Navigation – Plan du site
Cris et images de la langue

Vecchi come l’arca di Noè. Les animaux dans les expressions figées italiennes

Catherine Camugli-Gallardo
p. 191-227

Résumé

Une approche harrissienne des expressions figées, croisant les dimensions syntaxique et lexicale, mène à deux constats : d’une part, plus de la moitié du domaine thématique animalier est constitué de prédications métaphoriques portées par des structures différentes mais reconduisant aux mêmes stéréotypes ; d’autre part, l’impact fort de canevas sémantico-syntaxiques relativise l’apport original des lexèmes à trait [+animal] au point de les réduire quelquefois à de simples jeux sur la matière phonique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

animal, jeu, linguistique

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Je remercie Carla Bazzanella, Michele De Gioia, Ignazio Mirto, Christian Leclère et Salah Mejri po (...)

1Les animaux1 constituent l’un des domaines de la réalité extra linguistique que l’on associe volontiers aux grandes sources traditionnelles d’expressions figées aux côtés du corps humain, des aliments, des nombres ou de la guerre et de la religion. Le domaine est donc vaste et les pistes de recherche nombreuses. Puisque cette contribution s’insère dans un recueil d’études spécifiques portant sur des auteurs ou des courants de pensées, il nous a semblé bon, en tant que linguiste, de dessiner les grandes lignes de ce trésor qu’est la langue dans lequel les dits auteurs ont puisé, de recréer en quelque sorte une toile de fond aux réalisations scripturales particulières. Notre objectif sera donc de dégager les axes structurants du domaine des expressions figées italiennes construites à partir d’un terme se référant aux animaux.

  • 2  Joëlle Tamine, Métaphore et syntaxe, « Langages », 1979, pp. 65-81, n°54.
  • 3  D’où le nom Lexique-Grammaire de l’équipe. Les travaux sont présentés sur le site http:/ / infolin (...)
  • 4  Pour les expressions françaises, voir, par exemple, le recueil de Gérard Gréverand, Nom d’un chien (...)

2Les recueils lexicographiques présentent leurs matériaux par mots-entrées, classés par ordre alphabétique, à l’intérieur ou non de domaines référentiels ou onomasiologiques. Si bien que l’on trouve pour chaque animal des expressions variées pour lesquelles le lecteur, même non spécialiste, perçoit une sorte d’invariant sémantique : le lièvre est agile, l’âne têtu, les rampants inspirent une certaine répulsion, etc. Mais ce même lecteur ressent vite la sensation d’un foisonnement d’expressions qui lui cache la structuration interne du domaine. Notre choix s’est donc orienté vers une approche syntaxique du domaine, dimension apte à révéler les mécanismes du processus métaphorique2. L’intérêt de cette démarche est de saisir le lexème non plus de façon isolée (cf. les recueils traditionnels) mais dans le cadre d’une phrase simple : on parle de phrases figées. Nous nous plaçons dans une perspective harrissienne qui porte une attention aussi forte aux structures syntaxiques qu’aux matériaux lexicaux qu’elles sous-tendent3. Une perspective contrastive italien/ français eût été intéressante mais elle aurait porté à dépasser les limites matérielles imparties ici4.

1. Quelques repères

1.1. Qu’entendons-nous par expression figée ?

  • 5  Pour le développement de ces tests, voir Maurice Gross, Une classification des phrases « figées » (...)
  • 6  Pour une vision d’ensemble des structures verbales du domaine figé italien, se référer à Emilio D’ (...)

3Il s’agit de groupes de mots graphiques soudés par des contraintes distributionnelles fortes. Des transformations normales en langue libre (passivation, relativation, extraction et focalisation, pronominalisation) dénaturent les expressions à des degrés variables5. Celles-ci ont des dimensions variées : elles vont de séquences holophrastiques à des structures verbales (avec essere, avere, fare, dare, avec des verbes transitifs ou intransitifs)6 ou à des locutions adverbiales.

  • 7  Gaston Gross, op. cit., p. 11 et Béatrice Lamiroy, Les notions linguistiques de figement et de con (...)

4Un second critère souvent avancé est celui de l’opacité sémantique7 mais celle-ci revêt différents degrés et elle n’est pas toujours en œuvre. Nous verrons sa place dans notre secteur d’observation et le lien entre son intensité et le type de structure.

1.2. Ce qui ne sera pas traité ici

  • 8  Les deux domaines entretiennent cependant des relations étroites puisque certaines expressions rep (...)
  • 9 Ainsi nous avions initialement classé en ECDC Il cavallo di battaglia. Dans les tables françaises, (...)

5De même qu’une définition du figement est peu aisée, celle des frontières avec d’autres domaines l’est tout autant. Nous écarterons de cette étude les énoncés proverbiaux (Moglie e buoi dei paesi tuoi ou Cane che abbaia non morde), caractérisés eux aussi par une certaine fixité formelle mais dont le fonctionnement syntaxique est plus autonome8. N’entreront pas non plus dans le champ de l’analyse les technicismes revêtant la structure « N di N[animal] » : piede di porco, « pied de biche », collo d’oca, «bec de cygne »qui occupent une place importante dans les langues de spécialité. Les distinctions n’ont pas toujours été aisées9.

  • 10  Les sigles renvoient aux structures syntaxiques figées dont le développement est explicité en anne (...)

6D’un point de vue lexico-référentiel – et toujours pour restreindre notre étude – nous ne considérerons pas les collectifs du domaine animal (stuzzicare/ suscitare il/ un vespaio/ formicaio - CDEF110; tornare all’ovile, uscire dal gregge - PC1) ni les accessoires liés à l’usage de l’animal par l’homme (perdere le staffe - CDEF1; dare una strigliata a - C1PNI, parlare/ correre/ divertirsi/ andare a briglia sciolta, fuggire a spron battuto - PCA). Des relations sociales inégales où le dominant essaie d’imposer son autorité, ont suggéré la moitié des expressions à trait C[animal] de la table C1PND : il s’agit dans tous les cas d’imposer un « bât », un « mors », un « licou » ou une « muselière » à quelqu’un : mettere il basto/ capestro/ morso/ la museruola a ; allentare/ stringere il morso su.

  • 11  Federica Casadei, Metafore ed espressioni idiomatiche. Uno studio semantico sull’italiano, Rome, B (...)
  • 12  « La relation d’indication et son explicitation inférentielle ne sont pas des phénomènes intrinsèq (...)

7Enfin, les expressions figées construites à partir de lexèmes se référant aux parties du corps d’un animal ne seront pas non plus retenues. Elles désignent de façon métonymique celles du corps humain : le becco/ bec pour la « bouche » (aprire, bagnarsi, chiudere il becco ; tenere il becco chiuso - CDEF1) ou le « nez » (mettere il becco in - C1PND), les corna/ cornes (abbassare, alzare, rompersi le corna) ou la cresta/ crête pour la « tête » (abbassare, alzare, rizzare la cresta), le muso/ museau pour le « visage », le pelo/ poil, la cotenna/ couenne pour la « peau » (mettere la cotenna - CDEF1). Il s’agit souvent d’une métonymie de l’organe à la faculté11. Dans la table CDEF1, ces expressions correspondent à 32 %, soit un peu moins d’un tiers de celles ayant le trait [animal] et en CIPND, à la moitié des expressions [animal] (mettere il becco, lo zampino Loc ; lasciarci le penne). Quelquefois, la relation n’est pas analogique et le sens se construit par inférence12 : « dresser la queue/ rizzare la coda » est chez un chien un signe de vigilance, « baisser la queue/ abbassare la coda » signifie que l’on admet la supériorité de l’autre ; allungare/ arricciare/ storcere/ torcere il muso sont autant d’indices de désappointement ou de mécontentement.

8Seront exclues également les expressions figées présentant des matériaux lexicaux issus de dérivation : far questioni di lana caprina/ « discuter sur le moindre détail », fare cagnara/ « faire du chahut » (FC), guardare in cagnesco/ « se regarder en chiens de faïence » (PC), etc.

9L’étude se restreint donc aux seules expressions figées comportant un nom d’animal qui sera noté C[animal] dans les structures.

1.3. Les sources du corpus

  • 13  Élaborées par Simonetta Vietri, ces tables font actuellement l’objet, de notre part, d’une compara (...)
  • 14  Michele De Gioia, Avverbi idiomatici dell’italiano. Analisi lessico-grammaticale,Turin, L’Harmatta (...)
  • 15  Carlo Lapucci, Modi di dire della lingua italian, Florence, Vallardi, 1984, 421 p. C’est l’ouvrage (...)
  • 16  Paola Sorge, Dizionario dei modi di dire della lingua italiana,Rome, Newton & Compton editori, 199 (...)
  • 17  Giovanna Turrini, Claudia Alberti, Maria Luisa Santullo, Giampiero Zanchi, Capire l’antifona. Dizi (...)
  • 18  Federica Casadei, op. cit. Cet ouvrage ne constitue pas à proprement parler un recueil puisque l’a (...)

10Les sources de notre inventaire sont variées et complémentaires : un noyau est extrait des tables disponibles d’expressions figées du dictionnaire électronique du Lessico Grammatica, celles à verbes transitifs13. Ce premier ensemble a été enrichi des adverbes figés collectés par Michele De Gioia14. D’autre part, un relevé exhaustif a été effectué sur les trois recueils plus traditionnels de Carlo Lapucci15, de Paola Sorge16 et de Giovanna Turrini et alii17 ainsi que sur le glossaire de Federica Casadei18. Toutes ces données nouvelles ont été enregistrées selon leur structure syntaxique (cf. infra, annexe). Nous ne reproduisons pas l’intégralité des tables établies mais nous en donnerons de larges illustrations au cours de l’analyse.

