Navigation – Plan du site
"Humour et faits de langue"

Ritorno (io) alla censura ?

Pascale Budillon Puma
p. 781-783

Résumé

Pascale Budillon Puma écrit une belle page d’humour sur un certain type de vocabulaire incontournable de la vie courante et pourtant délicat à enseigner et à expliquer aux étudiants.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

censure, lexique

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Vous souvient-il, mon cher collègue, d’avoir sollicité, en m’envoyant aimablement votre dernière production – j’avais quitté Aix depuis quelques années déjà – mon avis sur... Mais au fait, s’agissait-il du Vocabulaire de base italien français de chez Hachette (1993) ou de Pratique de l’italien de A à Z, publié chez Hatier l’année précédente ? Je vous fis la remarque qu’y faisait défaut un terme qui, pour vulgaire qu’il soit, n’en est pas moins tellement utilisé qu’il ne saurait être éliminé du vocabulaire italien de base à inculquer à un étranger... Réflexion faite, il devait bien s’agir de Pratique de l’italien, car le chapitre 6 Il corpo e le attività fisiche du Vocabulaire de base expédie l’affaire sous le titre Il sesso, avec un global I genitali, suivi d’ailleurs d’une ample panoplie hygiénique, prophylactique et procréative. Oui donc, c’était bien Pratique de l’italien, et son savoureux paragraphe 135 Injures et jurons : où, à côté des indispensables « Coglione », « Cornuto », « Frocio », « Stronzo » et autres « Vaffanculo », trônent les incontournables « Porca miseria ! », et « Porco Giuda ! », flanqués d’un déjà timide « Porco... ! » Mais de « C... ! », point ! J’avais été étonnée par le choix du « Bischero » toscan, et l’absence du « Pirla » septentrional, j’admettais l’unitaire « Puttana » et l’élimination du trop romanesco « Mignotta », mais pourquoi renoncer à l’omniprésent – Sicile exceptée – « C... ! », « Che c... ! » ? Était-ce donc un mot plus interdit que les autres ? La censure était-elle imputable à la pudeur et aux convenances ?

2Nous n’avons pas eu l’occasion par la suite de revenir sur le sujet ; j’y ai repensé pendant l’été 1999 en relisant Brancati, dont je souhaitais faire la pâture de mes étudiants dès la rentrée suivante. J’avais finalement jeté mon dévolu sur Il bell’Antonio, qui me semblait présenter le juste mélange d’aventures personnelles et de toile de fond historique, apte à captiver l’attention de ces jeunes gens, tout en permettant de leur inculquer quelques notions d’histoire contemporaine. Me voilà donc aux prises avec la prose fleurie de l’auteur sicilien, et force m’est de constater qu’il n’y a aucune trace de « C... » dans un texte où cet organe a cependant un rôle de premier plan. Il est vrai que l’on est en Sicile, et que le sexe, si j’ose dire, change de sexe : le fait est que le mot sicilien lui-même ne figure dans Il bell’Antonio qu’inclus dans l’injure « faccia di minchia » et nulle part ailleurs. En effet, les paroles utilisées par les personnages dans les fréquents dialogues tournant autour de cet obsédant sujet sont des métaphores, qu’il s’agisse des fonctionnements « normaux » : « l’asino drizza il capo », et une fois décidé à « soffiarsi il naso » ou à « allisciarsi “ u beccu ” », l’homme « trova un covo per il suo lepre », et « pesta nel mortaio », etc. – ou des fonctionnements défaillants : « non ha denti per il pane fresco », « l’uccella non gli tira », commentent les Catanais à propos de l’infortune d’Antonio, lequel n’a, quant à lui, que des périphrases, ou des images douloureuses, pour désigner « un punto remoto, e per tanti anni abbandonato, del suo corpo » : « quella parte del mio corpo... », « un morto nel mezzo della tua vita, un cadavere... » Mais alors, direz-vous, tout était pour le mieux, et les étudiants cristoliens allaient pouvoir apprécier Brancati et approfondir leur connaissance encore fragile de l’italien grâce à Pratique de l’italien sans souffrir de la lacune incriminée ?

3Ici intervient – dussent les mânes de Brancati se révolter – le retour à la censure. L’avouerai-je ? J’ai déclaré forfait d’abord devant la somme d’explications... techniques que n’aurait pas manqué de requérir le texte, par suite, entre autres, des ignorances linguistiques des nouveaux lecteurs, et surtout, j’ai capitulé par crainte – non, pas des boutades sur le Viagra – de traumatiser, par cette longue évocation de l’impuissance, comique superficiellement, mais au fond dramatique, des sensibilités encore adolescentes et des personnalités peut-être fragiles. Je n’ai pas manqué de me poser la question de ma propre réticence et de ce qu’elle pouvait comporter de pudeur et de respect des convenances... : n’ayant pas reçu de réponse, je garde en réserve Brancati pour des publics plus mûrs.

4Et voilà pourquoi à Créteil, en 1999-2000, nous avons étudié – avec grand plaisir – les Racconti romani de Moravia !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/2, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

Pascale Budillon Puma, « Ritorno (io) alla censura ? », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 24 décembre 2009, consulté le 19 août 2017. URL : http://italies.revues.org/2380 ; DOI : 10.4000/italies.2380

Haut de page

Auteur

Pascale Budillon Puma

Université de Paris 12 Val-de-Marne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org