Navigation – Plan du site
Jardins littéraires

En flânant dans les jardins des Confessioni de Nievo

Elsa Chaarani Lesourd
p. 209-239

Résumé

On analyse le jardin, au sens large de lieu naturel destiné à l’homme ou entretenu par lui, tel qu’il, apparaît dans les Confessioni di Nievo, et on examine quelles peuvent être ses significations symboliques en tant que lieu de la rencontre amoureuse, du Paradis à l’Enfer. Mais le thème apparaît aussi dans le réseau métaphorique du roman, pour figurer souvent un lieu de l’illusion, et à ce titre il peut intervenir et provoquer un engouement illusoire, aussi bien amoureux que politique. Enfin ce thème est profondément lié à l’intertextualité du roman dans un sens ascendant, puisque certains épisodes portent les noms d’“Eden” ou encore de “jardin d’Armide”. Il peut s’agir aussi d’une descendance intertextuelle, quand il s’agit de Calvino et de son « jardin enchanté ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces informations proviennent des dictionnaires Littré et Palazzi.
  • 2 « Quei suoi capelli, rasi a corona sul capo e abbaruffati come la siepaia d’un orto abbandonato, gl (...)

1En français, le mot “jardin” possède la double connotation de l’agrément et de l’utilité : c’est un « espace, clos d’ordinaire, planté de végétaux utiles ou d’agrément ». C’est le mot français qui a donné l’italien giardino qui, lui, ne comporte que l’aspect de l’agrément, puisqu’il existait déjà le latinisme orto (de hortus), qui semble plutôt insister sur la production de végétaux comestibles et, donc, utiles1. Les deux mots se rencontrent l’un comme l’autre dans les Confessioni, mais Nievo a une nette prédilection pour le mot giardino dans le réseau métaphorique, tandis qu’orto désigne presque toujours les jardins au sens propre et n’apparaît qu’une seule fois en tant que métaphore2. Dans tout jardin, il y a donc une triple interaction, celle du règne végétal et de son indispensable complément, l’eau, celle de la terre et de l’air libre, et celle de l’homme, soit comme organisateur (culture) soit comme destinataire (agrément) du lieu.

2Quoi qu’il en soit, le jardin ou son substitut métaphorique, qui est très souvent dans les Confessioni la nature et la campagne frioulane, se présente en général comme un lieu d’agrément véritablement enchanteur dont les êtres humains sont les destinataires plus souvent que les organisateurs. Ce fait nous conduira à nous intéresser aussi à la notion de “paradis” – nom commun qui apparaît toujours avec une initiale majuscule dans le manuscrit – qui pose obligatoirement la question de son contraire, l’enfer.

  • 3 Voici les éditions des œuvres citées : Ippolito Nievo, Le Confessioni d’un Italiano, a cura di Simo (...)

3On évoquera donc, premièrement, le jardin vu comme le lieu agréable de la découverte, ce qui le relie aux jeunes années du protagoniste et de ses amis. On montrera ensuite comment ces jardins paradisiaques ont parfois des frontières bien ténues avec l’enfer. Enfin on verra que, dans la fiction romanesque, certains personnages nieviens retrouvent parfois les Eden évoqués dans la première partie et comment, dans la littérature, un écrivain du vingtième siècle, Italo Calvino, sur les brisées de Pisana et Carlino enfants, redescendra dans le jardin des Confessioni3.

I. Les jardins de la découverte

4Beaucoup de critiques ont estimé la première partie du roman supérieure à la seconde : peut-être se sont-ils simplement laissé séduire par l’enchantement idyllique des jardins romanesques de Nievo, incontestablement concentrés dans les premiers chapitres, car le thème du jardin est de toute évidence lié à l’enfance ou au moins à la jeunesse du protagoniste octogénaire. Clairement annoncé au chapitre II, cela est rappelé dans le célèbre Addio giovinezza du chapitre XII, et encore au chapitre XIX :

La gioventù è il Paradiso della vita ; ed i vecchi amano l’allegria che è la gioventù eterna dell’animo. (CI, II, 167)

mi disperai dell’amor mio che dopo mille lusinghe, dopo avermi aggirato scherzevole e leggiero pei giardini fioriti e per le balze capricciose della giovinezza, mi lasciava solo vedovo sconsolato ai primi passi nella selva selvaggia della vera vita militante e dolorosa. (XIX, 1188)

5Nievo marque une nette opposition entre l’irréel des « jardins fleuris de la jeunesse » et le réel de la « vraie vie militante et douloureuse ».

  • 4 Voir infra citation dans le corps du texte, p. 215.
  • 5 Voir infra citation dans le corps du texte, p. 218.

6Qui dit enfance ou jeunesse, dit découverte. Cela peut être la découverte de la vie qui se produit lorsqu’un enfant ou un jeune de l’ère romantique ressent « l’immense palpitation »4 de la nature, comme c’est le cas pour Carlo découvrant la mer et le « sentiment de l’infini »5. Mais le séjour des délices correspond aussi à une découverte existentielle d’importance, celle de l’altérité, qui se décline selon les modalités de la rencontre amoureuse, comme le suggère la citation ci-dessus. Pour les trois personnages masculins les plus importants du roman, Leopardo, Lucilio et Carlo, la découverte d’une altérité féminine s’accompagne fréquemment de celle l’altérité masculine du rival. Elle se produit dans un jardin, sinon au sens strict “d’enclos” où l’homme “cultive”, du moins au sens large de lieu d’agrément où les êtres sont subjugués par la vigueur et le charme de la vie végétale et animale, et de l’eau, sans laquelle il n’y aurait point de jardin.

L’Eden de Leopardo

7La scène de la rencontre de Leopardo et Doretta, très aimée des critiques pour son incontestable charge poétique, est encadrée par deux phrases où l’auteur exprime la symbolique du jardin comme lieu d’agrément :

Tra Cordovado e Venchieredo, a un miglio dei due paesi, v’è una grande e limpida fontana che ha anche voce di contenere nella sua acqua molte qualità refrigeranti e salutari. Ma la ninfa della fontana non credette fidarsi unicamente alle virtù dell’acqua per adescare i devoti e si è recinta d’un cosí bell’orizzonte di prati di boschi e di cielo, e d’una ombra così ospitale di ontani e di saliceti che è in verità un recesso degno del pennello di Virgilio questo ove le piacque di porre sua stanza. Sentieruoli nascosti e serpeggianti, sussurrio di rigagnoli, chine dolci e muscose, nulla le manca tutto all’intorno. È proprio lo specchio d’una maga, quell’acqua tersa cilestrina che zampillando insensibilmente da un fondo di minuta ghiaiuolina s’è alzata a raddoppiar nel suo grembo l’immagine d’una scena così pittoresca e pastorale. Son luoghi che fanno pensare agli abitatori dell’Eden prima del peccato ; ed anche ci fanno pensare senza ribrezzo al peccato ora che non siamo piú abitatori dell’Eden. (CI, IV, 247)

« – Ma lei verrà ancora alla fontana, n’è vero?
– Sì certo ; quando me ne salta l’estro, – rispose la fanciulla – e le feste poi non manco mai insieme alle altre zitelle dei dintorni.
– Le feste, le feste... – mormorò il giovine.
– Oh la ci venga, la ci venga – gli diede sulla
voce la giovine – e vedrà che bel Paradiso qui tutto all’intorno. » (CI, IV, 261)

  • 6 « Non ho nemmeno voluto dirvi che colle fanciulle vi concorrono anche i giovinotti, perché già era (...)

8Dans ce lieu que par deux fois le mot « Eden » définit comme un paradis, le règne végétal est présent dans sa puissance naturelle et, s’il ne s’agit pas d’une nature cultivée, tous les éléments du jardin, en tout cas, s’y trouvent : eau, végétaux, êtres humains destinataires et, plus loin dans la scène, oiseaux chantant. Au milieu de ce jardin enchanteur, conformément au modèle de « l’Eden », et de la littérature épique, d’Homère au Tasse en passant par l’Arioste, séjourne une « nymphe », ou une « magicienne », c’est-à-dire une fille d’Ève, une séductrice. Mais il y a plus : le narrateur prend soin de préciser que la fontaine de Venchieredo est même le lieu par excellence des rendez-vous entre les filles et les garçons des environs6. Ce jardin-ci a donc une fonction essentielle dans la rencontre amoureuse ; d’une certaine façon, il la décide.

  • 7 « …ma l’era cosí novizio lui nell’usanza delle interrogazioni, che non fu meraviglia se per la prim (...)

