Navigation – Plan du site
Intermède récréatif

De la polysémie du mot “STATO”

Sophie Saffi
p. 451-472

Résumé

Le présent article de linguistique psycho-systématique traite de la genèse du sens ainsi que de la construction du mot dans les langues indo-européennes. Il s’attache plus particulièrement à systématiser la polysémie du mot italien stato en distribuant ses diverses significations sur le temps opératif et à présenter les opérations mentales conduisant aux différents emplois de stato (substantif, participe passé, affixe).

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

linguistique

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Du latin statu(m) “condition, position”.

1L’activité de traduction, et le passage qu’elle représente de l’italien au français, permet d’appréhender les diverses significations du mot stato1(lo stato del mare = l’état de la mer, non essere in stato di... = ne pas être en état de... ; essere di umile stato = être d’humble condition ; si dà da fare per migliorare il proprio stato = il se donne du mal pour améliorer sa situation ; etc.). Le présent article de linguistique psycho-systématique traitera de la genèse du sens ainsi que de la construction du mot dans les langues indo-européennes, et s’attachera plus particulièrement à systématiser la polysémie du mot italien stato. Nous présenterons les mouvements de pensée – particularisation et généralisation – permettant la production de la matière lexicale et des formes grammaticales, ainsi que l’opération de dématérialisation du mot qui, selon les cas, fait passer ce dernier du statut de sémantème à celui de morphème, voire de flexion, et celle de déformalisation, qui lui fait perdre son statut de mot pour en faire un affixe. Nous illustrerons le discours théorique en distribuant sur le temps opératif les différents emplois (substantif, participe passé, affixe) et les diverses significations de stato.

1. Signifié, signifiant, signe

2Selon Gustave Guillaume, toute langue résulte de la combinaison de deux structures indissociables : la structure psychique et la structure sémiologique qui recouvrent la distinction saussurienne du signifiant (image acoustique) et du signifié (concept). Toute langue est en effet un ouvrage construit en pensée regroupant des signifiés, auquel se superpose un ouvrage construit de signifiants. Le signe, unité signifiante minimale, est, pour Saussure, l’association d’un signifiant et d’un signifié ; pour Guillaume, il est le médiateur entre le signifié de puissance et le signifié d’effet.

3Dans nos langues indo-européennes, le signe, le signifiant et le signifié ont deux états d’existence, d’espèce et d’époque mentale différentes. Le premier, en langue, précoce et se réalisant dans la profondeur de la pensée, est l’état de puissance ; le second, en discours, tardif et apparaissant en surface, est l’état d’effet. Un exemple de Roch Valin illustre pédagogiquement ce que sont l’un et l’autre de ces deux signifiés :

  • 2  Roch Valin, Petite introduction à la psychomécanique du langage, Québec, Les Presses Universitaire (...)

Soit le mot homme. En langue, c’est-à-dire avant tout emploi qui actualise le concept, le mot “homme” ne se réfère pas plus à un individu déterminé, qu’à une collectivité donnée ou à l’ensemble des humains : indifférent quant à son extension, il contient virtuellement tous les degrés d’extension possibles. C’est alors un signifié de puissance.
En discours, chaque fois que l’on recourt à la notion d’homme, le mot se réfère toujours obligatoirement à un seul individu (L’homme qui vient d’entrer), soit à un groupe plus ou moins large d’individus (L’homme de la rue), soit à l’humanité tout entière (L’homme est mortel). Autrement dit, parmi les diverses valeurs possibles du mot en langue, le sujet parlant est mis en demeure, au moment du discours, de ne choisir et de n’actualiser qu’une seule de ces valeurs à l’exclusion de toutes les autres : celle qui est momentanément en convenance avec l’idée à exprimer. Cette valeur momentanée et particulière retenue au détriment de toutes les autres valeurs possibles est virtuellement contenue (en permanence) dans le concept, c’est un signifié d’effet.2

  • 3  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1946-47, série C, volume 9, Grammaire particulière du fr (...)

4La liaison définie par Saussure entre le signifiant et le signifié – qui forment ainsi le signe – est analysée différemment par Guillaume : l’association étroite, « la soudure psychique selon laquelle un fragment de parole appelle à soi automatiquement un fragment de pensée, cependant que le fragment de pensée, réciproquement appelle le fragment de parole »3, est vue entre le signifié de puissance et le signe. Cette association étroite et permanente – que Guillaume qualifie de “symphise” – forme ce que Saussure appelle “le signifiant”. Ainsi, on obtient schématiquement les deux mécanismes suivants : (illustrés par les schémas n°1 et 1bis).

