Navigation – Plan du site
Intermède récréatif

Voyage au bout de l’erreur. Les traductions cocasses

Michèle Carzacchi Fonda
p. 429-449

Résumé

Deux langues voisines comme l’italien et le français ne sont pas forcément faciles à traduire. L’apprenti-traducteur doit être constamment sur ses gardes pour éviter l’écueil des multiples interférences. Car l’apparente simplicité d’une structure habituelle représente souvent une difficulté de réexpression, provoque l’erreur et donne lieu à des traductions cocasses pouvant parfois même ressembler à des jeux de mots. Jeux de mots bien entendu involontaires. C’est ce qui ressort de notre analyse des erreurs réalisée à partir de textes italiens traduits en français par des étudiants de la SSLMIT (Université de Trieste).

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

traduction

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

Avec les mots on ne se méfie jamais suffisamment…
Des mots il y en a des cachés parmi les autres comme des cailloux, donc on ne se méfie jamais assez des mots, c’est ma conclusion.
Céline

  • 1  M. Hédiard, Langues voisines, langues faciles ? In « Studi italiani di linguistica teorica ed appl (...)

1« L’impression de familiarité qui se dégage entre deux langues voisines empêche de prendre conscience de la distance qui sépare les deux systèmes linguistiques ». Cette affirmation de M. Hédiard1 a fait surgir un souvenir, une scène charmante et amusante à la fois.

2En vacances sur une plage du Sud de la France, une petite fille italienne annonce à sa maman qu’elle va jouer avec ses petits camarades. « Maman, dit-elle, je vais à les jeux ». « Non, lui dit sa maman, aux jeux ». Et la petite, docile, de répéter : « Je vais aux les jeux, maman ».

  • 2  M. Ajello, Silvio sbaglia i manifesti in tedesco, ma è lunga la lista dei bocciati in lingue, «Il (...)

3Et comment résister à la tentation de mentionner un article paru dans le « Messaggero » portant sur La simpatica maledizione della lingua straniera2 ? Une longue liste des recalés en langues y figure. Parmi les nombreuses et cocasses anecdotes nous en avons retenu une : lors d’une séance au Parlement de Bruxelles, une députée italienne, furieuse de n’avoir pas été interpellée, s’exclama : « Monsieur le Président, vous m’avez sautée deux fois ».

4Ces trébuchements authentiques font sourire et sont pour le moins saugrenus.

5La liste est infinie, elle ne s’arrête pas là ; et c’est en corrigeant les copies de traduction des étudiants de la S.S.L.M.I.T. (Université de Trieste – Formation Traducteur, Interprète) que l’idée a germé : repérer les erreurs de traduction cocasses. Erreurs non contrôlées, involontaires, produites par l’apprenti-traducteur et qui sont dues pour la plupart à des ambiguïtés morphologiques, syntaxiques et lexicales.

  • 3  L. Truffaut, Traducteur tu seras, Bruxelles, Ed. du Hazard, 1997.

6« La première grande tendance des étudiants est la fascination des mots et de leur séquence, qui vient d’imprégnations scolaires. De façon à les guérir une fois pour toutes de ce mal on leur montrera jusqu’à la caricature l’absurdité du transcodage absolu »3. Ce conseil de L. Truffaut, nous avons voulu l’appliquer à la lettre. Voici un exemple humoristique d’un bref passage de traduction :

  • 4  Mino Milani, Ma i libri no, da La casa, la vita, in « Architectural Digest », N. 107, aprile 1990.

Vivo in questa casa da sempre. Non ci sono nato, per la verità, ma mi hanno portato qui quando avevo cinque mesi. […] Lavoro nello studio che fu di mio padre, e di lui ho una fotografia, in un quadro appeso proprio sopra la macchina per scrivere, di quando era ufficiale nella prima guerra mondiale. […] Morì a 56 anni, più giovane di quanto non mi trovi ad essere io ora, e la cosa mi commuove un po’, se ci penso, e mi imbarazza, anche, non mi par giusta.4*Je vis dans cette maison de toujours. Je ne suis pas y né vraiment, mais on m’a apporté ici à l’étage de 5 ans. Je travaille dans le boureau que c’était à mon père, et j’ai une photo de lui dans un carre affiché au-dessus de la machine à taper du temps quand il était official dans la première guerre mondiale. Il tomba mort à 56 ans, plus jeune de moi maintenant et ça m’émouve un peu et m’embarasse, et je ne la trouve pas juste.

7Cette ostentation, cet étalage des erreurs vont-ils être thérapeutiques comme le souhaite Truffaut ? Considéré comme une panacée, le signalement de ces erreurs cocasses pourrait déclencher chez l’apprenti-traducteur le bon réflexe : prise de conscience de l’écart, assimilation des codes grammatical et lexical de la langue étrangère, et peut-être la peur du ridicule va-t-elle aussi y contribuer.

  • 5  J. Delisle, L’analyse de discours comme méthode de traduction, Ottawa, University of Ottawa, 1980.
  • 6  A. Martinet, Éléments de linguistique générale, Paris, A. Colin, 1970.

8Mais il reste que « conditionné par sa langue maternelle le traducteur doit exercer une vigilance de tous les instants pour résister aux interférences… » (J. Delisle)5 et il faut donc être constamment aux aguets car nous avons tendance « à réarticuler l’expérience étrangère selon le modèle qui nous est familier » (A. Martinet)6.

