Navigation – Plan du site
Patrie de toujours...

Florence selon Tabucchi: un humanisme dégradé

Judith Obert
p. 351-364

Résumé

À travers son ouvrage Gli Zingari e il Rinascimento. Vivere da Rom a Firenze qui dénonce les conditions d’accueil des Roms dans la bonne ville de Florence dans les années 1990, Antonio Tabucchi entend briser l’image légendaire de la Florence rinascimentale pour montrer qu’elle portait en son sein les germes de la dégradation et qu’elle a laissé en héritage à la Florence actuelle étroitesse d’esprit, hypocrisie et peur de l’Autre. Il s’agit à partir de cet exemple florentin, de comprendre quelle est la position de l’auteur pisan, de démonter sa réflexion quant à l’évolution de nos sociétés, des sociétés qui connaissent et engendrent une dégradation inéluctable.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

gitan, Tabucchi (Antonio)

Géographique :

Florence

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Pour comprendre et faire comprendre la réalité de notre monde, Antonio Tabucchi, magicien du réel, maître de l’envers, s’infiltre dans ses interstices à travers ses romans et ses nouvelles où plane l’ombre du fantastique ; parfois infidèle à ses amours étranges, il quitte les rivages de l’envers, sort du chemin obscur pour emprunter la voie d’une fiction plus en prise avec la réalité, plus mimétique, plus réaliste.

2Dans ces deux types d’écrits, l’auteur pisan affronte le monde, la réalité de son temps, en adoptant une attitude critique, en développant une conscience critique, en proposant une méditation sur ce qui l’entoure. Sa propension à se plonger dans des Ailleurs hallucinants ne l’a pas coupé du monde, au contraire :

  • 1  Antonio Tabucchi, L’atelier de l’écrivain. Conversations avec Carlos Gumpert, Genouilleux, Édition (...)

Je crois que je n’ai pas conclu un divorce avec le temps où il m’est donné de vivre ; je ne sais pas très bien si je suis son interprète ou son témoin, mais quoi qu’il en soit, j’appartiens à mon époque. Elle m’absorbe, je la vis, je me sens à l’intérieur d’elle.1

  • 2 Ibidem.

3Quels sont les aspects de notre monde qui l’intéressent ? Qu’entend-il révéler ? L’abjection, le mal rampant, les failles dans lesquelles tombent et disparaissent les membres les plus faibles de l’humanité, l’abîme au bord duquel se trouve l’homme contemporain, les lâchetés quotidiennes qui gomment notre humanité. Tabucchi, comme il le reconnaît lui-même, a une « tendance naturelle à capter les aspects les plus inquiétants »2 de l’existence, tendance qui se traduit par une écriture de tensions, une écriture de l’anxiété, cette anxiété que les hommes ont en partage.

4Le malaise que Tabucchi enregistre, il ne le grave pas seulement dans des textes narratifs : le journalisme est aussi pour lui un canal à emprunter pour témoigner et tenter de trouver des réponses. Il écrit fréquemment dans la presse (italienne bien sûr, mais aussi espagnole, portugaise, française) pour intervenir plus directement, en son nom propre, pour réfléchir sur des questions d’actualité et en réfléchir l’aspect angoissant.

5En tant qu’écrivain il fouille le potentiellement « vu et vécu », en tant que journaliste il explore le « vécu et le vu », l’important étant de continuer à être un interprète honnête, fidèle à ses convictions, ne tombant pas dans le piège de la bienséance et des obligations sociales pour rester éveillé et pour éveiller les consciences.

6Dans ses articles, Tabucchi se fait bien évidemment plus pragmatique et aborde de front les problèmes qui lui tiennent à cœur, il prend clairement position, politiquement, socialement, et s’élève contre toutes sortes d’abus. Un des maux sur lesquels il se penche est l’exploitation des peuples, ces peuples venant de nations déchues, de patries en déliquescence.

7Dans l’espoir d’être entendu et d’amener sa pierre à l’édifice, il dénonce les souffrances d’hommes rejetés par des États sclérosés, des représentants de l’État bornés et terrifiés ; il écrit pour critiquer nos institutions qui refoulent, nient certains des membres de la société ; il écrit pour accuser notre société qui finit par brimer certains individus, membres de l’Humanité.

