt-neuf soirées qui composent la première version de Il bel Paese date de 1876, chez l’éditeur Agnelli à Milan11, suivie d’une deuxième édition en 1878 et d’une troisième en 1881. Cette troisième édition était augmentée : aux vingt-neuf chapitres de l’édition originale Stoppani ajoutait cinq nouvelles soirées précédées d’un « avvertimento ». La quatrième édition, en 1883, comportait une innovation : sur les mots dont la prononciation pouvait prêter à confusion, l’auteur avait placé les accents toniques. Cette innovation était sans doute dictée par la finalité pédagogique de l’œuvre12 ; on peut y voir aussi un effet des réflexions de Stoppani sur la langue13 qui l’auraient amené, à l’exemple de Manzoni, à « risciacquare i panni in Arno », à l’occasion de son séjour à Florence entre 1878 et 188214.

  • 15  Une version réduite de cette première édition « illustrata da circa 1000 incisioni fototipiche » a (...)

12D’autres éditeurs, après Agnelli, publièrent l’ouvrage : Cogliati, SEI, Barion, Hoepli, Vallardi, Trevisini, Salani… Le nombre et la rapidité des réimpressions et rééditions sont impressionnants surtout à partir de la fin du siècle : 1889 : 7; 1897 : 46; 1901 : 50e ; 1906 : 58e ; 1908 : 77; 1913 : 86; 1917 : 110e ; 1948 : 150e. Les éditions économiques étaient particulièrement fréquentes, mais on remarque aussi des éditions dans lesquelles le texte est accompagné d’annotations de géographes et de reproductions photographiques, comme celle de 190815.

  • 16  « di esso risulta sorprendente come nel secolo scorso fosse addirittura il terzo libro per numero (...)

13Il s’agit donc d’un ouvrage qui a connu un succès de librairie considérable ; à tel point que pour F. Bertoni il s’agirait du troisième best-seller du XIXe siècle en nombre d’éditions16.

  • 17  U. Hoepli, G. Fumagalli, I migliori libri italiani, consigliati da cento illustri contemporanei, H (...)
  • 18  Giovanni Ragone, La letteratura e il consumo : un profilo dei generi e dei modelli nell’editoria i (...)

14Ce succès est attesté aussi par la diffusion et par l’accueil que Il bel Paese reçut de la part d’écrivains, de pédagogues, d’hommes de lettres. Une preuve en est donnée par les résultats d’une enquête menée en 1892 par U. Hoepli et G. Fumagalli sur les livres à conseiller aux jeunes17. En analysant les réponses des « cento illustri contemporanei », G. Ragone fait remarquer que les auteurs qui arrivent en tête sont les auteurs classiques de la tradition toscane : Manzoni, Alfieri, Machiavelli, Dante, Leopardi, Foscolo etc. À la deuxième place on trouve des auteurs dont les œuvres ont un lien étroit avec le « Risorgimento » : D’Azeglio, Pellico, Giusti, Gioberti, Balbo... Un troisième groupe d’auteurs présente une culture plus proche du modèle milanais ; parmi eux les plus cités sont De Amicis et Stoppani, tous les deux avec dix-sept préférences18. Stoppani est donc placé au même rang que l’auteur de Cuore.

15À la fin du XIXe et pendant les premières décennies du XXe siècle Il bel Paese a donc été lu par des générations d’écoliers et le portrait de Stoppani était affiché dans les salles de classe. Ce portrait, une photo de 1890, peut être considéré comme un indice de la popularité dont a joui l’auteur de Il bel Paese et de l’oubli dans lequel il est tombé récemment. Il est lié à l’histoire d’un produit qui n’a rien à voir avec le monde de la science ou de l’éducation.

16En 1906 la fromagerie Galbani, près de Lecco, mettait sur le marché un fromage à pâte crue affinée, sous le nom de « Formaggio Bel Paese ». Les raisons sont certainement à chercher dans l’image positive qui était attachée à cette appellation ainsi qu’à la finalité de cette initiative industrielle et commerciale, qui était de proposer des produits italiens dans un secteur dominé par la concurrence française. En outre l’origine géographique commune, ainsi que le lien d’amitié qui unissait sans doute Egidio Galbani et Antonio Stoppani, tous deux natifs de Lecco, sont à prendre en considération.

17C’est ainsi que l’étiquette qui figurait sur la boîte du fromage représentait une carte de l’Italie avec le portrait d’Antonio Stoppani en médaillon. Avec quelques modifications, cette étiquette devait traverser pratiquement tout le siècle et devenir familière à tous les Italiens, d’autant plus qu’elle fut vantée, surtout à partir des années 50, par des noms très connus du spectacle et de la chanson italiennes. Mais en 1993 la société Galbani, rachetée en 1989 par le groupe français Danone, décidait de procéder à une opération de « restyling » : les détails qui apparaissaient sur la carte d’Italie, en particulier la configuration orographique et le réseau routier, disparaissaient, l’appellation « formaggio bel paese » devenait tout simplement « bel Paese » et surtout le portrait d’Antonio Stoppani était supprimé. C’était le signe que la figure de Stoppani n’était plus reconnaissable, comme elle l’avait été pendant des décennies, et surtout qu’elle ne représentait plus un « argument de vente » et ne permettait plus d’identifier le produit.

18L’expression toutefois est restée, et elle est devenue, nous l’avons vu, synonyme d’Italie. On la retrouve couramment sous la plume de journalistes qui traitent en particulier des questions relatives à l'environnement et aux arts, mais il n’est pas rare de la rencontrer dans des articles économiques.

  • 19  L’expression Il bel Paese a été attribuée à Dante par Chicco Testa dans l’introduction à l’édition (...)

