Navigation – Plan du site

Présentation

Brigitte Urbani
p. 5-22

Texte intégral

1Ces deux volumes en hommage à Georges Ulysse sont un témoignage d’amitié, de respect et de gratitude. Amitié de collègues de longue date qui ont apprécié de travailler avec lui, qui ont été invités à Aix-en-Provence à l’occasion de colloques, de soutenances de thèse ou dans le cadre d’accords entre l’Université de Provence et l’Italie. Respect de collègues plus récents dans la profession pour qui Georges Ulysse est un exemple, un modèle, de par sa carrière, ses intérêts, et l’humanité avec laquelle il a transmis son savoir. Gratitude de ceux qui ont apprécié ses conseils, son immense disponibilité, qui grâce à lui ont aimé la langue et la culture italiennes et ont eu envie à leur tour de délivrer un message, de faire partager l’enthousiasme qu’il leur a communiqué.

2Les auteurs des contributions rassemblées dans ce numéro double de la revue Italies, dont il est le fondateur et qu’il a dirigée jusqu’à son départ à la retraite, sont donc essentiellement des collègues d’Aix-en-Provence ou d’autres universités de France et des professeurs universitaires italiens. Ont participé également d’anciennes étudiantes qui grâce à lui ont mené à bien leur cursus et enseignent aujourd’hui à l’Université ou dans des établissements du second degré, transmettant à leur tour les savoirs et le savoir-faire qu’elles ont reçus de lui. Tous ont été sollicités individuellement par le « comité organisateur » qui spontanément s’est constitué autour de ce projet, dans les limites qu’imposait la réalisation matérielle de l’ouvrage, et ont immédiatement répondu.

3Dût sa modestie en souffrir, il faut souligner le parcours exemplaire qu’est celui de Georges Ulysse, né en 1939, reçu à l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud en 1957, agrégé en 1961. Une formation qui a orienté le chercheur qu’il est devenu puisqu’il y fut admis en section d’Histoire et que, au cours de ses études à Paris, il bénéficia, à la Sorbonne, de l’enseignement de Paul Renucci, d’André Rochon, de Paul Margueron, qui le formèrent en littérature du Moyen Âge et de la Renaissance et en philologie. Il fut à Saint-Cloud le disciple de Mario Baratto. Il allait écouter au collège de France les leçons d’André Pézard. Les contacts établis au cours de ce séjour parisien de quatre années avec le centre de recherche audiovisuel et le centre de formation des inspecteurs d’Académie ont nourri ses réflexions sur les fonctions du professeur qu’il est devenu.

4Assistant à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence en 1964, maître-assistant en 1967, il est, après avoir soutenu une thèse de Doctorat d’État sur le théâtre de la Renaissance et à l’issue d’un détour par l’Université de Nice – détour obligatoire à l’époque, en vertu des bienfaits de la « mobilité » – nommé Professeur à l’Université de Provence en 1981.

5Innombrables sont les étudiants qui ont été formés par Georges Ulysse et ont reçu de lui le désir d’enseigner. Et l’auteur de ces lignes, qui est la première concernée, n’aurait que l’embarras du choix si elle devait citer tous ceux qui, de sa « promotion », ont réussi dans leurs études ou dans leur carrière d’enseignants grâce à lui. Si Catherine Camugli, Elisabeth Kertesz, José Pagliardini, Anne Verger, Carole Sabater ont écrit dans ce volume, d’autres lui rendent hommage par le souvenir : Denise Bernardi, Emmanuelle Castellin, Sylvane Salmoria, Jacqueline Raybaud, Jacqueline Balme (Ah les années soixante-dix !), Isabelle Dechavanne, etc. etc. Le seul département des Bouches-du-Rhône compte à la rentrée 2000 cent soixante-douze professeurs d’italien, l’Académie d’Aix-Marseille deux cent quarante : un fort pourcentage est issu de l’Université de Provence ; sans compter tous ceux qui, après les concours, ont dû aller enseigner ailleurs. Ajoutons qu’outre les lourdes tâches de président de commission des sujets du baccalauréat, pour lesquelles il s’est dévoué pendant des années, Georges Ulysse a aussi été membre du jury du CAPES externe et président du jury de l’Agrégation interne.

