Navigation – Plan du site
Réactions, témoignages

Prezzolini et les Etats-Unis à travers son Diario

Paul Colombani
p. 99-114

Résumé

Giuseppe Prezzolini (1882-1982) a participé aux tentatives de rénovation culturelle dans l’Italie du début du XXe siècle, en particulier avec sa revue « La Voce » dont a pu dire qu’elle était à l’origine à la fois du fascisme et de l’antifascisme. Par la suite, sans être un opposant au régime il s’y sent mal à l’aise et s’exile en France puis aux États-Unis où il dirige la Casa Italiana de la Columbia University. De ce fait il dispose d’un poste d’observation privilégié à New-York, qu’il quitte en 1962.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Amérique

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Prezzolini n’a pas participé à des revues comme « Hermes » et « Lacerba ».

1Parmi les Italiens ayant vécu aux États-Unis, on oublie souvent un exilé particulier : Giuseppe Prezzolini. Peut-être est-ce dû au fait que le personnage est atypique. Plus qu’un écrivain ou un philosophe Giuseppe Prezzolini a été un médiateur culturel. En particulier il a participé au début du siècle, avec son ami Papini, à l’aventure des revues florentines qui ont entrepris de moderniser la culture italienne dans tous les domaines, y compris social et politique. Il s’agit, en fait, de rattraper le retard historique de l’Italie, de compléter le Risorgimento qui, selon eux, n’aurait abouti qu’en raison de circonstances favorables et uniquement sur le plan politique. En somme ils veulent, selon le mot de Massimo d’Azeglio, maintenant que l’Italie est faite, faire les Italiens. Leur action s’exerce dans le « Leonardo », « Il Regno », puis dans « La Voce », fondée à la fin de 19081.

2Il est hors de question ici de parcourir à nouveau cet itinéraire intellectuel. Qu’il nous suffise de rappeler que, sur le plan politique, après avoir participé dans « Il Regno », en particulier, à la naissance du nationalisme italien, Prezzolini est favorable en 1911, dans « La Voce », à la guerre de Libye et fait partie des interventionnistes en 1914.

  • 2  Pour la position de Prezzolini à l’égard du fascisme on consultera son ouvrage Le Fascisme, publié (...)

3Ce qui nous amène à ses rapports avec le fascisme. Un rapprochement a eu lieu entre Prezzolini et Mussolini à l’époque de « La Voce ». Lors de la bataille interventionniste c’est Prezzolini qui envoie au futur chef du fascisme, qui vient d’être expulsé du parti socialiste, le fameux télégramme : « partito ti espelle, Italia ti accoglie ». Aussi, lorsque le régime se met en place, pourrait-on s’attendre à trouver un Prezzolini fasciste. Ce ne sera pas le cas. On verra qu’il n’est pas antifasciste non plus et adopte une position intermédiaire. Il propose de fonder le parti des “apotes”, c’est-à-dire de ceux qui se refusent à “boire” (de l’expression italienne “darla a bere a qualcuno”, faire avaler quelque chose à quelqu’un, c’est-à-dire lui bourrer le crâne)2. L’expression se trouve dans un article Per una società degli apoti paru dans « Rivoluzione Liberale » du 28 septembre 1922. Il se présente sous la forme d’une lettre à Gobetti et marque son refus de s’engager contre le fascisme. Il va sans dire que ses relations avec Gobetti s’en sont ressenties. En voici quelques passages essentiels :

Oggi tutto è accettato dalle folle : il documento falso, la leggenda grossolana, la superstizione primitiva vengono ricevute senza esame, a occhi chiusi, e proposte come rimedio materiale e spirituale… Noi potremmo chiamarci la Congregazione degli Apoti, di ‘coloro che non le bevono’ tanto non solo l’abitudine ma la generale volontà di berle è evidente e manifesta dovunque… sono abbastanza intelligente per capire che in questa onda di reazione […] vi è un elemento indubbio di sanità sociale, vi è la naturale risposta ad eccessi di esaurimenti… Ma ciò non toglie che, se tutti si gettassero da quella parte, la civiltà nostra ne riceverebbe un colpo gravissimo e potrebbe risentirne per secoli. Ci vuole che una minoranza, adatta a ciò, si sacrifichi, se occorre, e rinunzi a molti successi esterni, sacrifichi anche il desiderio di sacrifizio e di eroismo, non dirò per andare proprio contro corrente, ma stabilendo un punto solido, dal quale il movimento in avanti riprenderà.

4Vis-à-vis du fascisme et des fascistes l’attitude de Prezzolini est donc assez particulière. Il reconnaît dans « La Voce » un ancêtre direct du fascisme (comme de l’antifascisme, puisque l’on trouve ses anciens collaborateurs dans les deux camps. En fait ce sont deux conceptions de la modernisation de l’Italie qui se trouvent en présence), mais ne se sent pas fasciste pour autant. Il est néanmoins amené à recevoir des fascistes puisqu’ils représentent le régime officiel de l’Italie.

