Navigation – Plan du site
"Réécritures, caricatures"

Les propos plaisants dans le deuxième livre du Courtisan de B. Castiglione

José Guidi
p. 213-224

Résumé

José Guidi examine les chapitres du livre II du Courtisan consacrés aux propos plaisants (une cinquantaine), rappelle qu’il s’agit d’une imitation délibérée du De Oratore de Cicéron et s’interroge sur la signification de ce phénomène d’appropriation. Il relève, d’une part, un désir patent chez Castiglione de s’identifier à l’orateur latin, d’autre part un usage différent du mot plaisant, par lequel l’auteur accentue la noblesse des entretiens d’Urbin, préparant ainsi le thème des rapports entre courtisan et pouvoir : une orientation qui souligne d’autant mieux que, malgré un contexte bien ancré dans la réalité, la belle cour d’Urbin n’a jamais existé.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Force est bien de se reporter, à ce sujet, à la vieille étude de Luigi Valmaggi; Per le fonti del (...)
  • 2  Cf. Baldassar Castiglione, Il Libro del Cortegiano, a cura di Nicola Longo e Amedeo Quondam, Milan (...)
  • 3  Ibidem, II, 43, pp. 183-184.
  • 4  Cicéron, De l’Orateur, texte établi et traduit par Edmond Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, 196 (...)
  • 5  Cort., II, 44 (p. 184-185); De Orat., II, 54 (p. 215).
  • 6 Ibidem, II, 45: « Ma che cosa sia questo riso, e dove stia, ed in che modo talor occupi le vene, gl (...)
  • 7  Cf. notamment à ce sujet Giancarlo Alfano, La misura e lo scacco : sul « De Sermone » di Gioviano (...)
  • 8 Cort., II, 48: « Però noi ve ne giungeremo la terza sorta, che chiamano burle »(p. 191).
  • 9  Nous nous permettons de renvoyer, sur ce point, aux conclusions d’une précédente étude déjà publié (...)
  • 10 Cort., II, 44 : « perchè di due sorti solamente parmi che se ne trovino : delle quai l'una s'estend (...)

1Sitôt qu’il s’engage dans l’examen du groupe de chapitres consacrés, dans le deuxième livre du Courtisan, aux propos plaisants, tout lecteur tant soit peu averti ne peut manquer de se trouver interloqué. Il se trouve en effet confronté – alors que l’auteur est censé n’avoir fait que transcrire des entretiens qui se sont déroulés au mois de mars 1507, à Urbin – à l’un des cas de réécriture les plus saisissants qu’il soit possible de rencontrer, même s’il ne figure pas parmi les plus étudiés1.En dépit du ton enjoué qui bien entendu est de mise, le naturel ici le cède vite à l’artifice. On notera d’ailleurs que l’on en vient à la conversation, et aux talents requis pour l’agrémenter, à la demande de l’un des interlocuteurs les plus en vue du traité : Francesco Maria della Rovere, neveu du pape Jules II, Préfet de Rome et duc héritier d’Urbin2. Et que Federico Fregoso, requis de poursuivre sur ce point, tout en feignant de récuser la question, commence déjà à y répondre, en opérant une première distinction au sein de l’art qu’il sagit d’exposer – celui des propos plaisants3. Là, le lecteur cultivé se trouve déjà en terrain familier, la classification ici présentée n’étant autre que celle qui figurait déjà dans le passage correspondant du De Oratore, de Cicéron. Avec une série d’énonciations, de la part de Castiglione, qui suivent de très près le texte latin, et parfois se bornent tout bonnement à le transcrire4. Similitude que l’on retrouve aussi dans le mouvement même des entretiens, Federico Fregoso choisissant ici de céder la place à un autre meneur de jeu, qui sera donc Bernardo Bibbiena – tout comme, dans le De Oratore, il y avait alors substitution de conférencier5. Et plus aucun doute n’est permis après la définition philosophique du rire, telle que la propose d’entrée de jeu l’auteur de la Calandria : parfaite identité des énoncés, jusque dans le trait final qui vient les conclure6. D’autant que, pour ce qui est des formulations théoriques, le décalque se poursuit tout du long. Tout au plus peut-on de surcroît relever, sous la plume de Castiglione – outre une insistance accrue sur les convenances – quelques considérations avisées touchant au danger qu’il peut y avoir à railler les puissants (sans doute empruntées au De Sermone, de Pontano)7, ainsi que l’introduction, à certain moment, d’un nouveau genre, qui n’apparaissait pas dans le traité latin, en tant qu’étranger aux jeux du prétoire : la burla8, dénomination derrière laquelle se cache en réalité la beffa, qui n’apparaît pas en tant que telle dans le traité, Castiglione ne l’abordant qu’avec beaucoup de circonspection, et n’ayant de cesse qu’il ne l’ait soigneusement édulcorée9. Mais dans la plupart des cas l’auteur du Courtisan suit, peut-on dire, pas à pas la nomenclature établie par son illustre devancier. Reprenant notamment la fondamentale distinction entre les propos plaisants qui relèvent de la narration, et ceux qui s’arrêtent au trait d’esprit – dont les modalités sont ensuite très précisément déclinées10. L’ensemble s’échelonnant sur plus de cinquante chapitres d’un livre qui en comporte, au total, tout juste cent: c’est dire que Castiglione a ménagé à ces développements une place considérable.

