Navigation – Plan du site
Ah ! L'étiquette

Castiglione et la « beffa »

Paul Larivaille
p. 357-377

Résumé

Quelles qu’aient pu être les raisons qui avaient conduit Castiglione à exclure le terme de beffa et à le remplacer par celui de burla, l’adoption d’un autre mot ne change rien ni au contenu ni au déroulement de l’action. Il y a bien dans le Courtisan censure ou projet de censure de la beffa, de même que des récits facétieux (festive narrazioni) trop vulgaires ou des réparties (motti) excessivement mordantes. Mais loin d’être écartée du traité, la beffa s’y trouve simplement (hypocritement ?) masquée : et qui plus est, parmi les quelques beffe données à titre d’exemples sous le nom de burle, l’innocuité prônée par Castiglione et son porte-parole est parfois beaucoup moins évidente qu’il n’y paraît. Dans son intitulé même, cette étude ne peut qu’enregistrer les préventions nourries par Castiglione vis-à-vis d’un genre – la beffa – que de toute évidence il n’envisage qu’avec beaucoup de circonspection. Si l’enjouement fait figure, en son traité, de qualité fort recherchée, […] la beffa y occupe une place des plus restreintes, et y prend moins l’allure d’une réalité vivante que d’un jeu convenu et d’une référence obligée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  In Formes et significations de la « beffa » dans la littérature italienne de la Renaissance (deuxi (...)

1C’est par cette entrée en matière à la fois prudente et un peu gênée que José Guidi amorçait, il y a plus d’une trentaine d’années, sa contribution à la deuxième série d’études sur les Formes et significations de la « beffa » dans la littérature italienne de la Renaissance réunies par André Rochon et publiées avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique : Festive narrazioni, motti et burle (beffe). L’art des facéties dans « le Courtisan »1. Le titre, quelque peu énigmatique peut-être pour les non-initiés, relègue en effet les beffe entre des parenthèses qui s’expliquent en partie à la lecture de la suite du paragraphe introductif, par l’évocation de l’œuvre de Boccace comme une « référence obligée » mais « sur ce point précis » idéologiquement incompatible avec le traité de Castiglione, où la beffa « ne peut désormais être citée que dans la mesure où elle renonce à toute remise en question en profondeur de la réalité, n’outrepasse aucune convenance, et s’intègre à un jeu savamment édulcoré qui vise bien davantage à rassurer qu’à dérouter ».

  • 2  In Les Écrivains et le pouvoir en Italie à l’époque de la Renaissance (première série), 1973, pp. (...)
  • 3 « A tempo e con bona maniera ». Segni precursori del manierismo ne « il libro del Cortegiano », in (...)
  • 4  José Guidi, Festive narrazioni, motti et burle (beffe). L’art des facéties dans «Le Courtisan », p (...)

2Certes, cette présentation succincte suffisait, à l’époque, à greffer le rapport de José Guidi dans le prolongement des séminaires qui se poursuivaient depuis plusieurs années, au sein du Centre de Recherche sur la Renaissance Italienne, sur les deux thèmes qui ici se rejoignent et qui avaient déjà donné lieu à trois publications : la « première série » d’études sur les Formes et significations de la « beffa »…(1972) et les deux séries sur Les Écrivains et le pouvoir en Italie à l’époque de la Renaissance (1973 et 1974). La vingtaine de chercheurs venus régulièrement des quatre coins de la France participer, sous la houlette d’André Rochon, aux discussions du rapport pour ainsi dire fondateur de Anna Fontes-Baratto sur Le thème de la « beffa » dans le « Décaméron » et des six rapports suivants réunis dans le premier volume, savaient le genre de farce que recouvrait à l’époque le mot beffa, composante caractéristique et pour cela intraduisible de la réalité florentine à l’époque de Boccace, qui avait ensuite, portée par la vogue croissante du Décaméron, essaimé un peu partout en Italie, dans la vie quotidienne comme dans la littérature. De même n’avaient-ils, ayant suivi de près les étapes de l’élaboration du premier rapport de J. Guidi sur Baldassar Castiglione et le pouvoir politique : du gentilhomme de cour au nonce pontifical2, aucun mal à comprendre a priori l’incompatibilité idéologique entre la beffa, expression de la réalité populaire et bourgeoise florentine, et un traité à l’usage d’une caste aristocratique dont la prévention contre tout ce qui de près ou de loin sent la roture est une des caractéristiques essentielles. Il n’en est peut-être pas de même à trente-cinq ans de distance, pour des lecteurs qui n’ont peut-être pas encore tous eu l’occasion de se familiariser avec le Courtisan, l’univers de Castiglione et les travaux de José Guidi. Aussi, avant d’ajouter aux toujours très perspicaces analyses de celui auquel ces pages sont destinées à rendre hommage quelques menues remarques germées au cours de mes dernières incursions dans son domaine3, ne m’en voudra-t-on pas de reparcourir aussi brièvement que possible les trois ou quatre passages extraits des cinquante-quatre chapitres pris en considération dans son étude4, qui permettront d’élucider le sens des mots utilisés dans son intitulé ; en même temps que de comprendre pourquoi, comme au mot Beffa, il n’a pas paru souhaitable à José Guidi d’essayer d’en donner une traduction française – au désespoir, je peux en témoigner, de l’imprimeur qui, entre une première série de mots italiens interrompue par une conjonction française, puis un second titre se terminant par le titre de l’ouvrage étudié traduit en français, ne savait plus trop quelles solutions adopter pour rendre l’ensemble lisible et esthétiquement admissible !

3La première partie de l’intitulé étant une mise en facteurs de la seconde, le plus expédient sera de commencer par la définition que, par le truchement d’abord du gentilhomme génois Federico Fregoso, puis du roturier Bernardo Dovizi da Bibbiena, Castiglione donne de la facétie. Pour l’aristocrate Fregoso les facéties ne peuvent être que de deux sortes :