  • 3  Id., Gli Zingari e il Rinascimento. Vivere da Rom a Firenze, Milano, Feltrinelli, 1999, 76 p.

8Nous avons choisi d’aborder le Tabucchi journaliste-reporter à travers son bref ouvrage-reportage Gli Zingari e il Rinascimento. Vivere da Rom a Firenze3pour cerner en partie sa vision de la société, sans passer par les voies de l’imagination, le filtre de la fantaisie et de la fiction.

9Le texte que Tabucchi nous donne à lire est le résultat de notes prises alors qu’il accompagnait une amie américaine d’origine portugaise, chercheuse dans une Univerité américaine, venue étudier la condition des peuples nomades (Gitans et Roms) à Florence ; il était dans un premier temps destiné à n’être publié que sur la revue Lettre International en Allemagne, revue qui avait proposé à différents auteurs européens d’écrire un reportage sur une quelconque réalité qui, selon eux, méritait d’être connue. La liberté de choix étant totale, les reportages les plus divers ont été écrits (sur le fondamentalisme religieux, les guerres ethniques, les désastres écologiques etc.) sans qu’il y ait eu la moindre prétention, de la part des reporters en herbe, d’utiliser les méthodes des anthropologues, des sociologues ou autres philosophes. Ainsi il s’agit, comme Tabucchi le souligne dans sa note préliminaire, du « reportage d’un reportage » à valeur de témoignage, une manière d’observer la réalité d’une façon décalée comme souvent (toujours ?) chez lui.

10Dans Gli Zingari e il Rinascimento, Tabucchi entend démontrer et démonter une réalité particulière. Il prend comme objet et sujet de son observation un cas bien précis : la condition des Roms à Florence, et la condition des Florentins face à ces Roms en cette fin des années 1990. Nous ne voulons pas résumer ici point par point ce qu’écrit Tabucchi, car il s’agit d’une réalité connue de tous, de réactions (malheureusement) récurrentes face à ce genre de situation.

11Pourquoi donc avoir choisi de parler de ce bref texte, – une exception dans la production de Tabucchi –, si ce qu’il nous relate semble ne rien apporter de bien nouveau, s’il reflète une réalité semblable en tous points, ou presque, à celle que connaissent d’autres villes européennes ? C’est justement le caractère presque universel de l’exemple pris en compte qui en fait tout son intérêt, c’est son côté emblématique qui a éveillé notre attention : Florence a longtemps été un modèle d’ouverture aux yeux du grand nombre, elle a longtemps eu cette réputation de ville humaniste et libérale (image qu’il faut battre en brèche selon Tabucchi, et nous verrons pourquoi). Ainsi devient-elle le modèle par excellence de la fermeture, d’une attitude rétrograde, hypocrite et lâche, alimentée par la peur de l’Autre. Pourquoi également prendre en compte le cas des Roms pour illustrer le problème de l’exclusion, de la peur de l’Autre ? Pour une raison similaire : les Gitans sont pour beaucoup le symbole de l’Étranger, qui menace et risque de perturber la tranquillité des honnêtes citoyens.

12Ainsi le texte de Tabucchi devient-il l’occasion d’une réflexion sur l’évolution de la société, florentine bien sûr, mais aussi et surtout de notre société contemporaine, celle que nous contribuons à forger chaque jour.

13Comme nous l’avons dit, il n’y a pas lieu ici de résumer les dires de Tabucchi, toutefois il nous faut, pour comprendre la réflexion qui sous-tend le reportage, le présenter, en révéler les éléments principaux.

14Le texte est composé de différents fragments : des notes personnelles où Tabucchi se met en scène avec son amie, avec les Roms, avec les responsables politiques de la ville, bref avec tous les acteurs du reportage ; une lettre personnelle adressée à son amie ; des articles de journaux (La Nazione, la Repubblica) ; des bans du XVIe siècle ; des extraits d’enquêtes menées par des étudiants, des passages d’une « tesi di laurea ». Un texte aux points de vue multiples donc, pour comprendre une réalité en mouvement, objet de la réflexion tabucchienne. Trois grands axes structurent et relient les différents écrits :

15– La légende de la Florence rinascimentale et surtout médicéenne. Tabucchi s’efforce effectivement, preuves historiques à l’appui, de soulever le voile sur la réalité de la ville humaniste qui, déjà, avait une gestion peu libérale, et, déjà, boutait hors de son enceinte les « indésirables ».