  • 11 Ibidem, II, 75 (p. 224); II, 77 (p. 226). De Orat., II, 68 (pp. 122-123); II, 69 (p. 124).
  • 12 Cort., II, 75 (p. 223); De Orat., II, 67 (p. 121).
  • 13 Cort., II, 48: « Eccovi che questa porta dice: ALEXANDER PAPA VI, che vuol significare che è stato (...)
  • 14 Cort., II, 56 : « Parlandosi pochi dì sono del paese o mondo nuovamente trovato dai marinari portog (...)
  • 15  Cort., II, 55 (pp. 200-201) ; le récit prend ici l’allure – et la dimension – d’une véritable nouv (...)
  • 16  Cort., II, 52 (pp. 197-198); II, 77 (p. 226) ; dans les deux cas, c’est le Conseil de Florence qui (...)

2Fidèle – jusqu’à se limiter à de fort évidentes transcriptions – pour ce qui est des énoncés théoriques, le gentilhomme mantouan l’est-il autant dans le domaine des illustrations ? La réponse est ici plus contrastée, et fait ressortir un tableau plus mouvant. Il y a, dans un certain nombre de cas, reprise pure et simple des exemples fournis par Cicéron – parfois avec les personnages même que celui-ci avait mis en scène: ainsi pour des anecdotes où interviennent Ennius et Scipion Nasica, ou, un peu plus loin, Caton11 (s’agissant, il est vrai, de bons mots dûment répertoriés, et consacrés par la tradition). A d’autres endroits, Castiglione reproduit le propos lui-même, mais en modifie l’attribution: ainsi pour une repartie prêtée en fin de compte au duc Guidubaldo face à l’un de ses lieutenants, là où Cicéron mettait aux prises deux consuls romains – le trait étant toutefois le même12. Ailleurs encore l’auteur reprend l’idée, mais en effectue une ingénieuse transposition : ainsi dans un chapitre consacré aux ingénieuses narrations ne laisse-t-il pas passer l’occasion de vilipender le pape Alexandre VI, dont le fils, Cesare Borgia, s’était tristement illustré en Romagne, aux dépens notamment du duc Guidubaldo13. Mais, à côté de cela, Castiglione propose aussi beaucoup de bons mots de son propre chef – ce qui ne signifie d’ailleurs pas qu’ils soient de lui, puisqu’il s’est agi de composer ici une sorte de florilège. Avec un souci marqué, de la part de l’auteur, de diversifier son propos (en y incluant notamment quelques anecdotes de saveur populaire), ou encore de l’actualiser (ainsi un épisode mentionne-t-il les exploits des navigateurs portugais, dont on suivait alors les découvertes avec une curiosité passionnée14, tandis qu’un autre nous entraîne jusqu’aux confins de la Moscovie, sur les rives du Borysthène15). Tout en respectant, strictement, les choix idéologiques qui lui étaient propres, c’est-à-dire en attribuant systématiquement les beaux rôles, et les bons mots, à des personnages de naissance aristocratique, sinon même de sang royal; et en brocardant, à l’inverse, le fonctionnement des institutions démocratiques (particulièrement celui des Conseils populaires, qu’il honnit16), tandis que les paysans et les gens du peuple ne font guère figure que de comparses, voués sans vergogne à être bernés. Reste que, dans l’écrasante majorité des cas, la trame même des entretiens est manifestement tributaire de la leçon du modèle latin.

