Navigation – Plan du site
Malices de la "Fortuna"

L’expression du hasard et sa fonction narrative dans le Décaméron

René Stella
p. 15-48

Résumé

Boccace hérite d’une notion complexe de hasard, liée à la tradition savante de la philosophie, distinguant fortuna (pouvoir) et caso (événement effet de la fortuna) et passée dans le sens commun. Loin de prendre place dans le Décaméron pour le plaisir d’offrir une conception du hasard et du monde, le hasard y est principalement un élément de motivation réaliste de l’arbitraire du récit et fait partie d’un système de vraisemblance visant à obtenir l’adhésion de l’au-ditoire. Ce système de vraisemblance induit un système de personnages, caractérisés par leur attitude à l’égard du hasard. Sur le chapitre du hasard dans le Décaméron, les perspectives offertes par l’analyse du récit semblent plus riches que celles qu’ouvre l’analyse des idées.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIVe
Haut de page

Texte intégral

L’objet du propos et ses limites

  • 1 Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, vol. IV Decameron, a cura di Vittore Branca, Milano, Mondador (...)
  • 2 Mario Baratto, Realtà e stile nel « Decameron », Roma, Editori Riuniti, 1984, p. 54.
  • 3 Decameron, Giornata I, Introduzione, 51.
  • 4 «E così le due ministre del mondo spesso le lor cose più care nascondono sotto l’ombra dell’arti re (...)

1On ne présente plus le Décaméron1. Des cent nouvelles ainsi que de l’abondant paratexte qui composent l’ouvrage il ressort une vision du monde déjà maintes fois analysée par la critique et dont la meilleure frappe est due peut-être à Mario Baratto lorsqu’il observe : « I cardini di questa visione del mondo sono essenzialmente due : Fortuna e Natura »2. En effet, Pampinea, l’une des sept narratrices, dont Boccace se plaît à souligner la sagesse en la présentant au début de l’ouvrage comme « quella che di più età era »3, affirme fort clairement, dans son long préambule à la nouvelle du boulanger Cisti, que fortuna et naturasont « le due ministre del mondo »4.

2Sans pour autant tenir pour négligeables la conception que Boccace avait du hasard dans le Décaméron et la vision du monde qu’implique cette conception, notre propos est d’examiner la fonction de ce que l’on nomme, d’un terme ambigu, hasard dans le mécanisme d’enchaînement des événements que prend en charge le récit dans le Décaméron.

Le terme équivoque de hasard, la notion

3Le terme hasard est ambigu, équivoque, dans la mesure où il regroupe et recouvre des notions aussi diverses que l’inexpliqué (ce dont on ignore la cause), l’inexplicable (ce qui est sans raison, au moins en apparence), l’indéterminé (le parcours d’une étoile filante), le contingent (ce qui aurait pu ne pas se produire ou pouvait se produire), le fortuit (l’imprévisible). Le terme hasard est encore équivoque dans la mesure où il confond approche subjective et approche objective d’événements également inexpliqués. Si la chute d’un pot de fleur mal fixé tue une personne, cela semble un hasard fâcheux parce que cet événement semble subjectivement dirigé vers une fin (délibérée) par une intentionnalité, sans cependant l’avoir été : le hasard est ici, subjectivement, une illusion de finalité. Objectivement, le hasard renvoie au caractère fortuit et généralement imprévisible de rencontres entre chaînes causales indépendantes et procède d’un concours de faits rationnellement indépendants les uns des autres.

4Dans la culture occidentale à laquelle Boccace appartient, le terme hasard sert à traduire les termes τύχη (tuchê) et αύτόματον (automaton, étymologiquement « ce qui se meut de soi-même ») employés par Aristote. Aristote rapproche τύχη (tuchê) et αύτόματον (automaton) de l’accident, συμβεβηχόζ (sumbébêkos), tout ce qui arrive d’une manière contingente ou fortuite – ce que les Latins rendent par le verbe accidit – et oppose ces termes à φύσις (physis, la nature). Selon Aristote, la nature est ce qui agit en vue d’une finalité. Mais Aristote fait observer que chaque action accomplie en vue d’une fin produit accessoirement des effets qui ne sont pas compris dans sa fin : c’est ce qui arrive d’une manière contingente ou fortuite, comme le bruit d’une voiture, qui est un effet accessoire et non voulu de son mouvement. En outre, les actions de cette sorte peuvent avoir entre elles des rencontres qui, elles aussi, ne sont pas comprises dans la finalité de ces actions. L’ensemble de ces effets constitue la τύχη (tuchê) et l’αύτόματον (automaton).

5En un sens strict, la τύχη est une partie de l’αύτόματον et consiste dans ce qui, arrivant par hasard à des êtres doués de volonté, c’est-à-dire arrivant par un effet purement accidentel et non prévu de leurs volitions, ou encore arrivant par une cause extérieure qui n’a rien d’intentionnel, est cependant tel qu’on aurait pu le souhaiter ou le craindre, le vouloir ou l’empêcher. La notion de hasard peut donc désigner le caractère d’un événement ou d’un concours d’événements qui ne présente pas le genre de détermination qui nous paraît normal, que nous ne pouvons pas prévoir et que nous n’avons pas voulu. C’est en ce sens, par exemple, que la jurisprudence admet le cas fortuit.

  • 5  Decameron, IV, 1, 37.
  • 6  Decameron, I, 9, 3.

6La notion de hasard peut désigner ce qui est à la fois matériellement indéterminé et moralement non délibéré, ce qui ne paraît être le résultat ni d’une nécessité inhérente à la nature des choses ni d’un plan conçu par l’intelligence. Cette opposition toute classique se retrouve éloquemment dans les propos que la « princesse philosophe » Ghismunda adresse à son père Tancredi, quand le prince reproche à sa fille d’avoir pris pour amant un roturier : « Guiscardo non per accidente tolsi, come molte fanno, ma con diliberato consiglio elessi »5. On retrouve, et dans un registre plus didactique encore, cette même classique opposition dans le préambule par lequel la narratrice Elissa introduit la nouvelle du roi de Chypre tourné en dérision par une femme de Gascogne : « una parola […] per accidente non ex proposito detta »6. Dans les deux cas, « per accidente » s’oppose à « diliberato consiglio » ou à l’expression savante en latin « ex proposito », comme le hasard s’oppose à ce qui est moralement délibéré ou s’oppose à un plan conçu par l’intelligence.

  • 7  André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, article Hasard, Paris, P.U.F., (...)

7Au fond, la notion de hasard est celle de cause accidentelle produisant des effets exceptionnels qui revêtent l’apparence d’une finalité7. En bref, le hasard n’existe donc pas en tant qu’il procéderait d’une absence de cause. En revanche, c’est la notion d’absence d’intention combinatoire que l’on conçoit et que l’on nomme par le terme hasard.

  • 8  Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, P. U. F., 2002, 15e édit., (...)

8Dans le monde grec il y eut même Tyché comme Hasard personnifié par une divinité féminine. Inconnue des poèmes homériques, elle prit plus tard une grande importance, qui ne cessa de s’accroître jusqu’à l’époque hellénistique et à Rome même où elle s’identifia avec la déesse Fortuna romaine. Comme divinité grecque, Tyché ne possède pas de mythe, et n’est qu’une abstraction8.

Les mots qui expriment la notion

  • 9  Guillaume de Tyr, cité par Littré, article Hasard, Historique.

9On ne s’étonnera point de ne pas rencontrer dans la langue du Décaméron le terme azzardo. La langue française dispose depuis le XIIIe siècle du terme hasart, par la suite hasard, mais qui n’a désigné à l’origine et pendant longtemps qu’une sorte de jeu de dés. Devant la forteresse d’El Azar, en Palestine, pour tromper l’ennui d’un siège trop long, les croisés inventèrent un jeu de dés qu’ils nommèrent “jeu de hasard” : « Comment le duc Godefroi fu requis de lever le siège de Hasart, où le jeu des dez fu trouvez. Il advint, ne demora guieres, que Rodoans, li sire de Halape [Alep], ot contens [querelles] et guerre à un suen baron qui estoit chastelein d’un chastel qui a non Hasart [El Azar], et sachiez que de là vint premièrement li geus de hasart, et fu trovez li geus de dez qui einsint a non »9.

  • 10  Carlo Battisti Giovanni Alessio, Dizionario etimologico italiano, Firenze, Barbèra, 1950, article (...)

10Du français, le terme hasard est passé au XVIIe siècle seulement dans la langue italienne comme azzardo, pour y désigner le jeu de dés et plus généralement tout “jeu de hasard”, c’est-à-dire le jeu dans lequel gains ou pertes ne dépendent pas de l’habileté du joueur10.

11Pour rendre l’idée de hasard, la langue italienne disposait principalement de deux termes, fortuna et caso, dérivés tout droit des substantifs latins fortuna et casus. Ce sont les deux substantifs que l’on rencontre dans la langue du Décaméron. On y trouve également accidente, per accidente, avventura, per avventura, ventura. L’abondance de termes est un indice du caractère équivoque de cette notion que l’on cherche à nommer.

  • 11  E. K. Rand, Founders of the Middle Ages, 1928, cité par Ernst Robert Curtius, La littérature europ (...)
  • 12 Énéide, chant VIII, v. 334.
  • 13 Stoicorum Veterum Fragmenta, édition von Arnim, Stuttgart, 1903, 2, n° 972.
  • 14  Sénèque, Epistola 8, 3.

12L’un des « fondateurs du Moyen Âge »11, le célèbre grammairien Servius (seconde moitié du IVe siècle ap. J.-C.), commentant les propos du roi Évandre « Fortuna omnipotens et ineluctabbile fatum [la Fortune toute-puissante et un destin inéluctable] »12, faisait observer que Virgile s’exprime comme les Stoïciens, lesquels « attribuent le naître et le mourir aux destins, tout ce qui est entre [les deux], à la fortuna »13. Selon les Stoïciens, il dépend du sage, grâce à sa virtus propre, de se rendre indépendant de cette incertitude en restant insensible à ses séductions comme à ses coups14.

