Navigation – Plan du site
Réactions, témoignages

Contrastes et métaphores. Les États-Unis de Vittorio Zucconi

Claudio Milanesi
p. 167-192

Résumé

Vittorio Zucconi (Modène, 1944) a été depuis 1973 le correspondant aux États-Unis de « LaStampa » et de « la Repubblica ». Depuis plus de vingt-cinq ans, il consacre l’essentiel de son activité de journaliste aux États-Unis : Zucconi est un très fin connaisseur de la politique américaine, mais aussi de la société et des mentalités d’Outre-Atlantique. Admirateur du système politique américain, il n’en a jamais caché les vices. À travers son œuvre, qui se compose de ses correspondances pour deux des principaux quotidiens italiens, mais aussi de livres de voyages et de mémoires, et d’une biographie consacrée à Crazy Horse, se dessine un portrait des États-Unis qui en souligne  les contrastes extrêmes : l’Amérique de Vittorio Zucconi est à la fois le miroir, la métaphore et la préfiguration des changements qui affectent la nature humaine dans les sociétés contemporaines.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Amérique

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  M. Beynet, L’image de l’Amérique dans la culture italienne de l’entre-deux-guerres, Thèse de Docto (...)

1Michel Beynet a bien montré que, dans la culture italienne d’entre-deux-guerres, l’image de l’Amérique était loin d’être une image cohérente, solide et unanime. L’enseignement le plus durable de sa thèse sur L’image de l’Amérique dans la culture italienne de l’entre-deux-guerres1 a été que, quand on la regarde de près, une culture est rarement un bloc unitaire et cohérent, mais qu’elle est plutôt une construction aux multiples facettes contradictoires et incohérentes. Le régime fasciste fut un régime autoritaire qui voulait fonder sa force sur le contrôle des consciences et des pensées, sur la censure des expressions de dissidence et sur la construction d’un système doctrinaire établi d’en haut et diffusé par tous les moyens de communication et d’information, que ce soit l’école, la radio, la presse ou le cinéma. Michel Beynet a montré que même sous ce régime les jugements et les images que les différents courants de la culture italienne avaient d’une réalité aussi complexe que celle du continent américain étaient divers et multiples.

2Si c’est le cas pour la période du ventennio fasciste, cela l’est d’autant plus pour la période historique qui suivit, celle de la construction de la démocratie dans la péninsule et de la guerre froide sur le plan international. Et c’est encore plus vrai pour la période la plus récente, celle de la dernière décennie du siècle qui vient de se fermer, après la fin de la guerre froide et des oppositions idéologiques qui ont déchiré le champ politique et culturel. De fait, dans la culture italienne, les années quatre-vingt-dix, les années de ce que l’on a cru être la « fin de l’histoire », ont été les années de la plus grande liberté par rapport à la puissance américaine, car toute option, de la plus favorable à la plus critique, était désormais libérée du soupçon d’avoir opéré un choix politique à la faveur, ou contre, l’Amérique en tant que pays champion de modèle capitaliste et ennemi du système soviétique.

  • 2  Sur la naissance de « la Repubblica », cf. V. Castronovo, N. Tranfaglia (éd.), La stampa italiana (...)
  • 3  V. Zucconi, Stupri, sevizie e omicidi, ecco la 'donna cattiva, «la Repubblica», 16 novembre 1997.

3Dans les livres, les reportages, les correspondances que Vittorio Zucconi (né à Modène en 1944) a consacrés aux États-Unis, cette liberté est d’autant plus sensible que Zucconi a eu la chance de travailler depuis sa création pour le quotidien «la Repubblica», qui fut le quotidien du renouveau du langage du journalisme italien, allant dans le sens d’une plus grande liberté, autant dans le ton que dans les sujets abordés, ainsi que dans les choix idéologiques et politiques2. C’est peut-être pour cela qu’il est difficile de synthétiser par une formule l’image que Zucconi a transmise de l’Amérique à ses lecteurs, puisque la devise qu’il a adoptée pour son journalisme « moderne » (« La cronaca non offre risposte. Propone soltanto fatti crudi »3) lui a permis de décrire au jour le jour un continent dans toutes ses contradictions, dans ses qualités et ses défauts, ses réussites les plus évidentes et ses échecs les plus retentissants.

4Cela ne veut pas dire que Zucconi n’ait pas fait de choix, ou qu’il soit un miroir neutre de la réalité américaine. Au contraire : son journalisme a abandonné la prétention de l’objectivité, et accepté avec enthousiasme l’irruption de la subjectivité dans le récit : loin de vouloir atteindre une objectivité impossible, le journaliste est désormais le point de vue explicite du récit. Et cela est d’autant plus vrai que Zucconi s’est essayé dans tous les genres de récits du journalisme moderne : le reportage, le fait divers, l’enquête, la chronique hebdomadaire, la correspondance, le journalisme sportif ; sans oublier qu’il a été aussi éditorialiste de politique étrangère et interne, ainsi que l’auteur de livres de voyage, de témoignages, et d’une biographie. Dans ses correspondances ainsi que dans ses éditoriaux, le point de vue du journaliste est toujours explicite, bien qu’à des degrés différents selon le genre.

Basic America : l’Amérique des extrêmes

5Il est donc difficile de trouver une définition synthétique de l’Amérique de Vittorio Zucconi. Dans sa volonté de rendre compte des aspects même les plus contradictoires du continent nord américain, Zucconi essaie de présenter des faits plutôt que de tirer des conclusions univoques. Même quand il cherche des explications aux phénomènes qu’il considère les plus propres à caractériser le pays, que ce soit la diffusion de la violence ou le suicide des adolescents, sa démarche consiste plutôt à juxtaposer de façon phénoménologique les différentes explications que les experts de sciences sociales et les médias ont proposées, sans pour autant prendre parti pour l’une ou pour l’autre. Mais s’il faut trouver une formule qui aide son lecteur à s’orienter dans les différentes images des États-Unis que Zucconi lui a livrées dans les trente dernières années, il est peut-être possible d’utiliser une image qu’il a lui-même employée dans son livre de reportages et de voyage d’un bout à l’autre du continent, Si fa presto a dire America : l’Amérique est la terre des extrêmes et des contrastes, une sorte de chaudron qui contient et qui exprime toutes les expressions de la nature humaine, poussées ici jusqu’aux manifestations les plus excessives. Elle est notre miroir, car ses transformations les plus radicales annoncent les changements des nos modes de vie à tous. Amérique comme métaphore du monde :

  • 4  V. Zucconi, Si fa presto a dire America, Milan, Mondadori, 19892, (Ière éd. 1988), p. 52.