16– Le visage de la Florence actuelle, de ses habitants, de ses touristes. Une ville chaotique, bruyante, sale où les mentalités sont étriquées, où les Florentins se sentent en état de siège permanent, perpétuellement repoussés dans leurs retranchements (qu’ils sont en fait bien heureux de fortifier). Une Florence, une culture florentine de pacotille.

17– Un peuple nomade pris entre deux feux : l’exil et l’exclusion ; un peuple réduit à l’état animal, dégradé lui aussi, mais qui, loin de provoquer cette dégradation, la subit ; un peuple héritier d’une culture qui traverse les siècles, une culture que les Florentins tentent d’étouffer, car eux-mêmes ont perdu, ont laissé s’évanouir la leur.

18Il s’agira donc pour nous de comprendre comment Tabucchi réagit (et nous fait réagir) face à cette réalité abjecte mais commune à de nombreux États, à de nombreuses nations ; il s’agira surtout, à partir de ce texte écrit sur le vif, en réaction à une situation donnée, circonscrite dans le temps et dans une société précise, de développer une réflexion sur la société humaine, de montrer comment le Rinascimento florentin peut se révéler trompeur, comment cette République démocratique du passé, héritage du passé, rêve utopique, est vouée à se transformer en dystopie où la bassesse et le refus de l’autre dominent, l’État républicain ne pouvant être qu’une phase transitoire, ne pouvant demeurer pur à long terme, même si ses institutions se veulent « républicaines » et démocratiques. Bien que nous vivions en République, bien que notre régime soit de type républicain, celui-ci a glissé vers des formes plus sournoises, où l’idéal républicain s’est dégradé.

19Florence ville d’art, Florence centre de la culturelle italienne, un des centres de la culture européenne, mondiale, d’hier et d’aujourd’hui, ville de toutes les espérances pour une poignée de voyageurs ; Florence – qui, depuis le Moyen Âge, a été confrontée à de nombreux soubresauts malgré la dépense considérable d’énergies employées à construire sans cesse un idéal, une véritable cité que l’on pourrait comparer aux modèles grecs, à Athènes, la polis de référence – Florence, donc, ne trouverait plus ses marques ni l’envie d’avancer, comme laisse entendre Tabucchi. Florence, loin de ressembler (même dans son glorieux passé rinascimentale comme nous aurons l’occasion d’y revenir) à Athènes, l’Athènes de Périclès, serait plutôt, selon l’auteur pisan, l’héritière de Sparte, une ville fermée, rétrograde, et par là même incapable de « renaître », de prendre un nouvel essor, de proposer une vie décente à ses citoyens, d’accueillir l’Autre.

20Réunissant splendeur, fastes et rayonnement dès la fin du Bas Moyen Âge, atteignant son apogée à la Renaissance, la fertilité et le foisonnement de la vie florentine, tant au niveau culturel que commerçant, entraînent toute une société sur la voie du capitalisme, prémisse du modèle de toutes nos sociétés occidentales modernes et contemporaines.

21Un modèle de société à première vue parfait, au regard des institutions qui la composent, des rouages de l’organe gouvernemental, en somme de sa politique tant intérieure qu’extérieure ; un modèle, un semblant de démocratie. Or c’est cette vision d’une Florence démocratique que Tabucchi veut combattre pour mieux expliquer la Florence actuelle, la Florence vulgaire, « pacchiana » qu’il a sous les yeux. Pour saisir le bien fondé de sa critique, pour mettre en lumière sa clairvoyance, il nous faut établir un bref et succinct historique de l’évolution politico-économique et sociale de la cité.

22En effet, c’est après quelque six siècles d’anonymat, suite à la chute de l’Empire Romain, que Florence, grâce au dynamisme de ses marchands, éminents citoyens se fédérant progressivement autour de compagnies familiales de commerce, que la cité prend sa véritable indépendance ; indépendance financière certes, mais aussi et surtout politique, conséquence de l’affaiblissement du Saint Empire Germanique et des crises à répétition de la Papauté. La ville passe ainsi, à partir du XIIe siècle, de la tutelle impériale aux institutions communales – chronologiquement consulat, podestat – pour aboutir à une « véritable » forme de gouvernement populaire dirigé par la classe marchande émergée, désormais divisée en castes, les Arti, la Comune Artium. Une classe marchande qui est la résultante logique de l’envie farouche de ne dépendre ni d’un pouvoir religieux ni d’un pouvoir politique, imposant par là même une constitution « populaire ».

