Navigation – Plan du site
"Humour et faits de langue"

Subjonctif imparfait, temps de l’hypothétique ou des zygomatiques ?

Sophie Saffi
p. 785-815

Résumé

Sophie Saffi, s’appuyant sur des phrases tirées de San Antonio, Guy Bedos, Raymond Devos et autres littératures fortement ancrées dans la langue parlée, plaisante sur les nuances d’emploi du subjonctif imparfait, s’amuse en nous exposant la différence entre système italien et système français et, à l’aide d’exemples inattendus, comiques ou impertinents, parvient à faire « glisser » cette leçon de grammaire qui pouvait au départ sembler rugueuse aux lecteurs profanes.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

grammaire, linguistique

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jacques Prévert, «Je suis comme je suis» in Paroles, Paris, Gallimard, 1949, p. 100. Dédicace : Ja (...)
  • 2  Hommage à Frédéric Dard, le roi de la "tchatche".
  • 3  Sanantonio, In lungo, in largo e di traverso, traduzione di Bruno Just Lazzari, Milano, Editoriale (...)
  • 4  San-Antonio, En long, en large et de travers, Paris, Editions Fleuve Noir, 1958, p. 27 ; dorénavan (...)
  • 5  Pour une définition du futur hypothétique, consulter Annie Boone et André Joly, Dictionnaire termi (...)

1Le mode subjonctif est l'apanage de l'irréel, du virtuel, une sorte d'image de synthèse du monde (Ainsi soit-il !) qui se confronte au réel de l'indicatif (Je suis comme je suis1). Quand Bérurier, l'imposant équipier de l'inspecteur San-Antonio2, parle italien : « Ma se mi ci avrei visto, Sanantonio, non ci avessi creduto : tutto finezza... »3, au-delà de l'effet comique produit par l'inversion des temps, il emploie bien le subjonctif imparfait qui illustre parfaitement tout ce que la finesse de ce personnage a de virtuel. Quand Béru parle sa langue natale : « Alors, là, San-Antonio, tu m'aurais vu, tu ne l'aurais pas cru : tout en finesse... »4, l'imparfait du subjonctif a disparu au profit du conditionnel. Or le conditionnel n’est pas un mode au sens traditionnel du terme, mais un temps du mode indicatif que Gustave Guillaume appelle le futur hypothétique5. Si la phrase avait été construite, comme dans l’exemple italien, avec une subordonnée introduite par si, le verbe de cette subordonnée aurait été conjugué à l’imparfait (si tu m'avais vu...). Mais que ce soit à l'imparfait ou au conditionnel, on reste à l'indicatif, la situation est posée dans le réel, ce qui est irréel pour le fidèle lecteur des aventures de San-Antonio, c'est d'oser associer le personnage de Béru à la notion de finesse, inconcevable ! Donc comique. L'imparfait du subjonctif, forme perfectum du mode de l'irréalité, s'est évaporé du système français : excès de zèle ? Apparemment, lassée du rôle évanescent qu'on lui faisait jouer, cette forme a préféré disparaître... pour réapparaître avec un nez de clown et embrasser une carrière de dérideur de zygomatiques. Quand Béru parle au subjonctif : « Et des Mame la baronne par-là, et des liaisons à changement de vitesse. Tu mords le style ? "Je voudrais que vous alliassiez z'au fond du parc..." » (SA, p. 27), c'est pour faire sourire. Comme son supérieur hiérarchique, San-Antonio super macho : « Ah ! Mes aïeux ! Je voudrais que vous la vissiez ! L'aimable personne que voilà. » (SA, p. 64). L'effet comique est dû au décalage créé par l'emploi du subjonctif imparfait, ce qui est rendu en italien par une 2ème ou 3ème personne plurielle tout aussi désuète et décalée : « E dei signora baronessa di qua, e delle erre moscie con cambio di velocità di là... Afferri lo stile ? "Vorrei che lei andassero in fondo al parco..." » (Sa, p. 16) et « Ah, ombre degli avi miei ! Vorrei che la vedeste ! Che splendida creatura ! » (Sa, p. 43).

2Du rire aux larmes, il n'y a qu'un... temps, quand on est un francophone étudiant l'italien. Comment choisir ? Conditionnel ou subjonctif ? Georges Ulysse dans son incontournable Précis de grammaire italienne souligne la double interprétation possible pour un français lors de la lecture de cet imparfait du subjonctif quasiment disparu de son système verbal :

  • 6  Georges et Odette Ulysse, Précis de grammaire italienne, Paris, Hachette, 1988, p. 152. Les auteur (...)

Cet imparfait du subjonctif peut se traduire en français
– par un imparfait de l'indicatif : Se fossi ricca mi comprerei un palazzo sul Canal grande a Venezia. Si j'étais riche, j'achèterais un palais sur le Grand Canal à Venise. Cammina quasi (come se) fosse ubriaco. Il marche comme s'il était ivre. Chi volesse una spiegazione dovrebbe tornare domani. Si quelqu'un voulait une explication, il devrait revenir demain.
– par un conditionnel : Uno studente che volesse essere promosso non agirebbe in questo modo.Un étudiant qui voudrait être reçu n'agirait pas de cette façon.6

3Quand il ne fait plus rire, le subjonctif fait décidément souffrir ! Mais ce qui transforme nos esprits cartésiens en Cocotte minute à la limite de la surpression, est-ce le subjonctif ou la phrase hypothétique ? Quitte à franchir les bornes du sadisme, nous allons donner quelques autres raisons « d'ébullitionner ».

4La phrase hypothétique résulte de l'union de deux propositions : une principale et sa subordonnée. La subordonnée contient une hypothèse ou une condition (it. se / fr. si), la principale contient la conséquence logique. Dans nos langues romanes, on observe deux types de phrase hypothétique.

5La première, quand l'hypothèse est réelle, c'est-à-dire conçue comme un fait indubitable. Dans ce cas de figure, le se / si peut être remplacé par poiché / puisque, dal momento che / du moment que, car la condition n'en est pas une, elle perd son caractère aléatoire pour exprimer une cause certaine. Le parallèle s'arrête là : en italien, les verbes des deux propositions sont au même temps de l'indicatif (se fai questo, sbagli ; se farai questo sbaglierai) ; en français, l'hypothèse est au présent (si tu fais ça, tu te trompes ou tu te tromperas). Et pourtant, la langue parlée permet des équivalences : « Elle mériterait un baiser humide cette adorable fille ! Ma parole si elle continue elle l'aura ! » (SA, p. 92) et « Meriterebbe un bacio umido, questa adorabile ragazza ! Sulla mia parola, se continua così, lo avrà ! » (Sa, p. 64).

  • 7  Cesare Marchi, Impariamo l'italiano, Milano, Biblioteca Universale Rizzoli, terza edizione, 1992, (...)

