Navigation – Plan du site
Patrie de toujours...

Celeste Firenze... La Patrie de Giovanni Villani

Colette Gros
p. 189-198

Résumé

Dans la Nuova Cronica Giovanni Villani présente sa patrie, Florence : le chroniqueur accumule les références illustres et, grâce à des éléments descriptifs soigneusement choisis, élève sa cité au rang de Jérusalem céleste.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Florence

Chronologie :

XIVe
Haut de page

Texte intégral

1Le mot géographie n’apparut qu’à la fin du XVe siècle mais déjà, les historiens du Moyen Âge pratiquaient la géographie physique et humaine sous le nom de cosmographie. Elle se présentait sous la forme de digressions destinées à reposer, à distraire et à instruire le lecteur ou l’auditeur. Ces digressions devaient donner une description objective du pays et des hommes qui l’habitaient, en faire l’éloge et enfin dire ce que l’on y trouvait de singulier (mirabilia). Leur longueur variait de quelques paragraphes à quelques pages, voire à un livre tout entier en fonction des intérêts culturels de l’historien, mais elles étaient incontournables.

  • 1  Giovanni Villani, Nuova cronica, a cura di Giuseppe Porta, Parma, fondazione Pietro Bembo, 1990, 3 (...)

2La Nuova cronica, écrite entre 1300 et 1348 par Giovanni Villani1 n’échappe pas à cette règle : les premiers chapitres du premier livre offrent une description du monde et de ses trois parties (Asie, Afrique et Europe) après l’effondrement de la tour de Babel, ainsi que le récit de la fondation de Fiesole, de Troie et de Rome. Le second livre présente succinctement la Toscane et ses principaux centres urbains, parmi lesquels Florence, mais il ne s’agit là que d’une première description, de la première pierre d’un édifice patiemment et savamment bâti par le chroniqueur.

3Florence fut édifiée pour la première fois, raconte Villani, par César. Elle le fut à l’image de Rome, ce qui lui valut le surnom de « piccola Roma ». Elle fut également peuplée de « la migliore gente di Roma » et de Fésulans « ruddi e aspri di guerra », descendants des fondateurs de Troie. Cette première description du livre II est complétée par une autre description, au début du livre IV, qui précise la topographie des lieux et réaffirme la qualité de la population. Ce rappel est justifié par le contexte historique du livre IV : en 801, Charlemagne fait rebâtir Florence, trois cent cinquante ans après que Totila l’eut détruite.

  • 2  Patrick J. Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, Aubier, 1996, p. 27

4Au Moyen Âge, la force d’un État reposait sur ses origines lointaines et les historiens avaient le pouvoir de réinterpréter le passé, mais aussi de le réinventer car ils s’adressaient à un public dont la culture historique était des plus limitées et à des confrères qui n’avaient que de faibles moyens pour vérifier leurs dires. Ils pouvaient créer un passé conforme aux aspirations de l’autorité politique en place. Comme le rappelle Patrick Geary, les chroniqueurs sélectionnaient « parmi les possibles memorabilia, les choses qui sont memoranda »2. Ils supprimaient, créaient, transformaient, en fonction des nécessités imposées par la lutte pour le pouvoir. Ainsi, César et Charlemagne sont les fondateurs que de nombreux historiens du Moyen Âge choisirent pour la ville ou l’État dont ils entreprenaient d’écrire l’histoire, et les princes troyens sont mentionnés dans de nombreuses généalogies princières contemporaines.

  • 3  Cf. Jean Delumeau, Que reste-t-il du paradis, Paris, Fayard, 2000, 535 p.

5Giovanni Villani était manifestement conscient du rôle qu’il devait jouer, car dès le prologue de la Nuova cronica il avertit ses lecteurs : il n’utilisera pas les « non ordinate memorie » qu’Arnold de Ratisbonne nommait « inordinata » (c’est-à-dire ce que l’on pouvait supprimer car indigne d’être mentionné). C’est pourquoi, au moment de faire l’éloge de sa ville, il accumula les références illustres, puis choisit la cité la plus prestigieuse et conçut, touche après touche, un tableau qui assimilait Florence à la Jérusalem Céleste3. Ce sont ces coups de pinceau successifs que nous nous proposons d’examiner.

6« Elle avait une grande et haute muraille » (Apocalypse, 21, 12).

