Navigation – Plan du site
"Humour et société"

L’humour et ses limites : Donato Giannotti, Milesia

Théa Picquet
p. 473-486

Résumé

Théa Picquet examine les différentes formes de comique sur lesquelles est construite la pièce de Donato Giannotti, Milesia, et montre que, sous l’œuvre de divertissement dont le but était de distraire les hôtes du palais Médicis, se cache une certaine amertume face à l’inconscience et à l’irresponsabilité de la jeunesse.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Georges Ulysse, Théâtre et Société au Cinquecento, Aix-en-Provence, Publications de l’Université, (...)

Ce n’est pas pour son Candelaio que Giordano Bruno a été brûlé. Toutes les théories politiques de Machiavel ne sont pas dans sa Mandragore. Mais on ne peut oublier que ce sont des philosophes comme Bruno ou Machiavel qui nous ont laissé le Candelaio, la Mandragore et la Clizia. Et ils sont escortés d’une noble compagnie puisque Bibbiena, Giannotti, L. Strozzi, Berni, J. Nardi, l’Arioste, l’Arétin, Belo, Beolco, voire Guazzo, Nappi ou Cavassico, ne sont pas que des amuseurs.1

  • 2  Pour une biographie de Donato Giannotti, voir : Théa Picquet, Donato Giannotti et son public, dans (...)
  • 3  Voir : Théa Picquet, Le Théâtre du Cinquecento et la crise de la famille, Donato Giannotti. Il Vec (...)
  • 4  Nous avons pu repérer deux manuscrits de la comédie à Florence à la Biblioteca Nazionale Centrale  (...)

1C’est ce qu’affirme avec raison Georges Ulysse. Donato Giannotti2 justement, comme bon nombre de ses contemporains, s’essaie lui aussi au théâtre. Si son Vieillard Amoureux3, comédie en prose écrite en 1536, est relativement célèbre, elle laisse dans l’ombre une pièce en vers composée antérieurement : Milesia4, qui n’est pourtant pas dépourvue d’intérêt.

2Après avoir considéré les conditions de publication de la comédie, notre propos tentera de relever ses caractéristiques, de voir en quoi elle constitue une œuvre de divertissement pour établir enfin les limites de l’humour et envisager l’existence possible d’un message implicite.

  • 5  Enrico Zanoni, Donato Giannotti nella vita e negli scritti, Roma, Società editrice Dante Alighieri(...)

3Si Enrico Zanoni5 n’avance aucune date de publication, Polidori, quant à lui, qualifie la pièce comme une œuvre de jeunesse de l’auteur :

  • 6  Polidori, op. cit., p. XLIX.

Fors’ anche la Milesia è frutto della prima gioventù del Giannotti e di quel periodo letterario nel quale il Nardi dava agli altri l’esempio delle sue commedie variamente metrificate.6

  • 7  Cf. Théa Picquet, La France et les Républicains florentins de la Renaissance, dans Stéréotypes et (...)

4À cette époque-là, Donato n’est pas encore le Républicain florentin7 opposant à la famille Médicis. Au contraire, il fait partie de la jeunesse dorée qui fréquente les Jardins Rucellai, lieu de rencontre de l’intelligentsia florentine, tout comme Machiavel ou Jacopo Nardi. Cependant, les « Orti Oricellari » ne sont pas le seul centre intellectuel auquel participe Donato. L’Académie sacrée des Médicis est tout aussi active. On y récite des poèmes, on y exécute des morceaux de musique, on y donne des conférences. C’est dans cette atmosphère que Giannotti compose une épigramme en latin en l’honneur de Laurent de Médicis, Duc d’Urbin. Elle figure parmi les dix-huit poèmes publiés à la gloire du Duc en 1516 sous le titre de Lauretum. Les quatorze lignes de Giannotti sont considérées comme les meilleures du lot ; elles présentent une allégorie sur l’opposition entre Apollon et Mars résolue par l’intervention judicieuse de Minerve. Bien que l’épigramme semble exprimer les craintes du jeune poète devant les ambitions militaires de Laurent, elle reste un produit typique de la première restauration des Médicis et un exercice de rhétorique d’un Humaniste en hommage au pouvoir en place.

  • 8  Cf. Théa Picquet, Le Théâtre du Cinquecento et l’engagement. Jacopo Nardi « I due felici rivali », (...)

5La comédie Milesia peut se caractériser de façon identique. En « terza rima », elle s’inspire de l’Eunuque de Térence et des Menaechmes de Plaute sur le thème comique du faux aveugle et du mari jaloux. Cette dépendance des modèles classiques et l’utilisation de la versification sont proches des travaux de deux amis de Giannotti : I due felici rivali de Jacopo Nardi8 et La commedia in versi de Lorenzo Strozzi, comédies destinées au même public, les hôtes du Palais Médicis.

6Milesia est donc à première vue une œuvre de divertissement. C’est ce que suggère Enrico Zanoni :

  • 9  Enrico Zanoni, op. cit., p. 59.

