Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ces deux volumes en hommage à Georges Virlogeux sont un témoignage d’amitié et de reconnaissance envers un collègue dont les activités multiples se sont déployées dans des directions qui l’ont conduit d’Aix à Turin, à Trieste, à Gênes, et d’un bout à l’autre de la France. C’est pourquoi sont ici rassemblées des contributions émanant d’enseignants et de chercheurs d’Aix, de Turin, de Milan, de Trieste, de Gênes, de Naples et de diverses universités françaises, qui ont pu l’apprécier comme collègue ou comme professeur.

2C’est un parcours tenace et réussi que celui de Georges Virlogeux, stimulant exemple pour tous ceux qui n’ont pu accéder à l’Enseignement Supérieur par la voie royale des E. N. S., puisqu’il a débuté dans l’Éducation Nationale par le biais de l’École Normale d’Instituteurs et commencé sa carrière en tant que maître d’école, tout en poursuivant des études qui l’ont rapidement conduit jusqu’à l’Agrégation. Puis, après un passage de deux ans par ce que l’on nommait alors le CLU d’Avignon, il entreprit à l’Université de Provence une longue carrière d’enseignant et de chercheur, passant, comme c’était la règle alors, du grade d’Assistant à celui de Maître-Assistant, puis de Maître de Conférences et enfin de Professeur, lorsque fut achevée sa thèse de Doctorat d’État sur la correspondance de Massimo d’Azeglio, préparée sous la direction de Monsieur le Professeur Jacques Goudet.

3Son enseignement à Aix-en-Provence s’est orienté, conformément à sa spécialité et à son intérêt pour l’actualité, dans deux directions principales : la civilisation et la littérature du XIXe siècle et la filière LEA. Georges Virlogeux s’est investi particulièrement dans cette deuxième branche, toute nouvelle au début des années 80, qu’il a “montée” jusqu’au niveau Maîtrise, œuvrant pour trouver des stages en Italie et mettre au point un réseau d’entreprises en relation avec l’Université. D’où, parallèlement, son investissement personnel au niveau plus général des “relations internationales”, dont il s’est occupé avec efficacité pendant des années, nouant des liens et signant les premiers accords entre le Département d’Italien de l’Université de Provence et les Universités de Trieste, de Turin et de Gênes : des contacts qui se sont maintenus et ont pu aujourd’hui s’étendre à d’autres Universités italiennes.

4Enfin, son souci des contacts entre collègues de la France entière et son désir légitime de faire rayonner l’italianisme français l’ont conduit à présider la S.I.E.S. pendant quatre années, au cours desquelles ont été menées deux opérations fondamentales pour la recherche et sa diffusion : d’une part la tenue, à Marseille, du premier colloque de la S.I.E.S., organisé, en collaboration avec la S.H.S., sur le thème de Christophe Colomb, dans les splendides locaux du Palais du Pharo ; d’autre part la constitution du premier annuaire de la recherche (L’italianisme en France, publié chez Champion), un volume regroupant de façon systématique et ordonnée les travaux de tous les italianistes de France ayant bien voulu participer à l’entreprise. Un outil de travail de fondamentale importance qui a été l’amorce de l’annuaire électronique de la S.I.E.S. créé sur cette base et opérationnel depuis janvier 2002.

5Comme le démontre la liste des travaux et publications insérée ci-après, la recherche de Georges Virlogeux tourne essentiellement autour du XIXe siècle en général, du Piémont en particulier et plus précisément encore de Massimo d’Azeglio. Une recherche qui l’a amené à travailler au sein d’équipes prestigieuses comme le Centro Studi Piemontesi de Turin ou l’Istituto per la Storia del Risorgimento de Milan (lesquels, d’ailleurs, ont répondu à l’appel à communication qui leur a été adressé). À ce jour Georges Virlogeux a publié cinq volumineux recueils de la correspondance de Massimo d’Azeglio : un travail de longue haleine qui devrait, – dit-il – aboutir à une bonne dizaine de volumes, et qui va occuper largement le temps dont dispose désormais le retraité actif qu’il est, malgré l’important investissement personnel requis par ses fonctions de maire dans sa bonne ville de Lançon.

6C’est pourquoi le thème fédérateur qui a été proposé pour ce double volume d’hommages, sans pour autant se limiter aux deux siècles les plus récents, est celui de la patrie, de l’État et de la nation. Un thème nullement contraignant, un simple fil conducteur, comme le démontre l’extrême variété des contributions qui nous sont parvenues, justifiée d’ailleurs par les termes initiaux de « Variations autour de… » présents dans le titre. Si assez peu d’articles remontent le temps en-deçà du XIXe siècle, c’est en raison des intérêts personnels des collègues sollicités, et non point parce qu’était imposée une période historique précise.

7Les quarante contributions rassemblées à l’occasion de cet hommage ont été regroupées à intérieur de quatre sections en fonction de leur contenu. La première, L’Italie en marche, place au centre de chaque étude une personnalité liée de près ou de loin au Risorgimento ou à la famille d’Azeglio. Ainsi six articles se rattachent à Massimo d’Azeglio en tant que mémorialiste (Carlo Pischedda), auteur du ‘proclama di Moncalieri’ (Luigi Polo Friz), peintre (Jean Lacroix), ami de Tommaso Grossi (Aurelio Sargenti), autobiographe (Laura Guidobaldi), petit-fils de Roberto di Lagnasco (Umberto Levra), tandis que les autres nous font revivre l’épopée d’une illustre famille aristocratique au sein de la tourmente politique des dix-sept années qui précédèrent le Congrès de Vienne (Silvia Cavicchioli), soulignent de façon nouvelle l’intérêt porté par Manzoni à l’armée (Michel Beynet), découvrent des aspects méconnus du ‘garibaldino’ Cesare Abba (Luigi Cattanei) ou nous conduisent à Paris en compagnie d’un botaniste napolitain qui, tout compte fait, préfère sa chère ville à la capitale française (Alfonso Scirocco).