6Nombre de ces étudiants, préparés par lui à leur futur métier d’enseignant, l’ont été également à la recherche, et ce dès l’année de maîtrise, au cours de laquelle il ont bénéficié d’une « initiation aux méthodes de recherche ». Plusieurs d’entre eux ont poursuivi en DEA, puis en doctorat – et on sait quel investissement la direction de thèses nécessite quand on tient à ce que le travail aboutisse : thèses portant sur des domaines variés en relation avec la formation de base et les intérêts divers du directeur de recherche attentif qu’il est (franciscanisme, Franco Sacchetti, Biagio Buonaccorsi, la correspondance de Michel-Ange, les autoportraits et autobiographies d’artistes de la Renaissance, l’image et le rôle de la femme dans les chroniques italiennes du Moyen Âge, les livrets de Carlo Goldoni, Giorgio De Chirico, Luigi Santucci).

7Au sein du département d’Italien (dont il a été l’administrateur à trois reprises) et dans le cadre plus large des départements de Langues Romanes de l’UFR ERLAOS, les réalisations de Georges Ulysse en matière de promotion de la recherche sont à la mesure de l’activité qu’il a déployée sans compter son temps ni son énergie, et ce dès 1974, quand les Cahiers d’Études Romanes furent lancés (il faisait partie du comité directeur), et quand fut créé grâce à lui le Centre Aixois de Recherche Italienne. Le CARI a vite bénéficié, au vu des résultats obtenus, du statut de « Jeune équipe », puis d’« Équipe recommandée », avant de se fondre dans l’« Équipe d’accueil Études Romanes E.A. 854 », qui regroupe la trentaine d’enseignants chercheurs appartenant aux départements de langues romanes de l’UFR : Georges Ulysse a dirigé l’Équipe d’accueil pendant deux contrats quadriennaux, au cours desquels a été lancée une « nouvelle série » de Cahiers d’Études Romanes, destinée à publier les travaux des ateliers qui la constituent. Mais dans le cadre des activités réunissant avec profit les spécialistes de langue espagnole, latino-américaine, luso-brésilienne et roumaine, il a toujours tenu à ce que la recherche italienne conserve un certain degré d’autonomie, comme l’a démontré en 1997 la création de la revue Italies, qui, depuis, paraît régulièrement au rythme d’un numéro par an.

8En outre, Georges Ulysse a organisé, pour permettre aux chercheurs aixois de se faire connaître, et pour établir des relations de collaboration avec des chercheurs renommés en Italie et en France, des colloques et des tables rondes dont les Actes, tous publiés, témoignent de la variété et de la qualité des invités qui y ont participé. Citons pour mémoire :
– 1982 : La représentation du corps dans la culture italienne.
– 1984 : La correspondance (l’édition des correspondances, correspondance et politique, correspondance et création littéraire, correspondance et vie littéraire).
– 1985 : La fête et l’écriture (en collaboration avec le Centre Aixois de Recherches Hispaniques).
– 1988 : Écrire à la fin du Moyen Âge : le pouvoir et l’écriture en Espagne et en Italie (en collaboration avec le CARH).
– 1989 : L’exil et l’exclusion dans la culture italienne.
– 1992 : Les femmes écrivains en Italie au Moyen Âge et à la Renaissance.
– 1995 : Voyager aux XIXème et XXème siècles.
– 1996 : L’image de Venise dans les œuvres de Carlo Goldoni.
– 1996 : Voyager à la recherche de l’identité et / ou de l’altérité.
– 1997 : Naufrages.
– 1999 : Paris vu par... (des auteurs et des artistes de langue espagnole, italienne, portugaise et roumaine).

9Les recherches de Georges Ulysse en matière de théâtre, dans le prolongement de sa thèse de doctorat d’État, Théâtre et société au Cinquecento (les rapports sociaux dans la comédie italienne de la fin du XVème siècle au premier tiers du XVIème), concernent d’abord la Renaissance (comédies de l’Arioste, de Machiavel, de Ruzante, de l’Arétin, Sacra Rappresentazione, théâtre de cour, farces, relations entre théâtre italien et théâtre espagnol, etc.), y compris le théâtre humaniste – qu’il a minutieusement exploré, même si ses recherches sur le Philodoxus de Leon Battista Alberti par exemple ou sur la Chrysis de Enea Silvio Piccolomini n’ont pas donné lieu à des publications spécifiques – et s’étendent bien au-delà de cette période, comme le démontre le colloque sur « l’image de Venise dans l’œuvre de Carlo Goldoni » qu’il a organisé en 1993. Ses travaux de recherche sur la comédie italienne de la Renaissance lui ont valu une notoriété certaine en Italie : il a été cité, a été invité à participer à des colloques qui lui ont permis de nouer des liens de collaboration, voire d’amitié, avec des collègues étrangers. Quant à ses travaux sur Boccace, Machiavel, Vettori... ils sont dans la ligne de son intérêt pour le Moyen Âge et la Renaissance, qu’il s’agisse de nouvelles, de lettres ou de relations de voyage. Si, d’une manière générale, il se penche le plus souvent sur des textes anciens, suivant toujours de près l’avancée des recherches en France et à l’étranger, il s’est intéressé aussi au XIXème siècle. Dans le cadre de l’équipe de spécialistes qui étudiait cette période sous la direction de Paul Arrighi puis de Pierre Antonetti, il a travaillé sur des aspects méconnus de Gioberti (auteur de nouvelles et de poésies). Il pose également un regard attentif et curieux sur notre époque, sa création littéraire, cinématographique, artistique ou sur la réflexion politique et sociologique d’aujourd’hui, comme en témoignent entre autres divers travaux qu’il a dirigés et les pages qu’il a écrites sur des écrivains contemporains comme Fabrizia Ramondino ou Andrea De Carlo.

