Navigation – Plan du site
"Humour et société"

Emilio Cecchi : une image sarcastique de l'Amérique

Michel Beynet
p. 529-553

Résumé

Michel Beynet s’attache à montrer combien est sarcastique l’image de l’Amérique offerte par Emilio Cecchi dans les correspondances qu’il adressa au « Corriere della Sera » lors des deux séjours qu’il effectua aux États-Unis, et qui furent rassemblés en 1940 sous le titre de America amara. Urbanisme, capitalisme, taylorisme et fordisme, intellectuels, littérature, femmes et jeunes filles américaines, religions, problème des Noirs... autant de domaines sur lesquels l’intellectuel italien exerce sa mauvaise foi, dosant les coups de griffes en fonction de la cible, maniant une ironie qui peut céder au sarcasme, mais souvent selon un jeu subtil implicite avec le lecteur.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Cecchi (Emilio), satire

Géographique :

Amérique

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le livre récent de Claudio Antonelli, Il sogno dell'America nell'Italia fascista (Montreal, Lòsna (...)
  • 2  Je ne peux que renvoyer à ma thèse : L'image de l'Amérique dans la culture italienne de l'entre-de (...)

1Publié une première fois en 1939 et réédité en 1940, America amara, recueil de correspondances envoyées par Cecchi au Corriere della Sera et à quelques revues littéraires, ne jouit pas, c'est le moins que l'on puisse dire, d'une très bonne réputation auprès des intellectuels qui se sont intéressés aux rapports culturels entre l'Italie et l'Amérique dans les années Vingt et Trente, bien qu'il s'agisse de l'un des témoignages les plus importants sur l'Amérique de cette époque1. La raison de cet ostracisme est, au moins en partie, idéologique. En effet, bien qu'il soit aujourd'hui amplement prouvé que les intellectuels italiens qui, dans les années Trente, portaient sur l'Amérique, et plus précisément sur sa littérature, un regard positif, ne le faisaient pas par antifascisme larvé2, il n'en reste pas moins qu'Emilio Cecchi, champion de l'antiaméricanisme en Italie, était par ailleurs peu suspect d'antifascisme, puisque c'est à lui que fut confiée la tâche de remplacer la préface de Vittorini à Americana, une anthologie de la littérature américaine, dont la première édition avait été interdite par la censure en raison précisément du caractère trop ouvertement américanophile de cette préface.

  • 3  E. Cecchi, Scrittori inglesi e americani, Milano, Carabba, 1935.

2Cecchi était d'ailleurs l'un des rares spécialistes reconnus de la littérature américaine, puisqu'il avait rassemblé en un volume ses articles sur la littérature anglo-américaine3 (même si la littérature américaine y était, de façon significative, réduite à la portion congrue, avec seulement cinq auteurs étudiés). Cecchi était en outre l'un des intellectuels italiens qui avaient des États-Unis la connaissance la plus sérieuse, puisqu'il y avait à deux reprises séjourné et enseigné pendant plusieurs mois : il avait, entre autres, succédé à Borgese à l'Université de Berkeley. Cecchi étant à la fois fort intelligent et viscéralement hostile à l'Amérique, on ne sera pas surpris de constater que America amara est souvent placée sous le signe de l'ironie, du sarcasme et de la dérision. Or, même si les préjugés de Cecchi altèrent souvent ses jugements, il n'est pas rare que sa malveillance soit plus clairvoyante que la bienveillance de témoins plus favorablement disposés envers l'Amérique. C'est pourquoi il m'a semblé intéressant d'étudier son témoignage sous l'angle de la dérision, depuis les simples coups de griffe jusqu'aux sarcasmes les plus féroces.

  • 4  E. Cecchi, America amara, Firenze, Sansoni, 1940, p. 12.

3Cecchi annonce lui-même la couleur dès le premier chapitre de son livre, mais en se retranchant habilement derrière l'autorité du plus européen des auteurs américains, Henry James, qui, écrit-il, « à la vue des premiers gratte-ciel ne retint pas son sarcasme et dit que pour lui le profil de New York évoquait seulement un peigne qui a perdu beaucoup de dents »4.

  • 5 Ibidem, p. 16.

4L'honnêteté oblige à reconnaître que Cecchi faisait néanmoins preuve d'une certaine objectivité à l'égard de ce qui était, alors plus encore qu'aujourd'hui, le symbole par excellence de l'Amérique : les gratte-ciel. Certes, il leur donne bien quelques coups de griffe, fort habilement empruntés pour la plupart à des Américains, dont le fameux critique d'art Berenson (ce qui, en bonne méthode universitaire, est censé constituer une garantie d'objectivité), mais il avoue : « comment nier que les gratte-ciel sont beaux ? »5. Cet aveu, apparemment sincère, d'admiration, après une image plutôt sarcastique de la fameuse skyline de Manhattan, donne un peu le ton de tout le livre : Cecchi n'aime pas l'Amérique, il ne lui ménage pas ses sarcasmes, mais il est trop intelligent pour ne pas choisir ses cibles, comme s'il pensait qu'il serait vain de vouloir critiquer des aspects de l'Amérique que, tôt ou tard, le monde entier essaierait d'imiter.

  • 6  E. Cecchi, Carolina del Sud, « Il Corriere della Sera », 15 septembre 1938.
  • 7  E. Cecchi, Grattacieli, « Il Corriere della Sera », 1er mars 1935.

5On peut d'ailleurs remarquer à ce propos que s'il est un aspect de l'Amérique qui semblerait mériter d'être vivement critiqué par des témoins italiens, qui viennent d'un pays universellement reconnu comme le pays par excellence des belles villes, c'est bien son architecture et surtout son urbanisme, dont le moins que l'on puisse dire est que le monde entier aurait probablement mieux fait de ne pas l'imiter. Or, si Cecchi remarque, comme tous les témoins italiens de l'Amérique, que les villes américaines se ressemblent toutes6, il ne va guère au-delà de cette évidence. Il est assez surprenant, quand on connaît l'aptitude de Cecchi à l'ironie, de lire par exemple sous sa plume cette critique sans la moindre ironie (et d'ailleurs pas très pertinente, le gratte-ciel étant plutôt consacré aux affaires qu'au logement) : « si vivre dans des maisons de cent étages oblige à mener une existence anormale et rétrécie, il n'y a pas de doute que ces maisons sont des erreurs »7. Et l'on peut se demander si ce n'est pas son goût pour le paradoxe qui lui fait écrire à propos de la Californie, qui jouit d'une excellente réputation auprès de la quasi-totalité des témoins italiens de l'Amérique, sa seule critique un peu sérieuse de l'urbanisme américain :

  • 8  E. Cecchi, Una serata con Gloria Swanson, « Il Corriere della Sera », 26 février 1931.