Al teatro si andava per cercare l’intima unione fra il piacere estetico, di cui allora era tanto vivo il bisogno, ed il piacere dei sensi. Corrispondente a queste intenzioni del pubblico doveva essere adunque il fine dell’autore drammatico : la sua unica mira, se desiderava di essere conosciuto, era quella di rendere la sua commedia uno strumento di piacere. In tali condizioni di cose la morale non ci aveva nulla a vedere col teatro.9

Elle présente en effet la réalité de telle manière que s’en dégagent les aspects plaisants. Cependant, s’agissant d’une comédie, son but est de provoquer le rire et de faire oublier pendant quelques heures les aspects sérieux ou angoissants de l’existence.

  • 10  Milesia,cit., pp. 293-294 : « Non ben contenta del vecchio marito, / Né lui di lei ancora : / Sì c (...)
  • 11  Ibidem, p. 294 : « Costui un suo fratello aveva già, / Che per fuggir la guerra in Asia andò ; / E (...)
  • 12  Ibidem, p. 294 : « E fu Milesia, la qual tutta afflitta / Di Gilippo arde, figlio a Nicerato, / El (...)
  • 13  Ibidem : « Ma la nipote sua morta creduta, / Essendo d’Asia in Tebe ritornata, / Da Perdica veduta (...)

7Le sujet choisi est bien sûr tiré de la vie courante. Le décor est planté à Thèbes. Milesia, l’héroïne, est une jeune femme dotée d’un vieux mari qui ne réussit pas à la satisfaire ; mais lui non plus n’est pas satisfait de son épouse, à tel point qu’il feint la cecité pour mieux la surveiller10. En fait, Critone ne s’est marié qu’après avoir perdu la trace de son frère, parti en Asie où il est mort, et de la petite fille de celui-ci11. Milesia, de son côté, aime Gilippo, le fils de Nicerato, dont elle est aimée en retour. Pour approcher la jeune femme, Gilippo se fait passer pour un domestique et entre au service de Critone12. Le croyant aveugle, il prend quelques libertés et se retrouve emprisonné. Mais la nièce (Ippolita-Crastidia), qu’on avait cru disparue, est en réalité revenue à Thèbes13. Perdica, le frère de Gilippo, éperdument amoureux d’elle, se déguise en marchand pour pénétrer dans la maison au moment où elle est seule. L’irréparable se produit. La vieille Sofrona rapporte tout à Critone, qui reconnaît en la jeune fille la nièce qu’il pensait perdue.

8C’est le « lieto fine » : Critone est heureux de retrouver sa nièce que Perdica épouse. Comme toutes les comédies du Cinquecento, la pièce finit donc par un mariage. Cependant, l’originalité vient de l’attitude de Critone. Il renonce en effet à Milesia, lui accorde le divorce pour que Gilippo et elle puissent convoler en justes noces, avec la bénédiction du père de celui-ci, Nicerato. Tout finit bien :

  • 14  Ibidem,p. 295.

Questo fa che ciascun contento resta
Perché Criton lo sdegno e l’ira posa ;
Chè Perdica con festa
La sua nipote prende e sposa.
Sol restava una cosa :
Ch’a Gilippo Milesia ancor si dessi,
Acciò che ogni un di lor lieto vivessi.
El divorzio per questo Criton fa ;
E, col consenso di Nicerato,
A Gilippo si dà
Quella che tanto tempo aveva amato :
Nè resta sconsolato
Alcun di quei che nanzi a voi vedrete,
Se gli occhi aperti e non chiusi terrete...14

9Les personnages sont ceux de toutes les comédies de l’époque. On retrouve l’opposition entre les jeunes et les vieux, les amours passionnées des jeunes gens, le mari trompé, la complicité du parasite, le rôle essentiel des domestiques. Pourtant, si les personnages répondent aux stéréotypes, en ce qui concerne la langue, Giannotti préfère utiliser ici les vers plutôt que la prose et s’éloigne ainsi de l’écriture choisie par les autres auteurs de comédies du Cinquecento. Par contre, par l’intrigue qui se meut grâce au jeu des caractères et au lois du hasard, Donato se rapproche de ses contemporains.
Celle-ci repose sur les différentes formes de comique en usage : de mots, de situation, de caractère.

