Navigation – Plan du site
"Polémiques et pamphlets"

Requiem pour Gioberti, ou les impertinences d’un « grand acteur », Gustavo Modena

Georges Virlogeux
p. 343-354

Résumé

Georges Virlogeux offre quelques échantillons de la prose satirique de Gustavo Modena, acteur de renom et patriote-républicain fidèle à Mazzini, qui écrivit dans nombre de journaux et de revues démocratiques où il fustigea ses ennemis. Gioberti fut une de ses cibles préférées : même après le décès de celui qu’il appela (entre autres) le « Loyola in Arcadia », Modena, depuis la « mecca fetida » (Turin) où lui-même fut exilé, continua à décocher des flèches...

Haut de page

Texte intégral

  • 1  - 1831 - Acteur de renom, Gustavo Modena (Venise 13 janvier 1803 - Turin 20 février 1861) particip (...)
  • 2 Scritti e discorsi di Gustavo Modena, a cura di Terenzio Grandi, Roma, Istituto per la storia del R (...)
  • 3 Scritti e discorsi cit., pp. 257-287.

1Depuis les années 60, après la publication de l’ensemble de ses écrits, les contemporains n’ont plus manifesté beaucoup d’intérêt pour Gustavo Modena1. La bibliographie sur cet acteur-auteur-patriote est toutefois riche d’environ trois cents titres2 qui témoignent de la vaste popularité qu’il s’acquit de son vivant, et qui fut régulièrement célébrée après sa mort. Représentant parmi les plus caractéristiques de la tradition italienne du « grande attore » des XIXème et XXème siècles, c’est aussi le type même de l’acteur engagé. Auteur de théâtre peu fécond, il laissa néanmoins quelques écrits sur le teatro educatore et d’amusantes Bizzarrie drammatiche3.

  • 4  « Il teatro è morto per anni molti [...] Caro Calloud, non mi discorrere di scritturare, né di con (...)

2Républicain resté fidèle à Mazzini tout au long de sa vie, il pourfendit les ennemis de l’« apôtre » et de sa cause avec une énergie et une fougue qui ne se démentirent à aucun moment. Acteur de renom lorsque éclata la révolution de 18484, député à l’Assemblée toscane en 1849, il trouva là une nouvelle tribune d’où il put exposer ses vues et fustiger ses ennemis politiques. Les journaux et revues démocratiques, « L’Italia del popolo », « Gazzetta del popolo », « L’Alba », « L’Italiano » et quelques autres lui ouvrirent largement leurs colonnes.

3Le style de Modena est rhétorique et déclamatoire, illustrant parfaitement ce que De Sanctis nomme l’école démocratique. Après l’assassinat de Pellegrino Rossi, déçu de ce que Rome ne se soit pas déclarée capitale de la Constituante, il publie ces lignes caractéristiques :

  • 5  Il Comitato centrale provvisorio sedente in Firenze al Comitato filiale di Roma, in « La Costituen (...)

Queste erano le parole creatrici degne di Roma, che avrebbero avuto perfino la virtù di suscitare nei sepolcri le ceneri dei grandi avi nostri. Italia palpitante per mille affetti le invocò, le aspettò cupidamente per quaranta giorni... Niente altro udì che un vaniloquio avvolto in formole dottrinarie, e il mondo che con presaga trepidazione di nuovi destini aveva intento lo sguardo sul Campidoglio, invece della franca e maestosa figura di Roma sciolta alla fine dalle clericali pastoje, niente altro vide che un fantasma barcollante senza vita, senza pensiero.5

  • 6  À G. Mazzini, 14 décembre 1848, Scritti e discorsi, cit., p. 331.
  • 7  À Giovanni Grillenzoni, 19 septembre 1850, Epist., cit., p. 129.
  • 8  À Francesco Dall’Ongaro, 25 décembre 1850, Epist., cit., p. 135.
  • 9 Scritti e discorsi , cit., pp. 171-174.
  • 10  À Mauro Macchi, 13 avril 1850, Epist., cit., p. 123.
  • 11  À F. Dall’Ongaro, 24 juin 1850, Epist., cit., p. 124.

