Navigation – Plan du site
Echos et messages littéraires ou artistiques

Nemo propheta ou Berlioz, patries, nations

Pascale Budillon Puma
p. 567-581

Résumé

Le musicien Hector Berlioz vit en un siècle agité de passions nationales. Après la rencontre manquée avec l’Italie, sa carrière de chef d’orchestre l’entraîne dans de nombreux voyages en Europe – Allemagne, Europe Centrale, Russie, Angleterre – où il connaît des succès, mais n’accorde que peu d’attention aux ferments nationaux. Si sa culture est profondément internationale, il voudra toujours obtenir de la France, et avant tout de Paris, une reconnaissance qui jamais ne le satisfera.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Toutes les notes renvoient à l’édition Garnier-Flammarion de 1969.
  • 2  Les notes renvoient à l’édition par Pierre Citron, Garnier-Flammarion, 1969, dont vient de paraîtr (...)

1Ceci n’est pas une réflexion de musicologue ; les quelques remarques qui suivent sont tirées de la lecture des Mémoires1et de la Correspondance2. On sait que l’œuvre de Berlioz est par excellence européenne, les sources littéraires de ses compositions sont latines, anglaises, allemandes, italiennes, autant et plus que françaises ; mais quel fut le rapport de l’homme Berlioz – qui composa en 1844 un Hymne à la France – avec sa patrie française, et avec les pays étrangers – européens – qu’il a visités, dans une période historique où bouillonnait la question des nationalités ? Cet envoi à l’Allemagne qui clôt l’édition de 1844 du Voyage musical en Allemagne et en Italie pourrait donner à penser qu’il a trouvé en Allemagne sa seconde patrie :

Quoi qu’il en soit, je dois rentrer en France, et adresser enfin mes adieux à l’Allemagne, cette noble seconde mère de tous les fils de l’harmonie. Mais où trouver des expressions égales à ma gratitude, à mon admiration, à mes regrets ?... Quel hymne pourrais-je chanter qui fût digne de sa grandeur et de sa gloire ?... Je ne sais donc, en la quittant, que m’incliner avec respect, et lui dire d’une voix émue : Vale. Germania. alma parens !

2II consacre encore, en conclusion des Mémoires qu’il achève de rédiger dix ans plus tard, une page et demie à l’Allemagne, « la sainte Allemagne où le culte de l’art s’est conservé pur », mais il élargit les remerciements de son dernier paragraphe à la « généreuse Angleterre », à la Russie « qui [l’a] sauvé », et à ses « bons amis de France » et aux « cœurs et esprits élevés de toutes les nations qu’[il a] connus ». Quels ont donc été les attachements successifs d’Hector Berlioz, comment se sont tissés les liens durables avec des lieux et des peuples fréquentés au long de sa vie ?

  • 3  Le règlement de l’Académie de France comportait pour les pensionnaires l’obligation d’un séjour de (...)
  • 4  Cf. Léon Guichard, Berlioz et l’Italie, Discours de réception à l’Académie Delphinale, in « Bullet (...)
  • 5 Lettre 232, à sa famille, 24 juin 1831.
  • 6 Lettre 238,à sa famille, 7 août 1831.
  • 7  Lettre 231, à Thomas Gounet, 14 juin 1831.
  • 8  Mémoires,ch. XL.