  • 15  Milesia, cit.,III, 2, p. 334 : « ...e la marina, / A vederlo nel viso, mi par grossa. ».
  • 16  Ibidem,IV, 5, p. 355 : « Sì che, bisogna questo temporale / Fuggir per ora, e cercar di bonaccia : (...)
  • 17  Ibidem, IV, 1, p. 342 : « E nella trappola el cacio mangiato ha. ».
  • 18  Ibidem,IV, 4, p. 350 : – Nicerato : « ...a dir el ver, mi sono sbigottito. – Milone ; « Sbigottito (...)
  • 19  Ibidem,II, 4, p. 321 : « Perché se ‘n casa arà questo garzone, / Doverrà dello stomaco guarire, / (...)
  • 20  Ibidem : « Ma ecco qua Gilippo che ne viene, / Secondo el mio parer, tutto ordinato / Da grattar a (...)
  • 21  Ibidem, II, 5, p. 324 : « Elli è lieto e contento, ed io vorrei / S’e’ si vôta le rene, empiermi b (...)
  • 22  Ibidem : « Io ti so dir ch’egli ha colta la rosa. ».
  • 23  Ibidem : « ...perché a vele tese / Forse che naviga ora in alto mare. ».
  • 24  Ibidem,II, 5, p. 325 : « ...A sollazzarsi / Ha cominciato già con la padrona, / E del tempo perdut (...)
  • 25  Ibidem, II, 5, p. 326 : « Poi che altra biada ha cominciato avere. ». Remarquons que, dans La Mand (...)

10Le comique de mots apparaît tout d’abord dans l’usage des métaphores. Ainsi, la colère de Nicerato ressemble à une tempête en mer15 ; de même, quand tout va mal, Milone évoque l’orage qui gronde16 et il attend l’accalmie. En outre, la passion de Gilippo l’entraîne dans une souricière, mais pour dire qu’il a finalement assouvi ses ardeurs, l’auteur préfère noter qu’il a mangé le fromage17. Par ailleurs, certains termes sont employés d’abord au sens abstrait puis au sens concret ; ils perdent ainsi le sérieux qui leur était conféré en un premier temps ; c’est le cas de « sbigottito » qui traduit le désarroi d’un père, Nicerato, devant l’arrestation de son fils, Gilippo, et qui est repris ensuite par Milone qui meurt de faim18. Mais ce sont surtout les jeux de mots grivois qui faisaient rire le public. Ainsi, Milesia se plaint de douleurs au ventre. Ce qui fait dire au parasite qu’avec Gilippo dans la maison elle guérira très vite19, d’autant plus qu’il le sent prêt à lui « chatouiller les reins »20. Dans le même ordre d’idées, si le jeune homme « videra ses reins », Milone, lui, pense à pouvoir « remplir son corps »21. D’après ce dernier, Gilippo, « a cueilli la rose »22 et selon Carino, le jeune homme, entraîné par sa passion, « vogue toutes voiles déployées »23. Lidia fait remarquer qu’il a rattrapé le temps perdu, mais emploie le verbe « se restaurer »24. Parlant de Milesia et de la satisfaction sexuelle qu’elle découvre avec Gilippo, la même Lidia fait allusion à la « nouvelle qualité de l’avoine »25, mettant la jeune femme sur le même plan qu’une jument.

  • 26  Milesia,cit., I, 4, p. 310 : « In molte donne questo mal si truova... / Arannosi ad usar diverse u (...)
  • 27  Ibidem : « Pur vorre’ riscaldarmi un po’ le rene, / E raffreddarle a lei, se ci è riparo. ».
  • 28  Ibidem,IV, 1, pp. 341-342 : « Ma nel guarire arai forse patito / Lesïon di cervel, ch’or ti molest (...)
  • 29  Ibidem,I, 4, pp. 308-309 : « Dove diavol sian noi ? non dir bugia : / Ch’io ho tuffato già sei vol (...)
  • 30  Ibidem, II, 4, p. 322 : Milone parlant de Gilippo à Critone : « S’io non m’inganno, el tuo bisogno (...)
  • 31  Ibidem,II, 4, pp. 322-323.
  • 32  Ibidem,III, 4, p. 337 : « Non so s’i’ m’ho dormito, / O pur sono smarrito ; / Né anche chi mi sia, (...)
  • 33  Ibidem,p. 338.
  • 34  Ibidem,IV, 3, p. 347 : – Scalco : «...Pigliate costui presto, / E di peso ‘l portate come un vento (...)
  • 35  Ibidem, IV, 5, p. 354 : « ...Di poi vedrai, e certo prestamente, / Malvagio, tristo, s’io sarò imp (...)

11Le comique de situation concerne également le mal dont souffre Milesia. Le médecin affirme que bon nombre de femmes souffrent de ce mal-là et prescrit des onguents pour masser le membre malade26. Critone, qui a compris, souhaiterait réchauffer ses propres reins, mais refroidir ceux de son épouse27. Ce à quoi le médecin répond qu’il veillera à lui remplir les veines. De la même façon, devant un mari furieux d’avoir été trompé par elle, Milesia le croit malade du cerveau et appelle le médecin en grand renfort28. Le stratagème mis en place par Critone est également comique. Pour mieux surveiller Milesia, il feint la cecité, a peur de tomber en marchant et, comme il a plu, il a l’impression d’être en pleine mer29. À ce stratagème fait pendant celui inventé par Milone pour le jeune Gilippo. Il lui conseille de se faire passer pour sourd et pour simplet30. C’est donc un faux sourd, l’amant, qui sert de guide à un faux aveugle, le mari, et qui lui fait tout répéter si fort que Critone en est gêné31. Comique de situation encore lorsque le marchand Danisco se réveille et ne trouve plus ses vêtements32. Il ne sait plus où il est ni s’il rêve ou s’il est éveillé. Il ne dit rien, de crainte qu’on ne se moque de lui. Finalement, il s’accomode de la situation puisqu’il gagne au change33. Suit un double quiproquo comique, puisque Perdica qui a emprunté les habits du marchand milésien pour pénétrer dans la maison de sa bien-aimée se fait arrêter par les sbirres, accusé de ne pas avoir remboursé ses dettes34 et Danisco essuie les foudres de la vieille Sofrona35 qui le prend pour celui qui a déshonoré la jeune fille dont elle a la responsabilité.