  • 3  Il est d’abord invité à dispenser des cours à la Casa Italiana, puis à en assurer la direction. En (...)

5Cela dit, cet esprit indépendant choisit volontairement l’exil. Il se rend d’abord à Paris en 1925, à l’Institut International pour la Coopération Intellectuelle, qui dépend de la Société des Nations, où il est nommé malgré le vote contraire des représentants officiels de l’Italie fasciste, puis, en 1927, sur invitation de la Columbia University, il gagne les États-Unis où il résidera de 1927 à 1962, séjour interrompu par des voyages en France et en Italie3. En 1962 il revient s’installer en Italie, puis la quitte en 1968 pour aller résider en Suisse, à Lugano, où il meurt en 1982, dans sa 101e année.

  • 4  Il retrouvera Giuliano plus tard et sera très fier de son fils.

6Mais ce qui nous intéresse plus particulièrement ici, c’est son long séjour aux États-Unis, entrecoupé, nous l’avons dit, de visites en France et en Italie. Il y est généralement seul car sa famille ne le suit pas. Sa femme n’y fera que des séjours assez brefs. Il faut dire que, quoiqu’il réaffirme souvent son amour pour elle, sa jalousie maladive et son mauvais état de santé lui rendent la cohabitation pénible. Lorsque la guerre éclate, elle se trouve en Italie et ils se trouvent séparés par les événements. Il la découragera lorsqu’elle parlera de revenir après la guerre, de peur de voir reprendre les scènes de ménage. Finalement il entamera une liaison avec celle qui deviendra sa seconde femme à la mort de la première, en 1962. De ses deux fils le premier, Alessandro, frappé par la tuberculose à Paris, meurt à 22 ans en 1934 ; la blessure ne se refermera jamais. Quant au second, Giuliano, il ne s’entend pas avec son père, n’éprouve pas d’intérêt pour les études et semble ne s’intéresser à rien. Il le croit indifférent à son égard et, qui plus est, il est inquiet pour sa santé. Enfin, il ne se plaît pas en Amérique et obtient de retourner en Italie4.

  • 5  Giuseppe Prezzolini, Diario, 2 vol. (1900-1941 et 1942-1968), Milano, Rusconi, 1978 pour le premie (...)
  • 6  Nous aurons l’occasion de compléter les observations tirées de son Diario, dans lequel elles sont (...)

7La partie de son Diario5 rédigée pendant son long séjour en Amérique offre des observations sur le pays et les gens qu’il est amené à fréquenter, même si l’on demeure frappé par le fait que l’Amérique elle-même y tient relativement peu de place6. Nous rapporterons brièvement l’essentiel des remarques que l’on trouve dans ses Diari, nous réservant de les expliciter et de les compléter. Ses jugements sur les Américains sont contrastés. Tout d’abord, comme beaucoup d’Européens, il les trouve naïfs. Comme exemple de cette naïveté il cite Butler, le président de Columbia qui se rend en Italie en 1934 pour rencontrer Mussolini et tenter de le convaincre de renoncer à la guerre d’Ethiopie.

  • 7  Plus tard il explicitera mieux son point de vue. Cf. ci-dessous.

8Il les trouve aussi généralement incultes et, ce qui représente d’ailleurs un autre aspect de leur naïveté supposée, leur reproche de ne rien comprendre à l’Europe, aux différences culturelles entre États européens, à l’importance des différentes traditions nationales, alors que, d’après lui, les Européens comprennent mieux l’Amérique7.

  • 8  En somme, il restera toute sa vie l’homme de « La Voce ». Rappelons que philosophiquement, malgré (...)

9Il est d’ailleurs sceptique sur les valeurs démocratiques américaines et sur la démocratie en général. Il est vrai qu’il a toujours été davantage un libéral (au sens européen du terme), attentif à l’équilibre des pouvoirs, à la liberté de parole (ce qui lui a fait fuir le fascisme), mais aussi partisan d’un gouvernement éclairé des élites, qu’un démocrate8. Par ailleurs, à l’approche de la Seconde Guerre mondiale, quoiqu’il désapprouve l’entrée de l’Italie en guerre, il est pris d’une véritable haine envers Roosevelt dans lequel il voit un manipulateur, ce qui est pour lui une occasion d’ironiser sur cette “démocratie” où une minorité s’apprête à faire entrer en guerre une majorité qui ne l’entend pas ainsi. Quant aux rapports entre les Américains et le fascisme, il rencontre des admirateurs et des adversaires du régime et on peut dire qu’ils l’exaspèrent tous. Toutefois on ne trouve pas chez Prezzolini d’antiaméricanisme sommaire et, en particulier, il se plaira toujours à rendre hommage à l’esprit de tolérance des Américains.

  • 9  C’est-à-dire qu’ils proviennent souvent d’une Italie rurale et méridionale qui n’avait pas partici (...)

