Navigation – Plan du site
Patrie de toujours...

Gramsci et le Risorgimento

Pierre Laroche
p. 313-323

Résumé

En 1934-1935, Antonio Gramsci consacre l’un de ses Cahiers de prison au Risorgimento, avec des portraits inhabituels de Garibaldi, Crispi, Ferrari, D’Azeglio, Cavour etc. On ne s’étonnera pas qu’il y fasse aussi une large place à la question méridionale.

Mais ces portraits qu’il brosse sont faits dans le cadre de son analyse des stratégies différentes des formations et groupes politiques, précisément en fonction, pour une large part, de la question méridionale, qui est pour lui la version italienne de la question agraire et paysanne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Antonio Gramsci, Quaderno 3 (XX) 1930 [Miscellanea], § 13. I nipotini di padre Bresciani. Alfredo (...)

1En 1930, Antonio Gramsci, prenant pour première cible la Vita di Cavour publiée par Alfredo Panzini dans « l’Italia letteraria » du 9 juin au 13 octobre 1929, annonce son intention de s’attaquer aux lieux communs sur le Risorgimento : « La Vita di Cavour del Panzini mi servirà per fare una raccolta sui luoghi comuni sul Risorgimento »1.

2Il ne se limitera cependant pas à un sottisier. Le Risorgimento est l’un de ses lieux d’intérêt constant, présent dans le Cahier 2 (XXIV), 1929-1933, plus longuementdans le paragraphe 68du Cahier 9 (XIV),1932. Surtout, Gramsci consacre au Risorgimento la quasi-totalité du Cahier 19 (X), 1934-1935, avec des portraits inhabituels de Garibaldi, Mazzini, Cavour notamment, mais aussi, avec moins d’insistance sans doute, Pisacane, D’Azeglio, Crispi, Ferrari.

  • 2  Cet essai devait paraître en 1927. Il fut publié à Paris dans « Stato operaio » en janvier 1930, d (...)

3C’est que, à l’occasion de cette question-clé de l’histoire de l’Italie, Gramsci rencontre aussi des questions théoriques autour desquelles tourne toute sa réflexion et, avant et surtout après lui, celle d’une large part de la pensée socialiste : la question de l’État, celles des modalités de constitution d’une classe dirigeante, du rapport entre classe dirigeante et classe dominante, de ce qu’il nomme « hégémonie », du rôle des intellectuels, de la révolution et de la révolution passive. On ne s'étonnera pas qu'il y fasse aussi une large place à la question méridionale, comme modalité italienne de la question paysanne, ignorée, politiquement écartée, négligée ou, pour le moins, sous-estimée par les protagonistes du Risorgimento, question qu’il avait commencé à aborder dans un essai resté inachevé, Alcuni temi della quistione meridionale2, peu avant d’être arrêté et incarcéré le 8 novembre 1926.

4Les « portraits » évoqués ci-dessus n’en sont pas, du moins pas au sens de portraits littéraires. Dans le cadre d’une analyse des stratégies différentes des formations et groupes politiques italiens, souvent aussi en liaison avec l’analyse des stratégies de groupes sociaux et formations politiques dans l’histoire d’autres pays européens, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Russie, Gramsci s’arrête sur un trait du comportement politique d’un individu, qui peut avoir aussi des aspects psychologiques, mais qui l’intéresse essentiellement pour le rôle que ce personnage a joué ou non dans le développement du processus d’unité et d’indépendance de l’Italie.

5Rappelons d’entrée de jeu que, pour Gramsci, le Risorgimento n’est pas ce mouvement spontané, puissant, du peuple italien, toutes classes confondues, uni pour l’indépendance et l’unité italiennes, qu’une certaine historiographie de son temps voulait représenter. Non seulement parce qu’il constate et analyse les conséquences souvent dramatiques de l’unification italienne pour le sud de la péninsule et les îles, notamment pour sa Sardaigne natale, mais parce qu’il est attentif aux différences politiques, stratégiques et tactiques, des diverses formations qui ont participé au Risorgimento.

  • 3  Cf. Quaderno 19 (X) 1934-1935 [Risorgimento italiano], § 3. Le origini del Risorgimento, vol. III, (...)
  • 4 Ibidem, p. 1971.

