Navigation – Plan du site
Malices de la "Fortuna"

Le hasard et la nécessité : figures du hasard dans les Mémoires pour servir à l’histoire de ma vie de Giuseppe Gorani

Maria G. Vitali-Volant
p. 121-124

Résumé

Les Mémoires de Giuseppe Gorani (Milan 1740 - Genève 1819) se situent dans l’intervalle entre l’art et la vie. En véritable écrivain, l’auteur y glisse la force prodigieuse du hasard avec toutes les figures qu’une technique narrative avisée lui suggère. Les interventions du hasard et de la nécessité dans son écriture autobiographique dévoilent par défaut le portrait en ombre de l’aventurier Gorani.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

Les Mémoires de Giuseppe Gorani (Milan 1740 - Genève 1819)

  • 1 Pour la généalogie de la famille Gorani, cf. Alessandro Casati, Giuseppe Gorani e la Guerra dei Set (...)
  • 2 Marc Monnier, Introduction, in Un aventurier italien du siècle dernier : le comte Joseph Gorani, d’ (...)

1La mémoire d’un aventurier-écrivain, d’un homme politique et philosophe, qui connaît le monde et ses faiblesses, est un outil effilé, changeant et bigarré. C’est aussi une faculté créatrice qui peut se transformer en mouvement, action, vie nouvelle. Giuseppe Gorani, fils cadet du comte Ferdinando Gorani et de la marquise Marianna Belcredi1, est une figure presque archétypale de l’aventurier des Lumières. Successivement soldat, courtisan, agent diplomatique, espion, publiciste, économiste, théoricien politique, propagandiste révolutionnaire, Gorani a traversé tous les milieux et connu toutes les fortunes. Sa vie constitue un étonnant roman d’aventures dont les personnages principaux furent les philosophes italiens du « Caffè », Voltaire, les Physiocrates, Charles Bonnet, les Philosophes français, Gabriel Mirabeau, les autres hommes de la Révolution, Mme de Staël… Les remous et les agitations de son existence n’ont jamais manqué de correspondre aux remous et aux agitations de son époque et de les suivre. Qui sait encore, aujourd’hui, qu’il fut « l’un des hommes les plus connus de la fin du XVIIIe siècle » 2 ?

  • 3 Mis à part les articles de Marc Monnier, Le comte Joseph Gorani, d’après ses Mémoires inédits, in « (...)
  • 4 Giuseppe Gorani, Mémoires pour servir à l’histoire de ma vie, manuscrit en 4 t, in 4°. Le manuscrit (...)

2L’aventurier Gorani a été passionnément de son temps, dont il a partagé tous les enthousiasmes, tous les dogmes et toutes les utopies. Profondément lié à sa ville natale, Milan, il doit chaque fois la quitter pour nourrir cette ambition dévorante et cette fièvre du changement qui firent de lui un perpétuel insatisfait, toujours en lutte avec le hasard. Sous le signe de la recherche des chimères et de la fuite de l’ennui, qui furent aussi parmi les marques de son époque, Gorani est un de ces hommes dont les racines plongent au cœur même de la vieille Europe monarchique et qui ont assisté et aidé à l’élaboration d’un monde nouveau où ils ne pouvaient plus trouver place. Ses contradictions, ses tiraillements et ses fièvres sont ceux de la génération incertaine qui a été la sienne. À partir des intrigues des chancelleries princières il arrive à connaître le tumulte des assemblées révolutionnaires. De l’étude des systèmes philosophiques de Locke, Kant et Rousseau, Gorani arrive aux concepts élaborés par les Idéologues. Ne pouvant plus participer aux événements de son temps, il entreprend l’écriture autobiographique de ses Mémoires pour servir à l’histoire de ma vie, écrits en français et restés inédits3 jusqu’en 1937, date à laquelle l’érudit italien Alessandro Casati commence à les publier à Milan. L’ouvrage se présente en quatre parties4, qui vont de l’année 1740 à l’année 1811.

  • 5 Cf. Paul Ricœur, Le temps raconté, in Temps et récit, t. III, Paris, Seuil, 1985, pp. 442-443.
  • 6 Michel Beaujour, Miroirs d’encre. Rhétorique de l’autoportrait, Paris, Seuil, 1980, p. 11.
  • 7 Jean Rousset, Narcisse romancier: essai sur la première personne dans le roman, Paris, J. Corti, 19 (...)

3Tout au long de ses Mémoires, Gorani assume son identité narrative5 effectuant son autoportrait en écrivant sur ce qu’il est tandis qu’il écrit. Son espace autobiographique est un vaste corpus réunissant non seulement les récits de la mémoire, “lieu” où sont recueillis les notions et les sentiments, le souvenir du souvenir et le souvenir de l’oubli, mais aussi les récits de rêves et de fantasmes, et le vécu contemporain. L’utilisation réitérée du présent tout ou long de sa narration autobiographique – « Je me souviens » – fait de la mémoire le moteur de sa « machine d’écriture »6. Elle fonctionne en tant que dialectique de l’invention, variante des procédures de l’ancienne rhétorique et des poétiques affirmant que l’écriture doit servir à quelque chose et à quelqu’un ou être une modalité de l’action, du civisme. Elle doit être efficace et transitive : persuader, blâmer, dissuader, louer. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, au nom de la vérité, les « Mémoires » tendent à remplacer le « récit fictif » par excellence, le roman de type subjectif et d’introspection, tout en utilisant ses techniques narratives7. Le lien naturel qui lie le personnage à l’auteur, le rôle que ce dernier lui confie de le représenter et l’utilisation de la première personne que l’auteur lui attribue, correspondent dans le récit autobiographique, à la quête individuelle d’une vérité que ne sera jamais qu’entrevue. Dans ce contexte se situe la nécessité de solliciter des éléments externes, des figures littéraires qui permettent de construire la fiction tout en restant dans le témoignage. Les mémoires deviennent des romans d’aventure. Dans le cas de Gorani, voyageur historien, ses Mémoires sont aussi un gigantesque éloge de la mobilité. Son évocation « voyageuse » tisse un lien pédagogique fort entre le voyage et son récit car la lecture de ses aventures de route peut instruire son public. Le voyage chez lui peut être interprété comme une métaphore de la vie et du destin qu’il énonce comme devise de la narration de soi.

  • 8 (« J’ai trouvé le port, espoir et fortune, adieu ; je me suis assez amusé, maintenant à vous de jou (...)

Inveni portum, spes et fortuna valete ; sat me lusistis, ludite nunc alios.8

4L’appel ironique au lecteur est le testament de l’aventurier qui a tout essuyé et qui “passe le témoin” à l’autre pour qu’il tente fortune dans un monde où il n’y a plus de jeux. L’image du port où le héros arrive au bout de ses aventures est un rappel au mythe éternel d’Ulysse, mais pour Gorani ce port est l’île aux morts où abordent ceux qui quittent la vie pour toujours, le royaume du silence. Ainsi, les Mémoires de Gorani sont placés sous plusieurs signes : l’errance, la fuite, le hasard et ses jeux, le double.

