Navigation – Plan du site
"Humour et faits de langue"

Est-ce ? Est-ce A ? De quelques pluriels surabondants

Jacqueline Brunet
p. 103-138

Résumé

Jacqueline Brunet aborde les tracas que cause la surabondance de certains pluriels (en -i ?, en -a ? en -e ?) en s’appuyant sur trois mots – dito, orecchio, ginocchio – choisis d’une façon qui n’est sans doute pas aussi arbitraire qu’elle veut bien l’annoncer, car ils donnent lieu à quelques savoureux exemples. Dans cette farandole de doigts, d’oreilles et de genoux, accordés avec tant de liberté par d’éminents écrivains contemporains, les « locuteurs non italophones » peuvent se sentir perplexes, mais les plus scrupuleux en sortent rassurés.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

grammaire, linguistique

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Le pluriel en italien. Pour un locuteur étranger, ce n'est pas une question de tout repos. Ces -a qui se transforment en -e, ces -e qui deviennent -i, ces -co qui hésitent entre -chi et -ci, ces amis belges qui jouent les originaux, etc., etc. Et que dire de ce pluriel quand il se paie le luxe d'être double et transforme le -o singulier soit en -i – ce qui ne devrait pas surprendre – soit en -a ? Passe encore sur l'étrangeté de ce -a comme marque de pluriel, que seuls ceux qui ont quelque connaissance du latin – espèce devenue rare – comprennent et admettent. Reste le problème pratique : lequel de ces deux pluriels va-t-on bien pouvoir choisir ? Secourables, les grammaires et les dictionnaires proposent parfois quelques critères : il faudrait distinguer le propre du figuré, le particulier du collectif. Mais on sait bien que ces distinctions, le plus souvent, ne résistent pas à l'épreuve des faits.

2Notre propos n'est pas de partir à la recherche d'une solution miracle, de tenter d'élaborer un mode d'emploi commode et reposant. Il viserait plutôt à contribuer à montrer la vanité de ces critères et, si possible – pourtant sans diabolique intention de décourager les bonnes volontés – à augmenter la perplexité en présentant des phrases trouvées sous la plume d'auteurs italiens, en très large majorité contemporains, qui souvent oscillent d'une forme à une autre pour des raisons qui sont loin d'être limpides.

3Nous avons retenu, de façon tout à fait arbitraire, trois mots : dito, ginocchio et orecchio, ce dernier présentant la particularité supplémentaire d'être surabondant dès le singulier.

  • 1  Les références concernant ces grammaires et dictionnaires seront souvent données sous une forme ab (...)
  • 2  Pour répondre au même souci d'alléger ce texte, les références complètes des auteurs et œuvres cit (...)

4La méthode choisie ici est celle que nous suivons dans notre Grammaire critique de l'italien, à savoir : un coup d'œil est d'abord jeté sur un certain nombre de grammaires et de dictionnaires1. Les indications ou recommandations qu'ils formulent sont ensuite confrontées à un corpus composé de phrases recueillies au fil des années, au hasard des lectures2. C'est dire qu'il ne s'agit pas d'une étude systématique et qu'en ces temps de dépouillement informatique, cette façon de procéder est désespérément – tout autant que délibérément – artisanale. Elle n'a aucune prétention scientifique et se contente de dégager, à partir des exemples relevés, quelques indications, quelques ordres de grandeur.

DITO

5L'appréciation la plus fréquemment formulée sur le double pluriel de dito est simple : on aurait dita pour l'ensemble des doigts, diti pour les doigts pris séparément. C'est ce qu’écrivent les grammaires les plus anciennes (ainsi Goidànich, 1919) et les plus récentes (Dardano-Trifone, Serianni, etc.), en passant par Battaglia-Pernicone, Lepschy, etc. – certaines mettant de vigoureux points sur les… i , ainsi F. Fochi, qui propose quelques phrases dont : « L'operaio ha lasciato tre diti sotto la trancia » et précise : « Si faccia ben attenzione all'ultimo caso, dove tre dita non sarebbe corretto » (p. 147).

Les dictionnaires partagent ce point de vue. L'un d'entre eux ajoute une information d'un autre ordre : pour M. C., Le dita est « assai più comune che I diti ». Ce qui trouve une confirmation implicite dans le fait que, si les quatre dictionnaires que nous avons utilisés mentionnent les deux pluriels, les exemples qu'ils proposent – dans lesquels ne figure aucun doigt « séparé » – ne comportent que la forme dita.

Curieusement, les auteurs des quelques grammaires françaises que nous avons consultées ne font état que de ce pluriel en -a; ainsi... G. Ulysse, aussi bien dans le Précis (p. 32) que dans A. Z. (§ 246), ainsi C. Cochi (p. 23) et les auteurs de la grammaire Robert (p. 283). Seules Bayle et Polard (p. 26) reprennent la distinction habituelle.

Distinction que plusieurs grammaires complètent par une précision importante : le pluriel en -a est également employé lorsqu'il s'agit d'indiquer une mesure et presque toutes citent : « due dita di vino ». Presque toutes seulement... car l'unanimité serait trop belle. Fogarasi préfère « due diti di vino » (p. 195). Autre point de désaccord : si, pour les dictionnaires de C. M., D. et Z. on doit dire « le dita dei guanti », le manuel A zonzo per l'Italia distingue (p. 40) « i diti del guanto / le dita della mano ».

Munis de ces conseils (ou de ces interdits et de ces quelques contradictions), tournons-nous vers notre corpus.

6Première impression globale : il corrobore largement l'appréciation du dictionnaire de C. M. : nous disposons, en effet, de 59 phrases qui comportent dita et de 6 où figure diti.