6Non qu’il nie la nécessité de l’unité et de l’indépendance, ni la réalité des aspirations à une Italie indépendante et unifiée face à l’insuffisance des divers États de l’Italie, incapables de soutenir la confrontation économique avec les autres pays européens, plus vastes et plus forts3. Dans le Cahier 19 (X), § 3, il reprend sur ce point un article de Gioacchino Volpe, Storici del Risorgimento a Congresso, publié par « l’Educazione fascista » de juillet 1932, mais conteste Volpe là où celui-ci voit dans le Risorgimento un moment de réélaboration d’éléments venus de la Révolution française, eux-mêmes élaborés précédemment en Italie, le XVIIIe siècle étant, pour Volpe, Risorgimento lui-même. Et, selon Volpe, le Risorgimento réélaborerait ces éléments en fonction de « tradizioni proprie, mentalità propria, problemi propri, soluzioni proprie »4 à l’Italie. Or, pour Gramsci,

  • 5 Ibidem, pp. 1971-1972.

le forze tendenti all’unità erano scarsissime, disperse, senza nesso tra loro e senza capacità di suscitare legami reciproci […] fino al 1848. Le forze contrastanti a quelle unitarie […] erano invece potentissime, coalizzate e, specialmente come la Chiesa, assorbivano la maggior parte delle capacità e energie individuali che avrebbero potuto costituire un nuovo personale dirigente nazionale.5

  • 6 Ibidem, p. 1965. Il s’agit d’un article de G. Volpe intitulé Una scuola per la storia dell’Italia m (...)

7Gramsci, s’appuyant ici encore sur un article qu’il juge « assai notevole » de Gioacchino Volpe6, réévalue en même temps l’importance des conditions internationales du Risorgimento et, pour cela, remonte lui aussi au XVIIIe siècle, soulignant que, si au cours de ce siècle,

  • 7 Ibidem, pp. 1968-1969.

cominciano ad apparire e a consolidarsi le condizioni obbiettive, internazionali e nazionali, che fanno dell’unificazione nazionale un compito storicamente concreto (cioè non solo possibile ma necessario), è certo che solo dopo l’89 questo compito diventa consapevole in gruppi di cittadini disposti alla lotta e al sacrificio. La Rivoluzione francese, cioè, è uno degli eventi europei che maggiormente operano per approfondire un movimento già iniziato nelle “cose”.7

8Parmi les conditions internationales, il relève cependant une limite dans l’analyse de Volpe, comme chez la plupart des historiens du Risorgimento : la situation nouvelle du Vatican. Jusqu’au XVIIIe siècle, selon Gramsci, les grandes puissances européennes ne pouvaient pas accepter la naissance d’un État italien unifié qui aurait donné une base territoriale plus large à la Papauté, comme puissance politique et culturelle. L’émergence, au siècle des Lumières, d’un courant qui vise à une valorisation de l’Italie et de sa mission dans le monde indépendamment de la Papauté, crée une situation nouvelle, dissipe certaines craintes des grands États européens et ouvre de véritables perspectives pour la naissance d’un État unitaire italien :

  • 8 Ibidem, p. 1967.

Che il movimento liberale sia riuscito a suscitare la forza cattolico-liberale e a ottenere che lo stesso Pio IX si ponesse, sia pure per poco, nel terreno del liberalismo (quanto fu sufficiente per disgregare l’apparato politico-ideologico del cattolicesimo e togliergli la fiducia in se stesso) fu il capolavoro politico del Risorgimento e uno dei punti più importanti di risoluzione dei vecchi nodi che avevano impedito fino allora di pensare concretamente alla possibilità di uno Stato unitario italiano.8

9Cette analyse peut sans doute être discutée, mais elle renouvelle et enrichit la réflexion sur le rapport entre la Papauté et le Risorgimento. L’idée communément admise sur ce point est en effet qu’il apparaîtrait clairement que l’unité et l’indépendance de l’Italie ne pourront être acquises avec le Pape, ni même sans lui, mais contre lui, qu’après l’allocution de Pie IX devant le collège des cardinaux le 29 avril 1848, allocution dans laquelle il rappelle qu’il est le père de tous les fidèles et, après avoir un temps été sensible à la proposition néo-guelfe avancée notamment par l’abbé Gioberti, refuse son soutien à l’entreprise du Piémont engagé dans la première guerre d’indépendance pour libérer la Lombardie de la domination de l’Autriche, puissance catholique. Pour Gramsci, le rôle déterminant de l’Église et du Vatican, en Italie et en ce qui concerne le regard des grandes puissances européennes sur l’Italie, est déjà remis en question dès le XVIIIe siècle, quand cette tendance « laïque » revendique une primauté italienne affranchie de la Papauté.

