Navigation – Plan du site

L’accusateur accusé, le défenseur défendu : la Défense des femmes dans « Il Caffè »

Perle Abbrugiati
p. 197-214

Résumé

On analyse ici un article du journal milanais « Il Caffè » qui, en 1764, proposait d’audacieuses conceptions sur la condition de la femme et son éducation. Sebastiano Franci, son auteur, non seulement défend l’intelligence de la femme qui mériterait une éducation égalitaire, affirme l’intérêt qu’il y aurait à lui reconnaître un rôle économique et civique et plaide pour sa combativité qui peut aller jusqu’au courage militaire, mais de surcroît l’auteur fait montre d’une grande habileté stratégique dans la présentation de son plaidoyer : il dose savamment l’adhésion à la tradition et la provocation, la défense par l’argumentation et l’apologie par l’exemplum mythique. Le but est de ne négliger aucun moyen pour faire passer les idées nouvelles, mais aussi de se concilier le plus large public possible, masculin et féminin : on reconnaît dans cette adresse un des premiers exemples de stratégie “médiatique”. Notre article essaie donc de mettre en lumière la double modernité du « Caffè », celle de son discours précurseur et celle de son savoir-faire “communicationnel”.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’abbé Carlo Sebastiano Franci fut collaborateur du journal « Il Caffè », où il publia surtout des (...)

1La Défense des femmes, publiée en 1764 par Sebastiano Franci1 dans « Il Caffè » est l’un des premiers textes en Europe posant le problème de la condition féminine au moyen d’un support visant par nature à toucher un large public. Le journal « Il Caffè », périodique des Lumières milanaises,est un lieu d’ouverture non seulement par les idées réformatrices qu’il défend mais aussi par le désir affiché d’atteindre un lectorat plus large que l’habituel public cultivé, restreint au XVIIIème siècle à la noblesse et à la très haute bourgeoisie. La Défense des femmes estreprésentative à la fois de ces deux tendances : réformisme social et stratégie de communication. Le contenu de cet article est très en avance sur son temps puisqu’il ne se borne pas à prendre parti pour un égalitarisme de principe entre hommes et femmes mais fait des propositions fortes qui en tirent les conséquences pratiques dans le domaine de l’éducation, du travail, voire de la défense nationale. Quant à l’utilité stratégique de l’article, on la trouvera en se demandant qui sont ses destinataires. Son analyse encourage à penser qu’il s’adresse autant aux femmes qu’aux hommes, sans oublier les instances gouvernementales qui sont à la fin du texte interpellées.

2La finalité réformatrice rend les auteurs à la fois véhéments et rassurants, dans l’espoir de conquérir la plus large part possible de sympathies, mais aussi dans l’idée que, pour espérer susciter un réel progrès, il ne convient pas de paraître trop en rupture avec les mentalités du moment. L’article ne manque alors pas de contrastes calculés et il dose habilement la provocation et la reprise des conceptions traditionnelles sur la femme. Le lecteur clairvoyant constate toutefois aisément que la reprise de clichés sur le rôle de la femme ne fonctionne que comme une mise en valeur de positions que, pour l’époque, l’on peut dire d’avant-garde. L’article est en effet structuré selon une succession de renversements.

3À commencer par le premier effet de surprise. L’article intitulé Défense des femmes commence de façon inattendue par un réquisitoire en règle contre le sexe féminin, toutes classes sociales confondues, un réquisitoire rédigé comme une cruelle caricature semblant démentir le titre et faite pour séduire les plus misogynes des lecteurs. Cette charge contre le beau sexe bascule cependant vers une culpabilisation des hommes, véritables responsables des griefs avancés contre les femmes. À la description suit donc l’accusation.

4Selon le même schéma, l’auteur examine tour à tour les compétences du beau sexe, ses vocations, puis ses vertus. À chaque étape de ce parcours qui va du domaine intellectuel vers l’action puis de l’action vers le domaine moral, l’auteur commence par souligner des propriétés féminines conformes au rôle traditionnellement attribué à la femme – mais, à chaque fois, pour déboucher sur une vision plus moderne qui complète et corrige, si elle ne le dément pas totalement, ce rôle jugé trop étriqué. Ainsi dit-on d’abord que le propre des femmes est la beauté et l’imagination, mais on voit ensuite qu’elles sont parfaitement douées pour l’activité spéculative. Leur vocation première est la maternité ainsi que le soin de l’économie domestique, mais on y ajoute le travail et l’utilité pour la collectivité. Les vertus proprement féminines sont la chasteté et l’amour conjugal, certes, mais les femmes sont aussi capables des vertus habituellement dites « viriles » telles que le courage et l’abnégation, ce qui est démontré à grand renfort d’exemples historiques ou donnés pour tels.

5Aussi l’adhésion préalable à la vision traditionnelle de la femme apparaît-elle dans chaque partie comme une concession faite pour mieux préparer l’idée nouvelle. Elle ne semble pas être une limite à l’égalitarisme défendu mais 1/ une garantie que l’auteur n’est pas fou et n’opère pas un renversement systématique des valeurs, 2/ une hypothèse favorable aux femmes qui sont supposées avoir autant de capacités que les hommes plus des privilèges propres, 3/ une habile gradation des arguments qui amène les idées les plus révolutionnaires à la fin de chaque développement, pour leur donner plus de force par contraste avec les énoncés immédiatement précédents et au moment où le lecteur prévenu contre l’égalité des sexes a baissé la garde. Nous examinerons ici ces arguments dans l’ordre où ils se présentent, pour attester que cet ordre est un ingrédient essentiel de la force du texte.

