Navigation – Plan du site
Patrie de toujours...

Soldat de la République : Antonio Giacomini

Théa Picquet
p. 199-216

Résumé

Avec la Vita di Antonio Giacomini, écrite par Jacopo Nardi, nous sommes plongés dans l’histoire de Florence et de la péninsule italienne, entre la fin du Quattrocento et les vingt premières années du Cinquecento. Engagé dans la guerre contre Pise et dans les escarmouches contre les tentatives d’ingérence du Valentinois, Antonio Giacomini (1456-1518), l’un des plus prestigieux commissaires de guerre florentins, s’est signalé à plusieurs occasions par sa valeur et son sens civique. En 1548, Jacopo Nardi, alors exilé à Venise pour ses convictions républicaines et antimédicéennes, se fait l’interprète de cette vie exemplaire. Tout en développant la biographie du personnage, il donne à son texte les couleurs de la nostalgie et du regret d’une époque à jamais révolue.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  A. Adler, Les plus belles heures de la République, in « Historia »,Paris, Tallandier, Avril 2002, (...)

Les historiens le savent bien : rien n’est jamais inscrit éternellement dans le marbre, ni les hommes, ni les institutions, ni – surtout – l’idée que l’on s’en fait. Ainsi en va-t-il de la République.1

  • 2  J. Nardi, Vita di Antonio Giacomini,Bergamo, Moretti e Vitali editori, 1990, 146 p.

1affirme à juste titre Alexandre Adler. Dans sa Vita di Antonio Giacomini, Jacopo Nardi nous plonge justement dans l’histoire d’une République, celle de Florence, entre la fin du Quattrocento et les vingt premières années du Cinquecento2.

2Engagé dans la guerre contre Pise et dans les escarmouches contre les tentatives d’ingérence du Valentinois, Antonio Giacomini (1456-1518), l’un des plus prestigieux commissaires de guerre florentins, s’est signalé à plusieurs occasions par sa valeur et son sens civique.

3En 1548, Jacopo Nardi, alors exilé à Venise pour ses convictions républicaines et antimédicéennes, se fait l’interprète de cette vie exemplaire. Il donne cependant à son texte les couleurs de la nostalgie et du regret d’une époque à jamais révolue.

4Après l’analyse de l’ouvrage, notre propos se donne pour objectif de préciser quel type de citoyen était Antonio Giacomini, au service de quelle patrie il s’était mis, pour tenter de cerner quelle conception du monde développe Jacopo Nardi.

  • 3  Né en 1476, il a alors 72 ans. Voir : Th. Picquet, Un exilé au temps des Médicis, dans Hommage à J (...)

5En 1548, lorsqu’à Venise il écrit sa Vita di Antonio Giacomini, Jacopo est tellement âgé qu’à Florence, qu’il avait quittée vingt ans auparavant, on le croyait déjà mort3. Il dément lui-même ces racontars dans une lettre adressée à Benedetto Varchi :

  • 4  Raccolta di Prose fiorentine, Firenze, Tartini e Franchi, 1734, volume XV, p. 195.

...Messer Donato de’ Bardi, che era tornato di costà, facendomi motto, mi disse aver udito costì nel Fondaco, o Bottega de’ Davanzati, come io ero morto... Le scritture, cioè quel libretto, vi manderò fra pochi dì...4

  • 5  Voir à ce propos : Th. Picquet, Regards sur un passé perdu : Le Livre X des ‘Istorie della città d (...)

6où il lui promet de lui envoyer son petit livre, probablement l’ouvrage qui nous intéresse ici. Il lui reste encore à finir, outre cette Vita, ses Istorie della città di Firenze5. En 1548, Jacopo est donc bien en vie, mais il est l’un des rares « fuorusciti » survivants d’une génération qui avait connu d’autres temps, partagé d’autres espoirs, échafaudé d’autres projets.

  • 6  Jacopo Giacomini est né en 1500. Il est exilé lors de la restauration des Médicis en 1530. En 1597 (...)
  • 7  J. Nardi, Vita...,cit. , p. 44.
  • 8  N. Machiavelli, Tutte le Opere,a cura di Mario Martelli, Firenze, Sansoni, 1971, p. 869. Voir auss (...)
  • 9  J. Nardi, Vita...,cit., p. 44.
  • 10  Ibidem.

7Comme unique arme, il lui reste l’écriture, grâce à laquelle il entend rappeler à la mémoire la figure d’un des hommes qui l’avaient fasciné pendant sa jeunesse lointaine, Antonio Giacomini. Dans la dédicace adressée depuis Venise, le 31 Décembre 1552, à Jacopo Giacomini Tebalducci6, neveu d’Antonio, Nardi dévoile ses motivations. En premier lieu, avoue-t-il, il a fait le récit de cette vie pour tromper l’ennui de ses longues journées : « ...(le) mal fortunate carte, le quali allora del mio inchiostro vergate furono solamente perché, mentre che io scriveva, mi fussero tra mille noiosi pensieri un poco di onesto trastullo »7. Il rappelle ici le désœuvrement d’un autre exilé de qualité, Nicolas Machiavel qui, dans sa campagne de Sant’Andrea in Percussina, écrit La Mandragore et presque s’en excuse : « E, se questa materia non è degna, / per esser pur leggieri, / d’un uom, che voglia parer saggio e grave, / scusatelo con questo, che s’ingegna : con questi van’ pensieri / fare el suo tempo più suave, / perché altrove non have / dove voltare el viso... »8. Mais, la véritable raison, ajoute Jacopo, est l’affection et l’estime qu’il porte au commissaire florentin et le dévouement qu’il doit à sa patrie : « Ma di questa mia breve e dolce fatica essendone stata la vera cagione l’affezione e riverenza che io porto alla venerabile memoria del prefato Antonio e la somma pietà che io debbo alla patria... »9 Il confie ainsi son œuvre à Jacopo Giacomini pour qu’il la sauve de l’oubli : « ... acciò che voi ne siate fedele e diligente conservatore e guardiano... »10, écrit-il.