Los Angeles, Hollywood, Beverly Hills, Pasadena, Culver City constituent désormais une unique et immense extension habitée, qui croît chaque jour. Une ville sans dessin, où alternent les gratte-ciel et les baraques, les villas princières et les cabanes qui tombent en ruine, les jardins enchantés et les maquis. Cet aspect provisoire, colonial, et presque d'établissement balnéaire qui frappe quand on arrive en Amérique pour la première fois, est ici accentué à l'extrême.8

6On peut enfin remarquer à propos de ces critiques pas très virulentes, et d'ailleurs sans ironie, qu'elles se trouvent dans un article du Corriere qui n'a pas été repris dans America amara. Ce qui semble indiquer que Cecchi ne leur accordait pas une grande importance.
Et même s'il exerce son ironie, à propos de Washington, sur l'omniprésence de l'automobile, son ironie est sans la moindre méchanceté : loin d'attribuer à l'automobile la responsabilité d'un certain urbanisme alors typiquement américain, il semble lui attribuer quelques vertus dans l'agrément de l'urbanisme de Washington qui, comme chacun sait, n'est justement pas très représentatif de l'urbanisme américain :

  • 9  E. Cecchi, America amara, cit., p. 176.

La première impression dans les rues de Washington est que personne ne parvient plus à marcher. Devant les habitations, au bord des rues, se trouve une file serrée de maisonnettes à roulettes, dans lesquelles, dès qu'ils sortent des autres maisons plus grandes, les gens s'empressent de se réfugier [...]. Je dirais presque qu'à Washington, il n'y a que moi qui vais à pied. En comparaison, New York et Chicago sont encore des communautés de piétons, pas aussi largement mécanisées. Ce caractère mécanique de la locomotion est rendu plus évident par l'aspect patriarcal et platonique de la capitale, plantée d'arbre comme nos villes méditerranéennes, et pleine de jardins et de bancs, de villas et de chalets en style pionnier, de portiques et de loggias néo-classiques.9

7En cela, Cecchi était parfaitement représentatif des témoins italiens de l'Amérique qui, probablement parce qu'ils étaient fascinés par ce pays, n'osaient pas critiquer cet aspect, qui aurait dû, a priori, leur déplaire profondément. Il faut lire le témoignage d'un Italien qui n'était pas particulièrement hostile à l'Amérique, mais qui était quelque peu américanisé pour y avoir longtemps vécu quand il était jeune, Luigi Barzini Junior, pour trouver cette condamnation sans appel de l'architecture américaine :

  • 10  L. Barzini Jr., Panorami stradali della Pennsylvania, « Il Corriere della Sera », 17 avril 1934.

Il doit y avoir un secret plaisir à posséder une maison parfai­tement identique à celle de tous ses voisins : le plaisir de se sentir uniforme, correct, en règle. [...] Dans aucun autre pays au monde n'existe cette joie d'annoncer, même à travers l'architecture, que l'on n'est personne.10

  • 11  L. Barzini Jr., Nuova York-Los Angeles prima tappa, « Il Corriere della Sera », 12 avril 1934.

Ainsi que de l'urbanisme américain : il n'hésite pas à qualifier Newark, banlieue industrielle de New York, de « ville la plus laide d'Amérique. Peut-être la ville la plus laide du monde »11.

Ford, les syndicats et les intellectuels de gauche

8Comme l'on pouvait s'y attendre de la part de quelqu'un qui s'avoue volontiers conservateur, Cecchi s'en prend au capitalisme américain, mais en se contentant de l'égratigner : comme pour la propagande fasciste, il va pour lui sans dire que l'Amérique n'est pas une démocratie, mais une ploutocratie :

  • 12  E. Cecchi, America amara, cit., pp. 23-24.

Les dynasties des Vanderbilt, des Gould, des Rockefeller, des Carnegie, des Morgan se formèrent et conquirent le pouvoir, aux États-Unis, pendant les quarante ans qui vont de la Guerre Civile à la fin du XIXème siècle. Ce furent elles qui mirent en valeur les ressources naturelles illimitées de l'Amérique, qui construisirent les grandes lignes de chemin de fer et les infrastructures industrielles. Ayant rendu au pays ces avantages inappréciables, ce serait trop leur demander qu'ensuite ils ne l'aient pas aussi mis à sac.12

9Ce léger coup de griffe donné au capitalisme est largement compensé par de plus sérieux coups de griffe donnés au pouvoir extravagant de la NMU, la branche maritime du syndicat CIO. Avec son habileté coutumière, Cecchi ne s'en moque pas directement, mais cite des réponses de capitaines aux questions de commissions d'enquête officielles :

  • 13 Ibidem, p. 215.

Situation hautement humoristique : l'équipage d'un navire de la Dollar Line proteste parce qu'à sa cantine on ne sert qu'une seule sorte de glaces et qu'il veut être traité comme les passagers, qui peuvent choisir entre différentes sortes de glaces [...]. Un passager se plaint parce que le café est froid et dit qu'il protestera auprès du chef de service. Le serveur frappe familièrement sur son épaule et lui répond : cher ami, inutile de protester, à bord, c'est la NMU qui commande.13

10Comme beaucoup d'autres témoins italiens de l'Amérique à cette époque, Cecchi visite l'un des symboles de l'américanisme, une chaîne de montage chez Ford, et c'est à l'occasion de cette visite que se révèlent le mieux ses sympathies à l'égard du capitalisme, fût-il américain, mais indirectement, à travers l'ironie qu'il exerce à l'encontre de ceux qui le critiquent.

11Bien qu'il ne fasse pas mystère de son mépris à l'égard du cinéma, Cecchi était trop intelligent pour ignorer son rôle dans la culture populaire. Il se réfère donc à René Clair et à Charlie Chaplin, dont les films A nous la liberté (1932) et Modern Times (1936) constituaient d'efficaces critiques du travail à la chaîne :

  • 14 Ibidem, p. 33.