  • 2 Difesa delle donne, in « Il Caffè », Torino, Bollati-Boringhieri, 1993, p. 245, l. 19-20.

6La plaidoirie que Sebastiano Franci entend développer en faveur des femmes, il la présente comme une réponse à des accusations largement répandues qu’il synthétise en un virulent réquisitoire provenant d’un procureur-plaignant prudemment indéterminé, l’indéfini suggérant néanmoins qu’il s’agit de la majorité des hommes : « Infinite doglianze si fanno in Europa contro le donne ; si detesta la loro vita oziosa, molle, ed affatto inutile all’umana società »2.

7Franci a ainsi posé un cadre à sa réflexion, le souci de l’utilité pour « l’umana società » : les femmes ne seront pas considérées uniquement pour elles-mêmes mais comme composante de la société humaine à laquelle elles appartiennent. Cette société est clairement définie : il s’agit de l’Europe, de toute l’Europe, conformément à l’optique illuministe qui vise à analyser les phénomènes au-delà des particularismes nationaux.

8L’accusation déclinée sur le mode ternaire (« oziosa, molle, ed af­fatto inutile ») fait converger les nuances de l’oisiveté, de l’indolence et de l’inutilité vers un vide odieux qui définit pour les femmes toute leur vie (« si detesta la loro vita »), ce qui peut signifier aussi bien leur mode de vie que le sens de leur vie. Ce jugement lapidaire dérive cependant de griefs « infinis » (« infinite doglianze ») que l’auteur va prendre soin de détailler, pour donner une matière à son argumentation, mais aussi pour le plaisir du bozzetto caricatural (plaisir propre et plaisir offert au lecteur masculin qu’il se concilie ainsi d’emblée).

9Le portrait des femmes va distinguer les femmes nobles des roturières mais soulignera surtout les défauts communs à toutes. L’auteur abandonne rapidement l’indéfini derrière lequel il s’abritait dans la première phrase, et semble s’associer pleinement aux griefs qu’il énonce – ce que la suite du texte ne confirmera pas. Le portrait en est cependant plus appuyé et plus vivant.

  • 3  Il Mattino est de 1763, un an avant la parution du « Caffè ».

10Les femmes nobles se caractérisent par leur paresse. Leur description n’est pas sans rappeler Il Giorno de Parini3 puisque Franci donne quelques instantanés des principaux moments de leur journée : le lever tardif, la matinée passée devant la coiffeuse, la promenade de l’après-midi, la soirée au théâtre et les moments consacrés au jeu. Tout dans leur portrait suggère la passivité :

  • 4 Difesa delle donne, in « Il Caffè », cit., p. 245, l. 21-26. C’est nous qui introduisons les italiq (...)

Si levano tardi [...] vanno al passeggio, cioè vedono passeggiare i loro cavalli, che le strascinano al corso [...] passano ad annoiarsi al teatro ; il giuoco riempie alcuni vuoti della giornata. Da qui nasce la pigrizia estrema, cui si danno in preda alcune, che le fissa eternamente sopra una sedia.4

11Franci dénonce aussi leur tendance à la mélancolie et aux lamentations, due à un « défaut d’exercice ». Exception à cette passivité, mais qui renforce néanmoins l’idée de vanité, le cas des femmes bavardes ayant la frénésie des sorties, où elles semblent rechercher l’illusion d’exister :

  • 5 Ibidem, p. 246, l. 2-4.

Si crederebbero vergognosamente dimenticate s’elleno per ogni dove non facessero bisbiglio e fracasso grande, e non fossero vedute a tutti i balli, a tutte le visite, a tutte le assemblee.5

12L’attitude mondaine des femmes nobles, marquée par la langueur, l’inconsistance et la futilité, est complétée par les défauts marquant leur vie domestique : leur attitude à l’égard de leur mari (l’infidélité) et de leurs enfants (l’indifférence, et même la tendance à éloigner les enfants d’elles). Ce dernier défaut n’est pas permis aux femmes du peuple, contraintes d’être « in ogni ora del giorno coi loro pargoletti in braccia » ; elles n’en partagent pas moins la paresse des femmes nobles, « sempre costanti in fuggire diligentemente le fatiche necessarie all’economia domestica », et elles se caractérisent en outre par leur effronterie et le manque de féminité de leurs manières.

13Nobles et roturières se rejoignent, c’est sans surprise, dans le souci de leur beauté, que l’auteur trouve raisonnable tant qu’il n’envahit pas l’ensemble de l’existence et ne fait pas tomber dans le ridicule, ici défini comme ce qui va contre la mesure et contre la nature :

  • 6 Ibidem, p. 246, l. 25-29.

