Navigation – Plan du site
Echos et messages littéraires ou artistiques

De la difficile naissance d’un État-nation d’après I Pugnalatori de Leonardo Sciascia

Marie-Anne Rubat du Mérac
p. 629-644

Résumé

Palerme 1862-1863 : des actes terroristes assombrissent la naissance de l’État italien. Des poignardeurs commettent des attentats contre des passants ordinaires. Les exécutants sont arrêtés et condamnés, mais le présumé commanditaire, un aristocrate, «citoyen au-dessus de tout soupçon» est intouchable. Reprenant l’enquête, L. Sciascia écrit une histoire en négatif du Risorgimento : il met en cause l’État italien, ses institutions, ses dirigeants. Il met aussi en doute une idée qui a traversé le XIXe siècle : la nation aurait préexisté à l’État. Le passé qu’il reconstitue lui apparaît comme un modèle reproduit dans le présent et les leçons qu’il tire de cet épisode mineur de l’histoire sicilienne viennent enrichir sa représentation critique de la classe politique italienne.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Sicile

Chronologie :

XIXe, XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori, Torino, Einaudi, 1976, Nota dell’autore, pp. 93-94.
  • 2  Ibidem, p. 94.
  • 3  Ibidem, pp. 40-42 et p. 54. Ce sont : Telesforo Sarti, Dizionario biografico di tutti i deputati e (...)

1Publiés en 1976, I Pugnalatori sont à compter au nombre des ouvrages que Leonardo Sciascia a écrits en travaillant à partir de documents historiques. Dans ce cas il a utilisé essentiellement des archives privées mises à sa disposition par l’arrière-petite-fille de Guido Giacosa, magistrat piémontais chargé d’instruire l’affaire que l’écrivain reconstruit et réinterprète dans son livre-enquête1. Il s’agit d’une double série d’attentats commis à Palerme, d’abord le soir du 1er octobre 1862, puis à partir du 13 janvier 1863, date qui marque la fin du procès des premiers inculpés. Outre ce dossier sont invoqués un rapport de gendarmerie « sommaire » et « imprécis » trouvé aux Archives de Palerme2, les informations données sur ces événements par « Il Giornale officiale di Sicilia » ainsi que par la presse locale de l’époque, des mémoires et des livres d’histoire explicitement cités3. Le récit de l’assassinat de ces treize personnes frappées à coups de poignard au même moment dans différents quartiers de Palerme, puis de huit autres encore quelques mois plus tard, retrace le cadre historique dans lequel se situent les meurtres perpétrés deux ans à peine après la conquête de l’île par Garibaldi et le plébiscite qui ratifie l’annexion au Piémont. Énergiquement conduit, il met en lumière le dysfonctionnement des institutions de la toute jeune Italie et il conteste l’image traditionnelle du Risorgimento comme construction d’une nation et création d’un État unique auquel le pays tout entier, libéré de la tutelle des puissances étrangères qui jusque-là l’occupaient, se serait identifié.

2Les principaux protagonistes des événements qui entraînent la perte de la Sicile par la dynastie des Bourbons et son rattachement au Royaume de Piémont-Sardaigne autour duquel est en train de se réaliser l’unité italienne, sont présents dans ce bref aperçu de l’histoire palermitaine.

  • 4 Ibidem,pp. 3-4.

3Dès le début sont mentionnés les noms des deux derniers souverains espagnols : le roi Ferdinand II dont le règne fut très long (1830-1859) et François II qui ne resta au pouvoir qu’une seule année. Seulement ébauché, leur portrait est celui que portent les pièces de monnaie en circulation dans le Royaume des deux Siciles : « l’effigie nasuta e labbruta di Ferdinando […] quella delicata di Francesco »4. Détail anodin, semble-t-il, que cette allusion à la numismatique, mais cette notation initiale se transforme rétrospectivement en un indice significatif quand nous savons que les poignardeurs ont accepté de tuer pour de l’argent et que le complot dont ils sont les exécutants s’est tramé dans les rangs des partisans et des nostalgiques de la monarchie déchue.

  • 5 Ibidem,p. 43.

4Le monarque vainqueur, Victor-Emmanuel II, est nommé, lui, au détour d’une phrase qui nous apprend que le nouveau roi charge de le représenter « nelle feste religiose » et « nelle cerimonie civili » le prince de Sant’Elia5, personnalité autour de laquelle tourne tout ce récit qui tend vers l’essai. Sénateur du Royaume, le prince de Sant’Elia est aussi, selon la lecture de Sciascia, le commanditaire de la tuerie.

  • 6  Ibidem, p. 4.

