Navigation – Plan du site
"Rire et salut"

Le mot d’esprit dans le Trecentonovelle de Franco Sacchetti

Carole Sabater
p. 705-736

Résumé

Carole Sabater centre son propos sur le « mot d’esprit » dans les nouvelles de Sacchetti et nous offre une série de bons traits lancés dans le but de se défendre, de se tirer d’affaire, de critiquer quelque vice, ou tout simplement de susciter le rire. Elle met en relief ce qui pour Sacchetti est le pouvoir de la parole, dont la bivalence et l’ambiguïté, par la rupture introduite dans la logique du discours, permettent à qui sait en user de se démarquer ou de se tirer de situations délicates.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Franca Ageno, Ispirazione proverbiale del Trecentonovelle in « Lettere italiane », 1958, n° 3, pp. (...)
  • 2  Marina Marietti, Formes et significations de la « beffa » dans la littérature italienne de la Rena (...)
  • 3  Michèle Fantoli, Il trionfo della parola nel Trecentonovelle, Firenze, Atheneum, 1990, 74 p.
  • 4  Jean Lacroix, Esquisse d'une signification du rire chez les nouvellistes italiens des XIIIème, XIV(...)
  • 5  Francesco Tateo, Boccaccio, Bari, Laterza, 1998, 118 p.
  • 6  Carlo Muscetta, Boccaccio, Bari, Laterza, 1992, 372 p.
  • 7  Franca Ageno, Ispirazione proverbiale del Trecentonovelle, cit.

1Le comique a, dans la littérature médiévale et particulièrement dans la nouvelle, une place privilégiée. Il apparaît sous divers aspects dont un des plus connus est la « beffa », le bon tour, la farce qui reflète certains aspects de la personnalité de l’auteur et exprime sa vision de la vie sociale, politique et religieuse de l’époque. Dans le Trecentonovelle, Franco Sacchetti, dont le but premier était de divertir ses lecteurs, met en lumière nombre de situations qui suscitent le rire pour corriger, la plupart du temps, certains défauts de ses contemporains. Mais le recueil regorge aussi de « bei motti » qui sont le noyau central autour duquel se structure la nouvelle et qui témoignent de l’esprit que l’auteur reconnaissait à ses semblables. Ainsi Franca Ageno pense que le Trecentonovelle prend l’aspect d’un recueil de facéties plutôt que d’un recueil de narrations1. Le « bel motto » met en évidence un comique qui réside non pas dans une situation, dans un ensemble de faits agencés de telle sorte que la conclusion du récit provoquera le rire ou le sourire du lecteur, mais bien dans une phrase, une réplique, une réponse astucieuse d’un personnage qui, à elle seule, suffit à amuser le public. Le mot d’esprit est une manifestation de l’astuce en tant que réponse appropriée, c’est une phrase qui, par une pirouette verbale, peut sauver une situation, confondre un adversaire2, répondre à une attaque ou bien encore tourner quelqu’un en dérision. Selon Michèle Fantoli, « la parola trionfa quando permette a chi l’adopera di cancellare una realtà di solito spiacevole, di trasformarla o addirittura di crearne una nuova »3. Souvent le bon mot, la juste et prompte repartie, suggéré par la nécessité d’éviter « perdita o pericolo o scorno », désarçonne l’adversaire, retourne une situation, assure le succès ou le salut d’un individu en difficulté et pour lequel la présence d’esprit est le gage d’un heureux dénouement4. Chez Sacchetti comme chez Boccace, le bon mot est signe d’intelligence de par la rapidité avec laquelle il est pensé et prononcé, et trouve une justification dans ce salut qu’il doit procurer. Il n’est en aucun cas indice de « malizia che fa dell’inganno un mero artificio fraudolento »5. Le mot d’esprit peut aussi être tout simplement le reflet du caractère plaisant d’un personnage, de sa bonne humeur ou bien encore de sa colère. L’utilisation du « motto » est liée aux situations qui se créent autour des personnages, il naît spontanément et de façon imprévue au moment le plus inattendu. Mais à qui appartient la présence d’esprit ? Si l’on se réfère à un passé poétique que Boccace oppose à un présent décadent, elle est l’apanage de ceux qui possèdent « de’ laudevoli costumi e de’ ragionamenti belli ». Pourtant, il semble qu’elle se cache souvent « sotto arti reputate vili » et c’est là que Boccace se plaît à les découvrir6. La finesse d’esprit n’est pas le privilège d’une classe ni d’une culture dans le Decameron et il en est de même dans l’œuvre de Franco Sacchetti. Le « bel motto » est le moyen dont disposent les protagonistes pour résoudre les situations grâce à une idée ingénieuse, par exemple, ou à un jeu sur le double sens des mots, et il est souvent au service de ceux qui se trouvent dans une situation défavorisée. En effet, dans le Trecentonovelle, plus que les puissants, ce sont les faibles qui se servent des ressources de la parole pour s’affirmer ou se défendre. Sacchetti utilise le pouvoir de la parole qui permet de créer une réalité car en elle se concentre toute la vérité, rien n’existe en dehors d’elle7. Franco Sacchetti parsème ses nouvelles de mots d’esprit, de phrases humoristiques, ironiques et parfois impertinentes qui suffisent à amuser tout en soulignant les vertus de la parole.

2Différents motifs donnent naissance à des mots d’esprit dans le Trecentonovelle. Nous essaierons grâce à plusieurs exemples parmi les plus représentatifs, de les mettre en lumière et d’établir sur quels aspects du comique ils reposent. Nous nous attarderons tout particulièrement sur les formes d’humour employées par l’auteur et destinées à présenter la réalité de manière à en dégager uniquement les côtés plaisants ou insolites. Mais le Trecentonovelle contient aussi un certain nombre de répliques fort ironiques qui mettent en relief les dé-fauts que le nouvelliste tient à dénoncer en les soulignant, ainsi que des réparties dénotant, de la part de quelques personnages, une certaine impertinence qui touche parfois à l’impolitesse, à l’insolence.

3Nombreux sont les protagonistes du recueil de Franco Sacchetti qui ont recours à la parole, à l’esprit, pour renverser une situation à leur avantage. Ainsi, rencontrons-nous tout d’abord des personnages qui se trouvent dans une position inconfortable et parfois même ridicule et qui, grâce à un trait d’esprit, conservent leur dignité. C’est le cas du célèbre Giotto (Nouv. LXXV) qui, un jour qu’il circulait dans les rues de Florence, est bousculé par des porcs. L’un d’entre eux le fait trébucher ; une fois à terre, le peintre reconnaît avec humour qu’ils ont raison et ajoute :

  • 8  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, Firenze, Sansoni, 1984, p. 146.

Ho guadagnato a’ mie dì con le setole loro migliaia di lire e mai non diedi loro una scodella di broda.8

4Bien mieux que s’il avait pesté contre les animaux, Giotto parvient, avec cette réplique fort à propos, à retourner la situation à son avantage de façon plaisante et à mettre en évidence l’esprit qui le caractérisait. La situation est un peu différente dans la nouvelle CXLVII où un certain Antonio qui veut vendre des œufs en fraude, les met dans son pantalon et les écrase car les gabeliers, qui se sont aperçus de la manœuvre, l’obligent à s’asseoir. Son épouse lui fait de nombreux reproches et ajoute que même si elle commet parfois des erreurs, elle n’aurait jamais mis d’œufs dans son pantalon. Humilié, Antonio rétorque :

  • 9 Ibidem, p. 307.