3Dans l’énumération des remerciements qui termine les Mémoires, il manque l’Italie, qui a pourtant été le premier pays étranger qu’il ait visité. Après les rêves d’une adolescence nourrie de culture latine, l’obtention du Prix de Rome de composition musicale lui offrit l’occasion de ce séjour en Italie, qui comblait habituellement les jeunes gens cultivés de son époque. Or Hector est parti à contre-cœur, et n’a rêvé durant tout son séjour à la Villa Médicis – de janvier 1831 à mai 1832 – que de revenir à Paris, à tout le moins auprès de sa famille, en Dauphiné, et il n’a cessé de pester contre le sort3 qui l’obligeait à rester dans l’odieuse “caserne académique”, et dans la ville de Rome où il s’ennuyait tant, n’en aimant ni la société, ni la musique – son aversion pour la musique italienne, Rossini en particulier, est célèbre – et regardant distraitement la Ville4. À la Villa Médicis, dit-il « je n’y ai pas une idée, pas une sensation ; l’ennui y a établi sa demeure […] j’essaie quelquefois de descendre à Rome, mais je m’y ennuie encore davantage »5, « Je m’ennuie à en devenir fou»6, etc... Berlioz ne pense qu’au retour, fait tout pour réduire la durée de son séjour à Rome – après avoir tout fait pour essayer de ne pas y partir – et secouer le carcan de la « caserne académique ». Il est d’une partialité absolue pour tout ce qui concerne Rome : « Rome est la ville la plus stupide, la plus prosaïque que je connaisse. On n’y vit pas si on a une tête et un cœur, il n’y faut que des sens externes »7 . Serait-ce que, dans la capitale de la chrétienté, son athéisme et son matérialisme l’empêchent d’apprécier même l’architecture des églises de Rome – à l’exception de Saint-Pierre – et lui font oublier jusqu’à sa culture classique ? Car enfin, il s’agit bien de la fameuse cité fondée (selon Virgile, poète si familier à Hector et si aimé de lui) par ces Troyens, dont Berlioz fera le sujet de son grand opéra, l’œuvre de la fin de sa vie. Berlioz vit Rome dans une sorte de blocage psychologique ; en fait, il ne rêve que de Paris – ou à la rigueur d’Allemagne – et, alors qu’il connaît Dante, L’Arioste, Le Tasse, lorsqu’il va chercher la fraîcheur à Saint-Pierre, c’est Byron qu’il lit, ne cessant de déclarer par tous ses actes qu’il rêve d’être ailleurs ! Cette insatisfaction permanente déclenche de furieuses crises de spleen. C’est que Rome ne lui permet pas de donner à sa vie « mille fois plus d’énergie ». Cette « aptitude prodigieuse au bonheur, qui s’exaspère de rester sans application », produit « l’ébullition, l’évaporation du cœur, des sens, du cerveau, du fluide nerveux ». Ensuite, vient le spleen : « Le spleen, c’est la congélation de tout cela, c’est le bloc de glace »8. On retrouve donc Hector, douze ans après ses enthousiasmes adolescents :

  • 9  Ibidem.

derrière ces Alpes, l’Italie, Naples, le Pausilippe... les personnages de mon roman... des passions ardentes... quelque insondable bonheur... secret... allons, allons, des ailes !... dévorons l’espace ! il faut voir, il faut admirer !...[...] quand verrai-je l’Italie ?...9

4en proie à ce mal pernicieux, suscité par les lieux mêmes dont l’évocation dans son village natal faisait naître son fol enthousiasme ! Notre musicien dit ne pas réussir à composer, ce qui n’est pas tout à fait exact : à Rome, il termine le “mélologue” Le Retour à la vie, qu’il présentera comme complément de la Symphonie Fantastique, compose la mélodie La Captive, et refait la Scène aux champs de la Symphonie Fantastique.

  • 10  L’agitation de l’Italie post-napoléonienne n’a guère d’écho dans les écrits d’Hector : est-ce dési (...)

5Hector éprouve sans conteste l’isolement et le sentiment de l’absence – auxquels il attribue l’origine du spleen – durant son séjour à Rome. Il ne s’y fait qu’un seul ami, Félix Mendelssohn, qu’il retrouvera douze ans plus tard en Allemagne. Il ne semble pas y avoir eu d’aventure féminine ; il s’intéresse fort peu à l’actualité politique, pourtant effervescente, de l’Italie10.

  • 11  Mémoires, vol. 1, p. 229.

6Il est tout entier tendu vers l’ailleurs, fuyant Rome pour la campagne environnante, lui préférant Florence ou Naples, « en attendant le moment où il [lui] serait permis de revenir en France »11. Cependant voici le souvenir ému qu’il garde de ces excursions :

  • 12  Op. cit., Ch. XXXVII.

Replongé maintenant dans la tourmente parisienne, avec quelle force et quelle fidélité je me rappelle ce sauvage pays des Abruzzes où j’ai tant erré ; villages étranges, mal peuplés d’habitants mal vêtus, au regard soupçonneux [...].Je retrouve en foule des impressions perdues et oubliées. Ce sont Subiaco, Alatri, Civitella, Genesano, Isola di Sora, San Germano, Arce, les pauvres vieux couvents déserts dont l’église est toute grande ouverte... les moines sont absents... le silence seul y habite...[...] Ce sont les somptueux monastères, peuplés d’hommes pieux et bienveillants, qui accueillent cordialement les voyageurs et les étonnent par leur spirituelle et savante conversation ; le palais bénédictin du Monte Cassino, avec son luxe éblouissant de mosaïques, de boiseries sculptées, de reliquaires, etc. ; l’autre couvent de San Benedetto, à Subiaco [...].12

  • 13 Lettre du 2 mars 1831.
  • 14 Cf. Lettre 2395,à sa sœur Adèle, de Baden, 26août 1859 : « Mais c’est toujours ainsi : ni toi, ni L (...)
  • 15  Cf. entre autres, Lettre 1127, à son ami Joseph D’Ortigue, 26 août 1847 : « Je m’attends à être pa (...)
  • 16 Mémoires, vol. 1, p. 91.