In un secolo e mezzo di cercatori d’oro, di marittimi cinesi, di incendi, di terremoti, di fortune fulminee e colossali, di poeti marpioni e maledetti alla Kerouac e Ginsberg, di « acido », di rivolte studentesche e di suore homosex coi baffi e le calze a rete, San Francisco è sempre stata l’antenna che ha captato e trasmesso per prima tutti i messaggi più estremi della natura umana e della storia americana.4

6Contrastes et extrêmes : entre la permissivité de Las Vegas et le puritanisme de l’état de l’Utah ; entre les richesses faramineuses des sociétés industrielles et du capital financier, et la misère des quartiers et des ethnies défavorisées, notamment les noirs et les Indiens, entre le peuple transpirant la bière à Indianapolis et le bal des débutantes de la grande bourgeoisie de la même ville, la clé de lecture privilégiée de l’Amérique est celle des contrastes qui font de ce pays le réservoir du meilleur et du pire que l’humanité ait su produire. Tout le long de son activité de journaliste, Zucconi utilise cette clé pour rendre compte des phénomènes les plus divers, sociologiques, économiques, anthropologiques ou autres. L’Amérique concentre et exaspère les traits du comportement humain et social. Et la juxtaposition, physique ou temporelle, de ses contrastes contribue à en aiguiser la perception. Les exemples de ce type de lecture sont innombrables. Contrastes de type éthique : les États-Unis imposent une stricte moralité familiale à leurs hommes politiques, mais en même temps restent un pays qui expose la permissivité jusqu’aux extrêmes dans le comportement et dans la culture populaire. Le contraste est évident entre le déclin de certains hommes politiques, comme Gary Hart, dû à des vicissitudes familiales, et la liberté sexuelle qui caractérise le mode de vie des adolescents des grandes villes et que certaines expressions de la culture populaire — cinéma, musique, média — contribuent à diffuser. Et ce contraste s’accentue par la radicalisation des différences des modes de vie entre États voisins : c’est le cas, par exemple, pour l’Utah, l’État du puritanisme religieux le plus exacerbé, et la Californie, la terre de Las Vegas et Reno, les villes du jeu et du plaisir, de la transgression qui devient une industrie.

  • 5 Ibid., p. 21.

7Contrastes anthropologiques : à Indianapolis, le même jour, Zucconi assiste à cette espèce de carnaval américain qu’est la course automobile des 500 miles, une fête populaire « d’une Amérique midwestern, bien comme il faut et réprimée pendant 11 mois par an »5 qui se déchaîne dans la nudité quand arrive le mois de mai, où s’expose un peuple transpirant et comme trempé dans la bière, et au bal qui célèbre la fin des études secondaires des enfants des familles bourgeoises de la ville, où les jeunes bacheliers sont habillés comme des princes charmants et des belles au bois dormant.

  • 6 Ibid., p. 93.

8Multiplication de contrastes à Los Angeles, « cinquante banlieues en quête d’une ville, … un véritable monument américain à la contradiction »6 : contraste entre son passé récent, bucolique et rural, et sa réalité hyperurbaine d’aujourd’hui, mais aussi entre la richesse ostentatoire des habitants de Bel Air et Malibu, et la misère des chicanos et des clochards qui font la manche devant les vitrines des magasins ; contraste millénariste enfin entre les records de la ville (le premier cinéma de masse, la première autoroute, le premier PC, etc.) et sa mort programmée et annoncée par les prophètes du grand tremblement de terre qui viendra balayer d’un trait les villes de Californie.

9La rapidité avec laquelle se succèdent les cycles économiques détermine une succession rapprochée d’ascensions et de chutes qui affecte les villes du continent américain, et y laisse sa marque. Les exemples sont nombreux : Saint Louis, ancien grand port maritime sur le Missouri, a connu un déclin tragique lié en priorité au poids décroissant de l’agriculture, à la décadence de l’industrie traditionnelle et à son incapacité de se convertir à la haute technologie et aux services financiers, à tel point que la Rand Corporation, en 1970, l’a qualifié de « ville morte ». Mais déjà à la fin des années quatre-vingt, quand Zucconi la visite, les signes de la renaissance sont évidents : le marché immobilier est reparti et les grands groupes industriels sont revenus grâce aux aides du gouvernement. Saint Louis est le paradigme de cette rhétorique de la renaissance après la chute qui est au cœur du rêve américain :

  • 7 Ibid., p. 32.

se ce la fai tu a rinascere, ce la possono fare tutte le città.7

  • 8 Ibid., p. 74.

10Houston, Texas, connaît un destin comparable : ville du pétrole et des affaires, « terre promise, ville de lait, de miel et de dollars »8, jusqu’en 1985, la chute du prix du baril (de 34 dollars en 1979 à 12 en 1985) affecte profondément son économie ; à cela s’ajoute la baisse sensible de la consommation de viande dans tout le continent, ce qui était la seconde source de la richesse du pays, d’où une vague de licenciements, la chute du prix du mètre carré, le dépôt de bilan de plusieurs établissements de crédit de la ville. Mais il n’y a pas de destin que l’on ne puisse pas contrecarrer, dans l’Amérique que décrit Vittorio Zucconi : grâce au succès dans le domaine des greffes de cœur, la ville entame sa renaissance en centrant ses investissements sur la création d’un pôle sanitaire de haute technologie de niveau mondial.

  • 9 Ibid., p. 134.

11Cette succession de succès et d’échecs, de crises et de reprises, de triomphes et de faillites, devient l’horloge qui scande le temps de la civilisation américaine, sur la courte durée comme c’est le cas pour Houston, ou sur la longue durée, comme pour Atlanta, rasée en 1864 par les troupes du général Sherman à la fin de la guerre de sécession, et aujourd’hui « la ville la plus riche, la plus brutale, la plus moderne, la plus paradoxale du Sud profond des États-Unis »9. Atlanta est la ville où le maire noir Andrew Young a été capable de garder de grandes entreprises comme Lockheed et Coca-Cola, et d’en attirer d’autres, comme CNN. Et c’est une ville, encore une fois, marquée par les contrastes, entre sa défense de la ségrégation raciale jusqu’aux années Kennedy, et l’élection d’un maire noir qui a assuré son développement dans les années quatre-vingt, ou encore entre son centre ville, son downtown, réservé à la population noire, et sa banlieue pavillonnaire habitée par les blancs.

  • 10  V. Zucconi, Storie dell’altro mondo. La faccia nascosta dell’America, Milan, Mondadori, 20002 (Ièr (...)

12Ce cycle de renversements soudains de la fortune affecte aussi les destins des individus. Zucconi est un maître dans les portraits exemplaires des destins des hommes et des femmes qui peuplent le continent américain. La plupart des articles qu’il a écrits pour les suppléments hebdomadaires de «la Repubblica», et qui sont maintenant recueillis dans Storie dell’altro mondo10, sont des petits portraits de ce genre, qui racontent une histoire singulière devenant le miroir d’un phénomène collectif de mentalité ou de société. Parfois, il arrête l’instantané sur les conséquences tragiques d’une crise économique. L’histoire de Kimberly Wendell est à ce titre exemplaire :

  • 11  Id., L'incubo americano di Kimberly l' accattona, « la Repubblica », 11 février 1992.