Le hasard dans les Mémoires de Giuseppe Gorani

  • 9 Mihkaïl Bahktine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978, p. 240. Cf. aussi Jean Sg (...)
  • 10 Voltaire, Zadig ou la Destinée, conte oriental et philosophique, édition présentée, annotée et comm (...)
  • 11 Abbé Prévost, Manon Lescaut in Œuvres de Prévost, par J. Sgard, P.U.G. 8 vol. 1977-1986.
  • 12 Marivaux, P.C. de Chamblain de, La vie de Marianne : 1731-1742, Paris, Deloffre, [s.d.].
  • 13 Voltaire, Poème sur le désastre de Lisbonne, cité in Bronislaw Baczko, Job, mon ami. Promesses du b (...)

5Souvent dans ses Mémoires, Gorani fait allusion à ses erreurs, à ses hésitations, à des choix malheureux. Le roman de sa vie, conçu dans un état de quasi captivité à Genève et d’éloignement de la scène du monde, prend l’allure des romans classiques où « le temps de l’aventure »9 remplace le temps de la vie réelle. Gorani organise les séquences romanesques sur un schéma de conte philosophique où le rôle spécifique du hasard est de type voltairien, celui du « roman d’épreuves », où l'expérience de l’héroïsme et de la fidélité du héros, ses multiples vertus, sont organisées dans le but de l’initier, de le conduire à la vertu et de sonder sa réussite. La quête du bonheur des romans d’initiation où le héros suit un parcours semé d’entraves impossibles à contrôler, de rencontres, de reconnaissances et de péripéties nous ramène à Zadig10, à Candide, ainsi qu’aux romans de l’abbé Prévost11 ou de Marivaux12 : on y suit l’apprentissage d’un personnage, souvent jeune, qui découvre le monde et qui va connaître l’ascension, mais aussi parfois la chute et la déception. Mais, dans la structure mythique de l’autobiographie de Gorani, la construction romanesque prend la forme d’un labyrinthe existentiel, où l’auteur utilise l’écriture comme herméneutique. Le rôle de la « Providence », la présence du mal, l’absurdité de la condition humaine que déjà Voltaire avait mis au centre de sa réflexion, après le tremblement de terre de Lisbonne13, prennent pour l’auteur milanais d’autres significations. Replié sur lui-même, Gorani n’interroge que son ombre pour se répondre à soi-même sur la question du bonheur manqué, sur les causes de sa chute et de sa désobéissance aux tentations d’une vie bourgeoise ou “normale”. Son entreprise autobiographique s’engage sur la voie de l’examen de conscience visant à l’amélioration de soi selon un projet qui se clarifie dès 1765 avec la constitution de ses journaux « spirituels » dont il regrette l’interruption pendant la Révolution, en raison de son engagement politique qui ne lui laisse plus la place de s’interroger sur soi.

  • 14 Mis à part les chapitres dédiés à sa famille, à sa carrière d’écrivain ou à ses idylles, toute l’au (...)
  • 15 Ibidem, p. 255.

6Gorani, qui reconstitue les vicissitudes de sa vie tumultueuse mais riche aussi en études, réflexions et recherches, trace le fil rouge de toute son existence en suivant l’inspiration politique du réformisme des Lumières qui, après l’abjuration du “rousseauisme”, conduit sa carrière intellectuelle et publique à travers la Révolution et au-delà. Mais cet engagement public ne peut répondre à tous ses questionnements. La tension de l’écriture “goranienne” se situe entre introspection et analyse des événements externes. Dans la construction des Mémoires, cette tension prend la forme d’un mouvement cyclique de recherche des causes et des effets qui retombe sur le protagoniste, pris entre l’Histoire et la recherche de soi. Ce processus complexe assigne au hasard un rôle essentiel de médiateur et de catalyseur tel qu’on le retrouve dans les romans d’épreuves comme élément littéraire du temps des aventures. Tous les moments de ce temps sont gouvernés par cette force unique faite de concomitances et de contretemps où s’introduisent les forces irrationnelles du destin. Ces forces, évoquées par Gorani dans la narration du temps des aventures14 servent à l’auteur pour créer son personnage et son œuvre dans la dimension romanesque. L’initiative du héros qui agit, fuit, se défend, se bat, se sauve ou se perd, ne lui appartient point ; il n’y a que des « choses, qui lui arrivent »15. Cet homme, dans ce temps particulier, ne peut être que l’homme du hasard : l’aventurier. Cet archétype, lié à l’image et au mythe de la mobilité, n’est qu’un faible rempart face à la puissance du hasard. Bien que l’aventurier en question soit de type héroïque, possède la vertu, le courage et la conscience de soi, toutefois l’initiative revient au hasard qui gouverne les événements, dans leur caractère simultané comme dans leur caractère consécutif, soit comme puissance impersonnelle et anonyme, soit comme fatalité, soit comme Providence divine, enfin, sous le masque du malfaiteur ou du bienfaiteur. Derrière les figures multiples du hasard – les prédictions, les pressentiments, les avertissements, les déguisements, l’échange provisoire de vêtements –, se perçoit la nécessité de l’auteur de se confronter avec le hasard ou la Providence :

  • 16 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., I, lxv, pp. 170-171.

[...] Je m’étais mis en tête que la Providence m’avait destiné à faire quelque étonnante révolution et que je deviendrais un jour un monarque [...]. C’est à cette idée fantasque que je suis redevable d’avoir pris dans ces circonstances une véritable passion pour l’histoire et l’économie politique [...]. Voulant me rendre digne des hautes destinées, auprès desquelles ma folie me faisait aspirer avec une ardeur brûlante, je cherchais à multiplier mes connaissances [...]16

  • 17 [...] cette manière d’exister qui m’a rendu voyageur, rêveur, mécontent de tout [...], in Ibidem, I (...)
  • 18 Ce mot revient souvent dans les Mémoires de Gorani. Cf. I, lxv, « Les insignes folies », de pp. 170 (...)
  • 19 Parmi les nombreuses « sottises », cf. Ibidem, II, xviii, « Je fais des sottises à Marseille », pp. (...)

7La folie de Gorani n’est qu’une forme du hasard qui lui a donné ce caractère « rêveur »17 et cette ambition « brûlante ». Dans son histoire, le hasard domine le héros comme élément externe, prenant la forme de sa condition de cadet, de son indigence, mais, aussi comme élément interne, sous la forme des ennemis cachés dans la profondeur de son moi, cette folle ambition et l’ennui de vivre. Pour éviter ces malheurs, il ne reste que la fugue. En faisant du thème de la fugue un élément récurrent de son autobiographie, Gorani assume le fardeau de ce qui correspond à un choix interne, à l’entrave intime qui l’oblige à abandonner le bonheur facile pour suivre la « folie »18 de la quête d’un royaume et les « mille sottises »19 de son caractère exalté ou inquiet face à l’ennui. Souvent en révolte contre la raison, l’écrivain relate des occasions manquées, des possibilités ratées, des moments d’éblouissement qui le conduisent sur une route toujours plus difficile à parcourir. Gorani appartient ainsi à ces âmes sensibles qui ressentent déjà les crises et les déceptions de l’affaiblissement des idéaux des Lumières. Du romanesque au romantisme, le pas est bref. Le mirage de la royauté le conduit sur de fausses pistes, mais quand ce rêve s’évanouit et que sa vie n’est plus soutenue par ce projet, Gorani continue à fuir : devant les occasions de vivre une autre vie et devant les dangers qu’il s’est attirés.