  • 11  Ibidem,p. 54.

8Dans le texte cependant, il précise que ceux qui ne peuvent servir la patrie par d’autres moyens peuvent le faire par l’écriture, en conservant le souvenir des actions dignes d’éloges et en incitant ainsi les citoyens à l’imitation11. Il n’est cependant pas certain du résultat, mais pense qu’au moins il se console de ses peines en chantant, comme l’ouvrier chante en travaillant pour alléger son effort, qu’il ne perd pas entièrement son temps, et il se compare alors à Diogène, qui faisait rouler son tonneau pendant que ses concitoyens fortifiaient la ville.

  • 12  Ibidem, p. 55.
  • 13  Ibidem,p. 56 : « La cognizione dell’opere sue e spezialmente della sua più matura età (ancora che (...)

9S’élevant contre les historiens « impudentissimi » et « sfac-ciati »12, qui transforment les faits en les racontant, avec une telle audace que lui-même a été amené à douter et à se demander s’il n’avait pas rêvé ce qu’il avait vu de ses propres yeux, il dit son projet d’écrire les actions valeureuses qu’Antonio Giacomini a accomplies au service de la patrie pendant les deux lustres où sa santé était florissante. Pour ce faire, il entend réunir des éléments épars tout en respectant la vérité et le faire librement, sans adulation ni ambition. Selon Nardi, le rappel de ces exploits ne sera pas d’une mince utilité pour les Florentins, dans la mesure où il estime que les exercices pratiques sont bien plus efficaces que les préceptes philosophiques13.

  • 14  Paris, Bibliothèque Nationale, MS Italiani 822. Le texte commence à la page 55 de l’édition sur la (...)
  • 15  J. Nardi, Vita...,cit., pp. 60-61.
  • 16 Ibidem, pp. 24-25.

10En ce qui concerne le texte de Nardi, la composition paraît surprenante à première vue. En effet, la première partie ne correspond pas exactement à ce qu’annonçait l’historiographe, à tel point qu’elle a été littéralement supprimée dans le manuscrit parisien14. Pourtant, elle n’est pas sans intérêt, puisque l’auteur y développe le thème de l’éducation, qu’il considère comme le premier et le plus important contact direct ou indirect de l’homme avec la société dans ses différentes formes. Il y révèle également sa conception de Dieu et de la morale, le poids des expériences du passé et une polemique antimédicéenne aiguë, contre le gouvernement de Pierre de Médicis notamment. Un parallèle intéressant est fait entre Antonio Giacomini, défenseur de la République, et Francesco Ferrucci, qui se sont opposés respectivement à Pierre de Médicis qui s’est jeté aux pieds de Charles VIII, et à Malatesta Baglioni, responsable de la soumission de la ville aux armées impériales. Quant à la biographie annoncée, elle est rédigée de façon chronologique et insérée dans le contexte géographique et historique. Les nombreuses digressions, lieux communs de l’écriture biographique de l’époque, permettent des micro-récits inattendus, tel celui du roi Ferdinand d’Aragon, qui d’une fenêtre de son château assiste au combat entre Antonio Giacomini et ses quatre agresseurs napolitains15. Selon Vanni Bramanti16, il s’agit d’un double palimpseste : d’une part, de textes que Jacopo connaissait, comme les Mémoires de Commynes, l’Histoire d’Italie de Guichardin, le Journal de Biaggio Buonaccorsi, des écrits de Machiavel, les Discours, son Histoire de Florence, l’Art de la guerre, Le Prince ou encore la Deuxième Décennale,et d’autre part, d’une partie moins visible, fondée sur les rapports personnels qui existaient entre Nardi et Giacomini ainsi que sur les documents administratifs que Jacopo avait pu consulter lors de ses différentes charges administratives au service de la République.

  • 17  Cf. note 4.
  • 18  Lettere di Giambattista Busini a Benedetto Varchi sopra l’assedio di Firenze,Firenze, Felice Le Mo (...)

11Dès sa diffusion, le texte de Nardi a bénéficié d’une fortune hors du commun. Écrit à Venise en 1548, il est envoyé, comme nous l’avons vu, à la fin de l’année 1552 à Jacopo Giacomini, neveu d’Antonio, exilé à Ancône ; une copie aurait été réservée à Varchi17. Mais en 1564, à Ferrare, Giovambattista Busini manifeste son ignorance à ce sujet : « Quanto al Nardo, non sapeva che gli avessi scritta la vita di quel prode uomo Antonio Giacomini, al quale il Machiavello dava tanta lode quanta sapete... »18.

  • 19  F. de’ Nerli, Commentari de’ fatti civili occorsi dentro la città di Firenze, Trieste, Coen, 1858, (...)
  • 20  N. Machiavelli, Legazioni. Commissarie. Scritti di governo, a cura di F. Chiappelli, Bari, Laterza (...)

12Cela dit, Antonio Giacomini intéresse, puisque si Filippo de’ Nerli rappelle le moment où le commissaire florentin perd la faveur populaire, sous les murs de Pise19, Machiavel, dans l’évocation des années 1498-1505, souligne l’existence d’une relation étroite entre sa propre stratégie militaire et l’exécution matérielle apportée par l’homme de guerre20.