7C’est l’Apocalypse de Jean (chapitres 21 et 22) qui a contribué au succès du thème de la cité céleste, omniprésent dans l’iconographie et les textes de l’Occident chrétien jusqu’au XVIe siècle. La Ville est carrée et entourée de hautes murailles de jaspe percées de douze portes marquées aux noms des douze tribus d’Israël. Elle n’a pas de temple, car « son temple c’est le Seigneur ».

8L’Apocalypse de Paul, qui eut une influence considérable au Moyen Âge, évoque la nouvelle Jérusalem plus longuement et mentionne quatre fleuves et douze enceintes successives. La combinaison de ces deux descriptions est souvent présente dans les récits de visions. De plus, l’essor urbain que connaît l’Europe occidentale et centrale, au XIIe siècle, transforme le discours sur le Paradis : la cité céleste, dotée d’églises et de palais, reflétera dès lors cette orientation de la civilisation.

9Parfois, la Cité elle-même devient palais ou église, conformément au temple nouveau de la vision d’Ézéchiel qui a inspiré l’Apocalypse. Elle se présente alors comme un puissant édifice de pierres de forme octogonale dont le toit est surmonté d’une coupole, comme l’église du Saint-Sépulcre telle qu’on l’imagine alors en Occident.

10Au cœur de la Ville, dit Jean, coule « un fleuve d’eau vive, brillant comme du cristal », qui jaillit du trône du Seigneur. Ce fleuve, auquel s’ajouteront des fontaines, fait naître un jardin merveilleux d’arbres, de lis, de roses, de violettes et d’autres fleurs, où chantent des oiseaux, issu à la fois du locus amœnus antique et de la tradition biblique du jardin d’Eden de la Genèse (2,8-17).

11Outre le chant des oiseaux, dans la Cité pavée d’or résonnent des chants et de la musique que L’Apocalypse de Paul associe étroitement à la joie paradisiaque. Au son des psaltérions, des cithares, des harpes, des trompettes et des tambourins, les élus, vêtus de robes blanches, dansent pour louer le Seigneur qu’ils contemplent.

12Parmi les bienheureux qui se pressent autour du Christ comme des brebis autour de leur berger, on distingue les patriarches, les prophètes, les apôtres, les martyrs, les confesseurs, les vierges et parfois les ermites. Comme dans la Deisis de l’iconographie byzantine, la Vierge et saint Jean-Baptiste entourent le Christ et intercèdent en faveur du peuple chrétien.

13Ainsi apparaît la Jérusalem céleste, dans les textes médiévaux du christianisme occidental.

14La première description de Florence que nous livre Giovanni Villani est celle de la Florence romaine, édifiée par la volonté de César qui confie cette tâche à quatre patriciens :

  • 4  Giovanni Villani, Nuova cronica, II, I, pp. 60-61.

Allora Macrino, Albino, Igneo Pompeo, Marzio apparecchiati di fornimenti e di maestri, vennero da Roma alla cittade che Cesere edificava, e inviandosi con Cesere si divisono l’edificare in questo modo : che Albino prese a smaltare tutta la cittade, che fue uno nobile lavoro e bellezza e nettezza della cittade... Macrino fece fare il condotto dell’acqua in docce e in arcora, faccendola venire di lungi a la città per VII miglia, acciò che -lla città avesse abondanza di buona acqua da bere, e per lavare la cittade... Igneo Pompeo fece fare le mura della cittade di mattoni cotti, e sopra le mura della città edificò torri ritonde molto spesse, per ispazio dall’una torre a l’altra di XX cubiti, sicché le torri erano di grande bellezza e fortezza.4

15Pour commémorer leur victoire sur les Fésulans, les Florentins font bientôt ériger au centre de la ville un temple consacré à Mars. L’importance de ce monument, qui deviendra le « Duomo di san Giovanni », est telle que le chroniqueur consacre deux chapitres (II, V et XXIII) à sa description :

  • 5 Ibidem, II, V, pp. 67-68.

