Navigation – Plan du site

Luisa Blondel

Georges Virlogeux
p. 230-275

Résumé

Luisa Blondel n’est connue qu’à travers les lettres que lui ont adressées Massimo d’Azeglio et Giuseppe Giusti, ainsi qu’à travers les « Carteggi familiari » de Manzoni. La présente contribution, s’appuyant, sur ce qui a pu être rassemblé de sa correspondance, retrace son parcours personnel, ses relations avec les familles Blondel et Manzoni, ce qui a pu être reconstitué de ses amitiés amoureuses, son rôle de médiatrice culturelle et politique entre Toscane, Piémont et Lombardie.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

1Luisa Blondel n’a été jusqu’à présent guère plus qu’un miroir : celui dans lequel se reflètent quelques personnages parmi les plus sympathiques du Risorgimento, Massimo d’Azeglio essentiellement et, à un moindre titre, Giuseppe Giusti. Seules leurs lettres ont été conservées, celles de Luisa ont presque toutes été détruites, ou perdues. Nous avons pu néanmoins rassembler soixante-douze lettres de Luisa adressées à d’autres destinataires, presque toutes inédites, et quelques lettres adressées à elle. Ce matériau, ajouté aux quelque cinq cents lettres de d’Azeglio en cours de publication et aux vingt-neuf lettres de Giusti, constitue l’ensemble de la documentation dont nous disposons à ce jour.

  • 1 S. d., Milano, Biblioteca Nazionale Braidense, Manz. B. XVII. 16/1.

2On ne sait rien de l’enfance de Luisa Maumari, née à Milan le 15 mars 1806, fille de Marie-Antoinette Blondel (sœur d’Enrichetta Manzoni) et de Giovanni Daniele Bartolomeo Maumari, si ce n’est qu’avant même de savoir parler, elle se trouva – selon son propre aveu – définitivement captive de l’aura exceptionnelle qui entourait la personne de Manzoni1.

3La famille Blondel était originaire de Cully dans le Canton de Vaud. Vers la fin du XVIIIème siècle, les deux frères François-Louis et Jean étaient venus s’installer en Lombardie pour y exercer la sériciculture et le commerce de la soie. Ils construisirent des filatures dans les collines de la Brianza et la principale d’entre elles à Casirate (province de Bergame) où ils s’établirent. Ils s’enrichirent rapidement :

  • 2  A. Guidi, Enrichetta Manzoni Blondel e i suoi documenti inediti, capitoli sparsi - Estratto dall’A (...)

sì che in breve adunarono ricchezza, per allora vistosa, di presso a tre milioni, e poterono metter su casa signorile in Milano, nel palazzo acquistato nei primi dell’Ottocento, dal conte Carlo Imbonati, in contrada del Marino, dove aprirono banco con favore universale. Amministrava Francesco Luigi, conclamato in vita uomo di esatta probità e di specchiata delicatezza, e seguito in morte dal pianto di molti beneficati.2

  • 3  G. Bezzola, Giulia Manzoni Beccaria, Milano, Rusconi, p. 125.
  • 4  C. C. Secchi, op. cit., p. 255. Les Blondel avaient acquis à Inzago des terrains situés à proximit (...)

4François-Louis Blondel et son frère Giovanni exercèrent leur activité bancaire sous la raison sociale de “Maumari fratelli e Montilhon figlio e Comp.”3 Nous n’avons pu retrouver l’identité des premiers associés mais l’on sait que Giovanni Daniele Bartolomeo Maumari épousa l’aînée des filles Blondel, Marie-Antoinette, qui fut la mère de Luisa. Quant aux Mariton, liés depuis longtemps aux Blondel, ils étaient originaires de La Voulte (Ardèche), où la sériciculture était florissante4.

5Tous étaient protestants et les Blondel eurent des sympathies pour la Révolution française :

  • 5  G. Bezzola, op. cit., p. 126.

Era una bella famiglia patriarcale, il padre, la madre, [...] otto figli. [...] Tutti calvinisti più o meno convinti, benché i figli fossero battezzati col rito cattolico, molto uniti fra loro, come allora si usava nelle famiglie e ancor più in quelle protestanti residenti all’estero.5

  • 6  A. Manzoni, Lettere, a cura di C. Arieti, Milano, Mondadori, 1970, I, p. 886.
  • 7  C. Cantù, Alessandro Manzoni. Reminiscenze, Milano, Treves, 1885, II, p. 140.

6En 1823, âgée de 17 ans, Luisa avait épousé son oncle Henri, le frère de sa mère et d’Enrichetta Blondel6. Il en avait 28, et dirigeait l’entreprise familiale avec son frère Charles-François, depuis la mort de leur père François-Louis en 1812. Elle en fut probablement très amoureuse et à sa mort, elle tenta – selon Cesare Cantù – de s’empoisonner7.

  • 8  A. Manzoni, op. cit., I, p. 382.

7À 19 ans, Luisa est jeune et belle. C’est Manzoni qui le dit le premier, en réponse à une lettre d’Henri ; d’autres le répéteront8 ! Bientôt, Massimo d’Azeglio fera d’elle le portrait flatteur suivant :

  • 9  À Michelangelo Pacetti, 6 décembre 1837, M. D’Azeglio, Epistolario, a cura di G. Virlogeux, Torino (...)

statura ordinaria, svelta, capelli e occhi neri, un po’ brunetta, denti bellissimi, ed una fisionomia di molta finezza nei contorni : non fo per dire ma è una delle più belle teste che conosco : e per il carattere fra lo spagnuolo e l’italiano.9

  • 10  C. Cantù, Ibid.
  • 11  Il y est question de Bossuet, d’un catéchisme et de quelques autres livres non nommés, A. Manzoni,(...)
  • 12 Epist., I, p. 192, note 2.

8Sur l’“oncle Henri”, on ne sait pas grand-chose non plus. Né à Casirate le 26 octobre 1795, il était d’une santé chancelante et mourut prématurément à Milan le 8 septembre 1830 après plusieurs années d’une douloureuse maladie10. Très aimé de sa sœur Enrichetta, il n’approuva toutefois pas sa conversion, suivant en cela sa mère, mais ses rapports avec les Manzoni s’améliorèrent par la suite, jusqu’à devenir amicaux. Sa correspondance avec Manzoni montre que la gestion financière lui laissait le temps de se livrer à quelques recherches philosophiques, tournées vers l’apologétique et l’obsédante question familiale des rapports entre les religions catholique et protestante11. On sait que si Henri et Luisa avaient eu des enfants, ils les auraient élevés dans la religion catholique12.

  • 13 Epist., I, pp. 363, note 3 et 411, note 2.

9Après la mort de son mari en 1830, Luisa demeura probablement dans son appartement du palais Blondel. D’Azeglio et Giulietta Manzoni, mariés le 21 mai 1831, après avoir habité Casa Predabissi dans la Via del Durino, élirent domicile, à la naissance de leur fille Rina en 1833, dans un autre appartement du même palais Blondel. Après son mariage avec d’Azeglio en 1835, Luisa resta dans son appartement, qu’elle loua à son oncle et beau-frère Charles-François. Elle et Massimo l’achetèrent en 183913.

10On sait que le premier mariage de Massimo avait été malheureux. Giulietta avait été conquise de propos délibéré et son innocence surprise. Le charme du beau jeune homme blond, artiste déjà connu, avait séduit les Manzoni, surtout la nonna Giulia qui s’y connaissait. « È nato seducente », finit par dire un jour Manzoni lui-même, comme pour marquer l’étendue des défauts sur lesquels il avait fallu passer ! Mariée en 1831, Giulietta mourut trois ans et quatre mois plus tard, le 20 septembre 1834. Pas un mot à son sujet dans les Ricordi. Contrairement à presque tous les biographes de d’Azeglio, Guido Bezzola a raison d’oser faire remarquer que celui à qui l’Italie attribue, parmi les grandes figures du Risorgimento, la palme du galantomismo, ne s’est en réalité guère distingué dans cette affaire :

Massimo era infedele per natura e superficiale per natura, esattamente all’opposto di Giulietta la quale per di più era tanto fine quanto poco avvenente,

  • 14  G. Bezzola, op. cit., p. 227.
  • 15  Cf. le texte de la célèbre lettre de Marie Mariton à sa fille Enrichetta, « fille ingrate et parju (...)

écrit-il14. Et comme si la dureté de Massimo ne suffisait pas, vint s’y ajouter celle de Cristina Morozzo di Bianzè, sa mère, d’une partialité rare et qui, alors que Giulietta malade avait moins d’un an encore à vivre, l’accusa violemment de ne pas savoir le rendre heureux. Cette fois, aucune accusation de parjure comme dans le cas, resté célèbre, de Maria Mariton et d’Enrichetta Manzoni15, mais une brutalité de ton comparable, qui illustre l’autorité que les mères et belles-mères savaient s’arroger vis-à-vis des jeunes femmes de leur famille :

  • 16  16 ottobre 1833, citée in Epist., I, p. 203, note 1.

tu l’ami, l’ami assai, ma lo rendi tu felice ? i primi giorni che si era in Azeglio nel ‘31 vidi, dubitai et tacqui ; il secondo estate, crebbero i miei dubbi, e m’imposi silenzio ; ma quest’anno, appena giunta in Milano, mi confermai in questo straziante pensiero, Massimo non è felice...16

11Sur la vie conjugale de Giulietta et de Massimo, ce dernier a laissé cet aveu malheureusement sans équivoque :

  • 17  À Giuseppe Morozzo, 11 mai 1835, Epist., I, p. 201.

Si può figurare écrivit-il à son oncle le cardinal Morozzo peu après la mort de Giulietta  che vita dolorosa abbia fatto in questi ultimi anni, e per quanto tempo ho dovuto vivere come non avessi moglie.17

  • 18  Bezzola est clair : « contemporaneamente si può dire al matrimonio intrattenne una relazione con L (...)
  • 19 Epist., I, p. 478.

12Dans la même lettre, Massimo assure qu’il n’a jamais pour autant manqué à son devoir, mais des témoignages concordants indiquent qu’avant même que sa femme ne meure il avait trouvé le chemin de Casirate et peut-être aussi, qui sait, celui de l’appartement voisin du leur18. La “désagréable discussion”, les accusations portées par Luisa contre Giulietta dans un “mouvement de vivacité” au sujet d’un garçon d’écurie, dont parle une lettre de Massimo, pourraient bien ne pas avoir été exceptionnelles et fortuites19.

13Luisa était donc veuve depuis cinq ans de son oncle, mort en 1830 à l’âge de 35 ans. Elle en a maintenant 28. Massimo en a 36. C’est le coup de foudre. Tout au long de l’hiver et du printemps de l’année 1835, des lettres ivres de passion scandent leurs attentes, leurs brèves séparations et les frustrations de leurs sens :

  • 20 Epist., I, p. 185, 187, 188, 193, 199, 204, 206, 220, 229.

“chère amie”, “chère Louise… je vous aime par dessus toutes choses”, “quelle effroyable solitude”, “cara, cara Luisa mia, io son tuo anima e corpo”, “adieu, chère âme”, “adieu cher ange”, “chère mille fois chère épouse”, “cher amour”.20

14Cette relation dérange : Tommaseo, jamais en reste d’une médisance, écrit à Gino Capponi :

  • 21  N. Tommaseo - G. Capponi, Carteggio inedito, Bologna, Zanichelli, 1911, I, p. 236.

L’Azeglio si rimarita, e piglia la vedova Blondel, della quale dicono Giulietta fosse gelosa. Miserie !21

  • 22  A. Guidi, Il Manzoni e il d’Azeglio all’I. R. Tribunale civile di prima istanza in Milano e l’amic (...)
  • 23  C. Cantù, op. cit., I, p. 110.

15Le chœur des femmes : « ... est-ce que ce prompt mariage, que l’amour a précédé de quelque temps, ne fait pas soupçonner que cette pauvre Juliette n’avait jamais été chérie ? », écrit Costanza Arconati22, tandis que la nonna Giulia parle de ce mariage comme d’« una cosa per se stessa santa, ma certamente non conveniente per le circostanze e le antecedenze che l’hanno accompagnata »23.

  • 24 Epist., I, p. 179.

16À la zietta Luisa, les tousann Manzoni, Cristina et Sofia, battent froid24.

  • 25  Cf. l’acte de mariage in A. Guidi, Il Manzoni e il d’Azeglio…, cit., p. 8.

17Malgré cela, Massimo mène son affaire avec la détermination et la désinvolture qui le caractérisent. Les fiancés durent se marier hors d’Italie. Ce fut à Klagenfurt, le 24 août 183525.

18Peu après leur retour, Massimo et Luisa prennent avec eux la petite Rina ; Donna Giulia l’accepte très mal :

  • 26  A. Guidi, Il Manzoni e il d’Azeglio..., cit., p. 8.

L’ultimo sacrificio ha avuto il suo compimento : la mia povera innocente e tanto diletta Alessandrina non è più con noi ! Tutto è finito : non se ne parli più...26

19Donna Giulia a 73 ans, Luisa 29. Luisa ne se laisse pas intimider par les observations qu’on peut lui faire et contrattaque avec une belle assurance :

  • 27  Luisa Blondel à Giulia Manzoni, septembre 1835. Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite. La répo (...)

Madame, C’est moi qui aujourd’hui vous donnerai des nouvelles de Rina. Elles sont Dieu merci aussi bonnes que votre amour maternel et le mien peuvent le désirer. [...] Si la crainte de me rencontrer était un obstacle à votre venue ou à celle de mes nièces, je crois devoir vous rassurer, Madame, lors même que la délicatesse ne m’indiquait pas suffisamment combien ma vue peut vous être pénible et combien je dois chercher à vous l’épargner. Il y aurait croyez-le assez de fierté en moi pour éviter l’occasion de recevoir de vous, Madame, quelque nouveau témoignage de la prévention injuste et douloureuse que vous avez conçue contre moi, mais qui ne m’empêchera jamais d’être avec respect votre dévouée Louise.27

  • 28  A. Guidi, op. cit., passim.

20Manzoni eut même peur que les intérêts patrimoniaux de Rina fussent menacés et porta l’affaire devant les tribunaux28. Antonietta Beccaria Curioni, belle-sœur de donna Giulia, et Cesare Cantù (qui ne faisaient qu’un, ou presque) jouèrent les conciliateurs. Les choses finirent par s’arranger, donna Giulia et Luisa se réconcilièrent et Manzoni, aussi bien que la zietta Beccaria Curioni, devinrent par la suite ses confidents attentifs et attentionnés.