6Le second type de phrase hypothétique est celui dont l'hypothèse est virtuelle, c'est-à-dire possible ou impossible. La condition peut s'avérer exacte mais nous n'en sommes pas sûrs, elle est de l'ordre du possible. Alors, en italien, la subordonnée est à l'imparfait du subjonctif et la principale est au conditionnel présent (se vincessi al totocalcio, mi comprerei la macchina). La possibilité en français implique aussi l'emploi du conditionnel mais pas celui du subjonctif (si je gagnais au loto, je m'achèterais une voiture). Les étrangers ne sont pas les seuls à s'embrouiller et Cesare Marchi souligne l'inversion d'emploi entre conditionnel et subjonctif chez ses concitoyens7 :

Molti dicono : " Se vincerei al totocalcio, mi comprassi la macchina " cadendo in grave errore, e non meno grave è quello di chi, scandalizzato, corregge : " Se vincessi... mi comprassi... "

7Quand l'hypothèse est irréalisable, elle est de l'ordre de l'impossible. Le rapport de concordance des verbes reste le même si les procès sont envisagés au présent (Chi avrebbero voglia di uccidere i poveri, se non ci fossero i ricconi con le loro Cadillac cromate, il loro fegato roso dallo scotch e i loro quadri di Buffet... (Sa, p. 25) ; Qui auraient-ils envie de buter les paumés, si les grossiums n’étaient pas là, avec leur Cadillac nickelée, leur foie bouffé par le scotch et leurs tableaux de Buffet... (SA, p. 40). Quand la phrase est au passé le rapport de concordance est plus-que-parfait/conditionnel passé (se avessi vinto al totocalcio, mi avrebbero ucciso ; si j'avais gagné au loto, ils m’auraient buté). Quand la principale se réfère au présent et la subordonnée au passé le rapport est plus-que-parfait / conditionnel présent (se avessi vinto e comprato l’elicottero, mi sentirei molto meglio ; si j'avais gagné et acheté un hélicoptère, je me sentirais mieux). Ainsi, le passage du possible à l'impossible ne se traduit pas par un changement dans l'emploi des temps et des modes. La césure qui se traduit en italien par un changement de mode (indicatif / subjonctif) se situe entre le réel et l'irréel. Mais le glissement du possible (qui n'est déjà plus du réel mais du réel envisagé) à l'impossible (du réel inenvisageable) n'est qu'un éloignement progressif du présent du locuteur en direction du passé, ce qui permet d'exprimer la contradiction du procès irréalisable : envisager la possibilité d'un procès dans le passé, temps de prédilection du déjà réalisé, de l'acquis, de l'accompli, est contradictoire. Le transfert du procès dans le passé se traduit systématiquement par un changement d'aspect. Bon, jusque-là tout va bien, mais ne rêvons pas !

8Car, en français, quand la subordonnée n'est plus une hypothétique mais une simple conjonctive, le changement d'aspect n'a plus rien d'automatique, comme l'illustre si bien le trop célèbre « futur dans le passé », flagellation favorite des prof de grammaire : on nous apprend qu'il faut traduire mi aveva promesso che mi avrebbe riportato la macchina l'indomani par il m'avait promis qu'il me ramènerait la voiture le lendemain. Ce à quoi un étudiant provençal vous rétorquera : « Mais Madame, en français (le sien, le vrai), on dit : "il m'avait promis qu'il m'aurait ramené la voiture le lendemain" ! ». Si votre étudiant est parisien, il voudra bien admettre que dans vos livres, ça se passe comme vous le dites, mais dans la vie... on emploie l'imparfait de l'indicatif : « I' m'avait dit qu'i' ramenait la charette le lendemain. » (SA, p 98-99). En italien : « Mi aveva detto che avrebbe riportato la carretta l'indomani. » (Sa, p. 68).

9À ce stade, « les rouages de mon cerveau grincent comme la girouette du clocher dont le curé ne mangerait pas assez de salade » (SA, p. 16), ce qui donne en italien : « gli ingranaggi del mio cervello cigolano come la banderuola di un campanile che si fosse spaventato per l'improvviso aumento del prezzo dell'olio » (Sa, p. 8).

10Dans le but de oindre les rouages de notre compréhension, afin de nous permettre de muscler nos zygomatiques au lieu de froncer les sourcils, nous allons montrer que toutes ces nuances d'emploi sont la conséquence d'une différence fondamentale d'organisation des systèmes verbaux italien et français. Dans la joie et la bonne humeur, nous présenterons ces systèmes, la façon dont ils utilisent le changement d’aspect (le passage d’un temps simple au temps composé correspondant : je chante / j’ai chanté). Ainsi, dans une ambiance de franche rigolade, nous confronterons l'emploi italien, lié à l'expression de l'accompli, et l'emploi français de type «anglosaxon», pour lequel le perfectum est libéré de son lien avec l'accompli, ce qui permet d'envisager une forme de perfectum et d'imperfectum à toutes les époques. Ensuite, dans l'hilarité générale, nous montrerons la nature différente de leur futur et de leur conditionnel, le système italien ayant une distribution des temps futurs sur la dichotomie perfectum / imperfectum inverse de celle du français.

Le changement d'aspect

  • 8  Alvaro Rocchetti, De l'indo-européen aux langues romanes : une hypothèse sur l'évolution du systèm (...)

11La différence d'emploi du changement d'aspect entre l'italien et le français est due au stade avancé du français en ce qui concerne la libération de la morphologie par rapport au sémantème. Le mot français a perdu tout ou partie de ses marques morphologiques par rapport au latin, elles sont antéposées sur des particules indépendantes (articles, pronoms, etc.). Dans le plan verbal, on passe de l'alternance de fonction en latin (ridet : fonction sujet, Petrus ridet : fonction prédicat), à une unique fonction prédicat en français (il rit, Pierre rit). Il existe en latin, entre le sémantème et le morphème, un lien inhérent à la construction du mot. Celle-ci a lieu en langue et le mot latin n'existe pas en tant que tel en puissance, mais seulement sous la forme d'un radical. La forme du mot-en-effet contient la forme du radical de puissance auquel vient s'ajouter la désinence casuelle. Par conséquent, le mot latin ne se rattache pas à la notion générale, il ne peut être qu'un cas particulier. Ce qui se rattache à la notion générale est un radical, élément qui n'existe pas dans le discours. Au contraire, le mot français actuel est un sémantème général, indépendant de son utilisation dans le discours. La morphologie est reportée sur des particules elles-mêmes indépendantes dans le discours, ainsi le morphème généralisé peut être associé à n'importe quel sémantème. Dans le plan verbal, la conjugaison latine à double niveau (imperfectum / perfectum) propose deux catégories de désinences que l'on associe à un radical pour construire un verbe. Les langues romanes, avec l'opposition temps simple / temps composé, dégagent l'aspect de la substance des verbes puisque cette information est antéposée dans un auxiliaire8. Le mécanisme général de l'expression du temps impliqué (inaccompli/accompli) est appliqué à tous les verbes (je commence / j'ai commencé, je finis / j'ai fini), qui sont eux-mêmes classés en différents groupes selon que leur sémantème admet ou rejette une antériorité (commencer / finir, aller / venir, arriver / partir).

  • 9  La formation de l'image-temps est une opération mentale extrêmement brêve qui requiert cependant u (...)

12Comme l’illustrent les schémas en annexe, le français contemporain possède deux gammes de temps IN ESSE « en soi »9 : l'une plus conservatrice, l'autre (IN ESSE BIS) plus aboutie en ce qui concerne l'antéposition de la morphologie verbale.

13On observe dans les temps IN ESSE l'apparition de la personne de 2ème rang au perfectum (IN FIERI « en devenir »,il chantât ; IN ESSE, tu chantas, il chanta, tu chanteras, il chantera). Dans les temps IN ESSE, la personne de support est antéposée dans un pronom sujet et la personne de rapport (accord, temps) reste dans la désinence qui est simplifiée au maximum : [è] pour l'imperfectum, [a] pour le perfectum, [R] pour le futur, [õ] et [é] pour les personnes complexes.