Ce qui intéressait les deux illustres cinéastes, c'était de nous montrer une humanité qui devient nombre, comme dans les galères ; et uniquement occupée à faire faire, en quelques secondes, un certain nombre de tours à une vis, ou à ajuster un boulon à un trou, ou à rabattre une goupille.14

Avec une habileté non exempte de désinvolture, Cecchi s'inscrit en faux contre la thèse des deux cinéastes, en se plaçant successivement sur deux terrains qui n'ont aucun rapport entre eux, celui de la qualité du travail et celui de son efficacité. En effet, en bon humaniste, Cecchi ne pouvait décemment admirer le travail à la chaîne, mais en bon conservateur, il ne pouvait ignorer que derrière la critique du Taylorisme et du Fordisme se cachait une critique du capitalisme. Dans un premier temps, il se met donc en devoir de montrer que les chaînes de montage ne sont pas des galères ; dans un second temps, il admet que ce sont bien des galères, mais des galères qu'il défend au nom de l'efficacité, et de façon significative c'est à l'encontre des adversaires du capitalisme qu'il exerce toute son ironie.
Cecchi se met donc en devoir de relativiser les critiques de Clair et de Chaplin, de façon pour le moins inattendue, en rapprochant le travail à la chaîne du travail artisanal :

  • 15 Ibidem, p. 34.

Il ne me passe pas du tout par la tête l'idée qu'à un ouvrier de Ford et d'usines semblables, on demande de faire preuve de ce minimum de talent créateur qui a dû être l'apanage d'un apprenti, même le plus grossier et le plus obtus, d'un atelier de la Renaissance. Et pourtant, la qualité du travail ne semble pas tellement misérable et en miettes. Plutôt qu'aux automatismes géométriques et hallucinatoires de Clair et de Chaplin, on pense au ferrage et au harnachement d'un cheval.15

12Mais Cecchi est trop intelligent pour croire que le lecteur prendra pour argent comptant l'image très idéalisée qu'il présente ainsi de la chaîne de montage. Il prévient d'ailleurs lui-même son lecteur qu'il n'est pas dupe, en disant :

  • 16  Ibidem.

Je ne voudrais pas ressembler à ceux qui, décrivant l'assembly plant,se laissent prendre par le lyrisme et finissent par l'interpréter comme une sorte de grande action rythmique et chorégraphique : comme un colossal ballet russe.16

Cecchi prend donc délibérément le parti de reconnaître que, comme le suggèrent Clair, Chaplin et autres “ intellectuels de gauche ”, tel l'écrivain Upton Sinclair, les chaînes de montage sont bien des galères, mais des galères efficaces, et il ironise sur ces intellectuels qui, au nom de l'idéologie, ignorent l'efficacité :

  • 17  Ibidem, p. 36.

Pour Upton Sinclair et le CIO, ce sont des galères. Mais des galères, Dieu du ciel, qui fonctionnent, produisent et ont produit pendant quarante ans. On comprend que le vieux Ford les défende, contre Roosevelt s'il le faut, avec la jalousie de quelqu'un qui a créé quelque chose de valable ; et qui ne veut pas que s'en mêlent ceux qui prétendent perfectionner, mais n'apportent que des théories et des mots.17

Il est clair que pour Cecchi, Ford, pas plus que les autres barons du capitalisme américain, n'a rien d'un voleur : c'est bien à eux que l'Amérique doit sa richesse.

Et c'est à ceux qui critiquent le capitalisme, les “ intellectuels de gauche ”, qu'avec une perspicacité qu'il est difficile de ne pas lui reconnaître (pour nous qui avons justement plus d'un demi-siècle de recul), il réserve ses sarcasmes les plus virulents :

  • 18  Il s'agit, bien entendu, de Roosevelt.
  • 19  E. Cecchi, America amara, cit., p. 36.

Il est facile de croire apporter un nouveau système de production et de distribution aussi efficace en donnant des voix aux élections présidentielles18 et en applaudissant Staline quand, lors des parades devant le Kremlin, il apparaît sur les écrans de cinéma. Malheureusement, seuls nos petits-enfants verront, dans cinquante ans et à l'épreuve des faits, de quelle façon et avec quelles conséquences ce nouveau système n'aura réussi ni à s'organiser, ni à fonctionner.19

Professeurs, étudiants, littérature et art

13Par la place qu'il donne aux intellectuels américains, Cecchi fait un peu figure d'exception parmi les témoins italiens de l'Amérique, qui, à tort ou à raison, n'accordent généralement qu'assez peu d'attention à cet aspect du pays. Probablement parce que Cecchi était, pour les raisons que nous avons dites, l'un de ceux qui connaissaient le mieux la question. Force est de le reconnaître, les universités européennes d'aujourd'hui ayant peut-être les qualités, mais sûrement aussi les défauts des universités américaines des années Trente, les critiques de Cecchi touchent souvent juste, étant entendu qu'il ne voit que les défauts et ignore délibérément les éventuelles qualités.
Le défaut majeur que présentent aux yeux de Cecchi ses collègues américains, c'est l'extrême spécialisation, et son corollaire, le manque de culture générale :

  • 20 Ibidem, p. 50.

On parle avec des individus qui ont publié et qui publient des volumes de littérature et de philosophie, ou qui enseignent dans des universités ; et l'on est tenté de leur attribuer des intérêts intellectuels en rapport avec ces publications et ces professions. C'est une erreur. Une façon de voir à l'européenne. Intérêts intellectuels, certes. Mais en temps et lieu. Un professeur, un intellectuel américain, sait exactement combien de calories il lui faut pour son travail d'enseignement et de recherche, et combien il peut en consacrer au golf et aux géniaux colloques. Et sa vie, il es­saie de la garder, autant que possible, avec des compartiments étanches. On dirait qu'en dehors de certaines heures, son cerveau est éduqué à être hors service.20

Idée que Cecchi reprend et développe à propos de la littérature américaine et de son public. Cecchi s'inscrit en faux contre deux idées étroitement liées, et à propos desquelles les intellectuels italiens affirmaient volontiers la supériorité de la littérature américaine sur la littérature italienne, celui de la popularité de l'une et de l'élitisme de l'autre, celui des forts tirages de l'une et des maigres tirages de l'autre. Cecchi relativise, chiffres à l'appui, les forts tirages américains, mais les chiffres sont invérifiables et d'ailleurs se prêtent mal à l'ironie. Il exerce donc son ironie d'une façon aujourd'hui assez surprenante, mais fort révélatrice d'une conception très aristocratique de la culture, à l'égard des éditions bon marché :

  • 21 Ibidem, p. 119.

