Navigation – Plan du site
Routes parallèles, chemins croisés

Syntaxe et prosodie en italien et en anglais

Sophie Saffi
p. 211-234

Résumé

L’observation de la syntaxe et de la prosodie en anglais, français et italien, fait apparaître des différences qui relèvent du fonctionnement de ces langues à la fois proches – toutes trois appartiennent à la famille européenne et ont abandonné la flexion – et différentes quant à la répartition du rôle informatif imparti à la morphologie, à la syntaxe et à la prosodie. Une étude de l’accentuation soulignant le rôle de l’accent – marqueur de l’apport sémantique –, suivie d’un exposé sur la ou les possibles positions de l’adjectif et leurs conséquences sémantiques dans le discours de ces trois langues, nous conduit à relier les variations relevées à une construction du mot différente dans les trois langues. En français, le mot est pris comme un bloc sémantique inanalysable et l’accent tombe régulièrement à la fin d’un mot, ou d’un groupe de mots, et coïncide ainsi avec la fin du sémantème ; une syntaxe semi-rigide aide au déchiffrage du message. En anglais, la syntaxe est rigide et c’est la prosodie qui prend le relais. Le mot anglais est homogène, tout comme le mot français, mais le locuteur anglais a conscience de construire les sémantèmes, c’est pourquoi il jalonne d’accents le parcours d’élaboration du sémantème. Le mot italien est hétérogène, il contient encore une part des informations morphologiques. La frontière finale du sémantème est mobile à l’intérieur du mot, et avec elle l’accent qui la marque. Le locuteur italien a conscience de construire ses mots et, comme son homologue anglais, il emploie le déplacement de l’accent pour en faciliter la compréhension. Dans le système italien, le partage du rôle informatif s’équilibre entre une syntaxe souple, un accent mobile et une morphologie de mot.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Quand un francophone s’essaie à la langue de Shakespeare ou à celle de Dante, il rencontre deux écueils similaires : la syntaxe et la prosodie. Dans les deux langues, l’ordre des mots de la phrase n’est pas exactement le même qu’en français bien qu’il s’en rapproche, ainsi la place de l’adjectif n’est pas souvent celle que le locuteur français lui attribuerait naturellement, ce qui donne lieu à de malencontreuses modifications du sens et à de fâcheux malentendus. De plus, ces deux langues possèdent un accent “nomade” dont la localisation relève, pour le malheureux francophone, de la prévision météorologique. Nous allons tenter de présenter ici les raisons du calvaire du locuteur français qui tente de s’exprimer dans la langue de ses voisins. Elles relèvent du fonctionnement du système de ces langues à la fois proches – toutes trois appartiennent à la famille indo-européenne – et différentes quant à la répartition du rôle informatif imparti à la morphologie, à la syntaxe et à la prosodie. La difficulté de l’exposé réside dans la proximité et non dans l’éloignement de ces trois systèmes, les différences flagrantes dans la construction du discours sont induites par de légères différences dans le système de langue sous-jacent et ce sont ces nuances que nous allons mettre en lumière. Nous montrerons ainsi l’équilibre fonctionnel institué, dans ces langues, entre morphologie, syntaxe et prosodie.

L’accent d’intensité des langues romanes : un marqueur frontalier de l’apport sémantique

  • 1  Sophie Dubail-Saffi, La place et la fonction de l’accent en italien, Thèse de Doctorat, Université (...)

2La résolution du problème du positionnement de l’accent est liée à celle de la construction du mot. De l’indo-européen aux langues romanes, en passant par le latin, les différents systèmes de langues qui se sont succédé ont dû résoudre le problème de l’identification du mot. La compréhension du message nécessite la lisibilité des diverses étapes de l’encodage. Ces jalons, posés le long de la dynamique constructrice du mot et de la phrase, sont les accents qui ponctuent chaque frontière sémantique. La confirmation de ce rôle de marqueur frontalier réside dans les déplacements de l’accent qui ont suivi fidèlement, tout au long de l’évolution historique qui mène du latin aux langues romanes, les changements de frontière sémantique : de l’accent mélodique de l’indo-européen holophrastique à l’accent initial d’intensité de l’italique, de l’accent mélodique associé au rythme quantitatif du latin du IIIe s. av. J-C à l’accent d’intensité du latin vulgaire et des langues romanes1, la prosodie s’adapte aux transformations du sémantème. Ce qui s’esquisse en latin va se préciser avec l’italien et le français, le mouvement d’antéposition de la morphologie (création d’articles, de prépositions, etc. et disparition progressive de la flexion) se poursuit et l’accent marque toujours la fin de l’apport sémantique. Le sémantème se termine parfois avec le mot en italien (città, virtù), cette correspondance est générale en français où l’accent marque la fin du mot.

  • 2  Il convient de définir les différentes saisies que la pensée peut opérer sur le système langagier (...)

3Du latin aux langues romanes, la saisie lexicale s’est progressivement rapprochée de la saisie radicale2.

  • 3  Paul Garde, L’accent, Paris, PUF, 1968, pp. 28 et 124.
  • 4  Maurizio Dardano, La formazione delle parole nell’italiano di oggi, Roma, Bulzoni, 1978, pp. 87, 9 (...)
  • 5  Pour un développement exhaustif et l’explication de nombreux exemples, voir Sophie Dubail-Saffi, o (...)