14C'est avec les temps IN ESSE BIS que l'acquisition au perfectum de toutes les personnes aboutit enfin (j'ai chanté, tu as chanté, il a chanté ; je viens de chanter, tu viens de chanter, il vient de chanter ; je vais chanter, tu vas chanter, il va chanter). Ceci est rendu possible par l'antéposition dans un auxiliaire de ce qui restait de morphologie verbale. On libère ainsi la personne de rapport (accord, temps) du sémantème verbal. A ce stade, le changement d'aspect temps simple / temps composé se libère entièrement du sémantème et de son temps intérieur (la distribution accompli / inaccompli du temps impliqué), pour construire un nouveau système dans lequel les informations de support (personne sujet) et de rapport (accord, temps) ont acquis un haut degré de généralisation, sont indépendantes du sémantème verbal et peuvent donc s'appliquer à tous les verbes. Ce qui reste lié au sémantème c'est le temps impliqué (infinitif et participes).

15Ainsi le sémantème se décline selon sa saisie sur le temps opératif du temps IN POSSE « en puissance ». Une fois posés la personne de support (je, tu, il), le temps expliqué (avoir ; être en train, venir ; aller), la personne de rapport (désinence de l'auxiliaire) et le temps impliqué (de ou ), le procès est saisi à l'initiale (infinitif), en cours (participe présent) ou à son aboutissement (participe passé).

  • 10  Le /de+infinitif/ des formes du présent est l'équivalent du participe présent, l'ensemble /en trai (...)

16passé = auxiliaire + participe passé (j'avais chanté, j'ai chanté)
présent = auxiliaire + participe présent10 (je suis en train de chanter, je viens de chanter)
futur = auxiliaire + infinitif (j'allais chanter, je vais chanter)

17Deux remarques sur cette construction « auxiliaire + sémantème + temps impliqué » : tout d'abord, il faut rappeler que les verbes utilisés comme auxiliaires existent toujours dans le système en tant que verbes pleins. Quand un de ces verbes est employé comme auxiliaire, la notion qu'il porte est saisie de manière anticipée, elle n'aboutit pas : quand venir est auxiliaire, son sémantème ne nous dit pas qu'il s'agit du déplacement dont le résultat est la venue, mais seulement de la projection de ce déplacement dont le résultat est un mouvement vers un passé proche ; de même, quand aller est auxiliaire, le résultat est un mouvement vers un futur proche. La traduction en italien, langue qui n'utilise pas le verbe venire comme auxiliaire, nous fournit un éclairage intéressant : je viens de parler / ho appena parlato. Le passé proche est exprimé par l'adverbe et le temps employé est le passé composé, ce perfectum de présent dont venir auxiliaire occupe la place en français.

  • 11  Pour une étude du rôle de to en anglais, voir : Patrick Duffley, L'infinitif en anglais : to et la (...)

18La deuxième remarque concerne l'avenir de l'évolution du système verbal français. On peut en lire les indices dans le présent IN ESSE BIS (je suis en train, je viens + de parler) où le temps impliqué est en partie antéposé dans la préposition de. Le mouvement évolutif d'antéposition de la morphologie est amené à se poursuivre et la prochaine étape semble bien être l'indépendance du temps impliqué par rapport au sémantème. Une situation qu'illustre l'infinitif anglais exprimé par la préposition to suivie du sémantème sans plus aucune marque morphologique, une forme qu'il prend dans le domaine nominal comme dans le domaine verbal (to love / the love, aimer / l'amour)11.

  • 12  Sophie Saffi, Le féminin, forme de politesse, un accord décalé, in « Italies », n°3, pp. 351-365.

19L'italien possède une construction équivalente « auxiliaire + sémantème + temps impliqué » mais uniquement pour le présent et le futur : sto cantando, sto per cantare. Nous avons déjà eu l'occasion, dans un précédent numéro de la revue12, de montrer que sur le mouvement évolutif d'antéposition de la morphologie, le système italien succède au système latin et précède le système français. Comme l'ensemble des langues romanes, l'italien propose une double conjugaison en formes simples ou composées, mais contrairement au français, l'italien n'a pas exploité à fond cette voie car le verbe italien – comme le verbe latin – réunit en lui la fonction sujet et la fonction prédicat. La désinence du verbe italien contient des informations morphologiques qui nous renseignent à la fois sur la personne de support (le sujet) et la personne de rapport (temps, accord). Le temps impliqué et le temps expliqué sont liés dans la désinence. Le temps expliqué n'est pas encore généralisé comme en français, il ne peut pas s'appliquer à n'importe quelle situation. Voilà pourquoi le changement d'aspect est encore synonyme de procès envisagé dans le passé. Ainsi, le futur dans le passé est un conditionnel composé (mi diceva che mi sarebbe costato due milioni / il me disait que ça me coûterait deux millions de lires). Ainsi, le futur exprimant un présent hypothétique (costerà due milioni / ça doit coûter deux millions de lires) est un futur composé si l'hypothèse est envisagée dans le passé (sarà costato due milioni / ça devait coûter deux millions de lires). On le voit, en italien, l'évocation du passé est associé au procès accompli d'où la prédilection pour l'aspect transcendant (temps composés). Ce qui bloque évidemment toute velléïté d'indépendance du temps expliqué par rapport au temps impliqué, dans cette époque du moins. Car, nous l'avons dit, au futur et au présent, le verbe stare devient l'auxiliaire qui permet l'antéposition du temps expliqué.

L'inversion des temps dans le futur

  • 13  En latin, le futur pouvait aussi s'utiliser dans une phrase hypothétique commençant par si.
  • 14  Le latin parlé classique (Ier av. J.C. - IIIème ap. J.C.) et le latin parlé tardif (LP1 : IIIème - (...)
  • 15  Alvaro Rocchetti, Pourquoi ne peut-on pas exprimer l'hypothèse en français, espagnol et portugais (...)

20En français l'époque future est construite comme le calque de l'époque passée reportée dans le futur : en face du passé simple perfectum de passé, on a le futur simple perfectum de futur ; en face de l'imparfait imperfectum de passé, on a le conditionnel imperfectum de futur. L'italien a opté pour une solution différente : le futur italien est resté un imperfectum13, et le conditionnel italien est un perfectum de futur. Concernant l'époque future, le système italien a donc une distribution des temps sur la dichotomie perfectum / imperfectum inverse de celle du français. Cet état de fait est visible dans la construction récente du conditionnel : le conditionnel français s'est construit à partir de l'infinitif et de l'imparfait de habere, alors que le conditionnel italien s'est construit à partir de l'infinitif et du prétérit de habere14. Avant d'opter définitivement pour une désinence de perfectum, l'italien a longtemps hésité et pendant des siècles les formes construites sur l'imparfait de l'auxiliaire ont coexisté avec les formes construites sur le prétérit. Mais ce qui est remarquable, c'est que l'obligation de composer le conditionnel lorsqu'il est mis au passé s'est imposée au XIXème siècle quand les formes fondées sur l'imparfait ont été éliminées15. On ne retrouve pas la même lisibilité dans les formes du futur qui sont plus anciennes, et par conséquent construites sur le même schéma de départ : infinitif et présent de l'auxiliaire. Mais l'évolution phonétique des désinences du futur simple français montre son affinité avec des formes de perfectum (je chantai, tu chantas, il chanta / je chanterai, tu chanteras, il chantera). De même, en italien, les désinences d'imparfait, de présent et de futur ont des points communs reflétant leurs appartenance à l'imperfectum (cantavo,-avi,-ava ; canto,-i,-a ; canterò, -erai, erà) en face des désinences de perfectum que sont le passé simple et le conditionnel (cantai, -asti, -ò ; canterei, -eresti, -erebbe ;et aussi : ebbi, avesti, ebbe ; avrei, avresti, avrebbe).

21Cette distribution différente des formes de perfectum et d’imperfectum du futur a diverses conséquences sur la concordance des temps.

Honni soit qui concordance des temps !

