Navigation – Plan du site
Ah ! L'étiquette

De la transgression à la règle. Itinéraire et conversion de Francesco Panigarola (1548-1594)

Utzima Benzi
p. 437-459

Résumé

Frère mineur de l’Observance et évêque, mais aussi poète, orateur et diplomate, Francesco Panigarola (1548-1594) fut l’un des protagonistes les plus atypiques de la seconde moitié du Cinquecento. Si l’itinéraire ponctué de fractures et de déséquilibres de ce haut prélat du XVIe siècle échappe bien souvent à toute tentative d’homogénéisation, l’Autobiografia qu’il rédigea en 1590 permet néanmoins d’éclairer ce qui, de la première époque de sa vie jusqu’à la bataille qu’il livra contre le parti huguenot d’Henri de Navarre, contribua à faire de lui l’archétype même du prédicateur de la Contre-Réforme, pour la plus grande gloire de la monarchie pontificale.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  G. Della Casa, Galateo ovvero de’costumi, Firenze, Matini, 1707, I, pp. 4-6 : « che a chiunque si (...)
  • 2  Voir à ce propos E. Garin, L’umanesimo italiano, Bari, Laterza, 2004, p. 194.
  • 3  Nous reprenons ici une citation du jésuite Louis Richéome (Tableaux sacrés des figures mystiques d (...)

1S’il est nécessaire de dissocier les simulacres parfois trompeurs de la civilité, de l’habileté diplomatique et des bonnes manières, de ce que l’on pourraitgénériquementnommer la vertu morale, et d’établir une démarcation entre sociabilité et moralité, notons aussi que l’éducation reçue, surtout en des temps particulièrement tourmentés, sert – pour tout comportement social – d’assise fondamentale « à quiconque s’apprêt[e] à vivre, non dans les lieux solitaires ou les ermitages, mais dans la ville et au sein des hommes »1. C’est ainsi que la vertu prend forme, se transformant, d’exercice solitairesoumis au phare de la conscience humaine, en vie concrète ; tel était l’avis de Giovanni Della Casa, dans une lettre sur l’éloquence qu’il adressa à Annibale Rucellai2, épître où l’humaniste toscan conférait à l’art oratoire non seulement la faculté de transformer les lettres mortes en un esprit vivant, mais aussi le pouvoir de métamorphoser la science et les sentences des Évangiles en une persuasion opérante : « ce que je ne fais pas […] lorsque je lis les Évangiles et que je fais ensuite en entendant le sermon, est entièrement l’œuvre et le fruit de l’éloquence » ; « profitablement, vivement et délicieusement »3, le prédicateur parvenait donc à insuffler dans l’âme des fidèles les vertus et les beautés des mystères de la Foi.

2Jouant sur la thématique proposée à l’occasion de ce florilège, nous nous sommes permis d’en inverser les deux postulats et de proposer un exemple de cheminement antithétique vers la vertu : celui de l’illustre prédicateur franciscain de la seconde moitié du Cinquecento Francesco Panigarola qui, avant d’offrir à la chrétienté un talent oratoire capable d’émouvoir le public par les seules vertus de la sonorité du langage et de l’élégance de l’actio et de réussir à imposer le gorgianisme du style magnifique, avec tout ce qu’il a de tendu, de passionné et de véhément, comme style oratoire exemplaire du Siège romain, sut vaincre les dispositions amoureuses et guerrières de la première époque de sa vie et mettre ses propensions naturelles au combat et à la séduction au service de la grande opération de reconquête catholique que fut la Contre-Réforme.

  • 4  Célèbre prédicateur et controversiste du second Cinquecento dont le succès franchit largement les (...)
  • 5  Sur le Conventuel Cornelio Musso (1511-1574), se référer principalement à l’analyse de H. Jedin, D (...)
  • 6  Cf. C. Mouchel, op. cit., p. 412.
  • 7  Il existe six exemplaires répertoriés de ce document autobiographique, dont la transcription et l’ (...)
  • 8 Autobiografia, ms. cit., p. 15 : « Predica, figlio mio ». Cf. Bonagratia da Varena, Vita di Monsign (...)

3La vocation de celui qui devait devenir le prédicateur le plus acclamé du XVIe siècle, Francesco Panigarola4, naquit de sa rencontre à Milan, en l’an 1562, avec Cornelio Musso5, représentant majeur de l’esthétique asianiste et virtuose de l’art oratoire, envoyé alors en mission par Pie IV auprès de l’empereur Ferdinand d’Habsbourg6. Après avoir prêché dans la capitale lombarde, relais nécessaire de son itinéraire vers Vienne, Cornelio Musso fut invité – lit-on dans l’Autobiografia7 encore inédite que Panigarola composa lors du siège de Paris par l’armée royale d’Henri III, grossie des forces huguenotes du roi de Navarre – à déjeuner en compagnie du futur cardinal Francesco Alciati dans la demeure seigneuriale que Gabriele Panigarola, ex-conseiller et ambassadeur de Francesco Sforza, et sa femme Eleonora Casata possédaient au cœur du quartier de Porta Vercellina. Pour répondre à la prière de sa mère Eleonora, le jeune Panigarola se livra, en présence du docte auditoire, à une démonstration précoce de ses capacités mnémotechniques, répétant avec exactitude et art de longs passages du sermon de CornelioMusso. Croyant s’entendre lui-même, le célèbre Conventuel, stupéfait des prédispositions oratoires de l’adolescent, lui aurait adressé ces paroles émues : « il faut que tu prêches, mon fils »8, intuition prémonitoire d’un cheminement à venir que le comportement impulsif et provocateur de Francesco ne laissait alors aucunement présager.

  • 9 Ibidem, pp. 6-7 : « Di Gabriele, oltre quello di chi ragioniamo, che fu l’ultimo figlio, nacquero t (...)
  • 10  Cf. A. M. G. Scorza, Le Famiglie Nobili Genovesi, Sala Bolognese, Arnaldo Forni ed., 1924, pp. 179 (...)
  • 11   Autobiografia, ms. cit., p. 11 : « chi alleva i figli con ingiurie e battiture e simili viltà, al (...)

4Quatrième enfant9 d’une famille originaire de Gênes10, établie à Milan depuis 1478, Girolamo Panigarola reçut une éducation conforme à la conception pédagogique libérale et bienveillante de son père Gabriele, lequel jugeait en effet que « celui qui élève ses fils au moyen de vexations, de coups et de vilénies semblables, n’en obtient rien sinon que ceux-ci, traités comme des esclaves, n’éprouveront aucune honte à se comporter en esclaves, alors que s’ils sont éduqués avec dignité, leur comportement reflétera leur rang et ils n’oseront pas, en conséquence, se livrer à des actions indignes de l’image qu’ils se sont forgée d’eux-mêmes »11.

  • 12 Autobiografia, ms. cit., p. 12 : « Per la medesima regola volle il padre ch’egli andasse sempre one (...)
  • 13  L. B. Alberti, Della famiglia, par L. de Sanctis, Milano, Società Anonima Notari, 1928, lib. I, p. (...)
  • 14 Ibidem, p. 68. Sur l’importance de l’habillement : cf. A. Paleario, Dell’economia o vero del Govern (...)
  • 15  Natale Conti (1520-1582) fut l’auteur, entre autres écrits, d’un recueil d’élégies dédié au jurisc (...)
  • 16  Sur A. Paleario, se référer principalement à G. Morpurgo, Un umanista martire. Aonio Paleario e la (...)
  • 17  Sur le procès de P. Carnesecchi, noble florentin et protonotaire apostolique, consulter G. Manzoni (...)
  • 18 Autobiografia, ms. cit., pp. 12-13 : « [...] in età di dodici anni poteva comodamente scrivere in q (...)
  • 19 Ibidem, p. 13 : « Le [lettere] greche non volle il padre che egli le apprendesse e ne allegò due ca (...)