O tu non le porti !9

5L’ironie envers son épouse est le seul moyen que trouve Antonio pour se défendre et tenter de ne pas paraître trop stupide. C’est par ce même procédé que le peintre Bonamico (Nouv. CLXI) affirme la valeur de son travail : un singe, qui l’a vu travailler dans une chapelle d’Arezzo, essaie de l’imiter et gâche son ouvrage. Légèrement vexé le peintre va, de façon très ironique, expliquer à son commanditaire que :

  • 10 Ibidem, p. 358.

non è di bisogno che voi mandiate per dipintore a Firenze, ché la vostra bertuccia vuole che le dipinture siano fatte a suo modo ; e ancora ella sa sì ben dipignere che le mie dipinture ha corrette due volte.10

Cette réplique permet à Bonamico de rétablir une situation qui était totalement invraisemblable et d’affirmer que s’il y a un peintre, c’est bien lui et non pas le singe. Cette facétie, digne du caractère plaisant de Bonamico, montre avec bonne humeur qu’il entend que son travail soit respecté.

6Dans les exemples que nous venons d’examiner, les personnages se trouvaient dans des situations souvent embarrassantes mais jamais très délicates ou périlleuses comme ce sera le cas dans les nouvelles suivantes. L’usage de la parole et l’impertinence dont font preuve les protagonistes leur permettront d’échapper à une situation qui pourrait être fort inconfortable. Ainsi, c’est une nouvelle fois Bonamico qui, pour obtenir d’être payé par un client mécontent, trouve une astuce à laquelle il n’y a aucun argument à opposer (Nouv. CLXX). En effet, Pino Brunelleschi juge qu’il n’a pas peint suffisamment d’oiseaux sur les murs de la pièce qu’il lui a demandé de décorer. Le peintre rétorque, afin d’esquiver tout reproche, et sur un ton impertinent :

  • 11 Ibidem, p. 308.

io ce ne dipinsi molti più ; ma questa vostra famiglia ha tenute le finestre aperte, onde se ne sono usciti e volati fuori maggior parte.11

7Par cette pirouette verbale, Bonamico renverse de façon amusante une situation qui semblait lui être défavorable bien qu’il ne risque pas grand chose si ce n’est de ne pas être rémunéré. Le châtiment aurait pu être plus sévère pour d’autres qui ont fait preuve d’impertinence envers des personnages à qui ils devaient le respect que leur conférait leur rang. Ainsi, Ambrogino da Casale (Nouv. CLXXXVIII) a acheté et mangé l’unique poisson que l’on vendait au marché et que Bernabò Visconti convoitait. Le seigneur de Milan demande des explications et Ambrogino, bien que terrorisé, répond :

  • 12 Ibidem, pp. 423-424.

egli è buona pezza che io m’avvidi che tutto il mio dovea venire a voi ; di che, considerando questo, io mi sono sforzato di logorare il mio quant’ho potuto, prima che il logoriate voi ; e in questa mattina comprai quella trota per istudiarmi di mangiare innanzi il mio che voi vel mangiate voi.12

8Une telle réponse est très irrévérencieuse si l’on considère la personnalité de Bernabò Visconti et on imagine quelle aurait été sa réaction s’il n’avait trouvé cela amusant. La présence d’esprit d’Ambrogino lui a sans aucun doute évité une punition sévère. Le valet d’un prêtre (Nouv. CXVIII) se trouve dans une situation similaire à ceci près que le caractère de son maître semble être un peu plus avenant que celui de Bernabò. Le religieux demande à son domestique d’aller lui cueillir des figues, mais ce dernier ne rapporte que des fruits verts ou trop mûrs. Furieux que l’on se moque de lui, le curé maudit son domestique, qui a mangé les meilleures figues, et lui demande une explication. Celui-ci répond avec une parfaite mauvaise foi et une certaine insolence :

  • 13 Ibidem, p. 241.

quello che io facea io mel credea fare per vostro vantaggio : io vi recava de’ fichi che stavano divisi e a bocca aperta. E perché ve gli recava partiti e divisi ? Perché voi sempre gli partite quando gli mangiate ; e perciò che non gli aveste a partire e non duraste quella fatica, che quanto io per me non ne parto mai niuno, e però mangiava gl’interi.13

Puis, il poursuit en alléguant un deuxième motif :

  • 14 Ibidem, p. 240.

L’altra ragione, il perché io ve gli recava a bocca aperta, tenendo per me e mangiando quelli della lagrima, è perché io conosco che le cose allegre vogliono esser de’ signori e le triste de’ fanti. Io vi recava i fichi lieti e che rideano di si gran volontà con la bocca aperta che, se avessino avuto denti, tutti si sarebbono annoverati.14

9Le curé n’a pu assouvir sa gourmandise mais, après avoir entendu les explications extravagantes du valet, il lui pardonne, car en son for intérieur il a été amusé par cette histoire. Encore une fois, le personnage, grâce à son esprit, se tire d’embarras en suscitant le rire même s’il se montre impertinent envers son maître, un religieux qui plus est.

10Dans la nouvelle XLIX, un bouffon se joue d’un représentant de l’ordre. Ribi, se promenant la nuit dans les rues de Florence en compagnie d’un groupe d’amis, se voit reprocher par un chevalier du podestat d’avoir une torche dont le poids de cire n’est pas conforme à ce qui est prévu par la loi, elle n’a pas le poids requis. Alors, Ribi rétorque, là encore de façon plus qu’irrévérencieuse,

l’avanzo aveste voi in culo.

Furieux, le chevalier l’arrête et l’emmène chez le podestat où, pour se justifier, le bouffon ajoute

  • 15  Ibidem, pp. 99-100.

io non dissi con l’aste.15

Ce manque de respect, exprimé avec tant de bonne humeur, provoque le rire du podestat qui lui pardonne cet écart de langage. Ce personnage témoigne encore que l’impertinence, exprimée de façon plaisante et astucieuse, peut renverser une situation. Le dernier exemple met en scène un homme qui se trouve dans une situation désespérée, mais qui parviendra aussi à retourner les événements à son avantage. En effet, un prisonnier de guerre qui est sur le point d’être exécuté est sauvé par une réflexion fort à propos (Nouv. CCLIV). Après avoir donné à manger aux prisonniers un demi-biscuit, celui qui est chargé de les jeter à la mer, le fait en disant :

Va bei !

Entendant cela, un des condamnés rétorque :

  • 16  Ibidem, p. 548.

questo è piccol mangiare a tanto bere !16

  • 17  Marina Marietti, Formes et significations de la « beffa » dans la littérature italienne de la Rena (...)

La force de la parole est ici presque miraculeuse17 : cette réflexion aurait pu lui coûter beaucoup s’il n’avait pas déjà été sur le point de perdre la vie, mais elle amuse l’amiral du vaisseau qui l’épargne avec tous les autres. Ainsi que Sacchetti l’explique fort bien à la fin de ce texte, les mots ont beaucoup plus de pouvoir qu’on ne le pense et permettent, peut-être grâce au rire qu’ils provoquent, de renverser des situations parfois pénibles.

11Le poids des mots est très important pour Franco Sacchetti et il utilise souvent l’ironie afin de dénoncer certains défauts. Le culte des reliques est contraire à la conception que le nouvelliste a de la pratique religieuse. C’est pour cette raison qu’un prêtre va ironiser quant à la valeur de l’une d’entre elle au cours d’une prédication. Ainsi, frère Taddeo Dini (Nouv. LX) ne prête pas foi à la mère supérieure d’un couvent qui lui présente un bras de sainte Catherine de Sienne. Sur l’insistance de la religieuse, il montre le bras aux fidèles en signalant :

  • 18  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, cit., p. 118.