Pochi giorni prima dello scorso Natale, mentre i negozianti si preoccupavano per i negozi vuoti e i venditori di automobili annunciavano sconti disperati, la signora Kimberly Wendell prese la decisione di traslocare la sua famiglia dai sobborghi perbene al centro duro di Washington, per improrogabili ragioni di lavoro. Oggi, Kimberly abita all’angolo della 18esima strada e della « I », a non più di dieci minuti di cammino dalla Casa Bianca, con le figlie, Kerry, di due anni, e Courtney, di sette. In verità, dire che « abita » non è corretto. Avrei dovuto scrivere che Kimberly vive, anzi che sopravvive, sul marciapiede di quell’angolo, dove esercita l'antica, e (per chi non l’ha mai fatta) divina professione del mendicante.11

13Nous sommes en 1992, année de récession, et le cauchemar de Madame Kimberly Wendell, qui passe en quelques mois du rêve américain — villa, travail bien rémunéré, deux voitures, écoles privées pour les enfants, réussite sociale — à son opposé, le revers de la médaille — chômage, impossibilité de payer le crédit, maladie, expulsion, clochardisation — est le cauchemar de toute la société américaine de l’après-guerre du Golfe. C’est encore un exemple de la rapidité des cycles économiques et des revers qui frappent le pays, les villes et ses habitants, qui sont toutefois vite suivis par des périodes d’expansion, comme ce sera le cas pour les années Clinton après la crise de l’ère Reagan-Bush.

L’Homme et la nature

14Comme beaucoup de ceux qui voyagent en Amérique, Zucconi est sensible au spectacle de la nature, au caractère grandiose des paysages et des espaces. C’est ainsi qu’il exprime sa nostalgie des États-Unis, quand il se souvient de la période où il fut obligé de rentrer en Italie entre 1977 et 1985 :

  • 12  Id., Parola di giornalista, Milan, Rizzoli, 1990, p. 223.

L’avevamo rimpianta come esperienza fisica, concreta, come luogo dei sensi. Ci era mancata l’America dei grandi cieli e dei grandi spazi, la città dei grandi viali e dei grandi profili, e il respiro ancora profondo ed eccitante del suo futuro.12

15Mais son regard ne s’arrête pas, comme c’était le cas pour les premiers voyageurs européens sur le continent, sur cette nature grandiose et cette sensation de l’infini. Depuis, il y a eu le développement économique, l’urbanisation, l’élan démographique, le progrès technologique, la modernité en un mot, qui a bouleversé le rapport entre l’homme et ce qui l’entoure. Zucconi est plutôt attentif aux signes de l’histoire sur le territoire et au combat entre l’homme et la nature. Le mythe du rapport direct avec la nature, de l’immersion dans l’espace sauvage est l’une des sources identitaires majeures de la culture américaine. Mais ce rapport est désormais relégué dans le répertoire mythique, car la nature du continent américain est en fait une nature maîtrisée, agressée, niée, parfois menacée de disparition.

  • 13  Id., Gli spiriti non dimenticano. Il mistero di Cavallo Pazzo e la tragedia dei Sioux, Milan, Mond (...)

16Zucconi insiste souvent sur la rupture de l’équilibre entre les forces de la nature et la poussée urbaine, technologique et démographique. Sensible au message écologiste, il peint une nature victime de l’homme, menacée par l’habitat urbain. Les exemples de ce type sont nombreux dans ses livres et articles. Et le paradigme même de la force destructrice de la civilisation américaine, de « l’invasion européenne de l’Amérique du Nord »13 est la quasi-disparition du bison.

17Ils étaient 50 millions en 1804, ils sont 1000 à la fin du siècle. La destruction du bison américain, et des Indiens d’Amérique avec lui, est une sorte de péché originel de l’Amérique, qui marque son rapport avec la nature et avec l’Autre, un rapport qui, loin de l’iconographie mythologique, est un rapport de conquête et de destruction. Urbanisation, poussée démographique, technologie, autant de phénomènes qui contribuent à la rupture de l’équilibre entre l’homme et les forces de la nature. Loin de l’image idyllique de la nature vierge des parcs naturels et de la « vie dans les bois », Zucconi rappelle les menaces que le développement urbain fait peser sur ce qui reste des espaces naturels du continent.

  • 14  Id., Si fa presto…, cit., p. 32.

18Mais cette nature agressée est parfois prête à se venger, comme c’est le cas du constant danger du tremblement de terre qui menace la Californie, ou de la crise hydrique qui menace le Colorado. À Denver, Zucconi ne reste pas indifférent face au spectacle grandiose des Rocheuses, sorte d’« Alpes géantes apprivoisées seulement en partie »14, mais ce qu’il retient c’est la fragilité de l’habitat urbain menacé par un éventuel cycle climatique défavorable. Quelques années d’enneigement insuffisant et l’irrigation de la plaine et la vie même de la ville deviendraient impossibles. Pour conjurer le sort, les hommes ont inventé de nouveaux rites propitiatoires où se mêlent la crainte de la réaction des forces naturelles et la célébration des dieux de la consommation :

  • 15 Ibid., p. 37-38.

La neve è allora più di uno svago, di un parco giochi, diventa un oggetto di culto, una divinità dal quale può dipendere la vita della città e della pianura assetate. In suo onore, si celebrano riti propiziatori come i bivacchi notturni sul marciapiede dentro il sacco a pelo per aspettare la svendita annuale di sci.15

Irréalisme postmoderne

19La négation de la nature devient dans les cas extrêmes négation de la réalité elle-même, par la construction d’un univers irréel, où une sorte d’hyperréalisme s’impose et fait vaciller la perception de la ligne de démarcation entre l’imaginaire et le réel, entre l’histoire et la fiction, entre ce qui se produit dans la réalité et ce que l’on voit à la télévision.

20La Cinquième Avenue, à Manhattan, est la réalisation de cet hyperréalisme, car ses magasins, même s’ils sont les plus chers de la planète, sont exactement les mêmes dans n’importe quelle autre capitale, mais aussi parce que le skyline dessiné par ses gratte-ciel a été tellement reproduit par les moyens de communication qu’il a perdu toute substance urbaine pour devenir, comme l’a écrit Kurt Vonnegut, « le parc national des gratte-ciel ». Ces immeubles ont perdu toute réalité parce que personne ne connaît vraiment ses propriétaires, parce que personne n’y habite vraiment, à tel point que leurs seuls habitants réels sont les homeless, les clochards qui, avant la « tolérance zéro » du maire Giuliani, y avaient élu domicile, et parce que leurs magasins ne sont plus un rêve, mais un cauchemar de marchandises dont la consommation n’a plus aucun sens. Et le paradoxe réside dans le fait que cette rue fait apparaître le kitch inauthentique de Las Vegas comme plus vrai que cet étalage insensé de marchandises traversé par une population internationale sans plus d’identité.