  • 9 Quaderno 3 (XX) 1934-1935 [Miscellanea], § 38. I nipotini di padre Bresciani. A. Panzini : La Vita (...)

10De façon plus générale, Gramsci pense que l’élément international est ce qui a le plus compté pour le Risorgimento, pour ses principaux artisans, ceux qui en ont déterminé les orientations. Il reproche à Alfredo Panzini de ne pas l’avoir dit dans sa Vita di Cavour : « la grandezza di Cavour sarebbe messa ben più in rilievo e la sua funzione personale, il suo “eroismo”, apparirebbe ben più da esaltare »9. Toutefois, Gramsci estime que les facteurs internationaux ont été surestimés par le parti modéré et que, par exemple, Cavour craignait que l’expédition des Mille entraînât des complications internationales.

  • 10 Quaderno 1 (XVI) 1929-1930 [Primo quaderno], § 44, Direzione politica di classe prima e dopo l’anda (...)

Esisteva dunque in Cavour una certa deformazione professionale del diplomatico, che lo portava a vedere “troppe” difficoltà e lo induceva a una esagerazione cospirativa e a prodigi, che sono in gran parte funamboleschi, di sottigliezze e d’intrigo.10

11On peut alors considérer qu’il y a là deux prémisses d’ordre historique à la réflexion de Gramsci sur le Risorgimento, deux prémisses liées l’une à l’autre : la situation nouvelle du Saint-Siège compte tenu des contradictions du monde catholique italien et, par conséquent, les conditions internationales de cette phase décisive de l’histoire italienne.

12Une fois posé cela, on peut mettre au centre de la lecture de ce Cahier 19 (X), ainsi que des autres passages des Cahiers de prison traitant du Risorgimento, les analyses de Gramsci sur ce qui différencie les modérés et le Parti d’action.

13Ici encore, on se trouve devant deux questions liées : celle de la conception de l’unité nationale et celle de l’assise sociale de ces deux mouvances, qu’on ne peut appeler partis au sens contemporain. Avec, comme corollaire, ce qu’on pourrait appeler la dimension diplomatique de l’action des divers protagonistes tels que les voit Gramsci.

  • 11 Quaderno 1 (XVI) 1929-1930, § 43. Riviste tipo. vol. I, p. 38.

14Pour ce qui est de la question de l’unité, Gramsci part d’une évidence largement reconnue : le rôle dynamique du Piémont. Dans le Cahier I (XVI), de 1929-1930, il dégage, de façon sans doute un peu didactique, cinq forces motrices de l’histoire du parti d’action dans le Risorgimento11 :

151°/ la force urbaine septentrionale

162°/ la force rurale méridionale

173°/ la force rurale septentrionale-centrale

184° et 5°/ la force rurale de la Sicile et de la Sardaigne.

19Et il poursuit :

nel 59-60 […] il Nord inizia, il Centro aderisce pacificamente o quasi e, nel Sud, lo Stato borbonico crolla per la spinta dei garibaldini […] questo avviene perché il P. d’A. (Garibaldi) interviene dopo che i moderati (Cavour) avevano organizzato il Nord e il Centro […].