9Le corpus analysé est composé d’énoncés inscrits dans des contextes variés. Il s’agit de traductions écrites, de l’italien en français, par des étudiants universitaires. Les textes italiens sont authentiques : articles de presse et extraits d’œuvres littéraires contemporaines. Les erreurs cocasses que nous avons relevées sont au nombre de 170 ; 80 dans les textes de presse, 90 dans les textes littéraires. Nous n’en avons retenu que 30.

  • 7  R. Galisson, D. Coste, Dictionnaire didactique des langues, Paris, Hachette, 1976.

10Ces anomalies surtout « sémantiques combinatoires », comme les appelle Galisson dans le Dictionnaire de didactique des langues7, sont dues à « des interférences avec la langue maternelle ou à une méconnaissance des contraintes habituelles de sélection et d’insertion lexicale dans la langue étrangère ». Ces infractions au code de la langue pourront être évitées avec l’explication et le réemploi. Mais aussi avec une grande concentration.

  • 8  P. Guiraud, Les jeux de mots, Paris, P.U.F., 1979.

11S’agissant d’anomalies cocasses voire étranges, bouffonnes, étonnantes, drôles, plaisantes, inattendues, nous ne pouvions pas ne pas penser aux jeux de mots. En analysant de plus près les erreurs en question, nous avons constaté que nombre d’entre elles ressemblaient à des jeux de mots. Jeux de mots bien entendu involontaires. Nous nous sommes pris à notre propre jeu et voulant aller plus loin, nous avons voulu vérifier si les erreurs de traductions sélectionnées pouvaient correspondre à la typologie des jeux de mots proposée par Pierre Guiraud8, encore qu’il soit difficile de s’y retrouver et dans leur classement et dans leur description, comme l’affirme l’auteur.

  • 9  P. Robert, Grand Robert de la langue française, Paris, Le Robert, 1985.
  • 10  P. Guiraud, op. cit.

12La définition est complexe, Guiraud se retranche derrière l’explication du dictionnaire : « Allusion plaisante fondée sur l’équivoque de mots qui ont une ressemblance phonétique mais contrastent par le sens » (Robert)9. Mais si « l’équivoque constitue l’essence du jeu de mots, nous ne devons pas le réduire à la seule équivoque » (Guiraud)10.

13Au cours de ce bref parcours didactique nous retiendrons les trois grands types de jeux de mots : la substitution, l’enchaînement et l’inclusion, en nous efforçant d’expliquer les processus mentaux impliqués dans l’acte de traduire et qui ont pu provoquer l’erreur chez l’étudiant.

14– La première partie portera sur la substitution, et parmi ses différentes espèces nous distinguerons les à-peu-près (néologismes expressifs), les calembours (interférences polysémiques), les calembours complexes (interférences morphosyntaxiques) ;

15– L’enchaînement fera l’objet de la deuxième partie, et nous prendrons en considération  la fausse coordination, l’enchaînement par homophonie ;

16– Nous aborderons enfin l’inclusion, dans une troisième partie, et plus particulièrement la permutation (portant sur les lettres, les sons, les mots), l’interpolation (mots-valises) ;

17– Dans un dernier volet nous exposerons quelques réflexions tirées de notre analyse en nous permettant quelques suggestions.

I. LA SUBSTITUTION

18La forme la plus classique du jeu de mots est bien la substitution, substitution d’un terme par un terme analogue.

a) Les néologismes expressifs :

19Parmi les à-peu-près, Guiraud distingue également les mots fabriqués qui sont en quelque sorte des néologismes expressifs.

  • 11  A. Guatelli, Guigou, la dama di ferro, esperta in tattica politica, « Corriere della sera », 05-06 (...)

Uno dei suoi momenti più infuocati è stato il sostegno offerto al presidente Mitterrand, durante gli assalti di Chirac, primo ministro, tra il 1986 e il 1988, anni di coabitazione…11
*…Elle s’est rangée à côté du Président Mitterrand quand il était obstacolé par Chirac,…

20Il semble que l’apprenti-traducteur ait voulu reformuler la séquence en langue maternelle : le calque est évident. Alors qu’un rendu littéral aurait été acceptable.

  • 12  G. Mazzini, Lo sviluppo dell’agriturismo in Italia, in « Arrivederci », Alitalia, N. 87, marzo 199 (...)

…Piccole variazioni di una filosofia più generale che è quella di ospitare gente in casa propria…12*...Petites variations d’une philosophie plus générale qui est celle d’auberger des gens dans sa propre maison…

21Le lapsus est flagrant et presque pardonnable. Il y a eu sans doute un glissement de sens et de son avec les mots « auberge, héberger et hébergement ». Nous avons même rencontré dans une autre copie « aubergement ».

  • 13  V. Brancati, Storia di un uomo che per due volte non rise, in Il vecchio con gli stivali e altri r (...)

…Secondo altri, infine, non ci fu né vento né alcuna nevicata…13
*…Selon d’autres enfin, il n’y eut ni vent, ni aucune neigée

22Le calque italien est manifeste. L’apprenant s’est peut-être rappelé que beaucoup de mots italiens au suffixe en « ata » se traduisent en français par les suffixes en « ée », comme « une année » pour « un’annata », « une poignée » pour « una manciata ». Il reste que l’équivalent n’existe pas en français, on parlera donc de « chute de neige ».

  • 14  I. Calvino, Sotto il sole giaguaro, Milano, Garzanti, 1986.

…Finché al mattino ti troveresti bloccato da reggimenti di vecchie signore con la dentiera e la veletta azzurra sulla permanente…14*…et le matin, tu te trouverais bloqué par des troupes de vieilles dames à la dentière et à la voilette bleue sur les cheveux frisés...