13Mais qui était ce personnage ?

  • 21  Ch. Bec, in Machiavel, Œuvres,Paris, Laffont, 1996, p. 1327.
  • 22  J. Nardi, Vita..., pp. 20-21.

14Christian Bec le présente ainsi : « homme politique florentin, commissaire à Pise, à Arezzo, membre des Dix, il fut à nouveau commissaire à Marradi en 1503 et commissaire général en Maremme contre Bartolomeo d’Alviano en 1505 »21. Quant à Vanni Bramanti, il précise que, dans ses fonctions de commissaire, notre personnage était un intermédiaire entre le pouvoir central et les différents commandants des troupes florentines en guerre, qu’il effectue en outre des interventions militaires concrètes et qu’il doit être mis sur le même plan que les valeureux condottieri florentins22.

  • 23  Ibidem, pp. 28-29.
  • 24  Ibidem, p. 135 : « Fu Antonio di statura più che mediocre, di corpo robusto e in tutti i membri as (...)
  • 25  Ibidem, pp. 120-121.
  • 26  Ibidem, p. 135 : « ... fu eziandio parco nel vestire e ridevasi di quegli che si dilettavano de’ s (...)
  • 27  Ibidem.
  • 28  Ibidem, pp. 135-136.

15Nardi en brosse un portrait physique et moral. Il met en lumière ses caractéristiques physiques, son mode de vie, ses nombreuses vertus, mais aussi les quelques défauts qu’il souligne pour respecter la vérité historique : « ... perché scrivendosi la vita d’alcuna persona, e per amore della verità e per essempio degli altri, non si debbe punto tacere le cose degne di riprensione... »23. Antonio était donc de taille au-dessus de la moyenne, robuste, bien proportionné, avait un teint olivâtre. Ce sont les seules précisions apportées par Jacopo24. Il souligne cependant le naturel de sa façon de parler, exempte de toute affectation, qualifie son éloquence de « plus militaire que civile », observe qu’il parlait peu (« era nel parlar brieve »), d’une voix grave et sonore, sauf lorsqu’il était en colère : elle devenait alors aiguë et peu agréable à entendre25. Rapide, efficace et impatient, Antonio considérait la lenteur et la paresse comme les ennemies des occasions à saisir. Sobre dans son habillement26 comme dans son alimentation27, il aimait toutefois recevoir et Nardi dresse la liste de ses amis les plus chers, qui comprend notamment Jacopo et Luca Savello, Malatesta da Cesena, Pagolo da Parrano et Ercole Bentivogli28. Pour définir son caractère, il rapporte justement l’opinion de ceux qui le connaissaient bien :

  • 29  Ibidem, p. 63.

...mi credo io ch’egli venisse in concetto universale di tutti quei che lo conoscevano d’esser uomo animoso e pronto di mano e atto a grandi imprese : e per questa cagione e per essere di natura molto amicabile e desideroso di compiacere a gli amici...29

  • 30  Ibidem, pp. 120-121.

16De nature efficace, résolu et rapide, se considérant peu apte à persuader les autres par la parole et désireux de ne disposer que de lui-même, il préférait être seul à assumer les charges qui lui incombaient30. Cela dit, la biographie de Nardi est intéressante surtout dans les passages où culminent les qualités morales du héros, que notre historiographe entend mettre en relief :

  • 31  Ibidem, p. 117.

...oltra alla perizia..., apparve sempre la prudenza e la vivacità grande d’ingegno e una certa industria e sagacità molto lodata e magnificata dagli scrittori...31

  • 32  Ibidem, p. 119.
  • 33  Ibidem.
  • 34  Ibidem, p. 120.
  • 35  Ibidem, p. 122.
  • 36  Ibidem, pp. 126-127.
  • 37  Ibidem, p. 123.
  • 38  Ibidem.
  • 39  Ibidem, pp. 123-124.
  • 40  Ibidem, p. 124.
  • 41  Ibidem, pp. 124-125.
  • 42  Ibidem, p. 125.
  • 43  Ibidem, p. 126.
  • 44  Ibidem, p. 131.

