Navigation – Plan du site
"Polémiques et pamphlets"

À propos de Carlo Gozzi et des Granelleschi

Gérard Luciani
p. 321-342

Résumé

Gérard Luciani étudie les mécanismes et la « nature » de la satire de Carlo Gozzi à partir de textes composés contre Goldoni dans le cadre de l’Académie des « Granelleschi ». Une satire qui va de la manière de héler l’initiateur de la comédie nouvelle à la caricature de sa silhouette, et à la dérision de ses ambitions de réformateur du théâtre. Gérard Luciani nous fait ainsi découvrir avec malice la violence et la grossièreté cachées sous des recherches lexicales et laisse à l’occasion entrevoir que Gozzi avait lu lui aussi certain roman à succès...

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Quelques publications partielles avaient précédé cette monographie : en 1972, dans une collection b (...)

1Les circonstances nous ont amené à relire une thèse (Carlo Gozzi, L’Homme et l’Œuvre), dont la soutenance remontait à 1974 et la publication à 1977, deux dates qui n’ont pas manqué de susciter chez l’auteur des réflexions classiques sur la fuite du temps et accessoirement les vicissitudes des travaux de cette sorte. À l’époque de la longue gestation de cette thèse, l’œuvre de Carlo Gozzi constituait un sujet original, même en Italie, et on en avait un indice dans l’extrême rareté des éditions disponibles. Depuis la situation a heureusement évolué : le chercheur dispose d’un bon nombre de textes et la critique a multiplié, en Italie et ailleurs, analyses et réflexions. De là à conclure que des découvertes réelles sont venues modifier substantiellement le point de vue que l’on peut avoir sur Gozzi, il y a un pas que nous hésitons à franchir. En effet les mêmes incertitudes persistent, liées aux mêmes préjugés1 de sympathie et d’antipathie à l’égard d’un auteur (codino obstiné et ‘méchant’) qui avait eu le tort de s’en prendre à Goldoni, gloire nationale d’une Italie en marche vers son Unité, esprit de progrès digne des éloges d’un étranger aussi prestigieux que Voltaire, génial réformateur d’une Comédie italienne jusqu’alors obstinément cantonnée dans les indignes lazzi de la Commedia dell’arte.

2À la relecture, il apparaît que cette thèse traitait rapidement certains points, comme les textes que Carlo Gozzi avait composés contre Goldoni dans le cadre de l’Académie des Granelleschi, et il peut n’être pas inutile d’essayer de mesurer plus exactement la nature, les mécanismes et les modalités de la satire gozzienne, volontiers spirituelle, parfois violente, toujours irrévérencieuse.

  • 2 C. Gozzi, Memorie inutili, ed. a cura di G. Prezzolini, Bari, Laterza, 1910, vol. I,Parte Ia, cap. (...)
  • 3  E. Masi, Studi sulla storia del teatro italiano nel sec. XVIII°, Firenze, Sansoni, 1891, p. 30.

3Revenons ici sur l’origine de cette Académie, mais seulement pour rappeler que c’était une de ces nombreuses associations qui avaient joué et continuaient à jouer un rôle important dans la vie culturelle et sociale de la société d’Ancien Régime. D’emblée, elle se distinguait de ses sœurs par un caractère assez particulier de verve gaillarde, dont témoignaient son nom dérivé des granelli, mot toscan désignant un élément de l’appareil génital masculin, et son emblème : un hibou, comme l’écrivit plus tard Carlo Gozzi dans ses Mémoires inutiles, « tenant dans la griffe droite une paire de testicules »2. Dédaignons une pudibonderie qui avait pu suggérer à des Français du XIXème siècle des traductions voilées de ce mot (pour Paul de Musset « amateurs d’âneries », pour Alphonse Royer « Ineptes »)3 et disons que c’était l’Académie des Couillons, ce que confirme le registre auquel nombre de ses membres avaient puisé leur pseudonyme académique (le Velu, le Droit, le Gauche, le Pendant, voire le Solitaire qu’était Carlo Gozzi). Cette tonalité de farces d’étudiants prolongés correspond à la partie bouffonne de la vie de l’association mais contraste de manière frappante avec ses activités sérieuses, les productions érudites qu’énumère Gozzi dans ses Mémoires, pour les opposer – non sans complaisance – à ce qui ne constituait sans doute à ses yeux qu’un comique de façade.

4La date (« aux environs de 1740 ») qu’indiquent les Memorie inutili est vague et il nous semble devoir lui préférer de beaucoup celle de 1747, conforme aux indications que donne Daniele Farsetti, un témoin oculaire, dans ses Mémoires, repris par G. B. Roberti. Gozzi lui-même, revenu de Dalmatie où il avait passé trois ans, d’octobre 1741 à octobre 1744, s’il n’a pas été parmi les fondateurs, n’a sans doute pas tardé à participer à une association dont l’ambiance, faite d’une alternance de plaisanteries parfois grasses et de pratique idolâtre de la littérature italienne classique, convenait bien à son caractère. Au cours de la dizaine d’années qui suivit, son rôle personnel allait changer d’orientation et y devenir considérable dans le sens de la critique des auteurs et des modes de son temps.

  • 4  Sur ce sujet, on nous permettra de renvoyer à notre Goldoni et ses polémiques théâtrales avec l’ab (...)