4Il y a cependant chez lui une créativité verbale le plus souvent féconde. Lui-même se définit, dans une lettre à Mazzini, comme « l’autore balzano »6. Idéaliste ne se faisant guère d’illusions sur la nature humaine (« questa valle di sterco che si chiama l’umanità »)7, souvent saisi d’un « fremito antropofobo »8, polémiste au tempérament fougueux, Modena apostrophait sans ménagement, usant abondamment de la facilité qu’il avait d’inventer des sobriquets et jouissant à l’évidence du plaisir que ce jeu de massacre lui procurait. Les acteurs de la vie politique les plus exposés étaient, bien évidemment, les contempteurs de l’Italie une et républicaine : les modérés, les giobertiens, cavouriens et autres partisans du parti piémontais et du royaume de Haute Italie, les fédéralistes et monarchistes de tout poil : Cerbero-Rattazzi, Idra-Sineo, Orcölaco-Caliban-Pinelli, Baruchavour9, les généraux de l’armée sarde, « spugne imbevute di siero »10.
Mazzini, lui, est « l’uomo-Roma »11.

5Parmi les cibles préférées de Gustavo Modena, il est un personnage dont l’oeuvre et la personnalité n’ont pas toujours laissé indifférent le dédicataire de ces pages. Il s’agit de l’abbé Vincenzo Gioberti.

  • 12  Le titre de l’article est de l’éditeur, Scritti e discorsi , cit., p. 98.

Contro Gioberti est le titre12 de la première prise de position publique que Modena confia à la presse mazzinienne le 1er juillet 1848.

6Dans un article paru dans le journal modéré de Florence la « Patria » du 20 juin de cette année-là, Gioberti, justifiant au lendemain de la défaite de Vicenza la conduite de Charles-Albert et de son Etat-major, avait repoussé l’accusation du parti républicain selon laquelle le souverain piémontais aurait volontairement omis de défendre Venise et Udine pour les obliger à « fusionner » avec le Piémont. Dans le même article, il accusait Venise d’avoir cédé aux égoïstes séductions du municipalisme.

7Dans sa contre-attaque, Modena revendique l’authenticité de l’idéal républicain de Venise, sa patrie, ainsi que sa totale adhésion au sentiment national. Après avoir observé que Gioberti n’était aucunement témoin oculaire des faits qu’il croyait pouvoir interpréter, il s’en prend à son opportunisme politique :

  • 13 Scritti e discorsi , cit., p. 100.

Ed ora finirò facendo sapere al Gioberti che in questa temporaria repubblica gli uomini hanno la fralezza di ascoltar la coscienza e di rifuggire dal tradimento, cada egli sui cittadini, o sui re. Non piace a noi sviati repubblicani, codesto bel trovato machiavellico di cui abbiamo veduto compiacersi molti infervorati fusionari, i quali vennero a dirci : « Io sono repubblicano più di te, ma... vedi bene ; accarezziamo intanto chi ha la forza, e più tardi... ». No : noi non vogliamo infradiciare l’anima del popolo a questa scuola di frodi partigiane, di frazionamenti territoriali, per uscir poi un bel giorno – quando i faccendieri stimeranno venuta l’ora – a dirgli : « Levati, insorgi un’altra volta, ché oggi sei maturo. ».13

  • 14  Sur cette question la bibliographie est abondante. Cf., outre les Scritti e discorsi cités plus ha (...)

8Modena, vétéran de la guerre des Provinces Unies en 1831, où il avait déjà combattu aux côtés du général Zucchi, était d’autant plus convaincu de ce qu’il disait qu’il venait de participer activement à la campagne militaire en Vénétie (voir à ce sujet l’inédit que nous donnons en note)14.