  • 16  Guy Bedos, Inconsolable et gai, Paris, Seuil, 1991, p. 167.

22Une première conséquence : le changement d’aspect du conditionnel italien. Les conditionnels italien et français expriment l’hypothèse car une action future est éminemment hypothétique. La différence entre le conditionnel italien, perfectum de futur, et le conditionnel français, imperfectum de futur, c’est que le premier est un futur catégorique quand le second n’est qu’une amorce de futur catégorique. Ainsi, quand l’hypothèse est envisagée dans le passé (In clinica, appena nato, quando ho capito che avrei avuto a che fare con gente come Lei, stavo per tornarmene indietro), la forme composée (avere avuto) est chargée d’exprimer le passé, et le conditionnel le futur (l’hypothèse, si vous préférez). En français, le conditionnel étant un imperfectum, il est moins engagé dans l’époque future, et le changement d’aspect ne s’avère pas aussi utile qu’en italien (A la maternité, quand j’ai compris que j’aurais affaire à des gens comme vous, j’ai failli retourner d’où je venais)16.

  • 17  Marcel Barral, L'imparfait du subjonctif, Paris, Editions Picard, 1980, p. 369.
  • 18  Guy Bedos, Op. cit., p. 73.
  • 19  Marcel Barral, Op. cit., p. 374.
  • 20  Le plus-que-parfait du subjonctif (Bien qu'elleeût été ravie de la connaître, elle n'en laissa rie (...)

23Deuxième conséquence : la concordance des temps avec le conditionnel français. En ce qui concerne l'abandon de l’imparfait du subjonctif en français, il faut souligner que l'éviction des formes d'imparfait au profit du présent a debuté dans les cas où la subordination devait se faire après un conditionnel ou un imparfait17 (Malheureusement, il semblerait que le Scud, l’Exocet et l’avion furtif se vendent nettement mieux que le préservatif !)18. Or, notre conditionnel, en tant qu’imperfectum de futur, affectionne en subordination un autre imperfectum et rejette le perfectum. Cette disparition n'a pas eu lieu en italien car le conditionnel italien est un perfectum de futur qui appelle en subordination un autre perfectum : l'imparfait du subjonctif (sembrerebbe che si vendessero). Parmi les emplois persistants d'imparfait du subjonctif à l'écrit, Marcel Barral relève de nombreux cas où il se confond avec le passé simple, comme celui-ci : « Avant que fut Moise, j'étais; avant que je puisse vous parler, j'étais » (Morel, Évangile de Judas, p. 62) qu'il qualifie d'« exemple curieux » car « il n'y a aucune faute d'accentuation dans cet ouvrage. Est-ce que l'indicatif réel ne l'emporte pas ici sur le subjonctif amené par avant que ? Car Moïse effectivement a été »19. Quand on réintroduit le temporel (époque passée), ce n'est plus un subjonctif qui est utilisé mais bien un indicatif (passé simple)20. Nous observons, encore une fois, le glissement du perfectum dans le passé : le perfectum de présent large qu'est l'imparfait du subjonctif glisse vers le mode des époques et devient perfectum de passé. L’histoire du latin et des langues romanes, nous a habitués à visualiser un glissement horizontal au sein d'un même mode : avec le perfectum de présent latin qui est devenu le prétérit des langues romanes, et avec le passé composé français, perfectum de présent IN ESSE qui devient perfectum de passé IN ESSE BIS. Nous avons ici un exemple de glissement vertical d'une chronothèse à l'autre. Et par suite, l'abandon en français de la représentation formelle du chronotype au sein du temps IN FIERI.

  • 21  Alvaro Rocchetti, Op. cit.

24Une troisième conséquence des distributions perfectum / imperfectum différentes en français et en italien pour l’époque future est l’impossibilité en français d’employer un futur après si quand c’est possible en italien. Comme l’a montré Alvaro Rocchetti21, la condition sine qua non d’une hypothèse est que l’action soit envisagée non encore réalisée. Si j’emploie un perfectum, je n’obtiens pas une hypothèse mais un départ d’action réalisée. Quand je dit s’il a fait ça, c’est pour m’embêter, je ne discute pas une hypothétique action, je pars d’un fait réel, établi, il l’a fait ! De même, quand je dis : s’il me dira qu’il regrette, alors je le pardonnerai (avec un si employé à la place d’un quand), je prédis un avenir certain, pas de place pour l’hypothèse, « il » n’a aucune chance d’en réchapper, il fera pénitence. En français, les imperfectum susceptibles de poser une hypothèse sont l’imparfait (si il faisait ça, il s’en mordrait les doigts), le présent (si tu fais ça, tu le paieras cher) et ... le conditionnel (si j’aurais su, j’aurais pas venu). Petite pause pour ceux qui sont au bord de l’apoplexie :

  • 22  Marc Jolivet, Iconoclaste, Paris, Plon, 1994, pp. 44-45.

Mon cher moi,
J’ai bien reçu ma lettre qui m’a beaucoup touché surtout venant de moi. Je me dis que je me plais, que je me manque beaucoup. Je me désire, je me veux. Quand je me reverrai, je me quitterai plus. L’amour que je me voue m’est réciproque.
/.../ Si Micheline revient, je me dénoncerai. Je lui lirai toutes mes lettres d’amour22.

  • 23  A ce moment-là, ceux qui suivent protestent que l’imparfait du subjonctif est un perfectum. Rien d (...)

25En italien, le futur simple est un imperfectum comme le présent et l’imparfait, ce qui permet les constructions suivantes : se facevi questo sbagliavi, se fai questo sbagli, se farai questo sbaglierai. L’emploi du présent avec le futur (se continua così, lo avrà) consent un retour vers le réel (Meriterebbe un bacio umido, questa adorabile ragazza ! Sulla mia parola, se continua così, lo avrà ! : si cette fille continue à le mériter à ce point-là, le baiser humide que San-Antonio rêve de lui donner va finir par se concrétiser) par la réintroduction de la succession des époques au sein de l’hypothèse (d’abord on remplit la condition, après on réalise la conséquence), ce qui la rapproche de la réalité (pour un phantasme de qualité, de qualité !)23.

Abracadabra ! Explication des exemples de Georges Ulysse

  • 24  Op. cit., p. 152.

26En français, le verbe d’une subordonnée de condition introduite par si est conjugué à l’imparfait de l’indicatif, imperfectum qui s’accorde avec le conditionnel de la principale, imperfectum lui aussi. En italien, le verbe d’une subordonnée de condition introduite par se est conjugué à l’imparfait du subjonctif, perfectum qui s’accorde avec le conditionnel de la principale, perfectum lui aussi. Le français a abandonné la forme imparfait du subjonctif, mais pourquoi ne pas utiliser le présent du subjonctif qui est un imperfectum ? Parce que, dans ce cas de figure, le français n’a pas besoin du mode subjonctif. L’information de condition est toujours donnée par l’indispensable conjonction si, ce qui n’est pas avéré en italien. Dans l’exemple de Ulysse24, cammina quasi fosse ubriaco, la locution conjonctive de comparaison et de condition come se peut disparaître car l’information d’un procès hypothétique est aussi donnée par le mode subjonctif. On notera que lorsque la conjonction est présente, l’information est donnée deux fois, redondance régulièrement employée par le système italien. Ainsi, dans le domaine nominal, l’information donnée par l’article est généralement répétée dans la désinence (la burla, lo scherzo), norme qui permet la création d’exceptions à haut degré informatif, comme les pluriels internes (le risa, le labbra) ; le couple porteur de l’information consent aussi l’omission d’un de ses éléments, comme celle du partitif (bevo vino, mangio pane e...).