5Au départ, il y a le fait que Goldoni, revenu à Venise en 1748, allait y écrire pour la troupe Medebach puis pour celle du théâtre de S. Luca, accumulant des œuvres qui devaient susciter un concert d’éloges et de critiques, et en tout premier lieu la rivalité de l’abbé Pietro Chiari4. Si nous en croyons Gozzi, c’est le spectacle affligeant des excès nés de cette rivalité, dans laquelle Chiari, puis Goldoni, et plus encore leurs partisans, ne reculaient devant aucune sorte de coups, qui incita les Granelleschi, ou au moins certains d’entre eux, les plus jeunes ou les moins investis de responsabilités publiques, à faire une critique volontiers bouffonne dans sa forme des défauts qu’ils disaient relever dans les pièces de Chiari et, en une mesure sans doute moindre, dans celles de Goldoni. Gasparo Gozzi avait une situation plus délicate : sa fonction de rédacteur de la « Gazzetta veneta », son tempérament pacifique, sa position morale d’observateur et d’arbitre officieux de la vie culturelle locale, lui interdisaient de prendre trop ouvertement parti contre un Goldoni qu’il estimait fort, quitte à en critiquer les faiblesses, s’il se sentait beaucoup plus libre envers l’abbé Chiari. Et par ailleurs, ses confrères de l’Académie les plus virulents n’allaient pas lui laisser oublier ses devoirs envers eux, à commencer par la fidélité à leurs engagements communs.

  • 1
  • 6  En outre deux s’en prennent à Chiari seul, deux à un jeune prêtre, Placido Bordoni, qui avait mala (...)

6Le seul aspect qui nous intéresse directement ici est le rôle de Carlo Gozzi, et en particulier ses écrits contre Goldoni, tels qu’on les rencontre dans des textes collectifs de l’Académie, comme les Atti granelleschi, ou dans des publications plus personnelles, qui se situent tout à la fin de la décennie 1750-17605. Notons à ce propos que, sur les 131 textes de Carlo Gozzi qui nous ont été conservés de ceux qu’il composa dans ce contexte granellesco, la très grande majorité (au moins 97), pour l’essentiel constituée de sonnets, avec ou sans coda, a expressément pour cible le seul Goldoni6.

7Les incipit des textes de Carlo Gozzi constituent à eux seuls une sorte de catalogue des thèmes de la critique qu’il fait de Goldoni, à commencer par les études successives et les titres divers de celui-ci, qui témoignent, selon Gozzi, de sa « prétention » : « A un Medico, Avvocato, Assessore… »

8Le mot « Avocat » n’apparaît guère que pour amener une allusion au monde de la justice (« Un Avvocato senza testimoni… »), et c’est surtout le titre de « Docteur » qui excite la verve de Gozzi. Tantôt il s’adresse avec urbanité à sa victime (« Caro Dottor, non c’è verso né via… » ; ou « I tuoi parzial, Dottor, ci han dimostro… »), ou il use d’un simple titre utilisé dans la conversation courante (« Dottor, e’ ti si dièr sì bei quesiti… » ; « Io vi sono, Dottor, molto obbligata… » ; « Dottor, noi siam due vasi tutt’a dua… », ou encore : « Dottor, se incontra qualche tua commedia… » ; « Scusa, Dottor, se ancor ti molesto… »), ou enfin il l’associe commodément au titre de son rival Pietro Chiari : « Dottor e abate, s’io v’ho travagliato… » ou à ses admirateurs (« Laudate, pargoletti, il Dottor vostro…. »).

9Mais Gozzi se complaît surtout à user de ce titre (« Gli amanti del Dottor per le scene… » ; « Nella battaglia fra me e il Dottore… » ; « Piange il Dottor spoetato a cald’occhi… » ; « Poiché il Dottor non vuol lasciarmi in Pace… » ; « Scrive il Dottor in una Prefazione… »), comme s’il n’y avait à Venise qu’un seul Dottore connu de tout un chacun. L’effet se veut plus comique quand ce titre est renforcé d’un adjectif laudatif – et l’association n’est pas sans évoquer les boniments de saltimbanques (« Il celebre Dottor Carlo Goldoni… ») ou au contraire associé à l’indication d’une position ridicule : « Stassi il Dottor sdrajato e strappa e sbrana… »

  • 7  Goldoni lui-même, faisant parler Ésope, se désigne sous ce pseudonyme : « …in mia vece, beveralla (...)

10À côté de ces titres, ce qui semble inspirer la fureur vengeresse de Gozzi, c’est le fait que Goldoni – dont il pense avoir démontré aux yeux de tous qu’il est un monument d’inculture – appartient à l’Arcadia où lui a été attribué le pseudonyme académique ronflant, comme c’était généralement le cas, de Polisseno Fegejo. Il n’est que de voir comment reviennent ces deux éléments7 : usant plus rarement de « Polisseno » (« Chi vuol godersi Polisseno un tratto… »), Gozzi semble préférer le patronyme « Fegejo », parfois agrémenté comme il se doit de l’article défini (« Che fa il Fegejo ? E’ scrive un suocapitolo… » ; « Dice il Fegejo in una prefazione… » ; « Il Fegejo fa prose e poemetti… » ; « Il Fegejo ha drizzato una sua torre… »), mais aussi employé tout bonnement : « Fegejo alza la cresta e sfida l’orbe… » ; « Fegejo a’ suoi babbion… » ; « Fegejo delle satire si ride… » ; « Fegejo è insuperbito e rigonfiato… » ; « Fegejo i cavalier dipinge bari… ». Ainsi que nous l’avons noté plus haut à propos du mot « Dottore », Gozzi emploie le terme de « Fegejo » en association avec le nom, bien réel, de Chiari (« Grida il Fegejo e il Chiari cheto stassi… ») ou bien en contraste bouffon avec quelque adjectif péjoratif dénotant l’apitoiement méprisant (« Vide il meschin Fegejo la quistione… ») ou plus énergiquement la folie (« Hai tu mai letto, Fegejo invasato… »).

