Skip to navigation – Site map
"Humour et société"

Pas sérieux, ces philosophes !

Raymond Abbrugiati
p. 507-516

Abstract

Raymond Abbrugiati analyse quelques passages satiriques du Café où s’expriment l’ironie corrosive, l’insolence et la malice de Pietro et d’Alessandro Verri. Parodies, caricatures, scènes de genre fustigent la tradition, la mode, la Crusca, les pédants, les pratiques pédagogiques... Mais le degré et le ton de l’humour évoluent au fil du temps ; la bonne humeur et l’enthousiasme font progressivement place à la gravité, laissant présager la divergence de destinée des deux frères.

Top of page

Full text

  • 1  Franco Venturi, Settecento riformatore, I, Torino, Einaudi, 1969, p. 647.
  • 2 Sergio Romagnoli, Introduzione alCaffè, Milano, Feltrinelli, 1960, p. XXXVII.
  • 3 Ibidem.

1Considéré par F. Venturi comme « il più vivace periodico »1 des Lumières italiennes, le Café se caractérise, selon S. Romagnoli, « per la lucida corrosione della sua ironia, per i suoi atteggiamenti paradossali »2.Je voudrais me pencher sur « le sprezzature ironiche, il piglio ardito e canzonatorio delle prose migliori del Caffè »3. Ce survol permettra d’esquisser entre Pietro et Alessandro Verri une comparaison susceptible d’éclairer la divergence ultérieure de leurs itinéraires ; il rendra sensible l’évolution qui, de la gaîté du début, mène le périodique vers plus de sérieux et de gravité.

Gaîté et bonne humeur

2« Cos’è questo Caffè ? », demande Pietro Verri dans l’article d’ouverture. Une revue, explique-t-il, qui se propose de diffuser les Lumières dans un esprit cosmopolite et d’éveiller l’esprit de ses lecteurs, tout comme la boisson dont elle porte le nom : ce café qui

  • 4 Pietro Verri, Cos’è questo caffè, in Le Café, Fontenay Saint-Cloud, E.N.S. Éditions, 1997, p. (...)

chiunque lo prova, quand’anche fosse l’uomo il più grave, l’uomo il più plumbeo della terra, bisogna che per necessità si risvegli e almeno per una mezz’ora diventi uomo ragionevole.4

La comparaison confère à cette présentation un ton facétieux qui exprime l’optimisme : le superlatif (« il più grave », « il più plumbeo ») suggère que le succès, aussi nécessaire (« per necessità ») que le rapport de cause à effet observé dans les sciences physiques, est escompté dans tous les cas. Le recours amusé à une conceptualité scientifique place le périodique sous le signe de la bonne humeur.

Le mot d’esprit

3Le mot d’esprit exprime cette bonne humeur : la vaine gravité des pédants donne ainsi lieu à une image surprenante :

  • 5 Ibidem, p. 44.

nella sua fisionomia [di Demetrio] non si scorge [...] quella stupida gravità che fa per lo più l’ufficio della cassa ferrata d’un fallito.5

Le potentiel d’absurdité délivré par l’oxymore fait jaillir le rire et amorce la caricature satirique de la pédanterie et de l’obscurantisme contre lesquels les journalistes du Café partent en guerre.

La parodie

4La polémique linguistique du Café représente un moment de particulière gaîté. La satire de la tradition s’y effectue sur le mode de la parodie, ainsi qu’on le constate dans l’article d’Alessandro Verri :

  • 6 Alessandro Verri, Rinunzia avanti notaio degli autori del presente foglio periodico al vocabolario (...)

