Navigation – Plan du site
Routes parallèles, chemins croisés

Bourgeois, antibourgeois,  bourgeois antibourgeois dans Il garofano rosso d’Elio Vittorini

Pierre Laroche
p. 245-254

Résumé

Il Garofano rosso est l’histoire d’un jeune Sicilien, Alessio, qui fait le choix du fascisme par haine de la bourgeoisie, une bourgeoisie qui ne se définit pas par sa fonction économique, mais par son conformisme, son manque d’imagination, de créativité, de sens et de goût du mouvement ; en général, ces bourgeois sont des personnes d’âge mûr, perçues comme des obstacles à toute transformation sociale, politique et culturelle. C’est précisément là que ce roman débouche sur une impasse : Alessio devient adulte et verse donc, à son tour, dans le conformisme.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Fascisme, Vittorini (Elio)

Géographique :

Sicile

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Elio Vittorini, Il garofano rosso, Milano, Mondadori, 1991 (0scar Mondadori), p. 37.

« Ah il fascino della parola “antiborghese” »1.

  • 2  Cf. notamment Giorgio Luti, Cronache  letterarie tra le due guerre(1920-1940), Bari, Laterza, 1966 (...)

1Le programme dit de San Sepolcro, programme fondateur du mouvement fasciste en 1919, se donnait des airs révolutionnaires, reprenant des revendications et des propositions du mouvement syndical, du socialisme, voire de l’anarchisme. Au sein du fascisme italien, ces positions restèrent toujours présentes, plus ou moins, notamment chez les intellectuels, sous la forme de ce qu’on a appelé le « fascisme de gauche »2.

2On en voit l’expression au cinéma dans des films comme Vecchia guardia de Blasetti (1935). Dans la vie littéraire, les éditions Solaria publient en 1931 un livre d’Elio Vittorini, Piccola borghesia, volumegénéralement bien acccueilli par la critique : huit nouvelles, dont certaines ont déjà paru dans divers périodiques. Trois de ces récits, Quindici minuti di ritardo, Educazione di Adolfo, Raffiche in prefettura, sont centrés sur la personnalité d’Adolfo Marsanich, sur sa vie terne de bureaucrate, sur ses fantasmes aussi. Et ce n’est pas par hasard que ce recueil de nouvelles s’intitule Piccola borghesia : on y voit se dessiner une typologie du petit-bourgeois ; sont tenus pour petits-bourgeois, à divers titres, les employés, les bureaucrates, les « commendatori » de la trilogie d’Adolfo, personnages conformistes, hommes et femmes à la vie sans passions, sans ambitions et sans perspectives, de La signora della stazione, de Coniugi a letto, ou de Piccolo amore. Dans La mia guerra, est raillé le côté quotidien, confortable et même plaisant, de l’atmosphère familiale, tandis qu’est exaltée la dimension aventurière de la guerre. Mais Anna Panicali, analysant les fonctions du terme « felicità » dans l’ensemble du recueil, relève en outre qu’on y assiste

  • 3  Anna Panicali, Il primo Vittorini, Milano, CELUC libri, 1974, p. 83.

alla ricostruzione dei meccanismi di resistenza vitalistica – presenti in ogni uomo nella sua quotidianità – di fronte alla integrazione nella vita borghese. La “gioia di vivere” […] e l’ebbrezza dei sensi si presentano quale opposizione ai valori costituiti, “liberazione” dal falso equilibrio borghese. Con esse, Vittorini tenta di negare l’universo morale (parsimonioso) della borghesia, il suo “star bene” al mondo, la sua “felicità”.3

  • 4  Vincent D’Orlando, à propos de certains personnages féminins de Piccola borghesia, parle d’« hyper (...)

3Cet anticonformisme, cet espoir d’émancipation, y compris celle de l’imaginaire et de la créativité4, sont alors à la base de son adhésion au mouvement fasciste, comme ils seront, dans la décennie suivante, à la base de son antifascisme. A ceci près – et ce n’est pas un mince détail – que, dans les années trente, le désir de mouvement, de rupture avec le conformisme bourgeois, se traduit en même temps chez Vittorini par l’exaltation de la violence, de la guerre, de la mort, thématique propre au fascisme, même si elle a des racines plus anciennes, notamment chez D’Annunzio, dans le nationalisme et le futurisme italiens.