21Du côté de la belle-famille, ce ne furent que caresses. Roberto :

  • 29  7 février 1839, Roberto d’Azeglio à Luisa Blondel, Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite.

Merci de toute l’amitié que vous nous montrez, chère sœur. Vos douceurs valent mieux que les nôtres ; car au lieu de diminuer, elles augmentent par l’usage.29

Costanza, Padre Luigi et aussi belle-maman Cristina, devenue tout miel :

  • 30  Cristina d’Azeglio à Luisa Blondel, Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite.

Poche parole in risposta della tua dolce lettera. [...] Abbi pazienza e non incolpare il cuore di tua povera Mamma che t’ama. [...] Volo subito nelle tue braccia, dolce mia, e godrò maggiormente della tua felicità e di Massimo...30

  • 31  À Michelangelo Pacetti, 6 décembre 1837, Epist., I, p. 296.
  • 32  D’après Anna Maria Comolli, arrière-petite-fille de d’Azeglio. Correspondance privée.
  • 33  24 novembre 1847, G. Giusti, Epistolario, a cura di F. Martini, Firenze, Le Monnier, 1932, IV, p. (...)

22Jusqu’à 1841, en dehors de celle que l’on a citée plus haut, nous n’avons pas de lettres de Luisa. On ne la découvre donc qu’à travers les témoignages de tiers, au premier rang desquels, bien sûr, son mari. Il est difficile de savoir combien de temps dura leur bonheur, si tant est qu’il ait existé vraiment, l’euphorie de la lune de miel en ayant probablement tenu lieu avant et immédiatement après le mariage. Probablement stérile31, peut-être même frigide32, Luisa était d’un tempérament sensible et prompt. Giusti lui trouvera « l’indole dei fiammiferi », « un po’ farfalla, un po’ fiammifero, un po’ agretta qualche volta »33 : elle pouvait s’emporter facilement et, aussitôt après, céder à la tentation de la morosité, à la « triste douceur » des lamentations.

  • 34  Massimo, qui ne s’intéressera vraiment à la question religieuse que sur le tard, ajoute : « envoye (...)

23Les lettres de son mari recèlent çà et là, très tôt, des indices de son inquiétude et de son tempérament tourmenté. Bien que, dans la famille et dans la belle-famille, la question religieuse semble avoir préoccupé davantage les apologètes du catholicisme qu’elle-même, il n’est pas indifférent de constater que son fiancé l’invite, en mai 1835, à « calmer tout à fait [son] esprit » à ce sujet34. Il est vrai que, contrairement à Massimo, les beaux-frères de Luisa, le sentencieux Roberto d’Azeglio et Prospero (alias Padre Luigi Tapparelli, S. J.), jésuite plutôt sympathique, ne lâchèrent jamais prise :

  • 35  Padre Tapparelli à Luisa Blondel, 13 avril 1842. Livorno, Biblioteca Labronica, Raccolta Bastogi, (...)

Addio, cara Luisa; o piuttosto a Dio : pensateci e pregatelo con fiducia; interponeteci quella Vergine benedetta che gli fu Madre; ed io spero [...] che da Lui avrete a suo tempo tal luce da fermare le vostre dubbiezze [...].35

  • 36  Cf. supra, la note 17.
  • 37  C. C. Secchi, op. cit., p. 222-223 ; Id., Nuovi documenti della famiglia Blondel, Atti del V Congr (...)

24Ces discussions épistolaires, ces pressions des catholiques militants que furent ces deux beaux-frères et qui constituent l’un des thèmes de la correspondance ici réunie, ont comme arrière-plan culturel les discussions et les polémiques qui avaient agité les familles Manzoni, Blondel et Mariton à l’époque de la conversion d’Enrichetta et au-delà. Peut-être faut-il attribuer au caractère intransigeant et même violemment intolérant de la grand-mère Mariton, calviniste et anticatholique militante36, quelque effet inverse mais incertain sur Luisa. La conversion de la douce Enrichetta pouvait également troubler sa quiétude intérieure, confortée par ailleurs par le pragmatisme et l’indifférence débonnaire du grand-père François-Louis Blondel, franc-maçon riche, probe et généreux37. Il convient d’ajouter également que tous les enfants Blondel, baptisés selon le rite calviniste reçurent une éducation catholique.

25Dès l’année 1837, de sérieuses divergences de vue surgissent à propos de banals sujets domestiques :

  • 38  22 novembre 1837, Epist., p. 293.

Tu ne saurais te faire une idée écrit Massimo à son cousin Carlo Morozzo avec quelles subtilités métaphysiques la pauvre Louise se plaît à se tourmenter sur tout, et à quel point d’exaltation elle pousse parfois ses idées : la base de tout cela est un excellent coeur mais il serait à désirer pour le bien commun qu’un jugement calme en dirigeât les mouvements ; et Massimo donnerait déjà volontiers “dix ans de vie pour un peu de tranquillité”.38

  • 39  1er juin et 17 octobre1840, Epist., I, pp. 444, 461.

26À partir de 1838, Massimo s’éloigne pendant de brèves périodes qu’il passe au chevet de sa mère mourante ou qu’il consacre à des promenades artistiques ou encore à la liquidation de son patrimoine féodal piémontais. Ses absences se font de plus en plus marquées et ses accents de moins en moins passionnés. Ensemble, ils font toutefois, cette année-là, le voyage de Toscane et, en juin 1840, un court séjour à Bellagio, apparemment heureux, ainsi qu’en témoignent les lettres au confident Tommaso Grossi39. En décembre, une lettre de celui-ci parle ouvertement de « réconciliation ». Mais elle constitue l’un des diagnostics, malheureusement trop lucides, posés maintenant par les parents et les amis communs :

  • 40  13 décembre 1840, G. Virlogeux, Contributo all’epistolario di Tommaso Grossi. Con documenti inedit (...)

Luisa [...] s’è aperta a lungo con me parlandomi di tutti quei motivi di dissapore che stettero tra voi con passione, con cordoglio e con amore ; confessò d’aver dei torti ma alla fin fine crede che ne abbia qualcuno anche tu nel modo troppo severo con cui tratti le sue, dico, anche debolezze ; io trovandola pur sempre tutta amore per te, l’ho consigliata a non toccarti nulla nulla di quanto sulla tua condotta con lei o con altri le possa avere cagionato dolore [...]. Io l’ho pregata, l’ho supplicata perché non desse coi suoi repentini impeti di risentimento occasione al tuo naturale ch’ella dice permaloso di risentirsi, e così prego e supplico e scongiuro te perché non abbi ad interpretare in mala parte qualche espressione che le potesse quasi sfuggire nel calore di una riconciliazione che le consigliai io stesso. [...].40

27Grossi a mis le doigt sur les défauts et les faiblesses de l’un et de l’autre. La vérité apparaît désormais clairement. La crise aura des rémissions, mais rebondira toujours et ne trouvera jamais de solution définitive.

  • 41  « Piacque a Parigi il viso di lei. Di lui, né il viso, né l’ingegno, né l’animo », Niccolò Tommase (...)

28Voyager ? Peut-être. Après Paris, où ils se sont rendus dès 183641, pourquoi pas Rome et la Sicile ? Dans un premier temps, pour s’évader un peu, Massimo envisage d’aller seul à Palerme, où la santé de son frère jésuite n’est pas bonne, ainsi qu’à Rome. Luisa s’accroche mais doit chercher des alliés.

29Massimo persiste dans son refus mais cela la plonge dans une telle excitation et dans un tel chagrin qu’il renonce à la laisser, allant jusqu’à se repentir et implorer son pardon :

  • 42  Janvier 1842, Epist., II, p. 84.

Perdonami, amore mio, lui écrit-il quel che senza volerlo ti feci soffrire, perdonami, vedo che meriti che mi metta in ginocchio e baci la terra ove posi i piedi...42

30Ils partent. Ils passent le mois de février 1842 à Palerme, où le temps court vite et où Luisa fait la conquête de Padre Luigi, et le mois d’avril à Naples. En mai, les voici à Rome. En chacune des jolies femmes qui se disputent la présence et la conversation de Massimo, Luisa voit une Carolina Morici, la sulfureuse amante des années 20. Un jour, durant la passeggiata sur le Corso, une jeune marchande de fleurs jette un bouquet dans la voiture où ils se trouvent, l’accompagnant d’un sourire complice et probablement provocateur. Luisa ne se contient pas et gifle publiquement Massimo. Celui-ci descend aussitôt de voiture, tire une révérence et court se réfugier à... Subiaco chez les Bénédictins de Santa Scolastica :

  • 43  À Tommaso Grossi, 8 juin 1842, Epist., II, p. 108. Cf. A. M. Ghisalberti, Uno schiaffo inedito di (...)

è molto meglio fare il frate che combattere colle donne commente-t-il [...]. Viva Pitagora e poi tutta la sequela dei frati che predicarono il silenzio. È un gran riposo, tanto più quando s’ha ancora l’orecchie intronate da diluvi di chiacchiere o spiacevoli o almeno inutili, e sciocche.43

Et pourtant, ajoute-t-il,

  • 44  Ibidem.

io non le ho mai mancato in nulla, lei era padrona in casa, tutto quel che voleva l’aveva, le avrei portato l’acqua coll’orecchie, avrei fatto non so che cosa, ma che non m’insultasse, non mi trattasse come un baron fottuto tutti i momenti. [...] E quando penso che malgrado tutto questo, sento che in fondo al cuore pure le voglio bene, e che non ho proprio mancato in niente mai ai doveri di buon marito, e che dipenderebbe da lei che si vivesse in pace, e che fosse felicissima, quando ci penso per Dio darei il capo per i muri.44

Quoi qu’il en soit, « questa volta bisogna venire ad una conclusione ». La séparation est décidée. Mais différée.

  • 45  Carlo et Gaetano Castillia (o Castiglia), impliqués dans les procès de 1820-1821, amis de Manzoni, (...)

31L’année 1843 est marquée par les absences répétées de Massimo. Les lettres de Luisa nous fournissent quelques témoignages directs. Parmi ses confidents, elle compte Gaetano Castillia, patriote lombard impliqué dans les procès de 1820-1821, ami de Manzoni, de Gino Capponi et des Arconati45. Sentant l’imminence de l’un des départs dont Massimo est maintenant coutumier, elle se confie à Castiglia, l’autorisant à faire part de sa détresse à son oncle Manzoni :

  • 46  [s. d., 1843], Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite.

mon ardent désir, ma parfaire intention de faire tout ce qui peut-être humainement possible pour le retenir ne me donnent aucun espoir de réussir à l’empêcher de repartir ; il a décidé cela et je sais par expérience que ses arrêts dans ce genre sont immuables comme ceux du destin. [...] Encore ce matin il m’a répété à plusieurs reprises qu’il faut qu’il reparte bientôt et cela d’un ton qui ne laisse aucun espoir, aucun courage même de tenter une prière. Croyez-moi, cher Castiglia, que le monde a été d’une injustice monstrueuse en m’accusant d’avoir été la cause de l’éloignement de Max : je vous montrerai une lettre de lui que je conserve soigneusement et qui me justifie entièrement en cela. [...] La plus grande preuve de ce que je vous dis là c’est que jamais je n’en ai parlé avec mon oncle Manzoni, ce cher objet de ma tendre affection, de ma profonde vénération. Mais lui ne m’en a jamais dit [un ?] mot et, fidèle à mon système, j’ai dû résister à la puissante tentation que je sentais d’avoir recours à lui pour des conseils, pour des consolations. Laissez-moi vous adresser une prière, mon cher Castiglia ; c’est celle de ne parler à personne, excepté mon oncle Manzoni, de la lettre que vous m’avez écrite et de la réponse que je vous fais maintenant. À lui, vous pouvez tout, tout dire.46

32La famille, effectivement, s’apitoie et prodigue explications et conseils. Pendant une partie du mois de juin 1843, Constance se déplace et vient partager à Milan la vie de Luisa et de Massimo :

Je ne sais encore bien me rendre compte de la situation morale et domestique de mes hôtes - écrit-elle à Emanuele le 11 juin 1843. [...] Elle m’a dit quelques confidences à Como sur les liaisons masculines de son mari, où elle me semblait avoir assez raison. Mais il faut que je sois bien sur mes gardes à peser toutes mes paroles, car je crains que dans un moment de crise elle me cite, ce qui ne servirait qu’à nous faire du mal à tous. [...] Il me semble que lui a le ton un peu rude avec elle, et qu’elle insiste un peu trop sur les choses les plus indifférentes, ce qui rend la conversation très difficile. Aussi ne se parlent-ils presque pas lorsqu’ils sont seuls, cela rend la présence d’un tiers fort utile. Les larmes et les migraines reviennent continuellement chez cette pauvre femme, c’est très incommode pour elle et cela produit un effet peu salutaire.

De nouveau, le 29 juin,

  • 47  C. d’Azeglio, Lettere al figlio (1829-1862), a cura di D. Maldini Chiarito,Roma, Istituto per la s (...)

J’ai bien étudié les positions durant ces vingt jours et j’ai dû changer de convictions depuis que j’entends l’autre partie [i. e. Luisa]. [...] Je suis plutôt portée à croire à la bonne volonté de Louise qu’à celle de son mari; elle me parle avec beaucoup de confiance, demande des conseils qu’elle écoute avec beaucoup de docilité, se proposant de les mettre en pratique même quand ils ne devraient pas changer sa situation ; elle est consciencieuse, elle est pieuse et en modérant sa vivacité naturelle, je crois qu’on vivrait parfaitement avec elle.47

  • 48  La Lega Lombarda, cfr. 17 settembre 1843, Epist., II, p. 192.

33Au mois de juillet, Massimo quitte Milan pour une longue villégiature de santé en Piémont, notamment au château d’Envie auprès de ses amis Provana di Romagnano. Il y sera, bien sûr, courtisé... non sans quelque succès d’ailleurs, ce qui, ajouté à l’éloignement et à la tranquillité retrouvée, lui redonnera assez de calme intérieur pour commencer la rédaction de son troisième roman48.

  • 49  5 août 1843, Epist., II, p. 178.
  • 50  À Emanuele, 21 août 1843, C. D’Azeglio, op. cit., p. 485.

34Cette nouvelle séparation ajoute à la douleur de Luisa49 et une fois encore, on cherche à l’aider. Sa belle-sœur Costanza déclare s’employer de son mieux « à calmer cette imagination malade »50.