19C’est l’ouvrage de Stoppani qui est à l’origine de cette assimilation. Elle a été d’autant plus facile que le titre choisi reprend un vers de Pétrarque cité en exergue et rappelé deux fois dans le texte : « il bel paese / Ch’Apennin parte, e ‘l mar circonda e l’Alpe »19.

Le sentiment national

20Nous avons déjà vu que, dès l’introduction, Stoppani déplore le fait que les Italiens connaissaient mieux la géographie des autres pays que celle de l’Italie. Cette idée est développée dans la première soirée. Le père d’un enfant reproche aux jeunes de s’intéresser aux pays lointains et de négliger ce qui est en Italie :

  • 20  Corrigé par « dei molti vantaggi » dans l’édition de 1883.
  • 21  A. Stoppani, Il bel paese, cit., p. 11.

Voi non siete ghiotti che di cose meravigliose, di cose dell’altro mondo, e vi pare che non ci sia nulla di bello e di buono in tutto ciò che sa di nostrano. Intanto si vien su che non si sa nulla del nostro paese, peggio che se fossimo forestieri giuntivi l’altro dì. Non si sa nulla né delle bellezze naturali che presenta quest’Italia nostra, mentre ci ringalluzziamo al sentirla chiamare un giardino ; nulla di quell’infinita varietà di condizioni fisiche, che interessano immensamente la scienza, nulla delle molte riprese20 che l’Italia offre all’industria, cui lamentiamo pigra pigra, arretrata e tributaria agli stranieri.21

  • 22  Sentiment qui chez D’Azeglio se traduit par une extrême susceptibilité à ce propos : « Mi vergogna (...)

21On voit apparaître des thèmes qui seront repris tout au long de l’ouvrage et qui vont marquer aussi le « caractère italien » : la méconnaissance de son propre pays, le sentiment d’infériorité22, la xénophilie, l’auto-dénigrement, le manque d’attention aux réalités scientifiques et économiques.

  • 23  A. Stoppani, Il bel paese, cit., p. 123, mais aussi p. 139, p. 154, p. 227. Sur la diffusion de ce (...)
  • 24  A. Stoppani, Il bel paese, cit., p. 23.
  • 25 Ibidem, p. 3.
  • 26 Ibidem, p. 5.

22Il s’agit donc de rétablir un orgueil national raisonnable et légitime ; cela passe par le reprise du topos de l’Italie comme d’un « jardin » (« Com’è vago in ogni canto questo giardino d’Italia »23) où il fait bon vivre (« noi, fortunati abitatori del bel paese che il mar circonda e l’Alpe »24), qui, du point de vue de la géographie, est d’une variété et d’une richesse incomparables : « l’Italia è quasi (non balbetto nel dirlo) la sintesi del mondo fisico »25  [...] « l’Italia è la più interessante fra le regioni fisiche d’Europa »26.

  • 27 Ibidem, p. 56.
  • 28 Ibidem, pp. 57-59.
  • 29 Ibidem, p. 122, p. 130.

23La comparaison avec les autres nations (la Suisse et l’Angleterre en particulier) revient souvent pour affirmer que l’Italie n’a rien à envier aux autres pays et que par contre les Italiens doivent s’inspirer de ces peuples pour mieux apprécier et mettre en valeur leurs propres ressources naturelles. Les comparaisons sont incessantes dans les premières soirées ; elle portent sur les montagnes (« Che le Alpi Italiane […] siano men belle delle Alpi Svizzere, cioè che le Alpi siano più belle sull’uno piuttosto che sull’altro versante, questo non lasciartelo intendere assolutamente. Le Alpi sono bellissime tanto in Svizzera quanto in Italia ; e quando s’ha da far uso del superlativo, non c’è luogo al comparativo »27), sur les glaciers (« Sapete cosa ci manca perché i nostri ghiacciai acquistino quella celebrità, che i ghiacciai Svizzeri godono incontrastata da così lungo tempo ? Ci manca che siano studiati, o almeno visitati »28), sur les chutes d’eau (« Di cascate nelle nostre Alpi e nelle nostre prealpi… fin che ne volete […] sono tali che non ci lasciano in nulla invidiare quelle della Svizzera »29).

24La comparaison ne se limite pas aux aspects naturels, mais porte aussi sur le caractère des autres nations :

  • 30 Ibidem, pp. 22-24.

Quello è un Inglese. Voi lo direste la negazione dell’entusiasmo, della poesia, dell’ardimento. Non è così. Tra noi e lui, tra la nostra poesia e la sua, c’è questa differenza : che noi ci mettiamo in orgasmo per nulla, mentr’egli, per commuoversi, ha bisogno di forti stimoli ; la nostra poesia è un pochino arcadica, la sua procellosa. […] Noi Italiani ci sforziamo spesso di invaghirci di tutto ; l’Inglese invece s’innamora d’una sola cosa che pone in cima a’ suoi pensieri, e le consacra le sostanze, gli affetti, la vita, finché (vivo o morto non monta) giunga alla meta.30

  • 31 Ibidem, p. 73.

25S’il partage l’admiration pour traits de caractère des étrangers, Stoppani se charge également d’émousser l’admiration inconditionnelle de certains en pointant quelques travers des Anglais ou des Suisses. Ainsi, lorsque ses propos permettent de railler le sens de la pudeur chez les dames anglaises, Stoppani coupe court à ce début de « maldicenza internazionale » chez les mamans de ses jeunes auditeurs31. Par contre il n’est pas aussi indulgent avec la radinerie et la morgue des hôteliers suisses :

  • 32 Ibidem, p. 114.

[…] quella serie di alberghi svizzeri che vi rimandano dall’uno altro, facendovi fare il giro delle Alpi come Attilio Regolo il giro della sua botte, quegli alberghi ove vi sentite piccino piccino in faccia a qualunque mascalzone in guanti bianchi il quale, aveste un cervello pesante come quel di Giove, avanti la famosa martellata che ne trasse Minerva, non sa valutarvi che per quanto pesa la vostra borsa […].32

  • 33 Ibidem.