  • 19  Gianfranco Lotti, Dizionario degli insulti, Milan, Orsa Maggiore, 1991, 295 p. L’auteur (p. 5) rec (...)

11Parallèlement, nous accorderons une place aux métaphores à trait [animal] présentes dans les injures car ce domaine entretient des relations sémantiques étroites avec le figement. Le Dizionario degli insulti de Gianfranco Lotti19 a constitué notre source essentielle. Le domaine animalier y représente 14 % des entrées.

1.4. Premières observations

  • 20  Dans les tables du Lexique-Grammaire, chaque variante d’une expression constitue une entrée. Ainsi (...)
  • 21  Les injures doublent ce chiffre. L’augmentation est le fait de nombreux suffixés (bestia> bestiola(...)

12À l’issue de cette collecte, nous sommes en présence d’environ 500 expressions figées20, bâties à partir d’une centaine de lexèmes d’animaux21 que nous donnons ici par ordre décroissant d’occurrences :

(39) cane ;
(21) asino (asino 19 + ciuco 2) ;
(18) mosca ;
(15) gatto (gatto 8 + gatta 7) ;
(14) porco (porco 11 + maiale 3) ;
(13) cavallo ;
(11) lupo ;
(10) leone, pesce ;
(9) grillo ;
(7) gallina, granchio, pecora, topo, bue (+ bove) ;
(6) formica, uccello ;
(5) gallo, oca ;
(4) acciuga, capra, cicala, elefante, lepre, orso, pidocchio, pulce, pulcino, serpente (serpe 2 + serpente 2), scimmia, toro, verme ;
(3) agnello, aquila, farfalla, montone, pollo, struzzo, tartaruga, tordo, vacca, volpe ;
(2) anguilla, baccalà, bertuccia, bufala, bufalo, calabrone, coccodrillo, colomba/ o, corvo, fagiano, galletto, gambero, lucertola, lumaca, papera, pappagallo, pavone, pollastro, quaglia, rana, riccio, rigogoli, rospo, scoiattolo, talpa, tigre, vitello ;
(1) animale, aringa, balena, beccafico, camaleonte, cammello, cappone, capro, cavallina, chiocciole, cigno, civetta, coniglio, corbacchione, cornachia, cuculo, delfino, falco, falcone, fenice (araba), gattone, grifo, lince, lucciole, mantide, merlo, moscone, mulo, nottola, passera, pellicano, porcellino, ragno, sorcio, sparviere, stornelli, tacchino, tarlo, triglia, vespa.

  • 22 Cf. Gérard Gréverand, op. cit., p. 45.

13Quel bestiaire se dessine ainsi ? Comme en français22, le chien est le grand vainqueur du palmarès (39 occurrences), le chat, ayant une productivité métaphorique moindre (15 occurrences distribuées entre gatta et gatto). Avant l’ère du moteur à explosion, le cheval (13 occurrences) était d’une importance capitale pour les déplacements, l’agriculture, la guerre et l’âne (19 occurrences asino, somaro, ciuco) ou le mulet (mulo 1) le substituaient dans bien des tâches. Avec eux, le porc (14) dont tous les éléments, des soies à la chair, sont exploités par l’homme. La mouche/ mosca (18) a une présence remarquable. Viennent ensuite des prédateurs : le loup/lupo (11), redoutable ennemi des troupeaux, le renard/ volpe (3) et le lion/ leone (10), aussi symbole héraldique.

14Puis un groupe conséquent correspond à des animaux domestiques (la brebis/ pecora 7, le boeuf (5 bue et 2 bove) et le buffle (2 bufalo, 2 bufala), la chèvre/ capra et le taureau/ toro 4, l’agneau/ agnello, le mouton/ montone, et la vache/ vacca 3 et son veau 2) et à la basse-cour (la poule/ gallina 7, le coq (5 gallo et 2 galletto), l’oie/ oca 5, le poulet (3 pollo et 2 pollastro) et le poussin/ pulcino 4).

15À occurrences égales ou moindres, des animaux sauvages non moins quotidiens (topo/ rat7, lepre/ lièvre4, lucertola/ lézard3 puis rana, riccio, serpe, serpente, talpa, rospo, scoiattolo, tartaruga, sorcio) ou des insectes (grillo 9, formica 6, cicala 4, pidocchio 4, pulce 4, verme 4, farfalla 3, lucertola 2, calabrone, ragno, tarlo). Des occurrences éparses (2 ou 1) pour les oiseaux (colomba, corvo, fagiano, nottola, passera, pappagallo, pavone, quaglia, rigogoli, stornello, sparviere, tordo et uccello 6) ainsi que pour les poissons (acciuga, anguilla, aringa, baccalà et le terme générique pesce).

16D’emblée, il nous semble avoir affaire à deux filons : des animaux liés au monde agraire occidental d’une part, et un groupe plus exotique (le lion, le tigre 2, l’éléphant 4, l’autruche 3, le singe 4 dénommé aussi bertuccia 2 et le crocodile 2).

17Toutes les structures syntaxiques potentielles n’offrent pas d’expressions figées à trait [animal]. Cette répartition inégale révèle des choix que nous analyserons maintenant. On saisit en effet deux ensembles d’expressions : a) un nombre conséquent de structures utilise le trait [animal] pour qualifier un tiers ou un interlocuteur selon des clichés souvent communs à l’italien et au français ; c’est par elles que nous commencerons. b) Nous parcourrons ensuite les expressions à verbes transitifs ou intransitifs, en suivant l’axe d’une opacité croissante.

2. Des cristallisations stéréotypées

18Nous analyserons dans cette partie les différentes réalisations syntaxiques porteuses de sémantismes stéréotypiques.

2.1. Comparaisons et/ ou similitudes

19Les structures avec la conjonction come sont très fécondes : « essere Adj. come C1 [animal] » (PECO), « verbe come C1 [animal] » (PVCO) et de façon moindre, « essere come C1 [animal] » (EVCO) et « fare come C1 (animal] » (FVCO). Elles représentent au total, un tiers des expressions du domaine animalier.

2.1.1. Fonctionnement syntactico-pragmatique des expressions avec come

  • 23  Pier Marco Bertinetto, Come vi pare’. Le ambiguità di ‘come’ e i rapporti tra paragone e metafora, (...)

20La comparaison grammaticale que laisse supposer la présence de come n’est pas une équation d’identité mathématique mais une relation non réversible de similitude23 : en effet, Pietro dorme come un ghiro n’implique pas la naturalité de la phrase inverse *un ghiro dorme come Pietro puisque les caractéristiques de Pietro ne font pas partie d’un savoir encyclopédique partagé comme celles du loir. La nature adverbiale du syntagme come C1 fait consensus.

21La comparaison peut avoir une fonction explicative : elle sert à construire du sens, de la connaissance en établissant une corrélation entre la réalité observée et une intention de catégorisation.

Questo sindaco, che è pure commissario straordinario, in tema di traffico e inquinamento si muove come un pulcino nella stoppa. Palermo magari non sarà la prima città inquinata d´Italia, ma manco sta bene. « la Repubblica », 19/ 12/ 2006.

(2) Scelse proprio F., lodandolo perché a sua detta nella coalizione si comportava come un cane alla catena. « la Repubblica », 10/ 03/ 2006.

22La similitude peut être explicitée par un modifieur de C1, une relative par exemple : fare come la gallina nera che fa l’uovo la sera (se décider quand il est trop tard), fare come il gallo che canta bene e razzola male (donner de bons conseils et ne pas les suivre soi-même- FVCO).

(3) Quando <Luigi Einaudi> diceva, a proposito del potere dei governi di determinare i corsi dell'economia, che « è pari a quello della mosca cocchiera che dice al bue di arare e quello ara ». Cioè pochissimo o nulla. « Italia Oggi », 27/ 11/ 2007.

23Il peut s’agir également d’un syntagme prépositionnel qui situe l’animal dans une situation plus ou moins confortable par rapport à son habitat naturel : (sembrare, parere, essere come) l’elefante in un negozio di cristalli/ porcellane, il leone in gabbia/ le lion en cage, il pesce fuor d’acqua/ le poisson hors de l’eau, la mosca senza testa/ la mouche sans tête, il pulcino nella stoppa/ litt. « le poussin dans le coton », le coq en pâte, l’uccello sulla frasca/ l’oiseau sur la branche(table ECP2), (stare come) il cane alla catena/ le chien enchainéet l’orso al miele/ l’ours au miel (EVCO).

(4) Non si può entrare come un elefante in un negozio di cristalli su questi temi etici... La 194 è una buona legge ? « Il Giorno », 17/ 02/ 2008.

  • 24  Maurice Gross, Une famille d'adverbes figés : les constructions comparatives en comme, « Revue qué (...)

24Dans les structures PECO, les adjectifs sont graduables et une paraphrase en molto met fréquemment en évidence la fonction augmentative du segment en come24.

(5a) essere molto lento > essere lento come una lumaca
(5b) essere molto chiuso > essere chiuso come un’ostrica

25Elles expriment alors un comble ; le singulier et l’article indéfini présente l’élément [animal] comme un prototype. On parle de degré superlatif hyperbolique.

26Dans les structures PVCO, le procès exprimé par le verbe revêt un degré extrême que C1 est censé, par convention culturelle, effectuer de façon caractéristique. Nous sommes dans l’aire des clichés et l’on notera, en lisant plus loin les exemples, que le français en partage un bon nombre avec l’italien.