10Un autre groupe qu’il est appelé à fréquenter : les Italo-Américains. Ils lui sont, en général, moins sympathiques que les autres Américains et il leur reproche même de constituer un mur séparant les Italiens de ces derniers. Ce sont, à l’entendre, des cafoni, vaniteux, vulgaires, incultes ou dotés d’une culture fossilisée. D’ailleurs ceux qui étaient originaires du sud de l’Italie n’étaient pas encore véritablement devenus italiens avant de s’exiler9. Inquiets lorsque la guerre se rapproche, ils tendent à s’écarter des institutions culturelles italiennes pour marquer leur intégration dans le pays. Bien entendu, il fait des exceptions.

11Mais il y a d’autres Italiens en Amérique : des fonctionnaires pour lesquels il est souvent sévère – il juge en même temps l’État qui les a choisis. Il cite, par exemple, un inspecteur d’origine triestine qui connaît l’allemand mais ne parle pas anglais et émet l’idée d’aller inspecter les écoles comme s’il était en Turquie. Mais ces remarques ne peuvent être considérées comme des prises de position antifascistes. En effet, Prezzolini se montrera aussi critique envers ses compatriotes après la guerre et c’est la raison pour laquelle il finira par quitter définitivement l’Italie pour s’installer en Suisse. Enfin, l’inspiration qui était à la base de la fondation de « La Voce » correspondait déjà à un jugement négatif sur l’Italie préfasciste.

  • 10  « Oggi son stato a far visita a Veniero D’Annunzio… Scelta ottima. Veniero D’Annunzio è un ingegne (...)
  • 11  Ainsi le 27 octobre 1934 il note que la revue « Nation » ouvre une campagne contre lui en l’accusa (...)

12Bien entendu, tous les fonctionnaires en poste aux États-Unis ne sont pas concernés et il a des mots d’éloge, par exemple, pour Veniero d’Annunzio, le fils du Vate qui dirige l’Ufficio di Informazioni du gouvernement italien10. Il fréquente d’ailleurs les milieux officiels, ce qui lui vaut l’accusation de se livrer à de la propagande en faveur du régime et, en particulier, de subir des attaques d’antifascistes italiens et de leurs amis américains11. Le président de Columbia, Butler, toutefois, prend sa défense et il reste en place. Il quittera de lui-même la direction de la Casa Italiana, sans que cela lui soit demandé, lorsque les États-Unis et l’Italie se retrouveront en guerre. Entre temps, après de nombreuses hésitations il s’est résolu à prendre la nationalité américaine. Soucieux toutefois d’affirmer son indépendance vis-à-vis du régime fasciste, il accueille aussi des réprouvés à la Casa Italiana, en particulier des juifs.

13Mais il y a aussi des Italiens de passage. Des fascistes ou sympathisants, parfois quasi officiels, comme Margherita Sarfatti, une vieille connaissance de l’époque de « La Voce », qui n’a que le tort d’arriver au moment du décès de son fils Alessandro. Elle est invitée par le président Butler à faire une conférence et le succès est assuré pour « la maîtresse de Mussolini » qu’il trouve moins vaniteuse depuis qu’elle est en disgrâce.

14Il reçoit aussi, on l’a dit, des antifascistes. Parmi ceux-ci l’historien Guglielmo Ferrero, vaniteux jusqu’à en être ridicule, qu’il recommande pour un emploi de professeur dans une université américaine, et une autre vieille connaissance du temps de « La Voce », Gaetano Salvemini.

  • 12  « È un uomo di svariati interessi e di grande acume e di rapida osservazione ; ha capito subito co (...)
  • 13  Ce qui ne signifie pas qu’il ait approuvé les mesures antisémites, au contraire. Il veut simplemen (...)

15En revanche, lorsqu’arrive Moravia qui en est à son premier voyage en Amérique, le jugement est tout de suite positif12. Il le reverra d’ailleurs en Italie sans changer d’opinion, frappé, en particulier, qu’il arrive même à garder une attitude modérée à l’égard de l’antisémitisme qui le frappe pourtant. En effet, il est exclu du journal auquel il collaborait, puis parvient à y travailler de nouveau ; et l’incorrigible sceptique qu’est Prezzolini ne peut s’empêcher de remarquer qu’il est heureux pour Moravia mais que l’on se trouve en face d’une nouvelle preuve du peu de sérieux des Italiens13.

  • 14  « 27 settembre 1934. Stiamo affaticandoci per gli studenti italiani, col timore d’uno scandalo e u (...)
  • 15  « Quando penso a Croce che si lamenta del fascismo, non posso fare a meno di ricordarmi l’aneddoto (...)

16Il éprouve d’ailleurs un plaisir certain à se montrer déplaisant vis-à-vis des antifascistes14. Il se moque de Ferrando qui n’a pas voulu jurer en Italie et se trouve contraint de le faire en Amérique, recueille des bruits de corruption et déplore la mendicité des intellectuels italiens. Il critique l’antifascisme de Croce qui, avec Giolitti, a armé les fascistes contre les communistes15.