10Enfin, issus ou non de l’Université de Provence, combien d’enseignants sont redevables à Georges Ulysse de ses activités, en collaboration avec Sébastien Camugli et surtout avec son épouse Odette Tiberi-Ulysse, en matière de didactique de la discipline ? Grammaires, précis de vocabulaire, manuels à l’usage des collèges et des lycées sont un autre témoignage, s’il en était besoin, de son souci constant d’être clair, d’expérimenter de nouvelles techniques pédagogiques et toujours d’associer l’apprentissage pur et simple de la langue à l’acquisition d’une culture judicieusement répartie de la quatrième à la classe terminale. Combien de générations de « capésiens » et d’agrégés ont trouvé (et trouvent encore) dans Les mots italiens un véritable outil de réussite, et aujourd’hui combien d’étudiants de premier cycle consolident leur apprentissage au moyen du Vocabulaire de base...

11Science, clarté, dévouement sont trois des points cardinaux de la personnalité de Georges Ulysse. Le quatrième et non le moindre est cette dose d’humour dont il a si souvent l’art de mêler ses propos. Professeur très proche de ses étudiants, il savait captiver l’attention de son auditoire grâce à la chaleur et à la bonne humeur dans laquelle se déroulaient les cours quels que soient les programmes. Collègue apprécié de ses pairs, très respecté par les plus jeunes, aimé de toutes les catégories de personnel avec qui il a travaillé, il manie le mot d’esprit avec une adresse que beaucoup d’entre nous lui envient. Depuis qu’il a décidé de mettre un terme à sa carrière d’enseignant, le département d’Italien d’Aix-en-Provence ressent un immense vide. Le thème fédérateur choisi pour ce double volume est un hommage à l’humanité et à la magnanimité de celui qui a fait siennes les leçons imparties par les auteurs de théâtre dont il est spécialiste, ou par Boccace et Machiavel. Le succès que ce projet a d’emblée remporté auprès des collègues sollicités démontre à la fois combien il est approprié à la personne à laquelle il s’adresse, et à quel point nous devons nous aussi faire nôtre une certaine distanciation sereine, associée à un engagement total au service de nos missions.

12Ce double volume réunit trente-huit articles qui sont autant de variations scientifiques sur le thème « Ironie, humour, impertinences » et une contribution littéraire. Il est divisé en « sections » déterminées en fonction de l’humour qui est considéré, de la façon dont les auteurs ou les personnalités étudiés le manient, des cibles qui en sont l’objet ou de faits de langue qui peuvent a priori prêter à sourire. À l’intérieur de chacune des sections, c’est le parcours chronologique qui a été choisi, comme illustrant le mieux la pérennité d’une attitude à travers les siècles.