(6a) camminare molto lentamente > come una lumaca
(6b) chiudersi ermeticamente > come un’ostrica

  • 25  Sarah Leroy, Sale comme un peigne et méchant comme une teigne. Quelques remarques sur les comparai (...)

27L’interprétation hyperbolique des structures en come est répétée à l’envi. Toutefois les difficultés rencontrées en effectuant nos classements, nous font partager les réserves de S. Leroy25. L’intensification n’est pas systématique : un test de nominalisation permet de vérifier que tous les adjectifs n’expriment pas une propriété intrinsèque de C[animal]. En effet, si on peut parler de la lentezza della lumaca on le fera moins de *la chiusura dell’ostrica, sinon en ostréiculture. Nous retrouverons plus loin les incidences de cette non systématicité.

28Le corpus [animal] présente donc des comparaisons, soit explicatives, soit hyperboliques.

2.1.2. Les termes de la similitude

29Une comparaison opère une relation entre deux éléments, un comparé (N0) et un comparant, ici C[animal]. Si l’on prête volontiers attention à C[animal], il ne faut pas oublier les pivots (verbes et adjectifs) sur lesquels se construit la relation. Regardons ces derniers de plus près.

  • 26  Pour Freud, la contradiction remplace une affirmation avec surenchère. Irène Tamba-Mecz, À propos (...)

30La structure PECO présente une série de cinquante cinq adjectifs différents. Un nombre important d’expressions se réfèrent à un embonpoint excessif dont le porc est le parangon le plus fréquent : grasso (come un maiale, un porco, un porcellino) et grosso (come una balena, un bue et un maiale, un porco). À l’opposé, on évoque la maigreur extrême des poissons que l’on fait sécher pour leur conservation (magro/ secco come un’acciuga/ un’aringa), maigreur exprimée également par antiphrase (grasso come un beccafico/ una quaglia/ un tordo)26.

(7) Ma l’ingorgo era tale che, anche se i vecchietti erano magri come acciughe, non riuscirono a passare. Stefano Benni, Il bar sotto il mare, Milan, Feltrinelli, 1987, p. 117.

  • 27  Cette opposition se retrouve dans la table ECA: essere una mosca bianca/ une mouche blanche; dans (...)

31L’adjectif raro a une récurrence significative(8,5 % de la table PECO). On remarque qu’il est très souvent lié à un animal noir dans le monde réel et devenu blanc dans l’expression figée: « raro come le cornacchie bianche/ il/ un merlo bianco/ una mosca bianca/ le mosche bianche »27. C’est l’oxymore, la contradiction entre les deux termes qui crée ici le degré hyperbolique de l’expression.

32Dans le domaine animalier, le spectre chromatique est réduit au seul rouge, attaché à des réactions physiques visibles : rosso come la cresta del gallo/ un gambero/ un tacchino et à la non-couleur qu’est le noir : nero come l’ala di un corvo/ come un calabrone/ un corvo.

33Le reste des adjectifs se distribue sur des occurrences isolées. Ce sont sans surprise a) des caractéristiques physiques conventionnellement attachées à certains animaux ou b) des comportements non moins conventionnels et c) des caractéristiques temporaires que l’on aime associer à des situations où se trouveraient certains animaux.

a) agile come uno scoiattolo, cieco/ miope come una talpa, brutto come una scimmia, felpato come un gatto, gonfio come una rana, leggero come una farfalla, lento come una tartaruga, lesto come un gatto, molle come un verme, muto come un pesce, veloce come una lepre.
b) attivo come una formica, coraggioso/ fiero come un leone, ciarliero come una gazza, chiuso come un riccio/ un’ostrica, docile/ dolce come un agnello, fedele come un cane, forte come un toro, furbo come una volpe, noioso come una pulce/ una vespa, parsimonioso come una formica, ombroso come un cavallo, pauroso come un coniglio, ruffiano come un gatto, sfuggente come un’anguilla, stupido come una gallina, testardo come un asino/ ciuco/ mulo, vispo come un gallo.
c) bagnato/ inzuppato come un pulcino/ un topo, carico come un ciuco, imbambolato come un’oca.

34Les verbes de la structure PVCO décrivent essentiellement a) des activités vitales, b) les difficultés de la vie, c) des aptitudes physiques, d) une gestuelle, e) des attitudes révélatrices de sentiments ou bien f) des affects.

  • 28  Dans une seule expression, la comparaison porte sur l’objet du verbe et non sur celui-ci : ammazza (...)

a) dormire (beaucoup) come un ghiro/ un tasso/ una marmotta, (yeux ouverts) come la lepre, (debout) come i cavalli ;
mangiare (en quantité) come un bufalo/ un lupo, (en petite quantité) come un canarino/ un grillo/ un uccellino, (salement) come un maiale/ un porco ;
lavarsi (sommairement) come i gatti, riprodursi (abondamment) come conigli ;
morire (misérablement) come un cane/ un maiale, (en grand nombre) come le mosche ;
b) faticare (durement) come una bestia, lavorare come una bestia/ un cane/ un ciuco/ un mulo/ un somaro28 ;
c) cantare (de façon gaie) come un fringuello, (mélodieuse) come un usignolo, (discordante) come una rana, (aiguë) strillare come un’aquila ;
d) allungare il collo come una giraffa, andare come una biscia, arrampicarsi come un gatto/ una scimmia/ uno scoiattolo, contorcersi come un verme, saltare come un capretto/ una rana ;
e) attaccarsi a qualcuno come una mignatta/ un’ostrica allo scoglio, seguire qualcuno come un cagnolino, sgusciare via come un’anguilla, strisciare come un verme, giocare come un gatto con il topo ;
f) amarsi come colombi, incazzarsi come una bestia, piangere come un vitello, rivoltarsi come un galletto.

  • 29  Tullio De Mauro, Federico Mancini, Massimo Vedovelli, Miriam Voghera, Lessico di frequenza dell’it (...)

35Les verbes correspondent aux plus fréquents en langue libre. En effet, ils reçoivent le degré d’usage suivant dans le LIP29 : (par récurrence décroissante) andare (R 26), lavorare (R 174), mangiare (R 206), morire (R 320), vivere (R 344), giocare (R 557), dormire (R 567), amare (R 975), ammazzare (R 1002) ; saltare (R 1191), piangere (R 1364), faticare (N fatica 1658), allungare (R 2897), incazzarsi (R 3184). Le générique bestia est corrélé à un bon nombre d’entre eux : dormire, faticare, incazzarsi, lavorare, mangiare, sudare, vivere (come una bestia). Rien donc que de très quotidien pour les verbes en oeuvre dans les comparaisons animalières.

2.1.3. Comment s’organise ce règne animal fictif ?

36Les poissons séchés prêtent leur maigreur, le porc et tous les animaux de grande envergure (baleine et bœuf) sont gros et maladroits, le chien est peu chanceux(fortunato come un cane in chiesa). L’animal n’est pas toujours évoqué seul et l’inimitié irréductible du chat et du chien est enregistrée dans l’expression essere (come) cane e gatto (EC).

(8) Scajola e Burlando si conoscono da sempre, amici amici non sono, ma nemmeno cane e gatto. « la Repubblica », 6/ 02/ 2008.

  • 30  S. Leroy, op. cit., p. 262. Même constat dans un article antérieur de Salah Mejri, Séquences figée (...)

37Certaines corrélations sémantiques se retrouvent d’une structure à l’autre. Ainsi : rosso > arrossire come un tacchino, sfuggente > sgusciare via come un’anguilla, veloce > correre come la lepre, cieco/ miope come una talpa > vederci come una talpa, mangiare come un maiale > grasso come un maiale. Mais cela ne correspond pas à la majorité des cas ; le même animal est présent dans la langue figée pour différentes caractéristiques : on peut emprunter à l’écrevisse à la fois sa couleur (rosso come un gambero - PECO) et sa démarche (camminare come un gambero - PVCO), l’âne est têtu (testardo come un asino) et on a l’habitude de le charger (caricare come un asino) ; l’on mange et l’on a la respiration pesante come un buffle/ bufalo, etc. « Le fait qu’un même nom puisse figurer le plus haut degré de propriétés diverses […] vient contredire cette idée de parangon, forcément unique »30. Enfin, l’orientation axiologique des expressions est essentiellement négative.

  • 31  Pierre Guiraud, Structures étymologiques du lexique français, Paris, Larousse, 1967.

38Mais le ver est-il si nu (nudo come un verme) et le frottement de dents incessant du lapin trahit-il vraiment la peur (pauroso come un coniglio) ? Les anchois ne sont-ils pas pigiati que par la volonté de l’homme pour leur conservation et la morue ne doit-elle pas son air d’éternelle sidération aux mêmes raisons (restare come un baccalà) ? En fait, l’homme a plaqué sur l’animal des projections et celles-ci perdurent. Ce n’est pas une leçon de zoologie réaliste que l’on trouvera dans les expressions figées à trait [animal]. Et P. Guiraud31 rappelle combien la langue est conservatrice, même si les assertions sont fausses.

2.2. D’autres réalisations syntaxiques véhiculent les mêmes stéréotypes

39Ces caractéristiques que l’on prête conventionnellement aux animaux constituent la matière de groupes adverbiaux ou de syntagmes nominaux.