  • 15  Nonius Marcellus, grammairien africain du IVe siècle, cité par Federigo Tollemache dans Encicloped (...)

13À l’origine, Fortuna semble avoir été chez les premiers Latins la divinité qui présidait à l’élément incalculable de la vie humaine. Le terme fortuna fut peut-être à l’origine un adjectif épithète dérivé du substantif fors comme le suggère cette glose sémantique : « Fortuna et fors hoc distant : fors est casus temporalis, fortuna dea ipsa [fortuna et fors diffèrent en ceci : fors est l’événement fortuit ponctuel, fortuna est la déesse elle-même] »15. Il est intéressant de noter que fors est proche par son étymologie de sors, nom de l’objet (caillou, lamelle, etc.) que l’on mettait dans une urne pour tirer au sort, puis nom du tirage au sort, enfin résultat du tirage au sort.

  • 16 Decameron, VIII, 7, 46.
  • 17 Decameron, I, Conclusione, 10-11.
  • 18  Carlo Muscetta, Boccaccio, Bari, Laterza, “Letteratura Italiana Laterza”, 1980, p. 187.

14Boccace, nourri de culture classique, restitue très clairement cette nuance, qui rapproche mais ne confond jamais fortuna et casus, quand il écrit par exemple : « la fortuna apparecchiò caso da poter lo scolare al suo disiderio soddisfare »16. Tout aussi explicitement, le thème de la deuxième journée du Décaméron, fixé par la reine Filomena, s’énonce en ces termes : « Con ciò sia cosa che dal principio del mondo gli uomini siano stati da diversi casi di fortuna menati, e saranno insino alla fine, ciascun debbe dire sopra questo : chi da diverse cose infestato, sia, oltre alla sua speranza riuscito a lieto fine »17. Commentant ce thème, Carlo Muscetta fait observer à juste titre : « sarà bene notare che, per quanto riguarda le peripezie negative, il Boccaccio sembra attenersi alla distinzione di Matteo di Vendôme (fine XII secolo, Ars versificatoria I, 89-90), tra il “casus” come “eventus calamitatis” e la fortuna come “status vite”, condizione esistenziale dell’uomo »18.

  • 19 Inferno, IV, 136.
  • 20  Cité par Emilio Pasquini, dans Enciclopedia Dantesca, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, (...)

15De cette distinction, il est resté la notion de fortuna comme cause aux desseins insondables et d’autre part la notion de casus comme événement effet de la fortuna. Dante avait écrit dans l’Enfer : « Democrito, che ‘l mondo a caso pone »19, c’est-à-dire Démocrite, qui soutient que le monde est constitué par un concours fortuit d’atomes, sans un plan préétabli. Buti avait commenté le passage en ces termes : « li poeti intendono li effetti della fortuna »20, en se fondant sur la tradition philosophique interrompue qui, depuis Aristote, concevait le casus comme effet de la fortuna.

  • 21  Tite-Live, Histoire romaine, livre VIII, XXIX.

16En latin, le terme fortuna n’a sans doute jamais perdu le sens de pouvoir présidant au casus [événement fortuit], un pouvoir dont les desseins demeurent certes insondables, mais un pouvoir que les hommes peuvent se rendre propice et qu’ils peuvent même aider. Tel est le sens du fameux proverbe « Audaces fortuna juvat », tiré d’un vers de Virgile par lequel Turnus, roi des Rutules, brave Énée et ses Troyens en s’écriant « Audentes fortuna juvat [la fortune aide les gens culottés] ». Tite-Live attribuait à la virtus et à la pietas l’essor de Rome : « Fortes fortuna juvat [la fortune aide ceux qui sont forts] »21.

  • 22  In topica Ciceronis Commentaria, V. Cf. Federigo Tollemache dans Enciclopedia Dantesca, Roma, Isti (...)
  • 23  Thomas d’Aquin, Somme contre les Gentils, Livre III La Providence, chap. 74, La divine providence (...)

17Plus tard, à partir de Cicéron et sous l’influence de la pensée grecque, le terme latin fortuna se chargea d’un sens supplémentaire : fortune inconstante, changeante, aveugle. Sous l’empire, enfin, le terme fortuna devint synonyme de casus. Les auteurs chrétiens rejetèrent, le plus souvent explicitement et parfois implicitement, l’idée païenne de fortuna entendue soit comme déesse soit comme pouvoir, et ne prirent le terme fortuna que pour en faire un synonyme de casus, ce que faisait largement déjà l’usage païen dans le latin impérial. Sous la plume de Boèce, dont on sait l’influence dans la culture médiévale et sur Dante, le terme fortuna ne désigne que les événements dont on ignore les causes, et n’est donc qu’un synonyme d’événement fortuit22. Thomas d’Aquin rapproche souvent fortuna et casus. Il observe que, puisque Dieu n’exclut des choses ni le mal, ni la contingence, ni le libre arbitre, on doit dire que « ordo divinae providentiae exigit quod sit casus et fortuna in rebus [L’ordre de la providence divine exige donc qu’il y ait du hasard et de la fortune dans les choses] »23.

  • 24 Decameron, II, 4, 3.
  • 25 Decameron, III, 7, 5.
  • 26 Decameron, IV, 1, 15.
  • 27 Decameron, V, 9, 34.
  • 28 Decameron, VI, 2, 9.
  • 29 Decameron, VIII, 3, 50.
  • 30 Decameron, VII, 9, 3.
  • 31 Decameron, VI, 4, 3.
  • 32 Decameron, II, 3, 4.

18Du fait de sa charge sémantique venant du sens ancien de divinité présidant à l’élément incalculable de la vie humaine, puis de pouvoir qui préside au casus [événement fortuit], on comprend clairement pourquoi, même si fortuna est dans la langue du Décaméron un terme proche par le sens de caso, tous deux désignant en gros le hasard, seul le substantif fortuna est qualifié comme l’on peut qualifier un pouvoir : « atto della fortuna »24, « al qual piacere la fortuna, nemica de’ felici, s’oppose »25, fortuna « invidiosa »26, « contraria »27, mais aussi fortuna « benigna »28, « piacevole »29, « favorevole la fortuna »30, « la fortuna ancora, alcuna volta aiutatrice de’ paurosi »31. La fortuna peut même être personnifiée : « si parla de’ fatti della fortuna […] tutte le cose, le quali noi scioccamente nostre chiamiamo, sieno nelle sue mani […] secondo il suo occulto giudicio […] senza alcuno conosciuto ordine da noi, esser da lei permutate »32.

  • 33 Decameron, Prœmio, 14.
  • 34 Decameron, I, 3, 3.
  • 35 Decameron, II, 8, 2.
  • 36 Decameron, IV, 9, 3.

19En revanche, le substantif caso est qualifié comme un événement, fortuit et ponctuel : « aspri casi [d’amore] »33, « dubbioso caso [già avvenuto, a un giudeo] »34, « varii casi della bella donna »35, « infortunati casi d’amore »36.

  • 37 Decameron, I, 4, 12 ; II, 5, 1 ; III, 7, 79.
  • 38  Decameron, IV, 9, 3 ; IV, Conclusione, 5.

20Sans prétendre ici à une étude lexicographique exhaustive, qui excède l’objet et les limites de notre propos, il faut ajouter que la notion de hasard est encore exprimée dans le Décaméron par le terme accidente37, souvent qualifié de « fiero » (« fiero accidente »)38. Le terme accidente est employé comme synonyme de caso, ce qui est conforme à l’étymologie latine des deux termes : casus, c’est proprement « l’action de tomber, la chute », puis, par extension de sens, « l’arrivée fortuite de quelque chose, l’accident, le hasard ». Le substantif casus est en effet formé sur le supin du verbe cado, cadere, « tomber (français choir) ». Le terme latin accidens (du genre neutre) est la substantivation – à partir du stoïcien Sénèque, semble-t-il – du participe présent du verbe accido, accidere (dérivé du verbe cado, cadere), « tomber vers ou sur », puis « arriver ».

  • 39  La Métaphysique, livre Δ, chap. XXX.

21Les termes accidente et caso sont employés comme synonymes dans la langue du Décaméron surtout par influence de la langue savante de la philosophie médiévale et conformément à la terminologie de la philosophie aristotélicienne, qui a dominé la culture jusqu’à Boccace et au-delà. Le latin accidens a eu comme premier sens celui d’accident par opposition à substance : l’accidens est, en ce premier sens, la manière d’être accidentelle, non essentielle, accessoire, « ce qui échoit à la substance », comme le définit Marius Victorinus. Le second sens d’accidens est accident, cas fortuit. Par accidens, le latin traduit ce que le grec exprime par συμβεβηχόζ (sumbébêkos), tout ce qui survient comme chose accessoire et s’ajoute à la substance sans en modifier l’essence et qui, n’ayant aucun lien nécessaire avec la substance, peut s’ajouter ou se retrancher sans entraîner de variation, selon la définition d’Aristote : « Accidens dicitur quod inest alicui, et quod verum est dicere, non tamen neque necessarium, nec utplurimum [Accident s’entend d’une chose qui est attribuée à une autre, dont elle est dite avec vérité, sans que ce soit cependant ni une nécessité, ni même le cas le plus ordinaire] »39. L’accident est imprévisible, et sa cause est le hasard (tuchê, fortuna).

  • 40  Par exemple Decameron, I, 9, 3 ; IV, 1, 37.
  • 41  La Métaphysique, livre Ε, chap. II, 1027a.
  • 42  Giorgio Stabile, dans Enciclopedia Dantesca, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, vol. I, 1 (...)