E feciono venire marmi bianchi e neri, e colonne di più parti di lungi per mare, e poi per Arno ; feciono conducere e macigni e colonne da Fiesole, e fondaro e edificaro il detto tempio nel luogo che si chiamava Camarti anticamente, e dove i Fiesolani faceano loro mercato. Molto nobile e bello il feciono a otto facce, e quello fatto con grande diligenzia, il consecraro allo Iddio Marti, il quale era Idio di Romani... E troviamo che il detto tempio... fu edificato sotto ascendente di sì fatta costellazione, che non verrà meno quasi in etterno : e così si truova scritto in certa parte, e intagliato nello spazzo del detto tempio.5

  • 6 Ibidem, II, XXIII, pp. 89-90.

...e del bello e nobile tempio de’ Fiorentini, ond’è fatta menzione adietro, i Fiorentini levarono il loro idolo, il quale appellavano lo Idio Marti... E ciò fatto, il detto loro tempio consecrato all’onore d’Iddio e del beato santo Giovanni Batista, e chiamarlo Duomo di Santo Giovanni... E feciono fare le fonti del battesimo in mezzo del tempio... e `l giorno di sabato santo, che si benedice ne le dette fonti l’acqua del battesimo e il fuoco, ordinato che -ssi spandesse il detto fuoco santo per la città a modo che si faceva in Gerusalem... Il detto Duomo si crebbe, poi che fue consecrato Cristo... ma al tempo che `l detto Duomo fu tempio di Marti, non v’era la detta agiunta, né `l capannuccio, né la mela di sopra ; anzi era aperto di sopra al modo di Santa Maria Ritonda di Roma... Ma poi dopo la seconda redificazione di Firenze nel MCL anni di Cristo, si fece fare il capannuccio di sopra levato in colonne, e la mela, e la croce dell’oro ch’è di sopra... E per più genti che hanno cerco del modo dicono ch’elli è il più bello tempio, overo duomo, del tanto che si truovi.6

  • 7 Ibidem, III, I, p. 98.

16De ce même temple, Giovanni Villani réaffirme plus tard : « E di vero mai non fue disfatto, né disfarà in etterno, se non al dieiudicio »7.

17La ville « aux quatre portes et aux six poternes » est détruite par Totila en 450 après Jésus-Christ. Seuls les remparts, les tours et le Duomo résistent aux Goths, et les Florentins doivent attendre 901 pour voir leur ville renaître grâce à l’empereur des Francs. Cette renaissance offre au chroniqueur l’occasion de donner à voir une cité bâtie encore une fois « al modo di Roma », mais cette fois il s’agit de la Rome chrétienne, hérissée de clochers :

  • 8 Ibidem, IV, II, pp. 147-148.

... e cominciossi dalla parte di levante a la porta di San Piero... e da la detta porta fu uno borgo infino a San Piero Maggiore, al modo di Roma, e da quella porta seguirono le mura in verso il Duomo... e ivi avea un’altra porta... e di fuori di quella porta fue edificata la chiesa di Santo Lorenzo, al modo ch’è in Roma San Lorenzo fuor le mura ; e dentro a quella porta è San Giovanni, siccome in Roma San Giovanni Laterano. E poi conseguendo come a Roma, da quella parte (fecero) Santa Maria Maggiore... e Santo Bancrazio era fuori della città, e apresso San Paolo, a modo di Roma, da l’altro lato della città incontro a San Piero come in Roma... E di così piccolo sito si rifece la nuova Firenze con buone mura e spesse torri, con quattro porte mastre.8

  • 9 Ibidem, V, VIII, pp. 175-178.
  • 10 Ibidem,VIII, XCIX, p. 562.
  • 11 Ibidem, VII, XXVI, p. 310.

18Pour la période successive, sans décrire la cité, Giovanni Villani mentionne la construction de nouveaux remparts (en 1088, on dénombre cinq portes9 ; en 1284, neuf, sans compter les nombreuses poternes10), des ponts et le pavage des rues (en 1237)11.

19Murailles, tours, pavés et ponts évoquant la présence d’un fleuve, tels sont les éléments architecturaux que Giovanni Villani a choisi de décrire. Certes ces édifices existent, ils ont l’aspect que le chroniqueur leur prête, mais sa volonté de transmettre une certaine image de la ville aux générations suivantes est manifeste. En effet, tous les éléments qu’il choisit renvoient à la Jérusalem céleste, qu’on l’imagine comme une ville ou comme un temple octogonal : architecturalement, Florence se présente à nous comme une Jérusalem doublement céleste.