27Le français privilégie l’emploi d’un seul marqueur de l’information antéposé, indépendant du sémantème, généralisé et donc récurrent. Ici la conjonction si.

  • 25  G. Ulysse, Pratique de l'italien de A à Z, Paris, Hatier, 1992, p. 162.

28Quand, en français, la subordonnée n’est plus une conditionnelle mais une relative, son verbe est conjugué au même temps que le verbe de la principale. En effet, les procès n’étant plus liés syntaxiquement par la subordination, ils sont envisagés avec les mêmes paramètres, car le procès de la subordonnée relative existe en parallèle de celui de la principale, il ne se rapporte pas à ce dernier mais à un antécédent nominal (Si quelqu’un voulait une explication... / La personne qui voudrait une explication... ; S’il voulait être reçu, un étudiant... / Un étudiant qui voudrait être reçu...). Dans la perspective du procès de la principale (conditionnel, époque future), je pose la condition préalable, donc antérieure (imparfait, époque passée), ou bien je décris le contexte du sujet, d’où la simultanéité (conditionnel partout). La différence avec l’italien est inhérente au double marquage qui consent un large éventail de situations d’emploi au mode subjonctif (il peut être précédé de conjonctions aux fonctions variées) permettant de nuancer l’expression de l’hypothétique. Les conjonctions se et che peuvent disparaître car elles sont en redondance avec la désinence verbale (fossi più giovane ti sposerei25, pensavo fosse più simpatica) ; ce qui n'est pas le cas du pronom relatif che. Avec la combinaison se + subjonctif imparfait (Se fossi...), je pose la condition préalable ; avec la combinaison che + subjonctif imparfait (Uno studente che volesse), je décris le contexte préalable. Situation de discours que vous ne rencontrerez en français qu’à l’oral, en langue

29Une remarque sur les choix de la langue parlée non soutenue. En italien comme en français , l’exemple de Ulysse (Uno studente che volesse essere promosso non agirebbe in questo modo.Un étudiant qui voudrait être reçu n'agirait pas de cette façon) pourrait donner lieu dans la conversation à une concordance uniforme de type « si présent alors présent » ou « si imparfait alors imparfait » : Un étudiant, si i' veut être reçu aux examens, i' fait pas ça ou si i' voulait être reçu, i' faisait pas ça ; en italien : Uno studente, se vuole essere promosso non fa così ou se voleva essere promosso non faceva così. Le conditionnel disparaît car, dans la principale, l’hypothèse cède la place a un procès soumis à condition mais bel et bien envisagé dans le réel. La subordonnée de condition contient, elle, une hypothèse : la conjonction si / se donne l’information de condition et est suivie d’un imperfectum.

  • 26  Guy Bedos, Op. cit., p. 72.

30Revenons un instant sur les choix, en italien, concernant la combinaison pronom relatif + subjonctif / indicatif. Quand le français coordonne deux subordonnées relatives, les verbes sont conjugués au même temps (Bush, il me fait penser à un boxeur qui se castagnerait dans les bistrots et qui serait dentiste en même temps)26 ; l’italien peut varier les combinaisons (Mi fa pensare ad un pugile che farebbe a pugni nei bistrot e che allo stesso tempo faccia il dentista). Ici, l’emploi de l’indicatif parallèlement au subjonctif, distribue les procès des deux relatives sur une échelle de valeur dont les degrés déterminent leur plus ou moins grande réalité. Ainsi, la bagarre, au conditionnel, est plus réelle, bien que soumise à une condition sous-entendue « se potesse » ; et le métier de dentiste, au subjonctif, est plus virtuel. Rappelons que le subjonctif n’est pas le mode de la division du temps en époques, mais le temps y est déjà perçu selon deux visées : l’une prospective vers le futur, l’autre rétrospective vers le passé. Le subjonctif italien possède deux temps : le passé et le présent ouvert qui fait office de futur. L’italien permet la distribution des modes en fonction du degré de réalité, mais en respectant la concordance des époques et des visées. Ici, parallèlement à une relative au conditionnel (un des futurs de l’indicatif), on ne peut utiliser que le présent, si l’on veut changer de mode.

31En français, la différence d’emploi entre subjonctif présent et indicatif conditionnel suit les mêmes règles de mesure de réalité. Comparons : Il ne s’était jamais bercé d’illusions sur le fait que cela puisse fonctionner avec Il pariait sur le fait que cela pourrait fonctionner un jour. Le subjonctif, mode de l’irréel, est ouvert : il n’y a pas de terme fixé à la réalisation du procès. Par contre, le conditionnel pose une hypothèse qui peut éventuellement se réaliser : une limite est envisagée. Ici nous l’avons matérialisée par le complément « un jour », mais, même sans ce complément, le seul fait d’utiliser le mode indicatif pose la réalisation du procès dans la réalité, et donc dans un cadre temporel défini.

32Le système français permet lui aussi d’exprimer des nuances mais cela se fait au niveau syntaxique : une fois effectué le choix entre subordonnées conjonctive ou relative, les emplois de temps et de modes sont imposés. Alors qu'en italien, la variation est plutôt de niveau morphologique car la nuance se lit dans la combinaison des associations conjonction + désinence verbale. À systèmes de construction du mot différents, solutions différentes.

  • 27  Champion italien de plongée en apnée.

33Nous mettons ici le doigt sur un problème crucial des grammaires didactiques : comment expliquer le fonctionnement d’un système dans une autre culture ? Soit on essaie de traduire le fonctionnement italien avec nos paramètres structuraux « dans telle construction, on emploie tel outil », soit on essaie de s’immerger dans leurs paramètres « quand on veut exprimer ceci, on combine comme cela » et chacun sait (enfin les Français, ces esprits carrés !) que la lecture d’une grammaire italienne ressemble à la noyade, le pauvre francophone (meschino !) retient son souffle dans l’attente de la règle conclusive, et au bout de dix pages d’apnée, on appelle le Samu, car n’est pas Pelizzari27 qui veut ! Deux solutions donc : s’initier au yoga comme le préconisait Mayol, ou comme Ulysse, aventurier courageux, défricheur de jungles temporelles et modales, Indiana Jones de la concordance des temps (ben oui, c’est quand même un livre hommage !) tenter l’impossible, mettre Paris en bouteille et le système italien en précis de grammaire. Et ça marche, malgré les critiques (Paris est trop grand), et les coupes (la bouteille est trop petite), car si vous avez déjà bu la tasse, vous apprécierez de boire au goulot. Alors – comme disent poliment les étudiants quand la coupe est pleine – on met quoi, indicatif ou subjonctif ?

  • 28  «Linus», maggio 98, p. 15.
  • 29 Ibidem.
  • 30  « Lupo Alberto », maggio 96, p. 57.
  • 31  Marc Jolivet, Op. cit., p. 32.