9Ce sera donc, pour Leopardo, novice en amour et en séduction7, la découverte d’une altérité féminine, dans un lieu si séduisant que le sentiment naîtra comme une conséquence inéluctable de cet enchantement, nonobstant les différences qui sépareront plus tard le couple. Cela est exprimé par le gage d’amour que Leopardo ramasse après le départ de la demoiselle :

e si sbassò, arrossendo, a raccogliere alcuni fiori ch’ella aveva perduti, credo, col suo buon fine di malizia. […] Quei pochi fiorellini se li pose sul cuore, e non li abbandonò mai più. (CI, IV, 262)

10Ce gage, en effet, quelques fleurs, est un élément typique du jardin.

Les jardins de Lucilio

  • 8 On a cherché à le démontrer dans Elsa Chaarani-Lesourd, Ippolito Nievo et le roman kaléïdoscope, do (...)
  • 9 « [Clara e Lucilio] aspiravano all’aria libera, alla solitudine. » (CI, VI, 432).

11Pour Lucilio et Clara, dont l’élément est l’air, et son corollaire, la lumière8, la découverte réciproque de l’altérité et de l’amour ne pouvait se faire que dans un espace extérieur, à « l’air libre »9. L’instant décisif de leur rencontre est leur déclaration d’amour réciproque, puisque jusque là, les rapports de la jeune fille et du jeune homme se sont limités à des tentatives de séduction de Lucilio sans intimité réelle. C’est donc bien ce moment qu’il convient d’étudier ici.

  • 10 CI, V, 314-316.

12À la différence de Leopardo et Doretta, la relation de Clara et Lucilio est beaucoup plus intellectualisée. D’abord, on peut constater que le narrateur, au début de la scène, évoquant la perception subjective du temps qu’ont les amoureux, utilise, pour désigner l’instant exact où ils se rejoignent, une métaphore qui se réfère au jardin paradisiaque : « ce Paradis rêvé »10. En outre, le lieu naturel, avant de faire l’objet d’une description, apparaît dans les propos que le couple échange :

molte e molte volte s’erano fermati lungo la via discorrendo della nonna, del castellano di Venchieredo, delle loro opinioni in proposito, e piú anche di se stessi, dei proprii affetti, del bel cielo che li innamorava e del bellissimo tramonto che li fece restare lunga pezza estatici a contemplarlo. (CI, V, 316)

13Rien d’étonnant à ce que ces deux êtres d’esprit soient touchés par des éléments aériens, le « ciel » et le « très beau coucher de soleil ». L’ambiguïté de l’expression « ce beau ciel qui les rendait amoureux » est intéressante, car elle suggère, outre l’émotion toute romantique que la contemplation de la nature provoque en eux, la fonction décisive de cet espace dans la cristallisation stendhalienne de leurs sentiments. Enfin, les personnages eux-mêmes utilisent la métaphore du « jardin » et de la « fleur » pour évoquer leur bonheur :

Sì, sono felice come forse non lo sarò mai piú ! – proseguì Lucilio – felice nei desiderii, perché i desiderii miei sono pieni di speranza, e la speranza mi invita da lunge come un bel giardino fiorito. Ahimè non cogliete quei fiori ! non dispiccateli dal loro gracile stelo ! […] cadranno senza remissione nel sepolcro della memoria !
– No, non chiami la memoria un sepolcro ! – soggiunse con forza la Clara. – La memoria è un tempio, un altare !
Il fiore perde la freschezza e il profumo ; ma la memoria del fiore ci rimane nell’anima incorruttibile ed odorosa per sempre ! (CI, V, 320)

  • 11 Ce choix d’un paysage nocturne n’est qu’apparemment paradoxal s’agissant d’êtres de lumière, car il (...)

14Contrairement à l’habitude, la scène se clôt par la description de l’endroit délicieux, et désormais nocturne11, où elle s’est déroulée :

L’oscuro fogliame dei pioppi stormeggiava lievemente ; e il baccano del villaggio, […] non interrompeva per nulla i trilli amorosi e sonori degli usignoli. I bruchi lucenti scintillavano fra l’erbe ; le stelle tremolavano in cielo ; la luna giovinetta strisciava sulle forme incerte e tenebrose con raggio obliquo e velato. La modesta natura circondava di tenebre e di silenzi il suo talamo estivo, ma l’immenso suo palpito sollevava di tanto in tanto qualche ventata di un’aria odorosa di fecondità. – Era una di quelle ore in cui l’uomo non pensa, ma sente […] Lucilio, anima pensosa e spregiatrice per eccellenza, si sentì piccolo suo malgrado in quella calma cosí profonda e solenne. […] si sentiva piú grande e meno forte ; piú padrone di tutto e meno di sé. (CI, V, 331)

15En plus de la sensualité du passage (ouïe, odorat et vue sont sollicités) la puissance de la nature est telle que même le rationnel Lucilio paraît vaincu par « son immense palpitation ». Cet extrait semble attester que c’est bien le lieu enchanteur qui a exalté les personnages au point de susciter la déclaration d’amour de Lucilio (CI, V, 320) et la promesse d’amour éternel de Clara (CI, V, 324).

Le potager d’Aquilina

16La première fois qu’Aquilina, future épouse de Carlo Altoviti, fait l’objet d’un portrait, les deux personnages se trouvent dans un jardin dont la connotation potagère réside non seulement dans le mot choisi, ortaglia, mais encore dans l’activité de la jeune fille :

L’Aquilina era una fanciulla di forse appena dieci anni ; ma attenta grave e previdente come una reggitrice di casa. A vederla sul fosso in fondo all’ortaglia occuparsi a risciacquare il bucato col suo corsetto smanicato e la camicia rimboccata oltre il gomito, la sembrava proprio una vera donnetta ; e io ci stava presso di lei le lunghe ore rifacendomi quasi fanciullo per godere d’un po’ di quiete almeno colla fantasia. (CI, VIII, 520)

  • 12 « Ci mettevamo in canzone a vicenda : eravamo intanto felici, e la felicità e la pace mi resero a t (...)

17Ici, la tonalité symbolique du potager qui, par opposition au jardin d’agrément, évoque le travail, annonce la suite de la relation entre Aquilina et Carlo : auprès de cette jeune fille simple et sérieuse, Carlo trouvera un temps, sinon le bonheur, la tranquillité du travail quotidien. Car bien des années plus tard, Carlo et Pisana retrouvent Aquilina et Bruto, toujours dans la campagne frioulane. Avant le mariage de Carlo avec cette dernière, ils passent tous les quatre des moments explicitement « heureux »12. Et si, après son mariage, il ne parle plus de bonheur, la sérénité dont il jouit est caractérisée par le labeur :

Allora non felice né immemore ma tranquillo e rassegnato mi rimisi alla mia vita di organista e di marito. […] I mesi correvano via semplici, laboriosi ; sereni come quei cieli d’autunno nei quali il sole abbellisce la natura senza scaldarla. (CI, XIX, 1225-1226)

Pisana ou le paradis

  • 13 « Ma tornando al mondo che mi parve tanto bello a prima giunta, come vi raccontava, vi dirò di piú (...)

18Ce que Pisana et Carlino partagent d’abord dans le jardin (orto) de Fratta est le jeu, et bien que le narrateur déclare que le « monde » qui entoure Fratta est loin d’être un « Paradis terrestre »13, bien des citations évoquent les infinis plaisirs de l’enfance dans un jardin :

…scappava nell’orto ad arrampicarmi sui platani in cerca di nidi… (CI, I, 67)

Stavamo dunque in piena libertà di correre, di strillare, di accapigliarci nell’orto, nei cortili e nei porticati. (CI, II, 119)

19Mais le jardin, en tant que lieu d’agrément, grandit avec Carlo ; et au fur et à mesure qu’il devient, de petit enfant, jeune garçon, l’espace clos du jardin des Fratta ne lui suffit plus. À ce moment, se situe la première découverte du chapitre III, celle de l’eau douce :

20Quella vastità di campagne dove scorrazzava allora era ben diversa dallo struggibuco dell’orto e della peschiera che dai sei agli otto anni m’avevano dato tanto piacere. […]. Ad ogni passo erano nuovi prospetti e nuove meraviglie. Scopersi un luogo dove l’acqua s’allarga quasi in un laghetto, limpido ed argentino come la faccia d’uno specchio. (CI, III, 183-184)

  • 14 Gaston Bachelard, L’eau et les rêves, Paris, José Corti, 1942, pp. 95-108.
  • 15 Elsa Chaarani, op. cit., chapitre XII, pp. 541-597.