35Luisa sent que la situation lui échappe :

  • 51  S. d., Milano, Biblioteca Ambrosiana, Fondo Cantù, S. P. 29 bis (4), n. 19.

Cara Zietta, écrit-elle à Antonietta Beccaria Curioni [...] Ho in cuore che questa sarà l’ultima volta che dovrò tediare i nostri amici per nostri guai! Oramai son giunti al punto che il sperare di vederli finire non sarebbe che una vana illusione. Ci vorrebbe un miracolo, e possiamo sperarlo dalla misericordia di Dio ? Abbiamo mai saputo meritarlo ? Oh, cara Zietta, credilo meritiamo tutti e due la tua compassione. Luisa51.

36Le 8 mars 1844, c’est la rupture.
Après avoir pris congé de quelques amis conviés la veille à souper dans un restaurant de la ville, Massimo quitte Milan pour un an.

  • 52 Epist., II, p. 182, 184, 185, 200 n. 2.

37Abandonnée de son mari, plus que vers la Lombardie et le Piémont, c’est vers ses amis toscans et la Toscane que Luisa se tourne naturellement. Elle passe l’été 1844 à Livourne. Déjà, en août 1843, accompagnée de Rina âgée de dix ans, elle y avait pris les bains de mer pendant un mois et demi, en compagnie d’amis communs connus et fréquentés durant les précédents séjours en Toscane, Montanelli, Cini, Cartoni, Noerbel, Grimaldi, Malenchini, Giovanni Rosini. Et aussi Giuseppe Giusti52.

38C’est durant le voyage effectué par d’Azeglio en Toscane en 1838 sur les lieux de Niccolò de’ Lapi que Giusti et Luisa s’étaient rencontrés la première fois, chez Enrico Mayer. En 1843, avant de quitter la Toscane, Luisa s’était rendue de Livourne à Florence et avait revu le poète de Monsummano. Une fois rentrée à Milan, celui-ci lui avait demandé des nouvelles de Massimo d’une façon qui laisse entendre qu’elle l’avait mis au courant de la situation :

  • 53  12 octobre 1843, G. Giusti, op. cit., 1904, I, p. 534.

E Azeglio è tornato ? sta bene ? lavora ? è in città o in campagna ? La prego di contentare a tutto suo comodo il desiderio che ho di sapere qualcosa di lui.53

39À la vérité, une aventure sentimentale venait de naître, qui défraya la chronique et nous vaut aujourd’hui quelques beaux et émouvants témoignages.

40Dans un premier temps, estime et déférence :

  • 54  14 août 1844, G. Giusti, op. cit., 1932, IV, p. 30.

E voi, mia cara, vedete di sostenervi della vostra virtù, vedete se la fermezza valesse più dei lamenti. Voi l’avete a fare con persona gentile, che potrà forse abbandonarsi un momento ma che in fondo non ismentirà mai la sua nobile natura. Soffrite, perdonate e nel perdono e nella sofferenza troverete coraggio o riparo larghissimo.54

Peu après, volte-face, parti pris et jalousie :

  • 55  8 septembre 1844, G. Giusti, op. cit., IV, p. 33.

Calmatevi prima, poi risolvete di partire; ma a codesta lettera guardatevi di rispondere rigo per rigo. [...] Quelle parole a me paiono più insensate che crudeli, e non sono altro che i soliti sofismi che trova una mente impedita dai traviamenti del cuore. La vostra agitazione m’ha fatto pietà e paura, e lo sdegno mio verso quell’uomo sarebbe giunto al colmo, se non lo tenessi per misero più assai di voi. [...] Compatitelo come un alienato di mente, e state pronta a soccorrerlo quando riavrà un lucido intervallo di ragione e di coscienza. Ve l’ho detto altre volte [...] : silenzio, calma e fermezza, ma silenzio soprattutto. Ogni vostra parola sarà un alimento alla fiamma della discordia.55

  • 56  Pour l’histoire de cette correspondance, l’une des plus intéressantes du XIXème siècle, cf. G. Giu (...)
  • 57  G. Giusti, op. cit., IV, p. 255.
  • 58  G. Giusti, op. cit., IV, p. 255. Cf. G. Jannone, Giuseppe Giusti e la marchesa d’Azeglio nei loro (...)

41Les lettres de Luisa à Giusti n’ont pas été conservées mais ont été brûlées sur ordre de Gino Capponi avec d’autres papiers laissés chez lui par Giusti au moment de sa mort. Celles de Giusti à Luisa furent par contre conservées, du moins en partie56. Au sujet de cette liaison, les biographes de Giusti et de d’Azeglio ont hésité entre prudence et partialité. L’un des plus éminents, Ferdinando Martini, conclut qu’entre Giusti et Luisa il n’y eut rien d’autre qu’une relation d’“affettuosa amicizia”57. Giovanni Jannone, qui eut la chance de découvrir à Livourne les lettres de Giusti à Luisa, que l’on croyait détruites, en déduit, sans jubilation aucune, que leur liaison ne fut pas platonique et parle de la “disgrazia” de Massimo ; l’on ne comprend pas très bien pourquoi Ferdinando Martini décoche à Jannone des flèches aussi acérées58. Luigi Cesare Bollea, qui s’employa à démystifier la légende du chevalier sans peur et sans reproche que l’hagiographie risorgimentale avait déjà solidement établie, ne se fit aucun scrupule à citer le passage, maintenant bien connu, d’une lettre de 1864 à Emanuele d’Azeglio, dans laquelle Massimo écrit à son neveu :

  • 59  L. C. Bollea, Massimo d’Azeglio, il castello di Envie e gli amori di Luisa Blondel con Giuseppe Gi (...)

se il Giusti, come parecchi pretendono, si è gentilmente introdotto nei porti bassi della Sig. Luisa, ciò è accaduto quando io avevo rinunciato definitivamente alla sua bela compagnia, che quindi non ero più l’editore responsabile della medesima. Dico questo, ché ho trovato parecchie lettere a lei con certi Dear Luisa, dati i quali la gente maliziosa potrebbe supporre nascosto il P. P. dell’illustre poeta.59

42« Comme d’aucuns le prétendent » : preuve ou allégation ? Et que penser de ce témoignage de Mario Puccioni :

  • 60  M. Puccioni, Spigolando nell’archivio di Gio. Batta Giorgini, « Il Marzocco », 15 agosto 1932.

La Luisa d’Azeglio affermava [Giusti] potrebbe dividersi in due parti : la parte superiore del suo corpo può esser degna del purgatorio o dell’inferno, quella inferiore invece ha diritto alla gloria del paradiso ?60

43Aux yeux de Vittoria Manzoni, qui partagea pendant de nombreuses années la vie de Luisa en Toscane, il ne peut s’agir que d’une supputation ridicule :

  • 61  M. Scherillo, op. cit., I, pp. 111-112.

Ho sentito ripetere più di una volta che la zia era stata l’amica di Beppe Giusti : roba da far ridere i polli ! Bisogna non aver conosciuto mai, neppur per un’ora, quelle due persone, per poter ripetere una simile storiella… Io che sono vissuta nella loro intimità durante l’inverno del ‘45 e del ‘46, eppoi sempre  so fino a che punto sia inverosimile… Giusti, in fondo, e in certe forme, era rimasto sempre un po’ un buon pesciatino  la zia si era conservata sempre, moralmente, una rigida protestante svizzera, doublée, nei modi e nei gusti, di una elegante marchesa torinese innamorata poi sempre e unicamente di Massimo. Giusti riderebbe e la zia andrebbe su tutte le furie, se sentissero certe chiacchiere… per conto mio sono sicurissima che al Giusti non è mai neppur passato per la testa di far la corte alla zia !61

  • 62  M. Manzoni, Journal, a cura di C. Garboli, Milano, Adelphi, 1992, p. 193.

44Cesare Garboli, un des derniers à s’être prononcé, parle de relation « non improbabile »62.

  • 63  Octobre 1844, G. Giusti, op. cit., II, p. 113.

45Il y a pourtant plus que des présomptions. Lorsque, en octobre 1844, Giusti écrit à Luisa : « Seppi di Massimo che era giunto pochi giorni dopo; per tutte le ragioni, io non avrei potuto andar seco »63, on peut penser que ces réticences ne sont pas immotivées. Les lettres de Giusti résonnent d’accents amoureux véritables :

  • 64  19 novembre 1844, G. Giusti, op. cit., IV, p. 37.
  • 65  27 février 1845, G. Giusti, op. cit., II, p. 201, complément in Nuova Edizione, 1932, I, p. 583.

E voi siete del numero delle persone che amo di cuore, e uno dei pochi esseri coi quali mi sono inteso64. […] Non passa giorno che io non pensi a voi, e ci penso a lungo confortandomi di memorie e di speranze come se si trattasse di ben altro che d’una semplice amicizia. Non è più lunga d’ieri (ingrata che siete), che passeggiando con un amico per i nostri poggi, ci venne fatto di rammentare il Lago di Como. A questo nome, io saltai a piè pari a parlare di voi e per due ore non feci altro. Alla fine del salmo l’amico mi disse : “ho capito; n’avresti a essere innamorato”. Io negai la cosa, ma più a lui che a me stesso.65

46Pendant les mois qui suivent la rupture d’avec Massimo, un travail de deuil, toujours repris, jamais achevé, se produit chez Luisa. L’état d’esprit dans lequel elle se trouve pendant l’hiver et le printemps 1845 nous est connu grâce à une longue confidence faite à Giuseppe Sartori, dans laquelle elle lui raconte les « humiliations » que lui a fait subir Massimo, ainsi que les preuves d’amour, d’amour blessé, qu’elle lui a données.

47Elle raconte à Sartori que, durant l’automne 1844, Massimo a évité Livourne pour ne pas la rencontrer. Sa lettre est émouvante :

Finalmente mi decisi a scriverli [sic] una lettera nella quale li [sic] dicevo che non avendo saputo resistere al desiderio di vederlo li [sic] ero venuto incontro sino a Lucca, che non avendolo trovato là non osavo andare più avanti ma che sapendolo a così poche miglia da noi li [sic] facevo sapere che mi trattenevo tutto il dì susseguente a Pisa ad aspettarlo per salutarlo prima di partire per Genova e Milano. Mandai nella notte la mia lettera con un mezzo sicurissimo e stetti ad aspettare… Oh Dio solo sa in quale indicibile angoscia !! Caro Sig. Peppe, io stetti a Pisa dalle 9 della mattina alle 5 della sera in una così straziante aspettazione che non credo si possa provare maggior tortura! Ogni legno che passava in istrada, ogni volta che vedevo aprirsi l’uscio della camera, credevo fosse Massimo che giungesse ! Ah mi creda tutte quelle ore che sentì [sic] battere una ad una mi caddero sul cuore come goccie di piombo. Quello che ho sofferto in quella giornata non si può esprimere con parole !
Ma Iddio è giusto ed un tanto dolore non fu sofferto inutilmente. Produsse in me una crisi salutare : mi strappò finalmente interamente dal cuore quel disgraziato amore che mi consumava la vita; d’allora in poi cominciai a darmi pace ed a persuadermi che la è pur una gran corbelleria il consumarsi l’esistenza così miserabilmente, amando chi non vi ama ! [...]
Mi ero rimaritata sperando trovare in Massimo un amico, un protettore col quale avrei passata quieta la vita ; lo credevo in [?] ed in situazione d’aver rinunziato per sempre a nuovi capricci ! In vece di questo eccomi sola abbandonata dal marito come se avessi commesso le più vergognose azioni, i più grandi delitti ! Ah simili ingiustizie, mi creda, non ponno rimanere impunite. Verrà, verrà per lui il giorno dei tremendi rimorsi, ed io, per quanto sia infelice la mia sorte, certo non vorrei cambiare con lui. Dio gli perdoni, povero, povero Massimo !

Mais aussitôt :

  • 66  Forlì. B. C., Raccolta Piancastelli. Cf. Epist., II, pp. 334-336 ; C. d’A-zeglio, op. cit., I, p. (...)

mi scriva cosa le pare che potrei tentare per migliorare la nostra situazione e rendere Massimo più contento.66

48L’occasion de séjourner plus longuement en Toscane fut fournie à Luisa par la famille Manzoni. Au printemps 1845, Sofia est mourante et la santé de Vittoria, ainsi que ses relations difficiles avec sa belle-mère donna Teresa, rendent nécessaire un changement d’air :

  • 67  Mars 1845, Milano, Biblioteca Ambrosiana, Fondo Cantù, S. P. 29 bis (4), n. 18. Inédite.

Vittoria [...] écrit-elle à la zietta Beccaria Curioni – non vuol vedere nessuno, temendo, povera ed infelice creatura, di leggere sull’altrui volto la tremenda sentenza ch’ella cerca in vano di ritardare. Ho parlato coi medici; non mi dicono che non vedono che una sol cosa da tentare per quella povera Vittoria, ed è, di allontanarla da Milano il più presto possibile dopo accaduta la disgrazia purtroppo imminente ! [...] Non ho niente che mi tenga qui ora e sarei troppo felice di potere consacrare l’inutile mia esistenza a consolare quella povera infelice Vittoria.67

  • 68  M. Scherillo, op. cit., I, p. 37.

49Sofia meurt le 18 avril 1845. Le 30 avril, Luisa et Vittoria partent pour la Toscane68.
Elles s’établissent à Pise où vient leur faire ses civilités tout ce que la ville compte d’intellectuels, d’universitaires et de poètes : Giuseppe Montanelli, Giuseppe Giacomelli, Giovanni Rosini, Silvio Giannini.
Giusti lui écrit aussitôt, le 9 mai :

  • 69  9 mai 1845, G. Giusti, op. cit., II, p. 263.

Crediate che io, sapendovi a Pisa, ho la smania addosso, come anni sono l’aveva nelle gambe quando sentiva il suono dei violini.69

Massimo, au contraire, l’évite :

  • 70  26 mai 1845, Milano, Biblioteca Ambrosiana, Fondo Cantù, S. P. 29 bis (4), n. 21. Inédite.

Avrai saputo dal nostro carissimo Grossi, – écrit-elle à la Zietta Beccaria Curioni le 26 mai – la risposta di Massimo al mio grazioso invito. Ora se Iddio m’ajuta spero d’aver la forza di non più stancarvi colle mie solite lamentazioni. Ora voglio fare da me, secondo l’ispirazione della mia povera testa; vedremo cosa saprò fare.70

Elle se mêle à la vie intellectuelle pisane :

  • 71  M. Scherillo, op. cit., I, p. 41.