7Berlioz ne peut se rendre à La Côte-Saint-André, sa petite patrie dauphinoise, pendant le temps du séjour romain, et entretient avec ses sœurs surtout, Nanci et Adèle, une correspondance fournie, leur reprochant souvent de ne pas lui écrire assez. Il insiste aussi auprès de ses amis restés en France pour qu’ils répondent à ses lettres, et se plaint souvent de la paresse de la plupart d’entre eux. Il aspire plus que tout à retourner à Paris : « ma vie est à Paris », écrit-il à son père13. Le Dauphiné natal, c’est pour Hector l’attachement à la maison familiale, aux membres de sa famille, à quelques amis. Il entretient avec ses parents des rapports fidèles, attestés jusqu’à la fin de sa vie par les nombreuses lettres, où il se montre un fils, un frère surtout, puis un père et un oncle très affectueux14 ; avec ses beaux-frères (Marc Suat – époux d’Adèle – notaire à Vienne, et Camille Pal – époux de Nanci – magistrat à Grenoble), qui gèrent chacun une de ses deux propriétés dauphinoises, et lui en reversent les rentes, les rapports d’intérêts sont toujours revêtus d’une grande courtoisie. Mais il maintient à l’égard de sa province d’origine – et de la province en général, une distance ironique15 ; du haut de sa suffisance parisienne, il s’amuse de ces curieux animaux provinciaux. Il a, dès sa jeunesse, quitté définitivement son pays natal et fait tout pour « ne pas revenir platement végéter à La Côte »16. Certes, il retrouve avec émotion à son retour de Rome un décor familier :

  • 17 Op. cit., vol. 1, p. 280.

Et ce fut le 12 mai 1832 qu’en descendant le mont Cenis, je revis, parée de ses plus beaux atours de printemps, cette délicieuse vallée de Grésivaudan où serpente l’Isère, où j’ai passé les plus belles heures de mon enfance [...].Toutes ces villas, cette riche verdure... c’est ravissant, c’est beau, il n’y a rien de pareil en Italie !...17

  • 18  Lettre 2863, à son filsLouis, 22 juin1864 : « Hier je suis allé dîner tout seul à Asnières, j’ai d (...)

8Il conserve de son enfance et de son adolescence dauphinoise le goût des paysages de campagne et de montagne ; il les recherche en Italie, en Allemagne, ... et à Paris, dont il parcourt les environs : Vincennes, Montmartre, Saint-Germain, Asnières...18, mais il ne garde pas de liens très forts avec la population de son pays d’origine, en-dehors du cercle familial et de rares amis, pas de nostalgie qui ne soit celle pour sa propre jeunesse ou les émotions intenses dues à la découverte de la musique ou à son premier amour... Ce grand voyageur ne reviendra pas souvent dans son Dauphiné natal : quatre fois seulement entre 1842, date de sa première tournée à Bruxelles et en Allemagne, et sa mort, en 1869, alors qu’il aura fait dans le même laps de temps dix-neuf voyages à l’étranger. Il aura très peu voyagé aussi dans le reste de la province française ; il est attaché à sa culture et surtout à la langue française, mais la France se réduit pour lui à Paris.

  • 19 Lettre 2399,à Louis Perret– unami de jeunesse, 9 septembre 1859.
  • 20 Lettre 2871, à la Princesse Carolyn Sayn Wittgenstein,3 août 1864. Cf. aussi Lettre 2652,à Pauline (...)
  • 21 Lettre 2557,à la Princesse Carolyne Sayn Wittgenstein, 10juin 1861.

9La tension semble avoir été très forte chez Hector, dès son adolescence, vers Paris, lieu de tous les espoirs, où il arrive un peu avant la fin de sa dix-huitième année ; il y vit une jeunesse intense, de difficultés matérielles et d’enthousiasmes exaltés – c’est l’âge romantique, et il participe aux batailles du romantisme, se liant avec Hugo, Vigny, Gautier, George Sand, Sue, Dumas ; Paris est aussi le lieu de ses premiers succès, toujours obtenus avec efforts – exécution de la Messe solennelle le 10 juillet 1825, premier concert de ses œuvres le 26 mai 1828, prix de Rome et première exécution de la Symphonie Fantastique en 1830 – de ses amours (Harriett, Camille, Marie...), puis de son foyer et des amitiés internationales (Liszt, Paganini, Chopin, Hiller, Heine). Hector vivra sa vie durant dans l’effervescence culturelle de la capitale – qui donne souvent matière à sa causticité – et dans la proximité du pouvoir. Sa fonction de critique musical – il est feuilletoniste au « Journal des Débats » de 1834 à 1863 – l’amène à participer à la vie mondaine – il fréquente le soir les théâtres musicaux, fait partie du Tout-Paris de l’époque, et sera invité aux fêtes des Tuileries par Napoléon III, avec qui il aura plusieurs entretiens particuliers. Même dans ses dernières années, il aura besoin du tourbillon de la vie parisienne, qui correspond en fait à sa propre agitation : « Je vis dans un tourbillon de souffrances, de joies, d’émotions diverses qu’il me serait bien difficile de vous faire connaître [...]. Mais c’est ma vie. Si je reste dans le calme et l’inaction, le ronge-cœur est bien plus féroce encore »19. Il mène sa carrière dans la capitale, y traitant directement avec les responsables politiques et culturels. Vers la fin de sa vie, Hector repoussera toujours les voyages en province, réduisant au minimum indispensable – économiquement – les voyages à l’étranger : il est malade, bien sûr, mais éprouve surtout la sensation que des affaires le retiennent à Paris et que des occasions risquent de lui échapper. Et puis il aime cette ville, comme certains provinciaux peuvent l’aimer : « notre beau Paris, qui s’embellit tous les jours, qui verdoie, qui rayonne »20. II a d’ailleurs proposé à ses amis Franz Liszt et Carolyne Sayn Wittgenstein de venir s’y établir : « Venez donc vite l’habiter tous les deux. Que diable faire à Weimar ? est-ce qu’on vit ailleurs qu’à Paris ? »21.

