Navigation – Plan du site
"Humour et faits de langue"

Andiamo a Lodi ? No, a Verona ! De jeux phoniques en italien ancien

Catherine Camugli-Gallardo
p. 739-754

Résumé

Catherine Camugli-Gallardo nous offre une sympathique et malicieuse collection d’expressions argotiques ou familières usitées aux XVème et XVème siècles commençant toutes par « andare a » et, analysant une géographie insolite fondée sur des calembours, elle nous fait gaiement aller à Lodi, à Vérone, à Girone et ailleurs.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

jeu de mots, linguistique

Chronologie :

XVe, XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Salvatore Battaglia, Grande dizionario della lingua italiana, Torino, U.T.E.T., 1961, vol. 1, entr (...)
  • 2  Cette dernière expression, souvent entendue en Vénétie, relève en fait, des mêmes phénomènes qui s (...)

1En souvenir d'épisodes éducatifs énergiques de Georges Ulysse comme cette colère ébouriffante qui poussa ses étudiants, confus de leur indolence culturelle, vers l'Opéra de Marseille – Così fan tutti ? –, je voudrais m'arrêter sur quelques syntagmes verbaux curieux, découverts dans le Grande Dizionario de S. Battaglia1, au hasard d'une quête polissonne d'équivalents métaphoriques de andare al diavolo ou andare a ramengo2.

2Or les matériaux linguistiques dont il va être question appartiennent en majorité à une époque chère à notre collègue, les XVème et XVIème siècles. Ils proviennent, en partie aussi, d'auteurs mineurs, de ce secteur d'écrits dont G. Ulysse nous a appris à mesurer le caractère de témoignage et dont il a contribué à réhabiliter la dignité scientifique. Cela constituait donc de bonnes raisons pour poursuivre sur cette voie malicieuse.

Une géographie étrange

  • 3  Nous utilisons ici un étiquetage d'inspiration harrissienne, utilisé par l'équipe du L.A.D.L, diri (...)

3Dans la section citée que l'équipe des lexicographes a consacrée à la phraséologie, la structure « No andare Prep. a N1 ou Inf. »3 représente plus de la moitié (51.33 %) des emplois ou variations répertoriés, que N1 soit précédé ou non de l'article défini.

  • 4  Pour « à - papa - je revois - là » < l'appellatif toscan babbo, antéposé à rivedo dont l'occlusive (...)
  • 5  Peut-être de mala valle avec rhotacisme de la liquide :
  • 6  L'expression existe en français : aller ad patres. Elle reprend les paroles de Yahvé à Abraham, da (...)
  • 7  La latinisation du mot enfer permet de le présenter, de façon euphémique, comme simple qualificati (...)
  • 8  Pour « descendre (aux enfers) », sur le participe passé au pluriel de scendere. L'aphérèse sur Ass (...)
  • 9  Par allusion au siège dévastateur de la ville, au XVIIème siècle.
  • 10  Le futur empereur germanique Henri IV y fit amende honorable devant le pape Grégoire VII durant la (...)

4Écartons, pour l'instant, à l'intérieur des emplois de Prep. a, les cas où celle-ci introduit un syntagme exprimant la manière (15.5 %). À côté des injonctions à valeur de rejet attendues andare al diavolo / a farsi benedire, fottere, etc., à côté de métaphores évoquant la mort andare a babboriveggoli4, a maravalle5, a patrasso6, a porta inferi7, a Scesi8, la Prep. a introduit deslocatifs se référant à des lieux géographiques précis. Pour certains, il s'agit du théâtre d'événements historiques connus : andare a Buda9, a Canossa10. Mais le dictionnaire Battaglia recense également des segments verbaux curieux où le nom de lieu semble paronymique d'un verbe ou d'une structure « V. support N1 » auquel tout le segment « V Prép. N. Loc. » se substituerait : andare a Piacenza pour piacere, andare a Lodi pour lodare, andare a Verona pour dire la verità :

1. Papa Pio diceva che ognuno andava volentieria Piacenza e a Lodi, maa Veronanon viandavapersonaVespasiano Bisticci, Vite di uomini illustri del sec. XV.
2. Lodovicoa piacenzaandarnon vole, / perchè cognosce i diavoli romitiBernardo Bellincioni, Sonetti, canzoni, capitoli, sestine e altre rime.
3. Usansi ancora in vece d'adulare… andare aPiacenza, ovvero alla Piacentina – Benedetto Varchi, l'Ercolano.

  • 11  L'apocope de la finale verbale est un phénomène très fréquent dans la langue orale et les dialecte (...)

N. Loc. peut également résulter de l'apocope de l'affixe de l'infinitif qui compose la structure : andare a carpire « prendre, arracher » > andare a Carpi11:

4. Che il giorno vanne a Carpi ed a Borselli / e la notte al Bargel porta il lancione – Lorenzo Lippi, Il malmantile racquistato.