  • 16  « Le Corporazioni sono una cornice senza quadro » (Diario 1900-1941, p. 526).
  • 17  Souvent même il se montre exagérément pessimiste vis-à-vis des initiatives du régime.

17Ce qui ne l’empêche pas de pester contre l’administration italienne, de critiquer les institutions du régime, de parler, par exemple, des corporations comme d’un cadre vide16. En fait, fidèle à son pessimisme, il juge qu’on ne fait rien sérieusement en Italie. Par exemple, le gouvernement censure des informations dans les journaux italiens mais laisse vendre des journaux étrangers où se trouvent ces mêmes nouvelles. Il se montre également critique vis-à-vis de la guerre d’Éthiopie, de la guerre d’Espagne17, de l’alliance déséquilibrée avec l’Allemagne.

18Lorsque la Seconde Guerre mondiale se rapproche, il la redoute mais n’épouse pas pour autant les thèses des démocraties et adopte une attitude patriotique. De même il accusera Roosevelt, qui lui est suprêmement antipathique, d’avoir provoqué le Japon et manœuvré pour entraîner dans la guerre un peuple américain qui n’en voulait pas.

  • 18  Cf. Diario 1900-1941, p. 524 : « Mussolini appare superiore alla sua banda, anche di troppo. Che c (...)
  • 19  Diario 1900-1941, p. 513.

19Prezzolini a de l’estime pour la personne de Mussolini. On peut donc dire que, comme beaucoup d’Italiens, il est plus mussolinien que fasciste18. En ce qui concerne les antifascistes, il les juge encore pires que les fascistes et il conclut : « Se ci faremo fascisti, sarà perché non c’è altro e perché il resto sarebbe peggio, o perché i popoli si meritan questo, o perché gli antifascisti canaglie sono ancora più canaglie della canaglia che il fascismo ha raggranellato, e i galantuomini antifascisti meno intelligenti di quelli che il fascismo ha attirato »19.

  • 20  Cf. son attitude de respect silencieux vis-à-vis des Allemands du restaurant Klosterbrau de New-Yo (...)

20Pendant le conflit mondial on le sent déchiré. Il commence par espérer que l’Italie n’entrera pas en guerre, puis on devine d’après ses notes que, malgré les dangers de l’alliance allemande (il ne se fait aucune illusion sur les conséquences d’une éventuelle victoire de l’Allemagne), son cœur bat pour l’Italie. D’ailleurs, la défaite de l’Axe lui paraît être aussi le triomphe de la Russie communiste. Les défaites militaires, la chute du fascisme, le changement de camp de l’Italie lui paraissent la manifestation de la superficialité, du manque de sérieux des Italiens, qui contrastent avec les prodiges de la résistance allemande20. Il ne faut pas voir là des regrets devant la fin du nazisme, mais la preuve de l’estime qu’il éprouve pour le peuple allemand. Ajoutons qu’il en admire la culture, alors qu’il considère les Américains dans leur immense majorité comme des enfants incultes et les Russes comme des barbares.

  • 21  Il perd deux fois ses économies, à la suite de la crise de 1929 et avec la dévaluation qui a suivi (...)
  • 22  Cf. par exemple, cette note du 19 juillet 1933, lors d’un séjour à Paris : « Son profondamente sta (...)

21Il est aussi accablé, on l’a vu, par des problèmes personnels. Tout d’abord par des problèmes d’argent, liés à sa famille et aux crises financières21. Mais ces ennuis sont aussi d’ordre privé : nous avons vu les difficultés rencontrées avec sa femme et son second fils, et aussi, ce qui peut paraître paradoxal pour un homme qui aura la longévité que nous savons, des ennuis de santé22.

  • 23  À la demande d’Oreste Mosca il devient le correspondant du quotidien romain « Il Tempo ». Les arti (...)

22Après la guerre il se trouve dans une situation assez difficile du point de vue psychologique. Du fait de sa position particulière vis-à-vis du fascisme il ne se trouve pas dans le camp des vainqueurs. Ajoutons que le retour de la liberté en Italie ne lui fait pas oublier qu’il s’est fait au prix d’une défaite qu’il considère comme humiliante pour son pays. Paradoxalement c’est alors qu’il va devenir correspondant de journaux italiens et qu’il va livrer à ses lecteurs l’essentiel de ses réflexions sur l’Amérique et les Américains23. Il est impossible ici de reprendre toutes ses observations. Nous nous bornerons à certaines d’entre elles en remarquant que bien souvent ce qu’il considère dans les années 50 comme typiquement américain fait aujourd’hui partie de notre réalité quotidienne.

23Prezzolini fait justice de quelques préjugés italiens sur l’Amérique. Il explique qu’il n’est pas vrai que les immigrés y fassent fortune aisément : ceux qui ont réussi ont dû travailler durement et les échecs sont nombreux. Il n’est pas vrai non plus qu’on puisse gruger facilement les Américains, ils ont appris à se méfier. Enfin, les Italiens confondent souvent liberté de la femme et libéralité (ou facilité dirons-nous) et ils s’exposent à des désillusions.