4Sur le mouvement ascendant de l’acte de langage, plus la saisie lexicale est précoce, plus la flexion du nom est réduite. En français (saisie lexicale précoce), le mot ne contient généralement plus de morphologie, il est dégagé de la forme et consacré au sens. Par contre, en italien (saisie lexicale plus tardive), le mot possède généralement une désinence grammaticale indiquant le genre et le nombre (la casa, le case ; la maison, les maisons – prononciation du substantif français identique dans les deux cas malgré la différence de graphie). Ainsi de façon générale, la fin du sémantème correspond en français à la fin du mot, mais en italien, elle est intérieure au mot. Or le français possède un accent sur la syllabe finale du mot, alors que l’italien a un accent qui tombe généralement sur une syllabe médiane (casa, case ; maison, maisons). Si l’on considère l’accent comme le marqueur de la frontière sémantique, la distinction entre accent fixe et accent libre3 ne tient plus. L’accent italien est aussi bien fixé sur cette limite sémantique que son homologue français. La différence ne réside pas dans le système accentuel mais dans la construction du mot. Quand un suffixe sémantique vient s’ajouter au radical, l’accent se déplace pour suivre la frontière finale de l’apport sémantique (fuso, fusello, fusellato, fusellatura)4. Par contre, quand c’est la désinence morphologique qui est exceptionnellement longue, comme dans uomini, viragini, l’accent reste sur la dernière syllabe sémantique (uomo, virago). Dans certains mots, l’accent est déplacé pour préserver le message sémantique d’une lecture erronée. Ainsi dans sabato, la syllabe -ba- fait partie du radical et ne joue aucun rôle morphologique, mais si l’accent tombait sur cette syllabe, il y aurait un risque d’analyse faussée du mot sur le modèle de cantato, amato. Pour éviter à ce substantif d’être pris pour le participe passé d’un hypothétique verbe *sabare, l’accent est déplacé. Il ne marque plus la fin matérielle de la sémantique, son inhabituelle position antépénultième – l’accent italien tombe généralement sur la pénultième, la dernière syllabe étant morphologique – indique un refus d’analyse du message sémantique sur le modèle courant : procédure d’évitement de la lecture d’un diminutif (asino, femmina, articolo, epiteto, impeto) d’un augmentatif (demone), d’un suffixe de transformation (mogano, oceano, fenomeno, arista, giudice, ascaro, baratro, Laura), d’un comparatif (Ettore, folgore), etc.5 Dans tous les cas, la position de l’accent ponctue au mieux l’apport sémantique et guide l’interlocuteur pour un déchiffrage performant du message.

Hiérarchie accentuelle et intonation en italien et en français

5La grande différence entre les systèmes prosodiques italien et français est le mode de hiérarchisation des apports sémantiques soulignés par l’accent. Nous allons montrer que cela est dû aux modes de construction du mot – et donc de la phrase – différents dans ces deux langues, l’intonation se construisant à partir du matériel accentuel, comme la phrase à partir des mots.

  • 6  Mario Rossi et Pierre Antonetti, Précis de phonétique italienne, Aix-en-Provence, La Pensée Univer (...)
  • 7  Paul Garde, op. cit., pp. 61 et 94-95. Et avec lui : Mario Rossi, Le français, langue sans accent  (...)

6En apparence que voyons-nous ? En italien, l’accent principal se distingue de l’accent secondaire. D’après M. Rossi et P. Antonetti, la répartition des groupes intonatifs en fonction du nombre d’accents est la suivante : 1 accent (42%), 2 accents (52%), 3 accents (5,7%) et 4 accents (0,3%)6. En français, l’accent semble complètement dépendant de l’intonation. Selon Paul Garde, l’intonation de phrase inhibe les procédés accentuels positifs et le mot perd son accent7.

7Cette dissemblance de surface correspond à une structure phrastique basée sur des composants différents. Le français construit sa phrase avec des éléments quasiment invariables, c’est l’ordre d’intervention des éléments, et les prépositions qui les relient, qui en définissent les modalités d’emploi. En italien, les éléments de construction de la phrase portent déjà une part de cette information dans leur désinence. Cependant, nous avons dit précédemment que, lors de l’évolution du latin à l’italien, une part de l’information concernant les conditions d’emploi des éléments, a été transférée sur les prépositions et l’ordre des mots. Ainsi, la situation italienne est une répartition de l’information des modalités d’emploi du mot : cette information est véhiculée à la fois par le mot, par les prépositions et par la syntaxe. Le mot français possède une grande liberté d’emploi car c’est la syntaxe qui, en grande partie, définit son état de mot-en-effet. Le mot italien contient déjà en puissance une part d’information sur l’emploi auquel il peut être destiné, ses possibilités d’effet sont donc plus limitées (un sale gosse / un bambino terribile, un gosse sale / un bambino sporco). En contre partie, le locuteur italien joue plus librement sur la construction du mot (l’adjectif français petit a un champ d’application plus large que l’adjectif italien piccolo, mais l’italien emploie de nombreux diminutifs que le français a délaissés). Or, dans tout système, la répartition entre la syntaxe de phrase et la morphologie de mot s’équilibre proportionnellement. Le développement de l’une entraîne automatiquement la réduction de l’autre et vice versa.

8En français, les informations de conditions d’emploi arrivent lors de la saisie phrastique, quand, en italien, elles ont déjà commencé à se définir lors de la saisie lexicale. L’intonation étant un phénomène phrastique et l’accent un phénomène lexical, certains linguistes considèrent – à tort – l’accent français sans effet puisqu’en apparence soumis à l’intonation. Mais bien que la hiérarchie accentuelle soit effectivement un phénomène intonatif, les accents étant les éléments constitutifs que la mélodie intonative organise, cela ne veut pas dire que l’intonation décide de l’existence ou de la position de ces accents.

  • 8  Mario Rossi et Pierre Antonetti, op. cit., p. 81.

9Dans l’exemple italien fourni par M. Rossi et P. Antonetti8 et reproduit ci-après en annexe – « ci sono spesso delicate e dolorose vicende umane » –, chaque frontière sémantico-morphologique est marquée par un accent : spess-o, delicat-e, doloros-e, vicend-e, uman-e. L’information grammaticale récurrente ne doit pas couper la dynamique du sens qui se développe dans la phrase, sous peine de désunir celle-ci. L’accent principal intervient quand cette dynamique du sens peut et doit être interrompue. Après l’accent secondaire de delicate, on attend la suite, mais après l’accent principal de dolorose, on sait qu’un bloc sémantique est formé. Les influences qu’il pourra subir ne pourront l’affecter que dans sa totalité, et il ne pourra lui-même être influent qu’en tant que bloc, ensemble d’éléments, les éléments le constituant ne pouvant plus, dès lors, agir isolément. Ce bloc sémantique va continuer à évoluer avec l’apparition de vicende, lui-même transformé par umane. L’élément umane influe sur vicende dont l’introduction dans le discours était déjà conditionnée par delicate e dolorose, mais delicate n’influe pas tel quel sur vicende, c’est le bloc delicate e dolorose qui agit sur le bloc vicende umane. La chute de la fin de phrase crée un autre ensemble regroupant les blocs. Ainsi, la phrase suivante transformera le sens de l’ensemble des blocs mais ne pourra pas agir sur un bloc isolé, encore moins sur un élément particulier.