La substitution de la marque affixale de l'infinitif girare par le suffixe augmentatif girone détermine un changement catégoriel qui favorise le glissement vers un nom de localité :

  • 12  « Uomo che gira, intendiamo pazzo e però servendoci della voce Girone, che è un villaggio vicino a (...)

5. Ond'ei si cuoce, e perché ei va a Girone, /la favola divien dell'universo – Lorenzo Lippi, op. cit.12

5Ailleurs, le nom de lieu se substitue à un autre substantif, sans le changement catégoriel que l'on observe dans les exemples précédents. L'aphérèse de la voyelle initiale d'Avignone permet la substitution paradigmatique avec vigna, « la vigne » (où l'on maraude ?) :

6. Che parte per la via vanno a Vignone, / e parte fanno un sonno a piè d'un fico. – Lorenzo Lippi, op. cit.

6Il faut supposer l'ellipse d'un verbe pigliarsi pour dériver Legnaia des legnate, coups de bâtons que l'on recevrait :

7. Ma e' non lo crede, s'ei non va a Legnaia – Lorenzo Lippi, op. cit.

7Enfin Fuligno résulte d'une composition à partir de deux parties du gibet : fu(ne), la corde, dont la syllabe atone est syncopée et legno, le bois de la potence, avec fermeture de e > i,conditionnée par la palatale de la syllabe postérieure.

8. Andare a Fuligno (note al Malmantile),pour « être pendu ».

  • 13  Tzvetan Todorov, Les genres du discours, Paris, Seuil, 1978, chapitre « le mot d'esprit », pp. 290 (...)
  • 14  Anne Hébert,Calembour et paronomase, in « Verbum », Presses Universitaires de Nancy, n° 1-2-3 / 19 (...)

8Pour reprendre les termes de Tzvetan Todorov13, le « premier sens exposé (ou donné) » réfère à une toponymie qui ne fonctionne pas dans l'isotopie de l'énoncé et cette incongruité syntagmatique entraîne l'auditeur à chercher une interprétation nouvelle, le « sens imposé ». Or, ici, le mot d'esprit ne fonctionne pas sur un paradigme strictement catégoriel, mais c'est la composante phonologique qui ouvre sur un paradigme sémantique possible. L'assonance construit un lien entre le locatif et le verbe distributionnel occulté et rétablit la continuité référentielle. Paronomase ou calembour ? Parce qu'il y a substitution et non adjonction, parce que les classes syntaxiques des éléments phoniques proches sont différentes, nous parlerons plutôt de calembours14.

Fortune et infortunes de ce type de segment

  • 15  Pasquale Stoppelli & Eugenio Picchi (éds.) LIZ 3. Letteratura italiana Zanichelli, CD-ROM dei test (...)

9La tentation était grande d'en chercher d'autres emplois. Dans l'important corpus littéraire que constitue la LIZ.315, Lodi (239 occurrences), Verona (76), Carpi (310), Piacenza (41) fonctionnent essentiellement comme de véritables toponymes référentiels. Nous n'y avons trouvé que deux citations supplémentaires. Au début de l'Astolfeida, lorsque l'Arétin situe son œuvre par rapport à celles de Pulci et d'Arioste, il utilise librement les éléments du segment (1) :

9. (…) io più lontan, per diverso sentiero, / diro' il ver da Verona con bei modi, / la via lassando di Piacenza e LodiPietro Aretino, Astolfeida, Canto I, 10-12.

Et Goldoni reprend deux fois dans Le smanie per la villeggiatura, l'expression citée en (5) :

10. Sabina : (…) Mi ha detto ier sera, ch'io l'aspettassi questa mattina a bevere la cioccolata nella mia camera, e non si è ancora veduto : va tutto il di' a girone ; ha cento visite, ha cento impegni. (II, 2,5)
11. Giacinta : Io non so, come facciano quelle, che vanno tutto il giorno a girone per la città. (II, 12,19)

  • 16  Pierre Guiraud, les locutions françaises, cit., pp. 95-97. Alain Rey & SophieChantreau Dictionnair (...)
  • 17  Pierre Guiraud, qui en retrace souvent la filiation dialectale, les considère plutôt comme des phé (...)

Ces croisements de forme, dont les témoignages italiens écrits se concentrent sur quelques siècles, existent également en français. Les recueils de locutions qui les recensent16 les identifient comme relevant de la langue populaire ou argotique17. Quelquefois, elles ne sont compréhensibles qu'en se référant à l'ancien français ou aux dialectes. Il s'agit de :

12. Aller à Angoulême : pour manger, du poitevin engouler « mettre dans la goule » (le gosier), usitée au XVIIème (Oudin).
13. Aller à Avallon :de avaler, « faire tomber ».
14. Aller à Cachan : pour se cacher (XVIIème, in Oudin).