5De Garibaldi, dont on sait pourtant qu’il fut aidé par le Piémont dans sa conquête de l’île, une lettre adressée par Guido Giacosa à sa femme, nous propose un portrait sévère. Le magistrat l’a entendu prononcer un discours et l’image qu’il a gardée de l’orateur est révélatrice du peu d’estime qu’il éprouve pour ce soldat qui a offert la Sicile à la Maison de Savoie, mais qui se bat pour l’instauration de la république : « non alto di statura, rosso più che biondo, l’andatura da gaglioffo, la voce stridula, una pronuncia che marca la r al punto che “a Roma” diventa “arroma” »6.

6Deux hommes d’État siciliens apparaissent aussi dans ce livre limité en nombre de pages, mais dense de contenu : Giuseppe La Farina et Francesco Crispi. Le premier (1815-1863) fut, rappelons-le, un collaborateur direct de Cavour qu’en 1860 il représenta durant quelques mois en Sicile. Guido Giacosa, dans sa lettre, fait référence à lui quand il veut présenter le Président de la Cour d’Assise de Palerme, manifestement moins célèbre : ce dernier est du parti de La Farina (il peut donc le considérer comme un ami politique). Le second (1818-1901), disciple de Mazzini, fut envoyé par lui en Sicile pour y susciter la révolution qui permit le débarquement des « Mille » et il fut ministre de l’Intérieur dans le gouvernement réuni à Palerme par Garibaldi en 1860. Mais après l’annexion de l’île, il se rallia au Piémont, se situant dans l’aile gauche du parti favorable à la monarchie. Sciascia le cite en tant que fondateur du journal « Il Precursore » qu’il utilise comme source d’information, puis à la fin de son récit, en tant que député qui intervient à la Chambre sur l’affaire des poignardeurs et en tant que futur chef de gouvernement.

7Les deux souverains et Garibaldi ont chacun des adeptes regroupés au sein de formations politiques et les divers acteurs des péripéties racontées sont, en règle générale, caractérisés par leur appartenance à un parti ou à des partis sur lesquels l’auteur nous laisse le soin de chercher les renseignements qui ne figureraient pas dans notre « encyclopédie » personnelle.

  • 7  Les informations qui, dans cet article, complètent le texte concis de Sciascia sont empruntées à F (...)
  • 8  Leonardo Sciascia, op. cit., p. 82. L’auteur cite le rapport d’Emmanuele Raeli, membre du comité.

8Le parti bourbonien joue, nous l’avons compris, un rôle très important dans les événements relatés. Composé, nous disent les historiens7, de membres de la noblesse et du haut clergé, mais aussi d’une partie des gens du peuple qui voient dans ces classes supérieures leurs protecteurs naturels, il est stimulé par le roi François II qui, à Rome où il s’est réfugié, ne reste pas inactif. Il est précisé dans le texte qu’il a décidé de la création dans cette ville d’un comité présidé par le ministre Ulloa. D’après le rapport établi par un membre du groupe, ce comité, en ce qui concerne la Sicile, est chargé de « disporre e dirigere tutte le operazioni, in vista anche della favorevole predisposizione che si era addimostrata con gli ultimi fatti accaduti a Castellamare (una rivolta popolare effimera ma sanguinosa ) e in qualche altro punto dell’isola »8.

9Le parti italien dont les adeptes se recrutent dans une autre fraction de la noblesse et surtout parmi la bourgeoisie terrienne et les professions libérales, soutient la monarchie piémontaise.

  • 9  Ibidem, p. 54, p. 84.

10Les garibaldiens se retrouvent unis aux mazziniens dans le Parti d’Action ou « exagéré » qui est donc le parti des républicains. Dans I Pugnalatori, nous rencontrons deux d’entre eux : Giovanni Raffaele, « medico, direttore del giornale Unità politica » et don Giuseppe Carnemolla, « arciprete di Sicli » qui est, en outre, « un fiero autonomista »9. La position de ce dernier est à remarquer dans la mesure où il existe un parti autonomiste. Constitué essentiellement d’intellectuels (écrivains, historiens, économistes) favorables, en 1848, au fédéralisme et en 1860 à une annexion sous conditions, il réclame une large décentralisation administrative. Mais un rejet commun de la politique de Cavour permet aux républicains et aux autonomistes de s’entendre : ils s’apparentent en prévision des élections annoncées.

11Un autre parti est encore cité dans le livre, le parti murattien qui rassemble, bien sûr, ceux qui regrettent l’occupation française et la période napoléonienne.

  • 10  Ibidem, p. 82.
  • 11  L’idéologie qui informe le texte est, à l’évidence, celle de Sciascia. Dans ce récit-essai auteur (...)
  • 12  Leonardo Sciascia, op. cit., n. 8, p. 87.
  • 13  Id., La Sicilia come metafora, Intervista di Marcelle Padovani, Milano, Mondadori, 1979, p. 51.
  • 14  Id., I Pugnalatori, cit., p. 53.