10Dans cet exemple, les trois groupes intonatifs sont déterminés par les accents principaux. Mais les fonctions de l’accent et de la mélodie intonative ne sont pas les mêmes : l’accent sert au marquage de la sémantique, l’intonation organise cette sémantique. L’italien, pour protéger le sémantème d’un mot d’une analyse erronée, déplace l’accent. L’intonation, se servant des accents comme sommets, doit alors se déplacer. C’est bien l’intonation qui est soumise à l’accentuation, tout comme la construction de la phrase est dépendante de celle du mot, car les accents forment les sommets intonatifs, comme les mots forment la phrase. L’accent est en puissance un marqueur de frontière sémantique, une fois qu’il entre dans l’organisation intonative, il va devenir le marqueur de la limite sémantique d’un élément, d’un bloc ou d’une phrase. Tout comme le mot qui, en puissance, a diverses possibilités d’effet, l’accent d’un même mot, selon la position de ce mot dans la phrase – et donc selon la phrase – sera accent secondaire ou principal.

11L’exemple de M. Rossi et P. Antonetti, nous montre que la mélodie intonative se déplace sur la hauteur : quand un bloc est déterminé mais qu’un autre suivra (sommet de phrase affirmative ou négative, fin de phrase interrogative), il y a une montée vers l’aigu ; quand le dernier bloc est déterminé et avec lui l’ensemble de la phrase (fin de phrase affirmative ou négative), il y a une chute vers le grave. Cependant, l’accent, dont la fonction est démarcative, n’est pas affecté dans son contraste par ces différentes directions. L’accent de umane est un accent principal au même titre que ceux de dolorose et spesso.

12En français, comme en italien, l’accent principal marque la fin de l’apport sémantique d’un groupe de mots. Mais le français n’a pas d’accent secondaire parce que cet apport sémantique n’est pas entrecoupé par des informations morphologiques, celles-ci sont généralement regroupées dans une particule antéposée (article, partitif, démonstratif, etc.).

13ex. : il y a souvent // de délicates et douloureuses // aventures humaines.

14Avec la diction parisienne, il n’y a pas d’interruption du message sémantique entre délicates et douloureuses, la syllabe finale de délicates n’étant pas prononcée, un seul accent suffit [dədelicateduluRɸz].

15Avec la diction marseillaise, l’accent secondaire réapparaît sur délicates ainsi que la syllabe finale et la liaison “z” avec le mot suivant matérialisant la morphologie plurielle de l’adjectif [dədelicatəzeduluRɸz]. On est dans une situation “à l’italienne” qui s’explique par le substrat provençal.

16On remarquera dans tous les cas la morphologie finale de l’adjectif douloureuses. En français, le mouvement d’antéposition de la morphologie n’est pas aussi abouti qu’en anglais, nous y reviendrons.

17L’accent français n’est ni plus ni moins soumis à l’intonation que son confrère italien. C’est sa hiérarchisation qui n’est pas toujours visible, le message morphologique n’interrompant pas le message sémantique. L’italien présente un cas “à la française” avec l’adjectif bello : quand il est antéposé à un substantif masculin singulier, il peut perdre sa morphologie finale, et du même coup son accent (un bambino bello / un bel bambino). Dans le premier exemple, la hiérarchie des accents est nécessaire pour unir les deux sémantèmes bambin- et bell- en un même bloc ; dans le deuxième exemple, un seul accent suffit puisqu’il n’y a pas de rupture du message sémantique belbambin-. En français, la hiérarchie des accents principaux et secondaires peut être réintroduite par l’emphase, l’emploi d’un accent d’insistance en début de mot bouleversant le schéma intonatif habituel (C’est colossal ! [sɛ kkOlosal] C’est abominable ! [sɛtabbOminabl]).

18Avec l’accent d’insistance, le français réintègre momentanément dans son système, non seulement la hiérarchie des accents – l’accent habituel du mot concerné devenant secondaire – mais aussi les géminées. L’accent d’insistance va jouer le rôle d’accent principal puisqu’il souligne la partie sémantique la plus importante de toute la phrase, mais pour que l’organisation qui a précédé cet accent ne soit pas détruite, elle en est séparée et protégée par des géminées.

19Enfin, la différence de message entre a) un chAt et b) UN chat !

20est matérialisée par un bouleversement des informations syntaxiques dû à l’intervention d’informations intonatives : dans le premier cas, un n’est pas accentué, c’est un article indéfini qui introduit le mot chat dans le discours ; dans le second cas, un est un numéral qui est porteur de l’information sémantique principale, il est donc marqué par un accent d’insistance.

21La distinction généralement admise entre accent principal et accent secondaire ne transforme pas la fonction de l’accent. Qu’il soit principal ou secondaire, il délimite toujours les différents apports sémantiques au sein de la phrase. La hiérarchisation de ces apports de sens est opérée par deux facteurs : d’une part, la distribution sur la mélodie intonative des accents, d’autre part, l’ordre d’apparition de ces apports sémantiques. Ces deux procédés s’équilibrent selon le mode de construction de la phrase, et donc, selon le mode de construction du mot. La hiérarchisation des apports de sens va déterminer leur condition d’emploi dans la phrase. Or, cette fonction a tout d’abord été remplie par la flexion en latin, puis dans les langues romanes par les prépositions et autres particules, et la syntaxe. Ainsi, dans une langue où la syntaxe est très importante, l’ordre des mots va prédominer et la hiérarchisation des accents sera peu employée, c’est le cas du français. Dans une langue où la morphologie de mot existe encore, la syntaxe sera proportionnellement moins active, la hiérarchie accentuelle sera préférée à l’ordre des mots, c’est le cas de l’italien.