7Mais là s'arrêtent les constatations simples. En effet, si dans quelques-unes de ces phrases, dita représente bien la totalité des doigts – totalité clairement spécifiée (ex. 1) ou, plus fréquemment, déductible (ex. 2) – dans la majorité d'entre elles il s'agit bien de doigts « pris séparément ». Ils sont le plus souvent au nombre de 2 (35 exemples), quelquefois de 3 (4 ex.), plus rarement de 4 (2 occurrences, dont ex. 3) et exceptionnellement de 5 (ex. 4). Il arrive aussi que le nombre ne soit pas spécifié, il n'est question alors que de quelques doigts (poche, ex. 5) ; ou bien on tient un objet – le plus souvent une cigarette – « entre » ses doigts, ce qui en implique donc vraisemblablement 2 ou 3 mais pas l’ensemble des 10, ni même les 5 d'une main.

8Ces dita indiquent :

– conformément à l'analyse de la quasi totalité des grammaires et dictionnaires, une mesure, le plus souvent de liquide (eau, vin, whisky... ex. 6), plus rarement d'autre chose (ex. 7 et 8),

– mais aussi des gestes des doigts, pour figurer un nombre (ex. 9 et 10), pour exécuter un geste : saisir ou tenir (ex. 11 à 14), bénir (ex. 15), se signer (ex. 16), se boucher le nez (ex. 17), éteindre une bougie (ex. 18), etc., ou indiquer une simple position des doigts (ex. 19).

1. Ed ecco, infatti, dieci dita afferrarlo con violenza nello stesso punto.
CANCOGNI, P., p. 232.

2. [Doro] stava seduto sul suo asciugamano con le ginocchia tra le dita, fosco, inquieto [...].
PAVESE, S., p. 47.

3. Facevano così le dita del nonno che andavano giuste sulla tastiera cieca del violino. Anch'io sentivo dentro il corpo un'esattezza, facendo con i quattro punti d'appoggio la sagoma di un accordo, come le quattro dita di una mano sinistra.
DE LUCA, A. S., p. 87.

4. Sulla scaletta d'accesso, [Trubia] s'imbatté in Venera che scendeva, e lei, passandogli accanto, gli stampò sulla faccia cinque bellissime dita [...].
BUFALINO, A. C., p. 120.
5. [La Patrizia mangiava] spezzando il pane con poche dita della mano destra e poche della mano sinistra […] secondo movimenti ben precisi […].
CAMON, Q. S., p. 116.
6. Si versò due dita di whisky, pescò nel secchiello un residuo di ghiaccio, riprese con soddisfazione la sua lettura.
FRUTTERO-LUCENTINI, D. D. D., p. 102.
7. Sopra gli scoglietti neri, coperti di due dita di grasso, crescevano sterpaglie e piccoli rovi verdi.
PASOLINI, R. V., p. 25.
8. Ci sono mine sepolte sotto tre dita di terra, e ci sono mine a coppia, collegate con uno spago teso sotto la neve.
P. LEVI, S. N. O. Q., p. 72.
9. Il portiere [...] levò verso di lui due dita : secondo piano.
SCIASCIA, C., p. 84.
10. – Da quanto sei in Lager ?
– Tre anni, – e leva tre dita.
P. LEVI, S. Q. U., p. 34.
11. Alla fine rimase una sola fettina di salsiccia. Achille la tagliò in due, prese la sua metà e con due dita se la cacciò in gola.
BENNI, B. S. M., p. 59.
12. [La donna] stringeva la sigaretta accesa tra due dita, ma non fumava […].
MORAVIA, C., p. 218.
13. Jelly Roll prese la sigaretta tra le dita [...].
BARICCO, N., p. 39.
14. L'editore, che teneva tra due dita una fetta di salame [...], la lasciò cadere nel piatto di Mariarosa.
FRUTTERO-LUCENTINI, A. C. P. N., p. 271.
15. E ci benedisse, il vecchio bestemmiatore : levò due dita enormi e nodose, e ci benedisse [...].
P. LEVI, T., p. 251.
16. Furtivamente, Piotr si segnò con le tre dita riunite, alla maniera russa.
P. LEVI, S. N. O. Q., p. 246.
17. Rispondevo portando al naso due dita per tapparlo.
DE LUCA, A. S., p. 53.
18. [Lei] mise la sua [bocca] sopra il canto e lo spense come fanno due dita umide e svelte sopra una candela.
DE LUCA, A. S., p. 69.
19. La signora Maria stava con due dita puntate sul ginocchio e parlava dei suoi viaggi [...].
GINZBURG, T. N. I., p. 86.

  • 3  Notons au passage que la remarque – isolée – de A. Panzini (p. 43) : « le dita, i diti (Toscana) » (...)

9Face à cette quantité de dita, d'où proviennent nos rares diti ? L'un, dû à Fenoglio, se situe dans le contexte linguistique assez particulier du Partigiano Johnny (ex. 20), un deuxième figure dans un texte très poétique (ex. 21), les 4 autres offrent la particularité d'être utilisés par des auteurs qui jouent sur les deux tableaux : que l'on compare d'une part les phrases 22 et 23 de Cassola3, d'autre part les phrases 24 et 25 de Morante, laquelle brouille encore un peu plus les pistes en employant un -i pour l'ensemble des doigts (ex. 26, l'ex. 27 étant plus ambigu).

20. [Sua madre] era una cieca statua di riprovazione e di amore, di orgoglio e di terrore. E questo dicevano i suoi forti, resteless diti sulla sobria, rude stoffa partigiana di Johnny.
FENOGLIO, P. J., p. 186.
21. La paulownia apre ormai tutti i suoi diti lunghi e viola e profumati. Questo è l'anno della carestia, non fanno nube i suoi fiori.
MARETTI, A., p. 69.
22. - Soffre di dolori, – spiegò lei. – Li prese in trincea... Ebbe anche un piede congelato : gli mancano tre dita.
CASSOLA, S. A., p. 48.
23. Tu batti con due diti... Le dattilografe battono con tutt'e dieci.
CASSOLA, T. T., p 174.
24. « Due goal gli ho fatto, Gabetto ! DUE ! » ribadì, agitando trionfalmente due dita sotto il naso del giovanotto.
MORANTE, S., p. 568.
25. Useppe [...] non conosceva il gioco, [...] non faceva che imbrogliarsi con le sue manucce allegre, [...] sporgendo tre diti invece di due per fare le forbici...
MORANTE, S., p. 599.
26. Calcolando, Useppe mostrò prima una mano con tutti i diti aperti, indi l'altra mano con un solo dito alzato, che, nel ripensarci, ripiegò appena alle falangi.
MORANTE, S., p. 537.