  • 36  Ibidem,II, 5, p. 326 : « Ell’è per l’allegrezza troppo ardita, / E va per casa che pare un gallett (...)
  • 37  La Mangragola, V, 5 : – Nicia : « Guarda come la risponde ! La pare un gallo ! » Puis, plus loin : (...)
  • 38  Milesia, cit.,III, 2, pp. 330-331.
  • 39  Ibidem, I, 1, p. 300 : « ...Orsù, andreno : / Ma a corpo vôto non mi condurresti. ».
  • 40  Par exemple, I, 4, p. 310 : – Maestro à Critone : « Penseren di riempiervi le vene. » – Milone : « (...)
  • 41  Ibidem,I, 4, p. 311 : « Andianne a casa : el corpo mi gorgoglia. ».
  • 42  Ibidem,II, 3, p. 317 : « Ma non ci veggio già ordin di cena. ».
  • 43  Ibidem, II, 3, p. 318 : « ...chi volesse al natural ritrarmi, / Facendo un granchio a punto me far (...)
  • 44  Ibidem, p. 319.
  • 45  Ibidem, V, 5, p. 368. Critone à Milone : « Del mie’ convito, se tu se’ contento / T’ho fatto spend (...)
  • 46  Ibidem, p. 369.

12En ce qui concerne le comique de caractère, il peut être présent dans la transformation de Milesia après sa nuit avec Gilippo. Elle est maintenant gaie et bien hardie36. Elle a subi la même métamorphose que Lucrezia37 dans La Mandragore et dans les deux cas, leur arrogance est comparée à celle d’un coq. De plus, les amoureux, en proie à la fureur de leur passion, se rendent plutôt ridicules ; comme pour Callimaco dans la comédie de Machiavel, ici c’est le cas de Gilippo, mais aussi de Perdica38, qui ne sait pas marcher sans courir, ni parler sans crier et qui est tout simplement qualifié de fou par le domestique Carino. Mais c’est surtout le personnage du parasite qui est source de comique. Milone a toujours faim et ne parle que de son ventre. Ainsi, il accepte d’accompagner Critone chez le médecin, mais non avec le ventre vide39 ; il ne peut se promener qu’avec le ventre plein, se plaint à plusieurs reprises que son ventre est plein de vent40, veut rentrer à la maison car son corps « gargouille »41. Dès qu’il a déjeuné, il s’inquiète du dîner42. La comparaison avec un crabe lui sied à merveille43 : tous les deux ne sont que ventre ; les pattes de l’animal courent toute la journée, le pauvre Milone qui n’a que deux jambes fait de même ; leurs yeux identiques regardent de tous côtés. Et lorsque Carino le voit empreint de tristesse, il pense seulement qu’il est à jeun44. À la fin de la pièce, pour récompenser ce personnage qui ne se sent bien que le ventre plein, Critone le charge d’organiser le banquet de noces et lui promet table ouverte45. Le bonheur du parasite se résume en ces termes : « O felice Milone... pieno e grasso e lustro e tondo »46.

13En somme, Milesia est avant tout une oeuvre de divertissement, tout comme les autres comédies du Cinquecento. Pourtant, à différentes reprises, l’humour de Giannotti se heurte à des limites.
Il s’accompagne tout d’abord de l’ironie.

  • 47  Ibidem,I, 4, p. 309 : « Ma eccol qua el viso di civetta. ».
  • 48  Ibidem.
  • 49  Ibidem,IV, 1, p. 343 : « A dio, che lo star qui non è sicuro. / Se nulla accade, per me manderete. (...)
  • 50  Ibidem, I, 4, p. 310.
  • 51  Ibidem, IV, 1, p. 342 : « Io li farò qualche buon lattovaro. ».
  • 52  Ibidem.
  • 53  Ibidem, IV, 1, p. 340 : « Che bella pruova e bella esperïenzia / Ha fatto presto questo mio garzon (...)
  • 54  Ibidem : « Spesso dicea : – Criton, tu hai ben fatto / A tor costui ; – e diceva anche ‘l vero, / (...)