21Or, l’eau, incontestablement imprégnée de féminité, selon Gaston Bachelard14, n’est autre que le prolongement symbolique de Pisana, comme il a déjà été démontré15. En effet, ce n’est pas un hasard si le chapitre III, centré sur la découverte de l’eau douce, mais surtout de la mer, est aussi celui de la révélation par Pisana enfant de son amour pour Carlo, scellé par un gage d’amour, la mèche de cheveux bruns de la fillette. Le lieu du premier événement qui scelle la réciprocité de leur amour est la chambre de Carlino, mais sa dimension symbolique est donnée par la circonstance particulière du retour de Carlino de sa promenade-découverte jusqu’à la mer.

22Enfin, une somptueuse description de la nature, lors d’un des retours de Carlo adolescent dans le Frioul, prouve clairement que la « passion » amoureuse et la méditation sont suscitées ou exacerbées par la contemplation d’une nature paradisiaque :

Niente dispone meglio alla meditazione, alla mestizia, alla poesia di un lungo viaggio traverso a paludi nella piena pompa della state. Quegli immensi orizzonti di laghi, di stagni, di pelaghi, di fiumi, inondati variamente dall’iride della luce ; quelle verdi selve di canne e di ninfee dove lo splendor dei colori gareggia colla forza dei profumi per ammaliare i sensi, già spossati dall’aria greve e sciroccale ; quel cielo torrido e lucente che s’incurva immenso di sopra, quel fremito continuo e monotono di tutte le cose animate e inanimate in quello splendido deserto mutato per magia di natura in un effimero Paradiso, tutto ciò mette nell’anima una sete inesauribile di passione e un sentimento dell’infinito. (CI, IX, 592)

23Ainsi, la nature « ensorcelle les sens », prédisposant les êtres à l’amour.

II. Les paradis illusoires

24Mais rien n’est plus « éphémère » que les « Paradis » de la passion amoureuse, si l’on en croit l’expression utilisée par Carlo dans la précédente citation. Du reste, dès le chapitre V, dans son commentaire sur l’amour en général et sur celles de Lucilio et Clara en particulier, le narrateur laissait déjà prévoir de douloureux retournements de situation :

Qual è la guida che ci assicura d’un viaggio non infelice ? Mille voci ne suonano dintorno ; cento mani misteriose accennano a sentieri piú misteriosi ancora; una forza segreta e fatale ci spinge a destra ed a sinistra ; l’amore, alato fanciullo, c’invita al Paradiso ; l’amore, demonio beffardo, ci stritola nel niente. (CI, V, 323)

Doretta, l’enchanteresse en son jardin

  • 16 Voir supra citation p. 212.
  • 17 Ibidem.
  • 18 « salto ne l’acqua, e mi vi tuffo e immergo. / Non so come ogni gamba entro s’accoglia, / come l’un (...)
  • 19 Voir supra citation p. 212.
  • 20 « Ma l’origine di tutti i guai fu la fontana di Venchieredo. Dopo che egli prese a bere l’acqua di (...)

25Le mot « Eden », utilisé pour qualifier le lieu idyllique de la rencontre entre Leopardo et Doretta, laissait lui aussi présager la chute, l’Eden ayant été perdu par nos premiers parents ; et la fin de la phrase citée plus haut insiste sur cet aspect en rappelant que « nous ne sommes plus les habitants de l’Eden »16. Au reste, l’enchantement semble bien être une caractéristique de la fontaine de Venchieredo, puisque sa « nymphe » ou sa « magicienne » a savamment choisi son lieu de délices17. C’est que l’Eden est inséparable de la première des femmes fatales, Ève, et si l’on se promène dans des jardins littéraires à l’italienne, on trouve l’ariostesque Alcine qui transforme ses amants en arbres ou en animaux, et l’Armide du Tasse qui change ceux qu’elle séduit en poissons, deux réminiscences de l’homérique Circé, qui s’était attaquée aux compagnons d’Ulysse devenus des pourceaux. Le désir de Leopardo d’être l’un des poissons qui jouent entre les pieds de Doretta trouve son origine dans le récit que fait Guillaume d’Angleterre de sa métamorphose en poisson dans la Jérusalem délivrée18. La fontaine de Doretta à Venchieredo a d’ailleurs des « vertus »19 qui font perdre la tête à Leopardo20.

  • 21 La beauté d’Alcine est le résultat d’un sort que lèvera la magicienne Melissa : alors Alcine appara (...)

26Le “jardin”, ici entendu comme “séjour enchanteur”, a donc dans ce cas précis la fonction de conférer à Doretta une beauté que, comme Alcine21, elle ne possède pas naturellement :

Leopardo s’era innamorato di quella giovine, ecco tutto. Ma come e perché se n’era innamorato ? Il come fu certamente col guardarla e coll’ascoltarla ; il perché, nessuno lo saprà mai. […] Di belle come la Doretta e di belle tre volte tanto, egli ne avea vedute a Cordovado a Fossalta e a Portogruaro ; giacché la figlia del cancelliere di Venchieredo era assai piú vispa che perfetta… (CI, IV, 262)

  • 22 « La sciagurata, abbandonata da Raimondo, aveva perduto ogni ritegno ; e di amante in amante sempre (...)
  • 23 Voir supra note 17.

27La preuve ultime que le “jardin” lui a conféré une beauté factice, c’est que sa déchéance sera marquée, à la fin du roman, par d’autres lieux, les bas-fonds de Venise22. Au demeurant, Carlo, au chapitre IV, avait annoncé que « la fontaine de Venchieredo » serait fatale à Leopardo, sans encore mentionner la jeune femme23.

28Bien vite, Leopardo connaît la saveur infernale de son paradis d’autrefois :

tutti strolicavano per sapere qual droga avesse filtrato la Doretta per affatturarlo a quel modo. Alle corte, non era stato che amore ; ma l’amore, che è un ventaglio d’angelo nelle mani della bontà, abbrancato dalla malignità e dall’orgoglio diventa un tizzone d’inferno. (CI, VIII, 521)

29Il s’agit explicitement de l’enfer réservé aux maris cocus :

Qualche volta mi spingeva fino a Venchieredo a trovar Leopardo sempre piú istupidito dalla tirannia e dalla frivolezza della moglie. Mi ricorda averlo visto qualche domenica ai convegni vespertini intorno alla fontana. E dire che là gli avea balenato per la prima volta il sorriso della felicità e dell’amore ! Allora invece l’andava col capo chino a braccio della Doretta ; e tutti sogghignavano loro dietro ; solito conforto dei mariti burlati.

  • 24 Voir référence supra note 9.

30Les tromperies de Doretta ont eu lieu, pour la plupart, en dehors du jardin enchanteur de leur rencontre, ce qui indique un passage du « Paradis rêvé »24 à l’enfer de la réalité.

Lucilio et le paradis perdu

  • 25 Voir citation supra p. 219.
  • 26 « Ora nessun ostacolo si oppone ai desiderii del cuor nostro ; non piú coll’impazienza e colla sbad (...)

31L’exil de Lucilio hors du paradis amoureux apparaît dès le chapitre V, dans le passage cité plus haut, au début de cette deuxième partie25. Ce n’est plus dans un lieu naturel paradisiaque que Clara refuse définitivement de se donner à son amant. Il s’agit au contraire d’un des endroits les plus clos qui se puisse trouver, un Carmel. Ce lieu est bien plus fermé qu’une prison, puisque sa principale clôture réside dans la volonté de celle qui l’habite, Clara. Au couvent de Sainte-Thérèse, Lucilio n’oublie pas de rappeler à Clara le caractère céleste de sa promesse de jeune fille26, et bien que les mots “paradis” et “enfer” ne soient pas prononcés, la réponse de Clara fait passer son amant des douceurs de l’espérance aux tortures infernales du désespoir :

Che dite mai ? quali parole pronunciate ora, che mi straziano il cuore ed escono dalle vostre labbra colla soavità d’una melodia ? Clara, per carità tornate in voi !... Pensate a me !... Guardatemi in volto !... Ve lo ripeto con le mani in croce… (CI, XII, 774)

  • 27 Voir citation infra p. 234.

32Comme pour Leopardo, c’est dans un lieu tristement et banalement construit par l’homme, et non dans un de ces jardins de la nature qui ébranlent même les convictions athées du rationnel Lucilio, qu’advient ce qu’il comprend comme un parjure. Et c’est bien d’un paradis définitivement perdu que Lucilio parlera quand il évoquera le souvenir de son grand amour27.