27 .E poi, tirandogli uno dopo l'altro i diti, dal pollice in su, via via seguitava [...].
MORANTE, S., p. 290.

  • 4  Le problème semble se compliquer lorsque la construction est partitive. Satta, dans S. P. (p. 187) (...)

Cette dernière phrase permet de poser, au passage, le problème de l'interférence entre le singulier et le pluriel. Lorsque c'est le masculin qui est employé, comme dans l'exemple 27, la situation est simple. Mais lorsque le pluriel est féminin, que se passe-t-il pour le singulier ? Peu de grammaires en parlent. Panzini estimait (p. 42) que si le pluriel est bien féminin, « questo non vuol dire che il nome da maschio sia diventato femmina (domandò due uova e gliene dettero uno ) »4.

Nos deux exemples sont parfaitement contradictoires. Si Verga opte pour la solution préconisée par Panzini (ex. 28), Maraini, dans un texte contemporain, laisse le singulier au féminin (ex. 29) :

28. Per menare il remo bisogna che le cinque dita s'aiutino l'un l'altro.
VERGA, M., p. 7.
29. Ha cominciato a baciarmi le dita ad una ad una, era una cosa molto dolce [...].
MARAINI, V., p. 260.

Ce qui, nous semble-t-il, apparaît le plus clairement à la lecture de notre corpus est la très forte domination de la forme dita, ce qui corrobore parfaitement l'opinion formulée par le dictionnaire de C. M. et explique, sans peut-être la justifier totalement, l'absence même de la forme diti de quelques grammaires.

GINOCCHIO

10Les grammaires sont, en général, plus expéditives en ce qui concerne le mot ginocchio. La plupart d'entre elles se contentent d'enregistrer les deux pluriels, sans commentaires. Ou bien elles estiment qu'ils ne présentent pas de « sostanziale differenza di significato » – expression qui revient comme un leitmotiv. Belle liberté, mais comment le locuteur étranger va-t-il en profiter ? Au hasard de son inspiration ? Si, en cherchant bien, il lui arrive de trouver, dans quelques grammaires, des tentatives de formulation de ces critères qui pourraient, croit-il ingénument, rendre son choix moins arbitraire, il s'aperçoit vite qu'il lui faut déchanter. Ainsi le critère de fréquence, qui est sans doute le moins incertain, donne lieu aux appréciations suivantes : pour Fochi (en 1964, p. 148), « ginocchi va sempre più guadagnando terreno ». C'est aussi l'avis de Satta qui, dans S. P. (1988, p. 189) estime que « i ginocchi [...] prevalgono su le ginocchia ». Mais inversement, pour Regula-Jernej (1965, p. 87), la forme en -i est « meno comune ». C'est aussi l'avis de Ulysse dans le Précis (p. 33) et du dictionnaire de C. M. Notre corpus donne amplement raison à ces derniers. Ce qui n'est pas une raison, ici non plus, pour ignorer le pluriel en -i, comme le laisse entendre, par exemple, la grammaire Robert qui classe ce mot dans la catégorie de ceux qui n'ont que le pluriel en -a (p. 283).

11Un critère, évoqué pour le mot dito, à savoir -a pour un ensemble, -i pour des genoux pris séparément, est également suggéré pour ginocchio. Les dictionnaires de D. et de Z., par exemple, estiment que le pluriel ginocchia est employé « spec. con valore collettivo ». Passons sur le caractère assez approximatif que peut avoir la notion de genoux pris séparément et de genoux collectifs. Serianni a raison de balayer cette hypothétique distinction, car « in troppi casi i due usi si sovrappongono l'uno all'altro ». (p. 147)

12Dans les grammaires consultées, aucune n'aborde le critère tarte à la crème de sens propre/sens figuré. Certes, des genoux figurés seraient encore plus surréalistes que des genoux séparés ou collectifs, mais on aurait pu imaginer que ce critère soit à l'œuvre dans des expressions dites précisément « figurées ». Illusion et contradictions : c'est le pluriel en -a, que l'on dit habituellement réservé au sens propre, qui figure dans l'expression far venire il latte alle ginocchia. Et rien ne va plus pour les genoux sur lesquels on est censé se traîner lâchement : si le dictionnaire de C. M. conseille insudiciarsi i ginocchi, celui de Z. enregistre insudiciarsi le ginocchia. Comment s'y retrouver ?

13Ce n'est pas notre corpus qui proposera une solution. Il permet tout de même d'estimer, croyons-nous, compte tenu du nombre relativement élevé d'exemples, que le pluriel en -a est, tout simplement, nettement plus répandu que celui en -i : nous avons 147 occurrences du premier, 55 du second. Mais à partir de là, tout vacille.

Chez les auteurs qui composent ce corpus, certains ne pratiquent que le pluriel en -a. Impossible de dégager une caractéristique régionale ou temporelle : ces auteurs vont de Deledda (13 occurrences) à Brizzi, en passant par Vamba, Moravia, N. Ginzburg (15 occurrences), Tabucchi, Maraini, etc.

Les exemples en -i ne sont pas plus probants : ils sont également dus à des auteurs très variés : Verga, Pasolini, Volponi, Del Giudice, etc.

Les exemples les plus intéressants, mais aussi les plus déconcertants, sont ceux qui, pour des descriptions très voisines, comportent, selon les auteurs, des pluriels différents, et plus encore peut-être, ceux qui comportent des pluriels différents sous la plume d'un même auteur.

