Navigation – Plan du site
Animaux humains, humains inhumains. Le monde des contes et des fables

La parade des animaux. Giovan Francesco Straparola, Le piacevoli notti

Théa Picquet
p. 45-58

Résumé

Giovan Francesco Straparola, narrateur méconnu de la Renaissance italienne, donne une large place à la présence des animaux dans un recueil de nouvelles, Le piacevoli notti, qu’il écrit à Venise dans les années 1550-1553. Après avoir présenté l’auteur et son oeuvre, notre propos se donne pour objectif d’identifier les animaux mis en scène pour définir le rôle joué par le bestiaire dans la nouvelle et le message que leur présence véhicule.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’ange ou la bête ? Bestiaires littéraires de l’Antiquité à nos jours, in« La Revue des jeunes che (...)

1« L’animal a nourri l’imaginaire littéraire depuis l’Antiquité, faisant de cet autre étrange et parfois si familier une figuration de soi mis à distance. Monstres ou amis fidèles, doubles ou figures repoussoirs, les animaux entrant dans la matière littéraire permettent la représentation et l’épanouissement d’un symbolisme complexe »1, écrit Sébastien Baudoin dans L’ange ou la bête ? Bestiaires littéraires de l’Antiquité à nos jours.

2Cinq siècles en arrière, Giovan Francesco Straparola, narrateur méconnu de la Renaissance italienne, utilise lui aussi les animaux dans Le piacevoli notti, qu’il écrit dans les années 1550-1553.

  • 2  Édition de référence : Le piacevoli notti,dans Novellieri del Cinquecento, La letteratura italiana(...)

3L’auteur est né dans les années 1480-1500 à Caravage, près de Bergame. Il est mort après 1557. Écrivain méconnu, il n’a laissé que peu de renseignements sur sa vie ; nous savons cependant qu’il a séjourné à Venise entre 1530 et 1540. Son œuvre comporte un Chansonnier d’imitation pétrarquesque, composé de sonnets, de chants, de chapitres et d’épîtres, et Le piacevoli notti2, Les nuits facétieuses.

4Il s’agit d’un recueil de nouvelles et de contes. La première partie a été publiée par Comin da Trino, à Venise, en 1550. Encouragé par le succès obtenu, l’auteur se lance dans une deuxième partie, publiée chez le même éditeur en 1553. En 1556, paraît l’édition des deux parties, toujours chez Comin da Trino, avec plusieurs variantes visant à atténuer les éléments scabreux et inquiétants pour l’orthodoxie. L’ouvrage est structuré en douze nuits, durant chacune d’elles sont racontées cinq nouvelles, sauf pour la dernière nuit où les nouvelles sont au nombre de treize. Elles sont précédées d’un prologue qui introduit le cadre, la rituelle « cornice » d’inspiration décaméronienne. Nous sommes dans l’île de Murano. Le décor est constitué par le palais d’Ottaviano Maria Sforza, exilé à Venise avec sa fille Lucrezia, ce qui situe l’action en 1536. Durant les fêtes de Carnaval, les dix demoiselles et les deux vénérables matrones qui constituent la cour de Lucrezia s’entretiennent avec leurs invités : des dames, des gentilshommes, des hommes de lettres. On danse, on récite des poésies, on se raconte des nouvelles.

5Les narratrices, demoiselles de compagnie de Lucrezia, sont tirées au sort, cinq par nuit, excepté pour les nouvelles II, 4 et V, 5, où parlent d’autres membres de la « brigata ». Pour la dernière nuit, Lucrezia et sept des gentilshommes présents se joignent aux cinq narratrices et racontent une brève nouvelle chacun. Parmi eux, notons la présence de Pietro et Antonio Bembo, de Bernardo Cappello, de Benedetto Trevigiano et d’Antonio Molino « Burchiella ». Chaque nouvelle est précédée d’un titre didascalique et terminée par une énigme en une octave, dont la résolution est proposée à l’assemblée. Si Boccace sert incontestablement de modèle, le recueil est également parsemé d’échos populaires et dialectaux ; ainsi, la nouvelle V, 3 est écrite en bergamasque et la V, 4 en padouan. De nombreuses nouvelles de la seconde partie sont en fait des traductions des Novellae fabulae de Girolamo Morini.