11Rien n’échappe à la verve moqueuse de Gozzi de la personnalité et des habitudes de son adversaire, à commencer par ses pratiques d’écrivain qui fait sa publicité : il est vrai que Goldoni ne manque jamais de faire précéder ses pièces – mais c’est assez conforme à l’usage du temps – d’une dédicace à quelque personnage envers lequel il se sent des obligations d’estime ou de reconnaissance, ou dont au contraire il espère pour l’avenir un cadeau, voire une protection. Mais Gozzi daube (« Disse il Poeta : “Un roman cavaliere”…») sur le goût de Goldoni pour les patronages plus ou moins prestigieux, qui lui permettaient de recourir à d’illustres protecteurs dans sa rivalité avec Chiari et plus généralement de les évoquer devant le public vénitien. Alors intervenait la « Gazzetta » de Gasparo à laquelle, si nous devons en croire Carlo, Goldoni recourait volontiers (« Tosto che fu inventata la Gazzetta… ») : c’est ce qui se produisit dans l’épisode des vers de Voltaire publiés dans la « Gazzetta » et qui avaient fait grand bruit à Venise. Dans cette affaire, le rôle de Gasparo Gozzi n’était pas très clair (« Gazzettier mio, noi rileviamo pure… ») aux yeux de son frère et des plus virulents anti-goldonistes rangés autour de lui, qui s’indigne de voir les autres tiédir et s’interroge (« Può far Iddio che siate tutti quanti / ridotti partigiani del Goldoni… »).

12Critiquer Goldoni ne se borne pas pour Gozzi à ces jeux verbaux : ainsi dépasse-t-il ce qui pourrait n’être que sarcasme superficiel pour se porter sur les méthodes de composition de Goldoni, sur cette observation du réel dont celui-ci tire l’inspiration de ses intrigues comiques, et que Gozzi rabaisse au rang de simple activité d’enregistrement matériel (« Esci di casa per starvi tre ore… »). En fait son hostilité à Goldoni demeure lucide, et il ne laisse pas passer sans réagir (« Scrive il Dottor in una Prefazione… ») l’intérêt de déclarations aussi solennelles et importantes que celles qu’a faites Goldoni dans la Prefazione dell’autore à la première édition (1750) de ses comédies.

13C’est là, on le sait, que Goldoni, répondant à ceux qui feignent de croire à l’inexistence de son bagage livresque, ajoute à l’évocation des grands auteurs de théâtre de tous les temps et de tous les pays le titre des deux grands « livres » dont s’inspirent ses comédies : le « Monde », c’est-à-dire la vie qui l’entoure, et le « Théâtre » qu’il fréquente, où il vit et pour lequel il écrit avec ses succès et ses échecs. Gozzi, qui manifestement ne saurait ignorer ce texte essentiel à la compréhension de l’entreprise de la réforme théâtrale goldonienne, nous y renvoie. Les deux premiers quatrains résument assez bien un argument de Goldoni :

  • 8  Venise, Biblioteca Marciana, Cod. Ital., cl. IX, 327, 6321, fol. 20.

Dice il Fegejo in una Prefazione
Che a riformar il teatro, le scene
Devon di molti fatti esser ripiene
E di molti caratteri e persone.
Le antiche pel costume non son buone,
Le Francesi son sceme e non van bene.
L’Italia ha gran cervello e non s’attiene
A ciò che agl’altri dà riputazione.8

14Dans sa Préface, datée rappelons-le, de 1750, Goldoni analysait les tentatives diverses de ses prédécesseurs : traductions du latin, de l’espagnol ou du français, comédies originales de l’école toscane des Fagiuoli ou des Nelli, pièces à machines ou en musique, drames, tragédies. Et il concluait cette revue par cette déclaration prophétique, si l’on tient compte du fait que les Fiabe ne viendront que dix ans plus tard :

…più di tutto mi accertai che, sopra del maraviglioso, la vince nel cuor dell’uomo il semplice e il naturale.

Il ajoute un peu plus loin cette phrase – qui semble s’adresser par avance (mais s’étaient-ils déjà manifestés à cette époque ?) à Gozzi et à ses amis :

  • 9  C. Goldoni, Opere, a c. di G. Ortolani, Milano, Mondadori, 1955, vol. I, p. 771.

Coloro che amano tutto all’antica, ed odiano le novità, assolutamente parmi che si potrebbono paragonare a que’ Medici, che non volessero nelle febbri periodiche far uso della chinchina per questa sola ragione, che Ippocrate o Galeno non l’hanno adoperata.9

Gozzi se livre à une caricature qui tourne à la falsification, des déclarations prudemment optimistes de Goldoni sur les fruits qu’il dit escompter de son entreprise :

[…] le maniere ho io trovate
Di sazïar l’italïane menti
Nelle riforme, e di chiamar brigate.

Et il s’empresse de réfuter – non sans maladresse d’ailleurs – cette affirmation qu’il vient de prêter gratuitement à son adversaire, en prétendant montrer les sordides réalités qu’entraîne la pseudo-réforme goldonienne :

[…] Fegejo ne menti,
Tu hai non riformato, ma viziato
Cercando solo d’appagar le genti.
I fanciulli innocenti
Cercando ad appagar le brame strane
Crescon in vizio, e vanno alle puttane.

15Au fond, si Gozzi calomnie son adversaire, c’est au terme d’un raisonnement dont il est pénétré, puisque nous le lui verrons reprendre à maintes reprises au long de son œuvre, des Memorie inutili aux Fiabe : la cause de tous les maux de l’humanité en général n’est autre que la quête effrénée de la nouveauté, et dans le cas particulier du théâtre italien, cette recherche est motivée par le seul désir de s’enrichir d’auteurs sans scrupules, avec pour résultat assuré de lasser le public.

Le mense erano sane
In lor simplicitade, e a poco a poco
Accrebbe salse, e in fin l’ha guaste il cuoco.

La prétendue réforme, proclamée à son de trompe par Goldoni et ses partisans, demeurera illusoire tant que le fond de l’esprit humain n’aura pas été modifié :

  • 10  Allusion à la Sposa persiana (1753).

L’ingordigia è un de’ punti
Che ha sempre l’uman seme rovinato ;
L’appaga, e ti so dir, l’hai riformato :
Non è considerato
Chi cambia il Truffaldin nella Persiana.10
Tu cambi suon, ma è pur suon di campana.
Se la natura umana
Ridurrai dell’onesto e buon contenta
Allor la trista Commedia avrai spenta.