5Si la compréhension indulgente fut ainsi l’une des dominantes de l’éducation qui lui fut prodiguée, l’adolescent dut néanmoins respecter un protocole de règles assez rigide, qui incluait par exemple l’usage systématique – tant en famille qu’en société – de formulesde politesse, de même que le devoir de paraître en public « toujours très honnêtement vêtu » ou de participer, dans le cercle familial, à « des raisonnements plus graves qu’il n’aurait convenu à son âge »12. Il est d’ailleurs possible de retrouver ces préceptes, enrichis de multiples variantes, dans tous les ouvrages traitant du gouvernement de la famille, des Libri della famiglia de Leon Battista Alberti – où l’auteur rappelle que son père lui demandait très souvent son opinion « afin de rendre plus aigus et de tenir en éveil l’intelligence et l’esprit »13 – au Dell’economia o vero del Governo della casa d’Aonio Paleario14. Instruit durant son adolescence par d’illustres précepteurs – l’historien milanais Natale Conti15 et le célèbre humaniste et réformateur Aonio Paleario16, que Pie V devait condamner en 1570 à être pendu puis brûlé à Rome sur la place adjacente au Pont de l’Ange, là même où le disciple de Juan de Valdès, Pietro Carnesecchi, avait été exécuté trois ans plus tôt17 – Panigarola était capable, dès l’âge de douze ans, de composer « aisément » une épître, une oraison ou une élégie en langue latine18 ; quant à l’apprentissage du grec, son père s’y était opposé, jugeant qu’il serait inutile puisqu’il destinait son fils à une carrière de juriste et considérait que « toute chose étant désormais traduite », même si Panigarola avait décidé de consacrer trente ans de son existence à approfondir sa connaissance du grec, « il n’aurait de toute manière pas réussi à en savoir beaucoup plus que les traducteurs »19.

6Le choix de Gabriele Panigarola d’orienter son fils vers une carrière d’avocat est loin d’être arbitraire et trouve sa justification dans la situation politique et le contexte social qui s’étaient progressivement dessinés en Lombardie, durant la seconde moitié du XVIe siècle : face à la tendance centralisatrice de Madrid, la noblesse de robe milanaise, d’extraction généralement récente, considérait qu’une formation juridique approfondie représentait non seulement un objet de prestige civil mais aussi un moyen efficace de parvenir à conserver un certain degré d’autonomie locale.

  • 20  Cf. Florence, B.N.C.F., cod. Naz. II. I. 13 (ex. Mal. Cl. V, 9), Agostino Del Riccio, L’arte della (...)
  • 21 L’arte della memoria locale, ms. cit., ff. 11v-12r : « Chi ha la memoria natural buona et ancora la (...)
  • 22 Autobiografia, ms. cit., pp. 13-14 : « o che Gieronimo l’avrebbe impove-rito ».

7Les capacités de synthèse et d’assimilation dont Panigarola fit preuve dès l’âge le plus tendre sont en partie attribuables à cette aptitude mémorative exceptionnelle qui devait provoquer l’émerveillement unanime des contemporains. Ainsi, le frère dominicain Agostino Del Riccio, archiprêtre des terrains de Santa Maria Novella à Florence et auteur d’un intéressant traité sur l’ars memoriae20, évoque avec admiration le talent de ce « prédicateur exceptionnel » qui pouvait disposer à son gré de « cent mille lieux [de mémoire] »21, suscitant nombre de scènes d’enthousiasme et de transports d’admiration. Gabriele Panigarola avait habilement su stimuler ce don en promettant à son jeune fils une récompense proportionnelle au nombre de citations tirées de Valerio Massimo que l’adolescent serait parvenu à réciter ; la somme des fragments mémorisés s’accrut néanmoins avec une telle rapidité que le père dut un jour avouer en plaisantant à des amis qu’il lui avait fallu rompre le contrat, sinon son fils « l’aurait ruiné »22.

  • 23  La section consacrée à la mémoire par l’anonyme rhéteur de la Rhetorica ad Caium Herennium (III, 1 (...)
  • 24  Bonagratia da Varena, op. cit., p. 209 : « [Panigarola] scrisse [...] che nella memoria locale si (...)
  • 25  Il existe différentes copies manuscrites du Trattato della memoria locale de Francesco Panigarola  (...)
  • 26  Cf. G. Chappuys, L’Art de prescher et bien faire un sermon. Avec la Mémoire Locale & artificielle, (...)

8Dans le chapitre qu’il consacre aux méthodes d’apprentissage et d’étude du franciscain, son disciple et biographe Bonagratia da Varena ne manque pas d’évoquer la maîtrise approfondie que Panigarola possédait de la mnémotechnique pseudo-cicéronienne formulée dans la section consacrée à la mémoire de l’Ad Caium Herennium23, source dont sont largement tributaires la plupart des traités d’Ars memorativa des XVe et XVIe siècles, avec leurs règles pour la construction des loci et des imagines agentes ; Panigarola aurait cependant modifié les procédés traditionnels de l’Art et réussi à créer une nouvelle méthodologie, « inconnue des auteurs antiques » puisque basée exclusivement sur les « lieux » de mémoire et permettant de ce fait « de n’avoir besoin d’aucune image »24. Francesco composera d’ailleurs plus tard un bref Trattato della memoria locale25 destiné à ses élèves du couvent d’Aracoeli à Rome, où il enseigna plusieurs années la doctrine de Duns Scot, et devant servir d’annexe à ses œuvres sur la prédication – dont le succès, témoigné par les nombreuses copies manuscrites qui circulèrent dans la Péninsule et par la traduction française qu’en proposa Gabriel Chappuys en 160426, franchit largement les frontières.

9C’est peut-être cette éducation, à la fois flexible et stricte, qui contribua à forger la personnalité complexe, riche en contradictions de notre prédicateur, et permit à celui-ci de surmonter peu à peu les conflits intérieurs qui l’animaient et la longue période d’excès, de transgressions et de violence qui caractérisa la première époque de sa vie.

  • 27 Autobiografia, ms. cit., p. 14 : « [...] ferocissimo fanciullo, che non riposava mai ».
  • 28 Ibidem, p. 14 : « Fu sopra tutto precoce, per dir così, o almeno desideroso di avanzar l’età, non a (...)

10Notons que, dans son Autobiografia, Panigarola se dépeint lui-même sans complaisance comme un « adolescent très cruel, agité »27 et si enclin au maniement des armes de combat qu’il s’était blessé dès l’âge de huit ans en chargeant une arbalète. Son désir impérieux d’être « considéré comme un homme mûr » le poussa très tôt à se compromettre avec des groupes de jeunes libertins et, entraîné par l’exemple que ces derniers lui offraient, il commença à courir les aventures et à participer à toutes les dissipations peu louables de cette compagnie28.

  • 29  Se référer principalement aux chapitres intitulés « Pietà e religione » (pp. 155-157) et « Divozio (...)

11De telles tendances n’empêchèrent toutefois pas le futur orateur de ressentir rapidement une profonde inclination vers la vie spirituelle, ce dont témoignent plusieurs épisodes retranscrits ponctuellement dans l’Autobiografia29. Au cours des dernières années passées à Milan, il recherchait ainsi avec assiduité la compagnie des novices du proche couvent de Saint-François et, plus que l’épicurisme éhonté de ses activités juvéniles, ce fut sans doute ce penchant qui détermina Gabriele, lequel redoutait vivement les conséquences des pieuses inclinations que son fils commençait à manifester et serait « mort de douleur » si ce dernier avait choisi d’entrer dans les ordres, à ne plus différer son départ pour Pavie – Panigarola n’avait alors que treize ans – afin qu’il y entreprît les études de droit auxquelles sa famille le destinait.

