Navigation – Plan du site

Présentation

Georges Ulysse
p. I-IV

Texte intégral

1Ce volume de Mélanges est publié en l’honneur de Madame le Professeur Marie-Anne Rubat du Mérac à l’occasion de son départ à la retraite.

2Ses collègues de l’UFR ERLAOS de l’Université de Provence et, en particulier, d’Etudes romanes, ainsi que de nombreux italianistes français et étrangers auraient souhaité s’associer à cet hommage mais, pour diverses raisons, – à commencer par la décision de consacrer à ce projet un numéro spécial d’« Italies » – , seules ont été accueillies les contributions des membres du Département d’italien d’Aix-en-Provence qui ont voulu participer à cette entreprise à laquelle ont également collaboré des chercheurs qui, comme Matteo Palumbo, de l’Université de Naples, ou Fabrizio Bertetti, ont enseigné à Aix, et quelques-uns des anciens étudiants de Marie-Anne Rubat du Mérac qui ont préparé leur doctorat sous sa direction et enseignent dans notre Université (comme Sophie Nezri-Dufour et Judith Obert) ou ont bénéficié, à une étape de leur cursus studiorum, des conseils et de l’exemple que notre collègue leur a donné, – comme Erik Pesenti qui appartient désormais à l’Université de Strasbourg –, ou bien ont terminé ou poursuivent la préparation de leur thèse sous sa direction ou celle d’autres directeurs de recherche aixois, – comme Sylvie Barral, Anne Verger et Michelle Bianchini –.

3Les auteurs ont été invités à privilégier l’examen d’un domaine que Marie-Anne Rubat du Mérac a exploré avec une attention particulière ces dernières années : la littérature féminine et l’image qui est offerte de la femme non seulement par la production littéraire mais aussi par d’autres documents, (toutes les études ne portant pas sur des écrivaines, ni même sur des textes littéraires), car, dans son enseignement comme dans ses activités de recherche et de direction de thèse, Marie-Anne Rubat du Mérac (qui a organisé, en 1991, un colloque sur « Les femmes écrivains en Italie aux XIXème et XXème siècles »), a acquis dans ce secteur une compétence incontestée et a noué avec des spécialistes de la question des relations aussi fructueuses que celles qu’elle a établies avec les maîtres européens des études menaisiennes.

4Parcourir la liste de ses écrits permet de lever un coin du voile sur une partie des travaux menés à bien dans ce champ d’investigation ; mais tout ce que Marie-Anne Rubat du Mérac a dit, présenté, analysé, fait découvrir, n’a évidemment pas donné lieu à publication alors que sa recherche documentaire et sa réflexion ont nourri son enseignement et fécondé les mémoires de maîtrise et les thèses de doctorat qu’elle a fait soutenir sur ces questions. De toute façon, cette liste révèle, chez notre collègue, l’habitude de lectures variées, étendues et approfondies signalées par une série de comptes rendus critiques, illustre sa compétence dans le domaine de la littérature contemporaine et une spécialisation reconnue en France et à l’étranger pour ce qui est de la production littéraire et du mouvement des idées au XIXème siècle en Italie et en France. Si on avait voulu, à travers ce volume, attirer l’attention sur tous les sujets que Marie-Anne Rubat du Mérac a abordés, ce numéro d’« Italies » aurait pris des dimensions déraisonnables ; aussi, ne signale-t-on qu’une partie de ce qui a nourri la réflexion de notre collègue. Conditionné par un programme apparemment bien délimité – et donc limité…–, cet ouvrage collectif offre un ensemble volontairement non uniforme, la diversité des centres d’intérêt et des approches expliquant la variété qui caractérise ce volume, chacun des auteurs ayant réagi en fonction de ses choix méthodologiques et de ses goûts, mais aussi avec la fantaisie qui est de mise lorsque, prenant congé d’amis chers, on cache l’émotion sous le sourire et la gravité sous une feinte désinvolture. La plupart des contributions portent sur la période contemporaine, ce qui a permis d’évoquer des auteurs féminins comme Alda Merini (Brigitte Urbani), Paola Capriolo (Judith Obert), Nicolette Vallorani (Claudio Milanesi), Dora Mauro (Erik Pesenti), Fabrizia Ramondino (moi-même), les déportées témoignant sur leur détention dans les camps de concentration (Sophie Nezri-Dufour), ou l’image de l’univers féminin offerte par la littérature (Le donne di Pavese in Pavese de Saverio Ieva, Lettera a Domitilla de Chantal Dauxin sur le Marcovaldo d’Italo Calvino, le cinéma ou la peinture (La jeune fille dans le cinéma d’Antonio Pietrangeli de Jean-Claude Bousquet, La femme chez De Chirico d’Anne Verger) ; mais une partie des lectures porte sur le XIXème siècle (Luisa Blondel de Georges Virlogeux, La femme dans la poésie symboliste de Fabrizio Bertetti, « Il primo amore » di Giacomo Leopardi : donna reale, donna sognata de Matteo Palumbo) et le XVIIIème siècle (L’image de la femme dans le Caffè de Perle Abbrugiati) et même sur la peinture du XVIème siècle (Les autoportraits de Sofosniba Anguisola, par Michelle Bianchini) pendant que d’autres études ont avec la création littéraire ou artistiquesdes liens plus lâches, comme l’illustrent les pages intitulées Ecrire au féminin (Théa Picquet), De la transmission des prénoms féminins dans une famille florentine du XIVème siècle (Colette Gros) ou La catégorie grammaticale : le féminin (Sophie Saffi). Pour sa part, Chiara Basso a illustré le thème de la littérature au féminin par une création originale.