21La force de l’hyperréalisme est telle que l’on assiste parfois à un renversement concret du monde de l’imaginaire à celui de la réalité. L’exemple type en est la ville de Dallas, où, du même mouvement de l’esprit collectif, on se propose de changer le nom de la ville pour effacer la mémoire de l’assassinat du président John Kennedy, le meurtre politique qui fit perdre l’innocence à l’Amérique triomphante de l’après-guerre, mais où les touristes du monde entier viennent visiter, comme s’il avait une existence réelle, le ranch de la série télé Dallas, où une équipe d’Hollywood est venue tourner un documentaire sur les origines (fictives) de la famille (inexistante) de son protagoniste, J. R. :

  • 16 Ibid., p. 68.

Nessuno rideva, nessuno incideva il nome o un cuore sul legno delle staccionate. La Dallas finta, quella dei grattacieli, dei bulldozer e di Lee Oswald era lontanissima, inoffensiva : nel ranch immaginario si era finalmente al sicuro dentro un sogno.16

  • 17 Ibid., p. 121.

22L’hyperréalisme devient ainsi une sorte de bouclier contre la violence de l’histoire, un monde parallèle indispensable pour se protéger des conflits réels. Il en est ainsi à Memphis, où l’on est en train d’effacer la mémoire d’un autre meurtre qui a marqué l’histoire des États-Unis, celui du pasteur noir Martin Luther King. Ici, cette mémoire était entretenue, au motel Lorraine, le lieu du meurtre, par Jacqueline Smith, une femme qui en avait fait un foyer pour les sans abris ; mais désormais le foyer, et avec lui la mémoire, sont balayés par un projet de musée de la ségrégation, où « l’histoire sera démolie pour être remplacée avec une authentic reproduction, une copie plus authentique, comme l’aiment tant les Américains moyens, qu’ils soient blancs ou noirs »17. Et c’est toujours à Memphis que ce besoin d’une histoire plastifiée et inauthentique se réalise pleinement, notamment dans le musée de Graceland, la maison d’Elvis Presley, le chanteur de rock’n’roll, où les visiteurs, dix fois plus nombreux qu’à l’Hôtel Lorraine, défilent devant l’avion personnel, les costumes de scène et la chambre polynésienne de cet in/authentique mythe américain. Le chef d’œuvre de l’hyperréalisme est ainsi réalisé. La violence concrète de l’histoire est apprivoisée, et c’est le chanteur qui est devenu un mythe, en détrônant le vrai champion des droits de l’homme, tué dans un attentat :

  • 18 Ibid., p. 126.

Ma la Memphis di oggi deve accontentarsi di eroi finti come Elvis per non riflettere troppo sugli eroi veri come il King ‘Martin Luther’.18

Le système politique

23Ces critiques de l’esprit américain n’entraînent pas de toute façon une critique radicale de son système politique. En fait, l’admiration de Zucconi pour le système politique américain est explicite :

  • 19  Id., Il nuovo secolo americano, « la Repubblica », 31 agosto 1996.

Senza l’azione e senza la presenza di questa benedetta o maledetta America, questo XX secolo non avrebbe saputo creare, sulle rovine di tragedie immense, il massimo di prosperità, di salute e di libertà indivuduale per il massimo numero di uomini e di donne, che mai l’umanità avesse visto. Siamo dunque tutti, italiani o giapponesi, russi o thailandesi, azionisti della democrazia americana.19

24Zucconi arrive pour la première fois aux États-Unis en 1973, comme correspondant de « La Stampa », le quotidien turinois appartenant à la famille Agnelli, et assiste de l’intérieur au déroulement et au dénouement de l’affaire du Watergate. Le grand déballage lié à l’affaire représente son baptême du feu dans la capitale et dans le fonctionnement de la politique américaine. C’est à ce moment qu’il se forme cette image d’un pays capable du meilleur comme du pire, mais qui reste fier de sa capacité à renaître de ses propres cendres. Le Watergate marque l’expérience américaine de Zucconi car c’est l’événement qui lui montre les qualités majeures du système américain, surtout quand il le compare au système politique italien de la même époque, un système bloqué par le manque d’alternance, menacé par le terrorisme et l’incapacité de se rénover. Aux États-Unis, Zucconi trouve par contre une liberté absolue de la presse, une justice indépendante, une démocratie tellement solide qu’elle peut se permettre de juger publiquement et sous le feu des médias son propre président. Cette admiration pour la démocratie américaine, Zucconi l’exprimera encore vingt ans après, en 1992, avec les mêmes arguments, lors de la défaite électorale de George Bush, et de l’élection de Bill Clinton, quand en Italie sera en cours ce processus d’auto dissolution de la classe dirigeante qui prendra le nom de Tangentopoli et de Mani Pulite :

(In America) è possibile rinnovare e bonificare una democrazia senza distruggere una nazione.

  • 20  Id., Un’epoca si chiude, « la Repubblica », 3 novembre 1993 ; id., Il presidente-massaia ha sepolt (...)

In Italia, c’è voluta la magistratura per scuotere una democrazia corrotta. In America, è il sistema costituzionale che crea i cambiamenti e rinnova i gruppi dirigenti.20

25Pourtant, le système n’est pas exempt de défauts majeurs. Le principal, c’est le refus de la politique de la part d’une grande partie de la population, ce qui rend souvent fragile la légitimité des élus. Cette anti-politique des Américains qui ne votent plus (moins de la moitié des électeurs participent aux présidentielles de 1988) a ses raisons, et le portrait que Zucconi dresse de l’hypertrophie de la capitale Washington, avec sa bureaucratie pléthorique, et avec surtout la superposition de la politique et des affaires qui devient la norme, l’explique amplement. Mais à chaque élection, le miracle paraît se réaliser : de l’océan des contradictions et des défauts, le berceau de la démocratie sort rénové de l’intérieur, par sa capacité, plus forte que la médiocrité de ses hommes, à changer sa classe dirigeante.

26Au cours des presque trois décennies qu’il a passé aux États-Unis comme correspondant, Zucconi est devenu un spécialiste du système politique américain. Il a connu et décrit ses institutions et ses rouages, et il a transmis à ses lecteurs l’image d’un système complexe, dont la qualité suprême est celle de la capacité de se rénover de l’intérieur en restant toujours fidèle à ses principes. Souvent même, la force des institutions paraît transcender les individus qui la représentent. C’est le cas pour les juges de la Cour Suprême, la véritable institution sacrée de l’État, dont les neuf juges sont nommés à vie, et qui est désormais devenu « le centre de pouvoir le plus crucial » (sic) de Washington

  • 21  Id., Si fa presto…, cit., p. 201.