  • 30 Autobiografia, ms. cit., p. 17 : « a poco a poco così sviato divenne che questione o rissa non si f (...)
  • 31 Ibidem, pp. 17-18 : « Si trovò egli con occasione di quelle brighe molte volte a Pavia in gravissim (...)

12Pour celui qui devait quelques années plus tard devenir – aidé de sa virtuosité oratoire et de la force persuasive de son éloquence fleurie – l’une des armes les plus puissantes de reconquête de la Contre-Réforme catholique et servir de bouclier dans la Rhétie et la Savoie contre l’infiltration des hérésies luthériennes et calvinistes, débute alors une période d’excès et de troubles, que Panigarola ne manque d’ailleurs pas d’évoquer avec une sincérité souvent déroutante : « il devint peu à peu si déviant – écrit-il de lui-même – qu’il n’y avait de polémique ou de rixe auxquelles il ne participât ; et il ne s’écoulait de nuit durant laquelle il ne sortîtarmé de chez lui. De plus, il accepta d’être conseiller et chef de sa nation, charge extrêmement dangereuse et, s’étant allié à des hommes factieux originaires de Pavie, il avait désormais plus l’allure d’un soldat que celle d’un étudiant »30.Mêlé un jour à un violent combat opposant Plaisantais et Milanais – qui se conclut tragiquement par la mort du « frère d’un cardinal de l’Église » – il fut sauvé des « nombreux tirs d’arquebuse » qui tentaient de l’atteindre par la colonne d’une arcade située à proximité de l’église Saint-François31.

  • 32  Professeur en droit canonique et civil à l’Université de Pavie de 1559 à 1580, Camillo Gallina di (...)
  • 33  Né à Novarra en 1499 et mort à Pavie en 1570, le jurisconsulte Girolamo Tornielli fut professeur e (...)

13De tels écarts ne l’empêchèrent cependant pas de poursuivre son cheminement intérieur vers la connaissance et de fréquenter, avec zèle et constance, les leçons de Gaspare Visconti – nommé archevêque de Milan à la mort de Charles Borromée – ainsi que celles d’illustres professeurs de droit canonique et civil comme le furent Camillo Gallina32, Girolamo Tornielli33 ou Girolamo Cefalo.

  • 34 Autobiografia, ms. cit., pp. 19-20 : « A Bologna lo collocò il padre in casa di Monsignor Giovanni (...)

14Son séjour à Pavie devait toutefois prendre rapidement fin : il blessa grièvement un gentilhomme issu d’une famille puissante et la violence de ce geste obligea le Président du Sénat à intervenir personnellement auprès de Gabriele Panigarola, auquel il fut conseillé de songer à une autre université pour son fils ; c’est ainsi que le futur religieux fut obligé de fuir et de chercher un asile à Bologne, dans la demeure de Giovanni Angelo Papio, lecteur de droit dans le Studium bolognais, qui hébergeait plusieurs étudiants issus de grandes familles milanaises et napolitaines34.

  • 35 Ibidem, p. 20 : « così accorto e grazioso nella conversazione riuscì, che dissipata pareva o la fes (...)

15À cette période instable et agitée, succède une phase de galanterie et de libertinage. L’élégance des mœurs bolognaises contribua à transformer le jeune Panigarola en un courtisan élégant et affable, sollicité par les « principales dames de la ville » au point « que toute fête ou réunion à laquelle il ne participait pas semblait compromise »35. S’habillant avec luxe, savourant les plaisirs mondains de la danse, du jeu ou de la chasse, de soldat il devint poète et, suivant l’ardeur de ses élans amoureux, il se mit à composer des vers en latin et en langue vulgaire où, sur le modèle de Pétrarque, il tenta de dépeindre « ses affections » les plus vives. Un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Florence conserve un témoignage significatif de la lyrique panigarolienne – dont il n’a été proposé à ce jour aucune édition – au sein de miscellanées poétiques “toscanes” d’auteurs comme Antonio Buonaguidi, Torquato Tasso ou Geronimo Cassoni.

  • 36  Florence, B.N.C.F., Magl. Cl. VII, ms. 1182, ff. 152r-153v. Consulter aussi le ms. 1182 de la Bibl (...)

[f. 152r] Non ha men bianco il petto,
Non ha men freddo il core,
Di questo ghiaccio la mia donna Amore
Né men di questo ghiaccio
A tue faci mi sfaccio,
Et a’miei preghi tu rigid‹a› sei
Siché nel don di lei
Al bianco, al freddo, all’humido et al rio
Et essa e tu siamo dipinti et io
[f. 152v] Donna, la bella mano
Che nel donar porgesti,
Rapi mentre voi desti ;
Cara ladra d’Amore,
Se nel donar toglete
Rubando che farete !36

  • 37 Autobiografia, ms. cit., p. 21 : « i comodi e le delizie non lo rimossero dal primo suo pensiero, c (...)

16Si Panigarola n’en continua pas moins, dans la ville de Bologne, à entretenir de belliqueuses amitiés et à se livrer aux excès d’une vie dissipée, le temps de la conversion était néanmoins proche : le 13 décembre 1566, on lui apprit que son père Gabriele, prêt à mourir, désirait le voir. Bien qu’il partît aussitôt, Panigarola ne put qu’assister à ses obsèques ; après qu’il eut séjourné dix jours dans la capitale lombarde et pris connaissance des conditions précises du patrimoine familial et de l’aisance à laquelle il était promis, « la grâce divine » le toucha si profondément que « les facilités et les délices ne le détournèrent pas de son premier dessein, celui de revêtir la bure de saint François lorsque son père serait mort »37 ; il rejoignit ainsi Bologne en laissant supposer à ses proches qu’il comptait y poursuivre sa formation juridique, mais bien résolu à préparer son entrée dans les Ordres.

  • 38 Ibidem, p. 23 : « intendendo come per tre anni interi, fra tanti tumulti, aveva il Signore nodrito (...)
  • 39 Ibidem, p. 24 : « [...] con molte lagrime, e di lui e di chi lo vestì e di chi fu presente ».

17S’adonnant en apparence à la même existence frivole, il commença dès lors à s’imposer secrètement d’austères pénitences, dont les jeûnes réguliers et le port du cilice, et approfondit ses connaissances théologiques par une lecture régulière des Saintes Écritures ; après avoir échappé miraculeusement à la mort lors d’une mêlée entre factions rivales, il décida de ne plus différer la réalisation de son dessein et de « payer la dette » qu’il devait à la Providence. Il réussit ainsi à convaincre le Général de l’Ordre franciscain, Luigi Pozzi de Plaisance, qui accepta de seconder le désir de ce singulier pénitent : « comprenant que le Seigneur avait alimenté durant trois années dans le cœur du jeune homme, au milieu de tant de tumultes, cette sainte pensée, il décida qu’il n’était point juste de temporiser plus longtemps »38 ; le 15 mars 1567, « avec beaucoup de larmes, les siennes, celles de qui le vêtit et celles de qui fut présent »39, Panigarola changea son nom de baptême ‘Girolamo’ en celui de ‘Francesco’, qu’un de ses oncles, religieux du même Ordre ayant été provincial de Milan, avait rendu illustre par son talent de prédicateur, et entreprit son noviciat au couvent d’Ognissanti sous la tutelle vigilante de Berardo Dragoncini, confesseur du Grand-duc Cosme Ier.

  • 40 Autobiografia, ms. cit., p. 33.
  • 41  L’auteur a rapporté, dans son Predicatore (In Venetia, Nella Salicata, 1642, part. I, p. 172), un (...)
  • 42  Cf. C. Mouchel, op. cit., p. 414 : « Non seulement sa virtuosité oratoire sera comprise par lui et (...)