Ai primi di giugno, écrit Giusti – me ne andai a Pisa per qualche giorno [...] : Bista Giorgini ed io passavamo ore ore e ore in casa della D’Azeglio, che si trovava da qualche tempo in quella città...71

  • 72  29 juin 1845, Milano, Biblioteca Nazionale Braidense, Manz. B. XVII. 16/1. Inédite.

50Elle suit de près la création de « L’Emporio librario » de Silvio Giannini, intéresse Giuseppe Montanelli au procès qui oppose Manzoni à l’éditeur Le Monnier au sujet de l’édition abusive des Promessi Sposi72.
Montanelli ne fut-il pas, lui aussi, sensible au charme de Luisa ? Ne lui écrit-il pas, le 25 juillet 1845, alors qu’elle a quitté Pise pour les bains de mer à La Spezia :

  • 73  25 juillet 1845, Livorno, Biblioteca Labronica, Racc. Bastogi, Cass. 78, Ins. 2254. Inédite.

La sera che siete partita ho provato una grande tristezza e il giorno dopo essendo andato a Pietrasanta mi fu dolcissimo rifare la strada per la quale eravate passate nella notte ?73

  • 74 « Domani sarò alla Spezia con Giusti », [22 août 1845], M. Scherillo, op. cit., I, p. 44.

51Giusti la rejoint à La Spezia au mois d’août74.
Les réunions sont joyeuses, animées. On évoque la Lombardie : Cantù la bête noire, Manzoni la divinité tutélaire. On imagine un voyage à Milan, et Giusti séjournera chez Manzoni pendant un mois.
Pendant l’hiver 1846, la même brigata se retrouve à Pise :

Mattina e sera eravamo in casa della d’Azeglio che con la signora Vittoria Manzoni era venuta per passare l’inverno a Pisa.

52Une véritable « cura di risate » arrache Luisa à sa mélancolie. Massimo vient en Toscane en janvier 1846 pour s’occuper de la publication des Casi di Romagna. Ainsi que cela lui arrivera encore bien des fois, il rend visite à ses amis et aussi à Luisa. La jovialité de Giacomelli le séduit. Celui-ci s’amuse d’une parodie du Cinque Maggio du professeur Giovanni Rosini. Vittoria Manzoni écrit :

  • 75  M. Scherillo, op. cit., I, p. 50-51.

Credevo che Massimo, Giusti, Giorgini e Montanelli dovessero scoppiare ; ma Rosini non si accorge di nulla.75

53Au milieu de cette allégresse, Vittoria observe les rapports de tante Louise et de Massimo :

  • 76 Ibidem, p. 54-55.

La povera Zia mi fa sempre più compassione, perché – è inutile ! – per quanto faccia per vedere di levarsi un po’ dal cuore quel sentimento che la fa tanto soffrire, appena lo rivede, – addio ! – quest’ affetto che le è sorgente di tante amarezze, si risveglia in lei sempre più vivo. Povera donna ! quanto amore sprecato ! e con un cuore come il suo, deve soffrire orribilmente. In quanto alla condotta apparente di Massimo, non ci si potrebbe trovare nulla da ridire ; anzi è sempre gentile e riguardoso; ma che cos’è questo per una moglie, che si sentirebbe in diritto di averlo con sé, e di appoggiarsi a lui ? Io credo che la farebbero soffrir meno i maltrattamenti, che la correttezza gelida di queste cortesie, usatele da un uomo che le appartiene, e che l’abbandona sempre per così lungo tempo, senza neppur dirle quanto lo potrà rivedere. [...] La Zia si conduce mirabilmente, cercando di nascondere a Massimo i suoi tormenti, per non annoiarlo.76

  • 77 Ibidem, p. 55.

Jugements que Vittoria révisera plus tard, lorsqu’elle reconnaîtra que Luisa importuna Massimo au point de justifier le comportement de celui-ci77.

54Un jour, à la sortie d’un cours de Giovanni Rosini, auquel Luisa et Vittoria ont assisté, elles rencontrent Giovan Battista Giorgini, l’un des plus jeunes professeurs de l’Université pisane. À partir de ce jour, l’existence de Luisa sera liée à celle de ses deux neveux Vittoria et Giovan Battista, fiancés, puis mariés avant la fin de l’année 1846.

  • 78  Giulietta, morte en 1834, Cristina en 1841, Sofia en 1845. Matilde mourra en 1856.

55En juillet, tandis que Luisa et Vittoria sont à Livourne, Giorgini se rend auprès de Manzoni pour conclurele mariage. Giusti, on l’a vu, est du voyage. Giovan Battista propose également que Matilde, dont la santé n’est pas meilleure que celle de ses sœurs78, soit accueillie avec Vittoria au sein de la famille Giorgini en Toscane. À Luisa et à Vittoria la proposition semble excessive ou pour le moins indiscrète. Luisa écrit au père de Giovan Battista :

  • 79  M. Scherillo, op. cit., I, p. 74.

les projets de Bista à son [de Matilde] égard m’avaient semblé dictés par le cœur, sans le consentement de la raison ! L’assentiment donné par vous et par votre digne père, m’a causé je ne saurais pas dire si plus de surprise ou d’admiration.79

56Le mariage de Vittoria et de Giovan Battista eut lieu le 27 septembre 1846 à Nervi. En guise de vœux, Massimo écrivit peu de temps après à Vittoria :

  • 80  Ibidem, p. 79.

hai il segreto di piacere a tutti, e di dar pace e gioia a chi ti sta vicino. Oh se tu sapessi insegnare questo segreto a qualche persona di nostra conoscenza !...80

  • 81  Protestante, Luisa ne pourra toutefois la tenir sur les fonts baptismaux ; elle sera remplacée par (...)

57Le 7 juillet 1847, accompagnée de tante Louise, Matilde arrive à son tour en Toscane, tandis que Vittoria met au monde sa première-née, Luisina, du nom de sa marraine81.
Puis, Luisa retourne à Milan où se préparent des événements décisifs et où son existence va s’arracher pour la première fois à la sphère purement privée.

  • 82  Eugène Rendu, in « L’Ère nouvelle », 24 mai 1848, Epist., IV, p. 192.

58Dans les tout premiers jours de janvier 1848, alors que la tension se fait vive dans l’Europe entière, les Milanais organisent la résistance passive et décident, entre autre, de s’abstenir de fumer, sachant que cette mesure ne pourra être longtemps supportée par les finances impériales. Le sciopero del fumo exaspère en effet le pouvoir, l’armée se livre à des provocations et de graves échauffourées éclatent le 3 janvier, faisant six morts et des dizaines de blessés. D’Azeglio, qui se trouve à Rome, met aussitôt la main aux Lutti di Lombardia, l’un de ses meilleurs opuscules politiques et qui, selon la presse française, tomba sur la Lombardie “comme une étincelle sur un baril de poudre82. Luisa est à Milan. Elle devient sa pourvoyeuse d’informations quotidiennes, cueillies à chaud : le texte des Lutti l’atteste, ainsi que la correspondance épistolaire :

  • 83  À Massimo d’Azeglio, 8 février 1848, Carte Ghisalberti. Et “Lettera del 14 febbraio narra… ”, in I(...)

Je voulais attendre ta réponse à ma longue lettre – écrit-t-elle à son mari – avant de t’écrire de nouveau, afin de ne pas trop multiplier les lettres, mais j’ai été chargée par les personnes à qui j’ai remis en main propre celles que contenait ta dernière de t’aviser qu’elles ont été envoyées par une occasion sûre (on espère) avec les documents que tu demandais. Je suis fort impatiente de savoir que tu les ayes reçus, et que tu te sois mis à l’ouvrage, et nous sommes tous ici bien contents de ton projet et bien impatients d’en voir le résultat.83

59Luisa trouve de nouvelles raisons d’agir. Et d’écrire. À Margherita di Collegno, elle avait déclaré, un an et demi auparavant :

  • 84  Archivio Bassi Trotti. Communiquée a M. De Rubris par Aldobrandino Malvezzi. Publiée in M. De Rubr (...)

Si le cas se présentait de montrer du courage et du dévouement, je sais [...] que je n’en manquerais pas.84

60L’action politique fait oublier le reste. Elle participe activement, aux côtés des femmes de Milan, à l’organisation de la résistance :

  • 85  À Vittoria Giorgini, 4 février 1848, Carte Ghisalberti. Inédite.

L’esprit public est parfait, écrit-elle à Vittoria  l’union admirable ; une seule pensée, une seule impulsion remue toute la masse ; on s’entend sans se parler, on se suit sans s’appeler. Nos maîtres frémissent de cela ; ils croyent à un Comité secret qui n’existe pas et qu’ils s’obstinent à poursuivre, à vouloir découvrir par leurs arrestations, leurs perquisitions, leurs espionnages.85

61Comme dans de nombreux mémoires contemporains, la chronique de ces journées mémorables s’égrène tout au long de ses lettres. À Massimo :

Depuis longtemps on n’allait plus au théâtre et la Scala n’était plus qu’un vrai désert. Depuis les nouvelles de Naples on y a été in gala pendant 3 soirs de suite, puis de nouveau chacun chez soi ; et tout cela se fait de commun accord en se faisant passer le mot de l’un à l’autre sans comité, sans complot ! On se comprend si vite quand on a les mêmes sentiments. Le peuple puis a fait une petite réjouissance pour les affaires de Naples qui a vraiment été singulière ; figure-toi que pendant deux jours tout le monde s’est nourri de maccaroni à la Napolitaine ; plus de pollente, plus de risotto, ni de soupe, tous mangeaient des maccaroni tellement qu’il a fini par y en avoir une disette complette ! Je sais qu’il y a des personnes qui rient de cela ; pour moi j’en ai été, je l’avoue, vraiment émue, tous ces pauvres gens du peuple, ils ne pouvaient pas pour montrer leur joye aller au théâtre en gants blancs et cravate blanche.

Et elle ajoute :

  • 86  À Massimo d’Azeglio, 8 février 1848 cit.

Monsieur l’historien ! n’oubliez pas cela dans une petite note de votre livre, car c’est bien caractéristique.86

Quelques lignes plus loin, toujours dans la même lettre, elle s’indigne de la cruauté des Autrichiens, qui ont laissé les blessés sans soins ; et elle ajoute, pour qu’on le sache :

Ne l’oublie pas dans ton récit que tu vas faire.

62La police finit par l’interpeller et lui intime l’ordre de quitter Milan :

  • 87  M. d’Azeglio, I lutti di Lombardia cit., p. 484.

Ad una Signora – raconte d’Azeglio dans les Lutti di Lombardia – vien mandato l’ordine di presentarsi in polizia. Le si dà il passaporto, il precetto di partire perché s’era mostrata ingrata contro il governo imperiale che le dava l’ospitalità, e perché aveva influenza. Questa Signora è Milanese, è nata in Milano. Gli Austriaci dunque danno l’ospitalità agli Italiani in Italia !87

  • 88  Du 29 février au 16 mars 1848, Luisa, chassée de Milan, avait été à Turin (où lui sont adressées l (...)

63Elle part. Le 29 février, elle s’installe provisoirement à Turin chez sa belle-sœur Costanza où elle ne reste qu’une quinzaine de jours, pressée qu’elle est d’aller à Gênes où elle prétend que Massimo lui a dit qu’il passerait peut-être88. En l’attendant, elle brûle d’impatience de voir enfin “Milan libre” :

  • 89  14 mars 1848, Milano, Biblioteca Trivulziana, Fondo Malvezzi, Cartella 11, fasc. IV. Inédite.

Je n’ai pas de fils, moi, – écrit-elle le 14 mars à la marquise Arconati – à donner à la sainte cause, mes moyens pécuniaires ont subi depuis le [sic] ‘46 des crises qui me mettent dans l’impossibilité de rien faire pour venir en aide aux besoins des autres ! Puisque Dieu m’accorde la santé et la force, puisque j’ai eu un peu l’habitude de soigner des malades, qu’au moins j’aye la consolation de pouvoir m’employer auprès des blessés ! Si vous saviez combien je peux supporter la fatigue sans en souffrir. Je puis veiller plusieurs nuits de suite sans en être éprouvée : voyez de m’utiliser de quelque manière.89

  • 90  22 juillet 1848, G. Giusti, op. cit., IV, p. 86.

64Quelques jours plus tard, éclatent les Cinque Giornate. Elle peut donc retourner à Milan, d’où elle suit activement l’évolution de la guerre. Avec Durando, Rosales et d’autres, Massimo est au front. Elle assure la liaison entre lui et leurs amis communs de Milan. De Turin, son beau-frère Roberto la prie de lui recommander des Piémontais, afin qu’il les recommande à son tour à Antonio Franzini, ministre de la Guerre : Ettore Perrone et... le général Ramorino (Massimo le laissera fusiller l’année suivante). Durant toute la campagne, elle est un de ces fils invisibles mais solides qui relient à Milan le front des combats.
Le 10 juin 1848, Massimo est blessé à la bataille de Vicence. Elle le rejoint aussitôt à Bologne. Elle l’assiste et lui sert de secrétaire.
Au début du mois d’août, il se replie sur Florence. Giusti déclare les attendre... « tutti e due » avec impatience90.
De loin, elle suit avec angoisse l’évolution de la situation à Milan. Elle sait que la défaite de Custoza du 25 juillet 1848 est consommée :

  • 91  À Stefano Pacetti, 2 août 1848. Forlì, Biblioteca Comunale. Inédite.
  • 92  17 septembre 1848, Forlì, Biblioteca Comunale.

Ho lettere di Milano del 30 – lui écrit-elle –. C’è uno sgomento terribile per la ritirata dei Piemontesi a Pizzighettone. Io vi confesso che vorrei poter tornare a Milano. Se i Tedeschi ci devon tornare vi vorrei essere questa volta o per soffrire coi miei, o per aumentare il mucchio di ceneri che troveranno entrandovi91 et, quelques jours plus tard, ora ho un colonnello (austriaco) nel mio letto; non mi so figurare la mia simpatica camera da letto con quelli esecrati uniformi sul divano, sulle poltrone. Io che non ho mai voluto vedere un militare austriaco nel mio salon, ora doverne ricevere nel mio letto, la è cosa crudele.92

65Massimo, convalescent, passe tout l’été à la Villa Almansi à Florence. Les Giorgini vont prendre les bains de mer à Viareggio. Luisa aussi. Massimo reste à Florence. Ce nouvel éloignement, après quelques semaines passées ensemble, nourrit de faux espoirs et de nouvelles jalousies. 1848 restera-t-il sans lendemain ?