9C’est tout naturellement lorsque Gioberti, porté quelques mois plus tard par un irrésistible succès d’opinion, se voit confier la charge du gouvernement piémontais, soumettant ainsi concrètement sa doctrine à l’épreuve des faits, que Modena lui décoche les flèches les plus acérées. L’éphèmère ministère Gioberti, entré en fonction le 16 décembre 1848, se trouve aussitôt confronté aux énormes difficultés intérieures et extérieures nées des bouleversements de cette année révolutionnaire. L’absence de sens pratique de l’abbé, sa méconnaissance des hommes, la provocation que constitue, de la part d’un ministère réputé « démocratique », le projet de faire rétablir par l’armée piémontaise le grand-duc de Toscane sur son trône, isolent le président au sein de son propre cabinet et déclenchent la colère des mazziniens. Modena se trouve alors en Toscane aux côtés de Montanelli, père de la Costituente italiana, proclamée dès l’automne 1848 tandis que Gioberti lui opposait à Turin, le 10 octobre, un Congrès de la Società per la Confederazione italiana. Le 30 janvier 1849, le Grand-Duc se réfugie à Gaète. Le 8 février est élu le ministère Montanelli-Guerrazzi. Le lendemain 9 février, à Rome, la République est proclamée. Pensant qu’à l’union de Rome et de la Toscane on pourrait espérer ajouter Gênes, bastion des républicains piémontais, Modena est de ceux qui s’emploient à accentuer par tous les moyens la crise piémontaise. Les 10 et 12 février, préparant son intervention en Toscane dans le but de rétablir le Grand-Duc qui vient d’abandonner Florence, Gioberti expose à la Chambre les raisons du contraste radical qui l’oppose désormais aux démocrates toscans et romains.

  • 15 L’oracolo del ministero piemontese ha parlato, in « La Costituente italiana », 16 febbraio 1849, n. (...)

10Trois jours après, dénonçant « l’apologia più superba del ministro filosofo » et « il rigonfiamento parolaio della politica giobertina », Modena publie dans la « Costituente » L’oracolo del ministero piemontese ha parlato15. Le ressentiment est fort, les formules imprécatoires : « l’abate filosofo », « l’abate ministro », « l’Altissimo filosofante di Torino » y est copieusement étrillé :

Davvero l’aberrazione dell’io è spinta in questa professione di fede, fino alla più baldanzosa tracotanza, e quasi a una disfida ai tempi ed alle opinioni, che si ostinano a non modellarsi sul sistema da lui [Gioberti] prestabilito. L’abate filosofo, vedendo sfuggirsi lo scettro di mano, vedendo l’Italia mettersi per una via non additata, non presentita da lui, si rizza un’ultima volta in tutta la maestà del suo sdegno, e scaglia i fulmini d’una pedantesca eloquenza contro gli uomini del moto attuale, contro il concetto d’una democrazia ritemprata alle sue vere origini, contro una costituente improvvisata da altri, non creata da lui. Nessuna grandezza di idea nazionale, nel suo discorso, nessuna generosità di linguaggio ; ma sofismi puerili, e livore d’orgoglio offeso, e volgari garriti travolti in un mar di parole, da cui non sornuota altro che l’eterno tema dell’alta Italia, meta de’ suoi desideri, de’ suoi sforzi supremi. [...] Gioberti, il grande italiano, lo ha proclamato, mezza Italia intenta ad ascoltarlo ci crede : – Noi non siamo che un branco di pochi faziosi che corrono dietro all’utopia dell’Italia una ; gente arrischiata e audacissima che tenta imporsi alla volontà legittima della Nazione. Il grande ministro italiano ha avuto una parola di pietà per il Principe apostata fuggitivo, che perfidamente simulante, volontario disertò la causa del suo popolo, e non trova che un senso di nobile indignazione verso la Toscana, che osò esautorare il suo Principe, e rompere così il magico concetto dell’Altissimo filosofante di Torino.

11Contre celui dont il estime qu’il a renié leurs communs idéaux de jeunesse, qui les rassemblaient sous la bannière de la Jeune Italie, sa hargne ne désarme plus. Moins d’un mois avant la reprise de la guerre contre l’Autriche, cherchant dans les numéros anciens de la revue mazzinienne, il trouve une lettre de 1834 signée de Gioberti. Il a beau jeu de brandir les preuves du parjure et de la trahison politique de l’ancien compagnon de lutte qui écrivait alors à Mazzini et aux autres rédacteurs de la « Giovine Italia » :

Io vi saluto, precursori della nuova legge politica, primi apostoli del rinnovato Vangelo ; io vi prenunzio un buon successo della vostra impresa, poiché la vostra causa è giusta e pietosa essendo quella del popolo, la vostra causa è santa essendo quella di Dio. [...] Io mi stringerò alla vostra bandiera e griderò Dio e il Popolo ! e studierò di propagare questo grido.