15. Aller à Cracovie (argot ancien) : sur craque « mensonge » et craquer, « mentir ». On disait aussi avoir ses lettres de Cracovie « avoir un brevet de menteur ».

  • 18  A. Rey & S. Chantreau, op. cit., p. 635. « La locution Battre à Niort est attestée vers 1900 chez (...)
  • 19  Pour P. Guiraud (Les locutions, cit. p. 97) sens obscène comme aller à Béziers, en Perse, à Anvers(...)

16. Aller à Dourdan : « être battu », de dourder « frapper ».
17. Aller à Niort : pour nier, attestée dès le XVIIème s. (Oudin) et au début du XIXème s. chez Vidocq18.
18. Aller à Rouen : « être dans une situation délictueuse et misérable » sur rouer et ruiner (prononciation dialectale).
19. Aller à Saint Bezet : « ne pas tenir en place », de beser, « courir çà et là ».
20. Aller à Turin : « revenir bredouille de la chasse », de « tue rien » (prononciation dialectale).
21. Aller à Versailles :sur verser « verser, culbuter dans le fossé »19.

  • 20  http://zeus.inalf.cnrs.fr/frantext.htm. Les périodes couvertes vont du XVème au XXème siècle.
  • 21  Ernesto Ferrero, Dizionario storico dei gerghi italiani – Dal Quattrocento a oggi, Milan, Mondador (...)

10Et de même qu'une recherche sur le corpus littéraire de LIZ.3 n'avait abouti qu'à des résultats décevants, une quête sur Frantext20 reste infructueuse. L'ouverture sur l'argot, suggérée par les sources françaises, a enrichi notre corpus italien d'un autre toponyme in Picardia pour « essere impiccato »21 attesté dans deux emplois littéraires :

22. Sto in gran pericolo
che un giorno io mi creda essere in Italia
e ch'io mitruovi in Piccardia – Ariosto, Il Negromante.
23. Sendo trovato, vien
senza processo caldo caldo mandato in Piccardia – Lippi (op. cit.)

Un phénomène argotique ou de langue familière ?

  • 22  Marcel Cohen, Notes sur l'argot, in « Bulletin de la Société de linguistique de Paris », XXI, 1919 (...)
  • 23  Carla Marcato, Linguaggi gergali in Lexikon der Romanistischen Linguistik, vol. IV, Tübingen, Niem (...)
  • 24  Pierre Guiraud, L'argot, Paris, PUF, 1976 (7° éd.), p. 82 s.v.

11Les mécanismes de formation à l'origine de ces jeux de mots (suffixation, troncation) appartiennent à la langue. Depuis le célèbre article de Marcel Cohen22, on s'accorde pour considérer l'argot comme une langue parasitaire puisqu'il greffe des créations lexicales sur la structure syntaxique de la langue qui l'accueille : il ne fait qu'hypertrophier certaines potentialités de celle-ci. Parmi elles, la troncation que l'on a observée sur Carpi pour carpire (4)23 et la suffixation (ici en œuvre avec les borse que l'on vole > Borselli, vigna > vignone). L'affixation parasitaire s'y produit avec une certaine désinvolture pour les contraintes catégorielles de la grammaire24 comme dans nos matériaux où l'augmentatif -one (girone) est soudé sur un radical verbal (et non nominal), -enza sur piacere crée un déverbal abstrait incongru après un verbe de mouvement et où le dénominal -ia (Picardia), d'ordinaire lieu d'une activité, désigne ici un état subi.

12Les exemples français relèvent eux aussi de la dérivation et présentent la même marge de liberté par rapport à une orthodoxie du procédé.

  • 25  Id., Le jargon de Villon ou le Gai Savoir de la Coquille, Paris, Gallimard, 1968, p. 48.

13D'autres détails conduiraient à apparenter ces expressions à l'argot. Le jeu sur les « vendangeurs » (coupeurs de bourses, de cartes) a un antécédent chez les Coquillards25 :

  • 26  Peine classique appliquée aux voleurs.

Car vendangeurs des ances circumcis / Sen brou et du tout aneaut (I, 7-8)
Car les voleurs circoncis des oreilles26 / S'en vont au plus complet néant

  • 27  Pierre Guiraud, Le jargon de Villon, cit., p. 9. L’auteur aborde ce phénomène à propos de aller à (...)
  • 28  Carla Marcato, Linguaggi gergali, cit., (p. 263, §. 5.1.4.) indique bolla del fiore pour Florence, (...)
  • 29  Cela est évident avec aller à Montretout (A. Rey & S. Chantreau, cit., p. 612) « passer une visite (...)