66En automne, nouvelle tentative de vie en commun. Une promiscuité calculée d’un mois et demi à l’Albergo di Porta Rossa :

  • 93  4 novembre 1848, Forlì, Biblioteca Comunale, Sezione Risorgimento, Ris. 114/37. Inédite.

Massimo ha una camera al secondo piano, ma molto gentilmente desina sempre con me e passa un’ora del dopo pranzo nel mio salon; non abbiamo mai avuto la benché minima parola spiacevole e v’è tra noi una diplomazia ammirabile. Gli ho proposto per quest’inverno, se lo passiamo in Firenze, di prendere casa assieme per maggior economia e per ch’io possa sorvegliare Rina senza averne a me sola tutta la responsabilità; non mi ha risposto né sì né nò ; staremo a vedere come anderanno gli avvenimenti. Ho fatto questo passo, per quanto mi ripugnasse, affinché non si potesse accusarmi di non volere piegare la testa; Dio sa se con Massimo l’ho sempre piegata al punto di lasciarmi calpestare ! Dio gli perdoni tutti i miei dolori.93

  • 94  7 janvier 1849, Forlì, Biblioteca Comunale. Le mercredi 18 octobre 1848, Massimo se rendit à l’Ant (...)

Et leur trajectoire se sépare de nouveau, Massimo se rendant à Turin, et Luisa se consolant au sein de la famille de ses « chers Giorgini »94.

  • 95  « T’assicuro che ero andato a Pisa, col cuore tutto disposto, non dirò a innamorarmi di Luisa, ma (...)

67Les rencontres et les séparations successives, durant ces trois dernières années d’agitation politique, ont offert plusieurs fois l’occasion d’un rapprochement. En vain95. Avec l’entrée de Massimo au Ministère, la distance se creuse.
Massimo prend ses fonctions de président du Conseil à Turin le 7 mai 1849. Il y restera jusqu’en novembre 1852. La chronique de Vittoria Manzoni, précieuse source d’information, continue d’égrener au fil de ces années-là les séjours alternés de Luisa à Florence, Pise et Lucques ou Montecatini.
Dans cette ville d’eau où elle côtoie depuis longtemps la bonne société toscane et le Grand-Duc lui-même, elle reçoit la visite, un jour de cette année 1849, de son beau-frère jésuite :

  • 96  18 juin 1849, Milano, Soprintendenza archivistica per la Lombardia. Partiellement publiée in A. Cu (...)

Se lo vedeste vestito da secolare, – écrit-elle à Gaspare Rosales le 18 juin 1849, – pare Massimo con 20 anni di più e molti peccati di meno !96

C’est plutôt bien vu.

68Elle suit attentivement les efforts déployés par Massimo pour obtenir de l’Autriche un traité de paix honorable. Elle approuve sa fermeté et son savoir-faire :

  • 97  Ibidem.

Massimo ha passato dei momenti poco divertenti a Torino, ma vedo che regge ed è molto disposto alla fermezza contro gli agitatori. Mi ripete che rinunzierà al ministero, se vedrà di non poter firmare una pace onorevole ove sia fatta parola di nazionalità ed ove ci sia qualche condizione favorevole ai poveri fratelli lombardi ; questa frase ultima è dedicata a me, e l’ho gradita, proprio col cuore, vi assicuro. Dio lo assista e lo consigli in momenti così difficili e solenni ! [...] Bravo Massimo !97

69La fin des républiques démocratiques, à l’automne 1849, la remplit de tristesse :

Les désastres de Venise et de Hongrie, – écrit-elle encore à Rosales – bien prévus mais si douleureusement confirmés, les horreurs de Milan, le choléra à Bergame, et à Venise, où j’ai des parents et des personnes chères, tout cela me mettait dans un état voisin de la folie, je vous assure. Même le désespoir a ses lassitudes et ses repos ; je suis sortie de la lutte brisée, malade, découragée ; je n’espère plus rien, je ne crains plus rien et (Dieu me le pardonne) je n’ai plus la force de rien désirer au monde que la punition tardive mais sûre de nos ennemis !

70Malgré cela, la rancœur et la colère contre le parti démocratique s’insinuent dans ses propos :

  • 98  7 septembre 1849, Milano, Soprintendenza archivistica per la Lombardia, Carte Rosales. Fragments i (...)

Savez-vous que Montanelli, il y a quelques jours, avait été à Marseille à la rencontre de Laura sua ; il rencontra un de ses ex amis livournais et, lui pressant les mains avec effusion, il lui dit : « Ah, mio caro, come quei repubblicani hanno rovinato la causa italiana! ». Ces mots dans sa bouche font l’effet du sifflement du serpent à sonnettes, ne trouvez-vous pas ?98

  • 99  M. Scherillo, op. cit., I, p. 107.

71Elle n’accepte pas l’idée de Milan occupé. L’impossibilité d’y retourner la contraint à demeurer en Toscane.
Elle est avec Matilde à Florence en mars 185099. Vers la même époque,Costanza écrit à son fils Emanuele :

  • 100  16 avril 1850, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1077.

Mme Arconati m’a dit que la tante Louise était toujours souffrante et fort vieillie, je crois que cette pauvre femme se ronge de sa situation sans savoir rien faire pour en sortir.100

  • 101  Giusti mourut le 31 mars 1850.

72C’est là qu’elle apprend la mort de Giusti101. Elle se referme sur son souvenir et tente de ravoir les lettres qu’ils ont échangées :

  • 102  19 avril 1850, G. Giusti, op. cit., III, p. 523.

Trovandomi due anni or sono – écrit-elle à Esther Giusti, la mère du poète – molto ammalata e non volendo, se venivo a mancare, che molti miei fogli cadessero in mano a gente mercenaria, ne consegnai parte a mia nipote e parte al nostro povero Beppe. In questa c’era un pacco di lettere di Beppe così maravigliosamente belle, che darei la vita per poterle riavere. [...] Cara Signora, io le domando in grazia di vedere se può ritrovare queste care lettere, non che le mie dirette a Beppe e di mandarmele affinché non vadano in mano ad estranei.102

  • 103  Lorenzo Aliani à Massimo d’Azeglio, 4 juin 1850, Roma, Museo Centrale del Risorgimento, 561/10(2). (...)

73Dans cette même année 1850, les relations se tendent violemment entre les époux. Depuis qu’en mai 1849 Rina est sortie du couvent de Ripoli, elle est sous la garde de Luisa. Massimo s’en remet à celle-ci ainsi qu’à l’attention dévouée de la marquise Arconati, qui les tient informés. Les rapports entre Rina et sa belle-mère deviennent parfois houleux. Des amis florentins révèlent à Massimo ce qu’il avait appris lui-même à ses dépens à Rome en 1842, à savoir que Luisa a la main leste et que la pauvre Rina en a fait un jour les frais, comme lui, publiquement103.

74Massimo veut reprendre sa fille avec lui mais, trop occupé par les soucis du ministère, charge son neveu Salvatore Pes di Villamarina, ministre du gouvernement sarde à Florence, d’organiser, avec l’aide de Costanza Arconati, le retour à Turin de Rina, sans Luisa. Brusquement, celle-ci change d’avis et décide d’accompagner elle-même sa belle-fille. Massimo, en alarme, demande alors à Villamarina de parer le coup :

Nella mia posizione attuale non si scherza, e non voglio scene, né scandali, né disturbi. [...] Ti prego, se puoi, di persuaderla. Se non puoi, troverò io il modo.

Deux jours plus tard, cet aveu assez piquant :

  • 104  À Salvatore Pes di Villamarina, 2 mai et 4 mai 1850, Torino, Archivio storico comunale, partiellem (...)

... devo confessarlo a mio rossore – io che credo potermi vantare di non perder mai la testa in qualunque difficoltà, il genere di Luisa mi rende che non posso più né riflettere né pensare, e non son più buono a niente. Dunque, sul serio, caro Salvatore, impedisci questa venuta, anche col negare il visto se occorre.104

75La crise est rude et les relations épistolaires entre Massimo et Luisa perturbées de façon singulière :

  • 105  À Emanuele, 14 mai 1850, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1086.

Je ne sais – écrit Costanza d’Azeglio à son fils – si je t’ai dit que la tante Louise s’était tout à coup mis dans la tête de vouloir conduire Rina à son père, et s’était annoncée ici sans autre façon. Son mari, pris d’une panique insurmontable, écrivit à Salvator de ne pas lui viser son passeport ; j’espérais qu’on pourrait la dissuader sans en venir à cette extrémité, mais Salvator ne l’a pas cru, apparemment, et il a lâché le grand mot. Tu peux juger de l’effet qu’il a produit ; mais Max a pris la part de ne pas lire les lettres de sa femme, il les envoie à la marquise Arconati, qui lui dit ce qui peut être lu sans produire d’irritation excessive, et quand il écrit de son côté, il ne répond pas à ce qu’il n’a pas lu. En attendant, toute idée de venir est abandonnée, Rina viendra toute seule.105

76Grâce à Villamarina, Rina arrive à Turin, sans sa belle-mère, le 23 juin.
Le coup fut dur pour Luisa également. Quelques semaines plus tard, à Rosales :

  • 106  À Gaspare Rosales, Milano, Soprintendenza archivistica per la Lombardia. Partiellement publiée in (...)

il a rappelé sa fille auprès de lui depuis un mois : et a accompagné ce rappel de tous les manques de procédés, de tous les manques d’égard dont il a pu m’abreuver. Après avoir pendant quinze ans servi de mère à cet enfant, il est cruel de se voir traiter ainsi ! Que Dieu lui pardonne tout le mal qu’il m’a fait !106

77Persona non grata à Turin, Luisa finit par être autorisée à rentrer à Milan, grâce à l’intervention de son mari :

Ho fatto scrivere al console di Milano, onde officiosamente, ma in modo sicuro, s’informi quale sia considerata la tua posizione politica colà, e soprattutto avvertendolo di non domandare né grazie, né favori, ma semplicemente : se torna, avrà seccature ?

et, deux semaines après :

  • 107  À Luisa Blondel, 22 septembre 1850 et 4 octobre 1850, G. Carcano, op. cit., 2° ediz. , p. 388-389.

... la risposta è venuta favorevole. Scrivi a Devecchi per qual frontiera rientri – suppongo Porlezza – onde sieno dati gli ordini opportuni. Ti consiglio di non portar libri, o carte che trattino di politica.107

  • 108  M. Scherillo, op. cit., I, p. 110.

78On ignore ce que fit Luisa à Milan en cet automne 1850. Son séjour y fut bref puisqu’en décembre on la retrouve à Pise, dans le « quartierino » de l’année précédente108. Puis à Florence. La mission délicate confiée à Villamarina en 1850 n’affecta pas, apparemment, les bonnes relations entre la Légation sarde et l’épouse du président du Conseil piémontais si l’on en juge par ce témoignage de Constance d’Azeglio, en visite dans le grand-duché :

  • 109  À Emanuele, 19 mars 1851, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1155.

La tante Louise est ici, logée chez Mme Rimediotti et dînant à la Légation, elle a assez bonne mine, mais agitée, affectée...109

  • 110  7 juillet 1851, G. Carcano, op. cit., p. 392.
  • 111  À Emanuele, 12 avril 1852, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1226.

79En juillet 1851, Massimo l’autorise à se rendre à Londres110. Elle y rend visite à son neveu Emanuele111. L’Angleterre, la Suisse, où elle se rendra plus tard, seront des destinations qui désormais la feront rêver et dont le souvenir l’arrachera à la morne réalité de sa « pauvre existence ». Le 25 janvier 1852, elle écrit à Rosales :

  • 112  Milano, Soprintendenza archivistica per la Lombardia. Inédite.

Du mois d’août au mois de novembre 1851 j’ai parcouru presque la moitié de l’Europe. J’ai été en France, en Angleterre, en Ecosse, en Suisse (j’ai passé à Andeers). [...] J’ai passé deux mois en Lombardie, dont un sur le lac de Como. [...] Depuis mon retour en Toscane j’ai fait une course à Florence. [...] Je compte passer encore quelques mois en Toscane puis il faudra bien finir par m’établir en Lombardie quand même ! Cette idée ne me sourit pas, je vous l’avoue et si j’étais libre de choisir, j’irais vivre à Londres. Je suis revenue enthousiaste de l’Angleterre.112

Hélas, ces voyages resteront des souvenirs. Les allées et venues reprirent entre Lombardie et Toscane. Avec une course en Piémont, à l’occasion.

80En 1852, Rina se marie. Luisa n’a pas de sympathie pour son gendre, Matteo Ricci, ni pour sa famille, d’une noblesse pontificale plutôt décatie, avare et provinciale :

J’ai reçu une lettre de Louise – écrit Constance –, qui me dit toutes ses doléances sur le ménage de Rina ; je ne sais qu’en dire sinon que je regrette que la tendance à l’avarice soit aussi prononcée.

81Les jugements que portera d’Azeglio plus tard seront bien plus sévères.

82C’est Rina qui fait les frais de ceux de Constance, qui sont sans pitié :

  • 113  25 septembre 1852, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1256.

cette pauvre Rina n’était pas facile à marier, et sa position était si peu convenable qu’on ne pouvait pas être très exigeant. Elle n’est pas née sous une heureuse étoile, la pauvre enfant, et il faut avouer que c’est un être incomplet avec plus de défauts que de qualités. On ne lui aurait rien pardonné à Turin, il vaut mieux qu’elle soit à Florence où l’on passe beaucoup plus de choses.113

83Les témoignages dont nous disposons sur ces années du decennio sont plutôt rares et n’apportent guère d’éléments nouveaux.

84L’été 1855, Luisa est l’hôte de Roberto et de Constance dans leur propriété du Roccolo au pied des Alpes :

  • 114  21 août 1855,C. d’Azeglio, op. cit., p. 1475.

Nous avons [...] la tante Louise depuis vendredi. Tu sais de quelle faculté d’enthousiasme est douée cette dernière, mais elle est vraiment dans un état violent d’admiration continuelle, ce qui doit la fatiguer à la longue ; cependant elle dit qu’elle se trouve si bien de cet air, après avoir traversé le choléra toscan et génois.114

  • 115  Le testament rédigé par Massimo en 1857 dit en effet : « Lego inoltre alla stessa mia moglie Luisa (...)