Construction du mot et prosodie en anglais

22Quand on observe l’évolution de l’acte de langage du latin au français, on voit la saisie lexicale se rapprocher de la saisie radicale et devenir ainsi de plus en plus précoce. De ce fait, l’espace de construction en langue diminue en faveur d’une augmentation proportionnelle de l’espace de construction de discours. C’est un mouvement évolutif que l’on retrouve, à un stade plus ou moins avancé, dans toute la famille des langues indoeuropéennes.

  • 9  Alvaro Rocchetti, De l’indo-européen aux langues romanes : une hypothèse sur l’évolution du systèm (...)

On s’achemine ainsi peu à peu vers un type de langue que l’anglais, le roumain (pour le domaine verbal) ou le français (pour le domaine nominal) préfigurent déjà partiellement. La distinction du nom et du verbe ne se fait plus dans le mot ni même par une désinence qui s’y rattache. Elle est reportée sur des particules indépendantes qui finissent par exprimer, à elles seules, toutes l’architecture formelle aussi bien du nom que du verbe. Toutes les matières notionnelles pourront alors recevoir soit des particules nominalisantes, soit des particules verbalisantes (ex. anglais the love, to love, I love, You love, etc. ; français le fait, les faits, je fais, tu fais, j’ai fait, que j’aie fait, etc.).9

23La saisie lexicale de l’anglais est précoce. Le système de cette langue possède une syntaxe forte. Ainsi, l’adjectif anglais se rapporte uniquement au nom qu’il précède. Contrairement aux systèmes italien et français, au sein desquels la position antéposée ou postposée de l’adjectif joue un rôle sémantique mais où il n’y a pas de différence grammaticale dans la relation adjectif-nom selon l’antéposition et la post-position, et où la proximité du nom suffit à déterminer que ce dernier est le nom auquel l’adjectif se rapporte. Et pourtant, la hiérarchisation des accents joue un rôle important en anglais.

  • 10  Alain Nicaise et Mark Gray, L’intonation de l’anglais, Paris, Nathan Université, 1998, p. 38.

24L’intonation contribue à l’interprétation des énoncés, elle met en jeu des unités en nombre fini organisées en système : les mélodies sont composées de tons haut, bas et moyen. Chaque mélodie a une valeur qui est utilisée pour produire des effets de sens qui peuvent être nombreux et variés10.

25L’anglais met en relief la syllabe accentuée de chaque mot apportant un nouvel élément d’information. Dans la pratique cela veut dire que les mots lexicaux reçoivent un accent de phrase, tandis que les mots grammaticaux n’en reçoivent pas. Il est logique, dans un tel système, que même les mots lexicaux ne soient pas accentués s’ils n’apportent pas de nouveaux éléments d’information ; c’est le cas, notamment, de mots ou de concepts répétés dans une même séquence.

26Exemple : John’s recently bought himself a car, and Peter’s got a new one too.

27Accents sur : John, recently, bought, car, Peter, too.

  • 11  Le Robert & Collins, Dictionnaire français-anglais, english-french, p. XXV.

28Absence d’accent sur : ‘s got a new one, qui n’apporte aucun nouvel élément d’information et pourrait être supprimé : (and Peter, too.)11

29Alain Nicaise et Mark Gray examinent le cas de l’exemple : Bob gave a book to Charlie.

  • 12  Alain Nicaise et Mark Gray, op.cit., pp. 56-57.

[...] cette réalisation peut correspondre à une focalisation large. On peut imaginer cet énoncé venant en réponse à la question What happened at meeting yesterday ? En revanche, si la proéminence nucléaire est placée ailleurs que sur Charlie, tous les éléments qui se trouvent à droite de la syllabe qui porte cette proéminence seront interprétés comme “donnés”, comme de l’information ancienne. Ainsi : Bob gave a book to Charlie serait énoncé dans un contexte où to Charlie fait partie du stock des connaissances présupposées communes aux participants à la conversation.12

30Ils précisent que la même phrase, énoncée en réponse à la question Who gave a book to Charlie? qui présuppose que quelqu’un a donné un livre à Charlie, serait prononcée avec la proéminence nucléaire sur Bob (Bob gave a book to Charlie) car ce serait la seule information nouvelle.

  • 13  Ibidem, p. 43.

31Cependant, schéma accentuel et mélodie étant interdépendants, les accents de mot jouent un rôle fondamental dans le découpage syntaxique et peuvent contribuer à la construction du sens des énoncés13. D’une part, ils sont le support sur lequel s’appuie l’intonation, et d’autre part, le schéma accentuel d’un mot isolé est amené à varier selon la place et la fonction du mot dans la chaîne parlée et en fonction de la courbe mélodique de l’énoncé.

  • 14  Ibidem, p. 22.
  • 15  Ibidem.

32On distingue dans le mot isolé une ou plusieurs syllabes accentuées : l’accent principal et le ou les accents secondaires. L’accent principal du mot isolé peut devenir, au sein d’une phrase, une proéminence nucléaire, c’est-à-dire le début d’un changement mélodique. Le placement de la proéminence nucléaire pose problème au locuteur français qui a tendance à reproduire le schéma français et à toujours placer celle-ci sur la dernière syllabe de l’énoncé en l’accompagnant d’une chute mélodique14. En anglais, la proéminence nucléaire peut occuper une position finale dans un énoncé hors contexte : c’est le choix par défaut (he was an extremely accomplished muSIcian). Mais cette proéminence peut être portée par une syllabe située beaucoup plus tôt dans l’énoncé (Question : was he an accomplished musician ? Réponse : he was an exTREMely accomplished musician).15 On a vu que l’information qui suivait la proéminence nucléaire était déjà connue.

33En ce qui concerne l’accent de mot, il tombe souvent sur la première syllabe (commerce, Italy, centre). On le trouve aussi sur la pénultième (information) et l’antépénultième (economy), mais beaucoup plus rarement sur la syllabe finale (engineer).