14À propos du médecin par exemple. En effet, il est appelé « Maestro » et porte le nom du célèbre médecin grec, Galeno, ce qui fait croire à sa science profonde. En réalité, son physique déjà dément sa connaissance : il a un visage de chouette47. Il aime fort peu son métier ; et dès qu’on l’appelle, il considère que les ennuis arrivent48 et, pour échapper aux malades, il fait semblant d’être pressé. De même, devant la violence de Critone, il prend peur et préfère s’échapper49. Pour tous médicaments, il prescrit à Milesia des œufs contre les douleurs abdominales50 et à Critone un sirop pour le guérir de sa folie furieuse51. Seule la jeune femme croit qu’il a réussi à soigner la cecité de son mari52. Bref, en fait de grand médecin, Galeno en est plutôt la caricature.
La même ironie se retrouve dans la bouche du vieux mari lorsqu’il fait l’éloge de son nouveau valet53 et rapporte les propos de son épouse qui le complimente sur ce choix judicieux54.

  • 55  Ibidem,III, 3, p. 336.
  • 56  Ibidem,p. 335.
  • 57  Ibidem,p. 336 :« Costui se parla, sempre t’avvelena. »
  • 58  Ibidem, II, 2, p. 316. C’est en quelque sorte le Ligurio de La Mandragore.

15Cela dit, le texte n’est pas exempt de perfidie. Mais ce travers ne concerne que des personnages secondaires : un domestique, Carino, et un parasite, Milone. En effet, le premier assure son vieux maître de sa fidélité : « Io t’ho servito sempre con gran fede »55, clame-t-il, et le trahit sans vergogne, lui faisant croire que ses fils passent leur temps aux études alors que leurs occupations sont d’un tout autre ordre et que le valet est justement leur complice56. Inversement, lorsque Nicerato doute de sa loyauté, il se plaint de ses propos qu’il considère « pleins de venin »57. Le second servira d’intermédiaire pour introduire le faux valet Gilippo auprès de Critone et trahira ainsi sa confiance58.

  • 59  Ibidem,I, 2, p. 301.
  • 60  Ibidem.

16Les sarcasmes choquent dans la bouche de Milesia. Pourtant, parlant de son époux, elle l’appelle « il vecchio »59, brosse de lui un portrait des plus caricaturaux60 :

Pure a vederlo, vecchio dispettoso ;
Canuto, grinzo ; e, per dirti el secreto,
Crepato ancora, e sopra ogni un geloso...

  • 61  Ibidem : « E dira’ ‘l ver : ma poi di quelle dotte / Ch’io stimo più, son molto mal fornita. / Che (...)
  • 62  Ibidem, p. 302.

se plaint de son manque d’ardeur, va jusqu’à déclarer qu’elle est « mal fornita », que la nuit il ne fait rien d’autre que ronfler61. Elle se considère trompée et n’a plus qu’une envie, celle de se venger62.

  • 63  Ibidem, I, 1, p. 297.
  • 64  Ibidem,IV, 1, p. 343 : « Così, del caso tuo, io ho concluso / Di far che ‘l parentado lo saprà. ».
  • 65  Ibidem,IV, 1, p. 340.
  • 66  Ibidem, IV, 1, p. 340 : « O perverso animal, falso ed astuto... ».
  • 67  Ibidem, I, 1, p. 299 : « Romper poss’ella le gambe e le rene. ».
  • 68  Ibidem,IV, I, p. 341.
  • 69  Ibidem,II, 1, p. 311 : « ...m’è troppo el viver lor molesto... »
  • 70  Ibidem,p. 312 : « Sì che la fie per te male arrivata , / Se tu non pensi di pigliar partito, / E m (...)
  • 71  Ibidem : « Io vi son padre, e l’amor non consente / Che quando veggo la vostra rovina, / Sanza amm (...)
  • 72  Ibidem, III, 3, p. 334 : « Costui è quel che di loro ha piacere ; / Costui li guida e fanne quel c (...)
  • 73  Ibidem,p. 335.

17Mais une large place est laissée à l’amertume des personnages, en particulier chez les anciens, Critone et Nicerato, qui devraient au contraire incarner la sagesse.
Ainsi, le premier montre particulièrement sa déception face à un mariage malheureux. Il est conscient qu’il a commis une erreur en épousant Milesia, sait qu’elle est insatisfaite, mais se justifie en expliquant qu’il ne souhaitait qu’un héritier63. Humilié, il s’apprête à avertir la famille de l’infidélité de son épouse64. Lucide devant la trahison, il laisse éclater sa souffrance devant l’amour dont bénéficie Gilippo65 et sa rancœur se transforme en violence aveugle. Il injurie sa femme, la traite « d’animal pervers »66, souhaite qu’elle se casse les jambes et les reins67, veut la mettre en pièces68.
Tout aussi amer apparaît Nicerato. Mais ici c’est la douloureuse déception d’un père face à l’ingratitude de ses deux fils. Il ne supporte pas leur façon de vivre69, essaie de raisonner Perdica, le plus jeune, l’enjoint de changer de vie70. Conscient de son rôle de père, il réprimande ses fils si besoin est71, mais dit avec désolation qu’il ne faut rien attendre d’eux, qu’ils écoutent davantage les conseils du valet, Carino72, que les siens et termine en affirmant que de nombreux pères ont été ruinés par leurs fils et qu’il est de ceux-là73. C’est donc un père désespéré qui laisse libre cours à sa douleur, à tel point que son ami Danisco clame haut et fort que jamais il ne fondera une famille :

  • 74  Ibidem,IV, 5, p. 353.