6Le conte y occupe un espace primordial. Et là, le bestiaire a sa place.

  • 3  III, 2.
  • 4  XI, 1.
  • 5  VIII, 4.
  • 6  III, 5.
  • 7  III, 1 ; III, 5.
  • 8  II, 1 ; III, 2.
  • 9  X, 2.
  • 10  III, 1 ; III, 2.
  • 11  VIII, 4.
  • 12  IV, 3.
  • 13  X, 2.
  • 14  IV, 3.
  • 15  III, 4.
  • 16  III, 2 ; III, 4 ; IV, 3 ; VIII, 4 ; IX, 3.
  • 17  III, 4 ; IX, 3.
  • 18  III, 2 ; III, 4 ; IX, 3 ; X, 2 ; X, 3.
  • 19  III, 4 ; X, 2 ; X, 3.
  • 20  VIII, 4.
  • 21  X, 3.
  • 22  III, 4.
  • 23  III, 2.
  • 24  VIII, 4.
  • 25  III, 3.
  • 26  III, 2 ; X, 3.
  • 27  III, 4.
  • 28  IV, 3.

7En effet, Le Piacevoli Notti sont traversées par une véritable parade d’animaux. Les animaux domestiques sont nombreux, comme le chien3, le chat, ou plutôt une chatte4 ; les animaux de la ferme, comme le coq5, la vache6, le taureau7, le porc8 et l’âne9 ; des poissons10, dont le thon11 ; des oiseaux12, dont la corneille13 ou la colombe14 ; la fourmi15 enfin. Le cheval, moyen de locomotion de l’époque est quasi omniprésent16. Les animaux sauvages ne manquent pas : le cerf17, le lion18, le loup19, le renard20, l’ours21, mais aussi l’aigle22 et le faucon23, le squale24 et la couleuvre25. S’ajoutent des animaux fantastiques, comme le dragon26, la sirène27 ou un monstre ailé28.

8Les animaux mis en scène par Giovan Francesco Straparola sont tout d’abord objets de science et d’observation. Leur comportement est étudié de manière précise.

  • 29  III, 8, p. 518.
  • 30  II, 1, p. 475.
  • 31  III, 1, pp. 495-496.
  • 32  III, 4, p. 520.
  • 33  III, 2, p. 498.
  • 34  III, 4, pp. 523-527.

9Ainsi, la silhouette de la couleuvre, sa beauté sont décrites avec précision dans l’énigme qui clôt la nouvelle : elle passe, superbe, dans le pré fleuri, la queue plate, la tête relevée, l’œil vif, longue, fine et grise29. Le porc se comporte comme tel : il se vautre dans les immondices, il tourne autour des personnes, couvert de fumier, sale et malodorant30. Les instincts du taureau, appelé « bœuf sauvage », sont également rappelés avec justesse, notamment lorsque l’animal court comme un fou à la vue d’un drap de couleur rouge31. De même, est examinée leur façon de se nourrir : le loup, animal vorace, s’intéresse à la viande maigre et aux os ; l’aigle, oiseau rapace dépourvu de dents, préfère les entrailles du cerf et la graisse, la fourmi la tendre cervelle32. Et les exemples sont nombreux, jusqu’au cheval, fougueux, belliqueux, à la robe tachetée et au regard vaillant33, héros de tournois chevaleresques avec son maître34.

  • 35  III, 2, pp. 501-502.
  • 36  III, 2, p. 502.
  • 37  IV, 3, pp. 550-551.
  • 38  II, 1, p. 474.
  • 39  II, 1, pp. 473-479.
  • 40  III, 1, pp. 489-490.
  • 41  III, 2, p. 501.
  • 42  III, 3, pp. 511-512.