Ma certune a questo solo pensiero sacrificano ogni altra cura, e ciò è male. Altre poi, da che l’arte serve ad abbellire la natura, ne cavano una ridicola conseguenza, e tanti e tanti artifici ed ornati aggiungono, e moltiplicano, ed ammucchiano, sicché la naturale grazia ne resta goticamente seppellita.6

14En résumé : un portrait conventionnel des défauts féminins, attribuant aux femmes, toujours désignées par un pluriel générique, paresse, inconsistance, inconstance, futilité, coquetterie et ridicule, défauts les amenant jusqu’à perdre leur féminité même, définie au physique par la beauté et la grâce, et au moral par la fidélité et l’amour maternel. Rien de bien nouveau – ce que l’auteur souligne lui-même, en se désolidarisant du même coup du propos qu’il vient de développer. L’indéfini refait surface et la caricature change de camp : « Questo è il ritratto, che si va producendo del sesso », dit a posteriori l’auteur – et l’on peut donc penser après coup qu’il a moins fait la caricature des femmes que la caricature de leur caricature.

15Le texte change ici de ton et, au moyen d’un bref paragraphe, devient sérieux. Après avoir fait semblant d’adopter le point de vue général, l’auteur s’implique à la première personne. Du singulier d’abord : « in parer moi » ; puis du pluriel, en employant un « noi » qui regroupe tous les hommes, toute la société masculine, coupable de ne se percevoir, comme corps social, qu’au masculin, et de susciter ce qu’elle ridiculise ensuite :

  • 7 Ibidem, p. 246, l. 30-36.

Questo è il ritratto, che si va producendo del sesso ; ed in verità egli è ben somigliante all’originale ; i colori esprimono il vero, il disegno è giustissimo, ma se poi si vuole passare col sesso medesimo a farne querela, sarebbe questa in parer mio irragionevole, ed ingiusta. Con noi stessi bisogna lagnarsene, perché noi stessi loro additiamo questa tenebrosa strada, e le costringiamo a battere questo fangoso sentiere.7

16Suit un autre réquisitoire, mené cette fois contre les hommes, contre un « noi » qui englobe l’accusateur lui-même. Entre réquisitoire et contrition, l’auteur indique le nœud du problème, l’éducation, thème cher aux Lumières s’il en est :

  • 8 Ibidem, p. 247, l. 1-5.

Troppo negligentiamo l’educazione delle femmine nella loro fanciullezza, e come se queste fossero d’una spezie diversa da quella degli uomini, le abbandoniamo a se medesime in mezzo ad una truppa di frivolissimi giovinastri, senza soccorso, senza consiglio.8

17Dans ce passage-clé, sont à relever trois indices forts de la position de l’auteur : la proposition hypothétique qui véhicule un message égalitaire (« come se queste fossero d’una spezie diversa da quella degli uomini ») ; l’idée d’abandon qui culpabilise en dressant un constat de non-assistance (« negligentiamo », « abbandoniamo ») ; la répétition de « senza » qui annonce une thématique de l’absence. L’éducation des femmes pèche surtout par ce qu’elle ne comporte pas : les ingrédients essentiels de la vie intellectuelle et morale ne sont pas transmis aux filles ; comment s’étonner alors du « vide », de la vanité de leur vie ?

18On ne se surprendra donc pas de constater que c’est la négativité qui marque le passage suivant décrivant l’éducation féminine traditionnelle :

  • 9 Ibidem, p. 247, l. 5-13.

Non si presenta loro mai alcun nobile oggetto, in cui possano esercitare utilmente il loro talento. Si proibisce loro lo studio delle scienze e delle belle arti sotto pena d’essere ridicole ; né giammai si dà loro una lezione al cuore di virtù e di forza. Nell’età più adulta guastiamo persino le buone disposizioni, che la natura loro ha date ; le diamo in preda alla mollezza, ed alle false opinioni ; diamo loro i lacci per impedire i voli del loro spirito, imprigioniamo loro il cuore, affinché non sentano l’attrazione della virtù.9

19Les formes négatives (« Non si presenta loro mai » , « né giammai si dà loro », « affinché non sentano ») sont relayées par des verbes de privation (« si proibisce loro », « guastiamo », « diamo loro i lacci per impedire », « imprigioniamo »). On remarquera aussi la reprise de « le diamo in preda alla mollezza », qui reproduit « la pigrizia estrema, cui si danno in preda alcune » du premier paragraphe, comme pour souligner le transfert de culpabilité auquel s’est livré l’auteur. Ce qui est interdit aux femmes, c’est le talent, l’étude, la vertu, l’esprit, le cœur. On les prive de buts (« mai alcun nobile oggetto ») et de moyens pour les atteindre (« né giammai si dà loro una lezione »). Pire encore, on transforme leurs bonnes dispositions pour les entretenir dans l’erreur (« buone disposizioni » / « false opinioni »).

20L’auteur examine ensuite, après les causes de la paresse, trouvées dans l’éducation, celles des défauts domestiques. Il impute l’infidélité à l’attitude des maris, peu ou trop autoritaires, parfois triviaux et sans tendresse, occasion de rappeler les besoins affectifs de toute femme :

  • 10 Ibidem, p. 247, l. 21-24.

Uniscono bestiali trasporti, ed una volontaria mancanza del puro necessario e conveniente ad una tenerezza capricciosamente messa in campo, che una consorte irritata non sempre riceve di buona grazia.10

  • 11 Ibidem, p. 247, l. 24-25.

21Il trouve celle de la désaffection envers les enfants dans l’attitude des maris encore, donnant pour principe : « L’educazione dei figliuoli è comune ad ambidue i genitori »11. Les hommes sont donc triplement coupables : ils négligent l’éducation des filles, ne sont pas de bons maris et ne sont pas des pères vigilants. L’accusateur se re6trouve accusé, pour chacun des principaux griefs énumérés en tête de l’article.