  • 32  Sur cette structure (V) Prep C, sont construits les technicismes nuotare a delfino, farfalla, rana

402.2.1. Dans les locutions adverbiales, on infère une attitude enthousiaste et sans réflexion du plongeon rapide du poisson (buttarsi, tuffarsi a pesce - PC)32 ou d’une caractéristique vocale du perroquet, un manque d’intelligence (ripetere N a pappagallo – PC). Une partie de la table PCDC (camminare a passi da giraffa/ da formica ; a passo di lumaca/ di tartaruga) tout comme chiudersi a riccio (PC) ou la démarche a zoppo galletto (PAC) d’un coquelet boiteux, reprennent des termes parangons de PVCO (camminare come una lumaca, una tartaruga).

41La référence à l’animal vaut également pour des informations d’ordre visuel : (espandersi) a macchia di leopardo - PCDC) explicite le mode d’extension d’un phénomène, a zampa di gallina, une écriture. Une distance à vol d’oiseau/ a volo di uccello est à la limite des technicismes. Parce qu’un chien est quelquefois laissé sans sépulture, on pue (puzzare) a cane morto – PCA)et qu’un poisson est rapidement nauséabond, on traite « à poissons en plein visage » (trattare) a pesci in faccia – PCPC), lorsque l’on parle avec une sincérité brutale. Visuelle ou olfactive, c’est à nouveau une vision négative du monde animal qui ressort des structures adverbiales.

422.2.2. On retrouve les mêmes parangons dans la structure « N0 avere (CdiC)1 » (table ACDC) : avere la bellezza dell’asino, occhi di lince, stomaco di struzzo, etc. La relation à l’animal se fait par une caractéristique culturellement admise : uno stomaco di struzzo est un estomac capable d’ingérer quoi que ce soit, l’éléphant aurait une mémoire comparable à sa taille (una memoria di elefante) et une peau d’une grande résistance (avere la pelle di un elefante). La structure fonctionne également par antiphrase : avere il tatto di un elefante est synonyme d’une grande maladresse et avere un cervello da/ di formica/ gallina de stupidité. L’élément C[animal] correspond aussi au terme supérieur du haut degré : una febbre da cavallo est une très forte fièvre, un coraggio da leone, un courage téméraire, una forza da tigre, une force puissante, occhi di aquila/ di falco/ di lince réfèrent à une vue perçante.

43Ainsi les similitudes conventionnelles développées dans les structures en come dont l’importance quantitative est considérable, traversent aussi les structures adverbiales et structurent des modifieurs nominaux.

2.3. Les métaphores zoomorphiques : du constat à l’injure

  • 33  Pierre Guiraud, op. cit., p. 50.
  • 34  Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’énonciation,Paris, A. Colin, 1999, p. 89.

44 « À partir du moment où existe une matrice qui assimile l’homme à l’animal, tous les noms d’animaux sont mobilisés ; ils deviennent des hommes virtuels dans leur corps, leur comportement, leur habitat »33. Et pour certains, « l’on passe insensiblement de l’énoncé constatatif à l'énoncé injurieux »34, le nom [animal] étant siège de cristallisations axiologiques.

2.3.1. La variation syntaxique

45Quelle que soit l’orientation que l’on donne aux phénomènes (ellipses progressives dans une optique générativiste, développement croissant dans une lecture guillaumienne), un continuum est évident de l’interjection, du lexème isolé (9a) ou introduit par l’exclamatif che (9b) aux structures en être (9c) :

  • 35  D’autre part, selon les caractéristiques de la situation d’énonciation, un même syntagme (Brutto c (...)

(9a) Bestia ! (9b) Che bestia ! (9c) Sei una bestia ! è una bestia, quell’uomo !35

  • 36  « Avec cette configuration l’objet auquel renvoie N1 est classé dans la catégorie que désigne N2, (...)

46Le syntagme contenant C[animal] revêt une valeur prédicative. L’article indéfini présuppose l’existence d’une classe référentielle, il classifie36.

(9d) Quelli sono delle bestie. « Corriere della Sera », 22/ 07/ 2006, p. 10. Propos du fils du banquier Roveraro au sujet des assassins de son père.

  • 37  Annie Boone, Essai de typologie des phrases copulatives, in Mats Forsgren, Kerstin Jonasson, Hans (...)
  • 38 Ibidem, p. 74.

47A. Boone37 préfère adopter le terme typant ce qui lui permet d’établir une distinction qui nous semble intéressante pour notre propos entre véritables classifiants, caractérisés par l’impossibilité de remplacer être par devenir et descriptifs, lorsque la substitution est possible. L’énoncé peut alors être interprété comme une qualification attribuée au sujet. Et il s’agit bien du cas de nos C[animal]. La structure est purement appréciative. « Ces phrases impliquent un jugement de valeur et elles renvoient directement à des caractéristiques et à des comportements subjectifs aptes à devenir classificatoires »38.

2.3.2. Des intensifieurs

48Un modifieur du nom peut venir compléter l’élément C[animal]. Métaphore nominale et adjectif (ECA) vont alors dans un même sens dévalorisant : un pidocchio rifatto, un asino/ pidocchio/ somaro risalito sont des nouveaux riches demeurés grossiers, un’oca giuliva, une femme superficielle, una vecchia volpe, une personne très rusée, un vétéran de l’habileté en quelque sorte. Peu de mélioratifs, comme le « cane fedele ». En essere un corbacchione di campanile (ECDC), le complément de nom revêt, outre sa valeur référentielle, une fonction hyperbolique.

49La structure « N de N »est très prisée dans les injures. Le premier substantif fonctionne comme un augmentatif (Sangue di cane - PCDC) ou bien, lorsque N[animal] occupe cette place, il sert de nom qualifieur (Quel cane di vicino).

50On le voit, la structure « dare dell’asino a » (C1PNI) peut exister avec bien d’autres lexèmes possédant le trait [animal].

2.3.3. Fare l’asino

  • 39  Nunzio La Fauci, Ignazio Mirto, Fare. Elementi di sintassi, Pisa, ETS, 2003, pp. 67-73.

51Il faut citer, aux marges du figement, la structure « N0 [+hum] fare Det Def C [animal] ». Il s’agit d’une structure productive et non figée où apparaissent certains C[animal] rencontrés plus haut : fare l’asino, il camaleonte, la cicala, la formica, la civetta.N[animal] est tour à tour parangon de la stupidité, de l’opportunisme, de l’insouciance ou d’une économie prévoyante, de la coquetterie. La nature non transitive de telles constructions en fare + Det + N a été bien démontrée par les travaux d’I. Mirto et de N. La Fauci39. Les auteurs s’appuient sur le caractère non interchangeable de fare, la non passivation de la tournure et le fait que N0 et N1 ne sont pas distincts du point de vue référentiel.

52Le nom prédicatif peut avoir un modifieur : fare il grillo parlante/ le grillon parlant, la mosca cocchiera/ la mouche du coche, la gatta morta/ la « chatte morte », la Sainte Nitouche, il lupo pecoraio/ «le loup berger» (FCA), l’amico del giaguaro/ « l’ami du jaguar », l’ami qui devient traître (ECDC), il pesce in barile/ « le poisson dans le baril », équivalent de l’attitude obtuse de l’autruche (FCPC2). Nous évoquerons ces expressions plus loin (cf. Infra 3.2.2).

53On mesure l’importance quantitative des stéréotypes et l’exten-sion de leur socle syntaxique.

3. Les structures transitives et intransitives

  • 40  Il s’agit en même temps de la table aux expressions les plus vieillies.

54Considérons maintenant les structures à verbes transitifs ou intransitifs dont les éléments se soudent de façon plus coalescente. Ces tables offrent une proportion moindre d’expressions à trait [animal] : 1,76 % en CZER1, 3,2 % en CDEF1 et 6,25 % en CIND1 mais 14 % en C1PC240. Dans notre définition initiale du figement (cf. supra 1.1), nous avons évoqué un second critère, celui d’une certaine opacité ou d’une non prédictibilité du sens due au fait que la signification des expressions n’est pas la somme des sens des éléments la composant. C’est cette caractéristique qui va nous servir de fil conducteur puisque nous procéderons par degré d’opacité croissante.

3.1. Un sens littéral transparent

3.1.1. Des références quotidiennes amusantes

  • 41  Pierre Guiraud, Les locutions françaises, Paris, PUF, p. 15.

55Un premier groupe d’expressions est immédiatement intelligible. « Ce sont des emplois figurés d’observations quotidiennes dont le sens immédiat motive l’usage et surtout les valeurs »41. Si nous les classons de façon onomasiologique, nous retrouvons des champs déjà évoqués pour les structures PECO : des défauts de caractère plus ou moins légers et la vie et ses difficultés.

56On enlève la peau à un pou (scorticare un pidocchio - CIND1) ou l’on a un crabe dans son sac (avere un granchio alla borsa - ACPC) tant on est avare et l’on dépouille un niais comme on plume un volatile (pelare/ spennare il pollastro/ pollo - CDEF1). On prend des mouches (pigliare mosche - CZER1), court derrière les papillons (correre dietro alle farfalle - PC1) ou va à la chasse aux grillons (andare a caccia di grilli - PC1PC2) quand on n’a rien à faire. Ce sont les grenouilles que l’on tente de suivre lorsque l’on divague dans un discours trop long (andare per rane - PC1). Beaucoup d’insectes pour les imprévus du psychisme : le grillon pour des lubies (Gli salta il grillo - COV), le vers du bois pour une haine qui ronge (avere il tarlo con - ACPN) et des mouches pour l’agacement (far saltare la mosca al naso di qualcuno).