23Nous avons une infraction au code morphologique qui conduit à une création lexicale loufoque. Ici aussi il s’agit d’un calque facilement reconnaissable. C’est en quelque sorte un à-peu-près fondé sur une homophonie approximative. À remarquer la variation du genre, en italien : « la dentiera », en français : « le dentier ».

  • 15  D. Buzzati, La Maga, in Tre storie del Veneto, da Le notti difficili, Milano, Mondadori, 1971.

…Vede suo marito Duilio sotto una pergola che pacifico e contento sta giocando alle bocce.15*…Elle voit son mari Duilio sous une abrisette tout tranquille et bien heureux, en train de jouer aux boules.

  • 16  G. Kassai, Problemi della traduzione francese di Danubio, in Atti del convegno internazionale, Tri (...)

24Amusant, ce diminutif fabriqué par l’étudiant qui de toute évidence ne connaissait pas la traduction du mot. Or « pergola » n’est autre qu’un emprunt de l’italien « pergola », une espèce de tonnelle. Il y a eu probablement reformulation et adjonction d’un diminutif si cher à la langue italienne. Il s’agit de « l’affectivité italienne à laquelle l’affectivité française ne répond pas toujours : l’abondance des suffixes, diminutifs, augmentatifs, péjoratifs, etc. »16.

b) Les calembours.

  • 17  P. Guiraud, op. cit.

25La deuxième espèce de substitution concerne les calembours : « une équivoque phonétique, à intention plaisante et plus ou moins abusive ». Ici les calembours reposent surtout sur la polysémie. « Le jeu consiste à actualiser un sens insolite et cocasse aux dépens du sens normalement attendu »17.

  • 18  E. Biagi, Grazie Francia, « Corriere della sera illustrato », Anno 2, N. 8, 25-02-1978.

…i tedeschi che cosa sono : un paio di stivali, un boccale di birra, le calze nere e le cosce candide di Marlene Dietrich?18*… que sont les Allemands : une paire de bottes, un bocal  de bière, les bas noirs et les cuisses candides de Marlene Dietrich ?

26C’est un calque de l’italien. En français l’adjectif « candide » n’est employé qu’au sens figuré : naïf, simple, etc… d’où le ridicule de la traduction. L’erreur est d’autant plus surprenante que « l’Ange Bleu » incarné par Marlene Dietrich était loin d’être naïf. Ici c’est tout simplement « les cuisses blanches ».

  • 19  E. Montale, Le rose gialle, in Farfalla di Dinard, Milano, Mondadori, 1969.

…e gettò indietro con alterigia uno spazzolino di capelli rossi…19*…et elle rejeta avec orgueil une petite brosse de cheveux rouges

  • 20  E. Arcaini, Universaux chromatiques et relativisme culturel, in Repères 2, Roma, Do.Ri.F, 1987.

27La combinaison des couleurs avec certains éléments peut en caractériser l’emploi particulier. « Là où les Français voient roux, les Italiens voient rouge, à propos des cheveux, et même de la lune, et c’est pourtant la même réalité qu’ils évoquent [...] En règle générale il y a accord entre les deux langues (italien-français) qui perçoivent et dénomment les mêmes réalités physiques. Il y a désaccord lorsque le “fond”, la couleur fondamentale de base, requiert pour s’exprimer avec plus de finesse, un raccord autre que la définition de la couleur physique, généralement acceptée. Ce qui explique certains doublets (roux/rouge). On peut parler de relativisme culturel » (Arcaini)20.

28Ici, le transcodage absolu donne une image très surprenante.

  • 21  D. Buzzati, Riservatissima al Signor Direttore, da Il colombre, Milano, Mondadori, 1966.

…Ma sarebbe una truffa, uno sfruttamento ignobile…21
…Mais cela serait une truffe, une exploitation ignoble…

29C’est une interférence phonologique, un transfert partiel de l’italien qui ressemble à un calembour phonétique et lexical. Comme on sait « la truffe » est « il tartufo ». Cela pourrait être un lapsus involontaire. Alors que la « truffa »  n’est autre qu’une « escroquerie ».

  • 22  D. Buzzati, La torre Eiffel, ibidem.

…una sera che mi avviavo per rincasare, mi ferma per strada un signore sui 40 anni con cilindro…22
…un soir comme je rentrais chez moi, un monsieur au cylindre, d’environ 40 ans m’arrête…

30Traduction littérale de « cilindro ». Il est vrai que cylindre est la traduction de « cilindro ». Mais dans ce contexte particulier, pour cette acception, le français l’appelle « haut de forme » ou plus précisément « chapeau haut de forme ». « Le monsieur au cylindre » est une traduction saugrenue.

  • 23  G. Martinotti, Coabitazione anno primo, « La Repubblica », 06-06-1997.

…non ha baciato le donne, ma ci ha accolto gentilmente, ha detto Catherine Trautmann, ministro della cultura…23*…Il n’a pas baisé les femmes mais il nous a accueillies gentiment, a déclaré C. Trautmann, ministre de la culture.

  • 24  C. Duneton, La puce à l’oreille, Paris, Ed. Stock, 1978.
  • 25  E. Nida, Linguistics and ethnology in translation problems, Word 2, 1945.