La première s’étire en un long discours suivi [ragionar lungo e continuato] ; comme on le voit faire à certains hommes, qui de si bonne grâce et si plaisamment racontent et exposent une chose qui leur est advenue ou qu’ils ont vue ou entendu dire, et qui du geste et de la parole vous la mettent sous les yeux et presque vous la font toucher du doigt […]. L’autre forme de facéties est très brève et ne consiste qu’en des réparties [detti] promptes et piquantes, comme on en entend souvent parmi nous de mordantes, et qui, sans ce peu de piquant, semblent n’avoir aucun charme ; chez les anciens aussi elles s’appelaient detti ; maintenant certains les appellent des traits d’esprit [arguzie]. Je dis donc que, dans la première forme de facéties, qui est celle du récit facétieux [festiva narrazione], l’art n’est pas nécessaire car c’est la nature elle-même qui crée et forme les hommes capables de raconter plaisamment ; et qui leur donne visage, gestes, voix et mots appropriés pour imiter ce qu’ils veulent. Dans l’autre, celle des traits d’esprit, que peut faire l’art, dès lors que la répartie piquante [salso detto] doit être sortie et avoir fait mouche avant que celui qui la lance ait l’air d’avoir pu y penser ; autrement, elle est froide et n’est pas bonne. (II, xliii)

4Aux yeux du Toscan Bibbiena, réputé maître en la matière, et pour cette raison, par Emilia Pia, la meneuse de jeu, expressément chargé d’en parler pendant que Federico Fregoso prend du repos, le tableau dressé par ce dernier est incomplet :

Pour en revenir donc aux sortes de facéties qui relèvent de notre propos, je dis que, selon moi, il s’en trouve de trois sortes, bien que messire Federico n’ait fait mention que de deux: à savoir le récit suivi, enjoué et plaisant, qui consiste à raconter une chose [advenue] jusqu’à son dénouement, et la saillie soudaine et pleine d’esprit, qui consiste en une seule répartie. Nous en ajouterons donc une troisième sorte, celle des facéties que l’on appelle des burle, qui se composent de longs récits, de brèves réparties, avec en plus quelque opération. (II, xlviii)

5Une troisième citation devrait permettre de serrer encore de plus près la définition cherchée ; elle sert d’introduction au chapitre où figure le premier des cinq exemples de burle proposés par Bibbiena :

Il me semble que la burla n’est rien d’autre qu’une tromperie amicale en des matières qui n’offensent pas, ou à tout le moins offensent peu ; et de même que dans les facéties c’est de dire quelque chose contre l’attente, de même, dans les burle, c’est de faire quelque chose contre l’attente qui fait rire. Et ces dernières plaisent d’autant plus et sont d’autant plus louées qu’elles sont plus ingénieuses en même temps que plus modérées ; car celui qui veut faire des burle sans le moindre égard offense souvent, et il en naît ensuite des désordres et de graves inimitiés. (II, lxxxv)

  • 5  Cf., pour rester dans la seconde partie du livre II, le début de II, xli, p. 254 : « Le plus sûr, (...)

6Récapitulons. Le moins que l’on puisse dire est que la distinction entre facétie et burla n’est, dans l’esprit de Castiglione, pas toujours très claire, du moins pas toujours aussi claire que semble l’indiquer le titre de l’article de José Guidi. Au chapitre xlviii, la facétie constitue bien le genre dont font partie les trois espèces que sont le récit facétieux (festiva narrazione, selon la formule précédemment employée par Fregoso), la saillie ou répartie spirituelle (detto solo, appelé ailleurs motto), et la burla, que Bibbiena désapprouve Fregoso de ne pas avoir mentionnée parmi les « sortes de facéties qui relèvent de notre propos » ; même si ladite burla se trouve en fin de compte dotée d’une sorte de statut de sous-genre, supérieur à celui des deux autres espèces de facéties, qui semblent s’y intégrer comme des éléments canoniques. Au chapitre lxxxv, en revanche, la facétie se trouve confinée dans l’oralité, dans le domaine du « dire », et expressément opposée à la burla qui, elle, relève du « faire ». Les deux définitions ainsi données de la burla à moins d’une quarantaine de chapitres d’écart (xlviii et lxxxv) ne sont toutefois pas aussi contradictoires qu’il y paraît à première vue, si l’on veut bien distinguer les deux plans que Castiglione, consciemment ou non, fait montre de confondre dans une même exigence ressassée de mediocritas5,d’ingéniosité dans la conception autant que de modération exempte de toute offense dans l’exécution (ch. lxxxv) : celui de la burla en tant qu’action (conception et réalisation), et celui du récit d’une action de burla.

  • 6  Ch. lxxxix : « … comme celles [= les burle] que faisaient Bruno et Buffalmacco à leur ami Calandri (...)
  • 7  Voir Mario Baratto, La commedia del Cinquecento, Vicenza, Neri Pozza, 1975, ch. I, pp. 35 et suiv. (...)

7Cela dit, quelles que puissent être les raisons du choix de Castiglione (rejet de certaines connotations idéologiques liées aux origines populaires et bourgeoises de la beffa ? Hispanisme imputable simplement à une mode qui commence à gagner du terrain à Rome, ou à quelque velléité d’user d’un terme moins marqué que beffa et convenant mieux à l’aréopage des interlocuteurs du Courtisan ?), l’adoption d’un autre mot ne change rien ni au contenu ni au déroulement de l’action. Non seulement l’équivalence burla / beffa est clairement déductible du passage où Castiglione, parmi une infinité chaque jour croissante d’exemples de burle, en signale « beaucoup de plaisants dans les nouvelles de Boccace » et cite précisément quelques-unes des plus belles beffe du Décaméron6, mais la seconde définition - celle de la burla comme « une facétie en acte », selon la formule proposée par Bruno Maier » - introduit à la série des cinq seuls exemples concrets de burle : lesquelles sont toutes d’authentiques beffe, présentant toutes les caractères spécifiques de la beffa. Si donc la prévention dont fait preuve Castiglione semble certaine - et si tant est qu’il prétende, sincèrement ou non, se mettre la conscience en paix en se déchargeant du soin d’en parler sur le roturier Bibbiena, narrateur-auteur et victime lui-même -, la beffa, loin d’être écartée de son traité, s’y trouve simplement masquée, moins par un autre mot d’origine étrangère qui peut intriguer mais ne trompe personne, que par la tentative de la ramener, en milieu courtisan, soit à une tromperie inoffensive de bon aloi, soit à un récit de tromperie éventuellement de mauvais aloi, mais se déroulant dans un milieu inférieur et ne remettant pas en cause la hiérarchie ; un cas, ce dernier, qui n’est pas sans rappeler l’idéologie qui présidait à la même époque à la conception et à l’organisation du spectacle comique : miroir d’un désordre subalterne provisoire, censé ne pas concerner la cour spectatrice, mais au contraire confirmer celle-ci dans sa supériorité, en même temps que confirmer la légitimité et la pérennité de l’ordre supérieur dont elle se sent l’émanation et qui, à l’heure de la résorption du désordre passager représenté sur le devant de la scène et du dénouement heureux de règle, reprendra son cours immuable symbolisé par les palais et églises stylisés peints sur la toile de fond7. Il y a bien dans le Courtisan censure ou projet de censure de la beffa, au même titre que des festive narrazioni par trop bouffonnes et vulgaires ou des motti excessivement mordants, fût-ce par appréhension ou par peur plus que par sens de la mesure :

  • 8  II,xlvi ; v. également ch. lxxxiii, sur la façon de plaisanter en se gardant « d’être acerbe et mo (...)