Cum sit che gli autori del Caffè [...] siano estremamente portati a preferire le idee alle parole [...], perciò sono venuti in parere di fare nelle forme solenne rinunzia alla pretesa purezza della toscana favella.6

La parodie des actes notariés signale sur le plan linguistique l’état d’esprit ludique et l’intention satirique qui s’exerce à la fois sur le conservatisme linguistique représenté par la Crusca et sur le conservatisme juridique stigmatisé par ailleurs par Cesare Beccaria dans Dei delitti e delle pene et par Alessandro Verri dans ses articles juridiques. À la parodie s’ajoute une action de démythification du passé et des grands modèles du Trecento (Pétrarque, Dante, Boccace) et du Cinquecento (Casa) :

  • 7 Ibidem, p. 80.

conciossiaché abbiamo due braccia, due gambe, un corpo ed una testa fra due spalle com’eglino l’ebbero.7

Les modèles sont ainsi désacralisés tandis que les préceptes de la Crusca subissent le même sort, par les vertus de l’ironie :

  • 8 Ibidem.

Perché nessuna legge ci obbliga a venerare gli oracoli della Crusca ed a scrivere o parlare soltanto con quelle parole che si stimò bene di racchiudervi.8

La polémique contre la Crusca a pour corrolaire la satire des grammairiens puristes :

  • 9 Ibidem, p. 82.

quei mediocri ingegni che [...] si scandalizzano di un c o d’un t di più o di meno, di un accento grave in vece di un acuto.9

La satire se fonde là sur la disproportion entre l’effet de scandale (« si scandalizzano ») et l’insignifiance des causes (« di un c o d’un t di più o di meno, di un accento grave in vece di un acuto »). La perspective utilitariste

  • 10 Ibidem.

(se le cognizioni umane dovessero stare nei limiti strettissimi che gli assegnano i grammatici, sapremmo bensì che carrozza va scritta con due erre, ma andremmo tuttora a piedi10)

permet la dérision, fondée sur la distance incommensurable entre le mot et la chose, avec une évidente préférence pour cette dernière.

La caricature

5La prétention stupide des hommes non éclairés, évoquée par Pietro Verri de façon très générique avec l’image du coffre-fort d’un failli, se concrétise sous la plume d’Alessandro dans la figure du pédant. Promoteur de la liberté linguistique contre la tyrannie de la Crusca, Alessandro définit l’orthographe et la langue comme

  • 11 Alessandro Verri, Saggio di legislazione sul pedantesimo, in Le Café, cit., p. 48.

sterili facoltà, serve e non padrone dei nostri pensieri, e che altro produrre non sogliono che miseri pedantelli, o come la Crusca vorrebbe, pedantuzzi, altrettanto vuoti d’ingegno e d’idee quanto gonfi d’accenti gravi, acuti, di apostrofi, interponzioni, raddoppiamenti di vocali, consonanti e di tante belle bellissime parolette e periodini che non pronunciano mai senza sorridere per una secreta compiacenza, di modo che sono nel medesimo tempo attori e spettatori di se stessi.11

L’image du failli (pour signifier la faillite de l’esprit) proposée par Pietro s’explicite ici en néant intellectuel (« vuoti d’ingegno e d’idee ») tandis que celle du coffre-fort se concrétise physiquement dans le sourire (« mai senza sorridere ») et psychologiquement dans l’autosatisfaction prétentieuse et la vanité (« secreta compiacenza », « gonfi », « attori e spettatori di se stessi ») de ces pédants. L’expression de la même idée permet de différencier l’humour des deux frères et d’amorcer une caractérisation de leur style. En l’occurrence, Pietro appelle le rire au moyen d’une comparaison oxymorique qui associe au comparé un comparant emprunté à un champ sémantique éloigné ; cet éloignement donne à la comparaison un caractère inattendu et ingénieux qui suggère une attitude ludique ; sur ce fond ludique, l’oxymore du comparant métaphorise l’incongruité du comparé et déclenche l’effet satirique. Alessandro préfère ici désigner la catégorie et le défaut satirisés de façon conceptuelle (« miseri pedant[i] », « vuoti d’ingegno », « secreta compiacenza », « attori e spettatori di se stessi »). L’opposition des valeurs (simplicité et richesse substantielle de la littérature d’idées / formalisme bavard d’une littérature de mots) est rendue par le contraste entre l’unicité valorisante de la valeur essentielle (« ingegno ») et l’accumulation dévalorisante des éléments secondaires (« d’accenti gravi, acuti, di apostrofi, interponzioni, raddoppiamenti di vocali, consonanti »). La critique est induite par le lexique péjoratif (« miseri », « vuoti ») et par une amorce de caractérisation psychologique des individus satirisés, perceptible dans l’adjectivation (« gonfi ») et dans l’évocation du sourire (« sorridere ») qui, par les vertus de l’environnement lexical négatif, exprime l’idée même de complaisance narcissique. L’effet satirique est recherché dans le maniement ludique des suffixes (pedantuzzi / pedantelli) ; dans la référence ironique à la Crusca (« o come la Crusca vorrebbe ») ; dans l’ironie du superlatif (« belle bellissime ») et des diminutifs (« parolette e periodini »). Tandis que Pietro proposait le choc d’une image inattendue, Alessandro tend vers la scène de genre avec effet de psychologisation caricaturale.