Les amours

8Dans un registre plus intime, il fuit aussi les riches mariages et l’amour, comme quand, à Gênes, en 1764, il rencontre une dame :

  • 20 Ibidem, II, xvii, p. 274.

[…] dont il m’a été défendu d’articuler le nom et de qui je tiens les bienfaits qu’on peut avouer. [...] Cette grande dame était fort riche, généreuse, magnanime […] j’aurais pu l’épouser, devenir un millionnaire et avoir une femme charmante, remplie de talents et des plus rares qualités. […] Je me reprochais dans ce moment ma folie d’abandonner une personne si délicieuse pour courir à des aventures chimériques. Mais la passion principale de mon cœur absorbait mes pensées. [...] Je ne voulais ni ne pouvais, pour lors, écouter le langage de l’amour.20

  • 21 Carlo Goldoni, L’avventuriere onorato, a. c. di Bianca Danna, Venezia, Marsilio, 2001, atto III, sc (...)

9Ce n’est là qu’un exemple parmi d’autres, car l’honnête aventurier Gorani se comporte différemment du protagoniste de la pièce autobiographique de Goldoni L’avventuriere onorato, où Guglielmo, le héros bourgeois qui ne songe qu’à se fixer, à vivre paisiblement des rentes que peut lui procurer un riche mariage, abandonne définitivement l’aventure pour le bonheur de l’argent21 et de la respectabilité. Le héros des Mémoires de Gorani doit toujours surprendre, procurer des émotions à ses lecteurs, susciter leur imagination mélodramatique. Dans cette optique, il doit rester un éternel célibataire, sans attaches ni liens codifiés. L’écrivain qui reconstitue son passé par l’écriture peut se donner une jeunesse éternelle, avant de clore son aventure scripturaire sous le signe de l’immortalité.

10C’est encore le hasard qui se charge de faire disparaître l’amour du récit de la vie de l’aventurier :

  • 22 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., II, xxxi, pp. 317-320.

[…] Je ne pensais plus, après avoir vu Dona Francisca et surtout après l’avoir entendue dire, trois jours après ma quatrième visite, qu’elle m’aimait aussi et qu’elle n’aimerait plus aucun autre après moi, à la royauté ; [...] J’avais changé de plan, je ne pensais plus qu’à m’établir en Espagne et à profiter des bonnes dispositions qu’on avait pour moi à la Cour [...] J’avais donc formé mon plan de vie, de fréquenter, d’aimer Dona Francisca, de m’en faire aimer toujours, [...] mais j’ignorais qu’elle avait eu un autre amant, qui l’avait quittée par une méprise. Don Manuel P… M…, l’avait adorée sans qu’elle l’aimât. […] Ayant appris que sa place auprès de Dona Francisca était occupée par un gentilhomme étranger et que ce rival était favorisé, il était au désespoir. [...] La belle fut enlevée, et elle était déjà bien loin de Madrid lorsque je l’appris. Je laisse à l’imagination du lecteur de concevoir quelle dut être mon affliction. [...] Je quittai Madrid précipitamment sans prendre congé de personne, avec la résolution de suivre à la piste ma maîtresse et son ravisseur, sans même songer que j’avais à faire à un Grand d’Espagne, qui avait transporté sa divinité dans une de ses terres, où il était tout puissant. Il est certain que ce contretems donna une tout autre destinée à ma vie. A la veille d’être honoré d’une place importante, j’ai donc tout abandonné [...]22

11Cet épisode est révélateur de la force du hasard dans la reconstitution fictionnelle de la vie de l’écrivain. Dona Francisca est l’une des nombreuses nymphes qui inspirent de violentes passions à l’aventurier Gorani, mais elle est éphémère comme la plupart des figures féminines qui peuplent les Mémoires, et qui constituent un topos des romans libertins du XVIIIe siècle. Ces récits se terminent systématiquement par un enlèvement de la belle par son ancien amant, un homme riche et puissant, par la déception du héros et par la disparition de l’objet du désir de la scène de l’action narrative. Le topos de l’échec en amour perdure jusqu’au temps de l’écriture des Mémoires où l’auteur admet avoir achevé le temps des aventures amoureuses et avoir trouvé l’âme sœur :

  • 23 Ibidem, IV, xci, pp. 639-642 du manuscrit (voir supra, note 4).

Depuis le 15 février 1796 jusqu’à ce jour 17 février 1811, je n’ai eu qu’une seule intrigue, et pour m’exprimer plus correctement, je n’ai eu qu’une seule maîtresse que je ne fréquente que sur le pied d’un ami de cœur et à laquelle j’ai constamment tenu à cause de son rare mérite et d’autant plus rare parmi les personnes de son état. [...] Je l’ai tirée de l’état abject pour lequel elle n’était point faite et auquel elle ne s’était livrée avant de me connaître que par l’abandon de sa famille, par la séduction d’un Magistrat prévaricateur et pour échapper à une misère extrême. [...] Je passe une grande partie du tems, que je donne à mon délassement de mes occupations ordinaires et favorites, avec ma douce compagne. [...] J’ai à me louer d’une autre femme à laquelle j’ai aussi assurée une fortune et encore plus considérable, et c’est ma gouvernante. [...] Ces deux personnes forment mon unique distraction.23

  • 24 En vérité nous savons que le Conseil de Genève, qui ne voulait pas de la publication des ouvrages d (...)

12La « douce compagne » de Gorani est anonyme et d’elle ne restent que les mots de l’écrivain ; une fois encore une figure féminine éphémère, miroir de l’auteur, ombre parmi les ombres et, peut-être, dernière fiction littéraire, car dans son testament Gorani laisse tous ses manuscrits, y compris ses Mémoires, à la seule Pernette Mestral, sa gouvernante. Comme pour Rousseau, son inspirateur par défaut, la gouvernante, l’épouse et la compagne fusionnent ; leur apparence réelle se double d’une existence fantomatique en harmonie avec l’esprit ambigu et semé d’ombres de l’écrivain24.

Le jeu et les affaires, ou la nécessité

13Le hasard continue son œuvre dans les Mémoires goraniens et le héros, protégé des tentations de l’amour, doit aussi se sauver de celles de l’argent facile du jeu et des affaires, où pourtant il réalise des gains considérables :

  • 25 Ibidem, I, xl, p. 120.

Je me glisse avec ce peu d’argent, qui était tout ce que je possédais, au milieu de cette foule d’hommes avides de gain, et je commence par parier deux ducats que je gagne, puis je parie, je parie et je gagne toujours. Mon tour de tenir le cornet, où sont les trois dés, étant arrivé, je jette tout mon argent sur la banque, et il consistait déjà en trente-huit ducats. […] mon bonheur fut complet ce jour, puisque je passai dix-sept fois à mon avantage. Ayant manqué le dix-huitième, où je ne perdis pas grand chose, j’eus la sagesse de me retirer, après avoir rempli toutes mes poches de différentes espèces d’or […] Je pris mon chemin tout droit à mon régiment [...]25

  • 26 Ibidem, ivi.

14Il s’agit ici de la narration fortement romanesque d’un « bonheur momentané »26, d’un moment de joie, la manifestation de l’appât que la fortune tend au jeune héros. Tout de suite la punition arrive :

  • 27 Ibidem, ivi.