14Il en est de même pour le calembour sur les toponymes27. Peut-être aussi, le jeu sur des noms de villes était-il d'autant plus facile qu'en argot, les villes elles-mêmes étaient quelquefois désignées par des périphrases28. Si bien que si l'on cherche en vain Legnaia, petit bourg près de Florence, comme l'indiquent les lexicographes du Dictionnaire Battaglia, ou Girone, qu'importe ? C'est le jeu qui prévaut et les lieux peuvent être imaginaires29.

  • 30  Glauco Sanga, Gerghi, cit., p. 162.
  • 31  Nancy Huston, Dire et interdire - Éléments de jurologie, Paris, Payot, 1980, p. 79.

15Dans la substitution vigna > vignone, un [a] antérieur laisse la place à un [o] vélaire, selon une alternance vocalique que G. Sanga30 a relevée pour l'argot et Nancy Huston31 observée dans d'autres dévalorisations.

  • 32  P. Imbs (dir) Trésor de la Langue Française, CNRS, 1973, tome 2, p. 555, (c).

16Mais au-delà du simple jeu sur un/des mots, il me semble intéressant de souligner la structure morpho-syntaxique portante qui, à mes yeux, constitue la matrice sans laquelle le calembour n'eût pu être si fécond. Français et italien possèdent une structure locative Aller à / andare a où « le terme du mouvement est indiqué par un substantif désignant le lieu où se déroule une activité ou bien par un substantif d'action ou un substantif équivalent aller au bal, à la chasse […] »32 et pour l'italien andare al ballo, a caccia. Cette structure a un éventuel doublet distributionnel où le terme du mouvement est signifié par un verbe aller danser, chasser / andare a ballare, a cacciare. La possibilité d'une substitution d'un nom de lieu par un verbe qu'un même sémantisme lie, est inscrite dans la langue.

  • 33  « Les verbes supports ont été introduits par Z. S. Harris en 1964 en vue de traiter syntaxiquement (...)

17D'autre part, en italien comme en français, existent des structures à verbes support33 parallèles à un verbe distributionnel aller à l'attaque // attaquer, aller à l'assaut // assaillir aller/andare introduit un N qui porte toute la charge prédicative comme le font nos toponymes de fantaisie. Cette remarque va dans le sens de la précédente.

  • 34  Patrizia Violi, La spazialità in moto. Per una semiotica dei verbi di movimento, in « Versus, Quad (...)
  • 35  Patrick Charaudeau, Grammaire du sens et de l'expression, Paris, Hachette, 1992, p. 417.

18On peut s’interroger sur les raisons qui ont poussé à préférer aller/andare à un autre verbe. Est-ce sa valeur aspectuelle ? Le mouvement est ici parcours orienté vers un but34 et ces locutions verbales traduisent l’intention délibérée d’un sujet (nier, cacher, etc.). La présence de la Prep. a n’est peut-être pas étrangère à ce sémantisme ; en effet, elle « précise que le mouvement est continu et que l'atteinte de la référence est envisagée »35.

19D’autre part, les deux langues possèdent également une structure où S. Prép revêt un aspect modal « Aller à N [manière] » Aller à l'économie ; andare a gonfie vele / a testa bassa. Or ces calembours désignent en partie aussi une attitude. Ils semblent donc résulter du croisement d’un faisceau de potentialités de la langue phonologiques et également syntactico-sémantiques.

Pourquoi une telle pointe d'emplois, au sens statistique du terme, au XVème et XVIèmesiècles?

20On peut établir une relation entre les signifiés de ces expressions et certains aspects de la vie précaire et de subterfuge des marginaux : le larcin andare a Carpi e Borselli, la tromperie Andare a Lodi et son contraire, andare a Verona, enfin, leur issue inconfortable à savoir les mésaventures avec la justice Andare a Legnaia, a Fuligno et in Picardia.

  • 36  Distique aux nombreuses variantes, extrait d'un traité de la 2ème moitié du '400 in Piero Campores (...)

Con arte e con inganno si vive mezzo l'anno !
con ingegno e con l'arte si vive l'altra parte.36

  • 37  Carla Marcato, Linguaggi gergali, cit., p. 259.
  • 38 « Qui saranno stasera di be' pesci », in Luigi Pulci, Morgante e lettere (a cura di Domenico De Rob (...)
  • 39 Dizionario biografico degli italiani, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, Roma, 1970, pp. 6 (...)
  • 40  Enciclopedia italiana fondata da Treccani, Roma, 1950, vol. XXXV, p. 218.

21L'intérêt du cercle des Médicis pour le furbesco est bien connu des spécialistes de cette époque. On cite souvent Pulci37 qui composa une « frottola » (gendero smilzo del tuo tavoliero), rédigea une lettre à Laurent de Médicis38, échangea des sonnets en argot avec Matteo Franco à la suite d'une dispute avec celui-ci (entre 1474 et 1475) et dont le Margutte prononce une profession de foi émaillée de termes empruntés à ce sociolecte (Morgante, chapitre XVIII, §. 115-149). Bernardo Bellincioni (1452-1492), autre protégé de Lucrezia Tornabuoni, comptait parmises amis39. Vespasiano Bisticci(1421-1498) dont la boutique constitua un rendez-vous littéraire de 1440 à 1480, fut un pourvoyeur de manuscrits pour les bibliothèques des Médicis40.