34Et bien, en italien comme en français, on utilise l’indicatif pour exprimer le réel (Secondo un recente sondaggio solo un italiano su 58 milioni è un Gianni Agnelli. Infatti in Italia abbiamo solo un Gianni Agnelli. I sondaggi non mentono28 ; Un Italien est, nous avons, les sondages ne mentent pas), et on emploie le subjonctif pour le virtuel (Qualche volta pure a me mi viene il dubbio. Che gli italiani non siano affatto fessi anzi abbiano capito tutto e aspettino il momento buono. Ma buono per cosa ?29 ; Que les Italiens ne soient pas fêlés, aient tout compris et attendent le bon moment). Ce qui vient pimenter l’affaire, c’est que nous n’avons pas vraiment la même sphère de réalité. Quand l’Italien croit quelque chose, il ne donne que son opinion, il n’interfère pas avec la réalité : credo che sia vero ; so che è vero. Mais, quand le Français croit quelque chose, c’est la réalité : je crois que c’est vrai ; je sais que c’est vrai (Serait-ce pour ça que la séparation entre l’Eglise et l’Etat urgeait plus chez nous que chez eux ?). Selon le même schéma mental, en français, la rumeur est une supposition, c’est-à-dire du réel soumis à condition, d’où l’emploi des temps de l’indicatif (il paraît qu’il vient, on dit qu’il viendra; la rumeur disait qu’il viendrait). L’italien permet de glisser du réel au virtuel, selon le mode choisi : l’indicatif pour les langues de vipères qui s’impliquent (si dice che viene ; si dice che verrà), le subjonctif pour l’information virtuelle, non effective voire irrationnelle (si dice che venga ; correva voce che venisse). Revenons à notre sympathique phrase hypothétique : on emploie le conditionnel quand l’hypothèse passe, sous condition, dans le réel (Sei così intelligente che mi piacerebbe leccarti il cervello !30 ; j’aimerais), la subordonnée de condition « se osassi ; si j’osais » est ici sous-entendue (Aaaah le non-dit ! Certains en font leur profession). Parfois, c’est la principale qui est omise, comme dans l’exemple français suivant : L’autre jour, j’ai enterré mon croissant dans le jardin. Le lendemain, j’y suis retourné et j’ai planté une petite croix dans la terre : « À mon croissant chéri », au cas où les voisins me questionneraient31. Sous-entendu : « je répondrais ». La subordonnée est ici une relative, et l’on a déjà dit pourquoi son verbe est conjugué au conditionnel en français quand l’italien préfère l’imparfait du subjonctif : nel caso i vicini mi chiedessero. Conclusion : le problème du choix, dans les exemples de Georges Ulysse, pour la traduction en français de l’imparfait du subjonctif italien, trouve sa solution dans la lecture de la syntaxe de la phrase. To be or not to be une proposition relative, that is the question. J’entends déjà les malins dire que tout est relatif dans la vie. Si l’on n’est pas féru d’analyse logique, on peut faire appel à son bon sens et résoudre la question par la compréhension du message en cherchant systématiquement à faire apparaître la condition introduite par si (si les voisins me questionnaient, je répondrais / les voisins me questionneraient, je répondrais ; et si j’osais, je te lècherais / j’oserais, je te lècherais). Une fois repérées principale et subordonnée, on tient compte de la qualité de perfectum ou d’imperfectum pour la concordance des temps (rythme binaire, très Rock&Roll) et voilà... C’est tout simple... !

  • 32  Guy Bedos, Op. cit., p. 165.

35Pour le plaisir (curiosité, masochisme...), observons le cas de Ne serait-ce que / Fosse solo : le ne... que français valant le solo italien, on note que lorsque le français passe sous silence la subordonnée de condition (si x était le seul exemple, ce serait...), l’italien sous-entend la principale (fosse x l’unico esempio, sarebbe...). Par exemple : Ma c’è gente che esagera. Fosse solo fisicamente. Ci sono dei tipi che hanno il coraggio di andare in giro con certe facce. En v.o., ça donne : Mais il y a des gens qui exagèrent. Ne serait-ce que physiquement. Vous voyez de ces tronches32.

Conclusion. Ouf !

36Nous avons tenté d’illustrer ici la dichotomie idée regardante / idée regardée qui, selon Gustave Guillaume, est sous-jacente au rapport proposition principale / proposition subordonnée, et qui organise l’emploi des modes indicatif et subjonctif. L’idée regardée est au subjonctif quand elle est vue à travers une possibilité (idée regardante de l’ordre du possible) : è possibile che venga, il est possible qu’il vienne. Quand l’idée regardée est vue à travers une probabilité (idée regardante de l’ordre du probable), elle est à l’indicatif : è probabile che verrà, il est probable qu’il viendra. Notre illustration a voulu souligner les différences des systèmes de ces deux langues soeurs que sont l’italien et le français : en tenant compte des divergences concernant le changement d’aspect et la distribution des temps sur la dichotomie perfectum / imperfectum, il est possible d’envisager une concordance des temps des langues romanes dans une perspective contrastive, de rechercher les opérations de pensée dont elle procède et les principes qui la régissent. En effet, c’est bien la différence de typologie des systèmes français et italien (conditionnel imperfectum pour l’un, perfectum pour l’autre) qui crée les distorsions entre les applications françaises et italiennes de la concordance des temps. C’est aussi la nature du conditionnel qui suscite l’emploi de l’imparfait du subjonctif en italien ou son abandon en français.
Deux remarques, en guise de conclusion.

37La première porte sur la nature intrinsèquement linguistique du comique qui se construit sur le décalage, la manipulation d’écarts par rapport à une norme. Comme tout ce qui touche au langage, la forme stylistique du discours fait l’objet d’un apprentissage, et une production qui s’écarte de la norme provoque un décalage humoristique. Par exemple, l’introduction inhabituelle d’une notion dans une formule normée :

  • 33  Marc Jolivet, Op. cit., p. 120.

Sauvons les riches !
La SNCF a enfin décidé de ne plus mettre les wagons de première en tête à cause des catastrophes.Effectivement, il vaut mieux que ce soient les secondes qui subissent les accidents car, en France, il y a trop de pauvres et pas assez de riches.
Préservons les riches !33

L’impertinent se régale des écarts par rapport aux idées bien pensantes :

  • 34  Extrait du « Pater Noster » de Jacques Prévert in Paroles, Paris, Gallimard, 1949, p. 58.

Notre Père qui êtes aux cieux
Restez-y34

Le comique peut aussi résulter d’un décalage du sens (signifié) :

  • 35  Raymond Devos, Matière à rire, l’intégrale, Paris, Olivier Orban, 1991, p. 421.

Un chapeau... Un chapeau, ça n’a pas de sens. Quand je mets le mien, il y en a qui me disent : « Pour porter un pareil chapeau, il faut être malade ». Et d’autres qui me disent : « Avec ce chapeau tu as bonne mine ! »
Les avis sont partagés.35

ou de la forme phonique (signifiant) :

  • 36  Marc Jolivet, op. cit., p. 54.

Il paraît qu’il y a plus de miso bi blancs que de maso black bi, chez les homos. Il y a des hétéros beurs, des homos beurs et des bi black beurs, mais moins que des Blacks beurs bi, m’a-t-on dit.36

38Les jeux de mots exploitent le lien forme-sens et le français, langue qui contruit des mots homogènes (c’est le tout sémantique, contrairement au mot italien qui unit un radical sémantique à une désinence morphologique), est un terrain de prédilection pour le calembour :

  • 37  Ovvio !
  • 38  Les Nuls, L’info, c’est rigolo, Paris, Albin Michel/Canal +, 1992, p. 15.

Déraillage. À Villeneuve-St-Georges37, un train entre sans crier gare : 123 morts.38Bon, ben... Je vous laisse traduire.

  • 39  Roman Jakobson, Langage enfantin et aphasie, Paris, Les éditions de Minuit, 1969.
  • 40  Roman Jakobson, Op. cit., pp. 55 et suivantes. La première opposition correspond à l'acquisition d (...)
  • 41  L'ordre universel qui apparaît est guidé par le fait qu'un espace est plus aisément concevable à l (...)