Io sono stato al Monte Sinai e ho veduto il corpo di santa Caterina tutto intero, e massimamente con due braccia ; s’ella ne ebbe tre, quest’è il terzo.18

12Par l’intermédiaire du prêtre, l’auteur se moque de certaines pratiques religieuses qu’il désapprouve, utilisant l’ironie pour souligner la stupidité de ceux qui ont besoin de symboles tangibles témoignant de la légitimité de leur croyance.

13Dans un autre texte, c’est de façon très irrévérencieuse que l’auteur souligne cette pratique qu’il condamne. Ainsi, le bateleur Dolcibene (Nouv. XXIV), se trouvant enfermé pendant la nuit dans un temple juif, y fait ses besoins. Au matin, des fidèles découvrent le sacrilège et accusent le bouffon. Celui-ci, pour se défendre, ne trouve rien de mieux que de dire qu’il s’agit de l’œuvre de leur Dieu :

  • 19 Ibidem, p. 49.

su questo smalto fece quello che voi vedete.19

14La crédulité est aussi un défaut dénoncé par Franco Sacchetti. Le pape Boniface VIII est présenté au cours d’une discussion privée avec Rossellino della Tosa (Nouv. CXXVI), lequel ne s’étonne pas que, malgré son âge, son épouse lui donne encore des enfants. C’est le pape qui s’émerveille et qui tente de le faire douter de sa paternité tardive :

  • 20 Ibidem, p. 254.

vo’ siete antico di cotanto tempo, secondo che ho udito ! Io sento che ogni dì avete uno figliuolo : questa è grandissima grazia che viene da Dio ; per altra ragione ella si può dire cosa maravigliosa.20

L’ironie du pontife est évidente, il ne résiste pas au désir de se moquer ouvertement de l’ambassadeur afin de souligner sa crédulité s’il pense que l’enfant est de lui, et ajoute qu’il ne faut pas affirmer ce que l’on ne peut pas prouver. Mais l’impudence de Rossellino est bien plus grande quand il répond qu’il a toujours entendu dire que

  • 21 Ibidem, p. 255.

ha l’uomo briga quant’elli se ne dà.21

L’argument qu’il oppose à Boniface VIII est une réponse à son attaque et clôt la conversation de façon assez plaisante. Le comique de la scène réside ici dans le renversement de situation, c’est celui qui était « beffato » qui devient « beffatore ».

15L’avarice est aussi une des cibles privilégiées de Franco Sacchetti et il la dénonce à travers le comportement de certains personnages. Bonaccorso Bellincioni organise un banquet où ser Ciolo se rend sans y être convié (Nouv. LI). Les domestiques de l’hôte lui faisant remarquer qu’il n’avait pas été invité, celui-ci rétorque :

  • 22 Ibidem, p. 104.

Io farei un bell’onore a messer Bonaccorso ! ché direbbe ogni uomo che per avarizia m’avesse fatto cacciare.22

La réponse, ironique à l’égard du noble Florentin, permet ici à l’auteur de mettre en évidence que ce défaut qu’est l’avarice doit être combattu et donne une image traditionnelle des aristocrates chez qui la magnificence et la générosité s’imposent. C’est encore la pingrerie qui est condamnée dans la nouvelle CXLV où Dolcibene se moque d’un podestat. Assistant à un repas de Carême, le bateleur fait remarquer la petite quantité de nourriture qui est servie, s’adressant par ces mots aux adjoints du magistrat qui regardent leurs assiettes :

  • 23 Ibidem, p. 297.

Messer li collaterali, mettetevi gli occhiali ché vi parrà due cotanti !23

L’ironie est donc à nouveau le moyen choisi par le nouvelliste pour souligner ce défaut.

16Enfin le recueil de Franco Sacchetti donne l’exemple d’un personnage qui, à sa façon, se moque de cet autre travers qu’est la prétention. Ainsi, Bernabò Visconti pose à un abbé quatre questions dont les réponses sont impossibles à trouver (Nouv. IV). Un meunier décide de prendre la place du religieux et d’aller lui-même apporter les solutions au seigneur de Milan. Les trois premières interrogations concernent la distance entre la terre et le ciel, la quantité d’eau qu’il y a dans la mer et ce qu’on fait en Enfer. Tout ceci étant très difficile à vérifier, le meunier peut dire ce qu’il veut sans prendre de grands risques. Mais la réponse à la dernière question – à savoir quelle est la valeur de Bernabò Visconti – est plus délicate. Le meunier affirme qu’il vaut vingt-neuf deniers. Bernabò, stupéfait d’une si grande impertinence, demande une explication qui lui est aussitôt fournie :

  • 24 Ibidem, p. 9.

voi sapete che ‘l nostro Signore Iesù Cristo fu venduto trenta danari ; fo ragione che valete un danaro meno di lui.24

Ce trait d’esprit aurait pu valoir au meunier un sévère châtiment s’il n’avait amusé Bernabò. Encore une fois, c’est par un rire irrespectueux que l’auteur dénonce la présomption, et c’est ce même rire qui sauve l’auteur de la plaisante répartie.

17Franco Sacchetti recourt à de nombreuses reprises, afin de mettre en lumière une situation qu’il trouve injuste, à des reparties qui, sous couvert d’humour, permettent aux personnages de confondre un adversaire. C’est une réplique de ce genre qui assure la vengeance d’Agnolo Moronti (Nouv. CXLII). En effet, le bateleur, passe les fêtes de Noël avec le comte Ruberto ainsi qu’un Florentin que l’auteur qualifie de « très riche ». Cet homme s’est bien diverti grâce aux facéties d’Agnolo et l’invite chez lui, à Florence :

  • 25 Ibidem, p. 288.

se tu vieni a Firenze a questi tempi, io non t’avrò mai per amico se non te ne vieni diritto a casa ; e allora ti potrò donare non quello che tu meriti, ma quello che sarà caparra della mia amicizia, ad essere tua sempre la mia casa.25

18Voilà une promesse qui paraît facile à tenir mais qui, nous le verrons, n’était pas sincère. Agnolo accepte cette invitation. Quand il arrive, le Florentin n’est pas chez lui mais son épouse lui indique où il se trouve. Agnolo s’y rend, aperçoit celui qu’il cherche et se dirige vers lui. Ce dernier fait mine de ne pas le reconnaître. Ayant compris que le Florentin a fait une promesse qu’il pensait ne pas tenir et qu’il agit par avarice, l’amuseur décide d’employer une ruse pour lui faire regretter son comportement. Ainsi, ayant trouvé l’homme assis et désœuvré, il lui annonce :

  • 26 Ibidem, p. 289.

così non ti stessi tu, ché tu ne seresti forsi di meglio di cinquecento fiorini.26

L’idée qu’il pourrait gagner une telle somme le fait réagir et, très vite, il demande de quelle façon cela pourrait se réaliser. Agnolo rétorque qu’il en connaît le moyen et s’en va sans rien dire, le laissant là un peu agacé. Le nouvelliste a trouvé ici un moyen efficace pour punir l’avarice : faire miroiter la possibilité de gagner de l’argent sans en révéler le moyen.