Gagner son paradis : le point de vue de Pendola

33Quoi de plus mythique et de moins historique, en apparence, qu’un jardin ? Voilà un thème qui pourrait paraître échapper totalement à la dimension historico-politique si importante de ce roman. Il n’en est rien : c’est dans un jardin délicieusement bordé d’une rivière, celui du sénateur Frumier à Portogruaro, que l’ex-jésuite Pendola convainc Carlo de travailler pour lui en espionnant ses camarades d’université. Tant qu’il est dans ce jardin, la mission de Carlo prendra les tendres couleurs de l’illusion, pour la raison très simple que Pendola saura le manipuler en parlant à son cœur d’orphelin :

È certo che voi non potete esser legato coll’amor di figliuolo al signor Conte e alla signora Contessa che appena è se seppero farsi amare come genitori dalla lor prole vera. I beneficii non obbligano tanto quanto il modo di porgerli, massime poi i fanciulli. Non vergognatevene dunque. È cosí, perché cosí doveva essere. Quanto allo sforzarvi ora, sarebbe segno di ottima indole, di animo docile e grato ; ma non vi riescireste. L’amore è un’erba spontanea non una pianta da giardino. Carlino, il vostro cuore è vuoto di affetti famigliari come quello d’un trovatello. (CI, VIII, 543-544)

34C’est principalement cette puissante raison psychologique, l’isolement d’un jeune adolescent sans aucun appui parental, exprimée par le rusé prêtre sous la forme de la métaphore du jardin, que Carlo accepte une mission qu’en un autre lieu il aurait sans doute refusée, comme il la refusera plus tard. Car, selon une autre métaphore employée par l’octogénaire narrateur, c’est bien la séduction du jardin comme séjour de délices qui conduit Carlo à négliger la dimension répugnante de sa mission, qu’il comprendra plus tard :

Il reverendo padre mi parlava ancora col suono carezzevole d’una cascatella fra i muscosi dirocciamenti d’un giardino ; non saprei dire quali cose ei mi dicesse… (CI, VIII, 554)

35Et si l’on en croit Pendola, l’enjeu de la mission est de gagner son paradis :

Insomma bisogna credere nell’eternità dello spirito per sacrificare questa vita terrena e momentanea alla immortabilità futura e migliore. (CI, VIII, 546)

  • 28 CI, VII, 454.

36Et pourtant, les « Paradis » de l’hypocrite jésuite sont plus terre-à-terre, comme le montre l’utilisation de ce mot lorsque le père désire sacrifier Clara à un mariage sans bonheur pour obtenir pour lui-même une bonne place chez le sénateur Frumier28.

  • 29 « Le lecteur comprendra … que l’eau est aussi un type de destin, non plus seulement le vain destin (...)

37Quant à Carlino, il semble déjà dépasser son erreur lorsque, encore dans le jardin des Frumier avec Pendola, et saisi par la beauté émouvante du paysage, il se prend à rêver à la rivière, où il perçoit intuitivement la symbolique des eaux courantes, chère à Gaston Bachelard, pour qui le fleuve est synonyme de destin29 :

Al primo momento mi pareva di essere in un gran tempio, dove lo spirito invisibile di Dio mi empiesse l’anima di gravi e serene meditazioni. Poi i pensieri mi tumultuavano nel capo come il sangue nelle vene dopo una corsa precipitosa ; la mente avea volato troppo, non conosceva piú l’aria in cui batteva le ali, il ribrezzo dell’infinito la sgomentiva. Mi avvicinai alla ringhiera per guardar nel fiume, e quell’acqua che passava, che passava senza posa, senza differenza alcuna, mi dava l’immagine delle cose mondane che colano fluttuando in un abisso misterioso. I discorsi del padre Pendola facevano allora nella mia memoria l’effetto d’un sogno che si ricorda di aver veduto chiaramente e di cui non ci sovviene piú che con una vaga e scolorita confusione. (CI, VIII, 553)

38Les paroles de Pendola, énoncées dans un jardin, ont toute la « confusion » de l’irréel.

La déception d’Aquilina

  • 30 CI, XXI, 1366.

39Après la naissance des premiers enfants d’Aquilina (1807 ou 1809 pour Luciano, 1811 pour Donato), Carlo retrouve Pisana sur les chemins de l’Italie révolutionnaire des événements de 1820 et 1821, puis à Londres jusqu’en 1823, ce qui coïncide avec le moment où la famille Altoviti quitte le Frioul pour s’installer à Venise. Après la mort de Pisana en 1823, le couple formé par Aquilina et Carlo ne sera plus jamais le même. Tout se passe comme si l’éloignement de la campagne enchanteresse du Frioul avait produit son effet dévastateur, car toutes les scènes de famille avec Aquilina se déroulent désormais dans l’espace urbain de Venise ou de Bologne, le plus souvent entre les murs d’une maison. Carlino enfant rêvant dans un potager à la jeune et charmante Aquilina est devenu, dans la réalité urbaine de Venise, ce mari bougon affligé d’une mégère peu compréhensive, et non apprivoisée. L’écart d’une quinzaine d’années entre les naissances des deux couples d’enfants est significative de l’éloignement des parents puisque Giulio et Pisana sont nés, peu désirés, en 1825 et 182730.

40Une dernière analogie se situant peu avant le retour de 1850 dans la campagne frioulane montre qu’à Venise l’enchantement a disparu :

Restammo soli io e l’Aquilina oppressi costernati taciturni ; simili a due tronchi fulminati in mezzo a un deserto. Ma la dimora di Venezia ci diventava ogni giorno piú odiosa e insopportabile, finché di comune accordo ci trapiantammo in Friuli, nel paesello di Cordovado, in quella vecchia casa Provedoni, piena per noi di tante memorie. Là vissimo un paio d’anni nella religione dei nostri dolori. (CI, XXII, 1459)

41Aquilina et Carlo sont désormais comparés à deux vieux arbres frappés par la foudre, comme si la nature elle-même leur infligeait un châtiment pour la non-réciprocité de leur amour.

Carlo dans les jardins de son Armide

42En effet, Carlo a fréquenté, très jeune, les jardins de Pisana, lesquels, dès l’enfance, se transforment cependant en un douloureux jardin de sévices, quand l’altérité découverte n’est plus seulement celle de la femme, mais celle des rivaux en amour. Or, les rivalités suscitées par les enchanteresses sont multiples, comme cela apparaît dans la Jérusalem délivrée, modèle explicite de Nievo pour le couple des protagonistes, comme on verra. Le « Paradis » de l’adolescent jaloux se mue en « enfer » :

la gelosia mi torceva l’anima : pensava che a me restassero le ceneri d’un fuoco che avea bruciato per altri, e su quelle labbra dove m’immaginava dover gustare ogni gioia del Paradiso trovava invece i tormenti dell’inferno. (CI, VIII, 512)

  • 31 CI, VIII, 523..

43À l’adolescence, non loin de ce qui fut le paradis déjà ambigu des amours enfantines, – le jardin (orto) des Fratta – se situe la scène la plus douloureuse des amours des protagonistes. Carlo, sortant du jardin des Fratta, s’approche doucement de Pisana et glisse son bras sous le sien, mais il essuie la rage et le mépris de la jeune fille31.

44La mésentente reviendra dans le couple au chapitre XVI. Quand Carlo traverse le jardin (orto) d’un couvent, au verger empli de pêchers chargés de fruits, il le tranforme, de façon hautement symbolique, en champ de bataille. Puis il sauve une femme de l’« enfer » qu’est le couvent en feu. Or, le couvent est la résidence privée d’Ettore Carafa et la femme n’est autre que Pisana, ce qui fait comprendre à Carlo qu’elle est devenue la maîtresse de ce dernier. Il est évident que la guerre dans le jardin est celle de la jalousie qui dévore aussi bien Carlo que Pisana. Car Pisana l’a trompé avec Ettore uniquement par dépit, lorsqu’elle a pris la sœur de Carlo pour une rivale, constatant qu’il partageait secrètement son appartement avec une femme. Ici prend cependant fin le cycle de la jalousie qui torture ces deux amoureux, à qui il sera donné – une fois n’est pas coutume – de retrouver l’Eden.

III. Retrouver l’Eden

Carlo dans les jardins de son Armide (suite et fin)

  • 32 « …la figura di Armida, se anche viene presentata con il titolo di maga, è però fatta agire sopratt (...)