  • 17 Gérard Genette, Palimpsestes, Seuil, 1982 ; Antoine Compagnon, La Seconde Main, Seuil, 1979.
  • 18  Cf. J. Guidi, Une artificieuse présentation: le jeu des dédicaces et des prologues du “Courtisan”, (...)
  • 19  De Orat., Introduction, p. XV.
  • 20 Cort., I, 1 (p. 17) ; De Orat., I, 6 (p. 15).

3Venons-en alors, une fois établie l’importance de tels emprunts, à la question la plus importante : quelle signification attribuer à ce phénomène d’appropriation, et sous quelle catégorie le ranger ? La réponse n’est pas aisée, et ce cas de figure n’est guère traité dans les ouvrages, désormais bien connus, que Gérard Genette ou Antoine Compagnon ont consacré au thème de la réécriture17. On peut commencer par lever quelques ambiguïtés. Il paraît clair, tout d’abord, que l’imitation est trop patente pour ne pas être ouvertement revendiquée. C’est peu dire que Castiglione ne fait rien pour la dissimuler : il semble s’être plu, non sans quelque ostentation, à la souligner. Et pas seulement à cet endroit particulier. On se souviendra en effet que le prologue même du traité n’est en fait que la transcription de l’incipit d’un autre traité célèbre de Cicéron, touchant lui aussi aux normes de l’art oratoire, l’Orator 18 – oeuvre souvent publiée à la suite du De Oratore, dont elle constitue en quelque sorte le prolongement naturel (au point que l’on a pu dire que le Brutus et l’Orator étaient en réalité les quatrième et cinquième tomes du De Oratore)19 .Il y a donc bien une volonté délibérée, de la part de Castiglione, de s’insérer dans une certaine tradition – la plus prestigieuse sans doute que la culture humaniste de l’époque pouvait alors proposer – celle des traités rhétoriques cicéroniens, eux-mêmes se posant en héritiers des antiques dialogues socratiques. Et la démarche même que l’auteur entend suivre, et qu’il indique à la fin du premier chapitre de son traité, est très directement inspirée du De Oratore20,. Nous voyons donc Castiglione, tout au long de son ouvrage, semer à profusion les indices susceptibles de mettre le lecteur cultivé sur la voie de l’identification.

  • 21 Ibidem, I, 6: « Avendo adunque papa Iulio II con la presenzia sua e con l’aiuto de’ Francesi ridutt (...)
  • 22 Cort., Al reverendo ed illustre signor don Michel de Silva, vescovo di Viseo, 1 : « ... senza adorn (...)

4Néanmoins – et de façon contradictoire avec ce que nous avons jusqu’ici exposé – l’œuvre se veut solidement ancrée dans une incontestable réalité, l’auteur multipliant pour ce faire les gages d’authenticité. Les entretiens d’Urbin, ainsi que nous l’avons incidemment mentionné, sont très précisément situés et datés: la cour des Montefeltre, au mois de mars 1507, au lendemain du passage du pape Jules II et de sa suite, qui s’en retournent vers Rome après avoir rétabli leur autorité sur Bologne21. Et Castiglione se montre fort soucieux – dans la mesure où son traité se veut aussi défense et illustration, au-delà de la cour d’Urbin, de l’ensemble du système des cours italiennes – de respecter des critères d’exacte reconstitution historique. Il n’est pas un des interlocuteurs cités qui n’ait été effectivement présent à Urbin à la date indiquée, et qui n’ait pu y tenir les propos dont il est crédité. Il s’agit certes d’une succession de tableaux savamment ordonnés, et relevant – en dépit des allégations de l’auteur lui-même22 – d’une mise en scène fort étudiée, mais un souci de stricte vraisemblance s’y trouve à tout le moins préservé.