Aussi est-il convenable de se moquer [beffare] et rire des vices ancrés en des personnes qui ne soient ni misérables au point d’inspirer la pitié, ni scélérates au point de paraître mériter d’être condamnées à la peine capitale, ni haut placées au point qu’une petite irritation [sdegno]de leur part soit susceptible de vous faire beaucoup de tort.8

8Malgré tout la notion de beffa reste, dans le Courtisan, bien présente et, qui plus est, parmi les quelques beffe données à titre d’exemple, l’innocuité prônée par Castiglione et son porte-parole est parfois moins évidente qu’il n’y paraît.

  • 9  Ch. lxxxv, p. 311 (la seconde rédaction – dorénavant appelée « Ghinassi » – portait simplement « i (...)
  • 10  Cf. « Il Cortegiano » del conte Baldesar Castiglione, annotato e illustrato da Vittorio Cian, terz (...)
  • 11 Ibidem, note à ligne 9. Cian s’inspire de Casini, Manuale di letteratura italiana, Firenze, Sansoni (...)

9Cela semble évident dès la première burla, la seule qui se déroule dans une cour - obstinément non nommée -, qui mette en cause des personnages de haut rang et qui se présente expressément comme l’exemple le plus recommandable entre gens de bonne compagnie, d’une « tromperie amicale » inoffensive, correspondant très exactement (tale, quale) au premier type décrit par l’orateur : « lorsque l’on trompe ingénieusement et de belle et plaisante manière qui que ce soit »9 : « deux grandes dames » se méprennent comiquement sur la qualité d’un vacher bergamasque, trop bien habillé par son maître, qu’on leur a présenté comme « le courtisan le plus accompli qu’il y eût dans toute l’Espagne ». Apparemment : une anodine « supercherie parfaitement machinée » (J. Guidi) par des « gentilshommes » aux dépens, semble-t-il, des deux meneuses de jeu de la soirée, la duchesse et Emilia Pia, dont l’identité est en effet à la fois dissimulée et dévoilée au lecteur, peut-être par la détermination polie - valant presque un clin d’œil à une assistance qui ne peut ignorer un fait advenu « ces derniers jours [a questi dì] » - avec laquelle Bibbiena résiste à la pseudo-insistance mise à demander les noms par la duchesse, et plus probablement par le rire à coup sûr entendu de tous avec lequel celle-ci argue que beaucoup de burle avaient été « faites au duc Frédéric, au roi Alphonse d’Aragon, à la reine Isabelle d’Espagne et à beaucoup d’autres grands princes » qui « non seulement n’avaient pas mal pris la chose, mais en avaient largement récompensé les auteurs »10. Le problème toutefois est que, volontairement ou non, de la part de Bibbiena ou de celle de l’auteur, il y a, comme on dit vulgairement dans le commerce, tromperie sur la marchandise. Vittorio Cian rappelle en effet justement dans une note, d’une part, que ce qui est présenté comme un second type de burla, « lorsque l’on tend une sorte de filet et exhibe un peu d’appât, de façon que l’autre coure se tromper lui-même », n’est qu’un cas particulier du premier type décrit plus haut, d’autre part, que la burla des deux dames et du paysan bergamasque, expressément déclarée du premier type, constitue en réalité un exemple manifeste du second, dès lors que les deux dames s’étaient précipitées d’elles-mêmes dans le filet tendu à l’instigation du courtisan espagnol, et s’y étaient longuement empêtrées et ridiculisées, en présence de nombreux spectateurs dûment informés de la qualité de l’homme, avant de finir « mais à grand-peine » par se persuader « qu’il était bien l’homme qu’il était »11. Il s’agit donc bien d’une beffa type, de celles qui ne sont pas de vulgaires et simples tromperies, mais où, comme le beffato type du Décaméron, les nobles dames sont amenées à participer activement à leur propre dérision et à s’y enferrer. Le « brave homme [bon omo] » de paysan, manipulé par les uns et les autres, presque comme un simple objet, un jouet parlant un langage incompréhensible, n’est ni plus ni moins humilié après qu’avant : il n’a pas pénétré de lui-même par effraction là où il sait n’avoir pas sa place, de sorte qu’« il lui a fallu donner lui-même nombre de preuves [contrassegni] de sa noblesse » pour mettre fin à une tromperie dont il n’était pas coupable et faire cesser le ridicule et le rire fou, douloureux à force de durer, qui a longuement sanctionné la méprise des deux dames. Cela étant, compte tenu de la compétence notoire de Bibbiena en matière de beffa (ou burla) - divertissement des plus en vogue à l’époque, et dont il semble avoir été lui-même si souvent victime qu’il s’en méfie comme un chat échaudé craignant l’eau froide (ch. lxxxiv) -, on peut s’étonner qu’il ait commis une telle faute d’appréciation tant sur la structure que sur la prétendue innocuité du tour joué.

  • 12  J. Guidi, Festive narrazioni ..., cit., pp. 202-203.
  • 13  II, ch. lxxxvi, pp. 313-16, passim ; et cf. Ghinassi, cit., II, ch. lxxxiii, pp. 167-68.