Ayant ainsi exigé de Goldoni de remplir un rôle impossible de réformateur de l’opinion et des esprits, Gozzi rassemble en vrac les éléments divers qu’ont portés tour à tour à la scène les essais de comédie « nouvelle » : il veut montrer la vanité des efforts de Goldoni et surtout son intention proclamée de s’ériger en réformateur, en « Molière de l’Italie ».

Ma suda, scrivi, inventa,
Spose Persiane, Selvagge, Inghilesi,
Turbanti, scialle, mar, monti, paesi,

Caffé co’ Genovesi,
Botteghe, barche, tavolieri e sedie,
Cene, veroni e spranghe di Tragedie,

Sinché non fai Commedie
Sane, e che piaccian sol per esser buone,
Io squadro fiche, e ti chiamo Coglione.

16Par ailleurs, nous le voyons relever la contradiction dans laquelle ne pouvait que tomber son adversaire avec l’argument du succès de public, maladroitement proposé par Goldoni comme preuve de la qualité d’une œuvre théâtrale. Ce critère ne saurait suffire aux yeux de Gozzi, puisque, dit-il, l’opinion de Goldoni sur la valeur du jugement du public vénitien varie en fonction du succès ou de l’insuccès de ses pièces et qu’il lui arrive même d’avoir la faiblesse de le laisser paraître (« Dottor, se incontra qualche tua commedia… », ou encore « Quando una sua commedia non fa gente… »). Enfin il y a les défauts dans lesquels ne manque pas de verser aussitôt ce théâtre de la « Nature », et l’observation du réel se limite à enregistrer de petits faits médiocres, des détails exotiques au pittoresque facile assurés de plaire à un public sans culture (« Prendi Caccao, Zuccaro e Vaniglia… »). Tous ces arguments constituent autant de facteurs de contraste strident avec l’ambition de Goldoni, dont le ridicule, selon Gozzi, est amplement démontré.

17Là encore, et comme à propos des titres de Goldoni qu’il opposait à sa prétendue ignorance, Gozzi joue de l’opposition entre ce qu’il dit être la réalité du talent et des procédés de son adversaire et le but que celui-ci, désireux de hausser la comédie italienne au niveau d’un idéal européen, semble s’être fixé : avoir pour le théâtre comique italien le rôle qui a été celui de Molière en France. Une prétention aussi bouffonne à ses yeux inspire à Gozzi deux de ses incipit les plus percutants, le premier sur le mode sarcastique (« Il Molièr nuovo suona la campana… »), le second cantonné au registre de la grossièreté la plus triviale (« Scrisse un dì l’escremento del Molièr… »).

18Avec une malignité lucide Gozzi identifie les étapes du parcours théâtral de Goldoni et relève parfaitement ce qu’il en est dans la réalité : ainsi, dans la pièce d’introduction à La Tartana degl’Influssi (« Dove far lor imprese i ciurmatori… »), lorsqu’il compare la rivalité Goldoni-Chiari au spectacle que donnent sur la Place Saint-Marc les saltimbanques dont les bruyantes disputes ont pour but d’attirer le public. Sans doute cela lui permet-il de reconnaître au passage que c’est l’incessante surenchère engagée par l’abbé et par ses partisans qui a pu inciter Goldoni à s’aventurer dans le théâtre exotique où il a peint le spectacle immoral du sérail de La Sposa persiana avec ses intrigues qu’expose l’héroïne elle-même (« Io son Fatima persiana… »). Toute cette évolution de Goldoni a pour moyen, voire pour but, de bannir la Commedia dell’Arte, définie par Gozzi comme « gloire traditionnelle » de l’Italie, et dont les succès éprouvés sont pour lui bien préférables, avec la saine gaîté qu’y font régner les Masques traditionnels, aux productions de la Comédie nouvelle, avec leurs intrigues embrouillées, leurs sujets immoraux, malsains et dangereux. Carlo Gozzi prend la défense de la vieille comédie improvisée et – en attendant d’écrire pour lui et pour sa troupe les Fiabe – de son illustre représentant Antonio Sacchi : c’est le Capitolo in lode del Sacchi famoso Truffaldino (« Datemi pancieron, trafiere e scudo… »).

19Un autre sonnet revient sur ce thème : le théâtre goldonien engendre la lassitude du public qui, rassasié de ces nouveautés prétendues et prétentieuses, appelle à grands cris les Masques de la Commedia dell’arte :

  • 11  Venise, Biblioteca Marciana, cod. Ital., cl. IX, 328, 6080, fol. 45. Dans ce recueil, on trouve (f (...)

Vuoi tu saper se gl’uomini son stracchi
Del tuo dotto inventare, e del tuo dire,
Delle tue Farse che sai fare e ordire ?
Corrono al Zanni come a Lepre i Bracchi.

Deh! Torna a far scenarj per il Sacchi
Come facevi un dì per poche lire :

Credi, Fegejo, i plausi, ed il garrire
Fur sogni d’ebbri, addormentati e fiacchi.11

Gozzi recourt pour la suite du sonnet au langage médical du temps et ce bref passage préfigure exactement une scène du premier acte de L’Amour des trois Oranges, où l’on verra Truffaldin réussir par ses lazzis à faire enfin rire un prince Brighella hypocondriaque, représentant le public vénitien, et qu’ont lentement empoisonné les vers martelliens du « théâtre nouveau » :

I Medici han detto a’ Veneziani
Che l’aer delle tue Spose Persiane
È grosso, e impuro, e voglion star lontani.

L’aer del Sacchi ha particelle sane,
Rallegra i spirti, ond’è, che per star sani
Seguono le profezie delle Tartane.