13La première section, Humour, autodérision, détachement, analyse le regard attendri, amusé, indulgent ou au contraire corrosif que l’on peut avoir sur soi-même et ses propres fonctions, ou souligne le rôle du rire dans des circonstances amères ou tragiques.
Brigitte Urbani présente deux plaisantes séries de dialogues de Giovambattista Gelli, chaussetier de son état et lettré de cœur et d’esprit, qui mettent en scène un brave tonnelier philosophe raisonnant avec son âme et un Ulysse « cinquecentesco » aux prises avec des animaux bavards et impertinents. Placées sous le signe de la parodie, de la facétie et de la bonne humeur, ces deux œuvres délivrent toutefois un message non dénué de profondeur qui exprime, dans sa globalité, une vison sage et détachée de l’existence, et une règle de vie que s’est forgée l’auteur, dans le contexte durci de la Florence de Côme Ier.
Denise Alexandre, confrontant à plusieurs reprises les deux rédactions successives de la Vita de Alfieri, montre que l’humour et l’ironie y occupent une place croissante et que, loin d’être forgées sur les Vies de Plutarque ou de donner de l’auteur une image héroïque, bien des pages expriment au contraire une prise de distance, un détachement, la démystification d’un jeu littéraire. Elle décrypte le mécanisme du comique chez Alfieri, qui va du jeu de mot subtil à la petite scène de comédie, révélant en l’auteur un véritable humoriste, pour qui toutefois l’humour est peut-être un moyen de faire face à la vieillesse et de dissoudre les angoisses.
S’appuyant sur les nombreuses études publiées à ce sujet et en référence à Pirandello, Freud, Bergson, Marialuisa Vianello s’interroge sur les distinctions à faire, à propos de Svevo, entre humour et ironie. Après une analyse du comique proprement dit et de ses mécanismes, où elle souligne la fonction sociale du rire qui sanctionne le « diverso », « l’inetto », mais crée des « types » auxquels le lecteur ne s’identifie pas, elle montre que les formes du comique chez Svevo relèvent d’une analyse psychologique profonde qui en transforme le sens. Si l’ironie implique une attitude corrosive, l’humour est une noble réaction de défense contre l’amertume et la souffrance, une échappatoire aux responsabilités imposées par la réalité et l’âge adulte, un moyen de ne pas se définir soi-même. Marialuisa Vianello en vient à la conclusion que la clef de l’œuvre de Svevo est dans la polysémie et l’ambivalence de ce rire complexe auquel le texte doit son extrême richesse. Ironie ou humour ? En fait les deux se valent et se complètent : aussi propose-t-elle le terme, emprunté à Jankélévitch, d’« ironie humoresque », cette « ironie innocente qui permet à l’ironiste humoriste de s’étonner devant l’originalité de la vie ».
Marie-Anne Rubat du Mérac se penche sur Maledetti toscani, où Malaparte décrit sa région natale et « ceux qui cultivent l’herbe du ridicule et la mangent en salade » : un livre impertinent qui joue avec la structure du récit de voyage, dans lequel les toscans, toujours prêts à rire, sont eux-mêmes vus par le regard ironique de l’auteur. Mais dans ces pages à la prose minutieusement travaillée, qui sont en fait un bel exercice de style où s’égrènent divers procédés du comique, il exerce aussi son ironie contre lui-même. Dernier ouvrage publié avant sa mort, Maledetti toscani, au-delà de la jonglerie verbale, exprime aussi une amertume que Malaparte compense à coup de mots d’esprit et de boutades.
Sophie Nezri, prenant comme objet d’étude le roman Se non ora quando ?, met en relief les multiples fonctions de l’humour de Primo Levi, chez qui le rire sert à souligner l’absurdité d’un monde à l’envers, à mettre le doigt sur les contradictions, à dénoncer sans tomber dans le moralisme ou le pathétisme. Expression d’une prise de distance par rapport à une réalité inhumaine, il permet aux personnages de ne pas devenir fous, assume une fonction défensive et devient instrument de survie.
Anne Verger sélectionne quelques-uns des nombreux autoportraits par lesquels Giorgio De Chirico offre des images insolites ou grotesques de lui-même. Formes de distanciation par laquelle l’artiste exprime la contradiction des choses et des êtres, l’ironie et l’humour sont une manière d’entretenir le mystère autour de soi et de son œuvre.