18Dès lors, la carrière d’orateur sacré de Panigarola semble scellée : après une période de formation théologique et philosophique à Florence, à Padoue puis à Pise – où il bénéficia de l’enseignement de Bernardino Tomitano, de Flaminio de’ Nobili, d’Andrea Cisalpino et de Giacomo delle Pieve – il fut appelé par Cosme Ier pour prêcher le Carême de 1571 à Santa Maria del Fiore. Le style de célébration passionnée qui lui était propre et qui réussissait à allier les charmes de l’isocratisme d’un Jean Chrysostome à l’ampleur harmonieuse et grave d’un Léon le Grand, lui conquit les faveurs de l’auditoire, dont celles de Jeanne d’Autriche, sœur de l’empereur Maximilien, par laquelle il fut ensuite « toujours aimé et protégé »40. Appelé à Rome en 1571 pour prononcer le discours d’ouverture du chapitre général de l’Aracoeli, il séduisit le pape Pie V, avant de conquérir Grégoire XIII et Sixte-Quint. Frappé par la virtuosité que déploya le jeune orateur dans son sermon Della differenza de’ trionfi della Roma antica e della Nuova41, Pie V reconnut en Panigarola la voix la plus digne de succéder à Musso, le nouvel instrument de l’éloquence flamboyante – héritière des Pères de l’Église et de saint Bonaventure – que Rome avait, depuis Paul III, mise au service de la célébration de l’absolutisme papal42.

  • 43  Le déroulement de cette légation a été retracé avec précision par Michel de Boüard, Sixte Quint, H (...)
  • 44  Cf. A. C. Tizon-Germe, La représentation pontificale en France au début du règne d’Henri IV (1589- (...)
  • 45  J. P. Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 1982, pp. 452-464.

19Réussissant à rendre visibles et presque palpables au plus grand nombre la beauté du dogme et la grandeur de l’Église romaine, l’éloquence de Panigarola fut une arme indispensable pour seconder les visées dela légation envoyée à Paris par Sixte-Quint en 159043. Destinée à favoriser le triomphe des forces de la Ligue affaiblies par l’assassinat du duc et du cardinal de Guise qu’Henri III avait orchestré, cette légation était formée du cardinal Enrico Caetani – frère du puissant duc de Sermoneta, Onorato Caetani – et de neuf autres prélats de la Curie romaine, dont le jésuite Roberto Bellarmino, le disciple de Charles Borromée Filippo Sega, et l’évêque de Ceneda Marc’Antonio Mocenigo44. Depuis le 2 août 1589, la nouvelle situation du royaume de France était en effet devenue très complexe. La Ligue, d’une part, reconnaissait pour roi le cardinal de Bourbon, Charles X, qu’Henri IV, à la suite d’Henri III, retenait prisonnier à Fontenay-le-Comte. D’autre part, le parti royal, qui rassemblait catholiques et protestants autour du nouveau roi Henri IV, demeurait encore fragile, nombre de grands seigneurs hésitant à s’engager auprès d’un roi non catholique, ou espérant gagner quelque avantage pour prix de leur ralliement45. La Ligue elle-même n’était pas totalement unie contre le roi huguenot : alors que Paris, échauffé par ses prêtres et ses prédicateurs, avait initialement opposé une résistance désespérée au Béarnais, la noblesse et les familles parlementaires préféraient adopter une position prudemment mitigée.

  • 46  P. L’Estoile, Journal pour le règne d’Henri IV, par L.-R. Lefèvre, Éd. A. Martin, Paris, 1948, pp. (...)

20Mais la situation sociale et politique, sous la pression des privations croissantes auxquelles la population parisienne était soumise et de la propagande que les politiques avaient habilement su manier46, était en train de changer en faveur du parti d’Henri IV. Les propos de Panigarola, lorsqu’il découvrit que la capitale du royaume, considérée comme le bastion imprenable de la Ligue, en était presque venue à pactiser avec « l’hérétique », trahissent la déception et l’amertume que l’homme de religion dut alors ressentir :

  • 47 Vita di Monsignor Panigarola [...], cit., p. 161.

Appena arrivati in Parigi trovarono che da più potenti e da più ricchi lasciatasi muovere la città, stava in ultimo procinto di dover far pace col re eretico ed ammetterlo al regno ; e che, essendosi la Legazione gagliardamente opposta, ne incorse ella però non solo gravissimo odio de’ nemici fuora, ma dentro ancora di tutti quelli che per propri interessi bramavano quiete.47

  • 48  Ibidem, p. 136.
  • 49  Cf. F. Panigarole, Malheurs et inconveniens qui adviendront aux Catholiques faisant la paix avec l (...)

21Prédicateur officiel de cette légation et, de ce fait, à la fois « le timon, les voiles et l’ancre »48 de la périlleuse navigation dans laquelle l’Église avait décidé de s’engager afin d’éviter que la France – fragilisée par un calvinisme envers lequel elle avait montré trop de complaisance, par le comportement factieux des Grands et l’impuissance de la monarchie – n’élève au rang de souverain un homme hérétique et excommunié, Panigarola eut à cette occasion un rôle déterminant, car non seulement prêtres et théologiens tiraient de ses sermons « l’intention du légat et se conformait [ensuite] à celle-ci », mais la parole du prédicateur parvint à insuffler au peuple parisien, que la longueur du siège avait réduit à la misère, un nouvel élan d’espoir. Le prêche violent et enflammé qu’il prononça en 1590 du haut de la chaire de Notre-Dame, et dont la traduction française parut la même année sous le titre de Malheurs et inconveniens qui adviendront aux Catholiques faisant la paix avec l’heretique49, aurait ainsi été, si l’on en croit la relation du franciscain, un moteur fondamental dans la rupture du processus de paix déjà engagé entre huguenots et catholiques, suite à l’énigmatique revirement de Sixte-Quint auquel la voie de la concorde, quoique difficile et presque impossible, apparaissait désormais comme la meilleure solution.

  • 50  Cf. A. C. Tizon-Germe, art. cit., pp. 38-54.
  • 51  Voir à ce sujet les hypothèses avancées par Michel de Boüard, op. cit., p. 115.

22Si pour la « maggiore legatione che sia stata a memoria d’huo-mini », l’objectif déclaré était avant tout celui de « conservare e ridurre il regno di Francia all’antica, vera, cattolica religione »50 et d’introduire le Concile de Trente, les instructions pontificales données au cardinal camerlingue restent à ce jour obscures et ne cessent d’alimenter, parmi les historiens, nombre de discussions quant à leur véritable nature51. Prescrivaient-elles l’hostilité que Caetani, Panigarola et Sega ne cessèrent de marquer envers Henri IV et qui finit par être interprétée comme une déloyauté envers Sixte-Quint, ou recommandaient-elles au contraire une attitude prudente et circonspecte ?

  • 52  H. de l’Espinois, art. cit., pp. 503-504.

23Certes le choix pontifical était tombé, après nombre d’hésitations, sur Enrico Caetani, dont la maison – bien que liée à l’Espagne, surtout en considération de la situation politique de l’Europe – avait été comblée d’honneurs par Sixte-Quint, ce qui laissait espérer une fidélité plus grande à l’égard des intérêts du Saint-Siège qu’envers ceux de Philippe II. D’ailleurs, Caetani, une fois arrivé en France, vit deux dangers menacer conjointement le royaume : la domination des protestants et celle des Espagnols52, et si le joug d’un peuple catholique paraissait selon toute probabilité moins redoutable pour un cardinal, son action n’en fut pas moins placée sous le signe de cette double menace.

  • 53  Archivio di Stato di Venezia, Dispacci Roma, filza 25, 31 marzo 1590, Badoero al Senato. Cf. A. La (...)
  • 54  Michel de Boüard, op. cit., p. 113. Voir aussi l’Autobiografia de Panigarola (ms. cit., p. 134) do (...)