[…] Trois jours après m’étant approché, au quartier général, d’une grande table de pharaon, je voulus encore essayer le hasard de la fortune, […] Je perdis, dans moins d’une heure, tout l’argent que j’avais sur moi.27

  • 28 Lorenzo Da Ponte, Mémoires: 1749-1838, préface et notes de R. Vèze, s.l., D’aujourd’hui, 1983, pp. (...)
  • 29 Dans ses mémoires Casanova fait du jeu de hasard un élément constant de son projet autobiographique (...)

15Pourtant la versatilité du jeu de hasard est la métaphore du sort aveugle, le symbole du suspense, l’expédient littéraire le meilleur, chez les écrivains aventuriers comme Da Ponte28 ou Casanova29 pour garantir l’intérêt du lecteur. En refusant d’en parler avec l’insouciance d’un accident littéraire, mais seulement comme d’une épreuve à surmonter pour arriver à la probité, Gorani se pose, encore une fois, comme un héros de roman classique. Quant à l’argent des affaires, l’entrave prend quelques fois la forme de la morgue aristocratique de l’auteur :

  • 30 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., II, xlv, p. 350.

[...] Il n’eût tenu qu’à moi de m’établir dans cette ville [Cadix] de la manière la plus avantageuse, d’y devenir un millionnaire comme tant d’autres ou d’épouser quelque femme riche. […] Je dédaignais donc une richesse acquise par le commerce ou par ce que j’appelais du nom ridicule de mésalliance. Enfin, j’avais encore la maladie des gens de mon état et de mon pays, et j’étais, à cet égard, aussi bête que si je n’avais point voyagé. Mes préjugés m’empêchèrent donc de tirer parti des circonstances les plus heureuses de ma vie.30

  • 31 Ibidem, IV, lxxiv, p. 497 du manuscrit.
  • 32 Ibidem, ivi, p. 498.

16La tentation des affaires reprend Gorani en 1795 à Paris. L’écrivain décide de rentrer en France pour tenter la fortune et prouver au nouveau gouvernement français qu’il n’est pas un émigré. De cette façon Gorani essayait de récupérer ses biens en France. Après avoir constaté un « horrible changement »31 et se voir reçu par ses connaissances d’antan « […] avec un froid à glacer comme si on ne m’avait plus reconnu et cependant les tribulations innombrables qu’on m’avait fait essuyer […] »32, il se rend compte qu’il n’y a plus de place pour lui dans le nouveau gouvernement français et que récupérer son argent sera difficile. Sa situation est critique quand le hasard lui envoie :

  • 33 Gorani acquiert : « plusieurs milliers de paires de souliers de munition qu’un Général français ava (...)
  • 34 Parenthèses de l’auteur.
  • 35 Ibidem, pp. 574-575.

[…] un matin, la femme d’un libraire du Palais-Royal, chez laquelle j’allais deux fois par semaine passer la soirée avec quelques gens de lettres. […] Enfin elle vient me projeter des affaires dorées. Je n’ai fait que deux33 de ces affaires, qui ont suffi à me remonter en argent. […] Mais, après ces deux essais, j’y renonçai par des scrupules qui m’ont fait penser qu’il ne fallait pas se procurer des moyens de fortune, pas même aux dépens d’une République que j’avais toutes les raisons de haïr. Enfin une certaine délicatesse, inséparable de mon caractère, m’a fait [renoncer]34 aux moyens sûrs de me procurer un bien considérable.35

17L’image de l’honnête aventurier est un peu ternie, mais l’esprit du gentilhomme de jadis est toujours présent sous la forme de cette « délicatesse » de caractère.

Le pouvoir et la nécessité

  • 36 Ibidem, II, xlviii, p. 357.

18Même les honneurs d’une carrière sûre et d’une richesse méritée font horreur au héros durant sa jeunesse, car ils lui arrivent quand il est au service d’un tyran, le « Marquis de Pombal, qui ne portait alors que le titre de Comte d’Oeiras »36, Premier ministre du Roi du Portugal. Avec le récit des épreuves endurées pendant le séjour de Gorani en ce pays, commence, dans les Mémoires, la narration de la période de maturité du héros.

  • 37 Ibidem, ivi, p. 402.
  • 38 Ibidem, lxvi, p. 398.
  • 39 Ibidem, ivi.
  • 40 Ibidem, ivi.
  • 41 Ibidem, lxviii, p. 403.

19Au Portugal, Gorani se rend compte de l’arrogance et de la violence d’un pouvoir tyrannique. « C’est au Portugal que je fus dans le cas de m’observer constamment, tant la crainte de périr misérablement dans un cachot de l’Inconfidencia me commandait la réserve »37. Il vit dans la peur et dans l’angoisse, même s’il est accueilli par le Premier Ministre et sa famille avec les honneurs dus à sa condition aristocratique et à la renommée de sa famille. S’il décide de fuir le Portugal, il le fait parce qu’il est « dégoûté »38. Quand il part, il s’engage « à le quitter pour toujours »39, l’âme pleine « d’indignation et de stupeur »40, ayant découvert que dans ce pays « aucun homme de bien n’était à l’abri de la persécution et d’une perte totale »41.

  • 42 Voltaire, Zadig…, cit., III et IV.

20Cette expérience traumatisante le pousse à approfondir ses études sur les institutions étatiques et sur l’économie politique. L’épreuve lui sert, comme à Zadig durant son séjour à Babylone42, à comprendre que la quête du bonheur doit se poursuivre malgré les difficultés. Après le Portugal il faut aller ailleurs, essayer encore, espérer que dans un espace plus familial, plus proche, son destin peut enfin se réaliser en positif. La nécessité ramène Gorani chez lui à Milan et à la cour de Vienne où il va tenter sa chance.

  • 43 Cf. Mihkaïl Bahktine, Du discours romanesque, in Esthétique et théorie du roman, cit., pp. 203-205.(...)
  • 44 Le topos de ce type de rencontre dans un espace de liberté et de détente, hors de l’étiquette de la (...)
  • 45 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., III, vi, p. 28.
  • 46 Ibidem, intertitre de l’auteur, ivi, vii, p. 29.
  • 47 Ibidem, ivi, viii, p. 31.
  • 48 Voir aussi Jacques Casanova De Seingalt, op. cit., I, p. 641, n.3.
  • 49 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., III, titre du chapitre xi, p. 45.
  • 50 L’Ingénu, protagoniste de l’œuvre de Voltaire, est emprisonné à la Bastille. Cf. Voltaire, L’ingénu (...)
  • 51 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., III, xii, p. 49.
  • 52 Ibidem, ivi, xiii, p. 53.