Enfin la chute du sonnet, reprise de l’Arioste, évoque un autre répertoire cher à Gozzi et au public populaire, celui des poèmes chevaleresques, un monde héroï-comique dont nous reconnaîtrons souvent l’écho, burlesquement travesti, dans les Fiabe :

Tu pur meni le mane,

Ma ti si può cantar : « Non s’era accorto,
Andava combattendo, ed era morto ».

20Certes la critique de Goldoni faite par Carlo Gozzi est généralement expéditive et l’on pourrait la taxer de superficialité, comme lorsqu’elle joue de caricatures portant sur l’aspect physique de l’adversaire. On en vient à voir la rivalité Gozzi-Goldoni concrétisée jusque sur ce plan :

  • 12  C. Gozzi, Opere (1772), vol. VIII.

Se alcun saper volesse per ispasso
Del Fegejo e di me coll’intelletto,
[…]
Sappia ch’egli è un omaccio grasso grasso
E ch’io son magheretto, magheretto,
Appetto a lui, sottil come un aghetto
Poich’e’ rassembra de’ Danari l’Asso.12

21Dans un autre sonnet, il sait donner une connotation bouffonne, qu’introduit le simple « godersi » du premier vers, à l’attitude à la fois familière et solennelle de Goldoni assis chez son libraire habituel :

  • 13  Venise, Biblioteca Marciana, cod. Ital., cl. IX, n 327, 6321 cit., fol. 25.

Chi vuol godersi Polisseno un tratto,
Alla bottega al Colombani Librajo,
Vada a vederlo, ove s’assidi gajo,
Giudicando ogni libro che sia fatto.13

22C’est encore l’embonpoint de Goldoni et sa courte taille qui désignent à la bande de Granelleschi farceurs leur victime, avec laquelle ils vont jouer au jeu des méchants garnements harcelant un bourgeois respectable, et qui proteste de toute sa dignité outragée :

  • 14 Ibidem, fol. 11.

[…] Amici, eccolo quà bassotto e grasso,
Corriamgli incontro, attraversiamgli il passo,
Diamgli de’ pizzicotti in su i pippioni ;

Che il vederem rivolto in verso noi
Con sicumera, e con caricatura
A gridar : « Ragazzon, che fate voi ?… »14

  • 15  « Un Lombardo che affetta esser cruscante / Col riso in bocca e col veleno in petto » (Goldoni, La (...)
  • 16  À la décharge de Gozzi, notons qu’il avait pu être blessé d’un passage du Capitolo all’avvocato Al (...)

23On est aussi frappé – et ce n’est pas là simple aspect formel – du côté « botta e risposta » de nombre de ces pièces qui ne sont nullement à sens unique : il s’agit d’un dialogue, imaginaire sans doute, mais où les arguments s’entrechoquent. Ainsi voit-on deux textes au moins de Gozzi répondre à la Tavola rotonda où Goldoni avait voulu à son tour ridiculiser son censeur en le représentant sous les traits d’un « Lombard qui joue les puristes toscans »15 et qui tente vainement d’empoisonner la joie générale des convives en émettant des critiques maladroites. La réponse de Gozzi est d’une violence et d’une grossièreté de ton qui ont pu légitimement choquer16 :

  • 17  « Sicché in scena si vegga il vizio espresso,/ Ma nessun possa dire : “Io son quel desso” » (Goldo (...)
  • 18  Venise, Biblioteca Marciana, cod. Ital., cl. IX, 328, 6080 cit., fol. 42.

Scrisse un dì l’escremento del Moliere
« Io con arte dipingo il vizio espresso » [a]17,
Tal chè [sic.] nessun può dire, io son quel desso,
E metto l’uomo in scena a mio piacere ».

Ma essendo censurato al suo mestiere
Da un uomo col ver, per svelenarsi ha messo
In scena un ignorante, un uom di gesso,
Un Lombardaccio cotto, un menzognere.

Poi disse piano a’ suoi parziali : è quello
Il mio censor : gl’assaggiatori da brodo
Ballaron tutti ed egli si fe’ bello.18

  • 19  Ainsi rencontre-t-on : « Cari Poeti, s’io v’ho travagliati… » et « Dottor e abate, s’io v’ho trava (...)

24En ce qui concerne strictement la forme adoptée par lui, notons qu’il arrive à Gozzi de réutiliser, au prix d’une légère variante, un incipit qui semble lui avoir particulièrement plu19. Mais cette faiblesse, ou cette inattention, qui ne se rencontre qu’une dizaine de fois sur un total de cent trente et une compositions, n’est que péché véniel si on la compare à la tendance à une certaine trivialité d’expression très généralement répandue. Partant de formules assez ordinaires de la langue de tous les jours (« De’ Venezian c’hanno enfiati i coglioni… ») ou de termes insultants courants comme : « …Vate da chiasso / E gran riformator de’ miei coglioni », ces expressions peuvent être parfois subtilement amenées, au terme d’un processus plus complexe. Ainsi, répondant à Goldoni qui dit menacer de les mettre en scène, ses adversaires le félicitent :

Noi direm : « buona fia,
Tirerà per due mesi il popolazzo,
Se l’Eroe principale è un nuovo cazzo.
Scrivi : il Poeta Pazzo,
Metti il Goldoni al naturale in scena,
Ché perdio ti fai ricco per la piena. »

25On en a un exemple caractéristique dans un sonnet cité plus haut, où Gozzi comparait son aspect physique longiligne à celui de Goldoni, et où ce sont les deux tercets qui donnent au texte une grossièreté de ton qui n’était pas encore apparue :

  • 20  C. Gozzi, Opere (1772) cit., vol. VIII.

Send’io leggieri, lo fo disperare,
[…]
E’ non mi cape nella fantasia,
Ch’è goffo e grosso, e non ci si può stare
Dond’io l’ho in culo e gli fo cortesia.20

26Dans cette veine, il arrive que Gozzi n’épargne aucune recherche : ainsi, au terme d’un sonnet où le rythme des vers parfois sdruccioli et le choix des rimes (occhi-almanacchi-Sacchi-trabocchi) sont d’un maniement, parvient-il grâce au terme relativement recherché de “preterito”, à renvoyer son adversaire et ses réformes au registre du mépris à connotation anale dont il use ici avec une relative… élégance :

  • 21  Venise, Biblioteca Marciana, cod. Ital., cl. IX, 328, 6080/VIII cit., f. 44.