12Dans les colonnes de « L’Alba » du 28 février 1849, Modena ironise :

Q. – Un uomo da due facce... E gli italiani se ne fecero un idolo ?
R. – Non senza perché. Gli italiani, vogliano o non vogliano, sentono sempre d’essere i figli dell’antica Roma, e ne hanno conservato feste, usi, tradizioni, e finalmente qualche idolatria. [...] Quando i Romani iniziavano una guerra, aprivano il tempio di Giano, idolo che aveva due facce, una davanti e una di dietro alla testa ; ecco perché i buoni italiani s’erano fatto un idolo di Giano Gioberti ; ed ecco perché l’italianissima codineria torinese gli innalzerà forse un tempio di marmo e d’oro, né si risolverà a far la guerra finché il tempio non sia costruito...

C’est probablement vers cette époque que, au-dessous de quelques lignes que Gioberti avait écrites sur l’album d’Ippolito d’Aste, Modena signe cette appréciation :

  • 16 Scritti e discorsi, cit., p. 301.

Un buon uomo di buone intenzioni può fare al mondo in tre mesi tanto male quanto ne fecero dal diluvio in qua tutti i chirurghi, i medici, le mosche, i tafani, i re e le mignatte.16

  • 17  À Domenico Righetti, directeur de la Compagnia reale sarda qui lui propose de rejoindre sa troupe, (...)
  • 18  Del rinnovamento civile sostituito ad un risorgimento screanzato, per VincenzoGioberti.Opera monar (...)
  • 19  « Queste satire costano fatica : è forza leggere e rileggere libracci sterminati, prender note che (...)
  • 20  C’est le nombre des États de la confédération italienne proposée par Gioberti. « Siamo mézzi, frad (...)

13Peu après la chute de son ministère, qui n’avait même pas duré trois mois, Gioberti quitta l’Italie vers la fin du mois de mars 1849. Démissionnaire, début mai, de ses fonctions de ministre sans portefeuille, il termina sa vie à Paris dans un ultime exil.
Modena, de son côté, abandonne Florence au retour de Leopold II, participe à la défense de la République Romaine puis, ses biens confisqués en Vénétie, obtient asile au Piémont. À Turin, rebaptisée La Mecca, ou Meccafetida, ou même Mecca di merda, il déclare être comme « a Pekino, ospite spettatore e nulla più »17.
En 1851 la publication du Rinnovamento de Gioberti ravive son aversion pour le « Philosophe ». Sur deux numéros successifs de « Italia e Popolo », il publie Del rinnovamento civile sostituito ad un risorgimento screanzato. Opera monarchico-repubblicana-federale-unitaria divisa in mille dugento pagine e quattrocento ottant’ottomila quattrocento parole18. Cette furieuse et alerte satire, en forme de compte rendu, fruit d’un travail de huit jours19, lui fournit une nouvelle occasion d’exercer sa verve. L’on sait que Gioberti oppose le Rinnovamento au Risorgimento (qui va des réformes de Pie IX en 1847 au rétablissement des régimes antérieurs en 1849). C’est, pour Modena, la dernière métamorphose en date du « Loyola in Arcadia », la « terza crisalide giobertiana », le « Monte Testaccio fatto di cocci delle sue quattro20 filosofie » :

Le sue filosofie sono come i Fratelli di Salerno, tragedia del teatro Gianduia : la seconda ammazza la prima, la terza ammazza la seconda, e la terza s’ammazza da sé e seppellisce l’autore sotto le risate universali.

Modena éreinte donc, avec la fougue habituelle, ce Rinnovamento qu’il considère comme une accumulation pédante et obscure, un ibis redibis farci d’illogismes :

E con siffatta cennamella di stile, immagine sonora delle preghiere dei beduini rinvolte nella dialettica di Merlin Coccaio, più narcotico del sugo di papaveri, [Gioberti] ha la burbanza di sentenziare che Mazzini non sa scrivere. Oh lettore tienti le costole !