39Quand on change de langue, on change de système et donc de norme. Ecarts et décalages en sont, comment dire... changés ! En diachronie, au sein d’une même culture et d’une même langue, on observe aussi des changements : vous avez déjà essayé de vous dérider avec « L’Almanach Vermot » de grand-père ? Heureusement, il existe un fond commun universel de la rigolade. Et le rire obéit aux lois fondamentales de l’acquisition du langage. Roman Jakobson39 a observé et décrit une chronologie d'apparition des sons chez l'enfant, et une succession inverse équivalente de disparition des sons chez l'aphasique. Il a défini des « lois générales de solidarité irréversible »40 représentatives de la hiérarchisation universelle des phonèmes41. Les conclusions de Roman Jakobson révèlent que nous n'apprenons pas à repérer des points fixes mais des écarts. Les modalités d'apparition des phonèmes lors de l'acquisition du langage sont liées à l'apprentissage d'écarts de plus en plus fins : elles sont dépendantes d'une seconde prise de conscience de l'espace buccal – la première ayant eu lieu lors du babil – qui réorganise cet espace selon une systématique en prise directe avec l'organisation de la pensée et du langage.

40Pour se dilater la rate, c’est la même chose : les premières acquisitions humoristiques sont les plus universelles et les plus fondamentales ; les subtilités culturelles sont secondes.

41Illustration : pipi, caca, prout ! L’humour enfantin associe les fondamentaux de la construction de la personne psychologique (le corps, l’unité et la dispersion du moi) et sociale (la propreté, la relation parentale) à ceux de la construction du langage (occlusive + voyelle, répétition syllabique).

42Ma deuxième et dernière remarque veut souligner le caractère nécessaire du rire et de l’impertinence. La sagesse se mesure à l’aune du sens de l’humour, synonyme d’aptitude à prendre du recul, mais aussi manifestation d’un talent à aller à l’essentiel, et preuve d’une grande compréhension de la psychologie des êtres, indispensable pour caricaturer, piquer au vif, et viser juste. Nous avons tous été, un jour ou l’autre, confrontés à la difficulté de conserver son sens de l’humour quand on est blessé et malheureux. Ce qui tend à démontrer que le rire est bien signe de sagesse puisque symptome de capacité au bonheur.

43Quant à l’impertinence, elle est un gage de sauvegarde de la Démocratie. On constate, à travers l’histoire des systèmes de pouvoir, la fonction politique vitale réservée au bouffon du Roi, puis aux guignols et autres chansonniers. L’existence d’une presse du type « Le Canard enchaîné » est un indicateur de bonne santé des Droits de l’homme et de la Liberté de pensée. Poil au nez !

Haut de page

Annexe

Annexe 1
Les chronothèses du français contemporain
Annexe 2
Les chronothèses de l'italien contemporain

Haut de page

Notes

1  Jacques Prévert, «Je suis comme je suis» in Paroles, Paris, Gallimard, 1949, p. 100. Dédicace : Jacques Prévert aurait cent ans.

2  Hommage à Frédéric Dard, le roi de la "tchatche".

3  Sanantonio, In lungo, in largo e di traverso, traduzione di Bruno Just Lazzari, Milano, Editoriale Erre, 1982, p. 16 ; dorénavant, réf. sa.

4  San-Antonio, En long, en large et de travers, Paris, Editions Fleuve Noir, 1958, p. 27 ; dorénavant, réf. SA.

Le traducteur italien a ajouté un effet comique en passant à la 1ère personne (si je m’étais vu, je ne l’aurais pas cru).

5  Pour une définition du futur hypothétique, consulter Annie Boone et André Joly, Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris, L’Harmattan, p. 216.

6  Georges et Odette Ulysse, Précis de grammaire italienne, Paris, Hachette, 1988, p. 152. Les auteurs illustrent (volontairement ?) merveilleusement les difficultés du cursus étudiant : quand en fait de palais vénitien, on dort en Cité Universitaire, environnement évidemment bruyant, on ne ferme pas l'oeil de la nuit et on se traîne au cours de grammaire en titubant de fatigue. Peu importe puisque pour l'explication, on s'en remet au lendemain, ce qui n'est pas la meilleure politique pour réussir ses examens.

7  Cesare Marchi, Impariamo l'italiano, Milano, Biblioteca Universale Rizzoli, terza edizione, 1992, p. 99.

8  Alvaro Rocchetti, De l'indo-européen aux langues romanes : une hypothèse sur l'évolution du système verbal in «Chroniques italiennes», Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, 1987, n°11/12, p. 29.

9  La formation de l'image-temps est une opération mentale extrêmement brêve qui requiert cependant une certaine durée, une quantité de temps figurée par un axe que Gustave Guillaume nomme l'axe du temps chronogénétique, et qui supporte la chronogénèse, c'est-à-dire l'opération de pensée qui génère l'image-temps. La genèse de l'image temporelle est marquée par trois étapes successives : 1) temps en puissance IN POSSE, mode quasi nominal apersonnel (infinitif, participes) ; 2) temps virtuel IN FIERI, mode subjonctif, apparition de la personne ; 3) temps réel IN ESSE, mode indicatif, mode personnel et mode de la division du temps en époques (passé, présent, futur). Les trois étapes successives de la genèse de l'image temporelle se développent du stade a-temporel du substantif à peine transgressé jusqu'au mode indicatif, et chaque étape présente une image temporelle plus élaborée, moins virtuelle. Ainsi, la chronothèse finale est la plus complexe avec l'organisation du temps en époques autour du repère qu'est le présent. La chronogenèse est la lente organisation du temps présent que l'on peut diviser en une succession de temps opératifs, chacun présupposant le précédent. Ainsi le subjonctif est le mode de l'en-deça chronogénétique.

10  Le /de+infinitif/ des formes du présent est l'équivalent du participe présent, l'ensemble /en train/ + /de+infinitif/ est l'équivalent de /en+participe présent/ soit le gérondif. Car « La préposition de /.../ est linéaire. Le mouvement de pensée auquel elle correspond est assez complexe. Une direction prospective (d'origine vers le but) étant donnée, la pensée prend appui sur un instant de cette direction, et la remonte dans le sens rétrospectif jusqu'au point d'origine. Ex : Il vient de Paris, c'est-à-dire analytiquement : il va vers un but, et cette direction (prospective) prend son origine (direction mentale rétrospective) au point Paris. » (Gustave Guillaume, Le problème de l'article et sa solution dans la langue française, Paris / Québec, Nizet / PU Laval, 1975, p. 261). Pour un complément d'information, voir l'étude des prépositions en, dans et des participes et gérondif en français et en italien de Sophie Dubail-Saffi in La place et la fonction de l'accent en italien, thèse de Doctorat, Sorbonne Nouvelle-Paris III, 1991.

Cette construction « auxiliaire + gérondif » se retrouve dans les autres langues romanes : l'espagnol voy haciendo (je suis en train de faire), l'italien va raccontando che (il raconte partout que), ainsi qu'en français jusqu'à l'époque classique (il va chantant). Si les participes et l'infinitif sont les formes du temps impliqué, le gérondif est une forme de temps expliqué : on visionne tout le déroulement du procès en cours et on ne se limite plus à situer le procès en un point de son déroulement. On a donc, au présent, la construction suivante : je suis en train de finir dans laquelle je est la personne de support, suis en train est le temps expliqué (personne de rapport déterminée), de est la première marque de temps impliqué, fini- est le sémantème et -r est la seconde marque du temps impliqué (personne de rapport en puissance).

11  Pour une étude du rôle de to en anglais, voir : Patrick Duffley, L'infinitif en anglais : to et la personne in « Revue québécoise de linguistique », Montréal, Univ. du Québec, 1988, vol. 17, n°1, pp. 55-71 ; et : Didier Bottineau, To, signe de relation actantielle puissancielle en anglais, résumé de la conférence tenue au cours du 8ème colloque international de psychomécanique du langage (Chambéry-Seyssel, 1997) in «aipl», printemps 1997, bulletin 24, pp. 33-34.