La scène de genre

6En vérité, Pietro est également susceptible de proposer une scène de genre, par exemple lorsque son personnage se plaint des absurdes exigences de la mode :

  • 12 Pietro Verri, Cos’è questo caffè ?, art. cit., p. 46.

Io, nato, allevato in Italia, non ho mai potuto naturalizzarmi col mio vestito ; e quando devo ogni mattina soffrire che mi si sudici il capo colla pomata, che mi si tormenti con cinquecento e non so quanto colpi di pettine, che mi s’infarini e mi si riempian gli occhi, gli orecchi, il naso e la bocca di polve ; quando vedo rinchiudere i miei capelli entro un sacco che mi pende sulle spalle ; quando mi sento cingere il collo, i fianchi, le braccia, le ginocchia, i piedi, da tanti tormentosi vincoli, e che fatto tutto ciò al minimo soffio d’aria la sento farsi strada sino alla pelle e intirizzarmi nell’inverno ; e devo portar meco un pezzo inutile di panno, che si chiama cappello benché non sia un cappello ; e devo portar meco una spada, quand’anche vado dove son sicuro da ogni oltraggio né ho idea di farne ; non so contenermi che non esclami : Oh ragionevoli, oh felici sartori, berettieri e uomini dell’Asia, ridete di noi, che avete ben ragione di ridere !12

La satire de la mode de l’époque met en évidence, sur le mode de l’accumulation, un certain nombre de traits négatifs : son caractère antinaturel (« non ho mai potuto naturalizzarmi col mio vestito ») décliné dans les catégories négatives de la saleté (« mi si sudici il capo », « mi s’infarini ») et de la souffrance (« soffrire », « mi si tormenti », « mi si riempian [...] di polve », « tanti tormentosi vincoli », « intirizzarmi ») ; l’inutilité des accessoires (« al minimo soffio d’aria la sento farsi strada sino alla pelle », « inutile panno », « portar meco una spada, quand’anche vado dove son sicuro ») ; son absurdité (« si chiama cappello benché non sia un cappello »). L’amplification (« cinquecento e non so quanti colpi di pettine »), l’effet d’accumulation qui résulte de l’énumération, le caractère excessif de ces traits négatifs, le comique de situation (« che mi s’infarini e mi si riempian gli occhi, gli orecchi, il naso e la bocca di polve »), le phénomène d’écho littéraire (le personnage qui s’exprime ici à la première personne ressemble curieusement au Giovin signore de Parini), l’effet de distanciation (procédé cher à la littérature satirique des Lumières) qui soumet le tableau à un regard extérieur (« uomini dell’Asia »), tout concourt à forcer le trait et à faire verser l’évocation dans une caricature qui appelle le rire (« ridete di noi, che avete ben ragione di ridere »).

L’intérêt pour la comédie

7Ce goût de la caricature va de pair avec l’intérêt pour les genres comiques et tout particulièrement pour la comédie. On sait que, dans la querelle du théâtre, les journalistes du Café ont pris le parti de Goldoni. L’influence de ce dernier est perceptible, par exemple, au détour d’un raisonnement d’Alessandro Verri sur l’exercice du commerce par la noblesse :

  • 13 Alessandro Verri, Alcune riflessioni sulla opinione che il commercio deroghi alla nobiltà, in Le C (...)

ben pochi de’ ricchi mercanti vorrebbero comperare la parola di conte o di marchese.13

L’allusion au texte de la première scène de La Locandiera est évidente :

IL MARCHESE : Sì. Conte! Contea comprata.
IL CONTE : Io ho comprato la contea quando voi avete venduto il marchesato.