17En insistant sur sa générosité32, il ajoute que ces qualités se manifestaient dans les grandes choses comme dans les petites33 . Une large place est faite à l’honnêteté de ce citoyen d’exception. Jacopo rappelle qu’Antonio était intègre dans ses conseils comme dans ses propos, qu’il avouait ne pas avoir les qualités qui attirent la faveur populaire, parce qu’il ne savait ni ne voulait simuler ou dissimuler, qu’il supportait fort mal la duplicité de ses collègues, l’audace et l’arrogance, présentes tout particulièrement chez les ignorants et les incapables34. Une anecdote illustre bien le sentiment de Nardi. Un jour, le gonfalonier Piero Soderini donne au Conseil des Dix, auquel appartenait Antonio Giacomini, l’ordre d’engager un certain condottiere. Le Conseil n’est pas favorable à ce choix, mais n’ose contrecarrer le plus haut personnage de l’État. Antonio demande alors d’en être chargé, dit la vérité à Soderini, qui loue sa sincérité et blâme la duplicité des autres membres35. Son intégrité se manifeste également par le fait qu’il ne s’est jamais enrichi. Il a toujours refusé de participer au partage des butins de guerre, même à celui laissé par Bartolomeo d’Alviano, particulièrement important, et dont il n’a souhaité qu’un souvenir de sa victoire à léguer à ses descendants. Son intégrité lui a conféré une telle réputation de son vivant déjà que tous ses comptes étaient acceptés sans discussion par les instances compétentes36. Autre qualité vantée par Jacopo Nardi : la sévérité d’Antonio Giacomini. Il précise que le commissaire l’utilisait avec grande prudence dans le commandement de ses troupes, composées de mercenaires, d’étrangers, de nationalité différente. À ce propos, Nardi se montre d’une extrême dureté lorsqu’il affirme que ces troupes étaient arrivées à une telle licence, à une telle corruption, qu’on aurait dit un repère de brigands plutôt que les soldats d’une milice. Cependant, Antonio les gouvernait si bien qu’on aurait cru être dans une ville « ben composta e costumata »37. La méthode utilisée ne heurte pas l’historiographe. En effet, Giacomini n’hésite pas à faire pendre les soldats coupables d’avoir volé un pain au boulanger, quelques fruits à une pauvre femme, ou manqué de respect à une jeune fille. Il passe toutefois beaucoup de temps à s’entretenir avec les chefs et les condottieri des coutumes dignes de louanges comme des exemples des Anciens ; ceci dans le but de restaurer l’obéissance et la discipline militaire38. Pour illustrer son argumentation, Jacopo raconte l’anecdote du paysan dont la bêche a été volée par l’un de ses soldats. Antonio rembourse la bêche et fait pendre le militaire avec l’outil à ses côtés. Mais le malheureux agriculteur reprend malencontreusement sa bêche. Antonio fait alors pendre le paysan à côté du soldat et place la bêche entre les deux hommes. Jacopo donne cet exemple pour faire l’éloge de la sévérité du commissaire, sans souligner la disproportion entre l’action et la punition39. Le commissaire punissait tout aussi sévèrement les blasphèmes, mais non les injures car, disait-il, les offenses faites avec la langue doivent être vengées de la même façon40. Il s’employait cependant à freiner les mauvais penchants de ses troupes. Ainsi, pour éviter les blasphèmes, il ordonnait que les jeux de hasard aient lieu derrière son logement et, pour éloigner ses soldats de ces jeux qu’il considérait pernicieux, il les incitait à pratiquer les exercices physiques et militaires, comme la course ou le saut, et proposait des prix aux gagnants41. En bon chef de guerre, il choisit ses soldats selon les critères de la milice romaine de l’Antiquité et n’accepte ni les assassins, ni les bravaches, mais préfère les citoyens qui ne choisissent pas le métier des armes42. Pourtant, malgré sa grande sévérité, Antonio était aimé et vénéré par ses troupes et Jacopo explique qu’il savait associer la sévérité avec l’humanité et l’amabilité, et la formule est percutante : « ... la qualità che di così fatta composizione risultava lo faceva ad un tratto senza dispregio amabile e senza odio terribile »43. Il ajoute qu’il était surtout aimé pour la libéralité qu’il manifestait aux personnes dignes de mérite. Cela dit, le seul défaut que souligne notre historiographe est l’irritabilité du commissaire, irritabilité consciente puisque ce dernier estimait que l’homme ne devait jamais s’irriter contre Dieu car Dieu ne peut se tromper, ni contre les bêtes car elles sont sans raison, ni contre les dés car le sort est téméraire. Giacomini gardait donc sa colère pour les hommes. Elle a même été à l’origine d’un scandale malheureux, lorsqu’Antonio a fait arrêter un membre du Collège entré dans la ville sans son autorisation, autorisation nullement nécessaire à une personne de cette qualité44.

  • 45  G. Villani, Cronica, Torino, Einaudi, p. 84.
  • 46  D. Alighieri, La Commedia. Paradiso, commento di C. Landino, Brescia, Bonino de Boninis, 1487, F.I (...)
  • 47  J. Nardi, Vita..., cit., p. 59.
  • 48  Ibidem, p. 62.

18Il s’agit donc d’un citoyen hors du commun. Issu d’une grande famille florentine, les Malespini – rappelée par Giovanni Villani45 et par Cristoforo Landino46 – contrainte à l’exil après la conjuration fomentée par Luca Pitti contre les Médicis, Jacopo entre dans l’entreprise commerciale des Salviati, à Pise. Là, il a l’occasion de faire la connaissance de grands personnages, tout particulièrement des militaires, puisque les Salviati étaient chargés du paiement des troupes florentines. Il y fait également des rencontres décisives pour son avenir, comme celle des Sforza ou des fils de Roberto Sanseverino47. Par la suite, il deviendra en effet lieutenant de Galeazzo Sanseverino, fils de Roberto, puis gentilhomme du duc de Milan, Ludovico Sforza48.

  • 49  Ibidem, p. 64.
  • 50  Ibidem, p. 77.
  • 51  Ibidem, p. 95 : « ... essendo egli intervenuto sempre ne’ più importanti e pericolosi bisogni dell (...)
  • 52  Cf. F. Verrier, Soldats et traités d’art militaire au XVesiècle : de l’exclusion à la sélection, i (...)
  • 53  J. Nardi, Vita..., cit., pp. 119-120.
  • 54 Ibidem.
  • 55  Ibidem, p. 90.
  • 56  Ibidem, p. 80.
  • 57  Ibidem, pp. 119-120.
  • 58  Ibidem, p. 118.