19Barone di Spartano (Nouv. CCIII) nous donne un exemple de renversement de situation grâce à un juste argument qu’il a su faire valoir. Ainsi, décidé à demander au pape de lui rendre des châteaux qui lui appartenaient, il se rend en Avignon pour essayer de récupérer son bien. Trois ans passent sans qu’on le lui restitue, aussi va-t-il exposer sa situation au pontife :

  • 27 Ibidem, p. 475.

quando io venni qui io ci recai un sacco pieno di denari, e uno pieno di verità, e un altro pieno di bugie : quello de’ danari ci ho tutto speso, e altresì quello de’ veri ho tutto speso e consumato : restami quello delle bugie : non ho altro a che por mano. Io prego caramente la vostra benignità che mi vogliate restituire le mie castella, altrimente io comincerò a spendere il sacco delle bugie e non avrò con che tornare a casa.27

Cette astuce plaisante mais très impertinente cache en réalité une menace qui a permis à Barone d’avoir gain de cause ; car sachant manier le langage et utiliser les mots à bon escient, il a retourné une situation en sa faveur.

20Le nouvelliste, ainsi que nous l’avons vu, manie la parole souvent avec finesse. C’est encore le moyen qu’il offre à ses protagonistes quand ils doivent répondre à une attaque. Mais certaines réponses sont incisives et d’autres non. En effet, Sacchetti utilise l’humour quand il s’agit de s’opposer à une moquerie somme toute peu cruelle, comme dans la nouvelle CLIII. Dolcibene étant, comme tous les bouffons, en quête d’argent, il s’adresse à un chevalier à l’air mélancolique :

io sono venuto a voi però che ‘l Comune ha posto una gabella che ogni cattivo debba pagare lire dieci ; e io per lo detto Comune son venuto per riscuoterla da voi.

Le chevalier, qui connaissait la qualité de bateleur de Dolcibene, ne s’offusque pas outre mesure et rétorque :

  • 28 Ibidem, p. 327.

se io debbo pagare cotesta gabella, io sono contento ; ma fatevi pagare a questo mio figliuolo, il quale è qui presente, il quale è due cotanti cattivo di me, che a quella medesima ragione ha a pagar lire venti.28

La repartie du chevalier démontre qu’une réplique dite sur un ton humoristique peut, tout aussi bien qu’un assaut verbal plus incisif, permettre à la personne visée de se défendre.

21Le texte suivant nous permet de voir qu’il existe des critiques qui ne sont pas intentionnelles mais qui suscitent de la part de celui qui se sent agressé des réponses fort astucieuses et plaisantes. Giovanni Acuto (Nouv. CLXXXI), le célèbre condottiere italien, rencontre au détour d’un chemin deux frères mineurs qui le saluent en lui adressant une formule de politesse :

Monsignore, Dio vi dia pace

Le soldat rétorque :

Dio vi tolga la vostra elemosina.

et explique aux moines franciscains stupéfaits :

  • 29 Ibidem, p. 406.

non sapete voi che io vivo di guerra e la pace mi disfarebbe ? E così come io vivo di guerra, così voi vivete di lemosina ; si che la risposta che io v’ho fatta è stata simile alla vostra salutazione.29

Le trait d’esprit du mercenaire est remarquable car, sans être agressif, il lance une réplique qui devient cinglante pour les deux malheureux moines. Dans le cas présent, l’auteur donne la preuve que les mots peuvent être à double tranchant si l’on n’y prend garde.

22L’humour, nous l’avons vu, est une défense efficace contre une attaque orale ; toutefois, quand celle-ci est plus mordante, c’est l’ironie qui vient au secours de l’offensé.

23Maccheruffo de’ Maccheruffi de Padoue (Nouv. XLII), est nommé podestat de Florence et ses vêtements lui valent les moqueries de tous car ils ressemblent à ceux d’un médecin. Aux Florentins qui lui avaient apporté leurs urines à examiner, Maccheruffo répond à la fin de son mandat :

  • 30 Ibidem, p. 90.

considerando che ‘l rettor della terra conviene che purghi li vizii e’ malori di quelli che ha a reggere, né più né meno come il medico conviene che curi le infirmità de’ suoi infermi, mi avete in questa notte appresentato le vostre acque, li vostri segni in questi orinali che vedete d’intorno appiccati, li quali orinali mi sono stati confitti alla porta ; e io avendoli proccurati, come che molto sofficiente in medicina non sia, veggio e ho compreso in questi vostri cittadini grandissime infirmità, le quali con la grazia di Dio penserò di curare sì che io vi credo lasciare più sani e in migliore stato che io non vi truovo.30

Ce podestat a su tirer partie des quolibets qui lui étaient adressés en utilisant des termes appropriés et ainsi retourner la situation de façon à répondre de la manière qui convenait aux attaques dont il était victime.

24C’est une situation à peu près similaire que Sacchetti décrit dans la nouvelle CXV. En effet, Dante croise dans la rue un ânier qui récite un passage de la Divine Comédie sans respecter scrupuleusement les vers et se permet, en outre, d’insérer des onomatopées comme « arri » destinées à faire avancer son âne. Le poète lui donne un grand coup sur l’épaule et lui fait remarquer qu’il n’a pas écrit les vers ainsi qu’il les récite : l’homme lui adresse en guise de réponse un geste obscène en s’éloignant. Le poète rétorque, méprisant :

io non ti darei una delle mie per cento delle tue.

Dante ne s’abaisse pas à répondre à l’affront qu’on vient de lui faire, il préfère le dédain qui est tout aussi efficace qu’une injure incisive ; et Sacchetti semble approuver l’attitude du sage poète qui confondit l’ânier avec de

  • 31 Ibidem, p. 234.

dolci parole piene di filosofia.31

Le nouvelliste loue l’intelligence pleine de sagesse du poète qui, en ne répondant pas, ressort grandi de cette petite altercation. L’ironie dont il fait preuve à l’égard de l’ânier met en lumière le mépris qu’il éprouve pour cet individu à l’éducation très rudimentaire ; est la meilleure réponse qu’il pouvait faire à l’insulte dont il était la cible.

25Contrairement à ce que nous avons pu constater dans ces derniers exemples où les reparties des protagonistes des nouvelles étaient considérées comme un juste retour des choses par l’auteur, et donc appréciées pour leur à propos, celle d’un prêtre donnera l’occasion au nouvelliste de critiquer sévèrement le religieux. Ainsi, celui-ci laisse honteusement son église se détériorer (Nouv. LXXXIX) et quand les fidèles lui demandent pourquoi il ne refait pas le toit afin qu’il ne pleuve plus sur l’autel, le prêtre répond fort ironiquement et impudemment :

  • 32 Ibidem, p. 185.

Tal sia di lui, se vuole che gli piova addosso. E’ disse : « Fiat », e fu fatto il mondo ; ben può dir « Cuopri » e fia coperto, e non gli pioverà addosso.32

Il s’agit bien sûr dans ce cas, comme dans les précédents, d’une réponse à une attaque, mais ici l’auteur ne l’approuve pas et entend souligner le caractère méprisable du prêtre qu’il avait déjà qualifié de scélérat.