Dans la première série, on aura, par exemple, -a et -i pour des personnages qui tombent à genoux (ex. 30 et 31), ou qui se tiennent sur leurs genoux (ex. 32 et 33), ou qui posent leurs mains sur eux (ex. 34 et 35), pour ceux dont un vêtement couvre les genoux (ex. 36 et 37), ou qui tiennent sur eux un objet (ex. 38 et 39) ou encore qui reçoivent des coups sur les genoux (ex. 40 et 41).

30. Tommaso [...] vedeva soltanto il corpo di una nobildonna straziato, scosso con violenza da un'invisibile forza maligna delle braccia, possenti, che la piegava in due, la faceva crollare sulle ginocchia [...].
CERAMI, L., p. 71.
31. Finalmente le riuscì di liberarsi, e cadde sui ginocchi in terra, fra i cuscini sparsi a lato del lettuccio.
MORANTE, S., p. 70.
32. Stenteremo a stare immobili sulle ginocchia.
P. LEVI, S. Q. U., p. 130.
33 [Johnny] voleva andarsene [...] a fumarsi una sigaretta [...], chino sui ginocchi tra l'erba già intirizzita [...].
FENOGLIO, P. J., p. 21.
34. « Vi assicuro, principale, che il lavoro e le pietre non mi spaventano » gli dissi, rimanendo seduto e premendo le mani sulle ginocchia.
STRATI, N. L., p. 39.
35. le mani sui ginocchi, guardava il pelo dell'acqua e si lasciava riempir le orecchie del suo rumore.
FENOGLIO, V. G. A., p. 120.
36. [L'arredatrice] lo osservò, cambiando posizione alle gambe, che accavallò tentando di sistemarsi la gonna sulle ginocchia.
OLIVIERI, I. C. A., p. 66.
37. Per miseria [la donna] rivestiva una goffa gonnellina infantile sui ginocchi coperti di grossa lana nera.
FENOGLIO, P. J., p. 279.
38 La vecchia signora [...] indossava un abito di seta blu a pallini verdi, [...] sulle ginocchia una borsa di pelle che pareva un grande confetto.
OLIVIERI, I. C. A., p. 145.
39. [La donna] teneva sui ginocchi una canestra vuota con dentro un cèrcine sciolto [...].
MORANTE, S., p. 172.
40. Per i riflessi, non potevo stare quando mi batteva sulle ginocchia, ridevo [...].
TOBINO, D. L., p. 63.
41. Quando tutto questo tramestio si calmò, don Sergio si diede due manate sui ginocchi e disse oremus, rizzandosi all'impiedi e pure noi.
CONSOLO, F. A., p. 24.

14Dans la deuxième série, il n'est pas évident de deviner ce qui a guidé le choix d'un même auteur qui opte tantôt pour l'un tantôt pour l'autre pluriel. Dans un certain nombre de phrases, les positions diverses des genoux peuvent avoir déterminé ce choix : ainsi en va-t-il des exemples dus à Bufalino (42 et 43), à Calvino (ex. 44 et 45), à Cerami (ex. 46 et 47) et à P. Levi – lequel, dans notre corpus, n'emploie qu'une fois le pluriel ginocchi (ex. 49), à côté d'une dizaine d'emplois de ginocchia(dont 48).

42. Mi ricordo uno scatto di chiusura lampo, e quella visione d'indumento che cade, espulso da un semplice ma tecnico movimento delle ginocchia, rapidamente.
BUFALINO, A. C., p. 135.
43. Anche lei, come [Persefone], a correre il mondo con balzi di selvaggina, mentre il rombo di sotterra le fiacca i ginocchi, un labbro di dio le invade la nuca.
BUFALINO, A. C., p. 89.
44. Ora Rambaldo deve [...] far girare su se stesso il cavallo a strette di ginocchia nei fianchi.
CALVINO, C. I., in N. A., p. 290.
45. Anche lei, a collo inclinato, con le mani tra i ginocchi, finì per ammettere : – Eh sì [...].
CALVINO, E. G., p. 5.
46. Stava seduta, le ginocchia tirate su fino al mento, masticava un filo d'erba.
CERAMI, L., p. 77.
47. Ha iniziato così la lunga pena di Tommaso Nicola, [...] grattata come i ragazzini si staccano con un brivido di piacere le croste dai ginocchi.
CERAMI, L., p. 55.
48. Edek [...] si raddrizzò sullo sgabello [...], si stirò i pantaloni sulle ginocchia [...].
P. LEVI, S. N. O. Q., p. 182.
49. Gedale [...] danzava suonando, girando su se stesso, levando alti i ginocchi.
P. LEVI, S. N. O. Q., p. 237.

15Mais parfois les descriptions sont très voisines et les pluriels sont néanmoins différents. C'est le cas pour les deux personnages de Arpino aux genoux serrés (ex. 50 et 51 – si l’on admet que pour qu’on veuille tenter de les desserrer, il faut que les genoux soient effectivement serrés), pour ceux de Camon qui tiennent tous deux quelque chose sur leurs genoux (ex. 52 et 53), pour ceux de Fenoglio qui se mettent à genoux (ex. 54, 55 et 56), ceux de Morante qui ont tous deux une couverture sur les genoux (ex. 57 et 58) et ceux de Pratolini qui se baissent sur leurs genoux (ex. 59 et 60), – lequel Pratolini préfère, dans notre corpus, les pluriels en -a, leur reste fidèle lorsqu'un personnage tient ses propres mains entre ses genoux (ex. 61), mais penche pour ginocchi lorsqu'un personnage serre un corps étranger entre ses genoux (ex. 62, 63 et quelques autres semblables, toujours dans C. P. A.).