24Puis il passe à la critique de l’Amérique tout en expliquant qu’elle sera sans indulgence mais non pas féroce. En fait, les défauts des Américains, à son avis, se trouvent non dans les cœurs, mais dans les têtes. Ce sont en général de braves gens, bonasses – « bonaccioni » – dit-il, mais ils souffrent du rationalisme, de l’intellectualisme, de l’optimisme superficiel et systématique qui domine leur pays depuis l’origine. Il remarque que les États-Unis ne sont pas, comme on le répète souvent, un pays sans histoire ; au contraire, ils vénèrent la leur, mais ce qui manque aux Américains, c’est le sens historique, c’est-à-dire la capacité de comprendre qu’un individu est le produit d’une civilisation, ce qui les a conduits à commettre des erreurs dans leur politique d’assimilation des immigrants et en politique étrangère.

25Dans ce dernier domaine, en particulier, ils ont longtemps ignoré le reste du monde. Informé par des tabloïds voués au sensationnalisme et aux visions simplificatrices, l’Américain moyen connaît très mal le monde extérieur. D’ailleurs il a une culture générale inférieure à celle de l’Européen moyen, même s’il est très souvent plus compétent dans son métier. Son orgueil d’Européen lui fait affirmer que les Américains n’ont pas encore atteint le stade de l’indépendance intellectuelle et n’ont ouvert la voie dans aucun domaine, sauf dans celui de l’organisation industrielle et de la production en série.

26À cela s’ajoute malheureusement le préjugé moralisateur des Anglo-saxons qui fait des ravages en politique. Bien entendu, s’empresse-t-il d’ajouter, ces défauts et ces erreurs suscitent des corrections, parfois extrêmes. D’ailleurs certains Américains se sont rendu compte de leur retard et ils mettent les bouchées doubles pour le rattraper. Prezzolini estime que dans une vingtaine d’année les journalistes et les enseignants américains seront parmi les plus compétents. Déjà les deux guerres mondiales ont commencé à les tirer de leur isolement et ils sont en train de se mettre à la politique étrangère. Il s’attache à décrire le système scolaire et universitaire américain alors peu connu des Italiens, ce qui est pour lui une occasion de dénoncer ce qu’il estime être les ravages de l’enseignement de masse qui conduit, par préjugé démocratique, à aligner le niveau sur les plus mauvais élèves. Au nom du même égalitarisme, on tend à faire table rase du passé : on a supprimé l’étude des langues anciennes et modernes et on tend à privilégier la psychologie et la sociologie. Enfin, il est stupéfait par l’importance accordée à la pédagogie : en fin de compte il lui semble que les jeunes enseignants américains consacrent énormément de temps à apprendre comment enseigner en négligeant de se demander ce qu’ils vont enseigner.

27Autre défaut : le culte excessif de la richesse. Il déplore qu’en Amérique les hommes s’évaluent en dollars. Quant à la liberté américaine, il l’apprécie, mais remarque néanmoins qu’avec les facilités offertes par cette société moderne (facilités de communication etc.), ce sont aussi les libertés qu’elle garantit (pas de carte d’identité, liberté pour chacun de changer de patronyme etc.) qui favorisent les kidnappings. Il conclut que, paradoxalement, le libéralisme américain, avec sa superstition individualiste, en arrive à favoriser la plus grande oppression individuelle. En fait, Prezzolini qui, après avoir cherché son chemin est passé à un idéalisme crocien, est un libéral, mais il pourrait reprendre à son compte la distinction de Gentile entre les deux libéralismes, celui de l’Ouest, propre aux Anglo-saxons et aux Français, et le libéralisme germano-italien d’origine hegelienne qui fait une grande place à l’État. Dans cette perspective le pouvoir de l’État, loin d’être oppressif, est libérateur.

  • 24  Ajoutons que ce sont deux “toscanacci”. Montanelli est de Fucecchio et Prezzolini, quoique né par (...)
  • 25  À la différence de Montanelli il ne parvient pas à y vivre, non seulement à l’époque du fascisme, (...)
  • 26  C’était déjà la raison de sa polémique avec Corradini à l’époque du « Regno ».

28Pour conclure on peut définir Prezzolini essentiellement comme un sceptique. Mais sceptique devant la propagande fasciste, il l’est aussi devant les mythes et les héros de l’antifascisme, ce qui lui vaudra une réputation sulfureuse. En fait sa philosophie politique personnelle est celle d’un conservatisme libéral éclairé, sincèrement attaché à la liberté de penser mais persuadé que seules les élites sont aptes à en tirer parti, également doté d’un solide esprit de contradiction. À bien des égards il fait penser à cet autre esprit libre et parfois déroutant de l’après-guerre, Indro Montanelli24. Comme lui il aime désespérément son pays tout en fustigeant ses défauts25. Comme lui il utilise la critique, le sarcasme qui sont à la fois l’indice d’un dépit amoureux et celui du refus d’être dupe, de se voiler la face devant la réalité, de nourrir des illusions nationalistes. Dans son cas, comme d’ailleurs dans celui de Montanelli, l’opposition à un certain nationalisme rhétorique26 vient non pas d’un refus du patriotisme ou de la notion de patrie, mais d’une volonté de lucidité, parce que la rhétorique est nocive, elle aveugle celui qui se laisse griser par elle. Le fait de vivre à l’étranger vient néanmoins renforcer son patriotisme et il n’est pas interdit de penser que son attitude à l’égard du fascisme s’en est trouvée affectée. En Amérique il était moins soumis aux inconvénients du régime et plus sensible à ses réalisations vraies ou présumées. Il va sans dire que sa tournure de pensée ne le prédisposait pas à s’insérer harmonieusement dans la société américaine, en particulier dans le monde universitaire. Son pessimisme foncier contraste avec l’optimisme américain qui lui paraît enfantin.

