Navigation – Plan du site
Jardins littéraires

Nature et jardin. Giovanni Rucellai, Le Api

Théa Picquet
p. 1-17

Résumé

Après avoir présenté la célèbre famille florentine des Rucellai, notre propos s’attachera à étudier la nature et le jardin dans Le Api de Giovanni Rucellai (conditions de composition de l’œuvre, sources dont s’est inspiré le poète…) et montrera comment la description de la nature se mêle à la mythologie pour exprimer la profonde adhésion de l’auteur à son époque, sur les plans politique, littéraire et philosophique.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir à ce propos : Rudolf von Albertini, Firenze dalla repubblica al principato,Torino, Einaudi, 1 (...)

1Si l’on évoque les Jardins Rucellai, plus célèbres sous le nom de Orti Oricellari, l’on pense tout d’abord à un lieu de débats littéraires et politiques de la Renaissance à Florence. En effet, dès le début du siècle, en 1502-1506, le cercle humaniste est fréquenté par de grands esprits tels que Giovanni Corsi, Francesco Vettori et Piero Martelli, auxquels s’ajoutent les philosophes Pietro Crinito et Francesco da Diacceto, l’élève préféré de Marsile Ficin. Cependant, c’est après 1512 que ces Jardins connurent leur apogée. Bernardo Rucellai mourut en 1514, mais ses fils Palla et Giovanni continuèrent la tradition familiale. C’est ce moment-là que virent le jour les œuvres de Giovanni Rucellai, Le Api et Rosmunda. Cette dernière fut représentée pour la première fois en 1515 en l’honneur du pape Léon X. De nouvelles personnalités se mirent à fréquenter les Rucellai1 : outre Filippo et Lorenzo Strozzi, Gian Giorgio Trissino qui eut une influence déterminante sur les activités littéraires du cercle, Luigi Alamanni, Zanobi Buondelmonti, Battista della Palla, Alessandro de’ Pazzi et Filippo de’ Nerli, qui faisaient partie de la jeunesse dorée de la cité du lys, mais aussi Antonio Brucioli, Donato Giannotti, Jacopo Nardi et Nicolas Machiavel qui, eux, appartenaient à la moyenne bourgeoisie.

2Giovanni Rucellai évolue dans ce milieu intellectuel privilégié, où se rencontrent les fils des familles les plus influentes de la ville, qui organisent des débats, critiquent le gouvernement, évoquent le monde de l’Antiquité et manifestent leur désir de s’affirmer sur le plan politique. Ils s’intéressent également à la nature et aux jardins.

  • 2  Édition de référence : La Coltivazione di Luigi Alamanni e Le Api di Giovanni Rucellai, Milano, Da (...)

3Après avoir présenté la famille Rucellai, notre propos s’attachera à étudier la nature et le jardin dans Le Api2de Giovanni. Nous examinerons les conditions de composition de l’oeuvre, les sources dont s’est inspiré le poète, et nous montrerons ensuite comment la description de la nature se mêle à la mythologie pour exprimer la profonde adhésion de l’auteur à son époque.

  • 3  Luigi Passerini, Genealogia della famiglia Rucellai, Firenze, Cellini, 1861, p. 1.
  • 4  Giovanni Rucellai, Lo Zibaldone in, Un mercante fiorentino e la sua famiglia nel secolo XV, a cura (...)
  • 5  Utzima Benzi, Giovanni Rucellai. Marchand, écrivain et mécène de la Renaissance florentine,Mémoire (...)
  • 6  Giovanni di Paolo Rucellai, Zibaldone quadresimale, 1400-1474, Firenze, Archivio Rucellai ; Giovan (...)
  • 7  Les noces furent magnifiques, comme l’observe scrupuleusement Giovanni : « Fuori di casa in su un (...)

4De la famille Rucellai, Luigi Passerini écrit : « La famiglia Rucellai è una tra quelle sorte dal popolo che pervennero ad alto stato nella repubblica fiorentina »3. Le fondateur de la lignée serait un Messire Ferro, templier et vicaire impérial de Frédéric Ier. Par contre, le premier Rucellai dont on a des informations précises est Alamanno, marchand de laine qui découvrit les propriétés colorantes d’un lichen alors inconnu, l’« orcella » (l’orseille), provenant des Canaries. Après macération, ce lichen produisait une teinte violette. La nouveauté de la couleur transforma la vie d’Alamanno et en fit la fortune. Ses descendants prirent bientôt le nom de « Oricellarii », qui deviendra « Rucellai » : « E’ nostri furono tintori d’oricello e in quel tempo non era in Firenze né in tutta Italia chi sapessi tignere di detto oricello se non detti nostri antichi : il quale mestiero recò uno de’ detti nostri delle parti di levante dove era stato per istanza molti anni, e di questo aviamento principiò la ricchezza e il buono stato della nostra famiglia perché era mestiero d’un grande utile, e da questa arte del’oricello è dirivato il nome de’ Rucellai. », écrit Giovanni Rucellai, l’aïeul de l’auteur des Api4. À la richesse firent suite les distinctions politiques et les Rucellai participèrent au gouvernement des siècles durant : de 1302, avec Andrea Giunta, jusqu’en 1531, la famille compta quatorze gonfaloniers, quatre-vingt-quatre prieurs et cinq sénateurs. Giovanni Rucellai, le grand-père, né en 1403, est célèbre pour ses qualités de marchand, d’écrivain et de mécène5. Son Zibaldone quadresimale6se présente sous la forme de mémoires, d’une chronique florentine, mais aussi d’un traité d’éducation adressé à ses deux fils, qu’il maria d’ailleurs fort bien : son fils aîné Pandolfo épousa Caterina Pitti en 1453 et son fils Bernardo convola avec Lucrezia de’ Medici, plus connue sous le diminutif de Nannina, soeur de Laurent le Magnifique, en 14667.