Né avverrà si rannicchi
Chi scrisse un dì che il Sacchi ha maggior merito
Di tutte le riforme del preterito.21

27Enfin, nous l’avons vu, il en arrive, dans l’insulte, au niveau fécal, quand il définit brutalement Goldoni comme « l’escremento del Moliere ». Mais il ne nous semble pas devoir épiloguer davantage sur de tels excès.

28Certes Gozzi et ses amis Granelleschi espèrent avoir compensé, voire ennobli leur violence grossière par la référence à l’héritage de Burchiello. Et il est vrai que la bizarrerie et l’obscurité de ce style alors cultivé par les tenants d’une tradition poussiéreuse, qui s’amusaient à pasticher les vers étranges d’un auteur florentin du XVème siècle, pouvaient déguiser bien des excès au point de donner l’illusion de les rendre supportables au nom de l’érudition et de l’habileté formelle. On en a un exemple avec ce sonnet où la syntaxe s’inspire de façon caricaturale de toscanismes largement passés de mode, à Venise et en 1760, et où est évident le recours au dictionnaire de la Crusca :

  • 22  Encore une fois la Tartana degl’Influssi.
  • 23  Double sens sur le “son” et le dictionnaire de l’Académie du même nom.
  • 24  Venise, Biblioteca Marciana, cod. ital., cl. IX,328, 6080/VIII cit. fol. 30.

Magnifici e Possenti miei granelli,
E’ v’è molto tenuto il Solitario,
Ch’è in sciarra col Fegejo suo contrario
Per la ragion de’ tristi scartabelli,
Se usciti siete da’ vostri baccelli
Alle riscosse del santo Lunario22,
Che per aver scoperto del scenario
La peste, il volcan morto, i pipistrelli.

Or ch’io mi veggo il soccorso alle spalle,
Non dimandate se il bacchio diguazzo,
Se all’Avvocato fo le guance gialle.

Già il Burchiel profetizza, odi rombazzo,
Che sta gridando : « Dalle, Dalle, Dalle,
Molti granelli hanno da vincer il c…… »

Perocch’egli è un bel pazzo,
Se men che il porco è amante della crusca23
E poi si ride della lingua etrusca.24

  • 25 Ibidem, La Tartana degl’Influssi, avec en complément manuscrit la Lettera contestativa al taglio de (...)

29Il en va de même pour un autre sonnet académique de cette veine, lui aussi resté manuscrit dans le même recueil25, et dont la tonalité retrouve l’habituel registre fécal grâce à la chute du dernier vers,

Il Fegejo ha drizzata una sua torre
Di neve, ch’e’ raccolse, assai bizzarra,
S’ode rivolta grande, e busso, e sciarra
Del popolazzo ch’a vederla accorre.

Giugne l’Aprile, e il Sole l’opra a disciorre,
Come il Burchiel nel Bisestil ci narra.
Che giova sfoderar la scimitarra ?
Fegejo, al sol non ti bisogna opporre.

Calcina, e marmi, e roveri raccozza
Il buon fabbricatore d’un torrione.
Tu sai, la neve al calor non cozza.

Ecco la torre cade in acquazzone,
Immollato il terren forma una pozza,
Volgon le spalle tutte le persone.

Anzi, chi mente pone,
Schifa le pozze passando per via,
O vi piscia, o vi caca sopravia.

30Burchiello, Lasca et autres burchielleschi, n’ont pas eu comme seul héritage cette grossièreté de langage drapée d’antiques oripeaux : dans leur sillage, Carlo Gozzi manifeste ici un goût certain pour une sorte de jonglerie verbale. Le même recueil auquel nous venons d’emprunter les deux sonnets précédents nous fournit un autre exemple qui n’est pas sans intérêt. On y relève en effet le même goût de l’accumulation, le même mélange de recherche lexicale et de grossièreté qui sévit ici dans tous les registres que nous avons pu identifier par ailleurs :

  • 26  Venise, Biblioteca Marciana, cod. ital., cl. IX, 328, 6080/VIII cit., fol. 43.

Dissemi un cieco, che l’ha udito un sordo
Dir a una gozza, ed ha un fanciul spoppato
Che avend’io il gran Fegejo censurato,
E spennacchiato in sul cul come un tordo,

Mille fra donne, e cinedi in accordo
Si sono posti, ed hanno pubblicato,
Ch’io son sbandito, ch’io sono rovinato,
Ed altre cose, ch’or non mi ricordo.

[…]
Ma s’io m’abbatto al Fegejo grassotto,
Griderò ch’egli è un cesso di dottrina…26

31Il est certain que, pour Gozzi, les prétentions de Goldoni sont significatives d’un siècle où toutes les valeurs sont bouleversées. Un des leitmotivs du théâtre gozzien comme des Memorie inutili se trouve à l’origine de ce sonnet qui s’infléchit ensuite étrangement en direction du thème du « Ubi sunt », aboutissant ainsi à l’évocation cruelle de ce que sera immanquablement le déclin de Goldoni dans la faveur du public :

Io veggo il mondo tutto arrovesciare ;
Cotesto lusso l’ha condotto a tale
Ch’oggi ha in dosso il vestito un Manovale,
Che il Bottegajo soleva portare.
[…]
Perch’ogni bella foggia giugne a sera.
Veggiamo insino a’ versi oggi pel cesso
Di Polisseno, che grand’uom pur era.

E s’ebbe sicumera
Perché il Pitteri in rame l’avea fatto,
Or farà per ventagli il suo ritratto.