12Étonnamment, entre ces différentes formations qui devraient être concurrentielles, les cloisons ne sont pas étanches même quand les idéologies défendues sont inconciliables. Ainsi l’existence de nouveaux adversaires rapproche paradoxalement le parti murattien et le parti bourbonien jusque-là en totale opposition, et surtout les hommes passent d’un parti à l’autre ou militent dans le même temps au sein de partis officiellement adverses. Nous avons vu l’évolution de Crispi. Giovanni Raffaele, du parti d’Action en 1862, est devenu, en 1883, sénateur du Royaume d’Italie. Orazio Mattania, indicateur des policiers, puis des magistrats mis en place par le nouveau régime, et le prince de Giardinelli, que Mattania rencontre lorsqu’il est admis à une réunion au sommet des conjurés bourboniens qui se tient à l’archevêché, ont tous deux combattu aux côtés de Garibaldi. Emmanuele Raeli, membre du comité bourbonien de Rome, transmet, en fait, le rapport cité à Celestino Bianchi, « direttore generale del ministero dell’Interno »10. Don Giuseppe Carnemolla, après avoir mis ses espoirs dans « le parti libéral ultra », tente apparemment d’obtenir du nouveau pouvoir la satisfaction de ses aspirations autonomistes puisque, se trouvant à Rome dès avant 1860 pour « affaires privées », il y a d’utiles contacts avec des représentants du parti italien. Mais, en janvier 1862, il ne refuse pas les missions que le charge d’accomplir, à Naples et à Palerme, le comité bourbonien ! Au-delà d’une honorabilité de façade, la plupart des partis politiques siciliens cachent donc tout un réseau de l’ombre où les hommes sont interchangeables et prêts à toutes les compromissions. Ceux qui sont impliqués, de près ou de loin, dans les événements de Palerme en 1862-63, ont tous au moins deux images. Ils affichent des convictions et complotent dans la clandestinité en faveur d’une autre cause. L’auteur-narrateur quand il fait irruption dans un texte, qu’il préfère le plus souvent laisser parler de lui-même11, suggère que c’est tout l’appareil de l’État italien qui devait alors être secrètement infiltré par des partisans des Bourbons qui, publiquement, proclamaient leur soutien à la Maison de Savoie12. Ce double jeu si peu scrupuleux peut avoir une explication psychologique : il serait à relier à l’opportunisme que des romanciers comme De Roberto ou Tomasi di Lampedusa prêtent aux siciliens, ou encore aux précautions que les inciteraient à prendre la peur du futur et le perpétuel sentiment d’insécurité dont Sciascia parle ailleurs13. Mais dans ce volume, l’écrivain en rend plutôt responsables les erreurs commises par l’État italien. Dès les premières décisions prises, l’enthousiasme des siciliens, qui avaient massivement voté pour l’annexion, fait place à un mécontentement quasi généralisé. La nomination même de Guido Giacosa comme Substitut du Procureur Général du Roi auprès de la cour d’appel de Palerme est à mettre en rapport avec une réforme du système judiciaire qui n’institue que trois cours d’appel en Sicile et qui prévoit aussi la suppression de plusieurs tribunaux, ce qui suscite la colère des membres du barreau. L’expropriation des biens ecclésiastiques dont la seule bénéficiaire est la grande bourgeoisie foncière soulève la réprobation et du clergé et de la petite bourgeoisie et du peuple. Les plus pauvres se rebellent contre les impôts et contre le service militaire obligatoire. À ces mesures impopulaires s’ajoute, en 1862-1863, une crise économique qui provoque une famine. Renaît alors un climat prérévolutionnaire, la révolte qui couve menaçant cette fois les Piémontais, perçus comme de nouveaux colonisateurs : « Relazioni ufficiali venute da diverse parti (alla questura) accennavano a moti imminenti ; si distribuivano munizioni, bande armate di renitenti (alla leva militare) si mostravano qua e là nel paese ; si sentiva, per così dire, il rombo che precorre la tempesta ; si respirava l’atmosfera di prossima insurrezione »14, note Guido Giacosa. Un État en expansion, en affirmant son autorité, a donc suscité une guérilla dans cette île aux mœurs politiques dissolues. C’est dans ce contexte explosif qu’ont agi les poignardeurs.

  • 15  Ernest Gellner, Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1989, p. 15.
  • 16  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori,cit., p. 16.
  • 17  Ibidem, p 30.
  • 18  Ibidem, p. 35.