5Bernardo (1448-1514), aristocrate florentin très en vue, fut l’auteur d’œuvres historiques : De urbe Roma, De bello italico, Bello mediolanense, De bello pisano ; mais promut surtout les rencontres des Orti Oricellari. Son fils Giovanni (Florence 1475- Rome 1525) taquina la plume lui-aussi en écrivant deux tragédies – Rosmunda en 1514-1515, publiée en 1525, et Oreste (1515-1520) , qui s’inspirent du théâtre de Sophocle et d’Euripide – et un poème didascalique qui fut en vogue jusqu’au XVIIIe siècle, Le Api, qui nous intéresse aujourd’hui.

  • 8 Le Api, cit. , p. 233.
  • 9 Ibidem, p. 243.
  • 10  Édition de référence, cit., p. 236.
  • 11 Ibidem, p. 237.
  • 12 Ibidem, p. 244.
  • 13 Ibidem, pp. 243-244.

6Ce poème, en vers non rimés, aurait été composé en 1524 et publié posthume en 1539, par son frère Palla. Le lieu de composition pose problème car la page de garde mentionne :« Le Api… Le quali egli compose in Roma l’anno 1524, essendo quivi Castellano di Castel Sant’Angelo »8, alors que dans le corps du texte le poète écrit : « E tu, Trissino, onor del bel paese, /… porgi le tue dotte orecchie / All’umil suon delle forate canne / Che nate sono in mezzo alle chiare acque, / Che Quaracchi oggi il vulgo errante chiama… »9, laissant supposer que l’inspiration est née dans le jardin de sa propriété champêtre du village toscan. Deux éditions parurent à quelques mois de distance : celle de Giunti, à Florence, et celle de Nicolini da Sabio, à Venise. Toutes les deux s’ouvrent sur la dédicace adressée par Palla Rucellai à Giovan Giorgio Trissino, qui occupait alors les fonctions de légat du pape Clément VII. Dans cet incipit, Palla déclare vouloir exécuter les dernières volontés de son frère qui souhaitait que Trissino accepte de relire et de corriger Le Api avant de les faire publier : « … ti priego, che quando ti paja tempo opportuno, tu glie le voglia o dare, o mandare ; acciocché egli in vece mia le rivegga, e corregga, e se al suo perfetto giudizio parerà, dalle fuori, falle stampare ; e non aver paura di cosa alcuna, avendo il vivo testimonio di tant’uomo »10. Le dédicataire est qualifié de « nuovo Omero della nostra lingua»11, « chiarissimo onor dell’età nostra »12. À l’époque, exilé de Vicence en tant que partisan du parti impérial, il avait trouvé refuge à Florence puis à Rome, où on lui confia nombre de missions diplomatiques en Italie et à l’étranger pour le compte des papes Léon X, Clément VII et Paul III. Dans sa Poétique (1529-1562), il expose sa conception d’un classicisme conforme au modèle aristotélicien, publie sa Sofonisba en 1525, la première tragédie régulière de la Renaissance, qu’il avait composée dans les années 1514-1515. Mais c’est surtout son Italia liberata dai Goti, un poème en vingt-sept livres, et son dialogue Il Castellano, où contrant les thèses de Machiavel il soutient l’idée d’une langue « courtisane », qui serait formée du mélange de tous les dialectes italiens, qui lui valurent un tel éloge. Par amour pour lui, Giovanni le prie de laisser de côté la pourpre royale et les tragiques cothurnes de sa Sofonisba et de son Italia liberata dai Goti et de l’écouter, car Rucellai lui doit tout : « Senza te non fe’ mai cosa alta, e grande / la mente mia »13.

  • 14  Ibidem, p. 240, note 1.

7Le prétexte à l’écriture est un rêve que le poète endormi, nouveau Dante, fait à l’aube, au moment où, selon Roberto Titi14, les rêves sont les plus vrais. Les abeilles en chœur s’adressent à lui :

  • 15  Ibidem.

Preso dal sonno, in sul spuntar dell’Alba
M’apparve un coro della vostra gente,
E dalla lingua, onde s’accoglie il mele,
Sciolsono in chiara voce este parole :
O spirto amico, che dopo mill’anni,
E cinque cento, rinovar ti piace
E le nostre fatiche, e i nostri stdi,
Fuggi le rime e ‘l rimbombar sonoro.15

  • 16  Virgile, Les Géorgiques, Livre IV, Traduction, chronologie, introduction et notes par Maurice Rat, (...)
  • 17  Le Api, édition de référence cit., pp. 241-242.