85En 1857, ayant construit sa villa de Cannero sur le lac Majeur, Massimo lui laisse l’usufruit de celle de Loveno. Puisqu’en automne il faut vess sul lagh, ils pourront ainsi continuer de sacrifier, l’un et l’autre, mais à une distance respectable, à la « cultura del lago »115.

86En mai 1859, c’est de nouveau la guerre contre l’Autriche. Comme en 1848, Luisa voulut être infirmière au service des blessés. À Manzoni, elle écrit le 28 avril 1859 :

  • 116  26 avril 1859, Milano, Biblioteca Nazionale Braidense, Manz. B. XVII. 16/13. Inédite.

Je pars pour Turin où j’espère être admise parmi les sœurs de charité pour soigner les blessés. Cet espoir est comme un rayon de soleil sur ma pauvre existence et l’espoir de pouvoir peut-être me rendre de quelqu’utilité dans ces moments suprêmes me réchauffe le coeur et redouble mes forces.116

Sans crier gare elle arrive en effet à Turin :

  • 117  À Emanuele, 15 mai 1859, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1692. Massimo d’Azeglio à Luisa, 22 mai 1859, (...)

La tante Louise nous est tombée du ciel un beau matin, elle voulait se faire soeur de la charité, ce qui n’était pas possible et ayant trouvé ici son mari qu’elle croyait à Londres, elle s’est laissée persuader d’aller soigner les malades et les blessés de Gênes. J’ai vu un moment Max chez elle et puis plus du tout.117

Et à son mari, le 5 juin :

  • 118  5 juin 1859, Torino, Archivio di Stato, Carte Cavour. Au verso de l’enveloppe, de la main de Luisa (...)

Merci mille fois mon cher ami pour le plaisir que je vais éprouver en distribuant un peu par jour votre généreux présent à mes pauvres blessés. Je leur dis bien que ces bons cigares viennent de vous et je vous remercie aussi de la part de ces braves. [...] On m’a écrit qu’il était arrivé à Menaggio des blessés de Garibaldi et le petit hôpital improvisé manquait de bien des choses. J’ai été assez heureuse pour pouvoir faire quelque petite chose et mon grand fauteuil jaune à roulettes a fait les joyes d’un jeune amputé qui ne pouvait plus tenir dans son lit.118

87Le 8 juin, Napoléon III et Victor Emmanuel II entrent à Milan. Le lendemain, lui annonçant en même temps qu’il est nommé gouverneur de la Romagne, Massimo lui écrit :

  • 119  9 juin 1859, G. Carcano, op. cit., p. 461.

Mi immagino la tua gioia, e l’allegrezza che ti farà il tornare a Milano, e trovare la casa pulita. Anche a me farebbe piacere rivederlo dopo quattordici anni, ma siamo ne’ tempi che bisogna ubbidire...119

88Le hasard veut que Massimo soit nommé gouverneur de Milan l’année suivante. Tout comme en 1850, à l’idée d’y rencontrer sa femme, il redoute d’avoir à exercer ses fonctions :

  • 120  G. Massari, Diario dalle cento voci, Bologna, Cappelli, 1959, p. 472, 475.

La nomina di Azeglio a governatore di Milano trova ostacoli, perché egli non vuole trovarsi con la Luisa – écrit Giuseppe Massari le 22 janvier. Toutefois, le 7 du même mois. – Incontro Azeglio : è contento del suo governo. Dice che sarà la prima volta che governa la moglie.120

89Quelques années s’écoulent encore.
Tous les biographes de Massimo d’Azeglio racontent que le 14 janvier 1866, sur son lit de mort, à l’arrivée de sa femme, venue de Milan pour le voir une dernière fois, celui-ci eut encore assez d’esprit pour lui dire : « Vedi, Luisa, al solito, quando tu arrivi, io parto». Nul ne sait ce qu’elle lui répondit. Un jour, elle lui avait dit :

  • 121  [s. d. ], Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite.

J’ai pu différer fortement d’avec toi, en politique, en religion, en morale, mais je n’ai jamais permis à qui que ce fût de te mettre en ridicule ou de t’insulter devant moi. Tous mes amis sont encore les tiens, et tes ennemis ne seraient jamais aimés de moi ; je te fais juge s’il en est de même de ton côté ! Adieu et que le bon Dieu te rende moins injuste envers moi. Amen !121

90Nous ne savons rien sur les dernières années de Luisa Blondel. Elle ne survécut que cinq ans à Massimo et s’éteignit à Bergame le 25 avril 1871.
Laissons à Vittoria Manzoni Giorgini, qui fut de celles qui la fréquentèrent de plus près, ce portrait mesuré :

  • 122  M. Scherillo, op. cit., I, p. 111.

Buona di fondo, caritatevole, generosa, coraggiosa; piena d’ingegno, di spirito e di cuore, bella, elegante, di una rara distinzione, era di piacevolissima compagnia quando voleva : ma non sempre si trovava ad essere di buon umore : aveva una certa irrequietezza, era ombrosa, gelosa, e nelle sue cattive giornate poteva riuscire anche disaggradevole… Del resto meritava compassione : sempre innamoratissima di Massimo, e sempre con troppa ragione gelosa di lui, non poteva trovar pace. Aveva avuto il torto di non averlo mai saputo prendere, facendogli continue scene di gelosia, ed esercitando anche una specie di spionaggio, che lui chiamava inquisizione di Spagna, sicché era impossibile che potessero vivere insieme, e Massimo metteva ogni cura nello scansarla.122

  • 123 « Non sempre la sua compagnia ci procurò uguale piacere in quel-l’inverno », M. Scherillo, op cit., (...)
  • 124  Ibidem, p. 113.

91Ce mauvais caractère de Luisa avait gâché non seulement sa vie conjugale, mais aussi ses relations avec les Giorgini qui pourtant l’aimaient vraiment, et avec leurs amis. Que s’était-il passé durant l’hiver 1851 ? Vittoria ne le dit pas mais elle laisse entendre que l’ambiance fut parfois pénible123. L’intelligence et le cœur de Luisa s’assombrirent au point qu’elle insista pour que la petite Luisina, âgée de trois ans et demi, fût portraiturée en habit de religieuse124. La tentation de lâcher prise et de se retirer dans un couvent l’avait déjà effleurée plus d’une fois puisqu’elle en avait fait part, dès 1846, à la marquise Arconati :

  • 125  À Costanza Arconati, juillet 1846, Milano, Biblioteca Trivulziana, Fondo Malvezzi, Cartella 11, Fa (...)

Si j’avais pu embrasser le catholicisme avec une persuasion ferme et sincère (chose qui jusqu’ici m’a été impossible en conscience), je me serais depuis longtemps retirée dans un couvent ; je crois que j’aurais retrouvé là le calme et la résignation. Hélas, ma religion me l’enseigne aussi bien que la vôtre, mais que voulez-vous, les agitations de la vie en me redonnant continuellement un espoir continuellement déçu me détournent toujours de ce qui devrait être maintenant mon unique pensée. Le sentiment religieux que je sens si fort, si puissant en moi lorsque je suis heureuse, semble s’affaiblir et m’abandonner quand je souffre si continuellement. J’ai beau prier, je sens que le découragement me prend.125

92Sa foi religieuse, partagée entre catholicisme et protestantisme, fut-elle par trop incertaine ou souffrit-elle de ce dilemne ancré dans la culture familiale et sans doute obsédant ? Dans une lettre d’octobre 1847 à l’ami Castillia, elle avait dit :

  • 126  Minuta in Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite.

le contenu de votre lettre a touché les deux cordes qui ont le plus de vibration dans mon âme ; mes croyances religieuses, et l’abandon cruel où m’a laissée, et où paraît vouloir encore me laisser mon mari. [...] Je me suis, dans un temps, occupée longuement et sérieusement et permettez-moi de le dire, très loyalement, des questions religieuses dont vous me parlez ; j’ai fait des lectures suivies, j’ai eu des conférences avec des personnes sûres et éclairées, des deux croyances ! oserais-je vous avouer que dans presque tous les ouvrages que j’ai lus, soit protestants que catholiques, j’ai trouvé plus d’esprit de parti, plus d’aigreur antichrétienne, plus d’accusations fausses et déloyales, que d’arguments décisifs, que de raisonnements modérés et qui eussent ce parfum dirai-je de bonne foi qui entraîne plus que toutes les raisons données avec violences ? [...] Je suis toujours sortie de ces dissertations moins chaudement croyante que je ne l’étais en les commençant. [...] Cela m’a remplie de méfiance pour les deux partis, cela m’a rendue vraiment malheureuse. [...].
Du reste je sens que je ne suis plus une bonne protestante ! Mon âme peut-être trop ardente trouve souvent de l’aridité dans la simplicité du culte réformé ! Et d’un autre côté quoiqu’avec bien plus de penchant au catholicisme que bien des catholiques eux-mêmes, je sens qu’il me serait impossible de pouvoir prêter de bonne foi le serment qu’on exige de tous ceux qui veulent cautionner votre croyance ! Voilà ma confession de foi [...]. Dieu est trop juste pour me punir de n’avoir pas trouvé la vérité tout en l’ayant cherchée avec chaleur et sincérité et en la lui ayant demandée avec ardeur et confiance”.126

  • 127  14 novembre 1855, Carcano, op. cit., p. 431.

93En 1855, elle disputait encore avec une anglaise catholique convertie au presbytérianisme127. La même année, sa sensibilité religieuse fut quelque peu ébranlée par la polémique entre l’Eglise et le gouvernement de Turin durant la crise Calabiana à propos de la suppression des congrégations religieuses ; la position radicale prise par Massimo la troubla. Elle s’en ouvrit à Manzoni lui-même :

  • 128  À Alessandro Manzoni, 20 février 1855, Milano, Braidense, Manz. B. XVII. 16/6. Inédite. L’article (...)

Cet article a fait beaucoup de bruit ici, et j’aurais un si vif désir de savoir ce que tu en penses, mon cher oncle ; nous garderions ta réponse bien entre nous les Giorgini et moi. Je ne puis m’empêcher d’avoir quelques doutes sur les raisons que Max donne pour s’excuser d’avoir manqué au concordat !128

  • 129  M. Scherillo, op. cit., I, pp. 54-55.

94Matilde Schiff Giorgini, née en 1861, garda d’elle le souvenir « di una vecchia assai noiosa » qui lui faisait de longues visites et « altrettante lunghe prediche quando er[a] educanda nel Conservatorio di Sant’Anna » et qui finit par « annoiar tanto il marito da dar a lui una giustificazione » aux yeux de sa mère Vittoria129.

95Sa participation, par lettres interposées, à l’activité politique de ses amis ainsi qu’à celle de son mari alla s’amenuisant avec le temps et ne combla pas son besoin d’action ni ne donna à ses yeux assez de sens à sa vie. Elle voulut, ainsi qu’on l’a vu, être associée directement aux entreprises auxquelles les femmes du Risorgimento eurent à se mesurer et exorcisa ainsi les risques de marginalisation et d’isolement auxquels sa solitude l’exposait.

96En 1860, elle participa à l’organisation du soutien à l’expédition des Mille. À l’historien sicilien Michele Amari, qu’elle avait connu à Palerme en 1842, elle écrivit :

  • 130  Publiée in L. Geraci, Una pura amicizia : Massimo d’Azeglio e Michele Amari, « Nuovi quaderni del (...)

Luisa d’Azeglio presenta i suoi distinti ed affettuosi saluti al Sig. Professor Michele Amari e gli invia questa nota delle poche firme che ha potuto ottenere a Livorno per la sottoscrizione nazionale. [...] La scrivente si rammenta sempre con vivo piacere d’avere avuto il bene di conoscere il Sig. Amari in Palermo molti anni sono e sarebbe felice di poterlo rivedere e stringergli la mano in questo momento di speranze, di trepidazioni, di gioia !130

97Sa correspondance épistolaire la maintint en contact avec les membres de la cerchia manzoniana, Manzoni lui-même, Tommaso Grossi, Costanza Arconati, Antonietta Beccaria Curioni, ainsi que des milieux politiques et littéraires de la Toscane et du Piémont préunitaires. Aux personnages déjà cités, s’ajoutent Alfonso La Marmora, Vincenzo Malenchini, Leopoldo Galeotti.

98À La Marmora, elle demanda d’intervenir pour que Vincenzo Malenchini, mazzinien rallié au modérantisme, obtînt la croix de l’ordre des Saints Maurice et Lazare. Son amitié avec Malenchini nous vaut d’avoir un témoignage supplémentaire de la personnalité et du style de ce patriote qui eut en Luisa une amie capable d’apprécier en même temps ses convictions démocratiques et ses choix politiques modérés. À travers une correspondance suivie, dont quelques pièces ont été conservées, il la tint au courant du déroulement de la campagne de 1866, à laquelle il participa aux côtés de Nino Bixio :

  • 131  29 juin 1866, Vincenzo Malenchini à Luisa Blondel, M. Puccioni, Vincenzo Malenchini nel Risorgimen (...)
  • 132  Vincenzo Malenchini à Luisa Blondel, Casarsa, 27 juillet 1866. Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. C (...)

Coraggio, perseveranza, e alla fine noi vinceremo131 – lui écrivit-il le 29 juin 1866. Puis, le 27 juillet : Marcia, marcia, da Parma, Ferrara, Rovigo, Padova, Treviso, sono arrivato sul Tagliamento. Del sole, della polvere, della fatica di giorno, e di notte, non ce n’è mancato; ma tutto sempre con buon umore, ed eccellente salute – con altre due marcie saremo all’Isonzo.132

  • 133  A. Cutolo, op. cit., p. 231.

99La correspondance politique la plus intéressante qui nous soit restée de Luisa est certainement celle qu’elle échangea avec Gaspare Rosales. Issu d’une des grandes familles aristocratiques de Milan, Rosales fut l’ami fidèle de Mazzini. Républicain militant, il fut néanmoins sensible au “réalisme” politique du parti modéré et, s’étant enrôlé dans l’armée des volontaires pontificaux en 1848, il participa à la première guerre d’indépendance aux côtés du général Giovanni Durando et de Massimo d’Azeglio. On a même écrit que Rosales fut le seul mazzinien que d’Azeglio acceptât parmi ses amis : en effet, il le devint et le resta. Luisa, qui le connaissait depuis toujours, fut heureuse de le retrouver en Toscane au lendemain de Novare, alors que la réaction s’abattait sur l’ensemble de la péninsule. Elle s’apitoya sur son sort alors que, pour avoir été témoin dans un duel qui avait mal fini, il purgea quelques mois de prison dans la Fortezza da Basso. Par la suite, elle se réjouit de ce que Rosales avait pu obtenir, grâce à Massimo devenu président du Conseil, un passeport pour le Piémont133.
Entre les deux amis s’établit alors une correspondance vivante et dense, dont on ne peut que regretter qu’elle n’ait pas été mieux conservée.