5On a accordé précédemment une dualité d’état au signifiant que l’on peut traduire comme suit : le signifiant de puissance est la relation permanente qui s’établit, en langue, entre le signifié de puissance et le signe ; le signifiant d’effet est la relation momentanée, en discours, entre ce même signe et l’un des signifiés d’effet contenus dans le signifié de puissance. La phonétique étudie les signifiants d’effet observés en surface en discours, et la phonologie tente d’organiser le système des signifiants de puissance en langue.

6Dans nos langues indo-européennes à radicaux, le signifiant de puissance est physiquement identique au signifiant d’effet : le résultat de la construction de langue – le mot en puissance – ressemble à la brique de base de la construction de discours – le mot en effet – élément de phrase :

  • 4  Roch Valin, op. cit., p. 56.

Pour  prendre un exemple emprunté au français, [...] au sortir de la langue, on trouve le mot homme, et c’est ce même mot homme qu’on retrouve [...] à l’entrée du discours ; à cette différence près toutefois – et qui est importante – qu’[au sortir de la langue] le mot est senti comme une arrivée à un terme et n’est qu’un signifiant de puissance, tandis qu’[à l’entrée en discours] le mot est pensé comme un départ et est déjà un signifiant d’effet.4

  • 5  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1948-1949, série B, volume 2, Psycho-systématique du Lan (...)

7Mais il n’en va pas de même dans toutes les langues. Dans les langues sémitiques à racines, le signifiant de puissance est un squelette consonantique (ex : la racine K-T-B associée au signifié de puissance qu’est l’idée générale d’écrire, le concept de l’écrit) qui, après une opération de voyellisation, aboutira à l’un des signifiants d’effet (kataba, katib ou kitab) associés aux différents signifiés d’effet contenus dans le signifié de puissance (il a écrit ; celui qui écrit, l’écrivain ; la chose écrite, le livre). Il existe dans nos langues à radicaux des vestiges de ce système ancien : « Les alternances vocaliques du français : veux/voulons, peux/pouvons, etc., représentent une minime et désuète conservation de la morphologie de transition entre saisie lexicale 1 et saisie lexicale 2 »5.

8En italien, on retrouve aujourd’hui encore, des traces de ce fonctionnement ancien, basé sur le système consonantique qui forme une structure de base rappelant une notion. Ainsi en va-t-il des couples du type di/da, qui/qua, lì/là, ou encore de la triade sprizzo/sprazzo/spruzzo (jet fin, grand jet, vaporisation). La voyelle crée une variation dans le cadre de la structure consonantique SPR+ZZ, mais nous restons à l’intérieur de la notion de jet.

9L’opération de voyellisation qui s’intercale entre la saisie du signifiant de puissance et celle du signifiant d’effet matérialise aux yeux des locuteurs de langues à radicaux – ces langues qui ont réuni la double saisie lexicale sémitique en une seule opération – la relation de médiation que recouvre la notion de signifiant, et « c’est au signe qu’est dévolue, dans le signifiant, la fonction médiatrice à lui attachée ». Dans les langues sémitiques, au sein de l’acte de langage, l’espace de construction de langue est séparé de l’espace de construction de discours par un intervalle opératoire délimité par les deux saisies lexicales successives déterminant le mot en langue – ou mot en puissance – et le mot en discours – ou mot en effet. Cet intervalle est réduit à une saisie lexicale unique dans nos langues indo-européennes, d’où l’ambivalence du signe qui dès sa saisie en puissance peut passer tel quel dans le discours où il devient signe en effet.

10(Cf. le schéma n° 2)

2. Le temps opératif

11Toutes les définitions proposées sous-tendent un cinétisme. Ce mouvement est celui de l’écoulement du temps nécessaire au développement d’une activité psychique :

  • 6  Roch Valin, op. cit., pp. 23-24.

La pierre angulaire de la théorie est un postulat implicitement contenu dans le fait, admis de tous sans discussion comme une vérité d’expérience, que la pratique et le maniement d’une langue ne sauraient se concevoir sans une activité mentale concomitante. Ce postulat est le suivant : à savoir que, si l’acte humain de langage recouvre une activité pensante quelconque, il est forcé que les opérations de pensée impliquées dans cette activité s’accompagnent d’un écoulement minimal de temps. Dût-il être imaginé infinitésimalement court, ce temps existe réellement et positivement. Autrement dit, et pour exprimer le principe en une formule familière souvent employée par M. Guillaume dans ses leçons, il faut du temps pour penser comme il faut du temps pour marcher.6

12Selon Gustave Guillaume, toute opération de pensée suppose un temps opératif sous-jacent, et les différents emplois en discours d’un même signe s’échelonnent sur ce temps opératif, c’est-à-dire sur le temps – si court soit-il – que nécessite l’idée associée à ce signe pour se développer. En d’autres termes, sur le temps nécessaire à notre pensée pour appréhender dans sa complétude le signifié associé à ce signifiant. Sur cette durée, il est possible d’opérer des saisies plus ou moins précoces. On décompose ainsi le temps opératif en une succession d’étapes, chacune représentant un des emplois en discours, l’étape finale correspondant au sens le plus général.