5Tout n’est pas publié de ce qui est dit dans les cours de haut niveau ou les séminaires et tables rondes, de sorte que ne sont pas évoqués d’autres aspects de la débordante activité déployée par Marie-Anne Rubat du Mérac au service de l’Université et de ses étudiants et rien ne rappelle, par exemple, les travaux portant sur la traduction ou la méthodologie de la critique littéraire.

6L’impressionnante collection de mémoires de maîtrise dirigés au long des années par notre collègue illustrerait, si on avait ici la place d’en dresser la liste et de les résumer, un type d’enseignement intimement lié à la recherche.

7Manque aussi beaucoup de ce qui éclairerait encore davantage les tâches accomplies par Marie-Anne Rubat du Mérac au cours de sa carrière, durant ces trois décennies passées à Aix, entre 1967, année où, après avoir enseigné dans un lycée marseillais au lendemain de l’Agrégation, elle a été nommée assistante avant d’être maître de conférences puis professeur, et 1997 qui marque le moment de son départ. Trente ans de « bons et loyaux services » dirait-on si l’on décorait notre collègue sur le front des troupes émues… De loyaux services de chercheur (chercheuse ?) Marie-Anne Rubat du Mérac l’a été avec compétence, talent, dévouement, générosité, offrant l’exemple de ce que doit être un enseignant-chercheur digne de ce nom, et enseignante, elle n’a jamais cessé de l’être avec la même conscience professionnelle, assumant toutes les charges qui lui étaient imposées à tous les niveaux, du DEUG à la préparation aux concours de recrutement, élaborant des cours qui, comme ses publications, contribuent à donner d’elle l’image exemplaire qu’elle laisse à ses collègues et à nos étudiants. Pour rappeler que les professeurs d’Université ne peuvent consacrer à leurs recherches qu’une partie de leur temps et de leur énergie, on n’omettra pas de souligner que Marie-Anne Rubat du Mérac a pris sa part, et plus que sa part, aux charges à caractère administratif, acceptant la direction du département d’italien plusieurs années durant et contribuant au fonctionnement d’un lourd organisme de formation réunissant plusieurs dizaines d’enseignants ayant pour mission d’accueillir des milliers d’étudiants. Dans toutes ses activités de recherche, d’enseignement et à caractère administratif, Madame le Professeur Marie-Anne Rubat du Mérac a impressionné par sa rigueur intellectuelle, sa culture, sa finesse, son professionnalisme, l’élégance de son expression et de son style, la qualité de son écoute, sa claivoyance et l’utilité de ses conseils.

8Une vie bien remplie, un exemple à méditer, une influence intellectuelle durable, voici les souvenirs que, sur le plan professionnel nous garderons, et qu’on ne peut oublier, de notre collègue. Professeur émérite, Marie-Anne Rubat du Mérac pourra continuer à apporter son aide à ceux qui la solliciteront. Nous souhaitons qu’elle ne renonce pas à nous guider dans nos activités de recherche : conservant sa place au sein de l’Equipe d’Accueil d’Etudes Romanes et participant aux manifestations organisées à Aix, elle nous donnera l’occasion de la rencontrer et de recréer le climat des moments les plus heureux de ces trente dernières années, passées si vite, et au cours desquelles l’efficace et souriante collègue, la fidèle et généreuse amie, a illuminé de sa présence un cadre que son départ assombrit.

9Georges Ulysse, février 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°3, Femmes italiennes, 1999.

Référence électronique

Georges Ulysse, « Présentation », Italies [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 22 janvier 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/2423

Haut de page

Auteur

Georges Ulysse

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org