20Mais, dans le Cahier 6 (VIII), 1930-1932, Gramsci se fait sensiblement plus explicite quant au rôle du Piémont, de Cavour, des « modérés » :

  • 12 Quaderno 6 (VIII) 1930-1932 (Miscellanea), § 75, Il Risorgimento italiano, vol. II, p. 747.

lo Stato piemontese diventa motore dell’unità dopo il ’48, dopo cioè la sconfitta della destra e del centro politico piemontese e l’avvento dei liberali con Cavour. Ma i liberali di Cavour non sono dei giacobini nazionali […]. Concepiscono l’unità come allargamento dello Stato piemontese e del patrimonio della dinastia, non come movimento nazionale dal basso, ma come conquista regia.12

  • 13 Quaderno 2 (XXIV), 1929-1933, § 22, Stefano Jacini. Un conservatore rurale della nuova Italia, p. 1 (...)
  • 14 Quaderno 2 (XXIV), 1929-1933, § 56, Massimo d’Azeglio, vol. I, p. 213.

21On le voit, la reconnaissance, de la part de Gramsci, du rôle central du Piémont se fonde à la fois sur une constatation d’évidence et sur un regard critique quant à la conception de l’unité qui est celle de Cavour et des siens : pour lui, Cavour voulait avant tout « l’indipendenza senza la rivoluzione »13 et, plus ponctuellement peut-être, « non si trattava tanto per loro [D’Azeglio et Cavour, P.L.] di unificare l’Italia quanto di impedire che operassero i democratici »14. Gramsci n’est pas loin du Tancrède de Lampedusa, pour qui, si l’on veut que tout reste en l’état, il faut que tout change.

22C’est dans ce cadre qu’on peut situer un « portrait » qu’il donne de Cavour, en liaison avec les enjeux politiques de son temps :

  • 15 Quaderno 6 (VIII), 1930-1932, § 89, Politica e diplomazia, vol. II, pp. 765-766.

non fu solo un diplomatico, ma anzi essenzialmente un politico “creatore”, solo che il suo modo di “creare” non era da rivoluzionario ma da conservatore. […] Il problema non era di suscitare una nazione che avesse il primato in Europa e nel mondo, e uno Stato unitario che strappasse alla Francia l’iniziativa civile, ma di rappezzare uno Stato unitario purchessia. I grandi programmi di Gioberti e di Mazzini dovevano cedere al realismo politico e all’empirismo di Cavour.15

23Gramsci va en effet plus loin dans son examen du rôle central du Piémont, de Cavour et dans l’analyse de ce qu’il appelle l’« hégémonie » modérée, relevant que Mazzini, Garibaldi, le Parti d’action, étaient sous l’emprise de cette hégémonie, piégés en quelque sorte par un mot d’ordre, « indipendenza e unità », qui évacuait la question sociale, c’est-à-dire la question agraire, ou, comme il le précise parfois, la question paysanne.

  • 16 Quaderno 19 (X) 1934-1935 (Risorgimento italiano),§ 24, Il problema della direzione politica nella (...)

Il Partito d’azione […] era esso stesso attratto e influenzato, sia per l’atmosfera di intimidazione (panico di un 93 terroristico rinforzato dagli avvenimenti francesi del 48-49) che lo rendeva esitante ad accogliere nel suo programma determinate rivendicazioni popolari (per esempio la riforma agraria) sia perché alcune delle sue maggiori personalità (Garibaldi) erano […] in rapporto personale di subordinazione coi capi dei moderati.16

  • 17 Ibidem, p. 2011.
  • 18 Ibidem, p. 2014.

24Et il juge que cette hégémonie modérée s’est maintenue au-delà de 1870 et 1876. Le « trasformismo » n’aurait été que l’expression parlementaire de cette « azione egemonica intellettuale, morale e politica »17. C’est vraiment la question paysanne qui est, selon Gramsci, le point faible, politiquement et culturellement, du Parti d’action. Certes, il lui manquait, selon lui, un programme de gouvernement18, mais la question sur laquelle il ne sut pas disputer le terrain aux modérés, ce fut bien celle du rapport aux paysans :

  • 19 Ibidem, p. 2024.

per contrapporsi efficacemente ai moderati, il Partito d’Azione doveva legarsi alle masse rurali, specialmente meridionali […] il collegamento delle diverse classi rurali che si realizzava in un blocco reazionario attraverso i diversi ceti intellettuali legittimisti-clericali poteva essere dissolto per addivenire ad una nuova formazione liberale-nazionale solo se si faceva forza in due direzioni : sui contadini di base […] e sugli intellettuali degli strati medi e inferiori.19

  • 20 Ibidem, p. 2045.