22On rencontre souvent dans la langue du Décaméron la locution adverbiale « per accidente »40. C’est une locution également venue de la langue savante de la philosophie aristotélicienne et passée dans le langage courant, car il s’agit du calque de la locution latine per accidens ou secundum accidens. Le latin per accidens traduit en effet le grec χατά συμβεβηχόζ, locution par laquelle est accentué le caractère fortuit présent dans la notion d’accidens et qui désigne un état ou un événement sans rapport de nécessité avec ce qui est ou ce qui se produit. C’est ce qu’expose Aristote : « Eorum enim quae secundum accidens aut sunt aut fiunt, causa quoque secundum accidens est. Quare cum non omnia ex necessitate et semper aut sint aut fiant, sed multa utplurimum, necesse est esse quod secundum accidens est : utputa, nec semper, nec utplurimum albus musicus est. Cum autem aliquando fiat, secundum accidens erit [Pour tout ce qui est ou qui survient par accident, il faut que la cause soit accidentelle aussi. Mais, comme tout ce qui est, ou tout ce qui se produit, n’est pas nécessaire ou éternel, mais que la plus grande partie des choses ne sont que simplement habituelles, il s’ensuit qu’il y a de l’être accidentel : par exemple, l’homme blanc n’est pas toujours, ni même dans la plupart des cas, savant. Mais comme cela se produit quelquefois, on dira que c’est accidentel]41. On trouvait déjà huit fois dans l’œuvre de Dante cette expression adverbiale « per accidente »42.

  • 43  Decameron, II, 1, 14 ; Conclusione dell’autore, 3.
  • 44 Decameron, II, 4, 22 ; II, 5, 56 ; II, 7, 33 ; II, 8, 29.

23La locution d’origine savante « per accidente » est fréquemment remplacée par ses synonymes « per avventura »43 ou « per ventura »44. Il n’est pas rare, enfin, que l’on rencontre le syntagme verbal « accadde che » ou « avvenne che » dans le sens de « se produire, arriver par hasard », ce qui se justifie pleinement par l’étymologie commune de caso, accidente, accadere et, par analogie, avvenire.

  • 45  Maria Corti, Il viaggio testuale, Torino, Einaudi Paperbacks, 1978, 4a rist., pp. 10-11.
  • 46  Decameron, VI, 10, 30.
  • 47  Decameron, VI, 10, 53.

24Ce rapide examen des mots qui, dans le Décaméron, servent à exprimer la notion de hasard, ainsi que ce détour par leur étymologie montrent assez clairement que l’écriture de Boccace ne doit rien au hasard, y compris lorsqu’elle fait intervenir comme principe explicatif le hasard et qu’elle le nomme, par des noms qui s’inscrivent dans une tradition savante. Les syntagmes, les locutions, les termes qui pourraient paraître, à nous modernes, les plus courants et les plus insignifiants – presque un tic de langage, à la limite de la désinvolture ou du manque d’originalité, qui fait dire ou écrire « le hasard voulut que... », « il arriva par hasard que... » – sont, sous la plume de Boccace, lourds de sens et ancrés dans une longue tradition : Boccace est un grand intellectuel, un humaniste fin connaisseur du latin, du grec, de l’œuvre de Dante. Le caractère savant de l’écriture même du Décaméron, y compris dans ses moindres détails, ne saurait être négligé45. Le danger serait de faire comme si l’intellectuel Boccace s’exprimait comme « gli uomini e le femine semplici »46 des environs de Certaldo et qui forment la « stolta moltitudine »47. Si l’écriture du Décaméron est savante dans sa sémantique, l’on peut s’attendre à ce qu’elle soit également savante dans sa stratégie d’enchaînement des événements relatés formant le récit.

Récit, vraisemblance, motivation

  • 48  Jean-Michel Adam, Le texte narratif, Paris, Nathan, 1985, p. 201.

25Comme l’écrit Jean-Michel Adam, tout récit est « un travail de mise ensemble-mise en ordre des événements passés. Raconter, c’est établir des rapports d’ordre chronologique et causal, transformer la réalité sur la base d’une théorie – consciente/inconsciente, individuelle/collective – de la causalité. […] Ce qui importe généralement pour l’énonciateur-narrateur, c’est d’être cru et compris, d’où son recours au vraisemblable (condition de la recevabilité du discours) »48.

  • 49  Decameron, I, Conclusione, 10-11.
  • 50 Carlo Muscetta, op. cit., p. 187.

26La deuxième journée du Décaméron est d’un intérêt tout particulier, puisque le thème, qui en a été fixé par la reine Filomena, est précisément le hasard : « Con ciò sia cosa che dal principio del mondo gli uomini siano stati da diversi casi di fortuna menati, e saranno insino alla fine, ciascun debbe dire sopra questo : chi da diverse cose infestato, sia, oltre alla sua speranza riuscito a lieto fine »49. Carlo Muscetta observe : « Questo tema fissato da Filomena si presta al movimento romanzesco e al maraviglioso delle peripezie. Perciò ora prevarrà la novella “lunga”, che ha cioè una struttura romanzesca in miniatura »50.

27La troisième nouvelle de la deuxième journée, la nouvelle des trois Florentins dilapidateurs et usuriers, est importante en vertu du lien très étroit qui est établi entre le préambule explicitement centré sur la question de la fortuna et les événements relatés par la narratrice Pampinea :

  • 51  Decameron, II, 3, 4-5.

28quanto più si parla de’ fatti della fortuna, tanto più, a chi vuole le sue cose ben riguardare, ne resta a poter dire : e di ciò niuno dee aver maraviglia, se discretamente pensa che tutte le cose, le quali noi scioccamente nostre chiamiamo, sieno nelle sue mani, e per conseguente da lei, secondo il suo occulto giudicio, senza alcuna posa d’uno in altro e d’altro in uno successivamente, senza alcun conosciuto ordine da noi, esser da lei permutate. Il che, quantunque con piena fede in ogni cosa e tutto il giorno si mostri e ancora in alcune novelle di sopra mostrato sia, nondimeno, piacendo alla nostra reina che sopra ciò si favelli, forse non senza utilità degli ascoltanti aggiugnerò alle dette una mia novella, la quale avviso dovrà piacere.51

  • 52  Carlo Muscetta, op. cit., p. 189.

29Ce préambule est remarquable parce qu’il remplit la fonction de clause pédagogique qui introduit avec une insistante lourdeur des conduites de personnages et des enchaînements d’événements qui manquent singulièrement de transparence. Par ce préambule, Boccace accrédite une explication capable de rendre compte de la suite des événements, alors que le récit qui suit est en fait beaucoup trop complaisant avec le merveilleux du conte : le neveu des trois banquiers est à son tour ruiné, il rencontre la fille du roi d’Angleterre qui l’épouse. Dans cette longue nouvelle, le récit est assez loin d’un enchaînement réaliste rigoureux. Le préambule sur le pouvoir tout-puissant de la fortuna est certes canoniquement conforme à la tradition classique (« tutte le cose [...] nelle sue mani [...] da lei, secondo il suo occulto giudicio, senza alcuna posa d’uno in altro e d’altro in uno successivamente, senza alcun conosciuto ordine da noi, esser da lei permutate »). Mais cette théorie n’est pas là pour le plaisir de théoriser ou pour introduire un traité sur le hasard. Elle est d’abord au service du récit qui suit : elle lui sert de caution, de justification, de captatio benevolentiae, elle balise tous les carrefours invraisemblables ou improbables du récit qui suit. Cette fonction de motivation a été intuitivement perçue par Carlo Muscetta, qui soulignait le fait que Boccace est loin de faire du rôle de la fortuna un « drammatico mistero religioso, la cui soluzione si possa trovare solo contemplando il nostro mondo dalla realtà della vita eterna.[…] la beffarda vicenda dei beni affidati alla Fortuna, è motivo per lui di sempre nuovi rovesciamenti comici »52.

  • 53  Decameron, II, 3, 11.

30Si l’on examine la fonction que remplit la fortuna dans le récit qui suit ce préambule, on obtient en résumé ceci : trois frères dilapident leurs biens, sont réduits à la misère et partent de Florence pour s’installer en Angleterre« e quivi, presa in Londra una casetta, faccendo sottilissime spese, agramente cominciarono a prestare a usura ; e [sì fu in questo loro favorevole la fortuna, che] in pochi anni grandissima quantità di denari avanzarono »53.

  • 54  « Il est évident que le récit n’intègre pas ces enclaves discursives, justement appelées par Georg (...)

31Le texte est sur le mode de l’énonciation historique, exactement comme s’il s’agissait du texte d’une chronique et non du texte d’une fiction telle que la nouvelle. Le passage entre crochets est remarquable comme un discours de l’énonciateur-narrateur – Pampinea – qui formule la loi régissant les événements et sous laquelle viennent se ranger les faits particuliers qui suivent. Le passage entre crochets est une articulation logique qui, relevant du discours de l’énonciateur-narrateur, ne fait pas partie des événements relatés, mais constitue un cas typique d’intrusion du narrateur dans son récit54.

32Cette articulation logique implique d’une part un rapport entre la conduite particulière attribuée aux trois frères et ce qui leur est arrivé, et implique d’autre part une généralité concernant les conduites humaines et ayant force de loi : lorsque la fortune est favorable, on s’enrichit. Ce rapport fonctionne comme un principe d’explication. Les trois frères se sont enrichis, affirme Pampinea, parce que la fortune leur fut favorable. Ce qui est arrivé aux trois frères est compréhensible et acceptable parce qu’il est possible de le référer à une vérité générale reçue et cette référence est perçue comme une remontée de l’effet à la cause. Inversement, ce qui se produit est incompréhensible et inacceptable quand aucune vérité générale admise ne peut en rendre compte.