23Au début du XVIe siècle nous arrivons à une forme de société, somme toute très actuelle, composée de trois grandes strates : le petit peuple (popolo minuto) qui équivaut au prolétariat, voire au sous-prolétariat ; la bourgeoisie (popolo medio) et la haute bourgeoisie (popolo grasso), noblesse mercantile qui, contrairement à la complexité des mécanismes de gestion citadine, gouverne de plus en plus oligarchiquement, entraînant Florence sur la voie d’un expansionnisme démesuré qui conduit la cité à la fin de son idéal en 1530, quand le pape Clément VII et Charles Quint décident de la « prendre sous leurs ailes », annihilant ainsi le corps de l’État, ce par quoi une société florissante avance : le peuple. Ce peuple qui, au-delà des clivages politiques et sociaux des débuts, uni par le besoin de bâtir un lys immaculé de prospérité et de justice, imprima à toute une nation les germes d’une conscience supracitadine.

  • 4 Ibidem, p. 17 : « I banchieri della famiglia Medici, la classe dei neoricchi in ascesa che determin (...)

24C’est cet état de faits que Tabucchi rappelle, afin de détruire le mythe d’une Florence chantre de la Démocratie, reine de l’Égalité parmi ses citoyens. C’est spécialement à la Florence des Médicis qu’il s’en prend, une Florence d’apparences, de faux-semblants, de semblant de justice et de représentativité des citoyens. Une Florence gouvernée par un gonfalonier dont la prise de pouvoir devient, sous la plume de Tabucchi, un « golpe militare », un putsch fomenté par des « banquiers » sans scrupules prêts à se servir des institutions pour leurs intérêts personnels4. C’est ainsi que la volonté populaire, bien avant l’arrivée de Charles Quint donc, n’a plus droit au chapitre, ne peut plus s’exprimer ni être représentée. C’est dans cette Florence, marchande dans le mauvais sens du terme, que Tabucchi voit l’origine des maux et de la décadence de la Florence d’aujourd’hui ; c’est dans cette crainte de voir s’évanouir les privilèges qu’il voit l’origine de la peur de l’Autre, de l’Étranger.

25Revenons pour l’heure sur les suites de la transformation historique que connaît la cité : c’est à la transformation de la vie politique de la cité que nous assistons avec, après une brève parenthèse, le retour des Médicis en la personne du petit-fils de Laurent, Alexandre, nouveau duc de Florence : la République a été transitoire, temporaire, La République de Platon semble ici pleinement se réaliser. La « chose publique » n’était-elle d’ailleurs pas en contradiction, ouvertement, avec la vie florentine de l’époque ? Machiavel le sait bien et nous lègue son Prince où il enseigne à son destinataire, le « prince », la manière d’agir, de gouverner afin de maintenir la foi du peuple à son égard ; la confiance en toutes les institutions et en son chef suprême doit faciliter l’existence des citoyens, leur insertion dans la société civile, eux qui sont le sang, le cœur de la polis. Autrement dit, comment faire d’un peuple dirigé ou asservi un peuple de citoyens aimants et respectueux de leur monarque, de leur gonfalonier, de leur président.

26Qu’en est-il aujourd’hui ? L’aspect des rapports humains a-t-il changé au point qu’on ne puisse plus reconnaître ce qui fit, grâce aux études des Humanistes, la beauté d’une civilisation mêlant influences flamandes et orientales, Levant et Ponant dans un concert d’échanges cosmopolites ? Que sont devenus ces échanges ?

27Cette vie traditionnellement culturelle est-elle désormais mourante pour le plus grand profit de marchands de bibelots, se limite-t-elle à n’être qu’une carte postale, Florence est-elle simplement un musée à ciel ouvert ? L’adjectif ouvert est à propos, car ici l’ouverture ne révèle pas la grandeur d’esprit d’une gestion des ressources et de l’environnement mais d’un tout lucratif, un acharnement touristique bas de gamme, de masse, propre aux sordides Mècque du plaisir et de « l’art ».