24Toutefois, l’intransigeance dont la légation, soutenue par la Sorbonne, fit continuellement preuve envers les royaux – qui devint manifeste après le refus de Caetani de rencontrer le duc de Nevers, resté neutre et qui tentait de se placer en arbitre et en conciliateur – devait conduire l’éminent prélat et ses proches collaborateurs, dont Francesco Panigarola, à devenir la cible des anathèmes du pontife. Indigné de ce que son légat semblât être « non seulement un partisan trop zélé des Espagnols, mais plutôt le légat de l’ambassadeur d’Espagne que le sien »53, Sixte-Quint ne cessait de lui reprocher d’avoir trompé sa confiance, le menaçait de mille châtiments et lui retirait finalement sa pension54.

  • 55 Autobiografia, ms. cit., p. 136 : « [...] più danno faceva loro la lingua del Panigarola che l’eser (...)
  • 56  Bonagratia da Varena, op. cit., p. 255 : « […] peggio lo trattava una lingua straniera che tutte l (...)

25C’est alors que le tempérament ardent et intrépide de Panigarola, qui s’était manifesté tant de fois dans sa tumultueuse jeunesse, s’éveilla face au danger d’une scission entre Rome et Paris. Ignorant délibérément les prescriptions de Sixte-Quint, qui sommait les membres de la légation d’interrompre tout prêche polémique et de faire valoir les positions du Saint-Siège en cherchant plutôt une voie d’entente avec le parti huguenot, menacé de mort par Henri de Navarre pour lequel « la langue de Panigarola faisait plus de dommages que l’armée de la Ligue »55 et qui n’acceptait nullement « qu’une langue étrangère le trait[â]t plus mal que toutes les langues françaises réunies »56, le célèbre prédicateur continua à s’insurger contre tout compromis :

  • 57  F. Panigarole,op. cit., parag. XVIII, p. 10.

Et comment me pourrois-ie asseurer de la foy d’un heretique, sur le serment qu’il me feroit encores qu’il tînt sa religion pour inviolable, puis qu’il me iureroit sur l’Evangile de laquelle ie le tiens estre violateur, car s’il en altere les interpretations & en corrompt le sens, ie me doibs bien attendre qu’il en fera de mesme de son serment. Quoy que soit, i’abborreray de le faire iurer sur une Evangile, par laquelle ie pretens qu’il doit estre iuge heretique & excommunie, & par consequent perfide, comme infracteur de la societé et communion generalle d’entre Dieu et les hommes.57

  • 58 Autobiografia, ms. cit., p. 136 : « che sperava di prendere presto la città e di dare a lui il supp (...)
  • 59  On retrouve également l’anecdote retranscrite ci-dessus – qui provient d’un manuscrit de la Biblio (...)
  • 60 Autobiografia, ms. cit., pp. 136-137 : « [...] essendogli detto che un Italiano nel Campo nemico av (...)

26Au vu d’une volonté si déclarée de soumettre la Rome hérétique que Paris menaçait de devenir, on peut comprendre les réactions virulentes d’un Henri de Navarre à son égard ; le chef des protestants français lui aurait non seulement fait savoir lors d’une ambassade « qu’il espérait prendre rapidement la ville et lui infliger le supplice qu’il méritait »58, mais il aurait même clamé « qu’il voulait le faire castrer et envoyer ses testicules dans une boîte au pape, accompagnés de certaines de ses lettres amoureuses écrites à des dames »59, diffamation attribuable, selon les dires de Panigarola, à « un Italien du camp ennemi », mort d’une « horrible maladie » quelques jours plus tard, non sans avoir confessé le caractère mensonger de ses allégations et prié le franciscain de l’en pardonner60.

  • 61 Autobiografia, ms. cit., p. 133.

27Francesco Panigarola demeura exactement huit mois à Paris et vécut les atrocités du siège dont il se montra impressionné et peiné. Dans ces circonstances tragiques, son tempérament de polémiste valeureux et de diplomate, plus encore que d’ecclésiastique, s’affirma une nouvelle fois. Aussi, l’exaspération, les tumultes fréquents et les dangereuses manifestations de la population affamée n’empêchèrent pas le franciscain d’accompagner Enrico Caetani dans ses sorties lorsque le cardinal camerlingue décida, à partir d’avril 1590, de parcourir la ville en carrosse pour insuffler quelque optimisme aux habitants. Le mémorialiste Pierre l’Estoile a retranscrit, dans son Journal pour le Règne d’Henri IV, un incident significatif survenu durant l’une de ces « promenades », qui atteste de l’authenticité des dires du franciscain lorsqu’il affirmait avoir été « quotidiennement en danger », au cours de cette longue légation, et « subir de cruels martyrs »61 :

  • 62  P. l’Estoile, op. cit., p. 46.

tout le monde accurut, à ces spectacles nouveaux qui representaient, à ce que les zélés disaient, l’Église militante. Le légat y accurut aussi et approuva par sa présence une montre si extraordinaire et en même temps si risible ; mais il arriva qu’un de ces nouveaux soldats, qui ne savait pas sans doute que son arquebuse était chargée à bale, voulut saluer le légat et qui était dans son carrosse avec Panigarole, le jésuite Bellarmin et autres italiens ; tira dessus et tua un de ces ecclésiastiques, qui était son aumônier.62

  • 63  Filippo Pigafetta, Relation du Siège de Paris par Henri IV, éd. et tr. par A. Dufour dans Mémoires (...)
  • 64 Lettere di Monsignor Panigarola, vescovo d’Asti, raccolte dal Signor Alessandro Panigarola e dedica (...)

28Force est ainsi de reconnaître, si l’on en croit plusieurs témoignages de l’époque, dont celui de Filippo Pigafetta dans sa Relation du siège de Paris63, que parmi les causes qui contribuèrent à garder la ville de Paris dans la Ligue et à encourager les Parisiens à la résistance, la présence et l’exemple de Caetani et de Panigarola jouèrent un rôle fondamental, ce qui n’empêcha cependant pas le franciscain de ressentir un profond soulagement, sur le chemin du retour, qu’il exprimera dans ces termes à un ami ayant déploré son long silence : « […] et comme il n’était déjà pas facile de vivre, la raison pour laquelle il m’a été difficile de t’écrire est compréhensible. Grâce à Dieu, je suis à présent revenu sain et sauf en Italie […] »64.

  • 65  L’asianisme de Cornelio Musso, de Francesco Panigarola ou de Gabriele Fiamma était loin de faire l (...)
  • 66  Voir à ce sujet l’étude de J. G. Bougerol, L’axiome Bonum diffusivum sui et saint Bonaventure, Act (...)
  • 67 Autobiografia, ms. cit., p. 202 : « [...] per quell’abito seminato dalla natura e coltivato dalla v (...)
  • 68 Ibidem, p. 205 : « [...] con la medesima franchezza contra il Navarro armato e pretendente al regno (...)
  • 69 Autobiografia, ms. cit., p. 205 : « senza paura [...] io non avrei fortezza ».