26Les mots, qui semblent parfois au premier abord bien anodins, peuvent apporter une réponse appropriée à une attaque personnelle. Franco Sacchetti nous montre qu’ils peuvent aussi représenter une agression verbale à laquelle il est bien difficile de répondre. Ainsi, deux femmes mariées appartenant à la famille des contes Guidi discutent de façon fort peu aimable (Nouv. CLXXIX). En effet, l’une d’entre elle est la fille du guelfe Ugolino della Gherardesca, que les Pisans ont laissé mourir de faim avec ses enfants, et l’autre la fille du gibelin Buonconte da Montefeltro, battu par les Florentins a Certo-mondo. Passant toutes deux à l’endroit de la défaite des gibelins, la première s’exclame :

guardate quanto è bello questo grano e questo biado dove furono sconfitti i Ghibellini da’ Fiorentini ; son certa che ‘l terreno sente ancora di quella grassezza !

La seconde rétorque :

  • 33 Ibidem, p. 404.

Ben è bello ; ma noi potremo morire prima di fame che fosse da mangiare.33

L’opposition politique des deux familles resurgit chez les deux jeunes femmes qui, rivalisant d’esprit, affirment verbalement et ironiquement leur mépris respectif.

27Le nouvelliste insiste donc sur le fait que l’esprit peut être utilisé à des fins blessantes de façon intentionnelle et sans qu’il soit forcément la réponse à une attaque. C’est aussi le cas pour Attaviano di messer Aghinardo degli Ubaldini (Nouv. CLXXX) qui assiste à Florence à la cérémonie d’investiture des prieurs. Avec lui se trouve Giovanni di Conte de’ Medici et les hommes échangent des paroles vexantes au sujet de leur réputation respective. En effet, Giovanni s’étonne de voir Attaviano et s’interroge :

chi averebbe mai creduto che gli Ubaldini fosseno venuti in tal mattina accompagnare i gonfaloni in questa nostra città ?

car cette famille est connue pour compter de nombreux rebelles. Celui-ci rétorque :

  • 34 Ibidem, p. 405.

allora si serebbe creduto questo che si serebbe creduto che i Medici avesseno voluto sovvertere il popolo di Firenze.34

Une fois de plus, c’est celui qui croyait se moquer de l’autre qui est pris à son propre jeu et se retrouve dans la situation du « beffato ». L’ironie qu’il avait utilisée comme arme d’attaque est le moyen par lequel il est raillé à son tour.

28C’est tout aussi ironiquement mais sur un ton plus léger qu’une jeune veuve contrainte à vivre avec sa belle-mère sans pouvoir se remarier regrette cette situation (Nouv. CCXXVII). Ainsi, filant chez elles, la bru aperçoit deux oiseaux qui roucoulent et s’exclame :

  • 35 Ibidem, p. 537.

Buon per te, passera, che non avesti suocera !35

Le nouvelliste met encore une fois en lumière l’utilisation du trait d’esprit comme attaque dirigée contre un ennemi, même si dans le cas présent il s’agit d’une réplique pleine de bonne humeur.

29Franco Sacchetti prête à certains personnages une forme d’esprit qui leur permet de jouer sur la polysémie d’un mot. Les protagonistes du Trecentonovelle recourent parfois à la double signification de certains mots pour rétablir une situation et échapper à une contrainte. Ainsi, Valore de’ Buondelmonti (Nouv. CV) refusant d’obéir aux membres de sa famille qui lui demandent de modifier son comportement qu’ils jugent inapproprié à leur rang,

fu uno dì da’ suoi consorti amunito che, se non mutasse foggia, elli lo metterebbono in luogo che se n’avedrebbe che l’avessino per male.

Bien que Valore ait soixante-quinze ans, les membres de sa famille interviennent pour le prier de changer d’attitude. Il fait mine d’obtempérer :

Io v’ho inteso, e non vi bisogna più dire, ché siate certi ch’io muterò foggia, poiché voi volete.

Mais il ne les prend pas au sérieux, joue sur les mots et profite du double sens de « foggia » pour tourner la menace en dérision. En effet, le terme pouvait désigner le comportement, mais aussi des capuchons « a foggia » que portaient certains hommes. En rentrant chez lui, il demande à sa mère (presque centenaire)

ch’ella gli truovi li suoi cappucci, ch’egli intendea di portare il cappuccio a gote, ché sempre l’avea portato a foggia.

Ainsi feint-il de se ranger aux conseils de sa famille tout en se jouant d’elle. Dans la rue, les gens s’étonnent ; il répond :

  • 36 Ibidem, p. 214.

ho mutato foggia, ché m’hanno detto i miei consorti che, se io non muto foggia, che mi metteranno in prigione ; e però siate mie tes-timoni che io l’ho mutata.36

Valore qui, étant donné son âge, n’a aucunement l’intention de changer ses habitudes ni d’obéir à sa famille, s’amuse avec la polysémie d’un mot et en profite pour éluder l’ordre qu’on lui a donné. Cet homme fait preuve de beaucoup d’humour et d’une vivacité d’esprit qui lui permet de sortir de la situation dans laquelle il était grâce à une pirouette verbale.

  • 37  Marina Gagliano, Le mot d’esprit et l’esprit des mots dans le Trecentonovelle, in « Arzanà », n°2, (...)

30Les différentes acceptions d’un mot sont utilisées à diverses fins et sont souvent à l’origine de situations amusantes, comme nous venons de le voir, ou équivoques quand elles reposent sur une erreur d’interprétation. Elles deviennent des récits « bifurqués » où un élément polysémique fait pivoter l’histoire en lui faisant prendre une direction nouvelle et inattendue37 comme dans la nouvelle XXVIII qui présente un jeune homme amoureux de la fille (illégitime) d’un prêtre appelé ser Tinaccio. Se faisant passer pour une femme enceinte venant se confesser avant d’accoucher, le jeune homme demande, le soir venu, à rester chez le prêtre pour dormir. Ce dernier le laisse passer la nuit avec sa fille. L’auteur décrit alors les avances que l’homme fait à la jeune fille. Celle-ci tente de prévenir son père qu’il s’est trompé au sujet de la personne qui se trouve dans son lit :

Egli è maschio !

s’écrit-elle. Croyant qu’elle parle de l’enfant qui serait en train de venir au monde, le prêtre l’encourage :

aiutalo, aiutalo, figliola mia, aiutalo, che sie benedetta !

La nouvelle repose sur un comique de situation qui se concrétise par le double sens du mot utilisé par ser Tinaccio. L’auteur en profite pour pousser à l’extrême, de façon très ironique, l’obéissance de la jeune fille encouragée par l’impératif utilisé par son père et

  • 38  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, cit., p. 55.

parendoli che ‘l prete la confortasse ad aiutare quello di cui ella dicea, il meglio che poteo si passò quella notte.38

31L’auteur utilise le même procédé dans un autre texte afin de dénoncer les pratiques de certains membres du clergé. Ainsi, frate Stefano (Nouv. CXI) propose à une femme qui a du mal à faire lever sa fille le matin de résoudre le problème :

comare mia, vuo’ tu che io la vadia a orticheggiare, si ch’ella si lievi ?

Entré dans la chambre de Giovanna, le religieux abuse de la jeune fille qui tente de se défendre en criant et pleurant. Mais la mère, qui ne soupçonne pas les agissements du frère, l’encourage :

orticheggiala, orticheggiala, frate Stefano !

Le double sens du verbe « orticheggiare » laisse ici transparaître, comme dans la nouvelle précédente, l’ironie dont Sacchetti fait preuve afin d’adresser aux religieux peu respectables un reproche au sujet de leurs mœurs.