Dans les boutiques de Broadway et de la 6° Avenue, comme dans n'importe quel drugstore, et même dans la rue chez les bouquinistes, beaucoup de littérature récente, et de la meilleure, s'offre, neuve, à des prix bradés. Ce n'est pas le public qui court vers le livre. C'est le livre qui, par peur de mourir de faim ou de finir au pilon, essaie de se frayer un chemin à coups de coude parmi le public.21

La mauvaise foi élitiste de Cecchi semble ici évidente, mais peu importe, car il donne par ailleurs une explication plus convaincante de cette soi-disant situation dramatique du livre en Amérique : l'inculture du public, qu'il rapproche, non sans quelques raisons, de l'extrême spécialisation des intellectuels et de leur manque d'esprit critique :

  • 22 Ibidem, p. 118.

Le critique, le spécialiste, le professeur qui depuis des années travaille sur Cooper, sur Adams ou sur Thoreau, c'est comme s'il avait accroché un panonceau : "Occupé" sur la porte de son esprit. Plus que le signe d'une impérieuse occupation mentale, c'est une sorte de mise en congé de toute autre curiosité et de tout autre centre d'intérêt.22

Et contrairement à l'Italie, où

  • 23 Ibidem, p. 117.

Sur Bontempelli, sur Malaparte, sur Pea, le petit professeur veut avoir, à tort ou à raison, son opinion [...], en Amérique, les opinions, quand il y en a, restent dans leur coquille ; bien que l'on trouve encore plus fréquemment des coquilles vides.23

14Le résultat (ou la cause ?) de ce manque de culture et d'esprit critique, c'est qu'il n'y a en Amérique aucune vie intellectuelle et morale. Cecchi reprend à son compte, en lui donnant un tour original, l'une des pseudo-explications à laquelle les Italiens qui ne comprenaient pas comment l'individualisme américain pouvait se concilier avec un gouvernement apparemment efficace, avaient le plus volontiers recours : l'Amérique est anarchique :

  • 24 Ibidem, p. 52.

L'Amérique est un pays de petits anarchistes, qui peuvent cohabiter et coopérer dans la mesure où leur anarchisme se contente d'infimes fractions de vie, et refuse obstinément l'épreuve des faits. C'est un pays de sympathiques autruches : toutes la queue en l'air et la tête fourrée dans un buisson.24

15Ces remarques sarcastiques sur l'esprit américain se retrouvent, bien entendu, à propos de l'enseignement dans les universités, mais curieusement, Cecchi se montre nettement moins caustique, comme s'il connaissait les tares du système mais acceptait le système (aurait-il eu l'intuition qu'il était inutile de protester contre un système que le reste du monde devrait tôt ou tard imiter ?). Ce qui, apparemment, le choque le plus, c'est le fait que les étudiants pauvres arrondissent leurs fins de mois en servant à table d'autres étudiants, ce qui constitue à ses yeux une atteinte grave à la dignité des études. Plutôt qu'au sarcasme, Cecchi a recours au paradoxe, un paradoxe dont on peut tout de même espérer qu'il ne faut pas le prendre au pied de la lettre :

  • 25 Ibidem, p. 254.

Pour qui veut penser, écrire, peindre, mieux vaut un risque certain de mourir de faim qu'un tablier de serveur et l'odeur de cuisine.25

Le sarcasme de Cecchi s'exerce en revanche librement à propos des matières enseignées à l'Université :

  • 26 Ibidem, pp. 253-254.

Il est vrai que nombre d'étudiants choisissent des matières totalement pratiques et manuelles qui ont leur place dans les universités américaines selon le même critère qui fait trouver de tout dans un drugstore : glaces, pharmacie, crayons, soutiens-gorges, timbres poste, ananas au sirop, romans en vogue et brosses à dents.26

16S'il faut reconnaître au sarcasme de Cecchi le mérite de toucher juste, on peut en revanche lui reprocher de ne pas faire le lien entre ce défaut de pseudo-intellectualisation de matières qui ne devraient pas avoir leur place dans l'enseignement supérieur, et les défauts concomitants, qu'il a par ailleurs justement soulignés, d'extrême spécialisation et de faible culture générale.

  • 27 Ibidem, p. 254.

17Bien entendu, Cecchi critique aussi les qualités intellectuelles des étudiants, mais là encore, il en reste à la constatation et n'exerce guère son ironie : « Grossiers, hirsutes, mais dociles et souvent bûcheurs. Peu de sens critique. Aucune curiosité indépendante »27. Son sarcasme s'exerce en revanche volontiers et avec drôlerie sur le manque d'esprit critique des étudiants vis-à-vis de ce qu'on leur enseigne :

  • 28 Ibidem.

[ils] s'appuient sur les matières étudiées avec la même certitude que quelqu'un qui, ayant acheté un tire-bouchon dernier modèle, ferait les réclamations les plus hargneuses auprès du fabricant si le bouchon ne sortait pas.28

Du manque d'esprit critique, Cecchi donne cet autre exemple assez amusant :

  • 29 Ibidem.

de la bouche de leur enseignant, les jeunes gens notaient sur leurs cahiers, sans se tordre de rire, cette recipe des éléments d'une bonne peinture : 30 pour cent, dessin ; 25 pour cent couleur ; 18, composition ; 15, clair-obscur ; 12, sentiment.29

Exemple certes amusant des dérives, que nous connaissons bien aujourd'hui en France, auxquelles peut conduire l'application de méthodes pseudo-scientifiques à l'étude de ce que nous appelons les sciences humaines. Mais l'explication que donne Cecchi de cette dérive relève plus de la polémique que de la critique :

  • 30 Ibidem, p. 255.

On dira que l'erreur de jugement regarde le corps enseignant, pas les étudiants. Mais tous sont le produit d'une même civilisation : essentiellement physique et mécanique, et pour ainsi dire pas encore née à la spéculation morale et aux choses de l'art.30

Ce manque d'esprit critique se traduit, d'après Cecchi, par deux conséquences apparemment contradictoires, selon que l'on considère le public ou les intellectuels :

  • 31 Ibidem, p. 41.

Comme masse sociale, les Américains font souvent penser aux moutons. Mais comme écrivains et polémistes, ils parlent fort et n'y vont pas de main morte : ils trahissent leur habitude du rugby et du ring.31

Là encore, l'ironie touche peut-être juste, mais n'explique rien.

  • 32 Ibidem, p. 125.

18Quant à la littérature américaine, ou plus précisément, la nouvelle et le roman contemporains américains, si Cecchi accorde à quelques rares auteurs la qualité d'écrivain, le moins que l'on puisse dire est qu'il n'a pour elle qu'une bien piètre estime, pour ne pas dire un mépris certain. Ne la définit-il pas comme « une espèce d'hôpital ou de pénitencier en révolte »? 32 Le sarcasme de Cecchi semble ici s'inspirer des méthodes musclées qu'il reproche aux polémistes américains !