26Il est également critique avec la foule des touristes qui viennent dans les stations suisses à la mode (« una folla senza entusiasmo, che trova già le sue emozioni obbligate, stereotipate sulla sua Guida con altrettanti punti di esclamazione »), et qui ont changé ces villages « in molli lussureggianti bazar, o in convegni di gente melensa e corrotta »33.

27Avec beaucoup de mesure et sans tomber dans un chauvinisme injustifié, Stoppani insiste : il faut apprendre à connaître son propre pays, arrêter de croire que tout ce qui est bon vient de l’étranger, corriger la paresse et l’ignorance, valoriser les beautés naturelles et les ressources que l’on possède :

  • 34  Ibidem, p. 219.

Vedete… voi siete come siamo noi italiani in generale. Il bello, il buono, l’utile, tutto ci deve venire d’oltremare e d’oltremonti. Non dico che noi dobbiamo credere di posseder tutto, e di poter far senza del molto che ci può venire altronde. Sarebbe stoltezza. […] Ma ciascuno deve anzitutto fare i conti in casa propria : ché il cercare l’altrui, mentre si possiede del proprio, è vergognosa mendicità. Sapete, per esempio, quale cosa dobbiamo cercare noi italiani dalle nazioni che ci sono vicine ? Un po’ più di attività. Una buona dose d’inerzia, e una dose anche maggiore d’ignoranza, ci fa tributari degli stranieri : mentre, conoscendo meglio il nostro paese, potremmo risparmiare assai, e fors’anche rusparci in casa qualche gruzzolo di più che, non fo per dire, ci farebbe comodo…34

L’Italie de Il bel Paese

  • 35  La seule allusion à l’inachèvement de l’unité italienne se trouve, nous semble-t-il, à la p. 50, l (...)

28Les frontières de l’Italie physique décrite par Stoppani coïncident avec les frontières de l’Italie politique de 186635. Cependant la part consacrée à l’Italie du Nord est prépondérante. Sur vingt-neuf chapitres, qui correspondent aux vingt-neuf soirées de la première édition, les huit premiers sont consacrés aux Alpes et aux Préalpes. Avec le IX on passe dans les Marches ; dans le X et le XI on est sur la mer, entre Ligurie et Toscane. Le XII présente une description des applications du pétrole et des puits de pétrole à l’étranger et en Italie. Le XIII est situé dans les Abruzzes, mais du XIV au XXI on est encore dans les régions du Nord : Lombardie et Émilie. On reviendra en Toscane seulement dans les soirées XXII et XXIII (les Alpes apuanes). Suivent quatre chapitres consacrés au Vésuve et deux à l’Etna.

  • 36  Pour la genèse de Il bel Paese, cf. Giovanni Casati, Come nacque il Bel Paese, in « L’Italia », Mi (...)

29Ce sont donc les régions du Nord qui se taillent la part du lion dans la description de la géographie italienne. Cela est dû aux conditions matérielles de la genèse de l’œuvre. En effet les premiers récits qui allaient constituer les soirées de Il bel Paese furent rédigés tout d’abord pour une revue pour la jeunesse, l’« Adolescenza », et publiés en 186836. L’année suivante Stoppani collabore à « La prima età », un autre journal pour la jeunesse, le premier ayant cessé de paraître. Après avoir rappelé les récits parus l’année précédente qui portaient sur les Alpes et qui correspondent aux chapitres IV et V de l’édition définitive, il annonce :

Non spiacerà forse ai lettori della « Prima età », alcuni dei quali lo saranno stati di certo dell’« Adolescenza », che io ripigli le mie conversazioni, le quali hanno, se non altro, il merito della verità. Li trasporterò stavolta nelle regioni centrali e meridionali d’Italia, continuando collo stesso pennello, benché con una tavolozza diversa, i miei bozzetti fisici e morali.

30En réalité ces articles, parus en 1869 et au début de 1870, porteront sur la description et l’explication des phénomènes naturels, et non sur les régions centrales et méridionales. C’est seulement pendant la collaboration à une troisième revue bimensuelle, « Le prime letture », que Stoppani reprend la description des régions italiennes.

31On voit donc que Stoppani ne tient pas tout à fait ses promesses. Mais il a des circonstances atténuantes. Dans l’introduction il affirme que la vérité est son dogme essentiel : « Narrando ciò che egli stesso ha veduto e sentito, l’autore ha la coscienza di aver assicurato al suo libro ciò che esige specialmente la moderna letteratura, cioè la verità ». Il parle aussi d’une « fedeltà al vero decisamente scrupolosa » car « [egli] ha fatto davvero quelle gite da cui trae argomento ». Il s’agit donc de voyages, d’explorations que Stoppani a effectués personnellement, en fonction de ses intérêts scientifiques et professionnels. Rappelons à ce propos que les recherches par lesquelles Stoppani se fit connaître portaient sur la géologie et la paléontologie de la Lombardie. De même il est normal que les régions les plus proches de sa ville natale (Lecco) et de sa ville d’adoption (Milan) soient davantage présentes dans les descriptions de Il bel Paese.

32Il est plus significatif de regarder par contre quelle est l’identité qui, de façon consciente ou inconsciente, transparaît dans les propos de Stoppani.

  • 37  A. Stoppani, Il bel paese, cit., p. 219.
  • 38 Ibidem, p. 159.
  • 39  Ibidem, p. 11.
  • 40  Ibidem, p. 160, deux fois, ou 159, ou 121 en note.
  • 41  Ibidem, p. 365.
  • 42  par opposition aux Alpes Apuanes, Ibidem, p. 366.