4Vittorini avait alors une expérience politique limitée, certes, mais non limitée à son intérêt pour le fascisme : il avait eu en 1922 des contacts avec des anarchistes de sa ville. Il se trouve en fait exactement au moment du refus du monde bourgeois, libéral, de sa culture trop distante de la réalité et de ses propres préoccupations qui le conduisent à un fascisme qu’il conçoit comme révolutionnaire, ce que confirmera son premier roman, Il garofano rosso.

  • 5  Ce n’est que le début des démêlés de Vittorini avec la censure. En 1941, la première édition d’Ame (...)
  • 6  On peut évidemment avoir quelque réticence devant cette habitude qu’a Vittorini d’expliquer et de (...)

5Il garofano rosso estpublié dans la revue « Solaria », difficilement du fait des interventions de la censure5, entre février-mars 1933 et mars 1936 (numéro daté de septembre-décembre 1934). Ce roman ne sortira en volume, chez Mondadori, qu’en 1948, accompagné d’une Préface dans laquelle l’auteur, qui, politiquement, idéologiquement, littérairement, n’est plus alors celui qu’il était lors de la rédaction du roman et ne veut plus l’être, explique pourquoi il ne l’a pas publié plus tôt et pourquoi il le fait à ce moment, invoquant des raisons littéraires et des raisons qu’il qualifie de « documentaires », sur ce que représentait le fascisme pour un jeune Italien des années trente6 :

  • 7  Elio Vittorini, op. cit., pp. 209-210.

il principale valore documentario del libro è [.…] nel contributo che può dare a una storia dell’Italia sotto il fascismo e a una caratterizzazione dell’attrattiva che un movimento fascista in generale […] può esercitare sui giovani […]. C’è in loro, verso il mondo costituito, una diffidenza che li accomuna e un atteggiamento di rivolta non preciso ma costante per cui sono portati a credersi rivoluzionari e sono pronti a simpatizzare con qualunque movimento politico appaia loro rivoluzionario. Hanno sentito parlare di socialismo, hanno sentito parlare di comunismo, e vedono intanto il fascismo […] le ragioni confessate per le quali aderiscono al fascismo e fanno chiasso dentro al fascismo derivano, nella maggioranza, dall’idea che il fascismo non possa non avere un contenuto socialista.7

6Ce roman raconte l’éducation politique et sentimentale d’un jeune Sicilien, Alessio Mainardi, à Syracuse, aux débuts du fascisme, très exactement en l’été 1924 : le protagoniste dit explicitement que c’est au moment de l’affaire Matteotti. Les références à la période sont nombreuses dans la première partie du roman : il y est fait état de la « marche sur Rome » d’octobre 1922 ; de façon plus proche de l’autobiographie, on y trouve trace de la grève des étudiants en 1923 contre une réforme de la « licenza liceale », une grève qui, à Syracuse, conduisit à l’occupation du Liceo Gargallo, la nuit du 30 janvier, opération qui s’acheva dans la fuite des occupants, par les toits du lycée. L’un de ces occupants fut reconnu : Elio Vittorini, alors vaguement lié, comme on l’a vu, à des milieux anarchistes ; il fut exclu pour soixante-cinq jours. Dans le roman, le sens de l’épisode est complètement transformé : cette protestation de lycéens contre la première réforme Gentile, une des premières réformes fascistes, devient une manifestation de jeunes fascistes en 1924 contre l’attitude des enseignants qui protestaient contre l’assassinat de Matteotti.

  • 8  Massimo Grillo, I Vittorini di Sicilia, Camunia, 1993.

7Il reste en tout cas une référence autobiographique bien précise dans l’évocation de la jeunesse de ce lycéen de Syracuse. Un jeune lycéen de Syracuse qui s’engage dans le mouvement fasciste, en partie par réaction contre son père, chef d’entreprise, jadis socialiste, et par admiration pour un compagnon d’études, Tarquinio Masséo, grand frère et substitut du père, comme le fit – selon Massimo Grillo8 – Elio Vittorini, fasciste par réaction contre son père et par admiration d’un frère aîné, substitut du père, Curzio Malaparte. On pourrait relever des indices plus menus de cette dimension autobiographique : le journal intime d’Alessio s’intitule Diario di uno stratega, titre dont l’orientation politique explicite – politique en termes militaires – renvoie – jusqu’à quel point inconsciemment ? –, au journal dirigé par Malaparte, « La Conquista dello Stato » où Vittorini fit ses premiers pas littéraires ; plus tard, Vittorini estimera que l’orientation malapartienne le limite et il s’en éloignera ; de même, Alessio Mainardi abandonne son Diario di uno stratega, tout en avouant que cet abandon est stupide. Ce parallélisme entre la pratique de Vittorini et la fiction de la pratique du protagoniste de son roman est sans doute déjà une indication sur la volonté du jeune Vittorini de tendre à un lien entre vie sociale et activité littéraire, volonté qui sera plus tard confirmée, avec des variations sur l’engagement, « l’engagement naturel » dans l’art, tout au long de sa carrière d’écrivain.