31Nous nous trouvons devant une ambiguïté lexicale qui déclenche spontanément le rire. « Si autrefois “baiser” voulait dire seulement “donner un baiser”, aujourd’hui et même bien avant », déclare C. Duneton24, « il signifie : faire l’amour ». Il est aisé de comprendre le grotesque de la situation (Il s’agissait du Président Mitterrand qui accueillait pour la première fois à l’Élysée les membres du gouvernement). D’où l’importance de bien connaître le monde culturel des deux langues confrontées. Il est bon de se référer à la recherche des équivalences classées par Nida25. L’étudiant aurait pu traduire tout simplement par embrasser.

c) Les calembours complexes

32Ce sont les équivoques dues aux interférences morphosyntaxiques. Il s’agit en particulier d’erreurs cocasses dues à des liens grammaticaux altérés.

  • 26  I. Calvino, op. cit.

... finché al mattino ti troveresti bloccato da reggimenti di vecchie signore con la dentiera…26*…Et le matin tu te trouverais bloqué par des troupes de vieilles dames aux dents faux

33Il y a évidemment un calque de l’italien, une variation du genre. Comme on sait « dente » en italien est du masculin. Le cocasse est d’autant plus surprenant que le substantif est suivi d’un adjectif. L’étudiant ne connaissant probablement pas le mot « dentier », a pratiqué la reformulation. Mais en français il faut également recourir à une antéposition de l’adjectif : « de fausses dents ». Phonologiquement « dents faux » pourrait être interprété comme un seul mot, un néologisme expressif, presque un mot-valise.

  • 27  D. Buzzati, La torre Eiffel,cit.

... appoggiato al muro sta un quadro alto un paio di metri…27*…appuyé au mur se trouve un tableau haut un paire de mètres...

34Nous avons encore une fois un calque de l’italien. La traduction est du mot à mot. L’erreur est due à la variation du genre (« une paire » dit le français) et à l’antéposition de l’adjectif « haut ». Le mot « paire » n’est pas employé au sens figuré en français ; « un paio d’anni » sera traduit : « deux ans environ ». Dans cette séquence nous pouvons constater l’agrammaticalité due à l’ignorance ou au manque de maîtrise de la langue cible. Le texte français correct pourrait être : « quelques mètres de haut » ou « environ deux mètres de haut ».

  • 28  D. Buzzati, Siamo spiacenti di…, Milano, Mondadori, 1975.

…Niente paura eh, stavolta ? fece l’uomo apertamente beffardo…28*…Vous n’avez pas eu peur cette fois-ci n’est-ce pas ? dit l’homme ouvrementmoqueur…

35L’incohérence du discours est due à un écart par rapport aux normes grammaticales. Il s’agit de la troncation d’un adverbe. L’apprenant ne connaît sans doute pas, ou n’a pas su appliquer, la règle de la formation des adverbes : « ouvert, ouverte, ouvertement ».

  • 29  I. Calvino, op. cit.

…Certo, ci sono nel palazzo delle sale dette storiche che ti piacerebbe rivedere, anche se sono state rifatte da cima a fondo per restituire loro l’aria autentica che con gli anni si perde.29*…Certes, il y a dans le palais des salles dites historiques que tu aimerais voir de nouveau, même si on les a complètement refaites pour leur redonner l’air ancien qui s’est évanoui avec le couler du temps.

  • 30  P. Scavée, P. Intravia, op. cit.
  • 31  G. Kassai., op. cit.

36Il y a eu une volonté de reformulation dans la langue maternelle. La surprise est due à un infinitif substantivé forgé dans la langue d’arrivée qui est d’un effet très cocasse. L’étudiant italien a emprunté spontanément ce que Scavée et Intravia30 appellent « le complexe de Pietro Bembo », « la nobilitazione della prosa », qui est loin d’être inconnue en français, mais dont les procédés peuvent différer d’une langue à l’autre comme l’infinitif substantivé plus courant en italien et souvent difficile à traduire en français » (G. Kassai)31. Il n’y a donc pas eu suffisamment de détachement, d’effort d’adaptation. On aurait pu traduire par « au fil des années » qui rend bien cette idée du temps qui passe, mais aussi par « l’écoulement du temps ». Il se pourrait même que le traducteur ait été arrêté par l’inversion, plus libre en italien, mais pas toujours possible en français.

  • 32  I. Calvino, op. cit.

…riconosci nel tuo calendario di suoni i giorni di visita dal… blaterio dei ciceroni …32*…Tu arrives à reconnaître les jours de visite dans ton calendrier des sons… fait du bavarder des guides…

37L’erreur cocasse est due à l’infinitif substantivé calqué sur l’italien. Mais ici nous n’avons qu’une reformulation partielle. L’apprenant a traduit un substantif italien par un infinitif substantivé forgé par lui-même. Alors qu’il eût été plus simple d’emprunter « bavardage ».

II. L’ENCHAÎNEMENT

  • 33  P. Guiraud, op. cit.

38Il s’agit d’un « agencement, combinaison de choses formant un tout ou une suite, une liaison, une connexion d’objets qui sont entre eux dans un rapport mutuel »33. Parmi les espèces d’enchaînement nous prendrons en considération « la fausse coordination » et l’« enchaînement par homophonie » qui semblent mieux s’apparenter à nos erreurs cocasses.

a) La fausse coordination

39C’est un type d’attelage qui consiste à coordonner deux termes appartenant à des classes sémantiques différentes.

…Gli Italiani sono degli adorabili suonatori di mandolino e degli incantevoli mangiatori di pastasciutta (Anonimo)
*…Les Italiens sont d’adorables joueurs de mandoline et ils sont des ravissants bouffeurs de pâtes.

40L’effet est grotesque à cause du décalage du niveau de langue de deux mots en proximité : « ravissants » et « bouffeurs ». Bouffeurs étant un mot plutôt familier, disons que l’attelage est surprenant, absurde même, encore que Brigitte Bardot nous ait habitué à ce type de décalage ! Il est difficile de deviner la démarche de l’étudiant.