19Il devient ainsi expert dans l’art de la guerre, met ses talents au service de sa patrie et surtout au service de la liberté49, assumant une charge après l’autre50, intervenant dans les tâches les plus importantes et les plus dangereuses51. Il convient de noter à ce propos, comme l’écrit à juste titre Frédérique Verrier52, que les Florentins ont contribué à la valorisation du soldat, et plus exactement du condottiere : commencée au milieu du XVe, elle durera environ un siècle, date à laquelle l’homme d’armes, le héros, laisse la place au spécialiste, au technicien. Quoi qu’il en soit, Antonio Giacomini met ses qualités militaires au service de sa patrie. Comme il savait allier l’audace à la prudence, Nardi le qualifie d’homme fort et constant plutôt que de courageux et hardi53 et remarque qu’il ne recherchait pas les dangers de la guerre, mais là où le demandaient son honneur et celui de la République, il ne les évitait pas, comme ce fut le cas dans l’entreprise de Poppi, qu’il sauva avec l’aide de quatre hommes seulement54. En effet, lorsqu’il occupe la charge de commissaire général du Casentino, Antonio prend la défense de Poppi. Il traverse des lieux « aspri e inaccessibili »55, intervient avant le lever du jour, se fait hisser à l’intérieur de la ville par des cordes et encourage les habitants qui se croyaient abandonnés. La lutte est inégale, les ennemis arrivent avec « tanta furia ». Antonio est gravement blessé. Il a payé de sa personne, mais a réussi à arrêter l’ennemi, déclare Jacopo. Il n’hésite pas à donner l’exemple : une autre fois encore, il brave les balles de l’artillerie ennemie dans un endroit périlleux, si bien qu’on le croit mort alors qu’il n’est que recouvert de terre. Son héroïsme apparaît encore durant le siège de Livourne, où il risque sa vie, mais un coup de fusil ne lui emporte qu’une manche56. Bref, il savait qu’un capitaine doit mourir en capitaine et un soldat en soldat57. Il fait preuve en outre d’ingéniosité, que ce soit dans la prise de la Verrucola ou dans celle de la Badia di Santo Savino. Pour la prise de Monte Aguto Barbolano, place-forte où s’étaient réfugiés les rebelles arétins, il a l’idée astucieuse de faire déguiser ses soldats en chasseurs et en bergers. À Quarata, il sait se retirer alors que tous les cols sont dans les mains des ennemis58.

20Ses qualités militaires sont telles que sa réputation le précède. Ainsi, il suffit qu’il arrive dans une ville pour que le calme soit rétabli, comme dans la province de Lunigiana, où l’on admire son expérience et où l’on craint sa sévérité :

  • 59  Ibidem, p. 84.

Ma non sì tosto fu arrivato Antonio che quella provincia mutò faccia, perché l’opinione che universalmente s’aveva non meno da’ soldati che da’ paesani della perizia sua delle cose della guerra e della sua grandissima severità tenne quelli a freno e questi parimenti sicuri.59

  • 60  Ibidem, p. 20.
  • 61  Ibidem, pp. 53-54.
  • 62  Ibidem, pp. 52, 67. Voir à ce propos le tout récent film de Ermanno Olmi, Le métier des armes.
  • 63  Ibidem, pp. 54, 55, 125. Voir aussi : D. Giannotti, Sulla vita e sulle azioni di Francesco Ferrucc (...)
  • 64  B. Varchi, Storia fiorentina, a cura di L. Arbib, Firenze, Società editrice delle Storie del Varch (...)

21Antonio Giacomini apparaît donc comme un héros. Vanni Bramanti le met d’ailleurs sur le même plan que deux autres hommes d’armes célèbres de l’époque, Alphonse d’Avalos et Gonzalve de Cordoue60. Quant à Nardi, il place Antonio Giacomini au sein d’une triade héroïque, aux côtés de Pippo Spano (de son vrai nom Filippo Scolari)61, de Jean des Bandes Noires62 et de Francesco Ferrucci63, dernier défenseur des libertés républicaines, à propos duquel Benedetto Varchi déclare qu’il est mort en pensant à Antonio Giacomini et à Jean des Bandes Noires64.

22En somme, Jacopo Nardi présente Antonio Giacomini comme un citoyen d’exception, un héros au service de la patrie, mais d’une patrie bien précise.

  • 65  J. Nardi, Vita..., cit., p. 121.

23En effet, la patrie d’Antonio Giacomini est la ville de Florence. Né en 1456 et mort en 1518, Antonio vit les bouleversements de sa cité et fait des choix. Ainsi, tout comme Jacopo Nardi, il semble favorable à la République de Savonarole. Il est alors invité à rentrer à Florence par Bartolomeo Valori, ambassadeur de Florence à Milan et partisan du frère dominicain. Très en vue dans les années 1494-1498, Valori périt au cours des manifestations de rue provoquées par l’arrestation du Ferrarais. Tout comme Nardi, qui qualifie Piero Soderini de « uomo prudentissimo e buono e per ogni altra parte incolpabile »65, Giacomini met toute sa confiance dans le Gonfalonier qu’il sert avec fidélité, confiance réciproque d’ailleurs, comme en témoignent les nombreuses lettres vues par l’historiographe :

  • 66  Ibidem, p. 128.

E il Gonfaloniere di giustizia, Piero Soderini, specialmente gli affermava che tutta la fede e speranza del popol fiorentino era riposta in lui, e tra gli altri affezionati ricordi, per una sua lettera confortandolo li dice che attenda con la solita virtù sua e con la pazienza a vincere la malignità degli invidiosi amici, e con la perseveranza l’ostinazione de’ nimici.66

  • 67  Ibidem.
  • 68  Ibidem, p. 121.
  • 69  Ibidem, pp. 127-128.