8Dimension autobiographique aussi dans le domaine idéologique ; Alessio est un jeune fasciste typique de cette génération de jeunes intellectuels qui ont adhéré au fascisme sur des bases de protestation sociale, morale et culturelle, comme il l’explique – on l’a vu – dans la préface de 1948.

  • 9  Sergio Pautasso, Guida  a Vittorini, Milano, Rizzoli, 1977, 249 p.
  • 10  Elio Vittorini, op. cit., p. 37.
  • 11  Ibidem, p. 37 et p. 38.Plus loin, Tarquinio raille Alessio : « Si sa che tu ti sogni professore. C (...)
  • 12  Ibidem, p. 37.
  • 13 Ibidem, p. 43.
  • 14 Ibidem.

9Sergio Pautasso9 estime que Vittorini a voulu faire d’Alessio Mainardi un personnage emblématique de son fascisme « révolutionnaire ». On voit surtout ici en œuvre la problématique sur laquelle réfléchit alors Vittorini : le rapport entre bourgeois, antibourgeois, révolutionnaires. Tarquinio Masséo explicite le terme de « révolutionnaire » par celui d’« antibourgeois » : « il fascismo, che credevate reazionario, ne uscirà rivoluzionario davvero e antiborghese »10. « Borghese » est la suprême injure, celle que redoute Alessio Mainardi quand Tarquinio Masséo le voit portant un œillet à la boutonnière11. Et Mainardi de rappeler les invectives de son compagnon Masséo contre certains fascistes, « figli di bottegai »12. De même que dans son attitude polémique, ironique, méprisante même, envers une figure éminente de jeune fasciste, Pelagrua, « quello vestito in giacca nera filettata e pantaloni nocciola di gabardine »13, on peut voir ici l’indice que son fascisme n’est pas, ne veut pas être le fascisme des bourgeois possédants. Il n’est pas non plus adhésion au régime, au parti, mais à une idée, à un idéal de transformation de la société pour plus de mouvement, plus d’aventure, contre le monde terne et immobile des bourgeois, qu’il assimile aux obstacles à tout mouvement. C’est pourquoi le fascisme de Mainardi et Masséo n’entre pas en contradiction immédiate et explicite avec une fascination pour certaines figures de révolutionnaires communistes comme Karl Liebnecht et Rosa Luxemburg. Dans la première évocation que fait Masséo des dirigeants communistes allemands, on ne sait pas bien si ce qu’il retient comme figures exemplaires, ce sont eux, ou leur mort, ou même les quatre Bavarois qui les massacrent. Plus loin, dans le Diario di uno stratega, apparaît clairement l’admiration pour Rosa Luxemburg, « da cui bastava andare a stringere le mani alla spartakiana »14 pour aller ensuite avec elle – révolutionnaire communiste que Mainardi ne voit pas tant comme héroïne ou victime que comme antibourgeoise – chasser les bourgeois, y compris le fasciste Pelagrua : Rosa Luxemburg devient une figure exemplaire non parce qu’elle meurt, non du fait de la violence de sa mort, mais parce qu’elle fait la chasse aux bourgeois, même fascistes. Qu’on s’étonne alors de la censure des dirigeants fascistes contre ce roman ! La question reste toutefois, essentielle, de la finalité de ce mouvement qui semble n’avoir d’autre objet que lui-même, et s’en prend, avec précision, à certaines catégories de la population. Il n’est pas facile de trouver un point commun à ces catégories pourtant également et violemment honnies par Mainardi et Masséo. La discrimination ne se fait pas en fonction de leur place dans le système de production : exploités/exploiteurs, employeurs/salariés, mais en fonction d’un mode de vivre, d’agir et de penser. Il s’agit plutôt des couches moyennes urbaines, dans le secteur tertiaire : pêle-mêle, commerçants, gendarmes et policiers, employés, ingénieurs, professeurs (notamment d’histoire et de géographie, ces disciplines qui prétendent sans doute substituer des vérités aux mythes et aux fables, à Robinson Crusoé et aux Mille et une nuits chers à Vittorini), avocats, magistrats, notables, francs-maçons, intellectuels, vus comme tenants et profiteurs de l’immobilisme de la société. Vus comme lâches aussi : ainsi, à l’occasion d’une cérémonie en l’honneur et à la mémoire de Matteotti,