21Avant de partir, le héros a besoin de l’approbation paternelle, il part à Vigevano voir son père et lui demander aussi de l’argent. Du point de vue narratif ce voyage « à la source » représente la manifestation de sa volonté de réussite qui, pour se réaliser, doit se confronter à l’autorité familiale et à sa bienveillance. Tout roman d’initiation, jusqu’aux contes du merveilleux, en passant par les romans larmoyants, implique cette comparution du héros devant le détenteur d’un pouvoir bienveillant avant l’entreprise d’une quête43. À Vienne, en 1767, il rencontre par hasard l’Impératrice reine dans les jardins de Schönbrunn44. On lui propose d’entrer en diplomatie, il doit partir comme « Envoyé »45 pour Gênes quand arrive un premier « contretems »46 : la souveraine tombe gravement malade, et ceci retarde sa nomination ; puis survient à nouveau « Un autre contretems »47 : le célèbre et abhorré Tribunal de Chasteté48 pourrait lui faire perdre son poste, il s’en sort mais « La vérité est toujours dangereuse à la cour plus qu’ailleurs »49, où il fait confiance à tout le monde et parle trop, comme L’ingénu de Voltaire ; il n’est pas emprisonné50 mais il est « disgracié »51. Il se relève « en partie de sa disgrâce52 grâce à la renommée de feu son oncle le Général Cesare Gorani, lequel lui attire la bienveillance du vieux prince de Liechtenstein qui le prend à son service pour des commissions diplomatiques à l’étranger. Gorani visite les cours de Munich, de Stuttgart et de Mannheim, la Hollande, Londres et Paris où il rencontre Louis XV et les Philosophes.

22Gorani rentre à Vienne, où il est accueilli avec estime et affection par son bienfaiteur. Les inévitables « sottises » commises à l’étranger avec des courtisanes l’inquiètent car il déplore :

  • 53 Ibidem, ivi, xxiii, p. 85.

[…] avoir jeté des sommes très conséquentes avec lesquelles j’aurais pu me former un revenu suffisant pour passer ma vie dans l’aisance. […] Or, sans cette douleur cuisante, juste punition de mon inconduite, tout me riait dans ce petit nombre de jours. On m’assurait que bientôt j’entendrais ma nomination en qualité de Ministre auprès de quelque Cour royale [...]53

  • 54 « Cette mort [celle de l’Archiduchesse Josèphe d’Autriche par la petite vérole] fut un contretems d (...)
  • 55 « Si j’avais devant moi mes journaux de cette courte période de ma vie, des neuf premiers jours d’o (...)
  • 56 Ibidem, intertitre de l’auteur, ivi, xxiv, p. 85.
  • 57 Ibidem, ivi, xxv, p. 86.
  • 58 Ibidem,ivi, p. 88.

23Les présages, les interventions de l’écrivain du temps de l’écriture54 sur ce temps passé de bonheur55 laissent deviner « Un terrible contretems »56. Une « Atroce calomnie »57 qui lui attire le mépris du prince son protecteur. Gorani est accusé par un jaloux, le Prélat Durini, d’avoir composé une « satire en vers français dans laquelle Marie Thérèse n’était point épargnée et les Princes Kaunitz et Venceslas Liechtenstein étaient tourné en ridicule »58. La scène de l’entretien de Gorani avec ce dernier est écrite en forme de dialogue de théâtre, avec un « Moi » et un « Prince » comme personnages. La séquence débute avec :

« Monstre ! » (le Prince)

  • 59 Ibidem, ivi, p. 92.

(Moi) « Monseigneur ! Etes-vous malade, Qui vous met donc dans ce délire ? »59

24Tout l’épisode continue en discours direct, avec accusations et défenses, exclamations et interventions de l’écrivain comme “voix off” du type :

Hélas, me disais-je à moi-même, le tems marche à pas réglés, tandis que la calomnie, qui s’élance par bonds, arrive au but et atteint ses victimes ! Mais que pouvait ma faiblesse contre le despotisme, et ma vertu contre l’hypocrisie ? J’étais, dans ces instants, très malheureux.

25L’épisode avec le prince ouvre, dans les Mémoires, une série d’aventures malheureuses qui amènent Gorani à abandonner tout projet de carrière mais qui le conduisent à sa vocation d’écrivain, l’écriture étant la seule consolation face aux caprices du destin. Avec l’enchaînement des entraves, des contretemps et des malheurs du temps des aventures, l’écrivain milanais nous montre que son bonheur individuel est impossible à construire car l’idéal des Lumières qui prétend concilier le bonheur individuel et le bonheur collectif échoue à cause de la tyrannie et de l’injustice de la société des hommes. Par l’écriture autobiographique, la vie de Gorani aventurier malgré lui devient la preuve de cette impossibilité, le témoignage de l’échec personnel, de la carrière ratée, du rêve de pouvoir avorté. Les superstitions religieuses, les injustices familiales, les abus des puissants, les caprices du pouvoir absolu, sa cruauté non tempérée par la raison ou la bienveillance, empêchent l’individu d’avancer et de progresser librement dans l’existence et détruisent les vertus et les efforts de l’homme de qualité. Les Mémoires de Gorani dénoncent et affirment haut et fort qu’il n’y a pas de salut et que le malheur de vivre de chacun est inéluctable dans de telles conditions de vie. Se taire est impossible car l’histoire, dans sa dimension tragique, rejoint l’intimité profonde de l’écrivain. Son émotivité, sa forte capacité de réception l’obligent à s’exprimer.

Les bienfaiteurs

  • 60 Ibidem, I, v, pp. 16-18 ; xi, p. 37.
  • 61 Cette dame, qui « […] avait remplacé mon père et ma mère [et qui] avait été l’amie de Maupertuis » (...)
  • 62 Formey, Le philosophe chrétien ou Discours moraux, Leyde, Luzac fils, 1752.
  • 63 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., II, lxv, p. 394.
  • 64 Madame la Duchesse Serbelloni, qui avait été aussi la nymphe Égérie du jeune Pietro Verri. Ibidem, (...)
  • 65 Dans l’épisode du dépucelage de Gorani par les soins d’une femme mûre, on retrouve le schéma du rom (...)
  • 66 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., I, xlix, p. 140.
  • 67 Parmi d’autres, don Michele Blasco, oncle de de Teresa Blasco, première femme de Cesare Beccaria. M (...)
  • 68 Ibidem, III, lxxiii, p. 259.
  • 69 Gorani adhère au Club de 1789. Ibidem, III, lxxv, p. 266.
  • 70 Honoré-Gabriel Riquetti, comte de Mirabeau. Ibidem, ivi, lxxix, p. 282 et suiv.