  • 16  Michel Ginesy, Phonétique et phonologie de l’anglais, Paris, Ellipses, 2000, p. 45.

L’origine de l’anglais (germanique et latine à travers le français) explique peut-être la structure accentuelle de cette langue. Dans les langues germaniques, l’accent tend à remonter vers le début du mot. En français, c’est plutôt l’accent final qui est privilégié. L’anglais a trouvé une solution de compromis. Dans les mots de plus de deux syllabes, une fois la décomposition faite, le schéma accentuel est soit /100/ [accent sur l’antépénultième] (schéma dominant), soit /10/  [accent sur la pénultième]. Peu de mots sont accentués sur la finale. Un tel accent est souvent la marque d’une structure étrangère (française le plus souvent).16

  • 17  Accent sur l’antépénultième : -itive (competitive), -itude (attitude), -grapher (photographer), -g (...)

34Il existe des terminaisons qui sont contraignantes sur le plan accentuel, ce sont les suffixes forts qui déterminent un schéma accentuel fixe. Par exemple, la présence du suffixe -ic (ics) permet de prévoir la position de l’accent sur la pénultième (economics), celle du suffixe -ity l’accent sur l’antépénultième -ity (sincerity)17.

35Si plusieurs suffixes sont associés dans un même mot, la terminaison forte la plus à droite est dominante et impose son schéma rythmique.

  • 18  Paul Larreya et Jean-Philippe Watbled, Linguistique générale et langue anglaise, Paris, Nathan Uni (...)

On notera que certains affixes causent une modification phonologique de la base à laquelle on les ajoute, alors que d’autres laissent cette base intacte. Lorsque la base est modifiée, il peut s’agir d’un déplacement d’accent et/ou d’un changement de phonème. Comparez par exemple les différences accentuelles et vocaliques entre demon et son dérivé demonic [...] En revanche, si on ajoute le préfixe un- ou le suffixe -ness à une base, celle-ci reste intacte : unlikely (base = likely), nervousness (base = nervous).18

36En effet, en anglais, si un mot est une dérivation et non un radical pur, selon le type de dérivation le schéma accentuel peut être modifié : si la dérivation est transparente, il n’y a pas de changement ; mais si la dérivation est opaque, l’accent est déporté.

  • 19  Michel Ginésy, Phonétique et phonologie de l’anglais, Paris, Ellipses, 2000, p. 46.

Une dérivation est transparente si le mot de départ est directement reconnaissable, sans aucun changement autre que ceux autorisés par les règles d’orthographe. Ainsi illusory est transparent par rapport à illude. [...] repairable est transparent par rapport à repair, mais reparable est opaque [...] De même, prevalence est opaque par rapport à prevail. Une dérivation est opaque quand le mot de départ n’est pas entièrement récupérable mais aussi quand le suffixe rajouté est un suffixe fort ou bien un suffixe non neutre. En d’autres termes, quand le mot est indécomposable (un suffixe fort ou non faible ne peuvent pas être retirés).19

37Il en va de même pour les préfixes. Les préfixes peuvent être détachables (exemple français : re- dans refaire) ou non détachables (ré- dans répliquer) :

  • 20  Ibidem, p. 47.

En français, quand il ne sont pas détachables, ces préfixes n’ont pratiquement pas d’incidence sur la réalisation du mot et, en général, on ne se préoccupe pas de leur existence. Ce n’est pas le cas en anglais. De nombreux mots ont la même structure en anglais et en français mais leur comportement accentuel est différent.20

38Si le préfixe est non détachable, l’anglophone l’ignore, le mot est traité comme un mot non préfixé, l’accent est en début de mot (sojourn qui contient sub- > so-). Si le préfixe est détachable, il est non accentué (active, overactive ; intend, superintENdant).

39L’accent anglais se comporterait donc comme son homologue italien : il est déplacé quand l’analyse du mot en ses différents composants devient impossible, soit parce que la dérivation n’est plus perceptible (situation anglaise, reparable, prevalence), soit parce que la similitude phonologique d’un élément du sémantème avec un autre composant sémantique ou morphologique souvent employé pourrait mener l’interlocuteur sur la voie d’une fausse interprétation (situation italienne, sabato, femmina). Une différence cependant : l’accent italien est toujours repoussé sur la gauche, vers le début du mot, alors qu’en anglais, l’accent peut être déplacé aussi bien vers la gauche, comme nous venons de le voir, que vers la droite avec l’ajout d’un suffixe fort (Italy / italian).

40On remarque que si l’accent de mot, en anglais, ne marque pas la fin du message sémantique comme dans les langues romanes, il sert au déchiffrage de la construction du sémantème en marquant la frontière entre plusieurs constituants (photo/grapher, photo/graphy, bio/logy) ou en soulignant la présence d’affixes particuliers. Il ponctue au mieux l’apport sémantique en prenant la position la plus “rentable” pour reprendre le terme d’André Martinet pour l’analyse et la compréhension du message. Les systèmes anglais et l’italien jouent sur le déplacement de l’accent pour guider cette lecture du message sémantique, mais l’anglais affine le guidage en apportant une nuance selon que le déplacement se fait à gauche ou à droite. Si l’accent est déporté à gauche, l’analyse du mot est refusée, c’est la stratégie d’évitement qu’emploie aussi l’italien. Si l’accent est déporté à droite, c’est au contraire pour souligner un nouvel apport, le suffixe fort étant presque considéré comme une entité à part. On retrouve le jeu du déplacement de l’accent dans les mots composés :

  • 21  Ibidem, p. 56.

[...] la très grande majorité des noms composés [90%] sont, contrairement à la tendance française, accentués à gauche, c’est-à-dire sur le premier élément de la composition. Le glissement accentuel à droite a pour effet de faire percevoir deux mots distincts.21

41Ainsi blackbird (merle) est un composé qu’il faut distinguer de la suite adjectif + nom black bIrd (oiseau noir).

  • 22  « Il existe environ 400 mots anglais comportant 3 accents, par suite de la présence d’un préfixe s (...)