33Cette stratégie de l’énonciateur-narrateur se définit comme un travail d’argumentation afin de donner à la fiction l’apparence du normal. Cette stratégie est liée à la question de la vraisemblance. Le domaine du vraisemblable n’est pas celui de l’évidence du vrai démontré et appréhendé avec certitude. Le vraisemblable est du domaine de l’opinion, et le raisonnement qui tend à asseoir le vraisemblable est relatif non point à la vérité des faits, mais à l’adhésion de l’auditoire. L’argumentation de l’énonciateur-narrateur vise à provoquer – ou augmenter – l’adhésion des esprits des auditeurs/lecteurs à ce qu’on leur propose. L’auditeur/lecteur présume de ce qui peut advenir d’après ce qu’on connaît comme normal et qui suscite un large accord. Quand une fiction ne présente pas un événement, un acte, un comportement ou une situation comme un fait réel – ce qui est le lot de la fiction (nouvelle ou roman) par opposition à l’historiographie et aux minutes de l’enquête judiciaire ou policière – elle doit, pour sauvegarder l’illusion de réel et obtenir l’adhésion de l’auditeur/lecteur, le faire apparaître comme vraisemblable.

  • 55  Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Éditions de l’Univ (...)

34L’un des moyens les plus efficaces, les plus simples et les plus employés pour obtenir l’accord de certains auditoires est le recours au sens commun : « Ce que l’on appelle habituellement le sens commun consiste en une série de croyances admises au sein d’une société déterminée et que ses membres présument être partagées par tout être raisonnable »55.

  • 56  Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, cit., p. 76.

35Le récit vraisemblable implique nécessairement un système de vraisemblance : « Le récit vraisemblable est donc un récit dont les actions répondent, comme autant d’explications ou de cas particuliers, à un corps de maximes reçues comme vraies par le public auquel il s’adresse ; mais ces maximes, du fait même qu’elles sont admises, restent le plus souvent implicites. Le rapport entre le récit vraisemblable et le système de vraisemblance auquel il s’astreint est donc essentiellement muet : les conventions de genre fonctionnent comme un système de forces et de contraintes naturelles, auxquelles le récit obéit comme sans les percevoir, et a fortiori sans les nommer »56.

36Dans le cas que nous examinons, la pauvreté de l’idéologie de cette articulation logique, et du système de vraisemblance qui la sous-tend, est évidente, mais elle est largement compensée par le silence de son fonctionnement. En effet, le recours à la fortuna favorevole n’est qu’un argument logique de vraisemblance, parce que la notion de fortuna se trouve appliquée à des faits qui sont en réalité de nature très différente, les faits économiques et financiers : d’une part « prestare a usura », c’est-à-dire exercer l’activité bancaire de prêt à intérêt et crédit (l’usuraest le terme consacré au Moyen Âge pour désigner le prêt à intérêt) ; d’autre part l’habileté des Florentins et plus généralement des Toscans, désignés du nom générique de Lombards, dans les métiers du commerce de l’argent en Italie et hors d’Italie, notamment en Angleterre.

  • 57  Christian Bec, in Boccace, Décaméron, Traduction nouvelle, introduction et notes sous la direction (...)

37La vérité obligerait à rattacher le rapide enrichissement des trois frères à leur fructueuse activité bancaire, à leur gestion comptable, à leur esprit d’initiative, à leur sens des relations commerciales. Mais la vraisemblance se satisfait du recours à la fortuna. C’est là un recours d’une parfaite pauvreté dans la culture de l’auteur, puisque Boccace a été formé aux réalités financières et économiques auprès de son père, gérant d’un comptoir de la compagnie des Bardi à Naples jusqu’en 1340. C’est là un recours d’une parfaite pauvreté pour le public instruit de Florence et de la Toscane, un public qui est au courant de l’activité bancaire, la principale source de la puissance de Florence et de la Toscane, et qui est souvent acteur, même modeste, de cette activité. Les travaux de Christian Bec ont mis en évidence la diffusion et le succès du Décaméron auprès de la bourgeoisie des affaires : « les marchands italiens le lisent avec passion, le copient, le commentent, se le prêtent et lui assurent une énorme diffusion. En un mot, le Décaméron est promptement devenu un best-seller de l’époque »57. Mais le recours à la fortuna est d’autant plus efficace que la croyance dans le pouvoir de la fortuna est tacitement indissociable autant de la culture savante que du sens commun – y compris la superstition la plus populaire – et constitue une maxime reçue. Dans la réalité, les trois frères firent d’excellentes affaires comme l’on fait d’excellentes affaires, c’est-à-dire par des moyens techniques et sans miracle aucun. Mais la vraisemblance est obtenue par le recours au pouvoir de la fortuna, ce qui offre l’avantage de faire l’économie d’une démonstration de gestion bancaire, et surtout, par la suite, d’une gestion bancaire irresponsable ou marquée par la folie des grandeurs.

38Le public auquel s’adresse l’énonciateur-narrateur, tout en sachant bien qu’il est en présence d’une fiction (une nouvelle racontée pour le plaisir) et non d’un fait réel (ce n’est pas un conseil d’administration en train d’examiner le bilan d’un exercice financier), doit reconnaître implicitement que cela aurait pu sans difficulté être un fait réel, parce que cela ressemble à ce que son expérience lui fait connaître habituellement de la vie réelle.

39Il existe certaines présomptions très générales qui disposent le public en faveur de l’énonciateur-narrateur. Ces présomptions touchent l’intérêt : sauf raison contraire, le public admet que ce qui est porté à sa connaissance l’intéresse. Ces présomptions touchent aussi la crédulité : sauf raison contraire, le public croit en la vérité de ce qui lui est dit. Ces deux présomptions, de crédulité et d’intérêt, induisent le public à se laisser prendre aux fictions.

  • 58  Valincour, Lettres sur le sujet de la Princesse de Clèves, cité par Gérard Genette, Vraisemblance (...)
  • 59  Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, cit., pp. 96-97.

40Le recours à la fortuna est l’application banale d’une loi du récit, selon laquelle la fin doit justifier le moyen : « L’auteur ne ménage pas trop scrupuleusement la conduite de ses héros : il ne se soucie pas qu’ils s’oublient un peu, pourvu que cela lui prépare des aventures »58. Nous sommes en présence de ce que l’on nomme la motivation réaliste, comme le fait observer Gérard Genette : « Le signe linguistique est arbitraire en ce sens aussi qu’il n’est justifié que par sa fonction, et l’on sait que la motivation du signe, et particulièrement du “mot” est dans la conscience linguistique un cas typique d’illusion réaliste. Or le terme de motivation (motivacija) a été heureusement introduit (comme celui de fonction) dans la théorie littéraire moderne par les formalistes russes pour désigner la manière dont la fonctionnalité des éléments du récit se dissimule sous un masque de détermination causale : ainsi le “contenu” peut n’être qu’une motivation, c’est-à-dire une justification a posteriori, de la forme qui, en fait, le détermine : don Quichotte est donné comme érudit pour justifier l’intrusion de passages critiques dans le roman, le héros byronien est déchiré pour justifier le caractère fragmentaire de la composition des poèmes de Byron, etc. La motivation est donc l’apparence et l’alibi causaliste que se donne la détermination finaliste qui est la règle de la fiction : le parce que chargé de faire oublier le pour quoi ? – donc de naturaliser, ou de réaliser (au sens de : faire passer pour réelle) la fiction en dissimulant ce qu’elle a de concerté, comme dit Valincour, c’est-à-dire d’artificiel : bref, de fictif »59.

41Les trois frères sont déclarés favorisés par la fortuna pour justifier le fait qu’ils sont redevenus très riches et qu’ils vont laisser leurs affaires bancaires aux mains de leur fondé de pouvoir, un membre du clan familial, leur neveu Alessandro, qui à son tour doit connaître la ruine et, surtout, rencontrer la fille du roi d’Angleterre qui l’épousera.

42Le recours au hasard comme motivation réaliste peut se dissimuler sous l’emploi d’une loi générale sous laquelle viennent se ranger les faits particuliers qui suivent :

  • 60  Decameron, II, 3, 14.

E mentre così i tre fratelli largamente spendeano e mancando denari accattavano, avendo sempre la speranza ferma in Inghilterra, [avvenne che, contra l’oppinion d’ogni uomo,] nacque in Inghilterra una guerra tra il re e un suo figliuolo […] per la qual cosa furono tutte le castella de’ baroni tolte a Alessandro, né alcuna rendita era che di niente gli rispondesse.60

  • 61  Aristote, Rhétorique, II, 1394 a.

43Le passage entre crochets est à nouveau remarquable comme discours de l’énonciateur-narrateur à son public. Il énonce une maxime sous laquelle vient se ranger le fait qui suit. On sait qu’Aristote avait défini la maxime comme l’expression d’une généralité concernant les conduites humaines61. La notion de hasard (avvenne che) vise en fait non plus le pouvoir de la fortuna mais un caso ou accidente, c’est-à-dire un événement fortuit, imprévu et fâcheux. Cette articulation logique est à nouveau une motivation réaliste qui sert d’alibi à l’inexpérience du jeune Alessandro, qui ne s’est pas entouré de conseillers en placements, qui n’a pas pensé à diversifier ses emprunteurs et ses garanties, qui ne s’est pas prémuni contre le risque que tout banquier prend lorsqu’il prête des sommes très importantes garanties sur les revenus de territoires que la réalité de la féodalité peut faire perdre par l’effet de la guerre, des pillages, des tributs imposés aux vaincus. Si Alessandro et ses oncles ont pratiqué avec succès et à grande échelle le métier de la banque, ils n’ont pas pu un seul instant ignorer ces réalités, au demeurant banales dans le monde des hommes d’affaires qui est le leur. Or rien ne signale Alessandro ou ses oncles comme particulièrement naïfs ou inaptes au métier de banquier : si tous connaissent la ruine, tous ont d’abord connu d’éclatants succès et un enrichissement spectaculaire.

  • 62  Cf. Decameron, note 1 à II, 3, p. 1059.
  • 63  Giovanni Villani, Nuova cronica, XIII, LV, a cura di Giuseppe Porta, Parma, Fondazione Pietro Bemb (...)