22Après ce renversement de perspective, il s’agit d’opérer un renversement d’image, concernant la femme elle-même. Quelles sont ses qualités ? De quoi est-elle capable ? Peut-on compter sur ses vertus ? L’auteur essaie d’en finir avec une vision sexiste au sens propre du terme, consistant à voir le sexe avant l’individu : « I vizi sono degli individui, e non del sesso », écrit Franci. Il veut donner du beau sexe une image positive en insistant sur ses potentialités :

  • 12 Ibidem, p. 247, l. 35 - p. 248, l. 4.

I vizi sono degli individui, e non del sesso. Questo è fatto per essere la delizia della società, e se noi ci prendessimo la pena d’istruirgli la mente, e presentargli idee più belle, di dirigergli il cuore, ed elevarlo al di sopra dell’umile rango, in cui giace, corrisponderebbe egli perfettamente ai nostri desideri, e perverrebbe a quella nobile meta, alla quale fosse indirizzato.12

  • 13 Ibidem, p. 248, l. 4-6.
  • 14  L’auteur se réfère sans doute aux Essais, Livre III, chap. V, Sur des vers de Virgile, et, pour Ma (...)

23Quel est donc le propre des femmes ? La beauté, répond la tradition. Certes, admet Franci ; mais que la beauté n’aveugle pas les hommes en les empêchant de voir le reste : « Gli uomini, incantanti dalla beltà, sembra che non possano trovare nelle donne altra cosa di quella più pregevole »13. La beauté et la vertu se complètent, dit l’auteur, et se mettent réciproquement en valeur. « Vertu », dans ce passage, est à comprendre comme « compétence intellectuelle ». Pour définir une « intelligence féminine », Franci invoque Montaigne et Malebranche qui reconnaissent à la femme un esprit vif, de l’imagination, du bon goût14. Trois qualités qui sont les fondements de la vie intellectuelle et qui, encouragées, peuvent faire des femmes douées des individus d’exception. L’auteur cite pour preuves les qualités extraordinaires de trois femmes milanaises, qu’il ne nomme pas mais qui sont identifiées comme étant la poétesse Francesca Bicetti (1712-1788), mère de Carlo Imbonati ; la mathématicienne Maria Gaetana Agnesi (1718-1799), auteur des Istituzioni analitiche ad uso della gioventù italiana (1748) ; l’érudite traductrice Francesca Manzoni Giusto (1710-1743). Les exemples choisis parmi des disciplines nobles sont faits pour illustrer le propos mais ils le dépassent : au-delà de la vivacité de l’imagination, du bon goût, la référence aux mathématiques et à la philologie montre que l’activité spéculative, l’intelligence rationnelle, concernent les femmes autant que les grâces de l’imagination, terrain qu’on leur concède depuis toujours. Partant d’un terrain peu contestable (qui songe à retirer aux femmes le privilège de l’imagination et du bon goût ?), Franci empiète sur le terrain très masculin de la raison. Il ouvre ainsi aux femmes l’espace de l’esprit, et pas seulement l’esprit qui pétille dans la conversation, mais l’esprit qui crée (poésie), l’esprit qui démontre (mathématiques), l’esprit qui organise la culture (érudition).

24Pour parler des principales vocations des femmes, Franci adopte la même stratégie de dérive. C’est d’ailleurs de l’idée de bon goût qu’il repart :

  • 15  « Il Caffè », p. 248, l. 30-32.

Il gusto variamente è definito dagli autori ; ma ciò che è certo, si è, che il buon gusto dipende da una certa aggiustatezza di mente, e da un sentimento delicatissimo del cuore.15

25Ce principe classique d’équilibre entre le cœur et l’esprit inspire aussi bien, dit Franci, la conduite des grandes reines qu’une saine direction de la vie domestique. Celle-ci est définie pour les femmes par un souci d’honnêteté et d’affection (tête et cœur toujours) qui se retrouvent toutes deux dans une maternité bien comprise :

  • 16  Ibidem, p. 249, l. 3-12.

Un tenore di vita innocente e regolare, piena di virtù per i domestici, di amorevolezza per i loro prossimi, di pace e di concordia nella famiglia, e di sollecitudine per i loro figliuoli [...]. Questo dolce impero [...] forma tutta la gloria e felicità d’una madre saggia.16

26Idée traditionnelle encore que cette conception du rôle féminin. Mais on s’aperçoit que, sous couvert de combattre la paresse précédemment dénoncée, ce rôle se voit juste après complété par l’idée du travail des femmes (ici, c’est leur tête, leur « mente », qui leur en donne la compétence) :

  • 17 Ibidem, p. 249, l. 17-22.

L’aggiustatezza di mente persuaderà alle donne che il maneggio e l’economia domestica sia di loro ragione ; che il travaglio, essendo una necessità universale, conviene anche ad esse, di qualunque rango siano, che l’amore al medesimo mantiene tutte le virtù, e fa onore al sesso ancor sul trono.17

27Le travail est évoqué, coincé entre l’économie domestique et l’amour du prochain, vertus passant pour féminines par excellence, séparé de ces deux autres concepts par de simples points-virgules comme pour éviter la mise en relief trop brutale. Il est désigné de surcroît non par le terme de « lavoro » mais par celui de « travaglio » qui renvoie au domaine très féminin de l’enfantement. C’est pourtant bien au travail comme activité économique autonome que pense l’auteur, ce que révèle la précision de la phrase suivante :

  • 18 Ibidem, p. 249, l. 22-24.