57On « a le chat dans la maie, le pétrin » (avere il gatto nella madia - ACPC) quand on n’a rien à manger. La faim pousse à des extrêmes (vivere di lucertole - PC1) et l’on est d’une maigreur excessive (mangiare le lucertole - CDEF1). On a beau se coucher avec les poules (coricarsi con le galline - PDETC) et se lever au chant du coq (alzarsi al canto del gallo - PCDC), essayer d’être vigilant (avere un occhio al gatto e uno alla padella - ACPC), les enfants nés tardivement sont comme les poussins de janvier (avere i pulcinidi gennaio - ACDC).

58On pèle un ours lorsque l’on affronte une situation difficile (pelare l’orso - CDEF1) et chevauche le tigre (cavalcare la tigre - CDEF1) lorsque l’on tente de la contrôler. On crie au loup (gridare al lupo - PC1) si une peur injustifiée vous gagne et il arrive que l’on soit l’artisan de son piège (cacciarsi/ entrare nella tana del lupo) - PC1PC2). Il faut alors accepter cette situation désagréable et « avaler le crapaud » (ingoiare un rospo CIND1).

3.1.2. Des saynètes pour dire l’inutilité d’une entreprise

  • 42  Cf. Catherine Camugli, Raddrizzare le gambe ai cani, donner de la confiture aux cochons. De l’humo (...)

59L’extension syntaxique de la structure C1PC2 (trois éléments contraints à savoir le verbe transitif suivi de deux compléments) permet aux énoncés littéraux de dessiner de petites anecdotes. Si aspettare la lepre al balzello/ il porco alla ghianda/ il porco alla quercia, c’est faire preuve d’une patience rusée, la majorité des champs onomasiologiques de cette table correspond à la difficulté d’une tâche (salvare capra e cavoli , prendere/ afferrare l’anguilla par la coda , non cavare un granchio/ un ragno dal buco), à l’impossibilité de celle-ci (cercare cinque piedi al montone, attaccare il campanello al collo del gatto), à l’inutilité d’une initiative (dare pere all'orso, fieno all'oca, gettare le perle ai porci), au danger d’un choix (dare le pecore in guardia al lupo) ou à l’ineptie d’une démarche (mettere il carro davanti ai buoi, menare il cane per l’aia, imbrigliare l’asino per la coda). Certaines expressions reprennent le canevas paradoxal d’impossibilia médiévaux42.

(10) A questo punto, caro Lamagna, non creda ch’io meni il can per l’aia. Vuole approfondire le sue conoscenze sul bidè o bidetto o cavallino che dir si voglia ? Eccola servito. « Il Giornale », 28/ 07/ 2006.

3.2. Des citations culturelles

60Des allusions culturelles constituent la matière lexicale de modifieurs (essentiellement compléments de nom). L’article défini devant C [animal] suppose l’existence non d’une classe mais d’un individu ; la structure est dite d’identification. Mais des allusions trop spécifiques risquent d’en occulter la portée.

3.2.1. Une antiquité partagée

61Les références bibliques pétrissent notre culture et ne posent guère de problèmes d’interprétation : adorare il vitello d’oro/ adorer le veau d’or (CDEF1) (avoir le culte de l’argent), en souvenir de l’idole d’or adorée par les Hébreux lorsque Moïse descend du Sinaï (Exode, 32) ou uccidere il vitello grasso/ tuer le veau gras (CDEF1) (faire un festin à l’occasion de réjouissances familiales), par allusion au repas et à la fête donnés en l’honneur du retour de l’enfant prodigue (Luc, XV, 11).

(11) Silvio Berlusconi ha definitivamente rinunciato a sacrificare il vitello più grasso in onore di Pier Ferdinando Casini, un « figliol prodigo » che non ha più alcuna intenzione di tornare nella casa (delle libertà) del padre. « Il Sole - 24 ore », 6/ 12/ 2007.

62Des temps de vaches grasses ou de vaches maigres (tempi di vacche grasse, di vacche magre) se sont renouvelés bien au-delà du rêve de Pharaon (Genèse, 41).

  • 43  Carlo Delcorno, Pour une histoire de l’exemplum en Italie, in Jacques Berlioz, Marie Anne Polo de (...)

63Le fonds des fabulistes antiques, Esope puis Phèdre, expliquent les expressions : allevare una serpe in seno/ réchauffer une vipère/ un serpent dans son sein (C1PC2 : Esope, Fables, 82) , farsi bello con le penne del pavone/ se parer des plumes du paon (FCPC2 : Esope, Fables, 162), fare la parte del leone/ prendre la part du lion (FCDC : Esope, Fables 207), fare la volpe con l’uva/ le renard et les raisins trop verts(Phèdre, IV, 3 ; Esope, 32), la mosca cocchiera (FCA : Phèdre), dare il calcio dell’asino/ le coup de pied de l’âne (C1PC2 : Phèdre, Fables, 22). Leur caractère plaisant et leur apologue édifiant leur valurent un grand succès dans la prédication médiévale, à côté des exempla proprement dits43. Partie intégrante d’un quotidien, elles se sont insérées naturellement dans la langue. C’est par elles que sont entrés les animaux que nous avions qualifiés d’exotiques.

3.2.2. Des implicites culturels plus spécifiques

64Le Moyen Âge a laissé d’autres traces : la pauvreté volontaire de saint François d’Assise, à l’origine de l’humoristique « marche à pied » (andare con il cavallo di San Francesco - PCDC), les hésitations de l’âne de Buridan (esserel’asino di Buridano - ECDC) et l’évidence du pont aux ânes de la scolastique (essereilponte dell’asino - ECDE ; qui casca l’asino - COE).

  • 44  Floriano Pico composa parmi ses Arie da Ballare un Gallo di monna Fiore (1608). Giulio Cesare Croc (...)

65La musique, composante importante de la culture italienne, a suggéré et maintenu les coqs de Madame Fiore ou de la Checca (essere il gallo di Monna Fiore, della Checca - ECDC)44, des « coqs de village », dirait le français.

(12) E dove il più beccato è proprio il gallo della Checca, ossia Walter Veltroni, il magico Superwalter. « L’espresso », 10/ 08/ 2007.

  • 45 « È la fede delle femmine come l’araba Fenice, che vi sia ciascun lo dice, dove sia nessun lo sa ».

66L’opéra Così fan tutte de Mozart a certainement été un des facteurs du succès de l’expression come l’araba fenice (EVCO)45. Plus proches de nous, les aventures de Pinocchio nous valent la complicité malveillante du renard et du chat (essere come la volpe e il gatto - EVCO) et la sagacité du grillo parlante (ECA).

  • 46  « Légende selon laquelle les crocodiles du Nil gémissaient pour attirer leurs victimes (variante d (...)

67Mais quand les références sont trop lointaines, elles peuvent se brouiller. Qui se doute que le crocodile versant des larmes hypocrites (versare lacrime di coccodrillo - CZER1) remonte à l’antiquité grecque et latine46? Les écrits burlesques de Pulci nous ont laissé des jurons sous formes de prières simiesques (dire il paternostro della bertuccia/ della scimmia - CDEF1) et un emprunt au français, des intermédiaires amoureux (No portare polli - CZER1).

  • 47  Alain Rey, Le lexique, cit., p. 199.

68En discours, ces expressions apparaissent sous des formes moins développées que les structures verbales par lesquelles elles sont enregistrées dans les dictionnaires. Ce sont de simples réductions nominales : la pelle del leone, la politica del pesce in barile, par exemple. Quelle en est la perception par l’usager ? Pour certains, la motivation originelle disparaîtra et l’expression cessera d’être autonymique47. Qui attribue encore à l’humoriste Marcello Marchesi le succès des expressions Indovinala, grillo (COE) ou l’amico del giaguaro (ECDC) depuis les émissions éponymes d’entre 1950 et 1970 ?

4. L’expression figée à trait [animal], une variante parmi d’autres

69L’approche syntaxique du domaine fait repérer un phénomène trop fréquent pour ne pas être significatif : souvent l’expression avec trait C[animal] entre dans un paradigme d’expressions structurellement et sémantiquement équivalentes dont elle n’est qu’une variante. C’est un fait banal dans le domaine figé mais il nous semble particulièrement récurrent dans ce champ lexical.

4.1. Les variantes « concurrentes » peuvent relever du même domaine. Quelques exemples tirés de la table C1PC2 :

(13a) drizzare legambeaicani
redresser les jambes des chiens
(13b) drizzare ilbeccoaglisparvieri
redresser le bec des éperviers

(14a) mangiare l’uovoin corpo alla gallina
manger l’œuf dans le corps de la poule
(14b) mangiarel’agnello in corpo alla pecora
manger l’agneau dans le corps de la brebis

(15a) farediunamosca unelefante
faire d’une mouche un éléphant
(15b) farediuntopolino unamontagna
faire d’une souris une montagne

70Mais dans la majorité des cas, les variantes relèvent d’un autre champ lexical et ce, pour toutes les structures décrites. Dans la série des comparaisons figées (PECO) par exemple, les défauts possèdent des parangons non animaliers :

(16a) essere grasso come un beccafico/ una quaglia gras comme un beqfigue, une caille
(16b) essere grasso come un ortolano gras comme un jardinier

  • 48  M. Prandi, op. cit., p. 92.

71Les structures syntaxiques fonctionnent alors comme un canevas au point que l’on peut s’interroger sur l’apport spécifique du trait [animal]. « La projection s’appuie généralement sur des modèles cognitifs puissants et pervasifs, partagés en dehors d’un contexte occasionnel »48. Quels sont ces modèles qui traversent notre domaine et comment opèrent les relations entre la syntaxe et le lexique ?

4.2. Des canevas productifs

  • 49  S. Leroy, op. cit., p. 264. Même observation dans un article antérieur : « L’expression de l’inten (...)