La storia americana insegna infatti che qualcosa di straordinario, forse uno spirito santo a stelle e strisce, piove sui giudici della Corte Suprema e li trasforma.21

27Mais l’institution qui retient le plus l’attention du commentateur politique Zucconi est de toute évidence la présidence des États-Unis. Zucconi est un véritable spécialiste des campagnes électorales. Il a suivi toutes les campagnes ou presque des vingt-cinq dernières années, en suivant la sélection progressive des candidats à travers les mécanismes des primaires, mais en restant aussi attentif à ce cirque médiatique qui les entoure et à leur côté populaire, qui révèle ce fond de l’esprit américain qui l’a le plus séduit. Et même dans ce cas, ce que Zucconi sait très bien raconter, c’est cette sorte de miracle qui fait que d’un cirque médiatique, d’un déluge de propagande et de coup bas, d’une sélection qui est téléguidée par les spécialistes de l’image, d’un système qui écarte les infimes déviations de la norme, émerge à chaque fois un choix démocratique qui permet la rénovation du système et sa pérennisation, même au-delà de la perte progressive de qualité des candidats.

28Un autre point fort du travail de Zucconi consiste dans le portrait des présidents américains, à partir du Richard Nixon blessé et aigri par l’affaire du Watergate, en passant par la panthère grise Ronald Reagan, dont la double présidence se termine entre affaires et déclin, au premier George Bush de la guerre du Golfe jusqu’au Bill Clinton des années quatre-vingt-dix, marqués par un nouveau miracle économique et financier, par la chute sensible de la criminalité et par les scandales sexuels agrémentés de mensonges et repentirs publics.

  • 22  Id., Parola di giornalista, p. 123. Le portrait de Nixon est aux pages 122-127.

29Le portrait du Nixon blessé à mort par le Watergate est mémorable : ce n’est pas le politique qui est dépeint, mais l’homme, détruit par une campagne de presse agressive et sans merci, et par le besoin du pays de trouver un bouc émissaire à l’humiliation du Vietnam. Nixon fait son apparition dans la Salle de Presse de la Maison-Blanche, un soir d’hiver, quelques mois avant sa chute : il est malade, il a peut-être bu, et il traite les journalistes avec l’arrogance d’un puissant que les journalistes ont détruit et qui sent sa fin approcher. Il menace le correspondant du « Washington Post », le journal qui a mené la campagne pour son impeachment, il insulte les autres (« rentrez chez vous avant que vos femmes s’en aillent avec le facteur »)22. Six mois après il démissionnera, et la Une du« Washington Post » reste pour Zucconi un modèle du genre, et un signe de l’essence de la démocratie américaine, par cette photo du président qui cherche l’ultime réconfort sur l’épaule de sa fille Julie, une façon pour le journal de faire la distinction entre le symbole et l’être humain, entre la lutte politique et la pietas civique.

  • 23 Ibid., p. 225.

30Dans le portrait de Ronald Reagan, Zucconi montre toute sa capacité mimétique : capable de faire prévaloir la volonté de rendre compte de l’état de l’opinion sur ses propres convictions, il lui arrive, dans le cas de Reagan, de s’identifier à la vague d’optimisme suscitée par le personnage Reagan, malgré son attitude très critique par rapport au triomphe de l’individualisme et des affaires qui marque les années quatre-vingt, qu’il considère non pas comme l’ère de « l’éthique calviniste, mais sa dégénération californienne »23. La sympathie et l’optimisme du personnage Reagan, capable d’incarner les humeurs de l’Amérique profonde, compensent toutefois en partie aux yeux de Zucconi les effets de sa politique, ce triomphe de l’individualisme et de la soif de s’enrichir qui marque l’Amérique des années quatre-vingt.

31Depuis sa victoire électorale, obtenue en 1988 avec un taux d’abstention record (50,5%), grâce à la faiblesse de son adversaire Dukakis et du parti démocrate et à la popularité de son prédécesseur Reagan, George Bush lui paraît être un président de transition, choisi par élimination des adversaires sans un véritable consensus parmi une population de plus en plus désintéressée par le jeu médiatique de la campagne électorale. Et cette intuition ne fait que se confirmer dans les années de sa présidence et lors de la campagne électorale de 1992, où Bush, malgré la chute du communisme et son incontestable victoire dans la guerre du Golfe, est battu par le jeune gouverneur de l’Arkansas William Clinton. Le personnage est incolore, et Zucconi ne se prive pas de le rappeler :

  • 24  Id.,  Serenata a George Bush, « la Repubblica », 2 février 1989.

Non è affatto la certezza che Bush sia un leader ad avere indotto l’America a celebrarlo, ma, all’esatto contrario, è proprio il terrore che egli non lo sia ad avere indotto i media a inventarlo.24

32Bill Clinton est le président qui marque les années quatre-vingt-dix. Déjà pendant la campagne électorale, Zucconi remarque son point faible, son passé sentimental et ses nombreuses relations extra-conjugales. Mais il rappelle aussi que, malgré le paradoxe d’une société permissive qui demande toutefois la rigueur morale à ses représentants, en réalité les scandales sexuels ont détruit des candidats et des congressmen (c’est le cas de Gary Hart), mais ils n’ont jamais atteint un président élu ; ils l’ont tout au plus gêné dans ses fonctions, comme ce fut le cas de John Kennedy ou de Jimmy Carter, et aussi des pères de la patrie Benjamin Franklin ou Thomas Jefferson. Ce qui sera aussi le cas pour Bill Clinton dans l’affaire Lewinski.

33D’ailleurs, ce qui importe le plus dans le cas de Clinton, qui est un président élu avec un taux élevé de présence aux urnes, contrairement à son prédécesseur Bush, est pour Zucconi le fait qu’il est le premier président de la fin de l’après-guerre froide, du retour du politique, de l’arrivée au pouvoir de la génération des babys boomers, de l’espoir dans la renaissance d’une Amérique kennedienne avec

  • 25  Id., Basta sesso e marijuana : vogliamo la politica, « la Repubblica », 6 novembre 1992.

il gusto per il servizio pubblico, l’ambizione per la responsabilità di governo, la fede nel ruolo dello stato come arbitro (non come padrone) delle iniquità sociali fra i più forti e i più deboli.25

  • 26  Id., Il pentimento dell'America : ‘forse era meglio Bush’, « la Repubblica », 28 mai 1993.

34Zucconi suit pas à pas les huit années de la double présidence Clinton, en enregistrant ses succès (le consensus, le changement de génération, le retour de l’intervention de l’État tout en respectant la liberté des marchés, la croissance économique, la guerre au Kosovo) et ses errances (ses incertitudes, ses gaffes des débuts, son image parfois brouillée). Mais on sent que Zucconi garde de toute façon une certaine indulgence envers l’homme Clinton, car ses défauts (l’incapacité de devenir adulte, l’affabulation, l’incertitude entre mariage et liberté sexuelle, entre pouvoir et contestation) sont les défauts de sa propre génération, celle qui s’est formée dans le climat de la fin des années soixante. On sent que Zucconi fait partie de la même génération et en partage les valeurs. Ce n’est pas par hasard que Zucconi qualifie Clinton de « mio coetaneo »26. Le parcours de Clinton du pacifisme de ses vingt ans à la guerre au Kosovo en 1999 est peut-être triste, mais c’est le miroir d’une génération à laquelle appartient Zucconi lui-même :

  • 27  Id., Clinton, il giorno del vincitore, « la Repubblica », 11 juin 1999.