Mais le co-texte des expressions citées dans le Dictionnaire Battaglia n'ont rien de la densité lexicale des écrits de Villon ou de Pulci et en particulier, de sa lettre à Laurent.

  • 41  Manlio Cortelazzo, Avviamento critico allo studio della dialettologia italiana, vol. 1 Problemi e (...)
  • 42  Carla Marcato, Linguaggi gergali, cit., p. 258 : « Costituisce la più importante fonte gergale ita (...)

22Deux interprétations sont alors possibles. La première est celle d'insertion de mots d'argot par curiosité philologique ou par simple jeu41. Mais ces écrits sont antérieurs au Nuovo Modo de intendere la lingua zerga d'Antonio Brocardo, édité à Ferrare en 154542.

23Et si l'on considère le statut des écrits répertoriés, il y a tout lieu de penser qu'il s'agit d'indices écrits d'un état de langue quotidien : Le vite de Vespasiano Bisticci sont les considérations, sans prétentions littéraires, d'un lettré florentin sur ses contemporains dans sa retraite de l'Antella. Les écrits de Bellincioni, familier du cercle des Médicis puis de celui des Sforza, sont quelquefois utilitaires. Le fait que Benedetto Varchi (1503-1565), très attentif aux problèmes de langue, ait éprouvé le besoin d'expliciter l'usage de ces expressions (3) nous conforte dans cette hypothèse ; tout comme le jeu très libre de Pietro Aretino (1492-1556) sur les composantes des calembours (9).

24On remarquera également que les expressions utilisées par ces auteurs (andare a Verona, Piacenza e Lodi) constituent une critique euphémique de louanges excessives ou d'une réticence à parler avec franchise. Il s'agit de travers sociaux qui ne sont pas spécifiques aux marginaux mais que l'on observe dans tout groupe social où joue la rivalité. Et le cercle florentin que connut Bisticci, le milieu milanais où vécut Bellincioni n'en étaient pas dépourvus.

  • 43  Paolo D'Achille, Sintassi del parlato e tradizione scritta della lingua italiana, Roma, Bonacci, 1 (...)

25Malgré et à cause de la modestie de leur prétention littéraire, ces citations constituent sans doute des témoignages de cette langue parlée ancienne pour l'étude de laquelle on ne disposera jamais de corpus vraiment satisfaisants43.

  • 44  Carla Marcato, Linguaggi gergali, cit., p. 257.

26Quant aux expressions qui apparaissent sous la plume du peintre et poète Lorenzo Lippi (1606-1665), elles méritent un sort à part. Son Malmantile racquistato, du nom d'un château en ruine aux environs de Signa, est une parodie héroï-comique de la Jérusalem libérée. Chez lui, les jeux sur la langue sont éléments constitutifs de son projet littéraire44. On notera d'ailleurs que ses calembours sont plus variés.. Nous sommes dans une langue ludique dont les résultats ne sont pas sans affinité avec l'argot par l'exubérance des jeux formels ; mais là s'arrête la comparaison.

Conclusion

  • 45  Un rapide examen de dictionnaires ne m’a permis de déceler en anglais que des toponymes servant à (...)

27Sous un même mécanisme de formation, nos citations relèvent, en fait, de trois secteurs diaphasiques différents : faits de langue familière en toscan (1, 2, 3, 9, 10, 11) et dans les dialectes français (12, 16, 18, 19, 20), l’argot les a cryptés (14, 15, 17) et un courant littéraire (Lippi 4, 6, 7, 8) y a eu recours à des fins esthétiques.
Par leur côté anecdotique et plaisant, ils constituent des miroirs grossissants du fonctionnement de la langue. Et, n’est-ce pas une revanche pour des auteurs d’envergure littéraire modeste (Bellincioni et Bisticci) que d’avoir permis de recomposer une sorte de continuum linguistique parcourant nos deux langues ?
On aimerait en savoir davantage sur la fortune de ces jeux dans d’autres dialectes que le toscan et au cours des siècles mais il faudrait ici des compétences de dialectologue que je n’ai pas. D’autre part, le repérage d'un jeu de même nature dans deux langues voisines mène tout naturellement à s’interroger sur son existence dans d’autres langues qui possèdent la même charpente morpho-syntaxique45. Ma non andiamo a girone !

Haut de page

Notes

1  Salvatore Battaglia, Grande dizionario della lingua italiana, Torino, U.T.E.T., 1961, vol. 1, entrée andare, §. 36 « locuzioni », pp. 454-457.