Costui ha tanto affanno or del figliuolo,
Che facci ben se sa per l’avvenire,
Ma’ lo può ristorar di questo duolo.
Quant’io per me, non me n’arò a pentire ;
Perch’io non credo mai donna pigliare,
Simil boccon non volendo inghiottire.74

  • 75  Ibidem, IV, 4, p. 352.
  • 76  Ibidem,V, 5, p. 367.
  • 77  Ibidem.
  • 78  Ibidem,p. 366 : « Dove Gilippo caveren di pene / Col dar Milesia a lui, ed a un tratto / Faren duo (...)

18Ce sont pourtant ces personnages bafoués qui font preuve d’une extraordinaire grandeur d’âme. Ainsi, Nicerato est prêt à débourser une forte somme d’argent pour la libération de son fils emprisonné75. Et Critone pardonne à Gilippo76, donne sa nièce en mariage à Perdica77, accorde la liberté à Milesia pour qu’elle puisse refaire sa vie78. En somme, il fait le bonheur de tout son entourage :

  • 79  Ibidem, p. 367.

Io ho voluto, Gilippo, lasciare
Ogni ingiuria da canto ed ogni cosa,
E solo attender tutti a contentare.79

Bref, ce sont les personnages qui ont fait l’objet de moqueries et de trahison qui sortent vainqueurs à la fin de la comédie.

19En conclusion, Milesia est bien une œuvre de divertissement. Son but est de faire rire et l’histoire finit bien pour tous les personnages sans exception.

  • 80  Voir : Théa Picquet, Le Théâtre du Cinquecento et la crise de la famille, dans « Théâtres du monde (...)
  • 81  Le Barbier de Séville, 1, 2 : « – Le Comte : Qui t’a donné une philosophie aussi gaie ? – Figaro : (...)

20Pourtant, la comédie donne une image critique d’une jeunesse inconsciente et irresponsable, qui s’appuie sur les valets de la maison pour arriver à ses fins, mais qui a besoin d’un père de famille solide et sérieux afin de réparer les actes irréfléchis dont elle se rend coupable. Cela dit, la comédie n’est pas encore aussi pessimiste que Il Vecchio Amoroso, où l’exemple vient davantage du fils que du père80.
Humour, ironie... qu’importe, l’essentiel est de rire et nous laissons ici le mot de la fin à Beaumarchais : « Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer »81.

Haut de page

Notes

1  Georges Ulysse, Théâtre et Société au Cinquecento, Aix-en-Provence, Publications de l’Université, 1984, tome 1, p. XXIII.

2  Pour une biographie de Donato Giannotti, voir : Théa Picquet, Donato Giannotti et son public, dans Écrire à la fin du Moyen-Âge. Le pouvoir et l’écriture en Espagne et en Italie (1450-1530), Aix-en-Provence, Publications de l’Université, 1990, pp. 151-167.

3  Voir : Théa Picquet, Le Théâtre du Cinquecento et la crise de la famille, Donato Giannotti. Il Vecchio Amoroso, in « Théâtres du Monde », Université d’Avignon, ARIAS, 1996, Cahier n° 6, pp. 15-29.

4  Nous avons pu repérer deux manuscrits de la comédie à Florence à la Biblioteca Nazionale Centrale : Ms. II, II, 50 (Misc. ) cc. 78-136 et Ms. Magl. VII, 62, cc. 32. Autographe. Nous travaillons sur l’édition suivante : Milesia, Commedia in versi, dans : Donato Giannotti, Opere politiche e letterarie, collazionate sui manoscritti e annotate da F.-L. Polidori, Firenze, Felice Le Monnier, 1850, volume 1, pp. 291-369, que nous avons consultée à la Bibliothèque Nationale de Paris et à la Biblioteca Nazionale di Turin.

5  Enrico Zanoni, Donato Giannotti nella vita e negli scritti, Roma, Società editrice Dante Alighieri, 1900, pp. 61-62 : « Non v’è alcun indizio che possa servire a precisare il tempo in cui Donato compose la Milesia, commedia in versi ; certamente dev’essere anteriore al Vecchio Amoroso, commedia in prosa, nella quale si mostra più originale e ancora più pratico in quegli artifizi che servono a dare risalto, bellezza e forza alle produzioni drammatiche. »

6  Polidori, op. cit., p. XLIX.

7  Cf. Théa Picquet, La France et les Républicains florentins de la Renaissance, dans Stéréotypes et représentation italienne de l’altérité française, Rennes, Publications de LURPI, 1998, pp. 8-24 ; Théa Picquet, Florentins et rebelles,Nancy, PRISMI, 1998, n° 2, pp. 46-72.