  • 15 Ibidem, p. 54.

c’è quest’Unto della Giustizia Borghese gesticolante sopra coscienze e coscienze come per farle figliare – ma non lo vediamo e fischiettiamo tra noi “Giovinezza”. La folla zittisce. Questurini vengono a pregarci di aver pazienza. Una voce urla “Viva Matteotti” e, prima che diventi un grido di tutti, scattiamo coi bastoni impugnati.
Ma si sono lasciati picchiare […]. Era tutta la classe media che legge i giornali ; dai commendatori ai barbieri  […].
Tarquinio dice che la vera rivolta siamo noi mentre tutta la folla è un’immensa e pesante casta privilegiata. E che la vera libertà la vogliamo noi perché vogliamo distruggere tutti i privilegi. Delle massonerie, dei portafogli, dei fatti morali, dei fori, delle anonime.15

10Une hostilité de génération plus ou moins explicite des jeunes contre les vieux recoupe cette description approximativement sociologique des bourgeois et petits-bourgeois.

11Face aux bourgeois, il y a donc les jeunes, les étudiants, intellectuels jeunes, les ouvriers de l’usine du père d’Alessio, les paysans du village de Tarquinio, vus de façon très conventionnellement mythique, proches de la nature, aux sentiments et comportements empreints de pureté et de noblesse, Zobeida la fascinante prostituée dont le nom évoque les Mille et une nuits , le forgeron-typographe, propriétaire de « la cava » où se réunissent Alessio, Tarquinio, et leurs amis ou compagnons.

  • 16  Anna Panicali, op. cit., p. 130.
  • 17  Ibidem, p. 7 et p. 83.
  • 18  Op. cit., p. 116.

12Anna Panicali observe que, « negli anni Trenta, sulla stampa fascista si tornò a discutere molto intorno al termine borghesia. Il ceto borghese veniva qualificato in base a motivazioni etico-ideali e ai suoi propri valori : non come classe sociale, ma come categoria dello spirito »16. Avec son premier roman, Vittorini revient dans ce débat auquel il avait déjà participé dans les années vingt17; il fait maintenant de la bourgeoisie l’obstacle à tout mouvement, à toute émancipation de l’esprit. Vincent D’Orlando voit dans cette œuvre un texte où l’amour de l’aventure emporte tout : engagement à la fois affectif et politique, et qui s’apparente à un désir d’anéantissement des valeurs bourgeoises que sont la famille et le conformisme social18.

13Cette approche antibourgeoise de la société, de l’histoire et de la politique, débouche sans doute sur une impasse : à la fin du roman, dans un parc, un jeune garçon élabore sans audience et sans succès une constitution imaginaire, dont l’intransigeance schématique et dogmatique, l’intégrisme, le fondamentalisme, n’éveillent plus aucun écho chez Alessio devenu grand, presque adulte, appartenant au monde des adultes, c’est-à-dire, selon les schémas mentaux du Vittorini d’alors, au monde du conformisme bourgeois. En 1937, Vittorini publie dansla revue « Letteratura » Giochi di ragazzi, esquisse d’une suite du Garofano rosso, esquisse qui n’aura pas de suite. On est tenté de dire : heureusement. Tarquinio s’y révèle un riche propriétaire terrien et se comporte comme tel, en riche, en bourgeois. Pour entrer dans le monde des grands, dit Vittorini, il veut y entrer par la corruption car les grands sont tous corrompus. L’histoire des rapports entre Tarquinio et Masséo s’enlise dans le romanesque le plus insipide et Vittorini, après avoir publié quelques fragments dans « Letteratura », incapable d’aller à une conclusion, abandonne son projet. Avec Erica e i suoi fratelli, puis surtout avec Conversazione in Sicilia, il est désormais sur une autre voie, celle du « genere umano offeso », qui n’est pas forcément, dans l’absolu, sans rapports avec la place de la bourgeoisie, grande et petite, dans la société, mais que Vittorini ne caractérise pas ainsi.