2  Cette dernière expression, souvent entendue en Vénétie, relève en fait, des mêmes phénomènes qui seront analysés ici, à savoir d'une suffixation de type argotique en -engo sur ramo « bastone ». Cf. Glauco Sanga, Gerghi, in Alberto, A. Sobrero (éd.) Introduzione all’italiano contemporaneo - la variazione e gli usi, Bari, Laterza, 1996, p. 162.

3  Nous utilisons ici un étiquetage d'inspiration harrissienne, utilisé par l'équipe du L.A.D.L, dirigée par Maurice Gross, à l'Université de Paris 7 - Jussieu.

4  Pour « à - papa - je revois - là » < l'appellatif toscan babbo, antéposé à rivedo dont l'occlusive [d] a été affriquée et enclise de l'adverbe de lieu : Chi ama di durar fatica in questo mondo, e di scalmanarsi a vanvera, corre risico di perdere la sanità, e quel che più importa di andarsene prima del suo tempo a babboriveggoli - Francesco Redi.

5  Peut-être de mala valle avec rhotacisme de la liquide :

E così ce n'andiamo a maravalle / presto presto – G. M. Cecchi, Commedie inedite.

6  L'expression existe en français : aller ad patres. Elle reprend les paroles de Yahvé à Abraham, dans l'Ancien Testament (Genèse, XV) : « Tu autem ibis ad patres tuos in pace, sepultus in senectute bona ». On y voit aussi un jeu de mot sur la ville de Patras, célèbre pour le martyre de Saint André, mais ne s'agit-il pas de ce que P. Guiraud (in Les locutions françaises, Paris, PUF, 1973, p. 70, s.v.) classerait parmi les « pseudo-motivations » ou remotivations ?

7  La latinisation du mot enfer permet de le présenter, de façon euphémique, comme simple qualificatif d'un élément familier du cadre urbain, une porte de la ville : Non è il medico / in casa ? – Evvi, so dire, e a bisogno ; / la nostra sposa ne va a porta inferi / per le poste – G. M. Cecchi, Commedie inedite.

8  Pour « descendre (aux enfers) », sur le participe passé au pluriel de scendere. L'aphérèse sur Assisi est fréquente hors du domaine imagé, de même qu'au niveau sémantique, la métaphorisation de la mort comme descente (cf. George Lakoff & Mark Johnson, Les métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Éd. de Minuit, 1985, p. 25 s.v.). Forte gridando : oimè ch'io vado a Scesi, / pel mal che viene in bocca alla gallina — Lorenzo Lippi, Il Malmantile racquistato.

9  Par allusion au siège dévastateur de la ville, au XVIIème siècle.

10  Le futur empereur germanique Henri IV y fit amende honorable devant le pape Grégoire VII durant la Querelle des Investitures, le 28 janvier 1077. D'où l'expression, fréquente également en français, qui signifie « s'humilier devant son adversaire ».

11  L'apocope de la finale verbale est un phénomène très fréquent dans la langue orale et les dialectes (cf. Gerhard Rohlfs, Grammatica storica della lingua italiana e dei suoi dialetti, Torino, Einaudi, 1968, vol. 2 « Morfologia », §. 612, p. 359). Cette hypothèse, qui repose sur un phénomène amplement vérifié, me semble plus plausible que celle d'un verbe au passé simple, proposée par les lexicographes du dictionnaire Battaglia.

12  « Uomo che gira, intendiamo pazzo e però servendoci della voce Girone, che è un villaggio vicino a Firenze, copertamente intendiamo uno, che fa delle pazzie ». Note al Malmantile, in Salvatore Battaglia, op. cit.

13  Tzvetan Todorov, Les genres du discours, Paris, Seuil, 1978, chapitre « le mot d'esprit », pp. 290-291.

14  Anne Hébert,Calembour et paronomase, in « Verbum », Presses Universitaires de Nancy, n° 1-2-3 / 1993 Rhétorique et Sciences du langage, p. 115.

15  Pasquale Stoppelli & Eugenio Picchi (éds.) LIZ 3. Letteratura italiana Zanichelli, CD-ROM dei testi della letteratura italiana, Bologna, Zanichelli, 1995, 3° éd.

16  Pierre Guiraud, les locutions françaises, cit., pp. 95-97. Alain Rey & SophieChantreau Dictionnaire des expressions et locutions, Paris, Les Usuels du Robert, 1979 (Pour ne pas alourdir le texte de notes, nous mêlerons les informations fournies par ces deux ouvrages). Mais ce type d'expression ne figure pas dans le Dictionnaire des locutions en Moyen français de Giuseppe Di Stefano, Montréal, Ceres, 1991 ni dans le Dictionnaire du français parlé de Charles Bernet & Pierre Rézeau (Seuil, 1989). Claude Duneton & Sylvie Claval, Le bouquet des expressions imagées (Paris, Seuil, 1990) citent Aller à Dourdan, p. 825 et à Rouen, p. 878.