10Guère plus convaincante, l’appréciation liminaire portée sur la seconde burla racontée, « celle du blasphémateur châtié, […] censée se rattacher au même type que la première »12, à cette différence près qu’elle est en outre censée être des « plus plaisantes, qui au commencement épouvantent, puis s’achèvent de façon rassurante, car celui-là même qui en a été victime rit de lui-même, en voyant qu’il a eu peur pour rien »13. Castiglione s’en était visiblement rendu compte lui-même, à en juger par les modifications considérables apportées au récit de Bibbiena dans la dernière rédaction de son traité, dans le but – au moins pour certaines d’entre elles - de justifier l’appréciation initiale demeurée inchangée : une longue adjonction de plus de dix-huit lignes (un quart du chapitre définitif) correspondant à peu près exactement à la partie du dialogue où José Guidi avait justement décelé « les signes d’une maîtrise portée ici jusqu’à son point d’accomplissement » ; quelques menus allègements dans les lignes qui suivent ; mais surtout le remplacement prudent de la promesse d’offrir à Notre-Dame de Lorette la totalité de ses biens (littéralement : « ce qu’il avait au monde de facultés ») par l’offrande, plus de circonstance en même temps que moins onéreuse, d’ « une paire d’yeux en argent », ainsi que la suppression de l’engagement « pour finir, de se faire frère de saint François, si Dieu lui accordait la grâce de récupérer la vue » ! Que l’orateur - et, derrière lui, l’auteur au premier chef - se soit ainsi fait un devoir d’atténuer à la fois la profondeur de la détresse du « pauvre homme [poveretto] » qui se croyait devenu aveugle et le traumatisme qui lui en reste après coup, prouve une certaine prise de conscience de la condition de la victime ; mais dans le même temps, contradictoirement, le souci de raffiner le récit atteste chez l’auteur une sorte d’esthétisme de la beffa, comme un plaisir sinon de faire souffrir, à tout le moins de contempler et décrire la souffrance d’autrui, peu compatible avec l’innocuité préconisée entre gens de bonne compagnie.

  • 14  II, ch. xxxi, p. 239 : à la question « vous semble-t-il que ce soit un vice chez le courtisan, que (...)
  • 15  Littéralement « payer tous ses vœux » : expression restée inchangée dans la rédaction définitive, (...)
  • 16 Décaméron, I, 1 ; VI, 10.

11Sur un autre plan, cette burla, où Guidi observe que « Castiglione reproduit soigneusement la logique et le jeu d’enchaînements » des beffe de Boccace, fait aussi penser à d’autres aspects du Décaméron. Un premier péché – un de ces jeux trop ouvertement intéressés condamnés par Federico Fregoso14 – en entraîne un second plus grave, le blasphème, auquel la burla apporte un faux châtiment, qui provoque une vraie contrition du blasphémateur, suivie d’une grâce feinte et d’une véritable expiation contraire au dénouement rassurant et souriant initialement annoncé : perte de la capacité de rire et de parler ; angoisse peut-être de se trouver dans l’obligation, que les deux « compagnons » serinent inlassablement à leur victime, de s’acquitter de tous ses vœux15. Bref, plus que les excès du jeu et le blasphème, la burla sanctionne la crédulité d’un niais et, en fin de compte, bafoue des croyances et pratiques plus superstitieuses que conformes à l’orthodoxie religieuse : ce qui n’est pas sans rappeler, toutes proportions gardées bien sûr, l’atmosphère de nouvelles comme celles de Ser Ciappelletto ou de frate Cipolla16, et ne laisse pas d’étonner après les déclarations placées dans la bouche du même orateur à moins de vingt chapitres de distance :

Il faut éviter également que la plaisanterie [motteggiar] ne soit impie ; car, de là, on en vient ensuite à se vouloir subtil dans le blasphème et chercher à trouver de nouvelles façons de blasphémer ; de sorte que l’on semble chercher à tirer gloire de ce qui mérite non seulement le blâme, mais un châtiment sévère, ce qui est une chose abominable ; aussi ceux qui veulent se montrer facétieux en manquant de révérence envers Dieu méritent-ils d’être exclus de la compagnie de tout gentilhomme. (ch. lxviii)

  • 17  II, ch. lxxxvii et lxxxviii, pp. 316-19 ; Ghinassi, lxxxiv et lxxxv, pp. 168-71 ; J. Guidi, Festiv (...)

12Dans les deux burle suivantes, Bibbiena n’est plus seulement narrateur et témoin, mais aussi acteur et, dans la première des deux, victime17 ; et cette présence constante du narrateur au sein de l’action, sans aucun doute voulue et calculée par Castiglione, ne peut qu’inciter, au moins dans un premier temps, à une lecture centrée sur lui des trois burle centrales. Après celle du blasphémateur châtié, advenue dans une auberge où lui-même était présent, mais où il n’avait joué aucun rôle et probablement même rien vu, la burla de l’homme qui « se trompe lui-même », que Bibbiena déclare d’emblée illustrer par son propre exemple (« ce qui m’est arrivé il n’y a pas longtemps »), requérait une habileté exceptionnelle du conteur – et bien sûr de l’auteur – pour entretenir l’attente du public ainsi créée, habileté dont seule une relecture une fois le dénouement connu permet de se rendre exactement compte. L’ambiance est d’emblée vite évoquée en une succession serrée de brèves notations parmi lesquelles seule une oreille informée et attentive a le temps de saisir au vol un indice de ce qui se prépare :

au carnaval dernier mon cher Monseigneur de Saint-Pierre-aux-Liens, qui sait le plaisir que je prends, quand je suis masqué, à faire des farces [burle] à des moines, ayant au préalable bien organisé ce qu’il entendait faire, vint un jour avec Monseigneur d’Aragon et quelques autres cardinaux se mettre à des fenêtres de la rue des Banchi, montrant leur intention de s’installer là pour voir passer les masques, comme c’est l’usage à Rome.

  • 18  Sur ce jeune prélat comblé de bénéfices, généreux mécène de lettrés et d’artistes, mort prématurém (...)
  • 19  II, ch. xliv, p. 259. Fra Mariano Fetti, que l’on disait ex-barbier de Laurent le Magnifique, frèr (...)

13L’assistance n’était pas sans savoir que le jeune cardinal de Saint-Pierre-aux-Liens, Galeotto della Rovere, neveu préféré du pape Jules II18, n’était pas seulement un original qui invitait tous ses visiteurs à se mettre en pourpoint pour faire des concours de saut avec lui (II, ch. x), mais un généreux mécène qui fréquentait ou accueillait dans sa demeure entre autres, outre Bibbiena, le célèbre fra Mariano et sans doute bien d’autres bouffons et farceurs de son espèce19. Tout au plus certains, le sachant amateur de facéties, pouvaient-ils vaguement supputer quelque lien entre l’indication qu’il avait « au préalable bien organisé ce qu’il entendait faire » et ce qui devait arriver au narrateur ; mais rien de plus, car ce qui suit n’est que le récit d’une de ces farces que Bibbiena avouait, au cours des mascarades, aimer jouer à des moines : en apercevant un à l’air un peu désorienté, il l’aborde, sûr d’avoir trouvé sa proie, lui fait croire qu’il est recherché par les sbires, propose de le sauver en l’emmenant à la Chancellerie, finit par le convaincre de monter en croupe derrière lui, et victorieux reparcourt la rue des Banchi avec lui sur son cheval gambadant et décochant des ruades.