13(Consulter les schémas n°4 et 5 bis)

  • 7  Voir la nuance distinguée entre le rôle des géminées et celui des diphtongues en italien in Sophie (...)

14Nous considérons que, lorsqu’une langue utilise plusieurs outils dans la construction de ses mots, s’il y a discrimination de forme entre les différents outils, il existe une nuance entre ces outils. Au contraire, s’il est impossible de les discriminer cela leur confère une identité fonctionnelle.7

15L’universel et le particulier sont les deux pôles entre lesquels se déplace constamment la pensée :

  • 8  Gustave Guillaume, Principes de linguistique théorique, Paris, Klincksiek ; Québec, Les Presses de (...)

[...] la pensée tient sa puissance de ce qu’elle est habile à particulariser et à généraliser. Privée de cette double aptitude – qui constitue un entier (un entier intérieurement binaire) – la pensée humaine serait sans force et inopérante. Or si de ces deux opérations [...] on ne retient abstractivement que ce qu’elles comportent de mécanique, elles se réduisent à deux mouvements de pensée, l’un allant du large à l’étroit (inhérent à la particularisation), l’autre allant de l’étroit au large (inhérent à la généralisation).8

16Le système de l’article en français est une bonne illustration de ce double mouvement : l’article indéfini est un exemple de particularisation et l’article défini de généralisation. Ainsi, quand je dis : Je prends un train pour Paris, au sein de la notion “train” – générale – je cherche à saisir l’unité ; le mouvement de pensée appliqué au mot train est orienté du large vers l’étroit, de l’universel vers le singulier. Quand je dis : Je prends le train pour Paris, je distingue la notion “train” des autres notions de transport (je ne prends pas l’avion, le bateau, etc.) tout en lui conservant sa généralité, tout en l’isolant des autres notions je l’appréhende dans sa globalité ; le mouvement de pensée appliqué au mot train est orienté de l’étroit vers le large, du singulier vers l’universel.

3. Matière et forme

17La genèse mentale du mot a pour origine un mouvement oscillatoire entre l’universel et le singulier. Le mécanisme du mot, dans nos langues, comporte un premier mouvement de pensée dont le départ est l’universel et qui livre par particularisation la matière (le contenu), suivi d’un second mouvement qui est l’inverse du premier et qui livre la forme (le contenant), c’est-à-dire la partie de discours. Le mot des langues indo-européennes est une forme universalisante.

18(Consulter le schéma n°3)

  • 9  Annie Boone et André Joly, Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris/Montré (...)

19Le rapport matière contenue / forme contenante est un rapport de consécution : la forme est le produit d’un mouvement de généralisation qui fait suite à un mouvement de particularisation qui produit la matière. Après avoir discerné la notion (ce que Guillaume nomme « l’opération de discernement »), la création d’une partie de discours suppose le choix d’une forme pour la transporter (ce que Guillaume nomme « l’opération d’entendement ») : le concept “stato” va pouvoir passer dans le discours sous différentes formes, nominale (lo stato), verbale (è stato) ou encore affixale (statoreattore, termostato). On voit clairement que la forme influe autant que la matière lexicale sur la valeur finale du mot employé comme partie de discours : « [...] la plus étudiée des définitions ne saurait valoir pour tous les cas de sens réel, qui dépendent pour le moins autant de la matière, toujours changeante, insérée dans le cadre que du cadre lui-même »9.

  • 10  Gustave Guillaume, Leçon inédite du 12/02/42, cité par André Joly in Dictionnaire terminologique d (...)

20Dans les langues indo-européennes la forme est intégrante et la matière intégrée. Par exemple, en discours, l’article produit une forme en attente de matière qui est apportée par le nom : « Quand je dis “le roi”, le substantif roi, au moment où il survient, emplit la forme que j’avais préalablement construite pour le recevoir et le porter. À la production d’une forme vide, succède l’implétion de la forme produite »10.