17  Pierre Guiraud, qui en retrace souvent la filiation dialectale, les considère plutôt comme des phénomènes de langue familière. Les références à Oudin (Curiosités françaises ou Recueil de plusieurs belles propriétés avec une infinité de proverbes et de quolibets, 1640, réédité à Genève par Slatkine en 1971) sont le fait d'Alain Rey et de Sophie Chantreau.

18  A. Rey & S. Chantreau, op. cit., p. 635. « La locution Battre à Niort est attestée vers 1900 chez Bruant et le malfaiteur lyonnais Nouguier. Battre y a son sens argotique de « simuler, feindre » (comme dansbattre le job et battre la dingue, « faire le niais, simuler la folie »). Les deux formes Battre Niort (Bruant) et Battre à Niort étaient en concurrence ; la seconde, qui a prévalu, s'explique par attraction avec l'expression synonyme plus ancienne aller à Niort. »

19  Pour P. Guiraud (Les locutions, cit. p. 97) sens obscène comme aller à Béziers, en Perse, à Anvers. Pierre Guiraud cite également des jeux plus faciles tant le procédé est productif comme aller à Crevan (« mourir »), à Dormillon (« dormir »). Le verbe porteur peut différer être de Lunel (être « fou / lunatique »), le lieu s'élargir à une région aller en Cornouailles (« être cocu » < corne). Un domaine technique fait usage du procédé, par un calembour sur la première personne du verbe remanier (je r(e)manie) > aller en Germanie « remanier une épreuve typographique ». Avec des segments comme aller à Pampelune (« aller au diable » avec un jeu sur la finale loin / lune) ou créés sur envoyer (envoyer à Vatan), nous rejoignons l'aire sémantique qui a déclenché cette recherche, à savoir le rejet vers un lieu lointain.

20  http://zeus.inalf.cnrs.fr/frantext.htm. Les périodes couvertes vont du XVème au XXème siècle.

21  Ernesto Ferrero, Dizionario storico dei gerghi italiani – Dal Quattrocento a oggi, Milan, Mondadori, 1996, p. 256. « È il più famoso e tipico bisticcio furbesco sui toponimi (Modo Nuovo) […] è anche del furbesco veneziano del Settecento (Patriarchi) ».

22  Marcel Cohen, Notes sur l'argot, in « Bulletin de la Société de linguistique de Paris », XXI, 1919, pp. 132-147.

23  Carla Marcato, Linguaggi gergali in Lexikon der Romanistischen Linguistik, vol. IV, Tübingen, Niemeyer, 1988, p. 262.

24  Pierre Guiraud, L'argot, Paris, PUF, 1976 (7° éd.), p. 82 s.v.

25  Id., Le jargon de Villon ou le Gai Savoir de la Coquille, Paris, Gallimard, 1968, p. 48.

26  Peine classique appliquée aux voleurs.

27  Pierre Guiraud, Le jargon de Villon, cit., p. 9. L’auteur aborde ce phénomène à propos de aller à Ruel (« s'engager dans une échauffourée », « faire de la résistance » à l'occasion de quoi « on rue son adversaire en lui assenant des coups qui le jettent en bas ») qui est le sujet de la ballade II.

28  Carla Marcato, Linguaggi gergali, cit., (p. 263, §. 5.1.4.) indique bolla del fiore pour Florence, bolla del santo pour Padoue, B. della lenza pour Venise, Bolla del biss (biscione de l'emblème) pour Milan, etc. Sur la base des données du Nuovo modo, Paolo Trovato (Storia della lingua italiana, il primo Cinquecento, Bologna, il Mulino, 1994, p. 367) cite également bolla del sale pour Bologne, bolla del duroso pour Ferrare et bolla della santa pour Rome.

29  Cela est évident avec aller à Montretout (A. Rey & S. Chantreau, cit., p. 612) « passer une visite médicale » et spécialement, pour une prostituée, la visite sanitaire obligatoire (1878) ». Quelquefois « le jeu de mots est transparent. Trop sans doute au gré des utilisateurs argotiers, qui, employant la métonymie spatiale entre Arcueil et Cachan, le transformèrent parfois en aller à Arcueil, indéchiffrable. », ibidem, p. 136.