  • 23  De Orat., Introduction, pp. VII-VIII.
  • 24  Cf. pour une caractérisation efficace de ces arrière-plans Gennaro Sasso, L’Italia del Machiavelli (...)
  • 25  Cf. M. Blanco, Les rhétoriques de la pointe..., pp. 201-206.
  • 26 Cort., I, 1 : « e benché io non v' intervenissi presenzialmente per ritrovarmi, allor che furon det (...)
  • 27  Cf. J. Guidi, Une artificieuse présentation..., pp. 132-139.

5On voit bien aussi, dès lors qu’entre en ligne de compte un cadre historique déterminé, ce en quoi il pouvait y avoir analogie de démarche, et dans une certaine mesure de pensée, entre Castiglione et son illustre devancier. Il s’agit d’œuvres, dans les deux cas, écrites dans un contexte dramatique bien particulier, et qu’il s’agit aussi de conjurer. En l’an 55 avant Jésus-Christ, au plus fort des luttes civiles entre factions rivales, qui ensanglantent Rome elle-même, pour ce qui est du De Oratore23. Entre 1508 et 1528, à une époque où déferlent, sur la péninsule italienne, les grandes vagues des invasions étrangères, avec leur cortège de défaites, et d’humiliations, en ce qui concerne le Courtisan24. Dans les deux cas, la tentation était grande de chercher refuge dans un certain passé, quitte à le parer de couleurs faussement idylliques, en y trouvant une sorte de revanche magique face à de décevantes réalités. De surcroît, dans la perspective humaniste revendiquée par Cicéron, la perfection dans l’art oratoire va de pair avec la recherche d’une perfection, tout à la fois culturelle et humaine, qui fait du personnage de l’orateur – comme de celui du courtisan dans le traité de Castiglione – le parangon de toutes les vertus25. On comprend mieux alors l’identité des deux démarches, Cicéron s’effaçant dans son propre traité pour laisser la parole aux grands orateurs de la génération précédente, Crassus et Antoine, et se bornant à évoquer l’horreur des temps présents dans le prologue du dernier livre – de même que Castiglione choisit de ne point paraître dans les entretiens d’Urbin26, et ne se réfère, allusivement, à une dramatique réalité que dans le prologue du quatrième livre du traité (ou, plus tard encore, dans la lettre de dédicace à Michel de Silva, avec son aspect d’élégie funéraire)27.

  • 28 Cort., II, 46 : « Quali adunque siano quei modi che debba usar il cortegiano per mover il riso e fi (...)
  • 29 De Orat., II, 58, pp. 105-106.
  • 30 Cort., II, 46 : « Il termine e misura del far ridere mordendo bisogna ancor esser diligentemente co (...)
  • 31 Ibidem, II, 68 : « È ancora da fuggire che ‘l motteggiar non sia impio... », sous peine, le cas éch (...)
  • 32 Ibidem, II, 46, où il est dit, à propos des bouffons : « e benché nelle corti queste sorti d’omini (...)
  • 33  J. Guidi, “Festive narrazioni”..., p. 177.

6Donc, un dense réseau d’analogies, que le recours systématique à la citation a pour effet de souligner. Mais aussi quelques différences. Les duels à fleuret moucheté auxquels s’adonnent quotidiennement les gentilshommes de qualité n’ont pas grand chose à voir avec les joutes du prétoire. Pour Cicéron, les propos plaisants sont simplement un procédé auquel l’orateur peut avoir recours pour accroître l’efficacité de son plaidoyer – c’est la dernière partie de l’inventio, et l’effet produit se vérifiera à l’issue du procès. Rien de tel pour le courtisan. Loin d’être une arme statutairement mise à la disposition de qui l’utilise, la moquerie, dans le milieu de cour, doit être soigneusement contrôlée et policée, le rire y faisant figure d’arme à double tranchant, qui peut se retourner contre qui la manie inconsidérément28. Or le courtisan ne doit risquer que parcimonieusement sa réputation, qui est la véritable clef de sa réussite Aussi assiste-t-on à un net infléchissement, sur certains points, de la leçon du De Oratore. En particulier, l’indication des limites à ne pas franchir – point déjà abordé, mais sans insistance particulière, par Cicéron29 – tourne chez Castiglione à la mise en garde drastique quant à l’opportunité même de recourir à la plaisanterie, qui n’est pas toujours de mise en milieu courtisan30. D’où le foisonnement, dans cette partie du traité, des prescriptions négatives – avec notamment de strictes considérations sur l’impiété (ajout le plus notable opéré par Castiglione)31, sur la nécessité de se démarquer nettement des bouffons32 ou encore sur la nécessaire prudence à l’égard des puissants (avec de larges emprunts, à l’occasion, au De Sermone, de Pontano, lui-même fortement inspiré, dans son principe, du De Oratore33).