42Quand un accent est déplacé suite à une construction du sémantème, c’est-à-dire à un ajout d’information sémantique par le biais d’affixes, il reste à sa place initiale un accent secondaire. On peut dire qu’en anglais la hiérarchisation des accents a un rôle d’indicateur, de balise de la construction du sens, aussi bien dans la phrase que dans le mot. Et cela se vérifie aussi dans les mots comportant plus de deux accents22.

43Le locuteur francophone est perturbé par l’accentuation italienne ou anglaise car, dans son système de langue, la position de l’accent étant régulière et récurrente, ce n’est pas un indicateur à fort potentiel informatif. Il n’a donc pas l’habitude d’y porter une attention particulière. Les nuances de la construction du sens sont surtout lisibles dans l’ordre des mots de la phrase, comme nous allons le voir maintenent avec la syntaxe de l’adjectif.

Syntaxe de l’adjectif en français en italien et en anglais

44Dans le langage, il y a, partout et toujours, apport de signification et référence de l’apport à un support. Un mot est un apport de signification et il se destine un support. La relation qui s’établit entre l’apport et son support est régie par le mécanisme d’incidence. Or, l’ordre des mots au sein de la phrase ou du syntagme est conditionné par ce même mécanisme d’incidence.

  • 23  Annie Boone et André Joly, Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris/Montré (...)

45L’incidence est soit interne, soit externe. Elle est interne lorsque l’apport et le support ne peuvent être dissociés. C’est le cas du substantif. L’incidence est externe quand l’apport et le support de signification sont dissociés et que le support est pris en dehors du mot-apport de signification. L’incidence externe est dite de premier degré lorsqu’elle se fait à un support possédant lui-même une incidence interne. C’est le cas le l’adjectif incident au substantif : dans un enfant intelligent, intelligent est incident à enfant. L’incidence externe est dite de second degré lorsqu’elle opère indirectement à l’endroit d’un mécanisme d’incidence en fonctionnement. C’est le cas de l’adverbe dans un enfant très intelligent, très est incident à l’incidence de intelligent à enfant23.

46En français, la syntaxe permet à l’adjectif d’être antéposé ou postposé à son support. Mais cela ne va pas sans conséquences sémantiques, résultat d’un glissement de l’incidence de l’adjectif.

  • 24  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1946-47 série C, publiées par Roch Valin, P.U. Lille, P. (...)

Une chose est de dire : un homme curieux, et une autre : un curieux homme. Un homme curieux, c’est un homme qui montre de la curiosité. Un curieux homme, c’est un homme singulier quant à son comportement, sa manière de vivre d’agir. Autrement dit un homme curieusement homme : l’adjectif, passant, par position, d’une incidence de premier degré à une incidence de second degré, suffisamment précoce, s’est adverbialisé.24

47Dans un homme curieux, curieux est directement incident au substantif homme, mais dans un curieux homme, curieux interfère dans la relation qui s’établit entre l’article et le substantif au sein du syntagme un homme, il est donc indirectement incident à l’incidence de un à homme.

  • 25  Op. cit., p. 124.

48Gustave Guillaume donne de nombreux autres exemples : « Une folie apparente, c’est une folie qui se traduit par des signes évidents. Une apparente folie, c’est une folie simulée, qui n’en est pas une : une contrefaçon de la folie. »25 C’est quelque chose qui est apparemment de la folie.

  • 26  Ibidem.

Un bel homme, une belle femme se rapportent à des traits de corpulence, de prestance : il s’agit d’une manière corporelle d’être un homme ou une femme ; autrement dit, afin de souligner l’adverbialisation de l’adjectif, du fait d’être bellement homme ou bellement femme./.../ Tandis qu’avec l’adjectif postposé au substantif, l’idée même de beauté se trouve directement mise en cause. Un homme beau, une femme belle signifient un homme ou une femme à qui la beauté a été dévolue, sans qu’il s’agisse, limitativement, de corpulence humaine, ou de prestance.26

49Ainsi, pour exprimer la beauté de l’âme d’un individu, il faut que le concept même de personne, homme ou femme, ait atteint sa visée finale, et sa complétude, avant d’être caractérisé.

  • 27  Ibidem.

Nul n’ignore la différence, si tranchée, qui sépare : un homme bon, une femme bonne, d’un bon homme et d’une bonne femme. Et chacun sent très bien que l’idée de bonté n’est effectivement mise en cause que dans la première construction. Dans la seconde il s’agit d’autre chose, qui est non pas la bonté, mais la bonhomie : c’est-à-dire une manière d’être, bonnement, homme. L’adverbialisation est fort sensible.27

  • 28  Ibidem.

50 Gustave Guillaume28 donne encore l’exemple d’un brave homme qui est bravement homme, un sens proche de la bonhomie suscitée, et d’un homme brave qui est un homme courageux.

  • 29  Ibidem, p. 125.

Un risque certain est un risque inévitable, au sujet duquel il n’y a point d’incertitude. Un certain risque, c’est un risque dont on évalue en pensée l’importance relative, sans mettre en cause directement sa certitude.29

  • 30  Ibidem, p. 126.

51Le sens change considérablement dans ce cas, mais ni plus ni moins qu’entre l’adjectif certain et l’adverbe certainement. Encore deux exemples : un faux air est une ressemblance fugitive, mais un air faux est un air hypocrite ; un fameux imbécile est excessivement bête, mais un imbécile fameux est un idiot notoire30. Nous avons traduit ces exemples afin d’étudier les solutions anglaise et italienne pour rendre le même nuancier sémantique.

un homme curieux / un curieux homme
un uomo curioso / un uomo strano
a curious man - an interested man / a curious man - a strange man

une folie apparente / une apparente folie
una pazzia palese / una pazzia apparente - un’apparente pazzia
an obvious madness / an apparent madness

un homme beau / un bel homme
un uomo bello / un bell’uomo
a fine man / a handsome man - a good looking man

une femme belle / une belle femme
una donna bella / una bella donna
a fine woman / a beautiful woman

un homme brave / un brave homme
un uomo coraggioso - un uomo bravo / un brav’uomo
a brave man - a courageous man / a good man - a fine man

un risque certain / un certain risque
un rischio certo - un rischio evidente / un certo rischio
a undoubted risk - certain risk (article facultatif) / some risk - a certain risk (article obligatoire)

un air faux / un faux air de + N
un’aria ambigua / assomigliare a + N - avere qualcosa di +N
a dishonest attitude - a deceitful appearance / an air of false + N

un imbécile fameux / un fameux imbécile
un noto imbecille - un imbecille famoso / un perfetto imbecille
a famous idiot / a real idiot

  • 31  Ibidem, p. 125.