Il sedere ad un banco di cambio per dirigere le opportune corrispondenze, ed il presedere ad una manifattura non è fuori della sfera d’una mente ben regolata d’una cittadina.18

28S’étant mis à l’abri du paravent des vertus domestiques et chrétiennes, l’auteur abat ici d’un seul coup plusieurs cartes audacieuses : possibilité pour une femme d’exercer un emploi, compétence de la femme pour avoir des responsabilités (comme la direction d’une manufacture), habilitation politique de la femme, ici désignée comme citoyenne. Les femmes font non seulement partie de la même espèce que les hommes, comme Franci le rappelait plus haut, mais elles appartiennent au même tissu économique et au même corps social. Pourquoi n’y prendraient-elles pas une part active ?

29Au lieu de cela, les sociétés européennes du moment n’intègrent le problème féminin que comme un fardeau, un passif, en particulier à travers la question de la dot. Une femme coûte cher à élever quand c’est une enfant, à marier quand c’est une jeune fille, à entretenir quand c’est une épouse. Le travail des femmes supprimerait cette conception calamiteuse de la présence féminine dans la famille et dans la société, libérant les hommes d’un poids économique et dynamisant l’économie par le surplus d’activité qui en résulterait :

  • 19 Ibidem, p. 249, l. 24-31.

Vi sono molte arti, le quali essendo compatibili colla delicatezza e ritiratezza delle femmine, potrebbero essere comunemente esercitate dalle plebee senza pericolo che soffra alcun intacco la loro beltà. Questo costume sarebbe d’un utile insigne allo Stato, perché si formerebbero esse da sé la loro dote, soccorrerebbero nelle occasioni il marito e la famiglia, e darebbero coraggio agli uomini di contrarre matrimoni.19

  • 20 Ibidem, p. 250, l. 9-11.

30Les qualités de la « mente » féminine entraînent donc des compétences directement exploitables sur le terrain du travail. Quant à la délicatesse du cœur, la sensibilité, elle entraîne des vertus. La première est la chasteté des jeunes filles, toujours selon le schéma qui part des conceptions traditionnelles. Comme la vie domestique un peu plus haut, cet aspect de la vie de la femme est revalorisé : « Quella, che particolarmente chiamasi virtù nelle donne, non credasi già una virtù molle »20. La deuxième vertu mentionnée est l’amour conjugal, et la fidélité qui s’ensuit, encore en accord avec les attentes du public du journal. Cet amour conjugal est cependant présenté non seulement comme un devoir, mais comme une vertu au sens de « capacité » : les femmes sont capables d’une passion pour leur conjoint, ce que montrent selon l’auteur et la raison et l’expérience. La « raison » prend ici l’aspect d’une déduction sensualiste :

  • 21 Ibidem, p. 250, l. 22-32.

Le sensazioni devono essere più vivaci nelle donne di quello che non lo siano negli uomini, e ciò per la maggiore delicatezza d’organizzazione [...]. Da questo principio ne nasce che le passioni sieno anche più violente nelle donne, cosicché superano le nostre, se non nella durata, almeno nella intensione.21

31Les femmes, plus passionnées et privées de passions secondaires telles que gloire, ambition, étude, etc., peuvent être de vrais torrents d’amour pour leur mari, selon une métaphore du cours d’eau (on appréciera le double sens du mot « lit ») qui n’est pas à l’avantage des hommes, moins passionnés et moins constants que leurs épouses :

  • 22  Ibidem, p. 251, l. 4-14.

Il loro cuore rassomiglia a certi fiumi ristretti e serrati d’alte sponde, che non hanno che una pendenza, per la quale liberamente possano scaricare le loro acque. Il pudore, il timore, la legge di Dio e quella del mondo sono i felici ostacoli che lo circondano da tutti i canti ; non può uscire dal suo letto senza romperli, né romperli senza una violenza straordinaria. Allorché fra tanti impedimenti scorge una parte a cui rivolgersi, come lo è il consorte, vi scorre con minore riserva, che non fa il cuore dell’uomo, similissimo a que’ fiumi vaghi, che non hanno né sponda, né gran pendenza, e che nello stesso tempo trovano certi rigagnoli aperti per distraersi.22

  • 23  Originaire de Padoue, Bianca de’ Rossi, a bien vécu au XIIIe siècle. Son agresseur, assassin de so (...)

32Pour confirmer cette idée qui dément l’inconstance donnée pour générale dans la caricature initiale, Franci fait appel à « l’expérience », c’est-à-dire à l’Histoire : il rappelle l’épisode de Bianca de’ Rossi, femme de Giovanni Battista della Porta, gouverneur de Bassano. Défendant la ville les armes à la main après la mort de son mari, elle se jeta par la fenêtre pour ne pas être violée par Azzolino, mais en vain. Après l’outrage, elle s’ensevelit vivante dans le tombeau de son mari23. Cet acte courageux fournit à Franci une transition pour reconnaître aux femmes des vertus dites masculines :

  • 24 Op. cit., p. 252, l. 4-8.