Imaginez-vous le beau spectacle que cela faisait, un moine en croupe derrière un masque, avec son manteau qui volait et sa tête qu’il branlait d’avant en arrière, au point qu’il semblait toujours près de tomber.

14Puis – à la moitié du récit, très exactement – le « beau spectacle » commence à tourner. Qu’une grêle d’œufs s’abatte sur les deux hommes, et sur Bibbiena pour la plupart : rien que de bien normal, c’est la tradition, pense ce dernier, tellement persuadé que les rires sont tous pour l’autre, qu’il fait plusieurs allers et retours dans la rue des Banchi, insensible aux supplications du moine qui l’implore de « ne pas faire une telle honte à son habit » ; « puis », lâche d’un trait le narrateur, comme s’il n’y tenait plus, « en cachette, le gredin se faisait donner des œufs par des estafiers postés là exprès » les lui écrasant sur la poitrine, et même sur la tête et le front ; jusqu’au moment où, tous étant fatigués de rire et de lancer des œufs, le prétendu moine saute à bas du cheval, rejette son capuce et révèle qu’il est un valet d’écurie du cardinal della Rovere. Conclusion de la seconde rédaction du traité :

Je ne sais ce qui l’emporta en moi, de la colère ou de la honte ; toujours est-il que, pour faire passer mon mal, je m’enfuis chez moi et que le lendemain matin je n’osais pas me montrer ; mais les rires déchaînés par cette burla ont perduré non seulement le lendemain, mais presque jusqu’à maintenant.

  • 20 Festive narrazioni…, cit., pp. 204-205.

15Et la rédaction définitive de surenchérir, par l’insertion – pour ainsi dire, en exergue à la conclusion – du mot « douleur » (« …de la douleur, de la colère ou de la honte »), et surtout par l’adjonction, au début du chapitre suivant, d’une brève phrase d’introduction dont on ne sait trop que penser : « Et après que les rires eurent ainsi repris pendant un moment au récit de cette burla, messire Bernardo ajouta… ». Cet ajout post mortem (entendons : après la mort des derniers éventuels témoins de l’épisode raconté, c’est-à-dire le cardinal d’Aragon en 1519, et Bibbiena lui-même en 1520) est-il bien, comme le veut José Guidi, le soulignement complaisant d’une réconciliation, d’un enjouement retrouvé au terme d’une sanction « moins grave que son énoncé pourrait le laisser supposer » ? Ne serait-ce pas, venant de Castiglione, faire la part un peu trop belle à Bibbiena, que de considérer qu’« en se faisant berner par plus puissant que lui, [il] participe encore d’une certaine façon à ce triomphe de la hiérarchie » et ramener ainsi la burla aux dimensions d’une anodine épreuve de bizutage ? Et n’est-ce pas faire la part trop belle à Castiglione lui-même que de conclure que « la perfection même de la narration, et la faveur qu’elle sait susciter » suffisent à exorciser les conséquences de la burla, et en quelque sorte à la stériliser ?20

16Il semble, au contraire, que l’indéniable perfection de la narration de cette contre-beffa - qui n’en est pas une au sens traditionnel, de beffa prenant le contre-pied d’une beffa précédente, mais constitue un nouvel avatar, magistralement préparé par le cardinal, du filet tendu et de l’appât exhibé « pour que l’autre coure se tromper lui-même » -, de même que son organisation et son déroulement, loin d’en exorciser les conséquences, ne font une fois de plus que mettre en évidence la cruauté de la burla : ou plus exactement des burle, à commencer par celle que Bibbiena est convaincu, à son habitude, d’infliger à un vrai moine, qu’il se délecte de voir d’abord « effrayé et tout tremblant », puis branlant la tête comme s’il allait tomber de cheval, puis mortifié par la grêle d’œufs et les rires des gens, puis pleurant et suppliant de ne pas faire « cette honte à son habit ». Et la sanction de la burla que dans le même temps, sans le savoir, il se joue à lui-même, n’est qu’un juste retour des choses, d’autant plus difficile à supporter qu’elle frappe dans son amour-propre un expert en la matière, sans nul doute jaloux de sa réputation, et qui plus est devant son public habituel, qu’il était une nouvelle fois persuadé de faire rire aux dépens d’un moine.

  • 21  Ghino Ghinassi, Fasi dell’elaborazione del « Cortegiano », in « Studi di filologia italiana », XXV (...)
  • 22  Sur les raisons du choix de Bibbiena par Castiglione, v. Guidi, Festive narrazioni…, cit., pp. 179 (...)
  • 23  Carlo Dionisotti, Chierici e laici, in Id., Geografia e storia della letteratura italiana, Torino, (...)
  • 24  Ibidem, pp. 69 et 71.

17Certes, on peut toujours arguer qu’il s’agit là d’une farce de carnaval, dont la victime n’est qu’un faux moine, et que donc la religion est sauve. Il n’en reste pas moins que pour Bibbiena il s’agit d’un affront sciemment infligé à un religieux authentique et à l’habit qu’il porte. Et qui est cet homme qui bafoue ainsi la religion ? À s’en tenir à la date fictive à laquelle sont censées se dérouler les soirées d’Urbino (mars 1507), c’est un Toscan, roturier, alors secrétaire particulier du cardinal Jean de Médicis, mais destiné à devenir cardinal lui-même six ans et demi plus tard, lorsque son maître sera devenu pape sous le nom de Léon X. Si, en revanche, on pense aux années où, selon Ghino Ghinassi, Castiglione aurait travaillé à la première rédaction de son traité (1513-1515)21, Bibbiena était sur le point d’être fait ou peut-être déjà devenu cardinal au moment où avaient été composés ces chapitres. Cela étant, il n’est pas interdit de penser qu’en plus d’un personnage de condition inférieure commode pour aborder des sujets triviaux considérés comme malséants chez des courtisans nobles, ce parvenu roturier entré par effraction dans un milieu qui n’était pas le sien grâce à ses dons reconnus de diplomate et d’amuseur22, ait pu en quelque sorte servir également à Castiglione de bouc émissaire sur lequel déverser discrètement - hypocritement, peut-être ? - au passage quelques-unes de ses humeurs personnelles ou de classe. Car on ne peut oublier que, à une époque où à la tendance visible « de l’aristocratie humaniste italienne à se donner pour objectif le bénéfice ecclésiastique, l’évêché et - selon les ambitions et les espérances - le cardinalat » ne correspond pas une « égale disposition de l’Église à habiliter les titres humanistes et littéraires au plus haut niveau de la carrière ecclésiastique »23, la promotion de Bibbiena au cardinalat (en septembre 1513) ne pouvait que susciter jalousie et amertume, ne fût-ce que de la part de certains laissés-pour-compte du noble aréopage d’Urbino, autant sinon plus amis de Castiglione que pouvait l’être l’ex-secrétaire particulier du cardinal de Médicis : Federico Fregoso, archevêque de Salerne, dont la « promotion avait été publiquement attendue et sollicitée sous le pontificat de Jules II » mais qui ne devait devenir cardinal qu’en 1539, moins de deux ans avant sa mort ; Ludovico da Canossa, évêque de Tricarico (et futur évêque de Bayeux), ainsi que le patricien vénitien Pietro Bembo, l’un et l’autre dès l’avènement de Léon X, « avec tous les moyens dont ils disposaient, en lice pour l’obtention du chapeau de cardinal » : que le premier ne devait jamais se voir octroyer et que le second – dont la réputation d’humaniste et de poète était en 1513 solidement établie – devait attendre jusqu’en 1539, à l’âge de soixante-neuf ans !24 Il y avait déjà, dans ces quelques faits que Castiglione n’était sans doute pas le seul à réputer injustes, de quoi alimenter son allergie foncière d’aristocrate à ces « nouveaux commis d’administration » d’origine roturière qui, grâce à des compétences croissantes, envahissent toujours plus chancelleries, offices et autres postes de responsabilité : une