  • 22  Lettre 2423,à Carolyne Sayn Wittgenstein, 28 octobre 1859 : « Je ne devrais pas vous écrire ce soi (...)
  • 23 Lettre 2246, à Camille Pal, 7 septembre 1857.

10Mais Paris lui rend-il cet amour ? Le moins qu’on puisse dire est qu’il ne s’agit pas d’un amour sans nuages. Ce n’est pas le lieu d’une vie facile pour Hector Berlioz – aurait-il d’ailleurs, où que ce soit, mené une vie facile ? Son caractère est passionné, entier, exigeant, il a une énorme puissance de travail, fondée sur une énergie nerveuse, il peut passer de l’enthousiasme au découragement et au spleen22 ; capable de violents ressentiments, il est doté d’une ironie féroce et de ce talent de plume qui le fait vivre, lui et sa famille, mais qui lui vaut aussi beaucoup d’ennemis – peut-être pas seulement parmi les « crétins et les gredins » qui, d’après lui, emplissent le monde musical. Hector gagne sa vie à Paris en additionnant ce qu’il appelle ses « bercails »23 : « car j’en ai trois : l’Institut, le Conservatoire et le « Journal des Débats ». Et comme dit le Néo-proverbe : Là où la chèvre broute, il faut bien qu’elle soit attachée ». Il y accumulera tant bien que mal des signes de reconnaissance (Conservatoire, concerts, Académie, Légion d’Honneur...) toujours au prix de maintes difficultés et péripéties : jamais complètement satisfait de ce qu’il y a obtenu, il vit à Paris avec un permanent sentiment de frustration.

  • 24  Lettre 1092,à sa sœur Nanci, 21janvier 1847 et aussi Lettre 2696, à Ed. J. Hopkins, 6février 1863  (...)
  • 25  Lettre 1114,20 juin 1847.

11Ce qui le torture le plus longuement, ce sont les conditions de la vie musicale ; aux mains d’incapables – selon lui – et peu considérée par les gouvernements successifs, celui de Napoléon III (à l’arrivée duquel il a applaudi) bien moins que les autres, le prince-président, puis empereur, montrant fort peu d’intérêt pour la musique – et c’est sous ce monarque que Berlioz vit ses vingt dernières années (il meurt en 1869) où il aurait pu raisonnablement attendre l’épanouissement et la reconnaissance sans réticence de son génie. Les formules sont innombrables dans ses lettres, qui stigmatisent l’ineptie de la vie musicale et la situation faite aux musiciens à Paris : « Il n’y a rien à faire dans cet atroce pays, et je ne puis que désirer le quitter au plus vite. J’attends que la traduction allemande de Faust soit finie pour repartir et aller trouver des villes plus hospitalières que notre gredin de Paris »24. Il s’agit bien sûr de villes étrangères, comme il le précise plus loin dans la même lettre, en exhalant son ressentiment avec des relents xénophobes : « Tu vois que je n’ai pas lieu d’être satisfait, forcé de m’expatrier pour pouvoir vivre quand je suis entouré de crétins qui cumulent jusqu’à trois places largement rétribuées, tels que Carafa, par exemple, un musicien de Pacotille qui n’a pour lui que de n’être pas Français ». De Berlin, il écrit à son ami Auguste Morel : « Je vois que Paris est toujours le même et qu’on s’y occupe toujours avec le même acharnement, pendant des années, de questions aussi graves que celle de la nomination d’un mauvais directeur d’un détestable opéra ». Passé le mouvement d’humeur et prenant un peu de distance avec une de ses ritournelles, il reconnaît bientôt : « C’est, à la vérité, exactement de même partout »25. Plein d’espoir et d’amertume à la fois, il vient d’avoir un engagement à l’étranger :

  • 26  Lettre 1131,à son ami Humbert Ferrand,ler novembre 1847.