è la parabola amara per noi di quella generazione di quanto cambi il mondo quando è guardato a vent’anni dal cortile di un’università e quando è visto a cinquanta attraverso le lenti della responsabilità.27

35Clinton est finalement un président qui incarne les valeurs et les faiblesses d’une génération, et avec elle de l’Amérique, et du monde, de la fin du XXe siècle, un président « pirandellien » tellement il est capable d’être celui que ses électeurs désirent :

  • 28  Id., Il presidente Zelig, « la Repubblica », 30 août 1996.

Bill Clinton è tutto e il contrario di tutto, e questa è la sua forza. È il nostro tempo, i nostri umori cangianti, le nostre debolezze. È il presidente più pirandelliano del XX secolo americano, l’uomo che sarà per gli elettori ciò che essi vogliono sia.28

Le peuple américain et les minorités

36Fin connaisseur de la politique des États-Unis, Zucconi l’est aussi de son peuple. Il préfère un certain type d’Amérique, cette Amérique populaire qui remplit les fêtes et les villes du plaisir et du jeu, cette Amérique vulgaire, patriotique, consommatrice, mal habillée, mais authentique et réelle, qui résiste parfois avec ses valeurs d’antan, la famille, la nature, la patrie, aux changements qui la bouleversent, et qui arrive à conserver son authenticité même dans les endroits a priori les plus irréels et factices, comme un centre commercial ou un casino de Las Vegas.

  • 29  Id., Si fa presto…, cit., pp. 46-47.

37Quelle est l’Amérique que préfère Vittorio Zucconi ? Le peuple qui envahit Indianapolis au moment des 500 miles, transpirant la bière sous ses t-shirts stars and stripes ; les millions de familles qui célèbrent les rites du pique-nique et du barbecue, qui sont désormais les seules circonstances où l’amour de la nature et la famille traditionnelle résistent face à la révolution alimentaire qui a vu disparaître la cuisine et le repas de famille, balayés par les repas d’affaires et la consommation individuelle de junk food devant la télé. Et encore, cette population bariolée qui s’enivre des lumières de Las Vegas et de Reno, où « tout est faux, donc tout est authentique », où le « mauvais goût des masses compte plus que les tics et que les désires des élites »29.

38Mais surtout, ce qui l’intéresse le plus ce sont les minorités, ces minorités ethniques, nationales, linguistiques, religieuses, qui ont fait l’Amérique : de l’amour qu’il porte au peuple américain, Zucconi en vient à étudier de plus près les composantes du melting pot, et surtout à prendre en compte ses minorités, celles qui arrivent à s’intégrer autant que celles qui vivent le drame de la marginalisation.

39Il était prévisible que la minorité qui allait le plus retenir son attention était celle des italo-américains. Zucconi dresse le portrait d’un groupe qui a pour la plupart réussi son intégration dans la société américaine : immigration de troisième ou quatrième génération, l’immigration italienne est soumise aux mêmes vagues de cycles économiques que le reste du pays, et connaît au même titre que les autres les succès, l’ascension sociale ainsi que la crise et l’échec. Exemple de la réussite, le juge de la Cour Suprême Antonino Scalia, l’un des personnages qui a le plus séduit Zucconi, un conservateur nommé par Ronald Reagan, mais qui montre cependant une grande ouverture d’esprit ainsi qu’une intelligence et une culture hors du commun. Autre exemple de réussite, le maire de New York Rudolph Giuliani, dont le nom Rudolph vient du Rodolfo de la Bohème : mère d’Avellino, grand-père petit couturier, il est maintenant le premier citoyen de New York, qui lui doit sa théorie de la « tolérance zéro ».

40Mais l’intégration signifie aussi que les immigrés font désormais partie d’un système qui est soumis à des vagues de cycles économiques rapprochés et virulents : c’est le cas des italo-américains de l’état du Texas, de ces familles Scamandro, Fazzino, Angolia, qui ont laissé la Calabre et la Sicile pour faire fortune dans les terres agricoles au nord-ouest d’Houston. Elles s’étaient considérablement enrichies en acquérant des fermes de 1000 hectares, mais à la fin des années quatre-vingt ont été touchées par la crise qui sévit dans l’ensemble du secteur agricole et craignent pour l’avenir de leur enfants, comme tout autre Américain frappé par la crise économique.

41Zucconi n’oublie pas non plus les vrais perdants du rêve américain, les noirs et les Indiens. Il enregistre l’émergence d’une bourgeoisie noire dans les villes de la côte est, et les avancées d’une classe politique noire, dont le révérend Jesse Jackson, en bonne position parmi les candidats démocratiques dans la course à la Maison-Blanche en 1988, n’est que la tête de pont : en 1989, dans les dix plus grandes villes américaines, il y avait sept maires noirs. L’Alabama reflète au mieux les contradictions et les incertitudes de ce difficile processus d’intégration : c’est ici, dans l’État qui a le plus lutté pour garder la ségrégation, qu’émergent les maires noirs, que les nouveaux leaders de la communauté se font élire dans les conseils municipaux et au Congrès, mais c’est aussi ici que le vote sur base raciale ne fait que récréer les conditions de la ségrégation, et qu’une sorte de ségrégation économique, que rend évidente la très nette séparation géographique entre les quartiers résidentiels pour les blancs et les centre-ville habités par les noirs, a pris la place de la ségrégation raciale. Donc, la réussite des uns ne peut pas cacher l’échec des autres, ni ce racisme qui reste au fond un trait caractéristique de la société américaine. Comme le lui dit une femme noire dans une église :

  • 30 Ibid., p. 134.

Ma non si preoccupi. Se mai un giorno dovessero mandare uno di noi alla Casa Bianca, lo ammazzerebbero subito.30

  • 31  Id., Gli spiriti non dimenticano…, cit.
  • 32  Id., America, il colore dell' odio,« la Repubblica », 24 mai 1990.

42Mais la minorité qui a le plus souffert de l’invasion européenne de l’Amérique et de la naissance des États-Unis est celle des Indiens. Si les bisons étaient 50 millions en 1804 et 1000 à la fin du siècle, les Indiens sont passés d’un million à 237.000 dans la même période. Marginalisation, écroulement d’un système de vie et de civilisation, perte de la terre, de l’harmonie avec la nature, de la mémoire, de l’espace vital, de l’histoire, de l’innocence et de la confiance, l’extermination des Indiens est le péché originel des États-Unis, et a marqué ses débuts ainsi que son avenir et sa conscience. Zucconi participe au travail de mémoire de la civilisation indienne avec sa biographie de Crazy Horse (1842 env.-1877), le chef sioux de la tribu Oglala, qui tint tête aux troupes nord-américaines dans l’actuel Montana dans la seconde moitié du XIXe siècle, lors des guerres indiennes. La biographie de Crazy Horse31 est sans aucun doute la recherche la plus articulée, la plus approfondie et la plus cohérente de Zucconi. C’est une façon, pour cet admirateur du système américain, d’en montrer le côté obscur, le prix payé par les anciens habitants du continent pour permettre la réalisation du rêve américain, le revers de la médaille du succès de la nation. Zucconi raconte, à travers l’histoire de Crazy Horse, l’élimination progressive du peuple indien de son propre territoire, par la ruse, le massacre, l’extermination, la traîtrise, la violence des troupes fédérales. Avec eux, le continent a perdu non seulement un peuple, mais un monde, une culture, un mode de vie. Pour Zucconi, il s’agit de rappeler quel a été le prix, en vies humaines mais aussi en compromis d’ordre éthique, de la nouvelle civilisation américaine. Et aussi de souligner que malgré les déclarations pompeuses sur l’égalité, malgré les luttes pour les droits civils, « la matrice génétique des États-Unis n’est pas l’homologation, mais la profonde diversité raciale »32.