  • 25  J. Guidi, Baldassar Castiglione et le pouvoir politique : du gentilhomme de cour au nonce pontific (...)

animosité vis-à-vis des couches sociales susceptibles de déposséder la noblesse d’un domaine qui lui était jusque-là réservé, [et qui] quoique présentée sous un jour habile, et parfois même soigneusement dissimulée, représente à n’en pas douter l’une des lignes de force du traité.25

  • 26  Guidi, Festive narrazioni…, cit., p. 180 : « Ses interventions sont le plus souvent frappées du sc (...)
  • 27  Cian (note 20 à II, xliv, p. 204) le décrit « scoppiettante di toscanità felicemente motteggiatric (...)

18À cela pourraient également s’ajouter des raisons plus personnelles, de la simple jalousie, à la détérioration des rapports entre Rome et Urbino, dont il est ambassadeur – dégradation dont, à tort ou à raison, il pourrait suspecter celui que l’on ne tardera pas à appeler « l’autre pape [alter papa] » de ne pas être étranger -, ou à un certain agacement devant le personnage qu’il met lui-même justement en scène dans son traité : irrespectueux des conventions, des autres et de soi26, pétulant, plus toscan et florentin que nature dans une Rome envahie par des nuées de Florentins qui exaspèrent les pasquinistes27.

19Plus ou moins crédibles ou futiles que soient toutes ces raisons ou certaines d’entre elles, il reste que, à bien regarder cette double burla centrale, du trompeur trompé, le futur cardinal Bibbiena - mais effectivement cardinal avant l’achèvement de la première rédaction - apparaît véritablement comme l’homme qui prend plaisir à gruger des moines, n’hésite pas à offenser l’habit religieux, à galvauder et injurier la foi chrétienne à travers un de ses représentants ; et que cet outrage « abominable » (ch. lxviii, p. 291) d’un futur cardinal, roturier qui plus est, est magistralement et cruellement, mais justement vengé par un cardinal aristocrate lui aussi facétieux, mais qui en l’occurrence, entouré de ses pairs et des gens de tous rangs mobilisés pour la circonstance, fait figure de défenseur de la religion, de la morale et surtout de la mesure à ne pas dépasser. Et l’habileté consommée de Castiglione est d’avoir confié au coupable de lèse-religion la tâche de narrer lui-même sa déconfiture, et de l’avoir fait avec une application et une maîtrise de l’écriture censées valoriser les talents exceptionnels de conteur facétieux de Bibbiena dans le même temps qu’insidieusement susceptibles de déconsidérer le néo-cardinal de Saint-Pierre-aux-Liens.

20Les deux burle restantes n’apportent guère d’éléments nouveaux à ce qui a été dit jusqu’ici. La quatrième, qui, dans le déroulement du discours de Bibbiena, prend des allures de revanche sur la débâcle personnelle qu’il vient d’évoquer, peut apparaître « d’une parfaite gratuité » quant à ses motivations ; mais que, pour faire ainsi passer son interlocuteur pour un lunatique sujet à des accès de démence, le narrateur n’ait pas eu d’autre motif qu’un pur réflexe de farceur invétéré, n’ôte une nouvelle fois rien aux douloureuses conséquences tant physiques que morales de la burla pour la victime, malmenée par un nombre croissant de passants ameutés, puis emportée de force à son auberge par toute une foule, « tout ébouriffé[e] et sans bonnet, pâle de colère et de honte » (ch. lxxxviii, pp. 318-19). Quant à la dernière des cinq burle, symétrique de la burla de bonne compagnie présentée en premier, bien analysée et justement qualifiée par José Guidi de « burla-repoussoir qui sert surtout à Castiglione à indiquer ce dont il faut le plus soigneusement se garder », elle résume bien en effet, entre son introduction et une conclusion de portée plus générale, non seulement l’essentiel de ce qu’il conviendra au courtisan d’éviter dans l’absolu, mais l’usage judicieux - et tout compte fait assez parcimonieux - qu’il lui faudra faire des exemples du Décaméron. Trois leçons s’en dégagent :

  • 28  À noter une série de retouches significatives apportées à cette fin de phrase. Cian (note 6, p. 28 (...)

211/ Savoir distinguer le « plaisant » imitable de celui que l’on peut apprécier, mais non imiter : ainsi, parmi l’infinité d’exemples que l’on voit chaque jour, il s’en trouve « beaucoup de plaisants » chez Boccace, et entre autres toutes les burle faites par « Bruno et Buffalmacco à leur ami Calandrino et à maître Simone, et beaucoup d’autres concernant des femmes, qui vraiment sont ingénieuses et belles »28 ; à ces personnages du Décaméron s’ajoutent, dit aussitôt Bibbiena, « beaucoup d’hommes plaisants de cette espèce » qu’il a lui-même connus, et « entre autres, à Padoue, un écolier sicilien nommé Ponzio », auteur et de la burla qu’il nous raconte ensuite, et – précisera-t-il en conclusion – d’une infinité d’autres du même genre (Di questa sorte fece Ponzio infinite burle) ; tout comme « encore beaucoup d’hommes plaisants de la même manière » : les Gonnella, Meliolo « et maintenant frère Mariano et frère Serafino ici présent, et beaucoup d’autres que vous connaissez tous » (ch. lxxxix, pp. 319-21, passim). Bref, de Bruno et Buffalmacco à frère Serafino, le bouffon de la cour d’Urbino à l’époque où se déroulent les soirées, tous les noms cités depuis le début du chapitre ne désignent, comme le sien, que des gens qui « font profession » de faire rire et peuvent être « plaisants » à voir agir ou à entendre, mais non imitables par le courtisan dont « les burle […] semblent devoir s’éloigner un peu plus de la basse bouffonnerie [scurilità] ».