Voyons maintenant l’Angleterre. La France devient de plus en plus profondément bête à l’endroit de la musique ; et plus je vois l’étranger, moins j’aime ma patrie. Pardon du blasphème !... Mais l’art, en France, est mort, il se putréfie... Il faut donc aller aux lieux où il existe encore ! Il paraît qu’il s’est fait en Angleterre une singulière révolution depuis dix ans, dans le sens musical de la nation.26

  • 27  Lettre 2292,à sonfils Louis, 5 mai 1858.
  • 28 Lettre 2294, à Auguste Morel, 7 mai 1858.

12Il suffit d’un succès de temps en temps pour qu’il pardonne à Paris et oublie ses griefs : « Nous avions un orchestre modèle, le premier peut-être qu’on puisse entendre en Europe »27 – il s’agissait de l’orchestre du Conservatoire et des chœurs du Théâtre italien, réunis sous la direction de Berlioz pour l’exécution des œuvres du musicien Littolf, ami allemand d’Hector en visite à Paris ; aussitôt il revient à sa propre frustration : « Ah, si je pouvais maintenant faire exécuter de la sorte l’ensemble de mon répertoire, les Parisiens comprendraient »28. Paris restera l’étalon de la réussite, et les succès à l’étranger sont ressentis comme des revanches sur Paris, l’odiosamata, qui le méconnaît. Après le premier grand succès à Saint-Pétersbourg, « Je me tournai alors machinalement vers le sud-ouest, et ne pus m’empêcher, en regardant du côté de la France, de murmurer ces mots : “Ah ! Chers Parisiens !” » (où l’on voit bien que pour Hector, la France se résume à Paris) et à Moscou, dix jours plus tard, même succès – et même gros bénéfice :

  • 29  Mémoires, vol. 2, p. 258.

Je me tournai encore vers le sud-ouest après ce concert, je pensai encore à mes compatriotes blasés et indifférents, et je dis une seconde fois : “Ah ! chers Parisiens !” Heureusement ce ne fut pas la dernière. À Londres depuis lors, j’ai pu souvent aussi me tourner vers le sud-est...29

  • 30 « Ces travaux-là se font en Allemagne avec un calme et une régularité qui ne peuvent vous donner un (...)
  • 31 Lettre 1653, de Brême, 19 novembre 1853.
  • 32  Lettre 2283,11 mars 1858,à Adèle.

13Hector Berlioz a beaucoup voyagé en Europe, cueillant au cours de ses tournées une moisson de louanges, des succès qu’il qualifie volontiers de “pyramidaux” et des signes de reconnaissance. Il gagne enfin de l’argent, dans les cours d’Allemagne et en Russie ; il travaille assez longuement à Londres, où il met sur pied l’orchestre New Philarmonic, mais se heurte à la cabale des “Italiens”. Les conditions à l’étranger ne sont pas toujours idéales – manque d’instruments ou d’interprètes, Berlioz doit déployer beaucoup d’efforts, mais éprouve aussi – plus que dans son propre pays – l’intense satisfaction d’un amour partagé de la musique, d’un travail fructueux avec des musiciens bien préparés, disciplinés et enthousiastes, qu’il compare avec ceux de Paris30 ; l’affection,l’estime et l’admiration de ses collègues s’expriment souvent dans des banquets de musiciens : Berlioz gardera un grand souvenir du souper par lequel Liszt fête son cinquantième anniversaire, le 11 décembre 1853,à Leipzig ; il communie avec un public qui apprécie son œuvre et manifeste ses émotions : « Mes affaires en Allemagne vont mieux qu’elles ne sont encore allées en aucun temps et aucun lieu. Ce sont des enthousiasmes de l’autre monde »31 ; ilrencontre des personnalités dont l’admiration le flatte : incontestablement sensible aux honneurs, il est heureux de l’attention que lui manifestent les souverains des cours allemandes, surtout si ceux-ci sont, de plus, amateurs de musique – et beaucoup le sont, tels le roi de Hanovre, le grand-duc de Weimar, le roi de Saxe : ce dernier lui propose la place de maître de chapelle de Dresde, place que Berlioz, d’abord tenté, n’acceptera finalement pas. II se rend à Bade tous les mois d’août, de 1856 à 1863 et s’y trouve bien : « on y gagne de l’argent, et on y fait de bonne musique, et on y trouve une foule de gens d’esprit, et on y parle français »32.

  • 33  Mémoires, II, p. 214.