33Stoppani est avant tout « Italien », nous l’avons déjà vu. Les concepts de « nation », de « peuple », de « sentiment national » sont bien définis et à l’origine même de son projet. Mais sous cette identité nationale, perce, tout naturellement et sans complexes, une identité régionale. À côté d’expressions comme « noi italiani »37 ou « il nostro paese »38 ou encore « quest’Italia nostra »39 pour définir l’appartenance à la nation italienne, on trouve d’autres expressions qui revendiquent une origine plus limitée, mais aussi forte : « noi Lombardi »40 (dans sa version géographique « noi subalpini »41) ou encore « le nostre Alpi »42.

  • 43  « Oh le nostre valli lombarde ! se l’una è bella, l’altra è più bella, e la terza più bella ancora (...)

34Là aussi il y a une explication immédiate : Stoppani s’adresse, au cours de ses conversations, à ses neveux et nièces qui habitent tous Milan et connaissent leur propre région, leur langue, leurs coutumes. Lorsqu’il décrit des paysages ou des gens différents, il est normal qu’il les présente en faisant des comparaisons, en opposant « noi Lombardi » à « i nostri fratelli meridionali ». Mais cette identité régionale se charge à chaque fois d’une forte valeur affective : c’est en quelque sorte une seconde patrie dont on est fier43 qui peut être montrée comme modèle.

  • 44  Ibidem, p. 227.
  • 45  Ibidem, p. 228.
  • 46  Ibidem, p. 228.

35Car toute l’Italie n’est pas comme le Nord. À la question de Giannina : « L’Italia meridionale non è tutta un giardino ? », l’auteur répond : « Ve ne sono dei belli e dei grandi, cui la natura sorride, e che l’arte infiora. Il territorio di Napoli, quello di Catania, alcuni distretti delle Puglie, e altri, sono veri giardini ; ma non è dappertutto così. La coltura del suolo non è un fatto universale »44. Ce constat toutefois exige une explication, car Stoppani ne peut se contenter de prendre acte de la réalité sans en trouver les raisons et, éventuellement, proposer des solutions. L’état lamentable dans lequel se trouvent certains régions italiennes est dû aux conditions économiques et sociales que ces régions ont connues, en particulier la présence des grandes propriétés, le manque de paysans, les conditions de vie difficiles dans ces régions autrefois très fertiles et peuplées : « È un circolo vizioso, che in luogo di distruggersi, si mantiene come un fatto desolantissimo ma vero »45. C’est une analyse lucide, mais en même temps confiante : « E bisognerà romperlo questo circolo : e si romperà, vedete, se la mossa continua »46.

Les Italiens de Il bel Paese

36L’unité politique que l’Italie vient d’atteindre ne comporte pas une unité parfaite dans la langue, le caractère, les coutumes. Bien au contraire, au cours de ses voyages Stoppani a la perception claire d’une diversité forte, qui rend les differentes régions étrangères les unes aux autres :

  • 47  Ibidem, p. 312.

Anche là [nell’Appennino modenese] ho potuto osservare come la differenza del linguaggio e più la diversità del carattere e delle usanze tenga stranieri gli uni agli altri i popoli d’Italia, che ha tanto bisogno di essere una, se vuol esser davvero libera e forte.47

  • 48  C’est ainsi que les explications linguistiques sont très nombreuses et montrent un travail patient (...)

37La variété des dialectes est sans doute l’un des aspects les plus significatifs de la diversité des Italiens. Dans un souci pédagogique Stoppani explique constamment les différents mots que l’on utilise pour indiquer les mêmes réalités48. Cette variété linguistique peut aboutir à l’incompréhension réciproque. Ainsi, par exemple, avec beaucoup d’humour mais sans ménagements, Stoppani décrit les difficultés de communication éprouvées par le soldat piémontais chargé du maintien de l’ordre devant la « Santa Casa » de Lorette.

  • 49  Ibidem, p. 158.

Eravamo al momento in cui i pellegrini dovevano darsi lo scambio. Io credo che quel bravo Piemontese si trovasse in peggiore impiccio qui che alla battaglia di San Martino o della Madonna della Scoperta, a cui al certo era stato presente. […] Quei Romani, dalla lingua sonora e chiantuta, si credevano certamente dispensati dall’intendere l’arabo o il chinese del loro fratello subalpino […].49

  • 50  Ibidem, p. 223.

38Les différences de caractère, d’habitudes, de coutumes sont relevées tout au long des voyages. Elles ne répondent pas seulement au besoin du pittoresque, bien naturel dans un récit de ce type, mais aussi à la volonté d’expliquer, afin que la compréhension mutuelle soit possible. En effet Stoppani reprend un certain nombre de lieux communs, mais chaque fois qu’il met en évidence des attitudes ou des pratiques qui peuvent choquer, il apporte des nuances, essaie de montrer les éléments positifs, relativise. À propos du brigandage, par exemple, en relatant un voyage fait dans les Abruzzes en 1864, Stoppani dénonce vigoureusement ces pratiques mais, comme pour excuser ces populations, il rappelle aussi les conditions de voyage que l’on connaissait jadis lorsqu’il fallait faire un déplacement de Côme ou de Lecco à Milan. Et de rassurer aussitôt : « Ringraziamo Iddio che ormai la cronaca del brigantaggio appartiene al passato »50.

39Les façons de s’habiller et les costumes traditionnels sont aussi l’objet de la curiosité de Stoppani qui ne peut pas éviter quelques lieux communs, censés susciter l’intérêt naïf de son jeune auditoire :

  • 51  Ibidem, p. 232.