13Mais c’est la reconstitution de l’enquête et ce sont les commentaires qu’elle inspire qui confèrent vraiment au livre sa dimension polémique. Le développement de l’affaire est marqué par une succession de coups de théâtre qui tous sont révélateurs du dysfonctionnement des institutions de la « nouvelle Italie », de la police et de la justice, c’est-à-dire de l’État lui-même selon la définition qu’en donne E. Gellner : « L’État existe là où des groupements spécialisés qui visent à garantir l’ordre, tels que les forces de police et les cours de justice, sont séparés du reste de la vie sociale. Ils sont l’État15. Or, dans I Pugnalatori, les manquements à leurs devoirs des garants de l’ordre sont présentés comme flagrants. Aussitôt après les meurtres du mois d’octobre, l’un des poignardeurs est arrêté. Il s’appelle Angelo D’Angelo et il parle. Il révèle au juge le nom de onze autres sicaires, celui du chef de groupe qui l’a recruté, Castelli, et celui du commanditaire : le « très riche » et « très respecté » prince de Sant’Elia, Président du comité civique de Palerme en 1848, mais avant et après comblé d’honneurs par les Bourbons et au moment des faits sénateur du Royaume d’Italie. Le ton faussement objectif sur lequel est énoncée la conclusion de la première phase de l’enquête – « Creduto pienamente sul nome degli undici esecutori e sul racconto dei fatti, D’Angelo non fu creduto per niente sul nome del mandante »16 – laisse à penser qu’il eût été plus équitable de prendre en compte toutes ses déclarations. La reprise des attentats alors que les premiers inculpés viennent d’être condamnés (dont trois d’entre eux à la peine capitale) confirme bien que les investigations auraient dû être poussées plus loin. Puis la compromission et la corruption de la police deviennent manifestes avec l’épisode de l’inspecteur Daddi dont l’intervention n’a aucune justification professionnelle. Celui-ci fait pression sur la première des nouvelles victimes, Di Marzo, et sur son épouse. Ils avaient donné le signalement de leur agresseur. Il les incite à se rétracter, ce qu’ils font. De plus il ment : il se fait passer pour un espion des milieux bourboniens alors qu’il a un rôle actif dans la conjuration et que son but est de faire s’orienter l’enquête dans une autre direction. Le commissaire de police chargé de cette enquête – un continental (le détail n’est pas négligeable) –, sait parfaitement quel genre d’inspecteur est Daddi. Il ne l’en fait pas moins bénéficier de sa protection, ce qui lui permet d’échapper à la justice. Et voici que « l’administration » (qui pour Giacosa comprend « commissariato regio, prefettura, questura, direzione delle carceri »17) met « entre ses mains » et celles du Conseiller à la cour d’appel, Mari, cet autre indicateur qu’est Orazio Mattania. Alors emprisonné, il est chargé d’obtenir les « confidences » des conjurés condamnés à mort. Mais avant d’en référer aux magistrats, il doit faire son rapport au commissariat « per le correzioni, le omissioni e le aggiunte che la questura avesse ritenute opportune »18. Les renseignements recueillis sont donc manipulés avant d’être transmis à la justice. Finalement, cet indicateur, fourni aux magistrats par l’administration, sera, par cette même administration, illégalement incarcéré à Gênes quand il sera prouvé que, dans le différend qui l’oppose à un éminent ecclésiastique, membre de la conjuration, c’est lui qui dit vrai. L’on apprend par ailleurs que la communication ne passe pas entre la police et la gendarmerie.

14Autre pratique déviante : servant en cela le dessein de l’inspecteur Daddi, le commissaire Bolis utilise l’action criminelle d’un groupe extrémiste pour démanteler le groupe adverse. Il fait ainsi arrêter des membres influents du parti « exagéré » et du parti autonomiste qui ne sont en rien responsables de cette machination.

  • 19  La culpabilité du commissaire Bolis est, au contraire, retenue par un historien qui, à son tour, a (...)
  • 20  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori, cit., p. 58.
  • 21  Ibidem, p. 9.
  • 22  Ibidem, p. 13.
  • 23  Ibidem, p. 62. Il se réfère à la comédie de Rizzotto et Mosca, I Mafiusi di Vicaria (1863), premie (...)
  • 24  Ibidem, p. 90.
  • 25  Ibidem, p. 78.
  • 26  Ibidem, p. 10 et p. 30.