8Rappelant Virgile, qui s’était déjà intéressé à elles dans les Géorgiques16, elles apportent l’inspiration à Giovanni Rucellai, qui précise alors l’objectif de son poème : tout en faisant l’éloge d’une nature bienveillante, il souhaite chanter les travaux des abeilles, montrer comment elles produisent le miel et fabriquent la cire, comment elles s’organisent en temps de paix comme en temps de guerre17.

  • 18  Voir à ce propos : Théa Picquet, Un jardin en Provence, dans Mélanges en l’honneur de Maurice Abit (...)
  • 19  Firenze, Giunti, 2003, pp. 34-35.
  • 20  Firenze, Leo S. Olschki, 2003, pp. 47, 126, 269, 284.

9La Nature ici est celle des jardins à la campagne et fait écho à La Coltivazione de Luigi Alamanni18. Ce n’est pas celle des « Orti Oricellari », décrite par Mariachiara Pozzana dans ses Giardini di Firenze e della Toscana19ou par Luigi Zangheri dans sa Storia del giardino e del paesaggio20, mais plutôt un tableau idéal de l’activité agricole, où se mêlent la flore, la faune et les conseils pratiques.

10Le jardin apparaît tout d’abord comme un lieu idyllique. La saison est, bien entendu, le printemps et Botticelli est dans tous les esprits :

  • 21 Le Api, cit., p. 247.

L’aer s’allegra, e nel giovinett’anno
Si ricomincia il mondo a vestir l’erba...21

  • 22 Ibidem, p. 100.
  • 23  Ibidem,mais aussi p. 106, où est évoqué le « liquido ruscello ».
  • 24 Ibidem, p. 100.
  • 25 Ibidem, p. 244.
  • 26 Ibidem.
  • 27 Ibidem, pp. 246-247.
  • 28 Ibidem, p. 262.
  • 29 Ibidem, p. 224. Roberto Titi fait remarquer que le jasmin est une fleur nouvelle, inconnue dans l’A (...)
  • 30 Ibidem, p. 248.
  • 31 Ibidem, p. 246.
  • 32 Ibidem, p. 247.

11L’eau est omniprésente : dans les sources limpides22, les ruisseaux « chiari e tremolanti »23, les étangs verts de mousse. Les rives invitent à se protéger de la chaleur24, pour un plus grand bien-être. Le jardin est un « florid’orto »25, les prés y sont d’un vert tendre26, les fleurs – lys, violettes, roses27, fleur de myrte ou jasmin – embaument28 de leur parfum subtil29. Les plantes aromatiques y ont une place de choix : le thym et le serpolet à la senteur pénétrante côtoient la sarriette, la mélisse et l’origan30. Les arbres y ajoutent leur beauté majestueuse : les sapins, les lauriers, qualifiés d’ « onorati » pour l’honneur que les couronnes de leurs feuilles confèrent à ceux qui les portent. Un grand palmier et un olivier sauvage offrent leur ombre généreuse31. Au bord de l’eau, les ormes et les saules32 complètent la sérénité du décor.

  • 33 Ibidem, pp. 293-294, 297.

12Dans cette nature harmonieuse, la faune n’est pas absente. Bien sûr, ce sont les abeilles qui occupent la première place dans le poème. Giovanni, qui en fait des objets d’observation scientifique, grâce à l’utilisation de miroirs grossissants, qui les dissèque pour mieux étudier leurs organes et leurs membres33, est émerveillé devant le contraste entre leur petit corps et leur grand esprit. Il les examine lorsqu’elles boivent, lorsqu’elle se voguent sur l’eau telles des nochers :

  • 34 Ibidem.

…Assise bere, e solcar l’acqua in tanto
L’ondanti foglie, che ti par vedere
Nocchieri andar sopra barchette in mare.34

  • 35 Ibidem, p. 246.
  • 36 Ibidem, p. 251.
  • 37 Ibidem, p. 247.
  • 38 Ibidem, p. 251.
  • 39 Ibidem, pp. 248-249.

13Les regarder lui offre des spectacles magnifiques, « di meraviglie pieni, e di bellezze », aux « effetti vaghi, e rari »35, quand le soleil habille de verdure toute la campagne, quand le ciel est lumineux36. Mais c’est surtout leur activité incessante qui le surprend et, les comparant à des « peregrini affaticati, e stanchi »37, il les observe qui parcourent les prairies et les pâturages, qui butinent les violettes et les roses38. Il admire l’ingéniosité dont elles font preuve dans la construction des ruches : les abeilles bouchent les fentes les plus menues avec de la cire, elles en induisent les bords du suc pétri des fleurs, recueillent et conservent pour cet usage une gomme plus onctueuse que la glu ou que la poix39. Il étudie les instincts des abeilles, s’aperçoit qu’elles travaillent en été, qu’elles prévoient l’arrivée de l’hiver, mettent en commun les trésors qu’elles amassent, tout comme elles élèvent leur progéniture en commun :

  • 40 Ibidem, pp. 266-267.

Divinatrici degli orribil tempi,
Si dan tutta la state alle fatiche,
Riponendo in comune i loro acquisti,
Per goder quelli, e sostentar il verno…40

  • 41 Ibidem, p. 254.
  • 42 Ibidem, p. 247.