21Cet exemple illustre le cas du français dont le substantif est généralement invariable. Mais, en italien, le substantif a gardé une désinence morphologique et la succession forme + matière, donnée par l’article et le radical du substantif, est complétée par un nouvel apport de forme avec la désinence. Quand je dis “lo stato”, le sémantème stat- emplit de sa matière la forme vide préalablement construite par l’article lo et dont l’existence en tant que partie de discours est confirmée par la survenue de la désinence -o.

22Le fait que le marquage de la morphologie soit double en italien permet des nuances impossibles en français : soit les deux marqueurs sont redondants (ex : il muro, la casa, i muri, le case), soit l’un des marqueurs disparaît avec la perte de la désinence (la città, le virtù) ou l’absence de partitif (bevo vino e mangio pane), soit les informations données par les deux marqueurs sont contradictoires. C’est ce qui arrive avec le pluriel interne (le mura, le braccia) : la désinence féminin singulier associée à l’article féminin pluriel permet l’expression d’un pluriel intermédiaire entre le singulier et le pluriel multipliant, un pluriel contenant l’idée d’unité (le mura = les remparts ou la muraille). Ce pluriel a disparu en français avec la simplification de la morphologie et la perte des désinences nominales, n’ont survécu que les amours, les délices et les orgues.

  • 11  Gustave Guillaume, Le problème de l’article, Paris, Hachette (ouvrage réédité en 1975, Paris, Libr (...)

23Nous venons de donner un exemple concernant l’espace de construction de discours. En langue aussi, la forme est intégrante, en attente de matière à intégrer. Continuons d’illustrer notre propos avec l’exemple de l’article : « Dans la langue, son caractère formel demeure intangible. Il est aussi vide de sens qu’on le peut imaginer /.../ L’article le, par exemple, sera la forme étendue d’une idée ; l’article un, la forme ponctuelle. Et rien de plus en ce qui concerne la définition générale »11.

  • 12  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1944-45, série AB, volume 11, Esquisse d’une grammaire d (...)

24Les différents emplois en discours d’une même forme se distribuent sur l’axe du temps opératif du plus particulier au plus général. Se faisant le mot perd en compréhension ce qu’il gagne en extension.12 Nous avons vu précédemment, avec l’exemple de la notion “homme” que le sens du mot employé en discours était d’autant plus général – donc moins précis – qu’il s’appliquait à un groupe plus large d’individus : Quand je dis « l’homme est mortel », je parle aussi bien des hommes que des femmes ; mais quand je dis « l’homme qui vient d’entrer », il s’agit d’un individu de sexe masculin. Ainsi ce que le message gagne en précision, il le perd en étendue d’application. De même avec stato, plus je personnifie le concept en passant du sens d’état ou de condition à celui de groupe, personne ou territoire, plus je m’éloigne de l’abstraction pour ancrer la notion dans la réalité, je perds du même coup en extension et gagne en compréhension. Si le double mécanisme de la compréhension et de l’extension est facile à appréhender de l’extérieur sur une direction qui va du particulier au général, et correspond dans ce cas à la définition d’idées plus ou moins particulières ou générales, son aspect intérieur est moins souvent perçu et décrit. Il joue pourtant un rôle important pour la structure des langues : ce mécanisme permet ou interdit à un mot de se replier sur lui-même, d’inverser la direction du mouvement du général vers le particulier et d’accéder à un cas particulier de lui-même plus étroit que sa définition initiale. Cette particularisation interne donne au mot un statut de sémantème ; si elle lui est refusée l’orientation est à l’universel ; il en résulte une moindre compréhension mais une large extension, on obtient ainsi un morphème. Si l’aspect extérieur du mécanisme compréhension / extension consent une classification des idées, l’aspect intérieur joue un rôle du côté de la forme et détermine la structure morphologique.

  • 13  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1944-45, série AB, cit., p. 194.

En d’autres termes, toute notion de langue qui s’institue le fait entre le singulier et l’universel, limites de la pensée humaine, et, une fois instituée, incline son développement soit du côté du singulier, devenant du même coup sémantème, soit du côté de l’universel, ce par quoi elle devient morphème.13

4. La distinction substantif / verbe / affixe

  • 14  Définition de l’extension : « Au sens large, l’extension est un des mécanismes fondamentaux de la (...)

25La signification extérieure d’un mot se détermine selon un certain équilibre de la compréhension et de l’extension14, la signification intérieure le fait selon un choix catégorique entre l’une ou l’autre : l’exclusion de la compréhension par l’extension définit l’état de morphème, l’élimination de l’extension au profit de la compréhension, celui de sémantème.