19C'est que pour Cecchi, la littérature américaine, y compris la meilleure (ou la moins mauvaise) souffre d'un défaut rédhibitoire : c'est une littérature documentaire. Ce qu'il dit de façon paradoxale, et plutôt drôle, à propos d'un fait divers relaté par les journaux, la mort de deux pilotes au cours d'un meeting aérien :

  • 33 Ibidem, p. 126.

Je croyais que le journaliste avait voulu “ faire du Faulkner ”, un peu ce que Faulkner avait fait dans Pylon deux ans plus tôt. Mais pas du tout. La vérité est qu'en Amérique, on peut même trouver du Faulkner dans la nature, comme ça, tout prêt.33

  • 34  Il Tarlo (E. Cecchi), Le vie della città, « Omnibus », 25 septembre 1937.

20Faulkner étant pour Cecchi l'un de ces rares romanciers américains pouvant être considérés comme de véritables écrivains, on peut ainsi juger de son mépris pour la littérature américaine en général. Ce qui ne l'a d'ailleurs pas empêché (mais c'est sans doute son côté « Bastian contrario ») d'écrire sous un pseudonyme un estimable pastiche de nouvelle policière américaine34. En fait, on ne rencontre guère d'ironie à l'égard de la littérature américaine dans le témoignage de Cecchi. La raison en est probablement que pour lui, le sujet est trop sérieux pour prêter à rire. C'est que la littérature américaine n'est à ses yeux que le reflet d'une civilisation sans Dieu.

  • 35  E. Cecchi, America amara, cit., p. 126.

Nous avons trop souvent souligné dans ces pages les caractères et les tendances générales de la vie américaine, pour devoir nous étendre sur les raisons vécues de cette littérature, démente et atteinte de danse de Saint-Guy. D'une civilisation qui a pour postulat suprême le bien-être et la félicité matérielle, ne pouvait naître évidemment qu'un art de désillusion sans remède.35

21Comme l'explication par un monde sans Dieu, le sarcasme exprimé par la littérature « démente et atteinte de la danse de Saint-Guy » est beaucoup trop général pour toucher juste.

La femme et la jeune fille américaines

  • 36  M. Beynet, op. cit, pp. 474-559 et passim.

22En homme intelligent, donc curieux de tout, qu'il était, Cecchi n'ignorait certainement pas la place considérable, pour ne pas dire démesurée, que tenait alors l'Américaine dans l'image italienne de l'Amérique36. Aussi prend-il quelques précautions pour tenter d'éviter les inévitables stéréotypes qui ont alors cours en Italie à ce sujet. Tout d'abord, même s'il ne se montre pas très original en désapprouvant la liberté de l'Américaine, il se garde bien d'en rire. Curieusement, c'est à propos des femmes seules qui mangent au restaurant qu'il déplore, sans la moindre ironie, que ces Américaines

  • 37  E. Cecchi, America amara, cit., p. 140.

paient les pots cassés de l'immense grève américaine de la famille, les pots cassés d'un absurde idéal de vie heureuse et irresponsable ; qui paient la peur universelle de l'esclavage domestique.37

Il s'agit là des Américaines ordinaires, ou plutôt de ce que deviennent en vieillissant les Américaines ordinaires dont l'abondante et juvénile présence dans les rues et les bureaux impressionnait tellement la plupart des témoins italiens de l'Amérique.

23Cecchi réserve ses sarcasmes à la « belle Américaine », qui doit en grande partie son prestige à Hollywood : celle qui est aussi la « riche héritière », que l'on n'a que rarement l'occasion de rencontrer dans les rues des quartiers chics de New York :

  • 38 Ibidem, pp. 132-133.

Sortant à l'improviste, elles bondissent comme des bêtes sauvages dans un cirque : comme Greta Garbo au milieu de ses com­parses intimidées. [...] Grandes, musclées, violentes, à les voir aller et venir dans cet équi­page, on dirait qu'elles sont entourées et enveloppées d'un tintement de grelots, ou du rythme des sistres d'une cavalerie.38

On ne saurait mieux dire que la splendeur de la belle Américaine est purement animale ! Animale certes, mais sans rien d'érotique :

  • 39 Ibidem, p. 134.

Pourtant, dans cette richesse et cette arrogance physiques [...] il n'y a rien, ou presque, qui ait une inspiration charnelle. Et pourtant, ce sont des femmes, et comment ! Des femmes formidables, en plein service actif : qui tombent amoureuses, dansent, flirtent, se marient, ont des enfants, divorcent au be­soin et se remarient aussitôt.39

24À cette absence d'érotisme des beautés américaines Cecchi suggère quelques explications, mais c'est à propos de ce que les Américains appelaient alors burlesk – notre strip-tease – qu'il va jusqu'au bout de son explication, et exerce, bien entendu, son sarcasme :

  • 40 Ibidem, p. 224.

Hollywood nous apprend comment les Américains sont incomparables pour neutraliser même le corps féminin ; pour lui ôter âme et ferments en le réduisant à l'état de caoutchouc. Prenez leurs revues de curiosités et de cinéma. Dans aucun pays au monde les revues illustrées ne fourmillent, comme en Amérique, de torses, de seins, de jambes. Mais ce sont des torses, des jambes, des seins monotones, uniformisés ; avec une approximation du millième de pouce, comme les pièces que l'on monte chez Ford. Le corps humain porté à l'abstraction de la mass production ; tandis qu'Eros est suprêmement concret et individualiste.40

  • 41 Ibidem, p. 259.
  • 42 Ibidem, p. 257.

25Autre stéréotype récurrent de l'image italienne de l'Amérique, la jeune étudiante libre et sportive, si sportive et court vêtue que, écrit Cecchi, « les gens chez nous voient peu de différence entre une équipe d'étudiantes américaines et une troupe de girls d'Hollywood »41. Là encore, Cecchi prend ses distances par rapport au stéréotype, en exerçant, bien entendu, son ironie. Et d'abord à l'égard du lecteur pour qui, Cecchi ne l'ignore pas, on ne saurait parler d'Amérique sans parler des jeunes Américaines. Et les jeunes filles ? dit le titre de l'article-chapitre qui leur est consacré ; et Cecchi d'enchaîner : « C'est ce qu'il me semble vous entendre dire : “Et les jeunes filles ?” Un peu de patience, pour l'amour du ciel. Chaque chose en son temps, et le tour des jeunes filles viendra » 42.