Se vuoi vedere quegli uomini dal cappello a cono, detto alla calabrese, e con quel figurino che nei nostri teatri, dal Gerolamo alla Scala, è la divisa degli assassini e dei briganti ; se vuoi vedere quelle donne, vestite di colori che avventano, e tutte armate di ciondoli di metallo e di sonagli, con quelle fogge di vestire arabe e greche, col pugnale nella calza, con tutto quel fare brigantesco, di cui nulla ha esagerato l’arte e l’immaginazione : bisogna andare più giù, nella Capitanata, nel Principato, a Benevento, nelle Calabrie.51

  • 52  Ibidem, p. 241.

40La répulsion pour l’eau qu’éprouveraient les Italiens du Sud inspire également à Stoppani quelques remarques, aussitôt corrigées par son humour habituel : « e non è piccola impresa questa pei meridionali, nei quali parmi aver notato una gran ripugnanza dell’acqua, che non è proprio di noi settentrionali, avvezzi a pigliarla sulle spalle forse per la metà dell’anno, anche nei mesi in cui si bramerebbe l’asciutto »52.

  • 53 Ibidem, p. 232.
  • 54 Ibidem, p. 233.

41La saleté caractérise aussi certaines populations de l’intérieur du pays : « anche il vestire delle donne è semplice assai : ma per isventura tutti i colori scompajono sotto un color solo : il sudicio »53. Mais Stoppani rectifie aussitôt : en réalité ces femmes et ces enfants sont très beaux . D’ailleurs la saleté n’est pas une prérogative de ces régions ; d’autres pays, considérés plus civilisés, présentent les mêmes  inconvénients : « di simili cenci non ne vidi altrove che a Londra »54.

  • 55 Ibidem, p. 158.

42Adepte de la modernité et du rationalisme, Stoppani ne peut s’empêcher de faire des considérations désobligeantes sur des pratiques qui selon lui relèvent de la superstition et qui caractérisent, à son avis, les populations méridionales. Toutefois, comme toujours, il essaie de relativiser : après avoir condamné la précipitation de la foule qui se presse autour du Sanctuaire de Lorette, Stoppani la compare « allo spettacolo che presenta d’ordinario nella nostra gentile Milano la porticina del Loggione al teatro della Scala »55.

  • 56  Ibidem, p. 165.

43Une pratique cependant ne trouve aucune justification : le tatouage. Stoppani, « stomacato e stizzito »56, la condamne avec une énergie extrême, en utilisant à quatre reprises le mot « barbarie ».

  • 57  « i nostri fratelli meridionali » : ibidem, p. 159.

44Comme pour la description de l’Italie physique donc, Stoppani ne gomme pas les différences ; il les accepte et essaie de les expliquer : il est confiant dans la volonté et dans les capacités de compréhension mutuelle des Italiens, car, par delà les langues et les coutumes qui sont propres à chaque région, ils sont tous « frères »57.

La culture de Il bel Paese

45De façon indirecte, Il bel Paese se propose comme un modèle de langue et de culture pour les jeunes Italiens. Les références littéraires, scientifiques et morales sont nombreuses ; elles sont porteuses de valeurs esthétiques, civiques et éthiques.

  • 58  Il s’agit du psaume 103, v. 5, mais la source de la citation n’est pas mentionnée.

46À cet égard, le frontispice de la quatrième édition est significatif : il présente un paysage de montagne avec un lac, très semblable au paysage de Lecco, la ville natale de Stoppani. On aperçoit un train à vapeur, synonyme de modernité, entrant dans un tunnel et, sur la gauche, une sorte de stèle, dominée par une croix et un aigle, sur laquelle sont gravés des noms. Tout en haut on peut lire une citation en latin : « Renovabitur sicut aquilae juventus tua »58 ; aux pieds du rocher on voit, à côté de chapiteaux antiques, des pierres portant les noms de Cicéron et de Pline ainsi que l’inscription S.P.Q.R. La symbolique est évidente : c’est sur le socle de la culture latine, littéraire (Cicéron) et scientifique (Pline), que la culture italienne s’est constituée et doit se renouveler. Voici les noms gravés sur le rocher : saint Thomas, saint Benoît, Dante (en caractères plus grands que tous les autres), saint François d’Assise, sainte Catherine de Sienne, Savonarole, Raphaël, Léonard de Vinci, Brunelleschi, Galilée, Vico, Lazzaro Moro, Marco Polo, Colomb, Volta, Muratori, Parini, Canova, Rossini, Gioberti, Cavour, Piatti, Rosmini et Manzoni. Ce dessin, assez naïf en raison des défauts de perspective et par sa volonté d’exhaustivité, montre clairement quelles sont les référence culturelles et morales des Italiens selon l’auteur de Il bel Paese. Ce raccourci pédagogique est d’ailleurs confirmé par les nombreuses citations qui émaillent les récits et les explications.

47Sur le versant scientifique on retrouve, bien évidemment, des auteurs italiens comme Spallanzani, mais surtout des auteurs étrangers (Humboldt, Büdden, Figuier, Berthelot, Lyiell etc.) car, et c’est là le propos initial de Stoppani, l’Italie a manqué d’une véritable littérature scientifique.

  • 59  D’autres citations seront ajoutées dans l’édition de 1881. Ce relevé a été fait sur l’édition de 1 (...)
  • 60  Ibidem, p. 262, citation de deux vers du poème Urania.
  • 61  Les chapons de Renzo, par exemple, p. 88, ou Don Abbondio, p. 364.
  • 62  Cf. la description du ciel de Lombardie, dans la soirée III de l’Appendice, qui rappelle celle que (...)

48Mais c’est dans le domaine littéraire que les références culturelles de Stoppani sont les plus éclairantes. Les auteurs les plus souvent cités sont Dante et Manzoni. Pour Dante on dénombre en effet quinze citations, toutes tirées de la Divine Comédie (quinze de l’Enfer, deux du Purgatoire, une du Paradis), et son nom est cité huit fois sans référence précise59. Manzoni est aussi présent directement ou indirectement dans tout l’ouvrage : on trouve en effet des citations explicites60, des références à des personnages ou à des événements des Promessi Sposi61 ou encore des allusions plus lointaines62, mais qui montrent que Manzoni est une référence constante pour Stoppani.