44La sorte de loi générale de sens commun et d’expérience commune (« contra l’oppinion d’ogni uomo ») selon laquelle un roi ne pourrait jamais entrer en guerre contre son propre fils n’est évidemment pas à prendre pour bel argent comptant. Cela est parfaitement clair, au minimum pour le public auquel s’adresse Boccace, puisque cette loi générale et cette motivation font allusion aux luttes entre le roi d’Angleterre Henri II (1154-1189) et son fils aîné Henri, d’abord associé au règne en 1170, ensuite allié à ses frères pour se révolter contre leur père Henri II, réconcilié en 1173, de nouveau en guerre contre Henri II en 1183. Ces tragiques épisodes, politiques autant que familiaux, avaient eu un grand retentissement en Italie, comme l’attestent le Novellino et G. Villani62. Le public auquel Boccace s’adresse ne peut pas ignorer cette terrible réalité historique, qui a ébranlé l’économie italienne. Le public de Boccace et Boccace lui-même ignorent d’autant moins que la guerre en territoire étranger puisse parfaitement mettre en faillite l’économie italienne, ou une part importante de cette économie, que la faillite des Bardi en 1345, un lustre environ avant la composition du Décaméron, avait frappé les esprits et était dans toutes les mémoires. Giovanni Villani l’avait enregistré avec grand soin : « Nel detto anno [1345], del mese di gennaio, fallirono quelli della compagnia de’ Bardi, i quali erano stati i maggiori mercatanti d’Italia. E-lla cagione fu ch’ellino aviano messo, come feciono i Peruzzi, il loro e l’altrui nel re Aduardo d’Inghilterra e in quello di Cicilia ; che-ssi trovarono i Bardi dal re d’Inghilterra dovere avere, tra di capitale e di riguardi e doni impromessi per lui, più di DCCCCM di fiorini d’oro, e per la sua guerra col re di Francia no -lli potea pagare ; e da quello di Cicilia doveano avere da CM fiorini d’oro e debito da CCCM di fiorini d’oro »63.

45Il est manifeste que cette sorte de loi générale du sens commun (qui n’est en fait qu’une oppinion, non une vérité, et de surcroît une opinion totalement naïve et erronée) n’est là que pour dissimuler le fait qu’il faut un principe d’explication (parce que) pour faire oublier la finalité (pour quoi ?) : le beau jeune homme accompli qu’est Alessandro doit être ruiné pour se mettre en chemin, afin de rencontrer, pauvre, la fille du roi d’Angleterre qui l’épousera. La rencontre et le mariage entre une grande princesse et un jeune homme tombé dans la pauvreté sont une pure fiction, mais, grâce au système de vraisemblance, le fait devient littérairement vraisemblable. Ici encore la fin justifie le moyen, et il s’agit pour l’énonciateur-narrateur de rendre acceptable par une illusion réaliste ce qui n’est, en définitive, qu’un thème puisé dans le merveilleux du conte.

46Que Boccace ne soit pas dupe, et qu’il fasse recours au pouvoir de la fortuna uniquement à titre de motivation réaliste, c’est ce qui ressort aussi du récit lui-même. La nouvelle, en effet, décrit les mécanismes économiques à travers lesquels les fortunes des groupes dirigeants se formaient ou se défaisaient dans la Florence des XIIIe-XIVe siècles. En particulier, le récit retrace de manière objectivement réaliste et documentée l’aventure du patrimoine des Lamberti. Tebaldo de’Lamberti (ou Agolanti) était un« ricchissimo cavaliere », un aristocrate. Il laisse trois fils « ricchissimi e di contanti e di possessioni » qui dilapident le patrimoine, c’est-à-dire qu’ils cessent de produire de la richesse dans les affaires et se contentent de vivre de leurs revenus, comme le faisaient les aristocrates propriétaires fonciers. Une fois ruinés, ils vendent le peu qui leur reste, vont en Angleterre, que de solides liens économiques liaient aux milieux d’affaires de Florence. Là, ils reconstituent une fortune en s’adonnant au prêt à intérêt, en bref en exerçant le métier de banquier. Ils reviennent à Florence où ils retrouvent leur ancien lustre et en profitent pour s’élever davantage encore dans l’échelle de la réussite : « gran parte delle loro possessioni ricomprano e molte dell’altre comperar sopra quelle ». À Florence, les trois frères recommencent à dépenser sans songer à produire de la richesse : « più che mai strabocchevolmente spendeano ». Leur neveu, Alessandro, qui est resté en Angleterre, amasse une grande fortune en pratiquant le prêt à intérêt aux grands seigneurs du royaume : « messo s’era a prestare a baroni sopra castella a altre loro entrate ». Autrement dit, Alessandro consentait des prêts bancaires en échange de quoi il percevait les revenus des fiefs et d’autres recettes fiscales. La guerre entre le roi Henri II d’Angleterre et son fils aîné entraîne la ruine des Lamberti parce que Alessandro ne peut plus percevoir ses créances : « furono tutte le castella de’ baroni tolte a Alessandro, né alcuna altra rendita era che di niente gli rispondesse ».

47Le récit met ainsi en lumière le lien qui unit richesse immobilière et richesse mobilière, propriété foncière et opérations de spéculation financière dans lesquelles s’engageaient également des familles de vieille aristocratie : Tebaldo de’ Lamberti était un « cavaliere », c’est-à-dire un aristocrate. La tendance à dilapider, c’est-à-dire à faire de grandes dépenses somptuaires improductives et à investir des capitaux dans l’acquisition de terres dans le seul but d’en retirer des rentes, traduit une réalité historique et économique. Au cours du XIVe siècle, la haute bourgeoisie florentine eut tendance à adopter les valeurs et le style de vie de l’aristocratie.

48Mais Boccace insère cette image bien réelle d’une situation socio-économique dans une structure narrative qui, par bien des aspects, participe du conte, d’un certain merveilleux. On trouve en effet : la mort du père marquant le début des épreuves des enfants ; le nombre des enfants, trois, nombre magique ; la fonction du plus jeune, ici le neveu, sauvant la situation de la famille en obtenant pour lui-même, grâce à un merveilleux mariage royal, un rang social et une fortune de beaucoup supérieurs à tout ce qui pouvait être prévisible ; le déguisement (la princesse se travestit en homme, précisément en abbé), le coup de théâtre et le dévoilement de l’identité ; le voyage du fils (ici la fille) du roi incognito ; le jeune homme qui fait la conquête du cœur d’une princesse sans la connaître.

  • 64 Decameron, II, 4.

49Dès la rubrica, la nouvelle de l’homme d’affaires devenu pirate Landolfo Rufolo64 montre que l’économie est bien à nouveau la matière de fond du récit. La rubrica fournit un très bref antefatto: c’est parce que Landolfo est « impoverito » qu’il « divien corsale ». Elle fournit le sommaire de la partie centrale de l’histoire où Landolfo est entre les mains de la fortuna : « da’ genovesi preso rompe in mare e sopra una cassetta di gioie carissime piena scampa », et tout tourne autour du naufrage et du coffre de joyaux de très grande valeur. La rubrica fournit enfin l’épilogue : « ricco si torna a casa sua ».

  • 65 Decameron, II, 4, 5.
  • 66 Decameron, II, 4, 8.

50Le récit est dominé par un unique personnage, Landolfo : il est présenté comme un homme d’affaires, « ricchissimo » parmi les « uomini ricchi e e procaccianti in atto di mercatantia », possédé par une avidité insatiable « non bastando la sua ricchezza, disiderando di raddoppiarla ». L’intrigue du récit coïncide presque entièrement avec la cupidité de Landolfo, qui se confond avec ses comptes, son argent et ses marchandises65. Du fait d’une concurrence imprévue, il est contraint de vendre à vil prix et même à perte une cargaison entière, si bien qu’il se voit « di ricchissimo uomo in brieve tempo quasi povero divenuto ». Le seul choix qu’il envisage est « o morire o rubando ristorare i danni suoi »66. Il choisit la piraterie : « comperò un legnetto sottile da corseggiare ».

  • 67  Decameron, II, 4, 10.

51Dans ce contexte de réalité socio-économique, et après cette énonciation en mode historique, le récit connaît une première bifurcation : « gli fu molto più la fortuna benivola che alla mercatantia stata non era », puisque « forse infra uno anno, rubò e prese tanti legni di turchi, che egli si trovò non solamente avere racquistato il suo che in mercatantia avea perduto ma di gran lunga quello aver raddoppiato »67.

52Le recours au pouvoir d’une fortuna favorable permet à l’énonciateur-narrateur d’expliquer le fait, absurde d’un point de vue strictement économique, que l’homme d’affaires ait pu en peut-être un an (voire moins ?) doubler son immense fortune de départ. Ce parce que dissimule un pour quoi : quand Landolfo est sur la pente de l’échec, tous ses actes concourent à sa perte, et quand il est sur le chemin de la réussite, tout ce qu’il entreprend lui est favorable. Entendons : tous ses actes concourent à sa perte dans le but de le mettre en scène sur la pente de l’échec ; et on voit que tout ce qu’il entreprend lui est favorable afin de savoir qu’il est sur le chemin de la réussite. Cette réversibilité systématique du sort de Landolfo illustre une bien curieuse incertitude. Le recours à la motivation, par l’allégation de la croyance en la fortuna accréditée, dissimule et rend acceptable l’arbitraire du récit. Mais l’arbitraire demeure.

  • 68  Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, cit., p. 92.

53En fait, c’est l’auteur qui décide, et la motivation par la fortuna (ou ailleurs le caso ou l’accidente) lui laisse toute liberté de diriger l’action dramatique : « Il faut partir, comme d’une donnée fondamentale, de cet arbitraire du récit déjà nommé, qui fascinait et repoussait Valéry, de cette liberté vertigineuse qu’a le récit, d’abord, d’adopter à chaque pas telle ou telle orientation »68. Il ne faut jamais perdre de vue cette donnée fondamentale, faute de quoi on pourrait imaginer que la motivation réaliste par recours à la fortuna, ou toute autre déclinaison du hasard, n’est qu’une facilité, une faiblesse esthétique ou une naïveté d’auteur médiéval. Il importe de souligner, bien au contraire, combien la motivation réaliste est une stratégie élaborée, qui n’a rien d’ingénu et qui se confond avec la pratique même du récit littéraire.