14La section suivante, Réécritures, Caricatures... rassemble des exemples de réécritures humoristiques, fantaisistes ou oratoires et de constructions parodiques dont est dégagée la portée.
Mario Martelli, partant d’une charmante ode d’Horace qui, par sa forme dialoguée, est une véritable petite comédie amoureuse, nous fait découvrir une série d’imitations françaises et italiennes de ce texte. De l’ode de Trissino à la sympathique « canzone napoletana » de Salvatore Di Giacomo en passant par Molière, Rousseau, Fantoni et Musset, il observe que les réécritures les plus réussies et les plus fraîches sont deux adaptations italiennes...
José Guidi examine les chapitres du livre II du Courtisan consacrés aux propos plaisants (une cinquantaine), rappelle qu’il s’agit d’une imitation délibérée du De Oratore de Cicéron et s’interroge sur la signification de ce phénomène d’appropriation. Il relève, d’une part, un désir patent chez Castiglione de s’identifier à l’orateur latin, d’autre part un usage différent du mot plaisant, par lequel l’auteur accentue la noblesse des entretiens d’Urbin, préparant ainsi le thème des rapports entre courtisan et pouvoir : une orientation qui souligne d’autant mieux que, malgré un contexte bien ancré dans la réalité, la belle cour d’Urbin n’a jamais existé.
Jeannine Guérin essaie de percer le mystère caché sous les étranges ou monstrueuses « têtes composées » d’Arcimboldo, qui eurent tant de succès auprès des cours de Vienne et de Prague et éveillent chez le spectateur une sensation de malaise. S’attachant tout particulièrement à trois tableaux, le Bibliothécaire, le Cuisinier et le Jardinier, elle met en relief les paradoxes cachés sous ces représentations, en propose une interprétation, et montre que la réflexion philosophique va au-delà de la facétie, que l’homme en cette fin de seizième siècle n’est plus au centre du monde, et qu’il peut courir un danger à se laisser enfermer dans cette nature dont il est partie.
Franco Fido se penche sur les réincarnations, dans la culture italienne du XVIIIème siècle, des pittoresques figures de Don Quichotte et de Sancho Pansa. Il montre que, si les deux héros sont présents dans la mémoire des Illuministes (ne serait-ce que pour démythifier la culture pédante ou pour la valeur métaphorique de la folie), contrairement à l’Angleterre et à la France – et Franco Fido insiste sur ce point – l’Italie tient les deux personnages « en otage » à l’intérieur d’un genre théâtral qui les fige en masques ridicules, car elle ne possède pas le genre littéraire (roman) qui leur aurait donné l’espace qu’ils méritent. Néanmoins le panorama qu’il brosse à travers le siècle des Lumières, qu’il s’agisse des pièces de Gigli, de Pasquini ou (surtout) du poème héroï-comique de Meli (dont il souligne l’intérêt de par l’usage politique que l’auteur en fait) – panorama où souffle le vent de la folie – ne manque pas de piquant et nous amène aussi à nous interroger sur nous-mêmes.
Avec Marziano Guglielminetti, nous sommes à Turin dans les premières années du XXème siècle, quand se développe la « scuola dell’ironia » où, autour d’un Gozzano qui demeure prudent, les poètes, dans les pages de l’hebdomadaire humoristique « Il Numero », jouent de la parodie pour taquiner les amis, lancer des estocades ou désacraliser les « grands » (D’Annunzio est la cible de prédilection) : Vallini, Chiaves, Ragazzini, et, premier entre tous, du moins jusqu’en 1916, Pitigrilli. À l’aide de quelques exemples, Marziano Guglielminetti souligne combien les parodies de Pitigrilli relèvent d’une réelle maestria, mais dans le seul but d’un divertissement mécanique, sans lien avec les revendications des avant-gardes futuristes. Son passage par la poésie parodique est d’ailleurs bref ; il opte ensuite pour une écriture narrative semée de paradoxes où s’exprime la crise des valeurs bourgeoises...

15La troisième section, Polémiques et pamphlets, considère des textes où l’ironie se fait acide et atteint une virulence proportionnelle (peut-être) à la mauvaise foi de celui qui la manie, ou à la mesure de sa déception et de son amertume.
Comme le confirme Michelle Bianchini, irrespect et impertinence sont pour Benvenuto Cellini des moyens de revendiquer son indépendance et d’affirmer sa propre valeur. Avec la Vita, le bouillant artiste a construit une auto-apologie où il se complaît à mettre en scène son insolence avec les puissants, brocarde férocement ses rivaux, et raconte avec humour et verve maintes aventures dont il a été acteur ou témoin. Ces talents de conteur soulignent un caractère rebelle qui ne se manifesta pas seulement en paroles.
Gérard Luciani étudie les mécanismes et la « nature » de la satire de Carlo Gozzi à partir de textes composés contre Goldoni dans le cadre de l’Académie des « Granelleschi ». Une satire qui va de la manière de héler l’initiateur de la comédie nouvelle à la caricature de sa silhouette, et à la dérision de ses ambitions de réformateur du théâtre. Gérard Luciani nous fait ainsi découvrir avec malice la violence et la grossièreté cachées sous des recherches lexicales et laisse à l’occasion entrevoir que Gozzi avait lu lui aussi certain roman à succès...
Georges Virlogeux offre quelques échantillons de la prose satirique de Gustavo Modena, acteur de renom et patriote-républicain fidèle à Mazzini, qui écrivit dans nombre de journaux et de revues démocratiques où il fustigea ses ennemis. Gioberti fut une de ses cibles préférées : même après le décès de celui qu’il appela (entre autres) le « Loyola in Arcadia », Modena, depuis la « mecca fetida » (Turin) où lui-même fut exilé, continua à décocher des flèches...
Perle Abbrugiati propose un parcours à travers le roman provocateur d’Ippolito Nievo, Antiafrodisiaco per l’amore platonico, où il apparaît que l’amour platonique n’est qu’une illusion abêtissante et que seul est réel l’amour « terreno ». C’est la démonstration burlesque de ce texte demeuré inédit du vivant de l’auteur, où est proposée une thérapie à l’amour par le récit des déboires sentimentaux d’autrui et d’où il ressort que le sexe peut être un antidote à l’illusion amoureuse. Perle Abbrugiati toutefois, analysant l’ironie piquante de l’auteur et la contextualisant, relève que sous le sarcasme adolescent se cache une bonne dose d’amertume, le jeune Nievo venant lui-même de subir un échec amoureux.
Luisa Ricaldone présente une figure originale de femme écrivain antiféministe et catholique, Orsola Nemi, dont les convictions allèrent jusqu’à lui faire refuser un prix littéraire féminin qui lui était décerné. Après avoir présenté l’auteur et son œuvre, elle centre son propos sur un roman où s’exerce de façon caractéristique la veine polémique et sarcastique de l’écrivain. Il sarto stregato (1960) est en effet une féroce satire d’un certain type d’intellectuel, de la mode du roman réaliste et des critiques littéraires qui le soutiennent, et a pour but de discréditer la culture de gauche.
Louisette Clerc analyse la teneur et la portée du blasphème (envers Dieu et la littérature) qui parcourt toute l’œuvre de Gesualdo Bufalino depuis son premier roman, Diceria dell’untore. Injures, calomnies, parodies sacrilèges, sont une forme de provocation, mais posent aussi le problème du rapport à soi, à l’autre, au monde, et révèlent une fêlure intérieure. Le choix de la transgression devient expression de liberté face à la maladie et à la mort, souhait d’échapper à la médiocrité. Dans ce combat où Dieu et la littérature sont à la fois reniés et vénérés, la parole écrite devient grâce et la littérature forme de rachat.
Saverio Ieva nous plonge au cœur de la violente polémique que lança Moravia contre Pavese, l’accusant, dans les années qui suivirent sa disparition (mais également vingt ans plus tard, certaines rancœurs ont la vie dure), de décadentisme, de vanité infantile, d’incurable esthétisme, et libérant contre l’auteur du Compagno et du Mestiere di vivere une charge de haine rare dans la « querelleuse république des lettres ».