28Tabucchi tire ici son deuxième trait : Florence, la ville par excellence du Rinascimento, de la beauté artistique, finit par être une succursale, l’arrière-boutique de la « Rinascente », un souk où tout est bon à vendre sans se soucier de la véritable valeur de l’art ; on sent chez le reporter Tabucchi une amertume profonde devant cet étalage de souvenirs de pacotille, la vulgarité ambiante, la perte de toute grandeur. Pour reprendre ses mots, c’est à Florence, représentante du Beau, de la Beauté, que l’on assiste à l’épiphanie de l’homologation du Laid, de la Laideur. Une laideur que les touristes aveugles et sourds, se déversant par cars entiers, ne voient même pas, n’entendent même pas.

29Cette déchéance, cette vulgarisation de l’art et de la beauté se reflète également dans les sphères plus élevées : chez les artistes eux-mêmes, des artistes qui semblent avoir perdu tout sens critique, pire, toute capacité créatrice, et qui se limitent à créer la « mode ». Seuls les « Créateurs » semblent avoir droit de cité et être capables de redonner un souffle à Florence, de la faire renaître, de lui redonner son vernis d’antan, d’en faire une Capitale européenne, avec la bénédiction et l’appui des autorités aveuglées et désireuses de retrouver leur digne place dans le concert de l’art européen :

  • 5  Ibidem, pp. 25-26.

Gli stilisti stanno facendo le loro sfilate nei più importanti musei della città, e un parlamentare della destra, noto alle cronache rosa, definito " Il Personaggio ", dichiara alla stampa : « Gli stilisti superano l’Arte ». La città è felice. Talmente felice che, come recita un altro giornale cittadino, LA CITTÀ OFFRE PAPPA AL POMODORO PER I VIP TRA LE SUGGESTIVE CUPOLE DI ARATA ISOZAKI (La Nazione, 21 settembre 1996). È una grande trovata scenica di un architetto e/o stilista che gli amministratori di Firenze hanno portato fin qui per continuare “il loro Rinascimento”.5

30Art, gastronomie, mode deviennent synonymes… Seule la « Biennale della moda » ainsi que l’exposition consacrée à la collection de …lunettes du chanteur Elton John, suscitent l’intérêt du public et de la presse, elle sont les seules manifestations « artistiques » de ces années (1996-1998) dont nous parle Tabucchi.

31Selon lui, ce culte des apparences, cette vie culturelle vide qui se veut malgré tout l’héritière du foisonnement rinascimentale, couplés à un tourisme lénifiant sont les symptômes les plus flagrants et les plus graves, de la dégradation de Florence, et, au-delà, de la dégradation de la civilisation occidentale. Et – ce qui est plus dangereux et plus angoissant – cette dégradation culturelle provoque la décadence de la société, la perte de toutes valeurs sociales et humaines.

32La société devient une grande kermesse d’où sont rejetés les plus indigents. Cette grande foire exclut, de façon de plus en plus marquée, toute une frange de la population fragilisée par la conjoncture pour le moins agressive de la dernière décennie. Il suffit de penser aux conséquences des guerres de Bosnie, de Macédoine, du désastre économique albanais, roumain, substrat propice à l’exode de milliers de personnes vers nos contrées baignées de soleil (souvent artificiel) qui, pour des yeux non avertis, paraissent de bien proches Eldorado.

33Ces Roms que Tabucchi connaît, fréquente et dont il dépeint les déplorables conditions de vie sont des enfants de Bosnie, des déracinés, certes des « gens du voyage », mais un voyage auquel ils ont été contraints et dont le lieu d’arrivée ressemble fortement à une sorte de camp de concentration (terme employé par Tabucchi lui-même), une enceinte où parquer des bêtes.

  • 6  Il suffit d’insister sur la représentation très crue que Tabucchi fait des conditions dans lesquel (...)
  • 7  Il suffit de lire les dernières pages de l’ouvrage pour en prendre, si besoin était, pleinement co (...)