72À propos des comparaisons de nos derniers exemples, S. Leroy écrit : « On a dit que ces groupes nominaux ne sont pas forcément représentatifs de la propriété désignée par l’adjectif. De fait, ils n’en ont pas besoin : leur seule place de parangon, de comparant leur assure une place supérieure au comparé sur l’échelle de la propriété concernée »49. Ce serait la position du lexème dans la structure qui serait essentielle, davantage que son apport sémantique propre. Parcourons d’autres structures présentes dans le corpus.

4.2.1. L’expression d’une quantité

  • 50  Francis Corblin, Lucia Tovena, L’expression de la négation dans les langues romanes, in Godard, Da (...)

73En italien, la négation est exprimée par la seule particule non devant le verbe. Si celui-ci est valere, il est suivi d’un élément de mesure et l’article indéfini qui précède garde pleinement sa valeur étymologique de numéral : non valereunacicala, « ne pas valoir une cigale » (CIND1). Cette expression s’inscrit dans une longue série [-animal] : non valereuncavolo/ unbaiocco/ unbottone/ unabuccia di porro/ una penna (« un chou, un sou, un bouton, une feuille de poireau, une plume »). Il s’agit toujours d’objets sans valeur marchande. L’élément C1 est un autre signifiant lexical de « niente/ rien ». Il occupe une position post verbale un peu comme pas dans la corrélation négative ne... pas en français qui, d’indication de quantité minimale en contexte positif, dénote maintenant, en interaction avec la négation, l’absence d’une quantité minime50.

74La fonction de « quatre » pour un petit nombre (fare quattro passi, quattro chiacchiere) semble aussi prégnante dans le sémantisme de essere quattro gatti que le poids du référent [animal]. À l’opposé, en C1PC2, régularité rythmique, allitérations et coordination sont autant de facteurs d’un mécanisme hyperbolique dont l’expression animalière ne constitue qu’une réalisation parmi d’autres. Pour « prendre ses cliques et ses claques » :

(17a) piantare capra e cavoli
planter chèvre et choux
(17b) piantare baracca e burattini
planter baraque et marionnettes

4.2.2. Un être humain hors de son état normal

75La distraction d’abord. En FVCO, une relative avec coordination interne juxtapose deux procès concomitants, reconstruisant une situation de distraction connue de tous :

(18a) fare come quello che cercava l’asino ed era a cavallo
faire comme celui qui cherchait l’âne et était à cheval
(18b) fare come quello che cercava la pipa e l’aveva in bocca
faire comme celui qui cherchait sa pipe et l’avait dans la bouche

76Dans des structures factitives, le sujet de l’énoncé enchâssé n’est pas celui que l’on attend ; la cocasserie de la situation entame la portée de l’assertion.

(19a) far ridere i polli/ le galline        (19b) far ridere le panche
faire rire les poulets/ les poules faire rire les bancs

  • 51  C. Lapucci, op. cit., p. 317 et P. Sorge, op. cit., p. 211.

77On a suggéré51 les prouesses d’une escadrille aérienne italienne, pendant les années 30-40 comme origine de l’expression (20).

(20a) (fare) vedere i sorci verdi (CDEF1)
faire voir des souris vertes
(20b) quel Marcel Hirscher, classe 1989, campione del mondo juniores in gigante e in slalom, che a Kranjska Gora e a Bormio ha già fatto vedere i sorci verdi a tutti i suoi prossimi avversari di Coppa del mondo. « Il Corriere della Sera », 16/ 03/ 2008.

78Il est tout de même curieux que le français, dans un état d’aliénation psychique certes un peu différent, voie des éléphants roses et l’espagnol ratones colorados. Le moteur du sémantisme ne serait-ce pas ici l’oxymore créé par l’opposition du nom et de l’adjectif de couleur ?

4.2.3. La vacuité d’initiatives humaines

79Un bon nombre d’expressions stigmatisent l’inutilité d’une démarche. Le syntaxique et le lexical s’enchevêtrent d’une façon intéressante. Les verbes invitare ou insegnare amènent N1 à effectuer le procès V. Dans nos expressions, le lexique apporte pour N1 et V des références à des entités qui sont superflues donc incongrues dans la réalité extralinguistique :

(21a) invitare la leprea correre, la mula aicalci, l’orso alle pere (C1PC2)
inviter le lièvre à courir, la mule aux coups de pieds, l’ours aux poires
(21b) invitare il matto alle sassate
inviter le fou aux jets de cailloux

(22a) insegnare a rampicare ai gatti, a volare agli uccelli, a nuotare ai pesci
enseigner aux chats à grimper, aux oiseaux à voler, aux poissons à nager
(22b) insegnare il credo agli Apostoli
enseigner le credo aux apôtres

  • 52  C. Lapucci, op. cit., p. 300 cite cinq autres variantes [-animal]. Des régions créent la leur : en (...)

80Le verbe transitif portare appelle un complément et induit un mouvement. Dans No portare coccodrilli in Egitto et portare nottole ad Atene (table C1PC2), le complément C2 est un locatif, habitat par excellence de C1. De plus, C1 est au pluriel : on apporte un grand nombre au lieu spécifique qui en est déjà pourvu, qui le possède en abondance ; C2 exprime alors des lieux erronés. Et c’est ainsi qu’est dite l’incongruité de l’initiative à laquelle il est fait allusion, la chouette étant le symbole d’Athènes et les crocodiles nombreux dans le delta du Nil. Mais les deux expressions ne constituent qu’une variante à l’intérieur d’un prototype, représenté souvent par portare acqua al mare/ porter de l’eau à la rivière52.

81Lorsque la préposition privative senza unit deux lexèmes se référant aux deux composantes indissociables d’une même réalité, le désir porté par le verbe devient insensé car irréaliste :

(23a) volere il pesce senza la lisca
vouloir le poisson sans l’arête
(23b) volere la rosa senza le spine (C1PC2)
vouloir la rose sans les épines

  • 53  Alain Rey, Le lexique, p. 195 et P. Guiraud, Structures étymologiques…

82On perçoit le poids relatif du champ référentiel animalier dans ce qu’A. Rey et P. Guiraud53 nomment des « prosémantismes » et Irène Tamba des « schèmes archétypants ».

4.3. Jeux sur la matière signifiante

83Au paragraphe précédent, lexique et syntaxe s’enchevêtraient dans un apport réciproque. Mais le lexical peut se vider de son sémantisme au point de devenir matériau de calembour. L’expression (24a) connaît des variantes curieuses où l’on perçoit bien la contamination de (24c) par (24b) ; (24c) est le résultat de ce P. Guiraud nomme une « remotivation populaire ».

  • 54  Giovanna Turrini, op. cit., p. 390.
  • 55  Paola Sorge, op. cit., p. 241.

(24a) piangere come un vitello (PVCO)
pleurer comme un veau
(24b) piangere come una vite tagliata54pleurer comme une vigne taillée
(24c) piangere come un vitello tagliato55pleurer comme un veau coupé

84Allons plus loin. Le verbe andare suivi de la Prep in traduit un mouvement vers un état :

(25a) andare in bianco/ in tilt
ne pas réussir/ être dans un état de confusion mentale
(25b) andare/ finire in vacca/ in oca (PC1)
Litt. Aller, finir en vache, en oie

85Que fait ici cette vache/ vacca que l’on lit quelquefois comme bacca (le ver à soie) ? Ne vaudraient-ils pas tous deux pour vacuum, le vide ? La variante avec l’oie/ oca ne semble guère plus animalière.

  • 56  Pierre Guiraud, Écrire comme un chat, in « VIII Congresso Internazionale di Studi Romanzi, Firenze (...)

La forme excite le fond en catalysant et précipitant des images latentes mais sans force intrinsèque suffisante pour s’actualiser. Dans bien des cas la forme transcende le substrat objectif et lui impose un sens neuf sans relation avec la réalité : la forme crée le fond.56

  • 57  Aussi N0 essereunabufala : une fausse nouvelle (EC).
  • 58  Nancy Huston, Dire et interdire - Éléments de jurologie, Paris, Payot, 1980, pp. 79-83 et P. Guira (...)
  • 59  On relève un phénomène articulatoire du même type dans l’expression non valere una cicala, déjà an (...)
  • 60  Pour la structure des racines labialisées, voir P. Guiraud, Structures étymologiques, p. 81.
  • 61  « On a en particulier toute une psychologie animale d’origine calembouresque : la bécasse bécasse (...)

86La table CIND1 offre un bestiaire curieux : prendersi una scimmia pour « se prendre une cuite », prendere un granchio pour « commettre une erreur grossière », dire una bufala pour « dire une sottise », prendere una bufala57 pour « commettre une erreur d’évaluation » et pigliare/ prendere una papera pour « commettre une erreur, faire une erreur en parlant ». Que sont ces singes, crabes, buffles ou oisons ? Prendersi una scimmia c’est prendersi una sbornia. Les deux C1 partagent une initiale constrictive réalisée avec une tension des muscles du visage vers l’extérieur. L’articulation du [i] de scimmia et la durée de [m :] accentuent cet effet. N. Huston qualifie ces isomorphismes articulation - sémantisme, de « mimologismes »58. Si l’on admet cette interprétation, nous avons affaire à un énoncé où phonologie et prédication partagent une orientation axiologique méprisante et le singe/ scimmia ne vaut que pour sa matière phonique59. Le mot papera présente une duplication de l’occlusive bilabiale comme le verbe balbettare ; son origine est supposée onomatopéique60. Il y a tout lieu de penser à des jeux de mots suggérés par la forme61. Et peut-on aller jusqu’à l’hypothèse d’un croisement de bufala avec la vacuité d’un souffle de vent (buffare soffiare ; buffata), bufala ayant deux orthographes attestées bufala et buffala ?