14Il suit des yeux l’essaim sortant de la ruche et le regarde nager dans le limpide azur, flotter au vent et se poser au frais41. Cependant, il commet la même erreur que Virgile lorsqu’il affirme que les essaims sont guidés par des rois42. Il décrit d’ailleurs leurs batailles comme s’il s’agissait d’une guerre des hommes :

  • 43 Ibidem, p. 255.

Due Regi, fin nei pargoletti insetti ;
A te bisogna gli animi del volgo,
I trepidanti petti, e i moti loro
Vedere innanzi al maneggiar dell’armi ;
Il che dinota un marzial clangore,
Che, come fosse il suon della trombetta,
Sveglia, ed invita gli uomini a battaglia,
Allor concorron trepide, e ciascuna
Si mostra nelle belle armi lucenti ;
E col dente mordace gli aghi acuti
Arrotando bruniscon, come a cote,
Movendo a tempo i piè, le braccia, e ‘l ferro
Al suon cruento dell’orribil tromba ;
E stanno dense intorno al lor Signore
Nel padiglione, e con voce alta, e roca
Chiaman la gente in lor linguaggio all’arme.43

  • 44 Ibidem, p. 245.
  • 45  Virgile, Les Géorgiques, cit., p. 161. Le Api, cit., p. 239, note 862.
  • 46 Le Api, cit., p. 274.
  • 47 Ibidem.

15En ce qui concerne le miel, le « dolce cibo », « la celeste manna », le poète adhère à l’opinion des Anciens pour lesquels c’était une rosée qui tombait du ciel et se déposait sur les fleurs44. Autre croyance erronée à propos de la reproduction des abeilles, suivant Virgile et ne tenant pas compte des doutes de Pline45, Giovanni Rucellai pense que les abeilles ne s’accouplent pas, mais qu’elles recueillent grâce à leur trompe les nouveaux-nés éclos sur les feuilles et les lys blancs46. C’est pourquoi il chante leur chasteté et les compare aux Vestales47.

  • 48 Ibidem, pp. 283-284.
  • 49 Ibidem, pp. 245-246.

16Les autres animaux évoqués dans le poème ne le sont que dans leurs relations aux abeilles. En fait, Giovanni met en garde contre les ennemis de ces dernières : les lézards qui, selon lui, rongent les rayons de la ruche, les couleuvres, mais aussi les faux bourdons, les frelons, une certaine espèce de papillons, les araignées, des vers monstrueux48. Il se méfie également de l’hirondelle, qui happe les abeilles pour nourrir ses petits, des animaux domestiques, comme les moutons, les chèvres, les vaches et les bœufs qui foulent les herbes naissantes et secouent la rosée49.

17À ces menaces près, le jardin décrit par Rucellai est un havre de paix. Le poète tient par ailleurs à faire partager ses connaissances en la matière d’abeilles, et le poème est garni de conseils pratiques bien précis.

  • 50 Ibidem, p. 250.

18Ceux-ci concernent en premier lieu l’apiculture : les soins à prodiguer aux ruches en particulier. Ainsi, Giovanni conseille à l’apiculteur d’enduire les fentes d’une couche de limon lisse, pour que la chaleur soit uniforme, de les protéger en les recouvrant de feuillages, mais aussi d’éviter le voisinage des ifs, de se méfier des marais profonds, des émanations fétides des bourbiers et des roches où l’écho répercute les sons50. Il recommande également de brûler de l’encens ou des parfums de galbanum, une résine produite par une plante ombellifère de Syrie, dont l’odeur met en fuite les reptiles, d’introduire dans la ruche du miel avec des tubes de roseau :

  • 51 Ibidem, p. 289.

Quì ti convien soccorrere agl’infermi
Con odori, e profumi : incendi prima
Il galbano, e le gomme de i Sabei ;
Né t’indugiare a colar entro il mele
Per un canale di canna, rivocando
Le stanche alla verdura, all’onde chiare.51

  • 52 Ibidem, p. 254.

19Pour retenir un essaim qui erre sans but, le poète suggère de répandre des senteurs de mélisse broyée et de cérinthe, de faire ensuite retentir l’airain et d’agiter les cymbales. Les abeilles se poseront alors aux emplacements ainsi préparés et, d’elles-mêmes, elles s’enfermeront dans la nouvelle ruche52. Pour calmer une bataille de deux rois / reines, il suffit de les asperger d’une fine pluie d’eau mélangée au miel infusé ou au vin :

  • 53 Ibidem, p. 257.

Non indugiar, piglia un frondoso ramo,
E prestamente sopra quelle spargi
Minutissima pioggia, ove si trovi
Il mele infuso, o ‘l dolce umor dell’uva ;
Che fatto questo, subito vedrai
Non sol quetarsi il cieco ardor dell’ira,
Ma insieme unirsi allegre ambe le parti…53

  • 54 Ibidem, p. 258.
  • 55 Ibidem, p. 259.