43Sceau du racisme de la société américaine, marque de sa violence qui en constitue un élément identitaire, l’extermination des Indiens est aussi l’événement fondateur de la relation de destruction que la civilisation américaine entretient avec la nature. Derniers témoins d’un monde qui a disparu, les Indiens d’Amérique sont pour Zucconi une façon de rappeler qu’un équilibre harmonieux entre l’homme et la nature, et un ordre social juste et équilibré, ont été possibles, et que la civilisation les a détruits de façon irrémédiable.

44Cette biographie de Crazy Horse concentre beaucoup de points d’intérêt du Zucconi américain : le charme des grands espaces et de l’immensité de la nature du continent, la capacité de créer des nouvelles mythologies et des héros qui s’y rattachent, le côté obscur de la civilisation raconté à travers un personnage. Mais l’Amérique étant la métaphore du monde, l’histoire de Crazy Horse prend finalement une connotation universelle : le choc de Ta-Sunko-Uitko et des soldats bleus devient ainsi le concentré du choc entre les civilisations préindustrielles et la modernité. Les Indiens finissent donc par incarner toute la nostalgie pour les civilisations pré-modernes d’un Vittorio Zucconi presque antimoderne, qui révèle ici une conception du monde où se mélangent la condamnation pasolinienne pour la modernité, l’écologisme et même un petit résidu tiers-mondiste : l’authenticité, le rapport équilibré avec la nature, l’habileté artisanale, le sens de la communauté, la religiosité, les rites, le sens de l’honneur, des valeurs et du sacrifice des Indiens s’opposent ainsi aux défauts de la moderne civilisation industrielle, qui se caractérise par la perte du lien familial et communautaire, par sa volonté de domination des forces de la nature, par la dilution et la perversion en idéologie du sentiment religieux, par la corruption.

Une société qui change : l’Amérique comme métaphore

  • 33  Id., Si fa presto…, cit., p. 7.

Questo paese è un enorme specchio, nel quale il resto del mondo guarda se stesso cambiare e non sempre si piace.33

45Au cours de ses presque trente ans de travail en tant que journaliste aux États-Unis, Vittorio Zucconi a exploré nombre de phénomènes de société et de mentalité, en montrant la spécificité des formes de leur émergence sur le continent américain, leur caractère historique et souvent cyclique, et finalement leur façon d’annoncer des changements qui vont probablement intéresser le monde entier. C’est le cas de ses observations sur les attitudes devant le sexe, l’alimentation, le corps, le sport et sur le poids croissant des médias sur la vie quotidienne. À chaque fois, et la plupart du temps à travers des cas exemplaires, Zucconi a su montrer comment les comportements individuels sont susceptibles de révéler les continuités et, au même temps, les ruptures dans le processus de plus en plus rapide des changements des modes de vie.

46De ce point de vue, le phénomène qui a le plus retenu son attention, autant pour sa complexité que pour sa capacité à révéler des traits de la société américaine, et par conséquent du monde, est celui de la violence. Zucconi l’a regardée sous de nombreux angles différents : tout d’abord, comme une donnée propre à certaines agglomérations urbaines, comme par exemple Los Angeles. À la fin des années quatre-vingt, il a passé une nuit dans la voiture d’une patrouille de gendarmes qui était censée surveiller l’enfer urbain de Los Angeles. Il en a tiré la vision d’horreur d’une ville qui était arrivée jusqu’à imposer le couvre-feu aux mineurs, sans pour autant réussir à faire baisser les impressionnantes statistiques de la criminalité : 1500 homicides, 30.000 hold-up, 5000 viols par an. Et la désolante impression d’une dérive de la violence désormais impossible à contrôler et à réprimer.

  • 34  Id., L' America ha un po' meno paura, « la Repubblica », 7 janvier 1997 ; id., Addio alle città de (...)

47Mais la violence aussi est un phénomène historique, et pour cela même elle est soumise à une évolution et à des changements très rapides. Dix ans après sa nuit d’horreur à Los Angeles, Zucconi a enregistré l’embellie des statistiques de la criminalité dans les années de Bill Clinton à la Maison-Blanche et de Rudolph Giuliani à New York. Mais, plus que le résultat d’une politique, la baisse sensible du nombre des délits lui paraît plutôt la conséquence de certains processus socio-économiques et démographiques : la croissance, la baisse constante du chômage, la réaction des communautés, la disparition physique d’un certain nombre de criminels et le vieillissement de la population. Cependant, cette baisse, loin de lui faire retrouver cet optimisme qui marque souvent ses analyses, il lui paraît simplement l’une de ces vagues cycliques, au fond inexplicables comme les changements climatiques, qui bouleversent la société américaine, et qui peuvent se renverser dans leur propre contraire en quelques années34.

  • 35  Id., Si fa presto…, cit., p. 180

48Car « la violence est, depuis toujours, un compagnon de route du chemin américain »35. Sur ce point, Zucconi enregistre un autre paradoxe de la mentalité américaine, celui qui existe entre l’auto-représentation du peuple américain qui se vit comme un peuple pacifique et bienveillant, et la réalité d’une tradition impressionnante de criminalité collective et individuelle : du massacre des Indiens au racisme contre les noirs des états du Sud, de la guerre de Sécession au Vietnam, des milices de l’Ouest aux massacres, qui défraient la chronique de ces dernières années, perpétrés dans des écoles, des supermarchés, des bureaux de poste, par des forcenés librement armés grâce au lobby du National Rifle Association, l’histoire des États-Unis est une histoire de violences qu’une autre tradition américaine, celle de l’oubli de l’histoire, de la mémoire refoulée, efface de la mémoire collective :

  • 36  Id., Si fa presto…, cit., p. 183.

La capacità americana di dimenticare la storia, di buttare il passato come si butta un televisore esausto e « comprarsi un futuro nuovo » è sicuramente uno degli aspetti più scioccanti di questa cultura, soprattutto per noi europei che sembriamo vivere in una continuità di storia dove la strage dei protestanti ugonotti e le stragi naziste vivono, nella memoria, sullo stesso piano temporale.36

49C’est ainsi que l’on peut s’acheminer vers une conclusion sur ce rapport complexe de Vittorio Zucconi et de l’Amérique. Cette prise de distance par rapport à ce refoulement constant de l’histoire de la part de la société américaine montre bien que, malgré son attachement, poussé parfois jusqu’au mimétisme, Zucconi a gardé le regard critique de l’intellectuel européen sur une société américaine qui le séduit en même temps qu’elle le choque par les contradictions et les secousses qui l’ébranlent sans toutefois jamais en toucher les fondations.

