Navigation – Plan du site
"Humour et faits de langue"

Filtre affectif, humour et pédagogie de l'italien…

Elisabeth Kertesz-Vial
p. 827-833

Résumé

Elisabeth Kertesz-Vial aborde en didacticienne le domaine de l’enseignement des langues. Sa contribution, centrée sur les manuels pédagogiques en usage dans les classes primaires et secondaires, souligne à quel point l’humour est important pour combattre la peur du ridicule et de l’erreur chez les très jeunes élèves et les motiver dans leur apprentissage.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

didactique, humour

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

Le filtre affectif

  • 1  S. D. Krashen, T. Terrell, The natural approach, Pergamon Press, N.Y., 1983.

1La notion de filtre affectif est devenue centrale dans les années 80. Elle provient des théories de S. D. Krashen, universitaire californien, qui a promu avec son collègue T. Terrel une « approche naturelle » de l'acquisition d'une langue vivante1.

  • 2  C. Germain, Évolution de l'enseignement des langues : 5000 ans d'histoire, Paris, Clé internationa (...)

Celle-ci est fondée sur la façon dont les adultes réussissent à acquérir une L2 en milieu naturel. L'enseignement en milieu scolaire se doit, selon les auteurs, de reproduire en quelque sorte, cette façon "naturelle" d'acquérir une L2. Il est à remarquer que dans son sens traditionnel, le qualificatif de "naturel", même pour l'enseignement d'une L2, fait habituellement référence à la façon – dite naturelle – dont les jeunes enfants acquirent leur L1.2

2Cette nouvelle méthode bouleverse l'enseignement traditionnel en mettant l'accent avant tout sur la compréhension – assortie du respect des temps de l'apprenant (comprenant les phases et les pauses nécessaires à tout apprentissage) – et sur la communication (qui, à la différence de l'information, entraîne un véritable échange de messages et une multilatéralité). Aux orties, donc, les pratiques pédagogiques reposant uniquement sur la traduction des textes littéraires en classe de langues !

3L'accent est mis également sur l'importance et le rôle du matériel didactique. Tout ce qui élargit l'horizon de la classe de langue et l'ouvre sur le monde extérieur (images, sons, documents authentiques, journaux, revues, posters, images publicitaires, activités ludiques...) est bénéfique. Le professeur est donc investi d'une nouvelle fonction, celle de vecteur entre ces deux mondes.

  • 3  C'est d'ailleurs sur ce point précis – du non-passage entre les deux processus – que les chercheur (...)

4Dans le développement des compétences linguistiques des apprenants, selon Krashen, deux processus distincts3 interviennent : l'acquisition et l'apprentissage. Le premier est implicite, largement inconscient et axé sur le sens ; le second est, lui, explicite, conscient, axé sur des notions grammaticales. L'usage efficace de la langue repose donc plus sur le premier processus que sur le second.

5La méthode d'apprentissage repose sur deux piliers théoriques : le « comprehensible input », c'est-à-dire la quantité de compréhension significative (car il existe un seuil au delà duquel l'apprenant se bloque) et la gestion du « filtre affectif » qui vient s'interposer entre les données reçues et son acquisition par l'apprenant.

  • 4  C. Germain, op. cit., p. 249.

(Il) se compose de trois éléments : la motivation-attitude, la confiance en soi, l'absence d'anxiété. Plus faible est le filtre, plus forte est l'acquisition et inversement [...]. C'est un prédicateur de succès.4

Ce filtre est, en d'autres termes, un mécanisme de défense psychologique, se traduisant par la peur de se tromper, de sembler ridicule... On comprend aisément que cette barrière fasse obstacle à toute acquisition langagière.

L'humour

  • 5  Ce terme et les nombreux développements qui s'y rattachent sont exposés dans l'ouvrage de J. M. O' (...)
  • 6  Il ne s'agit pas pour autant de faire disparaître toutes les "frustrations" en classe de langue ; (...)

6Au sein des stratégies employées en classe de langue, à côté de la mise en œuvre de la mémorisation, de la traduction, du résumé, de l'inférence… – activités traditionnelles s'il en est (dont on reconnaît l'importance et la centralité) – le pédagogue doit prendre en compte les « facteurs socio-affectifs »5 qui favorisent l'appropriation de la langue cible. En effet, le stress et les stimuli négatifs font diminuer ou même disparaître6 les réponses en classe de langue. L'un des moyens les plus commodes pour faire échec à l'anxiété est, bien entendu, l'humour.

  • 7  La méthode « Sans Frontières », éditée par le CNDP, comprend des cassettes vidéo, des livrets et d (...)
  • 8 Idéalement, une unité devait occuper deux semaines de cours à raison de quatre fois quinze ou vingt (...)