  • 43 Ibidem.

26Bien entendu, Cecchi reconnaît volontiers que ces jeunes filles sportives sont plutôt élégantes, même s'il déplore visiblement la démocratisation de l'élégance vestimentaire qui « rend de plus en plus difficile d'en deviner l'origine sociale »43. Mais il leur fait, sous une forme légèrement différente, exactement les mêmes reproches qu'aux Américaines adultes. Si les grandes beautés évoquaient les animaux sauvages, ainsi que l'animal “noble” par excellence qu'est le cheval, les jeunes filles évoquent les animaux domestiques et plus précisément un animal réputé méprisable, le veau :

  • 44 Ibidem.

quand elles cou­rent ainsi en troupeau, toutes pareilles, frétillantes et se pressant sous les arbres devant les classes, il n'y a pas à hésiter : alors, comme (les étudiants) les appellent avec un vocable qui sent le soleil et le foin, alors ce sont vraiment les “ heiferettes ”, les jeunes veaux. 44

Et comme les grandes beautés, et pour les mêmes raisons, ces jeunes beautés n'ont rien d'érotique :

  • 45 Ibidem, pp. 257-258.

Et leurs corps aussi, élan­cés, souples, bien proportionnés, ni gras ni maigres, avaient quelque chose d'abstrait et de froid : quelque chose qui faisait penser aux pommes, toutes identiques, de la même couleur, inodores, aux étals des marchands de fruits californiens.45

Et c'est à propos des jeunes filles qu'il propose une explication ironique à un aspect de l'Américaine que presque tous les témoins italiens de l'époque remarquent : elles ont de belles jambes, et ne les cachent pas.

  • 46 Ibidem, p. 262.

Si les jeunes filles montrent généreusement leurs jambes, c'est souvent parce qu'elles n'en sont pas conscientes, ou oublient qu'elles en ont. Avec ces visages de stars et de juvéniles valkyries, on croirait qu'un rien suffirait pour qu'elles partent, comme des sonnettes électriques, pour le roman. Mais pas du tout. Et on a presque envie de se convaincre que peut-être elles n'habitent même pas leur corps, mais à côté, ou qui sait où, quand de ces orageuses bouches peintes en forme de coeur on entend sortir, comme venant de loin, de petites voix stéréotypées de chatons d'un mois.46

Religion et Noirs

  • 47  M. Beynet, op. cit., pp. 572-603.

27La religion des Américains, y compris quand cette religion est catholique, étant l'un des aspects de l'Amérique que les témoins italiens avaient le plus de mal à comprendre47, il ne faut pas s'étonner de voir que c'est probablement à propos de la religion que Cecchi est le plus sarcastique.

  • 48  E. Cecchi, America amara, cit., p. 266.
  • 49 Ibidem.
  • 50 Ibidem.
  • 51 Ibidem.

28Avant de visiter la « Cité Sainte [...],la Mecque de l'une de ces multiples nouvelles religions américaines »48, Cecchi visite l'une des nombreuses missions catholiques (d'origine espagnole) de Californie, la mission de San Miguel. Le frère franciscain qui vient ouvrir la porte du monastère dont il est le supérieur n'a guère l'allure d'un moine, mais celle, caricaturale à souhait, d'un Américain moyen. Il avait, dit Cecchi, « un énorme cigare entre ses dents, presque toutes en or. Et sur le front, il portait une visière en celluloïd, comme les opérateurs de cinéma et les joueurs de billard »49. Certes, ce serait le cas de dire que si l'habit ne fait pas le moine, on peut quand même être moine sans en avoir l'habit. Mais ce curieux moine ne se contente pas de ne pas avoir l'habit qui lui sied. S'il met un certain temps à venir ouvrir la porte du monastère, c'est qu'il suit à la radio le bruyant reportage d'une partie de rugby : « De derrière la porte arrivaient des hurlements comme ceux d'une foule furieuse. On aurait dit qu'il y avait la révolution »50. Alors que lui parviennent les hurlements qui accompagnent un but, Cecchi s'empresse donc de quitter « ce curieux héritier de la religion antique »51 qu'il a dérangé, non pas dans ses méditations, mais en pleine activité d'amateur de rencontres sportives : on ne saurait dire avec plus de drôlerie qu'en Amérique, la religion catholique est tombée bien bas !

29On ne sera donc pas surpris de voir que, mis en verve par cette image assez surprenante de la “ vraie ” religion dans sa version américaine, Cecchi se déchaîne à propos de ces sectes religieuses qui étaient alors une quasi exclusivité américaine, et en particulier de leurs méthodes publicitaires, qui évoquent pour lui les baraques foraines :

  • 52 Ibidem, p. 268.

Il s'agissait, en somme, de Tir à la Cible Théologique, comme si, pour inculquer aux enfants la doctrine chrétienne, on organisait des compétitions de tir à la carabine, à qui abat, avec le plus petit nombre de coups, les figurines représentant les sept péchés capitaux.52

Et Cecchi conclut, de façon surprenante mais plutôt cohérente, par une comparaison entre les hérésies “ sérieuses ”, celles d'Europe, qui correspondent à la “ vraie ” religion, et les hérésies grotesques que sont pour lui ces sectes, comparaison qui est, bien entendu, tout à l'avantage des premières :

  • 53 Ibidem, p. 269.

Nous autres sommes habitués à concevoir toujours les hérésies dans un climat sévère. Spéculations et initiations difficiles, rites désespérés, tribunaux, haches ; et en arrière plan, les lances et les étendards des guerres de religion et la fumée des auto da fè [...]. Mais [...] ici je ne trouvais qu'une hérésie burlesque et vulgaire, une hérésie pour commis voyageurs et jeunes filles boutonneuses. Graal, pinçons et cornets de glaces.53

  • 54  C. Antonelli, Il sogno dell'America nell'Italia fascista, Montréal, Lòsna et Tron, 1997, p. 57.