50Le signe le plus évident de cette distance critique est sans doute l’adhésion militante de Zucconi à la campagne contre la peine de mort, d’autant plus que, après avoir traité la question sous un angle plutôt rassurant à la fin des année quatre-vingt, Zucconi a évolué, par une inquiétude grandissante, vers une position bien plus résolue dix ans après. En effet, dans Si fa presto a dire America, Zucconi paraissait vouloir minimiser le poids du phénomène par rapport à l’impact qu’il semblait avoir sur les opinions publiques des pays européens. La diffusion de la peine capitale, et le consensus qui l’entourait, lui paraissaient en effet trahir le besoin de vengeance, plus que de justice, de l’opinion d’outre-Atlantique, mais finalement Zucconi semblait convaincu que cet attachement à la peine de mort n’était qu’un phénomène violent mais éphémère, une vague dans les courants de l’opinion, destinée à ne durer que quelques années pour être aussitôt remplacée par une vague opposée, comme l’éducation permissive fut remplacée par le nouvel ordre moral.

  • 37  Quelques exemples : id., Pena di morte : l' anima sporca dell'America ; il caso, « la Repubblica »(...)

51Dix ans après, Zucconi a dû admettre que, sur ce point, il s’était trompé. Le recours à la peine capitale n’a fait qu’augmenter — 4 exécutions par semaine en 1996 — et le nombre des condamnés à mort qui attendaient leur exécution dans les couloirs de la mort était monté, en 1999, jusqu’à 3100. C’est ainsi que le travail de journaliste de Zucconi s’est enrichi d’une dimension éthique et militante qui était absente aux débuts de sa carrière. Depuis quelques années, dès que c’est possible, Zucconi relate les derniers moments de la vie des condamnés, participe au travail du deuil, reconstruit l’affaire, souligne le nombre effrayant d’erreurs judiciaires et de procès expéditifs, la superficialité de certains jugements, et le caractère souvent raciste des condamnations37.

  • 38  Id., Io, condannato a morte, « la Repubblica », 17 décembre 1996.

52L’observateur fasciné du système américain Vittorio Zucconi est ainsi devenu le témoin effrayé et éclairé de son fond violent et irrationnel, un témoin qui ne cesse de montrer l’inutilité, l’inefficacité, la perversion morale, l’horreur légale, la profonde injustice et inhumanité de la peine de mort, et ceci indépendamment de l’innocence ou de la culpabilité du condamné, et du crime qu’il a éventuellement commis : « L’avversione al patibolo è una scelta fondamentale universale di civiltà che si applica a tutti, anche ai criminali più infami, non un grido occasionale e relativo, lanciato o trattenuto secondo l’oscenità dei singoli casi »38.

Haut de page

Notes

1  M. Beynet, L’image de l’Amérique dans la culture italienne de l’entre-deux-guerres, Thèse de Doctorat d’État, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1990, 3 volumes.

2  Sur la naissance de « la Repubblica », cf. V. Castronovo, N. Tranfaglia (éd.), La stampa italiana nell’età della TV, Rome/Bari, Laterza, 1994, pp. 7-10

3  V. Zucconi, Stupri, sevizie e omicidi, ecco la 'donna cattiva, «la Repubblica», 16 novembre 1997.

4  V. Zucconi, Si fa presto a dire America, Milan, Mondadori, 19892, (Ière éd. 1988), p. 52.

5 Ibid., p. 21.

6 Ibid., p. 93.

7 Ibid., p. 32.

8 Ibid., p. 74.

9 Ibid., p. 134.

10  V. Zucconi, Storie dell’altro mondo. La faccia nascosta dell’America, Milan, Mondadori, 20002 (Ière éd. 1997).

11  Id., L'incubo americano di Kimberly l' accattona, « la Repubblica », 11 février 1992.

12  Id., Parola di giornalista, Milan, Rizzoli, 1990, p. 223.

13  Id., Gli spiriti non dimenticano. Il mistero di Cavallo Pazzo e la tragedia dei Sioux, Milan, Mondadori, 1996.

14  Id., Si fa presto…, cit., p. 32.

15 Ibid., p. 37-38.

16 Ibid., p. 68.

17 Ibid., p. 121.

18 Ibid., p. 126.

19  Id., Il nuovo secolo americano, « la Repubblica », 31 agosto 1996.

20  Id., Un’epoca si chiude, « la Repubblica », 3 novembre 1993 ; id., Il presidente-massaia ha sepolto il reaganismo, «la Repubblica», 19 fév. 1993.

21  Id., Si fa presto…, cit., p. 201.

22  Id., Parola di giornalista, p. 123. Le portrait de Nixon est aux pages 122-127.

23 Ibid., p. 225.

24  Id.,  Serenata a George Bush, « la Repubblica », 2 février 1989.

25  Id., Basta sesso e marijuana : vogliamo la politica, « la Repubblica », 6 novembre 1992.

26  Id., Il pentimento dell'America : ‘forse era meglio Bush’, « la Repubblica », 28 mai 1993.

27  Id., Clinton, il giorno del vincitore, « la Repubblica », 11 juin 1999.

28  Id., Il presidente Zelig, « la Repubblica », 30 août 1996.

29  Id., Si fa presto…, cit., pp. 46-47.

30 Ibid., p. 134.

31  Id., Gli spiriti non dimenticano…, cit.

32  Id., America, il colore dell' odio,« la Repubblica », 24 mai 1990.

33  Id., Si fa presto…, cit., p. 7.

34  Id., L' America ha un po' meno paura, « la Repubblica », 7 janvier 1997 ; id., Addio alle città del terrore, « la Repubblica », 24 novembre 1998.

35  Id., Si fa presto…, cit., p. 180

36  Id., Si fa presto…, cit., p. 183.

37  Quelques exemples : id., Pena di morte : l' anima sporca dell'America ; il caso, « la Repubblica », 8 novembre 1999 ; id., Caino e Abele davanti al boia ; a morire sarà il fratello buono, « la Repubblica », 8 octobre 1999 ; id., Due siringhe per Oliver e Keith ; il boia del Texas non si ferma, « la Repubblica », 11 août 2000.

38  Id., Io, condannato a morte, « la Repubblica », 17 décembre 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°5, Italie et Etats-Unis. Interférences culturelles, 2001.

Référence électronique

Claudio Milanesi, « Contrastes et métaphores. Les États-Unis de Vittorio Zucconi », Italies [En ligne], 5 | 2001, mis en ligne le 09 octobre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/2046 ; DOI : 10.4000/italies.2046

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org