7Nous allons illustrer cette démarche par un exemple tout italien, celui de la méthode « Sans Frontières », destinée aux apprenants des classes primaires7. Pour les classes du cours élémentaire, où le côté "affectif" a été privilégié afin de rendre les cassettes vidéo les plus attractives possibles étant donné le public choisi (des élèves de huit et neuf ans), la "bible" des personnages avait été très travaillée. Chacun des enfants (autant de garçons que de filles, parité oblige !) avait un caractère très entier : ainsi il y avait le timide, la coquette, le malicieux… Mais dans les études menées par le Ministère et l'I.N.R.P. dans les deux années qui ont suivi la mise en place de la méthode dans les écoles primaires, un fait très net est apparu : un personnage avait raflé, à lui tout seul, la vedette ! « Corbeille » (dont le patronyme italien est bien sûr « Cestino ») a emporté l'adhésion des maîtres et des élèves, au point de faire disparaître au bout d'une année d'existence l'un de ses acolytes prénommé « Bug » (dans les quatre langues de la méthode). Ce dernier était un gentil petit triangle aux yeux bleus doté de deux jambes et de deux bras qui venait en aide aux élèves de la classe chaque fois qu'un problème se posait à eux, c'est-à-dire continuellement ! Précisons que dans la fiction, les modules de langues se déroulaient dans une classe où se côtoyaient une petite dizaine d'enfants, leur instituteur, un "bidello"-jardinier et homme à tout faire, ainsi qu'un certain nombre d'invités (désirés ou indésirables) : le photographe chargé de la traditionnelle "photo de classe", le lapin égaré à l'école, la grand-mère venue rechercher une enfant malade, le professeur de gymnastique qui a perdu son ballon, etc., etc. C'est d'ailleurs cet élément perturbateur qui déclenchait les péripéties de chaque scénario et fondait les situations de communication autour desquelles les dialogues étaient bâtis. Dans la méthode destinée aux élèves du CE2, le fil rouge tout au long des dix-huit unités, constituées chacune de trois modules8, était représenté par Cestino qui promettait à la fin de chaque unité de répéter une comptine ou un virelangue le jour de son anniversaire : lors du dernier module de la dernière unité, la date fatidique étant arrivée, il était contraint de s'exécuter, avec beaucoup de bonheur d'ailleurs !

  • 9  Toute l'équipe scientifique et technique s'est ainsi mise en chasse et a fait provision d'onomatop (...)

8On voit ici le rôle essentiel de l'aspect humoristique, venu renforcer dans cette série l'attrait du support, et qui, loin d'accentuer la passivité que la vidéo aurait pu induire, a guidé les petits élèves (ceux de la réalité) en devenant source de motivation supplémentaire et en favorisant l'interactivité entre ces derniers et le média utilisé9. Il est probable également que l'humour a pu contrer l'un des défauts majeurs de ce type de matériel pédagogique qui présente tout d'un coup aux élèves une masse énorme de données (linguistiques, visuelles et auditives) en désamorçant en partie la « surcharge cognitive » représentée par cette arrivée massive d'éléments à traiter.

En modelant le monde représenté sur le vécu des élèves dans une école réelle et en faisant communiquer le plus authentiquement qu'il était possible de très jeunes garçons et filles, la série « Sans Frontières », dans sa version italienne, prolongeait la "manière" des manuels de G. et d'O. Ulysse.

L'approche communicative

  • 10  Bien que d'autres ouvrages aient été publiés précédemment (comme L'Italie par les textes, en 1965) (...)
  • 11  Ceux qui ont enseigné l'italien et débuté dans ces années-là diront comme moi combien ces volumes (...)

9Qui songerait en effet à nier le véritable renouveau et les apports introduits par ces méthodes destinées aux élèves qui commençaient à apprendre la langue italienne ?10 Le fait d'enseigner devenait différent. En se centrant sur un groupe de jeunes gens, sur leurs besoins et leurs activités, on rompait avec le système précédent dont l'élément roi était la traduction ; la langue parlée entrait en force et les échanges faisaient de la compétence en langue orale le pilier d'une nouvelle approche dynamique de l'apprentissage. On ne négligeait pas pour autant, loin s'en faut, les compétences lexicales et grammaticales auxquelles venait prêter main-forte une impressionnante batterie d'exercices de répétition et de substitution destinés à fixer les formes correctes de la langue italienne dans l'esprit des jeunes lycéens français11. En effet, ces volumes tenaient le plus grand compte non seulement des études contrastives sur l'italien et le français mais également des apports théoriques sur les langues vivantes, leur fonctionnement ainsi que leur acquisition. L'une des réussites de ces ouvrages a été la part faite à une iconographie extrêmement plaisante et éclairante qui devenait un véritable outil de compréhension. De plus, le choix et la variété des images élargissait l'horizon des élèves sur la vie et les arts de l'autre côté des Alpes.

À l'horizon…

  • 12  Présentée en trois volumes publiés chez Nathan en 1998.