14Berlioz fait état de son intense participation émotive à la cause hongroise : il repart de Pesth « plein de sympathie pour cette ardente, chevaleresque et généreuse nation »33, à laquelle il fournit son hymne, la Marche Hongroise,mais on peut se demander si sa participation est bien fondée, à la lecture de cette déclaration :

  • 34  Mémoires, II, p. 204 ;Berlioz a aussi envisagé de composer un morceau sur le thème du God Save the (...)

À la vérité, certains esprits chagrins prétendent bien que Pesth est en Hongrie et que Prague est en Bohême, mais ces deux états n’en font pas moins parties intégrantes de l’empire d’Autriche auquel ils sont attachés et dévoués corps, âmes et biens, à peu près comme l’Irlande est dévouée à l’Angleterre, la Pologne à la Russie, l’Algérie à la France, comme tous les peuples conquis ont dans tous les temps été attachés à leurs vainqueurs.34

15et nous avons vu le cas qu’il fait de l’unité italienne.

  • 35  Lettre 2355, à Richard Pohl, 19 février 1859.
  • 36  Lettre 2273, à Hans Von Bülow, 20 janvier 1858. Cf. encore Lettre 2303 à Adèle, 23 juillet 1858 : (...)

16Même dans le pays qu’il pourrait considérer comme sa patrie d’adoption, l’Allemagne, il reconnaît un public bourgeois borné : « nous n’avons plus de ces bourgeois-là à Paris ». Il a proposé en vain une traduction allemande des Grotesques de la musique et écrit à son traducteur : « jusqu’à présent, les éditeurs de musique et les libraires d’Allemagne se sont montrés si rats à mon égard »35.Devient-il plus critique à l’égard de certains aspects de l’Allemagne à cause de ces réticences ? Il s’épanche avec le gendre de Liszt : « [...] à Berlin encore ! une ville, non pas glaciale (un bloc de glace est beau, cela rayonne, cela a du caractère), mais une ville qui dégèle, froide, humide. Et puis des luthériens... des gens qui ne rient jamais, des blonds sans être doux... ; Berlioz se reprend aussitôt, ironique avec lui-même : « Vous voyez comme je divague, j’ai été blond et je ne suis pas doux »36.Il se trouve en butte au nationalisme allemand – déjà éprouvé à propos de la mise en musique de Faust, considéré par certains Allemands comme patrimoine intouchable (surtout par un Français) de la nation allemande :

  • 37  Mémoires II, p. 247.

Je me suis souvent demandé pourquoi les mêmes critiques ne m’ont adressé aucun reproche pour le livret de ma symphonie de Roméo et Juliette, peu semblable à l’immortelle tragédie ! C’est sans doute parce que Shakespeare n’est pas Allemand. Patriotisme ! Fétichisme ! Crétinisme !37

17Le ton se fait plus virulent lorsqu’est mise en cause l’universalité des valeurs culturelles.

18Avec un fort attachement à la France, représentée par Paris, on rencontre chez Berlioz des sentiments violemment contradictoires envers son pays ; intellectuellement, il est détaché du fait national, et sa culture est profondément internationale. Politiquement, il est sceptique, et suit l’opinion dominante ; il n’y a chez lui ni passion nationaliste ni foi démocratique – il est assez railleur à l’égard de toute foi, hormis la foi en la musique. Sa vraie patrie est idéale : c’est l’Internationale des musiciens (les vivants et les morts, les compositeurs et les interprètes, Gluck, Beethoven, Mozart, Paganini, Ernst, Pauline Viardot...), ce sont les amitiés par-delà les frontières (Liszt, Mendelssohn, Davison, Caroline Sayn Wittgenstein), un public d’élite, et un monde culturel se moquant lui aussi des limites nationales, celui où se côtoient Virgile et Shakespeare.

Haut de page

Notes

1  Toutes les notes renvoient à l’édition Garnier-Flammarion de 1969.

2  Les notes renvoient à l’édition par Pierre Citron, Garnier-Flammarion, 1969, dont vient de paraître le huitième volume.

3  Le règlement de l’Académie de France comportait pour les pensionnaires l’obligation d’un séjour de deux ans en Italie.

4  Cf. Léon Guichard, Berlioz et l’Italie, Discours de réception à l’Académie Delphinale, in « Bulletin de l’Académie Delphinale », Grenoble, 9, 1969, pp. 320-336 et Gérard Luciani, Berlioz, voyageur romantique à travers l’Italie, in Berlioz, biographie et autobiographie, Actes du Colloque, Festival Berlioz, 1980, pp. 81‑89, et Pascale Budillon Puma, Berlioz et l’Italie : Expériences et souvenirs, à paraître.