26Les bienfaiteurs que le hasard suggère à la plume de Gorani, présentés comme anges gardiens du héros ou comme un réseau de pères tutélaires qui vont le diriger dans la société, sont nombreux dans les Mémoires et de plusieurs types. Dans les récits de jeunesse, de formation et de guerre abondent les mentors, les intellectuels comme son oncle maternel l’Abbé François Belcredi60, la comtesse B…61, le Philosophe Formey62, le Colonel baron de Hollard au Portugal63, qui se chargent de compléter son éducation et ses études, et même une grande et célèbre dame milanaise64 qui s’occupe de son initiation galante65, les vieillards comme le prince Venceslas de Liechtenstein, les aventuriers comme le comte Casellas qui le corrige du vice du jeu, les femmes et hommes de lettres, les hommes de théâtre et les poètes comme le couple Tagliazucchi66. Dans les récits de voyages, obéissant au genre, apparaît en compagnie de « l’avventuriero onorato » Gorani, une immense foule de probes : les amis ressortissants de Milan ou d’autres villes italiennes67, les compagnons de route, les diplomates ou hommes d’État, les Philosophes et hommes de sciences, les hommes d’Église, les aventuriers et agents secrets, les hommes et femmes de lettres, les nymphes et courtisanes, tout ce beau monde bigarré et varié qui fait partie du rêve cosmopolite du siècle des Lumières, où aventuriers, savants, philosophes et fonctionnaires, gentilshommes et bourgeois circulaient sur toutes les routes d’Europe et d’ailleurs. Dans la partie des Mémoires consacrée à son travail d’écrivain, réapparaissent les mentors et les intellectuels, avec les visages de Cesare Beccaria, Pietro Verri, Giuseppe Visconti di Saliceto, Charles Bonnet, Louis Le Sage, Bailly68 dont l’écrivain fait l’éloge mais aussi la critique. Parmi les amis de cœur, les Milanais Giovanni Verri, Paolo Frisi et le Français Charles Pougens. La liste continue jusqu’à la période révolutionnaire où, parmi les membres des Clubs69 et des cafés parisiens, de la Convention et de l’Assemblée Nationale, du Ministère des Affaires étrangères et des salons, Gorani trouve des amis, et les fait passer, nombreux et bien dessinés, sous sa plume infatigable. Parmi tous ces protagonistes de l’histoire révolutionnaire il y a Mirabeau70, mentor et ami, inspirateur et modèle de conduite politique. Comme Ulysse l’écrivain évoque et interroge les ombres par le pouvoir de l’écriture. Cet heureux procédé continue dans la partie des Mémoires où il est question de la fin des illusions révolutionnaires et des fugues à travers la Suisse. D’autres bienfaiteurs se rajoutent à la liste, qui s’allonge démesurément en raison des événements tragiques dont le temps des aventures se charge à la fin de la vie de l’auteur. Durant tout le parcours narratif de reconstitution vitale de Gorani, une place particulière est réservée par l’auteur aux figures familières des secrétaires qui, pour l’aventurier-voyageur, représentent une sorte d’alter ego, figures de la bonne conscience, qui ramènent le héros sur le droit chemin, comme ce jeune autrichien Frédéric Schounner qui sert Gorani pendant sa courte carrière diplomatique au service du prince Venceslas de Liechtenstein en 1766. Ce jeune homme meurt à Amsterdam en 1767 à la suite d’une maladie. Gorani fait de lui un éloge touchant :

  • 71 Ibidem, ivi, xxi, p. 77.

Frédéric Schounner ! Quel malheur pour moi de t’avoir perdu ! […] Tu n’avais cessé de me représenter que rien n’est si peu solide que les faveurs des grands, si ce n’est celle des parvenus ! [...] Assurément je l’aurais écouté et j’aurais eu alors de quoi me mettre à l’abri des disgrâces nouvelles qui ne tardèrent pas à tomber sur moi !71

27L’utilisation des points d’exclamation est là pour attirer l’intérêt du lecteur dans un climax dramatique et sentimental. Le valet Schounner n’est pas l’Ange Jesrad de Zadig ni Jacques le Fataliste mais représente le destin positif et la prudence, les vertus conservatrices face à la fureur de vivre de l’aventurier. Car Gorani continue sur ce ton :

  • 72 En italique dans le texte.
  • 73 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., III, xxi, p. 78.

Oui ! Elle fut bien forte la folie que j’eue, à Londres, de rivaliser avec Milord P…72 à l’égard de la belle et cupide P… Le bon Frédéric m’aurait arraché de ses bras le premier instant que j’ai fait sa connaissance.[…] On me dira qu’on fait souvent de pareilles folies dans ce monde. [...] Bon pour moi encore que Milord m’enleva cette abominable Italienne ! Il la fit partir de nuit pour une de ses terres. J’ai eu la sottise d’en être accablé de douleur […].73

La revanche de l’aventurier sur le hasard

  • 74 Gorani avait adhéré à la religion Réformée pendant sa captivité en Prusse.

28Gorani démontre une grande habilité à se servir du hasard, pour entrer et sortir de l’Histoire. Dans cette opération émerge sa volonté d’auteur qui plie le destin à ses besoins et fait devenir l’écriture la dernière de ses aventures. La revanche de l’aventurier face à la mort est la vie qui devient roman. Quand Gorani, qui se voit « mort », écrit les Mémoires, il ose se penser finalement comme personnage d’une histoire conclue et dominée par un destin déployé et lisible : comme un personnage de roman, que la mémoire peut faire renaître en déplaçant les tensions pragmatiques du niveau de l’action politique à celui de la reconstruction fantastique. Dans les Mémoires, ses révoltes et ses fuites face au pouvoir, à l’autorité familiale et étatique, aux règles et pratiques de la religion catholique74, sont transformées en contes exemplaires. Comme quand il affirme que la célébrité qu’il a acquise durant l’épisode de l’insurrection des prisonniers en Prusse est vaine mais bien réelle :

  • 75 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., I, lxii, p. 164.

Mais, hélas ! Qu’est-ce qu’une célébrité de ce genre ? Mon nom, mes actions, mes paroles étaient sur les bouches de tous. Maintenant, depuis quarante-trois ans qui se sont écoulés dès lors jusqu’à ce jour, naturellement tout cela est oublié. […] Vanités des vanités ! Que de vide dans les productions insensées de notre orgueil !75

  • 76 Dans le sens de « Vanité des vanités […] », in Ecclésiaste, 12.
  • 77 Il suit l’inspiration de l’Evêque Massillon, un de ses guides spirituels, avec Charles Bonnet.
  • 78 « Il n’y a pour l’homme que trois événements essentiels : naître, vivre et mourir. Il ne se sent pa (...)

29Voici un exemple où la Vanité76, ce sentiment d’inutilité de l’initiative humaine face à la mort, est pourtant un élément de la lutte contre le destin qu’entreprend l’écrivain en rédigeant son autobiographie. Quand il cherche à dresser le bilan de sa vie, il interroge la mortalité de l’humaine condition et, en même temps, il décide de mourir au monde et oriente la tension scripturaire vers le passé. Dans cet espace de l’imaginaire, Gorani ouvre la porte à l’invention romanesque et utilise l’écriture pour transformer la réalité, façonner sa biographie et nourrir l’œuvre. Dans ce jeu de création et de manipulation l’auteur place un projet autobiographique qui est essentiellement un projet de disculpation. Exilé, oublié, meurtri, l’écrivain milanais décide de rendre publique l’histoire de sa vie pour rectifier les erreurs des autres et les siennes. À travers ce désir de réhabilitation, il se dévoile et essaye de peindre son caractère. Il assume alors le masque du prédicateur77 pour entraîner le lecteur dans ce procès de connaissance de soi. En fait, cette transaction avec autrui permet de mieux comprendre les autres. Cette fonction universelle et didactique Gorani la revendique souvent car il revient sur l’utilité morale de son témoignage, tout au long du récit autobiographique78

  • 79 Jorge Semprun, L’écriture ou la vie, Paris, Gallimard, 1994, p. 71.

30Le sentiment de l’inutilité de la vie humaine face au néant, ce trou noir qui absorbe toutes les énergies, et le pressentiment de la mort comme unique destin imprègnent l’œuvre autobiographique de Gorani, qui se différencie par là des autobiographies de Rousseau, Da Ponte, Alfieri aussi pour ce sens inachevé. Pour l’écrivain milanais, aucune vocation liée à l’ambition humaine ne se réalise, sauf celle d’écrivain de Mémoires, de témoin de l’Histoire néfaste. De la conclusion de son autobiographie ressortent l’angoisse du survivant, car « tous les massacres de l’histoire ont eu des survivants »79, mais aussi, par l’écriture politique, sa volonté d’engagement dans la vie.