15L. Sciascia repousse, par une démonstration argumentée (mais qui n’a pas toujours convaincu), la thèse de l’un de ces militants injustement arrêtés, thèse selon laquelle ce serait précisément le commissaire Bolis qui, exécutant un plan élaboré par La Farina, aurait monté toute l’affaire en la finançant sur des fonds secrets19. En revanche, il partage le point de vue du Procureur Giacosa à partir du moment où ce dernier se repent d’avoir soutenu au procès l’accusation portée contre les inculpés, des gens du peuple, en épargnant le prince sur qui pesaient les mêmes charges, et celui du conseiller Mari qui croit aussi que Sant’Elia est bien l’organisateur du complot. Son estime va donc à ces deux magistrats qui, respectueux du principe de l’égalité de tous devant la loi, s’efforcent de rassembler des preuves pour étayer leur intime conviction, mais qui sont entravés dans leur démarche par ceux qui, de la base au faîte de la hiérarchie, devraient les aider : la police, au lieu de travailler à faire la lumière, brouille les cartes ; les ministres qui les ont nommés, au lieu de les soutenir, multiplient les vexations et les reproches et ils sont suivis en cela par les sénateurs du Royaume. Leur quête de la vérité ne va pas sans incidents. Le 15 mars 1863, Giacosa transmet à Turin un rapport qui lui a été demandé par le Garde des Sceaux. Son rapport n’arrivera jamais à destination. Solidarité de classe ? Jamais non plus le Sénat ne donnera l’ordre de lever l’immunité parlementaire du prince. Tout au contraire, au cours de la séance du 24 mars, alors qu’une instruction est en cours, plusieurs sénateurs se joindront au Garde des Sceaux pour prendre la défense de leur collègue. Enfin, le 3 avril, le roi le désignera pour le représenter « par délégation spéciale » aux cérémonies du vendredi saint à Palerme20. L’accusé triomphe, les magistrats accusateurs, eux, sont désavoués : Mari est muté, Giacosa redevient avocat au Piémont. Or, si le 24 mars, le rapport de Giacosa n’était pas arrivé, les ministres compétents et le Président du Conseil en personne avaient en main celui de leur agent secret, Emmanuele Raeli, qui révélait les contacts existant entre le comité bourbonien et le prince. C’est donc sciemment que l’État italien, à peine né et déjà presque tout entier gangrené par la corruption, garde en son sein et protège des hommes qui tout en le servant servent aussi une autre cause et dont l’action va jusqu’au crime. L. Sciascia explique que les conspirateurs bourboniens peuvent être utiles au nouveau régime pour deux raisons : d’une part en lui permettant de se débarrasser d’opposants jugés plus dangereux comme les républicains ; d’autre part en engendrant par leurs agissements un désordre qui suscite la peur dans la population et, avec elle, un désir de retour à l’ordre dont il espère profiter. En effet, le complot de Palerme fait peur parce que la tactique utilisée est celle du terrorisme. Croyant combattre des ennemis de leur parti, les poignardeurs ont, en réalité, frappé de paisibles citoyens : des artisans, des employés, de petits propriétaires sans coloration politique spéciale « persone tutte casa e lavoro e di indole mitissimo »21. C’est dire que le pouvoir, à son plus haut niveau, tolère la violence aveugle quand il y voit un moyen de se perpétuer. Sa collusion avec « l’associazione scellerata »22 fondée par Sant’Elia est évidente dans la lecture des événements proposée par l’écrivain sicilien qui précise sa pensée en comparant les sénateurs du Royaume d’Italie aux « mafiosi della Vicaria »23. Cet État, qui ne renie ni le terrorisme, ni les comportements mafieux, se satisfait aussi, c’est logique, de l’opacité. Le livre se termine sur une phrase prononcée à la Chambre des députés, le 17 avril 1863, par Francesco Crispi : « Penso che il mistero continuerà e che giammai conosceremo le cose come sono avvenute », citation qui entraîne ce commentaire : « Si preparava così a governare l’Italia »24. Amère dans son laconisme, cette ultime remarque laisse supposer une continuité dans les attitudes, et pour l’auteur cette continuité se prolonge bien au-delà des ministères Crispi. Tout au long de son récit, il multiplie les rapprochements entre l’Italie d’hier et celle d’aujourd’hui. L’analogie s’impose à lui chaque fois qu’il parle de l’impuissance de la justice, de la corruption de la police, de l’administration, des politiques, et chaque fois qu’il dénonce la pratique du double jeu, laquelle a encore parfaitement fonctionné « tra fascismo e antifascismo, giusto ottant’anni dopo »25. Le changement de régime après la chute de Mussolini, reproduirait donc le modèle sicilien du début des années 1860 où les apparences cachaient une réalité bien différente. Et au delà encore de cette date, l’épisode des poignardeurs nous amène jusqu’aux années d’après 1968 où des vagues successives de terrorisme ensanglantent l’Italie, et jusqu’aux « années de plomb » au début desquelles le livre est publié. C’est à Palerme, en 1862-63, qu’ont été élaborées « la strategia della tensione » et « la teoria degli opposti estremismi »26 tandis qu’apparaissaient les prémices d’un terrorisme d’État. Pour Sciascia, donc, les malheurs de l’Italie contemporaine trouvent leur origine dans les conditions qui ont présidé à la naissance de l’État italien.