5 Lettre 232, à sa famille, 24 juin 1831.

6 Lettre 238,à sa famille, 7 août 1831.

7  Lettre 231, à Thomas Gounet, 14 juin 1831.

8  Mémoires,ch. XL.

9  Ibidem.

10  L’agitation de l’Italie post-napoléonienne n’a guère d’écho dans les écrits d’Hector : est-ce désintérêt personnel ? Il n’éprouve pas une très grande attirance pour le fait politique, et a laissé l’image d’un homme assez conservateur, qui s’est contenté sa vie durant d’entretenir de bons rapports avec les autorités en place ; mais dans sa jeunesse, sa fougue romantique (qui le fait se précipiter dans les rues de Paris, des pistolets dans les mains, en juillet 1830, au sortir du concours de l’Académie), son intérêt fugitif pour le saint-simonisme, et les événements et les hommes qui croisent son chemin en Italie auraient pu l’amener à s’intéresser davantage à l’actualité italienne : l’époque est aux conjurations contre les pouvoirs rétablis par le Congrès de Vienne, et au carbonarisme, qui marque les débuts du Risorgimento ; Berlioz cite au chapitre XXXV des Mémoires « l’explosion de Modène et de Bologne » – et la part qu’y ont prise les deux fils de Louis Bonaparte ; il a lui-même été inquiété par les autorités piémontaises à Nice, parce que soupçonné de conspirer avec la Jeune Italie de Mazzini ; même la Villa Médicis n’était pas du tout à l’écart des événements politiques, et son directeur, Horace Vernet, dut s’occuper, en 1830 et 1831, de la sauvegarde de ses pensionnaires en proie à la vindicte de la plèbe romaine. Or, Berlioz ne semble guère avoir eu de rapports avec des Italiens engagés dans le processus unitaire, hormis peut-être quelques conversations – dont celles, à Nice, avec deux officiers piémontais –, qui ont fait naître les soupçons, et, pendant la traversée de Marseille à Livourne, avec des opposants au duc de Modène ; sans doute ne veut-il pas braver la censure et suit-il et son penchant, et les leçons de sagesse familiale ; son père, qui a traversé la période agitée de la Révolution, puis l’Empire, et apprécié la paix sous la Restauration, écrit en 1815 dans son Livre de raison : « Après avoir été témoin de tant d’événements, je puis sans présomption, me croire capable de donner quelques salutaires avis à mes enfants ; et leur indiquer la manière dont ils doivent se conduire, s’ils ont le malheur d’être témoins d’une nouvelle révolution. Je leur recommande surtout de se garantir de l’enthousiasme ; le sang-froid de la raison est une des qualités les plus précieuses dans toutes les circonstances de la vie ; mais elle l’est encore bien plus durant les crises politiques. » Il semblerait donc qu’Hector ait suivi à la lettre ces conseils, en Italie du moins, d’après sa correspondance, mais il ne raconte rien de plus lorsqu’il rédige ses Mémoires, ce qui prouve bien que la censure n’était pas, au fond, la principale raison de ses silences. Dans les lettres non plus, il n’accorde pas grande attention à ce qui se passe en Italie, à peinequelques allusions à la guerre en cours entre France et Italie d’une part, Autriche de l’autre, et rien quant au résultat, l’unité italienne.

11  Mémoires, vol. 1, p. 229.

12  Op. cit., Ch. XXXVII.

13 Lettre du 2 mars 1831.

14 Cf. Lettre 2395,à sa sœur Adèle, de Baden, 26août 1859 : « Mais c’est toujours ainsi : ni toi, ni Louis, ni mon oncle, jamais aucun des miens n’assiste à mes belles journées ».

15  Cf. entre autres, Lettre 1127, à son ami Joseph D’Ortigue, 26 août 1847 : « Je m’attends à être passablement assommé par les conversations côtoises, viennoises et grenobloises, mais je suis bronzé à ce sujet depuis longtemps et je pense que je me tirerai à mon honneur de cette nouvelle épreuve. D’après ce que tu me narres, je vois d’ailleurs que nous sommes beaucoup moins melons en Dauphiné qu’en Provence ; on s’y occupe même énormément de la littérature moderne, pour la dénigrer bien entendu. On en est à Voltaire ; mais enfin on lit, et comme aux bords de la Garonne. On lit, on jase, on déraisonne, Et l’on absurde un moment. ». Lettre 1280, à sa sœur Adèle, 24 septembre 1849 : « J’ai toujours eu l’envie de voir un hiver de Grenoble, ou de Vienne, pour connaître par moi-même  ce qu’on fait en ces gîtes alors que l’on n’y mange ». Lettre 2230, à sa sœur Adèle, 7 mai 1857 : « Que fait-on à Vienne ? Que peut-on faire à Vienne à moins que l’on y songe ? » – il s’agit de la petite ville de Vienne, dans l’Isère, où résidait Adèle.