10Cela dit, les animaux ont surtout une portée symbolique. Ils représentent tout d’abord la vie naturelle. Ainsi, le poisson vit dans l’eau claire, mais se trouve en danger de mort dans l’eau fétide35 ; le faucon pèlerin se meurt prisonnier de la glace36 ; la blanche colombe se désaltère à une source limpide37. Cependant, ils représentent surtout les passions humaines. Le porc cherche les caresses de sa mère, se frotte contre elle38, mais est l’objet d’un profond dégoût de la part des jeunes filles39 ; le thon pris dans les filets du pêcheur supplie Livoretto de lui rendre la liberté40 ; le cheval est sensible au chagrin de son maître et le réconforte41 ; la couleuvre est peinée d’avoir été oubliée par Biancabella et ne répond plus aux appels tardifs de celle-ci42.

  • 43  III, 3, p. 515.
  • 44  IV, 3, pp. 550-551.
  • 45  X, 2, p. 615.
  • 46  X, 2, p. 616.
  • 47  III, 1, pp. 489-490.
  • 48  III, 2, p. 503.
  • 49  III, 2, p. 505.
  • 50  III, 2, p. 504.
  • 51  III, 3, p. 508.

11Souvent, ils figurent la sagesse, par opposition à la folie des hommes. Ainsi, c’est justement la couleuvre qui, grâce à certaines herbes médicinales, redonne à la jeune fille mutilée ses mains et ses yeux43. La colombe met en garde les frères Acquivino et Fulvio contre les bêtes féroces qui gardent « l’eau qui danse »44. L’âne, maltraité par le meunier, à bout de forces, décide de s’enfuir et grimpe sur une montagne verdoyante pour y finir ses jours paisiblement45. Grâce à sa prudence et surtout à son intelligence, c’est lui qui fait peur au lion et au loup46. Dans toutes les aventures, ou plutôt les mésaventures, que rencontrent les héros des nouvelles, ce sont les animaux, reconnaissants, qui proposent leur aide et conduisent au dénouement heureux. C’est le cas du poisson, libéré par Pierrot le fou, qui remplit sa barque d’une pêche si abondante qu’elle est sur le point de chavirer47 ; du cheval, qui donne à Livoretto l’occasion d’approcher Bellisandra, princesse de Damas48 ; du faucon pèlerin, qui lui rapporte « l’eau de la vie »49 ; du poisson, qui retrouve la bague jetée dans le fleuve, sauvant ainsi le jeune homme d’une mort certaine50 ; de la couleuvre, qui permet à la malheureuse marquise de Montferrat de connaître les joies de la maternité51.

12Mais le bestiaire de Straparola représente surtout le mystère des choses, dans le sens où les animaux plongent le lecteur dans l’irrationnel, dans la magie.

  • 52  IV, 3, p. 553.
  • 53  III, 1, p. 493.
  • 54  Ibidem.
  • 55  III, 3, p. 515.
  • 56  III, 2, p. 504, puis III, 2, p. 505.
  • 57  III, 3, pp. 509-510.
  • 58  III, 3, p. 513.

13Ainsi, leur pouvoir est surnaturel. Tous sont doués de la parole, plus divine qu’humaine, précise une narratrice52. Ils s’entretiennent avec le héros ou l’héroïne, mais aussi entre eux. Ils ont un don magique, capable d’exaucer les vœux les plus irréalisables. Le poisson intervient sur la personne de Pierrot le fou : de sale et fou qu’il était, il le transforme en l’homme le plus beau et le plus sage du monde53, fait surgir de nulle part un magnifique palais pour son protégé, orné d’un jardin merveilleux dont les arbres donnent des perles et des pierres précieuses54. De la même manière, la couleuvre frappe trois fois le sol avec une branche de laurier et un magnifique palais se dresse aussitôt55. Trois écailles et deux plumes magiques permettent d’appeler à l’aide successivement le poisson magique et le faucon pèlerin56. La couleuvre baigne Biancabella dans du lait, puis dans de l’eau de rose ; de sa langue, elle efface les moindres défauts physiques de la jeune fille, qui devient d’une beauté parfaite. Quand sa mère la coiffe, de ses tresses blondes tombent des perles et des pierres précieuses ; quand elle se lave les mains, s’échappent des roses, des violettes, des fleurs multicolores et parfumées, à tel point qu’on se croit au paradis terrestre57. Des cheveux de la fausse épouse du prince tombent au contraire d’énormes poux qui ne cessent de la dévorer ; de ses mains, au lieu des fleurs odorantes, une saleté repoussante58.