20Cette image est renforcée par des similitudes troublantes. La première d’entre elles concerne l’origine de son nom. Giovanni Villani dit que certains l’appelaient Floria, du nom de Fiorino qui avait trouvé la mort à cet endroit, d’autres parce que

  • 12 Ibidem, II, I, p. 62.

in quello luogo e campi intorno ove fu la città edificata sempre nasceano fiori e gigli.12

  • 13  Ricordano Malispini, Historia fiorentina, Firenze, Sonzogno,
  • 14  Jésus déclare (Mt 6, 28-29, et Lc 12, 22) : « Observez les lis des champs, comme ils croissent ; i (...)

21Or, la Légende des origines dont s’inspire le chroniqueur ne mentionne que la première hypothèse, le lis figurant sur les armes de Fiorino. Pour sa part, Ricordano Malispini13, dont la chronique entretient des liens étroits avec la Nuova Cronica, ne parle que de prairie fleurie. La présence de lis, non plus sur les armes de Fiorino, mais dans les champs où fut édifiée Florence, renvoie inévitablement à la flore paradisiaque où ils figurent en bonne place. Si depuis saint Augustin au moins cette fleur est associée à Marie comme symbole de chasteté et, par extension à d’autres saints, elle est surtout le symbole de la condition céleste des élus14.

22Cette hypothèse semble confirmée par Giovanni Villani qui enchaîne aussitôt :

  • 15  Giovanni Villani, op. cit.,II, I, p. 62.

Poi la maggiore parte degli abitanti furono consenzienti di chiamarla Floria, sì come fosse in fiori edificata, cioè con molte delizie.15

23Ici, l’allusion au Jardin des délices éternelles, à l’Hortus deliciarum, est évidente.

24La seconde similitude concerne la population de Florence.

25Comme l’Église, figure de l’assemblée universelle des fidèles, encore militante sur terre mais appelée à devenir un jour l’Église « triomphante » et éternelle, Florence est composée de deux peuples : Romains et Fésulans se substituent aux Juifs et aux Gentils.

  • 16 Ibidem, II, XX, pp. 83-85.
  • 17 Ibidem, II, XXI, pp. 85-86.
  • 18 Ibidem, II, XXIV, p. 93.
  • 19 Ibidem, V, XVII, pp. 188-189.
  • 20 Ibidem, III, I, p. 98.
  • 21 Ibidem, VI, XIV, pp. 242-244.
  • 22 Ibidem, VII, VII, p. 283.

26Comme la Jérusalem céleste, elle a abrité des saints martyrs (Miniato16, Crisco17, Zenobio18, Giovanni Gualberti19), un bienheureux (Maurizio20), le bras d’un apôtre (Filippo21) et un jour, dans l’une de ses églises, le sang du Christ s’est liquéfié22.

27Parfois, lorsque la paix règne dans la ville, les Florentins offrent un spectacle qui ressemble à celui que l’on peut observer dans la Jérusalem céleste : vêtus de robes blanches comme les bienheureux, ils dansent à l’occasion de la fête de leur saint protecteur Jean-Baptiste, qui occupe une place de choix dans la hiérarchie céleste :

Nell’anno appresso MCCLXXXIII, del mese di giugno, per la festa di santo Giovanni, essendo la città in felice e buono stato di riposo, e tranquillo e pacifico stato... si fece nella contrada di santa Felicita Oltrarno... una compagnia e una brigata di M uomini o più, tutti vestiti di robe bianche... Per la qual brigata non s’intendea se non in balli di donne e di cavalieri e d’altri popolani, andando per la terra con trombe e diversi stormenti in gioia e allegrezza, e stando in conviti insieme, in desinari e in cene. La qual corte durò presso a due mesi, e fu la più nobile e nominata che mai fosse nella città di Firenze o in Toscana ; alla quale vennero di diverse parti molti gentili uomini di corte e giocolari, e tutti furono ricevuti e proveduti onorevolmente.

  • 23 Ibidem,V, X, p. 150.

28Ce rapprochement possible entre les Florentins et les élus est explicité lorsque, parlant du quartier de la porte du Duomo, Giovanni Villani dit qu’il fut « il primo ovile e stazzo della rifatta Firenze »23, « ovile » renvoyant bien sûr aux agneaux symbolisant les apôtres et, plus largement, les saints.