  • 34  Cort., II, 84 : Bibbiena feint d’oublier d’en parler, et ne s’y résoud que sur l’insistance de Fed (...)
  • 35 Ibidem, II, 85 : « E parmi che la burla non sia altro, che un inganno amichevole di cose che non of (...)
  • 36  Ibidem, II, 85 (p. 236-237) ; tout porte à croire qu’il s’agit de la cour d’Urbin elle-même, que l (...)
  • 37 Ibidem, II, 87 (p. 240-242) ; cf. J. Guidi, « Festive narrazioni… », pp. 203-205.
  • 38 Ibidem, II, 89 ; Bibbiena conclut ainsi sa narration : « Ed in vero questo modo è lodevole in omini (...)
  • 39  Il s’agit pourtant de trois nouvelles particulièrement riches de signification sociale (Decameron, (...)
  • 40 Cort., II, 93 : « Ma, secondo me, la burla di Ricciardo Minutoli passa il termine... » (p. 249).

7Le seul domaine où Castiglione aurait pu véritablement faire œuvre d’originalité se présente, dans ce contexte, comme singulièrement déprécié. La beffa – qui n’est d’ailleurs que très parcimonieusement nommée – n’est abordée qu’en tout dernier lieu, et comme à regret34. Encore Castiglione en propose-t-il, d’entrée de jeu, une définition singulièrement édulcorée, qui en restreint d’avance la signification et la portée35. Ce qui correspond à la teneur des bons tours ensuite relatés, et qui tous se caractérisent par leur parfaite gratuité. Un seul se déroule au sein d’un milieu courtisan, dont l’identité nous est de bout en bout jalousement dissimulée, ce qui lui confère une certaine ambiguïté36. Quant à celui qui fait de Bibbiena la cible des risées de tout un groupe de cardinaux, il est en quelque sorte désamorcé par la future appartenance du narrateur lui-même au Sacré Collège37. La seule beffa qui semblerait pouvoir s’inscrire dans la tradition du Decameron fait en réalité figure de repoussoir, et sert à Castiglione à souligner ce dont il faut soigneusement se démarquer38. Cette prévention se manifeste aussi par la lecture singulièrement appauvrie et mutilée de quelques nouvelles de Boccace39 – à l’égard duquel, dans la dernière rédaction du Courtisan, apparaît nettement une formulation de blâme40. Désaffection qu’accuse encore la faveur non dissimulée dont jouissent les motti dans le traité.

  • 41  Il s’agit naturellement de La Calandria, comédie représentée pour la première fois lors des festiv (...)
  • 42  Cf. G. L. Moncallero, Il cardinale Bernardo Dovizi da Bibbiena, umanista e diplomatico, Firenze, O (...)
  • 43  Tels sont en effets les thèmes majeurs du quatrième livre du traité, en rupture marquée avec la te (...)
  • 44 Cort., Al reverendo ed illustre signor..., pp. 3-6 en particulier.