La ripiegò, con la mano tentando di schiuderle le ginocchia.
ARPINO, D. O., p. 78.
51. Mi infagottai tra le lenzuola, i ginocchi serrati fin quasi al mento [...].
ARPINO, A. P., p. 14.
52. [La Patrizia] si accinge a scrivere sul letto tenendo la cartolina sulle ginocchia [...].
CAMON, Q. S., p. 134.
53. Tenendo il piatto sui ginocchi senza parlare masticano con gusto fragoroso [...].
CAMON, Q. S., p. 127.
54. Si riprese, si abbassò sulle ginocchia e riguardò al ponte.
FENOGLIO, P. J., p. 323.
55. Si chinò sui ginocchi e pensava : « È semplice. Vado nella corrente, mi ci lascio prendere e lei mi porta da sola nell'acqua alta [...] ».
FENOGLIO, V. G. A., p. 121.
56. Mia piccola lupa, ora ti darò tutta la carne che è ad arrostire, – [la vecchia] abbozzò di alzarsi e servirla, ma poi ripiombò sui ginocchi per non sazietà di abbraccio e festeggiamento.
FENOGLIO, P. J., p. 348.
57. Mercedes [...] fino all'ultimo istante restò seduta sul suo sgabellino con sulle ginocchia la coperta [...].
MORANTE, S., p. 278.
58. Lui, quando giocava a nascondarella, sceglieva a preferenza, come nascondiglio, la coperta che lei teneva sui ginocchi [...].
MORANTE, S., p. 185.
59. L'uomo gettò un grido e si abbassò sulle ginocchia.
PRATOLINI, C. P. A, p.. 149.
60. Corrado [...] si doveva abbassare sui ginocchi per non battere la testa nella cappa del camino.
PRATOLINI, C. P. A., p. 42.
61. Gino ha abbassato di nuovo gli occhi. Sta seduto con le mani fra le ginocchia.
PRATOLINI, Q., p. 77.
62. Tu sei Maciste, [...] il maniscalco che stringe fra i ginocchi come nella tagliola la zampa del cavallo più focoso.
PRATOLINI, C. P. A., p. 283.
63. [Il ciabattino] le ascolta interessato, con la semenza fra le labbra e la scarpa rivoltata dentro la forma stretta fra i ginocchi [...].
PRATOLINI, C. P. A., p. 171.

ORECCHIO

  • 5  Rohlfs (§ 384) explique cette abondance de biens par le grand nombre des neutres pluriels latins e (...)

16La situation est plus compliquée pour ce mot qui comporte deux singuliers, orecchio et orecchia, et deux pluriels : orecchi et orecchie5.

Une première constatation : quelques grammaires posent mal le problème, en classant le mot orecchio dans les « nomi maschili con doppio plurale per lo stesso significato » (Garzanti, p. 95) ou dans les mots « maschili che hanno un doppio plurale, uno maschile e uno femminile » (C. M. R., p. 332). Le singulier orecchia est relativement rare, on va le voir, mais ce n'est pas une raison pour l'enterrer avant l'heure.

Les grammaires françaises consultées (succinctes, il est vrai), font l’impasse sur le mot. Seul Ulysse, dans le Précis (p. 26), s’y intéresse, estimant que orecchio et orecchia sont équivalents.

La plupart des grammaires italiennes consultées émettent la même opinion : masculin et féminin sont indifférents. Quelques-unes amorcent l'idée d'une distinction : ainsi Fochi (p. 136) fait état de « differenze più o meno notevoli » mais ne précise pas lesquelles et pour Lepschy, masculin et féminin coexistent « non necessariamente con significato identico » (p. 101), mais la remarque s’arrête là.

17Le critère de fréquence est évoqué par Satta, pour lequel « il maschile prevale » (C. S. D., p. 239). Celui de propre/figuré est mentionné dans les dictionnaires : le féminin est seul employé pour les oreilles d'une tasse, d'un vase ou pour la corne que l'on fait pour marquer une page.

18Au mot orecchia,les dictionnaires renvoient tout simplement au mot orecchio ou en font une variante de cette forme masculine (variante septentrionale et méridionale, selon D., ce que corrobore à peu près le dictionnaire de C. M. pour qui le –o est toscan). Ils tombent par ailleurs d'accord sur plusieurs points : d’abord en ce qui concerne les exemples proposés pour le singulier : prestare orecchio, mettere una pulce nell' (C. M., P. F.) ou all' (D.) orecchio, aver un orecchio fine (C. M.) ou fino (D.), etc., ensuite dans le fait que, pour ces exemples, le féminin orecchia n'est jamais évoqué comme alternative possible.

19Ils sont d'accord aussi pour quelques expressions qui comportent un pluriel en -: una tirata d'orecchi (pour C. M., D. et P. F. – où la tirata se fait tiratina), essere tutt' (C. M., Z., P. F.) ou tutto (D.) orecchi. Mais d'autres modi di dire ne font plus l'unanimité : on fait les orecchi di mercante pour C. M., le orecchie da mercante pour D. Le dictionnaire de P. F. confirme en distinguant nettement : fare orecchi di mercante o orecchie da mercante. Moins subtil, Z. admet orecchi/e da mercante. Un personnage stupide a gli orecchi lunghi pour C. M., le orecchie lunghe pour D. et Z. Et si on ne veut pas entendre ses sornettes, on peut turarsi gli orecchi avec D.et P. F., ou indifféremment turarsi le orecchie / gli orecchi avec Z., de nouveau tolérant.

20Nous n'avons que rarement rencontré ces expressions dans notre corpus, dont les chiffres bruts laissent assez perplexes : si au singulier le masculin l'emporte nettement – mais avec un nombre d'exemples faible – (13 emplois d'orecchio contre 6 d'orecchia), au pluriel l'écart est beaucoup moins significatif : 51 occurrences d'orecchi contre 60 d'orecchie.