  • 27  « Questo luogo dove son venuto per la salute di Giuliano (Vallombrosa) con la sua impronta fratesc (...)

29Sous des dehors détachés nous avons vu que c’est aussi un homme tourmenté. Ses déboires familiaux, le sentiment de responsabilité qui les ont accompagnés sont venus renforcer un scepticisme politique et religieux, une véritable angoisse existentielle27. Ce qui explique qu’on ait chez lui très tôt l’impression d’avoir affaire à un homme las :

  • 28  1er août 1934, lettre à sa femme (Diario 1900-1941, pp. 522-523). Il est vrai que c’est la période (...)

Il futuro mi si colorisce dei colori più cupi, e dubito persino di poter tirare avanti nel mio lavoro più modesto e prosaico d’insegnante. Non vedo che solitudine e lavoro di cui so l’inutilità, qualche cosa come i lavori forzati… Si vive nelle menzogne, siamo avviluppati e protetti dalle menzogne, anche tu vivi di queste, vivi della mia menzogna di professore. E poi in queste menzogne c’è qualcosa di vivo, senza di che non reggerebbero. Come professore sono una menzogna, pur qualche cosa di vivo c’è anche nel mio insegnamento.28

30En cela aussi il s’écarte de l’optimisme américain.

Haut de page

Notes

1  Prezzolini n’a pas participé à des revues comme « Hermes » et « Lacerba ».

2  Pour la position de Prezzolini à l’égard du fascisme on consultera son ouvrage Le Fascisme, publié en français à Paris par l’éditeur Brossard en 1925. Il a été traduit en anglais et publié en Angleterre sous le titre Fascism en 1926. Après quelques considérations sur les règles à suivre dans l’interprétation des phénomènes politiques en Italie, il explique qu’il ne faut pas confondre les partis italiens et les partis anglo-saxons : le pays n’a pas connu de partis de masse avant les Socialistes et les Populaires et la personnalité des chefs, ou plutôt des guides, qui ne représentent qu’approximativement les masses, y est plus importante que les programmes. Il retrace la genèse du fascisme, en particulier il expose les raisons pour lesquelles le prolétariat agricole de Romagne n’a pas le comportement traditionaliste que des Français attendraient de paysans, explique la dureté des luttes sociales, mais en insistant sur le caractère contraignant des ligues agraires qui explique, en retour, la réaction fasciste. Après avoir fait un portrait de Mussolini, qui est, selon lui, une volonté plus qu’une lumière, il trace quelques portraits de fascistes. Dans le chapitre « fascisme et culture », après un passage sur le futurisme où il réitère des positions déjà soutenues ailleurs, mais nouvelles pour le public français, sur la parenté des deux mouvements, qui ne se confondent pas néanmoins, il limite la culture fasciste à Soffici et à Gentile (et encore l’écrivain et le philosophe y apparaissent-ils comme isolés). Il décrit ensuite l’État fasciste et ses rapports avec le nationalisme et le catholicisme. Enfin, il ne nie pas les blessures infligées par le fascisme aux libertés, mais explique qu’en fait la liberté est bien moins réclamée en Italie que dans les pays anglo-saxons parce qu’il n’y a pas de tradition libérale, que les institutions parlementaires ont été importées tardivement d’Angleterre et de France et que la dernière génération, la sienne, y a été élevée dans des sentiments antiparlementaires. Il loue par ailleurs certains résultats du fascisme, en particulier la réforme Gentile, même si elle n’a pas été entièrement portée à terme. Enfin, dans le domaine de la politique étrangère, il tend à rassurer ses lecteurs étrangers en insistant sur la prudence montrée par Mussolini, sauf dans l’affaire de Corfou. Il conclut en déclarant que le Fascisme doit sa puissance à la faiblesse de ses adversaires, à la personnalité de son chef et de quelques hommes de son entourage, à l’armature de son organisation centralisatrice. Il a réalisé un certain nombre de choses heureuses en même temps que, suite à la faible qualité morale d’un certain nombre de ses adhérents et des circonstances particulières, il a, pour le moins, laissé s’accomplir des actes inqualifiables. Son avenir sera fait de ses capacités d’adaptation. L’individualisme des ras, servi par le régionalisme italien, peut aboutir à des réactions imprévues utilisables par les survivants des anciens partis. Il devra tenir compte des réactions européennes (éloges ou critiques).