8  Cf. Théa Picquet, Le Théâtre du Cinquecento et l’engagement. Jacopo Nardi « I due felici rivali »,«Théâtres du Monde », Université d’Avignon, ARIAS, 1997, Cahier n° 7, pp. 17-36.

9  Enrico Zanoni, op. cit., p. 59.

10  Milesia,cit., pp. 293-294 : « Non ben contenta del vecchio marito, / Né lui di lei ancora : / Sì che, sendo per questo ingelosito, / Prese seco partito / Fingersi cieco ; e chiamassi Critone... ».

11  Ibidem, p. 294 : « Costui un suo fratello aveva già, / Che per fuggir la guerra in Asia andò ; / E morendo poi là, / Una piccola figlia vi lasciò, / La qual di qui menò ; / Né sentendo già mai alcuna cosa / De’ casi lor, si volse a tòrre sposa. ».

12  Ibidem, p. 294 : « E fu Milesia, la qual tutta afflitta / Di Gilippo arde, figlio a Nicerato, / El quale a man diritta / Abita questa stanza qua d’allato. / Così el giovane amato, / Per dare al loro amore conclusione, / Per famiglio s’acconcia con Critone. ».

13  Ibidem : « Ma la nipote sua morta creduta, / Essendo d’Asia in Tebe ritornata, / Da Perdica veduta / Di Gilippo fratello, e forte amata... ».

14  Ibidem,p. 295.

15  Milesia, cit.,III, 2, p. 334 : « ...e la marina, / A vederlo nel viso, mi par grossa. ».

16  Ibidem,IV, 5, p. 355 : « Sì che, bisogna questo temporale / Fuggir per ora, e cercar di bonaccia : / Però mi parto, e vorre’ metter ale, /Per trovar presto cosa che mi piaccia. ».

17  Ibidem, IV, 1, p. 342 : « E nella trappola el cacio mangiato ha. ».

18  Ibidem,IV, 4, p. 350 : – Nicerato : « ...a dir el ver, mi sono sbigottito. – Milone ; « Sbigottito son io, che per ancora / Non ho da cena né ordine, né invito ; »

19  Ibidem,II, 4, p. 321 : « Perché se ‘n casa arà questo garzone, / Doverrà dello stomaco guarire, / E del bellico trarsi la passione. »

20  Ibidem : « Ma ecco qua Gilippo che ne viene, / Secondo el mio parer, tutto ordinato / Da grattar a Milesia un po’ le rene. ».

21  Ibidem, II, 5, p. 324 : « Elli è lieto e contento, ed io vorrei / S’e’ si vôta le rene, empiermi bene / Stasera el corpo, e contento sarei. ».

22  Ibidem : « Io ti so dir ch’egli ha colta la rosa. ».

23  Ibidem : « ...perché a vele tese / Forse che naviga ora in alto mare. ».

24  Ibidem,II, 5, p. 325 : « ...A sollazzarsi / Ha cominciato già con la padrona, / E del tempo perduto a ristorarsi. ».

25  Ibidem, II, 5, p. 326 : « Poi che altra biada ha cominciato avere. ». Remarquons que, dans La Mandragore ( V, 4 ), la même situation se retrouve et Callimaco parle de la chose en ces termes : « ...ed avendo ella (Lucrezia)... gustato che differenzia è dalla iacitura mia a quella di Nicia, e da’ baci d’uno amante giovane a quelli d’uno marito vecchio... disse... ».

26  Milesia,cit., I, 4, p. 310 : « In molte donne questo mal si truova... / Arannosi ad usar diverse unzioni, / Confortandoli el membro che li duole, / E farli qualche impiastro al pettignone. ».

27  Ibidem : « Pur vorre’ riscaldarmi un po’ le rene, / E raffreddarle a lei, se ci è riparo. ».

28  Ibidem,IV, 1, pp. 341-342 : « Ma nel guarire arai forse patito / Lesïon di cervel, ch’or ti molesta. ».

29  Ibidem,I, 4, pp. 308-309 : « Dove diavol sian noi ? non dir bugia : / Ch’io ho tuffato già sei volte e piedi. / E’ fie piovuto, per disgrazia mia.... / Ed a me pare in mare ; ».

30  Ibidem, II, 4, p. 322 : Milone parlant de Gilippo à Critone : « S’io non m’inganno, el tuo bisogno fia, / Sendo semplice un poco : ma è sordo... »

31  Ibidem,II, 4, pp. 322-323.

32  Ibidem,III, 4, p. 337 : « Non so s’i’ m’ho dormito, / O pur sono smarrito ; / Né anche chi mi sia, / S’io non vo’ dir bugia; / Perché si vede espresso / Ch’a’ panni non son desso... ».