30  Glauco Sanga, Gerghi, cit., p. 162.

31  Nancy Huston, Dire et interdire - Éléments de jurologie, Paris, Payot, 1980, p. 79.

32  P. Imbs (dir) Trésor de la Langue Française, CNRS, 1973, tome 2, p. 555, (c).

33  « Les verbes supports ont été introduits par Z. S. Harris en 1964 en vue de traiter syntaxiquement les relations de nominalisation. Celles-ci prennent la forme de relations transformationnelles (i.e. relations d'équivalence entre deux phrases) comme Bob a sauté = Bob a fait un saut. » Maurice Gross, La fonction sémantique des verbes supports, in Béatrice Lemiroy (éd.), Le lexique-grammaire, « Travaux de Linguistique », Bruxelles, Duculot, 1998, p. 25. Les verbes supports faire, avoir, être + Prép., mettre ont fait l'objet de travaux approfondis de la part de l'équipe du LADL ; le verbe aller n'a pas encore donné lieu à une étude systématique.

34  Patrizia Violi, La spazialità in moto. Per una semiotica dei verbi di movimento, in « Versus, Quaderni di studi semiotici », n° 73/74, Milano, Bompiani, 1996, p. 85 : « Non bisogna infatti dimenticare che ogni movimento presuppone una finalità (si parla di « progettualità motoria ») ; ciò implica introdurre nell’analisi un’altra dimensione costitutiva del movimento : l’intenzionalità ».

35  Patrick Charaudeau, Grammaire du sens et de l'expression, Paris, Hachette, 1992, p. 417.

36  Distique aux nombreuses variantes, extrait d'un traité de la 2ème moitié du '400 in Piero Camporesi (éd.), Il libro dei vagabondi. Lo « Speculum cerretanorum » di Teseo Pini. « Il vagabondo » di Rafaele Frianoro e altri testi di « furfanteria », Torino, Einaudi, 1973, pp. LXXXIX-XC et cité par Carla Marcato, Il gergo, in Luca Serianni & Pietro Trifone (éds.) Storia della lingua italiana, Turin, Einaudi, vol. 2 « Scritto e parlato », 1994, p. 765.

37  Carla Marcato, Linguaggi gergali, cit., p. 259.

38 « Qui saranno stasera di be' pesci », in Luigi Pulci, Morgante e lettere (a cura di Domenico De Robertis), Florence, Sansoni, 1984, Lettera LII, pp. 1007-1008. Cette lettre a fait l'objet du second article de Franca Ageno Tre studi quattrocenteschi, in Studi di filologia italiana, XX, 1962, pp. 84-93.

39 Dizionario biografico degli italiani, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, Roma, 1970, pp. 687-689.

40  Enciclopedia italiana fondata da Treccani, Roma, 1950, vol. XXXV, p. 218.

41  Manlio Cortelazzo, Avviamento critico allo studio della dialettologia italiana, vol. 1 Problemi e metodi, Pise, Pacini, 1969, p. 227. « Ecco che s'impone una riserva di non trascurabile importanza : fino a che punto è leggittima la catalogazione di " gergale ", con la quale facilmente s'inquadrano voci sparse in un contesto d'altra natura, le quali sappiamo per altra via appartenere al furbesco ? […] Per questo occorrerà distinguere la frase, il periodo o i dialoghi totalmente in gergo dall'usufruizione di talune parole, che denunciano solo un contatto intimo, ma non una confusione, con coloro che di quel gergo facevano, all'occorrenza, uso comune. »

42  Carla Marcato, Linguaggi gergali, cit., p. 258 : « Costituisce la più importante fonte gergale italiana del XVI° sec. Ed è stata compilata certo per quei letterati che intendevano usare il gergo nei loro scritti, specie componimenti in poesia, cosa frequente nel Cinquecento, il periodo di maggiore espansione delle società dei furbi, dei bianti, dei pitocchi etc. »

43  Paolo D'Achille, Sintassi del parlato e tradizione scritta della lingua italiana, Roma, Bonacci, 1990, pp. 12-13.

44  Carla Marcato, Linguaggi gergali, cit., p. 257.

45  Un rapide examen de dictionnaires ne m’a permis de déceler en anglais que des toponymes servant à désigner l'enfer To go to Halifax, to Hanover (par référence au mauvais gouvernement de Georges), to Jericho (début XIXème), to Putney (1840), to Hong-Kong (In Eric Partridge, A Dictionary of Slang and Unconventional English, London & New York, Paul Beale, 1984), ou encore des métaphores dues à des réalités culturelles spécifiques : - To go to Bath = devenir un mendiant (ibidem) - andar à Malta (en Brésilien) = fuir la justice, vagabonder, ne pas avoir de domicile fixe (par référence à la vie nomade des Maltais) in Antonio Noguieira Santos Novos dicionarios de espressões idiomàticas, Lisbonne, Joao sà da Costa, 1998. Cette quête mériterait évidemment un développement à elle seule.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/2, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

Catherine Camugli-Gallardo, « Andiamo a Lodi ? No, a Verona ! De jeux phoniques en italien ancien », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 24 décembre 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/2374 ; DOI : 10.4000/italies.2374

Haut de page

Auteur

Catherine Camugli-Gallardo

Université de Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org