24De plus, lorsqu’en 1506 Antonio se trouve dans la station thermale de La Porretta, Soderini le prévient de l’arrivée de sicaires envoyés de Pise pour l’assassiner67. Cela dit, malgré la lenteur de décision des gouvernements républicains, qu’Antonio déplore, en comparant notamment Soderini à Quintus Maximus Verrucosus Fabius, dit Cunctator, le temporisateur68, il consacre sa vie à sa patrie, est tour à tour soldat, condottiere ou capitaine. D’ailleurs, c’est toujours lui que la République appelle et envoie là où il y a le plus grand danger69.

  • 70  Ibidem, p. 62.
  • 71  Ibidem, p. 133.
  • 72  Ibidem, p. 134.

25Fier Républicain, Antonio a pourtant une opinion très nuancée des Médicis. En effet, s’il blâme clairement Pierre, qu’il accuse d’avoir commandité son agression à la Torre dell’Uccello, il révèle son estime pour son père, Laurent le Magnifique, « che prudentissimo e discreto uomo era »70, qui plusieurs fois aurait reproché de tels abus à son fils. De la même façon, il accueille la restauration de la célèbre famille en 1512 plutôt sereinement et Nardi parle sans détours des visites régulières que fait Julien de Médicis à Antonio, rappelle qu’il lui laisse les armes alors qu’on les retirait aux citoyens qui n’étaient pas appréciés par le nouvel État, qu’il le défend contre ses ennemis, les Orsini et les Vitelli71. Après la disparition de Julien, c’est Laurent, duc d’Urbin, qui vient voir Giacomini et écouter ses conseils judicieux72.

  • 73  Ibidem, p. 54.

26C’est donc au service de la République de Florence qu’Antonio a consacré son existence. Jacopo rappelle que les païens sont persuadés que les héros de la patrie ont un siège réservé au ciel et une place toute particulière, où ils peuvent jouir de la béatitude éternelle73.

  • 74  Voir à ce propos la thèse soutenue par Lucie De Los Santos le 25 Juin 2002 au Centre d’Études Supé (...)
  • 75  J. Peyrelevade, D. Jeambar, La République silencieuse, Paris, Plon, 2002, p. 261.

27C’est, en effet, sa conception du monde qu’offre Jacopo Nardi à travers la biographie d’un héros républicain74. Et, si l’on ne peut pas vraiment parler de « Politique désenchantée », selon les termes de Denis Jeambar75, on peut tout de même évoquer la résignation du vieil historiographe.

  • 76  A. Montevecchi, Storici di Firenze. Studi su Nardi, Nerli e Varchi, Bologna, Patron, 1989, p. 54.
  • 77  J. Nardi, Vita..., cit., pp. 46-47.
  • 78  Ibidem.
  • 79  Ibidem, p. 45.
  • 80  Ibidem, pp. 136-137.
  • 81  Ibidem.
  • 82  Ibidem, p. 111.
  • 83  Ibidem, p. 81.
  • 84  Ibidem, p. 63.
  • 85  A. Montevecchi, op. cit., p. 57.

28Ainsi, comme le souligne Alessandro Montevecchi76, pour Nardi l’homme ne peut modifier la réalité qui l’entoure de façon décisive. Il est soumis à la Fortuna, à la volonté de Dieu, et souvent victime de l’ingratitude de ses contemporains. En ce qui concerne la Fortuna, Jacopo n’en donne pas une définition très claire. En effet, dans les premières pages de sa Vita di Antonio Giacomini, il affirme que la fortune favorise les princes et les peuples vertueux et donne l’exemple des Assyriens, des Égyptiens, des Perses, des Grecs, des Macédoniens et enfin des Romains, que la Fortuna a considérés dignes de ses dons et auxquels elle a prodigué ses largesses77. Il affirme ensuite que même si on la dépeint aveugle, elle n’est autre chose que l’expression de la sainte et juste volonté de Dieu78. Il dit encore que c’est Dieu qui gouverne l’univers79. Vers la fin de son ouvrage cependant, il évoque la malignité de la Fortuna, plus particulièrement dans le cas d’Antonio Giacomini, qui a souffert d’une fortune contraire et qui n’a donc pas bénéficié des honneurs qu’il méritait80. Mais, ajoute l’historiographe, il avait sa concience pour lui, ce qui est la véritable gloire du chrétien81. D’ailleurs, c’est grâce à sa propre vertu et à l’aide de Dieu qu’Antonio sort vainqueur de l’entreprise de Pise, alors que les forces étaient équivalentes de part et d’autre82, tout comme, toujours selon Nardi, pendant la défense de Livourne, les Florentins recourent non seulement aux forces humaines, mais aussi aux remèdes divins, en adressant des prières à Dieu et en organisant des processions, si bien que, contre toute attente, l’armée de l’Empereur fait naufrage83. Cela dit, ce qui choque tout particulièrement Jacopo, c’est l’ingratitude des Florentins et, dans son ouvrage, il entreprend une véritable réhabilitation du valeureux commissaire ; ce qui explique peut-être la nostalgie qui accompagne le récit de la vie de son héros. Il affirme, par exemple, qu’il raconte tous les incidents survenus à Antonio pour corriger une injustice, pour montrer combien la mauvaise fortune a mis d’embûches dans sa progression, qu’il a été victime de l’envie des étrangers et de la méchanceté de ses concitoyens84. Aussi, comme le pense Alessandro Montevecchi, « la storia ha dunque lo scopo di ristabilire la verità, assicurando il ‘debito premio’ alla virtù di coloro che sono stati bersagliati dalla fortuna... »85.