33  Ibidem,p. 338.

34  Ibidem,IV, 3, p. 347 : – Scalco : «...Pigliate costui presto, / E di peso ‘l portate come un vento... ».

35  Ibidem, IV, 5, p. 354 : « ...Di poi vedrai, e certo prestamente, / Malvagio, tristo, s’io sarò impazzata ; / Che non ha faccia, e non mi stima niente. »

36  Ibidem,II, 5, p. 326 : « Ell’è per l’allegrezza troppo ardita, / E va per casa che pare un galletto... ».

37  La Mangragola, V, 5 : – Nicia : « Guarda come la risponde ! La pare un gallo ! » Puis, plus loin : « Tu se’ stamani molto ardita ! ».

38  Milesia, cit.,III, 2, pp. 330-331.

39  Ibidem, I, 1, p. 300 : « ...Orsù, andreno : / Ma a corpo vôto non mi condurresti. ».

40  Par exemple, I, 4, p. 310 : – Maestro à Critone : « Penseren di riempiervi le vene. » – Milone : « Anzi a me el corpo, ch’è già pien di vento. ».

41  Ibidem,I, 4, p. 311 : « Andianne a casa : el corpo mi gorgoglia. ».

42  Ibidem,II, 3, p. 317 : « Ma non ci veggio già ordin di cena. ».

43  Ibidem, II, 3, p. 318 : « ...chi volesse al natural ritrarmi, / Facendo un granchio a punto me farebbe. ».

44  Ibidem, p. 319.

45  Ibidem, V, 5, p. 368. Critone à Milone : « Del mie’ convito, se tu se’ contento / T’ho fatto spenditore, e sol sarai / Di tutta la cucina el fondamento. / La tornata di casa ancora arai. ».

46  Ibidem, p. 369.

47  Ibidem,I, 4, p. 309 : « Ma eccol qua el viso di civetta. ».

48  Ibidem.

49  Ibidem,IV, 1, p. 343 : « A dio, che lo star qui non è sicuro. / Se nulla accade, per me manderete. ».

50  Ibidem, I, 4, p. 310.

51  Ibidem, IV, 1, p. 342 : « Io li farò qualche buon lattovaro. ».

52  Ibidem.

53  Ibidem, IV, 1, p. 340 : « Che bella pruova e bella esperïenzia / Ha fatto presto questo mio garzone, / Che l’ha guarita con poca scïenzia ! ».

54  Ibidem : « Spesso dicea : – Criton, tu hai ben fatto / A tor costui ; – e diceva anche ‘l vero, / Non già per me, ma sì per lei... ».

55  Ibidem,III, 3, p. 336.

56  Ibidem,p. 335.

57  Ibidem,p. 336 :« Costui se parla, sempre t’avvelena. »

58  Ibidem, II, 2, p. 316. C’est en quelque sorte le Ligurio de La Mandragore.

59  Ibidem,I, 2, p. 301.

60  Ibidem.

61  Ibidem : « E dira’ ‘l ver : ma poi di quelle dotte / Ch’io stimo più, son molto mal fornita. / Che ho io a far di tante cioppe e cotte, / Vedendomi po’ intorno un vecchio tale / Che non facci altro che russar la notte ? ».

62  Ibidem, p. 302.

63  Ibidem, I, 1, p. 297.

64  Ibidem,IV, 1, p. 343 : « Così, del caso tuo, io ho concluso / Di far che ‘l parentado lo saprà. ».

65  Ibidem,IV, 1, p. 340.

66  Ibidem, IV, 1, p. 340 : « O perverso animal, falso ed astuto... ».

67  Ibidem, I, 1, p. 299 : « Romper poss’ella le gambe e le rene. ».

68  Ibidem,IV, I, p. 341.

69  Ibidem,II, 1, p. 311 : « ...m’è troppo el viver lor molesto... »

70  Ibidem,p. 312 : « Sì che la fie per te male arrivata , / Se tu non pensi di pigliar partito, / E mutar la tuo’ vita scellerata. ».

71  Ibidem : « Io vi son padre, e l’amor non consente / Che quando veggo la vostra rovina, / Sanza ammonirvi mi stie pazïente. ».

72  Ibidem, III, 3, p. 334 : « Costui è quel che di loro ha piacere ; / Costui li guida e fanne quel che vuole : / Io ho fatica poterli vedere. ».

73  Ibidem,p. 335.

74  Ibidem,IV, 5, p. 353.

75  Ibidem, IV, 4, p. 352.

76  Ibidem,V, 5, p. 367.

77  Ibidem.

78  Ibidem,p. 366 : « Dove Gilippo caveren di pene / Col dar Milesia a lui, ed a un tratto / Faren duo’ case di letizia piene. ».

79  Ibidem, p. 367.

80  Voir : Théa Picquet, Le Théâtre du Cinquecento et la crise de la famille, dans « Théâtres du monde », cité.

81  Le Barbier de Séville, 1, 2 : « – Le Comte : Qui t’a donné une philosophie aussi gaie ? – Figaro : L’habitude du malheur. Je me presse de rire de tout de peur d’être obligé d’en pleurer… ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

Théa Picquet, « L’humour et ses limites : Donato Giannotti, Milesia », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 22 décembre 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/2306 ; DOI : 10.4000/italies.2306

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org