8La deuxième section, Patrie de toujours, élargit les limites diachroniques de la première, au point que, partis de la passion des Florentins pour leur cité, élevée au rang de Jérusalem céleste (Colette Gros), ou idéalement colorée par la nostalgie d’un exilé florentin de la Renaissance retraçant la vie d’un valeureux “patriote” (Théa Picquet), nous passons à divers articles illuministes du Caffè (Marco Cerruti), puis aux accents patriotiques et gallophobes du jeune Leopardi (Saverio Ieva), avant d’effectuer un bond jusqu’aux dernières années du XIXe siècle, quand, après les conflits qui déchirèrent l’Europe et l’Italie, sont exaltées l’amitié entre les jeunes des différents pays (Aldo Mola) et la douceur du « bel Paese » (Sandro Baffi). Ensuite, après un Risorgimento évoqué ou revisité au XXe siècle par des récits épiques relatant le patriotisme des juifs italiens du Risorgimento (Sophie Nezri-Dufour) ou filtré par l’idéologie de Gramsci (Pierre Laroche), nous pénétrons véritablement dans le siècle au contact des prisonniers italiens de la première guerre mondiale retenus dans l’île lointaine et froide de Scapa Flow (Chiara Basso). Suivent des analyses de ce que l’on appelle le « néopatriotisme » des années 90 (Claudio Milanesi) – au cours desquelles la patrie pourra même aller jusqu’à exclure ceux et celles qui ne sont pas “nés entre ses murs”, comme le démontre Tabucchi (Judith Obert) – et des réflexions sur la capacité des peuples à vivre ensemble à l’époque de la globalisation (Maurizio Fanni).

9Nous avons qualifié d’Intermède récréatif la troisième section, plus courte, qui rassemble des contributions portant sur un corpus de type humoristique, qu’il s’agisse de la façon dont Andrea Camilleri représente les commissaires ou les préfets de l’Italie du XIXe siècle qui sert de toile de fond à plusieurs ‘polars’ (Perle Abbrugiati), d’un Alberto Sordi soldat, lieutenant ou aumônier de toutes les guerres, de la campagne de Libye à la deuxième guerre mondiale (José Pagliardini), ou des jeux de mots involontaires ‘inventés’ par les apprentis-traducteurs de l’Université de Trieste (Michèle Fonda). Puis une contribution de type linguistique, exposée, selon l’habitude de son auteur, avec brio et bonne humeur, amorcera un retour vers des thèmes moins ludiques (Sophie Saffi).

10Avec la quatrième et dernière section, Échos et messages littéraires et artistiques, nous entrons de plain-pied dans le domaine de la fiction et de la re-création. Nous en suivrons l’évolution selon un parcours chronologique. Nous commencerons par le théâtre, avec une comédie de Goldoni centrée sur la guerre (Georges Ulysse) et plusieurs tragédies d’Alfieri faisant intervenir un peuple de plus en plus actif au fur et à mesure que s’égrènent les pièces (Denise Alexandre). Quelques textes poétiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle évoquant le problème des « statini » (Arnaldo Di Benedetto) serviront de transition avec Le Grazie de Foscolo, où le monde idyllique de la mythologie offre le modèle d’une forme de société idéale (Matteo Palumbo). Nous verrons ensuite quels échos eut, sur le plan poétique et pictural, entre autres, l’histoire des exilés de Parga au début du XIXe siècle, et quelle lecture patriotique italienne en fut faite (Brigitte Urbani). Après avoir circulé en Europe avec un Berlioz peu attentif aux ferments nationaux (Pascale Budillon Puma), nous aborderons le XXe siècle. C’est en fonction d’événements précis du Risorgimento que sera datée l’époque à laquelle renvoie la célèbre poésie de Gozzano, L’amica di Nonna Speranza (Marziano Guglielminetti). Après un détour par les milieux artistiques de Paris où se regroupèrent sept peintres italiens soucieux de retrouver les racines de leur art (Anne Verger), et une promenade littéraire le long de la route qui, par le col de Tende, assure la passage du Piémont à la France (Giovanni Tesio), nous nous arrêterons un moment au Piémont, terre-patrie de Cesare Pavese (Louisette Clerc), avant de voler vers les îles et leurs spécificités sociales, politiques et ethniques : la Sicile de Leonardo Sciascia (Marie-Anne Rubat du Mérac) et la Sardaigne de Salvatore Satta (Jacques Goudet). Enfin, les récents romans de Joseph Zoderer souligneront le douloureux problème de choix et d’identité auquel furent soumis les habitants du Tyrol au lendemain de la dernière guerre (Luisa Ricaldone), tandis qu’à travers l’analyse d’une nouvelle d’Erri De Luca seront mis en lumière les rapports de l’écrivain avec sa patrie, la ville de Naples.

11Souhaitons que cet hommage studieux soit agréable au collègue affable, spontané, cordial qu’a été et que reste Georges Virlogeux, dont nous manquent désormais le large sourire, la franche poignée de main et les toasts portés autour de bonnes bouteilles de Côtes du Rhône, de Côtes de Provence ou de vin italien. La ville de Lançon avait commencé à nous ravir une partie de son temps depuis quelques années déjà. Le sort en est jeté désormais. Et donc… bonne retraite, Monsieur le Maire, et surtout bon travail, encore et toujours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Présentation », Italies, 6 | 2002, 5-10.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Présentation », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/1739

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org