14Mais le merveilleux se traduit en particulier dans les nombreuses métamorphoses qui parsèment le recueil. En effet, en digne héritier des Anciens, de Colophon, d’Ovide ou d’Apulée, Straparola leur confère un rôle primordial dans le récit.

  • 59  II, 1, pp. 473-479.
  • 60  II, 1, p. 474.
  • 61  II, 1, pp. 477-478.
  • 62  III, 3, p. 508.
  • 63  III, 3, p. 515.
  • 64  III, 4, pp. 522-523, puis p. 527.
  • 65  VIII, 4, pp. 597-599.

15Ainsi, prenant pour modèle la légende d’Amour et Psyché  narrée par Apulée, la nouvelle du Roi-porc59 – qui apparut en France pour la première fois sous la plume de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve en 1740, avec le titre célèbre de La Belle et la Bête, et fut reprise en version abrégée en 1757 par Jeanne-Marie Leprince – voit la métamorphose d’un jeune prince en porc. En fait, le sort jeté par l’une des trois fées ne sera levé que si le jeune homme prend une troisième épouse qui l’aimera60. Ses parents l’élèvent donc non pas comme une bête, mais comme une créature humaine. Il se couche pourtant comme un porc et suscite le dégoût des deux premières épouses. Seule la troisième l’acceptera tel qu’il est. Il retire alors sa peau sale et nauséabonde et se transforme en un très beau jeune homme61. La couleuvre magique a elle aussi une double nature : elle passe de son état de reptile à celui d’une très belle jeune fille, appelée Samaritana, sœur jumelle de Biancabella. En fait, à sa naissance, cette dernière avait la couleuvre entourée trois fois autour de son cou62. Ici aussi, la nouvelle s’achève avec la couleuvre qui abandonne sa peau de serpent pour prendre l’apparence d’une splendide jeune fille63. Fortunio64, quant à lui, souhaite devenir aigle, d’abord pour entrer dans la chambre de la princesse Doralice, puis pour échapper à la sirène et revenir sur son bateau, fourmi pour se cacher dans ses cheveux à l’arrivée du roi, enfin loup pour dévorer sa propre mère adoptive indigne. L’apprenti sorcier, que nous connaissons par Goethe grâce à son poème Der Zauberlehrling de 1797, ou par le scherzo symphonique de Paul Dukas composé un siècle plus tard, en 1897, est déjà présent dans les Nuits facétieuses. Le héros en est l’apprenti Dionigi, qui fait le désespoir de son père parce qu’il ne s’intéresse pas au métier de tailleur, pour lequel il est placé auprès de Maître Lattanzio, lequel exerce aussi des talents de nécromancie65. Le jeune homme promet cependant à son malheureux père de lui garantir une vie meilleure. Pour ce faire, il se métamorphose en un magnifique cheval et demande qu’on le vende au marché. S’ensuit un véritable duel de sorciers, où le maître et l’élève rivalisent d’imagination : Maître Lattanzio se transforme en squale pour dévorer le cheval venu se désaltérer ; Dionigi en thon pour combattre le squale, puis en rubis pour approcher la fille du roi, qu’il honore de sa présence bien humaine ; puis de rubis en grenade, pour échapper à la vente. Le maître en coq pour picorer les grains ; l’élève en renard pour dévorer le coq.