45De même que Renaud avec Armide, Carlo et Pisana retrouveront cependant – plusieurs fois – le chemin du paradis perdu. Selon Giovanni Getto, la grande différence entre Armide et Alcine, c’est que la beauté de cette dernière est le résultat d’un artifice, contrairement à la première qui est naturellement belle32. On a vu que Nievo a développé cet aspect d’Alcine dans le personnage de Doretta, même si Alcine est évoquée aussi pour caractériser la jeunesse cruelle de Pisana. Armide est donc femme avant d’être magicienne et son auteur souligne que ses moyens sont ceux des femmes aussi bien que des magiciennes. Elle séduit les guerriers chrétiens d’abord par sa féminité ; enchanteresse, elle l’est donc seulement un peu plus qu’une autre belle femme.

  • 33 « Capitolo decimoquarto, nel quale si scopre che Armida non è una favola e che Rinaldo può vivere a (...)
  • 34 A, pp. 70-77. Ajoutons que dans la correspondance, l’expression « jardin d’Armide » est récurrente. (...)

46Au chapeau du chapitre XIV des Confessioni, et dans le texte du chapitre lui-même, Pisana est explicitement comparée à Armide retenant Renaud dans son jardin, quand, au moment de Campoformio, elle retient Carlo dans sa maison de Venise en se donnant à lui33. C’est là une sorte de reprise, dans le couple devenu adulte, de ce qui s’est produit dans l’enfance quand la fillette a rejoint le garçonnet dans sa chambre et s’est arraché une mèche de cheveux pour la lui donner. Mais Nievo se souvient certainement aussi d’un épisode de son propre voyage en Toscane, raconté dans l’autobiographique Antiafrodisiaco dell’amor platonico, quand la découverte de l’amour charnel le retenait aux côtés de la sensuelle Fanny, l’éloignant ainsi de son devoir patriotique34.

47Dans les Confessioni, Pisana est bien plus proche d’Armide que d’Alcine dont elle n’a pas toujours la cruauté, et jamais la frigidité. Comme Armide emportant dans son sillage les Croisés hors du camp des Chrétiens, elle traîne à sa suite une kyrielle d’amoureux transis. La seule différence est sa précocité, puisque c’est dans l’enfance et dans l’adolescence qu’elle se laisse courtiser par Sandro, Donato, Giulio del Ponte, Raimondo Venchieredo et d’autres encore.

48Rinaldo, au chant XX de la Jérusalem délivrée, bat tous les prétendants qu’Armide s’était choisis par dépit après l’abandon de son amant. De même, quand Carlo sauve Pisana de l’incendie du chapitre XVI, il se montre supérieur à son rival, qui arrive trop tard sur les lieux. Carlo prend ainsi de vitesse ce rival sur lequel Pisana a jeté son dévolu après ce qu’elle croyait être l’abandon de Carlo.

  • 35 CI, XIV, 888.
  • 36 Voir supra note 29.

49Comme Armide, enfin, Pisana saura retrouver avec Carlo le jardin des plaisirs amoureux. En pleurant le départ de Renaud, au chant XVI, Armide a montré la faille de sa cuirasse d’enchanteresse ; et ce faisant, contrairement à Alcine-Doretta, elle a connu la douleur et la condition humaine : elle est donc devenue une femme. De même, Pisana quitte sa dépouille d’enchanteresse glaciale le jour où elle admet sincèrement qu’elle partage les sentiments de Carlo, au chapitre XIV35. Car ces deux personnages féminins ont en commun le fait de n’avoir finalement éprouvé de l’amour que pour un seul homme : une forme bien particulière de fidélité. On le comprend lorsqu’elle se présente chez Carlo au chapitre XIV, précisément en ce chapitre où le narrateur compare le couple qu’il formait avec Pisana avec celui de Renaud et Armide36. Chez l’Arioste, l’enchanteresse Alcine demeurant froide, c’était Angélique la séductrice qui découvrait l’amour grâce à l’obscur Médor. Dans la Jérusalem délivrée, le Tasse a fondu ces deux personnages féminins en un seul et a ainsi rendu plus complexe son personnage de magicienne.

50À l’instar d’Armide qui veut la mort de Renaud après qu’il l’a abandonnée, Pisana prétend détester et mépriser son amant et vouloir l’humilier :

Tasso
S’è destin ch’esca del mar, che schivi
gli scogli e l’onde e che a la pugna arrivi
là tra’l sangue e le morti egro giacente
mi pagherai le pene, empio guerriero.
Per nome, Armida chiamerai sovente
ne gli ultimi singulti : udir ciò spero.
(GL, XVI, strophes 59-60)

Nievo
– Pisana, perché mi guardate a quel modo ? – soggiunsi.
– Perché ? – diss’ella – perché vi odio, perché vi disprezzo, perché vorrei potervi fare piú onta che non vi feci col buttarmi nelle braccia d’un altro...
(CI, XVI, 1033)

51Mais c’est là un profond sentiment amoureux qui se déguise en dépit, et n’attend qu’un mot de l’aimé pour redevenir ce qu’il est.

  • 37 « Sappiamo che l’Antiafrodisiaco è la bestemmia del carteggio con Matilde, la bestemmia sensuale e (...)
  • 38 « Per finir poi di parlarvi di Bologna, dirò che vi si viveva allora e vi si vive sempre allegramen (...)
  • 39 Giovanni Maffei, Matilde e gli oltremondi di Nievo, in Ippolito Nievo e il Mantovano, Atti del conv (...)

52Certes, l’épisode du “jardin d’Armide” (chapitre XIV) est fondamental ; toutefois, ce n’est pas là le seul moment du récit où nos amoureux retrouvent le jardin enchanté de l’amour. Le deuxième théâtre urbain de l’amour “complet”, parce qu’à la fois idéal et charnel37, de Carlo et Pisana, est Bologne. Il est intéressant de souligner que Bologne, comparée à une villa, est présentée comme une ville de bons vivants, pourvue de « beaux jardins »38. Le « Paradis » nievien prend ici la valeur ambiguë d’un lieu de volupté, laquelle mène normalement à l’enfer39. Il y a ici un prolongement de la polémique du petit roman satirique Antiafrodisiaco dell’amor platonico, où le jeune Nievo s’insurgeait contre la chrétienne dichotomie entre corps et esprit, revendiquant hautement une autre forme d’amour.

  • 40 « Armida, il cor turbato omai tranquilla : non a gli schermi, al regno io ti riservo ; nemico no, m (...)
  • 41 CI, XXI, 1360-1363.
  • 42 « Il duello avvenne la settimana seguente in un giardino vicino a Me-stre. » (CI, XXI, 1364).

53Au chant XX, Renaud promet à Armide d’être son champion40 ; or, Carlo devient le champion de Pisana déjà morte, lorsqu’au chapitre XXI Raimondo la calomnie. Ce dernier salit sa mémoire en l’accusant de s’être prostituée pour entretenir son amant aveugle, quand elle avait préféré mendier leur vie dans les rues de Londres41. Dans ce chapitre XXI, où – on l’a vu – dominent les scènes d’intérieur urbain, il est hautement significatif que le duel entre Raimondo et Carlo, chevalier de Pisana, ait lieu précisément « dans un jardin près de Mestre »42. Nievo a-t-il recherché cet effet ? Il est toujours difficile de dire la part de spontanéité des symboles ; mais cela n’implique pas que le critique doive borner l’interprétation symbolique d’un texte à ce qui résulterait seulement d’un choix conscient, surtout quand l’écrivain, comme c’est le cas de Nievo, limite son discours de la méthode à quelques rares remarques générales. Quoi qu’il en soit, le jardin de Mestre est le dernier de ces espaces naturels où Carlo retrouve, de façon virtuelle et posthume, Pisana.

Le souvenir du paradis

  • 43 « Unico ristoro gli era il versar nel mio seno non i suoi dolori ma le fatali rimembranze della per (...)
  • 44 « Allora con questi melanconici conforti pel capo, trassi di tasca quello scapolare ch’era caduto i (...)
  • 45 « Ohimè ! io pensava intanto ai tranquilli orizzonti, alle verdi praterie, alle tremolanti marine d (...)