16La quatrième section, Humour et société, rassemble des études où l’ironie s’exerce plus généralement à l’égard de la société sur laquelle l’auteur porte un regard moqueur, critique, indulgent ou alarmiste.
Jean Lacroix, reproduisant le schéma des différents moments de la messe, effectue de La Mandragola une lecture centrée sur le rôle de Fra Timoteo dont il montre qu’il est le véritable metteur en scène de la pièce. Présent même quand il est absent, vrai maître de la situation jusqu’à la fin de la comédie, « virtuoso » machiavélien et machiavélique, pur produit de Florence et de son contado, ce moine rusé, qui agit dans l’ombre de son église devenue repaire de malfaiteurs, déploie ses manigances et ses impertinences au sein d’une ville devenue siège de toute corruption. Autour de lui et de ses acolytes se déclinent les divers degrés du rire de la pièce, un rire sarcastique et désenchanté dénonçant la méchanceté foncière de la nature humaine et les perversions du clergé.
Théa Picquet examine les différentes formes de comique sur lesquelles est construite la pièce de Donato Giannotti, Milesia, et montre que, sous l’œuvre de divertissement dont le but était de distraire les hôtes du palais Médicis, se cache une certaine amertume face à l’inconscience et à l’irresponsabilité de la jeunesse.
Matteo Palumbo, partant des accents virulents de Machiavel contre les gentilshommes, engeance parasite à éradiquer, contraire aux valeurs républicaines, se penche sur le traité du vénitien Girolamo Muzio, Il Gentilhuomo qui, en ce XVIème siècle où l’on disserte beaucoup sur l’idée de noblesse, essaie de définir ce que l’on doit entendre par « noble » : « chiarezza di virtù » plutôt que « generatione di antico sangue », la dimension « civile » se situant au premier plan. Le traité aboutit à un éloge de Venise où tout « virtuoso » peut avoir sa part d’honneurs. Il s’adresse en fait à ceux qui ne sont ni nobles ni « vili », pour lesquels il est devenu nécessaire de bâtir une théorie souple de la noblesse, adaptée aux multiples activités humaines.
Raymond Abbrugiati analyse quelques passages satiriques du Café où s’expriment l’ironie corrosive, l’insolence et la malice de Pietro et d’Alessandro Verri. Parodies, caricatures, scènes de genre fustigent la tradition, la mode, la Crusca, les pédants, les pratiques pédagogiques... Mais le degré et le ton de l’humour évoluent au fil du temps ; la bonne humeur et l’enthousiasme font progressivement place à la gravité, laissant présager la divergence de destinée des deux frères.
Marco Cerruti met en relief l’intérêt des Lettere di un viaggiatore filosofo de Carlantonio Pilati, notamment celui des passages relatifs au Royaume de Naples et à la Calabre que l’Illuministe parcourt animé d’une vis polémique sympathique car atténuée par la conviction que certaines arriérations sont en passe d’être comblées. La satire est donc bon enfant et tourne souvent à la scène de comédie : dames napolitaines, curé ignorant, moine avide... autant de moments dénotant chez Pilati la veine d’un authentique auteur comique (ce qu’il fut d’ailleurs, comme en témoigne une comédie de son cru non dépourvue de saveur).
Michel Beynet s’attache à montrer combien est sarcastique l’image de l’Amérique offerte par Emilio Cecchi dans les correspondances qu’il adressa au « Corriere della Sera » lors des deux séjours qu’il effectua aux États-Unis, et qui furent rassemblés en 1940 sous le titre de America amara. Urbanisme, capitalisme, taylorisme et fordisme, intellectuels, littérature, femmes et jeunes filles américaines, religions, problème des Noirs... autant de domaines sur lesquels l’intellectuel italien exerce sa mauvaise foi, dosant les coups de griffes en fonction de la cible, maniant une ironie qui peut céder au sarcasme, mais souvent selon un jeu subtil implicite avec le lecteur.
Gilbert Bosetti présente un écrivain triestin, Francesco Burdin, héritier de Pirandello et de Svevo, auteur de romans de l’absurde animés d’un humour déroutant. Il souligne en particulier l’intérêt des Frammenti di un mondo in bilico, journal ou notes de lecture et recueil d’aphorismes, dans lesquels l’auteur jette un regard désenchanté sur le monde, qu’il regarde « par le petit bout de la lorgnette ». Au moyen d’un humour prirandellien axé sur le sentiment du contraire et l’autodérision, Burdin invite le lecteur à prendre du recul par rapport à l’existence, l’humour étant un moyen de faire face au tragique de la vie.
Anna Dolfi propose une série de textes humoristiques ou ironiques inédits d’Oreste Macrí appartenant à un ensemble que l’auteur lui-même appelait Le prose del malumore di Simeone. Le narrateur, double et alter ego de l’auteur, exerce sa mauvaise humeur sur un monde dominé par les mythes de l’argent et du succès, bureaucratisé, « berlusconisé » et corrompu.
Jean-Claude Bousquet considère un moment du cinéma de la fin des années 40, la « comédie réaliste », qui précéda le genre dit « comédie à l’italienne » à une époque où le public commence à se lasser du néoréalisme pur et dur. Il souligne l’intérêt de ce filon diversement apprécié par la critique et, centrant son analyse sur deux films particulièrement représentatifs, Vivre en paix de Luigi Zampa et Sous le soleil de Rome de Renato Castellani, il montre que leur originalité et leur intérêt consistent – entre autres – dans la transcription comique (selon une tradition italienne remontant à la commedia dell’arte et même à Boccace) d’une atmosphère tragique avec disparition du dénouement heureux propre à la comédie.
Nous restons dans le domaine du cinéma avec José Pagliardini, qui effectue une analyse sociologique du film de Dino Risi, Il sorpasso (1962), montrant combien ce film, dans sa trame générale et dans ses détails, reflète l’euphorie de l’Italie du miracle économique, mais aussi ses faiblesses. La fin tragique, inattendue, contraste avec les rebondissements, les effets comiques, l’humour dont est semée la pellicule.
Judith Obert met en relief l’union de l’ironie, de l’humour et du fantastique chez Stefano Benni. Prenant plus précisément comme objet d’analyse une nouvelle du recueil L’ultima lacrima, elle montre que ce sont les trois armes choisies par l’auteur pour dénoncer la société actuelle, et en particulier le monde de la culture. Toutefois, au-delà de la satire sociale, par l’usage caricatural de toutes les ficelles du fantastique effectué dans ce récit, Benni tourne aussi en dérision le genre lui-même.
Claudio Milanesi nous entraîne dans l’univers du roman policier italien. L’Alligatore, le détective privé des romans de Massimo Carlotto, est alcoolique, marginal, autodestructeur, violent, à la recherche d’une Vérité et d’une Justice absolue qui n’existent pas dans ce monde, et notamment dans le nord-est italien des années 90. Mais il est aussi le représentant d’une génération qui a rêvé un temps de rendre le monde plus juste, et qui se retrouve profondément impuissante et déçue. L’auteur en fait un personnage parodique, comme le montrent ses manies, ses tics : un paroxysme dessinant un portrait plus littéraire que réaliste.