26La présence ou l’absence de compréhension intérieure – c’est-à-dire de matière – peut varier pour un même mot qui passera ainsi d’une catégorie grammaticale à une autre. Par exemple, contro est souvent une préposition (è un atto contro natura) et parfois un substantif (il pro e il contro). Le mot bene peut être adverbe (hai fatto bene), adjectif (la Roma bene) ou encore substantif (il bene e il male). D’autres encore, dans le domaine verbal, peuvent passer, selon leur stade de dématérialisation, du statut de verbe plein à celui d’auxiliaire, voire devenir une flexion comme ‘avere’ qui sert à la construction du futur.

  • 15  Il s’agit du verbe être, devenu par dématérialisation incomplète le vecteur de l’attribut.
  • 16  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1944-45, série AB,cit., p. 153.

Une définition exacte de l’auxiliaire et de la copule15, au point de vue systématique, est que ce sont des verbes complets pour ce qui est de la forme de verbe, totalement acquise en eux, et incomplets du côté de la matière, à laquelle la survenance anticipée de la forme n’a pas laissé le temps de se produire.16

27La forme de l’auxiliaire survient très tôt car c’est un verbe dont l’existence, la création, précède celle de tous les autres en langue. Quel que soit le procès envisagé, il faut être (exister) et avoir (posséder l’existence) pour faire (agir). La quantité de matière manquante est compensée dans le discours par l’adjonction d’un participe passé à l’auxiliaire (ho cantato) et d’un attribut à la copule (sono ricco).

  • 17 Ibidem, p. 154.

Historiquement on constate que c’est assez lentement que la capacité de former des auxiliaires et des copules s’est développée, et cela montre qu’il a fallu du temps pour que le mot de langue et le mot de discours soient sentis assez différents au point de ne pas relever, en ce qui concerne leur état de définition, de la même loi. Actuellement, dans une langue aussi évoluée que le français, le mot de discours est assujetti à l’obligation de constituer un entier parfait. Le mot de langue – les auxiliaires et les copules en sont la preuve – est, du côté de la matière, délié de cette obligation d’intégrité. Le mot de discours doit satisfaire à la condition générale : mot = 1 […] L’incomplétude n’est toutefois acceptée que du côté de la matière et toujours refusée du côté de la forme. Il existe des mots de langue matériellement incomplets ; il n’y a pas d’exemple de mots de langue formellement incomplets. Un mot auquel tout à coup, pour une raison ou pour une autre, la forme ferait défaut ne serait plus un mot, mais, pour autant que quelque substance serait demeurée en lui, un simple élément formateur en quête d’un support dans la langue.17

28Dans les systèmes des langues romanes, l’apparition en langue d’une flexion de futur est résultée de la part de l’auxiliaire avoir/avere (<habere) de sa forme générale de verbe. Dans le domaine nominal, quand un sémantème perd son intégrité formelle, il devient affixe. Si l’on reprend les exemples précédents, lorsque les mots bene et contro perdent respectivement leur forme, ils deviennent des préfixes (beneducato, controtempo).

  • 18 Stato- : [du grec statos (s.) ‘qui est droit’, adj.v. di histanai ‘mettre debout, droit’ d’origine (...)
  • 19  -stato : [du grec states (s.) e -statos (adj.), littéralement ‘qui arrête’] second élément qui, da (...)

29D’après les définitions présentées, on voit qu’un mot peut se dématérialiser – Gustave Guillaume nomme cette opération la “subduction” –  c’est-à-dire perdre de la matière, du sens, et ce de deux façons. La subduction peut être externe et l’on obtient une chronologie notionnelle, ainsi les diverses significations du substantif stato s’échelonnent sur le temps opératif orienté du sens le plus particularisé au plus général : 1) territoire, groupe, classe 2) situation, condition, état. La subduction peut être interne et le mot change de catégorie morphologique selon une prédominance de la compréhension ou de l’extension. En subduction interne, le mot stato a une affinité avec la compréhension, c’est un sémantème. Il est un substantif dans un syntagme nominal (lo stato del mondo), il peut aussi être employé comme adjectif invariable postposé au substantif dans la locution Città Stato ; dans un syntagme verbal, il est apport de matière de l’auxiliaire essere (sono stato). Quand le mot stato ne se dématérialise pas mais perd en langue son intégrité formelle, il devient un affixe sémantique (préfixe18 : statolite, statoreattore, ou suffixe19 : girostato, eliostato, termostato, aerostato).