21Nous n'avons pas estimé utile, dans cette brève étude, de distinguer les nombreuses acceptions du mot. Nous avons seulement divisé nos phrases en deux blocs : l'un dans lequel l'oreille apparaît sous sa forme matérielle (grande, petite, recouverte d'une mèche de cheveux, etc.), l'autre dans lequel nous avons rangé tous les autres sens – que l'on trouve dans des expressions telles que : « tendre l'oreille », « avoir l'oreille fine », etc., etc., – le découpage étant d'ailleurs,même à ce niveau-là, assez arbitraire. Cette séparation en deux parties nous a permis de remarquer que les six emplois d'orecchia, au singulier, avaient tous trait à la description de l'oreille (cf. ex. 69, 85, 86) et que, par contre, au pluriel, et toujours pour ce sens purement anatomique, le féminin l'emportait plus modestement : 26 orecchie contre 16 orecchi.

22Comme pour les deux mots précédemment étudiés, rares sont les auteurs qui restent fidèles à une même forme ; ils ne sont présents dans notre corpus qu'avec un trop petit nombre d'occurrences pour qu'on puisse parler chez eux d'un choix constant. Par contre, nous avons rencontré ici aussi des allées venues entre plusieurs formes chez quelques auteurs regardés de plus près, à savoir : Buzzati, Celati, Eco, Primo Levi, Maraini, Morante, Piersanti et Pratolini.

  • 6  L’un est piémontais, l’autre est romaine, ce qui pourrait accréditer l’analyse des dictionnaires d (...)

23Une première constatation avant d'examiner leurs alternances : sur ces 8 auteurs, 6 ignorent la forme orecchia au singulier, seules la pratiquent Buzzati (3 emplois dont l’ex. 69) et Morante (3 emplois dont les ex. 85 et 86)6.

24Une deuxième constatation : certains utilisent le masculin au singulier et le féminin au pluriel, ainsi Piersanti (ex. 64 et 65) et, presque, Maraini qui, dans notre corpus, présente, à côté de singuliers au masculin (ex. 66), 7 occurrences d'orecchie (dont ex. 67), mais l’exemple 68 vient détruire cette symétrie.

64. Un riccio più piccolo gli si attorcigliava attorno al lobo dell'orecchio sinistro [...]
PIERSANTI, L. S., p. 35.
65. Renata non l'aveva mai neanche sfiorato un uomo come lui. I ricci attorno alle orecchie. Quante ore aveva passato a guardarlo.
PIERSANTI, L. S., p. 79.
66. La voce di Glauco Elia insiste nell'orecchio, amabile (...).
MARAINI, V., p. 300.
67. Lui si allontana per non fare arrivare lo strepito alle orecchie degli ascoltatori.
MARAINI, V., p. 150.
68. La voce fluida, carezzevole di Glauco Elia mi è rimasta negli orecchi.
MARAINI, V., p. 222.

Chez les auteurs retenus, Buzzati emploie un -a pour l'oreille décrite (ex. 69), et le masculin singulier (ex. 70) aussi bien que le féminin pluriel (ex. 71) lorsque les oreilles ne sont considérées que comme organes de l'ouïe. Mais ici encore les exemples sont peu nombreux.

69. Sollevò la ciocca dei capelli biondi che le nascondeva l'orecchia sinistra [...].
BUZZATI, N. D., p. 272.
70. Il Rilka si chinò per sussurrarmi la cosa in un orecchio, tanto era riservata.
BUZZATI, N. D., p. 250.
71. E in mezzo a tanta notte, tendendo allo spasimo le orecchie, un lontano trapestio sull'erba e sugli stecchi, leggero leggero, appena appena.
BUZZATI, N. D., p. 291.

Celati offre lui aussi, dans notre corpus, des exemples peu nombreux, mais qui révèlent une grande variété : pour des images extrêmement voisines, on a -o, -i, -e d'une part (ex. 72 à 74), -i et -e (ex. 75 et 76) d'autre part.

72. E quello a me [...] tirava un po' il mio orecchio con grande male prodotto [...]
CELATI, A. G., p. 125.
73. In quattro e quattr'otto lui mi riacchiappava. Con grossa tirata di orecchi indi a punirmi severo : « Non lo devi fare più ! ».
CELATI, A. G., p. 115.
74. Io cercavo passargli a buona distanza della sua cattiveria e gusto nel tiro delle orecchie.
CELATI, A. G., p. 121.
75. Veramente non dormivo causa gridi repentini e inspiegabili nella notte che giungevano agli orecchi d'un tratto : « Uuh uuh ! ».
CELATI, A. G., p. 85.
76. Io lo aiutavo sì il mendicante con la mano ma molto temendo però costui intendesse ritornare alle mie orecchie.
CELATI, A. G., p. 122 .

25Pratolini qui, chez nous, n'emploie que des pluriels, manifeste une nette préférence pour la forme en -: 10 occurrences – dont l'ex. 77 qui corrobore l'avis de nos dictionnaires et plus précisément de celui de D. – contre 3 en -e, lesquelles formes en -e figurent à côté de celles en -i pour des emplois ici aussi très voisins : cf. ex. 78 et 79.

77. « Dimmi, sono tutto orecchi. »
PRATOLINI, C. P. A., p. 16.
78. I due fascisti [...] non entravano mai nei dettagli, impedendo così agli indiscreti che li ascoltavano, nudi o in camicia, e con gli orecchi tesi, di penetrare il movente dell'alterco.
PRATOLINI, C. P. A., p. 146.
79. Orecchie tese e neri presagi, quindi, sulla nostra strada, allorché Palazzo Vecchio rintoccò le una.
PRATOLINI, C. P. A., p. 274.

26Chez Primo Levi, dont nous n'avons également que des exemples au pluriel, on relève 5 emplois en -i, 5 emplois en -e, pour des sens souvent très proches ; comparer les exemples 80 et 81 d’une part, 82 et 83 de l'autre.