17La cinquième section, Rire et salut, regroupe deux études dans lesquelles le rire et l’humour ont de tout autres fonctions puisque, dans l’au-delà et ici-bas – et donc à des niveaux qui, certes, ne sont pas comparables – ils sont reliés à l’idée de salut.
René Stella montre que pour Dante le rire, loin d’être léger et futile, peut être divine expression de la lumière de l’Âme. Propriété spécifique de l’homme, mouvement de joie, attribut de Béatrice, le rire – mesuré, filtré par les yeux plus que par les lèvres – est lumière. Béatrice est Amour et lumière comme l’est Dieu, les bienheureux du paradis rayonnent de bonheur, et même tout l’univers rit, « mû par la joie que suscite en lui le Créateur ». Le rire, comme la poésie de Dante, revêt ainsi une dimension cosmique.
Carole Sabater centre son propos sur le « mot d’esprit » dans les nouvelles de Sacchetti et nous offre une série de bons traits lancés dans le but de se défendre, de se tirer d’affaire, de critiquer quelque vice, ou tout simplement de susciter le rire. Elle met en relief ce qui pour Sacchetti est le pouvoir de la parole, dont la bivalence et l’ambiguïté, par la rupture introduite dans la logique du discours, permettent à qui sait en user de se démarquer ou de se tirer de situations délicates.