30Revenons un instant sur l’emploi de stato comme participe passé : on remarque que l’italien utilise la même forme de passé composé pour essere et stare, alors que dans le reste de la conjugaison il a conservé l’opposition latine esse/stare, quand le français l’a réduite au seul verbe être, dont la morphologie – fait à souligner – est un mixte de formes héritées à la fois de esse (je suis) et de stare (j’étais). Voici l’explication de ce phénomène proposée par Alvaro Rocchetti :

  • 20  Alvaro Rocchetti, Sens et forme en linguistique italienne : études psycho-systématiques dans la pe (...)

[...] essere [...] en italien, utilise aux formes composées le participe passé de stare (stato) alors qu’en espagnol les deux verbes sont séparés (ser, estar) tout au long de leur conjugaison et qu’en français être est une combinaison intime de esse et de stare. [...] Si nous observons de plus près l’italien, nous constatons que essere ne peut se concevoir sans stare qui lui sert de participe passé (stato) : celui-ci indiquant “l’être là”, l’être constitué comme le signale sa forme (note : Le radical de stare comporte en effet [...] un s- suivi d’un -t-, le premier exprimant un mouvement continu, le second un aboutissement. Stare c’est donc bien, formellement, l’aboutissement de esse(re) : un être définitivement constitué, qui n’a plus besoin de déterminations intérieures (liées à l’existence), mais de déterminations extérieures (localisation, position, etc.), il faut en déduire que essere – dont le radical consonantique se limite à un s géminé – signifie un apport d’être. Dès lors, le système constitué par ces deux verbes apparaît clairement : essere exprime l’existence en train de se constituer cependant que stare s’applique à ce même être prêt à agir.20

31Dans les langues à mots, la genèse de la forme est orientée du singulier vers l’universel et fait suite à la genèse de la matière qui a mené de l’universel au singulier (Schéma n°3). Dans le cas de la formation du passé composé de essere et stare (sono stato), l’apport de forme (l’auxiliaire) précède l’apport de matière (le participe passé).

32matière      forme

33U -----> S -----> U

34   radical + désinence

35Genèse du mot ----->     ----->

36participe passé + auxiliaire

37Formation du passé composé <-----     <-----

38La préexistence de essere par rapport à stare sur la hiérarchie sémantique (soit une direction Universel Singulier) est donc utilisée en sens inverse. La répartition des significations de stato sur le temps opératif (Schéma n°5 bis) illustre cette inversion : le sens le plus proche de essere est le plus général (modo di essere, condizione) ; le sens le plus proche de l’action, l’être déjà existant – que ce soit une personne, un objet ou un territoire – est le plus particularisé.

Conclusion

39Nous avons envisagé les différentes saisies opérables en subduction interne ou externe tout au long du déroulement du sémantème stato sur temps opératif mais il convient de préciser que des nuances, résultats de saisies plus ou moins précoces, sont dues entre autres au contexte phrastique dans lequel intervient ce mot. Stato est parfois introduit par un article, parfois introduit directement dans le discours, parfois précédé d’une préposition, d’un adjectif, parfois inclu dans un syntagme verbal. Or une distinction s’impose entre le sens d’un mot – qui se situe en langue – et l’effet de sens que son interaction avec les autres éléments de la phrase va lui faire exprimer dans le discours. Par exemple, si le mot en puissance passe tel quel dans le discours, il devient mot-en-effet en conservant la globalité de son sens, en restant très universel (ex : la sentenza fa stato fra le parti ; cambiare stato, mutare stato). Mais quand il est introduit par un article, ce dernier définit une extension de la notion envisagée de l’extérieur, vue dans sa généralité et opposée aux autres notions du système (ex : lo stato delle cose ; lo stato presente e futuro ; lo stato di civiltà) ou appréhendée de l’intérieur et particularisée (ex : farsi uno stato, formarsi uno stato). Le jeu des prépositions et de leurs significations respectives oriente aussi le résultat final de l’effet de sens : quand stato est introduit par une préposition, il s’agit généralement de in ou de di (ex : verbi di stato ; essere in stato di far qualcosa ; vivere in stato d’indigenza ; essere in stato interessante). Les combinaisons sont infinies : préposition + article (ex : essere in uno stato pietoso ; vivere allo stato libero), introduit par préposition + adjectif (essere in buono stato ; essere nato in, di, umile stato), article + adjectif (ex : migliorare il proprio stato ; il terzo stato), préposition + article + adjectif (ex : gli impegni del proprio stato).

  • 21  Alvaro Rocchetti, op. cit., pp. 379-380.