  • 34  V. Brancati, op. cit.

…Si brindò al nuovo secolo : se ne dissero di cotte e di crude sulla felicità…34*…On trinqua au nouveau siècle, on en dit des crues et des mûres sur la félicité…

41Le cocasse repose sur une confusion sémantique et une permutation des mots. L’attelage est boiteux, claudicant. C’est une fausse coordination qui donne une traduction approximative. Cela pourrait être dû à un trou de mémoire. En français : « des vertes et des pas mûres ».

b) L’enchaînement par homophonie.

  • 35  P. Guiraud, op. cit.

42On peut combiner l’enchaînement avec la substitution ; ceci en enchaînant des termes qui ont des propriétés communes » (P.Guiraud)35.

  • 36  E. Biagi, Francia, Milano, Rizzoli, 1978.

…Una volta i suoi sogni erano tanti diminutivi : la casetta, la mogliettina, lo stipendiuccio, la vetturetta, la piccola vita…36*…Autrefois, ces rêves étaient tous des diminutifs : la  maisonnette, l’épousette, la rétributionnette, la voiturette, la petite vie…

43Il s’agit d’une énumération où nous avons un enchaînement de termes formés sur un même suffixe. Ici, c’est le diminutif que l’italien affectionne particulièrement. Présentés en cascade, certains mots sont fabriqués de toutes pièces. Cela donne un effet des plus cocasses. Mais comme nous l’avons déjà dit, le français est moins souple que l’italien.

  • 37  G. Mazzini, art. cit.

…Aprivano le loro case e mettevano a disposizione degli ospiti quanto avevano : le loro stanze da letto… i bagni…37*…Ils ouvraient leurs maisons et mettaient à la disposition des hôtes tout ce qu’ils avaient : leurs chambres à lit, et leurs salles à bain

44L’énumération en question comprend des termes composés sur un modèle commun, mais l’incohérence réside dans la substitution du mot « coucher » dans « chambres à lit » et de la préposition « de » dans « salles à bain ». Cette dysfonction du langage provoque le rire. L’apprenti-traducteur a sans doute été influencé par une interférence automatique en faisant involontairement un enchaînement par écho.

III. L’INCLUSION

  • 38  P. Guiraud, op. cit.

45« Nous entendons, sous ce nom, les jeux de mots dans lesquels un message plus ou moins secret s’inscrit à l’intérieur du texte donné » (P. Guiraud)38. Avec l’inclusion on manipule la forme des mots par un arrangement des sons ou des lettres.

a) La permutation :

46Ce phénomène consiste à échanger de place deux ou plusieurs sons ou lettres à l’intérieur d’un mot ou d’une phrase.

47Permutation portant sur les lettres ou les sons

  • 39  M. Milani, art. cit.

…Lavoro nello studio che fu di mio padre, e […] di lui ho una fotografia, […] proprio sopra la macchina per scrivere…39*… Je travaille dans le bureau qui fut à mon père, et […] j’ai une de ses photographies […] au-dessus du daptilographe

48Le comique est dû au mot déformé par l’inclusion d’une lettre à la place d’une autre, et de l’emploi désuet du mot latent, « dactylographe ». Il s’agit en quelque sorte d’une permutation partielle. On suppose que l’apprenant, ignorant probablement la traduction de « macchina per scrivere », a pensé à la personne qui tape à la machine, c’est à dire à la dactylo. Il reste que le français parle de « machine à écrire ».

  • 40  D. Buzzati, La torre, in Tre storie del Veneto, cit.

… « Sono venuta a vedere se il signore ha bisogno di qualche cosa ». « No, niente, molto gentile » rispondo.40
*« Je suis venue voir, Monsieur, si vous avez besoin de quelque chose ». « Non, ça va, vous êtes très aimable », réponds-je.

49Le cocasse vient de l’inversion du verbe « répondre » à la première personne du singulier du présent de l’indicatif. L’incohérence réside dans la dissonance ; pour une question d’euphonie le français préfère éviter cette forme (cela concerne en général les verbes monosyllabiques se terminant par deux ou plusieurs consonnes ou ceux qui peuvent donner lieu à un double sens).

50Il s’agit d’une homonymie approximative, digne du plus pur San Antonio. C’est peut-être un lapsus involontaire du traducteur qui n’a pas encore saisi la sensibilité des sons. On peut citer l’exemple cocasse, « Suis-je éveillé ou dors-je ? ».

51Nous conseillons de recourir à une autre forme verbale, à un synonyme ou bien au discours indirect.

52– Permutation portant sur les mots

  • 41  M. Palscov Begov, Erasmus, come dire di no ?, « Il disciolto », giugno-luglio, 2000.

…Lo stesso Cézanne percorreva chilometri a piedi attraverso le distese provenzali…»41*…Le même Cézanne parcourait des kilomètres à pied à travers la Provence…

53L’interférence est morphosyntaxique. Le transcodage est absolu. L’anomalie repose sur l’antéposition de l’adjectif provoquant une ambiguïté lexicale. D’où un glissement de sens. « Cézanne lui-même »  aurait été tout à fait acceptable.

  • 42  E. Belotti, Dalla parte delle bambine, Milano, Feltrinelli, 1979.