25En fait, toujours selon Gramsci, le Parti d’action, pas plus que les modérés, ne faisait pas confiance à la paysannerie, considérant que les aristocrates et les propriétaires étaient « nationaux », mais pas les millions de paysans20.

  • 21 Ibidem, p. 2039.
  • 22  « Gli intellettuali […] sono sotto l’influsso dei grandi proprietari terrieri e questi, direttamen (...)

26Mais on voit aussi apparaître une question nouvelle : celle du rôle des intellectuels. Gramsci, très sévère pour les intellectuels méridionaux dont il dit qu’ils ont été l’objet de faveurs personnelles et sont devenus ainsi « uno strumento della politica settentrionale »21, a souvent souligné le rôle des intellectuels méridionaux pour la création d’un « bloc » rural où paysans et propriétaires terriens se retrouvent sur une base idéologique favorable à ces derniers22. On sait que sa définition des intellectuels n’est pas restrictive et, en particulier, qu’il considérait que les membres d’un parti étaient, à ce titre, des intellectuels. De façon générale, donc, les « modérés » étaient porteurs et diffuseurs, parfois même créateurs, d’une idéologie modérée qui, du fait de leur position dans la société, jouait un rôle structurant de l’hégémonie des classes dominantes :

  • 23 Quaderno 19 (X) 1934-1935 (Risorgimento italiano), § 24, vol. III, p. 2011.

I moderati erano intellettuali “condensati” già naturalmente dall’organicità dei loro rapporti con i gruppi sociali di cui erano l’espressione […] erano un’avanguardia reale, organica delle classi alte, perché essi stessi appartenevano economicamente alle classi alte […] esercitavano una potente attrazione, in modo “spontaneo”, su tutta la massa d’intellettuali d’ogni grado […]. Il Partito d’azione non […] poteva avere […] un simile potere d’attrazione.23

  • 24 Quaderno 1 (XVI) 1929-1930 (Primo quaderno), § 44, Direzione politica di classe prima e dopo l’anda (...)
  • 25  Cf. Quaderno 15 (II) 1933 (Miscellanea), § 11, Machiavelli, vol. III, p. 1767.
  • 26 Quaderno 14 (I) 1932-1935 (Miscellanea), § 7, Risorgimento, vol. III, p. 1660.

27Ainsi, le parti modéré, après son passage au « cavourismo » après 1848, a appauvri le mouvement mazzinien. « Storicamente il Partito d’azione fu guidato dai moderati […] da Cavour e da Vittorio Emmanuele II »24. Pour Gramsci, les choses vont même assez loin car il affirme que Cavour était conscient du rôle qu’il jouait et de celui que jouait Mazzini, tandis que Mazzini n’était conscient ni de l’un ni de l’autre !25 Et, du coup, Garibaldi est considéré comme anachronique et provincial, au même titre que Victor Emmanuel II et les Bourbons de Naples, « perché tutta l’Italia era anacronistica e provinciale »26.

  • 27  Quaderno 1 (XVI) 1929-1930 (Primo quaderno), § 44, vol. I, p. 40.

28Si le Parti d’action a été à ce point inefficace alors que les modérés ont joué un rôle dirigeant dans le Risorgimento, ce n’est toutefois pas dû aux limites de ses dirigeants, que Gramsci ne sous-estime pas, c’est dû au fait que les modérés représentaient une classe relativement homogène « mentre il Partito d’azione non si appoggiava specificamente a nessuna classe storica »27.

29En fin de compte, la façon dont Gramsci voit Cavour et ses contemporains nous en dit peu sur leur psychologie, un peu plus sur leurs compétences et leur intelligence politique, et donc un peu aussi sur « le rôle de l’individu dans l’histoire », mais beaucoup sur le regard qu’il porte lui-même sur le Risorgimento et beaucoup sur sa théorie de la prise du pouvoir, sur l’importance de l’hégémonie, du rôle de l’idéologie en politique.