32Le nouvelliste met en lumière une autre utilisation ironique du sens des mots destinée cette fois à appuyer le mépris éprouvé par certains protagonistes à l’égard d’autres personnages. Giotto illustre parfaitement cette forme d’esprit lors d’un désaccord avec un client (Nouv. LXIII). Un artisan lui demande de peindre ses armes sur son pavois. L’artiste, stupéfait de l’audace d’une telle requête, accepte mais demeure perplexe car il s’agit d’un petit homme simple qui demande qu’on lui peigne

l’arme sua come se fosse de’ reali di Francia.

Conscient de sa valeur, le peintre se sent offensé. Pourtant, il exécute le travail, et, considérant que cet homme n’est pas un personnage connu, il décide de représenter ses armes au sens premier du terme :

una cervelliera, una gorgiera, un paio di bracciali, un paio di guanti di ferro, un paio di corazze, un paio di cosciali e gamberuoli, una spada, un coltello e una lancia.

Quand le client vient chercher son pavois, il n’est, évidemment, pas satisfait et prétend que ce ne sont pas ses armes. Giotto s’étonne :

non è ella qui ? Mancane niuna ?

Puis, il justifie sa représentation en faisant remarquer à l’homme qu’il n’a rien dit d’autre que :

dipignimi l’arme mia

et que s’il avait appartenu à la famille Bardi cela aurait suffi, mais comme il est inconnu, Giotto ne sait pas quelles sont ses armes. Son désir de dérision porte ici sur le double sens du mot « arme » et c’est grâce à cela que l’auteur obtient un effet comique. Comme pour mortifier un peu plus ce pauvre homme, il conclut en affirmant avec une bonne foi feinte :

  • 39 Ibidem, p. 123.

Io t’ho fatta tutta armadura sul tuo palvese ; se ce n’è più alcuna, dillo, e io la farò dipignere.39

33C’est aussi pour ridiculiser et confondre un adversaire que Ridolfo da Camerino joue sur les mots de façon tout aussi insolente. Un homme le provoque en duel (Nouv. CLXXXII) et lui fait dire par un messager :

vi sfida e vuole combattere con voi.

Jouant sur le double sens du verbe « sfidare » qui signifie « défier » mais aussi « être perdu » dans le langage des médecins, Ridolfo rétorque :

par che ‘l tal signore nostro nimico, di signore sia fatto medico

et par là même rit ouvertement de son ennemi.

34Nous avons pu constater que Sacchetti accorde une grande importance au prestige de la noblesse mais ne se prive pas de souligner la décadence financière d’une partie de l’aristocratie. Au cours d’un repas, plusieurs chevaliers s’interrogent sur le nombre de chevaux qu’il faudrait pour conquérir Florence (Nouv. LXXIX) quand Pino della Tosa déclare que, selon lui, il en faudrait cent cinquante. Vieri de’ Bardi rétorque alors que Pino pourrait le faire

  • 40 Ibidem, p. 155.

con assai minor quantità, però che egli ha fatto via maggior fatto, ché l’ha signoreggiata con una mula già fa cotant’anni.40

Le chevalier joue sur le double sens du mot « signoreggiare » qui peut avoir le sens de « conquérir » ou bien de « parcourir ». Grâce à son esprit, Vieri souligne le fait que Pino va à dos de mule, mettant en évidence de façon ironique les difficultés financières de ce dernier.

35Franco Sacchetti donne divers exemples dans lesquels la parole, et plus particulièrement le sens des mots, permet d’abuser les autres en passant du sens figuré au sens concret. Il existe des situations où le fait de jouer avec les mots confine à l’impertinence. Ainsi, ayant commis une petite offense contre Obizzo d’Este, Gonnella (Nouv. XXVII) se voit enjoint de quitter Ferrare et de ne jamais y remettre les pieds. Passant outre l’interdiction, le bouffon revient et s’explique avec le marquis :

  • 41 Ibidem, p. 52.

mi comandaste che io non stesse sul vostro terreno ; di che io me ne andai subito a Bologna e misi su questa carretta terreno bolognese, e su quello sono stato e al presente sono, e non sul vostro né sul ferrarese.41

Ce trait d’esprit audacieux a permis au bateleur de contourner un ordre et sa malice lui a évité un châtiment certain.

36Il semble que cette utilisation effrontée des mots soit l’apanage des bouffons car leur nature et leur statut les y autorisent. Popolo d’Ancona veut obtenir la cape d’un cardinal (Nouv. CLXII) ; il la lui demande et se voit opposer un refus ou plutôt proposer une compensation :

con li denchi, con li denchi piglia del mio ciò che ti piace, bei e mangia del mio quanto tu puoi, e più non aspettare.

Fort de cette déclaration, Popolo

  • 42 Ibidem, pp. 52-53.

piglia la cappa cardinalesca co’ denti e tira quanto puote, non dimorsandola mai, tanto che, non potendoselo il cardinale partire da sé, misse le mani al cordiglio del capezzale, e, quello sciolto, con le mani gli gettò la cappa addosso.42

L’astuce du bateleur est grande car il joue lui aussi sur le sens propre et le sens figuré d’un terme qu’il prend dans sa signification première. Le nouvelliste met en lumière la capacité qu’ont certains personnages à jongler avec les mots et à prendre leur sens au pied de la lettre, conférant aux récits une dimension comique fondée sur un trait d’esprit.

37Franco Sacchetti présente de nombreux personnages faisant preuve d’ingéniosité lexicale et sachant manier la langue de façon fort habile dans des situations très diverses, ainsi que nous avons pu le voir. Mais le Trecentonovelle met en scène un personnage particulier, ayant réellement existé, que ses facéties ont rendu célèbre et dont l’humour est devenu presque légendaire grâce

  • 43  E. Levi, Il loico piacevole Basso della Penna, in Poesia di popolo e poesia di corte nel Trecento, (...)

ai suoi motti di spirito, le sue trovate geniali, le pronte risposte da chiuder la bocca al più matto dimandatore.43

Ainsi,

  • 44  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, cit., p. 13.

Uno fiorentino che tenea albergo in Ferrara, uomo di nuova e di piacevolissima condizione che avea nome Basso della Penna44

était caractérisé par un esprit particulier :

  • 45  E. Levi, Il loico piacevole Basso della Penna, cit.

distingueva il limpido discorrere di Basso della Penna l’abilità grande nel dedurre dalle pre-messe conclusioni strane ed inaspettate, abilità che il Sacchetti ha chiamato « la loica piacevole ».45

38Dans le recueil, quatre textes sont consacrés à ce personnage et à ses traits d’esprit.

Ayant appris que Marchese Aldobrandino désirait posséder

qualche uccello nuovo, che non se ne trovassono molti per l’altre genti,

Basso fait construire une cage assez grande pour qu’il puisse y entrer et se fait conduire chez le Seigneur de Ferrare (Nouv. VI). Ce dernier, étonné, demande une explication et obtient la réponse suivante :

  • 46  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, cit., p. 14.

considerando chi io sono e quanto nuovo sono, ché posso dire che nessuno ne sia più nuovo di me in su la terra, in questa gabbia intrai, e a voi mi rappresento e mi vi dono per lo più nuovo uccello che tra’ Cristiani si possa trovare.46

39Sacchetti propose encore une fois un jeu sur les mots et sur leur signification qui peut être double. En effet, « nuovo uccello » ne signifie pas seulement « nouvel oiseau » mais aussi « homme farfelu », « homme étrange ». Le thème central de cette nouvelle est la bizarrerie, celle de Basso qui surprend le marquis en jouant sur la valeur sémantique d’un mot et ensuite celle d’Aldobrandino qui prendra à son tour l’aubergiste au pied de la lettre en le traitant comme un véritable oiseau.