  • 63  Dante et Manzoni sont sans aucun doute les auteurs qui représentent le mieux la littérature et la (...)

49D’autres auteurs, anciens ou modernes, italiens ou étrangers, sont cités dans Il bel Paese (Pétrarque, Grossi, Giusti, Châteaubriand…) mais aucun n’obtient l’adhésion littéraire et morale que Stoppani réserve à Dante et Manzoni63.

  • 64  A. Stoppani, op. cit., p. 481.
  • 65  Après avoir collaboré à la revue rosminienne « La Sapienza » de Turin, Stoppani fonda en 1879 la r (...)

50Les arts et la musique apparaissent dans la liste des Italiens cités, mais leur importance est moindre. La philosophie enfin est représentée surtout par Rosmini, « il gran luminare del secolo nostro »64. Stoppani lui vouait une grande admiration et il fut à l’origine de la revue « Il Rosmini »65.

  • 66  A. Stoppani, op. cit., p. 361.

51La culture présente dans Il bel Paese se situe entièrement dans le cadre moral et spirituel fixé par la religion. Les citations de la Bible sont nombreuses, les références à Dieu également car, pour Stoppani, à la base de sa conception du monde il y a un ordre naturel voulu par Dieu. Il n’y a pas d’opposition pour lui entre la religion et la science, entre Dieu et la nature, bien au contraire ; il suffit pour s’en convaincre de lire les pages sur la Providence, motivées dans le récit par des considérations banales sur le dégoût éprouvé devant une chauve-souris66, ou bien la dernière page de la soirée XXIX sur la nature comme révélation de la bonté et de la grandeur de Dieu.

52C’est ce modèle de culture et de morale qui est proposé : une tradition fondée sur l’héritage classique, nourrie par l’apport des philosophes et des théologiens chrétiens, renouvelée par les œuvres et les découvertes des écrivains et des hommes de science.

53Il bel Paese est le témoignage d’un sentiment national in fieri. Il reflète une attitude volontariste et optimiste : les difficultés existent, elles relèvent de réalités objectives mais aussi et surtout d’un manque de connaissances et de volonté. Il faut que les Italiens connaissent leur pays, qu’ils apprennent à s’accepter et à se comprendre mutuellement, qu’ils retrouvent une fierté que la géographie et l’histoire justifient, qu’ils prolongent l’héritage culturel et spirituel qui leur a été légué. C’est ainsi qu’ils sauront construire une identité nationale forte, au-dessus de leur identité régionale qu’ils n’ont pas à renier.

54Les difficultés rencontrées dans la construction d’une identité nationale italienne montreront les limites de la proposition de Stoppani, qui était encore un homme du « Risorgimento », avec une formation culturelle et religieuse qui ne pourra plus être partagée par tous, avec une conception de la société qui sera mise à mal par les nouveaux mouvements politiques et syndicaux. Mais l’influence de sa pensée a été grande, surtout dans les milieux catholiques disposés à participer activement à la vie politique du jeune État italien.

  • 67  Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation? Conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882, Paris, Calma (...)

55Le discours volontariste et confiant de Stoppani, qui sait s’affranchir des contraintes extérieures et qui repose sur la décision commune de constituer une nation, rappelle celui qui sera tenu quelques années plus tard par Ernest Renan, lorsqu’il parlera de la nation comme d’un « plébiscite de tous les jours » : « L’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes. Une grande agrégation d’hommes, saine d’esprit et chaude de cœur, crée une conscience morale qui s’appelle une nation »67.

56Avec Il bel Paese Antonio Stoppani a voulu donner aux Italiens le sentiment et la volonté d’être un peuple, de constituer une nation, d’habiter un pays beau et agréable, d’avoir une mission civile et morale. Au-delà de la description des beautés naturelles de l’Italie, c’est la formation d’une conscience nationale qui est le véritable enjeu de Il bel Paese.

Haut de page

Notes

1  « “Fatta l’Italia bisogna fare gli Italiani” : questa frase, che sarebbe entrata negli stereotipi della retorica nazionale […] non fu mai pronunciata né scritta in questa forma dal marchese Massimo d’Azeglio. Essa venne formulata solo molto più tardi, nel 1896 […] dall’ex ministro della Pubblica istruzione Ferdinando Martini […] ». Dans I miei ricordi on trouve plutôt le constat désolé d’une réalité : « pur troppo s’è fatta l’Italia, ma non si fanno gli Italiani ». Simonetta Soldani - Gabriele Turi, Fare gli italiani. Scuola e cultura nell’età contemporanea. I. La nascita dello Stato nazionale, Bologna, Il Mulino, 1992, p. 17.

2  Pour une approche générale du problème, cf. Mariella Colin, L’éducation du sentiment national en Italie au siècle dernier, in « Chroniques italiennes », n. 47-48, 1996, pp. 92-106. Pour le rôle de E. De Amicis, cf. Laura Fournier, La fabrique de l’identité nationale en Italie dans Cuore de De Amicis, in « Chroniques italiennes », n. 58-59, 1999, pp. 63-78.

3  On peut voir dans cette idée la reprise d’une exhortation de Gioberti : « Né, certo, alcun popolo può compiere i suoi destinati se non ne ha notizia ; laonde il delfico precetto : conosci te medesimo, in cui il padre della filosofia greca poneva il sommo della sapienza, è applicabile alle nazioni non meno che ai particolari uomini. Tal è il vostro debito, o figliuoli d’Italia : la prima cognizione che dovete procacciarvi, dopo quella di  Dio, è la scienza della vostra patria ». Vincenzo Gioberti, Intramessa sulla realtà e sodezza dei concetti ideali, in Del primato morale e civile degli italiani, II, X, », Torino, UTET, 1920, vol. III, p. 158.