222/ « Éviter que les burle ne tournent à l’escroquerie [barraria] », comme précisément celle que l’écolier vient d’infliger au malheureux paysan.

  • 29  La seconde rédaction (Ghinassi, p. 172) donnait un exemple : « come quella del Forte Arigo contra (...)

233/ Éviter « également qu’elles ne soient trop offensantes [acerbe] »29, surtout vis-à-vis de l’« honnêteté » des femmes.

24En somme, c’est, dans ce domaine comme en toutes choses, à la juste mesure, à une mediocritas de bon aloi que Castiglione conseille au courtisan noble de s’en tenir, par la voix d’un Bibbiena loin de se conformer toujours lui-même aux préceptes de modération qu’il distille. Quant aux préventions contre la beffa observables dans le traité, l’extrême qualité des récits de burle finement analysée par José Guidi étant nécessairement le fruit d’un plaisir plus que d’une simple application à bien écrire, il est tentant de les confondre globalement avec celles de la caste aristocratique contre tout ce qui à ses yeux menacerait ou aurait l’air de la ravaler au niveau des roturiers qui graduellement gagnent du terrain dans les cours comme ailleurs, mais d’en exempter au moins partiellement l’auteur du Livre du courtisan lui-même.

Haut de page

Notes

1  In Formes et significations de la « beffa » dans la littérature italienne de la Renaissance (deuxième série), Paris, Centre de Recherche sur la Renaissance Italienne, Université de la Sorbonne Nouvelle, 1975, pp. 171-210.

2  In Les Écrivains et le pouvoir en Italie à l’époque de la Renaissance (première série), 1973, pp. 243-278.

3 « A tempo e con bona maniera ». Segni precursori del manierismo ne « il libro del Cortegiano », in AA.VV., Studi sul manierismo letterario, per Riccardo Scrivano, a cura di Nicola Longo, Roma, Bulzoni, 2000, pp. 5-19 ; Prodromes de maniérisme dans les premières décennies du XVIe siècle, à paraître dans les actes du colloque international sur Permanence et changement dans la culture italienne des années trente du XVIe siècle, Paris, 3-5 juin 2004.

4  José Guidi, Festive narrazioni, motti et burle (beffe). L’art des facéties dans «Le Courtisan », p. 172, n.1 : « Nous nous proposons, ici, de prendre essentiellement en considération le groupe de chapitres consacré aux “facéties”, qui coïncide, à peu de choses près, avec la deuxième partie du second livre du traité » : Cort., II, xlii-xcv, pp. 255-327. (Sauf indication contraire j’utiliserai moi aussi l’édition procurée par Bruno Maier, Torino, UTET, 1964).

5  Cf., pour rester dans la seconde partie du livre II, le début de II, xli, p. 254 : « Le plus sûr, dans sa façon de vivre et de converser, est donc de se gouverner toujours avec une certaine honnête médiocrité… » ; v. le conseil répété de ne pas chercher à toujours faire rire et à tout prix, comme les fous, les ivrognes ou les bouffons et autres amuseurs de cour dont c’est le métier : ch. xlvi, pp. 261-62 ; l, p. 267 : « … il faut être prudent et avoir beaucoup d’égards au lieu, au moment et aux personnes avec lesquelles on parle, et ne pas s’abaisser à la bouffonnerie, ni passer les bornes […]. Car, à la vérité, de la part d’un gentilhomme, il ne serait pas convenable de singer les visages, de pleurer et de rire, de contrefaire les voix, de se battre tout seul, comme fait Berto, de s’habiller en paysan devant tout le monde, comme Strascino, et autres choses du même acabit qui chez eux sont très convenables, parce que c’est là leur profession. Il nous faut, à nous, au passage, à la sauvette, masquer cette imitation, en gardant toujours notre dignité de gentilhomme, sans dire des mots sales ou faire des gestes moins qu’honnêtes, sans ainsi tordre la bouche ou se contorsionner sans retenue ; mais faire des mouvements de sorte que qui nous voit et nous entend imagine, par nos paroles et nos gestes, beaucoup plus qu’il ne voit et entend, et s’en trouve poussé à rire » ; v. encore ch. lvii, p. 277, lxxxiii, p. 309.

6  Ch. lxxxix : « … comme celles [= les burle] que faisaient Bruno et Buffalmacco à leur ami Calandrino [Décaméron, VIII, iii et vi ; IX, iii et v] et à Maître Simon [VIII, ix], et beaucoup d’autres concernant des femmes, qui sont vraiment ingénieuses et belles ». La seconde rédaction (des années 1518-20, selon Ghino Ghinassi) insistait plus sur l’ingéniosité des femmes que sur celle des burle : « …faites par des femmes ingénieuses et avisées [accorte] » (La seconda redazione del « Cortegiano » di Baldassarre Castiglione, edizione critica per cura di Ghino Ghinassi, Firenze, Sansoni, 1968, II, lxxxvi, p. 171). Voir infra, note 28.

7  Voir Mario Baratto, La commedia del Cinquecento, Vicenza, Neri Pozza, 1975, ch. I, pp. 35 et suiv., passim.

8  II,xlvi ; v. également ch. lxxxiii, sur la façon de plaisanter en se gardant « d’être acerbe et mordant au point de passer pour méchant en piquant sans raison ou manifestement avec haine des personnes soit trop puissantes, ce qui est de l’imprudence, soit trop misérables, ce qui est de la cruauté, soit trop scélérates, ce qui est de la présomption… ».

9  Ch. lxxxv, p. 311 (la seconde rédaction – dorénavant appelée « Ghinassi » – portait simplement « ingénieusement et de belle manière »). Sauf indications contraires, les lignes qui suivent font référence à la première des cinq nouvelles évoquées par Bibbiena, ibidem, pp. 311-13, passim.