54L’une des instances fondamentales permettant au récit de Carlo octogénaire d’exister est la mémoire. Plus malheureux que Carlo et Pisana, les autres amoureux des Confessioni ne retrouveront l’Eden de leur passion amoureuse qu’à partir de leurs souvenirs. Leopardo, en personnage bien romantique, et au contraire de la dantesque Francesca, adoucit sa misère présente par le souvenir des jours heureux43. Mais juste après sa mort, c’est Carlino personnage qui se souvient à sa place du paradis perdu, lorsque les fleurs séchées qu’il retrouvera dans le scapulaire que lui a confié le moribond lui feront revoir en esprit le « large horizon » de la fontaine de Venchieredo44. Ici, c’est la fleur, élément distinctif du jardin, qui provoque le souvenir intense de Carlo. Mais à plusieurs reprises, c’est la contemplation d’un lieu naturel qui conduit Carlo personnage vers les « horizons tranquilles » de ses amours avec Pisana45, alors qu’il ne cite qu’une seule fois son souvenir du potager d’Aquilina, en tant que narrateur. Pour l’auteur qui se cache derrière le vieux narrateur, il ne fait pas de doute que le motif du jardin accentue la dimension poétique de certaines de ses créations, comme on le voit ici, quand l’octogénaire se souvient de s’être souvenu de Clara lors de son ultime visite à Fratta :

udiva […] la Clara leggicchiare a mezza bocca qualche ottava dell’Ariosto sotto i salici dell’ortaglia. (CI, XXII, 1462)

55Enfin, il n’est pas exclu que pour ces personnages nés trop tôt pour pouvoir connaître la réalisation de leurs espoirs dans le domaine politique, le paradis perdu de l’amour puisse représenter métaphoriquement l’unification de l’Italie. Cela apparaît d’une façon assez nette dans le personnage de Lucilio. Au chapitre XXI, on peut en effet lire cette phrase :

Sono incorreggibile ; rispondeva il Dottore – quello ch’io ho tentato a vent’anni, e non son riescito, lo tentai a trenta a quaranta a cinquanta, lo tenterò ai sessanta che sono molto vicini. La mia vita voglio che sia un tentativo ma un forte ostinato tentativo : in tutto sono così e beati se mi imitassero ! Battendo si conficca il chiodo. (CI, XX, 1288)

56Il est intéressant de constater que dans cette phrase, Lucilio passe sans transisition de son obstination à conquérir Clara à l’entêtement que “tout le monde” devrait avoir. Autrement dit, il s’agit d’un propos qui porte sur sa vie privée et sur son échec amoureux, mais dont il tire une leçon politique. Dès lors, le souvenir du paradis que Lucilio exprime dans la citation suivante peut être interprété lui aussi de deux façons :

…io che vedeva il Paradiso non piú discosto da me che non lo siano fra loro le anime di due amanti, e non ho potuto giungervi, non ho potuto dissetarmi queste avide labbra d’una stilla sola di felicità, perché vi si opponeva la memoria di tre parole imprudenti spergiure, (CI, XX, 1318)

  • 46 Giovanni Maffei, Matilde…, cit., passim.

57Ce paradis perdu est évidemment, au sens propre, celui qu’il a cru tenir, et qu’il aurait connu si Clara avait accepté de l’épouser. Mais il est possible aussi de le lire dans un sens politico-social. Pour le roturier Lucilio, fils d’un médecin de campagne, le mariage avec Clara, noble fille de comte, aurait constitué la réalisation concrète de l’égalité sociale qui était l’une de ses visées politiques. Dans cette perspective, le « paradis » est évidemment la société égalitaire et unifiée de l’Italie rêvée par ce révolutionnaire46.

Calvino et les “jardins enchantés” de Nievo

  • 47 Pour les relations de Calvino avec Nievo, voir Anna Nozzoli, Immagini di Nievo nell’Ottocento, Mode (...)

58Italo Calvino reconnut explicitement Nievo comme l’un de ses modèles47, ce que confirment les relations de Cosimo et Violetta dans le très célèbre Barone rampante. On se penchera ici sur un texte moins connu. Le titre d’une nouvelle des Idilli difficili il giardino incantato – reprend à la lettre une expression extraite du célèbre Addio giovinezza situé au début du chapitre XII des Confessioni :

Addio atrii lucenti, giardini incantati, preludi armoniosi della vita !... Addio verdi campagne, piene di erranti sentieri, di pose meditabonde, di bellezze infinite, e di luce, e di libertà, e di canto d’augelli ! (CI, XII, 757-758)

59Dans le texte de Nievo aussi bien que dans « l’idylle difficile » de Calvino, le « jardin enchanté » est explicitement lié à l’enfance. Les protagonistes de la nouvelle sont en effet deux enfants, Giovannino et Serenella, qui jouent à des jeux un peu dangereux sur une voie ferrée, puis pénètrent par une brèche dans le jardin d’une riche villa. Le couple enfantin possède des traits de Pisana et Carlino, à commencer par le diminutif vezzeggiativo “-ino” du prénom du jeune garçon. Le texte n’est pas écrit à la première personne comme celui des Confessioni, mais il y a d’emblée une focalisation interne sur Giovannino évoquant sa compagne de jeux tout comme le narrateur nievien évoque Pisana :

Giocare con Serenella era bello perché non faceva come tutte le altre bambine che hanno sempre paura e si mettono a piangere a ogni dispetto. Quando Giovannino diceva : – Andiamo là, – Serenella lo seguiva sempre senza discutere. (GI, 30)

  • 48 siccome nell’Ariosto della Clara ella si avea fatto mostrar mille volte le figurine, cosí non le d (...)

60Ici, la différence entre les deux textes réside dans le fait que les rapports de force entre les deux enfants sont renversés par rapport aux Confessioni : le garçon paraît dominant par rapport à la fille, au contraire de Pisana qui domine toujours Carlino. Mais Calvino développe également ici un aspect très saillant de ce personnage kaléïdoscopique qu’est Pisana, l’intrépidité et le courage physique et moral de la petite Pisana-Marfisa48. On retrouve ce motif ailleurs :

Nievo
Talvolta immaginavamo di intraprendere un qualche lungo viaggio […] ma si frapponevano terribili ostacoli da superare : […] alcuni rigagnoli che tenevano le veci di fiumi e di torrenti. Allora ci davamo conforto a vicenda con gesti di coraggio, o si prendeva consiglio sottovoce con occhio prudente e col respiro sommesso ed affannoso. Veniva deciso di tentar la prova ; e giù allora a rompicollo per rovaie e pozzanghere saltando e gridando come due indemoniati. (CI, III, 179)

Calvino
Ci tuffiamo ? – chiese Giovannino a Serenella. Certo doveva essere pericoloso se lui chiedeva a lei e non diceva soltanto : – Giù ! – Ma l’acqua era così limpida e Serenella non aveva mai paura.
(GI, 32)

61Les affinités entre les deux passages sont nets : le jeu avec l’eau, la consultation réciproque et la complicité des deux enfants. Mais il y a aussi des différences sensibles :

Nievo
Gli ostacoli non erano insuperabili, ma non di rado le vesti della fanciulla ne riportavano qualche guasto, o la si bagnava i piedi guazzando nell’acqua colle scarpettine di brunello. […] Mi dava dunque a consolare a racconciare ed asciugar lei, che prendeva un po’ il broncio per quelle disgrazie ; e perché non la si mettesse a piangere o a graffiarmi, la faceva ridere prendendola in ispalla, e saltando del pari con quella soma addosso fossatelli e rigagni. (CI, III, 179-180)

Calvino
C’era di buono che Serenella non piangeva mai.
(GI, 33)

62Les deux fillettes sont bien différentes : Pisana pleure des larmes de crocodile, surtout pour se faire consoler, mais pourrait se venger en griffant son compagnon de jeux, alors que Serenella « ne pleur[e] jamais », mais son attitude envers le garçon paraît presque soumise. Ce qui est donc commun, c’est le bonheur des deux garçons de jouer avec une fille “pas comme les autres” en raison de son intrépidité.

63C’est du point de vue de la représentation de la féminité que les textes diffèrent. Le propos de Nievo est de représenter un jardin pourvu d’une enchanteresse, une sorte de petite femme fatale, une Ève en miniature. Dans l’Eden de Calvino, au contraire, les deux sexes sont à égalité face au problème du péché originel qui se présente explicitement à eux dans ce jardin interdit :

Non era bello come s’immaginavano : rimaneva sempre quel fondo d’amarezza e d’ansia, che tutto questo non spettava loro, e potevano esserne di momento in momento, via, scacciati. (GI, 32)

64Même le garçon riche qui habite la villa et le jardin ne semble pas pouvoir en jouir tranquillement :

Infatti quel ragazzo ricco sembrava sedesse e […] si guardasse intorno con più ansia e disagio di loro. E s’alzasse in punta dei piedi come se temesse che qualcuno, di momento in momento, potesse venire a scacciarlo come se sentisse che [tutto] era concesso a lui solo per un enorme sbaglio, e lui fosse impossibilitato a goderne ma solo provasse su di sé l’amarezza di quello sbaglio, come una sua colpa. (GI, 33)

65Calvino semble profiler ici une critique de la société moderne. Il est évident qu’il déplore la propriété privée, qui sépare les êtres humains, comme les trois enfants sont séparés par une vitre, et qui empêche les non-propriétaires aussi bien que les propriétaires de jouir sans remords de la richesse. Le symbolisme de l’exil de l’Eden et de la faute originelle rappelle que la religion, qui fait peser le sentiment de culpabilité, est un corollaire de cette injustice sociale.