L’humour d’Alessandro calque celui de Goldoni : témoignage de l’empathie qui s’est établie entre les promoteurs d’une réforme de la société et le réformateur de la comédie.

Du rire au grincement

8L’absurdité d’une situation contraire à la loi naturelle est à l’origine de la charge satirique et polémique qu’Alessandro, dans le Raisonnement entre un pédant et un Hottentot, applique à la pratique pédagogique de l’époque. Le regard extérieur est ici celui du Hottentot, tandis que la figure du pédant se décline sous la forme du pédagogue. Celui-ci explique au Hottentot les vertus pédagogiques du fouet :

  • 14 Alessandro Verri, Ragionamento fra un Pedante e un Ottentotto, Ibidem, pp. 50-52.

v’è un altro mezzo d’impararla [la lingua latina], che in pratica riesce a maraviglia, e questo si è quest’istromento che vedete in mia mano. Un bel pezzo di legno fatto al tornio della miglior grazia che sia mai, con attaccate varie funicelle di cuoio, è come quella verga che dinota la nostra giurisdizione [...], questo elegante istromento [...].14

La satire amusée résulte de l’autocomplaisance du pédagogue (« quella verga che dinota la nostra giurisdizione » : expression de la « stupida gravità » dénoncée plus haut par Pietro Verri) et de la description curieusement esthétisante (« un bel pezzo », « della miglior grazia », « elegante istromento ») de l’objet de torture qu’est le fouet. Dans la suite du Ragionamento la satire se fait grinçante :

  • 15 Ibidem, p. 52.

di tempo in tempo viene interrotta la troppo uniforme pena di flagellar le mani col batter forte sul capo del piccolo reo colla destra vendicatrice e col tirargli le orecchie e le unghie ancora inserirvi, onde n’esca il pessimo sangue, ciò che serve mirabilmente a svegliar l’ingegno intorpidito ed a spargere il buon umore ne’ studi altronde noiosi [...]. Altri [institutori] perfino sono giunti ad ucciderne taluno, tant’era il loro zelo.15

Alessandro exploite ici à fond le registre de l’absurde en développant le paradoxe d’un zèle (« tant’era il loro zelo ») prétendûment pédagogique (« svegliar l’ingegno intorpidito ») placé sous le signe de la bonne humeur (« spargere il buon umore ne’ studi ») qui se traduit en réalité par la plus détestable violence (« batter forte sul capo del piccolo reo colla destra vendicatrice »), par l’acharnement sadique (« col tirargli le orecchie e le unghie ancora inserirvi ») poussé jusqu’au sang (« onde n’esca il pessimo sangue ») et au meurtre (« perfino sono giunti ad ucciderne taluno »). Le caractère grinçant de la satire donne au comique induit par l’absurde une amertume qui va de pair avec un certain pessimisme :

  • 16 Ibidem, pp. 54-56.

seguitarono gl’institutori a flagellare i scolari per ogni cinque errori finché furono più deboli di loro, e non li flagellarono più quand’essi potevano flagellare a vicenda i loro maestri, e la cosa non si mutò per le obbiezioni d’un Ottentotto, ed altri che gli Ottentotti furono ancor persuasi che non sia giusto flagellare i fanciulli, e tutti i flagellanti dissero male delle indiscrete riflessioni del selvaggio, e tutti i flagellati ne disser molto bene, e gli altri che le seppero risero e se ne dimenticarono.16

  • 17 Sergio Romagnoli, “Il Caffè” tra Milano e l’Europa, in « Il Caffè », 1764-1766, Torino, (...)
  • 18 Ibidem, p. XXXIX.