100Luisa eut toujours vis-à-vis de la politique des modérés piémontais, et de son mari entre autres, l’adhésion prudente qu’eurent les milanais, y compris ceux du parti fusionista. Les lettres de Massimo sont souvent des réponses à des observations que l’on devine et qui partent de positions plus radicales, plus idéalistes. Le décalage s’accentua avec le temps jusqu’à culminer dans les dernières années lorsque d’Azeglio, vieillissant mal et bougonnant, “décrocha” et se démarqua de l’intelligente politique unitaire de Cavour. Néanmoins, Luisa demeure une modérée, au sens historique de ce terme, et ses lettres à Rosales, tout en permettant de la mieux connaître, sont dans le même temps le révélateur de l’évolution de la pensée et de l’action politiques de ce modéré républicain, dramatiquement tiraillé entre sa fidélité aux idéaux mazziniens et son action cavourienne avant la lettre.

101Le modérantisme de Luisa ne fut pas inconditionnel. Au lendemain de l’armistice Salasco, elle avait déclaré à Stefano Pacetti :

[il] tradimento di Carlo Alberto ; in quanto a me, più ci penso, non ci posso credere assolutamente e piuttosto lo voglio credere imbecille al segno di lasciarsi guidare dai scellerati che lo circondano e dalla sua smoderata ambizione. Cosa vuol dir però l’avere avuto sempre una condotta poco chiara poco aperta e l’avere ingannato, anche una sola volta; la fiducia se ne va e per sempre; oh come deve essere dolorosa la vita quando si è caduto sì basso. Carlo Alberto non avrà tradito, ma si è condotto poco lealmente coll’Austria, poco lealmente con Napoli, poco lealmente coi Lombardi e si duole di non essere creduto sincero, ma mio Dio con dei raggiri continui non s’ispira fiducia al certo.

Puis, ce témoignage, vraisemblablement inédit, sur l’« Hamlet italien » :

  • 134  17 septembre 1848, Forlì, Biblioteca Comunale. Inédite.

C’è un signore svizzero amico delle mie amiche che è stato in collegio a Ginevra con Carlo Alberto che sin da fanciullo era amabilissimo, avvedutissimo, che diceva bugie continue e non era mai creduto da’ suoi compagni; e ne diceva senza necessità senza sugo per pura vocazione, per antipatia alla verità. Povero disgraziato !134

Et, après Novare, à Rosales, fustigeant les allégations des républicains milanais :

  • 135  18 juin 1849, Milano, Soprintendenza archivistica per la Lombardia. Partiellement éditée in A. Cut (...)

Carl’ Alberto sta morendo. Pare che la riuscita del suo tradimento e la gioia che ne dovrebbe aver prodotto, non gli hanno fatto bene alla salute. Povero martire ! Iddio perdoni ai suoi calunniatori. Perdonatemi voi, caro Rosales, queste parole di sfogo che mi hanno fatto mancare al fermo proposito che mi ero fatto di non parlare mai più della mia opinione su quest’articolo !!135

102Après les excès du printemps génois de 1849, Rosales avait tempéré sa passion républicaine :

  • 136  22 novembre 1849, partiellement publiée in A. Cutolo, op. cit., p. 238.

Je voudrais pouvoir vous exprimer – lui écrivit Luisa – la consolation que m’a fait éprouver votre lettre et la loyale déclaration que vous m’y faites d’avoir modifié quelques-unes de vos idées qui m’avaient fait tant de mal dans un temps. [...] Si nous nous revoyons un jour, cher Rosales, vous me trouverez bien plus calme et nous n’aurons jamais plus de ces horribles disputes politiques, qui nous ont fait tant de mal.136

103À Massimo, plus tard, à propos du “ralliement” de Montanelli, elle confia :

  • 137  5 juin 1859, Torino, Archivio di Stato, Carte Cavour. Cf. supra.

Pensez-donc que Montanelli est passé par Milan et après avoir vu Manzoni il est venu chez moi !... Vous pensez que ma figure au premier abord a dû exprimer quelque chose comme qui dirait de fort peu tendre, mais à ses premiers mots, j’ai été si émue que ma rancune s’est fondue comme de la neige. Il m’a priée de vous écrire qu’au moment de s’aller exposer à recevoir une balle qui l’envoie à l’autre monde il voudrait penser que vous ne lui en voulez plus. Il paraît être bien sincèrement revenu de certaines idées qui lui ont aliéné tous ses amis. Il m’a dit : « Serrez la main à Maxime de ma part et dites-lui que quoique par des moyens différents, nous voulions tous les deux la même chose : la délivrance de l’Italie, et que maintenant que Dieu dans sa miséricorde nous la fait obtenir, nous saurons tous oublier tous les griefs particuliers ». Il avait l’air bien ému en disant cela je vous assure. Vous me direz si je dois lui transmettre quelque réponse de votre part.137

104Sa foi dans les destinées du Piémont et dans celle du parti modéré que son mari avait créé et que Cavour allait bientôt conduire à la victoire fut entière. La lettre suivante, du 31 décembre 1849, écrite au début du decennio di preparazione, est, pour reprendre l’expression de Cutolo, « tra le più limpide di concezione politica, che siano mai uscite dalla penna di una donna » :

  • 138  31 décembre 1849, partiellement publiée in A. Cutolo, op. cit., p. 240.

Croyez-en comme il vous plaît, mon cher ami, – avait-elle déclaré à Rosales – mais à moi laissez-moi jouir du fond de mon âme de voir un angle d’Italie où le feu sacré brille encore, où notre bannière chérie étale ses chères couleurs, où des soldats italiens, après une défaite non méritée, relèvent leur front et se préparent à la riscossa ! Qu’ils ayent à leur tête un Roi guerrier ou un triumvir, si c’est un homme d’honneur et bon Italien, qu’importe ? Vous, mon pauvre grand prêtre de l’Idée, vous trouverez mon raisonnement impie, mais vous me le pardonnerez, j’en suis sûre. Retenez ma prédiction, faite le 31 décembre ’49 : notre salvezza viendra du petit point lumineux que nous voyons briller au haut de la botte. Bon gré, mal gré, vous accepterez le résultat, s’il sera heureux et vous ne maudirez plus les instruments.138

  • 139  3 novembre 1864, G. Carcano, op. cit., p. 486.

105En 1864, Massimo lui avait écrit : « Beata te, che vedi Italia e Italiani in rosa ! »139. Ce n’est pas le moindre paradoxe de ces deux existences, l’une vouée au succès mais doutant finalement de l’avenir de l’Italie, l’autre solitaire et mortifiée, mais éclairée par une foi politique plus simple et plus sûre. Par conviction, par estime, et peut-être aussi par amour.

Haut de page

Notes

1 S. d., Milano, Biblioteca Nazionale Braidense, Manz. B. XVII. 16/1.

2  A. Guidi, Enrichetta Manzoni Blondel e i suoi documenti inediti, capitoli sparsi - Estratto dall’Annuario 1926-27 del R. Istituto Tecnico di Legnano, p. 11, cité par C. C. Secchi, Il dramma spirituale di Alessandro Manzoni,Atti del III Congresso nazionale di studi manzoniani, Lecco, 8-11 settembre 1987, p. 253.

3  G. Bezzola, Giulia Manzoni Beccaria, Milano, Rusconi, p. 125.

4  C. C. Secchi, op. cit., p. 255. Les Blondel avaient acquis à Inzago des terrains situés à proximité des propriétés des Beccaria : les relations entre les deux familles dataient peut-être de ce temps-là, avant même que les Blondel n’acquièrent le Palais Imbonati à Milan. Ibidem, p. 259.

5  G. Bezzola, op. cit., p. 126.

6  A. Manzoni, Lettere, a cura di C. Arieti, Milano, Mondadori, 1970, I, p. 886.

7  C. Cantù, Alessandro Manzoni. Reminiscenze, Milano, Treves, 1885, II, p. 140.

8  A. Manzoni, op. cit., I, p. 382.

9  À Michelangelo Pacetti, 6 décembre 1837, M. D’Azeglio, Epistolario, a cura di G. Virlogeux, Torino, Centro Studi Piemontesi, 1987, I, p. 296. Désormais Epist.

10  C. Cantù, Ibid.

11  Il y est question de Bossuet, d’un catéchisme et de quelques autres livres non nommés, A. Manzoni, op. cit., I, pp. 299, 300, 380.

12 Epist., I, p. 192, note 2.

13 Epist., I, pp. 363, note 3 et 411, note 2.

14  G. Bezzola, op. cit., p. 227.

15  Cf. le texte de la célèbre lettre de Marie Mariton à sa fille Enrichetta, « fille ingrate et parjure… », G. Bezzola, op. cit., p. 262.

16  16 ottobre 1833, citée in Epist., I, p. 203, note 1.

17  À Giuseppe Morozzo, 11 mai 1835, Epist., I, p. 201.

18  Bezzola est clair : « contemporaneamente si può dire al matrimonio intrattenne una relazione con Luisa Maumari » (G. Bezzola, op. cit., p. 229). Secchi est plus prudent : « con la scusa di venire da Milano a Treviglio a trovare l’amico Tommaso Grossi, avrebbe prolungato le sue… gite fino alla vicina Casirate per incontrarsi con Luisa Maumari » (C. C. Secchi, Il dramma spirituale di Alessandro Manzoni cit., p. 255, nota 4).

19 Epist., I, p. 478.

20 Epist., I, p. 185, 187, 188, 193, 199, 204, 206, 220, 229.

21  N. Tommaseo - G. Capponi, Carteggio inedito, Bologna, Zanichelli, 1911, I, p. 236.

22  A. Guidi, Il Manzoni e il d’Azeglio all’I. R. Tribunale civile di prima istanza in Milano e l’amicizia di essi fino alla morte, Legnano, Marini, 1926, p. 5.

23  C. Cantù, op. cit., I, p. 110.

24 Epist., I, p. 179.

25  Cf. l’acte de mariage in A. Guidi, Il Manzoni e il d’Azeglio…, cit., p. 8.

26  A. Guidi, Il Manzoni e il d’Azeglio..., cit., p. 8.

27  Luisa Blondel à Giulia Manzoni, septembre 1835. Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite. La réponse de Donna Giulia, qui ne se fit pas attendre, est conservée à Milan, Biblioteca Nazionale Braidense, Minuta autografa, Manz. B. I. 134. Publiée in A. Manzoni, op. cit., II, p. 52.

28  A. Guidi, op. cit., passim.

29  7 février 1839, Roberto d’Azeglio à Luisa Blondel, Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite.

30  Cristina d’Azeglio à Luisa Blondel, Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite.

31  À Michelangelo Pacetti, 6 décembre 1837, Epist., I, p. 296.

32  D’après Anna Maria Comolli, arrière-petite-fille de d’Azeglio. Correspondance privée.

33  24 novembre 1847, G. Giusti, Epistolario, a cura di F. Martini, Firenze, Le Monnier, 1932, IV, p. 77.

34  Massimo, qui ne s’intéressera vraiment à la question religieuse que sur le tard, ajoute : « envoye à tous les diables la théologie, et je t’assure que j’en fais autant de grand coeur, car en vérité j’ai fait une fameuse indigestion d’abbés, de cardinaux, et d’évêques, et je commence à me sentir l’envie de les envoyer promener », Epist., I, p. 212. Beaucoup plus tard, Massimo commenta avec quelque humour une dispute théologique entre Luisa et une certaine Mistress Burbridge, presbytérienne, en rappelant à sa femme qu’il lui avait une fois pour toutes conseillé quelques lectures après leur mariage : « che tanto avevo promesso di fare. La promessa è adempita, e prendo il mio ritiro come apostolo », 14 novembre 1855, G. Carcano, op. cit., p. 431.

35  Padre Tapparelli à Luisa Blondel, 13 avril 1842. Livorno, Biblioteca Labronica, Raccolta Bastogi, Cass. 56, Ins. 140. Inédite. La lettre de condoléances de Roberto du 13 novembre 1841, écrite à l’occasion de la mort de la mère de Luisa, rhétorique et d’une insupportable lourdeur, est caractéristique du style apologétique de son auteur. Cf. infra.

36  Cf. supra, la note 17.

37  C. C. Secchi, op. cit., p. 222-223 ; Id., Nuovi documenti della famiglia Blondel, Atti del V Congresso nazionale di studi manzoniani, Lecco, 7-10 octobre 1961, p. 192.

38  22 novembre 1837, Epist., p. 293.

39  1er juin et 17 octobre1840, Epist., I, pp. 444, 461.

40  13 décembre 1840, G. Virlogeux, Contributo all’epistolario di Tommaso Grossi. Con documenti inediti, in Manzoni/Grossi, Atti del XIV Congresso nazionale di studi manzoniani, Lecco, 10/14 ottobre 1990, T. II - Nel bicentenario della nascita di Tommaso Grossi, Casa del Manzoni, Centro Nazionale di studi manzoniani, Milano, 1991, p. 162. Publiée également in Epist., I, p. 466.

41  « Piacque a Parigi il viso di lei. Di lui, né il viso, né l’ingegno, né l’animo », Niccolò Tommaseo à Capponi, citée in N. Vaccalluzzo, Donne ed amori nella vita di Massimo d’Azeglio, « La lettura », 1924, p. 423.

42  Janvier 1842, Epist., II, p. 84.

43  À Tommaso Grossi, 8 juin 1842, Epist., II, p. 108. Cf. A. M. Ghisalberti, Uno schiaffo inedito di Massimo d’Azeglio, « Giornale d’Italia », Roma, 4 août 1949.

44  Ibidem.

45  Carlo et Gaetano Castillia (o Castiglia), impliqués dans les procès de 1820-1821, amis de Manzoni, des Arconati, de Gino Capponi et d’autres. La lettre de Luisa Blondel est adressée à l’un ou à l’autre des deux frères, plus vraisemblablement à Gaetano, plus jeune de onze ans, alors âgé de 49 ans, souvent l’hôte de Capponi et faisant pour cela la navette entre Lombardie et Toscane et portant la correspondance des uns et des autres. Cf. Epist., II, p. 200 ; III, p. 228 ; A. Manzoni, op.cit., III, p. 713.