  • 49 « La colpa originale è [delle donne] soltanto. Se ne ravvedano a tempo, e l’Appennino mugolante par (...)

66Enfin, la philogynie certaine des deux auteurs est différemment ambiguë. Nievo propose une nouvelle image de la féminité en faisant la part belle à la liberté et à l’intrépidité de Pisana, jamais soumise. Mais en même temps, le schéma traditionnel de l’Eden où l’enchanteresse est responsable de la faute originelle continue à fonctionner49. Calvino refuse ce schéma, en interprétant la faute originelle comme une oppression qui pèse autant sur les femmes que sur les hommes. Il en oublie de modifier les relations entre les sexes, puisqu’il présente une fillette, certes intrépide comme Pisana, mais dominée par son jeune compagnon.

Conclusion

67Chez Nievo, le “jardin” est d’abord le séjour enchanteur, ou “Paradis” de la passion amoureuse, avec un double fonctionnement littéraire. Le jardin est, au sens propre, le décor de la rencontre d’amour et de la découverte d’autrui. Toutefois, il devient très vite, au sens figuré, la métaphore du lien amoureux lui-même, si bien que quand la relation se dégrade, le “Paradis”, c’est-à-dire les joies et les espoirs de l’amour, se transforme facilement en son contraire, l’enfer, comme métaphore désignant les souffrances intolérables de l’amou-reux déçu. Alors le “jardin” semble désigner, souvent sous la forme du souvenir de l’Eden perdu, l’irréel de la relation amoureuse, tandis que l’enfer de la séparation semble marqué par la triste banalité du réel.

68La description des jardins possède une double caractéristique : la sensualité et le romantisme. Les descriptions des jardins nieviens font souvent appel à plusieurs sens, la vue et l’ouïe, parfois l’odorat, et même le toucher. D’autre part, les personnages se montrent émus par la contemplation de la nature, ce qui est incontestablement et explicitement l’héritage du pré-romantisme de Rousseau. Cette double caractéristique apparaît sous la forme contrastée d’un “paradis” des voluptés charnelles, quand disparaît le châtiment infernal et donc le sentiment de culpabilité. Nievo semble ici revendiquer un amour total, où la vieille dichotomie entre le corps et l’esprit n’aurait plus cours, comme il le faisait dans l’Antiafrodisiaco dell’amor platonico.

69Si le “jardin” paradisiaque est capable d’influencer la naissance de l’amour, il n’est pas impossible qu’il ait aussi de l’effet sur les engouements politiques des personnages, comme on le voit dans la scène entre Carlo et Pendola. Mais Pendola a fourvoyé Carlo sur des chemins qui n’étaient pas les siens, ce qui permet de montrer la puissance de la parole politique. Il ne tardera pas à suivre les brisées de Lucilio, pour qui le paradis n’est pas céleste, mais terrestre. Son paradis terrestre s’obtiendra par la conquête d’une société à la fois égalitaire et unifiée : l’Italie, “jardin de l’Empire”, le mérite.

70Enfin, il faut souligner que le motif du jardin dans les Confessioni est certainement un thème porteur puisqu’il a su frapper un lecteur d’exception comme Calvino, au point de susciter en lui le désir d’écrire une courte nouvelle sur le sujet. Parcouru d’une inquiétude propre aux hommes du vingtième siècle, l’étrange “jardin enchanté” de Calvino baigne lui aussi dans une atmosphère irréelle et mythique et pose d’une autre façon le problème politico-social de l’égalité.

Haut de page

Notes

1 Ces informations proviennent des dictionnaires Littré et Palazzi.

2 « Quei suoi capelli, rasi a corona sul capo e abbaruffati come la siepaia d’un orto abbandonato, gli occhi loschi e cisposi, le mani impegolate d’ogni bruttura, e le vesti tutte lacere e bisunte nella loro santità, facevano uno strano contrasto col panegirico tessutomi a voce sommessa dall’avvocato. » CI, VIII, 560 (Cf. note suivante).

3 Voici les éditions des œuvres citées : Ippolito Nievo, Le Confessioni d’un Italiano, a cura di Simone Casini, Parma, Guanda, 1999, abréviation : CI, suivi du numéro de chapitre en chiffre romain et du numéro de page en chiffre arabe ; Antiafrodisiaco per l’amor platonico, a cura di Sergio Romagnoli, Napoli, Guida, 1983, abréviation : A ; Lettere, a cura di Marcella Gorra, Milano, Mondadori, 1981, abréviation : LET ; Ludovico Ariosto, Orlando furioso, cur. Cesare Segre, Milano, Mondadori, 1976, abréviation : OF ; Torquato Tasso, Gerusalemme liberata, a cura di Lanfranco Caretti, Milano, Mondadori, 1979, abréviation : GL ; Italo Calvino, « Il giardino incantato », Gli idilli difficili, in I racconti, Torino, Einaudi, 1958, abréviation GI.

4 Voir infra citation dans le corps du texte, p. 215.

5 Voir infra citation dans le corps du texte, p. 218.

6 « Non ho nemmeno voluto dirvi che colle fanciulle vi concorrono anche i giovinotti, perché già era cosa da immaginarsi. Ma quello che intendo notare si è che, fatti i conti a fin d’anno, io credo ed affermo che alla fontana di Venchieredo si venga piú per far all’amore che per abbeverarsi… » (CI, IV, 248)

7 « …ma l’era cosí novizio lui nell’usanza delle interrogazioni, che non fu meraviglia se per la prima volta vi fece una mediocrissima figura. » (CI, V, 254). Voir aussi les pages suivant ce passage.

8 On a cherché à le démontrer dans Elsa Chaarani-Lesourd, Ippolito Nievo et le roman kaléïdoscope, dossier pour l’habilitation à diriger des recherches, Nancy, Université Nancy 2, 2003, pp. 745-783.

9 « [Clara e Lucilio] aspiravano all’aria libera, alla solitudine. » (CI, VI, 432).

10 CI, V, 314-316.

11 Ce choix d’un paysage nocturne n’est qu’apparemment paradoxal s’agissant d’êtres de lumière, car il permet de les comparer implicitement aux « vers luisants » présents dans la description et signifiant pour Nievo les lumières des patriotes brillant dans la nuit autrichienne.

12 « Ci mettevamo in canzone a vicenda : eravamo intanto felici, e la felicità e la pace mi resero a tre tanti la salute che aveva prima. » (CI, XIX, 1209).

13 « Ma tornando al mondo che mi parve tanto bello a prima giunta, come vi raccontava, vi dirò di piú ch’esso non era un Paradiso terrestre. Un ponticello di legno sulla fossa posteriore del castello che dalla corticella della scuderia metteva nell’orto ; due pergolati di vigne annose e cariche nell’autunno di bei grappoli d’oro corteggiati da tutte le vespe del vicinato ; piú in là campagne verdeggianti di rape e di sorgoturco, e finalmente oltre ad un muricciuolo di cinta cadente e frastagliato, delle vaste e ondeggianti praterie piene di rigagnoli argentini, di fiori e di grilli ! Ecco il mondo posteriore al castello di Fratta. » (CI, III, 174-175).

14 Gaston Bachelard, L’eau et les rêves, Paris, José Corti, 1942, pp. 95-108.

15 Elsa Chaarani, op. cit., chapitre XII, pp. 541-597.

16 Voir supra citation p. 212.

17 Ibidem.

18 « salto ne l’acqua, e mi vi tuffo e immergo. / Non so come ogni gamba entro s’accoglia, / come l’un braccio e l’altro entri nel tergo, / m’accorcio e stringo, e su la pelle cresce / squamoso il cuoio ; e d’uom son fatto pesce. » (GL, chant X, strophe 66) ; « Avrebbe dato ogni cosa che gli domandassero per essere uno di quei pesci tanto dimestici con lei ; si sarebbe accontentato di rimaner là tutto il tempo di sua vita a contemplarla. » (CI, V, 253).

19 Voir supra citation p. 212.

20 « Ma l’origine di tutti i guai fu la fontana di Venchieredo. Dopo che egli prese a bere l’acqua di quella fontana, cominciò da parte di suo padre il martello delle interrogazioni dei consigli e dei rimbrotti. » (CI, V, 246).