10  Cf. « Il Cortegiano » del conte Baldesar Castiglione, annotato e illustrato da Vittorio Cian, terza edizione riveduta e corretta, Firenze, Sansoni, 1929, [dorénavant simplement « Cian »] pp. 273-74, note à ligne 14, où est cité un passage d’une ébauche autographe qui, selon Cian, ne peut que confirmer ce dont le rire de la duchesse est révélateur, à savoir que les deux grandes dames concernées étaient bien la Signora Duchessa nostra e la Signora Regina : « Madame notre Duchesse et Madame la Reine » de la soirée, c’est-à-dire Emilia Pia.

11 Ibidem, note à ligne 9. Cian s’inspire de Casini, Manuale di letteratura italiana, Firenze, Sansoni, 1889, vol. I, Appendice.

12  J. Guidi, Festive narrazioni ..., cit., pp. 202-203.

13  II, ch. lxxxvi, pp. 313-16, passim ; et cf. Ghinassi, cit., II, ch. lxxxiii, pp. 167-68.

14  II, ch. xxxi, p. 239 : à la question « vous semble-t-il que ce soit un vice chez le courtisan, que de jouer aux cartes et aux dés ? », Fregoso répond par la négative : « sauf pour celui qui y jouerait trop assidûment et pour cela délaisserait les autres choses de plus grande importance, ou qui ne jouerait vraiment pour rien d’autre que pour gagner de l’argent, et grugerait son partenaire, et en cas de perte manifesterait une douleur et un déplaisir si grands, que c’en serait une preuve d’avarice ».

15  Littéralement « payer tous ses vœux » : expression restée inchangée dans la rédaction définitive, qui dans la seconde rédaction impliquait le don de tous ses biens et l’entrée dans les ordres.

16 Décaméron, I, 1 ; VI, 10.

17  II, ch. lxxxvii et lxxxviii, pp. 316-19 ; Ghinassi, lxxxiv et lxxxv, pp. 168-71 ; J. Guidi, Festive narrazioni..., cit., pp. 203-206.

18  Sur ce jeune prélat comblé de bénéfices, généreux mécène de lettrés et d’artistes, mort prématurément en 1508, v. Cian, p. 205, note 39 à II, ch. xliv.

19  II, ch. xliv, p. 259. Fra Mariano Fetti, que l’on disait ex-barbier de Laurent le Magnifique, frère dominicain et fameux bouffon, qui sous le pontificat de Léon X était devenu frère plombeur.

20 Festive narrazioni…, cit., pp. 204-205.

21  Ghino Ghinassi, Fasi dell’elaborazione del « Cortegiano », in « Studi di filologia italiana », XXV, 1967, pp. 155-196 (p. 177).

22  Sur les raisons du choix de Bibbiena par Castiglione, v. Guidi, Festive narrazioni…, cit., pp. 179-83, passim. Voir aussi Anna Fontes-Baratto, Les Fêtes à Urbin en 1513 et la « Calandria » de Bernardo Dovizi da Bibbiena, in Les Écrivains et le pouvoir en Italie à l’époque de la Renaissance (Deuxième série), études réunies par André Rochon, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, Centre de Recherche sur la Renaissance italienne, 1974, pp. 45-79, en particulier pp. 52-59, passim.

23  Carlo Dionisotti, Chierici e laici, in Id., Geografia e storia della letteratura italiana, Torino, Einaudi, 1967, pp. 47-73 (pp. 69-71), qui ajoute quelques lignes plus bas que ce ne fut certes pas la Calandria que récompensa le chapeau de cardinal octroyé à Bibbiena par Léon X.

24  Ibidem, pp. 69 et 71.

25  J. Guidi, Baldassar Castiglione et le pouvoir politique : du gentilhomme de cour au nonce pontifical,in Les Écrivains et le pouvoir en Italie à l’époque de la Renaissance (Première série), études réunies par André Rochon, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, Centre de Recherche sur la Renaissance Italienne, 1973, pp. 243-78 (en particulier pp. 263-65).

26  Guidi, Festive narrazioni…, cit., p. 180 : « Ses interventions sont le plus souvent frappées du sceau du burlesque et du non-respect des conventions, et il est le seul interlocuteur de premier plan, le cas échéant, à se tourner lui-même en dérision ».

27  Cian (note 20 à II, xliv, p. 204) le décrit « scoppiettante di toscanità felicemente motteggiatrice », littéralement : « pétillant avec bonheur de toscanité moqueuse » ! Pour ce qui est des pasquinistes, voir par exemple le premier vers d’une des plus célèbres pasquinades du pontificat de Léon X, probablement œuvre d’Anton Lelio, écrite soit dès 1513, soit plus vraisemblablement une des deux années suivantes, pour la fête annuelle de Pasquino (le 24 avril, jour de la Saint-Marc) : « Non ha papa Leon tanti parenti [Pape Léon n’a pas si grande parenté] ».

28  À noter une série de retouches significatives apportées à cette fin de phrase. Cian (note 6, p. 283) relève d’abord, dans une « ébauche autographe », « beaucoup d’autres de femmes ingénieuses et avisées [de donne ingeniose et accorte] », puis, « dans la rédaction primitive de la main du copiste dans le codice Laurenziano » : « et beaucoup d’autres de femmes ingénieuses qui s’y trouvent [che vi sono] », en pensant surtout, ajoute-t-il, aux nouvelles des septième et huitième journées. La seconde rédaction (Ghinassi, cit., p. 171) réunit les deux formulations précédentes : « e molt’altre di donne ingegnose et accorte che vi sono ». La rédaction définitive atténue visiblement les précédentes en retirant les adjectifs aux femmes pour les appliquer à la qualification des burle, ce qui a pour effet, me semble-t-il, d’éviter de nommer ouvertement les femmes en tant qu’auteurs de burle ; d’où ma proposition de traduire l’ambigu « di donne » par une expression elle aussi ambiguë (« concernant des femmes »), plutôt que par « faites par des femmes ».

29  La seconde rédaction (Ghinassi, p. 172) donnait un exemple : « come quella del Forte Arigo contra lo Angiuglieri [comme celle de Cecco di Fortarrigo Piccolomini à l’encontre de Cecco Angiolieri] » (Décaméron, IX, 4), supprimé dans la version définitive, peut-être parce qu’il s’agissait d’une authentique escroquerie plutôt que d’une beffa.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°11, Bonnes manières et mauvaise conduite, 2007

Référence électronique

Paul Larivaille, « Castiglione et la « beffa » », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 10 juillet 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/1933 ; DOI : 10.4000/italies.1933

Haut de page

Auteur

Paul Larivaille

Université Paris X

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org