16Toutefois, si les animaux de Straparola véhiculent le fantastique, ils sont aussi porteurs d’un message.

  • 66  III, 4, p. 525.
  • 67  III, 4, p. 528.
  • 68  X, 3, pp. 621-623.

17Tout d’abord sur le plan psychologique. L’animal horrible figure, en effet, les peurs ancestrales de l’homme. Ainsi, dans l’Océan atlantique, une sirène de grande taille s’approche de la galère de Fortunio, se met à chanter de sa voix suave et engloutit le malheureux, au grand désespoir de sa jeune épouse Doralice66, qu’elle torture en acceptant de lui montrer partiellement son mari en échange des trois pommes magiques : la pomme de cuivre et d’or lui permet de le voir jusqu’à la poitrine, la pomme d’argent jusqu’aux genoux et la pomme d’or fin tout entier. La sirène constitue d’ailleurs la solution de l’énigme qui clôt la nouvelle67 : c’est un animal cruel et gracieux, qui a deux natures, l’une inhumaine et l’autre féminine ; elle est très belle, feint d’aimer mais est sans pitié ; elle chante suavement et conduit ainsi l’homme à la mort. Le dragon, ce monstre fier et épouvantable, cette bête affamée et féroce, exige le sacrifice d’un corps humain chaque jour. Voilà que vient le tour de la fille du roi. Cesarino, doté plus par la nature que par la fortune, apprend cela de la bouche d’un pauvre ermite68. Le cœur vaillant, il s’en va combattre le dragon, non sans l’aide de ses trois animaux, le lion, l’ours et le loup, qu’il a recueillis petits, élevés et nourris. Tous ensemble, ils réussissent à tuer le monstre, dont la langue constituera le trophée du jeune homme.

  • 69  III, 5, p. 529.
  • 70  XI, 1, pp. 637-638.
  • 71  Rappelons à ce propos qu’un manuscrit des Contes de ma mère Loye, dédié en 1695 par Pierre Perraul (...)

18Inversement, l’animal proche et familier représente la face riante de l’être ; il permet à l’homme de se rassurer dans une relation confiante aux autres. Ainsi, le vacher Travaglino s’occupe avec plaisir et dévouement du troupeau d’Emiliano, qui compte bon nombre de vaches et de taureaux. Un taureau lui est particulièrement cher, si bien qu’il lui fait dorer les cornes à l’or fin69. La chatte de Costantino Fortunato constitue un exemple encore plus probant70. Il s’agit en fait d’une première version du conte du Chat botté de Charles Perrault71. Straparola situe l’action en Bohême. Une pauvre femme, Soriana, mère de trois fils, est sur le point de mourir. Elle lègue à l’aîné sa huche à pain, au second la planche à pain et la chatte au cadet. La chatte, qui était magique, prend pitié de ce dernier, sans cesse laissé de côté par ses frères. Elle s’emploie à le faire entrer dans les bonnes grâces du roi, offre au souverain de multiples cadeaux de la part de son maître, lui suggère de se baigner dans le fleuve et de faire mine de se noyer… Le roi finit par lui donner la main de sa fille Elisetta, sensible au charme du jeune homme, qui la conduit dans le château du Seigneur Valentino, mort accidentellement sur la route. Bref, la chatte fait le bonheur de son maître.

  • 72  X, 2, p. 615.
  • 73  X, 2, p. 616.
  • 74  III, 1, pp. 489-490.
  • 75  III, 2, p. 506.
  • 76  III, 2, p. 507.
  • 77  III, 3, pp. 511-512.
  • 78  III, 4, p. 527.
  • 79  IV, 3, p. 554.
  • 80  X, 3, p. 627.