Haut de page

Notes

1  Elio Vittorini, Il garofano rosso, Milano, Mondadori, 1991 (0scar Mondadori), p. 37.

2  Cf. notamment Giorgio Luti, Cronache  letterarie tra le due guerre(1920-1940), Bari, Laterza, 1966, 278 p. et Ruggero Zangrandi, Il lungo viaggio attraverso il fascismo : contributo alla storia di una generazione, Milano, Feltrinelli, 1963, 611 p.

3  Anna Panicali, Il primo Vittorini, Milano, CELUC libri, 1974, p. 83.

4  Vincent D’Orlando, à propos de certains personnages féminins de Piccola borghesia, parle d’« hypertrophie de l’imaginaire » (L’écriture en accusation : engagement et modernité dans l’œuvre narrative et critique d’Elio Vittorini, thèse de doctorat, Université Paris III, 1992, p. 97).

5  Ce n’est que le début des démêlés de Vittorini avec la censure. En 1941, la première édition d’Americana, une anthologie de la littérature américaine à laquelle il travaillait depuis 1940 pour Bompiani, est refusée par la censure en raison des notes de Vittorini (il parle de l’Amérique comme du pays où l’on voudrait vivre). Elle ne pourra paraître, en 1942, que dans une édition expurgée de ces notes, avec une préface d’Emilio Cecchi. En cette occasion, Cesare Pavese écrira à Vittorini pour lui exprimer sa solidarité : « tutto il pregio e il senso dell’Americana dipende dalle tue note », ce qui n’empêchera apparemment pas que Pavese garde de bonnes relations avec Cecchi, comme en témoigne sa correspondance. Bien que Pavese écrive par la suite (en 1947) que « per molta gente l’incontro con Caldwell, Steinbeck, Saroyan, e perfino col vecchio Lewis, aperse il primo spiraglio di libertà, il primo sospetto che non tutto nella cultura del mondo finisce coi fasci », cet épisode ne signifie pas qu’on puisse assimiler de façon mécanique l’enthousiasme de certains intellectuels italiens pour l’Amérique à une prise de position explicitement antifasciste : Michel Beynet rappelle à juste titre que « si Vittorini a bien été parmi les artisans majeurs de cet américanisme qualifié, après coup, de virtuellement antifasciste, il ne faut tout de même pas oublier que c’est dans des revues aussi fascistes que “Il Bargello” et “Omnibus”, et non dans “Solaria”, qu’il a publié la plupart de ses articles de l’époque sur la littérature américaine » (in L’image de l’Amérique dans la culture italienne de l’entre-deux-guerres, Aix-en-Provence, Publications de l’Université, 1990, p. 24).

6  On peut évidemment avoir quelque réticence devant cette habitude qu’a Vittorini d’expliquer et de reconstruire son passé, comme il le fait également dans Diario in pubblico. Sur cette ambivalence, cf. Vincent D’Orlando, op. cit., p. 123.

7  Elio Vittorini, op. cit., pp. 209-210.

8  Massimo Grillo, I Vittorini di Sicilia, Camunia, 1993.

9  Sergio Pautasso, Guida  a Vittorini, Milano, Rizzoli, 1977, 249 p.

10  Elio Vittorini, op. cit., p. 37.

11  Ibidem, p. 37 et p. 38.Plus loin, Tarquinio raille Alessio : « Si sa che tu ti sogni professore. Con Giovanna moglie professoressa di storia e geografia e tutti i figli ingegneri » (p. 49).

12  Ibidem, p. 37.

13 Ibidem, p. 43.

14 Ibidem.

15 Ibidem, p. 54.

16  Anna Panicali, op. cit., p. 130.

17  Ibidem, p. 7 et p. 83.

18  Op. cit., p. 116.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°5, Italie et Etats-Unis. Interférences culturelles, 2001.

Référence électronique

Pierre Laroche, « Bourgeois, antibourgeois,  bourgeois antibourgeois dans Il garofano rosso d’Elio Vittorini », Italies [En ligne], 5 | 2001, mis en ligne le 16 octobre 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://italies.revues.org/2077 ; DOI : 10.4000/italies.2077

Haut de page

Auteur

Pierre Laroche

Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org