Ainsi, contrairement au sentiment que l’on peut avoir, le mot ne change pas de “sens” une fois inséré dans la phrase [...] Une phrase est un “être collectif”, comme une société : elle n’existe que parce que des relations privilégiées se sont établies entre les individus – les mots – qui la composent. De même qu’on ne peut attribuer à un individu les caractéristiques de la société à laquelle il appartient et qu’il contribue à former, de même, il est erroné de répercuter le sens de la phrase sur les mots qui lui servent de support.21

  • 22  A. Rosetti, Le mot, esquisse d’une théorie générale, Copenhague / Bucarest, Einar Munksgaard/Insti (...)

40C’est encore l’interaction des différents éléments constitutifs d’un syntagme ou d’une phrase qui produit l’effet de sens métaphorique. Ainsi, dans les deux exemples suivants : effroyablement beau et cet homme est un tigre,22 l’association de diverses potentialités – c’est-à-dire de mots possédant en puissance des possibilités d’emploi – pour fabriquer un discours produit un cas particulier d’emploi déterminé par l’interaction des potentialités mises en jeu. Effroyablement beau signifie qu’un objet ou un être possède une beauté insoutenable. C’est l’introduction de la notion de beauté dans le cadre de l’effroi qui produit ce surprenant résultat.

41Il n’en reste pas moins que les différentes significations sont systématisées par la pensée, manipulées par les mouvements de généralisation et de particularisation. Reprenons les deux exemples et voyons ce qu’en dit A. Rosetti :

  • 23 Ibidem.

Le fait que les mots n’ont pas une valeur précise est d’une grande importance pour l’expression du sentiment. On choisira, lorsque l’on fera appel au sentiment, les expressions non employées habituellement (qui ont une valeur intellectuelle) : effroyablement beau, par exemple, parle au sentiment, parce que l’on fait abstraction de la valeur intellectuelle d’effroi, et que l’on ne considère que la valeur affective du terme. [...] on dit d’un homme qu’il est un tigre, et par là on veut entendre qu’il est cruel, mais l’image agit quand même par elle-même et l’idée du carnassier lui-même ne peut être écartée. L’inexactitude de la métaphore et de l’image agissent de la même manière qu’un terme dont le sens n’est pas tout à fait défini, de façon que le langage profite du halo qui subsiste autour du terme (Paulhan, 82, p. 78).23

42L’effet de sens est obtenu par une saisie plus ou moins anticipée sur le temps opératif. Ainsi, ce que Rosetti qualifie de « valeur affective de l’effroi » correspond à une saisie proche de l’universel, une signification peu spécialisée, pas encore associée à la peur. De même, ce que Paulhan nomme « le halo » du terme tigre est une saisie tardive, générale, du concept de tigre, si proche de l’universel que le mot a perdu en compréhension (« pas du tout défini ») et gagné en extension, élargissant son champ d’application du règne animal à l’humain.

  • 24  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 578.

43La genèse du sens se fait tour à tour dans le mot – en langue – et dans la phrase – en discours – mais comment définir le sens d’un mot ? Par exemple, celui du mot arbre ? Aucun arbre n’est identique à un autre. Pour pouvoir nommer l’objet “arbre”, nous avons au préalable retenu des caractères communs (tronc, branches, disposition dans l’espace) qui nous permettent d’utiliser ce terme pour des espèces végétales différentes ou pour une forme géométrique assimilable. Ceci est rendu possible par notre capacité à comparer et à extraire un facteur commun qui est le véritable sens du mot arbre.24

  • 25  André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, Paris, Albin Michel, 1961.
  • 26  Ferdinand De Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, ed. critique par T. De Mauro, (...)

44Ce n’est pas un hasard si André Leroi-Gourhan considère l’apparition de l’outillage comme une preuve indirecte de celle du langage25. Il se base sur les prérequis intellectuels communs à ces deux activités. On appelle “outil” un objet produit, attesté par de multiples exemplaires. La représentation de l’outil implique l’image idéale d’une forme stable : le modèle. Tout comme la production de faits de parole individuels implique l’existence d’un code commun à une communauté linguistique : la langue26.

  • 27  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 288.

45Le facteur commun à un état, une condition de vie, une situation, une nation, etc. est « l’être là »27 ; la forme stable de cette polysémie réunit l’existence et l’immobilité : le signifié de puissance du mot stato est une position.

Haut de page

Notes

1  Du latin statu(m) “condition, position”.

2  Roch Valin, Petite introduction à la psychomécanique du langage, Québec, Les Presses Universitaires Laval, 1955, pp. 40-41.

3  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1946-47, série C, volume 9, Grammaire particulière du français et grammaire générale (II), Presses Universitaires de Lille ; Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1989, p. 13.