19L’homme se sent donc proche des animaux. Ceux-ci paraissent avoir des sentiments humains, connaître la faim, l’angoisse, la peur de la mort. C’est le cas en particulier de l’âne qui remercie Dieu de l’avoir délivré de la tyrannie, alors que le meunier est traité de « bestial »72. Souvent d’ailleurs, les animaux s’interpellent en s’appelant « Frère »73. L’anthropomorphisme est de rigueur dans Les nuits facétieuses. D’ailleurs, les animaux y apparaissent bien meilleurs que les hommes, qui agissent poussés par l’envie, la haine, la cruauté, même contre les membres de leur propre famille. En effet, le père de la princesse Luciana, se sentant déshonoré, veut faire mourir sa fille et son petit-fils de deux ans avec Pierrot le fou, alors que la reine, faisant preuve de “générosité” à leur égard, conseille à son époux de les enfermer tous les trois dans un tonneau et de les jeter à la mer74. Bellisandra n’hésite pas à décapiter son amoureux Livoretto, à réduire sa tête en bouillie, pour juger de l’efficacité de « l’eau de la vie »75. Elle fait de même pour le vieux sultan, mais au lieu de l’asperger de l’eau magique elle jette la pâte aux chiens76. La marâtre de Biancabella ordonne à ses serviteurs d’emmener la jeune femme dans la forêt pour l’exécuter ; ceux-ci, pris de pitié, se contentent de lui couper les mains et de lui enlever les yeux77. Sorti vainqueur de ses mésaventures, Fortunio rentre à la maison pour se venger et, métamorphosé en loup, dévore sa mère adoptive et son frère78. Et les exemples se multiplient. Ajoutons seulement que, si les méchants sont toujours punis, ils le sont cruellement, comme la marâtre et les deux demi-sœurs de Serena, qui sont brûlées vives sur la place publique79, ou encore la mère et les sœurs de Cesarino, coupables d’avoir tenté de le tuer, qui subissent le même sort après avoir avoué leur méfait sous la torture80.

  • 81  Vladimir Propp, Morphologie du conte, Paris, Seuil, 1970.

20L’animal n’est donc jamais présent pour lui-même. Il polarise l’attention, est investi d’une dimension qui dépasse sa simple représentation archétypale. Doué de pouvoirs magiques, il assume le rôle d’auxiliaire défini par Vladimir Propp lorsqu’il analyse les fonctions des personnages des contes81.

21Cela dit, le conte essaie de répondre à la grande question existentielle de la condition humaine. Et ici aussi le bestiaire occupe une place de choix.

  • 82  Édition de référence, III, 1, p. 495.
  • 83  XI, 1, p. 640.
  • 84  VIII, 4, p. 602.
  • 85  X, 2, p. 619.

22En effet, les nouvelles de Straparola, tout comme les contes de fées, montrent qu’il faut accepter le côté sombre de l’existence sans se laisser abattre ni recourir à des faux-fuyants. Les héros luttent contre les graves difficultés de la vie, affrontent les épreuves souvent injustes, presque toujours inattendues, viennent à bout des obstacles et finissent par remporter la victoire ; tout ceci grâce à l’aide et au soutien des animaux. En fait, le conteur délivre un magnifique message d’espoir : celui du « tout est possible ». Le pauvre devient riche, le faible peut vaincre le fort. Ainsi, Pierrot, le petit pêcheur fou, aidé par le poisson magique, finit-il par devenir sage et riche, épouse la fille du roi et obtient le royaume en héritage82. Costantino Fortunato, de misérable mendiant qu’il était, épouse la princesse Elisetta et devient roi de Bohême, grâce à la chatte que sa mère lui a léguée par testament83. L’apprenti Dionigi donne à son pauvre père la vie meilleure qu’il lui a promise84. Enfin, l’âne aux grandes oreilles, à demi-mort, sort vainqueur du roi de la forêt grâce à sa seule intelligence et bouleverse de la sorte tous les a priori85.

  • 86  III, 3, p. 517.
  • 87  XI, 1, p. 640.
  • 88  X, 2, p. 621.
  • 89  X, 3, p. 627.