34Nous ne voulons pas ici reprendre la description terrible que Tabucchi fait de ces lieux « d’accueil », nous en avons déjà rencontré de semblables près de chez nous6. Nous voulons juste montrer que Tabuchi déplace le problème : c’est la société florentine, une société hygiéniste mais qui refuse toute hygiène aux nomades, qui succombe à sa propre « pollution », une pollution non seulement atmosphérique mais aussi « visuelle », « auditive » et même mentale, due aux hordes de jeunes gens décérébrés sur leurs scooters, aux troupes de touristes incultes et affamés pour qui des WC portatifs ont été placés à Santa Croce ; ce sont ces « indésirables » que la mairie devrait rejeter hors du centre ville, évacuer, comme l’écrit Tabucchi, ce sont eux qui défigurent la ville et la menacent réellement. Inversement les Roms, mis au ban de Florence, devraient, pour la survie et le dynamisme même de la ville, être intégrés et devenir partie prenante de la vie locale. Or eux-mêmes et leur situation en marge sont les emblèmes d’une société terrifiée par l’Autre, qui a oublié qu’elle était le fruit de mélanges de cultures, de races, de nationalités, une société où enfle le nationalisme le plus borné7, une société qui, au nom de la paix sociale, refoule les éventuels fauteurs de troubles qui risquent, en plus, de gâcher la vue des si beaux monuments qui ornent les places de nos cités.

35Cette propension à l’exclusion n’est pas un fait nouveau, elle n’a pas germé du néant, elle trouve son origine, d’après Tabucchi, dans la politique née des Médicis : comme pendant à la défense de leurs privilèges, est apparue la crainte envers ce qui venait de l’extérieur, de tout ce qui pouvait entacher et menacer la paix sociale, perturber l’îlot paisible dans lequel ils évoluaient :

  • 8  Ibidem, p. 18.

Firenze diventò in tale modo una « cittadella » : una città, cioè, chiusa a ogni intromissione che venga dall’esterno, sospettosa nei confronti dello straniero, e a esso ostile per principio.8

36La politique de Laurent, puis celle du Grand Duché, alla plus loin. Elle traduisit concrètement sa peur et son rejet par une série de « bandi », d’avis publiés contre les pauvres, les miséreux, les mendiants, afin de protéger Florence ; de nombreuses mesures policières furent prises pour :

  • 9  Ibidem, p. 19. Il s’agit là des termes employés par un notaire de l’époque, un certain Cantini.

« Allontanare dallo stato quella turba di vagabondi stranieri che odiando la vita attiva e industriosa cerca la sussistenza ne’ proventi del vizio, con danno e pregiudizio della società ».9

37Depuis fort longtemps, donc, Florence a mené une politique du rejet et déjà les Gitans étaient les premiers visés comme le laisse entendre ce « Bando sopra i Zingani e le Zingane del dì 3 novembre 1547 ab incarnatione » que Tabucchi reproduit dans son ouvrage. Il suffit de changer certains termes de cet avis, de le traduire dans un italien plus actuel, pour avoir l’impression de lire le discours plein de préjugés et d’idées toutes faites de politiques actuels.

38Florence, symbole de l’ouverture d’esprit (mais on en comprend mieux, grâce aux « bandi » cités par Tabucchi, le caractère mystificateur) devient symbole de l’étroitesse d’esprit et de l’hypocrisie sociale.

39Ces quelques pages de reportage, au-delà de leur fonction de témoignage d’une réalité précise, doivent laisser la place, dans l’esprit du lecteur concerné, à une réflexion sur les conditions dans lesquelles se trouvent aujourd’hui des êtres humains qui, selon des critères bien arrêtés (les nôtres ?), n’en ont peut-être jamais eu le statut, ces voyageurs, nos ancêtres qu’on le veuille ou non, arrivés des hauts plateaux du nord de l’Inde, aujourd’hui dans une grande détresse aux abords de la grande et « brillante » Florence qui devient chaque jour plus petite et moins accueillante. Florence qui donna au monde les plus grands penseurs modernes, Florence qui récupéra la pensée classique la convertissant en humanisme, qui vit naître des artistes surdoués, se serait-elle assoupie à l’ombre de ses lauriers ? Elle semble en effet non seulement s’être endormie, mais s’être repliée sur elle-même, recroquevillée dans un sommeil qui risque fort d’être létal.

40Cette position de fœtus acquise au fil du temps, aurait-elle été adoptée dans l’espoir de « renaître », de connaître un nouveau Rinascimento, un Rinascimento rêvé qui finit par prendre des allures de spectre, un Rinascimento qui enferme dans une attitude passéiste et condamne à une mort lente ?