4  Roch Valin, op. cit., p. 56.

5  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1948-1949, série B, volume 2, Psycho-systématique du Langage. Principes, méthodes et applications I, Paris, Klincksieck ; Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1971, p. 48.

6  Roch Valin, op. cit., pp. 23-24.

7  Voir la nuance distinguée entre le rôle des géminées et celui des diphtongues en italien in Sophie Dubail-Saffi, La place et la fonction de l’accent en italien, thèse de Doctorat, Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 1991, § V pp. 206-208 et § VI pp. 234-240.

8  Gustave Guillaume, Principes de linguistique théorique, Paris, Klincksiek ; Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1973, p. 200.

9  Annie Boone et André Joly, Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1996, p. 192.

10  Gustave Guillaume, Leçon inédite du 12/02/42, cité par André Joly in Dictionnaire terminologique de la systématique du langage,cit., p. 190.

11  Gustave Guillaume, Le problème de l’article, Paris, Hachette (ouvrage réédité en 1975, Paris, Librairie A.-G. Nizet ; Québec, Les Presses de l’Université Laval), 1919, p. 42.

12  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1944-45, série AB, volume 11, Esquisse d’une grammaire descriptive de la langue française (III) et Sémantèmes, morphèmes et systèmes, Presses Universitaires de Lille, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1992, p. 149.

13  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1944-45, série AB, cit., p. 194.

14  Définition de l’extension : « Au sens large, l’extension est un des mécanismes fondamentaux de la pensée “en vertu duquel l’esprit est en permanence sollicité, par nature, de se porter du large à l’étroit et, en réplique, de l’étroit au large, c’est-à-dire, dans le plan où l’on fait de l’activité de l’esprit humain un raisonnement, de particulariser et de généraliser” (LL4 120) […] Au sens strict, l’extension ou extension matérielle (correspondant à l’“étendue” d’une idée dans la Logique de Port-Royal), désigne la propriété d’un terme définie par l’ensemble (grand ou petit, large ou étroit) des entités auxquelles ce terme est applicable. Dans ce sens l’extension est complémentaire de la compréhension. […] En effet, celle-ci détermine l’extension nominale, ce qui revient à dire que le nom contient en puissance tous les cas possibles d’emploi de la notion qu’il véhicule ». (Annie Boone et André Joly, op. cit., p. 171)

15  Il s’agit du verbe être, devenu par dématérialisation incomplète le vecteur de l’attribut.

16  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1944-45, série AB,cit., p. 153.

17 Ibidem, p. 154.

18 Stato- : [du grec statos (s.) ‘qui est droit’, adj.v. di histanai ‘mettre debout, droit’ d’origine indoeur.] premier élément qui, dans les mots composés de la terminologie scientifique, signifie ‘qui est droit, debout’ ou se réfère à la statique ou aux conditions d’équilibre. (D’après Il nuovo Zingarelli, Bologna, Zanichelli, 3ème édition, 1986.)

19  -stato : [du grec states (s.) e -statos (adj.), littéralement ‘qui arrête’] second élément qui, dans les mots composés de la terminologie scientifique et technique concernant les instruments, indique la capacité à stabiliser, à rendre immobile ou à maintenir dans un état stationnaire. (D’après Il nuovo Zingarelli, cit.).

20  Alvaro Rocchetti, Sens et forme en linguistique italienne : études psycho-systématiques dans la perspective romane, thèse de Doctorat d’État, Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3, 1982, pp. 288-289. Pour un développement sur la distribution des auxiliaires en latin et dans les langues romanes, voir aussi : Ibidem, pp. 568-569 et Pavao Tekavcic, Grammatica storica dell’italiano, Bologna, Il Mulino, vol. II : Morfosintassi, 1972, § 1060 et 1061, p. 440.

21  Alvaro Rocchetti, op. cit., pp. 379-380.

22  A. Rosetti, Le mot, esquisse d’une théorie générale, Copenhague / Bucarest, Einar Munksgaard/Institutul de linguistica romana, Société Roumaine de linguistique, Série I. Mémoires, 3, 1943, p. 35 et p. 38.

23 Ibidem.

24  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 578.

25  André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, Paris, Albin Michel, 1961.

26  Ferdinand De Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, ed. critique par T. De Mauro, 1979, pp. 30-31.

27  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 288.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°6, Variations autour des idées de patrie, État, nation, 2002.

Référence électronique

Sophie Saffi, « De la polysémie du mot “STATO” », Italies [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 08 mars 2010, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/1886 ; DOI : 10.4000/italies.1886

Haut de page

Auteur

Sophie Saffi

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org