29En outre, l’amertume de Jacopo disparaît lorsqu’il évoque l’importance de l’éducation dans l’évolution du monde. Il déclare en effet que par l’éducation, on peut améliorer ou détériorer les inclinations naturelles conférées par les cieux et prend l’exemple des deux chiens donné par Lycurgue :

  • 86  J. Nardi, Vita..., cit., p. 46.

con la comparazione di quei duoi cani, i quali essendo nati d’una medesima razza, ma nutriti e allevati diversamente, mostrarono nelle loro diverse operazioni esser non solamente di nature diverse, ma quasi interamente contrarie, operando ciascuno di quelli secondo ch’egli era stato avezzo, più tosto che secondo la forza della natura : tanto è potente questa consuetudine, e maggiormente nell’uomo...86

  • 87  Ibidem.
  • 88  Ibidem, pp. 47-48.
  • 89  Ibidem, pp. 48-49.

30Il donne de l’éducation une définition très complète, puisque, selon lui, elle comporte la vie et les coutumes de la famille, les habitudes données par le père, mais aussi la religion, les lois, les mœurs sociales, les cérémonies, les ordres donnés par les magistrats et par les princes, mais surtout les exemples qui renforcent ces ordres, enfin la manière de vivre que l’on observe, de plein gré ou par la force. Grâce à l’éducation, la ‘semence’ que Dieu et la nature ont placée dans l’âme de l’homme germe et se bonifie ou alors devient stérile et dégénère87. Suivent de nombreux exemples où il démontre les bienfaits d’une bonne éducation88 et conclut que de tout temps il y a eu des hommes vertueux et que leur rareté ne dépend pas du vieillissement du monde ni des influences célestes, mais de la mauvaise éducation de l’homme89.

  • 90 Machiavel, quant à lui, en brosse un portrait moins nostalgique, mais tout aussi édifiant, lorsqu’i (...)

31En conclusion, le prestigieux commissaire florentin, fidèle collaborateur de Machiavel, vainqueur d’un condottiere de renom, Bartolomeo d’Alviano, chanté par le Républicain exilé Nardi, réunit tous les éléments pour édifier une figure emblématique, un symbole, non pas tant pour réveiller les espoirs de liberté d’une ville désormais assujettie à la domination des Médicis, que pour faire renaître les anciennes valeurs morales, dont l’évocation est teintée d’une nostalgie qui anime l’ensemble du traité90.

Haut de page

Notes

1  A. Adler, Les plus belles heures de la République, in « Historia »,Paris, Tallandier, Avril 2002, n° 664, p. 50.

2  J. Nardi, Vita di Antonio Giacomini,Bergamo, Moretti e Vitali editori, 1990, 146 p.

3  Né en 1476, il a alors 72 ans. Voir : Th. Picquet, Un exilé au temps des Médicis, dans Hommage à Jacqueline Brunet, Besançon, Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 1997, vol. 1, pp. 421-436.

4  Raccolta di Prose fiorentine, Firenze, Tartini e Franchi, 1734, volume XV, p. 195.

5  Voir à ce propos : Th. Picquet, Regards sur un passé perdu : Le Livre X des ‘Istorie della città di Firenze’, in Rinascimento, Rivista dell’Istituto Nazionale di Studi sul Rinascimento, Firenze, Leo S. Olschki editore, 1996, pp. 407-430.

6  Jacopo Giacomini est né en 1500. Il est exilé lors de la restauration des Médicis en 1530. En 1597, son fils, Lorenzo Giacomini, publie la Vita di Antonio Giacomini pour la première fois.

7  J. Nardi, Vita...,cit. , p. 44.

8  N. Machiavelli, Tutte le Opere,a cura di Mario Martelli, Firenze, Sansoni, 1971, p. 869. Voir aussi : A. Guetta, Invito alla lettura di Machiavelli,Milano, Mursia, 1991, pp. 26-30.

9  J. Nardi, Vita...,cit., p. 44.

10  Ibidem.

11  Ibidem,p. 54.

12  Ibidem, p. 55.

13  Ibidem,p. 56 : « La cognizione dell’opere sue e spezialmente della sua più matura età (ancora che di tutto ‘l corso della vita di lui ragionar si convenga) non sarà poco utile a’ nostri cittadini, per ciò che la istoria, in questa nostra vita attiva e pratica, giova universalmente più con gli essempi che non fa con li suoi precetti la filosofia ».

14  Paris, Bibliothèque Nationale, MS Italiani 822. Le texte commence à la page 55 de l’édition sur laquelle nous travaillons.

15  J. Nardi, Vita...,cit., pp. 60-61.

16 Ibidem, pp. 24-25.

17  Cf. note 4.

18  Lettere di Giambattista Busini a Benedetto Varchi sopra l’assedio di Firenze,Firenze, Felice Le Monnier, 1860, p. 275.

19  F. de’ Nerli, Commentari de’ fatti civili occorsi dentro la città di Firenze, Trieste, Coen, 1858, p. 157.

20  N. Machiavelli, Legazioni. Commissarie. Scritti di governo, a cura di F. Chiappelli, Bari, Laterza, 1971-1985, vol. I-IV.

21  Ch. Bec, in Machiavel, Œuvres,Paris, Laffont, 1996, p. 1327.

22  J. Nardi, Vita..., pp. 20-21.

23  Ibidem, pp. 28-29.

24  Ibidem, p. 135 : « Fu Antonio di statura più che mediocre, di corpo robusto e in tutti i membri assai bene proporzionato, di colore ulivigno...»