30Si les sarcasmes de Cecchi à propos de la religion en Amérique n'ont rien de surprenant, il est plus surprenant – les Italiens ayant la réputation d'être peu sensibles au racisme – de voir qu'à propos des Noirs en général, et de leur religion en particulier, Cecchi fait montre d'une attitude si sarcastique qu'il est bien difficile de ne pas y voir du racisme. Certes, comme le remarque Claudio Antonelli, Cecchi parle abondamment de ce scandale typiquement américain qu'était la pratique du lynchage, et bien sûr il la condamne, mais faut-il pour autant y voir de la « sympathie pour les Noirs américains » ?54. J'y vois plutôt pour ma part le désir de Cecchi de répliquer à l'accusation de racisme lancée par les Américains contre l'Italie fasciste au moment de la conquête de l'Ethiopie. Cecchi y fait d'ailleurs très clairement allusion, lorsqu'il écrit que l'Amérique est capable de

  • 55  E. Cecchi, America amara, cit., p. 96.

aimer passionnément les noirs d'Ethiopie. Et d'étouffer silencieusement il y a peu le projet de loi contre le lynchage : loi qui aurait certainement fait plaisir aux noirs d'Amérique.55

  • 56 Ibidem, p. 73.

31Nous savons déjà que Cecchi, quand il veut être sarcastique, a un faible pour les comparaisons animalières : les Noirs ne font pas exception à cette règle. À Harlem, « les petits enfants [sont] comme des singes fagotés dans des casaques en tissu écossais »56. Dans le Sud,

  • 57 Ibidem, pp. 237-238.

les paysannes (noires) étaient plus ou moins attifées comme ces canassons attelés à des charrettes de maraîcher ou de chaudronnier, auxquels en été on met sur les pattes de devant un tablier pour les protéger des taons et sur la tête un petit chapeau de paille avec deux trous pour faire passer les oreilles.57

32Sachant déjà tout le mépris qu'a Cecchi pour les sectes religieuses on ne sera pas surpris de constater que c'est à propos des sectes religieuses noires qu'il se montre le plus féroce. Décrivant la réunion de l'une de ces sectes à Harlem, celle de l'alors célèbre « Père Divin », il écrit :

  • 58 Ibidem, p. 77.

Je ne saurais mieux rendre l'impression, qu'en pensant à un énorme poulailler qui, en s'éveillant et en s'épouillant, siffle, pépie et s'ébroue. Et quelques poules plus impatientes ou brouillonnes que les autres (des poules d'un quintal ou d'un quintal et demi), peut-être pour s'amuser, peut-être sérieusement, se mettaient déjà en gazouillant à essayer leur cot... cot... codet.58

  • 59 Ibidem, p. 80.

33Les poules n'ont certes rien de noble, mais elles ne sont pas dangereuses. Or, selon Cecchi, les Noirs représentent bien évidemment un danger pour l'Amérique, au sujet duquel tout sarcasme serait déplacé. Après deux pages de description où il évoque les chiens et les asiles de fous, il conclut donc par une formule qui dit clairement le danger que représentent les Noirs aux yeux de Cecchi : Harlem est pour lui un « morceau de jungle au coeur de New York »59.

Et si cette description ne suffisait pas à prouver que les sarcasmes de Cecchi sont racistes, on pourrait encore citer ce qu'il écrit de l'université noire de Howard, à propos de laquelle il reproche précisément aux Noirs de vouloir s'intégrer à l'Amérique des Blancs :

  • 60 Ibidem, p. 211.

Je veux dire qu'il y a encore pire que les congrégations du “Père Divin”, avec ces coulées de sérum nocturnes, avec ces glapissements et ces abjections de chiens. Parce que, au moins, les Noirs de “Père Divin” sont noirs. Noirs en plein. Ils y tiennent. Et de leur point de vue, ils ont bien raison. Et si le sort m'avait fait noir, pour ma part j'aurais même voulu renforcer ma couleur avec du cirage. Mais ces chats bottés qui croient s'introduire par le faux soupirail académique, en dénonçant les liens de sang, d'esclavage, de couleur et de poésie. Mieux vaudrait encore invoquer Canaan, le Jourdain et la case de l'oncle Tom.60

Conclusion

  • 61  G. A. Borgese, Ricordi di Berkeley, « Il Corriere della Sera », 24-01-1932 ; Passeggiate nell'Est, (...)

34Parmi tous les témoignages italiens sur l'Amérique des années Vingt et Trente, celui de Cecchi est probablement l'un des plus hostiles à ce pays, et très certainement le plus sarcastique. Ce qui en fait sans doute l'un des plus agréables à lire. Est-ce à dire qu'il est aussi le plus critique ? Rien n'est moins sûr. Comparaison n'est pas raison, mais il est tentant de comparer sur un point précis, l'Université, les correspondances de Cecchi à celles de son prédécesseur à Berkeley, G. A. Borgese, qui donne d'ailleurs à cet aspect de l'Amérique presque exactement la même importance quantitative61. Il est facile de voir que si Borgese manifeste à peu près les mêmes réticences que Cecchi vis-à-vis de l'Université américaine, et s'il ne semble pas plus que Cecchi s'apercevoir que les défauts de cette Université tiennent autant, sinon davantage, aux effets pervers d'une démocratisation mal comprise qu'au fait qu'elles sont américaines, du moins essaie-t-il d'en voir les aspects positifs : s'il est aussi réticent que Cecchi à propos de l'importance exagérée donnée à la pratique de certains sports, du moins ne se moque-t-il pas systématiquement de la pratique des sports ; s'il désapprouve peut-être autant que Cecchi la pratique des étudiants-serveurs (il n'en parle pas), il note que si les rapports des étudiants avec les professeurs sont moins respectueux qu'en Italie, ils sont aussi plus ouverts et confiants (Cecchi n'en parle pas) ; s'il croit comme Cecchi à la culture, il n'est pas comme lui rigidement persuadé qu'il n'y a de culture qu'humaniste :

  • 62  G. A. Borgese, Ricordi di Berkeley, « Il Corriere della Sera », 24-01-1932.

L'école américaine – écrit-il – pauvre en humanisme, est riche en humanité : fort éloignée du classicisme, elle revient par d'étranges chemins à l'idée d'école conçue comme gymnase et communauté, comme pépinière du citoyen moyen.
Ceci n'est pas une critique, et ce n'est pas un éloge : c'est une constatation. Tous les systèmes éducatifs tendent, plus ou moins, à former un type, un standard. L'essentiel est de comprendre ce qu'est, ce que vaut, ce type moyen de la classe dirigeante que l'école américaine, avec une singulière puissance, contribue à créer.62

  • 63  M. Beynet, op. cit, pp. 389-429.