29Époque d’incessants conflits marquée par la fragilisation de l’Église romaine et la fascination qu’exerça sur les fidèles la simplicité du culte protestant, la Contre-Réforme eut souvent recours à une rhétorique de la magnificence, miroir de l’esthétique, que les papes Grégoire XIII et Sixte V, continuateurs de Paul III, firent dominer de 1572 à 1590, et dont l’objectif déclaré était de célébrer, avec la vérité du dogme, la majesté du Saint-Siège régénéré par le concile de Trente. La fécondité de Panigarola réussit à cristalliser cet idéal et son éloquence, hantée par la crainte de la « froideur » et de l’artifice, s’imposa malgré les polémiques des tenants d’une image digne et sévère de Rome65. Ne cessant d’engendrer l’intérêt et l’émerveillement de son auditoire, la parole du franciscain – à la manière de celle d’un saint Bonaventure pour qui le but de l’éloquence sacrée était d’aider les âmes des auditeurs à trouver leur rôle de témoins et bénéficiaires de la gloire de Dieu dans la création du monde66 – réussit à enflammer la dévotion des foules. C’est ainsi que « grâce à cette aptitude conférée par la nature et cultivée par la volonté, par laquelle il était toujours raisonnablement plus enclin aux choses viriles et héroïques, ne craignant pas davantage celles dangereuses et difficiles »67, Panigarola, arrivé à Paris, « prêcha avec le même courage contre le [roi de] Navarre, prétendant au trône »68 et, bien qu’assailli d’appréhensions dues aux menaces dont il était sans cesse l’objet, il finit par proclamer: « sans la peur [...], je n’aurais aucune force »69.

30La foi inébranlable, la pugnacité et les dons oratoires qui lui sont propres font ainsi de Francesco Panigarola l’une des personnalités les plus marquantes de son époque. Notons enfin que l’originalité de l’illustre prédicateur réside aussi dans sa capacité à dépasser la tension permanente vécue dans sa jeunesse entre aspirations mondaines et appel mystique, à canaliser l’énergie impétueuse que la nature lui avait donnée et à utiliser les multiples tendances d’un tempérament porté à la violence, aux plaisirs et à la séduction pour défendre et glorifier l’Église catholique, jusqu’à incarner le modèle du prédicateur de la Contre-Réforme, pour la plus grande gloire de la monarchie pontificale.

Haut de page

Notes

1  G. Della Casa, Galateo ovvero de’costumi, Firenze, Matini, 1707, I, pp. 4-6 : « che a chiunque si dispone di vivere, non per le solitudini o ne’ romitori, ma nella città e tra gli uomini ».

2  Voir à ce propos E. Garin, L’umanesimo italiano, Bari, Laterza, 2004, p. 194.

3  Nous reprenons ici une citation du jésuite Louis Richéome (Tableaux sacrés des figures mystiques du très auguste sacrifice et sacrement de l’Eucharistie dédiés à la très chrétienne reine de France et de Navarre, Paris, chez Laurens Sonnius, 1601). Cf. M. Praz, Studi sul concettismo, Firenze, Sansoni, 1946, p. 15.

4  Célèbre prédicateur et controversiste du second Cinquecento dont le succès franchit largement les frontières de la Péninsule, Francesco Panigarola(1548-1594) marqua toute une époque du succès de ses prêches et de l’exemplarité suscitée par ses écrits. Parmi les ouvrages ayant contribué à sa notoriété, rappelons notamment son traité de rhétorique sacrée, Il predicatore […] (1609), qui jouit d’une renommée inégalée jusqu’à la fin du XVIIe siècle pour l’« esquisita perizia de le retoriche » (E. Tesauro, Cannocchiale aristotelico, Torino, B. Zavatta, 1670, p. 502). Auteur particulièrement prolifique, le franciscain composa de nombreux ouvrages dont plusieurs restent à ce jour inédits : cf. Ph. Argelati, Bibliotheca scriptorum mediolanensium, Mediolani, In Aedibus Palatinis, 1745, col. 1029-1035.

5  Sur le Conventuel Cornelio Musso (1511-1574), se référer principalement à l’analyse de H. Jedin, Der Franziskaner Cornelio Musso Bischof von Bitonto, dans « Römische Quartalschrifte für christiliche Altertumskunde und für Kirchengeschichte », 41 (1933), pp. 207-275, et à celle de C. Mouchel, Rome Franciscaine. Essai sur l’histoire de l’éloquence dans l’Ordre des Frères Mineurs au XVIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2001, chap. 3 « La Rome des héros. Cornelio Musso et l’asianisme des conventuels (1539) », pp. 245-325.

6  Cf. C. Mouchel, op. cit., p. 412.

7  Il existe six exemplaires répertoriés de ce document autobiographique, dont la transcription et l’apparat critique seront prochainement publiés par Fabio Giunta aux éditions Il Mulino : trois à la Bibliothèque Ambrosiana et un à la Braidense de Milan ; un autre à l’Estense de Modène ; un dernier enfin à la Riccardiana de Florence. Les citations que nous avons insérées sont tirées de l’exemplaire provenant de la Bibliothèque Braidense (A. C. IX. 2) car le copiste affirme, dans une note initiale, avoir fidèlement retranscrit la version autographe, perdue lors de l’incendie du 19 mars 1746 qui ravagea le convent de Sant’Angelo à Milan, où l’original semble avoir été jusqu’alors conservé.

8 Autobiografia, ms. cit., p. 15 : « Predica, figlio mio ». Cf. Bonagratia da Varena, Vita di Monsignor Panigarola […], In Milano, Apresso Gio. Battista Bidelli, 1621, p. 211.

9 Ibidem, pp. 6-7 : « Di Gabriele, oltre quello di chi ragioniamo, che fu l’ultimo figlio, nacquero tre altri : Alessandro, Terenzia e Marcella ».

10  Cf. A. M. G. Scorza, Le Famiglie Nobili Genovesi, Sala Bolognese, Arnaldo Forni ed., 1924, pp. 179-180 ; G. B. di Crollalanza, Dizionario storico-blasonico delle famiglie nobili e notabili italiane estinte e fiorenti (réédition anastatique de l’original de 1886-1889), Sala Bolognese, Arnaldo Forni ed., 1986, vol. II, p. 271. Pour le blason génois des Panigarola, consulter A. M. G. Scorza, Libro d’oro della nobiltà di Genova, s. n., 1920, tab. XXVII.

11   Autobiografia, ms. cit., p. 11 : « chi alleva i figli con ingiurie e battiture e simili viltà, altro non ne acquista se non che essi trattati da servi non si vergognano a far cose da servi, là dove nobilmente educati stimano nobilmente se medesimi e per conseguenza cose non osano a operare indegne del concetto che hanno di sé stessi ».

12 Autobiografia, ms. cit., p. 12 : « Per la medesima regola volle il padre ch’egli andasse sempre onestissimamente vestito » ; « [...] ragionamenti più gravi che alla età di lui non convenivano ».

13  L. B. Alberti, Della famiglia, par L. de Sanctis, Milano, Società Anonima Notari, 1928, lib. I, p. 77 : « per acuirci et destarci l’intellecto et l’in-gegno ».

14 Ibidem, p. 68. Sur l’importance de l’habillement : cf. A. Paleario, Dell’economia o vero del Governo della casa, par S. Caponetto, Firenze, Olschki ed., 1983, p. 64.

15  Natale Conti (1520-1582) fut l’auteur, entre autres écrits, d’un recueil d’élégies dédié au jurisconsulte Gabrio Panigarola, qu’il intitula De quatuor anni temporibus (1547), et d’un traité de rhétorique, le Demetrii Phalarei De Oratione, sive de modo dicendi (1557), dont est vraisemblablement tributaire le Predicatore  (1609) de Panigarola.

16  Sur A. Paleario, se référer principalement à G. Morpurgo, Un umanista martire. Aonio Paleario e la Riforma teorica italiana nel sec. XVI, Città di Castello, Lapi, 1912 ; à S. Caponetto, Aonio Paleario (1503-1570) e la Riforma protestante in Toscana, Torino, Claudiana, 1979 ; ainsi qu’à L. Kosuta, Aonio Paleario et son groupe umaniste et réformateur à Sienne (1530-1546), dans « Lias », VII (1980), pp. 3-59.