25  Ibidem, pp. 120-121.

26  Ibidem, p. 135 : « ... fu eziandio parco nel vestire e ridevasi di quegli che si dilettavano de’ soverchi ornamenti delle vesti, quasi che non avessero altra parte onde si rendessero spettabili nel conspetto degli uomini ».

27  Ibidem.

28  Ibidem, pp. 135-136.

29  Ibidem, p. 63.

30  Ibidem, pp. 120-121.

31  Ibidem, p. 117.

32  Ibidem, p. 119.

33  Ibidem.

34  Ibidem, p. 120.

35  Ibidem, p. 122.

36  Ibidem, pp. 126-127.

37  Ibidem, p. 123.

38  Ibidem.

39  Ibidem, pp. 123-124.

40  Ibidem, p. 124.

41  Ibidem, pp. 124-125.

42  Ibidem, p. 125.

43  Ibidem, p. 126.

44  Ibidem, p. 131.

45  G. Villani, Cronica, Torino, Einaudi, p. 84.

46  D. Alighieri, La Commedia. Paradiso, commento di C. Landino, Brescia, Bonino de Boninis, 1487, F.II.v.

47  J. Nardi, Vita..., cit., p. 59.

48  Ibidem, p. 62.

49  Ibidem, p. 64.

50  Ibidem, p. 77.

51  Ibidem, p. 95 : « ... essendo egli intervenuto sempre ne’ più importanti e pericolosi bisogni della Republica... »

52  Cf. F. Verrier, Soldats et traités d’art militaire au XVesiècle : de l’exclusion à la sélection, in « Lettere italiane », XLI, n° 3, juillet-septembre 1989, pp. 366-397 ; Id., Les armes de Minerve, in L’Humanisme militaire dans l’Italie du XVIe, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1997, pp. 57-68.

53  J. Nardi, Vita..., cit., pp. 119-120.

54 Ibidem.

55  Ibidem, p. 90.

56  Ibidem, p. 80.

57  Ibidem, pp. 119-120.

58  Ibidem, p. 118.

59  Ibidem, p. 84.

60  Ibidem, p. 20.

61  Ibidem, pp. 53-54.

62  Ibidem, pp. 52, 67. Voir à ce propos le tout récent film de Ermanno Olmi, Le métier des armes.

63  Ibidem, pp. 54, 55, 125. Voir aussi : D. Giannotti, Sulla vita e sulle azioni di Francesco Ferrucci, in Opere politiche, a cura di Furio Diaz, Milano, Marzorati, 1974, volume I, pp. 433-441.

64  B. Varchi, Storia fiorentina, a cura di L. Arbib, Firenze, Società editrice delle Storie del Varchi e del Nardi, 1838-1841, vol. II, p. 209.

65  J. Nardi, Vita..., cit., p. 121.

66  Ibidem, p. 128.

67  Ibidem.

68  Ibidem, p. 121.

69  Ibidem, pp. 127-128.

70  Ibidem, p. 62.

71  Ibidem, p. 133.

72  Ibidem, p. 134.

73  Ibidem, p. 54.

74  Voir à ce propos la thèse soutenue par Lucie De Los Santos le 25 Juin 2002 au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, à l’Université François Rabelais de Tours : Jacopo Nardi (1476-1563) : Biographie politique et écritures républicaines. Voir aussi son article : Les biographies du commissaire florentin Antonio Giacomini : entre exaltation de la République et justification du Principat, in Les guerres d’Italie : Histoire, pratiques et représentations, Paris, CIRRI, 2001, n° 25, pp. 215-235.

75  J. Peyrelevade, D. Jeambar, La République silencieuse, Paris, Plon, 2002, p. 261.

76  A. Montevecchi, Storici di Firenze. Studi su Nardi, Nerli e Varchi, Bologna, Patron, 1989, p. 54.

77  J. Nardi, Vita..., cit., pp. 46-47.

78  Ibidem.

79  Ibidem, p. 45.

80  Ibidem, pp. 136-137.

81  Ibidem.

82  Ibidem, p. 111.

83  Ibidem, p. 81.

84  Ibidem, p. 63.

85  A. Montevecchi, op. cit., p. 57.

86  J. Nardi, Vita..., cit., p. 46.

87  Ibidem.

88  Ibidem, pp. 47-48.

89  Ibidem, pp. 48-49.

90 Machiavel, quant à lui, en brosse un portrait moins nostalgique, mais tout aussi édifiant, lorsqu’il écrit à propos d’Antonio Giacomini : « Era, privato, sanza parte et sanza ambitione alcuna ; quando publico, era solo desideroso della gloria della città et laude sua. Le quali sue qualità feciono in breve tempo che ‘l popolo di Firenze non credeva sotto altro governo possere o expugnare e nimici o defendersi da quelli ; né veruna cosa, animosa o periculosa era creduta ad altri che a lui, né altri più volentieri la acceptava. Donde non solo crebbe el suo nome in Firenze, ma in tucta Toscana. Et così Antonio, incognito prima et oscuro, acquistò reputatione in quella città, dove tucti li altri clari et reputati cittadini la havevano » (Machiavelli, Tutte le opere, a cura di M. Martelli, Firenze, Sansoni, 1971, pp. 917-918).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°6, Variations autour des idées de patrie, État, nation, 2002.

Référence électronique

Théa Picquet, « Soldat de la République : Antonio Giacomini », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/1841 ; DOI : 10.4000/italies.1841

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org