20L’apiculteur peut également faire mourir le mauvais roi (la mauvaise reine) afin qu’il ne nuise pas au bon54. D’ailleurs, il ne peut pas se tromper : le bon est bien plus beau : il a le corps parsemé de mouchetures d’or, il se distingue par sa couleur et son éclat, alors que l’autre, lourd et hideux, traîne son large ventre. Et ses gens sont semblables à lui, ajoute le poète55.

  • 56 Ibidem, p. 224.
  • 57 Ibidem, pp. 262-263.
  • 58 Ibidem.

21Les conseils en apiculture se multiplient, mais s’accompagnent de préoccupations agricoles, telles le choix du terrain pour les cultures56 ou encore la transplantation. Giovanni recommande de transplanter en Toscane les pins de haute montagne et donne la méthode à suivre : conserver les racines entières, dans la motte d’origine, exposer l’arbre aux mêmes vents, « pour qu’il ne s’aperçoive de rien »57 ; faire de même avec le thym, l’amarante ou d’autres plantes utiles aux abeilles58.

22Il suit, dit-il, l’exemple de son père et de son grand-père :

  • 59 Ibidem, p. 263.

Così facemmo intorno alle chiare acque
L’avolo nostro, ed io ; così fu fatto
Dal padre mio nella Città di Flora.59

23L’allusion aux Jardins Rucellai est claire. Il explique également comment greffer un arbre :

  • 60 Ibidem, pp. 265-266.

E direi come un albero selvaggio
Tagliato, e fesso, chiuse ivi le cime
Di domestiche piante, in breve tempo
Si meravigli a riguardar se stesso
Dell’altrui fronde, e fior vestito, e pomi…60,

  • 61 Ibidem, pp. 263-264.

ou encore comment arroser. Il recommande d’irriguer les racines des arbres ou les herbes sèches en utilisant un vase en argile perforé comme un crible de façon à obtenir une multitude de jets ; ceci pour imiter une pluie légère. Mais il préconise, en alternative, le recours judicieux à une large courge : la perforer plusieurs fois dans la partie inférieure, en retirer la partie supérieure, remplir d’eau ; on fabrique ainsi un arrosoir à peu de frais61.

24Mais, tout en pratiquant l’art de cultiver la terre ou d’élever les abeilles, le poète fait également partie intégrante du milieu politique, littéraire et philosophique de son époque.

  • 62 Ibidem, p. 243.

25Florentin, il fait l’éloge de sa ville, pour laquelle le présent et le passé se rejoignent . Ainsi, Santa Maria del Fiore, la cathédrale, devient l’ « augusto tempio / Che ‘n su la riva del bel fiume d’Arno/ Fu dagli antiqui miei dicato a Flora »62. Médicéen, il soutient clairement la célèbre famille en célébrant Clément VII et en félicitant le collège des cardinaux d’avoir élevé Jules de Médicis à la dignité pontificale :

  • 63 Ibidem, p. 260.

Però Voi, che creaste in terra un Dio,
Quanto, quanto vi deve questa etade,
Perché rendeste al mondo la sua luce !
Voi pur vedendo esser accolto in uno
Tutto ‘l valor, che potea dare il Cielo,
Lo proponeste, ed eleggeste Duce
All’alta cura delle cose umane,
Per fare il gregge simile al Pastore.
O divo Julio, o fonte di clemenza,
Onde ‘l bel nome di Clemente hai tolto…63

  • 64 Ibidem.
  • 65 Ibidem, p. 258.

26D’ailleurs, seule l’harmonie céleste des mouvements éternels est en mesure de célébrer son nom64. Enfin, partisan de la monarchie, il saisit comme prétexte la vie des abeilles pour affirmer qu’à un peuple il faut un seul roi car, dit-il, il y a un seul Dieu dans les cieux65.

  • 66 Ibidem, p. 242.
  • 67 Ibidem.

27Sur le plan littéraire, il reprend les thèmes des Anciens et le déclare haut et fort, en vertu de l’imitation/création sur laquelle se fonde la pensée humaniste. Giovanni Rucellai imite Virgile pour lui rendre un juste hommage. Il choisit, affirme-t-il, les plus belles fleurs et les plus beaux feuillages pour tresser une nouvelle guirlande dont il couronnera Florence66. Il fait d’ailleurs allusion à « l’arbre de Virgile », appelé dans le poème « la nobil pianta », un peuplier qui fut planté quand la mère du poète latin attendait sa naissance et qui poussa bien plus que les autres67. Dans Le Api, comme Virgile dans Les Géorgiques, Il confronte l’homme à la nature, le milieu le plus susceptible de le conduire au bonheur.

28Il fait par ailleurs un très grand usage de la mythologie, pour laquelle nous nous limiterons à certains exemples significatifs.

  • 68 Ibidem, p. 262.
  • 69 Ibidem, p. 247.
  • 70  Ibidem, p. 246.
  • 71  Ibidem, p. 284.
  • 72  Ovide, Métamorphoses, VI, 1-245.
  • 73 Le Api, cit., p. 254.
  • 74 Ibidem, p. 251.
  • 75 Ibidem, p. 266.