Ma non crediamo già che la sfera delle virtù eroiche delle femmine sia ristretta a ciò solo, e che non siano esse in altre virtù capacissime di superare gli uomini. Questa sfera comprende ancora quelle virtù, che si vogliono tutte proprie d’un animo virile, come sono l’alta generosità, ed il valore militare.24

33Voilà que Franci entre sur un terrain plus provocateur. Non seulement il suppose les femmes capables de dépasser les hommes (« capacissime di superare gli uomini »), mais encore sur leur propre terrain et pour les vertus qui sont leur apanage : magnanimité et même valeur militaire. Si la première reste une qualité très abstraite et ne porte pas forcément à l’action, la seconde ne peut être plus concrète, plus active, plus exclusive aux yeux des hommes. Sur la magnanimité, Franci reste théorique, utilisant l’art du raisonnement et de l’hypothèse :

  • 25 Ibidem, p. 252, l. 13-22.

Se ad una femmina oltre del dovere e dell’onesto, proprio del suo sesso, avviene che si presentino altri doveri, ed altri onesti, e se per arrivarvi è necessario lasciare un interesse certo, abbattere una fortuna già fatta, disprezzare i piaceri più lusinghieri, dare il proprio sangue, esporre la vita, che dovrà fare questa femmina ben educata e piena di nobili sentimenti ? Non lascerà di correre dietro alle luminose attrattive di quest’eroiche virtù in mezzo di tutte le difficoltà, di tutti i spaventi. Ciò non potendosi fare senza d’un’alta generosità, bisogna concedere che le femmine possano esserne capaci.25

34Sur la valeur militaire, Franci ressent le besoin de recourir à une autorité. Il citera donc la Bible deux fois, après avoir formulé des prémices dont le bon sens ne parvient pas à effacer l’impression de provocation :

  • 26 Ibidem, p. 252, l. 23-34.

Il valor militare non dimanda braccia d’acciaio, né mani di ferro. Gli antichi eroi non erano statue di bronzo, né tutti aveano la complessione di quel famoso Greco, che non temeva contro le più grosse catene ; anche al dì d’oggi uomini non seccati dal sole, non induriti al gelo guadagnano le battaglie. La bellezza e la delicatezza delle membra non sono così timide, né incompatibili col valore militare, come alcuni si persuadono. La Sagra Scrittura parla d’una colomba, che punto non era meno terribile dell’aquile. Si hanno degli spiriti generosi e delle anime forti in petto delle femmine delicate ; delle mani vittoriose coperte di guanti profumati, nella maniera che alloggiano dei conquistatori sotto tende dipinte e coperte d’oro.26

35Que les femmes soient faibles, cela vient du reste de l’éducation, encore une fois et Franci de préconiser, au risque de choquer mais sous l’autorité de Platon, l’exercice physique pour les filles :

  • 27 Ibidem, p. 253, l. 1-9.

Per altro la delicatezza è in esse accidentale, ed a questo proposito osserva giudiziosamente Platone, che se l’eccesso d’umidità, che stempra il loro vigore, e le rende più molli degli uomini, fosse disseccato da un esercizio moderato, la loro complessione sarebbe ridotta ad un’uguaglianza più giusta ed esatta che la nostra : i loro corpi sarebbero più robusti e più agili, ed avrebbero il movimento più libero e di più lunga durata, nella guisa che le femmine degli sparvieri hanno il volo più veloce, e quelle degli animali domestici soffrono più lungo tempo la fatica.27

36Passons sur la comparaison avec le bétail pour ne voir que l’essentiel : l’idée d’une suprématie féminine, même dans le domaine physique, marquée avec insistance par une série de sept « più » (« più giusta », « più robusti », « più agili », « più libero », « più lunga », « più veloce », « più lungo tempo »). Du reste la force ne fait pas tout et c’est la colère des preux qui soutient leur bras, une juste colère qui devient qualité et pour ce qui est de cette indignation source de courage, la femme, encore une fois, peut surpasser l’homme :

  • 28 Ibidem, p. 253, l. 16-24.

La forza per se stessa resta materiale, immobile e senz’azione, se non è stuzzicata, come dice il filosofo, dalla collera ; ma da quella collera che è nobile, che forma i valorosi. Or egli è certo testimonio della Divina Sapienza e della sperienza stessa, che questa collera è ben più viva nelle femmine, che negli uomini, e per conseguenza se il costume loro ha tolto il valore acquistato, non ha tolto il valore naturale, e quel maggiore spirito di bile, che è lo spirito guerriero, e l’ultima tintura dell’umore, che forma i prodi.28

  • 29 Ibidem, p. 253, l. 31-32.
  • 30  Eger, ville de Hongrie, résista vaillamment aux Turcs en 1552. Les anecdotes alléguées ne semblent (...)

37Ici, Franci fait intervenir l’Histoire. Il donne d’abord, sans plus de précision, l’exemple d’un bataillon d’Italiennes ayant eu un comportement héroïque dans le cours de l’Histoire moderne, ce qui devrait convaincre « coloro che ripongono le femmine generose fra i mostri della natura »29. Puis il décrit successivement trois femmes qui auraient combattu héroïquement contre les Turcs, les deux premières dans la cité d’Agria30, la troisième dans l’île de Solimène.