23Grâce aux animaux, les nouvelles abordent les dilemmes existentiels, comme le besoin d’être aimé, la crainte d’être considéré comme un bon à rien, l’amour de la vie et la peur de la mort. Elles posent aussi le problème de la vie éternelle. Les épilogues évoquent souvent une longue vie paisible et la présence d’héritiers. Par exemple, Ferrandino, Biancabella et Samaritana, la jeune fille-couleuvre, vécurent longtemps, laissant après eux des héritiers légitimes86, tout comme Costantino Fortunato avec son Elisetta87 ; l’âne, vainqueur du lion et du loup, vécut longtemps dans l’allégresse88 ; le lion, l’ours et le loup, amis de Cesarino, furent servis avec diligence jusqu’à ce qu’ils meurent de mort naturelle89.

  • 90  Rappelons (pour le plaisir), la très célèbre interprétation de Bruno Bettelheim du fiancé-animal d (...)

24Par ailleurs, le héros ne peut se trouver lui-même qu’en explorant le monde extérieur. Et, ce faisant, il découvre « l’autre ». La nouvelle est orientée vers l’avenir, comme les contes de fées, et sert de guide à l’enfant, au jeune homme, à la jeune fille. Le héros quitte la maison familiale et poursuit sa route dans la solitude. Là, il est aidé par les êtres primitifs avec lesquels il est en contact, les animaux en l’occurrence, qui le guideront et qui lui donneront – nous l’avons démontré – toute l’aide dont il a besoin90.

25En somme, les animaux entrent en scène pour se faire porteurs d’une certaine philosophie de la vie.

26En conclusion, la parade des animaux des Nuits facétieuses de Giovan Francesco Straparola conduit le lecteur dans un monde fantastique, aussi cruel que le monde réel, mais la justice est toujours rétablie et le bonheur possible. Le conteur bergamasque annonce Jean de La Fontaine, qui écrira à Monseigneur le Dauphin, le fils de Louis XIV, un siècle plus tard :

  • 91  La Fontaine, Fables, Paris, Hachette, 1929, p. 13.

Tout parle en mon ouvrage, et même les poissons :
Ce qu’ils disent s’adresse à tous tant que nous sommes ;
Je me sers d’animaux pour instruire les hommes…91

27Il s’agit bien d’une interrogation sur la condition humaine.

Haut de page

Notes

1  L’ange ou la bête ? Bestiaires littéraires de l’Antiquité à nos jours, in« La Revue des jeunes chercheurs en lettres », dirigée par Sébastien Baudoin, n°3, http:// calenda.revues.org/nouvelle9760.html

2  Édition de référence : Le piacevoli notti,dans Novellieri del Cinquecento, La letteratura italiana, Storia e Testi, volume 24, tomo 1, Milano, Ricciardi, 1972, pp. 457-643.