29Bien sûr, Priape, le dieu des jardins, « quello Iddio, ch’ha gli orti in cura »68, veille sur les abeilles, il les garde, les défend contre les voleurs, les oiseaux et les reptiles. Zéphir, qui fleurit les rivages69, est uni dans la légende à Chloris, divinité de la végétation. L’hirondelle, à la poitrine tachée du sang des abeilles, est en fait Procné70, épouse de Térée, roi de Thrace, qui, pour se venger des amours de son mari avec Philomèle, lui servit dans un festin le corps d’Itys, son fils. Quand Térée découvrit la vérité, il poursuivit Philomèle et Procné. Les dieux métamorphosèrent alors Procné en hirondelle, Philomèle en rossignol, Térée en épervier et Itys en chardonneret. L’autre ennemie des abeilles est Arachnée, « Aragne, odiata da Minerva »71. Rucellai rappelle ainsi que la jeune fille de Lydie avait osé prétendre qu’elle tissait mieux que Minerve, et, défiant la déesse, lui avait présenté une toile où l’on voyait les amours des dieux. Minerve, furieuse, la frappa de sa navette et Arachné se pendit de désespoir. Elle fut transformée en araignée, comme le raconte Ovide dans ses Métamorphoses72. Cybèle73 est rappelée pour les cymbales qu’il convient d’agiter près des essaims d’abeilles. C’est la mère des dieux, la Terre Mère, dont le culte fut introduit à Rome et qu’on fêtait au son des cymbales. Aussi est-elle représentée les cymbales à la main. Mais les abeilles sont liées également à Junon et à Jupiter. C’est Junon, « la bella consorte in grembo a Giove »74, déesse de l’air, qui répand la rosée sur terre. C’est Jupiter, appelé ici « Padre onnipotente »75, qui récompensa les abeilles pour avoir nourri le roi du ciel dans l’antre de Dicté en les dotant d’instincts merveilleux. Leur naissance, à partir du sang corrompu de jeunes taureaux immolés, est tout aussi légendaire :

  • 76 Ibidem, pp. 290-291.

…io voglio aprirti
Un magisterio nobile, e mirando,
Che ti farà col putrefatto sangue
Dei morti tori ripararle ancora ;
Come già fece il gran Pastor d’Arcadia…76

30Rappelons que le berger d’Arcadie, Aristée, qui avait perdu ses abeilles de maladie et de faim, s’arrêta à la source sacrée où prend naissance le fleuve Pénée et demanda l’aide de sa mère, Cyrène, fille d’Hypnée, roi des Lapithes, qui lui dit comment faire pour obtenir la paix des Nymphes qui avaient lancé la mort sur les abeilles.

  • 77 Ibidem, pp. 240-241. Écho, nymphe des sources et des forêts, personnifie l’écho. Selon Ovide, elle (...)

31D’autre part, Giovanni Rucellai se sert de la nymphe Écho pour prononcer un plaidoyer en faveur du vers sciolto, contre les rimes. Les abeilles auraient révélé au poète qu’Écho habite dans les pierres d’où elle lui répond, qu’elle est leur ennemie, qu’aucune d’elles ne sauraient habiter là où règne leur « importuno /Ed imperfetto suo parlare loquace », imparfait car se limitant à la répétition des dernièrs syllabes77. Écho permet donc au poète de justifier son choix du vers non rimé, et constitue une claire allusion aux discussions contemporaines sur la métrique.

  • 78  Voir en particulier : Nicola Abbagnano, Storia dellaFilosofia, volume terzo, La filosofia del Rina (...)

32Plus généralement se fait sentir, tout au long du poème, l’influence du milieu florentin néoplatonicien78.

  • 79 Le Api, cit., p. 239.
  • 80 Ibidem, p. 241.

33Dès l’ouverture, les abeilles sont qualifiées de « Vaghe Angelette delle erbose rive »79, allusion directe au chant CVI du Canzoniere de Pétrarque : « Nova Angeletta sopra l’ale accorta/ Scese dal Cielo in su la fresca riva ». Elles posent entre les lèvres du poète « un favo di soave miele » avant de s’en retourner vers le ciel. Le poète se sent donc inspiré par la divinité80. Métamorphose onirique des Muses, les abeilles s’offrent comme la représentation de la poésie. En outre, d’après la doctrine panthéiste, les abeilles ont une parcelle de la divine intelligence et des émanations éthérées, car Dieu se répand sur toutes les terres, les espaces de la mer et les profondeurs du ciel.

34C’est de lui que les hommes comme les animaux empruntent à leur naissance les subtils éléments de la vie. C’est à lui aussi que les êtres sont rendus et retournent après leur dissolution ; ils s’envolent au nombre des constellations et gagnent les hauteurs du ciel.

  • 81  Voir à ce propos : Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Laffont, 19 (...)

35Ainsi le poème est-il chargé d’une riche symbolique. Les abeilles81, ouvrières de la ruche, assurent la pérennité de l’espèce, mais prises individuellement en tant qu’animatrices de l’univers entre terre et ciel, elles symbolisent le principe vital, et matérialisent l’âme. Symbole de l’âme, l’abeille est parfois identifiée à Déméter et peut figurer l’âme descendue aux enfers ou l’âme sortant du corps. Pour Platon, les âmes des hommes sobres se réincarnent sous forme d’abeilles. On trouve l’abeille figurée sur les tombeaux, comme signe de survie : elle devient le symbole de la résurrection, car les trois mois où elle ne sort pas de la ruche reflètent les trois jours durant lesquels le Christ était invisible avant d’apparaître à nouveau, ressuscité. L’abeille symbolise encore l’éloquence, la poésie, l’intelligence. La légende concernant Pindare et Platon (les abeilles se seraient posées sur leurs lèvres au berceau) est reprise par Giovanni Rucellai. Les propos de Virgile selon lesquels les abeilles renferment une parcelle de la divine Intelligence étaient tout à fait d’actualité à la Renaissance.