21 La beauté d’Alcine est le résultat d’un sort que lèvera la magicienne Melissa : alors Alcine apparaît dans toute sa laideur. (OF, chant VII, strophes 72-74).

22 « La sciagurata, abbandonata da Raimondo, aveva perduto ogni ritegno ; e di amante in amante sempre più basso era caduta nei sitacci più fetidi e infami di Venezia. » (CI, XVIII, 784). Au sujet de cette fonction de l’espace dans les Confessioni, Bruno Falcetto s’exprime ainsi : « C’è una relazione stretta fra il personaggio e il suo habitat [...]. La strategia di raffigurazione spaziale che Nievo sembra adottare con maggior frequenza è di tipo funzionale-espressivo. In questo caso, o i luoghi hanno il semplice compito di fornire una minima localizzazione spaziale e geografica all’evento narrato, e allora manca la descrizione vera e propria, lo spazio è soltanto nominato [...] oppure – dove la descrizione c’è – crea uno sfondo che ha lo scopo di rafforzare l’intensità drammatica del passo o di cooperare alla presentazione di un personaggio ». Bruno Falcetto, L’esemplarità imperfetta, Le “Confessioni” di Ippolito Nievo, Venezia, Marsilio, 1998, pp. 77-78.

23 Voir supra note 17.

24 Voir référence supra note 9.

25 Voir citation supra p. 219.

26 « Ora nessun ostacolo si oppone ai desiderii del cuor nostro ; non piú coll’impazienza e colla sbadataggine della giovinezza, ma col senno afforzato, e col proposito immutabile dell’età matura, io domando che mi ripetiate con una parola la promessa di felicità che m’avete fatta al co-spetto del cielo. » (CI, XII, 773).

27 Voir citation infra p. 234.

28 CI, VII, 454.

29 « Le lecteur comprendra … que l’eau est aussi un type de destin, non plus seulement le vain destin des images fuyantes, mais un destin essentiel qui métamorphose sans cesse la substance de l’être. Dès lors, le lecteur comprendra [...] un des caractères de l’héraclitéisme. Il verra que le mobilisme héraclitéen est une philosophie concrète, une philosophie totale. On ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve, parce que déjà, dans sa profondeur, l’être humain a le destin de l’eau qui coule. L’eau est vraiment l’élément transitoire. » Gaston Bachelard, L’eau…, cit., p. 13.

30 CI, XXI, 1366.

31 CI, VIII, 523..

32 « …la figura di Armida, se anche viene presentata con il titolo di maga, è però fatta agire soprattutto in quanto donna. Armida è diversa da Alcina già per la sua reale e concreta femminilità, per la sua bellezza e gioventù che sono dono di natura e non artificioso prodotto di illusione magica. » Giovanni Getto, Nel mondo della ‘Gerusalemme’, Roma, Bonacci, 1977, p. 159.

33 « Capitolo decimoquarto, nel quale si scopre che Armida non è una favola e che Rinaldo può vivere anche molti secoli dopo le crociate. » (CI, XIV, 866) ; « …tornai alla Pisana e mi dimenticai di tutto il resto. Forse quello non era il miglior punto ; forse, Dio mel perdoni, altri doveri allora m’incombevano, e non era tempo da svagarsi come Rinaldo nel giardino d’Armida ; ma badate che io non dissi di avermi fatto violenza per dimenticare il resto ; me ne dimenticai anzi così spontaneamente, che quando ulteriori circostanze mi richiamarono alla vita pubblica, mi parve tutto un mondo nuovo. » (CI, XIV, 886).

34 A, pp. 70-77. Ajoutons que dans la correspondance, l’expression « jardin d’Armide » est récurrente. Voir LET, pp. 88, 284, 308, 332, 407, 521, 597.

35 CI, XIV, 888.

36 Voir supra note 29.

37 « Sappiamo che l’Antiafrodisiaco è la bestemmia del carteggio con Matilde, la bestemmia sensuale e corporale di quel purissimo “amor platonico”. Racconta una crisi da cui Nievo uscì ricomponendo a un livello più alto la propria fede nell’amore, nei termini stilizzati dai rapporti fra Carlino e Pisana nelle Confessioni : amore ideale benché carnale, anzi amore ideale perché (anche) carnale. » Giovanni Maffei, Nievo e la « dialettica » : Gioberti e Nievo, in Atti della giornata del 14 novembre 2002 in ricordo di Sergio Romagnoli, Università di Firenze, Firenze, à paraître.

38 « Per finir poi di parlarvi di Bologna, dirò che vi si viveva allora e vi si vive sempre allegramente, lautamente, con grandi agevolezze di buone amicizie, e di festive brigate. La città dà mano alla villa e la villa alla città : belle case, bei giardini […] Si mangia più a Bologna in un anno che a Venezia in due, a Roma in tre, a Torino in cinque ed a Genova in venti. » (CI, XVIII, 1137).

39 Giovanni Maffei, Matilde e gli oltremondi di Nievo, in Ippolito Nievo e il Mantovano, Atti del convegno nazionale, a cura di Gabriele Grimaldi, Venezia, Marsilio, 2001, pp. 296-297, passim.

40 « Armida, il cor turbato omai tranquilla : non a gli schermi, al regno io ti riservo ; nemico no, ma tuo campione e servo. » : GL, XX, 134 ; CI, XXI, 1363-1364.

41 CI, XXI, 1360-1363.

42 « Il duello avvenne la settimana seguente in un giardino vicino a Me-stre. » (CI, XXI, 1364).

43 « Unico ristoro gli era il versar nel mio seno non i suoi dolori ma le fatali rimembranze della perduta felicità. Allora rompeva per breve tempo il suo silenzio da certosino ; le sue parole somigliavano un canto su quelle labbra pure e fervorose ; ricordava con dolore infinito, con amara voluttà, senz’ombra di odio e di rancore. » (CI, XII, 800).

44 « Allora con questi melanconici conforti pel capo, trassi di tasca quello scapolare ch’era caduto il dì prima dalla mano del moribondo nella mia, e da un fesso chiuso con un bottoncino trassi un’immagine della Madonna e alcuni pochi fiori appassiti. Fu come un largo orizzonte che mi si scoperse lontano lontano pieno di poesia, d’amore e di gioventù ; tra quell’orizzonte e me vaneggiava allora l’abisso della morte, ma la mente lo varcava senza ribrezzo. » (CI, XIII, 841).

45 « Ohimè ! io pensava intanto ai tranquilli orizzonti, alle verdi praterie, alle tremolanti marine di Fratta ; rivedeva col pensiero il bastione di Attila e il suo vasto e maraviglioso panorama che primo m’avea incurvato la fronte dinanzi la deità ordinatrice dell’universo. Quanti fiori di mille disegni, di mille colori racchiude la natura nel suo grembo, per ispanderli poi sulla faccia multiforme dei mondi !... Mi riscossi da cotali memorie a un lungo e profondo sospiro della mia compagna. » (CI, XV, 926) ; « Posando fra Bruto e l’Aquilina le nostre fantasie rivedevano i tranquilli orizzonti delle praterie fra Cordovado e Fratta, le belle acque correnti in mezzo a campagne smaltate di fiori, i cespugli odorosi di madresilva e di ginepro, i bei contorni della fontana di Venchieredo cogli ombrosi sentieruoli e i freschi marginetti di musco ! » (CI, XVII, 1125).

46 Giovanni Maffei, Matilde…, cit., passim.

47 Pour les relations de Calvino avec Nievo, voir Anna Nozzoli, Immagini di Nievo nell’Ottocento, Modena, Mucchi, 1995, pp. 32-38.

48 siccome nell’Ariosto della Clara ella si avea fatto mostrar mille volte le figurine, cosí non le dispiaceva di esser o Angelica seguita da Rinaldo, o Marfisa, l’invitta donzella, od anche Alcina che innamora e muta in ciondoli quanti paladini le capitano nell’isola. (CI, II, 178-179).

49 « La colpa originale è [delle donne] soltanto. Se ne ravvedano a tempo, e l’Appennino mugolante partorirà non piú sorci, ma eroi. » (CI, X, 629).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°8, Jardins, 2004

Référence électronique

Elsa Chaarani Lesourd, « En flânant dans les jardins des Confessioni de Nievo », Italies [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 13 janvier 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/1992 ; DOI : 10.4000/italies.1992

Haut de page

Auteur

Elsa Chaarani Lesourd

Université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org