L’optimisme des Lumières se voile dans ce passage qui laisse transparaître toute la perplexité d’Alessandro. Le Ragionamento se conclut en effet sur un statu quo (« seguitarono gl’institutori a flagellare i scolari ») ; rien ne change (« la cosa non si mutò ») ; la satire réussit à faire rire (« gli altri che le seppero risero ») mais ne change pas les choses (« se ne dimenticarono »). À l’optimisme affiché plus haut par Pietro paraît succéder un pessimisme qui semble préluder à une remise en question des Lumières, remise en question qui se soldera chez Alessandro par une véritable désertion, lors de sa carrière romaine. Sergio Romagnoli perçoit bien l’évolution ultérieure d’Alessandro et sa prise de distance par rapport aux Lumières dans sa correspondance : « Il carteggio con il fratello da Parigi e da Londra tra il 1766 e i 1767 descrive benissimo il passaggio suo dall’entusiasmo alla perplessità »17. Le critique précise que « le cause di questa presa di distanza sono forse già avvertibili nella filigrana di qualche saggio uscito nel “Caffè” »18. La façon dont Pietro et Alessandro manient l’arme du rire fait effectivement déjà pressentir la divergence de leurs destinées.

L’extinction du rire et la fin du Café

  • 19 Ibidem, p. XXXVII.
  • 20  Ibidem.

9Avec le temps, l’enthousiasme de nos journalistes s’émousse. Sergio Romagnoli fait remarquer que le dernier article, Sull’innesto del vaiuolo, n’est plus qu’un « articolo dotto »19 dans lequel « sembrano spegnersi [...] l’ardimento della battaglia frontale, l’irrisione del nemico con cui la piccola compagnia d’amici s’era espressa per due anni »20, et d’où l’humour et le rire ont complètement disparu. Confrontés à la complexité du réel, nos philosophes perdent leur gaîté initiale. Cette extinction du rire semble correspondre à une crise des Lumières, plus précocement perceptible, on l’a vu, chez Alessandro, mais qui investit l’ensemble de la rédaction du Café. À l’extinction du rire succède en effet sinon le silence, du moins la dissolution du groupe et la fin de la parution.

Top of page

Notes

1  Franco Venturi, Settecento riformatore, I, Torino, Einaudi, 1969, p. 647.

2 Sergio Romagnoli, Introduzione alCaffè, Milano, Feltrinelli, 1960, p. XXXVII.

3 Ibidem.

4 Pietro Verri, Cos’è questo caffè, in Le Café, Fontenay Saint-Cloud, E.N.S. Éditions, 1997, p. 42.

5 Ibidem, p. 44.

6 Alessandro Verri, Rinunzia avanti notaio degli autori del presente foglio periodico al vocabolario della Crusca, I, 4, p. 80.

7 Ibidem, p. 80.

8 Ibidem.

9 Ibidem, p. 82.

10 Ibidem.

11 Alessandro Verri, Saggio di legislazione sul pedantesimo, in Le Café, cit., p. 48.

12 Pietro Verri, Cos’è questo caffè ?, art. cit., p. 46.

13 Alessandro Verri, Alcune riflessioni sulla opinione che il commercio deroghi alla nobiltà, in Le Café, cit., p. 236.

14 Alessandro Verri, Ragionamento fra un Pedante e un Ottentotto, Ibidem, pp. 50-52.

15 Ibidem, p. 52.

16 Ibidem, pp. 54-56.

17 Sergio Romagnoli, “Il Caffè” tra Milano e l’Europa, in « Il Caffè », 1764-1766, Torino, Bollati Boringhieri, 1993, p. XXXIX.

18 Ibidem, p. XXXIX.

19 Ibidem, p. XXXVII.

20  Ibidem.

Top of page

References

Bibliographical reference

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/2, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Electronic reference

Raymond Abbrugiati, « Pas sérieux, ces philosophes ! », Italies [Online], 4 | 2000, Online since 01 January 2000, connection on 20 December 2014. URL : http://italies.revues.org/2311

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Les cahiers de Revues.org