36Dans le poème de Rucellai, elles sont comparées à des anges et sont donc considérées comme des intermédiaires entre Dieu et le monde, des messagères de l’au-delà, des protectrices, qui transmettent les ordres divins et veillent sur le monde terrestre.

  • 82 Le Api, cit., p. 245.
  • 83  4, 11 ; 5, 1.

37Le miel, dont Giovanni souligne la douceur82, est considéré comme un aliment premier, au même titre que le lait, auquel il est souvent associé. Il est d’abord symbole de richesse, de complétude et surtout de douceur, s’opposant à l’amertume du fiel. Lait et miel coulent sur toutes les terres promises. C’est la terre de Canaan, mais aussi le miel de l’amour immortel chanté dans le Cantique des Cantiques83. Il est aussi célébré comme principe fécondateur, source de vie et d’immortalité. Nourriture unique, il matérialise aussi la connaissance, le savoir, la sagesse et sa consommation est liée à des êtres d’exception : ainsi, selon la tradition grecque, Pythagore ne se serait nourri que de miel. Virgile (Rucellai aussi) appelle le miel « don céleste de la rosée », la rosée étant elle-même le symbole de l’initiation. Le miel, symbole de toutes les douceurs, abolit la douleur ; il fonde le bonheur de l’homme et de la société. Les traditions méditerranéennes regroupent la totalité de cette riche symbolique. Nourriture inspirante, le miel a donné le don de poésie à Pindare et le don des sciences à Pythagore. Le miel apaise, endort d’un sommeil calme, mais confère aussi une bonne vue, il est lié aux ténèbres et à la lumière, à la mort et à la renaissance.

  • 84  Luigi Zangheri, Storia del giardino e del paesaggio, Il verde nella cultura occidentale, Firenze, (...)

38C’est donc bien du bonheur de l’homme qu’il s’agit, ce bonheur que l’on trouve dans la symbolique du jardin84.

  • 85  Cf. André Chastel, Marsile Ficin et l’art, Genève, Droz, 1975, p. 43 ; Marsile Ficin, Theologia Pl (...)

39Comme Luigi Alamanni dans sa Coltivazione chante les louanges de la campagne, Giovanni Rucellai brosse un tableau idyllique de l’activité agricole et particulièrement apicole. Mais le poème didascalique ne fait pas seulement le point sur les connaissances scientifiques de l’époque, il est riche en symboles et, dans le rapport à Dieu et à l’homme qui le sous-tend, il s’inscrit pleinement dans la philosophie néoplatonicienne de son temps85.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce propos : Rudolf von Albertini, Firenze dalla repubblica al principato,Torino, Einaudi, 1970, pp. 67-85.

2  Édition de référence : La Coltivazione di Luigi Alamanni e Le Api di Giovanni Rucellai, Milano, Dalla Società Tipografica de’ Classici italiani, contrada di S. Margherita, n° 1118, Anno 1884, pp. 238-301.

3  Luigi Passerini, Genealogia della famiglia Rucellai, Firenze, Cellini, 1861, p. 1.

4  Giovanni Rucellai, Lo Zibaldone in, Un mercante fiorentino e la sua famiglia nel secolo XV, a cura di Giovanni Marcotti, Firenze, Barbèra, 1881, p. 54.

5  Utzima Benzi, Giovanni Rucellai. Marchand, écrivain et mécène de la Renaissance florentine,Mémoire de DEA en Études Romanes, Aix-en-Provence, Université de Provence, 2004.

6  Giovanni di Paolo Rucellai, Zibaldone quadresimale, 1400-1474, Firenze, Archivio Rucellai ; Giovanni Temple Leader, Autografo tolto dallo Zibaldone di G . Rucellai fiorentino e pubblicato per cura di G.T.L. in occasione delle nozze della sig. Cleofe de’ Leoni col sig. Conte Girolamo Arnaldi, Firenze, Compalmi, 1872.

7  Les noces furent magnifiques, comme l’observe scrupuleusement Giovanni : « Fuori di casa in su un palchetto alto da terra braccia 1 1/2 di grandezza di braccia 1600 quadre circa, che teneva tutta la piazzuola ch’è dirimpetto alla casa nostra e la loggia e la via della Vigna per fino alla cima della casa nostra, ritratto a modo di triangolo con bellissimo apparato di panni d’arazzi pancali e spalliere, e con un cielo di sopra per difesa del sole di panni turchini, con essi adornato per tutto il detto cielo con ghirlande, coperto di verzura e con rose nel mezzo delle ghirlande, con festoni di verzura dattorno, con scudi la metà coll’arme de’ Medici e la metà coll’arme de’ Rucellai e con più altri adornamenti e massimamente una credenziera fornita d’arienti lavorati molto ricca ; la quale cosa fu tenuto il più bello e più gentile parato che si sia mai fatto a festa di nozze. » Giovanni Rucellai, Lo Zibaldone, in Un mercante fiorentino…, cit. pp. 82-83.