46  [s. d., 1843], Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite.

47  C. d’Azeglio, Lettere al figlio (1829-1862), a cura di D. Maldini Chiarito,Roma, Istituto per la storia del Risorgimento, 1996, pp. (1004)-1987,I, p. 470, 473.

48  La Lega Lombarda, cfr. 17 settembre 1843, Epist., II, p. 192.

49  5 août 1843, Epist., II, p. 178.

50  À Emanuele, 21 août 1843, C. D’Azeglio, op. cit., p. 485.

51  S. d., Milano, Biblioteca Ambrosiana, Fondo Cantù, S. P. 29 bis (4), n. 19.

52 Epist., II, p. 182, 184, 185, 200 n. 2.

53  12 octobre 1843, G. Giusti, op. cit., 1904, I, p. 534.

54  14 août 1844, G. Giusti, op. cit., 1932, IV, p. 30.

55  8 septembre 1844, G. Giusti, op. cit., IV, p. 33.

56  Pour l’histoire de cette correspondance, l’une des plus intéressantes du XIXème siècle, cf. G. Giusti, op. cit., IV, p. 243-256. Matteo Ricci : « Chi raggiunse meglio lo scopo di scriver lettere, colla naturalezza della lingua viva e parlata ? il Giusti o l’Azeglio ? Io per me non dubito di anteporre l’Azeglio », M. d’Azeglio, Scritti postumi, a cura di M. Ricci, Firenze, Barbera, 1871, p. XI. Giovanni Faldella : « A chi mi fa l’onore di domandarmi consigli di letture fondamentali per la migliore forma letteraria italiana, io ho già suggerito, oltre le lettere del Giusti, quelle dell’Azeglio », G. Faldella, Massimo d’Azeglio e Diomede Pantaleoni. Carteggio inedito, Torino, Roux e C., 1888, p. 123. Cf. Epist., I, p. XLVII-L.

57  G. Giusti, op. cit., IV, p. 255.

58  G. Giusti, op. cit., IV, p. 255. Cf. G. Jannone, Giuseppe Giusti e la marchesa d’Azeglio nei loro primi rapporti d’amicizia, « Nuova Antologia », 16 giugno 1923, p. 362-379 ; Id., Un amore di Giuseppe Giusti (Lettere inedite alla marchesa d’Azeglio), « Nuova Antologia », 16 agosto 1923, p. 348-373.

59  L. C. Bollea, Massimo d’Azeglio, il castello di Envie e gli amori di Luisa Blondel con Giuseppe Giusti, « Il Risorgimento italiano », a. IX, 1916, p. 767.

60  M. Puccioni, Spigolando nell’archivio di Gio. Batta Giorgini, « Il Marzocco », 15 agosto 1932.

61  M. Scherillo, op. cit., I, pp. 111-112.

62  M. Manzoni, Journal, a cura di C. Garboli, Milano, Adelphi, 1992, p. 193.

63  Octobre 1844, G. Giusti, op. cit., II, p. 113.

64  19 novembre 1844, G. Giusti, op. cit., IV, p. 37.

65  27 février 1845, G. Giusti, op. cit., II, p. 201, complément in Nuova Edizione, 1932, I, p. 583.

66  Forlì. B. C., Raccolta Piancastelli. Cf. Epist., II, pp. 334-336 ; C. d’A-zeglio, op. cit., I, p. 625. La réponse de Massimo à la lettre de Luisa écrite de Lucques est celle du 12 septembre 1844, Epist., II, p. 284.

67  Mars 1845, Milano, Biblioteca Ambrosiana, Fondo Cantù, S. P. 29 bis (4), n. 18. Inédite.

68  M. Scherillo, op. cit., I, p. 37.

69  9 mai 1845, G. Giusti, op. cit., II, p. 263.

70  26 mai 1845, Milano, Biblioteca Ambrosiana, Fondo Cantù, S. P. 29 bis (4), n. 21. Inédite.

71  M. Scherillo, op. cit., I, p. 41.

72  29 juin 1845, Milano, Biblioteca Nazionale Braidense, Manz. B. XVII. 16/1. Inédite.

73  25 juillet 1845, Livorno, Biblioteca Labronica, Racc. Bastogi, Cass. 78, Ins. 2254. Inédite.

74 « Domani sarò alla Spezia con Giusti », [22 août 1845], M. Scherillo, op. cit., I, p. 44.

75  M. Scherillo, op. cit., I, p. 50-51.

76 Ibidem, p. 54-55.

77 Ibidem, p. 55.

78  Giulietta, morte en 1834, Cristina en 1841, Sofia en 1845. Matilde mourra en 1856.

79  M. Scherillo, op. cit., I, p. 74.

80  Ibidem, p. 79.

81  Protestante, Luisa ne pourra toutefois la tenir sur les fonts baptismaux ; elle sera remplacée par Giannina Giorgini, sœur de Giovan Battista.

82  Eugène Rendu, in « L’Ère nouvelle », 24 mai 1848, Epist., IV, p. 192.

83  À Massimo d’Azeglio, 8 février 1848, Carte Ghisalberti. Et “Lettera del 14 febbraio narra… ”, in ILutti di Lombardia, M. d’Azeglio, Scritti e discorsi politici, a cura di M. De Rubris, Firenze, La Nuova Italia, 1931, I, p. 487 et, pour les documents, III, p. 547-467.

84  Archivio Bassi Trotti. Communiquée a M. De Rubris par Aldobrandino Malvezzi. Publiée in M. De Rubris, Venture e peripezielivornesi di Massimo d’Azeglio, « Rivista di Livorno », 1927, p. 369-382 ; partiellement in Id., L’araldo della vigilia, Torino, STEN, 1929, p. 107 ; Id., Ilcavaliere della prima passione risorgimentale, Bologna, L. Cappelli, 1930, p. 161.

85  À Vittoria Giorgini, 4 février 1848, Carte Ghisalberti. Inédite.

86  À Massimo d’Azeglio, 8 février 1848 cit.

87  M. d’Azeglio, I lutti di Lombardia cit., p. 484.

88  Du 29 février au 16 mars 1848, Luisa, chassée de Milan, avait été à Turin (où lui sont adressées les lettres de Massimo du 27 février et du 19 mars 1848). Le 28 février, Costanza écrit à Emanuele : « À Milan, on renvoie tous les Piémontais ; j’attends ce soir la tante Louise » et, le 5 mars : « La tante Max est arrivée mardi soir » [i. e. le 29 février] (C. d’Azeglio, op. cit., p. 837 et 840). Massimo adresse la lettre du 24 mars à Pise chez Giorgini mais Luisa est déjà revenue à Milan, juste après les Cinque Giornate.

89  14 mars 1848, Milano, Biblioteca Trivulziana, Fondo Malvezzi, Cartella 11, fasc. IV. Inédite.

90  22 juillet 1848, G. Giusti, op. cit., IV, p. 86.

91  À Stefano Pacetti, 2 août 1848. Forlì, Biblioteca Comunale. Inédite.

92  17 septembre 1848, Forlì, Biblioteca Comunale.

93  4 novembre 1848, Forlì, Biblioteca Comunale, Sezione Risorgimento, Ris. 114/37. Inédite.

94  7 janvier 1849, Forlì, Biblioteca Comunale. Le mercredi 18 octobre 1848, Massimo se rendit à l’Antella, près de Florence, à la Villa Rimediotti où se trouvait Luisa ; il revint aussitôt à Florence, d’où il repartit pour Turin le 28 novembre (Epist., IV, p. 252). « Preferisci star a Pisa ?… Credi meglio Firenze ?… ne parleremo a Pisa… ti scriverò più lungamente sul nostro stabilimento » (Torino, 28 décembre 1848, Epist., IV, p. 278).

95  « T’assicuro che ero andato a Pisa, col cuore tutto disposto, non dirò a innamorarmi di Luisa, ma a vivere con lei, e far di contentarla, ma quando ho veduto questo po’ di buscherio, ho pensato di far alto, e prima d’andar avanti, parlamentare. Giorgini m’ha detto chiaro : ‘In addietro t’ho sempre spinto a riunirti, ma ora non ti spingo davvero’ », 2 mars 1849, à Roberto d’Azeglio, Epist., IV, p. 307.

96  18 juin 1849, Milano, Soprintendenza archivistica per la Lombardia. Partiellement publiée in A. Cutolo, Gaspare Rosales. Vita romantica di un mazziniano, Milano, Hoepli, 1938, p. 234.

97  Ibidem.

98  7 septembre 1849, Milano, Soprintendenza archivistica per la Lombardia, Carte Rosales. Fragments in A. Cutolo, Gaspare Rosales, p. 236.

99  M. Scherillo, op. cit., I, p. 107.

100  16 avril 1850, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1077.

101  Giusti mourut le 31 mars 1850.

102  19 avril 1850, G. Giusti, op. cit., III, p. 523.

103  Lorenzo Aliani à Massimo d’Azeglio, 4 juin 1850, Roma, Museo Centrale del Risorgimento, 561/10(2). Inédite. « Non vedo l’ora [...] – répondit Massimo – d’averla con me, e farla un po’ rallegrare, senza aver più a temere gli scappellotti », 19 juin 1850, Roma, Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele II, A. 116. 5. Inédite.

104  À Salvatore Pes di Villamarina, 2 mai et 4 mai 1850, Torino, Archivio storico comunale, partiellement publiées in L. C. Bollea, Una silloge di lettere del Risorgimento, Torino, Bocca, 1919, p. 29.

105  À Emanuele, 14 mai 1850, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1086.

106  À Gaspare Rosales, Milano, Soprintendenza archivistica per la Lombardia. Partiellement publiée in A. Cutolo, op. cit., p. 245.

107  À Luisa Blondel, 22 septembre 1850 et 4 octobre 1850, G. Carcano, op. cit., 2° ediz. , p. 388-389.

108  M. Scherillo, op. cit., I, p. 110.

109  À Emanuele, 19 mars 1851, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1155.

110  7 juillet 1851, G. Carcano, op. cit., p. 392.

111  À Emanuele, 12 avril 1852, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1226.

112  Milano, Soprintendenza archivistica per la Lombardia. Inédite.

113  25 septembre 1852, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1256.

114  21 août 1855,C. d’Azeglio, op. cit., p. 1475.

115  Le testament rédigé par Massimo en 1857 dit en effet : « Lego inoltre alla stessa mia moglie Luisa Maumari l’uso ed abitazione, di lei vita durante, del mio casino di Loveno, lago di Como ». Propriété Adele Failla Lemme, Pollenza. Plusieurs lettres successives font toutefois état du projet, non suivi d’effet, de vendre Loveno, cf. 12 juin et 23 décembre 1861, G. Carcano, op. cit., p. 469, 471.

116  26 avril 1859, Milano, Biblioteca Nazionale Braidense, Manz. B. XVII. 16/13. Inédite.

117  À Emanuele, 15 mai 1859, C. d’Azeglio, op. cit., p. 1692. Massimo d’Azeglio à Luisa, 22 mai 1859, G. Carcano, op. cit., p. 460.

118  5 juin 1859, Torino, Archivio di Stato, Carte Cavour. Au verso de l’enveloppe, de la main de Luisa Blondel : « On avait retenu cette lettre croyant pouvoir vous la remettre à votre passage à Milan !!!!! ».

119  9 juin 1859, G. Carcano, op. cit., p. 461.

120  G. Massari, Diario dalle cento voci, Bologna, Cappelli, 1959, p. 472, 475.

121  [s. d. ], Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite.

122  M. Scherillo, op. cit., I, p. 111.

123 « Non sempre la sua compagnia ci procurò uguale piacere in quel-l’inverno », M. Scherillo, op cit., I, p. 112.

124  Ibidem, p. 113.

125  À Costanza Arconati, juillet 1846, Milano, Biblioteca Trivulziana, Fondo Malvezzi, Cartella 11, Fasc. IV. Inédite.

126  Minuta in Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Inédite.

127  14 novembre 1855, Carcano, op. cit., p. 431.

128  À Alessandro Manzoni, 20 février 1855, Milano, Braidense, Manz. B. XVII. 16/6. Inédite. L’article de d’Azeglio, Il governo di Piemonte e la Corte di Roma al tribunale della pubblica opinione, publié dans la « Gazzetta piemontese » du 15 février 1855, se trouve in Scritti e discorsi politici cit., III, p. 21-34.

129  M. Scherillo, op. cit., I, pp. 54-55.

130  Publiée in L. Geraci, Una pura amicizia : Massimo d’Azeglio e Michele Amari, « Nuovi quaderni del Meridione », a. XXV, n. 99, luglio-settembre 1987, pp. 318. Note de Geraci : « [la lettera] senza anno e che sicuramente è del 1860, riguarda la sottoscrizione nazionale a favore della spedizione garibaldina in Sicilia di cui l’Amari fu, per così dire, il cassiere e che fruttò circa 80.000 franchi ». Amari enseignait la langue et l’histoire arabes à l’Université de Florence.

131  29 juin 1866, Vincenzo Malenchini à Luisa Blondel, M. Puccioni, Vincenzo Malenchini nel Risorgimento italiano, Firenze, Vallecchi, 1930, p. 249.

132  Vincenzo Malenchini à Luisa Blondel, Casarsa, 27 juillet 1866. Gallicano nel Lazio, Carte Gioda. Carta intestata a « Comando generale della 7a Divisione attiva ». Inédite.

133  A. Cutolo, op. cit., p. 231.

134  17 septembre 1848, Forlì, Biblioteca Comunale. Inédite.

135  18 juin 1849, Milano, Soprintendenza archivistica per la Lombardia. Partiellement éditée in A. Cutolo, op. cit., Hoepli, 1938, p. 235.

136  22 novembre 1849, partiellement publiée in A. Cutolo, op. cit., p. 238.

137  5 juin 1859, Torino, Archivio di Stato, Carte Cavour. Cf. supra.

138  31 décembre 1849, partiellement publiée in A. Cutolo, op. cit., p. 240.

139  3 novembre 1864, G. Carcano, op. cit., p. 486.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°3, Femmes italiennes, 1999.

Référence électronique

Georges Virlogeux, « Luisa Blondel », Italies [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 23 mars 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/2589 ; DOI : 10.4000/italies.2589

Haut de page

Auteur

Georges Virlogeux

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org