8On en revient alors à la question fondamentale : qu’a voulu faire Castigione en attribuant à Bernardo Bibbiena – lui-même connu comme auteur d’une comédie réputée41 – des propos qui sont autant de citations littérales du De Oratore, et cela sans le mentionner ? Il semble bien, pour les raisons déjà indiquées, qu’il y ait lieu d’écarter l’hypothèse du plagiat vulgaire – consistant à s’emparer, subrepticement, de la pensée d’autrui pour la faire indûment sienne. La citation, même si elle n’est pas ici formellement signalée, est trop patente pour n’être pas ouvertement revendiquée. La gageure de Castiglione – qui agit ici avec une désinvolture calculée – tient sans doute au fait d’avoir pu attribuer, sans invraisemblance majeure, à la personne de Bernardo Bibbiena, prélat mondain doublé d’un fin lettré42, des propos formulés en fait par Cicéron dans le plus prestigieux de ses traités. Qu’il ait pu le faire aussi naturellement, et en les reprenant, sur certains points, dans leur intégralité, conférait aux entretiens d’Urbin – eux-mêmes censés illustrer les échanges intellectuels qui avaient lieu au sein d’une haute société aristocratique – une extraordinaire dignité. Avec, de surcroît, une conséquence supplémentaire : si telle était la qualité des échanges dans un domaine qui ne relevait que de l’agrément, quel n’aurait pas été le degré de perfection postulé lorsqu’il se serait agi d’aborder véritablement le cœur du sujet : les rapports du courtisan avec le pouvoir princier, ou encore la célébration, au travers de l’incantation néo-platonicienne de Pietro Bembo, d’un nouvel ordre distinctif de valeurs spirituelles43 ? La citation prend ici un sens bien particulier. Loin de différencier un discours premier d’un discours second, elle scelle au contraire, leur idéale superposition. Le tout dans une cour bien concrète, et cependant idéalement soustraite aux vicissitudes de l’histoire, et du temps, pour se trouver figée dans une dimension d’irréelle perfection. Une cour qui, en 1528, lorsque fut finalement publié le traité, se présentait comme enracinée dans un lointain passé – ce que finit par confesser l’ultime lettre de dédicace à Michel de Silva, avec ses accents endeuillés44, portrait d’une élégante société aux rangs désormais tragiquement clairsemés, et qui de toute façon, telle que la décrit Castiglione lui-même, n’a sans doute jamais existé. Image mythique de la cour, plus que cour réelle, participant de ce monde des essences néo-platoniciennes dans lequel le discours conclusif de Pietro Bembo parvient à nous entraîner – ce que la citation à la fois ostensible et inavouée du De Oratore, tout au long du passage considéré, a aussi pour effet de signifier.

Haut de page

Notes

1  Force est bien de se reporter, à ce sujet, à la vieille étude de Luigi Valmaggi; Per le fonti del “Cortegiano”, in«Giornale Storico della Letteratura italiana », XIV, 1889, pp. 72-93.

2  Cf. Baldassar Castiglione, Il Libro del Cortegiano, a cura di Nicola Longo e Amedeo Quondam, Milano, Garzanti, 1981 (édition à laquelle nous renverrons dorénavant par l’abréviation Cort.), II, 42 : « ...perchè in vero a me pare che importi assai, e molto si convenga al cortegiano » (p. 182).

3  Ibidem, II, 43, pp. 183-184.

4  Cicéron, De l’Orateur, texte établi et traduit par Edmond Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, 1967 (édition à laquelle nous renverrons par l’abréviation De Orat.), II, 54 (p. 217).

5  Cort., II, 44 (p. 184-185); De Orat., II, 54 (p. 215).

6 Ibidem, II, 45: « Ma che cosa sia questo riso, e dove stia, ed in che modo talor occupi le vene, gli occhi, la bocca e i fianchi, che par che ci voglia far scoppiare, tanto che, per forza che vi mettiamo, non è possibile tenerlo, lasciarò disputare a Democrito » (p. 188) ; De Orat., II, 58: « quid sit ipse risus, quo pacto concitetur, ubi sit, quo modo existat atque ita repente erurmpat, ut eum cupientes tenere nequeamus, et quomodo simul latera, os, venas, oculos, vultum occupet - viderit Democritus » (p. 233).

7  Cf. notamment à ce sujet Giancarlo Alfano, La misura e lo scacco : sul « De Sermone » di Gioviano Pontano, in « Modern Linguage Notes », Italian issue, janvier 2000, vol. 115, n° 1, pp. 13-33.