3  III, 2.

4  XI, 1.

5  VIII, 4.

6  III, 5.

7  III, 1 ; III, 5.

8  II, 1 ; III, 2.

9  X, 2.

10  III, 1 ; III, 2.

11  VIII, 4.

12  IV, 3.

13  X, 2.

14  IV, 3.

15  III, 4.

16  III, 2 ; III, 4 ; IV, 3 ; VIII, 4 ; IX, 3.

17  III, 4 ; IX, 3.

18  III, 2 ; III, 4 ; IX, 3 ; X, 2 ; X, 3.

19  III, 4 ; X, 2 ; X, 3.

20  VIII, 4.

21  X, 3.

22  III, 4.

23  III, 2.

24  VIII, 4.

25  III, 3.

26  III, 2 ; X, 3.

27  III, 4.

28  IV, 3.

29  III, 8, p. 518.

30  II, 1, p. 475.

31  III, 1, pp. 495-496.

32  III, 4, p. 520.

33  III, 2, p. 498.

34  III, 4, pp. 523-527.

35  III, 2, pp. 501-502.

36  III, 2, p. 502.

37  IV, 3, pp. 550-551.

38  II, 1, p. 474.

39  II, 1, pp. 473-479.

40  III, 1, pp. 489-490.

41  III, 2, p. 501.

42  III, 3, pp. 511-512.

43  III, 3, p. 515.

44  IV, 3, pp. 550-551.

45  X, 2, p. 615.

46  X, 2, p. 616.

47  III, 1, pp. 489-490.

48  III, 2, p. 503.

49  III, 2, p. 505.

50  III, 2, p. 504.

51  III, 3, p. 508.

52  IV, 3, p. 553.

53  III, 1, p. 493.

54  Ibidem.

55  III, 3, p. 515.

56  III, 2, p. 504, puis III, 2, p. 505.

57  III, 3, pp. 509-510.

58  III, 3, p. 513.

59  II, 1, pp. 473-479.

60  II, 1, p. 474.

61  II, 1, pp. 477-478.

62  III, 3, p. 508.

63  III, 3, p. 515.

64  III, 4, pp. 522-523, puis p. 527.

65  VIII, 4, pp. 597-599.

66  III, 4, p. 525.

67  III, 4, p. 528.

68  X, 3, pp. 621-623.

69  III, 5, p. 529.

70  XI, 1, pp. 637-638.

71  Rappelons à ce propos qu’un manuscrit des Contes de ma mère Loye, dédié en 1695 par Pierre Perrault, le fils de Charles, à Mademoiselle, la fille du duc d’Orléans, comportait La Belle au bois dormant, Le Petit Chaperon rouge, La Barbe bleue, Le Maître Chat ou Le Chat Botté.

72  X, 2, p. 615.

73  X, 2, p. 616.

74  III, 1, pp. 489-490.

75  III, 2, p. 506.

76  III, 2, p. 507.

77  III, 3, pp. 511-512.

78  III, 4, p. 527.

79  IV, 3, p. 554.

80  X, 3, p. 627.

81  Vladimir Propp, Morphologie du conte, Paris, Seuil, 1970.

82  Édition de référence, III, 1, p. 495.

83  XI, 1, p. 640.

84  VIII, 4, p. 602.

85  X, 2, p. 619.

86  III, 3, p. 517.

87  XI, 1, p. 640.

88  X, 2, p. 621.

89  X, 3, p. 627.

90  Rappelons (pour le plaisir), la très célèbre interprétation de Bruno Bettelheim du fiancé-animal de La Belle et la bête, qui s’adapte à merveille à la nouvelle du roi porc : Bruno Bettelheim, dans Psychologie des contes de fées, en donne une interprétation que nous pouvons aisément appliquer à la nouvelle du Roi-porc de Giovan Francesco Straparola. En effet, déclare le philosophe autrichien, « certains contes, sans faire aucune allusion au refoulement qui provoque une attitude négative vis-à-vis du sexe, enseignent simplement que par amour, il faut changer radicalement cette attitude. Ce changement est exprimé, comme toujours dans les contes de fées, à l’aide d’images frappantes : une bête se transforme en une personne d’une grande beauté… le partenaire sexuel se présente d’abord sous l’aspect d’un animal » (Paris, Laffont “Pocket”, 2007, p. 495). Par ailleurs, comme les mères étaient généralement les premières éducatrices, Bruno Bettelheim pense que, d’une certaine manière, elles sont responsables des premiers tabous sexuels. C’est donc une femme, la sorcière, la fée, qui transforme le futur fiancé en animal. Mais c’est aussi l’affection et le dévouement de l’héroïne qui change la bête en prince charmant. Le philosophe remarque par ailleurs que, dans la plupart des contes occidentaux, la bête est de sexe masculin et ne peut être délivrée de son sortilège que par l’amour d’une femme. Elle peut se présenter sous la forme d’un porc, d’un lion, d’un ours, d’un âne, d’un serpent…, qui reprennent leur forme première dans les mêmes conditions.

91  La Fontaine, Fables, Paris, Hachette, 1929, p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°12, Arches de Noé, 2008.

Référence électronique

Théa Picquet, « La parade des animaux. Giovan Francesco Straparola, Le piacevoli notti », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/1931 ; DOI : 10.4000/italies.1931

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org