80. Ecco, attento Pikolo, apri gli orecchi e la mente, ho bisogno che tu capisca [...].
P. LEVI, S. Q. U., p. 143.
81. Noi, popolo senz'occhi né orecchie, non troviamo grazia presso di voi.
P. LEVI, S. N., p. 97.
82. Nessuno riuscirà mai a stabilire [...] quanti abbiano scelto la via più prudente di tenere occhi ed orecchi (e soprattutto la bocca) ben chiusi.
P. LEVI, S. S., p. 6.
83. Chiudendosi la bocca, gli occhi e le orecchie, [il cittadino tedesco tipico] si costruiva l'illusione di non essere a conoscenza [...] di quanto avveniva davanti alla sua porta.
P. LEVI, S. Q. U., p. 227.

27Les exemples récoltés chez Elsa Morante sont plus nombreux, donc plus probants. Les singuliers n'abondent pas : 2 occurrences d'orecchio, 3 d'orecchia, sans que l'on discerne bien les raisons du choix : comparer les ex. 84 et 85 ou 86. Au pluriel, la situation est beaucoup plus claire : 2 orecchie ne font pas le poids, si l’on ose dire, face à 25 orecchi (dont un emploi « figuré », ex. 91).Et ici encore, l'emploi de ces 2 seuls féminins déroute quelque peu, surtout si on compare respectivement les phrases 87/88 et 89/90.

84. L'ambulante, grattandosi un orecchio secondo il loro gergo, lo consultava a distanza su una mossa del gioco [...].
MORANTE, S., p. 570.
85. [Useppe] lasciò a Davide un bacetto di saluto, che gli capitò, stavolta, vicino a un'orecchia.
MORANTE, S., p. 606.
86. Allora [la cagna Bella] si buttò al collo [di Scimò], dandogli una leccata amorosa su tutta la faccia, con in più qualche morsetto indolore all'una e all'altra orecchia.
MORANTE, S., p. 543.
87. Bella [...] gli faceva il solletico, leccandolo sugli orecchi e sul collo.
MORANTE, S., p. 620.
88. [Useppe] si distraeva con [la cagna] Bella. [...] Lei gli faceva il solletico leccandogli le orecchie e la gola, fino a provocargli delle risatine [...]
MORANTE, S., p. 595.
89. In guardia con gli orecchi semidritti e la coda tesa sulla linea della schiena, Bella si sentiva tornata ai suoi primordi paterni [...]
MORANTE, S., p. 633.
90. Pure noi teniamo un cane, però non tanto grosso, mezzano, con la faccia nera e le orecchie a punta. Di orecchie, ne tiene una e mezza, perché l'altra mezza gliela mangiò suo patri.
MORANTE, S., p. 537.
91. L'invidia, cara mia, ha mille orecchi, si nasconde come un ragno [...]
MORANTE, M. S., p. 575.

28Le corpus présenté ci-dessus ne comporte que quelques centaines de phrases (400 exactement). En tout état de cause, il ne permet donc que de formuler des remarques ponctuelles, de dégager quelques tendances, de constater surtout la grande liberté que s’accordent de nombreux auteurs. Une liberté que le locuteur non italophone peut se sentir en droit de s’octroyer. Le problème est que rien n’est moins facile que l’exercice de la liberté, dans ce domaine comme dans d’autres.

Haut de page

Annexe

Annexe 1
Dictionnaires et grammaires consultés
Dictionnaires

Auteur

Abrév.

Titre et Éditeur

Date

CAPPUCCINI-MIGLIORINI

C. M.

Vocabolario della lingua italiana, Paravia

1959

DARDANO Maurizio

D.

Dizionario della lingua italiana, Curcio

1987

PALAZZI - FOLENA

P.F.

Dizionario della lingua italiana, Loescher

1992

ZINGARELLI Nicola

Z.

Vocabolario della lingua italiana, Zanichelli

1994

Grammaires et ouvrages sur la langue le plus fréquemment cités

Auteur

Abrév.

Titre et Éditeur

Date

BATTAGLIA - PERNICONE

B.P.

La grammatica italiana, Loescher

1960

BAYLE - POLARD

G.A.

Grammaire active, Livre de poche

1996

COCHI Christiane

G.T.

Grammaire pour tous, Presses Pocket

1989

CORTI - MANZOTTI-RAVAZZOLI

L.T.

Una lingua di tutti, Le Monnier

1979

DARDANO - TRIFONE

G.I.

Grammatica italiana, Zanichelli

1992

DE BECHON - LAURET METHIVIER

A.Z.

A zonzo per l’Italia, Hachette

1990

FOCHI Franco

F.F.

L'italiano facile, Feltrinelli

1964

FOGARASI Miklós

G.I.N.

Gr. it. del Novecento, Bulzoni

1984

GARZANTI

=

Il libro Garzanti della lingua italiana

1971

GOIDANICH Piergabriele

G.I.

Grammatica italiana, Zanichelli

1919

LEPSCHY L. e G.

L.I.

La lingua italiana, Bompiani

1993

PANZINI Alfredo

G.I.

Grammatica italiana, Sellerio

1982

REGULA - JERNEJ

R.J.

Grammatica italiana descrittiva, Francke-Verlag

1965

ROBERT et NATHAN

G.I.

Grammaire de l’italien, Nathan

1996

SATTA Luciano

C.S.D.

Come si dice, Sansoni

1974

S.P.

Scrivendo e parlando, Sansoni

1988

SENSINI Marcello

G.I.

Grammatica italiana, Mondadori

1988

SERIANNI Luca

G.I.

Grammatica italiana, UTET

1989

ULYSSE G. et O.

P.G.I.

Précis de grammaire italienne, Hachette

1989

ULYSSE Georges

A.Z.

Pratique de l'it. de A à Z, Hatier

1992

ANNEXE 2 Liste des ouvrages cités

Auteurs

Abrév.

Titre et Editeur

ARPINO Giovanni

A.P.

Un'anima persa, Mondadori, 1966

D.O.

Un delitto d'onore, 1966 (1e éd. 1961)

BARICCO Alessandro

N .

Novecento, Feltrinelli, 1999 (1e éd. 1997)

BENNI Stefano

B.S.M.