  • 21  « Bisogna riportarsi a quel momento in cui Gioberti, Berchet e tutti i profughi piemontesi maledic (...)
  • 22  À la sortie du théâtre où il avait assisté, en compagnie des Modena, à la représentation d’un dram (...)

14Après la mort de Gioberti, survenue le 26 octobre 1852 à Paris dans la solitude, son nom n’apparaît plus, dans les lettres de Modena, que très rarement ; mais c’est encore pour harceler sa mémoire : pour souligner, entre autre, l’inacceptable contradiction qui s’était établie entre le ministre de Charles-Albert et celui qui, quelques années plus tôt, aurait applaudi, avec Berchet et d’autres exilés, au régicide21 ; ou pour vitupérer encore le tant exécré royaume de la Haute Italie, il « Boreale di Gioberti », voulu par cet ancien militant de la Jeune Italie22.

  • 23  À Antonio Mordini, 15 febbraio 1849, Epistolario, cit., p. 104. Le 12 mars 1849, Guerrazzi avait o (...)

15La détestation politique ne s’éteint pas si facilement. Que le ciel n’eût-il entendu cette oraison jaculatoire – pensait sans doute encore Gustavo Modena –, avant que Gioberti n’eût fait en trois mois autant de mal que tous les chirurgiens, les médecins, les mouches, les taons, les rois et les sangsues réunis : « Per Dio ! ci vorrebbe una saetta provvidenziale che attorcigliasse le budelle di Gioberti al collo di Guerrazzi in forma di cravattina scorrevole ! »23.

Haut de page

Notes

1  - 1831 - Acteur de renom, Gustavo Modena (Venise 13 janvier 1803 - Turin 20 février 1861) participe à la guerre des Province unite contre l’Autriche sous les ordres de Zucchi et de Sercognani, aux côtés de Luigi Napoleone et de son frère. Prisonnier, il s’évade de Venise. Il réussit à s’embarquer pour Marseille. - 1832 - A Marseille, ami de Mazzini et des réfugiés républicains italiens, M. collabore à la « Giovine Italia ». - 1834 - M. participe à l’expédition de Savoie ; condamné en Piémont, se réfugie en Suisse, en Belgique. Il épouse Giulia Calame. - 1837 - A Bruxelles, commerçant en pâtes, M. travaille chez l’éditeur Mélines (l’éditeur de Gioberti). - 1839 - A Londres M. reprend sa carrière d’acteur puis, après l’amnistie, revient en Lombardie-Vénétie. - 1839-1848 - Théâtre. - 1848 - M. abandonne le théâtre pour combattre avec Manin et Tommaseo. A Palmanova. Chargé d’une mission au camp de Carlo Alberto. Il commande une colonne de volontaires. - 1849 - M. député à Florence. Il combat pour la défense de la République romaine. Il s’établit à Turin.

- 1850-1861 - Théâtre. La Bibliografia Nazionale Italiana de ces dix dernières années ne cite pas une seule fois le nom de Gustavo Modena.

2 Scritti e discorsi di Gustavo Modena, a cura di Terenzio Grandi, Roma, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 1957, pp. 339-352.

3 Scritti e discorsi cit., pp. 257-287.

4  « Il teatro è morto per anni molti [...] Caro Calloud, non mi discorrere di scritturare, né di continuare ; perché io non posso. Guerra e rivoluzione sciolgono ogni nostro contratto », à G.P.Calloud, 3 avril 1848, Epistolario di Gustavo Modena (1827-1861), a cura di Terenzio Grandi, Roma, Istituto per la storia del Risorgimento, 1955, p. 78.

5  Il Comitato centrale provvisorio sedente in Firenze al Comitato filiale di Roma, in « La Costituente italiana », 4 janvier 1849, Scritti e discorsi , cit., p. 134.

6  À G. Mazzini, 14 décembre 1848, Scritti e discorsi, cit., p. 331.

7  À Giovanni Grillenzoni, 19 septembre 1850, Epist., cit., p. 129.

8  À Francesco Dall’Ongaro, 25 décembre 1850, Epist., cit., p. 135.

9 Scritti e discorsi , cit., pp. 171-174.

10  À Mauro Macchi, 13 avril 1850, Epist., cit., p. 123.