  • 27  En 1975, il a été élu conseiller municipal à Palerme. Il était alors inscrit comme « indépendant » (...)
  • 28  Ernest Gellner, op. cit., p. 135. Sur la nation, ses définitions et le rôle joué par la culture da (...)
  • 29  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori, cit., p. 3.
  • 30  Eric Hobsbawm, op. cit., p. 81.

16C’est que l’écrivain, qui est alors aussi un homme politique proche du PCI27, fait partie de ces intellectuels de gauche pour qui le Risorgimento en tant que révolution bourgeoise, œuvre d’une élite, est une révolution manquée. Sa critique manifeste d’un État italien dirigé par des classes politiques immorales et arrogantes se double d’une mise en question plus discrète de l’idée de nation telle qu’elle a été conçue pendant la période de préparation de l’unité. Il conteste, pour la Sicile, la réalité de ce sentiment national que les artisans du Risorgimento, théoriciens politiques, historiens, romanciers... ont cherché à « réveiller » en recourant à la mémoire, en évoquant le passé ou en le recréant à des fins patriotiques, en exaltant l’existence d’un patrimoine culturel commun. En effet, dans un pays où, au XIXe siècle, la majorité des États étaient sous domination étrangère, la construction d’une nation supposait la conquête de l’indépendance, puis le rassemblement et l’homogénisation de ces États disparates. Aujourd’hui encore les historiens des nations et du nationalisme estiment que l’élément primordial et déterminant dans la construction d’une nation est la culture, qu’elle soit comprise comme héritage historique et grande tradition littéraire ou, selon une approche anthropologique, comme « mode de conduite et de communication distinctifs qu’a une communauté donnée »28. Or, dans I Pugnalatori, les siciliens n’ont pas le sentiment de partager le patrimoine culturel des Italiens. Ils se perçoivent comme différents d’eux et donc l’idée d’une nation qui serait déterminée par le passé n’est pas ancrée dans leur mentalité. Certes, à la génération suivante, le fils de Guido Giacosa sera l’ami des véristes liés par une « solidarietà letteraria » aux écrivains du nord de la péninsule […]29. Mais précisément, dans la mesure où, comme le remarque E. Hobsbawm, « La seule base de l’unification de l’Italie était la langue italienne qui unissait l’élite instruite des écrivains et des lecteurs de la péninsule »30, les Palermitains, en 1860, ne semblent pas se considérer comme vraiment représentés par ce groupe « un » mais restreint. Quelques indices semés au fil du discours le montrent.

  • 31  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori,cit., p. 37.

17L’italien n’est pas leur langue et ils n’en ont qu’une connaissance approximative : « Si aggiunga che l’italiano del “confidente” era anche più incerto, contorto e spesso insensato di quello degli ispettori di polizia »31.

  • 32 Ibidem.

18Ils ont une manière autre de mesurer le temps : « […] il computo locale delle ore non era uguale a quello d’Italia »32.

  • 33 Ibidem,p. 3.

19Ils ont leur monnaie. Quand ils apprennent, avec la nomination de Guido Giacosa, le montant annuel de son traitement, ils convertissent la somme en tarì avant de s’offusquer d’un salaire qui leur paraît énorme, et l’auteur se sert de ce détail d’ordre économique pour souligner la distance qui les sépare de leurs nouveaux gouvernants : « Questo nome, Giacosa […], per i Palermitani […] era soltanto quello di un altro piemontese che veniva a comandare in Sicilia, e con uno stipendio di cinquemila lire all’anno »33.

  • 34  Ibidem, p. 4.
  • 35  Ibidem, p. 82.

20L’incompréhension est réciproque. Au bout de quelques semaines, le Substitut du procureur se sent déjà mal à l’aise dans l’île : « superficie verniciata, sostanza pessima », sentence-t-il dans la lettre qu’il adresse à sa femme34. Au-delà des apparences, la réalité est désolante : des crimes horribles sont perpétrés, la justice est inexistante, l’école inefficace. Lorsqu’il sent qu’il a perdu dans la lutte qu’il a engagée pour parvenir jusqu’au commanditaire des assassinats, c’est la Sicile qu’il rend responsable de ses angoisses et de son échec comme il l’écrit au Garde des Sceaux en sollicitant son transfert. Un avis que, cette fois, Sciascia ne partage pas et qu’il corrige en posant, en des termes inversés, le problème du rapport entre le nord et le sud : « Credeva di dovere la sua sconfitta, la sconfitta della legge, la sconfitta della giustizia, alla Sicilia : “alle abitudini, le tradizioni, l’indole, lo spirito di questo disgraziato paese, assai più ammalato di quanto si presuma”. La doveva invece all’Italia »35.

  • 36  Ibidem, p. 60.