4  Antonio Stoppani, Il bel Paese, p. 1. Les citations sont tirées de la reproduction anastatique de l’édition de 1876, chez Giacomo Agnelli, qu’en ont donné les Edizioni Studio Tesi de Pordenone en 1995.

5  Ibidem, p. 2.

6  Les modèles de Stoppani sont Rambert (Les Alpes Suisses), Berlepsch (Les Alpes), Tschudi (La vita degli animali nelle regioni delle Alpi) et Heer (Le monde primitif de la Suisse). Par contre Stoppani déplore l’engouement pour les œuvres de Verne : « Al cosidetto romanzo storico si sostituisce il romanzo scientifico. Uguale mostruosa miscela di vero e di falso […] ». Ibidem, p. 3.

7  Ibidem, p. 4.

8  « Lo stesso fatto della partenza dei nostri alleati ha per sé qualcosa di rassicurante che ci approssima l’istante in cui le nostre legittime conquiste possano per noi difendersi, l’opera del riscatto per noi condursi a compimento, in cui sia l’Italia degli Italiani » (en italiques dans le texte). « Il Conciliatore », 29.05.1860, num. 65.

9  Carlo Collodi, Il viaggio in Italia di Giannettino, vol. I, Italia superiore, Firenze, Paggi, vol. II, Italia centrale, 1883 ; vol. III, Italia meridionale, 1886.

10  Citons, parmi les plus connus, Le Tour de la France par deux enfants, de G. Bruno (1877), et Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, de S. Lagerlöf (1906).

11  Sur la vexata quaestio de la première édition, cf. Anna Pastore, Il Bel Paese di Antonio Stoppani : Serata I, in « Rivista di letteratura italiana », n. 2-3, 2000, pp. 293-333. Selon certaines indications, jugées infondées par A. Pastore, la première édition remonterait à 1875 ou même 1873.

12  Stoppani s’en expliquera dans l’introduction à la 5e édition : « Nota pei Maestri e le Maestre di Lingua Italiana : Sugli accenti tonici come sussidio della retta pronuncia ».

13  À ce propos il faut rappeler La santità del linguaggio, discours lu devant l’Accademia della Crusca à Florence le 25 novembre 1883.

14  Une publicité de l’éditeur Agnelli, en 1891, proposait une nouvelle édition économique de Il bel Paese avec cette explication : « L’accoglienza favorevole incontrata dall’edizione popolare di questo libro dell’illustre geologo prof. Stoppani, ci ha mostrato com’era sentito il bisogno di poterlo vendere ad un prezzo che permettesse di diffonderlo fra le scuole e il popolo. Già molti istituti di educazione e molti consigli scolastici lo hanno adottato come libro di testo ; altri come libro di premio. La 5a, la 6a, e la 7a edizione di 5 mila copie ciascuna si sono esaurite in meno di 8 mesi. Ora ne pubblichiamo la 8a edizione stereotipa, con gli accenti tonici sulle parole ad uso delle scuole e degli stranieri, persuasi che così andrà sempre più diffondendosi con vero vantaggio della gioventù studiosa ». Le prix de cette édition économique était de 2 lires (« 2,50 legato alla bodoniana ; 3,25 legato tela-oro »).

15  Une version réduite de cette première édition « illustrata da circa 1000 incisioni fototipiche » a été reproduite récemment, en 1994, par Nordpress Edizioni, Brescia.

16  « di esso risulta sorprendente come nel secolo scorso fosse addirittura il terzo libro per numero di edizioni dopo i Promessi Sposi ed il Cuore di De Amicis e che le edizioni con accenti tonici, pubblicate per la diffusione nelle scuole di tutt’Italia, arrivassero al centinaio ». Federica Bertoni, Da scienziato a letterato : Stoppani e la divulgazione, in A.A.V.V., Antonio Stoppani tra scienza e letteratura, Atti del Convegno Nazionale di Studi, Lecco 29-30 novembre 1991, a cura di Gian Luigi Daccò, Lecco, 1992, p. 66.

17  U. Hoepli, G. Fumagalli, I migliori libri italiani, consigliati da cento illustri contemporanei, Hoepli, Milano, 1892.

18  Giovanni Ragone, La letteratura e il consumo : un profilo dei generi e dei modelli nell’editoria italiana (1845-1925), in Letteratura italiana, v. II, Produzione e consumo, Torino, Einaudi, 1983, p. 740.

19  L’expression Il bel Paese a été attribuée à Dante par Chicco Testa dans l’introduction à l’édition anastatique de Studio Tesi. En réalité il s’agit des vers de Pétrarque tirés du Sonnet XCVI « in vita di M. L. ». La confusion vient du fait que Dante aussi a utilisé la même expression au chant XXXIII de l’Enfer, v. 80 : « Ahi Pisa, vituperio delle genti / del bel paese là dove il sì suona, / poi che i vicini a te punir son lenti, / muovasi la Capraia e la Gorgona ».

20  Corrigé par « dei molti vantaggi » dans l’édition de 1883.

21  A. Stoppani, Il bel paese, cit., p. 11.

22  Sentiment qui chez D’Azeglio se traduit par une extrême susceptibilité à ce propos : « Mi vergognavo di esser Italiano ! […] Riconosco d’essere sempre stato su questo articolo d’un’impressionabilità morbosa : d’aver sempre esageratamente preso ombra di parole, d’atti che a tutt’altro forse miravano che a notare la nostra inferiorità (beato Gioberti che se la godeva scoprendo negli Italiani il Primato !) […] ». Massimo D’Azeglio, I miei ricordi, Torino, Einaudi, 1971, p. 137.