11  À F. Dall’Ongaro, 24 juin 1850, Epist., cit., p. 124.

12  Le titre de l’article est de l’éditeur, Scritti e discorsi , cit., p. 98.

13 Scritti e discorsi , cit., p. 100.

14  Sur cette question la bibliographie est abondante. Cf., outre les Scritti e discorsi cités plus haut et l’Epistolario, cf. infra, L.BONAZZI, Gustavo Modena e l’arte sua, Città di Castello, Scipione Lapi, 1884, pp. 112-113 ; Memoriale storico-politico di P.Contarini dal 18 marzo 1848 al 26 agosto 1849, in Documenti della guerra santa d’Italia, Capolago, Tipografia Elvetica, 1850, t. IX, p. 26. L’Archivio di Stato de Turin conserve un rapport, très certainement inédit, de Gustavo Modena au général Franzini, ministre de la Guerre du gouvernement de Charles-Albert intitulé Relazione dello stato di Udine e di Palmanova al momento che il latore delle lettere partì da Palma, cioè venerdì 22 aprile alle 4 antim[eridiane] : « Gli Austriaci scorrevano le campagne e i villaggi rubando, incendiando, e commettendo enormità di ferocia. Questa guerra ha gettato lo spavento nelle popolazioni che hanno abbandonato i villaggi e si sono gettate a Udine. Il contatto dello spavento ha scorato gli Udinesi. Essi non vollero mandare al generale Zucchi in Palma 800 uomini di linea cui egli domandava per poter spazzare dai nemici almeno le strade di comunicazione tra Palma e Udine, e quella che mette al Tagliamento. Il generale si trova dunque impossente a rinnovare le sortite, e a tenere gli appostamenti attorno alla fortezza, 1° perché non ha che 1200 uomini circa, 2° perché le esagerate paure della popolazione demoralizzano i soldati e inducono nel generale il timore [che] questi disertino. La truppa austriaca non è molta. Dalle relazioni dei prigionieri, e dai molti altri indizi Ella non oltrepassa cinque battaglioni incompleti di linea, e due o tre squadroni di cavalleria. Ma l’impunità del saccheggio la incoraggia a scorrere fino alle porte di Udine, e a minacciarla. Ho trovato sulla mia via bollettini dati da Udine, i quali annunziano essere entrati altri corpi austriaci da Ponteb[b]a e da Gorizia : ma non se ne dice il numero. È ben presumibile che questi non sieno se non gli stessi corpi prima stanziati a quelle due porte della frontiera. In tutto forse tremila uomini da aggiungere ai cinque battaglioni detti più sopra. Queste truppe nemiche – demoralizzate dal continuo saccheggio – non osarono ancora attaccare per primi quei piccoli appostamenti esterni alla fortezza che il generale Zucchi prende di tanto in tanto per mostrarsi pure al nemico. Altr[..] dai nostri cedettero. Ma il generale non può conservare il terreno di guadagna perché deve richiamare i suoi pochi soldati e militi pel servizio della fortezza. Zucchi si ripromette di voltar la faccia delle cose solo che abbia un piccolo nucleo di truppa di linea. Alla mia partenza gli Austriaci non erano venuti sulla strada che da Palma, né su quella che da Udine mette al Tagliamento. Egli non [tenne] occupati in sostanza che i villaggi limitrofi alla sua frontiera dalla parte cioè del torrente Torre e dell’Isonzo piegando un po’ verso il mare : i villaggi cioè, da Percoto a Pavia fino ad Ontagnano. Di là poteva scorrere fino ad Udine, e di là pare abbia tentato un attacco contando molto sullo spavento che lo precede. Mille soldati piemontesi aggiunti al soccorso che invia colà il generale Durando, sono sufficienti – a parere di tutta l’ufficialità dimorante a Palma – per rialzare lo spirito delle popolazioni, e ricacciare forse anche il nemico. Firmato Gustavo Modena inviato dal generale Zucchi ». Cf. la correspondance envoyée du front par Modena in Epistolario, cit., p. 83 s.v.

15 L’oracolo del ministero piemontese ha parlato, in « La Costituente italiana », 16 febbraio 1849, n.48, in Scritti e discorsi, cit., pp. 145-149.