10Orizzonti italiani, la méthode la plus récente12, se situe dans la droite ligne de Vacanze. Les ouvrages présentent une progression centrée elle aussi sur les apprenants, accompagnée d'un foisonnement d'images et d'apports variés sur la culture et la civilisation italienne. Son support reste traditionnel, c'est celui des livres de classe. On se plaît donc à imaginer ses prolongements – sur les mêmes principes – sur de nouveaux supports virtuels qui intègreraient le son, l'image et la vidéo. Les échanges et la recherche sur des sites apporteraient à l'interculturalité une dimension nouvelle. Des créations collectives seraient possibles tout en favorisant l'autonomie. Et bien sûr, le côté ludique et motivant de cet apprentissage en serait renforcé. Mais l'un des atouts majeur de la “Toile”, grâce aux groupes de discussion qu'elle propose et à la facilité de la correspondance électronique, est sans aucun doute l'accent mis au plus haut point sur cette communication authentique qui est le point focal des manuels de G. Ulysse. À bientôt en ligne, donc !

Haut de page

Notes

1  S. D. Krashen, T. Terrell, The natural approach, Pergamon Press, N.Y., 1983.

2  C. Germain, Évolution de l'enseignement des langues : 5000 ans d'histoire, Paris, Clé international, 1993, p. 243.

3  C'est d'ailleurs sur ce point précis – du non-passage entre les deux processus – que les chercheurs en didactique s'interrogent depuis. À propos de cette controverse, cf. P. Cyr, Les stratégies d'apprentissage, Paris, Clé international, 1998, p. 9.

4  C. Germain, op. cit., p. 249.

5  Ce terme et les nombreux développements qui s'y rattachent sont exposés dans l'ouvrage de J. M. O' Malley, et A. V. Chamot, Learning strategies in second language acquisition, Cambridge, Cambridge University Press, 1990. Il s'agit, par exemple, de gérer ses émotions, de partager ses sentiments, de coopérer avec les autres (élèves et maîtres), d'être sensible à autrui, à ses habitudes, ses particularismes…

6  Il ne s'agit pas pour autant de faire disparaître toutes les "frustrations" en classe de langue ; certaines d'entre elles, qui stimulent la curiosité, sont évidemment des facteurs de progrès. Je renvoie sur ce point à un article (en ligne) de H. Portine, Tutoring et fonctionnement cognitif dans l'apprentissage de l'activité de langage, adresse de la page web : http://www.hexo.fr/aep/focal/portine.html.

7  La méthode « Sans Frontières », éditée par le CNDP, comprend des cassettes vidéo, des livrets et des guides pédagogiques. Elle est destinée aux élèves des CE1, des CE2 et des CM1. Il en existe quatre versions : anglaise, allemande, espagnole, italienne. Le Directeur de la collection est Madame Rossini-Mailhé. Les auteurs des guides italiens sont : M.-T. Medjadji, E. Kertesz-Vial et M.-C. Zuliani.

8 Idéalement, une unité devait occuper deux semaines de cours à raison de quatre fois quinze ou vingt minutes par semaine. Les rapports ministériels ont montré que, dans la réalité, ces temps n'ont que très rarement été respectés, et que bien souvent les cours de langues ont avoisiné les trente-cinq minutes.

9  Toute l'équipe scientifique et technique s'est ainsi mise en chasse et a fait provision d'onomatopées et de récits authentiques, si possibles drolatiques, et a fait montre de la plus grande richesse imaginative, avec des résultats souvent plaisants mais parfois inattendus. Ainsi, pour ne citer que certains dérapages dont les italianistes ont été les "victimes" ou les "responsables", comme on le voudra, citons le véhicule Renault qui a transporté dans tout Rome la famille italienne de la fiction à la place de la Fiat réclamée dans le scénario, et la petite sœur qui dépassait d'au moins deux têtes celle qui était supposée en avoir la garde. Le clou étant le présentoir à livres qui montrait des couvertures d'ouvrages pour la jeunesse (Collodi, Calvino, Rodari…) et où figurait en bonne place une illustration, certes délicieuse mais néanmoins déplacée, d'un roman "osé" de Nico Orengo, lequel pour une fois avait abandonné un jeune public en faveur de lecteurs beaucoup plus expérimentés…

10  Bien que d'autres ouvrages aient été publiés précédemment (comme L'Italie par les textes, en 1965) et par la suite (Questa è l'Italia, Scopriamo l'Italia et Italia Viva au début des années 80), on fait référence ici aux manuels Vacanze a Roma et Vacanze in Italia, publiés par Hachette en 1974, destinés aux apprenants de première et de deuxième année d'italien.

11  Ceux qui ont enseigné l'italien et débuté dans ces années-là diront comme moi combien ces volumes ont changé et facilité notre tâche.

12  Présentée en trois volumes publiés chez Nathan en 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/2, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

Elisabeth Kertesz-Vial, « Filtre affectif, humour et pédagogie de l'italien… », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 24 décembre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/2385 ; DOI : 10.4000/italies.2385

Haut de page

Auteur

Elisabeth Kertesz-Vial

Université Paris 12

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org