Haut de page

Notes

1  Antonio Gramsci, Quaderno 3 (XX) 1930 [Miscellanea], § 13. I nipotini di padre Bresciani. Alfredo Panzini : La Vita di Cavour, in Quaderni del carcere, edizione critica dell’Istituto Gramsci, a c. di Valentino Gerratana, Torino, Einaudi 1975, vol. I, p. 299. Cette édition sera l’édition de référence pour cet article. L’analyse de Panzini ici incriminée paraîtra en volume chez Mondadori en 1931. Gramsci y reviendra à diverses reprises, plus longuement, dans ce même Cahier 3 (XX) au § 38, puis dans le Cahier 23 (VI), 1934, § 32.

2  Cet essai devait paraître en 1927. Il fut publié à Paris dans « Stato operaio » en janvier 1930, dans l’état d’inachèvement où il avait été retrouvé au domicile turinois de Gramsci.

3  Cf. Quaderno 19 (X) 1934-1935 [Risorgimento italiano], § 3. Le origini del Risorgimento, vol. III, p. 1969.

4 Ibidem, p. 1971.

5 Ibidem, pp. 1971-1972.

6 Ibidem, p. 1965. Il s’agit d’un article de G. Volpe intitulé Una scuola per la storia dell’Italia moderna, publié dans le « Corriere della sera » du 9 janvier 1932.

7 Ibidem, pp. 1968-1969.

8 Ibidem, p. 1967.

9 Quaderno 3 (XX) 1934-1935 [Miscellanea], § 38. I nipotini di padre Bresciani. A. Panzini : La Vita di Cavour, vol. III, p. 316.

10 Quaderno 1 (XVI) 1929-1930 [Primo quaderno], § 44, Direzione politica di classe prima e dopo l’andata al governo, vol. I, p. 54.

11 Quaderno 1 (XVI) 1929-1930, § 43. Riviste tipo. vol. I, p. 38.

12 Quaderno 6 (VIII) 1930-1932 (Miscellanea), § 75, Il Risorgimento italiano, vol. II, p. 747.

13 Quaderno 2 (XXIV), 1929-1933, § 22, Stefano Jacini. Un conservatore rurale della nuova Italia, p. 179. Ailleurs, Gramsci parlera de « rivoluzione senza rivoluzione […] rivoluzione passiva » (Quaderno19 (X) 1934-1935 (Risorgimento italiano),§ 24, Il problema della direzione politica nella formazione e nello sviluppo della nazione e dello Stato moderno in Italia, vol. III, p. 2011).

14 Quaderno 2 (XXIV), 1929-1933, § 56, Massimo d’Azeglio, vol. I, p. 213.

15 Quaderno 6 (VIII), 1930-1932, § 89, Politica e diplomazia, vol. II, pp. 765-766.

16 Quaderno 19 (X) 1934-1935 (Risorgimento italiano),§ 24, Il problema della direzione politica nella formazione e nello sviluppo della nazione e dello Stato moderno in Italia, vol. III, p. 2013.

17 Ibidem, p. 2011.

18 Ibidem, p. 2014.

19 Ibidem, p. 2024.

20 Ibidem, p. 2045.

21 Ibidem, p. 2039.

22  « Gli intellettuali […] sono sotto l’influsso dei grandi proprietari terrieri e questi, direttamente e indirettamente, in modo parziale o in modo totale, sono diretti dalla grande borghesia, specialmente finanziaria » Quaderno 3 (XX) 1930 (Miscellanea),§ 39, Passato e presente, vol. I, p. 317.

23 Quaderno 19 (X) 1934-1935 (Risorgimento italiano), § 24, vol. III, p. 2011.

24 Quaderno 1 (XVI) 1929-1930 (Primo quaderno), § 44, Direzione politica di classe prima e dopo l’andata al governo, vol. I, pp. 40-41.

25  Cf. Quaderno 15 (II) 1933 (Miscellanea), § 11, Machiavelli, vol. III, p. 1767.

26 Quaderno 14 (I) 1932-1935 (Miscellanea), § 7, Risorgimento, vol. III, p. 1660.

27  Quaderno 1 (XVI) 1929-1930 (Primo quaderno), § 44, vol. I, p. 40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°6, Variations autour des idées de patrie, État, nation, 2002.

Référence électronique

Pierre Laroche, « Gramsci et le Risorgimento », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/1610 ; DOI : 10.4000/italies.1610

Haut de page

Auteur

Pierre Laroche

Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org