21Catégorique, la dernière phrase résonne comme une condamnation sans appel à l’égard de cet État unique dont le souverain venait d’être proclamé Roi d’Italie « par la volonté de la Nation »36, mais auquel les siciliens avaient du mal à s’identifier, même lorsqu’ils acceptaient d’en être des rouages.

  • 37  L’expression est de Ernest Gellner, op. cit., p. 142.
  • 38  Mazzini défend un idéal républicain ; Gioberti un idéal néoguelfe avant de se rallier à la monarch (...)
  • 39  Pour une étude des œuvres concernées, cf. Marie-Anne Rubat du Mérac, Identité culturelle et projet (...)
  • 40  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori,cit., p. 67.

22Il est vrai que de grands théoriciens du Risorgimento, « réanimateurs de culture »37, comme Mazzini, Gioberti, Montanelli qui avaient chacun élaboré un ou plusieurs projets pour un État national38, évoluent, après 1848, vers une conception politique, volontariste, de la nation, finissant par douter qu’elle préexiste à l’État. Après avoir trouvé son fondement dans un passé embelli par le mythe, ils comprennent confusément qu’elle sera plutôt l’œuvre de cet État qu’ils imaginent et qui devra notamment mettre au point un système éducatif adapté à cette fin. Mais ils font confiance à l’avenir39. Alors que Sciascia, avec plus d’un siècle de recul et un indéniable pessimisme, estime que si la Sicile s’est italianisée, c’est surtout l’Italie qui s’est « sicilianisée » en reproduisant, dès l’origine, ce qu’il y avait de plus négatif dans le passé et le présent de l’île, et en perpétuant jusqu’à nos jours ce triste processus, la « sicilianizzazione » étant définie par lui comme « una disgregazione sociale secondo l’antico e stabile modello siciliano »40.

  • 41  Carlo A. Madrignani, Leonardo Sciascia, I Pugnalatori, « Belfagor », Anno XXXII, n° 4, Luglio 1977 (...)
  • 42  Claude Ambroise, Invito alla lettura di Sciascia, Milano, Mursia, 1978, p. 45. Il insiste sur l’im (...)
  • 43  Leonardo Sciascia, un esprit XVIII e dans un corps XX e, Propos recueillis par Jean-Noël Schifano, (...)

23« Artista politico della “sua” Sicilia, e del “nostro” continente »41, comme le définit C. Madrignani, l’auteur de I Pugnalatori s’attarde en polémiste et en moraliste sur le « moment fondateur » de l’histoire de l’Italie moderne42 : celui où d’« expression géographique », selon le mot de Metternich, elle devient un État unitaire. Analysée à partir de l’exemple sicilien, la situation est poussée au noir. D’une lecture critique de textes d’archives, l’écrivain tire l’image d’un État à peine né et déjà malade qui, loin d’apporter le changement attendu, érige en méthode de gouvernement l’arbitraire et la violation du droit, assurant en cela la permanence de pratiques antérieures. Il laisse entendre aussi que, dans les années 1860, avec la montée en puissance de la monarchie piémontaise, les siciliens n’ont pas senti s’éveiller en eux une conscience nationale qui aurait suscité une aspiration à « l’italianité ». Choisissant délibérément de ne retenir de l’Histoire que ce qu’il considère comme ses échecs, L. Sciascia nous présente l’aspect obscur du Risorgimento, un pouvoir politique central qui, loin d’être l’instrument d’une « renaissance », est vu comme « un fait criminel »43 : une tare originelle à laquelle les régimes successifs n’ont pas su remédier si, selon la thèse réductrice qu’il défend, l’histoire de l’Italie contemporaine peut encore être observée sous le même angle de la duplicité et de la criminalité.

Haut de page

Notes

1  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori, Torino, Einaudi, 1976, Nota dell’autore, pp. 93-94.

2  Ibidem, p. 94.

3  Ibidem, pp. 40-42 et p. 54. Ce sont : Telesforo Sarti, Dizionario biografico di tutti i deputati e senatori eletti e creati dal 1848 al 1890 ; Aristide Calani, Parlamento del Regno d’Italia ; Raffaele de Cesare, La fine di un regno ; Giovanni Raffaele, Rivelazioni storiche,1883.

4 Ibidem,pp. 3-4.

5 Ibidem,p. 43.

6  Ibidem, p. 4.

7  Les informations qui, dans cet article, complètent le texte concis de Sciascia sont empruntées à Francesco Brancato, Storia della Sicilia post-unificazione, Bologna, Zuffi, 1956-1959, vol. I, La Sicilia nel primo ventennio del Regno d’Italia, en particulier, pp. 112-130 ; pp. 138-153 ; pp. 196-209 ; cf. aussi Antonino Recupero, La Sicilia all’opposizione (1848-1874) in Storia d’Italia, Le regioni dall’Unità a oggi, La Sicilia, a cura di Maurice Aymard e Giuseppe Giarrizzo, Torino, Einaudi, 1987, pp. 41-85.