  • 80 Giuseppe Gorani, Conclusions, in Mémoires…, cit., IV, p. 318 du manuscrit.

Si, dans mes ouvrages, j’ai dénoncé les crimes de quelques gens puissants, mon but était salutaire : je voulais par la publicité, infliger le seul genre de châtiment qui puisse atteindre et souvent corriger les oppresseurs des peuples.80

Haut de page

Notes

1 Pour la généalogie de la famille Gorani, cf. Alessandro Casati, Giuseppe Gorani e la Guerra dei Sette Anni, Milano, Società Storica Lombarda, 1931, pp. 1- 9.

2 Marc Monnier, Introduction, in Un aventurier italien du siècle dernier : le comte Joseph Gorani, d’après ses Mémoires inédits, Paris, Calmann Lévy, 1884, p. II.

3 Mis à part les articles de Marc Monnier, Le comte Joseph Gorani, d’après ses Mémoires inédits, in « Revue des deux mondes », année XLIV, 15 octobre 1874 ; Id., Le comte Gorani en Suisse d’après ses mémoires inédits, in « Bibliothèque universelle et Revue suisse », LXXXX année, tomes LII et LIII, Lausanne, 1875.

4 Giuseppe Gorani, Mémoires pour servir à l’histoire de ma vie, manuscrit en 4 t, in 4°. Le manuscrit est conservé à la bibliothèque de la Società Storica Lombarda de Milan. De 1937 à 1942, Alessandro Casati entreprend l’édition des trois premiers volumes des Mémoires pour Mondadori. Il publie les Mémoires en français, mais avec les titres en italien : I, Memorie di giovinezza e di guerra (1740-1763) ; II, Corti e paesi (1764-1766) ; III, Dal dispotismo illuminato alla Rivoluzione (1767-1792), ainsi que les notes. Les titres des trois volumes sont de Casati qui a respecté la tomaison originale de Gorani et les titres des chapitres de chaque volume. Casati avait préparé aussi l’édition du quatrième volume mais son engagement dans la politique italienne, avant la deuxième guerre mondiale, lui empêche de terminer ce travail. En 1944 les deux premiers volumes des Mémoires… sont édités en France, sous leur titre original, par Gallimard avec une présentation de Raoul Girardet qui conserve et traduit en français une partie des notes de l’édition de Casati. Le quatrième volume, en traduction italienne, est sorti en 1999 en Italie chez Cariplo-Laterza, sous le titre Dalla Rivoluzione al volontario esilio (1792-1811) avec les notes que Casati avait préparées, augmentées par Elena Puccinelli et avec une introduction de Carlo Capra.

5 Cf. Paul Ricœur, Le temps raconté, in Temps et récit, t. III, Paris, Seuil, 1985, pp. 442-443.

6 Michel Beaujour, Miroirs d’encre. Rhétorique de l’autoportrait, Paris, Seuil, 1980, p. 11.

7 Jean Rousset, Narcisse romancier: essai sur la première personne dans le roman, Paris, J. Corti, 1972, pp. 22-29.

8 (« J’ai trouvé le port, espoir et fortune, adieu ; je me suis assez amusé, maintenant à vous de jouer »). Gorani attribue ces vers au poète français François Maynard, élève de Malherbe. Maynard fut l’un des réformateurs de la langue française et il écrit en français. Gorani cite des vers du poète en latin, sans préciser la référence, que nous n’avons pas pu localiser. Une fois encore l’écrivain milanais semble brouiller les pistes et créer une nouvelle énigme. Notre hypothèse est qu’il s’agit d’une épigraphe autographe, faussement attribuée à Maynard (que Gorani appelle Meinard), pour mieux adapter la citation à son contexte. Cf. Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987, pp. 154-155.

9 Mihkaïl Bahktine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978, p. 240. Cf. aussi Jean Sgard, Le roman français à l’âge classique, 1600-1800, Paris, Le Livre de Poche, 2000.

10 Voltaire, Zadig ou la Destinée, conte oriental et philosophique, édition présentée, annotée et commentée par Sophie Pailloux-Riggi, Paris, Larousse, 2002.

11 Abbé Prévost, Manon Lescaut in Œuvres de Prévost, par J. Sgard, P.U.G. 8 vol. 1977-1986.

12 Marivaux, P.C. de Chamblain de, La vie de Marianne : 1731-1742, Paris, Deloffre, [s.d.].

13 Voltaire, Poème sur le désastre de Lisbonne, cité in Bronislaw Baczko, Job, mon ami. Promesses du bonheur et fatalité du mal, Paris, Gallimard, 1997, pp. 17-25.

14 Mis à part les chapitres dédiés à sa famille, à sa carrière d’écrivain ou à ses idylles, toute l’autobiographie de Gorani est placée dans le temps des aventures. Cf. Formes du temps et du chronotope dans le roman, in Mihkaïl Bahktine, Esthétique…, cit., pp. 237-384.

15 Ibidem, p. 255.

16 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., I, lxv, pp. 170-171.

17 [...] cette manière d’exister qui m’a rendu voyageur, rêveur, mécontent de tout [...], in Ibidem, I, i, p. 5.

18 Ce mot revient souvent dans les Mémoires de Gorani. Cf. I, lxv, « Les insignes folies », de pp. 170-172, et II, xxxii, « Une nouvelle folie », pp. 317-320.

19 Parmi les nombreuses « sottises », cf. Ibidem, II, xviii, « Je fais des sottises à Marseille », pp. 274-276. Arrivé à Marseille Gorani se bat en duel avec un officier pour une nymphe, actrice de théâtre.

20 Ibidem, II, xvii, p. 274.

21 Carlo Goldoni, L’avventuriere onorato, a. c. di Bianca Danna, Venezia, Marsilio, 2001, atto III, scena 20.

22 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., II, xxxi, pp. 317-320.

23 Ibidem, IV, xci, pp. 639-642 du manuscrit (voir supra, note 4).

24 En vérité nous savons que le Conseil de Genève, qui ne voulait pas de la publication des ouvrages de l’écrivain milanais sans les avoir examinés, envoie en 1820 le conseiller Jean Louis Masbou chez Madame Perrette Mestral, voir les manuscrits de feu Gorani. Lors d’une séance du Conseil, le Conseiller nomme la dame « La gouvernante ou amie du vieux ». Cité par Casati in Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit,. IV, p. 442, n. 1.

25 Ibidem, I, xl, p. 120.

26 Ibidem, ivi.

27 Ibidem, ivi.

28 Lorenzo Da Ponte, Mémoires: 1749-1838, préface et notes de R. Vèze, s.l., D’aujourd’hui, 1983, pp. 30-35.

29 Dans ses mémoires Casanova fait du jeu de hasard un élément constant de son projet autobiographique.

30 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., II, xlv, p. 350.

31 Ibidem, IV, lxxiv, p. 497 du manuscrit.

32 Ibidem, ivi, p. 498.

33 Gorani acquiert : « plusieurs milliers de paires de souliers de munition qu’un Général français avait capturés dans un magasin pris aux Autrichiens et 4700 fusils et canons pris aux Autrichiens ». Ibidem, IV, lxxxiv, p. 576 du manuscrit.