3  Il est d’abord invité à dispenser des cours à la Casa Italiana, puis à en assurer la direction. Enfin, il deviendra professeur à la Columbia University.

4  Il retrouvera Giuliano plus tard et sera très fier de son fils.

5  Giuseppe Prezzolini, Diario, 2 vol. (1900-1941 et 1942-1968), Milano, Rusconi, 1978 pour le premier volume, et 1980 pour le second.

6  Nous aurons l’occasion de compléter les observations tirées de son Diario, dans lequel elles sont simplement esquissées, par des extraits d’ouvrages publiés après la guerre, mais il s’agit là d’œuvres tirées d’articles de commande. Il n’en reste pas moins que les préoccupations de Prezzolini restent centrées sur l’Italie et sur sa culture.

7  Plus tard il explicitera mieux son point de vue. Cf. ci-dessous.

8  En somme, il restera toute sa vie l’homme de « La Voce ». Rappelons que philosophiquement, malgré quelques désaccords, il reste “crociano”.

9  C’est-à-dire qu’ils proviennent souvent d’une Italie rurale et méridionale qui n’avait pas participé au Risorgimento et ne l’avait pas véritablement fait sien. Il souligne aussi la mauvaise qualité de l’italien de nombre d’entre eux qui, en fait, connaissent surtout leur dialecte.

10  « Oggi son stato a far visita a Veniero D’Annunzio… Scelta ottima. Veniero D’Annunzio è un ingegnere d’aeroplani con la testa sulle spalle, ha un bel nome, ed è stimato fra gli Americani. L’ufficio è modestissimo, come al solito tutte le cose italiane che disperdendosi in rivoletti finiscono in stillicidio ». On notera qu’après avoir fait un éloge, il se livre immédiatement à une critique, comme s’il avait peur de sembler manquer du recul nécessaire.

11  Ainsi le 27 octobre 1934 il note que la revue « Nation » ouvre une campagne contre lui en l’accusant d’avoir fait de la Casa Italiana un centre de propagande fasciste. Il y voit la patte possible de Salvemini. qui lui est antipathique : c’est, selon lui, un fanatique, un fasciste à rebours, un comploteur, Salvemini, en fait, visant sa place. Il faut dire que ses relations avec ce dernier, comme, d’ailleurs, avec Borgese, se sont énormément détériorées. Les deux hommes avaient participé à l’aventure de « La Voce » et, plus généralement, au bouillonnement intellectuel du début du siècle. Ils avaient toutefois choisi la voie de l’antifascisme, tandis que Prezzolini s’était cantonné dans une neutralité distante. Cela ne suffit pas, toutefois, à expliquer leurs dissensions, Prezzolini étant l’ami de nombreux antifascistes. Il semble que le désaccord se soit situé aussi au niveau du caractère. Prezzolini, qui les juge sectaires, les soupçonne de vouloir prendre sa place et il fait remarquer aussi que nombre d’antifascistes ont cru que le fascisme allait tomber rapidement et qu’ils avaient pris sans beaucoup de risques une attitude dont ils pensaient qu’elle allait s’avérer payante à relativement court terme. Quoi qu’il en soit, en l’occurrence l’Université interdit à Prezzolini de répondre personnellement, lui demandant de laisser ce soin au Président (Diario 1900-1941, pp. 533-534).

12  « È un uomo di svariati interessi e di grande acume e di rapida osservazione ; ha capito subito cose dell’America che quelli che arrivan dall’Italia mettono anni ad intendere. Non si lagna troppo del regime razzista, ma dice che non poteva respirare bene, e lo capisco. Con tutto ciò la vita americana non lo abbaglia e non lo attira » (Diario 1900-1941, p. 552). Il retrouve Moravia en Italie lors d’un voyage en 1938 : « Amicizia e stima per Moravia cresciute in questi giorni che è stato qui. Ha giudizio e acutezza. In questo momento è persino equanime con gli antisemiti, e io che stimo sempre la separazione dell’intelletto dagli interessi, lo ammiro » (Diario 1900-1941, p. 592).

13  Ce qui ne signifie pas qu’il ait approuvé les mesures antisémites, au contraire. Il veut simplement dire par là que ses compatriotes sont incapables d’appliquer réellement une politique, que celle-ci soit justifiable ou non.

14  « 27 settembre 1934. Stiamo affaticandoci per gli studenti italiani, col timore d’uno scandalo e un certo gusto di farla in barba agli antifascisti di qui » (Diario 1900-1941, p. 530).