  • 69 Ibidem, p. 94.

54Cette motivation réaliste consiste en la détermination des moyens mis en œuvre par les fins poursuivies, c’est-à-dire la détermination « des causes par les effets. C’est cette logique paradoxale de la fiction qui oblige à définir tout élément, toute unité du récit par son caractère fonctionnel, c’est-à-dire entre autres par sa corrélation avec une autre unité, et à rendre compte de la première (dans l’ordre de la temporalité narrative) par la seconde, et ainsi de suite – d’où il découle que la dernière est celle qui commande toutes les autres, et que rien ne commande : lieu essentiel de l’arbitraire, du moins dans l’immanence du récit lui-même, car il est ensuite loisible de lui chercher toutes les déterminations psychologiques, historiques, esthétiques, etc. »69.

  • 70 Decameron, II, 4, 12-14.

55Lorsque l’intérêt du récit le commande, Boccace est parfaitement en mesure de fournir une image fidèle et véridique de la réalité économique : la rapacité de Landolfo est telle qu’il préfère la piraterie aux investissements productifs, ce qui le fait tomber entre les mains de plus pirates que lui, des Génois : « non s’impacciò d’investire altramenti i suoi denari, ma con quello legnetto col quale guadagnati gli avea, dato de’ remi in acqua, si mise al ritornare […] due gran cocche di genovesi […] pervennero […] sì come uomini naturalement vaghi di pecunia e rapaci a doverlo avere si disposero »70. Boccace est alors parfaitement en mesure de relater avec une grande vérité un épisode de féroce concurrence maritime, un épisode de piraterie. Il est en mesure de représenter de manière véridique, hors de toute fiction, la tactique et la stratégie d’un combat naval entre pirates.

  • 71 Decameron, II, 4, 16-17.
  • 72 Decameron, II, 4, 18.

56Mais la suite du récit relève à nouveau d’une motivation réaliste : la fortuna di mare, la tempête (fortune de mer) est la nouvelle déclinaison de la fortuna : « nel fare della sera si mise un vento tempestoso, il quale facendo i mari altissimi divise le due cocche l’una dall’altra. […] il misero e povero Landolfo con grandissimo impeto di sopra all’isola di Cifalonia percosse in una secca »71. Le recours à la fortuna di mare équivaut au recours à la fortuna tout court : la tempête a entraîné le naufrage afin que Landolfo puisse être seul, perdu sur une planche au beau milieu de la mer, ballotté par la mer et le vent, sur le point de périr misérablement. La fortuna di mare remplace si bien la fortuna que Landolfo est décrit « sospinto dal mare e dal vento ora in qua e ora in là »72, exactement comme Pampinea avait décrit l’humanité ballottée par la fortuna en préambule à la nouvelle des trois frères : « niuno dee aver maraviglia, se discretamente pensa che tutte le cose, le quali noi scioccamente nostre chiamiamo, sieno nelle sue mani, e per conseguente da lei, secondo il suo occulto giudicio, senza alcuna posa d’uno in altro e d’altro in uno successivamente, senza alcun conosciuto ordine da noi, esser da lei permutate ».

  • 73 Decameron, II, 4, 20.

57Loin d’être monotone et répétitif dans sa structure et sa technique, le récit passe aussitôt après du récit motivé au récit arbitraire : « Ma come che il fatto s’andasse, adivenne che solutosi subitamente nell’aere un groppo di vento e percosso nel mare sì grande in questa cassa diede e la cassa nella tavola sopra la quale Landolfo era […] s’appressò alla cassa la quale gli era assai vicina, e sopra il coperchio di quella posato il petto, come meglio poteva, con le braccia la reggeva »73. Ici, point de parce que chargé de faire oublier le pour quoi ? Du moins, dans l’explicite du récit, car implicitement Landolfo, agrippé à son coffre, méconnaissable, ayant perdu toute son assurance et sa superbe, n’est plus que le déchet symbolique de l’avarice qui le caractérisait et à quoi il se résumait depuis le début du récit.

  • 74 Decameron, II, 4, 29.

58Le recours à l’explication causale par la fortuna di mare dissimule le fait que la finalité du naufrage est que Landolfo apparaisse, grâce aux pierres précieuses contenues dans le coffre qui l’a sauvé de la noyade, « il doppio più ricco che quando partito s’era »74. Peu importe si le coffre rempli de pierres précieuses nous ramène en fait au merveilleux du conte.

De la motivation réaliste à une idéologie du hasard ?

59La théorie du hasard et de son rôle n’est certes pas inventée par Boccace pour les besoins de la cause, puisqu’elle appartient, comme on sait, à la tradition philosophique classique et qu’elle est même largement passée dans le sens commun. Mais on aurait tort de juger de la conception du hasard propre à Boccace à partir des seuls énoncés des arguments qui constituent la motivation réaliste par recours au hasard : il y a là une motivation pseudo-objective, en ce qu’elle est étroitement subordonnée aux intérêts du récit.

  • 75  Cf. Decameron, note 10 à II, 3, p. 1057.

60C’est là, sans doute, une objection qui peut être avancée à Vittore Branca qui, dans son commentaire au propos que tient Pampinea en préambule à la nouvelle des trois frères, affirme : « Come in molti scrittori medioevali, anche nel Boccaccio ripetutamente è accennato il problema della Fortuna : da una concezione puramente fatalistica e percorsa da lamenti autobiografici (Filostrato, proemio ; Teseida, proemio ; Epistole, IV e V) il Boccaccio giunge a una visione tomistica e dantesca della Fortuna come strumento della Provvidenza e della Giustizia divina (Amorosa Visione, XXXI-XXXVI ; Corbaccio, 49 ss. ; De casibus, VI, intr., e II 16, IX 27 ; Esposizioni, VII litt. 55 ss.) »75.

  • 76  Carlo Muscetta, Boccaccio, cit., p. 187.

61Alors qu’il n’envisageait pas la motivation du récit chez Boccace par les arguments de son système de vraisemblance, Carlo Muscetta avait pourtant déjà souligné que « Fortuna è il relitto superstizioso di un’antica ideologia assai diffusa e in particolare nel mondo borghese, dove coesiste e resiste al provvidenzialismo cristiano. [...] Ma sta di fatto che nel Decameron la Fortuna non è sempre considerata (come è stato detto) “ strumento della Provvidenza” »76. Le point de vue avancé par C. Muscetta est consolidé par la prise en compte de l’existence d’un système argumentatif dont il est hasardeux d’extraire une théorie du hasard, de sa signification et de ses implications métaphysiques quant à la vision du monde de Boccace.

  • 77  Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence 1375-1434, Paris-La Haye, Mouton, 1976.

62Christian Bec a analysé la vision du monde des hommes d’affaires florentins. Sur la question de la fortuna, une vision optimiste des choses lui semble dominer : la fortuna représente le risque, mais aussi la combinaison de circonstances, favorables ou défavorables, auxquelles un homme fait face et devant lesquelles il s’affirme parfois77.

  • 78  Natalino Sapegno, Poeti minori del Trecento, Milano-Napoli, Ricciardi, 1952, p. XVI.

63Ce n’est toutefois pas l’unique interprétation possible de la fortuna dans la culture du Trecento. On rencontre aussi bien le recours à la fortuna dans des contextes pessimistes ou de méfiante prudence. Le recours à la fortuna a pu être interprété comme l’expression d’une perplexité, voire d’une inquiétude : « in assenza di un assetto durevole e ordinato dei rapporti economici civili e morali, l’uomo si sente come un fuscello in balia di forze estranee che lo opprimono. La Fortuna signoreggia il mondo ; sia poi essa sentita, come talora avviene, quasi cieca ed informe potenza del caso, o ancora come espressione dell’impenetrabile volontà di Dio, o magari come una specie di forza materiale di fronte a cui l’uomo di cuore si erge, non vittorioso, ma pur tenace nel rivendicare la sua superstite umana dignità. Ai più neppure questa impotente rivendicazione di dignità è concessa : “Contra Fortuna non si puote andare”, dichiara il Vanozzo »78.

  • 79  Ruggero Romano, Tra due crisi : l’Italia del Rinascimento, Torino, Einaudi, 1971, p. 91.

64Ruggero Romano, en historien de l’économie et des mentalités, estimait que le Moyen Âge a carrément ignoré le sentiment du risque et n’aurait eu que le sentiment du caso : « È lo stesso senso del rischio che, in realtà, è ancora assente nel Medioevo. E ciò, per la banalissima ragione che il rischio è sempre calcolato. [...] V’è invece – e con ruolo importantissimo e perfino preponderante – il caso. Ora, nei confronti del rischio è possibile assumere un atteggiamento “moderno” ; non certo contro il caso »79.

65Si l’on veut cerner une éventuelle idéologie du rôle et de la signification du hasard – sur la notion même, l’accord était entier sur les définitions données par Aristote et les auteurs de l’Antiquité classique y compris jusqu’à Thomas d’Aquin – la difficulté naît du fait que les récits qui, dans le Décaméron, font si clairement et si souvent intervenir la fortuna (le caso, l’accidente) ne sont jamais des traités sur le hasard ou sur les comportements humains. Ce que nous y lisons et qui allègue le hasard, sous quelque déclinaison que ce soit, n’est jamais qu’un système de vraisemblance du récit, qu’un travail d’argumentation visant fonctionnellement à donner aux fictions l’apparence de la vraisemblance de l’arbitraire de fond d’un récit.

66En revanche, la fonction du hasard dans le système de vraisemblance du récit dans le Décaméron entraîne quelques traits caractérisant les personnages et, au fond, un système de personnages.

Motivation par le hasard et caractéristiques des personnages

67Que le mot soit caso, fortuna, accidente, avventura, ventura, ces termes ne désignent rien d’autre chez Boccace que le hasard, sans aucune visée providentialiste. On ne peut lutter contre ce hasard que par la rapidité conceptuelle et la rapidité d’exécution. Une manifestation aussi fortuite ne peut être vaincue que par une fulgurante rapidité.