52On remarque dans de nombreux cas, en italien comme en anglais, le recours au lexique (curioso / strano pour curieux ; obvious / apparent pour apparent, etc.) Ce qui confirme ce que notait Gustave Guillaume pour le français : « Une visée générale de la syntaxe, dont on a peu parlé, est certainement de permettre une économie de moyens lexicaux »31.

53Le système italien exploite toutes les possibilités : la voie lexicale, comme nous venons de le souligner, mais aussi l’adverbialisation de l’adjectif par antéposition. Ainsi una falsa testimonianza (un faux témoignage) ; un falso problema (un faux problème). Mais, alors que le français persiste dans son choix et peut proposer, en face des exemples cités précédemment, un témoignage faux et un problème faux, l’italien mixte les solutions en fonction des notions évoquées et du substantif-support, choisissant celle qui s’adapte le mieux au cas particulier de chaque discours. Ainsi, una testimonianza inesatta et un problema inesatto. Cependant, la possibilité d’opposition de l’antéposition et de la postposition d’un même adjectif n’est pas rejetée, elle n’est utilisée que lorsqu’elle s’avère fructueuse : una brava bambina est une enfant sage, mais una bambina brava est une enfant intelligente. De même, un uomo bravo est un homme méritant tout comme l’est un homme courageux. Les champs lexicaux de bravo en italien et brave en français se chevauchent.

54L’italien utilise une troisième voie délaissée par le français : celle de la suffixation. Ainsi, un sapientone, un saccentone pour un faux savant ; una donnina, una donnetta pour une petite femme, etc. Les rares suffixations de ce type ayant survécu en français sont exceptionnelles et ne sont plus perçues comme des constructions de discours mais comme de nouveaux substantifs, des constructions de langue : une femmelette n’est pas une petite femme mais un homme lâche, une maisonnette n’est pas seulement une petite maison mais la maison des lutins, des nains et autres farfadets des contes de fée.

55En italien et en français, la position de l’adjectif joue un rôle sémantique mais il n’y a pas de différence grammaticale dans la relation adjectif-nom selon l’antéposition ou la postposition. La proximité du nom suffit à déterminer que ce dernier est le support de l’adjectif. Mais en anglais, l’adjectif est antéposé au substantif. Quand le substantif s’est actualisé dans le discours, il n’y a pas d’au-delà nominal. La pensée ne peut pas dépasser la limite que représente l’actuel pleinement acquis. Gustave Guillaume remarque qu’en anglais, comme en allemand, l’expression du temps est aussi soumise à cette règle d’or : on ne dépasse pas l’actuel.

  • 32  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique1938-1939, publiées par Roch Valin, P.U. Lille, P.U. Lava (...)

Morphologiquement, le verbe anglais et le verbe allemand sont opérants jusqu’au présent, qui est l’actuel, pas au-delà. L’expression du futur s’obtient par des moyens exo-morphologiques, ressortissant au système de l’aspect : les auxiliaires de futur. Quand une langue s’assigne dans l’ordre du temps une limite infranchissable, l’existence de cette limite se fait sentir non pas seulement dans le plan du verbe, mais dans toutes les parties de la langue, partout où, plus ou moins subtilement, plus ou moins secrètement, s’introduisent les distinctions d’origine temporelle.32

56Hormis la voie lexicale (an interested man / a strange man), l’anglais n’a pas d’autres solutions que de s’en remettre au contexte pour expliciter la nuance sémantique entre a curious man (un curieux homme) et a curious man (un homme curieux).

Conclusion

57En français, la syntaxe aide au déchiffrage du message car elle est assez rigide pour que le changement de position d’un mot ait des conséquences sémantiques, comme nous l’avons illustré avec l’adjectif, et dans le même temps, elle est assez souple pour qu’il coexiste en langue en puissance plusieurs possibilités de construction de discours en effet avec les mêmes éléments.

58La syntaxe anglaise est si rigide qu’elle n’offre qu’un seul choix quant à l’ordre des mots de la phrase, et c’est la prosodie qui prend le relais. On peut dire que, dans le système français, c’est la position de l’accent qui est rigide en ce sens qu’il ne peut pas s’éloigner de la frontière finale du sémantème. Ces faits découlent de la construction du mot qui diffère d’une langue à l’autre. Le français ne construit pratiquement plus de mots, surtout dans le domaine nominal, mais des syntagmes (groupes de mots) et des phrases. Le mot est pris comme un bloc sémantique inanalysable et l’accent tombe régulièrement à la fin d’un mot ou groupe de mots, et coïncide ainsi avec la fin du sémantème. Nous avons dit que le processus d’antéposition de la morphologie était encore plus avancé en anglais, la morphologie a même quasiment disparu du système verbal et la syntaxe est d’autant plus stricte. Cependant, et contrairement au Français, le locuteur anglais a encore conscience de construire les sémantèmes (préfixe + radical + suffixe), c’est pourquoi il jalonne d’accents le parcours d’élaboration du sémantème.

59Le mot anglais est homogène, tout comme le mot français c’est un sémantème, mais le mot italien est hétérogène : il rassemble en lui les informations sémantiques et une part des informations morphologiques, car le processus d’antéposition de la morphologie est moins abouti dans cette langue. La frontière finale du sémantème est mobile et avec elle l’accent qui la marque. Le locuteur italien, comme son homologue anglais, a conscience de construire ses mots, et lui aussi emploie le déplacement de l’accent pour en faciliter la compréhension. Dans le système italien, le partage du rôle informatif s’équilibre entre une syntaxe souple, un accent mobile et une morphologie de mot.