15  « Quando penso a Croce che si lamenta del fascismo, non posso fare a meno di ricordarmi l’aneddoto del padre che aveva regalato ai figlioli trombette, tamburi, pifferi e schioppi e poi sbraitava : “Giocate, ragazzini, ma non fate chiasso”. Lui era nel ministero Giolitti che autorizzò i fascisti a tener le armi, come mi raccontò Ambrosini, capo di gabinetto del tempo. E narrava anche di un discorso che fece Croce, che paragonava i fascisti alle orde del cardinal Ruffo, le quali, insomma, « avevano compiuto una funzione nazionale ». Questa frase mi fa credere che la cosa sia vera. Pensare che Giolitti e Croce, con quegli anni che avevano addosso, pensavano di poter dare le armi ai fascisti e poi levargliele, quando avessero messo a posto i comunisti ! »

16  « Le Corporazioni sono una cornice senza quadro » (Diario 1900-1941, p. 526).

17  Souvent même il se montre exagérément pessimiste vis-à-vis des initiatives du régime.

18  Cf. Diario 1900-1941, p. 524 : « Mussolini appare superiore alla sua banda, anche di troppo. Che cosa accadrebbe se mancasse ? »

19  Diario 1900-1941, p. 513.

20  Cf. son attitude de respect silencieux vis-à-vis des Allemands du restaurant Klosterbrau de New-York dans lequel il se rend parfois, paie et s’en va sans faire de commentaires, en manifestant toutefois à sa dernière visite peut-être une certaine sympathie mêlée de compassion, qui va à un peuple dont il apprécie le courage et la dignité et non au régime.

21  Il perd deux fois ses économies, à la suite de la crise de 1929 et avec la dévaluation qui a suivi la Seconde Guerre mondiale.

22  Cf. par exemple, cette note du 19 juillet 1933, lors d’un séjour à Paris : « Son profondamente stanco, scontento e insoddisfatto di me stesso e continuo a pensare al suicidio, con la speranza che il mio premio d’assicurazione potrebbe dar un ristoro, almeno di qualche anno, ai miei, che non posso dar loro altrimenti. Se non avessi figlioli… se non fossero malati o in rischio di malattia… In questi anni son stato contento di vedere che potevo viaggiare in terza classe e mangiar pane e formaggio. Ma non sono solo. Vivo tra malati da quasi qundici anni: nonno, nonna, Dolores, ragazzi, poi Alessandro così terribilmente, improvvisamente, così lunga la cura, così gravi per la sua vita futura le conseguenze. Poi appena ripenso a me stesso, eccomi qui senza fede, una ragione di vivere ; amaro per gli altri e verso di me ; negando il mondo e maledicendo il momento in cui nacqui ; e più ancora quello in cui ho fatto nascere altri, cosa che un tempo mi pareva santa opera, conquista della mia vita volontaria e morale. Ho perso l’affezione dei miei figlioli, e ho perso affezione per loro ; li ho lasciati a Huelgoat soli e parto per l’America senza salutarli. Davanti a me non c’è che buio ». (Diario. 1900-1941, p. 504). On saisit bien là un des traits caractéristiques su personnage, son pessimisme. Remarquons toutefois que sa situation vis-à-vis de sa famille évoluera de manière favorable. L’indifférence de ses enfants était plus apparente que réelle.

23  À la demande d’Oreste Mosca il devient le correspondant du quotidien romain « Il Tempo ». Les articles écrits à cette occasion sont recueillis dans trois ouvrages : America in pantofole (Vallecchi, 1950), America con gli stivali (Vallecchi, 1954), Tutta l’America (Vallecchi, 1958). En fait il s’agit essentiellement de rééditions augmentées du premier d’entre eux. Il collaborera à d’autres journaux et, en particulier, au « Borghese » qui lui laissera une très large liberté d’expression.

24  Ajoutons que ce sont deux “toscanacci”. Montanelli est de Fucecchio et Prezzolini, quoique né par hasard à Pérouse, est toscan, son père et sa mère étaient de Sienne et, avant de quitter l’Italie, il vivait à Florence.

25  À la différence de Montanelli il ne parvient pas à y vivre, non seulement à l’époque du fascisme, mais même plus tard, ce qui le conduit à s’exiler en Suisse. Et pourtant il lui aura consacré toute sa vie. Il s’agit d’un véritable dépit amoureux : nec tecum, nec sine te vivere possum.

26  C’était déjà la raison de sa polémique avec Corradini à l’époque du « Regno ».

27  « Questo luogo dove son venuto per la salute di Giuliano (Vallombrosa) con la sua impronta fratesca sembra fatto apposta per accrescere quel senso di vuoto che m’accompagna. Tutto ripete quassù che la vita è inutile » (Diario 1900-1941, p. 526).

28  1er août 1934, lettre à sa femme (Diario 1900-1941, pp. 522-523). Il est vrai que c’est la période où son fils Alessandro est mourant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°5, Italie et Etats-Unis. Interférences culturelles, 2001.

Référence électronique

Paul Colombani, « Prezzolini et les Etats-Unis à travers son Diario », Italies [En ligne], 5 | 2001, mis en ligne le 23 juin 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/2033 ; DOI : 10.4000/italies.2033

Haut de page

Auteur

Paul Colombani

Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org