35Qu'est-ce à dire, sinon que Borgese, malgré sa sympathie déclarée pour l'Amérique, se sent à peine moins que Cecchi étranger à son système éducatif ? Mais en cédant au sarcasme, Cecchi, qui est pourtant l'un des témoins les plus intelligents de l'Amérique de cette époque, cède à la facilité. S'il a raison de mettre le doigt sur les faiblesses de l'Université, il ne la critique pas, il se contente de polémiquer. On peut en dire autant des autres aspects de l'Amérique à propos desquels il exerce son ironie et son sarcasme, le danger inhérent au sarcasme étant particulièrement visible à propos des Noirs. S'il a l'incontestable mérite d'être l'un des rares témoins italiens à ne pas ignorer les problèmes que pose leur assimilation (alors qu'un Borgese se contente de quelques allusions anodines)63, on peut certes croire à la sincérité de son indignation devant le lynchage des Noirs, mais on ne peut guère croire qu'il s'intéresse vraiment au sort des Noirs en Amérique, quand il se permet par ailleurs d'exercer son sarcasme non seulement à propos de leur aspect physique, mais à propos de leur désir de s'assimiler à la société des Blancs. Pour gênant que cela soit, s'agissant d'un intellectuel italien, et non des moindres, force est de constater que Cecchi fait bel et bien preuve de racisme.
La mauvaise réputation dont jouit le témoignage de Cecchi sur l'Amérique n'est donc pas totalement imméritée et ne s'explique pas uniquement par des raisons idéologiques : certes, l'idéologie est bien présente derrière l'ironie et le sarcasme, mais ironie et sarcasme reflètent des réactions d'humeur, des réactions à fleur de peau. Même quand elles touchent juste – et Cecchi étant intelligent, elles touchent souvent juste – elles restent intellectuellement décevantes, car elles ne sont presque jamais rationnellement justifiées. Et ce n'est probablement pas un hasard si le domaine dans lequel le sarcasme de Cecchi semble le plus convaincant est précisément un domaine où la rationalité n'a que faire : la religion.

  • 64  Les correspondances de Borgese au Corriere ont tout de même eu droit en 1962 à une réédition chez (...)

36L'honnêteté oblige malheureusement à reconnaître que, si les correspondances de Borgese sont d'une qualité intellectuelle nettement supérieure à celles de Cecchi, et ont donc sensiblement moins “vieilli”, elles semblent être tombées aujourd'hui dans un oubli encore plus profond64.

Haut de page

Notes

1  Le livre récent de Claudio Antonelli, Il sogno dell'America nell'Italia fascista (Montreal, Lòsna et Tron, 1997, pp. 56-60), tente à juste titre de le réhabiliter.

2  Je ne peux que renvoyer à ma thèse : L'image de l'Amérique dans la culture italienne de l'entre-deux-guerres, Aix-en-Provence, 1990, pp. 35-62.

3  E. Cecchi, Scrittori inglesi e americani, Milano, Carabba, 1935.

4  E. Cecchi, America amara, Firenze, Sansoni, 1940, p. 12.

5 Ibidem, p. 16.

6  E. Cecchi, Carolina del Sud, « Il Corriere della Sera », 15 septembre 1938.

7  E. Cecchi, Grattacieli, « Il Corriere della Sera », 1er mars 1935.

8  E. Cecchi, Una serata con Gloria Swanson, « Il Corriere della Sera », 26 février 1931.

9  E. Cecchi, America amara, cit., p. 176.

10  L. Barzini Jr., Panorami stradali della Pennsylvania, « Il Corriere della Sera », 17 avril 1934.

11  L. Barzini Jr., Nuova York-Los Angeles prima tappa, « Il Corriere della Sera », 12 avril 1934.

12  E. Cecchi, America amara, cit., pp. 23-24.

13 Ibidem, p. 215.

14 Ibidem, p. 33.

15 Ibidem, p. 34.

16  Ibidem.

17  Ibidem, p. 36.

18  Il s'agit, bien entendu, de Roosevelt.

19  E. Cecchi, America amara, cit., p. 36.

20 Ibidem, p. 50.

21 Ibidem, p. 119.

22 Ibidem, p. 118.

23 Ibidem, p. 117.

24 Ibidem, p. 52.

25 Ibidem, p. 254.

26 Ibidem, pp. 253-254.

27 Ibidem, p. 254.

28 Ibidem.

29 Ibidem.

30 Ibidem, p. 255.

31 Ibidem, p. 41.

32 Ibidem, p. 125.

33 Ibidem, p. 126.

34  Il Tarlo (E. Cecchi), Le vie della città, « Omnibus », 25 septembre 1937.

35  E. Cecchi, America amara, cit., p. 126.

36  M. Beynet, op. cit, pp. 474-559 et passim.

37  E. Cecchi, America amara, cit., p. 140.

38 Ibidem, pp. 132-133.

39 Ibidem, p. 134.

40 Ibidem, p. 224.

41 Ibidem, p. 259.

42 Ibidem, p. 257.

43 Ibidem.

44 Ibidem.

45 Ibidem, pp. 257-258.

46 Ibidem, p. 262.

47  M. Beynet, op. cit., pp. 572-603.

48  E. Cecchi, America amara, cit., p. 266.

49 Ibidem.

50 Ibidem.

51 Ibidem.

52 Ibidem, p. 268.

53 Ibidem, p. 269.

54  C. Antonelli, Il sogno dell'America nell'Italia fascista, Montréal, Lòsna et Tron, 1997, p. 57.

55  E. Cecchi, America amara, cit., p. 96.

56 Ibidem, p. 73.

57 Ibidem, pp. 237-238.

58 Ibidem, p. 77.

59 Ibidem, p. 80.

60 Ibidem, p. 211.

61  G. A. Borgese, Ricordi di Berkeley, « Il Corriere della Sera », 24-01-1932 ; Passeggiate nell'Est, « Il Corriere della Sera », 1-06-1932 ; Idillio a Casal Tramontano, « Il Corriere della Sera », 26-02-1933.

62  G. A. Borgese, Ricordi di Berkeley, « Il Corriere della Sera », 24-01-1932.

63  M. Beynet, op. cit, pp. 389-429.

64  Les correspondances de Borgese au Corriere ont tout de même eu droit en 1962 à une réédition chez Mondadori, sous le titre de l'une d'elles : La città assoluta. Mais cette réédition est très partielle (14 correspondances sur un total de 48). Le livre récent de Claudio Antonelli ne le cite même pas !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/2, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

Michel Beynet, « Emilio Cecchi : une image sarcastique de l'Amérique », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 22 décembre 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/2314 ; DOI : 10.4000/italies.2314

Haut de page

Auteur

Michel Beynet

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org