60Soit le schéma suivant :

61   ANGLAIS                   FRANCAIS               ITALIEN

62- syntaxe très rigide   - syntaxe rigide           - syntaxe souple

63- accent très mobile    - accent fixe                - accent mobile

64- pas de morphologie  - peu de morphologie  - morphologie

65- mot homogène          - mot homogène         - mot hétérogène

66- construction              - construction            - construction

67du sémantème               du sémantème            du sémantème

68en langue et en              en discours                 en langue et en

69discours                                                            discours       

Haut de page

Notes

1  Sophie Dubail-Saffi, La place et la fonction de l’accent en italien, Thèse de Doctorat, Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3, 1991, pp. 155-192.

2  Il convient de définir les différentes saisies que la pensée peut opérer sur le système langagier afin de l’appréhender et d’en contrôler les différentes étapes constructrices : a) la saisie radicale, analytique, au plus profond de la pensée, aboutissant aux éléments formateurs ; b) la saisie lexicale, synthétique, opérante à différents niveaux de profondeur de l’esprit selon les langues, aboutissant au mot ; et la saisie phrastique, synthétique, opérant au niveau du discours, à partir de résultats issus de la saisie lexicale. Sur le temps opératif de l’acte de langage, ces trois saisies définissent deux espaces de construction : les saisies radicale et lexicale délimitent l’espace de construction en langue, dont le résultat est le mot et où le principal vecteur de l’information formelle est la morphologie de mot ; les saisies lexicale et phrastique déterminent l’espace de construction de discours, dont le résultat est la phrase et où les vecteurs de l’information formelle sont la syntaxe et – nous le montrerons – la prosodie.

3  Paul Garde, L’accent, Paris, PUF, 1968, pp. 28 et 124.

4  Maurizio Dardano, La formazione delle parole nell’italiano di oggi, Roma, Bulzoni, 1978, pp. 87, 92 et 102.

5  Pour un développement exhaustif et l’explication de nombreux exemples, voir Sophie Dubail-Saffi, op.cit., pp. 253-378.

6  Mario Rossi et Pierre Antonetti, Précis de phonétique italienne, Aix-en-Provence, La Pensée Universitaire, 1970, p. 84.

7  Paul Garde, op. cit., pp. 61 et 94-95. Et avec lui : Mario Rossi, Le français, langue sans accent ? in « Studia phonetica », Montréal, vol. 15, 1980, p. 39.

8  Mario Rossi et Pierre Antonetti, op. cit., p. 81.

9  Alvaro Rocchetti, De l’indo-européen aux langues romanes : une hypothèse sur l’évolution du système verbal in « Chroniques italiennes », Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, n° 11/12, 1987, p. 33.

10  Alain Nicaise et Mark Gray, L’intonation de l’anglais, Paris, Nathan Université, 1998, p. 38.

11  Le Robert & Collins, Dictionnaire français-anglais, english-french, p. XXV.

12  Alain Nicaise et Mark Gray, op.cit., pp. 56-57.

13  Ibidem, p. 43.

14  Ibidem, p. 22.

15  Ibidem.

16  Michel Ginesy, Phonétique et phonologie de l’anglais, Paris, Ellipses, 2000, p. 45.

17  Accent sur l’antépénultième : -itive (competitive), -itude (attitude), -grapher (photographer), -graphy (photography), -logy (biology), -iate (appreciate), -ify (pacify) ; accent sur la pénultième : -ial , -ian, -ic (-ics), -ion, (commercial, italian, economics, information), et encore -ish, -itis, -osis (diminish, appendicitis, diagnosis) ; accent sur la syllabe finale : -ee, -eer, -ese, -esque, -ette, -ate, -fy, -ise (-ize) (refugee, engineer, Japanese, picturesque, quartette, create, defy, advise.

18  Paul Larreya et Jean-Philippe Watbled, Linguistique générale et langue anglaise, Paris, Nathan Universités, 1994, p. 48.

19  Michel Ginésy, Phonétique et phonologie de l’anglais, Paris, Ellipses, 2000, p. 46.

20  Ibidem, p. 47.

21  Ibidem, p. 56.

22  « Il existe environ 400 mots anglais comportant 3 accents, par suite de la présence d’un préfixe sémantiquement fort précédant un étymon à 2 accents, ou un étymon unique suivi d’un suffixe accentué. C’est le cas de mots comme antimaterialistic, biotechnological, heterosexuality, etc. ... sans compter les mots qui n’ont pas de préfixe mais comportent également 3 accents par suite de 2 suffixes forts, comme : compartmentalisation, territoriality, etc. ... Dans les mots mentionnés ci-dessus, on constate la présence de deux accents secondaires qui ne se distinguent pas tant par une différence d’intensité que par une différence de hauteur de la voix. Cela m’a amenée à dégager un accent primaire accompagné de deux accents secondaires de degré égal en intensité mais prononcés, selon les cas, l’un sur un ton haut ou moyen, l’autre sur un ton moyen ou bas. »  Hubert Greven, La nature plurale de l’accent secondaire dans les polysyllabes, in Contrastivité en linguistique anglaise, Travaux XLIII, Université de Saint-Etienne, CIEREC, 1984, pp. 28-29.

23  Annie Boone et André Joly, Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1996, pp. 229-231.

24  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1946-47 série C, publiées par Roch Valin, P.U. Lille, P.U. Laval-Québec, 1989, p. 123.

25  Op. cit., p. 124.

26  Ibidem.

27  Ibidem.

28  Ibidem.

29  Ibidem, p. 125.

30  Ibidem, p. 126.

31  Ibidem, p. 125.

32  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique1938-1939, publiées par Roch Valin, P.U. Lille, P.U. Laval-Québec, 1993, p. 260.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°5, Italie et Etats-Unis. Interférences culturelles, 2001.

Référence électronique

Sophie Saffi, « Syntaxe et prosodie en italien et en anglais », Italies [En ligne], 5 | 2001, mis en ligne le 24 juin 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/2070 ; DOI : 10.4000/italies.2070

Haut de page

Auteur

Sophie Saffi

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org