16 Scritti e discorsi, cit., p. 301.

17  À Domenico Righetti, directeur de la Compagnia reale sarda qui lui propose de rejoindre sa troupe, il déclare ne vouloir accepter à aucun prix d’être artiste ou capocomico au service d’une Majesté. Et il ajoute : « Mettersi in quiete si può senza rimorso, ma io non posso neppure tollerare che mi si sospetti uomo da transazioni colla coscienza per un fior di guadagno », 15 settembre 1849, Epistolario, cit., p. 110. Cela ne l’empêche pas de reconnaître peu après : « Qui si sta bene; si vive liberi, si parla, si legge... è una cuccagna. Purché la duri ! », à G. P. Calloud, 14 novembre 1849, Ibidem, p. 112.

18  Del rinnovamento civile sostituito ad un risorgimento screanzato, per VincenzoGioberti.Opera monarchico-repubblicana-federale-unitaria divisa in mille dugento pagine e quattrocento ottant’ottomila quattrocento parole, in « Italia e popolo », Genova, 5-6 décembre 1851, in Scritti e discorsi, cit., pp. 168-174.

19  « Queste satire costano fatica : è forza leggere e rileggere libracci sterminati, prender note che poi ti fanno una confusione da non saper come cavarne i piedi. Sono otto giorni che lavoro a quest’ultimo », à Girolamo Remorino, 3 décembre 1851, Epistolario, cit., p. 153.Quelques jours plus tôt, Modena avait brocardé la volumineuse Apologia de Guerrazzi : « E sotto catenaccio sei proprio venuto matto – hai ragione di conchiudere così la tua Batracomiomachia. Ché bisogna aver perduto il cervello [...] per dire e ridire e tornare a dire “Io fui Noè, Mosè, Curzio, Moro, Zeno, Agrippa, Aristide, Monti, Talleyrand ed ora... guardatemi, tapino. Sono San Bartolomeo, lo scorticato ; volli suonare e fui suonato, dissi chi rompe paga, ruppi fede a tutti, e pago, o ingiustizia, per tutti, e raccolgo quale ho seminato !! Si lagna il traditor d’esser tradito” », Apologia della vita civile di Guerrazzi, in « Italia e popolo », 28-29 novembre 1851,in Scritti e discorsi, cit., pp. 163-167.

20  C’est le nombre des États de la confédération italienne proposée par Gioberti. « Siamo mézzi, fradici, padre, sotto la pioggia di guai e di vituperi che ci ha tirato addosso il sistema del sole nordico colle quattro lune meridionali scoperto da Gioberti [...] il nostro grande scalco-filosofo », Domine, salvum fac, octobre 1848, Scritti e discorsi, cit., pp. 123-125.

21  « Bisogna riportarsi a quel momento in cui Gioberti, Berchet e tutti i profughi piemontesi maledicevano a Carlo Alberto e tutti avrebbero battuto le mani, quanti erano liberali in Italia, se il colpo fosse stato fatto », à Carlo Pisani, 12 novembre 1856, Epistolario, cit., p. 253.

22  À la sortie du théâtre où il avait assisté, en compagnie des Modena, à la représentation d’un dramme de Pietro Corelli, Ippolito d’Aste avait été victime d’une chute due à la neige : « 15 gradi sotto il niente alla Mecca stamane. Tu hai registrato ier sera come qualmente il Boreale di Gioberti è l’alleato naturale della Siberia. E devi avere un odore alla marsina !... Àmala la Mecca! e raccomandala agli amici », 8 février 1857, Epistolario, cit., p. 265.

23  À Antonio Mordini, 15 febbraio 1849, Epistolario, cit., p. 104. Le 12 mars 1849, Guerrazzi avait obtenu les pleins pouvoirs, refusé la fusion avec la République romaine, ajourné toute discussion sur la Costituente et éloigné, le 2 avril, Montanelli de Florence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/1, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

Georges Virlogeux, « Requiem pour Gioberti, ou les impertinences d’un « grand acteur », Gustavo Modena », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 21 décembre 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/2269 ; DOI : 10.4000/italies.2269

Haut de page

Auteur

Georges Virlogeux

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org