18La sixième section, Humour et faits de langue, regroupe des travaux de type linguistique qui démontrent que la langue est en elle-même source de facéties et que l’on peut (et l’on doit) l’étudier et l’enseigner dans la bonne humeur.
Catherine Camugli-Gallardo nous offre une sympathique et malicieuse collection d’expressions argotiques ou familières usitées aux XVème et XVème siècles commençant toutes par « andare a » et, analysant une géographie insolite fondée sur des calembours, elle nous fait gaiement aller à Lodi, à Vérone, à Girone et ailleurs.
Jacqueline Brunet aborde les tracas que cause la surabondance de certains pluriels (en -i ?, en -a ? en -e ?) en s’appuyant sur trois mots – dito, orecchio, ginocchio – choisis d’une façon qui n’est sans doute pas aussi arbitraire qu’elle veut bien l’annoncer, car ils donnent lieu à quelques savoureux exemples. Dans cette farandole de doigts, d’oreilles et de genoux, accordés avec tant de liberté par d’éminents écrivains contemporains, les « locuteurs non italophones » peuvent se sentir perplexes, mais les plus scrupuleux en sortent rassurés.
Pascale Budillon Puma écrit une belle page d’humour sur un certain type de vocabulaire incontournable de la vie courante et pourtant délicat à enseigner et à expliquer aux étudiants.
Sophie Saffi, s’appuyant sur des phrases tirées de San Antonio, Guy Bedos, Raymond Devos et autres littératures fortement ancrées dans la langue parlée, plaisante sur les nuances d’emploi du subjonctif imparfait, s’amuse en nous exposant la différence entre système italien et système français et, à l’aide d’exemples inattendus, comiques ou impertinents, parvient à faire « glisser » cette leçon de grammaire qui pouvait au départ sembler rugueuse aux lecteurs profanes.
Quant à Elisabeth Kertesz-Vial, elle aborde en didacticienne le domaine de l’enseignement des langues. Sa contribution, centrée sur les manuels pédagogiques en usage dans les classes primaires et secondaires, souligne à quel point l’humour est important pour combattre la peur du ridicule et de l’erreur chez les très jeunes élèves et les motiver dans leur apprentissage.

19Comme le précédent numéro de Italies, ce volume se clôt sur une contribution littéraire inédite. Chiara Basso, dans une nouvelle dont elle est l’auteur, étudie le cas du professeur face à son public au sein d’une Université devenue foire aux mots. Passant la fonction d’enseignant au crible d’une loi de l’offre et de la demande étrangement inversée, elle exécute sur ce thème une série de plaisantes variations économistes.

20Que ce témoignage d’amitié, de respect et de gratitude, sous ses aspects littéraires, sociologiques, linguistiques, artistiques, cinématographiques, didactiques..., dans le sillage des intérêts multiples de la personne à laquelle il s’adresse, soit pour son destinataire à la fois source de découvertes et de divertissement, comme une mosaïque variée de ce que cet homme d’esprit a lui-même a apporté à beaucoup d’entre nous avec le plus grand sérieux, et dont nous lui sommes très profondément, très sincèrement, reconnaissants.

21Brigitte Urbani, octobre 2000

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°4/1, Humour, ironie, impertinence, 2000.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Présentation », Italies [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 17 janvier 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/2400

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org