…Le figure femminili delle favole appartengono a due categorie fondamentali : le buone…e le maligne…42*…Les figures féminines des contes appartiennent à deux catégories fondamentales : les bonnes femmes et les méchantes…

54Ici aussi nous avons une ambiguïté lexicale due à l’antéposition de l’adjectif qui va changer la signification. Voir sur le même modèle : un « bon homme » et un « homme bon ».

  • 43  M. Milani, art. cit.

…Vivo in questa casa da sempre. Non ci sono nato per la verità…43*…Je vis dans cette maison depuis toujours, je ne suis pas y néen vérité…

55L’agrammaticalité est manifeste. Il y a un bouleversement des mots dû à des maladresses. Les liens grammaticaux sont altérés. La permutation du pronom « y » est surprenante. Il est intéressant de remarquer qu’involontairement le traducteur a construit un calembour homonymique : « jenesuispasyné ».

  • 44  D. Rea, Fiabe campane, Milano, Mondadori, 1984.

È una bella giornata … ma per me fa lo stesso. Bella o brutta, che cosa cambia ?…44*C’est une belle journée … belle ou mauvaise cela quoi change ?…

56Traduction partiellement littérale calquée sur l’italien. La permutation du mot « quoi » fait sourire là où l’interrogation familière serait : « Cela (ça) change quoi ? »

b) L’interpolation

  • 45  P. Guiraud, op. cit.
  • 46  P. Guiraud, Ibidem.

57« Ce codage consiste à introduire dans le corps du signe (mot ou phrase) des éléments conventionnels parasitaires qui en dissimulent la forme en la brouillant » (P. Guiraud)45.  Nous ne retiendrons ici que les mots-valises relevés dans notre corpus, qui peuvent être également apparentés à l'à-peu-près et qui sont parfois des pataquès. Il est bon de souligner qu’il s’agit bien évidemment de jeux de mots involontaires. Le terme est la traduction de l’anglais du mot « portmanteau » forgé par Lewis Carroll. « Comme une sorte de valise où deux éléments s’emboîtent l’un dans l’autre, comme les deux sens empaquetés dans un seul mot »46.

  • 47  C. Levi, Cristo si è fermato a Eboli, Torino, Einaudi, 1946.

Ho visto dei bambini seduti sull’uscio delle case […] con gli occhi semichiusi…47*J’ai vu des enfants assis sur le seuil des maisons, […] les yeux entrefermés

58S’agissant d’un calque de l’italien, on peut imaginer que l’étudiant a traduit presque littéralement. Il est même possible qu’il se soit rappelé le verbe « entrouvrir » et c’est une glissade involontaire vers le mot-valise. Un mot burlesque formé du télescopage de « entre » et « fermé ». Un néologisme expressif tout à fait étonnant.

  • 48  B. Valli, La sinistra a Parigi già canta vittoria, « la Repubblica », 19-02-2001.

Sempre meno sono dunque gli ostacoli che impediscono un matrimonio…48*Les obstacles qui empêchent un matrimoine diminuent donc…

59Le calque de l’italien est plus qu’évident. Un lapsus involontaire probablement influencé par le mot « patrimoine ». Le mot-valise est né à partir des mots « matri » et « moine ». Le français a conservé matriarcat et matrimonial, mais matrimoine est pour le moins cocasse.

  • 49  M. Milani, art. cit.

...Vivo in questa casa da sempre. Non ci sono nato, per la verità, ma mi hanno portato qui quando avevo cinque mesi…49
...Je vis dans cette maison depuis toujours. Je n’y suis pas né en vérité, mais on m’a apporté ici à l’étage de 5 mois…

60L’apprenti-traducteur a trébuché sur une interférence lexicale et phonétique à la fois. Deux mots se sont entrechoqués : le mot italien « età » et le mot français « âge » pour n’en former qu’un seul, insolite et comique. Contrairement aux deux autres mots-valises mentionnés plus haut, il ne s’agit pas d’un néologisme puisque le mot étage existe bel et bien en français.

61Les jeux de mots ne sont pas exclusivement volontaires ou fabriqués, ils peuvent même être involontaires et tout aussi cocasses. C’est ce qui ressort de notre analyse des erreurs de traduction : des lapsus, des à-peu-près, des calembours et même des mots-valises y figurent.

62Ces écarts significatifs sont dus, pour la plupart, à des erreurs interférentielles : le calque plus ou moins approximatif, le transcodage absolu, la reformulation partielle.

  • 50  P. Scavée, P. Intravia, op. cit.

63Ces lacunes interlinguistiques reflètent en partie une méconnaissance ou tout au moins une incomplète connaissance de ce que l’on appelle le génie de la langue. Chaque langue a ses propres caractéristiques. « Le français étant plus figé, l’italien est une langue plus malléable », plus souple dans ses structures linguistiques : c’est « le réel psychologique » dont parlent P. Scavée et P. Intravia50.

64– Ainsi la facilité de forger des néologismes en jouant avec les suffixes diminutifs a pu induire en erreur l’apprenti-traducteur italien qui n’a pu résister à la tentation de traduire « la pergola » par « l’abrisette ». De même que cet autre sans doute influencé par la chaîne des diminutifs du texte source a créé une énumération pour le moins comique : « la maisonnette, l’épousette, la rétributionnette, la voiturette … »

65– L’infinitif substantivé donne une valeur plus concrète à la phrase italienne et le français a une certaine difficulté à le rendre parfaitement. « Le bavarder des guides », que nous avons recensé dans notre analyse est, selon nous, un exemple typique de transfert de nos propres habitudes sur l’expérience étrangère. « Le couler du temps » est également un infinitif substantivé tout aussi amusant. Il convient de remarquer que dans les deux textes de départ (source d’erreur) ne figure aucun infinitif substantivé.