34 Parenthèses de l’auteur.

35 Ibidem, pp. 574-575.

36 Ibidem, II, xlviii, p. 357.

37 Ibidem, ivi, p. 402.

38 Ibidem, lxvi, p. 398.

39 Ibidem, ivi.

40 Ibidem, ivi.

41 Ibidem, lxviii, p. 403.

42 Voltaire, Zadig…, cit., III et IV.

43 Cf. Mihkaïl Bahktine, Du discours romanesque, in Esthétique et théorie du roman, cit., pp. 203-205.

44 Le topos de ce type de rencontre dans un espace de liberté et de détente, hors de l’étiquette de la cour, nous le retrouvons dans les mémoires de Casanova quand l’écrivain vénitien rencontre la tsarine Catherine II dans le Jardin d’été de Petersbourg. L’aventurier, homme hors norme, libre, peut se permettre d’arriver au pouvoir directement, dans un espace non codifié et de convivialité. Cf. Jacques Casanova De Seingalt, Histoire de ma vie, suivie de textes inédits, édition présentée et établie par Francis Lacassin, Paris, Laffont, 1993, t. 3, pp. 423-431.

45 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., III, vi, p. 28.

46 Ibidem, intertitre de l’auteur, ivi, vii, p. 29.

47 Ibidem, ivi, viii, p. 31.

48 Voir aussi Jacques Casanova De Seingalt, op. cit., I, p. 641, n.3.

49 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., III, titre du chapitre xi, p. 45.

50 L’Ingénu, protagoniste de l’œuvre de Voltaire, est emprisonné à la Bastille. Cf. Voltaire, L’ingénu, conte philosophique ou roman, Paris, Larousse, 2000, p. 103.

51 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., III, xii, p. 49.

52 Ibidem, ivi, xiii, p. 53.

53 Ibidem, ivi, xxiii, p. 85.

54 « Cette mort [celle de l’Archiduchesse Josèphe d’Autriche par la petite vérole] fut un contretems désastreux pour moi, car, à la veille du départ de cette jeune Princesse pour Naples [elle devait se marier avec le roi de Naples] mon sort devait être décidé pour une commission royale [...] Par mon départ subit j’aurais dérangé mes ennemis [...] qui auraient manqué de faire tomber sur moi l’inculpation la plus odieuse que j’eusse jusqu’alors essuyée [...] », Ibidem,ivi, xxiv, p. 86.

55 « Si j’avais devant moi mes journaux de cette courte période de ma vie, des neuf premiers jours d’octobre 1767, on ne trouverait que des idées couleur de rose ». Ibidem, ivi, xxiii, p. 85.

56 Ibidem, intertitre de l’auteur, ivi, xxiv, p. 85.

57 Ibidem, ivi, xxv, p. 86.

58 Ibidem,ivi, p. 88.

59 Ibidem, ivi, p. 92.

60 Ibidem, I, v, pp. 16-18 ; xi, p. 37.

61 Cette dame, qui « […] avait remplacé mon père et ma mère [et qui] avait été l’amie de Maupertuis » se charge de l’éducation du jeune Gorani, prisonnier en Prusse. Durant le séjour de l’écrivain à Berlin, elle l’introduit chez le pasteur Formey. Ibidem, ivi, xlviii, p. 138.

62 Formey, Le philosophe chrétien ou Discours moraux, Leyde, Luzac fils, 1752.

63 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., II, lxv, p. 394.

64 Madame la Duchesse Serbelloni, qui avait été aussi la nymphe Égérie du jeune Pietro Verri. Ibidem, I, xvii, n.3, p. 310, éd. it. Casati.

65 Dans l’épisode du dépucelage de Gorani par les soins d’une femme mûre, on retrouve le schéma du roman libertin du XVIIIe siècle ou des romans de l’abbé Prévost.

66 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., I, xlix, p. 140.

67 Parmi d’autres, don Michele Blasco, oncle de de Teresa Blasco, première femme de Cesare Beccaria. Michele Blasco est envoyé au Portugal par le gouvernement autrichien en qualité de Lieutenant-Colonel. Ibidem, II, lxiv, p. 393.

68 Ibidem, III, lxxiii, p. 259.

69 Gorani adhère au Club de 1789. Ibidem, III, lxxv, p. 266.

70 Honoré-Gabriel Riquetti, comte de Mirabeau. Ibidem, ivi, lxxix, p. 282 et suiv.

71 Ibidem, ivi, xxi, p. 77.

72 En italique dans le texte.

73 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., III, xxi, p. 78.

74 Gorani avait adhéré à la religion Réformée pendant sa captivité en Prusse.

75 Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., I, lxii, p. 164.

76 Dans le sens de « Vanité des vanités […] », in Ecclésiaste, 12.

77 Il suit l’inspiration de l’Evêque Massillon, un de ses guides spirituels, avec Charles Bonnet.

78 « Il n’y a pour l’homme que trois événements essentiels : naître, vivre et mourir. Il ne se sent pas naître, il souffre à mourir et il oublie de vivre. Quel est donc de ces trois événements celui qui mérite le plus d’être remarqué dans mon chétif individu ? On l’apprendra en lisant ces mémoires. On y verra de nouvelles preuves que l’esprit s’use comme toutes autres choses : quoique les sciences soient ses meilleurs aliments, néanmoins elles le consument. On verra au surplus que deux choses toutes contraires nous préviennent également : l’habitude et la nouveauté. Tout devrait en vérité nous faire sentir qu’il ne faut regarder le monde présent que comme un salon de compagnie où nous ne faisons presque que passer, que comme une simple entrevue où chacun de nous cherche dans la foule le bonheur sans le trouver ni le reconnaître. Mais il est toujours certain que sans une vie à venir ce ne serait pas la peine d’être né. L’enfance, la jeunesse, les distractions, le sommeil, les maladies, l’ennui réduisent notre existence réelle à peu de moments. Nous commençons par manquer d’expérience et nous finissons par ne faire presque aucun usage de celle que nous avons acquise très chèrement. On a beau vanter notre constitution dans ce monde, tandis qu’on ne voit que misère de toutes parts. Nos frêles nerfs peuvent à peine communiquer un instant de mouvement à notre ombre légère, surtout lorsque nous sommes encore au berceau. Il suffit d’une bulle d’air corrompu pour arrêter le cours de la plus robuste jeunesse ; il ne faut qu’un souffle glacé pour renverser un héros au comble de sa puissance et de ses succès. Rien n’est donc plus faible que l’homme [...] ». Giuseppe Gorani, Mémoires…, cit., I, vi, p. 19.

79 Jorge Semprun, L’écriture ou la vie, Paris, Gallimard, 1994, p. 71.

80 Giuseppe Gorani, Conclusions, in Mémoires…, cit., IV, p. 318 du manuscrit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°9, Figures et jeux du hasard, 2005

Référence électronique

Maria G. Vitali-Volant, « Le hasard et la nécessité : figures du hasard dans les Mémoires pour servir à l’histoire de ma vie de Giuseppe Gorani », Italies [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 13 mai 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/220 ; DOI : 10.4000/italies.220

Haut de page

Auteur

Maria G. Vitali-Volant

Université du Littoral

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org