12  Sophie Saffi, Le féminin, forme de politesse, un accord décalé, in « Italies », n°3, pp. 351-365.

13  En latin, le futur pouvait aussi s'utiliser dans une phrase hypothétique commençant par si.

14  Le latin parlé classique (Ier av. J.C. - IIIème ap. J.C.) et le latin parlé tardif (LP1 : IIIème - Vème, LP2 ou latin roman : Vème - VIIIème) possédaient le sémantème « conditionnel » mais pas le morphème correspondant. L'irréel était exprimé par le subjonctif imparfait (1ère p.s. amarem, 3ème p.s. cantaret) en latin parlé classique, le plus-que-parfait (amavissem, cantasset) en latin parlé tardif. En latin roman se développe une tournure « futur du passé » : la périphrase [infinitif + habebam, habebat (imparfait de habere)], parallèlement à [infinitif + habeo]et[debeo, volo + infinitif] pour le futur. Cette tournure se soude au VIIIème siècle :*cantaream, cantarat > protofrançais chantereit, occitan, catalan, espagnol cantarìa. Cette solution est générale en Romania occidentale mais minoritaire et ancienne en Italie. En italien, c'est le prétérit qui a été majoritairement choisi comme base : [infinitif + habui, habuit]. Cependant, le type composé avec l'imparfait était très utilisé par les poètes de la Scuola Siciliana et sa pénétration en Italie centrale s'explique par l'imitation par les Toscans de la poésie sicilienne (le type en -ia était réservé à la langue soutenue et à la littérature poétique, le type en -ei à la prose) ou par une influence occidentale. Dans le nord de l'Italie, ce type composé avec l'imparfait apparaît seulement ou particulièrement aux 1ère et 3ème personnes du singulier. Les deux types se sont contaminés dans l'usage savant selon la distribution suivante : -ia, -esti, -ia, -essimo, -esti, -iano. Un autre type, peu pratiqué par les Toscans, et considéré comme une importation du Mezzogiorno continental, mais dont est resté la forme fueram> fora, est formé sur le plus-que-parfait indicatif latin (voir Michel Banniard, Du latin aux langues romanes, Paris, Nathan, 1997, pp. 63 et 95 ; etGérard Genot, Manuel de linguistique de l'italien, approche diachronique, Paris, Ellipses, 1998, p. 180).

15  Alvaro Rocchetti, Pourquoi ne peut-on pas exprimer l'hypothèse en français, espagnol et portugais avec si + futur de l'indicatif, alors qu'on peut le faire en italien et en roumain. Pour une retouche du système verbal proposé par Gustave Guillaume dans Temps et Verbe, conférence tenue au cours du 8ème colloque international de psychomécanique du langage (Chambéry-Seyssel, 1997), résumé in «aipl», printemps 1997, bulletin 24, pp. 59-60.

16  Guy Bedos, Inconsolable et gai, Paris, Seuil, 1991, p. 167.

17  Marcel Barral, L'imparfait du subjonctif, Paris, Editions Picard, 1980, p. 369.

18  Guy Bedos, Op. cit., p. 73.

19  Marcel Barral, Op. cit., p. 374.

20  Le plus-que-parfait du subjonctif (Bien qu'elleeût été ravie de la connaître, elle n'en laissa rien paraître) et le conditionnel passé 2ème forme (Elleeût été raviede la connaître) subissent le même sort : ces formes sont phonétiquement indifférenciables du passé antérieur (eut été).

21  Alvaro Rocchetti, Op. cit.

22  Marc Jolivet, Iconoclaste, Paris, Plon, 1994, pp. 44-45.

23  A ce moment-là, ceux qui suivent protestent que l’imparfait du subjonctif est un perfectum. Rien de grave. Qu’ils se calment. D’abord parce que j’écris aussi pour ceux qui ne lisent que pour rigoler, et ensuite, parce que le subjonctif est le mode du virtuel (on l’a dit au début, hé banane ! Douce vengeance de la majorité silencieuse).

24  Op. cit., p. 152.

25  G. Ulysse, Pratique de l'italien de A à Z, Paris, Hatier, 1992, p. 162.

26  Guy Bedos, Op. cit., p. 72.

27  Champion italien de plongée en apnée.

28  «Linus», maggio 98, p. 15.

29 Ibidem.

30  « Lupo Alberto », maggio 96, p. 57.

31  Marc Jolivet, Op. cit., p. 32.

32  Guy Bedos, Op. cit., p. 165.

33  Marc Jolivet, Op. cit., p. 120.

34  Extrait du « Pater Noster » de Jacques Prévert in Paroles, Paris, Gallimard, 1949, p. 58.

35  Raymond Devos, Matière à rire, l’intégrale, Paris, Olivier Orban, 1991, p. 421.

36  Marc Jolivet, op. cit., p. 54.

37  Ovvio !

38  Les Nuls, L’info, c’est rigolo, Paris, Albin Michel/Canal +, 1992, p. 15.

39  Roman Jakobson, Langage enfantin et aphasie, Paris, Les éditions de Minuit, 1969.

40  Roman Jakobson, Op. cit., pp. 55 et suivantes. La première opposition correspond à l'acquisition des deux limites qui permettent la formation de la syllabe : la consonne la plus fermée et la voyelle la plus ouverte. La première opposition consonantique permet la mise en place des deux limites du domaine consonantique : limites interne (résonateur nasal) et externe (résonateur buccal). L'espace ainsi délimité est divisé en deux, puis encore en deux et ainsi de suite (apparition des occlusives avant celle des constrictives). Quand une opposition n'existe pas, c'est-à-dire quand un écart donné n'est pas scindé une fois de plus, l'articulation du phonème correspondant peut – sans que le phonème perde son identité – occuper tout l'espace que représente cet écart et tous les points d'articulation qui y sont possibles.

41  L'ordre universel qui apparaît est guidé par le fait qu'un espace est plus aisément concevable à l'intérieur de limites. Les oppositions les plus rares correspondent à des points d'articulation qui supposent des écarts très fins. Certaines langues peuvent se spécialiser sur un endroit donné de l'espace buccal, le diviser de nombreuses fois afin d'en tirer des écarts minimes. Mais l'ordre de succession des divisions impose à ces écarts minimes deux caractéristiques : ce sont des acquisitions à la fois rares et tardives. Les voyelles nasales, par exemple, surviennent en dernier, alors que les consonnes nasales font partie des premières articulations. Dans le système des consonnes, les nasales sont les plus intérieures. Elles constituent, avec les labiales, les limites du domaine consonantique. Voilà pourquoi les consonnes nasales apparaissent très tôt lors de la mise en place du système phonologique d'une langue. Par contre, les voyelles nasales sont une main tendue du système vocalique vers le système consonantique : l'abaissement du voile du palais n'est pas une fermeture, mais en privant l'espace buccal d'une partie de l'air disponible, ce mouvement provoque une sensation d'imperfection en ce qui concerne la libre expulsion de l'air. On peut comparer les voyelles nasales aux consonnes liquides qui, en sens inverse, sont une main tendue vers le système vocalique. Les voyelles nasales – comme les consonnes liquides – sont des acquisitions tardives car elles se définissent par rapport aux deux systèmes vocalique et consonantique. Ceux-ci doivent être presque complets pour servir de référence afin que ces sons puissent être enfin différenciés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/2, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

Sophie Saffi, « Subjonctif imparfait, temps de l’hypothétique ou des zygomatiques ? », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 24 décembre 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/2384 ; DOI : 10.4000/italies.2384

Haut de page

Auteur

Sophie Saffi

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org