  • 24 Ibidem, XIII, LXXIII, vol. III, p. 471.
  • 25 Ibidem,XII, XCIV, vol. III, pp. 198-199.

29Enfin, les pauvres, les infirmes et les « souffreteux » sont accueillis à Florence24 comme ils le sont parmi les élus, car la cité est riche et, comme la Jérusalem d’en haut, elle peut offrir à tous la sécurité, la stabilité et la sérénité25.

  • 26  Dino Compagni, Cronica delle cose occorrenti ne’ tempi suoi, a cura di Gabriella Mezzanotte, Milan (...)

30Pourtant le malheur s’abat souvent sur les Florentins : incendies, inondations, épidémies, famines, guerres intestines... ceci, « non sanza giudizio di Dio », à cause de tous leurs péchés, dénonce Villani : leur orgueil, leur ingratitude envers Dieu, leur caractère violent. Issus de deux peuples, l’un n’ayant jamais complètement renoncé à adorer le dieu Mars, l’autre composé d’hommes « ruddi et aspri di guerra », ils continueront à subir la justice divine s’ils ne s’amendent pas. Le message de Giovanni Villani ressemble à celui de Dino Compagni26, qui avertit les Florentins que leur « superbia » et leur « malignità » seront punies par le tout-puissant, oppresseur des superbes (« Omnipotens, superborum oppressor »). Mais alors que Compagni conçoit sa Cronica comme une invective contre les Florentins, Villani, à son habitude, est plus mesuré ; il leur dit : vous êtes seuls responsables de vos malheurs car vous habitez une cité faite à l’image de la cité éternelle.

Haut de page

Notes

1  Giovanni Villani, Nuova cronica, a cura di Giuseppe Porta, Parma, fondazione Pietro Bembo, 1990, 3 vol.

2  Patrick J. Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, Aubier, 1996, p. 27.

3  Cf. Jean Delumeau, Que reste-t-il du paradis, Paris, Fayard, 2000, 535 p.

4  Giovanni Villani, Nuova cronica, II, I, pp. 60-61.

5 Ibidem, II, V, pp. 67-68.

6 Ibidem, II, XXIII, pp. 89-90.

7 Ibidem, III, I, p. 98.

8 Ibidem, IV, II, pp. 147-148.

9 Ibidem, V, VIII, pp. 175-178.

10 Ibidem,VIII, XCIX, p. 562.

11 Ibidem, VII, XXVI, p. 310.

12 Ibidem, II, I, p. 62.

13  Ricordano Malispini, Historia fiorentina, Firenze, Sonzogno,

14  Jésus déclare (Mt 6, 28-29, et Lc 12, 22) : « Observez les lis des champs, comme ils croissent ; ils ne peinent ni ne filent, et je vous dis que Salomon dans toute sa gloire n’a jamais été vêtu comme eux ». Saint Ambroise dans l’expositio Evangelii secundum Lucam, (in P.L, t. 45, c. 1732-1733) commente ainsi : « Si les lis ou plutôt les anges sont vêtus de plus de gloire que les hommes, nous ne devons pas désespérer de la miséricorde de Dieu pour nous à qui, grâce à la résurrection, le Seigneur a promis de devenir comme des anges ». Cf. Jean Delumeau, op. cit., p. 130.

15  Giovanni Villani, op. cit.,II, I, p. 62.

16 Ibidem, II, XX, pp. 83-85.

17 Ibidem, II, XXI, pp. 85-86.

18 Ibidem, II, XXIV, p. 93.

19 Ibidem, V, XVII, pp. 188-189.

20 Ibidem, III, I, p. 98.

21 Ibidem, VI, XIV, pp. 242-244.

22 Ibidem, VII, VII, p. 283.

23 Ibidem,V, X, p. 150.

24 Ibidem, XIII, LXXIII, vol. III, p. 471.

25 Ibidem,XII, XCIV, vol. III, pp. 198-199.

26  Dino Compagni, Cronica delle cose occorrenti ne’ tempi suoi, a cura di Gabriella Mezzanotte, Milano, Mondadori, 1993, I, I.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°6, Variations autour des idées de patrie, État, nation, 2002.

Référence électronique

Colette Gros, « Celeste Firenze... La Patrie de Giovanni Villani », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/1838 ; DOI : 10.4000/italies.1838

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org