16 Mémoires, vol. 1, p. 91.

17 Op. cit., vol. 1, p. 280.

18  Lettre 2863, à son filsLouis, 22 juin1864 : « Hier je suis allé dîner tout seul à Asnières, j’ai dormi un peu dans l’herbe sur le bord de la Seine ; j’ai bien pensé à toi. Je n’étais pas venu là depuis bien des années... On a bâti partout dans la plaine ».

19 Lettre 2399,à Louis Perret– unami de jeunesse, 9 septembre 1859.

20 Lettre 2871, à la Princesse Carolyn Sayn Wittgenstein,3 août 1864. Cf. aussi Lettre 2652,à Pauline Viardot, 21 septembre 1862 : « Pour moi je fais de fréquentes excursions matinales ; je possède un beau jardin qui ne me coûte pas un sou bien que deux ou trois douzaines de jardiniers soient constamment occupés à le soigner, à le peigner, à varier ses ornements. Ce jardin se nomme le parc de Monceaux ; le matin au soleil levant, tout yest d’une fraîcheur, d’un calme et d’un coloris ravissants. J’y passe des heures à ne penser pas, dans la plus profonde stupidité. À partir de dix heures, comme je suis bon prince, j’y laisse entrer le public, et alors je m’esquive pour ne pas intimider les promeneurs par mon auguste présence ».

21 Lettre 2557,à la Princesse Carolyne Sayn Wittgenstein, 10juin 1861.

22  Lettre 2423,à Carolyne Sayn Wittgenstein, 28 octobre 1859 : « Je ne devrais pas vous écrire ce soir, je suis trop triste. Je devrais peut-être moins encore vous écrire demain, j’aurai quelque joie furieuse. Comment donc faire ?... Acceptez-moi tel que j’ai le malheur d’être, et surtout ne vous moquez pas trop ». Quelques semaines plus tard, à la même, aussi fougueusement romantique à cinquante-six ans qu’il l’était à trente, il déclare : « sentir et ne pouvoir exprimer, ou bien exprimer et ne pouvoir faire comprendre ; concevoir l’immense et n’exécuter que le mesquin ; avoir soif de l’air libre et habiter des souterrains ; envier les ailes de l’aigle et ramper comme le ver ; avoir des aspirations d’esprit céleste et des besoins d’animal ; porter dans son cœur la foudre et ne laisser agir que la vapeur... » Lettre 2449,13 décembre 1859.

23 Lettre 2246, à Camille Pal, 7 septembre 1857.

24  Lettre 1092,à sa sœur Nanci, 21janvier 1847 et aussi Lettre 2696, à Ed. J. Hopkins, 6février 1863 : « Vous vous faites probablement une idée très fausse de la vie des artistes (dignes de ce nom) à Paris. Si pour vous New-York est le purgatoire des musiciens, pour moi qui le connais, Paris est leur enfer ».

25  Lettre 1114,20 juin 1847.

26  Lettre 1131,à son ami Humbert Ferrand,ler novembre 1847.

27  Lettre 2292,à sonfils Louis, 5 mai 1858.

28 Lettre 2294, à Auguste Morel, 7 mai 1858.

29  Mémoires, vol. 2, p. 258.

30 « Ces travaux-là se font en Allemagne avec un calme et une régularité qui ne peuvent vous donner une idée des peines, des efforts, des inquiétudes du jour et de la nuit, qu’ils causent à Paris. », Lettre 1882, au Baron Donop,11 janvier 1855.

31 Lettre 1653, de Brême, 19 novembre 1853.

32  Lettre 2283,11 mars 1858,à Adèle.

33  Mémoires, II, p. 214.

34  Mémoires, II, p. 204 ;Berlioz a aussi envisagé de composer un morceau sur le thème du God Save the Queen, pour attaquer « la corde sensible de la lyre nationale anglaise ». Lettre 1134,à son père, Londres, 7novembre 1847.

35  Lettre 2355, à Richard Pohl, 19 février 1859.

36  Lettre 2273, à Hans Von Bülow, 20 janvier 1858. Cf. encore Lettre 2303 à Adèle, 23 juillet 1858 : « À Genève ta fille s’ennuiera comme on doit s’ennuyer dans un pays de protestants. À Bade nous sommes Catholiques, on est gai, aimant, il y a une vie intelligente, une société variée […] Laisse-la donc venir, au lieu de l’envoyer chez ces tièdes et nauséabonds fils de Calvin, chez ces froids fanatiques ».

37  Mémoires II, p. 247.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°6, Variations autour des idées de patrie, État, nation, 2002.

Référence électronique

Pascale Budillon Puma, « Nemo propheta ou Berlioz, patries, nations », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 21 janvier 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/1657 ; DOI : 10.4000/italies.1657

Haut de page

Auteur

Pascale Budillon Puma

Université de Paris XII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org