38Les deux femmes d’Agria ont en commun de combattre aux côtés de leur mère, ce qui sous-entend qu’elles ne représentent pas une exception en tant que combattantes. La première voit sa mère emportée par un boulet de canon au moment où elle soulevait un rocher pour le lancer sur les assaillants ; elle ramasse froidement le rocher et accomplit ce que sa mère n’avait pu faire. La deuxième voit son mari s’effondrer au combat et sa mère l’exhorte à lui rendre ses devoirs funéraires ; elle refuse, préférant combattre avec l’épée de son époux, et met en fuite l’ennemi ; après quoi elle charge le corps de son mari sur ses épaules pour aller l’ensevelir. La troisième guerrière, du nom de Marulla, est la fille du gouverneur de l’île de Solimène ; le voyant tué au combat par les Turcs, elle descend des remparts, prend ses armes et met les Turcs en fuite.

39On a ici une même image de femme guerrière qui se répète trois fois, quatre si l’on compte Bianca de’ Rossi, qui combattait elle aussi un assiégeant. A chaque fois la femme se bat en mêlant la rage à l’amour d’un proche à venger (la mère, le mari, le père) et trois fois sur quatre elle se substitue symboliquement à l’homme en prenant les armes du défunt. Bien que les circonstances diffèrent sensiblement, les quatre récits convergent vers une même figure mythique qui rappelle la Bradamante de l’épopée, figure dont l’invraisemblance (si ce n’est dans l’intention, du moins dans le résultat, mettre les Turcs en fuite, charger seule un cadavre sur son dos, soulever un rocher) est conjurée par la répétition qui semblerait devoir accréditer le schéma proposé. Le contexte a quelque chose de fabuleux, comme si le mythe devait venir au secours du raisonnement et de l’argumentation pour défendre une idée trop nouvelle : après avoir investi la femme de compétences intellectuelles puis économiques et projeté la perspective d’une femme-citoyenne, Franci dépossède l’homme d’un bastion qui semblait imprenable, rien moins que le domaine de la guerre.

40Que Franci envisage sérieusement la création d’une phalange de Jeanne d’Arc italiennes semble hautement improbable. Il s’agit peut-être pour lui soit de rompre systématiquement le primat masculin dans tous les champs de l’activité humaine, par principe, soit d’aller volontairement trop loin pour que le lecteur revienne sur les propositions plus réalistes de partage des rôles économiques, qui, par contraste, semblent un peu moins audacieuses.

41Reste l’image d’une combativité féminine, qui est peut-être uniquement métaphorique, la femme étant proposée comme modèle de fidélité et d’obstination, force qu’il est dommage de gaspiller en l’édulcorant par une éducation inepte. L’évocation semi-légendaire de figures de femmes au combat donne en tout cas une iconographie au combat pour les femmes que mène Sebastiano Franci. La défense des femmes prend pour emblème la défense par les femmes – les femmes défendant la cité. Dans l’optique, initialement définie, de l’utilité publique, on atteint ici le paroxysme et il faut convenir que la gradation de Franci est habilement mise en place. Là aussi, métaphoriquement, le symbole fonctionne : les femmes peuvent être une force de plus pour la cité.

42Du point de vue de l’argumentation logique, en revanche, l’article peut difficilement aller plus loin après ce passage narratif qui a rompu l’enchaînement des idées quant à la forme et qui est outré quant au contenu. Aussi Franci se rabat-il sur une conclusion de complaisance, un éloge de l’impératrice Marie-Thérèse, pirouette qui permet de changer de registre sans transition mais qui permet aussi de faire du pied au pouvoir. Un pouvoir qui est entre les mains – circonstance précieuse – d’une femme. Qui pourrait mieux recevoir le message de l’article, surtout s’il finit par un panégyrique ? L’éloge de l’impératrice tranche par ses procédés avec le ton novateur et libre de l’article. On y trouve toute la rhétorique du courtisan, de la prétérition à l’hyperbole en passant par l’anaphore et autres figures consacrées. Le ton est celui de l’emphase et de l’obséquiosité :

  • 31  Ibidem, p. 255, l. 13 et suivantes.

Ma perché vado io ricercando nelle storie esempi illustri delle femminili virtù ? L’Augustissima Imperatrice Regina, cui ubbidiamo e per amore e per dovere, ci offerisce un compendio di tutte le più eminenti virtù, compendio tanto più efficace quanto più egli è luminoso e illustre agli occhi dell’universo.etc31

  • 32  On trouve la transcription du manuscrit dans l’appareil critique de l’édition Francioni-Romagnoli (...)

43Le panégyrique, assez long, était encore plus appuyé et plus long dans la première version de l’article que Pietro Verri, directeur du journal, ne publia pas dans son intégralité32. Rien n’interdit néanmoins de voir dans cette conclusion un modèle offert aux autres femmes (autrement dit : rien ne vous est impossible puisque même le suprême degré du pouvoir vous est accessible) ainsi qu’une très habile tentative de séduction du public féminin. Comme Marie-Thérèse, toutes les femmes qui auront entre les mains un exemplaire du « Caffè » seront séduites par cette thématique, par l’éloge de leur rayonnement présent et potentiel, par le symbole final qui les met sur un piédestal. Aussi bien, la référence à Marie-Thérèse, en-dehors de toute tactique courtisane, montre que la femme a sa place dans tous les milieux : non seulement ceux du savoir, de l’économie, de la guerre, mais aussi celui du pouvoir.