  • 51  G. Mounin, Teoria e storia della traduzione, Torino, Einaudi, 1965

66– L’italien recourt souvent à l’inversion, le français ne l’admet pas toujours : « … per restituire loro l’aria antica che con gli anni si perde », « … pour leur redonner l’air ancien qui s’est évanoui avec le couler du temps ». À cet égard, nous pouvons nous demander – mais  ce ne sont là que des suppositions – si l’apprenti-traducteur, voulant éviter l’inversion du texte italien : « che con gli anni si perde » n’est pas tombé à son insu dans celui de l’infinitif substantivé. Il convient de souligner qu’en analysant une traduction française de L’Infinito de G. Leopardi, Mounin signale une inversion fidèle au texte de départ qui, dit-il, est un véritable contresens rythmique. « Toujours il me fut cher ce coteau solitaire »51.

67– Le transfert dévoile également l’écart entre le niveau de la langue de départ et celui de la langue d’arrivée. Cela est probablement dû à un manque de sensibilité, d’affectivité qui entraîne souvent un abaissement ou un haussement du niveau de langue. « …Il n’a pas baisé les femmes » en est un exemple éclatant.

68Nous voudrions enfin introduire une brève considération.

  • 52  G. Doca, Analyse psycholinguistique des erreurs faites lors de l’apprentissage d’une langue étrang (...)

69Dans une analyse psycholinguistique de l’erreur, G. Doca a démontré que « la proportion la plus importante est celle des erreurs dues à la substitution d’un élément correct par un élément erroné »52. Suivent l’omission, l’adjonction et l’inversion. Il est intéressant d’observer que les jeux de mots par substitution, sélectionnés dans notre analyse des erreurs de traduction cocasses, s’avèrent être les plus fréquents.

70Après ce dépouillement des erreurs, une question se pose, voire  plusieurs : est-ce que l’erreur a du bon ? Est-ce que l’erreur est utile ? Faut-il faire des erreurs pour ne plus en faire ?

  • 53  L. Truffaut, op. cit.
  • 54  J. Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Gallimard, 1994.

71Nous estimons que « l’on peut apprendre des fautes et des trouvailles des autres », comme l’affirme L. Truffaut53. Il n’est nullement dans notre intention de nous poser en inquisiteur, car nous savons pertinemment que le « correcteur » n’est que « le révélateur d’une possibilité qu’il y avait et qu’il y a toujours…(!) de réussir telle traduction » (Ladmiral)54.

72De surcroît, si les erreurs sont cocasses, c’est l’occasion d’en rire ensemble. Peut-être l’hilarité va-t-elle contribuer à repérer l’erreur et surtout à comprendre l’écart qui l’a déclenchée, peut-être va-t-elle être un moyen de communication.

73Ces subversions du langage font sourire, car elles sont amusantes, loufoques, ridicules, grotesques même. Mais comment aider l’apprenti-traducteur à déceler la cocasserie de l’erreur, à la prévenir et éventuellement à l’éliminer, tout en évitant de le froisser ?  Comment exploiter ces erreurs ?

74En jouant, naturellement.

  • 55  R. Jakobson, Essais de linguistique générale, Paris, Éd. de Minuit, 1963.

75Jakobson55 lui-même ne disait-il pas qu’on peut faire jouer avec la langue ? (notamment en traduction intralinguale).

  • 56  P. Guiraud, op. cit.

76Une fois de plus, « les jeux de mots » de Guiraud vont nous inspirer : « Tout texte qui par sa forme en rappelle un autre joue sur le sens de ce dernier »56. Il s’agit du ludant et du ludé. « Le ludant est le texte plus ou moins insolite. Le terme est inattendu. Le ludé est le texte latent (sur lequel on joue). Le terme est normal, attendu ».

  • 57 30 J. Delisle, op. cit.

77Prenant modèle sur ces deux notions, nous proposons un exercice de correction qui consisterait à retrouver (comme un jeu), le texte latent, le ludé, à savoir le mot juste, et à le réinsérer dans son contexte normal. Pour aller plus loin dans la correction des erreurs, pour se familiariser avec l’art de la « réexpression »57 qui pourrait être une stratégie pédagogique.

78Voici quelques exemples cités dans notre analyse :

79Ludant                                                    Ludé

80*chambres à lit                                      chambres à coucher

81*salles à bain                                         salles de bains

82*cheveux rouges                                    cheveux roux

83*dents faux                                             fausses dents

84*des crues et des mûres                         des vertes et des pas mûres

  • 58  C. Fiori, Traduzioni : il museo degli errori, «la Repubblica », 09-01-1996.

85C’est sur une note optimiste que nous voudrions conclure ces quelques réflexions didactiques en citant un article paru dans le quotidien italien « la Repubblica » s’intitulant Traduzioni : il museo degli errori58. En voici un bref extrait, significatif à notre sens :

Errare è umano […]. Ma di sbagliare capita a tutti. Anzi, secondo Giovanni Raboni :“I migliori traduttori sono quelli che fanno più errori perché si lasciano trasportare dal testo e dall’immaginazione”. A non essere certa afflitta dalla sindrome del compito in classe era invece Natalia Ginsburg che, nel tradurre La recherche, ad un certo punto prese “meules”, “covoni”, per macine da mulino. Con il buffo risultato d’esser costretta a scrivere : “dorato come una macina da mulino”.
Errare è umano.