  • 80 Decameron, II, 5, 3.
  • 81 Ibidem.
  • 82 Decameron, II, 5, 64.

68On trouve un emploi fréquent du terme cauto dans le Décaméron. Il s’agit d’une qualité du personnage que la motivation réaliste du récit va mettre en présence du hasard. Ainsi Andreuccio da Perugia est présenté comme un provincial inexpérimenté, non dégrossi, « rozzo » et surtout « poco cauto »80. Le personnage cauto de Boccace n’est pas le prudente de Machiavel qui fait son calcul à l’avance, dans une arithmétique du succès. Le personnage cauto de Boccace ne se prémunit pas contre telle ou telle éventualité. Chez Machiavel, on peut enfermer le hasard dans un compte fini de probabilités. Chez Boccace, le personnage cauto est celui qui est perpétuellement sur ses gardes de tous côtés et qui compte sur cette vigilance pour avoir la réaction prompte et appropriée. À travers ses aventures provoquées par la fortuna, le personnage de l’homme d’affaires devrait faire l’apprentissage de la prudence, la cautela. Cette prudence est une nécessité. C’est même une valeur dans le monde des personnages d’hommes d’affaires. Si dès le début du récit Andreuccio est présenté comme un marchand qui n’est pas armé face à la fortuna, au caso, aux accidenti, c’est parce qu’il est naïf et imprudent, ce qui l’amène à se comporter d’une façon qui n’est certainement pas véridique mais qui est rendue littérairement vraisemblable : « per mostrare che per comperar fosse, sì come rozzo e poco cauto più volte in presenza di chi andava e di chi veniva trasse fuori questa sua borsa de’ fiorini che aveva »81. Lorsqu’il est en présence des deux voleurs qui ont décidé de violer le tombeau de l’archevêque qui vient d’être enterré, Andreuccio est qualifié de « più cupido che consigliato »82.

69Après la qualité de cauto, le trait que la mise en présence du hasard implique logiquement est la qualité de accorto, avveduto, di senno, d’ingegno.Tous ces termes sont en rapport étroit avec le discernement, la faculté de bien apprécier les choses, le fait d’y voir par la vue de l’esprit, le fait de voir rapidement et de la façon qui convient en liaison avec l’action et avec les modalités de l’action (comment agir ?).

  • 83  Guillaume de Conches, Glosae super Platonem, Prologus, IX.

70Chez Boccace, le senno, comme déjà chez Dante, est la faculté de juger et d’agir de façon juste et qui convient, bien adaptée à la situation. L’ingegno est l’ensemble des qualités innées, spontanées, qui ne sont pas acquises par l’expérience et qui servent à comprendre rapidement en vue des modalités de l’action. Guillaume de Conches avait ainsi défini l’ingenium : « Ingenium est vis naturalis ad aliquid cito intelligendum [l’ingenium est la faculté naturelle pour comprendre quelque chose promptement] »83. Déjà chez Dante, l’ingegno prend parfois le sens de industria, terme qui désigne la faculté de trouver des expédients. Chez Boccace, ingegno et industria sont quasiment synonymes. L’ingegno, toutefois, implique la promptitude que n’entraîne pas l’industria. En français classique industrie signifie « savoir-faire, invention, moyen de subsister par son savoir-faire et son adresse », signifié que l’on retrouve dans la locution « chevalier d’industrie » ; et l’adjectif français ingénieux signifie « plein d’esprit, d’invention et d’adresse » ; en ancien français, ingénieux signifiait même “rusé”.

71Les termes industria, ingegno, senno, très fréquents dans le Décaméron, désignent une faculté innée, spontanée, une heureuse disposition naturelle de l’esprit pour ce qui est de faire des choix adéquats, pour trouver rapidement (par l’ingegno) des solutions qui conviennent, pour inventer de façon rusée et adéquate. Il ne s’agit pas d’une intelligence liée à la connaissance par l’esprit, mais il s’agit d’une faculté liée à l’action, à la nécessité d’agir et à l’issue de l’action.

72Les termes accorgersi/accortosi, avveduto/avvedersi expriment la notion de « voir par la vue de l’esprit, rapidement, de manière astucieuse et adéquate pour bien distinguer choses, personnes et situations afin de trouver promptement la façon adéquate d’agir ».

73Il est indiscutable que les traits de cauto, accorto, avveduto, di senno, d’ingegno font irrésistiblement penser aux qualités qui caractérisent les membres de la bourgeoisie d’affaires d’après les témoignages des « marchands écrivains ». Ces traits semblent parfois être davantage un idéal qu’une réalité effective. Il n’importe : le système de vraisemblance qui est adopté par Boccace dans le Décaméron induit un système de personnages : le personnage cauto, accorto, avveduto, di senno, d’ingegnova vers le succès, le personnage qui, passagèrement ou définitivement ne peut être ni l’un ni l’autre travaille à sa perte.

74Prendre conscience du fait qu’il existe un système – de vraisemblance, de caractérisation de personnages – induit une interrogation : le recours au hasard, dans toutes ses déclinaisons defortuna, caso, accidente, ne serait-il pas une motivation de la réussite, et tout particulièrement de l’enrichissement de ces hommes d’affaires ? Une justification d’autant plus nécessaire que la morale catholique, qui avait certes depuis le XIIIe siècle et Thomas d’Aquin accepté le principe du prêt bancaire, prohibait encore les gains excessifs et la vente du temps.

  • 84  Giovanni Villani, op. cit., XIII, LV, p. 426.
  • 85  Giovanni Villani, op. cit., XII, LXXXVIII, p. 182.
  • 86  Giovanni Villani, op. cit., XIII, LV, p. 425.
  • 87  Christian Bec, Les marchands écrivains, cit., p. 312.

75À cette interrogation, la réponse n’est pas aisée, mais il est intéressant d’observer que c’est à partir du milieu du XIVe siècle que Giovanni Villani introduit dans l’historiographie florentine – et là, nous ne sommes plus dans le pur récit littéraire – le terme et la notion de fortuna avec leur valeur exacte. G. Villani emploie de façon particulièrement intéressante l’expression fortuna maris, y compris pour parler des désastres et malheurs de terre ferme. Mais le plus intéressant est encore le fait que, pour conclure son chapitre sur le crack des Bardi, dont G. Villani fut victime, comme nombre d’autres Florentins, G. Villani écrit : « Con tutto noi molto ci scusiamo, che in parte per lo detto caso tocchi proprio a-nnoi autore, onde ci grava e pesa ; ma tutto aviene per la fallabile fortuna delle cose temporali di questo misero mondo »84. Or Villani a peu auparavant démonté techniquement la procédure de la faillite des compagnies des Bardi et des Peruzzi. Les Bardi avaient convenu (per patti) de donner à leurs créanciers 9 deniers et 3 sous pour chaque lire, soit un taux de 46,25%, en vendant leurs propriétés foncières. Mais la vente des biens fonciers ne rapporta en réalité que 30%, du fait du manque de liquidités et à cause de la pléthore de maisons et de terrains mis en vente par les personnes en faillite. Les Peruzzi avaient convenu de donner à leurs créanciers 4 sous par lire (soit un taux de 20%) en biens immobiliers et 16 sous par lire (soit un taux de 80%) en droits sur ce qu’ils auraient dû percevoir de la couronne d’Angleterre et des héritiers de Robert d’Anjou. Les opérations de mise en liquidation des compagnies Bardi et Peruzzi ruinèrent tous ceux qui avaient déposé leur avoir auprès de ces deux grandes compagnies bancaires : particuliers et banquiers florentins. Dès qu’il devint évident que les souverains d’Angleterre et du Royaume de Naples étaient devenus insolvables, le Comunede Florence décida de différer le remboursement des divers crédits, en accordant un large délai aux compagnies en faillite et décida de réduire tous les intérêts de remboursements à des taux beaucoup plus bas que ceux qui avaient été convenus. Villani souligne la responsabilité du Comune et du gouvernement « corrotto » qui s’efforça de sauver par tous les moyens les compagnies bancaires. En bref, les mécanismes économiques et financiers sont bien décrits par G. Villani, et ils sont d’autant plus présents à sa conscience qu’il fut au nombre des Florentins ruinés par ces faillites. Quand il avait commencé à aborder cet épisode dramatique des faillites des Bardi et des Peruzzi, Villani avait désigné comme l’une de leurs principales causes la soif de profit et l’esprit de lucre : « ma come che si fosse, fu per la loro gran follia per covidigia di guadagno o per raquistare il loro follemente prestato »85. Et il avait précisé : « fu alla nostra città di Firenze maggiore rovina e sconfitta, che nulla che mai avesse il nostro Comune, se considerrai, lettore, il dannaggio di tanta perdita di tesoro e pecunia perduta per li nostri cittadini, e messa per avarizia ne’ signori. O maladetta e bramosa lupa [dans le symbolisme médiéval, la louve représente l’avarice et l’avidité], piena del vizio dell’avarizia regnante ne’ nostri ciechi e matti cittadini fiorentini, che per cuvidigia di guadagnare da’ signori, mettere il loro e-ll’altrui pecunia i-lloro potenza e signoria »86. En appeler ultérieurement à la fortuna, alors que les mécanismes réelsétaient bien connus, permettait donc à ces esprits partisans qu’étaient ces marchands chroniqueurs de reconstruire l’histoire à leur façon. D’après eux, la fortuna se trouve toujours du côté de leurs ennemis, adversaires ou concurrents, quand ceux-ci sont vainqueurs, et la justice et la vertu du côté des Florentins ou du camp de qui écrit, mais jamais la fortuna87. Le recours à la chance ou au « pas de chance » est donc un expédient dans l’abondante tradition florentine des chroniques. Mais les procès en responsabilité, civile et/ou pénale, montrent que cet expédient perdure bien au-delà des écrits du XIVe siècle.