40L’humour se fonde ici sur le double sens de l’expression utilisée par les personnages et sur le renversement de situation au cours duquel Basso est piégé à son tour et se retrouve enfermé dans la cage comme un oiseau.

41Les deux exemples suivants mettent en lumière le plaisir que Basso prend à jouer avec les mots et illustrent parfaitement sa logique si particulière. Recevant un jour dans son auberge (Nouv. XIX) des Florentins qui lui demandent :

noi ti preghiamo che tu ci dia istasera lenzuola bianche

Basso acquiesce et se charge de préparer les lits. Le soir venu, les marchands

andandosi al letto, sentivano le lenzuola non essere odorose ed essere sucide.

Au matin, ils se plaignent auprès de l’aubergiste et expriment leur mécontentement de ne pas avoir trouvé dans leurs lits des « lenzuola bianche » comme ils l’avaient demandé. Basso se rend dans une chambre et demande :

  • 47 Ibidem, p. 41.

Che son queste ? Son elle rosse ? son elle azzurre ? son elle nere ? Non son elle bianche ? Qual dipintore direbbe ch’elle fossono altro che bianche ?47

42Les marchands reconnaissent qu’ils ont demandé des draps blancs et que ceux que Basso leurs a donnés ne sont pas d’une autre couleur. L’humour de l’aubergiste est ici exprimé de façon très plaisante et cette « loica piacevole », qui s’appuie sur l’usage toscan de l’expression « lenzuola bianche » pour désigner des draps propres, prend toute sa dimension comique car l’auteur utilise cette ambiguïté afin d’interpréter métaphoriquement le sens de l’expression. C’est cet usage de la langue qui fait la drôlerie du texte et ce sera encore le cas dans la nouvelle suivante.

43Le plaisant aubergiste organise un repas (Nouv. XX) et il invite quelques amis pour que

tal sera venissono a mangiare con lui.

Tous acceptent et le soir venu ils trouvent sur la table

molto bene apparecchiate le vivande.

Ils s’assoient, mangent, mais les verres restent vides, le vin n’est pas servi. Un convive en demande et Basso répond qu’il n’y en a pas car

  • 48 Ibidem, p. 42.

io vi feci invitare a mangiare meco e non a bere, però che io non ho vino che io vi desse, né che fosse buono da voi.48

Voilà encore une réponse dont le bon sens interdit toute protestation et qui démontre le caractère plaisant du personnage. La base humoristique de ce récit est bien évidemment la formule utilisée par Basso pour inviter ses amis, mais, prise dans son sens premier, elle donne lieu à une situation cocasse qui suscite le rire des convives et du lecteur.

44Le dernier trait d’esprit dont nous parlerons est, selon Sacchetti, l’ultime de ce personnage, car Basso le prononça sur son lit de mort et expira tout de suite après. Frappé par la peste, il reçoit la visite d’une voisine qu’il ne reconnaît pas (Nouv. XXI). Celle-ci s’approche et lui dit :

Basso, io sono la tua vicina donna Buona.

Dans une demi-inconscience et à grand peine il parvient tout de même à lancer un dernier trait :

  • 49 Ibidem, p. 44.

Oggimai, perché io muoia, me ne vo contento, ché ottanta anni che io sono vissuto mai non ne trovai alcuna buona.49

Au delà du comique de la réplique, nous voyons transparaître dans cette phrase l’esprit de l’auteur qui se réfère à l’épigramme Crede ratem ventis attribué à Cicéron et qui disait

  • 50  E. Levi, Il loico piacevole Basso della Penna, cit.

Nulla quidem bona, si tamen bona contigit ulla
Est mala res bona ; bona naquem femina nulla.50

Sacchetti indique avec ce dernier mot d’esprit que l’humour aura prévalu dans la vie de Basso, comme dans celle de nombreux personnages, et qu’il en aura fait une règle de vie.

  • 51  Letterio Di Francia, Franco Sacchetti novelliere, Pisa, Nistri, 1902, 420 p.

45Enfin, le bon mot peut n’être qu’une manifestation d’un caractère plaisant, sans autre but que celui de répondre à une question, même si c’est souvent de façon mordante. Les protagonistes de Franco Sacchetti ont parfois des réactions fort à propos qui relèvent souvent du bon sens et qui ne sont destinées qu’à mettre en évidence un esprit doté d’un humour certain. Giotto est réputé pour ses répliques (Giorgio Vasari disait de lui qu’en plus d’être un excellent artiste il fut aussi « très ingénieux et plaisant pour ses réponses pleines de bon sens »51), et témoigne de sa capacité à proposer une explication qui, si elle est tout à fait inattendue, n’en est pas moins pleine de bon sens. Le peintre (Nouv. LXXV) se trouve en compagnie d’un groupe d’amis à l’église de San Marco da’ Servi et, ensemble, ils admirent une peinture représentant

una storia di nostra Donna e Josefo,

quand l’un de ses compagnons demande à l’artiste :

Dimmi, Giotto, perché è dipinto Josef così sempre malinconoso ?

La réponse du peintre est à la hauteur de ses espérances :

  • 52  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, cit., p. 147.

Non ha egli ragione, ché vede pregna la moglie e non sa di cui ?52

46Ses amis sont stupéfaits de cette réponse, très irrévérencieuse, mais il semble que la parole de Giotto ait une grande valeur et ce qu’il dit prend un relief particulier. La nouvelle VIII est une autre illustration de la tradition du « bel motto ». On y rencontre un Génois qui, devant faire face à un problème personnel, s’adresse à Dante pour qu’il l’aide à trouver une solution. Cet homme, très laid, est désireux d’obtenir l’amour d’une femme très belle et ne sait par quel moyen y parvenir. Alors,

disperandosi di questo suo amore, sentendo la grandissima fama di Dante Alighieri e come dimorava nella città di Ravenna, al tutto si dispose d’andar là per vederlo e per pigliare con lui dimestichezza, considerando avere da lui o consiglio o aiuto come potesse entrare in amore a questa donna o almeno non esserli così nimico.

Il rencontre enfin l’écrivain et l’aborde :

O messer Dante, io ho inteso assai della vostra virtù e della fama che di voi corre : potre’ io avere alcuno consiglio da voi ?

S’appuyant sur les qualités reconnues à Dante, considéré comme le poète de l’amour, le Génois expose ses préoccupations ; Dante répond :

  • 53 Ibidem, p. 17.

Messere, io farei volentieri ogni cosa che vi piacesse. E di quello che al presente mi domandate non ci veggio altro che un modo : e questo è che voi sapete che le donne gravide hanno sempre vaghezza di cose strane, e però converrebbe che questa donna che cotanto amate ingravidasse : essendo gravida, come spesso interviene ch’ell’hanno vizio di cose nuove, così potrebbe intervenire che ella avrà vizio di voi ; e a questo modo potreste venire ad effetto del vostro appetito. Per altra forma sarebbe impossibile.53

L’homme comprend que Dante se moque de lui mais reconnaît qu’il ne pouvait attendre une autre réponse que celle que lui donne le poète de façon un peu abrupte et insolente, certes, mais fort à propos.

47C’est avec autant d’humour et une certaine irrévérence qu’un prêtre justifie son salut lors de la traversée d’un fleuve en crue alors qu’il tenait entre ses mains le corps du Christ. En effet, un paroissien, ayant appris sa mésaventure, lui dit

voi avete molto da ringraziare il nostro Signore Iesù Cristo, il quale avete in mano, ché per certo noi vi vedemmo annegato se non fosse stato il suo aiuto.