23  A. Stoppani, Il bel paese, cit., p. 123, mais aussi p. 139, p. 154, p. 227. Sur la diffusion de cette image de l’Italie cf. Ugo Tucci, Credenze cartografiche e cartografia in Storia d’Italia, Einaudi, Torino, 1973 vol. V, pp. 75-77. Sur l’origine de l’image et la contamination entre « pomerium » et « pomarium », cf. Lelia Cracco Ruggini e Giorgio Cracco, L’eredità di Roma, in Storia d’Italia, cit., pp. 5-11.

24  A. Stoppani, Il bel paese, cit., p. 23.

25 Ibidem, p. 3.

26 Ibidem, p. 5.

27 Ibidem, p. 56.

28 Ibidem, pp. 57-59.

29 Ibidem, p. 122, p. 130.

30 Ibidem, pp. 22-24.

31 Ibidem, p. 73.

32 Ibidem, p. 114.

33 Ibidem.

34  Ibidem, p. 219.

35  La seule allusion à l’inachèvement de l’unité italienne se trouve, nous semble-t-il, à la p. 50, lorsque Stoppani remarque, comme une bizarrerie, que les frontières géographiques et les frontières politiques de l’Italie ne coïncident pas : « Intanto… sapete ? siamo usciti d’Italia… almeno dai suoi confini politici. Il confine tirolese austriaco, con poco ragionevole curva, s’incunea nel confine italiano, e noi stiamo tagliando il vertice del cuneo… capite ?… il che vuol dire che rientreremo fra mezz’ora, o poco più, in Italia ». Il faut remarquer qu’il n’y a dans Il bel Paese aucune trace de nationalisme exacerbé ou belliciste, à la différence de bien d’autres ouvrages analogues qui paraîtront quelques années plus tard.

36  Pour la genèse de Il bel Paese, cf. Giovanni Casati, Come nacque il Bel Paese, in « L’Italia », Milan, 14 novembre 1925, ainsi que Ernesto Travi, « Narro ciò che ho visto », in Antonio Stoppani tra scienza e letteratura, Lecco, 1992, pp. 133-136.

37  A. Stoppani, Il bel paese, cit., p. 219.

38 Ibidem, p. 159.

39  Ibidem, p. 11.

40  Ibidem, p. 160, deux fois, ou 159, ou 121 en note.

41  Ibidem, p. 365.

42  par opposition aux Alpes Apuanes, Ibidem, p. 366.

43  « Oh le nostre valli lombarde ! se l’una è bella, l’altra è più bella, e la terza più bella ancora… ». Ibidem, p. 143.

44  Ibidem, p. 227.

45  Ibidem, p. 228.

46  Ibidem, p. 228.

47  Ibidem, p. 312.

48  C’est ainsi que les explications linguistiques sont très nombreuses et montrent un travail patient de confrontation et d’explication. Puisque l’auditoire est milanais, lorsqu’il utilise un mot typiquement florentin, Stoppani prend soin d’en donner la “traduction”. À d’autres moments il accepte le mot lombard s’il juge qu’il n’y a pas de mot correspondant en italien florentin. Avec humour il résume ainsi sa position, en parlant de l’italianisation du mot anglais brougham : « Ma pensai : sono Lombardo, il che vuol dire che non ho in fatto di lingua, i diritti civili. Quando l’ultimo facchino di Firenze vi dirà per esempio : “Signore, desidera un brumme ?” allora scommetto che la parola si troverà deliziosa, quanto i semelli, i chiffelli, i fiaccheri, ricevuti a braccia aperte da chi riduce tutta la lingua all’uso fiorentino ». Ibidem, p. 264.

49  Ibidem, p. 158.

50  Ibidem, p. 223.

51  Ibidem, p. 232.

52  Ibidem, p. 241.

53 Ibidem, p. 232.

54 Ibidem, p. 233.

55 Ibidem, p. 158.

56  Ibidem, p. 165.

57  « i nostri fratelli meridionali » : ibidem, p. 159.

58  Il s’agit du psaume 103, v. 5, mais la source de la citation n’est pas mentionnée.

59  D’autres citations seront ajoutées dans l’édition de 1881. Ce relevé a été fait sur l’édition de 1876.

60  Ibidem, p. 262, citation de deux vers du poème Urania.

61  Les chapons de Renzo, par exemple, p. 88, ou Don Abbondio, p. 364.

62  Cf. la description du ciel de Lombardie, dans la soirée III de l’Appendice, qui rappelle celle que Manzoni en a fait dans les Promessi Sposi.

63  Dante et Manzoni sont sans aucun doute les auteurs qui représentent le mieux la littérature et la culture italiennes. Stoppani leur a d’ailleurs consacré des études : Il sentimento della natura e la Divina Commedia, Milano, Bernardoni, 1865 ; I primi anni di Alessandro Manzoni. Spigolature con aggiunta di alcune poesie inedite o poco note dello stesso A. Manzoni, Milano, Bernardoni, 1874.

64  A. Stoppani, op. cit., p. 481.

65  Après avoir collaboré à la revue rosminienne « La Sapienza » de Turin, Stoppani fonda en 1879 la revue « Il Rosmini ». Celle-ci eut une existence assez brève, puisqu’elle fut mise à l’Index en 1889.

66  A. Stoppani, op. cit., p. 361.

67  Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation? Conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882, Paris, Calmann-Lévy, 1949, t. I, pp. 905-906.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°6, Variations autour des idées de patrie, État, nation, 2002.

Référence électronique

Sandro Baffi, « « Fare gli Italiani » : Il bel paese d’Antonio Stoppani », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 29 mars 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/1599 ; DOI : 10.4000/italies.1599

Haut de page

Auteur

Sandro Baffi

Université Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org