8 Le Api, cit. , p. 233.

9 Ibidem, p. 243.

10  Édition de référence, cit., p. 236.

11 Ibidem, p. 237.

12 Ibidem, p. 244.

13 Ibidem, pp. 243-244.

14  Ibidem, p. 240, note 1.

15  Ibidem.

16  Virgile, Les Géorgiques, Livre IV, Traduction, chronologie, introduction et notes par Maurice Rat, Paris, Flammarion, 1967, pp. 155-172.

17  Le Api, édition de référence cit., pp. 241-242.

18  Voir à ce propos : Théa Picquet, Un jardin en Provence, dans Mélanges en l’honneur de Maurice Abiteboul,« Théâtres du Monde »,Avignon, ARIAS, 2001, pp. 159-164.

19  Firenze, Giunti, 2003, pp. 34-35.

20  Firenze, Leo S. Olschki, 2003, pp. 47, 126, 269, 284.

21 Le Api, cit., p. 247.

22 Ibidem, p. 100.

23  Ibidem,mais aussi p. 106, où est évoqué le « liquido ruscello ».

24 Ibidem, p. 100.

25 Ibidem, p. 244.

26 Ibidem.

27 Ibidem, pp. 246-247.

28 Ibidem, p. 262.

29 Ibidem, p. 224. Roberto Titi fait remarquer que le jasmin est une fleur nouvelle, inconnue dans l’Antiquité (p. 264, note 6).

30 Ibidem, p. 248.

31 Ibidem, p. 246.

32 Ibidem, p. 247.

33 Ibidem, pp. 293-294, 297.

34 Ibidem.

35 Ibidem, p. 246.

36 Ibidem, p. 251.

37 Ibidem, p. 247.

38 Ibidem, p. 251.

39 Ibidem, pp. 248-249.

40 Ibidem, pp. 266-267.

41 Ibidem, p. 254.

42 Ibidem, p. 247.

43 Ibidem, p. 255.

44 Ibidem, p. 245.

45  Virgile, Les Géorgiques, cit., p. 161. Le Api, cit., p. 239, note 862.

46 Le Api, cit., p. 274.

47 Ibidem.

48 Ibidem, pp. 283-284.

49 Ibidem, pp. 245-246.

50 Ibidem, p. 250.

51 Ibidem, p. 289.

52 Ibidem, p. 254.

53 Ibidem, p. 257.

54 Ibidem, p. 258.

55 Ibidem, p. 259.

56 Ibidem, p. 224.

57 Ibidem, pp. 262-263.

58 Ibidem.

59 Ibidem, p. 263.

60 Ibidem, pp. 265-266.

61 Ibidem, pp. 263-264.

62 Ibidem, p. 243.

63 Ibidem, p. 260.

64 Ibidem.

65 Ibidem, p. 258.

66 Ibidem, p. 242.

67 Ibidem.

68 Ibidem, p. 262.

69 Ibidem, p. 247.

70  Ibidem, p. 246.

71  Ibidem, p. 284.

72  Ovide, Métamorphoses, VI, 1-245.

73 Le Api, cit., p. 254.

74 Ibidem, p. 251.

75 Ibidem, p. 266.

76 Ibidem, pp. 290-291.

77 Ibidem, pp. 240-241. Écho, nymphe des sources et des forêts, personnifie l’écho. Selon Ovide, elle avait retenu l’attention d’Héra avec ses bavardages incessants pour couvrir les aventures amoureuses de Zeus. Elle est condamnée à ne jamais parler la première. Or, éprise d’amour pour le beau Narcisse qui restait insensible, elle meurt de chagrin. Dans une autre légende, elle repousse l’amour de Pan qui la fait mettre en pièces. Mais dans les deux cas, il ne reste que sa voix répétant les dernières syllabes qu’on prononce.

78  Voir en particulier : Nicola Abbagnano, Storia dellaFilosofia, volume terzo, La filosofia del Rinascimento, Milano, TEA, 1999.

79 Le Api, cit., p. 239.

80 Ibidem, p. 241.

81  Voir à ce propos : Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Laffont, 1982.

82 Le Api, cit., p. 245.

83  4, 11 ; 5, 1.

84  Luigi Zangheri, Storia del giardino e del paesaggio, Il verde nella cultura occidentale, Firenze, Olschki, 2003, p. 5.

85  Cf. André Chastel, Marsile Ficin et l’art, Genève, Droz, 1975, p. 43 ; Marsile Ficin, Theologia Platonica, XIV, 3, dans Opera, in f°, Bâle, 1576, p. 309, traduction d’André Chastel ; Marsile Ficin, Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes, traduit du latin par Raymond Marcel, Paris, Les belles Lettres, 1964.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°8, Jardins, 2004

Référence électronique

Théa Picquet, « Nature et jardin. Giovanni Rucellai, Le Api », Italies [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/1825 ; DOI : 10.4000/italies.1825

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org