17  Sur le procès de P. Carnesecchi, noble florentin et protonotaire apostolique, consulter G. Manzoni, Estratto del processo di P. C., dans « Miscellanea di storia italiana », t. 10 (1870), pp. 187-573 ; A. Stella, G. Riannetti da Fano eretico del sec. XVI al servizio dei re d’Inghilterra, dans « Rivista di Storia della Chiesa in Italia », XIII (1959), pp. 206-208, 222 ; O. Ortolani, Per la storia della vita religiosa ital. nel Cinquecento. P. C. con estratti dagli atti del processo, Firenze, Le Monnier, 1963 ; C. Ginzburg e A. Prosperi, Le due redazioni del « Beneficio di Cristo », dans Eresia e Riforma nell’Italia del Cinquecento, Miscellanea I, Firenze (Sansoni) - Chicago (Newberry Library), 1974, pp. 139-142.

18 Autobiografia, ms. cit., pp. 12-13 : « [...] in età di dodici anni poteva comodamente scrivere in quella lingua e un’epistola, e un’orazione, e un’elegia ».

19 Ibidem, p. 13 : « Le [lettere] greche non volle il padre che egli le apprendesse e ne allegò due cause : una, che avendolo destinato allo studio delle leggi, poco a quella professione averebbono giovato ; e l’altro, che essendo ormai ogni cosa tradotta, quando egli trent’anni vi avesse speso intorno, ad ogni modo poco più ne averebbe saputo che i traduttori ».

20  Cf. Florence, B.N.C.F., cod. Naz. II. I. 13 (ex. Mal. Cl. V, 9), Agostino Del Riccio, L’arte della memoria locale, ff. 51.

21 L’arte della memoria locale, ms. cit., ff. 11v-12r : « Chi ha la memoria natural buona et ancora la memoria locale buonissima, gl‹i› [f. 12] riuscirà bene ogni cosa, sì come gli riusciva al Reverendo Padre Francesco Panicarola, predicator rarissimo a’nostri tempi, il quale haveva cento mila luoghi, di più dicono che egli ne prese di più dieci mila  e però a ragion poteva dire, come disse un filosofo, e ben : “omnia mea bona mecum porto” ».

22 Autobiografia, ms. cit., pp. 13-14 : « o che Gieronimo l’avrebbe impove-rito ».

23  La section consacrée à la mémoire par l’anonyme rhéteur de la Rhetorica ad Caium Herennium (III, 16-24) est pourvue d’une importance historique et culturelle fondamentale car c’est la seule source classique – qu’il s’agisse de la civilisation grecque ou de la culture latine – qui propose un témoignage complet des techniques de l’ars memoriae, les considérations de Cicéron (De oratore, II, 86-88) et de Quintilien (Institutione oratoria, XI, 2) présupposant en effet une connaissance préalable, de la part du lecteur, de la terminologie spécifique et complexe propre à la mnémotechnique.

24  Bonagratia da Varena, op. cit., p. 209 : « [Panigarola] scrisse [...] che nella memoria locale si può venire a tanta perfettione di non haver bisogno (segreto non saputo da gl’antichi) d’alcuna imagine ; ma co i soli luoghi e le sole cose far tuttò ciò ».

25  Il existe différentes copies manuscrites du Trattato della memoria locale de Francesco Panigarola : M. Lackner a récemment proposé la réimpression anastatique de l’exemplaire conservé à la Biblioteca Comunale ‘Mozzi-Borghetti’ de Macerata, dans son Das Vergessene Gedächtnis. Die Jesuitische Mnemotechnische abhandlung Xiguo Jifa, Stuttgart, Franz Steiner, 1986, pp. 97-107.

26  Cf. G. Chappuys, L’Art de prescher et bien faire un sermon. Avec la Mémoire Locale & artificielle, faict par R.P.F. François Panigarole, Mineur Observantin […], Paris, chez Regnault Chaudière, 1604, pp. 64-79.

27 Autobiografia, ms. cit., p. 14 : « [...] ferocissimo fanciullo, che non riposava mai ».

28 Ibidem, p. 14 : « Fu sopra tutto precoce, per dir così, o almeno desideroso di avanzar l’età, non avendo cosa più a sdegno che l’esser trattato da fanciullo, onde fra compagnie de’ giovani fatti si cacciava più che poteva ».

29  Se référer principalement aux chapitres intitulés « Pietà e religione » (pp. 155-157) et « Divozione e timor di Dio » (pp. 157-160) de son Autobiografia.

30 Autobiografia, ms. cit., p. 17 : « a poco a poco così sviato divenne che questione o rissa non si faceva ove egli non intervenisse ; e notte non passava nella quale armato non uscisse di casa. Accettò di più di essere consigliero e capo della sua nazione, che è officio turbolentissimo ; e amicatosi anche con uomini faziosi della città medesima di Pavia, più forma aveva ormai di soldato che di scolare ».

31 Ibidem, pp. 17-18 : « Si trovò egli con occasione di quelle brighe molte volte a Pavia in gravissimi pericoli di vita e fra gl’altri, trovandosi presso a S. Francesco in una grossa zuffa fra Piacentini e Milanesi ove fu morto un fratello del cardinale della Chiesa, da molte archibugiate si salvò con lo schermo solo d’una colonna, ove per anche ne restano impressi i segni ».

32  Professeur en droit canonique et civil à l’Université de Pavie de 1559 à 1580, Camillo Gallina di Lomello, « celeberrimo di leggi dottore », fut admis dans le Collège des Juges de Milan le 1er octobre 1560.

33  Né à Novarra en 1499 et mort à Pavie en 1570, le jurisconsulte Girolamo Tornielli fut professeur en droit canonique et civil à Turin, Pavie, puis à Padoue avant d’occuper la charge de sénateur à Milan.

34 Autobiografia, ms. cit., pp. 19-20 : « A Bologna lo collocò il padre in casa di Monsignor Giovanni Angelo Papio, lettore di leggi famoso ma di più gran cortigiano, colto di belle lettere ed in casa del quale sei o sette altri gentiluomini abitavano, Milanesi e Napoletani di principalissime famiglie ».

35 Ibidem, p. 20 : « così accorto e grazioso nella conversazione riuscì, che dissipata pareva o la festa o il ridotto ove egli non si trovava ».

36  Florence, B.N.C.F., Magl. Cl. VII, ms. 1182, ff. 152r-153v. Consulter aussi le ms. 1182 de la Bibliothèque Angelica de Rome (ff. 114r-116v), qui réunit quatre compositions poétiques de Panigarola respectivement intitulées : 1) « Ben potrian que’begli occhi » ; 2) « Sopra lo sposalitio del Principe di Mantova colla Principessa di Parma » ; 3) « Sopra l’Imperatrice Maria d’Austria passando per Pavia il dì [di] ottob. 1582 » ; 4) « Amanti, o lieti amanti » ; la première et la quatrième font écho au poème que nous avons retranscrit ci-dessus, dont la rédaction remonte vraisemblablement au premier séjour bolognais de Francesco Panigarola (1563-1567).

37 Autobiografia, ms. cit., p. 21 : « i comodi e le delizie non lo rimossero dal primo suo pensiero, cioè di pigliare, morto che fosse il padre, l’abito di S. Francesco ».

38 Ibidem, p. 23 : « intendendo come per tre anni interi, fra tanti tumulti, aveva il Signore nodrito questo santo pensiero in petto del giovane, avvisò che non era bene il trattenerlo più lungamente ».