Le religieux rétorque :

  • 54  Ibidem, p. 211.

In buona fé, se io non avesse aiutato lui altrimenti che elli aiutasse me, noi seremmo affogati ed egli ed io.54

48Sacchetti donne un autre exemple de réplique, fort déconcertante car placée dans la bouche d’un frère prédicateur (Nouv. LXXIII) :

Volendo dare a intendere l’essenzia del nostro Signore Iesù Cristo,

il interroge :

Com’è fatta la faccia di Cristo ?

Il se tourne alors furieusement vers la représentation qui en est faite dans l’église et dit :

  • 55 Ibidem, p. 143.

Non è fatta come la faccia del Volto Santo che è colà, che ben ci vegno a crepare se Cristo fu così fatto !55

  • 56  Le Trecentonovelle a cura di V. Marucci, Firenze, Sansoni, 1996, 854 p.

Ce mot provoque les rires de l’auditoire, tant et si bien qu’il ne peut continuer à parler ni les autres à écouter. Le personnage fait preuve ici d’impertinence à l’égard de la foi mais par ce biais le nouvelliste met en évidence un aspect de sa conception religieuse et affirme sa position en faveur d’une religiosité spirituelle et non idolâtre, réticente à l’égard du culte des reliques et des icônes56.

  • 57  Franca Ageno, Ispirazione proverbiale del Trecentonovelle, cit.
  • 58  Marina Marietti, Formes et significations de la « beffa » dans la littérature italienne de la Rena (...)
  • 59  Raffaele Fornaciari, Franco Sacchetti : ritratto letterario, in « Nuova Antologia », cit. : « vuol (...)

49La parole a chez Sacchetti un pouvoir presque magique car elle crée la réalité plus qu’elle n’en dépend : « la parola possiede un valore assoluto, in essa si concentra tutta la verità, e al di fuori di essa non v’è nulla »57. Le Trecentonovelle regorge d’exemples de ce pouvoir qu’a la parole sur le fait lui-même. Elle peut reposer sur une interprétation littérale des mots ou parfois sur l’ambiguïté d’un terme. La parole est une entité double que l’homme astucieux peut utiliser selon ses besoins58. Ainsi, en jouant sur le sens des mots, il obtient un effet comique car il souligne la rupture d’une logique. Les auteurs de jeux de mots ont souvent l’intention de rabaisser leurs interlocuteurs en affirmant leur supériorité en matière de finesse et d’esprit. Le nouvelliste saisit alors l’occasion de mettre en lumière, en le ridiculisant, un comportement ou une faiblesse. Son but est donc souvent moralisateur car, outre sa volonté de valoriser des qualités comme la finesse d’esprit, il veut faire rire et corriger59. Cette démarche n’est-elle pas d’ailleurs le but de tout récit comique depuis l’antiquité notamment dans la comédie ? On veut corriger les mœurs en faisant rire.

50Enfin, le recueil rapporte les « motti » gratuits de Basso ou encore de Giotto et de Dante : ceux-ci témoignent d’une forme d’esprit particulièrement plaisante qui, par les traits spirituels qu’elle fait jaillir, a pour effet de divertir le lecteur. Le nouvelliste démontre ici son goût des mots, le pouvoir qu’il reconnaît à la parole : à travers les « bei motti » humoristiques, ironiques ou impertinents des personnages, c’est le bel esprit de Franco Sacchetti qui est mis en lumière.

Haut de page

Notes

1  Franca Ageno, Ispirazione proverbiale del Trecentonovelle in « Lettere italiane », 1958, n° 3, pp. 287-306.

2  Marina Marietti, Formes et significations de la « beffa » dans la littérature italienne de la Renaissance, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, 1975, 384 p.

3  Michèle Fantoli, Il trionfo della parola nel Trecentonovelle, Firenze, Atheneum, 1990, 74 p.

4  Jean Lacroix, Esquisse d'une signification du rire chez les nouvellistes italiens des XIIIème, XIVème et XVème siècles, in « Le rire au Moyen Age dans la littérature et dans les arts », Presses Universitaires de Bordeaux, 1990, 356 p.

5  Francesco Tateo, Boccaccio, Bari, Laterza, 1998, 118 p.

6  Carlo Muscetta, Boccaccio, Bari, Laterza, 1992, 372 p.

7  Franca Ageno, Ispirazione proverbiale del Trecentonovelle, cit.

8  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, Firenze, Sansoni, 1984, p. 146.

9 Ibidem, p. 307.

10 Ibidem, p. 358.

11 Ibidem, p. 308.

12 Ibidem, pp. 423-424.

13 Ibidem, p. 241.

14 Ibidem, p. 240.

15  Ibidem, pp. 99-100.

16  Ibidem, p. 548.

17  Marina Marietti, Formes et significations de la « beffa » dans la littérature italienne de la Renaissance, cit.

18  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, cit., p. 118.

19 Ibidem, p. 49.

20 Ibidem, p. 254.

21 Ibidem, p. 255.

22 Ibidem, p. 104.

23 Ibidem, p. 297.

24 Ibidem, p. 9.

25 Ibidem, p. 288.

26 Ibidem, p. 289.

27 Ibidem, p. 475.

28 Ibidem, p. 327.

29 Ibidem, p. 406.

30 Ibidem, p. 90.

31 Ibidem, p. 234.

32 Ibidem, p. 185.

33 Ibidem, p. 404.

34 Ibidem, p. 405.

35 Ibidem, p. 537.

36 Ibidem, p. 214.

37  Marina Gagliano, Le mot d’esprit et l’esprit des mots dans le Trecentonovelle, in « Arzanà », n°2, Avril 1994, 158 p.

38  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, cit., p. 55.

39 Ibidem, p. 123.

40 Ibidem, p. 155.

41 Ibidem, p. 52.

42 Ibidem, pp. 52-53.

43  E. Levi, Il loico piacevole Basso della Penna, in Poesia di popolo e poesia di corte nel Trecento, Livorno, Giusti, 1915, 352 p.

44  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, cit., p. 13.

45  E. Levi, Il loico piacevole Basso della Penna, cit.

46  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, cit., p. 14.

47 Ibidem, p. 41.

48 Ibidem, p. 42.

49 Ibidem, p. 44.

50  E. Levi, Il loico piacevole Basso della Penna, cit.

51  Letterio Di Francia, Franco Sacchetti novelliere, Pisa, Nistri, 1902, 420 p.

52  Franco Sacchetti, Il Trecentonovelle, cit., p. 147.

53 Ibidem, p. 17.

54  Ibidem, p. 211.

55 Ibidem, p. 143.

56  Le Trecentonovelle a cura di V. Marucci, Firenze, Sansoni, 1996, 854 p.

57  Franca Ageno, Ispirazione proverbiale del Trecentonovelle, cit.

58  Marina Marietti, Formes et significations de la « beffa » dans la littérature italienne de la Renaissance, cit.

59  Raffaele Fornaciari, Franco Sacchetti : ritratto letterario, in « Nuova Antologia », cit. : « vuol far ridere e correggere insieme ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/2, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

Carole Sabater, « Le mot d’esprit dans le Trecentonovelle de Franco Sacchetti », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 24 décembre 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/2367 ; DOI : 10.4000/italies.2367

Haut de page

Auteur

Carole Sabater

Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org