87L’injonction zitto e mosca (COE) ou l’interjection roba da cani parallèle à roba da matti participent de ces jeux phoniques. Le degré extrême se situe dans les assonances du juron : Porca l’oca (COE). On notera que ces expressions relèvent toutes d’un registre de langue informel.

  • 62  Michele Mari, Verderame, Turin, Einaudi, 2007, p. 3.

(26) Lümàgh schifus vacaboia !62
Limaces affreuses « vache bourreau » !

Conclusion

88Une approche initiale résolument syntaxique a eu un double avantage : d’une part, elle offre une vision d’ensemble du domaine thématique animalier, mettant en évidence une quantité remarquable de prédications métaphoriques, portées par des structures en essere, Adj. come, V come, bien sûr mais également en « N Prep C[animal] », en fare et par des adverbes, d’autre part, elle révèle l’importance de canevas structurés par la syntaxe.

89Même si les expressions animalières puisent à des fonds communs très anciens (la Bible, l’Antiquité), relayés par un Moyen Âge commun, si certaines parcourent les langues, il est curieux de constater que ce domaine familier présente des variations entre italien et français : il n’y a pas un chat et non c’è un cane, il pulcino nella stoppa et le coq en pâte. L’approche lexico-syntaxique a permis, nous semble-t-il, de dégager, au niveau des motivations, le poids respectif des références quotidiennes, des inférences partagées, des canevas cognitifs et des jeux sur la matière phonique.

90Nous avons présenté des expressions préconstruites, stockées dans la mémoire des sujets communicants. Il sera intéressant de découvrir, par les autres contributions de cet ouvrage, ce que les auteurs ont puisé à ce fonds commun.

  • 63  Le signe + vaut pour « ou ».

Table

structure

C.A

%

Exemple

COE

interjections

7

1,35

In bocca al lupo !

Avec essere

EC

Essere C1

3

0,58

Essere cane e gatto

ECA

N0 essere C1 Adj

12

2,31

Essere una mosca bianca

ECDC

N0 essere (C di C)1

20

3,85

Essere l’amico del giaguaro

ECP2

N0 essere C1 Prep C2

8

1,54

Essere un pesce fuori d’acqua

PECO

N0 essere Adj come C1

91

17,53

Essere geloso come una tigre

EVCO

N0 essere come C1

6

1,16

Essere come la volpe e il gatto

EPCPC

N0 essere Prep C Prep C

2

0,39

Non essere né carne né pesce

Avec avere

AC

N0 avere C1

1

0,19

Avere le formiche

ACA

N0 avere C1 Adj

1

0,19

Avere il verme solitario

ACDC

N0 avere (C di C)1

18

3,47

Avere occhi di lince

ACPN

N0 avere C1 Prep N2

1

0,19

Avere il tarlo con qualcuno

ACPC

N0 avere C1 Prep C2

5

0,96

Avere il gatto nella madia

ANPC

N0 avere N1 come C1

2

0,39

Avere sette vite come i gatti

Avec Fare

FC

N0 fare C1

12

2,31

Fare una papera

FCA

N0 fare C1 Adj

4

0,77

Fare la gatta morta

FCDC

N0 fare (C di C) 1

12

2,31

Fare la fine del topo

FCPC2

N0 fare C1 Prep C2

6

1,16

Fare il pesce in barile

FVCO

N0 fare come C1

18

3,47

Fare come la volpe con l’uva

Structures transitives à un complément contraint

COV

N0 contraint

1

0,19

Il grillo saltare a qqno

CZER1

N0 V C1

4

0,77

Pigliare mosche

CDEF1

N0 V Art Def C11182

38

7,32

Vedere i sorci verdi

CIND1

N0 V Art Indef C1191

12

2,31

Prendere un granchio

Structures transitives à deux compléments

C1P2

N0 V C1Prep C2

89

17,15

Mettere i buoi davanti al carro

C1PND

N0 V C1Prep N2

1

0,19

Cercare le pulci a qualcuno

CPPN

N0 V C1Prep C2 Prep N

4

0,77

Scacciare i grilli dalla testa a/ di quno

Structures intransitives

PC1

N0 V Prep C1

13

2,50

Correre dietro alle farfalle

PC1PC2

N0 V Prep C1 Prep C2

9

1,73

Andare con il cavallo di San Francesco

Adverbes

PC

Prep C

5

0,96

(Ripetere N) a pappagallo

PDETC

Prep Det C

1

0,19

(Coricarsi) con le galline

PAC

Prep Adj C

1

0,19

(Camminare) a zoppo galletto

PCA

Prep C Adj

1

0,19

(Puzzare) a cane morto

PCDC

Prep C (di+da63) C

9

1,73

(Alzarsi) al canto del gallo

PCPC

Prep C Prep C

1

0,19

(trattare) a pesci in faccia

PVCO

V come C1

101

19,46

Dormire come un ghiro

Total

519

91Les structures syntaxiques des expressions figées à trait [animal]

Haut de page

Notes

1  Je remercie Carla Bazzanella, Michele De Gioia, Ignazio Mirto, Christian Leclère et Salah Mejri pour leur lecture attentive, enjouée et complice qui m’a permis d’éliminer bien des scories.

2  Joëlle Tamine, Métaphore et syntaxe, « Langages », 1979, pp. 65-81, n°54.

3  D’où le nom Lexique-Grammaire de l’équipe. Les travaux sont présentés sur le site http:/ / infolingu.univ-mlv.fr/ DonneesLinguistiques/ Lexiques-Grammaires/ Visualisation.html.

4  Pour les expressions françaises, voir, par exemple, le recueil de Gérard Gréverand, Nom d’un chien ! Les animaux dans les expressions du langage courant, Paris, Gembloux Duculot, 1988, 136 p.

5  Pour le développement de ces tests, voir Maurice Gross, Une classification des phrases « figées » du français, « Revue québécoise de linguistique », 1982, pp. 151-185, vol. 11, n°2, repris dans Gaston Gross, Les expressions figées en français. Noms composés et autres locutions, Gap/ Paris, Ophrys, 1996, pp. 12-13.

6  Pour une vision d’ensemble des structures verbales du domaine figé italien, se référer à Emilio D’Agostino, Annibale Elia, Simonetta Vietri, Lexicon-grammar, electronic dictionaries and local grammars of italian, « Lingvisticae Investigationes », Amsterdam/ Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 2004, pp. 125-136, Supplementa 24.

7  Gaston Gross, op. cit., p. 11 et Béatrice Lamiroy, Les notions linguistiques de figement et de contrainte, Amsterdam/ Philadelphia, Benjamins, 2003, « Lingvisticae Investigationes », pp. 1-14, 26 : 1.

8  Les deux domaines entretiennent cependant des relations étroites puisque certaines expressions reprennent les matériaux de proverbes. Pour les proverbes italiens, voir Valter Boggione, Lorenzo Massobio, Dizionario dei proverbi. I proverbi italiani organizzati per temi, Turin, UTET, 2007, 654 p.

9 Ainsi nous avions initialement classé en ECDC Il cavallo di battaglia. Dans les tables françaises, le cheval de bataille est répertorié en C1 (Enfourcher un cheval de bataille) ou en EDN (Être le cheval de bataille). Or en discours, il apparaît toujours sous la forme d’un nom composé : La visita a Roma, oltre l’udienza prevista in Vaticano, sarà dedicata a questioni europee e al disegno di Unione Mediterranea, uno dei cavalli di battaglia di Sarkozy. « Corriere della Sera », 19/ 12/ 2007, p. 13. Pour cette difficulté, voir Gaston Gross, Degré de figement des noms composés, « Langages », 1988, pp. 57-72, n° 90.

10  Les sigles renvoient aux structures syntaxiques figées dont le développement est explicité en annexe.

11  Federica Casadei, Metafore ed espressioni idiomatiche. Uno studio semantico sull’italiano, Rome, Bulzoni, 1996, p. 243.

12  « La relation d’indication et son explicitation inférentielle ne sont pas des phénomènes intrinsèquement discursifs, mais prolongent dans le domaine de la communication verbale des stratégies cognitives et sémiotiques d’ordre plus général ». Michele Prandi, Les motivations conceptuelles du figement in Salah Mejri, Gaston Gross, A. Clas, Taïeb Baccouche (eds) « Le figement lexical. Rencontres Linguistiques Méditerranéennes », 1998, p. 94. Et de là naissent des difficultés d’intercompréhension culturelle.

13  Élaborées par Simonetta Vietri, ces tables font actuellement l’objet, de notre part, d’une comparaison systématique français-italien.

14  Michele De Gioia, Avverbi idiomatici dell’italiano. Analisi lessico-grammaticale,Turin, L’Harmattan Italia, 2001.

15  Carlo Lapucci, Modi di dire della lingua italian, Florence, Vallardi, 1984, 421 p. C’est l’ouvrage qui a longtemps servi de référence. Son fonds apparaît maintenant un peu vieilli et très toscan.

16  Paola Sorge, Dizionario dei modi di dire della lingua italiana,Rome, Newton & Compton editori, 1997, 2° éd. 2001, 247 p. Tout en reprenant bon nombre des expressions du recueil précédemment cité, l’auteur le rajeunit de façon très documentée.

17  Giovanna Turrini, Claudia Alberti, Maria Luisa Santullo, Giampiero Zanchi, Capire l’antifona. Dizionario dei modi di dire con esempi d’autore,Bologne, Zanichelli, 1995, 658 p. Certaines expressions sont illustrées de citations.