8 Cort., II, 48: « Però noi ve ne giungeremo la terza sorta, che chiamano burle »(p. 191).

9  Nous nous permettons de renvoyer, sur ce point, aux conclusions d’une précédente étude déjà publiée à ce sujet : J. Guidi, « Festive narrazioni », « motti » et « burle » (« beffe ») : l’art des facéties dans « Le Courtisan », in Formes et significations de la « beffa » dans la littérature italienne de la Renaissance, Paris, C.R.R.I., 1975, pp. 171-210.

10 Cort., II, 44 : « perchè di due sorti solamente parmi che se ne trovino : delle quai l'una s'estende nel ragionar lungo e continuato... L'altra sorte di facezie è brevissima e consiste solamente nei detti pronti e acuti, come spesso tra noi se n'odono, e de' mordaci ; né senza quel poco de puntura par che abbiano grazia » (p. 183 – 184) ; sur cette seconde catégorie cf. notamment Mercedes Blanco, Les bons mots du courtisan, in Les rhétoriques de la pointe : Baaltaasar Graciàn et leconceptisme en Europe, Paris, Champion, 1992, pp. 201-206.

11 Ibidem, II, 75 (p. 224); II, 77 (p. 226). De Orat., II, 68 (pp. 122-123); II, 69 (p. 124).

12 Cort., II, 75 (p. 223); De Orat., II, 67 (p. 121).

13 Cort., II, 48: « Eccovi che questa porta dice: ALEXANDER PAPA VI, che vuol significare che è stato papa per la forza che egli ha usata e più di quella si è valuto che della ragione » (p. 192) ; on peut voir là une sorte de revanche posthume, en même temps qu’une mise en garde contre les menées parfois spoliatrices de la papauté.

14 Cort., II, 56 : « Parlandosi pochi dì sono del paese o mondo nuovamente trovato dai marinari portoghesi... » (p. 201).

15  Cort., II, 55 (pp. 200-201) ; le récit prend ici l’allure – et la dimension – d’une véritable nouvelle.

16  Cort., II, 52 (pp. 197-198); II, 77 (p. 226) ; dans les deux cas, c’est le Conseil de Florence qui se trouve plus particulièrement pris à partie, même si le propos se veut plus large (« come spesso interviene in queste republiche... »).

17 Gérard Genette, Palimpsestes, Seuil, 1982 ; Antoine Compagnon, La Seconde Main, Seuil, 1979.

18  Cf. J. Guidi, Une artificieuse présentation: le jeu des dédicaces et des prologues du “Courtisan”, in L’écrivain face à son public en France et en Italie à la Renaissance, Paris, Vrin, pp. 127-144.

19  De Orat., Introduction, p. XV.

20 Cort., I, 1 (p. 17) ; De Orat., I, 6 (p. 15).

21 Ibidem, I, 6: « Avendo adunque papa Iulio II con la presenzia sua e con l’aiuto de’ Francesi ridutto Bologna alla obedienza della sede apostolica nell’anno MDVI, e ritornando verso Roma, passò per Urbino... » (p. 25).

22 Cort., Al reverendo ed illustre signor don Michel de Silva, vescovo di Viseo, 1 : « ... senza adornar la verità de vaghi colori o far parere per arte di prospettiva quella che non è » (p. 6).

23  De Orat., Introduction, pp. VII-VIII.

24  Cf. pour une caractérisation efficace de ces arrière-plans Gennaro Sasso, L’Italia del Machiavelli e l’Italia del Guicciardini (1500-1559), in Storia d’Italia, a cura di Nino Valeri, Torino, U.T.E.T., 1965, vol. 2, p. 197-381.

25  Cf. M. Blanco, Les rhétoriques de la pointe..., pp. 201-206.

26 Cort., I, 1 : « e benché io non v' intervenissi presenzialmente per ritrovarmi, allor che furon detti, in Inghilterra... » (p. 17) ; on sait pertinemment que Castiglione avait bel et bien regagné le duché à la date indiquée pour comme étant celle des entretiens, comme le prouve le détail de sa correspondance (cf. Le Lettere, a cura di Guido La Rocca, vol. I, Milano, Mondadori, 1978, pp. 82-88).