  • 27  Venise, Biblioteca Marciana, cod. ital., cl. IX, 327, 6321.
  • 28  Nous nous permettons de renvoyer à G. Luciani, Carlo Gozzi (1720-1806), L’Homme et l’Œuvre, Paris, (...)

32Il est tout aussi certain qu’à ses yeux le succès de Goldoni est révélateur de la subversion du bon goût en attendant celle du bon ordre social par le ridicule qu’il jette sur la noblesse. Cette idée, amorcée dans un sonnet lui aussi manuscrit27, « Fegejo i Cavalier dipinge bari… », il la reprendra pour lui donner plus de développement dans son pamphlet, Il Teatro comico all’osteria del Pellegrino, dont les puissants amis et protecteurs de Goldoni réussirent à empêcher la publication28.

33Mais ce qui semble inspirer plus encore la malignité de Gozzi, c’est l’éloge solennellement adressé par Voltaire à Goldoni en 1760 : il nous paraît inutile de revenir ici sur les tenants et aboutissants bien connus de la publication, en français puis en traduction, dans les colonnes de la « Gazzetta » deGasparo, des trois quatrains sautillants de Voltaire. Carlo allait s’en donner à cœur joie, en particulier dans ce Capitolo del Solitario où il démontre à Voltaire que sa bonne foi avait été surprise, et que, sans y voir malice, il avait fourni à Goldoni de quoi assurer sa publicité.

34D’autre part, il prouvait à Goldoni que le grand homme avait voulu se débarrasser d’une corvée pour faire plaisir à d’autres, et que les éloges de Voltaire ne signifiaient pas grand chose. En effet l’éloge lui-même – par ailleurs nuancé (est-ce prudence de la part de l’auteur du jugement ?) par cette formule bizarre : « Tout auteur a ses défauts » – porte sur le fait que Goldoni a aux yeux de Voltaire le mérite d’avoir représenté la réalité, le « Monde », au naturel :

Aux Critiques, aux Rivaux

La Nature a dit sans feinte :
Tout Auteur a ses défauts,
Mais ce Goldoni m’a peinte.

35De ce propos solennel de la Nature, Gozzi va tirer un nouvel argument de sarcasme féroce à l’égard de l’adversaire. Jouant sur le double sens obscène du mot « Nature » avec « nature », qui pouvait aussi désigner à l’époque les parties sexuelles, Gozzi imagine que, faute d’inspiration et pressé de se débarrasser du pensum, Voltaire

  • 29  C. Gozzi, Al Signor di Voltaire, Capitolo del Solitario, annexe de P. Bosisio, Contro il Goldoni, (...)

[…] non s’impaccia, e al dar giù della scure
Volge il magico anel di quel signore,
Che a favellare isforza le Nature.
Donde n’è uscito quel po’ di romore
D’una natura, e ci giunse all’orecchie :
« Colui, che m’ha dipinta fu il Dottore ».29

  • 30  D. Diderot, Œuvres, éd. par A. Billy, Paris, Gallimard, Coll. Pléiade, 1951, note p. 1406.

36De quoi s’agit-il donc ? Il nous semble que cet « anneau magique » capable de contraindre à parler « les natures » ne constitue pas une allusion obscure à quelque légende inidentifiable, mais qu’il renvoie assez précisément soit aux Bijoux indiscrets, publiés par Diderot en 1748 (ce qui laissait parfaitement à Gozzi le temps d’en prendre connaissance) et qui avaient aussitôt connu un très vif succès en Europe, soit au fabliau dont s’était inspiré Diderot : Le chevalier qui faisait parler les c… et les c…30 Quant à l’histoire, dans la version XVIIIème siècle, elle est bien connue : un seigneur possède une bague qui a le pouvoir de contraindre à parler les « bijoux » (ou les « natures ») des dames qu’il rencontre, fût-ce en des lieux publics, et c’est ainsi que les « bijoux » sont capables d’être… indiscrets tant ils se montrent bavards quand il vaudrait mieux se taire.

37Dans ces conditions, le spectacle de la prétendue réforme goldonienne, analysée par Gozzi dans les termes que l’on sait désormais, ne peut lui inspirer qu’une conclusion : puisque le pinceau de Goldoni ne sait peindre « delle Nature / Che le cose triviali », la « nature » qui a parlé « È qualche naturaccia di bordello ». Logiquement, on ne s’attendait guère à autre chose : le plus surprenant – si notre hypothèse est vraie quant à l’origine de son interprétation du moyen de faire parler la Nature – est de découvrir en Carlo Gozzi un lecteur des Bijoux indiscrets.

385  Rappelons l’enchaînement chronologique des interventions de Carlo Gozzi et de Goldoni : 1757 : Gozzi : La Tartana degl’influssi per l’anno bisestile 1756; 1758 : Goldoni : All’Ill.mo Sig. Avv. Giuseppe Alcaini; 1758 : Goldoni : La Tavola rotonda; 1759 : Gozzi : I Sudori d’Imeneo, con la rassegna de’ Poeti; 1759 : Goldoni : La Visita delle sette chiese (en part. p. 523); 1760 : Goldoni : La Settimana santa (cf. notes pp. 1015-1017); 1760 : Gozzi : textes dans Atti dell’accademia granellesca : Introduzione (1760) ; Atti per Dicembre 1760,Atti per Gennajo 1760/61; 1761 : Gozzi : textes dans Atti … continuazione (1761) ; Canto ditirambico de’ Partigiani del Sacchi Truffaldino; 1761 : Gozzi : L’Amore delle tre melarance ; Prologo alla rappresentazione delle Tre Naranze nel Teatro di S. Samuele, il Carnovale dell’anno 1761, Venezia, Carati, 1761.