86Et si nous continuions à jouer en passant par les divers paliers de la démarche traductive ? Cela pourrait donner… « Se tromper est humain », « Il est humain de se tromper », « Tous peuvent se tromper », ou plutôt… « Tout le monde peut se tromper », et encore… « Tout le monde peut faire des erreurs », « Tout le monde peut commettre des erreurs », bref, l’erreur est humaine.

Haut de page

Notes

1  M. Hédiard, Langues voisines, langues faciles ? In « Studi italiani di linguistica teorica ed applicata », Roma, Ed. Liviana, 1989.

2  M. Ajello, Silvio sbaglia i manifesti in tedesco, ma è lunga la lista dei bocciati in lingue, «Il Messaggero », 18-03-2001.

3  L. Truffaut, Traducteur tu seras, Bruxelles, Ed. du Hazard, 1997.

4  Mino Milani, Ma i libri no, da La casa, la vita, in « Architectural Digest », N. 107, aprile 1990.

5  J. Delisle, L’analyse de discours comme méthode de traduction, Ottawa, University of Ottawa, 1980.

6  A. Martinet, Éléments de linguistique générale, Paris, A. Colin, 1970.

7  R. Galisson, D. Coste, Dictionnaire didactique des langues, Paris, Hachette, 1976.

8  P. Guiraud, Les jeux de mots, Paris, P.U.F., 1979.

9  P. Robert, Grand Robert de la langue française, Paris, Le Robert, 1985.

10  P. Guiraud, op. cit.

11  A. Guatelli, Guigou, la dama di ferro, esperta in tattica politica, « Corriere della sera », 05-06-1997.

12  G. Mazzini, Lo sviluppo dell’agriturismo in Italia, in « Arrivederci », Alitalia, N. 87, marzo 1997.

13  V. Brancati, Storia di un uomo che per due volte non rise, in Il vecchio con gli stivali e altri racconti, Milano, Bompiani, 1946.

14  I. Calvino, Sotto il sole giaguaro, Milano, Garzanti, 1986.

15  D. Buzzati, La Maga, in Tre storie del Veneto, da Le notti difficili, Milano, Mondadori, 1971.

16  G. Kassai, Problemi della traduzione francese di Danubio, in Atti del convegno internazionale, Trieste, Ed. Udine Campanotto, 1993. Cf. également P. Scavée, P. Intravia, Traité de stylistique comparée, Bruxelles, Didier, 1979.

17  P. Guiraud, op. cit.

18  E. Biagi, Grazie Francia, « Corriere della sera illustrato », Anno 2, N. 8, 25-02-1978.

19  E. Montale, Le rose gialle, in Farfalla di Dinard, Milano, Mondadori, 1969.

20  E. Arcaini, Universaux chromatiques et relativisme culturel, in Repères 2, Roma, Do.Ri.F, 1987.

21  D. Buzzati, Riservatissima al Signor Direttore, da Il colombre, Milano, Mondadori, 1966.

22  D. Buzzati, La torre Eiffel, ibidem.

23  G. Martinotti, Coabitazione anno primo, « La Repubblica », 06-06-1997.

24  C. Duneton, La puce à l’oreille, Paris, Ed. Stock, 1978.

25  E. Nida, Linguistics and ethnology in translation problems, Word 2, 1945.

26  I. Calvino, op. cit.

27  D. Buzzati, La torre Eiffel,cit.

28  D. Buzzati, Siamo spiacenti di…, Milano, Mondadori, 1975.

29  I. Calvino, op. cit.

30  P. Scavée, P. Intravia, op. cit.

31  G. Kassai., op. cit.

32  I. Calvino, op. cit.

33  P. Guiraud, op. cit.

34  V. Brancati, op. cit.

35  P. Guiraud, op. cit.

36  E. Biagi, Francia, Milano, Rizzoli, 1978.

37  G. Mazzini, art. cit.

38  P. Guiraud, op. cit.

39  M. Milani, art. cit.

40  D. Buzzati, La torre, in Tre storie del Veneto, cit.

41  M. Palscov Begov, Erasmus, come dire di no ?, « Il disciolto », giugno-luglio, 2000.

42  E. Belotti, Dalla parte delle bambine, Milano, Feltrinelli, 1979.

43  M. Milani, art. cit.

44  D. Rea, Fiabe campane, Milano, Mondadori, 1984.

45  P. Guiraud, op. cit.

46  P. Guiraud, Ibidem.

47  C. Levi, Cristo si è fermato a Eboli, Torino, Einaudi, 1946.

48  B. Valli, La sinistra a Parigi già canta vittoria, « la Repubblica », 19-02-2001.

49  M. Milani, art. cit.

50  P. Scavée, P. Intravia, op. cit.

51  G. Mounin, Teoria e storia della traduzione, Torino, Einaudi, 1965

52  G. Doca, Analyse psycholinguistique des erreurs faites lors de l’apprentissage d’une langue étrangère, Bucarest, Academiei Romane, 1981.

53  L. Truffaut, op. cit.

54  J. Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Gallimard, 1994.

55  R. Jakobson, Essais de linguistique générale, Paris, Éd. de Minuit, 1963.

56  P. Guiraud, op. cit.

57 30 J. Delisle, op. cit.

58  C. Fiori, Traduzioni : il museo degli errori, «la Repubblica », 09-01-1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°6, Variations autour des idées de patrie, État, nation, 2002.

Référence électronique

Michèle Carzacchi Fonda, « Voyage au bout de l’erreur. Les traductions cocasses », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 21 janvier 2010, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/1630 ; DOI : 10.4000/italies.1630

Haut de page

Auteur

Michèle Carzacchi Fonda

Université de Trieste

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org