39 Ibidem, p. 24 : « [...] con molte lagrime, e di lui e di chi lo vestì e di chi fu presente ».

40 Autobiografia, ms. cit., p. 33.

41  L’auteur a rapporté, dans son Predicatore (In Venetia, Nella Salicata, 1642, part. I, p. 172), un passage suggestif de ce sermon, où sont comparés les deux fondateurs de Rome (Part. I, p. 172) : « Vedete Romani, che avventuroso passaggio havete fatto da Romulo a Christo : da chi contaminò la città vostra col sangue del fratello, fraterna caede foedavit, a chi lavò la città vostra col suo sangue proprio, redemit vos in sanguine suo ; da chi si finse figlio d’un morto dio et d’una vergine vestale, a chi fu vero Figlio del vivo Dio, e d’una Vergine hebrea ; da chi pigliò il latte d’una lupa, nato che fu, a chi fece scorrere in Tebro rivi di puro latte nascendo ; da chi istituì quegli per età padri et per autorità senatori, a chi nella persona di san Pietro stabilì per sempre il primato romano ; da quello, a cui per la oscurità delle nuvole fu data la morte, a quello, per la cui morte venne l’oscurità delle nuvole ; da colui, il quale per lo sogno di non so chi fu falsamente creduto, che fosse andato in Cielo, a colui, che ‘n tal giorno come hoggi vedenti molti, e tutti vigilantissimi gloriosamente se ne salì nel cielo ».

42  Cf. C. Mouchel, op. cit., p. 414 : « Non seulement sa virtuosité oratoire sera comprise par lui et les papes comme un instrument au service de la reconquête à partir de Rome, comme le style de Rome, mais il s’efforce d’établir à Rome ou du moins en terre cismontaine les conditions d’une telle éloquence ».

43  Le déroulement de cette légation a été retracé avec précision par Michel de Boüard, Sixte Quint, Henri IV et la Ligue, dans « Revue des questions historiques », t. 60 (1932), pp. 59-140 ; par Henri de l’Espinois, La légation du cardinal Caetani en France, dans « Revue des questions historiques », t. 30 (1881), pp. 460-525 ; et par Camillo Manfroni, La legazione del cardinale Caetani in Francia, dans « Rivista storica italiana », t. 10 (1893), pp. 193-270.

44  Cf. A. C. Tizon-Germe, La représentation pontificale en France au début du règne d’Henri IV (1589-1594). Cadre politique, moyens humains et financiers, dans « Bibliothèque de l’École des Chartes », t. 151 (1993), Genève, Droz, 1993, pp. 37-85.

45  J. P. Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 1982, pp. 452-464.

46  P. L’Estoile, Journal pour le règne d’Henri IV, par L.-R. Lefèvre, Éd. A. Martin, Paris, 1948, pp. 43 et sq.

47 Vita di Monsignor Panigarola [...], cit., p. 161.

48  Ibidem, p. 136.

49  Cf. F. Panigarole, Malheurs et inconveniens qui adviendront aux Catholiques faisant la paix avec l’heretique. Extraicts des doctes predications des seigneurs Panigarole et Christin, Paris, chez Nicolas Nivelle et Rolin Thierry, Libraire et Imprimeur de la Saincte Union, 1590.

50  Cf. A. C. Tizon-Germe, art. cit., pp. 38-54.

51  Voir à ce sujet les hypothèses avancées par Michel de Boüard, op. cit., p. 115.

52  H. de l’Espinois, art. cit., pp. 503-504.

53  Archivio di Stato di Venezia, Dispacci Roma, filza 25, 31 marzo 1590, Badoero al Senato. Cf. A. Lay, Un prelato italiano tra Ligueurs e Politiques, dans « Miscellanea Walter Maturi », t. 1 (1966), Torino, Giappichelli, p. 31 : « non solamente troppo partiale de’ spagnoli, ma piuttosto legato dell’ambasciatore de Spagna che suo […] ».

54  Michel de Boüard, op. cit., p. 113. Voir aussi l’Autobiografia de Panigarola (ms. cit., p. 134) dont une partie atteste de la colère du pape et de ses retombées matérielles et politiques : « [...] entrò in tanta colera il papa, che cominciò a non rispondere più alle sue lettere. Gli levò di più la provisione e ad ogni modo deliberato di non volerlo richiamare, cominciò infine con un ambasciatore di Navarro, che era in Roma, a lasciarsi intendere che egli era malissimo soddisfatto della legazione ».

55 Autobiografia, ms. cit., p. 136 : « [...] più danno faceva loro la lingua del Panigarola che l’esercito dell’Unione ».

56  Bonagratia da Varena, op. cit., p. 255 : « […] peggio lo trattava una lingua straniera che tutte le francesi insieme ».

57  F. Panigarole,op. cit., parag. XVIII, p. 10.

58 Autobiografia, ms. cit., p. 136 : « che sperava di prendere presto la città e di dare a lui il supplicio che meritava ».

59  On retrouve également l’anecdote retranscrite ci-dessus – qui provient d’un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Florence transmettant d’autres informations authentiques sur le prédicateur – dans l’Autobio-grafia du franciscain (ms. cit.,pp. 136-137) ; Panigarola y mentionne les calomnies qui circulaient sur la bienséance de ses mœurs et se défend de tels chefs d’accusation. Cf. Florence, B.N.C.F., Magl. Cl. VIII, cod. 81, Notizie su Panicarola, p. 198 : « Diceva Henrico quarto del Panicarola che se li capitava nelle mani il Panicarola lo voleva fare castrare et mandare in una scatola i suoi testicoli al Papa insieme con certe lettere sue amorose scritte a dame ».

60 Autobiografia, ms. cit., pp. 136-137 : « [...] essendogli detto che un Italiano nel Campo nemico aveva fatta certa trovata contra di lui e lo calunniava di cose impertinentissime [...] non passarono otto giorni che, caduto l’Italiano in un’orrenda infirmità, dopo avere alcuni giorni stentato e mandato a confessare l’errore e dimandare perdono al vescovo, miseramente morì ».

61 Autobiografia, ms. cit., p. 133.

62  P. l’Estoile, op. cit., p. 46.

63  Filippo Pigafetta, Relation du Siège de Paris par Henri IV, éd. et tr. par A. Dufour dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, Nogent-Le-Rotrou, Imprimerie G-Daupeley-Gouverneur, t. 2, 1875, pp. 1-105 (cf. p. 99 pour la citation).

64 Lettere di Monsignor Panigarola, vescovo d’Asti, raccolte dal Signor Alessandro Panigarola e dedicate al Serenissimo Signor Duca di Savoia, Milano, Bidelli, 1629, p. 229 : « […] e ben era ragione che ci fusse difficile lo scrivere, poichè non c’era facile il vivere. Hora tornato, la Dio mercè, sano e salvo in Italia […] ».

65  L’asianisme de Cornelio Musso, de Francesco Panigarola ou de Gabriele Fiamma était loin de faire l’unanimité dans la Curie romaine et suscita de vives réactions, notamment parmi les Jésuites, tenants d’un cicéronisme discret et délibérément anti-ostentatoire, qui fut défendu à la Sapienza par un de leurs amis, l’humaniste français Marc-Antoine Muret.

66  Voir à ce sujet l’étude de J. G. Bougerol, L’axiome Bonum diffusivum sui et saint Bonaventure, Actes du Colloque Saint Bonaventure, dans « Études Franciscaines », t. 18 (1968), pp. 81-104.

67 Autobiografia, ms. cit., p. 202 : « [...] per quell’abito seminato dalla natura e coltivato dalla volontà, col quale alle cose virili e eroiche ragionevolmente inclinava sempre, e le pericolose e difficili soverchia-mente non temeva mai ».

68 Ibidem, p. 205 : « [...] con la medesima franchezza contra il Navarro armato e pretendente al regno predicò ».

69 Autobiografia, ms. cit., p. 205 : « senza paura [...] io non avrei fortezza ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°11, Bonnes manières et mauvaise conduite, 2007.

Référence électronique

Utzima Benzi, « De la transgression à la règle. Itinéraire et conversion de Francesco Panigarola (1548-1594) », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 16 juillet 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/1986 ; DOI : 10.4000/italies.1986

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org