41La nostalgie du passé, d’un passé glorieux mais où déjà étaient en germe, selon Tabucchi, les tares de la société actuelle, et la volonté de retrouver un prestige qui dépasse les murs de la ville poussent les Florentins, paradoxalement, à s’y cantonner de plus en plus et à en exclure les êtres venus d’autres nations, à se mettre des œillères, à éloigner de leur vue le spectacle né de leur manque d’humanité.

42Ce n’est pas le procès de Florence et de ses habitants que fait Tabucchi, c’est le procès de notre société occidentale qui semble avoir définitivement perdu le sens des valeurs sociales, « civili » et humaines.

43De la même façon que Florence a été l’exemple de l’humanisme et de ses valeurs, elle devient l’exemple d’une attitude individualiste, sclérosée et inhumaine, véritable gangrène qui se propage, se généralise, se banalise.

44Les « Zingari » de Florence, peuvent-ils vraiment être de Florence ? Y a-t-il une place pour la diversité, pour d’autres coutumes dans la cité du lys qui draina, depuis le Moyen Âge, la culture et l’argent, qui fit preuve d’une certaine ouverture et d’une certaine indépendance face aux influences étrangères, qui sut éviter catastrophes et invasions annoncées ? En bref, y a-t-il vraiment une place pour qui que ce soit dans la polis contemporaine ?

45Un fait semble clair : plus les rouages politiques se compliquent, pour une soi-disant meilleure gestion, plus la démocratie s’éloigne, laissant place, comme l’écrit Tabucchi, aux très controversées multinationales dont le seul but est encore une fois le profit. N’y a-t-il pas quelque similitude avec la mise au ban des idéaux communaux de la fin de la « République florentine », balayés par le « renouveau » des Médicis ?

46Sans doute le discours s’est-il déplacé de Florence à l’Italie, à l’Europe, au monde. Les leçons du passé auraient-elles été oubliées ? Devons-nous nous laisser guider sans réagir, taire nos instincts humanistes et humains, abandonner notre volonté de construire une véritable nation humaine ? Ce sont les questions que semble poser Tabucchi à travers son texte.

47Si nous avons, en fin de compte, si peu parlé des Tziganes, des Roms, c’est volontairement : il s’agit d’illustrer, par une sorte d’effet de miroir, l’absence de conscience qui frappa et frappe toujours nos sociétés, et que Tabucchi ne se contente pas de constater, essayant justement d’éveiller cette conscience par son témoignage.

Haut de page

Notes

1  Antonio Tabucchi, L’atelier de l’écrivain. Conversations avec Carlos Gumpert, Genouilleux, Éditions La passe du vent, 2001, p. 169.

2 Ibidem.

3  Id., Gli Zingari e il Rinascimento. Vivere da Rom a Firenze, Milano, Feltrinelli, 1999, 76 p.

4 Ibidem, p. 17 : « I banchieri della famiglia Medici, la classe dei neoricchi in ascesa che determina la fine della società artigianale instaurando l’arrivo della classe mercantile, diventano gli unici proprietari della città ».

5  Ibidem, pp. 25-26.

6  Il suffit d’insister sur la représentation très crue que Tabucchi fait des conditions dans lesquelles vivent ces « dannati della terra », ces clandestins, sur l’hypocrisie, le cynisme des autorités, sur la surdité et l’imperméabilité de la ville à leurs malheurs, malgré quelques associations caritatives qui sont d’ailleurs le fait d’initiatives privées comme celle d’un jeune prêtre dont Tabucchi brosse un portrait élogieux mais non manichéen.

7  Il suffit de lire les dernières pages de l’ouvrage pour en prendre, si besoin était, pleinement conscience. Tabucchi y dépeint les manifestations « anti-Roms » organisées entre autres par la Lega Nord et le M.S.I. pour lutter contre la « zingarizzazione selvaggia della città » (ibidem, p. 62), comme le crie dans son haut-parleur le secrétaire de la Lega Nord Toscana.

8  Ibidem, p. 18.

9  Ibidem, p. 19. Il s’agit là des termes employés par un notaire de l’époque, un certain Cantini.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°6, Variations autour des idées de patrie, État, nation, 2002.

Référence électronique

Judith Obert, « Florence selon Tabucchi: un humanisme dégradé », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 29 mars 2010, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/1745 ; DOI : 10.4000/italies.1745

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org