Haut de page

Notes

1 Quelques publications partielles avaient précédé cette monographie : en 1972, dans une collection bien connue de tous les spécialistes du XVIIIème siècle, les Studies on Voltaire and the Eighteenth Century de Th. Besterman (vol. III, pp. 939-974), avait paru un long article (L’Œuvre de Carlo Gozzi et les polémiques théâtrales contre les Lumières), avec en annexe le texte, inédit pour l’essentiel, d’un Capitolo al Signor di Voltaire assez pittoresque pour que l’on en donnât l’intégralité, fût-ce en traduction, avec pour avantage escompté d’en alléger la thèse définitive. Malencontreusement cette publication passa inaperçue d’un certain nombre de chercheurs italiens, ce qui leur fit présenter comme inédit ce texte quand ils le publièrent, comme ce fut le cas dans l’article de P. Bosisio, par ailleurs fort bien informé [Contro il Goldoni. Un capitolo inedito di Carlo Gozzi al Voltaire…, dans « Italianistica », VII, n° 2 (maggio-agosto 1978), pp. 308-335].

2 C. Gozzi, Memorie inutili, ed. a cura di G. Prezzolini, Bari, Laterza, 1910, vol. I,Parte Ia, cap. XXXIII, p. 193.

3  E. Masi, Studi sulla storia del teatro italiano nel sec. XVIII°, Firenze, Sansoni, 1891, p. 30.

4  Sur ce sujet, on nous permettra de renvoyer à notre Goldoni et ses polémiques théâtrales avec l’abbé Chiari, in Actes du colloque La Venise de Goldoni, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1998, pp. 253-266.

6  En outre deux s’en prennent à Chiari seul, deux à un jeune prêtre, Placido Bordoni, qui avait maladroitement manifesté son admiration pour ce dernier, vingt conjointement à Goldoni et Chiari, et deux enfin leur associent Bordoni.

7  Goldoni lui-même, faisant parler Ésope, se désigne sous ce pseudonyme : « …in mia vece, beveralla un giorno / Polisseno Fegejo al suo ritorno » (Esopo alla grata, ch. I, vv. 311-312).

8  Venise, Biblioteca Marciana, Cod. Ital., cl. IX, 327, 6321, fol. 20.

9  C. Goldoni, Opere, a c. di G. Ortolani, Milano, Mondadori, 1955, vol. I, p. 771.

10  Allusion à la Sposa persiana (1753).

11  Venise, Biblioteca Marciana, cod. Ital., cl. IX, 328, 6080, fol. 45. Dans ce recueil, on trouve (fol. 27) un autre sonnet sur le même thème : « Piange il Dottor spoetato a cald’occhi, / Che pur sono avverrati (sic) gl’Almanacchi [allusion à la Tartana] / Giunto è l’onnipossente e fiero Sacchi, / È forza al fin che il popolo trabocchi ».

12  C. Gozzi, Opere (1772), vol. VIII.

13  Venise, Biblioteca Marciana, cod. Ital., cl. IX, n 327, 6321 cit., fol. 25.

14 Ibidem, fol. 11.

15  « Un Lombardo che affetta esser cruscante / Col riso in bocca e col veleno in petto » (Goldoni, La Tavolarotonda, vv. 225-226, dans Opere, vol. XIII cit., p. 478).

16  À la décharge de Gozzi, notons qu’il avait pu être blessé d’un passage du Capitolo all’avvocato Alcaini où Goldoni explique l’âpreté de sa Tartana par ses diverses difficultés : « …conceder si può questa licenza / A chi in collera va colla fortuna, / Che per lui non ha molta compiacenza. » (Goldoni, op. cit., p. 450).

17  « Sicché in scena si vegga il vizio espresso,/ Ma nessun possa dire : “Io son quel desso” » (Goldoni, op. cit., vv.71-72, p. 474). L’appel de note (a), dans le texte de Gozzi, renvoie expressément à la Tavola rotonda.

18  Venise, Biblioteca Marciana, cod. Ital., cl. IX, 328, 6080 cit., fol. 42.

19  Ainsi rencontre-t-on : « Cari Poeti, s’io v’ho travagliati… » et « Dottor e abate, s’io v’ho travagliato… » ; ou encore « Dottor, se incontra qualche tua commedia… » et « Scrittor, se incontra qualche tua commedia… » ; « I gufi hanno drizzato una lor torre… » et « Il Fegejo ha drizzato una sua torre… » ; ou « Tu m’hai legato ad un strettojo tale… » et « Voi mi mettete ad un strettojo tale… ».

20  C. Gozzi, Opere (1772) cit., vol. VIII.

21  Venise, Biblioteca Marciana, cod. Ital., cl. IX, 328, 6080/VIII cit., f. 44.

22  Encore une fois la Tartana degl’Influssi.

23  Double sens sur le “son” et le dictionnaire de l’Académie du même nom.

24  Venise, Biblioteca Marciana, cod. ital., cl. IX,328, 6080/VIII cit. fol. 30.

25 Ibidem, La Tartana degl’Influssi, avec en complément manuscrit la Lettera contestativa al taglio della Tartana ; Il Teatro comico ; et trente-trois sonnets granelleschi.

26  Venise, Biblioteca Marciana, cod. ital., cl. IX, 328, 6080/VIII cit., fol. 43.

27  Venise, Biblioteca Marciana, cod. ital., cl. IX, 327, 6321.

28  Nous nous permettons de renvoyer à G. Luciani, Carlo Gozzi (1720-1806), L’Homme et l’Œuvre, Paris, Champion, 1977, pp. 116-119.

29  C. Gozzi, Al Signor di Voltaire, Capitolo del Solitario, annexe de P. Bosisio, Contro il Goldoni, cit., vv. 73-78, pp. 321-322.

30  D. Diderot, Œuvres, éd. par A. Billy, Paris, Gallimard, Coll. Pléiade, 1951, note p. 1406.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/1, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

Gérard Luciani, « À propos de Carlo Gozzi et des Granelleschi », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 21 décembre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/2265 ; DOI : 10.4000/italies.2265

Haut de page

Auteur

Gérard Luciani

Université Grenoble 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org