27  Cf. J. Guidi, Une artificieuse présentation..., pp. 132-139.

28 Cort., II, 46 : « Quali adunque siano quei modi che debba usar il cortegiano per mover il riso e fin a che termine, sforzerommi di dirvi, per quanto mi mostrerà il mio giudicio ; perchè il far ridere sempre non si convien al cortegiano » (p. 188).

29 De Orat., II, 58, pp. 105-106.

30 Cort., II, 46 : « Il termine e misura del far ridere mordendo bisogna ancor esser diligentemente considerato, e chi sia quello che si morde » (p. 189).

31 Ibidem, II, 68 : « È ancora da fuggire che ‘l motteggiar non sia impio... », sous peine, le cas échéant,de très graves sanctions : « e però questi tali, che voglion mostrar di essere faceti con poca reverenzia di Dio, meritano esser cacciati dal consorzio d’ogni gentiluomo. » (pp. 216-217).

32 Ibidem, II, 46, où il est dit, à propos des bouffons : « e benché nelle corti queste sorti d’omini par che si richieggano, pur non meritano esser chiamati cortegiani, ma ciascuno per lo nome suo ed estimati tali quai sono » (p. 189).

33  J. Guidi, “Festive narrazioni”..., p. 177.

34  Cort., II, 84 : Bibbiena feint d’oublier d’en parler, et ne s’y résoud que sur l’insistance de Federico Fregoso (p. 235) ; cinq chapitres seulement lui sont consacrés.

35 Ibidem, II, 85 : « E parmi che la burla non sia altro, che un inganno amichevole di cose che non offendano, o almen poco » (p. 255).

36  Ibidem, II, 85 (p. 236-237) ; tout porte à croire qu’il s’agit de la cour d’Urbin elle-même, que le narrateur, mis au défi de s’en expliquer par la duchesse Elisabeth en personne, se refuse toutefois obstinément à nommer.

37 Ibidem, II, 87 (p. 240-242) ; cf. J. Guidi, « Festive narrazioni… », pp. 203-205.

38 Ibidem, II, 89 ; Bibbiena conclut ainsi sa narration : « Ed in vero questo modo è lodevole in omini che non facciano altra professione ; ma le burle del cortegiano par che si debbano allontanar un poco più dalla scurrilità » (p. 245).

39  Il s’agit pourtant de trois nouvelles particulièrement riches de signification sociale (Decameron, III, 6 ; VII, 7 ; VII, 8) ; cf. notamment à ce sujet Mario Baratto, Realtà e stile nel Decameron, Verona, Neri Pozza, 1970, pp. 164-168 et 275-279 notamment.

40 Cort., II, 93 : « Ma, secondo me, la burla di Ricciardo Minutoli passa il termine... » (p. 249).

41  Il s’agit naturellement de La Calandria, comédie représentée pour la première fois lors des festivités du carnaval de 1513, à Urbin, et avec le concours de Castiglione lui-même (Cf. Anna Fontes-Baratto, Les fêtes à Urbin en 1513 et “La Calandria”, in Les écrivains et le pouvoir en Italie à l’époque de la Renaissance (deuxième série), Paris, C.I.R.R.I., 1974, pp. 45-79).

42  Cf. G. L. Moncallero, Il cardinale Bernardo Dovizi da Bibbiena, umanista e diplomatico, Firenze, Olschki, 1953.

43  Tels sont en effets les thèmes majeurs du quatrième livre du traité, en rupture marquée avec la teneur des entretiens précédents (cf. Amedeo Quondam, La “forma del vivere”. Schede per l’analisi del discorsocortigiano, in La corte e il “Cortegiano”, vol. II, Un modello europeo, Roma, Bulzoni, 1980, pp. 17-31).

44 Cort., Al reverendo ed illustre signor..., pp. 3-6 en particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/1, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

José Guidi, « Les propos plaisants dans le deuxième livre du Courtisan de B. Castiglione », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 20 décembre 2009, consulté le 19 août 2017. URL : http://italies.revues.org/2237 ; DOI : 10.4000/italies.2237

Haut de page

Auteur

José Guidi

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org