8  Leonardo Sciascia, op. cit., p. 82. L’auteur cite le rapport d’Emmanuele Raeli, membre du comité.

9  Ibidem, p. 54, p. 84.

10  Ibidem, p. 82.

11  L’idéologie qui informe le texte est, à l’évidence, celle de Sciascia. Dans ce récit-essai auteur et narrateur se confondent donc. Les interventions de l’auteur sont marquées par l’emploi de la première personne du pluriel.

12  Leonardo Sciascia, op. cit., n. 8, p. 87.

13  Id., La Sicilia come metafora, Intervista di Marcelle Padovani, Milano, Mondadori, 1979, p. 51.

14  Id., I Pugnalatori, cit., p. 53.

15  Ernest Gellner, Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1989, p. 15.

16  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori,cit., p. 16.

17  Ibidem, p 30.

18  Ibidem, p. 35.

19  La culpabilité du commissaire Bolis est, au contraire, retenue par un historien qui, à son tour, a repris l’enquête. Mais selon lui, Bolis voulait nuire à Sant’Elia, chef d’une loge maçonnique rivale de celle de La Farina, protecteur du policier et non au parti d’Action. Cf. Paolo Pezzino, La congiura dei pugnalatori. Un caso politico-giudiziario alle origini della mafia, Venezia, Marsilio, 1992. Un résumé des divergences existant entre cette thèse et celle de Sciascia est fourni par Giuseppe Traina, Leonardo Sciascia, Milano, Mondadori, 1999, pp. 186-187.

20  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori, cit., p. 58.

21  Ibidem, p. 9.

22  Ibidem, p. 13.

23  Ibidem, p. 62. Il se réfère à la comédie de Rizzotto et Mosca, I Mafiusi di Vicaria (1863), premier écrit dans lequel apparaisse le mot mafia.

24  Ibidem, p. 90.

25  Ibidem, p. 78.

26  Ibidem, p. 10 et p. 30.

27  En 1975, il a été élu conseiller municipal à Palerme. Il était alors inscrit comme « indépendant » sur les listes du PCI. Mais déjà en désaccord avec le « compromis historique », il quitte ce parti pour rejoindre, en 1979, le parti radical.

28  Ernest Gellner, op. cit., p. 135. Sur la nation, ses définitions et le rôle joué par la culture dans sa formation, cf. aussi Patrick Cabanel, La question nationale au XIXe siècle, Paris, La Découverte, 1997, pp. 3-30 ; Eric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, Gallimard, 1992, pp. 9-129.

29  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori, cit., p. 3.

30  Eric Hobsbawm, op. cit., p. 81.

31  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori,cit., p. 37.

32 Ibidem.

33 Ibidem,p. 3.

34  Ibidem, p. 4.

35  Ibidem, p. 82.

36  Ibidem, p. 60.

37  L’expression est de Ernest Gellner, op. cit., p. 142.

38  Mazzini défend un idéal républicain ; Gioberti un idéal néoguelfe avant de se rallier à la monarchie piémontaise, puis d’adhérer à des idées socialisantes et d’envisager, lui aussi, pour l’Italie un futur républicain ; Montanelli, après avoir été mazzinien, puis néoguelfe, se fait le héraut d’un fédéralisme radical.

39  Pour une étude des œuvres concernées, cf. Marie-Anne Rubat du Mérac, Identité culturelle et projets pour un État national. De la perception française du débat italien au XIXe siècle, vol. I, Actes du colloque des 24 et 25 avril 1998 (Université Rennes 2), « Images et débats concernant, en Italie, la question de l’identité nationale », L.U.R.P.I, Université Rennes 2, 1999, pp. 129-141.

40  Leonardo Sciascia, I Pugnalatori,cit., p. 67.

41  Carlo A. Madrignani, Leonardo Sciascia, I Pugnalatori, « Belfagor », Anno XXXII, n° 4, Luglio 1977, pp. 476-480.

42  Claude Ambroise, Invito alla lettura di Sciascia, Milano, Mursia, 1978, p. 45. Il insiste sur l’importance accordée par l’écrivain au « momento fondatore della storia di una persona o di una società ».

43  Leonardo Sciascia, un esprit XVIII e dans un corps XX e, Propos recueillis par Jean-Noël Schifano, « Le Monde des Livres », 31 Mai 1985, p. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, n°6, 2002.

Référence électronique

Marie-Anne Rubat du Mérac, « De la difficile naissance d’un État-nation d’après I Pugnalatori de Leonardo Sciascia », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 21 janvier 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/1675 ; DOI : 10.4000/italies.1675

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org