18  Federica Casadei, op. cit. Cet ouvrage ne constitue pas à proprement parler un recueil puisque l’auteur relit les matériaux figés italiens à la lumière des travaux cognitivistes de G. Lakoff et M. Johnson mais son index rassemble les expressions sur lesquelles porte son étude.

19  Gianfranco Lotti, Dizionario degli insulti, Milan, Orsa Maggiore, 1991, 295 p. L’auteur (p. 5) reconnaît avoir mêlé « preziosismi storici » et créations argotiques récentes, susceptibles de passer de mode mais l’ouvrage constitue une base de données solide.

20  Dans les tables du Lexique-Grammaire, chaque variante d’une expression constitue une entrée. Ainsi la variation sur le nombre en C dans raro come una mosca bianca/ raro come le mosche bianche (PECO) détermine deux entrées et donc deux occurrences de mosca. Notre calcul prend en compte ces variantes.

21  Les injures doublent ce chiffre. L’augmentation est le fait de nombreux suffixés (bestia> bestiola, bestiolina, bestione ; porco>, porcello, porcellino, porcellone, porcone ; lumaca> lumacone, etc.) et de quelques animaux mythologiques ou de légendes (arpia, centauro, cerbero, drago, dragonessa). Un dixième environ a été répertorié également dans les recueils lexicographiques qui nous ont servi à créer le corpus. Un seul de ces lexèmes ne fonctionne que dans une négation figée : non è un’aquila/ « ce n’est pas un aigle ».

22 Cf. Gérard Gréverand, op. cit., p. 45.

23  Pier Marco Bertinetto, Come vi pare’. Le ambiguità di ‘come’ e i rapporti tra paragone e metafora, in Federico Albano Leoni, Maria Rosaria Pigliasco (eds), « Retorica e scienze del linguaggio », Rome, Bulzoni, 1979, pp. 131-170, SLI 14.

24  Maurice Gross, Une famille d'adverbes figés : les constructions comparatives en comme, « Revue québécoise de linguistique », 1984, pp. 237-269, n°13, vol. 2. Avant lui, Alain Rey, Le lexique. Images et modèles du dictionnaire à la lexicologie, Paris, Colin, 1977, p. 192 évoquait la fonction d’adverbe intensif « très ».

25  Sarah Leroy, Sale comme un peigne et méchant comme une teigne. Quelques remarques sur les comparaisons à parangon, « Travaux linguistiques du Cerlico », Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004, pp. 255-268, n°17. Pour le test de nominalisation, voir plus particulièrement p. 262.

26  Pour Freud, la contradiction remplace une affirmation avec surenchère. Irène Tamba-Mecz, À propos de la signification des figures de comparaison, in « Information grammaticale », 1979, p. 18, n°1.

27  Cette opposition se retrouve dans la table ECA: essere una mosca bianca/ une mouche blanche; dans la même table, le noir de la pecora nera est la noirceur morale dont on veut bien accabler la brebis.

28  Dans une seule expression, la comparaison porte sur l’objet du verbe et non sur celui-ci : ammazzare qualcuno come un cane (rabbioso).

29  Tullio De Mauro, Federico Mancini, Massimo Vedovelli, Miriam Voghera, Lessico di frequenza dell’italiano parlato, Rome, Etaslibri, Fondazione IBM Italia, 1993, pp. 173-398.

30  S. Leroy, op. cit., p. 262. Même constat dans un article antérieur de Salah Mejri, Séquences figées et expression de l’intensité : essai de description sémantique, « Cahiers de lexicologie », 1994, n° 65, pp. 11-122.

31  Pierre Guiraud, Structures étymologiques du lexique français, Paris, Larousse, 1967.

32  Sur cette structure (V) Prep C, sont construits les technicismes nuotare a delfino, farfalla, rana.

33  Pierre Guiraud, op. cit., p. 50.

34  Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’énonciation,Paris, A. Colin, 1999, p. 89.

35  D’autre part, selon les caractéristiques de la situation d’énonciation, un même syntagme (Brutto cane ! Cane maledetto !) pourra fonctionner comme injure si l’on s’adresse à un allocutaire ou comme simple juron, indice de l’état émotif du locuteur (Porco cane, Porca l’oca - COE).

36  « Avec cette configuration l’objet auquel renvoie N1 est classé dans la catégorie que désigne N2, classification qui est aussi le seul résultat de la syntaxe, en l’absence de relation sémantique préconstruite entre N1 et N2 ». Joëlle Tamine, op. cit., p. 68.

37  Annie Boone, Essai de typologie des phrases copulatives, in Mats Forsgren, Kerstin Jonasson, Hans Kronning Prédication, assertion, information, Actes du Colloque d’Uppsala en linguistique française, 6-9 juin 1996, Uppsala, Acta universitatis upsaliensis, 1998, pp. 67-79.

38 Ibidem, p. 74.

39  Nunzio La Fauci, Ignazio Mirto, Fare. Elementi di sintassi, Pisa, ETS, 2003, pp. 67-73.

40  Il s’agit en même temps de la table aux expressions les plus vieillies.

41  Pierre Guiraud, Les locutions françaises, Paris, PUF, p. 15.

42  Cf. Catherine Camugli, Raddrizzare le gambe ai cani, donner de la confiture aux cochons. De l’humour dans certaines structures figées, in Catherine Garitte et Nelly Feuerhahn (éds.) Faire rire : mode d’emploi, Paris, 2008, Humoresques, n°27, pp. 115-129.

43  Carlo Delcorno, Pour une histoire de l’exemplum en Italie, in Jacques Berlioz, Marie Anne Polo de Beaulieu (éds), Les Exempla médiévaux : Nouvelles perspectives, Paris, Champion, 1998, pp. 147-176.

44  Floriano Pico composa parmi ses Arie da Ballare un Gallo di monna Fiore (1608). Giulio Cesare Croce (1550-1609) est l’auteur d’une « Barzelletta nova et ridicolosa sopra il gallo di Madama Checca ». Dans L’élixir d’amour (1832), à l’acte II, Dulcamara dit de Nemorino : « Egli è il gallo della Checca,/ tutto segue, tutto becca ». Et Giovanni Verga dans Il marito di Elena (1882), « Egli era il gallo della Checca e le donne se lo mangiavano con gli occhi ».

45 « È la fede delle femmine come l’araba Fenice, che vi sia ciascun lo dice, dove sia nessun lo sa ».

46  « Légende selon laquelle les crocodiles du Nil gémissaient pour attirer leurs victimes (variante désexualisée ou virilisée du mythe des sirènes) ». A. Rey, S. Chantreau, op. cit., p. 281.

47  Alain Rey, Le lexique, cit., p. 199.

48  M. Prandi, op. cit., p. 92.

49  S. Leroy, op. cit., p. 264. Même observation dans un article antérieur : « L’expression de l’intensité qui est assurée par la redondance impliquée dans la structure binaire échappe donc au sémantisme propre au second élément ». Salah Mejri, Séquences figées et expression de l’intensité : essai de description sémantique, « Cahiers de lexicologie », 1994, n° 65, p. 116.

50  Francis Corblin, Lucia Tovena, L’expression de la négation dans les langues romanes, in Godard, Danièle (éd.), Les langues romanes. Problèmes de la phrase simple,Paris, éditions du CNRS, 2003, pp. 282-284.

51  C. Lapucci, op. cit., p. 317 et P. Sorge, op. cit., p. 211.

52  C. Lapucci, op. cit., p. 300 cite cinq autres variantes [-animal]. Des régions créent la leur : en Sicile, portare sale a Trapani et en corse purtà a deda in Ascu (apporter du bois résineux à la forêt d’Asco). Ce canevas est présent en allemand Eulen in Athen bringen, en norvégien, etc.

53  Alain Rey, Le lexique, p. 195 et P. Guiraud, Structures étymologiques…

54  Giovanna Turrini, op. cit., p. 390.

55  Paola Sorge, op. cit., p. 241.

56  Pierre Guiraud, Écrire comme un chat, in « VIII Congresso Internazionale di Studi Romanzi, Firenze 3 8 aprile 1956 », Atti vol. II Florence, Sansoni, p. 553.

57  Aussi N0 essereunabufala : une fausse nouvelle (EC).

58  Nancy Huston, Dire et interdire - Éléments de jurologie, Paris, Payot, 1980, pp. 79-83 et P. Guiraud, Structures étymologiques, p. 90.

59  On relève un phénomène articulatoire du même type dans l’expression non valere una cicala, déjà analysée : la voyelle antérieure [i] renforce la tension musculaire.

60  Pour la structure des racines labialisées, voir P. Guiraud, Structures étymologiques, p. 81.

61  « On a en particulier toute une psychologie animale d’origine calembouresque : la bécasse bécasse (reste le bec stupidement ouvert), la fouine fouilline, la pie est pillarde, la cane est fidèle (comme une chienne), la buse busine (perd son temps) etc. ». Pierre Guiraud, Écrire comme un chat, cit., p. 552.

62  Michele Mari, Verderame, Turin, Einaudi, 2007, p. 3.

63  Le signe + vaut pour « ou ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°12, Arches de Noé [2], 2008.

Référence électronique

Catherine Camugli-Gallardo, « Vecchi come l’arca di Noè. Les animaux dans les expressions figées italiennes », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 23 juin 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://italies.revues.org/1805 ; DOI : 10.4000/italies.1805

Haut de page

Auteur

Catherine Camugli-Gallardo

Université Paris 10 - Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org