Il bar sotto il mare, Feltrinelli, 1987

BUFALINO Gesualdo

A.C.

Argo il cieco, Sellerio, 1984

BUZZATI Dino

N.D.

Le notti difficili, Mondadori, 1972 (1e éd. 1971)

CALVINO Italo

C.I.

Il cavaliere inesistente in N.A., 1959

E.G.

L'entrata in guerra, Einaudi, 1974 (1e éd. 1954)

CAMON Ferdinando

Q.S.

Il quinto stato, Garzanti, 1977

CANCOGNI Manlio

P.

Una parigina, Feltrinelli, 1960

CASSOLA Carlo

S.A.

Storia di Ada, Einaudi, 1967

T.T.

Troppo tardi, Rizzoli, 1975

CELATI Gianni

A.G.

Le avventure di Guizzardi, Einaudi, 1975 (1e éd. 1973)

CERAMI Vincenzo

L.

La lepre, Garzanti, 1988

CONSOLO Vincenzo

F.A.

La ferita dell'aprile, Mondadori, 1989 (1e éd. 1963)

DE LUCA Erri

A.S.

In alto a sinistra, Feltrinelli, 1995 (1e éd. 1994)

FENOGLIO Beppe

P.J.

Il partigiano Johnny, Einaudi, 1982 (1e éd. 1968)

V.G.A.

I ventitré giorni della città di Alba, Mondadori, 1978 (1e éd. 1952)

FRUTTERO - LUCENTINI

A.C.P.N.

A che punto è la notte, Mondadori, 1987 (1e éd. 1979)

D.D.D.

La donna della domenica, Mondadori, 1973 (1e éd. 1972)

GINZBURG Natalia

T.N.I.

Tutti i nostri ieri, Einaudi, 1971 (1e éd. 1952)

LEVI Primo

S.N.

Storie naturali, Einaudi, 1979 (1e éd. 1966)

S.N.O.Q.

Se non ora quando ?, Einaudi, 1994 (1e éd. 1982)

S.Q.U.

Se questo è un uomo, Einaudi, 1980 (1e éd. 1947)

S.S.

I sommersi e i salvati, Einaudi, 1986

T.

La tregua in S.Q.U., 1962

MARAINI Dacia

V

Voci, Rizzoli, 1997 (1e éd. 1994)

MARETTI Gianfranco

A.

Animadaria, Campanotto, 1996

MORANTE Elsa

M.S.

Menzogna e sortilegio, Einaudi, 1975 (1e éd. 1948)

S.

La storia, Einaudi, 1974

MORAVIA Alberto

C.

Il conformista, Bompiani, 1966 (1e éd. 1951)

OLIVIERI Renato

I.C.A.

Le inchieste del commissario Ambrosio, Rusconi, 1985

PASOLINI Pier Paolo

R.V.

Ragazzi di vita, Garzanti, 1971 (1e éd. 1955)

PAVESE Cesare

S.

La spiaggia, Einaudi, 1956 (1e éd. 1942)

PIERSANTI Claudio

L.S.

Luisa e il silenzio, Feltrinelli, 1999 (1e éd. 1997)

PRATOLINI Vasco

C.P.A.

Cronache di poveri amanti, Mondadori, 1976 (1e éd. 1947)

Q.

Il quartiere, Vallecchi, 1953 (1e éd. 1944)

SCIASCIA Leonardo

C.

Il contesto, Einaudi, 1971

STRATI Saverio

N.L.

Noi lazzaroni, Mondadori, 1978 (1e éd. 1972)

TOBINO Mario

D.L.

Il deserto della Libia, Mondadori, 1979 (1e éd. 1952)

VERGA Giovanni

M.

I Malavoglia, Mondadori, 1982 (1e éd. 1881)

Haut de page

Notes

1  Les références concernant ces grammaires et dictionnaires seront souvent données sous une forme abrégée. La signification de ces abréviations se trouve en Annexe 1.

2  Pour répondre au même souci d'alléger ce texte, les références complètes des auteurs et œuvres cités sont présentées en Annexe 2.

3  Notons au passage que la remarque – isolée – de A. Panzini (p. 43) : « le dita, i diti (Toscana) » n'est pas confirmée par notre phrase 22, prononcée par un personnage toscan. Nous avons également plusieurs exemples de dita dus à Cancogni et à Pratolini.

4  Le problème semble se compliquer lorsque la construction est partitive. Satta, dans S. P. (p. 187) se le pose à propos du mot ciglio. Il envisage plusieurs solutions : « uno delle due ciglia, una delle due ciglia, uno dei due cigli ». Il s'engage : « Crediamo che la prima soluzione sia la migliore ». Il est ainsi en désaccord avec Lepschy, qui écrit (p. 100) : « l'uovo, le uova (si noti la concordanza in una delle più grosse uova) ». En désaccord aussi, pour d'autres raisons, avec Serianni pour lequel, lorsqu'il s'agit des parties du corps humain, « quando ad esse si accenna in forma partitiva, si mantiene il plurale in -: così le dita uno dei diti, le labbra uno dei labbri , ecc. »(p. 146).

5  Rohlfs (§ 384) explique cette abondance de biens par le grand nombre des neutres pluriels latins en usage en ancien italien. « Così orecchia venne considerato un plurale (cf. l'antico le orecchia, su le dita, le ciglia), con conseguente creazione del singolare orecchio », à côté de orecchia < auriculam.

6  L’un est piémontais, l’autre est romaine, ce qui pourrait accréditer l’analyse des dictionnaires de D. et de C. M. Mais ces deux auteurs pratiquent aussi couramment la forme en –o. Voir ci-dessous les ex. 70 et 84.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/2, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

Jacqueline Brunet, « Est-ce ? Est-ce A ? De quelques pluriels surabondants », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 24 décembre 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/2377 ; DOI : 10.4000/italies.2377

Haut de page

Auteur

Jacqueline Brunet

Université de Besançon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org