44Or il est un pouvoir que les femmes ont déjà, c’est celui de participer à la communication, par leurs salons, leurs relations, leur conversation. Elles ne sont pas sans exercer une subtile influence sur l’opinion publique naissante, sur la culture de leur temps, même s’il s’agit d’une culture mondaine. Les auteurs du « Caffè » n’ont certes pas manqué d’identifier en elles un vecteur de diffusion de leur idées, ce que souligne l’introduction de l’édition française du journal :

  • 33  Raymond Abbrugiati, « Il Caffè » (1764-1766) : Un périodique et son public, in Le Café, Fontenay-S (...)

Le public féminin n’est pas seulement un public cible de prédilection. Du point de vue de la diffusion des périodiques – et des savoirs qu’ils véhiculent – il constitue aussi un centre nodal d’importance stratégique susceptible de démultiplier le nombre de lecteurs. [...] Dans cet ascendant que les femmes exercent sur les hommes réside le principe du pouvoir intellectuel qu’elles sont susceptibles d’exercer sur la société. La femme, courtisée, qui tient salon, qui fait ou suit la mode, est au centre d’une société d’hommes prêts à se modeler sur elle, sur les valeurs dont elle est le relais sinon le dépositaire.33

45Sebastiano Franci et ses collaborateurs font donc coup double. Ils lancent un débat d’une grande modernité sur l’émancipation féminine. Et ils conquièrent à la cause du « Caffè » une partie non négligeable de l’opinion vouée à avoir de plus en plus d’influence et (la métaphore était claire) de combativité. Défendre les femmes, donc, pour être défendus par elles.

Haut de page

Notes

1  L’abbé Carlo Sebastiano Franci fut collaborateur du journal « Il Caffè », où il publia surtout des articles d’économie politique : Dialogo sull’agricoltura (tome I, feuillets V-VI), Alcuni pensieri politici (tome I, feuillet XIII), Del lusso delle manifatture d’oro e d’argento (tome II, feuillets VIII-IX), Osservazioni sulla questione se il commercio corrompa i costumi e la morale (tome II, feuillet XXIV), ainsi que Delle precauzioni contro le opinioni (tome II, feuillet XXV). Il sera auteur d’un traité intitulé La moneta, soggetto istorico, civile e politico (Milano, Galeazzi, 1769), dans la droite ligne de son activité journalistique. La Difesa delle donne tranche par sa problématique avec ses cinq autres articles, ce qui engage Sergio Romagnoli (in « Il Caffè » tra Milano e l’Europa, introduction à l’édition Bollati-Boringhieri, 1993, p. LXI) à supposer que cette Défense est le fruit d’une réflexion collégiale de l’ensemble des auteurs du « Caffè ».

2 Difesa delle donne, in « Il Caffè », Torino, Bollati-Boringhieri, 1993, p. 245, l. 19-20.

3  Il Mattino est de 1763, un an avant la parution du « Caffè ».

4 Difesa delle donne, in « Il Caffè », cit., p. 245, l. 21-26. C’est nous qui introduisons les italiques.

5 Ibidem, p. 246, l. 2-4.

6 Ibidem, p. 246, l. 25-29.

7 Ibidem, p. 246, l. 30-36.

8 Ibidem, p. 247, l. 1-5.

9 Ibidem, p. 247, l. 5-13.

10 Ibidem, p. 247, l. 21-24.

11 Ibidem, p. 247, l. 24-25.

12 Ibidem, p. 247, l. 35 - p. 248, l. 4.

13 Ibidem, p. 248, l. 4-6.

14  L’auteur se réfère sans doute aux Essais, Livre III, chap. V, Sur des vers de Virgile, et, pour Malebranche, à la Recherche de la vérité (1674-75), livre III, 2ème partie, Chap. V, De l’imagination des femmes.

15  « Il Caffè », p. 248, l. 30-32.

16  Ibidem, p. 249, l. 3-12.

17 Ibidem, p. 249, l. 17-22.

18 Ibidem, p. 249, l. 22-24.

19 Ibidem, p. 249, l. 24-31.

20 Ibidem, p. 250, l. 9-11.

21 Ibidem, p. 250, l. 22-32.

22  Ibidem, p. 251, l. 4-14.

23  Originaire de Padoue, Bianca de’ Rossi, a bien vécu au XIIIe siècle. Son agresseur, assassin de son mari, est Ezzolino da Romano.

24 Op. cit., p. 252, l. 4-8.

25 Ibidem, p. 252, l. 13-22.

26 Ibidem, p. 252, l. 23-34.

27 Ibidem, p. 253, l. 1-9.

28 Ibidem, p. 253, l. 16-24.

29 Ibidem, p. 253, l. 31-32.

30  Eger, ville de Hongrie, résista vaillamment aux Turcs en 1552. Les anecdotes alléguées ne semblent cependant pas attestées.

31  Ibidem, p. 255, l. 13 et suivantes.

32  On trouve la transcription du manuscrit dans l’appareil critique de l’édition Francioni-Romagnoli ici utilisée, Torino, Bollati Boringhieri, 1993, pp. 905-906.

33  Raymond Abbrugiati, « Il Caffè » (1764-1766) : Un périodique et son public, in Le Café, Fontenay-Saint-Cloud, ENS Editions, 1997, p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°3, Femmes italiennes, 1999.

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « L’accusateur accusé, le défenseur défendu : la Défense des femmes dans « Il Caffè » », Italies [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 27 mars 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/2581 ; DOI : 10.4000/italies.2581

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org