Pour conclure

76Dans le Décaméron, le recours au hasard fait partie d’une stratégie de l’énonciateur-narrateur que l’on peut définir comme un travail d’argumentation visant à donner à la fiction – dont l’organisation et le déroulement relèvent de l’arbitraire du récit – l’apparence du normal. Cette stratégie est liée à la question de la vraisemblance, et le raisonnement qui tend à asseoir le vraisemblable est relatif non point à la vérité des faits, mais à l’adhésion de l’auditoire.

77Il est hasardeux de tenter de faire de cette stratégie argumentative une théorie du hasard renvoyant à une vision du monde, car la question n’est pas la vérité des faits. Interroger sur la vérité des faits ce qui vise à gagner l’adhésion de l’auditoire est un examen mal engagé.

78S’il est vrai que l’on apprend peu en matière de vision du monde propre à Boccace autour de la question du hasard, l’enseignement est bien plus riche pour ce qui touche à l’habileté de Boccace en matière de récit.

79Sa motivation de l’arbitraire du récit est habile et savante : savante, parce qu’elle s’inscrit dans une noble tradition de réflexion philosophique autour du hasard ; habile, parce qu’elle joue très finement sur le hasard lui-même.

80La fonction que Boccace attribue au hasard dans l’économie de son récit n’est pas mimétique du hasard. L’enchaînement des événements qui constituent le récit allègue, certes, le rôle du hasard, mais il ne se fait point au hasard. L’analyse des procédures d’enchaînement met au jour, chez Boccace, une finalité combinatoire masquée par l’apparence d’une illusion de finalité et par une absence de causalité ordinaire. Boccace met précisément le hasard au service de ce qui motive l’arbitraire du récit. Donner à l’absence d’intention combinatoire concevable la fonction de motiver et, tout à la fois, de dissimuler l’intention combinatoire du narrateur dans une parfaite gestion de l’arbitraire du récit, voilà qui mérite sans doute d’être salué comme une suprême habileté. Ce qui pourrait se résumer en ces quelques mots : dans le Décaméron, le recours au hasard ne doit rien au hasard.

Haut de page

Notes

1 Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, vol. IV Decameron, a cura di Vittore Branca, Milano, Mondadori, “I Classici Mondadori”, 1976. Pour le texte du Décaméron, cf. op. cit., Introduzione, p. XV, nota ; pour le contexte historique, culturel et biographique dans lequel l’ouvrage a été composé, cf. ibidem. Toutes les citations du Décaméron sont prises dans cette édition.

2 Mario Baratto, Realtà e stile nel « Decameron », Roma, Editori Riuniti, 1984, p. 54.

3 Decameron, Giornata I, Introduzione, 51.

4 «E così le due ministre del mondo spesso le lor cose più care nascondono sotto l’ombra dell’arti reputate più vili, acciò che di quelle alle necessità traendole più chiaro appaia il loro splendore » (Decameron, VI, 2, 6).

5  Decameron, IV, 1, 37.

6  Decameron, I, 9, 3.

7  André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, article Hasard, Paris, P.U.F., “Quadrige”, 1991.

8  Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, P. U. F., 2002, 15e édit., article Tyché.

9  Guillaume de Tyr, cité par Littré, article Hasard, Historique.

10  Carlo Battisti Giovanni Alessio, Dizionario etimologico italiano, Firenze, Barbèra, 1950, article Azzardo ; Bruno Migliorini, Storia della lingua italiana, Firenze, Sansoni, 5a edizione, 1978, cap. IX Il Seicento, paragr. 19 Forestierismi, p. 494, avec cette précision : « L’influenza francese, che nei primi decenni del secolo si sentiva ancora debolmente, al tempo di Luigi XIV diventa predominante e sopravanza di gran lunga quella spagnola, che è in forte regresso » (p. 493).

11  E. K. Rand, Founders of the Middle Ages, 1928, cité par Ernst Robert Curtius, La littérature européenne et le Moyen Age latin, trad. française par Jean Bréjoux, Paris, P. U. F., 1956, p. 26.

12 Énéide, chant VIII, v. 334.

13 Stoicorum Veterum Fragmenta, édition von Arnim, Stuttgart, 1903, 2, n° 972.

14  Sénèque, Epistola 8, 3.

15  Nonius Marcellus, grammairien africain du IVe siècle, cité par Federigo Tollemache dans Enciclopedia Dantesca, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, vol. II, 1970, article Fortuna.

16 Decameron, VIII, 7, 46.

17 Decameron, I, Conclusione, 10-11.

18  Carlo Muscetta, Boccaccio, Bari, Laterza, “Letteratura Italiana Laterza”, 1980, p. 187.

19 Inferno, IV, 136.

20  Cité par Emilio Pasquini, dans Enciclopedia Dantesca, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, vol. I, 1970, article Caso.

21  Tite-Live, Histoire romaine, livre VIII, XXIX.

22  In topica Ciceronis Commentaria, V. Cf. Federigo Tollemache dans Enciclopedia Dantesca, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, vol. II, 1970, article Fortuna.

23  Thomas d’Aquin, Somme contre les Gentils, Livre III La Providence, chap. 74, La divine providence n’exclut pas la fortune et le hasard, paragr. 6, présentation et traduction par Vincent Aubin, Paris, GF Flammarion, 1999, p. 261.

24 Decameron, II, 4, 3.

25 Decameron, III, 7, 5.

26 Decameron, IV, 1, 15.

27 Decameron, V, 9, 34.

28 Decameron, VI, 2, 9.

29 Decameron, VIII, 3, 50.

30 Decameron, VII, 9, 3.

31 Decameron, VI, 4, 3.

32 Decameron, II, 3, 4.

33 Decameron, Prœmio, 14.

34 Decameron, I, 3, 3.

35 Decameron, II, 8, 2.

36 Decameron, IV, 9, 3.

37 Decameron, I, 4, 12 ; II, 5, 1 ; III, 7, 79.

38  Decameron, IV, 9, 3 ; IV, Conclusione, 5.

39  La Métaphysique, livre Δ, chap. XXX.

40  Par exemple Decameron, I, 9, 3 ; IV, 1, 37.

41  La Métaphysique, livre Ε, chap. II, 1027a.

42  Giorgio Stabile, dans Enciclopedia Dantesca, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, vol. I, 1970, article Accidente.

43  Decameron, II, 1, 14 ; Conclusione dell’autore, 3.

44 Decameron, II, 4, 22 ; II, 5, 56 ; II, 7, 33 ; II, 8, 29.

45  Maria Corti, Il viaggio testuale, Torino, Einaudi Paperbacks, 1978, 4a rist., pp. 10-11.

46  Decameron, VI, 10, 30.

47  Decameron, VI, 10, 53.

48  Jean-Michel Adam, Le texte narratif, Paris, Nathan, 1985, p. 201.

49  Decameron, I, Conclusione, 10-11.

50 Carlo Muscetta, op. cit., p. 187.

51  Decameron, II, 3, 4-5.

52  Carlo Muscetta, op. cit., p. 189.

53  Decameron, II, 3, 11.

54  « Il est évident que le récit n’intègre pas ces enclaves discursives, justement appelées par Georges Blin intrusions d’auteur, aussi facilement que le discours accueille les enclaves narratives : le récit inséré dans le discours se transforme en élément de discours, le discours inséré dans le récit reste discours et forme une sorte de kyste très facile à reconnaître et à localiser. » (Gérard Genette, Frontières du récit, in Figures II, Paris, Seuil, “Points”, 1979, p. 66).

55  Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2000, 5e éd., p. 132.

56  Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, cit., p. 76.

57  Christian Bec, in Boccace, Décaméron, Traduction nouvelle, introduction et notes sous la direction de Christian Bec, Paris, Le livre de poche, 1994 : Introduction, p. 7.

58  Valincour, Lettres sur le sujet de la Princesse de Clèves, cité par Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, cit., p. 91.

59  Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, cit., pp. 96-97.

60  Decameron, II, 3, 14.

61  Aristote, Rhétorique, II, 1394 a.

62  Cf. Decameron, note 1 à II, 3, p. 1059.

63  Giovanni Villani, Nuova cronica, XIII, LV, a cura di Giuseppe Porta, Parma, Fondazione Pietro Bembo, 1971, p. 425.

64 Decameron, II, 4.

65 Decameron, II, 4, 5.

66 Decameron, II, 4, 8.

67  Decameron, II, 4, 10.

68  Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, cit., p. 92.

69 Ibidem, p. 94.

70 Decameron, II, 4, 12-14.

71 Decameron, II, 4, 16-17.

72 Decameron, II, 4, 18.

73 Decameron, II, 4, 20.

74 Decameron, II, 4, 29.

75  Cf. Decameron, note 10 à II, 3, p. 1057.

76  Carlo Muscetta, Boccaccio, cit., p. 187.

77  Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence 1375-1434, Paris-La Haye, Mouton, 1976.

78  Natalino Sapegno, Poeti minori del Trecento, Milano-Napoli, Ricciardi, 1952, p. XVI.

79  Ruggero Romano, Tra due crisi : l’Italia del Rinascimento, Torino, Einaudi, 1971, p. 91.

80 Decameron, II, 5, 3.

81 Ibidem.

82 Decameron, II, 5, 64.

83  Guillaume de Conches, Glosae super Platonem, Prologus, IX.

84  Giovanni Villani, op. cit., XIII, LV, p. 426.

85  Giovanni Villani, op. cit., XII, LXXXVIII, p. 182.

86  Giovanni Villani, op. cit., XIII, LV, p. 425.

87  Christian Bec, Les marchands écrivains, cit., p. 312.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°9, Figures et jeux du hasard, 2005

Référence électronique

René Stella, « L’expression du hasard et sa fonction narrative dans le Décaméron », Italies [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 10 juin 2008, consulté le 19 août 2017. URL : http://italies.revues.org/187 ; DOI : 10.4000/italies.187

Haut de page

Auteur

René Stella

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org